DANS QUELLES CIRCONSTANCES L INFIRMIER ANESTHESISTE (IADE) PEUT-IL REMPLACER LE MEDECIN ANESTHESISTE- REANIMATEUR (M.A.R)?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DANS QUELLES CIRCONSTANCES L INFIRMIER ANESTHESISTE (IADE) PEUT-IL REMPLACER LE MEDECIN ANESTHESISTE- REANIMATEUR (M.A.R)?"

Transcription

1 Session professionnelle 301 DANS QUELLES CIRCONSTANCES L INFIRMIER ANESTHESISTE (IADE) PEUT-IL REMPLACER LE MEDECIN ANESTHESISTE- REANIMATEUR (M.A.R)? T. Faucon (Cadre Supérieur I.A.D.E.), Service d anesthésie, Hôpital Foch, Suresnes. INTRODUCTION L intitulé de cette communication peut apparaître à première vue réducteur pour certains, et alarmant pour d autres : Réducteur pour l infirmier anesthésiste qui peut y lire un remplacement temporaire ou ponctuel quand le médecin anesthésiste a besoin de «sortir de salle» pour une raison ou une autre. Alarmant pour le médecin anesthésiste qui peut y voir une dérive, voire d une démédicalisation de l Anesthésie. Ces deux visions extrêmes sont à l évidence à rejeter, mais reflètent bien le fréquent problème de positionnement de deux professions en constante cohabitation. Il convient en conséquence de dépassionner le sujet, de ne pas réduire la discussion à l aspect purement technique de la spécialité et de valoriser le rôle de chaque acteur dans le cadre de sa mission propre. C est pourquoi il apparaît nécessaire de rappeler que l infirmier anesthésiste diplômé d Etat (IADE) est un soignant ayant un rôle, des compétences et des responsabilités inhérents à sa profession et qu il n est ni un «simple technicien», ni en recherche permanente d identité médicale. 1. RAPPEL HISTORIQUE La pratique de l anesthésie «moderne» par des infirmiers remonte aux années 50, et dès cette période, une formation de qualité a été dispensée à la Faculté de médecine de Paris puis dans des écoles régionales. Ce bref rappel est important puisqu il constitue le fondement de la situation actuelle et qu il démontre l implication ancienne des infirmiers dans la discipline. En effet, la grande majorité des infirmiers exerçant en anesthésie avait suivi la formation de deux années de spécialisation. Ceci a conduit dans les années 80 à une revendication essentielle, à savoir l obtention l exclusivité de compétence en anesthésie par rapport aux infirmières D.E. Cette exclusivité a été acquise en 1988 (décret du 30/08/88) après que les pouvoirs publics ont pu constater au plan national le faible pourcentage de «faisant fonction». Contrairement à certaines idées reçues, les

2 302 MAPAR 2001 infirmiers anesthésistes ont donc tenu à faire valoir leurs compétences spécifiques au sein de la profession infirmière tout en accompagnant la médicalisation de l anesthésie. En quelques années, l anesthésie s est complexifiée, les techniques et la technologie ont évolué proportionnellement à la connaissance médicale, permettant la prise en charge de patients toujours plus complexes en optimisant les résultats. C est une période fondamentale au cours de laquelle les médecins anesthésistes ont su ériger l Anesthésiologie en une véritable spécialité médicale et les infirmiers anesthésistes affirmer leur spécificité par rapport à la profession infirmière. Ces deux groupes ont donc largement contribué, hélas parfois en ordre dispersé, voire en opposition, à l évolution de l anesthésie et à la qualité de prise en charge des patients que nous connaissons aujourd hui. 2. IADE AUJOURD HUI Les temps ont changé, les pratiques et les mentalités aussi. L infirmier anesthésiste d aujourd hui n est pas l infirmier aide-anesthésiste des années 80 qui exerçait de façon plus ou moins autonome en fonction de la structure de santé, de l existence ou non d un service d anesthésie, de l heure du jour ou de la nuit. En clair, l époque est heureusement révolue où l infirmier anesthésiste pratiquait l anesthésie de A à Z, souvent seul, sans aide ou soutien médical approprié. Les progrès médicaux, la demande de la société de tendre vers le «zéro défaut», la médiatisation des pratiques médicales et soignantes, les contraintes sécuritaires ont très tôt conduit la profession à clarifier son rôle et ses missions. Comme souvent en France, il aura fallu en passer par la réglementation. L anesthésie s exerce aujourd hui dans un contexte sécuritaire strict et de réglementation suffisante pour bien cadrer sa pratique ANESTHESIE : DECISION MEDIC ALE L anesthésie procède d une décision médicale d où vont découler l évaluation du patient et la stratégie à adopter durant une période qui va de la consultation du spécialiste jusqu à la période postopératoire. Cette période plus ou moins longue est, pour la partie anesthésie, sous l autorité directe et la responsabilité du M.A.R. Le décret [1] en définit les modalités. C est une suite répétée d actes diagnostiques et thérapeutiques pour laquelle le raisonnement médical a toute sa justification PERIODE OPER ATOIRE La période opératoire nécessite la collaboration de personnels hautement qualifiés, indispensables à la prise en charge des patients dans un contexte sécuritaire et hautement technique. Depuis 1988 seuls les IADE sont habilités à participer à cette activité et à réaliser des gestes et des tâches spécifiques, grâce à leur formation et leurs compétences propres. Cette exclusivité de compétence par rapport aux IDE est réaffirmé en 1993 [2] et en 2001 [3] par décret, prenant en compte l évolution et la transversalité de la discipline. Le programme de formation tient compte de cette évolution par une réactualisation régulière de son contenu [4] RESPONSABILITES ET DEV OIRS DE L IADE Les IADE sont soumis à des règles professionnelles qui leur rappellent comme à tout professionnel de santé leurs devoirs et leurs responsabilités [5]. «L infirmier n accomplit que les actes professionnels qui relèvent de sa compétence (Art. 3). L infirmier a le devoir d actualiser et de perfectionner ses connaissances professionnelles. Il a également le devoir de ne pas utiliser des techniques nouvelles de

3 Session professionnelle 303 soins infirmiers qui feraient courir au patient un risque injustifié (Art. 10). L infirmier est personnellement responsable des actes professionnels qu il est habilité à effectuer (Art. 14)». Ce devoir de perfectionnement et d actualisation des connaissances est bien compris des IADE qui, pour l immense majorité, suivent annuellement des formations ciblées (Source : enquêtes du Syndicat National des Infirmiers Anesthésistes ) ORG ANISA TION DES SERVICES D ANESTHESIE Enfin les services d anesthésie doivent être gérés par des cadres issus de la spécialité, ceci visant à optimiser le bon fonctionnement des services par une unité de langage, de formation et de compréhension des impératifs de sécurité et d organisation [6, 7]. Ce rappel, non exhaustif, de la réglementation en vigueur, prouve l attachement des pouvoirs publics et des professionnels à une pratique rigoureuse d une discipline à haut risque et à contrainte sécuritaire forte. 3. ROLE PROPRE DE L INFIRMIER ANESTHESISTE Pour la profession, la prise en charge d un patient anesthésié ne peut s envisager sur le seul aspect médical. Si la connaissance médicale est indispensable pour poser l indication, définir la stratégie à adopter et évaluer l état physiopathologique du patient, l infirmier anesthésiste revêt tout son rôle pour la mise en route de la procédure et l adaptation de celle-ci en fonction des besoins physiologiques de ce patient. En effet, l anesthésie est une période courte mais intense dans la vie de l hospitalisé, durant laquelle il va se trouver en totale dépendance vis-à-vis de l équipe soignante. Durant cette période, l état physiologique particulier dans lequel va être mis volontairement le malade devra être soumis à une surveillance et à une réactivité permanentes du personnel qui le prend en charge. C est ce qui différencie, pour l essentiel, l infirmier anesthésiste de l infirmier D.E. La réaction de chaque individu à l anesthésie, à l acte chirurgical ou diagnostique, en fonction de sa gravité et/ou de sa durée n est pas totalement prédictible. Il convient en conséquence d adapter en permanence la procédure prédéfinie (paramètres ventilatoires ; remplissage ; gestion de l analgésie, de la narcose ; réchauffement, etc.) et d analyser en temps réel toutes les données fournies par un monitorage toujours plus sophistiqué. En clair, maintenir un état physiologique et clinique au plus près de la normale afin que l acte pour lequel le patient est anesthésié soit réalisé dans les meilleures conditions, tant pour le per que pour le postopératoire. L anesthésie ne peut donc être «protocolisée» au sens strict du terme. C est ce qui justifie la formation supérieure que reçoivent pendant 24 mois les IADE. C est ce que Pascal ROD, Président de l IFNA (Fédération Internationale des Infirmiers Anesthésistes), développe dans un article consacré à l approche infirmière de l anesthésie [8]. Mais cette connaissance acquise en physio-pathologie, pharmacologie, en soins techniques permettant le maintien de l équilibre, permet également à l infirmier anesthésiste d identifier toute rupture de cet équilibre et le passage dans un état pathologique. C est pour répondre à ces situations que le M.A.R. doit impérativement pouvoir intervenir à tout moment. L IADE joue donc un rôle essentiel dans le maintien de l équilibre physiologique au cours de l anesthésie et est le collaborateur incontournable du M.A.R. quand il survient une situation critique et/ou pathologique. Nous ne reviendrons pas sur l accueil, la continuation des protocoles en cours, la mise en route de l antibioprophylaxie, l installation, l hygiène, qui relèvent d un rôle infirmier spécifiquement adapté à l environnement du bloc opératoire.

4 304 MAPAR 2001 Enfin, l infirmier anesthésiste aura toute compétence dans la gestion du site d anesthésie, de la préparation de la salle en fonction du type de chirurgie et des demandes spécifiques prévues en consultation. Si ce partage des tâches et cette complémentarité sont la règle pour une majorité d actes opératoires, certaines interventions imposent la présence effective et permanente d une équipe, de par leur complexité médicale et technique : chirurgie cardiaque, thoracique, neurochirurgie, pédiatrie, transplantation, par exemple. Il faut alors reprendre les recommandations de la SFAR [9] concernant le rôle de l IADE, lesquelles laissent à l organisation locale le soin d apprécier les moyens humains à mettre en œuvre dans des situations spécifiques : «La composition de l équipe d anesthésie, son importance numérique, la répartition des rôles, la plus ou moins grande autonomie de l IADE dans le déroulement de l acte, sont déterminés par le niveau de complexité de l intervention projetée, le degré de gravité de la pathologie et l état antérieur du patient». «L intervention de l un et l autre (M.A.R. - IADE) varie selon l importance des actes d anesthésie et de chirurgie». 4. DISCUSSION On l a vu, la France dispose d un arsenal réglementaire suffisamment strict et précis concernant la (bonne) pratique de l anesthésie. Les infirmiers anesthésistes bénéficient d une formation des plus poussées parmi celles des pays industrialisés (source IFNA), leur conférant une compétence réglementée et professionnelle reconnue. Ils jouent un rôle prépondérant dans la prise en charge des quelques 8 millions de patients anesthésiés en France chaque année [10]. Ils concourent largement à la qualité des actes et soins spécifiques à l anesthésie et à la sécurité des patients. Ils doivent, dans le respect des textes et en toute responsabilité, n effectuer que des gestes et appliquer des techniques dont ils ont la pratique validée et répétée. Le décret de compétence spécifique aux IADE ne prévoit d ailleurs pas dans sa rédaction une liste d actes ou gestes précis réalisables par l IADE, tant la diversité contextuelle est grande et l évolution des techniques rapide. Il n établit en conséquence pas de hiérarchie dans les actes, à l exception des anesthésies locorégionales avec mise en place de cathéter qu il proscrit implicitement. En effet, le professionnel exerçant habituellement en chirurgie thoracique ou cardiaque n aura pas les mêmes connaissances spécifiques, ni la même dextérité pour certains gestes, que celui exerçant en pédiatrie, en orthopédie, en neurochirurgie, ORL, et vice-versa. Les disciplines sont diversifiées, les techniques plurielles. La formation est une base solide, un socle commun, mais qui, comme pour tout professionnel, doit être approfondie et adaptée au contexte d exercice. Toutefois, en France, les structures de soins sont multiples et variées, tant par le cadre juridique (public, privé, PSPH) que par la taille et la diversité des disciplines (CHU, CHG, clinique). L organisation des services, la variabilité quantitative et qualitative des personnels suivant les structures, la pénurie de moyens peuvent amener à des pratiques différentes, voire à des dérives. Des règles simples mais incontournables doivent être rappelées : Tout patient doit bénéficier d une évaluation médicale (consultation, visite préanesthésique) Tout protocole (ou stratégie anesthésique) doit être mise en œuvre, adapté et surveillé en permanence par des personnels qualifiés (M.A.R/I.A.D.E). Le médecin anesthésiste doit avoir une connaissance précise des programmes opératoires.

5 Session professionnelle 305 Le médecin anesthésiste est effectivement présent sur le plateau technique et disponible à tout moment. Le médecin anesthésiste ne délègue aucun geste ou technique à un IADE dont il n a pas évalué et constaté la pratique. L infirmier anesthésiste s assure de l évaluation médicale de tout patient à prendre en charge (dossier d anesthésie). L infirmier anesthésiste procède à un interrogatoire succinct mais complémentaire avant l intervention (jeûne, traitement ). L infirmier anesthésiste s assure de la présence effective d un médecin anesthésiste sur site et de sa connaissance du programme opératoire. L infirmier anesthésiste n effectue aucun geste ou technique dont il n a pas la maîtrise par une pratique régulière. CONCLUSION En dehors de l urgence extrême et vitale pour laquelle l infirmier anesthésiste est tenu de mettre en œuvre les gestes d urgence et de survie relevant de sa compétence (compétence élargie par rapport à celle d un I.D.E), l infirmier anesthésiste ne peut remplacer le médecin anesthésiste dans son rôle médical. En pratique, l infirmier anesthésiste est fréquemment amené à appliquer des stratégies et des techniques prescrites, à assurer l entretien de l anesthésie et la surveillance du patient. Il exerce une fonction relevant de sa compétence propre dans les limites sus décrites. Il est là dans un rôle de partage des tâches avec le médecin anesthésiste qui aura in fine jugé de la faisabilité en fonction du patient et de l acte à réaliser. L infirmier anesthésiste est bien le collaborateur idéal du médecin anesthésiste jamais en concurrence mais en parfaite complémentarité. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Décret n du 5 décembre 1994 relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé en ce qui concerne la pratique de l anesthésie et modifiant le code de la santé publique (troisième partie : Décrets). J.O., 8 décembre 1994 [2] Décret n du 15 mars 1993 relatif aux actes professionnels et à l exercice de la profession d infirmier. J.O., 16 mars 1993 [3] Texte à paraître [4] Arrêté du 30 août 1988 relatif à la formation préparant au certificat d aptitude aux fonctions d infirmier spécialisé en anesthésie-réanimation. J.O., 1 er septembre 1988 [5] Décret n du 16 février 1993 relatif aux règles professionnelles des infirmiers et infirmières. J.O., 18 février 1993 [6] Décret n du 30 novembre 1988 portant statuts particuliers des personnels infirmiers de la fonction publique hospitalière. J.O., 1 er décembre 1988 [7] Circulaire DH/FH 3 n 05 du 27 janvier 1992 relative au développement de l accès des infirmiers anesthésistes diplômés d Etat aux grades d encadrement. [8] Rod P. L approche infirmière de l Anesthésie. Revue de l infirmière sept 2000 ; Ed. Elsevier [9] Recommandations concernant le rôle de l infirmier anesthésiste diplômé d Etat. SFAR, janvier 1995 [10] Enquête SFAR/INSERM ; 3 jours d anesthésie en France, 1998

Point d étapes du projet MASTER pour la formation d infirmier anesthésiste

Point d étapes du projet MASTER pour la formation d infirmier anesthésiste Point d étapes du projet MASTER pour la formation d infirmier anesthésiste Danie Boudiguet Juillet 2011 Point d'étapes MASTER IADE juillet 2011 1 Activités IADE issues du travail DGOS 1. Préparation et

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos Avant propos Avec le développement de la chirurgie ambulatoire, le nombre de professionnels qui s intéressent à cette pratique est en croissance constante. Les «nouveaux intéressés» se heurtent souvent

Plus en détail

Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI)

Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI) Responsables: Diplôme Universitaire L Infirmier(e) de Salle de Surveillance Post-Interventionnelle (SSPI) - Pr Nathalie NATHAN-DENIZOT, service Anesthésie Réanimation, CHU Dupuytren Limoges et Faculté

Plus en détail

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE Cas cliniques CAS N 1 M. X, subit une première dilatation oesophagienne par endoscopie. Il est re-programmé un mois plus tard pour vérification sous anesthésie. On décide

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE. Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark

MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE. Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE AVANTAGES, INCONVENIENTS Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark D.A.R. 1 - Bordeaux DIU - Alternative à l Hospitalisation Conventionnelle 2005 PREMIERES APPLICATIONS

Plus en détail

RECOMMANDATIONS concernant le rôle de l'infirmier Anesthésiste Diplômé d'état

RECOMMANDATIONS concernant le rôle de l'infirmier Anesthésiste Diplômé d'état RECOMMANDATIONS concernant le rôle de l'infirmier Anesthésiste Diplômé d'état 1ère édition - Janvier 1995 Membres du groupe de travail ad hoc Pr. B. Dixneuf (Nantes), Directeur du groupe Mme E. Balagny

Plus en détail

PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. POINTS ESSENTIELS

PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. POINTS ESSENTIELS 1 Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. PRATIQUE IAD HORS DU COMMUN. L IADE À BORD D UN SOUS-MARIN NUCLÉAIRE LANCEUR D ENGINS. J. Flandrin

Plus en détail

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN

Dossier de Presse. Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé. Mercredi 4 novembre 2015. Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Dossier de Presse Inauguration de l Institut Toulousain de Simulation en Santé Pavillon U 2000 Hôpital PURPAN Mercredi 4 novembre 2015 1 Un centre à visée régionale, nationale, voire internationale L apprentissage

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Pr P François Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble Haute Autorité de santé : Chargé de Mission pour l Evaluation

Plus en détail

L Examen clinique dans la pratique infirmière. Clément Zappa

L Examen clinique dans la pratique infirmière. Clément Zappa L Examen clinique dans la pratique infirmière Clément Zappa Objectifs valoriser le rôle propre infirmier re-qualifier la définition du rôle propre infirmier et des compétences ou activités afférentes permettre

Plus en détail

Centre de Formation des Professionnels de Santé

Centre de Formation des Professionnels de Santé Centre de Formation des Professionnels de Santé Hôpital de la Cavale Blanche 29609 BREST Cedex CATALOGUE DES FORMATIONS 2014 SOMMAIRE FORMATIONS CONTINUES Responsabilité, législation :...p.3 - Obligations

Plus en détail

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX Ph.TETARD ( CH Saint Camille) M.T. GATT ( CHU Avicenne) PTETARD 2009 1 1 - LÉGISLATIONPROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière est fondé sur le décret

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES et MM les Directeurs Date : 26/11/96. des Caisses Primaires d Assurance Maladie. des Caisses Générales

Plus en détail

Annexes Convention Collective Nationale du 31 octobre 1951 Edition de juin 2014

Annexes Convention Collective Nationale du 31 octobre 1951 Edition de juin 2014 II Annexes 132 133 1 Filière : Logistique Cadres - Regroupement 4.6 2 Filière : Logistique Cadres - Regroupement 4.6 3 Filière : Logistique Cadres - Regroupement 4.6 4 Filière : Logistique Cadres - Regroupement

Plus en détail

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet

Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet Transcription textuelle de la vidéo de présentation de l hôpital Pierre-Paul Riquet L hôpital Pierre-Paul Riquet : une nouvelle ère du soin Positionné au cœur du site de Purpan, l'hôpital Pierre-Paul Riquet

Plus en détail

Formation continue Programmes DPC. Institut Régional de Formation du CHU de REIMS

Formation continue Programmes DPC. Institut Régional de Formation du CHU de REIMS 2016 Formation continue Programmes Institut Régional de Formation du CHU de REIMS Le CHU et l IRF de Reims Le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Reims assure une triple mission de soins, de formation

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00 Session 1 Lundi 5 novembre 2012 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 10.00 11.00 11.00 12.00 14.00 15.00 15.00 16.00 16.00 16.15 16.00 16.30 16.30 17.15

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui?

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Catherine Noguès, Sandrine Baffert Journée «Conception innovante des politiques publiques» 28 mars

Plus en détail

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale Guide Reconnaissance par la SSO du statut de praticien généraliste Le certificat SSO de formation postgrade en médecine dentaire générale

Plus en détail

La Chirurgie Ambulatoire

La Chirurgie Ambulatoire La Chirurgie Ambulatoire DÉFINITION, CONCEPT, FONDAMENTAUX Pr Jean-pierre Triboulet CHU Lille Colloque ANAP-HAS- 23.11.2010 DÉFINITION Projet de décret (autorisations de chirurgie) version Conseil d'etat

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CHIRURGIE

RECOMMANDATIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CHIRURGIE RECOMMANDATIONS DU CONSEIL NATIONAL DE LA CHIRURGIE De nombreux travaux et rapports effectués ces dernières années soulignent les difficultés que connaît aujourd hui la chirurgie française. Les causes

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) APPEL À CANDIDATURE

MINISTERE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) APPEL À CANDIDATURE MINISTERE DE LA SANTÉ PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) APPEL À CANDIDATURE L'OMRH et le MSPP conformément aux dispositions de l Arrêté du 11 avril 2013 fixant les modalités d'organisation des concours

Plus en détail

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX André Lienhart Membre de la Commission nationale des accidents médicaux. Département d Anesthésie-Réanimation, hôpital Saint-Antoine, 184 rue du

Plus en détail

Chapitre 1 Profession infirmière

Chapitre 1 Profession infirmière Profession infirmière Chapitre 1 Profession infirmière Présentations Héritière d un modèle religieux et soumis au modèle médical, la profession infirmière a fortement évolué au cours du siècle dernier

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Sommaire. Partie I HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DE LA SANTÉ, DES SOINS ET DES SCIENCES

Sommaire. Partie I HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DE LA SANTÉ, DES SOINS ET DES SCIENCES Sommaire Partie I HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DE LA SANTÉ, DES SOINS ET DES SCIENCES 1. Une longue introduction en trois mots.............................. 3 Autour du mot «santé» (et maladie)................................

Plus en détail

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS

ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL. MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS ANESTHESIE DANS LA CHIRURGIE AMBULATOIRE ORL MS.Haraoubia - A.Mouzali -KH.Ouennoughi - M.Z.Saadi - K.Kanoun - F.Djadane - O.Zemirli CHU BENI-MESSOUS INTRODUCTION La chirurgie ambulatoire est née il y a

Plus en détail

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive 6, rue de Flacé - 71018 Mâcon Cedex Tél. 03 85 21 19 19 - Fax 03 85 21 19 10 centredegestion@cdg71.fr SOMMAIRE Propos introductif...p.

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

cet avis validant une formation théorique et pratique au minimum

cet avis validant une formation théorique et pratique au minimum - Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-vasculaire - assistance extracorporelle Réflexions et recommandations sur les activités d assistance extracorporelle et sur l importance des infirmiers

Plus en détail

Management pour la prévention des risques en anesthésie

Management pour la prévention des risques en anesthésie Management pour la prévention des risques en anesthésie Professeur Benoît Plaud Chu Côte de Nacre, Caen plaud-b@chu-caen.fr 5ème congrès 19-20 octobre 2006 Saint-Denis 1 Evénements indésirables graves

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

LE MÉTIER D INFIRMIER

LE MÉTIER D INFIRMIER LE MÉTIER D INFIRMIER L infirmier est un maillon essentiel de l équipe médicale, au sein de l hôpital. Il doit être capable d apporter son concours à l élaboration d un diagnostic et procéder aux soins

Plus en détail

ORGANISATION ET GESTION DE LA SSPI

ORGANISATION ET GESTION DE LA SSPI Session professionnelle 281 ORGANISATION ET GESTION DE LA SSPI A. Bergaud-Barboteu, CSIA, Département d Anesthésie-Réanimation Chirurgicale, Hôpital de Bicêtre, 78, rue du Général Leclerc - 94275 Le Kremlin

Plus en détail

Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie

Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie I. Principes Généraux Ce programme de formation continue

Plus en détail

La direction des soins dans la gouvernance par pôles

La direction des soins dans la gouvernance par pôles La direction des soins dans la gouvernance par pôles I PRÉSENTATION du C.H.U. de NANTES (France) II ÉLÉMENTS DE MISE EN OEUVRE ET ROLE DES ACTEURS III BÉNÉFICES & PRÉOCCUPATIONS IV PERSPECTIVES - FACTEURS

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) :

1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) : 1 Définition des activités interventionnelles sous imagerie médicale (R.6123-128 du code de la santé publique) : Ces activités comprennent : 1 les actes électrophysiologiques : - de rythmologie interventionnelle

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 161 31 août 2010. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 161 31 août 2010. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2757 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 161 31 août 2010 S o m m a i r e Règlement ministériel du 26 juillet

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Grille patient-traceur en chirurgie ambulatoire

Grille patient-traceur en chirurgie ambulatoire Grille patient-traceur en chirurgie ambulatoire Janvier 2015 La HAS est l auteur de ce document. Ce document, comme l ensemble des publications, est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Formations 2014/2015

Formations 2014/2015 Institut de Formation en Soins Infirmiers Paris Saint-Joseph Département de formation continue Formations 2014/2015 «Apprendre tout au long de la vie» Notre enjeu : vous guider dans la réalisation de votre

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

INFIRMIÈRE / INFIRMIER

INFIRMIÈRE / INFIRMIER Direction des services d hébergement Description de fonction INFIRMIÈRE / INFIRMIER SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ QUART DE TRAVAIL : JOUR SOIR

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

La survie d un patient dépend du réalisme de la formation du personnel et de sa pratique en équipe.

La survie d un patient dépend du réalisme de la formation du personnel et de sa pratique en équipe. Adresse géographique : TECHNOPOLE 24, rue de la Télématique Saint-Etienne Adresse postale : C.E.S.U. 42 CHU DE ST ETIENNE 42055 ST-ETIENNE Cedex 2 Téléphone : 04.77.12.09.34 Télécopie : 04.77.12.08.45

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

LE DIPLÔME D IBODE PAR LA PROCEDURE DE LA VAE

LE DIPLÔME D IBODE PAR LA PROCEDURE DE LA VAE LE DIPLÔME D IBODE PAR LA PROCEDURE DE LA VAE 1 2 SOMMAIRE Introduction 5 Fiche 1: Les préalables à la démarche 7 º S informer avant de démarrer º Relayer l information auprès des salariés et de leurs

Plus en détail

Gestion des relations et collaborations dans le secteur équin

Gestion des relations et collaborations dans le secteur équin Gestion des relations et collaborations dans le secteur équin Introduction Cette charte de partenariat s inscrit dans le cadre plus large de la démarche initiée depuis 2002 et déjà formalisée pour la gestion

Plus en détail

Programme de formation continue en Chirurgie Orthopédique et Traumatologie de l Appareil Moteur

Programme de formation continue en Chirurgie Orthopédique et Traumatologie de l Appareil Moteur Programme de formation continue en Chirurgie Orthopédique et Traumatologie de l Appareil Moteur - 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement a pour base la loi fédérale sur les professions

Plus en détail

PRÉSENTATION FILIÈRE ODONTOLOGIE

PRÉSENTATION FILIÈRE ODONTOLOGIE PRÉSENTATION FILIÈRE ODONTOLOGIE Plan: Comment devenir chirurgien dentiste? Programmes Vie étudiante Avantages Difficultés Débouchés Comment devient-on chirurgien dentiste? Numérus clausus 2010-2011 :

Plus en détail

Recommandations pour l exercice de la profession d infirmier anesthésiste

Recommandations pour l exercice de la profession d infirmier anesthésiste Recommandations pour l exercice de la profession d infirmier anesthésiste Syndicat National des Infirmiers Anesthésistes 157, rue Legendre 75017 Paris Décembre 2007-2 e édition Recommandations pour l exercice

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014

Plan de mise en œuvre des options stratégiques. Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan de mise en œuvre des options stratégiques Conférence de presse, 25 septembre 2014 Plan stratégique, concertation & consensus HNE, une (déjà) longue histoire au service de la population Concertation

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire

La chirurgie ambulatoire La chirurgie ambulatoire Dr Anne MOURREGOT 24/06/2011 Historiquement, la chirurgie est ambulatoire 1230: création de la faculté de Médecine de Montpellier: la chirurgie est pratiquée dans des boutiques

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Formation post-diplôme CHUV d infirmière en domaine opératoire. Par la présente, nous vous remercions de l intérêt porté à ladite formation.

Formation post-diplôme CHUV d infirmière en domaine opératoire. Par la présente, nous vous remercions de l intérêt porté à ladite formation. Formation post-diplôme CHUV d infirmière en domaine opératoire Madame, Monsieur, Par la présente, nous vous remercions de l intérêt porté à ladite formation. Avant de compléter les modalités d inscription,

Plus en détail

FICHE DE POSTE TECHNICIEN DE LABORATOIRE LABORATOIRE DE GARDE PLURIDISCIPLINAIRE

FICHE DE POSTE TECHNICIEN DE LABORATOIRE LABORATOIRE DE GARDE PLURIDISCIPLINAIRE FICHE DE POSTE TECHNICIEN DE LABORATOIRE LABORATOIRE DE GARDE PLURIDISCIPLINAIRE ETABLISSEMENT : ROBERT DEBRE Adresse : 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Accès par : Métro : Stations Porte des Lilas (ligne

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Décret n 2012-565 du 24 avril 2012 relatif à la Commission nationale des

Plus en détail

Dr Hervé Menu Anesthésiste Réanimateur Urgentiste CMSI

Dr Hervé Menu Anesthésiste Réanimateur Urgentiste CMSI Dr Hervé Menu Anesthésiste Réanimateur Urgentiste CMSI Conflits d intêret Consultant Co auteur Webmaster www.jlar.com www.intubation.fr CHRU de Lille Début informatisation anesthésie = 2002 Premiers sites

Plus en détail

Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille

Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Le projet stratégique de l Assistance Publique Hôpitaux de Marseille 0 L AP-HM un CHU dans son environnement en région PACA 1 3 397 lits et places 2 2 CHU, 33 CH (+ 2 hôpitaux militaires) et 2 centres

Plus en détail

LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE

LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE ordre des optométristes du québec LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE VOIR QUI AU

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Les principes généraux du droit d accès aux données de santé aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Dr Stéphane CHADAPAUD SNMInf Centre Hospitalier de Hyères 1 ers EGI - 14/01/2011 - PARIS Différentes juridictions françaises Ordre administratif Traite les problèmes

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

JE SUIS INGÉNIEUR HOSPITALIER. Elections CTE/CAP

JE SUIS INGÉNIEUR HOSPITALIER. Elections CTE/CAP JE SUIS INGÉNIEUR HOSPITALIER Elections CTE/CAP le 4 Décembre 2014 Lettre aux Ingénieurs Hospitaliers La fonction d ingénieur hospitalier est née d un processus général de modernisation de l hôpital, devenu

Plus en détail

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria

Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria Expérience de la certification selon RQPH Laurence Cingria DESS en pharmacie hospitalière Séminaires Assurance Qualité Sion, le 21 juin 2005 Plan Définitions Historique SMQ Pharmacie des HUG Utilité RQPH

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 11 mars 2013 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de sage-femme NOR : ESRS1301419A

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr

DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr DOSSIER PATIENT INFORMATISÉ Rêve ou réalitr alité? CHU REIMS C Marcus, H Gomes, P Hornoy, S Roesch, R Husson, B Menanteau Reims - France Dossier Patient Informatisé Objectifs : Rappeler la structure du

Plus en détail

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions Tout sur les nouvelles cotations des perfusions L arrêté de modification du livre III de la liste des actes et prestations relatif aux perfusions est paru au Journal officiel du 30 septembre 2014. Dans

Plus en détail

CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS

CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS MISSION «EVALUATION REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE DES PRATIQUES D INVESTIGATION CLINIQUE» FINANCEE PAR LE FONDS D ACTIONS CIBLEES 2011 GIP CENGEPS FICHES PRATIQUES : LOT 5 CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS

Plus en détail

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM

Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Les défis de la formation face aux nouvelles exigences de qualité et de sécurité des URDM Plan de la présentation Partie 1 : Répondre au besoin d une relève pour une main-d œuvre qualifiée dans les URDM

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Institut Régional de management en santé de l Océan Indien

Institut Régional de management en santé de l Océan Indien LA RÉUNION, TERRE D AVENIR www.regionreunion.com Institut Régional de management en santé de l Océan Indien DOSSIER DE PRESSE 8 DÉCEMBRE 2014 OUVERTURE DE L IRMS-OI EN 2015 Sommaire 3 PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Plus en détail