RESULTATS DE L'ENQUETE "GRILLE BCD" Novembre 2010 Mars 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESULTATS DE L'ENQUETE "GRILLE BCD" Novembre 2010 Mars 2011"

Transcription

1 RESULTATS DE L'ENQUETE "GRILLE BCD" Novembre 2010 Mars /01/2012 Grille BCD

2 TABLE DES MATIERES 1. METHODOLOGIE Origine Idée initiale La "Communauté Grille BCD" Structure Axe - Groupe + Génération + Fiches (sémantiques, descriptives courtes complètes) Autres outils de mesure du degré d'informatisation Pourquoi un scorage et quelle est l'utilité des moyennes? Qui va scorer? Comment procéder (quelle démarche est recommandée)? Comment donner un score à une fonctionnalité? Pourquoi pas les aspects processus? Pourquoi certaines fonctionnalités dans un axe plutôt que dans un autre? Outil pensé dès le départ comme évolutif Initiative qui vient du secteur pour le secteur avec des gens opérationnels dans le secteur Conclusions ressortant de l'enquête quant à la pertinence de l'outil DEROULEMENT DE L ENQUETE Objectifs du SPF Fonctionnement du helpdesk et résultats Les feedback individuels ECHANTILLON /POPULATION Taille type région : pertinence Analyse de l échantillon Méthode d'analyse statistique choisie : petite population + référence ANALYSE DES RESULTATS Corrélations Conclusion d ensemble ANALYSE DES RESULTATS PAR AXE GROUPE Génération AXE 1 : données cliniques AXE 2 : Données administratives du patient AXE 3 : Logistique hospitalière AXE 4 : SUPPORT DE L'ORGANISATION AXE 5 : méthodologie et gouvernance AXE 6 : sécurité du patient et tracabilité AXE 7 : sécurité des opérations SUBSET DE 50 QUESTIONS objectif de trouver ce subset Rappel Que représente ce subset? = là où porte l'effort majeur Comment trouver les items? Condition limite CONCLUSIONS Validité de l'outil validation des réponses Mesures possibles pour le SPF Santé publique Comment continuer? Rôle de la "Communauté Grille BCD" ANNEXE 1 : Résultats de l'enquête Grille BCD 10/ / ANNEXE 2 : Présentation de l'enquête "Grille BCD" (9/11/2010) ANNEXE 3 : Discours de Mr Decoster (9/11/2010) ANNEXE 4 : HIMSS - US EMR Adoption Model SM ANNEXE 5 : CORRELATION ENTRE AXES GROUPES ITEMS ANNEXE 6 : SUBSET de "50 QUESTIONS" ANNEXE 7 : Remarques de certains hôpitaux et réponses ANNEXE 8 : GUIDE D'ENTRETIEN "BEST PRACTICES" Notes

3 1. METHODOLOGIE 1.1 Origine 3 initiateurs actifs dans le secteur : - Pierre Bouchat Licencié et Maître en Informatique (FUNDP Namur). 25 années de carrière (1 année en tant qu'analyste-programmeur, 13 années en tant que chef de projets, 9 années en tant que IT Manager Directeur Informatique) Secteurs d activité : société de développement de logiciel (1 an) secteur des assurances (société d assistance) (10 ans) multinationale du secteur industriel (4 ans) secteur hospitalier : CHU Godinne Cliniques Universitaires UCL Saint-Luc (10 ans). - Luc Ceyssens Expertise de plus de deux ans dans un groupe social belge comme CIO, Expertise de 7 ans à la tête d un département informatique dans un hôpital général à Liège Expertise confirmée dans la gestion de département informatique et la gestion de projets. Expertise en gestion de base de données, en méthodes d analyse, en développement et en télécommunications. Compétences confirmées en gestion de la sécurité des systèmes d informations (ISO 27001, 27002, 27799). Compétences en systèmes experts et intelligence artificielle. Lien vers linkedin : - Georges de Wasseige Première partie de carrière consacrée aux milieux sociopolitiques. Evolution vers les métiers de l'informatique : développeur, analyste, chef de projet dans des sociétés de logiciels et au sein d'entreprises. Depuis vingt ans, diverses fonctions de chef de projet et de directeur informatique dans le monde hospitalier. Récemment, Directeur Organisation et Projets au sein d'un hôpital de grande taille. Actuellement consultant indépendant. Formateur certifié PRINCE2 (méthode de gestion de projet) Compétences confirmées en gestion de la sécurité des systèmes d informations (ISO 27001, 27002,

4 1.2 Idée initiale Au printemps 2008, le salon fit appel à conférenciers pour un ensemble de sessions de présentations non commerciales concernant l informatique en milieu hospitalier. Chacun des trois "initiateurs" de la démarche BDC avait trouvé un intérêt à participer à ce type d événement. Mais quel sujet choisir? Lors d une réunion inter-hospitalière et d échanges informels entre ces trois personnes, il s est avéré qu elles pouvaient efficacement partager leur expérience sur un sujet qui devait intéresser les directions d un hôpital : un outil pour discuter stratégie informatique avec les directions générales au sujet des données cliniques du patient. La grille BCD était née. Le sujet était trouvé et la conférence eut lieu en octobre de la même année. Le titre de la conférence était : "Quels outils informatiques mettre, en milieu hospitalier, à disposition de tous les soignants pour améliorer la prise en charge des patients? 1 " Mi-2009, un des initiateurs fut amené à participer à un groupe de travail inter-hospitalier au SPF Santé Publique, sur le thème des indicateurs hospitalier non cliniques (volet informatique). Lors de ces travaux, le travail initial fut présenté au groupe. L intérêt ayant été marqué pour le travail réalisé, il fut demandé 2 choses : - étendre le périmètre au-delà de l informatisation des données cliniques du patient. Les buts étaient 1 d'intégrer la totalité des matières prises en compte par une informatique hospitalière; 2 d ajouter des préoccupations transversales comme la sécurité, la formation, la méthodologie et d autres notions transversales du métier de l informaticien; - mettre au point une méthode de scorage. Les buts poursuivis étaient 1 de pouvoir avoir une vue d ensemble de la situation de l informatique hospitalière en Belgique; 2 de pouvoir mesurer une progression en fonction d actions menées. Ces demandes furent donc prises en charge et réalisées comme évolution du projet initial. Le déroulement de la pré-enquête et de l'enquête est décrit au chapitre 2. En novembre 2010, une enquête officielle fut lancée sur base des travaux réalisés sur l année écoulée. Les réponses furent rendues sur base volontaire uniquement. Malgré cela, 49 hôpitaux ont répondu sur les 106 ayant reçu le questionnaire. Les résultats individuels ont été collectés fin juin Le présent document en synthétise les résultats globaux. 2

5 1.3 La "Communauté Grille BCD" Depuis début 2009, une communauté de personnes, fortement impliquées dans l informatisation des hôpitaux émanant de plus d une quinzaine d institutions hospitalières de Belgique s est réunie autour des initiateurs de l'initiative de mise en place d une grille d évaluation de l avancement et de la performance des systèmes d information au sein des hôpitaux. Ces personnes sont membres de cette "communauté" à titre personnel. Comment prendre conscience, organiser et prioriser les développements pour éviter les dispersions, les dépenses caduques, les projets sans fin, les réalisations boiteuses en production, les allégations des fournisseurs des plus belles solutions (sic!)? Comment arriver à satisfaire les clients (nous aurions pu écrire acteurs) des systèmes d information dans la prise en charge efficace des patients? Le but de cette "communauté" - que nous nommerons par la suite "Communauté Grille BCD "- est de mettre à disposition des directions générales, des directions médicales et des directions informatiques des institutions hospitalières un outil permettant : - dans un premier temps l évaluation de l état des systèmes d information de leur institution propre ; - dans un deuxième temps de définir, grâce à cet outil, un plan stratégique de développement des systèmes d information de l institution ; - dans un troisième temps, de mesurer la progression de la réalisation de ce plan stratégique au cours du temps par des évaluations régulières des pistes de développement arrêtées conjointement par les trois instances de l institution. Cet outil doit aussi permettre d adapter facilement le plan stratégique informatique de l institution sans perdre le bénéfice apporté par les trois premières étapes décrites cidessus. La "Communauté Grille BCD" se réunit très régulièrement autour des initiateurs pour se définir des axes de développement et se fixer des objectifs autour de ce développement. Une roadmap de développement de l outil est avalisée et acceptée par la "Communauté Grille BCD". La "Communauté Grille BCD" produit ses articles en mode open source. Elle est intervenue sur la découpe en axes, en groupes et en fonctionnalités de la grille d évaluation, en respectant la dimension des générations (Le concept de "génération" est expliqué au point 1.4 ci-dessous). Elle se positionne sur le classement de ces fonctionnalités. La "Communauté Grille BCD" s organise en groupes de travail pour prendre en charge la rédaction et la validation des fiches liées aux fonctionnalités croisées avec le classement par génération et les fiches sémantiques. Chaque groupe de travail est pilotée par un rédacteur autour de contributeurs. Les fiches rédigées sont ensuite envoyées à toute la "Communauté Grille BCD" pour une lecture qualitative supplémentaire. Ces fiches sont enfin examinées au cours de réunion plénière. Les fiches sont rédigées selon un format uniformisé. 3

6 La "Communauté Grille BCD" s est aussi interdit d intervenir à propos de la description de la manière dont une fonctionnalité donnée doit être satisfaite. La volonté de la "Communauté Grille BCD" est d exprimer la définition de la fonctionnalité (de quoi il s'agit) en laissant toute liberté à l institution hospitalière de choisir comment celle-ci va apporter une solution, et par quelle démarche aboutir à la réalisation de celle-ci pour autant que la méthode choisie respecte certaines notions exprimées dans les fiches sémantiques et certaines règles communes à toutes les fonctionnalités (exemple : le numéro d identification du patient doit être unique au sein d une institution hospitalière). La "Communauté Grille BCD" est ouverte à toute personne désirant faire partie de cette initiative pourvu qu elle fasse état d une connaissance établie du milieu hospitalier. 1.4 Structure Axe - Groupe + Génération + Fiches (sémantiques, descriptives courtes complètes) Dans l idée initiale, discuter stratégie d informatisation voulait dire avoir aussi une perspective de progression dans les matières. Chaque fonctionnalité fut donc déclinée en quatre générations : - génération 1 : le papier. C est la génération du minimum pour prendre en charge la fonctionnalité - génération 2 : une application répond à la fonctionnalité. C est la génération du premier outil informatique (best of breed) - génération 3 : un outil existe pour intégrer les fonctionnalités qui se tiennent. C est la génération de l intégration.(best of suite) - génération 4 : de l aide à la décision ou de l expertise est présente sur la fonctionnalité. C est la génération des systèmes experts. Les initiateurs se sont délibérément limités à quatre générations afin de rester dans les domaines où des concrétisations apparaissent clairement. Il leur sembla prématuré d aller plus loin au risque de rater l objectif de communication avec les directions générales. Deux des demandes du SPF Santé Publique étaient d étendre le périmètre au-delà des fonctionnalités "cliniques" et d ajouter des thèmes transversaux liés à la sécurité du patient et aux méthodes de travail. Cela aurait eu pour effet d'allonger considérablement la liste de fonctionnalités à définir. Une demande complémentaire était de pouvoir fournir quelques indicateurs clés (+/- 10). On trouvera la réponse à cette demande au chapitre 6. Spontanément, il fut décidé de regrouper les sujets dans une structure pyramidale. Le premier niveau de la pyramide est occupé par les items et leurs fiches. Au niveau juste au-dessus, les groupes permettent de se concentrer sur un sujet en particulier au travers de ses différentes facettes (exemple : anamnèse infirmière). Au niveau supérieur, sept axes permettent de rassembler les groupes. 4

7 Au départ, la méthode de regroupement est relativement arbitraire. L enquête révélera plus tard que - ce choix est pertinent - d autres choix auraient pu être tout aussi valables. Les sept axes sont répartis en quatre axes fonctionnels et trois axes transversaux. Au niveau des axes fonctionnels, le critère de regroupement a été choisi en s éloignant de plus en plus des données touchant directement le patient. Donc, on obtient dans l ordre : - données cliniques - données administratives (où l agenda fut placé par la nature des fonctions des personnes qui traitent ces informations : secrétaires ou aides infirmières administratives pour la plupart) - logistique hospitalière (DRH, Finance, Achats, Facturation, ) - Données propres à l organisation et à sa gestion (Datawarehouse, Site Web, outils de collaboration, ). Les trois axes transversaux sont : - méthodologie et gouvernance : pour se concentrer sur les "hommes "et leur façon de faire - sécurité et traçabilité : la sécurité autour du patient - sécurité des opérations : la sécurité globale informatique et des bâtiments. Au départ, les fiches faisaient l objet d un texte explicatif continu. De façon à être plus compréhensibles, ces fiches furent repensées et complétées en utilisant la structure Boscar³ Cette structure a été proposée par les initiateurs à la communauté. Boscar³ est un acronyme pour une structuration efficace et une rapidité dans la rédaction des fiches. La structure en est la suivante : - Background : permet de décrire la situation de départ. - Objectives : permet de définir le «quoi». - Scope: permet de décrire le périmètre de la fonctionnalité, mais aussi ce qui n y est pas intégré. - Constraints : définit les contraintes liées au contexte propre de la fonctionnalité. - Assumptions, transformé en Dépendances : permet de décrire les dépendances entre les fonctionnalités. Une notion de préséance peut ici être invoquée. - Ressources : permet d identifier le type de ressources et leur dimensionnement pour la réalisation de la fonctionnalité. - References : identifie les références externes utilisées lors de la rédaction de la fiche sur la fonctionnalité décrite. - Risks : identifie les risques inhérents à la fonctionnalité décrite. 5

8 Figure 1 : Modèle de fiche BCD Gn où n est le numéro de génération nn = numéro de la fiche Au modèle Boscar³, il fut également décidé d ajouter un paragraphe pour une courte explication. Pour certains items, cette courte explication suffisait amplement. Par la suite, le besoin s est fait sentir de définir un certain vocabulaire et certains concepts généraux. Des fiches sémantiques furent donc créées pour répondre à ce besoin. Figure 2 : Nombre de fiches selon les versions Axes Groupes Générations Items Fiches explicatives Fiches sémantiques Longue Courte 90 6

9 Figure 3 : Evolution des versions de la Grille BCD Version # fiches Nombre d'items par génération G1 G2 G3 G4 Total items % fiches rédigées 1.5 1ère version livrée ,93% 1.6 version utilisée pour ,65% premiers tests 2.0.h version finale ,23% 2.1 version après enquête % Enfin, un ensemble de graphiques de synthèse permettent de donner une vue synoptique simple et rapide des scores établis. 1.5 Autres outils de mesure du degré d'informatisation - HIMSS Il existe d'autres démarches visant à "mesurer" le degré d'informatisation des institutions de soins. La plus ancienne est HIMSS 2, fondée en HIMSS propose une grille à sept niveaux (voir Annexe 1). Malgré des tentatives d'"européanisation ", la grille HIMSS conserve une manière d'aborder la question de l'informatisation en milieu hospitalier très marquée par ses origines américaines, spécialement dans l'ordre dans lequel les différentes pièces du puzzle, les différentes composantes de la solution informatique globale sont mises en place. En outre, la grille HIMSS se limite aux données qui sont censées se retrouver dans le DPI (Dossier Patient Informatisé ou Electronic Health Record). Ceci implique que d'autres aspects liés au patient mais qui ne sont pas des données cliniques ne sont pas pris en compte. Tout le volet de la sécurité du patient (Patient Safety), qui implique de capturer, organiser et consolider des données venant, par exemple, des autoclaves de la stérilisation, de la chaîne de production de la nourriture ou des actions d'entretien et de nettoyage, n'est pas pris en compte. HIMMS ne méconnaît assurément pas le "Patient Safety" mais cela n'est pas intégré dans la vision globale de l'informatisation représentée par sa grille à sept niveaux. Si HIMSS publie une grande quantité d'études, d'analyses et de "livres blancs", la distinction n'est pas toujours simple à opérer entre ce qui émane d'acteurs issus du monde hospitalier et ce qui est produit par des fournisseurs de solutions destinées à ce même monde hospitalier. - Enquête Deloitte Depuis plusieurs années, la Commission européenne finance de vastes enquêtes sur l'usage des technologies de l'information dans les hôpitaux. Cette enquête a été confiée en aux bureaux d'étude Deloitte et Ipsos. 7

10 La démarche méthodologique a consisté à poser des questions par téléphone aux CIO et aux Directeurs médicaux. Certaines questions peuvent légitimement soulever des objections : par exemple, l'enquête comporte des questions (11 à 13) à propos de l'utilisation éventuelle de connexions "wireless " au sein de l'institution et à quel(s) public(s) celles-ci sont, le cas échéant, proposées. Ceci sous-entend que l'hôpital qui aura pris la décision de NE PAS installer de "wifi "pour ne pas exposer sans raison impérieuse ses patients, c'est-à-dire des personnes potentiellement immuno-déprimées, à des ondes électromagnétiques se verra automatiquement considéré comme ayant un degré d'informatisation moindre. Dans le même ordre d'idées, la question est posée de savoir si le PACS de l'institution appartient ou pas à un réseau régional ou national (question 21). La question est biaisée par des présupposés organisationnels. Si un hôpital dispose de son propre PACS et est capable d'envoyer dans de bonnes conditions de confidentialité, de sécurité et de vitesse des images cliniques, peu importe comment cela est réalisé : au travers d'un "PACS régional" ou au travers d'un hub de santé. Certaines questions semblent aussi marquées par les modes technologiques du moment comme la télémédecine; la caractéristique de ces modes technologiques est de prétendre rendre obsolètes tout ce qui est en place et de réaliser des économies fulgurantes dans le domaine concerné. Ces modes technologiques qui ne sont pas propres au secteur des soins de santé sont à considérer avec prudence. L'apport technologique est incontestable mais entre les annonces marketing, hélas parfois relayées sans nuances par la presse et malheureusement parfois adoptées sans distance par certaines autorités politiques, et un réel apport "sur le terrain" doublé d'une appropriation par les acteurs de terrain, il y a une marge. L'avantage majeur de ce type d'études est d'opérer un benchmarking entre les pays 3. L'étude a ainsi permis de mettre en évidence un certain nombre de questions de base à éclaircir avant toute tentative de benchmarking, préalable à la mise en place d'une politique européenne de soutien à l'e-santé. Ces questions, souvent triviales, sont : qu'est-ce qu'une institution de soins du point de vue de l'enquête? (En Belgique, la question est pertinente pour les bassins de soins, le groupe Iris à Bruxelles ou les hôpitaux publics anversois). - Agence Wallonne des Télécommunications Très récemment, l'agence Wallonne des Télécommunications a réalisé une enquête sur l'utilisation des TIC dans le secteur hospitalier wallon 4. Les aspects d'infrastructures sont plus largement traités que dans la présente enquête qui se centre sur les besoins internes et sur la stratégie de mise en place des fonctionnalités informatiques. Les conclusions de l'awt en matière de Dossier Patient Informatisé (en d'autres mots de dossier patient multi-métiers) et de partage des données rejoignent les observations de la présente étude. 8

11 1.6 Pourquoi un scorage et quelle est l'utilité des moyennes? La demande du SPF Santé Publique à ce niveau était de pouvoir mesurer une évolution. Il fallait donc répondre à 2 besoins : - établir un état des lieux global du paysage informatique hospitalier belge à un moment donné; - mesurer une progression du niveau d informatisation au fil du temps pour identifier la portée des actions politiques menées. Le modèle de calcul a donc été basé sur un scorage de 0 à 6 (expliqué ci-après) et en utilisant des moyennes : - pour que le modèle puisse évoluer tout en gardant une comparabilité avec le passé; - pour que des items non scorés pour des raisons justifiées ne perturbent pas les calculs. 1.7 Qui va scorer? Comment procéder (quelle démarche est recommandée)? Pour arriver à établir un scorage correct de la grille, il est fortement recommandé de ne pas se contenter de recueillir l'avis du seul responsable informatique de l hôpital. Idéalement, chaque personne représentative d un métier de l institution doit pouvoir donner son avis lors de l établissement du score. Le temps estimé pour une première démarche est d une journée de travail coordonnée par le responsable informatique. 1.8 Comment donner un score à une fonctionnalité? Tout d abord, il est essentiel de spécifier que la fonctionnalité observée sera scorée dans le sens suivant : il s agit de la mise à disposition et de l utilisation continue de la dite fonctionnalité. Il faut exclure les tentatives avortées et autres utilisations temporaires motivées par des périodes d activité bien précises ou sous surveillance. L idée majeure est de mesurer l état réel de l informatisation et non son état espéré. 9

12 Les valeurs de scorage sont les suivantes : Figure 4 : Valeurs de scorage et signification Score Signification Explication 0 Pas demandé 0 : signifie que la demande n existe pas en ce qui concerne la fonctionnalité, personne n y a pensé ou n est sensible à ce sujet. 1 Demande existe 1 : la demande existe et a fait l objet d une formalisation. 2 Envisagé/ A l'étude/ Planifié 2 : l hôpital travaille à réaliser la fonctionnalité. Il existe un groupe d analyse, des personnes sont responsabilisées. 3 En place dans une unité/service pilote 4 En place dans moins de la moitié des unités/services 5 En place dans plus de la moitié des unités/services 6 En place dans toutes les unités/services (> 90%) (*) 3 : un pilote est en cours. Des premières réalisations sont opérationnelles à petite échelle. 4 : la fonctionnalité est en place dans moins de la moitié des services concernés ou moins de la moitié du périmètre initialement prévu. 5 : la fonctionnalité est en place dans plus de la moitié des services concernés ou plus de la moitié du périmètre initialement prévu. 6 : la fonctionnalité est en place dans la totalité (*) des services concernés ou la totalité du périmètre initialement prévu. * On a considéré que plus de 90% des services équivaut à 100% car il y a des villages gaulois d irréductibles résistants à l informatisation; ceux-ci ne doivent pas empêcher de scorer 6 : une opportunité finira par se présenter pour résoudre le problème et atteindre les 100% effectifs. Il reste évidemment la possibilité, pour l hôpital qui n est pas concerné par la fonctionnalité, de retirer toute valeur de score de façon à neutraliser la fonctionnalité. La valeur Non Applicable est donc possible Comme cela peut transparaître dans le paragraphe ci-dessus, les scores 4, 5 et 6 peuvent trouver des variantes en fonction de la portée initialement prévue pour la fonctionnalité. Exemple : Un outil de gestion complète du Capital Humain peut être déployé à 60% de ses capacités -> score 5. Exemple : une prescription de médicaments peut être déployée dans 30% des unités de soins d hospitalisation mais il n est pas prévu que l outil soit déployé en Hôpital de jour -> score 4. Dans une version ultérieure de l'outil Grille BCD, la notion ci-dessus sera explicitée plus clairement (chaque fiche contiendra la définition du "comment scorer "). Disponibilité ou utilisation effective L'enquête "ehealth Benchmarking III", financée par la Commission européenne, a notamment investigué sur la distinction entre la disponibilité de certaines applications et leur usage effectif par le personnel soignant. La démarche méthodologique pour mettre ces différences en évidence a consisté à poser des questions différentes aux CIO 10

13 (disponibilité) et aux Directeurs médicaux (utilisation) 5. La question est pertinente et mérite que l'on y accorde de l'attention. L'outil "Grille BCD" a opté pour une autre approche; l'objectif premier de l'outil n'était pas de fournir des renseignements aux pouvoirs publics mais bien de permettre à une institution de soins d'établir avec précision l'état de son informatisation, de recenser l'ensemble des demandes, de définir les priorités pour les trois à cinq années à venir et enfin de suivre la réalisation des objectifs ainsi fixés. La collecte par une autorité publique de ces informations ne devient donc pas une charge supplémentaire pour l'hôpital. Au contraire, l'autorité publique met à disposition des institutions de soins un outil de gestion et, en retour, par simple communication des plans stratégiques sous une forme structurée, codifiée, l'autorité publique dispose d'une vue globale et évolutive des outils informatiques en place. En outre, la technique de scorage de la "Grille BCD", parce qu'elle pose la question de l'existence d'une demande et du fait que la réponse à cette demande est envisagée (score = 2), permet d'appréhender le plan stratégique de l'hôpital. L'enquête effectuée pour la Commission européenne pose la question supplémentaire des priorités d'investissement dans les trois ans à venir, en permettant un choix entre neuf "applications". Cette démarche se rapproche de celle d'himss et ne donne qu'une vue très approximative du déploiement des applications. L'aspect de "montée en puissance" d'une application est également important à mesurer. Le volet infirmier du Dossier Patient Informatisé (DPI) exige du temps et des efforts : de 4 à 6 semaines par unités d'hospitalisation est une durée habituelle. La mise en place du Parcours du médicament (prescription par le médecin délivrance par la pharmacie distribution par le personnel infirmier) exige par unité d'hospitalisation sensiblement le même temps. Ce genre de projet se compte en années et pas en semaines. Mesurer le degré de déploiement d'une application est un aspect important d'où l'utilisation des scores 4, 5 et Pourquoi pas les aspects processus? Suivre un système d information au travers des processus ou au travers des fonctionnalités aboutit au même périmètre d informatisation. Lorsque tous les processus sont couverts, toutes les fonctionnalités sont remplies (et réciproquement). L approche processus est un autre angle de vue sur une même matière : le périmètre des fonctionnalités à remplir. De plus, les axes transversaux (traçabilité, sécurité, méthodologie) ne sont pas concernés par cette approche processus mais doivent l encadrer. Il existe deux stratégies majeures dans le monde de l informatique hospitalière : - le "tout fait maison " - l acquisition de produits du marché 11

14 Une "approche processus" est plus spontanée en développement "maison" qu en recherche de produits commerciaux. Certains hôpitaux ont clairement optés pour cette "approche processus" dans leur stratégie d'informatisation. Par analogie avec le monde de la mode, nous parlons de "haute couture" et de "prêt-àporter". Lorsqu une institution est dans la logique du développement "maison", il est plus intuitif (pour des raisons d efficacité pure) d automatiser des processus. Exemple : une gestion multi-métiers de stocks (meilleure transversalité et intégration). Nous assistons à une mutation progressive vers l acquisition de produits du marché poussés par les fournisseurs qui voient de plus en plus d opportunités à développer des solutions cliniques. Ces mêmes fournisseurs voient de plus en plus l intérêt de l intégration et de la transversalité de leurs produits. Des fournisseurs ont proposé des solutions spécifiques. D autres proposent des solutions globales et intégrées. Dans les scores élevés, on trouve aussi bien des hôpitaux ayant adopté une démarche de développement "maison" que des hôpitaux ayant opté pour une politique d'acquisition de produits logiciels. Prendre position pour l une ou l autre stratégie impliquerait une ingérence dans le choix des méthodes, ce que nous avons choisi d'éviter pour adopter une vision qui nous semblait plus adaptée au terrain. En conclusion, l approche processus fera l objet d une prochaine version de l enquête si nécessaire Pourquoi certaines fonctionnalités dans un axe plutôt que dans un autre? Discussion sans fin! Le choix initial a fait l objet de longues discussions entre les initiateurs de la démarche. La conclusion : il n y a pas de vérité. Le choix des axes et groupes, tel qu il se présente actuellement, représente un consensus entre les initiateurs et a été validé par la "Communauté Grille BCD". Le modèle, grâce à l utilisation des moyennes, peut être revu et réorganisé sans perdre la comparabilité avec le passé Cette discussion fut reprise par les hôpitaux participant à l enquête, mais il n y pas eu de remise en question fondamentale de la répartition entre axes. Par exemple, le groupe "agenda" aurait pu faire partie de l axe des données cliniques. D un autre côté, le caractère "non soignant" des personnes utilisant ce type d application est encore largement répandu. Ce qu il faut retenir, c est que mettre ce groupe dans l un ou l autre des deux axes est peu important au vu de la cohérence du groupe en tant que tel. Où qu il fut placé, cela n aurait rien changé aux conclusions. Pour l'hôpital, l'important est de ne rien oublier et de tout maîtriser (quelque soit la structure des axes). 12

15 1.11 Outil pensé dès le départ comme évolutif Les initiateurs de cette démarche, en accord avec la "Communauté Grille BCD", ont décidé d emblée de penser cette grille comme devant être évolutive dans le temps sans perdre les informations des précédentes utilisations de la grille par les acteurs du monde hospitalier. Le nombre d axes, de groupes par axe, de fonctionnalités par groupe peuvent évoluer dans le temps, le nombre de générations peut aussi augmenter; fondamentalement, les résultats présentés peuvent toujours se comparer d une utilisation à l autre de la grille et de son outil de scorage. L utilisation de moyenne et d écart-type dans l outil de scorage le permet aisément, même si mathématiquement, l ajout d une fonctionnalité peut avoir un impact sur le scorage moyen d un groupe. Chaque fonctionnalité est cotée individuellement et l impact sur la moyenne de cotation d un axe est souvent minime. La représentation en bâtonnets qui est présentée sur les rapports globaux et individuels, permet aisément cette comparaison visuelle. La grille évolue de la même manière pour l ensemble du secteur. Nous avons pu constater cela au travers des générations successives produites (V1.5; V1.6; V1.6.1; V2.0; V2.1, ) où le nombre de fonctionnalités a significativement augmenté en passant de 230 à plus de 440, sans compter les quatre générations impliquées dans la grille Initiative qui vient du secteur pour le secteur avec des gens opérationnels dans le secteur Les premiers paragraphes de ce document mentionnent le fait que la "Communauté Grille BCD" est composée par des professionnels du secteur ayant une expérience importante et y exercent actuellement leurs talents. Comme indiqué plus haut, cette "Communauté Grille BCD" est constituée de médecins, infirmiers et informaticiens qui se sont engagés à titre personnel. Cette initiative de la grille BCD prend sa source parmi des acteurs du milieu hospitalier et a finalement servi de base pour la constitution d un outil de scorage sous le patronage du SPF Santé Publique. Nous y retrouvons des personnes qui proviennent de tous types d institutions hospitalières des trois régions du pays. L ensemble des vécus des membres de la "Communauté Grille BCD" rassemble une somme importante de réalités, de visions, de stratégies différentes et pourtant très complémentaires dans les préoccupations de développement de l informatisation au sein de chacune des institutions hospitalières. La "Communauté Grille BCD" est, par principe, ouverte à tout acteur du secteur hospitalier désireux de participer à la réalisation de cette démarche visant à livrer à la fois un outil en mode "open source" d aide à la décision stratégique au sein de l hôpital et un outil de benchmarking du secteur hospitalier. 13

16 Les initiateurs profitent de ce rapport pour remercier chacune des personnes partie prenante de notre "Communauté Grille BCD" pour leur participation active à notre démarche commune dans un esprit "open source" de partage des meilleures pratiques en matière d informatisation des institutions hospitalières Conclusions ressortant de l'enquête quant à la pertinence de l'outil La grille a été testée : - auprès d'hôpitaux tests - enquête auprès de 49 institutions avec un helpdesk qui a fonctionné pendant 4 mois et demi - entretiens "Best practices" Pendant toutes ces démarches, nous avons pu constater les mêmes points : - des remarques et questions ont été formulées sur la ventilation entre axes : ce point a été discuté ci-dessus. Il ne subsiste pas d'objection à la ventilation proposée par l'outil - de nombreux intervenants ont reconnu la très grande utilité de l'outil Grille BCD comme démarche en interne pour élaborer / valider le plan stratégique et comme outil de communication interne. Ce point était unanime lors des entretiens "Best practices" - la complétude de l'outil est reconnue même s'il faut encore rédiger des fiches explicatives pour éviter toute équivoque - de multiples propositions positives et enthousiastes pour améliorer l'outil ont été émises. 14

17 2. DEROULEMENT DE L ENQUETE 2.1 Objectifs du SPF La logique du SPF Santé publique était de mener une enquête "beta" en visant à se doter d'un outil pour supporter le secteur. Après que le principe d utilisation de la grille BCD (élaborée par des acteurs du secteur hospitalier, complétée par une méthodologie de scorage et une grille adéquate) eut été accepté par le SPF Santé public, la démarche liée à la grille fut testée auprès de quelques institutions hospitalières. Ces tests se sont déroulés sur un minimum d'une demi-journée en présence d au moins deux initiateurs. Cinq institutions ont participé à ces tests; une très grande majorité était située en Flandre pour équilibrer la provenance plutôt francophones des initiateurs et des membres de la "Communauté Grille BCD". Ces tests ont fortement contribué à faire évoluer la grille. L'évolution de l'outil a été détaillée dans un tableau ci-dessus (Figure 2). Au vu des résultats très positifs de cette première série de test (destinés à évaluer la manière dont la grille BCD était perçue et acceptée) et au vu du retour positif que son utilisation pourrait générer, le SPF et les initiateurs se sont accordés sur un plan réaliste de tests à proposer à l ensemble du secteur. Une présentation de l'outil "Grille BCD" a eu lieu au CNEH en date du 24 août Cette présentation a été suivie d'une large discussion très ouverte. Le principe d'une enquête "beta" auprès de l'ensemble du secteur a été acquis, notamment lors de la réunion du Bureau du CNEH en sa séance du 14/10/2010. Ce test grandeur nature n avait pas de caractère obligatoire, cependant, chacune des 106 institutions hospitalières de Belgique a été invitée à y participer. Pour lancer cette enquête, deux séances d information, l une en Néerlandais et l autre en Français ont été organisées, le 9 novembre 2010, dans les locaux du SPF Santé Publique. Ces séances d'information étaient destinées aux représentants des institutions de soins intéressés à participer à l'enquête. Plus d'une centaine de personnes, équitablement réparties entre les deux sessions y ont participé. A cette occasion, Mr Decoster Directeur Général de la DG 1 - a clairement précisé la démarche du SPF Santé publique : "Afin de pouvoir mieux appréhender la situation actuelle du secteur, il a été décidé de proposer une méthode devant permettre une analyse détaillée de la situation de chaque hôpital. Pour ce faire, et grâce à l important input d experts émanant du terrain, nous avons donc décidé de soutenir la création d une grille d évaluation spécifique." La durée du test a été fixée du 15 décembre au 28 Février 2011, période qu'il fut ultérieurement décidé de prolonger jusqu'au 28 mars Un helpdesk par a été mis en place par les initiateurs durant cette période. 49 institutions hospitalières sur 106 ont répondu favorablement à cette initiative. Soit un échantillon de 46,22 % de réponses positives par rapport à la population totale finie. 15

18 Une page dédicacée à l'enquête "Grille BCD" ouverte sur le site web du SPF Santé publique permettait de poser les questions. 2.2 Fonctionnement du helpdesk et résultats Au travers de l'outil de helpdesk mis en place sur le site du SPF Santé Publique, 54 questions ont été posées. La réponse a été essentiellement donnée par courrier électronique; quelques contacts téléphoniques ont été nécessaires pour mieux cerner la demande ou apporter une réponse plus nuancée. Il faut savoir que certaines questions comportaient en fait une série de sous-questions. Au total, c'est près d'une centaine de questions qui ont été posées. Bien évidemment il y avait certains recoupements entre les questions : - sept questions/remarques portaient sur des erreurs ou des absences de traduction - cinq questions sur l'utilisation élémentaire du tableur - vingt-sept questions portaient sur les calculs effectués dans la grille dont une quinzaine signalait un bug corrigé en cours d'enquête - dix questions ont signalé un bug qui empêchait de scorer pour certains items. Ce bug a été corrigé en cours d'enquête - vingt-neuf questions portaient sur la compréhension de l'un ou l'autre item; les réponses à ces vingt-neuf questions deviendront dans la version 2.1 autant de fiches explicatives - dix-huit questions ont nécessité un simple éclaircissement qui se traduira dans des adaptations aux fiches existantes; on trouve par exemple, une question sur le calcul du nombre de services à prendre en compte pour mesurer le déploiement. Il y a eu quelques questions portant sur la philosophie générale de la Grille BCD. Des questions du même genre ont été adressées directement à l'adresse électronique de contact. Les questions posées sur ce sujet et les réponses apportées ont été reprises en annexe 7. Ces questions sont les plus critiques sur la démarche du SPF Santé Publique et sur l'outil en lui-même. La critique principale porte sur le temps nécessaire à compléter la grille. Une critique plus philosophique pose la question de savoir s'il est possible d'élaborer un outil tel que la Grille BCD; la démarche de HIMSS, de l'enquête Deloitte et la récente initiative française sont autant de réponses positives à cette interrogation. L'exigence d'univocité revient à de multiples reprises. Cette exigence a été entendue puisque la prochaine version (2.1) comprendra une septantaine de nouvelles fiches (Cf. Figure 3). S'il ne faut retenir qu'une conclusion du gros travail de helpdesk qui a été effectué c'est qu'il est possible de mettre au point un outil objectif de mesure du degré d'informatisation d'une institution de soins. La Grille BCD à cet égard est un très bon premier pas, malgré des maladies de jeunesse incontestables; il faut poursuivre dans la définition des items pour arriver à supprimer toute équivoque dans les questions. 16

19 2.3 Les feedback individuels Chaque hôpital ayant participé à l'enquête a reçu en retour en juin son scorage mis en perspective par rapport au scorage moyen de l'échantillon pour chaque axe, groupe et item. Une comparaison en graphique pour les 7 axes et les groupes de chaque axe permettait de visualiser le scorage de l'hôpital par rapport à la moyenne. Les hôpitaux ont également reçu sept graphiques (un par axe) qui classaient les hôpitaux selon le score obtenu. Les graphiques envoyés aux institutions ayant participé à l'enquête sont repris dans l'annexe. Il faut noter que les réponses à l'enquête ont été renvoyées par les institutions au SPF Santé Publique qui les a anonymisées avant de les transmettre aux initiateurs pour dépouillement. De la même manière, les résultats comparatifs inter-hospitaliers sont totalement anonymes : chaque hôpital est identifié par un numéro. Chaque hôpital ne connaissait que son numéro. 17

20 3. ECHANTILLON / POPULATION 3.1 Taille type région : pertinence Une des premières questions qu il est légitime de se poser est de savoir si l échantillon est représentatif par rapport à la taille connue de la population. Les prochains paragraphes vont discuter de la pertinence de ces échantillons et des éventuels autres questions qu'il est aussi légitime de se poser par rapport au nombre de lits, par rapport au type des hôpitaux ou par rapport à la région. Les études ont été faites sur un échantillon de 49 hôpitaux sur une population totale de 106. Deux hôpitaux ont rendu leur résultat en dehors des délais et ont été inclus dans les études détaillées et non sur l étude de la validité de l échantillonnage. Deux hôpitaux de la population considérée possèdent plus de deux mille lits, ces deux hôpitaux ne sont pas représentatifs de la population totale ; les initiateurs ont donc décidé de les exclure de la population cible. Leurs réponses devront faire l objet d une analyse spécifique. (Ceci ne fera que renforcer les conclusions ci-dessous). Dans un premier temps, nous examinons la distribution des hôpitaux en fonction de leur nombre de lits. Nous les avons classés par ordre croissant du nombre de lits. La première courbe est obtenue sur l ensemble de la population choisie. La deuxième courbe représente la distribution des hôpitaux ayant répondu à l enquête en fonction des mêmes critères soient un classement ordonné par nombre de lit Série1 600 Série Nous pouvons en déduire que la distribution de l échantillon est particulièrement homogène par rapport à la distribution de la population. Ceci forme à n en pas douter un premier indice permettant de déduire une bonne répartition de l échantillon. Plusieurs questions nous ont alors traversé l esprit. Si nous ventilions l échantillon par région, par statut ou par type, quels types de conclusions pouvions-nous en tirer en comparant les trois distributions obtenues à chaque fois? Existe-t-il des disparités régionales entre les établissements hospitaliers du point de vue de l'état d'avancement de leur informatisation? La même question se pose-t-elle si on les envisage sous l'angle du type d'établissement ou du statut? 18

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 COZ/VDF/E06/458 Muriel Quinet Muriel.quinet@health.fgov.be 02/524.85.78 Valérie De Nef Valerie.denef@health.fgov.be 02/524.85.79 APPEL A COLLABORATION

Plus en détail

Institut d Informatique FUNDP - Namur

Institut d Informatique FUNDP - Namur Institut d Informatique FUNDP - Namur Bilan-micro-01 v1.01.doc, version du 28/01/1999 Table des matières INTRODUCTION... 3 L'ÉCHANTILLON... 3 TECHNIQUE UTILISÉE... 4 ANALYSE DES RÉSULTATS... 5 EN FONCTION

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Recommandations pour la collecte et le traitement de données Recommandations pour la collecte et le traitement de données Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

«Identités numériques et gestion des identités (IDm)»

«Identités numériques et gestion des identités (IDm)» «Identités numériques et gestion (IDm)» Enquête du CTIE, été 2012 auprès des cantons au sujet de : Résultats de l enquête auprès des cantons au sujet numériques 1. Observations générales concernant l enquête

Plus en détail

PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS

PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS PROMOTION DE LA COMMUNICATION ENTRE PRESTATAIRES DE SOINS CONCERNES PAR LES PATIENTS AGES DEPENDANTS RAPPORT FINAL - PERIODE DU 01 JANVIER 2006 AU 31 OCTOBRE 2006 - COORDONNEES DU SISD : SISD de la région

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation. Réception de la demande : 20/07/2011. Délai de remise d avis : 30/09/2011

Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation. Réception de la demande : 20/07/2011. Délai de remise d avis : 30/09/2011 AVIS Réf. : CWEDD/11/AV.1149 Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation 1. DONNEES INTRODUCTIVES Demandeur : Ministre-Président, Rudy DEMOTTE Décision du Gouvernement wallon du 14/07/2011 Réception

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2.

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2. ACTUALITÉS LANDPARK Solutions complètes d'inventaire, de gestion de parc et de helpdesk ITIL Avril 2015 Nouvelle version Landpark Helpdesk Landpark vous associe aux meilleurs logiciels de Gestion de Parc

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION DPMC- ADM- SPO Page - 1-16/07/2009 Généralités Le DPMC est l organisme désigné par la CPNE, en charge du contrôle des compétences pour la délivrance du CQP

Plus en détail

Acheter des actions de formation

Acheter des actions de formation L achat, quel enjeu? Acheter une action, c est acheter une prestation de services intellectuels qui nécessite un certain formalisme pour optimiser l achat au regard des enjeux. C est pourquoi, en complément

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients

Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Pour le Développement d une Relation Durable avec nos Clients Prestation de Certification CERTIFICATION-D D-Indice 7 Applicable le 09//009 CERTIFICATION D Indice 7 Page /7 GLOBAL sas 8, rue du séminaire

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Ministre de l Intérieur. Secrétariat de la Police Intégrée (SSGPI)

Ministre de l Intérieur. Secrétariat de la Police Intégrée (SSGPI) Ministre de l Intérieur Secrétariat de la Police Intégrée (SSGPI) SSGPI A l attention : Rue F. Toussaint. 8 - des Chefs de corps 1050 Bruxelles - des comptables spéciaux T: 02 554 43 16 - des responsables

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Mesurer l efficacité de la formation

Mesurer l efficacité de la formation Pascaline MALASSINGNE Mesurer l efficacité de la formation Évaluer le résultat et la rentabilité, 2007 ISBN : 978-2-212-53794-9 Chapitre 5 Les trois cartes de l efficacité en formation La démarche finalisée

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012

Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012 Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012 (modifiée par la note de service n 2012-100 du 29 j uin 2012 et par la note de service n 2012-179 du 20 novembre 2012) (Education nationale : bureau DGESCO A2-1)

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE. 1. Structure et fonctionnement

MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE. 1. Structure et fonctionnement MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE 1. Structure et fonctionnement Le Centre National d Administration Publique (National Center of Public Administration,

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP)

Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP) Démarche de Choix de Progiciels (d'après le CXP) Page 1 1. PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE...3 1.1 SPÉCIFICITÉS DE LA DÉMARCHE...3 1.2 LA DÉMARCHE...3 2 LES QUATRE ÉTAPES DE LA DÉMARCHE...4 2.1 EXPLORATION

Plus en détail

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE

L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE L ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'enquête par questionnaire est un outil d observation qui permet de quantifier et comparer l information. Cette information est

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

«USER.NET» PATIENT NUMÉRIQUE

«USER.NET» PATIENT NUMÉRIQUE «USER.NET» PATIENT NUMÉRIQUE Dossier de présentation Comité Scientifique Sous la Présidence du Prof. Philippe Kolh OZCONSULTING Une Communauté réunissant les hôpitaux belges leaders en IT médicale 6 à

Plus en détail

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée Maturité spécialisée Directives sur le travail de maturité et les examens de maturité spécialisée 1. Bases légales 2. Objectifs et contenus 3. Forme et structure

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession La qualité n'est pas une notion nouvelle dans le monde de la santé. Depuis un certain temps, des actions ont été engagées pour améliorer la qualité des prestations proposées dans ce domaine. Dans l'environnement

Plus en détail

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011 AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE COLLOQUE EXPOSITION LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE 4 OCTOBRE 2011 De la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 FAITS SAILLANTS

Plus en détail

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets FICHE Mars ConseilOrga 2013 THÉMATIQUE Asssitance & Direction de projets Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Ces quatre derniers mois ont été très riches pour le management

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC

CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC I. Introduction Comme nous vous l avons expliqué dans le support «Déroulement de l épreuve de CPPC», vous devez produire

Plus en détail

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée Maturité spécialisée Directives sur le travail de maturité 1. Bases légales 2. Objectifs et contenus 3. Forme et structure du travail de certificat 4. Calendrier

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Identifier les besoins en formation

Identifier les besoins en formation Identifier les besoins en formation Le dossier consacré à l'élaboration des plans de formation a mis en évidence que l'étape de récolte des besoins en formation était très importante pour permettre d'identifier

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Cahier méthodologique, tableau récapitulatif 2009-2013 et Matrices importance/performance Mars 2014 Service Études et Statistiques Table

Plus en détail

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités

Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités Rose LEVAST Responsable des Statistiques Professionnelles et Economie

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application»

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 4 1.1. Généralités... 4 1.2. Domaine d application...

Plus en détail