1ère partie de l épreuve Dossier. LE METAMORPHISME DANS LES ZONES DE SUBDUCTION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1ère partie de l épreuve Dossier. LE METAMORPHISME DANS LES ZONES DE SUBDUCTION"

Transcription

1 1ère partie de l épreuve Dossier. LE METAMORPHISME DANS LES ZONES DE SUBDUCTION

2 Niveau : Terminale S LE METAMORPHISME DANS LES ZONES DE SUBDUCTION Extrait du programme : Documents : Document 1 : Document 2 : Document 3 : Document 4 support concret : Trajet Pression Température temps - Alpes C. Nicollet, Métamorphisme et géodynamique Métamorphisme du manteau lithosphérique Séismes profonds Mécanismes d exhumation C. Nicollet, Métamorphisme et géodynamique Exemple en France (Hercynien) Carte géologique de Groix au 1 :50000 ème Echantillons associés

3 Document 1 : trajets Pression Température temps des roches crustales (Alpes)

4 Document 1 : interprétations Interprétation scientifique (niveau Master) Acquisition de ces données P-T-t? - thermo-barométrie sur les assemblages minéralogiques à l équilibre - thermochronologie = dater le passage d isothermes (ex. Ar/Ar phengite) Interprétation du document : 3 unités structurales dans l ordre sur une coupe W-E: - Les schistes lustrés (Queyras). Roches sédimentaires du prisme d accrétion océanique très déformées, emballant des métabasites dans le faciès SB (voir figure 3, Bric Bouchet). Pic de métamorphisme : 1 GPa (40km), C, atteint à Ma. - L unité du Mont Viso. Roches basiques de la croûte océanique de l océan Alpin. Pic de métamorphisme : 2,5 GPa (80km), 600 C, atteint vers 45 Ma. - L unité de Dora Maira. Roches de UHP de la croûte continentale Européenne. Pic de métamorphisme : >3 GPa (100km), 700 C, atteint vers 30 Ma. Gradient géothermique : compris entre 4 et 8 C/km = métamorphisme de HP-BT. Typique d un métamorphisme de subduction (décrire subduction, invagination des isothermes, etc.). Histoire de la subduction dans les Alpes : - les + vieux témoins : 50 Ma, le prisme d accrétion fonctionne - 40 Ma : CO enfouie jusqu à au moins 80 km = subduction océanique - 30 Ma = fin de la subduction de l Océan Alpin. La croûte continentale européenne entre en subduction = subduction continentale. - Ensuite : blocage et début de la collision. Questions : - comment ces roches sont-elles remontées à la surface après la subduction? - dans les zones de subduction actives (Andes, Mariannes, Japon, Crète), voit-on ces roches de HP-BT à l affleurement? mécanismes d exhumation (doc 3) Didactisation Faire construire aux élèves une partie de ce trajet P-T-t à partir des observations en lame mince sur des minéraux clé (glaucophane, jadéite, coésite).

5 Document 2 : métamorphisme du manteau lithosphérique a diagramme de phases de l olivine et densité en fonction de la profondeur. b structure des phases à une température de 1400 C. c d répartition des séismes dans la zone de subduction des Mariannes en carte et en coupe.

6 Document 2 : interprétations Interprétation scientifique (niveau Master) En général, dans ce genre de sujet, on oublie de traiter le métamorphisme du manteau lithosphérique lors de la subduction. Cependant, il existe des manifestations de ce métamorphisme. - document 2 c d : o expliquer la signification du plan Wadati- Benioff o séismes de surface (<300km) sont produits par les ruptures le long du plan de subduction & la déformation du slab cassant. o séismes profonds ( km) : les roches sont ductiles = pas de rupture = pas de séismes. Or il y en a. - document 2 a : o transitions de phase de l olivine (80% du manteau) : à 400km, passage de la phase à la phase = saut de densité car la phase est + compacte. Si 80% de la roche se contracte, sismicité. o à 680 km, transition majeure : ol pérovskite + magnesiowüstite. Saut de densité conséquent o ces transitions de phase = métamorphisme sont supposées être la cause des séismes profonds. Didactisation Au niveau lycée, peut-on parler des transitions de phase dans le manteau? Après tout, ce n est pas plus compliqué que de parler du système and- sill ky.

7 Document 3 : Mécanismes d exhumation des roches de HP-BT

8 Document 3 : interprétations Interprétation scientifique (niveau Master) Dans la plupart des zones de subduction actives (Andes, Mariannes), on ne trouve pas de roches métamorphiques à l affleurement. Elles se forment en profondeur, mais ne sont pas remontées jusqu à la surface ou très peu. On trouve des SB dans la mer Egée, au dessus de la subduction de la Crète = associé à un mécanisme extensif de large échelles. exhumation des roches de HT-BP fait appel à plusieurs mécanismes Document 1 : la plupart de l exhumation des roches de HP-BT se fait syn- subduction (avant 30 Ma dans les Alpes). Quels sont les mécanismes d exhumation qui fonctionnent pendant la subduction? Quels sont ceux qui sont liés à la collision alpine? 1- fonctionnement du prisme d accrétion a. cas des schistes lustrés du Queyras, et notamment du massif du Bric Bouchet. Les métabasites métamorphisées en faciès SB à la base du prisme sont arrachées au slab et intégrés au prisme. L empilement sédimentaire dans le prisme par raclage fait remonter les roches de la base du prisme vers le sommet par des mouvements extensifs locaux. 2- chenal de serpentine (corner/ channel flow) syn- subduction a. le manteau situé juste au dessus du slab plongeant est hydraté = serpentines moins visqueuses. Le mouvement relatif de la lithosphère plongeante et du manteau anhydre entraîne une remontée des serpentines et des blocs de métabasaltes (éclogites) arrachés au slab, de 60 km de profondeur à la base du prisme. Le mécanisme 1 prend la relève ensuite. 3- cas de l exhumation des roches de UHP a. cas particulier de la subduction continentale. Soit les blocs de CC éclogitisés sont remontés par le chenal de serpentine (mec 2), soit la CC légère se délamine et remonte par gravité. 4- cas de l obduction a. on ne le traite pas ici, ce n est pas de la subduction, les roches ne sont pas métamorphisées. 5- la mise à l affleurement a. tous les processus décrits ci-dessus ne mettent pas les roches de HP-BT à l affleurement. Au mieux, elles remontent au milieu du prisme d accrétion. Il faut un mécanisme extensif de surface pour finir de mettre à l affleurement ces roches. Peut se faire syn- subduction dans certains contextes (extension de back- arc). Dans les zones de collision, l érosion finit le travail et met ces roches à l affleurement. Didactisation Je ne pense pas que les mécanismes d exhumation soient vus en lycée, mais on peut faire remarquer aux élèves qu il est nécessaire de faire remonter les roches à la surface.

9 Document 4 : Un exemple : île de Groix (Morbihan, France). 1- carte géologique de Groix au 1 :50000 ème Secteur de l île où sont localisées les roches de la pointe des chats. L échantillon présenté est sélectionné dans une des deux zones entourée en rouge. Notice de la carte géologique au 1:25000, du BRGM. G désigne les glaucophanites à amphibole bleue et épidote. désigne les éclogites.

10 2- échantillons de roches provenant de la pointe des chats LPNA LPA...

11 Document 4 : interprétations Interprétation scientifique (niveau Master) Localisation de l île de Groix : dans le massif Armoricain. L histoire tectono- métamorphique que l on observe est ancienne = hercynien. Pointe des chats = secteur de l île où sont localisées les roches métamorphiques formées dans les conditions de pression maximale. Elle est désignée par le terme zone I dans la notice de la carte. Carte géologique au 1:25000, du BRGM. G désigne les glaucophanites à amphibole bleue et épidote. désigne les éclogites. Les échantillons présentés montrent du glaucophane, et pas de jadéite = schistes bleus. On les a donc prélevés dans l unité G. On peut s aider du diagramme P-T du document 1 pour affirmer que ce faciès est HP-BT (gln = T<500 C, P~1.5 GPa). Du point de vue de la composition, les roches sont «basiques», issues de roches magmatiques ou de tufs volcaniques, remaniées et profondément transformées par les hautes pressions liées à une subduction, puis rétromorphosées jusqu à la mise à l affleurement. Approfondissement (issu du site Planet-terre) ( L'étude pétrologique des méta-basites et des méta-sédiments, dans lesquelles les roches de HP sont emballées, a montré des conditions de pression et de température qui correspondent respectivement à kbar (environ 50 à 60 km de profondeur) et C pour la partie orientale de l'île (Figure 1 : depuis l'ouest de Stanverec sur la côte nord à Locqueltas sur la côte sud), par exemple à la pointe des Chats où se trouvent les plus belles roches et la réserve naturelle. La partie occidentale de l'île montre des conditions un peu moindres avec kbar (environ 45 à 55 km de profondeur) et C. Ces conditions correspondent au pic du métamorphisme c'est à dire aux conditions P et T enregistrées par les roches au maximum de leur enfouissement (Figure 5). Leur retour vers la surface s'est effectué sans augmentation de température (chemin isotherme) en passant par le faciès des schistes verts très bien exprimé dans les roches de l'ouest de l'île un peu moins bien à l'est (Figure 6). Toute la partie orientale de l'île permet d'observer de magnifiques schistes bleus et micaschistes dans ce même faciès sans voir (à l'exception de zones localisées) de rétromorphose en faciès schiste vert. C'est pour cela que la réserve naturelle a été créée dans ce secteur sur la côte sud. Ce n'est pas le cas dans le secteur occidental où là, le faciès schiste bleu n'est le plus souvent présent effectivement qu'à l'état de relique. Questions : - Dans quelles conditions/ contexte géodynamique ces roches ont-elles été métamorphisées? = subduction. - Histoire enfouissement / exhumation? (docs 1 & 3) - Roches affectées par ce métamorphisme? (doc 2)

12 Didactisation Document à exploiter en premier, comme document d appel : on va sur le terrain et on observe un métamorphisme. En classe :

1ère partie de l épreuve Dossier. CONVERGENCE ET COLLISION : LES ALPES FRANCO-ITALIENNES

1ère partie de l épreuve Dossier. CONVERGENCE ET COLLISION : LES ALPES FRANCO-ITALIENNES 1ère partie de l épreuve Dossier. CONVERGENCE ET COLLISION : LES ALPES FRANCO-ITALIENNES CONVERGENCE ET COLLISION : LES ALPES FRANCO-ITALIENNES Niveau : Terminale S Extrait du programme : Documents : Document

Plus en détail

Correction Partie 2 : La formation d une chaîne de montagnes Exemple d une chaîne de collision : les Alpes occidentales franco-italiennes

Correction Partie 2 : La formation d une chaîne de montagnes Exemple d une chaîne de collision : les Alpes occidentales franco-italiennes Correction TP4 Partie 2 : La formation d une chaîne de montagnes Exemple d une chaîne de collision : les Alpes occidentales franco-italiennes Orogenèse : formation d une chaîne de montagne. PB : Quelles

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. LA SUBDUCTION

1ère partie de l épreuve Dossier. LA SUBDUCTION 1ère partie de l épreuve Dossier. LA SUBDUCTION LA SUBDUCTION Niveau : Terminale S Extrait du programme : Documents : Document 1 : Document 2 : Document 3 : Document 4 support concret : Carte bathymétrique

Plus en détail

Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie

Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE SÉRIE S Durée de l épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L usage

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

«À la recherche des océans disparus dans les montagnes françaises»

«À la recherche des océans disparus dans les montagnes françaises» Le samedi 18 janvier 2014 Le Groupe géologique de la Haute-Loire et le Centre de documentation pédagogique proposent une conférence de Christian Nicollet, professeur au laboratoire Magmas et volcans de

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1. Prérequis. Chapitre 2. La convergence lithosphérique : contexte de la formation des chaînes de montagnes

Sommaire. Chapitre 1. Prérequis. Chapitre 2. La convergence lithosphérique : contexte de la formation des chaînes de montagnes Séquence 2 Le domaine continental et sa dynamique : zones de subduction, contexte de formation des chaînes de montagnes et de production de nouveaux matériaux crustaux Objectifs À l échelle de la lithosphère,

Plus en détail

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches 7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches A. L EAU DANS L ALTÉRATION ET L ÉROSION Quelle que soit la nature des roches à la surface du globe, elles subissent les actions conjuguées des fluides

Plus en détail

Observation microscopique d un granit sain et d un granit altéré

Observation microscopique d un granit sain et d un granit altéré TP n 16 L érosion des massifs montagneux Thème 1-B-4 Différents phénomènes géologiques mêlant subduction et collision aboutissent à un épaississement crustal important sous la forme d une chaîne de montagnes.

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. LES ALPES : UN OCEAN DISPARU

1ère partie de l épreuve Dossier. LES ALPES : UN OCEAN DISPARU 1ère partie de l épreuve Dossier. LES ALPES : UN OCEAN DISPARU LES ALPES : UN OCEAN DISPARU Niveau : Terminale S Extrait du programme : Documents : Document 1 : Carte géologique de France au 10-6 Document

Plus en détail

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes Chapitre II La formation des chaînes de montagnes -I -Les traces d un domaine océanique dans les chaînes de montagnes 1) Des roches témoins d un océan disparu 1 2 Basaltes en coussin au fond de l océan

Plus en détail

INTRODUCTION - RAPPELS

INTRODUCTION - RAPPELS Thème 1B Chapitre 3 Les caractéristiques de la lithosphère continentale TermS 2012-2013 INTRODUCTION - RAPPELS L'étude de la propagation des ondes sismiques a permis d'élaborer un modèle de structure interne

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

TP SVT: H1 : Le scénario suivant présente la formation d un océan qui a ensuite disparu par subduction

TP SVT: H1 : Le scénario suivant présente la formation d un océan qui a ensuite disparu par subduction Chiadmi Hamid Sami Cherradi TP SVT: Intro : Les chaines de montagne sont des lieux de convergence lithosphériques. Ces zones d affrontement entre deux lithosphères renferment des informations qui permettent

Plus en détail

QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE

QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE CO-181 QUALIFICATION DE DONNEES GEOGRAPHIQUES POUR LES BESOINS DE LA DEFENSE FRANCAISE FAVE P. IGN, RAMONVILLE SAINT-AGNE, FRANCE 1. OBJECTIFS ET CONTEXTE 1.1. Contexte Le service IGN Espace, rattaché

Plus en détail

Le massif métamorphique du Tanneron

Le massif métamorphique du Tanneron Le massif métamorphique du Tanneron Circuit du Prigonnet Circuit du Prigonnet Structure du massif, les gneiss du socle, la ceinture de tonalite, le batholithe de granite du Rouet la rhyolite venant de

Plus en détail

Les Roches Métamorphiques

Les Roches Métamorphiques Les Roches Métamorphiques Qu est-ce que le métamorphisme? Il s agit de la transformation d une roche à l état solide. Qu est ce qui provoque cette transformation? Une roche est caractérisée par un assemblage

Plus en détail

GEOLOGIE Durée : 3 heures

GEOLOGIE Durée : 3 heures SESSION 2011 CONCOURS G2E GEOLOGIE Durée : 3 heures Les calculatrices sont interdites. L usage de tout ouvrage de référence et de tout document est strictement interdit. Si, au cours de l épreuve, un candidat

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Indices tectoniques Photo correspondante Schéma interprétatif Caractéristiques

Indices tectoniques Photo correspondante Schéma interprétatif Caractéristiques TP 12 : L épaississement crustal 1 Lors de la convergence lithosphérique, les terrains se déforment et forment des chaînes de montagnes, comme les Alpes. Dans ces chaînes de montages, la croûte continentale

Plus en détail

Le métamorphisme. 1 Définition du métamorphisme

Le métamorphisme. 1 Définition du métamorphisme Le métamorphisme Ce complément sur le métamorphisme répond au point suivant du syllabus des IESO : «La capacité de comprendre la signification de phénomènes locaux métamorphiques, dans le contexte de la

Plus en détail

continents et leur dynamique

continents et leur dynamique 100 104 114 125 133 101 2 Les continents et leur dynamique Les objectifs généraux de cette partie En classe de Première S, l attention s est portée principalement sur le domaine océanique. En classe de

Plus en détail

La saison cyclonique en août 2011 sur les bassins Atlantique et Caraïbe

La saison cyclonique en août 2011 sur les bassins Atlantique et Caraïbe La saison cyclonique en août 2011 sur les bassins Atlantique et Caraïbe Conformément aux statistiques sur le sujet, l activité cyclonique a franchi un palier en août. On décompte effectivement ce mois-ci

Plus en détail

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Cette nouvelle édition de CAP MATHS CP reste fidèle aux choix de la première édition. Ses fondements reposent toujours : Sur les recommandations des

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION

1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION 1ère partie de l épreuve Dossier. LA FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION FORMATION DE LA LITHOSPHERE OCEANIQUE ET SON EVOLUTION Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence

Plus en détail

TP 8. Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale?

TP 8. Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale? TP 8 Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale? Lycée E. Delacroix 1 ère S Programme 2011 La démarche du géologue Quelle est cette pierre? Les enveloppes abordées directement par

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau.

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau. Rappels de géologie de 1S. Rappel bref de la structure du globe. http://geologie-alpe-huez.1001photos.com/roches/terre.php La lithosphère est constituée de la croûte (continentale ou océanique) et de la

Plus en détail

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information SPI réalise les opérations de conditionnement industriel et de différenciation retardée (ou Co-packing) pour le compte d industriels

Plus en détail

Scénario d usage, timing 1

Scénario d usage, timing 1 Scénario d usage, timing 1 La séance va sûrement durer plus d une heure (environs 1h15-1h30 suivant les réactions de la classe). J espère malgré tout arriver à la phase 8. Phase Description de la phase

Plus en détail

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE 7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE En matière de gestion des populations animales sauvages, il existe un certain nombre de principes généraux qui doivent être connus et à partir desquels il est possible

Plus en détail

Systèmes d exploitation - Gestion des fichiers

Systèmes d exploitation - Gestion des fichiers 1/42 Introduction Allocation et gestion des blocs Le système de fichier UNIX Divers Systèmes d exploitation - Gestion des fichiers Pierre Gançarski DUT Informatique - S31 ATTENTION Ces transparents ne

Plus en détail

3- Récapitulez les informations en compétant le tableau bilan du doc. 3.

3- Récapitulez les informations en compétant le tableau bilan du doc. 3. TP 14 : Magmatisme dans les zones de subduction 1 Les zones de subduction sont caractérisées par des phénomènes volcaniques importants et contribuent à la formation d arcs volcaniques tels que la Cordillère

Plus en détail

Accompagnement à la visite du Jardin de Roches. Terminale S. Livret ELEVES

Accompagnement à la visite du Jardin de Roches. Terminale S. Livret ELEVES #jaimelageol Accompagnement à la visite du Jardin de Roches Terminale S Livret ELEVES Bienvenue dans le Jardin de Roches du Centre Beautour. Cet espace dédié à la géologie présente les roches du soussol

Plus en détail

TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS

TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS DOSSIER DE PRESSE TRANSPORTS SCOLAIRES EXTENSION DE LA CERTIFICATION ISO 9001 : UN GAGE DE QUALITE SUPPLEMENTAIRE POUR LES USAGERS 2 avril 2012 Ce lundi 2 avril, à l Hôtel du Département à Privas, Pascal

Plus en détail

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR 6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR À la rentrée 2011, 297 collèges publics font partie du dispositif ECLAIR (écoles, collèges, lycées pour l ambition,

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

MISE EN CONFORMITE DE LA PRISE D EAU DES RICOUS

MISE EN CONFORMITE DE LA PRISE D EAU DES RICOUS MISE EN CONFORMITE DE LA PRISE D EAU DES RICOUS DISPOSITIONS RELATIVES A LA SURETE ET LA SURVEILLANCE 1 DOSSIER ETABLI PAR LE CANAL DE GAP EN AOUT 2011 AVEC LE SOUTIEN FINANCIER DE L UNION EUROPEENNE DE

Plus en détail

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G.

LES ROCHES. 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. LES ROCHES 1. Introduction : a) Les roches dans la nature : Cours de géographie 3 ème artistique de transition et qualification G. Cuvelier page 1 b) Les roches, matériaux de construction : Cours de géographie

Plus en détail

GUIDE VSAT BIDIRECTIONNEL

GUIDE VSAT BIDIRECTIONNEL GUIDE VSAT BIDIRECTIONNEL Notions de base pour établir une connexion Internet haut débit par satellite. Guide à destination des entreprises de la Lozère. Septembre 2005 Les connexions haut débit par satellite

Plus en détail

AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE. Champ du programme : appréhender son espace de vie. Compétences évaluées dans l investigation :

AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE. Champ du programme : appréhender son espace de vie. Compétences évaluées dans l investigation : L ECOLOGIE AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE Champ du programme : appréhender son espace de vie Domaine : design graphique Axe d étude : L écologie Classe : 2nde bac pro Compétences évaluées dans l investigation

Plus en détail

Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut

Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Depuis 2006, les écovolontaires de Cybelle planète participent, chaque été, à la collecte

Plus en détail

Roches métamorphiques

Roches métamorphiques Roches métamorphiques muscovite structure en feuillets grenat Structure. On observe une structure avec des feuillets ce qui est caractéristique d un faciès MP MT. Minéraux. quartz, biotite, muscovite :

Plus en détail

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Réunion du GT CSFPE réforme territoriale L accompagnement RH de la réforme 16 juin 2015 1 Ordre du jour 1. Point d actualité et retour sur les

Plus en détail

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE GYMNASTIQUE. Trampoline

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE GYMNASTIQUE. Trampoline FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE GYMNASTIQUE Trampoline EPREUVES (2) Épreuve masculine (1) Épreuve féminine (1) Épreuve individuelle Épreuve individuelle A. QUOTA D ATHLETES 1. Quota total pour le trampoline:

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

A. La surface du globe terrestre : une structure discontinue. Voir pages 169 à 177.

A. La surface du globe terrestre : une structure discontinue. Voir pages 169 à 177. CHAPITRE III LA GEODYNAMIQUE DE LA PLANETE TERRE A. La surface du globe terrestre : une structure discontinue. Voir pages 169 à 177. L utilisation de logiciels de simulation tels que Google Earth et Nasa

Plus en détail

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Thème 1-B - Le domaine continental et sa dynamique Table des matières Quelques éléments de réflexion.. Activités envisageables.. Thème 1-B-1

Plus en détail

Comment fabriquer le modèle? Matériel nécessaire :

Comment fabriquer le modèle? Matériel nécessaire : Comment fabriquer le modèle? Matériel nécessaire : Le matériau support peut-être : - une planche de bois de 1 cm d épaisseur environ, - un morceau d isolant rigide, cassant (peu cher en grande surface

Plus en détail

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional»

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» regiosuisse filière de formation en management régional (MR) Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» Condensé des trois jours de cours du 22 au 24 novembre 2010,

Plus en détail

EDUTHEQUE. maj 12-12-2013 Estratewww.edutheque.fr

EDUTHEQUE. maj 12-12-2013 Estratewww.edutheque.fr EDUTHEQUE maj 12-12-2013 Estratewww.edutheque.fr Qu'est-ce? Deux types d'offre Ressources Portail de ressources pédagogiques, culturelles et scientifiques pour les enseignants. Trois thématiques : arts

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Problème général : Comment expliquer les différences d altitude moyenne entre continents et océans?

Problème général : Comment expliquer les différences d altitude moyenne entre continents et océans? DISTRIBUTION DES TERRES ET DES MERS Observations : Les continents sont essentiellement en relief (altitude moyenne des terres de 840 m - de 0 à 9 km environ) Les océans sont essentiellement en profondeur

Plus en détail

ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE. (Pr. Driss FADLI)

ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE. (Pr. Driss FADLI) ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE (Pr. Driss FADLI) Dès le 7ème siècle av. J.- C. La Terre est supposée plate, ayant la forme d'un disque, entièrement entouré

Plus en détail

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Thèmes 4 et 5 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Les zones de subduction sont le siège d'une importante activité magmatique qui aboutit à la

Plus en détail

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Question Éléments de réponse 1) En quoi consiste

Plus en détail

Réseaux Mobiles. Chap 2: Théorie du Trafic. Rhouma Rhouma. https://sites.google.com/site/rhoouma. École Supérieure d Économie Électronique

Réseaux Mobiles. Chap 2: Théorie du Trafic. Rhouma Rhouma. https://sites.google.com/site/rhoouma. École Supérieure d Économie Électronique 1 / 26 Réseaux Mobiles Chap 2: Théorie du Trafic Rhouma Rhouma https://sites.google.com/site/rhoouma École Supérieure d Économie Électronique 2eme année Master Pro MBDS 2 / 26 Plan 1 Intensité de Trafic

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

Chapitre 8 Montages électriques

Chapitre 8 Montages électriques Chapitre 8 Montages électriques OBJECTIFS Réaliser un circuit série à partir d un schéma. Faire le schéma normalisé d un circuit en série. Réaliser un circuit en dérivation à partir d un schéma Faire le

Plus en détail

1- En ce qui concerne la détermination des bénéfices provenant des opérations de réinvestissement

1- En ce qui concerne la détermination des bénéfices provenant des opérations de réinvestissement 1- En ce qui concerne la détermination des bénéfices provenant des opérations de réinvestissement En cas de réalisation par une société de plusieurs opérations de réinvestissement au sein d elle-même (extension,

Plus en détail

PRISE EN MAIN ISANET COMPTA PREMIER WEB EDITION

PRISE EN MAIN ISANET COMPTA PREMIER WEB EDITION PRISE EN MAIN ISANET COMPTA PREMIER WEB EDITION SOMMAIRE 1. Utilisation du site par le client... 3 1.1. Niveau qualification saisie relevé bancaire... 3 1.2. Niveau Isacompta premier... 5 1.2.1. Relevé

Plus en détail

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Il existe un certain nombre de volcans qui ne se trouvent pas en limite de plaque : on dit qu ils sont en contexte

Plus en détail

Indice de traitement brut grille indiciaire (ITB-GI) Indice de traitement net grille indiciaire (ITN-GI) Note méthodologique Mai 2009

Indice de traitement brut grille indiciaire (ITB-GI) Indice de traitement net grille indiciaire (ITN-GI) Note méthodologique Mai 2009 MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Bureau des statistiques, des études et de l évaluation (B3) Laurence ROCHER Pôle salaires-retraites Adresse 66, rue de Bellechasse Paris

Plus en détail

La formation en Master MEEF mention 1 er degré

La formation en Master MEEF mention 1 er degré ÉSPÉ de l académie de Créteil La formation en Master MEEF mention 1 er degré Sigolène Couchot-Schiex, Responsable du Master MEEF Premier degré 1 Pour devenir PE Deux conditions : Vous devez être lauréat.e

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. LES MARGES PASSIVES

1ère partie de l épreuve Dossier. LES MARGES PASSIVES 1ère partie de l épreuve Dossier. LES MARGES PASSIVES LES MARGES PASSIVES Niveau : 1 ère S, Terminale S Extrait du programme : «Marges passives des continents : elles sont structurées par des failles normales

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle Leçon n 6 : l imputation rationnelle PLAN DE LA LEÇON : 1! L imputation rationnelle des charges fixes : principes et fondements... 1! 1.1! Fondements théoriques et techniques de l imputation rationnelle...

Plus en détail

STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE

STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE Université Mohammed V Agdal, Faculté des Sciences de Rabat Département des Sciences de la Terre et de l Univers Pr. Driss FADLI Filières SVI et STU Semestre S1 (module1) (2005/2006) 1 Eléments de cour

Plus en détail

La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003

La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003 La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003 Avant de traiter de la mise en œuvre d une politique de stationnement, il s

Plus en détail

Initiation à l algorithmique... et à la programmation

Initiation à l algorithmique... et à la programmation IREM Clermont-Ferrand Année 2009-2010 Journée d information Malika More sur les nouveaux programmes de Seconde Initiation à l algorithmique... et à la programmation Contenu de l atelier Des algorithmes

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2006-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Définition du cadre, des orientations, et des modalités des

Plus en détail

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel.

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel. La classe de 3 ème préparatoire aux formations professionnelles Document d accompagnement pédagogique I- Le cadre réglementaire Il est défini par la circulaire n 2011-128 du 26 aout 2011, publiée au BO

Plus en détail

Nous vous proposons ici quelques pistes de réfléxions afin de faire de votre projet de mise en place de Google Apps For Work un succès.

Nous vous proposons ici quelques pistes de réfléxions afin de faire de votre projet de mise en place de Google Apps For Work un succès. Dans ce guide Déplacer vos applications dans le Cloud vous offre des bénéfices désormais largement éprouvés : optimisera l efficacité et la performance de votre organisation, en augmentant sa réactivité

Plus en détail

Aucune condition particulière n est exigée ; dans tous les cas les candidats devront avoir passé avec succès les épreuves de sélection.

Aucune condition particulière n est exigée ; dans tous les cas les candidats devront avoir passé avec succès les épreuves de sélection. Règlement d admission à la formation préparatoire au diplôme d Etat de technicien de l intervention sociale et familiale (DETISF), par la voie de : - la formation initiale «voie directe», - la formation

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/07/AV.1278. Liège, le 19 juillet 2007

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/07/AV.1278. Liège, le 19 juillet 2007 AVIS Réf. : CWEDD/07/AV.1278 Liège, le 19 juillet 2007 Objet : Demande de permis unique pour la régularisation d une exploitation bovine d une capacité de 830 animaux ainsi que pour la construction d une

Plus en détail

Préparation au Bachelor- Toulouse

Préparation au Bachelor- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation au Bachelor- Toulouse SOMMAIRE : I. Concours BACHELOR, pourquoi une

Plus en détail

IFMK de la Région Sanitaire de Lille 10 rue St JB de la Salle 59000 LILLE Tél : 03 20 92 06 99 www.ikpo.asso.fr

IFMK de la Région Sanitaire de Lille 10 rue St JB de la Salle 59000 LILLE Tél : 03 20 92 06 99 www.ikpo.asso.fr IFMK du Nord de la France Parc Eurasanté 235 avenue de la Recherche 59120 LOOS Tél : 03 20 96 23 22 www.ifmknf-lille.fr IFMK de la Région Sanitaire de Lille 10 rue St JB de la Salle 59000 LILLE Tél : 03

Plus en détail

IUFM - PLC1 - CAPEPS 2010. Réunion des Conseillers-Tuteurs Stage d observation et de pratique accompagnée - PLC1 19/01/2010

IUFM - PLC1 - CAPEPS 2010. Réunion des Conseillers-Tuteurs Stage d observation et de pratique accompagnée - PLC1 19/01/2010 IUFM - PLC1 - CAPEPS 2010 Réunion des Conseillers-Tuteurs Stage d observation et de pratique accompagnée - PLC1 19/01/2010 Stages 2009-2010 3 types de stage dans cette période transitoire : Observation

Plus en détail

Service de la circulation

Service de la circulation Recommandation Sécurité des circulations Moyen acceptable de conformité Service de la circulation RC A-B 2a n 1 Applicable sur : RFN Version n 1 du 20 novembre 2015 Applicable à partir du : 5 juin 2016

Plus en détail

cykabore@yahoo.fr Novembre 2003 à septembre 2007

cykabore@yahoo.fr Novembre 2003 à septembre 2007 PREMIER RAPPORT NATIONAL REGULIER SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROTOCOLE DE CARTAGENA SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES BIOTECHNOLOGIQUES Partie Personne à contacter pour le rapport Nom et titre de la personne

Plus en détail

Formation menant au Diplôme d accès aux études supérieures

Formation menant au Diplôme d accès aux études supérieures LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de l'éducation nationale, de l Enfance et de la Jeunesse Dossier de presse Une nouvelle voie de qualification pour adultes : Formation menant au Diplôme

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues et interculturalité de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

RELATIONS ENTRE ÉTAT ET SOCIÉTÉ CIVILE EN CHINE

RELATIONS ENTRE ÉTAT ET SOCIÉTÉ CIVILE EN CHINE RELATIONS ENTRE ÉTAT ET SOCIÉTÉ CIVILE EN CHINE État des lieux des ONGs chinoises en Chine Continentale ; Exposé de la fph Albert CHEN LICHUAN Y a-t-il vraiment une société civile en Chine? Si oui, est-elle

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) :

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Bilan TP7 : géothermie Activité 1 : Mesures de la conduction et de la convection 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Montage

Plus en détail

SEANCE DU 10 JUIN 2004 DECISION N 2

SEANCE DU 10 JUIN 2004 DECISION N 2 Annexe 4.1. Décision n o 2004-02 de la séance du 10 juin 2004 SEANCE DU 10 JUIN 2004 Référence : CP2 DECISION N 2 Lors de sa séance du 10 juin 2004, le Haut Conseil du commissariat aux comptes a délibéré,

Plus en détail

Compléter les fiches de validation de projets

Compléter les fiches de validation de projets Compléter les fiches de validation de projets V ERSION 1 vendredi Rédaction : Louis GIRAUD : IA- IPR STI 1 / 6 M ODE D' D EMPLOI DU DOCUMENT DE VALIDATION DES PROJETS DE SPECIALITE 2D ET SSI STI 2D ET

Plus en détail

Mots clés : Bassin versant, réseau hydrographique, écoulements superficiels, Système d'information Géographique, Ile de la Réunion.

Mots clés : Bassin versant, réseau hydrographique, écoulements superficiels, Système d'information Géographique, Ile de la Réunion. Mots clés : Bassin versant, réseau hydrographique, écoulements superficiels, Système d'information Géographique, Ile de la Réunion. l I I En bibliographie, ce rapport sera cité de la façon suivante : Chevalier

Plus en détail

Les 9 diagrammes SysML

Les 9 diagrammes SysML Les 9 diagrammes SysML 1 diagramme d exigences (C est le cahier des charges) 4 diagrammes comportementaux (Automatismes du système) 4 diagrammes de structure (Eléments techniques qui composent le système)

Plus en détail

Chapitre 16. 16.1 Une classe simple pour représenter des comptes bancaires

Chapitre 16. 16.1 Une classe simple pour représenter des comptes bancaires Chapitre 16 Héritage Ce chapitre du cours traite de concepts relatifs à la programmation objet (hiérarchie de classe, héritage, extension, masquage) et sera illustré par un exemple de représentation de

Plus en détail

MARTEAU. ENGINS (187) Seuls les engins qui possèdent un certificat d homologation de l IAAF actuellement en vigueur peuvent être utilisés. (187.

MARTEAU. ENGINS (187) Seuls les engins qui possèdent un certificat d homologation de l IAAF actuellement en vigueur peuvent être utilisés. (187. MARTEAU ENGINS (187) Seuls les engins qui possèdent un certificat d homologation de l IAAF actuellement en vigueur peuvent être utilisés. (187.1) Les engins seront fournis par le Comité Organisateur. (187.2)

Plus en détail

Les langues vivantes dans le second degré

Les langues vivantes dans le second degré ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.40 OCTOBRE En 1999-2000, la quasi-totalité des élèves du second degré des établissements publics et privés de France métropolitaine apprend au moins

Plus en détail

Mastère Spécialisé Interactive Digital Experiences du Cnam-Enjmin, en partenariat avec Gobelins

Mastère Spécialisé Interactive Digital Experiences du Cnam-Enjmin, en partenariat avec Gobelins Une école du Campus de l Image Mastère Spécialisé Interactive Digital Experiences du Cnam-Enjmin, en partenariat avec Gobelins 6 témoignages de diplômés 1 Après 4 promotions passées par le Mastère Spécialisé

Plus en détail

LES PROGRAMMES DE PHYSIQUE-CHIMIE AU LYCEE D ENSEIGNEMENT GENERAL

LES PROGRAMMES DE PHYSIQUE-CHIMIE AU LYCEE D ENSEIGNEMENT GENERAL Fiche n 4 LES PROGRAMMES DE PHYSIQUE-CHIMIE AU LYCEE D ENSEIGNEMENT GENERAL La réforme du lycée est entrée en vigueur à la rentrée 2010 avec la nouvelle classe de Seconde. Des ressources pour faire la

Plus en détail

Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50)

Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50) Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50) N. Pidancier Exercice 1 : Introduction Le relief au niveau de la Terre se répartit

Plus en détail

Jeu de lancer de comète

Jeu de lancer de comète Jeu de lancer de comète Page 1/6 Jeu de lancer de comète 1. Receveur / Lanceur Alain Polin 2 jeux de comètes de couleur. 1 élastique ou filet de volley-ball Cour, salle de sport... 2 équipes (voir schéma)

Plus en détail

POURQUOI L'INGENIERIE COLLABORATIVE?

POURQUOI L'INGENIERIE COLLABORATIVE? POURQUOI L'INGENIERIE COLLABORATIVE? Pourquoi IMP2 CAO s est équipé? L ingénierie est le métier d IMP2 CAO. Il s avère que ce métier, comme tous les autres, évolue de façon flagrante. L arrivée du numérique

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

L ÉCRITURE ARGUMENTATIVE AU BAC PRO ET EN BTS : QU EN DISENT LES ÉLÈVES?

L ÉCRITURE ARGUMENTATIVE AU BAC PRO ET EN BTS : QU EN DISENT LES ÉLÈVES? Recherches n 61, Écrire, 2014 L ÉCRITURE ARGUMENTATIVE AU BAC PRO ET EN BTS : QU EN DISENT LES ÉLÈVES? Franck Luczak, LP A. Savary, Arras Isabelle Delcambre Université de Lille 3 Le LP, les élèves et les

Plus en détail