Nos craintes irrationnelles et le cloud

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nos craintes irrationnelles et le cloud"

Transcription

1 Nos craintes irrationnelles et le cloud 2013 Mozy Corporation. All rights reserved. 1

2 Page du sommaire Synthèse 3 Les craintes irrationnelles étouffent l innovation 4 Pourquoi n innovons-nous pas? 6 Le grand mythe de la sécurité du cloud 9 Comparaisons au niveau international Mozy Corporation. All rights reserved. 2

3 Synthèse Les craintes irrationnelles ont toujours existé envers l adoption de nouvelles inventions. Qu il s agisse de nos ancêtres qui s inquiétaient des dangers des lampes électriques dans leur maison ou des doutes concernant la fiabilité du moteur à combustion, les craintes irrationnelles vis-à-vis de l inconnu ont toujours constitué l obstacle le plus dur à surmonter pour l adoption des nouvelles inventions. De nos jours, rien n a changé à cet égard, et nous sommes encore toujours hantés par des inquiétudes sans fondement dans notre vie personnelle et au travail. Ce sentiment général de crainte et de prudence est l un des principaux facteurs qui entrave le type d innovation qui pourrait nous aider à sortir de la crise économique. Dans cette étude, nous cherchons à identifier ces craintes, ce qui les motive et ce qu il nous faut pour les surmonter. Les résultats sont révélateurs, car la plus grande partie des personnes sondées admettent qu elles ressentent une crainte irrationnelle au travail. Cette culture de la crainte est très répandue et souvent alimentée par l attitude et les actions de la direction des entreprises. Les attitudes conservatrices vis-à-vis de la gestion des entreprises étouffent l innovation, et les décideurs se montrent réticents à adopter de nouvelles technologies telles que le cloud. Sans l encouragement et la collaboration de leurs supérieurs, ceux dont les idées ont toujours été le moteur de l innovation n ont pas l occasion de prospérer. Trop de décisions sont adoptées en se fondant sur des craintes irrationnelles et des idées préconçues, et les décideurs ont recours à des mots à la mode pour pousser les autres à s aligner sur leurs choix au lieu de convaincre les intervenants grâce à des arguments se fondant sur de véritables avantages pour leurs entreprises. Pour permettre aux innovations de s épanouir, les employés doivent être activement encouragés à favoriser le changement et à évaluer les risques et les occasions. Dans le climat actuel, les gens sont souvent si préoccupés par l idée de conserver leur emploi qu ils évitent de perturber le statu quo, ce qui a des répercussions négatives sur leur désir de faire part de leurs idées. Cette mentalité doit changer, et cela doit venir des échelons supérieurs. 84% des employés ont des peurs irrationnelles Un employé sur douze pense que la photocopieuse complote contre lui 23% d entre eux pensent constamment qu ils vont se faire virer 2/3 des employés ne font pas une chose s ils pensent que ce sera trop difficile Un employé sur cinq a la phobie des araignées et des serpents Un employé sur quatre craint d envoyer un au mauvais destinataire 63% d entre eux ne sont pas inquiets à l idée que la technologie puisse remplacer leur travail Un retour sur investissement (RSI) de189% est nécessaire pour dépasser cette idée de risque technologique Recherche sponsorisée par Mozy d EMC, fournisseur de solutions Cloud de sauvegarde et d accès aux données. Plus d informations sont disponibles sur Mozy Corporation. All rights reserved. 3

4 Les craintes irrationnelles étouffent l innovation Selon l étude, l innovation est freinée par le fait que 84 pour cent des employés ont une crainte irrationnelle, avec même la réponse ahurissante qu une personne sur douze pense que la photocopieuse fait partie d une conspiration à leur égard. Le travail est une source importante de craintes sans fondement pour de nombreuses personnes, avec près d une personne sur quatre (25 pour cent) qui admet qu elle s inquiète sans nécessité de la possibilité d envoyer un délicat en se trompant de personne, et 23 pour cent qui ont peur de se faire licencier même s ils n ont aucune raison de s inquiéter. Une personne sondée sur cinq a peur que l on ne «découvre» qu elle ne fait pas convenablement son travail (19 pour cent), et 21 pour cent craignent d aboutir, inexplicablement, sur un site Web inapproprié lors d une recherche internet innocente au travail. Les craintes irrationnelles au travail empêchent de nombreux employés de faire leur travail - 68 pour cent admettent qu ils n ont pas fait une chose car ils pensaient que ce serait plus difficile que ça ne l était en réalité. Cela les affecte aussi négativement, ainsi que leurs entreprises, car leurs craintes sans fondement vis-à-vis des nouvelles technologies disponibles au travail, comme le cloud, signifient qu ils ne tirent pas parti de l utilisation d outils qui pourraient leur conférer un avantage compétitif. La peur d être remplacé par la technologie n est toutefois pas aussi répandue qu on ne le croirait, avec près de deux tiers (63 pour cent) des participants à l enquête ne semblant pas se préoccuper de la possibilité que les progrès technologiques puissent les priver de leur emploi. Quelles sont les craintes irrationnelles que vous ressentez qui vous préoccupent au travail, même sans aucune raison? % Total Vous avez oublié de faire quelque chose Envoyer un délicat en vous trompant de personne Vous pensez constamment que vous allez perdre votre emploi Des recherches innocentes sur internet vont aboutir à un lien inapproprié On va «découvrir» que vous faites mal votre travail Faire une faute de frappe dans un grand publipostage ou un destiné à toute la société Effacer par accident toutes les données de la société Faire des présentations lors de réunions Vous sentir gêné(e) à une fête du bureau Personne ne vous aime Déclencher l alarme du bureau Vous tromper de personne au téléphone et avoir une conversation gênante La personne pour laquelle vous avez le béguin pourrait le découvrir Utiliser la photocopieuse/l imprimante Utiliser la machine à café Vous craignez que la photocopieuse/l imprimante ne conspire contre vous Porter des vêtements qui ne conviennent pas Aucune des réponses ci-dessus Base : toutes les personnes sondées 2013 Mozy Corporation. All rights reserved. 4

5 En fait, beaucoup d entre eux (44 pour cent) pensent que l ordinateur a eu le plus de répercussions sur leur vie, suivi des autres inventions technologiques récentes, y compris internet (36 pour cent) et le téléphone mobile (28 pour cent). L ordinateur représente plus du double du nombre de personnes (20 pour cent) qui estiment que les antibiotiques salvateurs ont eu le plus grand impact et neuf fois (5 pour cent) celui du moteur à vapeur. Même la roue, souvent mentionnée comme la plus grande invention de tous les temps, ne peut être comparée à la technologie, avec à peine 14 pour cent de personnes qui pensent qu elle a eu le plus de répercussions sur notre vie, ce qui prouve que les consommateurs vivent bel et bien dans le présent. Ce n est pas seulement le travail qui préoccupe les gens - près de la moitié (48 pour cent) ont peur que quelque chose n arrive à un membre de leur famille, 27 pour cent sont terrifiés à l idée de parler en public, une personne sur quatre a peur de se sentir rejetée et une sur cinq est horrifiée par les serpents et les araignées. 41 pour cent des gens pensent que, dans un avenir proche, ils ne se sentiront plus nerveux à l idée d utiliser des téléphones mobiles dans les avions et de créer des interférences avec les appareils électroniques de celui-ci, ou à l idée d utiliser des cartes de crédit pour des achats en ligne à cause des risques possibles pour la sécurité. Si vous perceviez l adoption de technologie comme un risque, quel serait le retour sur investissement nécessaire pour que vous épousiez cette technologie et acceptiez ce risque? % Total 100% - 150% 150% - 200% 200% - 250% 250% - 300% Plus de 300% (veuillez préciser combien) Moyenne (du retour sur investissement nécessaire pour prendre le risque) Base: décideurs informatiques dont l organisation a perçu la technologie comme un risque Arguments à débattre de Mozy Les craintes irrationnelles motivent nos actions depuis la nuit des temps et auraient pu fortement entraver le monde moderne si elles n avaient pas été vaincues. Ainsi, beaucoup de gens considéraient la médecine comme de la sorcellerie, avaient peur de naviguer jusqu au bout du monde ou pensaient qu envoyer des gens en orbite pouvait leur donner la «folie de l espace». Heureusement, ces mythes ont été démystifiés. Nous pensons qu il en sera de même, à l avenir, pour de nombreuses technologies modernes que certaines personnes voient d un œil soupçonneux à l heure actuelle. L atmosphère du monde du travail actuel encourage ces craintes irrationnelles et suffoque l innovation. Tout le monde a peur de perdre son travail ou de faire une erreur, au point d être réticent à explorer de nouvelles idées et de mettre au défi «ce que l on a toujours fait». La crainte et la confusion empêchent sociétés et particuliers d atteindre leurs objectifs. Pour tirer le meilleur parti possible de nos possibilités, nous devons remettre en question nos idées dépassées et irrationnelles de ce qui est «sûr» et profiter des nouvelles occasions en ligne. La technologie et les services internet sont des ressources extrêmement précieuses, mais beaucoup de travailleurs ont peur de s en servir dans la mesure nécessaire pour qu elles aient un impact sur leur travail. Il ne s agit pas de la crainte d être remplacé par la technologie mais d avoir l air stupide. Ceci est encore accentué par les règles établies par les services informatiques et les directeurs, qui limitent ou retardent leur usage. Souvent, il semble que les directeurs sont ceux qui sèment ces craintes sur les lieux de travail, empêchant sociétés et personnes d atteindre leurs objectifs à cause de leur peur et de leur confusion. Pour profiter le mieux possible des occasions qui nous sont offertes, nous devons mettre au défi ces idées dépassées et sans fondement au sujet des risques et avantages des technologies de stockage et de collaboration dans le cloud et tirer parti des nouvelles possibilités en ligne Mozy Corporation. All rights reserved. 5

6 Pourquoi n innovons-nous pas? L étude montre que plus d un tiers (37 pour cent) des projets sur les lieux de travail ont été bloqués par les conseils d administration du fait de craintes. En outre, 57 pour cent des décideurs informatiques pensent que les membres de conseil d administration/cadres des sociétés sont ceux qui craignent le plus l implémentation de nouvelles technologies, et plus de la moitié (55 pour cent) a déclaré que leur société considérait l adoption de technologie comme un risque. Les règles établies par les services informatiques font aussi obstacle à l innovation, et 52 pour cent des personnes interrogées admettent ne pas avoir pu faire quelque chose qui leur aurait été utile dans leur travail à cause de ces limitations qui leur sont imposées. Qui plus est, 24 pour cent des idées générées afin d améliorer les entreprises subissent tant de retards à cause des services informatiques qu elles ne produisent pas les résultats escomptés. Toutefois, des conversations sur l argent à gagner et un retour sur investissement de 189% sont tout ce qu il faut pour surmonter cette perception de risques et transformer un projet en réalité. Les services informatiques ne sont pas les seuls à faire obstacle aux projets ; il existe aussi une crainte institutionnalisée d essayer de nouvelles choses au travail. 15 pour cent des personnes sondées ont déclaré que personne ne prenait de risque dans leur organisation et moins de la moitié (46 pour cent) des travailleurs interrogés ont dit que leur entreprise favorisait activement les changements. Une personne sur trois (34 pour cent) n avait jamais présenté de nouvelles idées au travail, et seulement 17 pour cent des personnes sondées avaient une idée qui avait été mise en pratique. Selon vous, qui craint le plus les implémentations de nouvelles technologies : les directeurs de services informatiques ou les conseils d administration/ cadres des sociétés? Créer le bon mot à la mode Ce que les entreprises craignent, c est le changement, une crainte qui peut s avérer irrationnelle comme le prouve l influence des mots à la mode sur l adoption de technologie. Le fait qu un mot à la mode puisse influencer une décision d achat devrait être considéré comme problématique, car cela signifie que les décideurs basent leurs choix sur des idées préconçues au lieu des mérites d une proposition. On a demandé aux directeurs des services informatiques quel était l impact de l association des mots à la mode à leurs demandes budgétaires, aujourd hui et il y a deux ans, pour savoir quels mots avaient aidé ou entravé leurs propositions. «Cloud» était le deuxième mot à la mode le moins favorable à ajouter à la demande de budget il y a deux ans, et 31 pour cent des directeurs de services informatiques ont dit que ce mot rebutait les conseils d administration lors de la présentation d une proposition. Maintenant, le terme «cloud» est plus une aide qu une entrave et le nombre de directeurs de services informatiques qui tentent de l éviter a presque diminué de moitié. 39 pour cent disent que décrire un projet à l aide du mot «cloud» les aide à obtenir des fonds. «Ludification» reste le mot à la mode le plus préjudiciable à ajouter à une demande de fonds. «Collaboration», «sur demande», et «virtualisation» sont les meilleurs mots à employer pour obtenir l approbation d un projet. Malgré le fait que «sur demande», «en tant que service» (...aas) et «cloud» puissent tous souvent être utilisés pour décrire les mêmes projets, 17 pour cent des directeurs de services d informatique disent qu «en tant que service» nuit à leur cause, alors que 5 pour cent seulement ont ce problème avec «sur demande». Inversement, 53 pour cent disent que «sur demande» aide leurs propositions, comparé à 31 pour cent pour «en tant que services» % Total Conseils d administration/cadres de sociétés Directeurs des services informatiques Les deux Base : décideurs informatiques 2013 Mozy Corporation. All rights reserved. 6

7 Quels sont les outils utilisés dans votre entreprise pour encourager l innovation à tous les niveaux? Outils en ligne pour le partage de fichiers et la collaboration Réunions avec la direction à tous les niveaux Des séances périodiques de brainstorming Une boîte à «idées» Des événements de réseautage L usage ouvert d ordinateurs pour les tâches professionnelles et personnelles L usage ouvert d ordinateurs et de dispositifs pour télécharger des applications ou utiliser des services en ligne L utilisation de technologie personnelle Des concours d innovation Des sessions de jam de codes *Autre (veuillez préciser) Aucune des réponses ci-dessus Base : employés de bureau Arguments à débattre de Mozy L étude montre tout simplement qu il existe trop de bureaucratie, au niveau des entreprises, qui fait obstacle à l encouragement de l innovation et aux avantages de la collaboration ainsi qu à l usage de nouvelles technologies comme les services cloud, entravant les réussites. Abandonner un projet ou le rejeter sur la base d idées préconçues et de mots à la mode signifie que les entreprises ne profitent pas des occasions offertes. Pour réussir, les entreprises doivent examiner les véritables avantages et risques des innovations et rester informées des nouveaux développements qui rendent leur adoption plus sûre. Les chefs de file des entreprises et de la technologie doivent être encourageants au lieu de poser des obstacles s ils souhaitent la réussite de leurs sociétés en ces temps difficiles pour l économie. 84% des employés amènent déjà leurs craintes irrationnelles au travail. Ils ont besoin que ceux qui comprennent la technologie et les affaires les acheminent sur la bonne voie pour les encourager à sortir de leur cocon au lieu d entraver leurs efforts avec leurs propres craintes et idées erronées. Le fait que beaucoup de craintes irrationnelles proviennent des cadres de la direction ne fait que souligner le fait que des changements importants doivent être effectués à partir des échelons supérieurs si nous souhaitons sortir de la situation économique actuelle Mozy Corporation. All rights reserved. 7

8 37% des projets sont freinés par les craintes des directeurs Les règlements des lieux de travail empêchent plus de la moitié des employés de faire quelque chose de plus innovant Un projet sur quatre prend du retard et ne donne aucun résultat 15% Selon 15% des employés, personne ne prend de risque au bureau 1/3 des employés n ont jamais soumis aucune idée au travail 39% d entre eux expliquent qu ajouter le mot Cloud aux demandes de fonds peut aider à leur obtention Seulement 5% des requêtes utilisant l expression «à la demande» se retrouvent bloquées Recherche sponsorisée par Mozy d EMC, fournisseur de solutions Cloud de sauvegarde et d accès aux données. Plus d informations sont disponibles sur Mozy Corporation. All rights reserved. 8

9 Le grand mythe de la sécurité du cloud Malgré les services basés dans le cloud comme la messagerie vocale pour les téléphones mobiles et la messagerie Web présente dans la vie de la plupart des Français, ainsi que le fait que cette enquête est réalisée grâce à une application se trouvant dans le cloud, 46 pour cent des gens prétendent ne pas utiliser des services du cloud dans leur vie personnelle. Cela montre bien que les gens ne savent pas vraiment à quoi s en tenir au sujet de ce qu est le «cloud», ce qui crée une peur de l inconnu. 31 pour cent des décideurs en matière d informatique disent que leur conseil d administration/la direction de leur société était très sceptique au sujet du cloud, et seuls 10 pour cent ont dit qu ils n étaient pas sceptiques du tout. Ce scepticisme des conseils d administration provient de préoccupations au sujet de la sécurité (38 pour cent), selon les directeurs de services informatiques. Une connaissance limitée peut également s avérer dangereuse étant donné que la perception de la sécurité du cloud est très variable en fonction du niveau de compréhension technique. Dans l ensemble, seules 20 pour cent des personnes interrogées pensaient que le cloud était «un peu dangereux» ou pire. Toutefois, seuls 3 pour cent de ceux qui se décrivaient comme étant «un peu compétents» pensaient que le cloud était «un lieu très sûr» pour leurs données, comparé à 22 pour cent des gens qui se décrivaient comme des «experts» et 46 pour cent de ceux qui déclaraient qu ils étaient «tout à fait novices». Cela signifie qu il est probable que les personnes n ayant pas de formation technique qui sont régulièrement exposées à des discussions au sujet du cloud - comme les décideurs des entreprises - soient plus déconcertées par le cloud que les experts qui sont conscients des mesures appliquées pour protéger les données en ligne. Il est intéressant de constater que les mesures de sécurité qui doivent être mises en place pour que les gens se sentent à l aise et pensent que leurs photos, documents et vidéos sont en sécurité dans un environnement de cloud sont considérées comme étant les mêmes que celles qui sont utilisées à domicile, malgré le fait que beaucoup moins de mesure de sécurité soient mises sur pied dans la plupart des foyers. Le cryptage est en tête des deux listes avec 55 pour cent des personnes interrogées déclarant qu il est nécessaire pour protéger les données à domicile et 44 pour cent disant qu un code qu eux seuls connaissent est nécessaire sur le site d un fournisseur de cloud. Plus de personnes (38 pour cent) considèrent qu une alarme est nécessaire à domicile, comparé au site d un fournisseur de cloud (31 pour cent). Fait surprenant : 13 pour cent ont même déclaré qu ils pensaient que les données conservées à domicile ne sont en sécurité qu avec une barrière biométrique, et un peu plus seulement (17 pour cent) pensaient que cela était essentiel pour protéger les données dans un environnement de cloud. Pensez-vous que placer des données dans le cloud (par exemple, en utilisant internet pour enregistrer vos s, votre musique, vos photos et d autres fichiers de manière à pouvoir y accéder à partir de vos autres appareils) est : % Très sûr Sûr Partiellement sûr Assez dangereux Dangereux Très dangereux Base : toutes les personnes sondées 2013 Mozy Corporation. All rights reserved. 9

10 Quelles sont les mesures à mettre en place pour que vous pensiez que vos données comme vos photos, vidéos, documents ou musique sont protégées des vols lorsque vous utilisez des services dans le cloud pour stocker vos informations sur internet? % Crypter vos fichiers à l aide d un code connu de vous seul(e) sur le site Web du fournisseur de cloud Une certification indépendante que le centre de données est sécurisé sur le site du fournisseur de services de cloud Une alarme de protection contre tout accès non autorisé au site du fournisseur de services de cloud Des systèmes de protection contre les incendies, les innondations et les tremblements de terre sur le site du fournisseur de services de cloud. Savoir que les portes et les fenêtres du centre de données sont verrouillées sur le site du fournisseur de services de cloud Diviser les données et stocker des copies dans des zones différentes du site du fournisseur de services de cloud Un service de garde 24 heures sur 24 et des chiens patrouilleurs sur le site du fournisseur de services de cloud Un scanner de pupille pour sécuriser la porte du site du fournisseur de services de cloud *Autre (veuillez préciser) Aucun Base : toutes les personnes sondées Arguments à débattre de Mozy Malgré l usage très répandu du cloud dans la vie personnelle des gens, même si la plupart ne s en rendent pas compte, les services d informatique et les conseils d administration freinent son adoption au sein de leurs organisations. La sécurité est la principale cause du scepticisme envers le cloud, mais les éléments requis pour que les entreprises pensent que leurs données sont en sécurité existent déjà au sein de beaucoup de services de cloud. Ceci démontre le manque de compréhension au sein de la direction des entreprises, qui doit être corrigé pour que les entreprises puissent bénéficier des tous derniers développements technologiques. Les perceptions ne correspondent pas à la réalité. 90 pour cent des gens pensaient que le cloud pourrait être plus sûr, mais un service comme Mozy offre toutes les fonctionnalités requises par 99 pour cent des personnes interrogées pour qu elles soient d avis que leurs données sont en sécurité dans le cloud. L évolution est essentielle pour la survie et, dans les conditions économiques actuelles, des changements importants doivent être réalisés non seulement pour que les entreprises survivent mais aussi pour qu elles prospèrent à l avenir. Il ne reste pas de place pour les craintes irrationnelles. Un changement d attitude et une nouvelle approche sont nécessaires, à commencer par les échelons supérieurs, pour encourager tous les membres des entreprises à exprimer des idées et à innover, quel que soit leur niveau Mozy Corporation. All rights reserved. 10

11 46% des employés revendiquent ne pas utiliser de Cloud chez eux 31% des responsables informatique pensent que les directeurs étaient très sceptiques à propos du Cloud Pour deux responsables informatique sur cinq, la sécurité est responsable de ce scepticisme 33% des gens pensent que les craintes liées à la sécurité vont disparaitre d ici peu 13% des interrogés ne se sentiraient en sécurité qu avec un scanner oculaire chez eux 17% d entre eux voudraient un scanner oculaire au niveau du Cloud Mozy offre toutes les fonctionnalités de sécurité requises par 99% des personnes interrogées Seulement 7% pensent que le Cloud n est pas un service sûr Les craintes liées au Cloud s évaporent dès que l on parle d une réduction de 25% Recherche sponsorisée par Mozy d EMC, fournisseur de solutions Cloud de sauvegarde et d accès aux données. Plus d informations sont disponibles sur Mozy Corporation. All rights reserved. 11

12 Comparaisons au niveau international Les résultats étaient très différents d un pays à l autre, les Irlandais étant les plus craintifs et les Américains et les Allemands les plus disposés à accepter les changements. En France, seuls neuf pour cent des personnes sondées ont déclaré que personne ne prenait de risque dans leur société, un peu moins qu en Allemagne, avec 10 pour cent, un contraste remarquable avec l Irlande où 27 pour cent des sociétés ont une aversion aux risques. En outre, 82 pour cent des décideurs informatiques irlandais ont dit qu un de leur projet était bloqué par leur conseil d administration, comparé à 24 pour cent en Allemagne, 29 pour cent aux États-Unis et 33 pour cent au Royaume-Uni. En outre, le nombre de ceux qui se sont abstenus de faire quelque chose car ils pensaient que ce serait beaucoup plus dur que cela ne l était était aussi très différent d un pays à l autre. Les Français semblent les plus disposés à prendre des risques et à en subir les conséquences, avec 47% qui admettent qu ils n attendent pas. Les Anglais, par contre, sont les plus réticents, avec 80% qui ont attendu pour faire quelque chose parce que cela leur faisait peur. En ce qui concerne les inventions qui ont le plus grand impact sur nos vies, seuls deux pays n étaient pas d accord avec le fait que l ordinateur était au sommet de la liste. Il s agissait de l Irlande, qui pensait que c était l électricité, et des Pays-Bas qui ont déclaré que c était le téléphone mobile. Un point intéressant : les États-Unis étaient le deuxième pays le plus préoccupé (63 pour cent) par les lois et réglementations internationales qui pourraient permettre à un gouvernement étranger d accéder aux données stockées dans le cloud et de les examiner sans consentement préalable, malgré le fait que la loi américaine Patriot Act affecte d autres pays. Le seul pays qui s en soucie encore plus est le Royaume-Uni (65 pour cent). Les États-Unis sont toutefois le pays le plus accueillant pour le cloud, où deux fois plus de personnes que la moyenne déclarent qu ils le considèrent comme étant très sûr. C est trois fois plus que le nombre de Hollandais qui pensent cela. Par contre, ce sont les décideurs informatiques hollandais qui ont dit que leurs conseils d administration se montraient les moins sceptiques envers le cloud, avec 13 pour cent qui ont dit que leur direction n était absolument pas sceptique. Avec 13 pour cent, les Américains sont en deuxième position et les Allemands sont les plus sceptiques avec cinq pour cent seulement. Vous est-il arrivé que l un de vos projets soit bloqué car il faisait peur à votre directeur/conseil d administration? États-Unis 29% Yes, 71% No Royaume-Uni 33% Yes, 67% No Irlande 82% Yes, 18% No France 34% Yes, 66% No Allemagne 24% Yes, 76% No Pays-Bas 60% Yes, 40% No Total 37% Yes, 63% No 2013 Mozy Corporation. All rights reserved. 12

13 Quelles sont les trois inventions qui ont eu le plus grand impact sur nos vies? L ordinateur Internet L électricité Le téléphone mobile Les antibiotiques L automobile Total Royaume-Uni France Allemagne Irlande Pays-Bas États-Unisis L approvisionnement sûr en eau potable L avion La roue Base : toutes les personnes sondées Arguments à débattre de Mozy Il n est pas surprenant que les Irlandais soient les plus prudents, vu que leur pays est l un des plus gravement atteints par la crise économique mondiale. En revanche, l Allemagne a l une des économies les plus stables et ne ressent pas autant d aversion au risque. Certains pourraient cependant présenter l argument que l approche conservatrice des Allemands les a protégés de nombreux problèmes qui ont affecté d autres pays. Malgré cela et malgré les opinions très divergentes des décideurs informatiques et des employés de bureau des six pays sondés, le principe reste le même en ce qui concerne la dissipation des craintes irrationnelles. Le manque de cohérence entre les réponses montre qu il existe une culture de la crainte au niveau mondial, affectant la vie personnelle et professionnelle des gens, qu il faut vaincre en les éduquant et en les encourageant à favoriser le changement. Cela doit venir des échelons supérieurs et s infiltrer dans l ensemble de l organisation. Là où elle existe, la réticence à faire part des idées, à évaluer les risques et à saisir les occasions doit changer dans tous les pays. Ceux qui parviennent à vaincre leurs craintes et leurs méprises sont ceux qui sont les mieux placés pour réussir, qu ils soient ou non directeurs ou membres de conseils d administration Mozy Corporation. All rights reserved. 13

14 Méthodes utilisées Cette étude a été mandatée par Mozy et EMC et menée par Vanson Bourne en mai Le sondage a été effectué auprès de 550 décideurs informatiques et employés de bureau au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Irlande, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas. Les personnes sondées travaillent dans des organisations comprenant entre 50 et employés. Répartition par pays États-Unis : 150 décideurs informatiques, 300 employés de bureau Royaume-Uni : 100 décideurs informatiques, 250 employés de bureau Irlande : 50 décideurs informatiques, 100 employés de bureau France : 100 décideurs informatiques, 250 employés de bureau Allemagne : 100 décideurs informatiques, 250 employés de bureau Pays-Bas : 50 décideurs informatiques, 100 employés de bureau 2013 Mozy Corporation. All rights reserved. 14

15 Coordonnées de Mozy Sales Mozy Corporation. All rights reserved. 15

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

Engineering a Connected World. Des voitures connectées et l'avenir de l'automobile

Engineering a Connected World. Des voitures connectées et l'avenir de l'automobile Avant-propos Le monde du transport automobile est prêt pour une révolution. Internet a transformé nos maisons et nos lieux de travail, mais il a eu un impact limité sur l élément qui les relie : nos moyens

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Les États-Unis sont le marché touristique international le plus important pour le Canada et l Ontario. Par conséquent, on déploie des efforts importants

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Trois entreprises sur cinq souffrent d une infrastructure informatique inadaptée

Trois entreprises sur cinq souffrent d une infrastructure informatique inadaptée L environnement commercial actuel présente à la fois d innombrables opportunités et de multiples risques. Cette dichotomie se révèle dans le monde de l informatique (et dans les conseils d administration

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

La situation de la sécurité des clés USB en France

La situation de la sécurité des clés USB en France La situation de la sécurité des clés USB en France Synthèse Sponsorisé par Kingston Technology Préparé indépendamment par Ponemon Institute LLC Date de publication : novembre 2011 Rapport d'étude du Ponemon

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI.

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. L ISO/IEC 27001 de BSI - votre premier choix en matière de sécurité de l information. BSI est l organisme de normalisation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

«Identités numériques et gestion des identités (IDm)»

«Identités numériques et gestion des identités (IDm)» «Identités numériques et gestion (IDm)» Enquête du CTIE, été 2012 auprès des cantons au sujet de : Résultats de l enquête auprès des cantons au sujet numériques 1. Observations générales concernant l enquête

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Regards croisés des dirigeants d entreprise français et allemands sur la transition énergétique

Regards croisés des dirigeants d entreprise français et allemands sur la transition énergétique Regards croisés des dirigeants d entreprise français et allemands sur la transition énergétique Les mondes économiques français et allemand portent-ils le même regard sur les objectifs de la transition

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé Communiqué de Presse E Information sous embargo jusqu au 4/09 à 9h A trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Pourquoi un plan de communication? Si vous voulez améliorer la qualité, l accessibilité et la gamme des services

Plus en détail

Enquête sur l apprentissage auprès des dirigeants d entreprises franciliennes

Enquête sur l apprentissage auprès des dirigeants d entreprises franciliennes LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL Enquête sur l apprentissage auprès des dirigeants d entreprises franciliennes Rapport d étude Viavoice pour la Région Île-de-France INSTITUT VIAVOICE Juin 2014 Contacts

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs

QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs GUIDE ADMINISTRATIF QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs QUE PENSEZ-VOUS DE VOTRE CLUB? Un outil indispensable pour évaluer les clubs - Guide administratif Vous

Plus en détail

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Synthèse de l'institut CSA - N 1101469 Octobre 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE SONDAGE SUR LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE Date: 27 juin 2011 Etude menée par Opinion Way pour les industriels du GITEP TICS Méthodologie Méthodologie Sondage quantitatif mené sur un échantillon de

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

Sondage auprès des parents sur des questions clés en matière d immunisation

Sondage auprès des parents sur des questions clés en matière d immunisation N o de contrat avec TPSGC : #H1011-080016/001/CY N o d inscription : ROP 115-08 Date du contrat : 30/03/2009 Sondage auprès des parents sur des questions clés en matière d immunisation SOMMAIRE This executive

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Conseils pour les employés

Conseils pour les employés Conseils pour les employés StepStone publie des conseils pour les employés à chaque étape de leur carrière. Mai 2009 1 Introduction La crise peut également être l opportunité pour les employés de sécuriser

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Étude sur les attitudes des consommateurs de téléphonie cellulaire 2011

Étude sur les attitudes des consommateurs de téléphonie cellulaire 2011 Étude sur les attitudes des consommateurs de téléphonie cellulaire 2011 Préparée pour le compte de l ACTS Le 29 avril 2011 Copyright 2009-2012 Le groupe conseil Quorus Ltée OBJECTIFS DE LA RECHERCHE Déterminer

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Au-delà de la gestion des fichiers CAO. Vos fichiers de conception sont désormais gérés à la perfection grâce au PDM. Et maintenant?

Au-delà de la gestion des fichiers CAO. Vos fichiers de conception sont désormais gérés à la perfection grâce au PDM. Et maintenant? Au-delà de la gestion des fichiers CAO Vos fichiers de conception sont désormais gérés à la perfection grâce au PDM. Et maintenant? Introduction Introduction Si vous gérez vos fichiers CAO à l aide d une

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille

Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Regard des parents sur la confiance et les jeunes à l école et en famille Février 2013 Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Tel : 01 80 48 30 80 Email : jgoarant@opinion-way.com Méthodologie

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

Garder le contact AVEC VOTRE ÉQUIPE EN TEMPS RÉEL

Garder le contact AVEC VOTRE ÉQUIPE EN TEMPS RÉEL Garder le contact AVEC VOTRE ÉQUIPE EN TEMPS RÉEL Guide pratique sur la formation et la gestion d une équipe virtuelle Guide pratique sur la formation et la gestion d une équipe virtuelle... 01 Comprendre

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles

LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles LE SOULEVEMENT DES MACHINES : Étude européenne sur les préférences des utilisateurs professionnels de technologies mobiles Les PC hybrides menacent la domination des PC portables professionnels en Europe

Plus en détail

La sécurité informatique Usages et attitudes en France. Nobody s Unpredictable

La sécurité informatique Usages et attitudes en France. Nobody s Unpredictable La sécurité informatique Usages et attitudes en France Nobody s Unpredictable Méthodologie Nobody s Unpredictable Méthodologie Cible Internautes âgés de 16 à 64 ans, possédant un ordinateur (PC) équipé

Plus en détail

Les relations parents-enfants au quotidien

Les relations parents-enfants au quotidien Délégation interministérielle à la Famille Les relations parents-enfants au quotidien 7 janvier 2007 Ipsos / DIF Contacts : Etienne MERCIER : 01 41 98 92 79 Christelle CRAPLET : 01 41 98 94 32 etienne.mercier@ipsos.com

Plus en détail

Examinons comment vous préparerez le plan d action dans le LaMPSS.

Examinons comment vous préparerez le plan d action dans le LaMPSS. Bienvenue à la Formation en gestion de cas dans le LaMPSS. Cette séance en salle de classe est offerte au personnel de gestion de cas qui se servira directement du cycle de gestion de cas dans le LaMPSS.

Plus en détail

Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015

Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015 Le rendez-vous de l innovation Le télétravail Mars 2015 Sondage réalisé par pour le publié et diffusé par et Publié le 27 mars 2015 Levée d embargo le 27 Mars 2015 06H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 214 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 214 La décision du Conseil des États du 2 mars 214 de ne pas donner suite à la motion concernant la suppression de la formation

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

5 raisons pour lesquelles les entreprises font passer leur WAN au haut débit

5 raisons pour lesquelles les entreprises font passer leur WAN au haut débit 5 raisons pour lesquelles les entreprises font passer leur WAN au haut débit Comment les temps ont changé et pourquoi il est temps d évoluer avec l informatique L objectif du WAN a toujours été de connecter

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Étude de NCP. Perceptions des consommateurs sur la publicité 2015

Étude de NCP. Perceptions des consommateurs sur la publicité 2015 Étude de NCP Perceptions des consommateurs sur la publicité 2015 2 Étude de NCP Étude de NCP 3 Table des matières Aperçu 4 Faits saillants 5 1 2 3 Les Canadiens perçoivent la publicité de manière favorable

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL Le présent document comprend une série de recommandations pouvant aider les conseillers en technoprévention dans le cadre de leur communication

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. PRESENTATION DU SITE INTERNET ECOLEDIRECTE Familles... 1 1.1 PREAMBULE... 1 1.2 PRESENTATION... 2

SOMMAIRE. 1. PRESENTATION DU SITE INTERNET ECOLEDIRECTE Familles... 1 1.1 PREAMBULE... 1 1.2 PRESENTATION... 2 MAJ 08/2015 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DU SITE INTERNET ECOLEDIRECTE Familles... 1 1.1 PREAMBULE... 1 1.2 PRESENTATION... 2 1.2.1 Connexion... 2 1.2.2 Le lien «Ajouter EcoleDirecte à vos favoris»... 2 1.2.3

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

et comment vous y rendre

et comment vous y rendre Sachez oùvous allez et comment vous y rendre Plan d affaires intégré MC pour les spécialistes en assurance S a c h e z o ù v o u s a l l e z «Si vous négligez de prévoir, vous prévoyez d échouer.» proverbe

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Étude de la capacité des particuliers à se prévaloir d'un régime enregistré d'épargne-invalidité (REEI) Ryan Fontaine Conseiller

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

Présentation du site internet EcoleDirecte

Présentation du site internet EcoleDirecte Présentation du site internet EcoleDirecte La vie scolaire de votre enfant sur https://www.ecoledirecte.com Janvier 2013 SOMMAIRE 1 PRESENTATION DU SITE INTERNET ECOLEDIRECTE DEDIE AUX FAMILLES ET AUX

Plus en détail

Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande

Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande Votre droit à contester la décision prise concernant votre demande La Sécurité sociale veut être certaine que vous bénéficiez bien des

Plus en détail

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet?

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Dans le cadre de sa campagne d éducation «Internet, les autres et moi», RSA a commandité une étude qui interroge et compare les perceptions

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E13 Service de location et lavage de gobelets - SMTD BASSIN EST Monographie complète SMTD Bassin Est (Pyrénées Atlantiques) Année 1 du

Plus en détail