Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation"

Transcription

1 Objectifs de l enseignement des mathématiques. Construire une séquence, un cours. Outils. Evaluation

2 PLAN I. CREATION DE SEQUENCES : DIFFERENTES PHASES POSSIBLES... 3 Phase 1: Lecture des programmes et documents d accompagnements, recherches documentaires... 3 Phase 2: Evaluation diagnostique - Préparation des apprentissages... 3 Phase 3: Activité de découverte- Mise en œuvre d une situation-problème... 4 Phase 4: Reformulation du savoir par les élèves... 7 Phase 5: Démonstration - Admise ou pas... 7 Phase 6: Entraînements de base... 7 Phase 7: Institutionnalisation... 8 Phase 8: Consolidation du savoir au travers de tâches complexes... 9 Phase 9: Entretien des savoirs - Approfondissement sur la durée Récapitulatif II. Création d une séance (pour 55 min de Mathématiques) III. Travail à donner en devoirs (pour continuer à faire des Mathématiques) IV. Suivi des élèves Aide pour les élèves en difficultés : Pour dédramatiser la difficulté des Mathématiques et donner à voir le progrès des élèves... 12

3 I. CREATION DE SEQUENCES : DIFFERENTES PHASES POSSIBLES BO : «Une séquence est constituée en général de plusieurs séances relatives à un même sujet d étude» Phase 1: Lecture des programmes et documents d accompagnements, recherches documentaires A. Lire le programme Prendre en compte les «en-têtes» des programmes pour en retirer les objectifs principaux d enseignement des mathématiques Voir quelles sont les capacités exigibles : o celles du Socle commun o celles du Programme Diviser, cibler tous les objectifs liés à un thème donné (vers une progression spiralée ) B. Penser à intégrer dans sa séquence: les TICE, comme appui à la compréhension, des problèmes intéressants et motivants (type narration de recherche, tâches complexes ), des situations de classe propices au développement de l activité personnelle de l élève, au raisonnement, à l autonomie et à l initiative (travail de groupe, débat en classe sur des productions d élèves, ) BO : «Les modes de gestion des regroupements d élèves, du binôme au groupe-classe, selon les activités et les objectifs visés, favorisent l expression sous toutes ses formes et permettent un accès progressif à l autonomie» C. Faire les liens possibles avec les autres thèmes, champs de données du programme D. Lire également les programmes des autres niveaux pour pouvoir comprendre comment le nouveau savoir se met en place au fil des années. E. Lire les documents d accompagnements (EDUSCOL) F. Recherches documentaires (Livres pédagogiques, IREM, APMEP, Internet ) G. Penser aux thèmes de convergences possibles BO : Importance du mode de pensée statistique dans le regard scientifique sur le monde Développement durable Energie Météorologie et climatologie Santé Sécurité Phase 2: Evaluation diagnostique - Préparation des apprentissages Evaluation diagnostique : Cela ne consiste pas à faire des révisions systématiques

4 L objectif est de connaitre les «savoirs purs, actuels» des élèves Repérer, observer, apprécier les réussites et difficultés des élèves afin de: BO : «Mise en valeur des points forts et repérage des difficultés de chaque élève à partir d évaluations diagnostiques. Repérer les acquis initiaux des élèves» Préparer un apprentissage, un nouveau savoir, adapter, organiser son cours par rapport à la classe Préparer la suite des apprentissages: (peut se faire bien en amont de la phase 2) Préparer les «outils nécessaires» pour mener à bien les activités de découvertes( phase 2) Travailler sur les compétences exigibles au socle de l année en cours ou des années antérieures. BO : «Cet entretien doit être assuré non par des révisions systématiques mais par des activités appropriées, notamment des résolutions de problèmes.» Plusieurs formes possibles: QCM, exercices rapides privilégiant le raisonnement (sans rédaction), brainstorming, Phase 3: Activité de découverte- Mise en œuvre d une situation-problème Proposer un problème qui vise la construction d un nouveau savoir. a. Créer une activité avec: des questions ouvertes, BO : «les situations plus ouvertes [ ] jouent un rôle important» où tous les élèves peuvent entrer dans le sujet (notamment avec des compétences du socle) BO : «Permettre un démarrage possible pour tous les élèves» Permettant d élaborer plusieurs types de démarches possibles BO : «Créer rapidement un problème assez riche pour provoquer des conjectures» «Fournir aux élèves, aussi souvent que possible, des occasions de contrôle de leurs résultats [ ] en prévoyant divers cheminements qui permettent de fructueuses comparaisons» Le but de l activité est de présenter le nouveau savoir comme un outil efficace pour franchir l obstacle BO : Des situations créant un problème dont la solution fait intervenir des «outils», c est-à-dire des techniques ou des notions déjà acquises, afin d aboutir à la découverte ou à l assimilation de notions nouvelles[ ]elles fournissent à leur tour de nouveaux «outils» [ ]

5 Au travers de ces problèmes, les élèves doivent se rendre compte de l insuffisance de leurs conceptions antérieures BO : «identifier les conceptions ou les représentations des élèves, ainsi que les difficultés persistantes (analyse d'obstacles cognitifs et d erreurs)» Bien penser à l analyse à priori de l activité (voir création d une séance) BO : «prendre en compte les objectifs visés et une analyse préalable des savoirs en jeu, ainsi que les acquis et les conceptions initiales des élèves» «élaborer un scénario d enseignement en fonction de l analyse de ces différents éléments.» b. Privilégier le travail de groupe et le débat mathématique en classe (notamment en examinant, critiquant les productions de chaque groupe) BO : «moments de débat interne au groupe d élèves» «confrontation des propositions, débat autour de leur validité, recherche d arguments» «différentes stratégies qui doivent être explicitées et confrontées, sans nécessairement que soit privilégiée l une d entre elles.» c. Penser à intégrer si possible des activités utilisant les TIC qui permettent d établir des conjectures BO : «L utilisation d outils logiciels est particulièrement importante et doit être privilégiée chaque fois qu elle est une aide à l imagination, à la formulation de conjectures ou au calcul»

6 Exemple de situations-problèmes :

7 BO : «Dans le domaine du calcul littéral, les exigences du socle ne portent que sur les expressions du premier degré à une lettre et ne comportent pas les techniques de résolution algébrique ou graphique de l équation du premier degré à une inconnue» «Faire des mathématiques, c est se les approprier par l imagination, la recherche, le tâtonnement et la résolution de problèmes, dans la rigueur de la logique et le plaisir de la découverte.» Phase 4: Reformulation du savoir par les élèves Le professeur demande aux élève de formuler avec leurs propres mots le nouveau savoir: «règle-élève» «Qu avons-nous appris aujourd hui?» BO : Reformulation écrite par les élèves, avec l aide du professeur, des connaissances nouvelles acquises Phase 5: Démonstration - Admise ou pas Faire émettre le doute sur la généralité du résultat puis soit: On admet le résultat et on le précise aux élèves: «Les mathématiciens ont démontré cette propriété mais on l admettra cette année» BO : «l enseignant doit préciser explicitement qu un résultat mathématique qui n est pas démontré est admis.» On démontre la propriété en favorisant le raisonnement (idées clés de la démonstration) Soit, on reporte la démonstration ou la donner sous forme de devoir à la maison Phase 6: Entraînements de base a. Evaluer la compréhension du nouveau savoir sans rédaction imposée: Favoriser le raisonnement, ainsi que l autonomie et l initiative b. Bien distinguer les phases : o de recherche, de raisonnement o de mise en forme, de communication BO : «deux étapes doivent être distinguées : la première, et la plus importante, est la recherche et la production d une preuve ; la seconde, consistant à mettre en forme la preuve, ne doit pas donner lieu à un formalisme prématuré» «important de ménager une grande progressivité dans l apprentissage de la démonstration» «faire une large part au raisonnement, enjeu principal de la formation mathématique au collège» «Dans le cadre du socle commun, qui doit être maîtrisé par tous les élèves, c est la première étape, qui doit être privilégiée, notamment par une valorisation de l argumentation orale» But : Comprendre que bien rédiger est une nécessité pour se faire comprendre des autres élèves (le professeur comprend facilement, c est des autres élèves qu il doit se faire comprendre). BO : «La mise en forme d une preuve gagnent à être travaillées collectivement, avec l aide du professeur, et à être présentées comme une façon convaincante de communiquer un raisonnement aussi bien à l oral que par écrit»

8 Méthode : Choisir diverses productions et les soumettre à la critique via un débat ou travail de groupe et se mettre d accord sur une ou plusieurs bonnes rédactions. BO : «Un moyen efficace pour faire admettre la nécessité d un langage précis, en évitant que cette exigence soit ressentie comme arbitraire par les élèves, est le passage du «faire» au «faire faire» (exercices de figures téléphonées, de description d une méthode de résolution, ) «les mathématiques participent à la maîtrise de la langue, tant à l écrit [ ] qu à l oral, en particulier par le débat mathématique et la pratique de l argumentation» Proposer également des exemples où la propriété ne s applique pas: Travail sur les contre-exemples Phase 7: Institutionnalisation Institutionnaliser la propriété en la décontextualisant lorsque l on «sent» que la notion a pris du sens chez les élèves. BO : «les connaissances doivent être identifiées, nommées et progressivement détachées de leur contexte d apprentissage.» Le but est que le nouveau savoir prend un statut plus général, qui n est plus forcément lié à la situation de découverte, afin que les élèves puissent le mobiliser dans d autres contextes. R. Douady : Le chercheur crée des concepts qui jouent le rôle d outil pour résoudre des problèmes. Lors du passage à la communauté scientifique, le concept est décontextualisé de façon à pouvoir resservir. Il devient alors un objet de savoir et prend place dans un édifice plus large, le savoir scientifique du moment : Dialectique outil-objet. Possibilité d illustrer la propriété, le statut de généralité à l aide des TIC Remarque: Certains chapitres comme les statistiques peuvent être traités en «fil rouge» pendant toute l année en multipliant les occasions d être confronté au nouveau savoir. L institutionnalisation peut se faire ici qu en fin d année!

9 Phase 8: Consolidation du savoir au travers de tâches complexes La tâche complexe est une tâche mobilisant des ressources internes (culture, capacités, connaissances, vécu...) et externes (aides méthodologiques, protocoles, fiches techniques, ressources documentaires...). Les tâches complexes permettent de motiver les élèves et de les former à gérer des situations concrètes de la vie réelle en mobilisant les connaissances, les capacités et les attitudes acquises pour en développer de nouvelles. Elle fait donc partie intégrante de la notion de compétence. Vade-mecum : «[ ] tâche complexe, exercice ou problème qui, posé sous une forme ouverte et mettant en oeuvre une combinaison de plusieurs procédures et mobilisant plusieurs ressources, rend possible la mise en oeuvre de stratégies personnelles diverses et donc pas exclusivement la stratégie experte.» BO : «L évaluation de la maîtrise d une capacité [ ] ne peut pas se limiter à la seule vérification de son fonctionnement dans des exercices techniques. Il faut aussi s assurer que les élèves sont capables de la mobiliser d eux-mêmes, en même temps que d autres capacités, dans des situations où leur usage n est pas explicitement sollicité dans la question posée.» Une tâche complexe ne se réduit pas à l application d une procédure automatique. Chaque élève peut adopter une démarche personnelle de résolution pour réaliser la tâche. Après avoir mis l élève dans une situation réaliste destinée à motiver la recherche, on lui précise ce qu'il doit faire, de façon ouverte, sans détailler, et ce qu'il doit produire, mais sans lui dire comment s'y prendre ni lui donner de procédure 3 niveaux de maitrise (Vademecum B. Rey) : Premier niveau de maîtrise : La simple restitution de savoir dans des exercices d application à l identique. Par exemple être capable, dans une situation simple dans laquelle le contexte d utilisation d un théorème est explicite, d utiliser ce théorème. Second niveau de maîtrise : Réinvestissement de la ressource dans une situation simple mais inédite. Troisième niveau de maîtrise : Savoir choisir et combiner plusieurs ressources autrement dit être capable d identifier des contextes pertinents d utilisation de cette ressource (l utiliser correctement et quand il le faut, ne pas l utiliser quand il ne le faut pas) y compris dans des situations inédites, voire de tâches complexes Proposer des tâches complexes de niveau 2 voire 3. Attention, il n est pas obligé de faire le niveau 2 avant le 3! Ce qui compte, c est de varier les différents niveaux de maitrise dans la durée. Travail progressif sur la mise en forme, la rédaction en mutualisant les diverses productions d élèves

10 Phase 9: Entretien des savoirs - Approfondissement sur la durée Proposer régulièrement, sur la durée des exercices sur le thème en question (Tâches complexes, DM ) - Idée de «retour», de progression spiralée BO : «tout apprentissage se réalise dans la durée, dans des activités variées et que toute acquisition nouvelle doit être reprise, consolidée et enrichie.» Approfondir le sujet suivant le niveau de la classe: Dépasser le Socle qui est nécessaire à tous et arriver au Programme qui est une ambition pour tous Vade-mecum : Deux objectifs de formation : le souhaitable pour tous (le programme), le nécessaire à tous (le Socle commun). Proposer des problèmes plus complexes où la notion se recouvre sur plusieurs champs du programme BO : «l enseignant réalise, avec les élèves, des synthèses plus globales, à l issue d une période d étude et propose des problèmes dont la résolution nécessite l utilisation de plusieurs connaissances.» Varier les différents niveaux de maitrises dans les exercices : Donner du temps à tous les élèves pour acquérir le nouveau savoir BO : «il convient d envisager que c est parfois dans le cadre d un travail ultérieur, en travaillant sur d autres aspects de la notion en jeu ou sur d autres concepts, qu une capacité non maîtrisée à un certain moment pourra être consolidée.»

11 Récapitulatif Phase 1: Lecture des programmes, documents d accompagnements Avant Phase 2: Préparation des apprentissages, évaluation diagnostique Phase 3: Activité de découverte: Situation-problème Phase 4: Reformulation du savoir par l élève Pendant Phase 5: Démonstration admise ou non Phase 6: Entrainement de base (favoriser le raisonnement) Phase 7: Institutionnalisation - Illustration TIC Phase 8: Consolidation du savoir (mise en place progressive de la mise en forme) Phase 9: Entretien des savoirs - Approfondissement sur la durée Juste après Après Sur la durée Remarques: L ordre des phases peut-être modifié Les différentes phases peuvent-être reprises plusieurs fois pour une même séquence Procéder au découpage de la séquence en plusieurs phases à intégrer dans une progression spiralée sur l année II. Création d une séance (pour 55 min de Mathématiques) Quelques conseils: Analyse à priori ou scénario d usage avec: Différentes phases de la séance (correction exercices, activités de découvertes, fin de séance ) Bien distinguer les phases en cours devant les élèves Timing approximatif de chaque phase Rôle du professeur dans chaque phase Etre clair dans les consignes apportées aux élèves Rôle de l élève dans chaque phase: «Travail de l élève à expliciter en classe - métier de l élève» Support et matériels utilisés Ecrire au début toute la simulation du cours peut aider à mieux gérer sa séance Scénario d'usage T0 (Annexe 1) Autre exemple (Annexe 2) La meilleure improvisation est celle que l on a le mieux anticipée Exemples de scénarios d usages (cf. ci-joint) Attention: Il faut être capable de se détacher de la simulation devant une classe et s adapter au rythme des élèves. C EST ESSENTIEL!

12 Déroulement possible d une séance Correction d exercices ou exercices simples pour entretenir un savoir, préparer un apprentissage (niveau socle), calcul mental Présenter ce qui va être fait aujourd hui Reprise des phases vues dans le déroulement d une séquence (aller au moins si possible à la phase 5: entrainements de bases) Fin de séance: Donner le travail à faire et surtout demander aux élèves: «Qu avons-nous appris aujourd hui?» III. Travail à donner en devoirs (pour continuer à faire des Mathématiques) Au collège, on distingue plusieurs types de travaux personnels (BO) : Résolution d exercices d entrainement Etude du cours : Ils doivent accompagner en règle générale toutes les séances de mathématiques Travaux individuels de rédactions : (notamment les fameux «devoirs à la maison») qui peuvent prendre des formes variées : Travaux possibles sur chaque phase vue précédemment. Résolution de problèmes variés développant les capacités de raisonnement (NR, problème ouvert, énigmes, tâches complexes ) Recherche documentaire (exposés, biographie ) Enquête, sondage, constitution d un dossier sur un thème donné. Compte-rendu, synthèse d une séance de travaux dirigés (rédiger une démonstration vue en cours ) Construction d objets géométriques divers La fréquence de ces travaux doit être élevée. Mieux faire «souvent et court» que «rarement et long»! IV. Suivi des élèves Aide pour les élèves en difficultés : Pour dédramatiser la difficulté des Mathématiques et donner à voir le progrès des élèves Quelques conseils pour les élèves en difficultés Penser à interroger tous les élèves dans un cours Repérer ainsi rapidement les élèves en difficultés Etre à l écoute des élèves dans les diverses phases vues précédemment Valoriser leurs réussites et les aider sur les points où ils sont en difficultés par le biais de questions ouvertes (pour ainsi favoriser toujours le raisonnement) Vade-mecum : «à intervenir de façon suffisamment ouverte pour amener l élève à poursuivre son raisonnement»

13 Aider certains élèves dans la capacité C1 (reformuler ) afin de lui permettre de franchir d autres obstacles liés à C2, C3, C4 Travail sur l oral BO : L enseignant guide le travail des élèves et, éventuellement, l aide à reformuler les questions pour s assurer de leur sens. Vade-mecum : Par exemple un élève qui reformule bien la consigne et qui montre qu il comprend ce qui lui est demandé, peut à cette occasion montrer C1. Evaluer les élèves pendant le cours sur les difficultés rencontrées (raisonnement, rédaction, lecture de consigne, appliquer des consignes ) On peut par exemple lors de phase de réflexion interviewer les élèves sur leur démarche personnelle Vade-mecum : «à mener de petites interviews, pour mieux analyser les erreurs commises et la nature des blocages» Proposer des aides personnalisées, aides les TIC, internet Vade-mecum : «à lever certains obstacles, dont l évaluation est différée parce que les élèves ne sont pas encore prêts» Créer des grilles d évaluation et fiches de suivi Favoriser l autoévaluation de l élève (autonomie et initiative)

14 Exemples de grilles d évaluation et fiche de suivi de 5 ème A EVITER : TROP LOURD à gérer - Pas d usines à cases! Fiche de suivi 5 ème

15 Bon exemple permettant de repérer et valoriser les réussites des élèves 1 Les 8 premières colonnes correspondent aux 8 items de la compétence 3 de la grille de référence du socle commun que les professeurs de mathématiques doivent renseigner positivement : D1 : Organisation et gestion de données D2 : Nombres et calculs D3 : Géométrie D4 : Grandeurs et mesures C1, C2, C3, C4 : Les 4 items du domaine «Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des problèmes TIC : Techniques usuelles de l information et de la communication : Lié à la compétence 4 du Socle Commun (B2i) I : Investissement personnel (que l on peut également évaluer en travail de groupe) lié aux compétences 6 et 7 du Socle Commun Une grille plus détaillée pour le professeur dans le cadre d une remédiation 2 1 Issue du document ressource sur le site académique de la Réunion en Mathématiques : ICOSAWEB Légèrement modifiée pour être conforme aux dernières recommandations de la DGESCO. 2 Adaptée par D. MICHEL Collège de Cambuston

16 3 Créée par M. GRONDIN Collège de Montgaillard Un autre bon exemple: 3

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

Grilles d évaluations

Grilles d évaluations Grilles d évaluations 1) Quelques définitions Evaluer (De Ketele 1 ) signifie : Recueillir un ensemble d informations suffisamment pertinentes, valides et fiables Et examiner le degré d adéquation entre

Plus en détail

Une histoire de boîte (F Estevens) Ou comment faire évoluer la notion de fonction du collège au lycée à partir. d une même problématique?

Une histoire de boîte (F Estevens) Ou comment faire évoluer la notion de fonction du collège au lycée à partir. d une même problématique? Une histoire de boîte (F Estevens) Ou comment faire évoluer la notion de fonction du collège au lycée à partir Enoncé : d une même problématique? Une histoire de boîtes (cinquième) On dispose d une feuille

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs)

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 1 Fiche professeur Niveaux et objectifs pédagogiques 5 e : introduction ou utilisation

Plus en détail

Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques)

Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques) Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques) TITRE: De la proportionnalité aux statistiques, pour une efficacité individuelle et collective. I Caractéristiques

Plus en détail

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME 1 LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME CYCLES 2 ET 3 Circonscription de Grenoble 4 Evelyne TOUCHARD conseillère pédagogique Mots clé Démarche d enseignement - catégories de problèmes (typologie)- problème du jour-

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Le Socle Commun de Connaissances et de Compétences

Le Socle Commun de Connaissances et de Compétences Le Socle Commun de Connaissances et de Compétences La notion de tâche complexe TÂCHE COMPLEXE? La tâche présentée est-elle complexe? Pourquoi? 2 TÂCHE COMPLEXE? À partir de la lecture des différents documents,

Plus en détail

Séminaire inter-académique LYON (12-13 décembre 2007) Expérimentation en mathématiques, épreuve pratique de mathématiques : formation des élèves

Séminaire inter-académique LYON (12-13 décembre 2007) Expérimentation en mathématiques, épreuve pratique de mathématiques : formation des élèves Séminaire inter-académique LYON (12-13 décembre 2007) Expérimentation en mathématiques, épreuve pratique de mathématiques : formation des élèves (atelier animé par l académie de Besançon) Le fil conducteur

Plus en détail

Année scolaire 2013-2014. premier cycle du secondaire FMS

Année scolaire 2013-2014. premier cycle du secondaire FMS Matière : Anglais premier cycle du secondaire FMS Anglais Interagir oralement en anglais Réinvestir sa compréhension des textes 30 % Du 28 août au 8 novembre Du 11 nov. au 7 février Participation aux Participation

Plus en détail

Programmes du collège

Programmes du collège Bulletin officiel spécial n 6 du 28 août 2008 Programmes du collège Programmes de l enseignement de mathématiques Ministère de l Éducation nationale Classe de quatrième Note : les points du programme (connaissances,

Plus en détail

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles S3CP Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles Référentiel Le présent socle décrit un ensemble de connaissances et compétences devant être apprécié dans un contexte professionnel.

Plus en détail

Organisation et gestion de données cycle 3

Organisation et gestion de données cycle 3 Organisation et gestion de données cycle 3 Clarifier les enjeux de cet enseignement Formation d enseignants de cycle 3 Circonscription de Grenoble 2 Positionnement de la pratique. En classe, comment travaillez-

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES

LICENCE DE MATHÉMATIQUES COLLEGIUM SCIENCES ET TECHNOLOGIES LICENCE DE MATHÉMATIQUES Parcours Mathématiques (Metz et Nancy) Parcours Mathématiques-Économie (Metz) OBJECTIFS DE LA FORMATION La licence de Mathématiques vise à donner

Plus en détail

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2?

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2? Une tâche complexe peut-être traitée : Gestion d une tâche complexe A la maison : notamment les problèmes ouverts dont les connaissances ne sont pas forcément liées au programme du niveau de classe concerné

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

TRAAM 2011/2012 «Formation au calcul et résolution de problèmes» Des tables de multiplication aux expressions littérales

TRAAM 2011/2012 «Formation au calcul et résolution de problèmes» Des tables de multiplication aux expressions littérales TRAAM 2011/2012 «Formation au calcul et résolution de problèmes» Des tables de multiplication aux expressions littérales Introduction Le constat Le constat est unanime : «Les élèves ne connaissent plus

Plus en détail

Tâches Complexes. Noël LAVERNY. Lycée Chateaubriand Rome Clge A. Dumas Naples, EEMCP2, AEFE

Tâches Complexes. Noël LAVERNY. Lycée Chateaubriand Rome Clge A. Dumas Naples, EEMCP2, AEFE Tâches Complexes Noël LAVERNY Lycée Chateaubriand Rome Clge A. Dumas Naples, EEMCP2, AEFE Tâches complexes Mobilise Connaissances, capacités, attitudes, culture Différentes ressources (aides méthodologiques,

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Les dimensions de la tablette

Les dimensions de la tablette Les dimensions de la tablette Niveau d enseignement Type d activité Durée Outils Compétences mathématiques Prérequis TICE Place dans la progression, moment de l étude Forme de calcul favorisée Commentaires

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Classe(s) : 3 ème 2 nde

Classe(s) : 3 ème 2 nde Le toit de René Classe(s) : 3 ème 2 nde Approche de la notion de fonction à l aide d une situation concrète 1) Objectifs Mathématiques : - Notion de variable et notion de fonction. - Réinvestissement de

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Compétences documentaires et numériques (basées sur le PACIFI) à acquérir de la 6 à la terminale

Compétences documentaires et numériques (basées sur le PACIFI) à acquérir de la 6 à la terminale Compétences documentaires et numériques (basées sur le PACIFI) à acquérir de la 6 à la terminale En 6 : On attend d'un élève de 6 qu'il sache se repérer dans le CDI, trouver une fiction et un documentaire,

Plus en détail

Mise en œuvre du livret personnel de compétences

Mise en œuvre du livret personnel de compétences Mise en œuvre du livret personnel de compétences Sommaire 1. Pourquoi un livret personnel de compétences? 2. Qu est-ce que le livret personnel de compétences? 3. Comment valider une compétence? 4. Livret

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

PREPARER DES SEANCES DE RECHERCHES POUR LES ELEVES METTANT EN ŒUVRE LES TICE

PREPARER DES SEANCES DE RECHERCHES POUR LES ELEVES METTANT EN ŒUVRE LES TICE PREPARER DES SEANCES DE RECHERCHES POUR LES ELEVES METTANT EN ŒUVRE LES TICE REFLEXIONS PREALABLES - Définir un ou des sujet (s) o En relation avec les programmes Recherche en amont ou en aval du cours

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

La tâche complexe, un enjeu de l'enseignement des mathématiques

La tâche complexe, un enjeu de l'enseignement des mathématiques La tâche complexe, un enjeu de l'enseignement des mathématiques Frédéric Barôme page 1 La tâche complexe, un enjeu de l'enseignement des mathématiques Enseigner en accord avec l'activité scientifique Pratiquer

Plus en détail

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR 1 SOMMAIRE 2 PREPARER HEC / L ESCP EUROPE A L ELEAD 3 -L EPREUVE DE DOSSIER 4 - L EPREUVE DE LANGUE 5 -L EPREUVE D OPTION 6 - LES EPREUVES ORALES

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

Chères collègues, chers collègues,

Chères collègues, chers collègues, Chères collègues, chers collègues, Les IREM ont été créés en 1969 avec les missions suivantes : - mener des recherches sur l enseignement des mathématiques ; - contribuer à la formation initiale et continue

Plus en détail

USAIN BOLT. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1...

USAIN BOLT. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1... USAIN BOLT Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève 1... 5 Fiche élève 2... 6 Narration de séances et productions d élèves... 7 1 Fiche professeur USAIN BOLT Niveaux et objectifs pédagogiques

Plus en détail

Enseigner les Lettres avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr

Enseigner les Lettres avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr Académie de Dijon Enseigner les Lettres avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Créer un forum d écriture avec

Plus en détail

S.E.G.P.A. / S.E.G.P.A. DP3

S.E.G.P.A. / S.E.G.P.A. DP3 S.E.G.P.A. / S.E.G.P.A. DP3 A la S.E.G.P.A du collège Gérard Philipe Clermont Ferrand 3 mini-entreprises ont été créées 2 mini-entreprises avec les élèves de 3 SEGPA du champ professionnel Hygiène Alimentation

Plus en détail

ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM

ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM Détour historique En 1909:«Les exercices de calcul mental figureront à l emploi du temps et ne devront pas être sacrifiés à des

Plus en détail

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 Module 6 heures Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 VADE-MECUM - Découverte professionnelle - Module 6 heures 1 Rappel Le module de découverte professionnelle

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

3 ème FONCTIONS. Pratiquer une démarche scientifique et technologique. Capacités

3 ème FONCTIONS. Pratiquer une démarche scientifique et technologique. Capacités 3 ème Les exercices de ce chapitre permettent de travailler des compétences scientifiques du socle commun. Pratiquer une démarche scientifique et technologique Capacités Rechercher, extraire et organiser

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

PROJET D ACTION VISANT LA REUSSITE DES ELEVES DE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL EN STS «PEDAGOGIE DIFFERENCIEE EN BTS CGO» LYCEE LE CORBUSIER DE POISSY

PROJET D ACTION VISANT LA REUSSITE DES ELEVES DE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL EN STS «PEDAGOGIE DIFFERENCIEE EN BTS CGO» LYCEE LE CORBUSIER DE POISSY Cité scolaire Le CORBUSIER 88, rue de Villiers 78300 POISSY Tél.: 01-39-65-13-55 / Fax: 01-30-65-99-22 www.lyc-lecorbusier-poissy.acversailles.fr Logo établissement conçu par une élève de 3 ème B du collège

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

1.1 Les critères de pertinence 1.2 Des exemples. Un aspect d une question de gestion

1.1 Les critères de pertinence 1.2 Des exemples. Un aspect d une question de gestion L étude de gestion Mise en œuvre Web conférence du 28 juin 2012 L étude de gestion 1 Le sujet 1.1 Les critères de pertinence 1.2 Des exemples 2 L organisation annuelle 2.1 Les temps nécessaires 2.2 les

Plus en détail

Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves. Organisation de la journée. Rappel des textes officiels.

Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves. Organisation de la journée. Rappel des textes officiels. Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves Objectifs -Poser des repères pour confronter les élèves à la démarche scientifique, aux problèmes historiques et géographiques

Plus en détail

Organisation et gestion des données

Organisation et gestion des données Organisation et gestion des données Résoudre des problèmes Etablir une programmation de cycle Maîtriser l usage de didacticiels Equipe de la circonscription d Albi Mars 2012 Organisation et gestion des

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

S entraîner au calcul mental

S entraîner au calcul mental E F C I - R E H S E S O S A PHOTOCOPIER S R U C Une collection dirigée par Jean-Luc Caron S entraîner au calcul mental CM Jean-François Quilfen Illustrations : Julie Olivier Sommaire Introduction au calcul

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

Les tâches complexes

Les tâches complexes Les tâches complexes 1) Définition 2) Eléments constitutifs des tâches complexes 3) Tâches complexes des évaluations nationales 2011 4) Tâches complexes différenciées 5) Tâches complexes et difficulté

Plus en détail

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative»

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» Les TICE, un mode d accès à mon autonomie bien sûr! «L'autonomie n'est pas un don! Elle ne survient pas par une sorte de miracle!

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

FORMATION L ÉVALUATION

FORMATION L ÉVALUATION FORMATION L ÉVALUATION Economie-gestion en lycée professionnel Académie de la Guyane 2014-2015 Formation Date : vendredi 05 Décembre 2014 Lieu : LP Raymond TARCY / Saint Laurent du Maroni Public : professeurs

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

La démarche d investigation en mathématiques. 26 novembre 2008 La démarche d investigation en mathématiques P. KOBER- IUFM Nice

La démarche d investigation en mathématiques. 26 novembre 2008 La démarche d investigation en mathématiques P. KOBER- IUFM Nice La démarche d investigation en mathématiques 1) Qu est ce que la démarche d investigation en sciences? 2) Qu est-ce que faire des mathématiques? - Pour un chercheur Plan de cette intervention - Dans l

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

LA BATTERIE DU PORTABLE

LA BATTERIE DU PORTABLE LA BATTERIE DU PORTABLE Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 4 Narration de séance et productions d élèves... 5 1 Fiche professeur LA BATTERIE DU PORTABLE Niveaux et objectifs pédagogiques

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 2

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 2 Exemple de sujet n 2 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 2 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE, GESTION ET EVALUATION DES TACHES COMPLEXES DANS LE CADRE DU SOCLE COMMUN Mars 2011

MISE EN ŒUVRE, GESTION ET EVALUATION DES TACHES COMPLEXES DANS LE CADRE DU SOCLE COMMUN Mars 2011 MISE EN ŒUVRE, GESTION ET EVALUATION DES TACHES COMPLEXES DANS LE CADRE DU SOCLE COMMUN Mars 2011 Document rédigé par MICHEL David, Professeur agrégé au collège de Cambuston, St André. Avec la participation

Plus en détail

L évaluation des compétences. D après V Carette, JM De Ketele IEN Tyrosse G. De Vecchi P Meirieu ien de Tyrosse

L évaluation des compétences. D après V Carette, JM De Ketele IEN Tyrosse G. De Vecchi P Meirieu ien de Tyrosse L évaluation des compétences D après V Carette, JM De Ketele IEN Tyrosse G. De Vecchi P Meirieu ien de Tyrosse Françoise Reale-Bruyat mars 2012 Définir la compétence Une mobilisation et un choix des ressources

Plus en détail

DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES Ecole Elémentaire des Cigales 06240 Beausoleil

DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES Ecole Elémentaire des Cigales 06240 Beausoleil DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES Ecole Elémentaire des Cigales 06240 Beausoleil Circonscription de Menton I. Eléments de diagnostic en lien avec le contexte de l école - Les résultats des élèves

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE DANS LES PORTFOLIOS EUROPEENS DES LANGUES Francis Goullier Portfolio européen des langues Maquettes et ressources 1 Comment prendre

Plus en détail

La différenciation pédagogique comment faire?

La différenciation pédagogique comment faire? La différenciation pédagogique comment faire? 1 AT E L I E R E N C AD R É C Y C L E S 2 & 3 2 0 11-2012 C I R C O N S C R I P T I O N G R E N O B L E 4 E V E LY N E T O U C H A R D C P C Objectifs de l

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES

ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IV DEFINITION DES EPREUVES EP1 : TECHNIQUES ESTHETIQUES Epreuve pratique et écrite - Coefficient : 7 - Durée : 3h 30 + coefficient 1 pour l évaluation de la VSP L attestation de formation à l utilisation

Plus en détail

TABLEAU A DOUBLE ENTREE

TABLEAU A DOUBLE ENTREE TABLEAU A DOUBLE ENTREE Grande Section Instructions officielles Ecole maternelle (découvrir le monde) : «À l école maternelle, l enfant découvre le monde proche ; il apprend à prendre et à utiliser des

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire

RAPPORT D ÉVALUATION. Rapport d évaluation du stage probatoire Rapport d évaluation du stage probatoire RART D ÉVALUATIN Grilles d évaluation des compétences et fiche d observations Bilan des compétences Règle de décision nseignante ou enseignant : École ou centre

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

Des activités mathématiques à l école primaire

Des activités mathématiques à l école primaire 564 Atelier Dm 25 I. Introduction Des activités mathématiques à l école primaire Pourquoi? Quand? Comment? Brigitte Morel Dimanche matin, 8h30, nous cherchons la salle, nous nous installons, première bonne

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» :

IFIP Conseil. «Une formation opérationnelle des agents de terrain en relation sociale de proximité avec les habitants pour» : FORMATION : MIEUX GERER LES RELATIONS AUX HABITANTS Finalité de la formation : Réduire le stress. Communiquer et gérer les relations, anticiper. Agir de manière appropriée lors des situations délicates

Plus en détail

ACTIVITES LANGAGIERES : Interaction orale / Compréhension de l oral / Production écrite (en interaction)!

ACTIVITES LANGAGIERES : Interaction orale / Compréhension de l oral / Production écrite (en interaction)! TITRE: NEW YEAR S RESOLUTIONS ACTIVITES LANGAGIERES : Interaction orale / Compréhension de l oral / Production écrite (en interaction) DESCRIPTEURS CECRL : A2 vers B1 : Ecouter et Comprendre Comprendre

Plus en détail

L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES

L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES Les enjeux : L ETUDE DE GESTION et LES PRATIQUES COLLABORATIVES La réalisation de l étude de gestion va se faire dans le cadre d un travail collaboratif et va vous amener à découvrir ce qu est le travail

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS?

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS? Travailler en îlots bonifés selon la méthode pédagogique créée par Marie Rivoire. par Catherine Manesse et Anne Dauvergne IPR Langues vivantes Académie de Dijon Cette façon de travailler, dont on entend

Plus en détail

Enseigner la lecture analytique en 3ème avec une tablette numérique

Enseigner la lecture analytique en 3ème avec une tablette numérique Enseigner les Langues et Cultures de l Antiquité avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Enseigner la lecture

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD!

Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD! Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD!) 1. Réaliser la note sur l auteur (bien lire le document, utiliser Internet)

Plus en détail

CLASSE DE 3 ème. Présentation de l année

CLASSE DE 3 ème. Présentation de l année CLASSE DE 3 ème Présentation de l année Quelques points de repères pour l année de 3 ème 1 er trimestre Informations La classe rencontre la conseillère d Orientation Réunion d information parents / direction

Plus en détail

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2

PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS. DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ÉCOLES PRÉPARER LA PREMIÈRE ÉPREUVE ORALE D ADMISSION OPTION EPS DEVOIRS SUPPLÉMENTAIRES 1 et 2 Rédaction Jean-Pierre GUICHARD Conseiller pédagogique en EPS Ministère

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

QUELLE EST LA SUPERFICIE DE TON ETABLISSEMENT?

QUELLE EST LA SUPERFICIE DE TON ETABLISSEMENT? QUELLE EST LA SUPERFICIE DE TON ETABLISSEMENT? FICHE PROFESSEUR NIVEAUX ET OBJECTIFS PEDAGOGIQUES 6 e : mise en œuvre des notions de périmètre et d aire 5 e : réactivation des notions précédentes. MODALITES

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DU 25/11/2014 RÉNOVATION DU BTS COMPTABILITÉ GESTION DES ORGANISATIONS Ce document n a aucune valeur réglementaire et ne se substitue pas aux textes officiels INTRODUCTION La

Plus en détail

Projet Pédagogique de l Ecole:

Projet Pédagogique de l Ecole: Projet Pédagogique de l Ecole: Organisation de l école et du temps de classe : L'école accueille des enfants de 2ans1/2 à 11 ans, c'est-à-dire de la maternelle jusqu à l entrée au collège. L école fonctionne

Plus en détail

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation PROFILS DES ELEVES Difficultés d ordre méthodologique et d organisation Les élèves commencent les exercices avant d avoir vu la leçon; ils ne savent pas utiliser efficacement les manuels. Ils ne se rendent

Plus en détail

Préparer une sortie scolaire avec nuitées Le projet pédagogique. Circonscription de Bourgoin-Jallieu 2

Préparer une sortie scolaire avec nuitées Le projet pédagogique. Circonscription de Bourgoin-Jallieu 2 Préparer une sortie scolaire avec nuitées Le projet pédagogique. 1 Circonscription de Bourgoin-Jallieu 2 Préparer une sortie scolaire avec nuitées Le projet pédagogique «L'école est le lieu d'acquisition

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU TITRE PROFESSIONNEL Formateur(trice) Professionnel(le) d'adultes Niveau III Site : http://www.emploi.gouv.fr REFERENTIEL DE CERTIFICATION D'UNE SPECIALITE DU TITRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Formation hybride et à distance : innovations francophones Centre for literacy, Webinaire du 21 mai 2015

Formation hybride et à distance : innovations francophones Centre for literacy, Webinaire du 21 mai 2015 Formation hybride et à distance : innovations francophones Centre for literacy, Webinaire du 21 mai 2015 Usages du numérique en formation des personnes en situation d illettrisme en France : Développements

Plus en détail

EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION

EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION Aix-en-Provence Mars 2010 Laurence Giovannoni, IA-IPR d anglais Académie d Aix-Marseille Baladodiffusion: définition Traduction du mot podcasting: ipod

Plus en détail

Projet de référentiel pour le parcours d éducation artistique et culturelle - école primaire et collège - 18 décembre 2014

Projet de référentiel pour le parcours d éducation artistique et culturelle - école primaire et collège - 18 décembre 2014 Projet de référentiel pour le parcours d éducation artistique et culturelle - école primaire et collège - 18 décembre 2014 www.education.gouv.fr/csp/ culturelle : avertissement Le projet de référentiel

Plus en détail

Collège Willy Mabrut, 10, route de Clermont-Ferrand 63760 - BOURG LASTIC Tél : 04 73 21 82 31 Fax : 04 73 21 87 60 ce.0630011v@ac-clermont.

Collège Willy Mabrut, 10, route de Clermont-Ferrand 63760 - BOURG LASTIC Tél : 04 73 21 82 31 Fax : 04 73 21 87 60 ce.0630011v@ac-clermont. Établissement : Collège Willy Mabrut, 10, route de Clermont-Ferrand 63760 - BOURG LASTIC Tél : 04 73 21 82 31 Fax : 04 73 21 87 60 ce.0630011v@ac-clermont.fr Titre du projet : création d une entreprise

Plus en détail