DOCUMENT DE RÉFÉRENCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCUMENT DE RÉFÉRENCE"

Transcription

1 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2011

2

3 SOMMAIRE 1. FICHE D IDENTITE 6 2. PRESENTATION D UMANIS HISTORIQUE UMANIS SUR SON MARCHÉ LES PRESTATIONS DE SERVICES LES MÉTIERS LES CLIENTS LES PARTENAIRES LE PAYSAGE CONCURRENTIEL LE CAPITAL HUMAIN LES OBJECTIFS ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ANNUELS AU 31 DECEMBRE BILAN ET COMPTES DE RÉSULTATS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE ETAT DES FLUX ET ANNEXES RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES CONSOLIDÉS ARRÊTÉS AU 31 DÉCEMBRE COMPTES SOCIAUX AU 31 DECEMBRE BILAN AU 31 DÉCEMBRE COMPTE DE RÉSULTAT AU 31 DÉCEMBRE ANNEXE AUX COMPTES SOCIAUX AU 31 DÉCEMBRE RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS ARRÊTÉS AU 31 DÉCEMBRE RAPPORT SPÉCIAL DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES CONVENTIONS ET ENGAGEMENTS RÉGLEMENTÉS DE L EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE GOUVERNANCE D ENTREPRISE X 5.1. RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION CONTRÔLE INTERNE ARTICLE L DU CODE DU COMMERCE X 5.2. RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LE RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION X 5.3. HONORAIRES VERSÉS AUX COMMISSAIRES AUX COMPTES X 6. ASSEMBLEE GENERALE MIXTE X 6.1. RAPPORT DE GESTION SUR L ACTIVITÉ ET LES RÉSULTATS DU GROUPE UMANIS ET DE LA SOCIÉTÉ UMANIS SA AU COURS DE L EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2011 X 6.2. TEXTE DES RÉSOLUTIONS SOUMISES LORS DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE DU 28 JUIN 2012 X 6.3. RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES RÉSOLUTIONS DE LA COMPÉTENCE X DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DU 28 JUIN 2012 X 7. ATTESTATION DU RESPONSABLE DU DOCUMENT DE REFERENCE X 7.1. NOM ET FONCTION DU RESPONSABLE DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE X 7.2. ATTESTATION DU RESPONSABLE DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE X 7.3. RESPONSABLES DU CONTRÔLE DES COMPTES X 8. TABLE DE CONCORDANCE AVEC LE RAPPORT FINANCIER ANNUEL X Le présent document de référence a été déposé auprès de l Autorité des Marchés Financiers le XX/XX/2012 sous le n XXXXX, conformément aux ar cles du règlement général de l AMF. Il pourra être u lisé à l appui d une opéra on financière s il est complété par une notre d opéra on visée par l AMF. Ce document a été établi par l éme eur et engage la responsabilité de ses signataires. SOMMAIRE 03

4 EDITO L année 2011 aura été marquée par son dynamisme et ce, malgré un contexte économique morose sur fond de crise de la zone Euro qui s est essen ellement matérialisé pour Umanis par une forte tension sur les tarifs. L année aura été par culièrement riche en événements avec tout d abord l acquisi on d Aura, puis son intégra on en janvier 2011, qui nous a permis de compléter notre catalogue d offres de services IT en Infrastructures et Produc on notamment. Nous avons également ouvert de nouvelles agences pour renforcer notre capacité d accompagnement de nos clients à Clermont-Ferrand et à Niort. Puis, nous avons intensifié nos inves ssements sur Umanis Consul ng, marquant notre volonté de mieux accompagner nos clients dès les phases amont de leurs projets. Nous re endrons le renforcement de la pénétra on de notre offre en centres de services qui séduit de plus en plus de grands comptes. Nous avons eu également la fierté de mener de nombreux projets innovants qui ont su par ciper à la valeur ajoutée de nos donneurs d ordre sur leurs marchés. Nous avons su également nous renouveller et an ciper demain avec le développement d un mode opératoire en cloud mais également le lancement de nouvelles offres de services telles que la Rapid BI, le Big Data, le Risk Management et de nouvelles exper ses en ERP, en mobilité et en infogérance d infrastructure qui, en une année d exercice, ont déjà su rencontrer leur public. Nous sommes fiers aujourd hui d annoncer nos résultats et d afficher une rentabilité parmi les meilleures de la profession. Ce e réussite nous la devons à la fidélité de nos clients qui, ce e année encore, nous ont renouvellé leur confiance, notre recherche con nue de l excellence qualité, la force d innova on de nos équipes et bien sur l engagement de tous. Laurent Piepszownik Président Directeur Général 04

5 EDITO 05

6 1. FICHE D IDENTITÉ Créée en 1990, Umanis est une société de conseil et d ingénierie de 1000 collaborateurs spécialisée en Business Intelligence pour 60% de son ac vité, Web/IT, Infrastructures Informa ques, Ges- on de la Rela on Client et ERP. Umanis accompagne ses clients grands comptes sur la globalité de leurs projets informa ques (conseil, développement, intégra on, erce maintenance applica ve, infogérance et forma on) selon plusieurs modes d interven on : la presta on sur site, le forfait, en centre de services partagés et en mode SaaS. Reconnue pour son exper se technique comme fonc onnelle, Umanis est partenaire stratégique des plus grands éditeurs de logiciels du marché dont les principaux sont IBM, Microso, SAP, Oracle et SAS. CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDE 81,1 MILLIONS D EUROS MARGE OPERATIONNELLE COURANTE 8,2 % RESULTAT NET 3,7 MILLIONS D EUROS CAPITAUX PROPRES 17,6 MILLIONS D EUROS 06

7 2011 IFRS 2010 IFRS 2009 IFRS 2008 IFRS 2007 IFRS En millions d euros Résultat opéra onnel courant Résultat net Ende ement financier net Ecarts d acquisi on En pourcentage Marge opéra onelle 8,18 6,97 8,03 7,61 1,51 Marge ne e de l ensemble consolidé 4,48 4,86 4,47 3,71 1,08 En millions d euros Capitaux propres Total bilan FICHE D IDENTITÉ 07

8 Laurent Piepszownik PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL Diplômé de l Ecole Centrale de Lille, Laurent Piepszownik a débuté sa carrière en tant qu ingénieur chez EDF. Il créée Umanis en 1990 et en est toujours l actuel PDG. Ancien spor f de haut niveau (1ère division de rugby, équipe France Militaire), Olivier Pouligny rejoint Umanis en 1993 après ses études commerciales. Après avoir occupé les fonc ons de Directeur Commercial pendant 10 ans, il prend la direc on générale d Umanis en Il a notamment piloté la ra onnalisa on de tous les process et la mise en place des ou ls dédiés pour la force commerciale (CRM), le recrutement (CV Tracker) et le contrôle de ges on (EZ Jest). Olivier Pouligny DIRECTEUR GENERAL 08

9 Ingénieur de forma on (Ecole Française d Electronique et d Informa que) et ancien spor f de haut niveau (1ère division de rugby et interna- onal moins de 21 ans), Eric Delafontenelle rejoint Umanis en 1995 en tant qu Ingénieur d Etude Décisionnel. Depuis 2006, il dirige la Direc on Technique en charge de la qualité et du delivery des projets au forfait ainsi que les ac vités d avant-vente et de conseil. Il a notamment conçu les offres d externalisa on dont la TMA. Eric Delafontenelle DIRECTEUR GENERAL ADJOINT Jean-Jacques Linck DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER Titulaire d un DECS, Jean-Jacques Linck a rejoint Umanis en Il a notamment exercé des fonc ons similaires chez Intrum Jus cia GRC (Amsterdam) et au sein du groupe AIAC Logefi. Depuis 2000, il était consultant en management de transi on chez EIM France où il a notamment mené les réorganisa ons administraives et financières du groupe Aprovia (pôle publishing de Vivendi) et de la filiale allemande du groupe Allibert en tant que directeur général. 1. FICHE D IDENTITÉ 09

10 2. PRÉSENTATION D UMANIS 2.1. HISTORIQUE 1990 Après 10 années passées à la Direc on des Etudes et Recherche d EDF, Laurent Piepszownik, créée la société Europstat. Rapidement, la société complète son mé er d analyste sta s que autour des technologies SAS par celui d architecte de bases de données et de concepteur de systèmes d accès aux données de type «Business Intelligence» Le groupe accélère sa couverture du marché de la Business Intelligence, signe plus de 30 partenariats et inves t massivement sur la forma on de ses collaborateurs afin de réaliser désormais des presta ons autour de toutes les technologies de l informa on appliquées à la ges on de la rela on client (CRM) et à l Internet (e-business) Fort de son exper se sur le traitement et l exploita- on des données (Data Management), en repor ng règlementaire et en analyse sta s que (biosta s- ques), l entreprise ver calise une offre spécifique pour les laboratoires pharmaceu ques et développe son ac vité de recherche clinique (CRO) sur l ensemble du processus de développement et de mise sur le marché des médicaments Introduc on au Nouveau Marché de la Bourse de Paris. 10

11 2000 La «bulle internet» éclate et le krach s étend à l ensemble des bourses provoquant une récession économique qui assèche progressivement la trésorerie d Europstat. En effet, Europstat avait inves massivement sur Internet via le rachat d une Web Agency et en filiales à l étranger. Changement de nom, Europstat devient Umanis et créa on d une nouvelle en té UMS/Call One, un centre de contact mul canal, afin de compléter son offre en ges on de la rela on client Réinves ssement progressif en veille technologique, en forma on, en communica on et en marke ng dont le lancement soutenu de nouvelles offres Le groupe se restructure, ra onnalise tous ses process et revoit l organisa on des fonc ons supports pour réduire ses coûts de fonc onnement, gagner en efficacité et accroître sa compé vité. En parallèle, Umanis se recentre sur son territoire et ses mé ers historiques que sont la Business Intelligence, le CRM et l e-business et assoit sa posi on en tant qu acteur majeur spécialisé Umanis fait l acquisi on de la SSII Aura pour renforcer notamment son portefeuille d offres en Infrastructure et Produc on et ses référencements auprès des grands donneurs d ordre qui privilégient des sociétés dites «full services». LE GROUPE UMANIS, C EST AUJOURD HUI UNE EQUIPE DE 1000 PERSONNES QUI DELIVRENT DES PRESTATIONS DE SERVICES DE QUALITE AUPRES D ENVIRON 300 CLIENTS ACTIFS CONSTITUES PRINCIPALEMENT DE GRANDS COMPTES. PLUS DE 75% DES ENTREPRISES DU CAC 40 LUI FONT CONFIANCE. 2. HISTORIQUE 11

12 2.2. UMANIS SUR SON MARCHÉ Le marché des services en ingénierie informa que est structurellement porteur car les entreprises font réaliser une part toujours plus importante de leur informa que par des prestataires externes afin de se recentrer sur leur cœur d ac vité, mais également mieux maîtriser leurs coûts. C est une vérité qui ne s est jamais démen e depuis ses vingt dernières années. Malgré un environnement économique tendu sur fond de crise de la zone euros où la croissance française se situe à 1,7% (Source INSEE) en 2011, le marché des services informa ques a bien résisté en affichant une croissance de +2,7% pour les services informa ques (Source Syntec Numérique). Umanis a quant à elle surperformé sur ce e même période avec une croissance de chiffre d affaire de +48,5% et de +10,1% à structure constante. Notons que le marché des services IT est caractérisé par une forte pression sur les coûts des presta ons informa ques qui semblent stagner à leur niveau le plus bas, a eint au plus fort de la crise de Malgré une certaine prise de conscience des entreprises confrontées à la dérive de la qualité des presta ons et de delivery des projets, les perspec ves de correc on à la hausse des prix de vente (TJ) restent improbables. On constate par ailleurs, après une décennie de croissance, un tassement de l offshore depuis ces dernières années qui serait compris entre 5% et 10% du chiffre d affaires des services informa ques dans le monde comme en France. Selon le Syntec Numérique, la part des services «offshorisables» pourrait a eindre 15% au maximum en France. Umanis est faiblement impacté par le risque de l offshore car elle fournit essen ellement des presta ons sur des domaines d exper ses qui nécessitent une forte proximité avec le client final. DECUPLER C est la croissance que devrait enregistrer le marché de l externalisa on en Europe d ici La part de l externalisa on dans les dépenses IT est passée de 3,8% en 2008 à 7,1% en 2010 dans le monde. 3% DE HAUSSE DES DÉPENSES IT EN 2012 SOURCE PAC 12

13 CONSEIL PROJET & INTEGRATION DEVELOPPEMENT & ASSISTANCE TECHNIQUE INFOGERANCE APPLICATIVE INFOGERANCE D'INFRASTRUCTURES +3% +2,4% +1% +2,6% +3,5% Enquête Syntec Numérique - IDC, Septembre 2011 L infogérance d infrastructure et les presta ons de conseil ont ré le marché en Umanis a an cipé ce e dynamique de croissance en acquérant la société Aura, spécialisée notamment en infrastructure & produc on, ac vité qui représente aujourd hui 11% de son chiffre d affaires. La société a également développé fortement ses presta ons de conseil, regroupées sous la marque Umanis Consul ng, qui représentent 5% de son chiffre d affaires en 2011, soit plus d un ers de plus qu en % DE CROISSANCE EN 2012 SOURCE SYNTEC NUMÉRIQUE Pour 2012, Syntec Numérique a end une croissance de +1% car inves r en ingénierie informa que reste un de principal moteur de gains de produc vité et d innova on pour les entreprises UMANIS SUR SON MARCHÉ 13

14 2.3. NOS PRESTATIONS DE SERVICES IT Les entreprises externalisent mais les modes opératoires ont évolué, Umanis a su les an ciper et faire évoluer les modes de commercialisa on de ses services en fonc on. On constate en effet une évolu on d exigences simples en terme de moyens, à savoir des presta ons d assistance technique (ou personnel en régie), vers des exigences accrues en terme de capacités à faire et à s engager sur la qualité des livrables, c est-à-dire des presta ons au forfait. Puis, plus récemment, les entreprises ont demandé aux prestataires de prendre des engagements plus forts en termes de services sur des presta ons essen ellement d infogérance (applica ve ou d infrastructure), à savoir les presta ons en centres de services. Umanis a d ailleurs an cipé dès 2006 en créant son offre de centre de services en inshore ou nearshore dans son centre de services de Tours. Après ce e offre de mutualisa on des ressources humaines et d industrialisa on de ses presta ons, Umanis a su se posi onner dès 2011 sur la nouvelle forme d externalisa on émergente, le cloud compu ng, qui consiste à donner accès à des ressources (matérielles, humaines et logicielles) sous forme d accès, c est-à-dire d abonnement à un catalogue applica f de solu ons packagées (SaaS) pour encore plus de flexibilité (pay per use). Umanis a donc lancé en 2011 son offre de cloud privé pour les applica- ons cri ques, cloud hybride et cloud public pour les applica ons non cri ques (environnements de tests et de développements par exemple) ainsi que son catalogue SaaS. En perme ant d op miser les ressources humaines (centre de services) ainsi que les ressources techniques (cloud), ces deux derniers modes perme ent à Umanis de gagner en standardisa on de ses services, de mieux maîtriser ses marges et de gagner en visibilité. 14

15 Conseil 11% 1% 5% Forfait Infogérance d infrastructure Assistance technique Infogérance applica ve Cloud 27% 28% 28% 2.3. LES PRESTATIONS DE SERVICES IT D UMANIS 15

16 L assistance technique, le fond de commerce En assistance technique, communément appelée régie, les ac vités informa ques externalisées sont réalisées par Umanis qui propose ses savoir-faire sur site du client. Umanis s engage sur des moyens et les tarifs sont négociés en taux journaliers. Ce e ac vité tend à se transformer en Assistance Technique dite groupée sous l effet de la poli que de réduc on des fournisseurs engagée depuis des années par les grands comptes (effet de massifica on des presta ons). Depuis ses dernières années, suite à la montée en puissance des direc ons achats chez les grands comptes et l effet de réduc on du nombre de prestataires, on constate une réduc on des presta ons en assistance technique ou régie au profit de services au forfait avec des engagements plus forts en termes de résultats. Umanis suit ce e tendance bien qu en 2011, sous l effet de l acquisi on d Aura qui réalisait l essen el de ses presta ons en assistance technique, la propor on en presta ons «AT» ait augmenté par rapport à 2010 pour représenter 28% de l ac vité globale. 11 C EST LE NOMBRE DE NOUVEAUX RÉFÉRENCEMENTS REMPORTÉS PAR UMANIS EN UMANIS EST RÉFÉRENCÉ DANS LA PLUPART DES GRANDES ENTREPRISES FRANÇAISES. Le forfait, le relais de croissance 16 Les presta ons de services sont forfai sées sur la base de périmètres précis, formalisés selon des engagements fermes en terme de coûts, de délais et de qualité des livrables. Les presta ons sont sous la responsabilité conjointe de l entreprise cliente et d Umanis. Ce mode de commercialisa on des services IT se développe depuis plusieurs années (+2,4% en 2011, Source Syntec Numérique) car les entreprises a endent des engagements en termes de résultats, et non plus seulement des moyens mis à leur disposi on. Par ailleurs, les mé ers deviennent de plus en plus consommateurs de forfaits. Sous l effet de la démocra sa on de l IT, ils prennent de plus en plus la main sur leur système d informa on et deviennent les donneurs d ordre sur leur projet. Les presta ons au forfait représentent plus du quart du chiffre d affaires d Umanis et ont enregistré une croissance de 12% par rapport au chiffre d affaires de 2010.

17 Nos centres de services, le moteur du développement Dans le cadre de ses centres de services en inshore par el ou total et en nearshore, Umanis s engage à fournir ses presta ons de manière mutualisée au niveau des ressources humaines comme des infrastructures. Les presta ons sont sous la responsabilité d Umanis qui prend des engagements forts en termes de résultats sur le respect des niveaux de services, mesurés par des KPI axés sur la sa sfac on des clients. Les presta ons sont facturées en unités d œuvre, basées sur le volume d ac vité. La part de ces presta ons n a cessé de croître depuis son lancement en 2006, date de créa on du centre en nearshore de Tours qui comprend aujourd hui plus de 120 consultants et enregistre une croissance d environ 30% par an. Il s agit du moteur de croissance d Umanis. En effet, la tendance est clairement au développement de ce mode opératoire qui permet aux entreprises clientes d op miser les coûts, d améliorer la qualité de services et de faciliter l accès aux compétences et aux technologies grâce aux effets liés à la massifica on des presta ons, l industrialisa on de la fourniture des services et la mutualisa on entre différentes en tés ou plusieurs clients. Ces contrats pluriannuels perme ent à Umanis de gagner en visibilité sur ses ac vités. Le cloud, un levier pour demain Dans le cadre des presta ons en mode cloud, Umanis s engage à fournir des moyens, des infrastructures et des logiciels sous forme de solu on packagée et standardisée, rapide à me re en place et facturée à l usage. Umanis a lancé ce mode opératoire en 2011 pour répondre aux a entes des entreprises, à la recherche d un interlocuteur unique et de toujours plus de flexibilité, qui tendent à louer des applica ons mé ers clés en main accessibles depuis tout navigateur internet. Les applica ons SaaS (So ware as a Service) ont en effet un bénéfice immédiat pour les u lisateurs finaux et offrent un accès aux technologies innovantes pour la DSI et ce, sans engager la trésorerie. En 2011, Umanis a développé un catalogue SaaS en Business Intelligence et en CRM pour l externalisa on des applica ons sur des clouds privé, hybride ou public qui s appuie sur ses partenariats éditeurs existants. Umanis a également lancé son propre cloud propriétaire basé sur des datacenters localisés à Paris IDF pour garan r notamment la sécurité, l intégrité des données et une réversibilité op male. Ce e ac vité pèse d ores et déjà 1% du chiffre d affaires d Umanis avec quelques premières références. -10 à -15% C EST L ÉCONOMIE RÉALISÉE SUR LES SALAIRES DES INFORMATICIENS SELON LES RÉGIONS FRANÇAISES SOURCE PAC +18% C EST LA CROISSANCE DE CHIFFRE D AFFAIRES RÉALISÉÉ PAR L ACTIVITÉ CENTRE DE SERVICES D UMANIS EN % C EST LE BON QU À FAIT LE MARCHÉ DU CLOUD EN EUROPE EN 2010 SOURCE AFII. EN FRANCE, IL POURRAIT REPRÉSENTER 6% DU MARCHÉ DES LOGICIELS ET SERVICES D ICI 2012 SOURCE NEXIMA 2.3. LES PRESTATIONS DE SERVICES IT D UMANIS 17

18 2.4. NOS MÉTIERS Umanis accompagne ses clients sur toutes les phases de leurs projets. La société est plus par culièrement spécialisée sur plusieurs domaines de compétences que sont la Business Intelligence, le web/it, les Infrastructures et Produc on, le CRM et les ERP. CONSULTING CONCEPTION INTÉGRATION Audit et diagnos c du SI Etude d opportunité et de faisabilité, plan d améliora on des performances Gouvernance (urbanisa on, ra onalisa on SI) Schémas directeurs, best-prac ces BI/IT/mé ers (normes, standard) Etude préalable et cahier des charges Aide aux choix d ou ls Assistance à la maîtrise d ouvrage et à la maîtrise d oeuvre (AMOA/AMOE) Défini on des Key Performance Indicators Design des architectures techniques et applica ves Concep on générale et détaillée Prototypage (POC, pilote) Pilotage et ges on de projet Intégra on de logiciels Déploiement des applica ons Développement spécifique Ré engineering Migra on Communica on inter-applica ve INDUSTRIALISATION Conduite du changement Transfert de compétences et forma on des u lisateurs Infogérance applica ve (TMA, TRA) et d infrastructure Support technique et fonc onnel, help desk 18

19 BI Web/IT INFRA 11% 4% CRM ERP 56% 14% 15% 2.4. NOS MÉTIERS 19

20 La Business Intelligence Avec près de 60% de son ac vité en décisionnel, Umanis propose une des plus grandes concentra ons de consultants mé ers et d experts spécialisés sur toutes les technologies du marché en ce domaine, ce qui fait d Umanis un des leaders des entreprises spécialisées en Business Intelligence en France. Umanis intervient sur tous les segments technologiques : l intégra on et la fédéra on de données, le repor ng, les requêtes, la res tu on, l analyse, les applica ons analy ques et le datamining. La Business Intelligence est un marché porteur, d autant plus en temps de crise, car il s agit d apporter des solu ons perme ant de mieux comprendre les informa ons dont les organisa ons disposent (les données) pour iden fier des leviers d op misa on de la produc vité, de réduc on des coûts ou encore d efficacité commerciale (indicateurs ou KPI). La Business Intelligence permet de gagner en visibilité, d être plus performant et de piloter au mieux ses ac vités opéra onnelles (tableaux de bord, Balanced Scorecard). Il est à noter que la pénétra on est encore faible, 27% des entreprises ont en effet mis en place des logiciels décisionnels (contre 54% en moyenne des entreprises nord-américaines et européennes) et 18% envisagent de le faire d ici un an ou plus (source Forrester Juin 2010). Ainsi, ce marché est en croissance régulière avec des taux supérieurs à 9% depuis Il aura progressé de 5,3% en France en 2011 et devrait conserver ce même rythme de croissance jusqu en 2014 (source PAC 2011). Le marché décisionnel est dominé par SAP, Oracle, SAS, IBM et Microso qui a eux cinq comptabilisent 63% de parts de marché (Source PAC 2011) et si on étend aux dix premiers éditeurs du marché, on a eint 72% de parts de marché (source IDC 2011). Umanis est partenaire de ces éditeurs majeurs mais également de spécialistes ou de pure-players tels que Qliktech, Informa ca, Microstrategy, Talend, BIBoard, ( ). Le poten el de croissance d Umanis en services décisionnels est donc considérable. Afin d asseoir sa posi on de leader et de renforcer encore sa pénétra on du marché, Umanis a lancé de nombreuses offres en 2011 sur des niches par culièrement porteuses. 56% C EST LA PART DU CHIFFRE D AFFAIRES RÉALISÉ PAR UMANIS EN BUSINESS INTELLIGENCE +5% C EST LA CROISSANCE MOYENNE ANNUELLE PRÉVUE JUSQU EN 2014 SOURCE PIERRE AUDOUIN CONSULTANTS Dès le début de l année, Umanis a innové avec une offre de Rapid BI concernant la nouvelle généra on de solu ons in-memory qui profitent de l explosion de la puissance matérielle et de l effondrement du coût de la mémoire pour proposer de nouvelles capacités d analyses ad-hoc aux performances inégalées et un accès en self-service aux données avec des fonc onnalités de datavisualisa on avancées. 20

21 La société a su également se posi onner précocement sur les probléma ques dites de Big Data avec notamment le développement de son exper se dès le lancement des appliances des éditeurs sur le marché tels qu IBM avec Netezza, SAP avec Hana et Oracle avec Exaly cs. Les entreprises ont en effet à faire face à une masse croissante d informa ons et leurs systèmes décisionnels tradi onnels de BDD rela onnelles se révèlent peu performants sur de larges volumes, trop lents et fortement consommateurs de mémoire. Umanis a également lancé une offre de SBA (Search Based Applica ons), nouvelle généra on de moteur de recherche qui permet de naviguer et de rechercher toutes sortes de données, structurées ou non, via le langage naturel. Les entreprises sont confrontées à un patrimoine informa onnel qui explose dont les données structurées représentent qu une infime par e, et elles ont aujourd hui besoin de pouvoir exploiter et analyser des informa ons issues indifféremment des ERP, CRM, DW BI, documents PDF, serveurs mails, etc. Umanis a également pu compter sur le dynamisme de ses offres historiques dont celles en Master Data Management (et son corolaire DQM), en Risk Management ré en 2011 par les contraintes règlementaires induites par Bâle III dans la banque et Solvabilité II dans l assurance, ainsi que son offre de pilotage des RH et plus par culièrement celui des rémunéra ons variables. Dans le cadre de ses ac vités décisionnelles, Umanis a également développé dès 1993 une offre sectorielle dédiée au secteur de l industrie pharmaceu que et plus par culièrement la recherche clinique et les probléma ques propres à la collecte des données et l analyse des essais cliniques. Umanis Clinical Research, Contract Research Organisa on (CRO), propose des presta ons de réalisa on d essais cliniques de phase I à IV : opéra ons cliniques, biométrie, rédac on médicale, affaires règlementaires et repor- ng en pharmacovigilance. Umanis Clinicial Research s engage à mener des études conformes aux Bonnes Pra ques Cliniques et aux normes ICH et ISO ainsi que sur la qualité des données et le respect des référen els en vigueur (CDISC, CDTM, ADaM, CFR 21 part 11). X 35 C EST LE NOMBRE DE FOIS QUE SERA MULTIPLIÉ LE VOLUME DES DONNÉES EN ENTREPRISE D ICI 2020 SOURCE IDC % DES INFORMATIONS DE DES INFORMATIONS DE L UNIVERS NUMÉRIQUE SONT NON STRUCTURÉES SOURCE IDC 2.4. NOS MÉTIERS 21

22 Le Web/IT Umanis propose des presta ons de Web/IT qui visent à moderniser le patrimoine applica f et les systèmes d informa on des entreprises. En effet, gagner en réac vité face aux changements de marché, être capable de lancer rapidement de nouveaux produits ou services passe par la mise en œuvre d architectures orientées services (SOA), la maintenance et la rénova on des systèmes en place. Dans une logique de standardisa on et de ra onalisa on, Umanis dématérialise les processus mé ers pour perme re à ses clients de gagner en efficacité opéra onnelle et «webisent» les applica ons existantes en leur faisant profiter du meilleur des innova ons collabora ves, par cipa ves et graphiques. Umanis accompagne ses clients dans ce e nouvelle ère de la consumérisa on de l IT en me ant en œuvre leur stratégie digitale : portail et e-services, sites web complexes. En 2011, Umanis a d ailleurs lancé une offre en applica ons mobiles mul OS et mul terminaux, un marché porteur qui devrait être mul plié par deux d ici 2013 (Source Markess) ré notamment par le phénomène du Bring Your Own Device où un ac f sur quatre u lisera un smartphone ou une table e dans le cadre de ses ac vités professionnelle d ici 2013 (Source Markess). 33% C EST LA PROPORTION DES FONCTIONNALITÉS DE BI QUI SERONT UTILISÉES SUR DES TERMINAUX MOBILE D ICI À 2013 SOURCE GARTNER PREDICT 2011 Les infrastructures et produc on Umanis offre des presta ons de support (Help Desk, support de proximité et ingénierie, support applica f mé er, support interna onal mul lingue) et de ges on et d évolu on des infrastructures IT (virtualisa on, capacity planning, ordonnancement, etc.). La société a fortement renforcé ce e offre en 2011 avec l acquisi on de la société de services Aura qui représente 14% de son ac vité. Il s agit d un marché considérable en terme de volume car il représente 50% du marché global des services, ré par la propension croissance des entreprises à externaliser le support informa que pour moderniser des infrastructures devenues vieillissantes et pour gagner en maîtrise de leurs environnements de produc on. Le marché de l infogérance d infrastructures a, enregistré une croissance de +3,5% en 2011 (Source Syntec) et devrait con nuer à être porteur avec +4,9% par an jusqu en 2015 (Source PAC). 22

23 La ges on de la rela on clients Umanis accompagne ses clients dans la mise en œuvre de leurs applica ons de CRM transac onnel, collabora f et décisionnel : automa sa on des processus de vente, segmenta on des bases de données et ciblage, ges on et pilotage des campagnes mul canal, référen el client, suivi des indicateurs clés de pilotage de la rela on, scoring comportemental et modélisa on prédic ve. Umanis a également un centre de contacts mul canal cer fié NF Service «Centre de Rela on Client NF 345» par l AFNOR, CallOne, qui propose la ges on des flux entrants (services et support clients, SAV) comme sortants (conquêtes, télévente, fidélisa on, réten on, enquêtes). Le marché du CRM est par culièrement porteur avec +7% de croissance annoncée par an jusqu en 2014 (Source PAC), ré par la nécessité qu ont les entreprises de fidéliser des clients versa- les et d op miser leur rentabilité dans un contexte hautement concurren el. Plus que jamais, les entreprises se doivent de délivrer le bon produit avec le juste niveau de service via le bon canal d interac on. Il est à noter que, bien que ne représentant à date que 15% du marché (Source PAC), les solu ons en mode hébergé (SaaS) rent le marché. En 2011, Umanis a d ailleurs lancée son offre en SaaS avec plusieurs éditeurs avec lesquels l entreprise est partenaire. 11% C EST LA PART DE L ACTIVITÉ D UMANIS RÉALISÉE EN CRM EN 2011 L ERP Umanis a développé une ac vité en ERP en 2011 et, après une première année d exercice, c est aujourd hui 4% de son chiffre d affaires. La société a su capitaliser sur son partenariat avec SAP pour proposer des presta ons autour de ce e technologie leader du marché, qui couvrent l ensemble du cycle de vie d une plateforme de ges on intégrée, de sa concep on à sa mise en œuvre en passant par la TMA et son exploita on. Après une année difficile en 2010 avec +0,4% de croissance, le marché de l ERP a retrouvé des couleurs en 2011 avec +3,1% de croissance (source IDC) et elle devrait se renforcer dans les années qui viennent avec +4,2% sur la période Sur ce marché de renouvellement sur les grands comptes et d équipement sur les PME, les entreprises cherchent en effet à op miser la performance de leurs processus mé ers tels que la finance, les RH, la produc on et la logis que. Afin de renforcer sa pénétra on auprès des pe tes et moyennes structures, Umanis a également signé des partenariats en 2011 avec Open ERP et Cegid. Notons que le marché de l ERP est ré par le mode SaaS qui séduit plus par culièrement les pe tes et moyennes structures. +21% C EST LA CROISSANCE MONDIALE QUE LE MODÈLE À LA SOUSCRIPTION SAAS DEVRAIT ENREGISTRER JUSQU EN 2015 SOURCE FORRESTER NOS MÉTIERS 23

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque

Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque CHAPITRE 1 Comparaison des états financiers d une entreprise et d une banque Ce e comparaison met en évidence des différences, liées aux par cularités des ac vités bancaires. 1.1 DESCRIPTION SUCCINCTE

Plus en détail

OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE

OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE OFFRE COMMERCIALE D ASSURANCE DECOUVRIR ALLIANCE Assurances : ALLIANCE Assurances est une Société par ac ons à capitaux privés na onaux. Elle a débuté ses ac vités en 2005. Le volume des primes collectées

Plus en détail

SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France

SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France Résultats annuels 2005 30 mars 2006 Sommaire Présentation du Groupe SQLI Faits marquants et résultats 2005 Stratégie et plan de développement

Plus en détail

INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI DIDIER FAUQUE NICOLAS REBOURS. + Président du Conseil d administration. + Directeur Général. + Directeur Général Délégué

INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI DIDIER FAUQUE NICOLAS REBOURS. + Président du Conseil d administration. + Directeur Général. + Directeur Général Délégué INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI + Président du Conseil d administration DIDIER FAUQUE + Directeur Général NICOLAS REBOURS + Directeur Général Délégué ORDRE DU JOUR FAITS MARQUANTS ET RÉSULTATS DU 1 ER SEMESTRE

Plus en détail

Résultats annuels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 31 mars 2008

Résultats annuels 2007 et perspectives. SQLI, solutions et services e-business 31 mars 2008 Résultats annuels 2007 et perspectives SQLI, solutions et services e-business 31 mars 2008 Résultats annuels 2007 lundi 31 mars 2008 Présentation du groupe SQLI Faits marquants et résultats annuels 2007

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

A PROPOS D ITIL. Parcours de cer fica on. Autres presta ons sur demande GOUVERNANCE DU SI. Où se situe ITIL...

A PROPOS D ITIL. Parcours de cer fica on. Autres presta ons sur demande GOUVERNANCE DU SI. Où se situe ITIL... A PROPOS D ITIL ITIL forme un cadre de meilleures pra ques pour la ges on des systèmes d informa on. ITIL donne des conseils sur la gouvernance des SI avec une focalisa on sur la mesure de la qualité des

Plus en détail

-1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004

-1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004 -1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004 Septembre 2004 -2 - Sommaire Présentation de SQLI Faits marquants et résultats semestriels Perspectives -3 - SQLI : les éléments clés Dates

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance Présentation Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance 1 Prodware en bref Editeur de briques logicielles sectorielles et métiers Intégrateur hébergeur des grands

Plus en détail

Assemblée générale mixte. Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance

Assemblée générale mixte. Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance Assemblée générale mixte Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance 25 Juin 2014 SOMMAIRE PRESENTATION PRODWARE FAITS MARQUANTS 2013 RESULTATS ANNUELS 2013 EVENEMENTS POST CLOTURE PERSPECTIVES

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur COMPTES CONSOLIDÉS 2013 Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur 1 Informations financières historiques 3 Comptes de résultat consolidés

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE INNATE PHARMA ANNONCE SES RESULTATS POUR 2006 : FORTE CROISSANCE DE L ACTIVITE DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT (+75%), ET NOTAMMENT DE LA CLINIQUE Marseille, le 20 mars 2007 Innate Pharma SA (la «Société»),

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Comptes Consolidés 2014

Comptes Consolidés 2014 Comptes Consolidés 2014 Page 1 4.2 Comptes consolidés 4.2.1 Compte de résultat consolidé... 3 4.2.2 Résultat global consolidé... 4 4.2.3 Situation financière consolidée... 5 4.2.4 Variation des capitaux

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

Résultats annuels 2012

Résultats annuels 2012 www.gfi.fr Résultats annuels 2012 1 Disclaimer Disclaimer Cette présentation peut contenir des informations de nature prospective relatives à la situation financière, aux résultats, aux métiers, à la stratégie

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS 2011

COMPTES CONSOLIDÉS 2011 COMPTES CONSOLIDÉS 2011 Société anonyme au capital de 4 562 214,50 euros 15/17 rue Vivienne 75002 Paris 418 093 761 R.C.S. Paris www.hi-media.com COMPTES CONSOLIDÉS 2011 2 Sommaire NOTES SUR LES COMPTES

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 STRATÉGIE & PERSPECTIVES 21 CONCLUSION 28 1 RAPPEL DU POSITIONNEMENT

Plus en détail

Assemblée générale mixte

Assemblée générale mixte Assemblée générale mixte Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance 24 Juin 2015 SOMMAIRE PRESENTATION PRODWARE FAITS MARQUANTS 2014 RESULTATS ANNUELS 2014 EVENEMENTS POST CLOTURE PERSPECTIVES

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Georges Thizon Consultant en sûreté privée et civile

Georges Thizon Consultant en sûreté privée et civile PRÉSENTATION: SERVICES RENDUS POUR ENTREPRISES En tant que consultant en sûreté et intervenant en préven on des risques professionnels [IPRP], il est de mon ressort de m assurer que la protec on des biens

Plus en détail

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013

VEOLIA ENVIRONNEMENT - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2013 Etats financiers consolidés 31 décembre 2013 Sommaire ETATS FINANCIERS CONSOLIDES... 1 COMPTES CONSOLIDES... 4 1.1 État de la situation financière consolidée... 4 1.2 Compte de résultat consolidé... 6

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS2014

COMPTES CONSOLIDÉS2014 COMPTES CONSOLIDÉS 2014 Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats de l émetteur 1 Informations financières historiques 3 Comptes de résultat consolidés

Plus en détail

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août Table des matières Bilans consolidés résumés... 1 États consolidés résumés du résultat net... 2 États consolidés résumés du résultat global...

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité du 1 er semestre 2010/11 3. Résultats semestriels 2010/11 4. Les ressources humaines, un enjeu

Plus en détail

Comptes consolidés Au 31 décembre 2014

Comptes consolidés Au 31 décembre 2014 Comptes consolidés Au 31 décembre 2014 SCHNEIDER ELECTRIC - 2014 1 SOMMAIRE Comptes consolidés au 31 décembre 2014... 3 Compte de résultat consolidé... 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés... 5

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2011 Projet En cours d audit. Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2011

Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 31 décembre 2011 Projet En cours d audit. Etats financiers consolidés Au 31 décembre 2011 Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 2011 Projet En cours d audit Etats financiers consolidés 2011 Veolia Environnement - Etats financiers consolidés au 2011 Projet En cours d audit Sommaire

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013 RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2013 Paris le 31 Octobre 2013 - LeadMedia Group (FR0011053636, ALLMG) - groupe de marketing digital spécialisé dans le data marketing - annonce aujourd hui ses résultats consolidés

Plus en détail

Communiqué de presse FY 2014-2015

Communiqué de presse FY 2014-2015 Communiqué de presse du 29 mai 2015 Huizingen, Belgique Confidentiel jusqu au 29 mai 2015 Communiqué de presse FY 2014-2015 (Résultats pour l exercice clôturé le 31 mars 2015) 1,8 de croissance du chiffre

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Sèvres, le 28 avril 2015 Progression de la croissance Internet à +4,1%, chiffre d affaires consolidé en légère baisse et renforcement des partenariats avec les grands acteurs du web

Plus en détail

Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751

Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751 Rectificatif du 29 juin 2005 au Document de référence 2004 DEPOSE AUPRES DE L AMF LE 23 MAI 2005 SOUS LE NUMERO D.05-0751 Ce rectificatif est disponible sur le site de l AMF ( www.amf-france.org) et auprès

Plus en détail

Activité et Résultats annuels 2014

Activité et Résultats annuels 2014 Activité et Résultats annuels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 25 février 2015 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir

Plus en détail

Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives. SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008

Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives. SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008 Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008 0 Sommaire Présentation du groupe Avancées de notre plan 2005-2008 Résultats du premier semestre

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

Rapport financier semestriel 2014

Rapport financier semestriel 2014 Rapport financier semestriel 2014 Société Anonyme au capital de 2 662 782 euros Tour Gallieni II 36 Avenue du Général-de-Gaulle 93170 BAGNOLET SOMMAIRE 1. Rapport semestriel d activité... 3 1.1. Résultats

Plus en détail

de la DSI aujourd hui

de la DSI aujourd hui de la DSI aujourd hui Partout, l industrialisation de l IT est en cours. ITS Group accompagne ce mouvement avec une palette de compétences exhaustives permettant de répondre aux principaux challenges que

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Résultats semestriels au 30 juin 2010 SYSTEMAT S.A.

Résultats semestriels au 30 juin 2010 SYSTEMAT S.A. CONTACTS Martin Detry SYSTEMAT Tél.: +32 2 352 85 04 martin.detry@systemat.com SOUS EMBARGO JUSQU AU JEUDI 26 AOUT 2010, 17H40 Frédérique Jacobs Tél.: +32 479 42 96 36 frederique.jacobs@systemat.com Lasne,

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V.

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V. PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BINCKBANK N.V. Société anonyme de droit néerlandais. Siège social : Barbara Strozzilaan, 1083 HN Amsterdam, Pays-Bas. Comptes

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Cegedim : Un semestre prometteur pour l avenir

Cegedim : Un semestre prometteur pour l avenir SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 30 juin 2015 IFRS - Information Réglementée - Auditée

Plus en détail

Rappel des raisons de l introduction en bourse de Worldline

Rappel des raisons de l introduction en bourse de Worldline Agenda 1.Introduction 2.Bilan de l année 2014 3.Stratégie et ambition 2017 4.Performance financière 2014 5.Rapports des Commissaires aux comptes 6.Objectifs pour 2015 2 Rappel des raisons de l introduction

Plus en détail

GFI Informatique. Présentation des Résultats Annuels 2008. 2009 - GFI Informatique

GFI Informatique. Présentation des Résultats Annuels 2008. 2009 - GFI Informatique GFI Informatique Présentation des Résultats Annuels 2008 2009 - GFI Informatique Sommaire L année 2008 Résultats financiers 2008 L activité début 2009 Objectifs 2009 Annexes Analyse du chiffre d affaires

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Résultats annuels 2013

Résultats annuels 2013 Activité iié et Résultats annuels 2013 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 26 février 2014 SOMMAIRE ALTEN, leader européen sur le

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012

Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Le marché informatique en France 2011 et tendances 2012 Juin 2012 Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél. : 01 40 26 47 38 www.sextant-expertise.fr Société inscrite à l ordre des

Plus en détail

PRA SAUVEGARDE BASE DE DONNÉES CLOUD BIG DATA VIRTUALISATION CONSOLIDATION SECURITE STOCKAGE SERVEURS MIDDLEWARE ARCHIVAGE DECISIONNEL APPLIANCES

PRA SAUVEGARDE BASE DE DONNÉES CLOUD BIG DATA VIRTUALISATION CONSOLIDATION SECURITE STOCKAGE SERVEURS MIDDLEWARE ARCHIVAGE DECISIONNEL APPLIANCES DOMAINES d intervention SERVEURS CONSOLIDATION SECURITE BIG DATA CLOUD INFRASTRUCTURE O/S BASE DE DONNÉES VIRTUALISATION STOCKAGE PRA SAUVEGARDE MIDDLEWARE DECISIONNEL APPLIANCES ARCHIVAGE 2 Une force

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009 RÉSULTATS ANNUELS 2008 Avril 2009 2. Un marché immense et porteur La formation continue en Europe Une priorité collective La formation sur le lieu et pendant le temps de travail constitue une dimension

Plus en détail

Comptes consolidés Au 31 décembre 2012

Comptes consolidés Au 31 décembre 2012 Comptes consolidés Au 31 décembre 2012 Sommaire COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2012... 3 Compte de résultat consolidé... 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés... 5 Bilan consolidé... 6 État de

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 Chiffre d affaires ajusté en hausse de +5,1 % à 2 813,3 millions d euros, croissance organique du chiffre d affaires ajusté de +3,8 % Marge opérationnelle ajustée de 630,0 millions

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT Société anonyme au capital de 103 312 500. Siège social : 33, rue du Quatre Septembre, 75002

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS 2014

COMPTES CONSOLIDÉS 2014 COMPTES CONSOLIDÉS 2014 COMPTES CONSOLIDÉS 2014 2 1 Compte de résultat consolidé 2 2 État du résultat global consolidé 3 3 État de la situation financière consolidée 4 4 Tableau des flux de trésorerie

Plus en détail

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS 3 États financiers Comptes consolidés au 31 décembre 2005 5 Rapport des Commissaires aux comptes 111 Comptes individuels d Électricité de France résumés

Plus en détail

Sommaire. Weborama Rapport financier du premier semestre 2007 2

Sommaire. Weborama Rapport financier du premier semestre 2007 2 Rapport financier du premier semestre 2007 Sommaire 1. Commentaires sur l activité de la période... p. 3 2. Rapport des Commissaires aux comptes... p. 5 3. Comptes consolidés au 30 juin 2007... p. 9 Weborama

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée»)

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») 31 décembre 2014 Table des matières Rapport de l auditeur indépendant... 2 États consolidés de la situation financière...

Plus en détail

6 MARS 2013 RÉUNION D INFORMATION. Réunion d informati on 6 mars 2013

6 MARS 2013 RÉUNION D INFORMATION. Réunion d informati on 6 mars 2013 6 MARS 2013 RÉUNION D INFORMATION 1 Réunion d informati on 6 mars 2013 CONTEXTE 2012 PIB 0,0 % CROISSANCE IT +0,7 % SAAS +30 % SOURCE INSEE 2012 +2,7% 0,0% 2012 2012 2010 2011 2012 +3,8% +1,6% +7,0% +2,0%

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007 L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises Novembre 2007 Sommaire Analyse des taux d adoption des différents outils Présentation des spécificités par outil Les nouvelles

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS / 31 DÉCEMBRE 2011

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS / 31 DÉCEMBRE 2011 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS / 31 DÉCEMBRE 2011.1 ÉTAT CONSOLIDÉ DE LA SITUATION FINANCIÈRE 228.2 RÉSULTAT CONSOLIDÉ 231.3 ÉTAT CONSOLIDÉ DES PRODUITS ET CHARGES RECONNUS SUR LA PÉRIODE 232. ÉTAT DES VARIATIONS

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

200 M. 15 ans d expérience. terminaux mobiles. intégrés par an. tickets de support mobilité traités par an. de dépenses telecom gérées

200 M. 15 ans d expérience. terminaux mobiles. intégrés par an. tickets de support mobilité traités par an. de dépenses telecom gérées E c o n o c o m Te l e c o m S e r v i c e s s o c i é t é d u g r o u p e p a r t e n a i r e d e v o t r e t ra n s fo r m a t i o n v e r s l e " M o b i l e I T " E c o n o c o m Te l e c o m S e r

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 25 février 215 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS ANNUELS RÉSULTATS EN LIGNE AVEC LES ATTENTES BONNES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 888 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

1. COMPTES CONSOLIDÉS DE HIGHCO SA AU 31 DÉCEMBRE 2010

1. COMPTES CONSOLIDÉS DE HIGHCO SA AU 31 DÉCEMBRE 2010 1. COMPTES CONSOLIDÉS DE HIGHCO SA AU 31 DÉCEMBRE 2010 Arrêtés par le Directoire en date du 23 mars 2011 et présentés pour vérification et contrôle au Conseil de Surveillance de la société HighCo SA en

Plus en détail

solution technologique globale qui couvre en

solution technologique globale qui couvre en Dealer Management System solution technologique globale qui couvre en amont tous les besoins fonctionnels et techniques de l activité d un distributeur de véhicules : magasin, atelier, VN/VO. Adaptable

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES CONSOLIDÉES

INFORMATIONS FINANCIÈRES CONSOLIDÉES www.legrand.com INFORMATIONS FINANCIÈRES CONSOLIDÉES AU 31 DÉCEMBRE LEGRAND COMPTES CONSOLIDES Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Tableau

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE...

COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE... 1 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE... 3 ETAT DU RESULTAT GLOBAL... 4 BILAN CONSOLIDE : ACTIF... 5 BILAN CONSOLIDE : PASSIF... 6 TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES CONSOLIDES... 7 TABLEAU DES

Plus en détail

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 Manuel Qualité Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 CIS Valley Manuel Qualité- MAQ_V08 page 1/16 Engagement

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1 Présentation des résultats annuels 2007 4 avril 2008 Page 1 Sommaire I. Un intervenant sur le marché du marketing de fidélisation II. III. IV. Un exercice 2007 de qualité Une nette amélioration de la profitabilité

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance Sage 100 pour les PME Faites de votre gestion un levier de performance À propos de Sage Leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde* Plus de 6 millions d entreprises

Plus en détail

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr Et si votre carrière s inventait avec mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr mc 2 i Groupe Des missions de conseil en systèmes d information, à forte valeur ajoutée Depuis sa création

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. 1 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en vue de la mise

Plus en détail