Rapport sur les initiatives apparentées dans le cadre du projet de mise sur pied de l infrastructure de données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport sur les initiatives apparentées dans le cadre du projet de mise sur pied de l infrastructure de données"

Transcription

1 Rapport sur les initiatives apparentées dans le cadre du projet de mise sur pied de l infrastructure de données Premier rapport d une série de cinq Préparé par Patrice Pitre et Éric Robitaille octobre 04

2 Dépôt, corrections et mises à jour du document DATE DU DOCUMENT Dépôt, corrections et mise à jour réalisés par 26 septembre 2004 Premier dépôt par P.Pitre et É.Robitaille 4 octobre 2004 Correction par I. Thérien, P.Pitre

3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 Structure du Centre 1 Cadre générale d analyse 1 Démarche rédactionnelle 2 RÉSUMÉ 3 CONTEXTE DE LA MISE EN PLACE DU CENTRE LÉA-ROBACK EN RELATION AVEC CES INITIATIVES APPARENTÉES 4 Qu est-ce qui définit le Centre? 4 Le Centre : une infrastructure de recherche 4 Le Centre : un facilitateur 4 MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE ET PRÉSENTATION DE LA GRILLE D ANALYSE 6 ANALYSE PAR THÈME ET SYNTHÈSE DES INITIATIVES 7 Initiatives reliées aux inégalités sociales et de santé 7 Centre for Neighbourhood Research 7 Townsend Centre for International Poverty Research 9 Élément à retenir de cette catégorie d initiative 9 Initiatives de type entrepôt de données et SIG 11 New York State Geographic Information Systems (GIS) Clearinghouse 11 GéoBase et Géogratis 13 Le portail de Statistique Canada 15 Éléments à retenir de cette catégorie d initiative 15 Initiatives combinatoires 17 Le cas du MAIGIS (Multi-Agency Internet Geographic Information Service) 17 Le Centre de coordination de la surveillance, Infrastructure SIG 18 Carrefour montréalais d'information sociosanitaire 20 Éléments à retenir de cette catégorie d initiatives 21 Autres initiatives inspirantes 22 Le réseau inter-universitaire en études urbaines et régionales : Villes, régions, mondes 22 Cartographie sur les risques, les abus et les besoins des enfants (CRABE) 24 Initiatives financés par IRSC 25 RECOMMANDATIONS DE DÉVELOPPEMENT DU SITE INTERNET À LA LUMIÈRE DE CES INITIATIVES 26 Contenus généraux et particuliers offerts en vitrine du site Léa-Roback 27 Contenus généraux et particuliers offerts en intranet du site Léa-Roback 28 Page i

4 BIBLIOGRAPHIE 29 ANNEXE, DÉFINITIONS 30 ANNEXE, ABRÉVIATIONS 38 ANNEXE, LISTE DES INITIATIVES 39 ANNEXE, RÉSUMÉ DE RENCONTRE AVEC CMIS 98 ANNEXE, LISTE DES CENTRES FINANCÉS PAR LES IRSC 101 Page ii

5 INTRODUCTION La mise sur pied du Centre de recherche Léa-Roback sur les inégalités sociales de santé de Montréal, si après nommé le «Centre», nécessite une évaluation des besoins en matière d analyse des données géocodées et des systèmes d information géographique (SIG). Une équipe en SIG a été constituée et mandatée afin de fournir les connaissances essentielles à la mise sur pied du Centre sur ces aspects. Le mandat touche cinq objectifs d analyse qui se concrétiseront par la rédaction de cinq rapports qui ont pour objectif global d évaluer les besoins (en terme de bases de données et d expertise géomatique) et de proposer une stratégie opérationnelle de mise en place d une infrastructure de données. STRUCTURE DU CENTRE La réalisation de ce mandat se fait en concertation avec les autres membres du Centre mandatés sur les aspects de bases de données documentaires (Malijaï Caulet), d enquêtes sociologiques (Rana Charafeddine) et sur les aspects de communications du Centre (Karine Souffez). L équipe du Centre est coordonnée par Isabelle Thérien. Les rapports de l équipe SIG sont rédigés par Patrice Pitre et Éric Robitaille sous la supervision de Philippe Apparicio (INRS-Urbanisation, Culture et Société), de Marie-Claude Boivin (DSP de Montréal) et de Lise Gauvin (Université de Montréal), membres du comité d orientation sur la mise en place de l infrastructure de donnée. CADRE GÉNÉRALE D ANALYSE De manière générale, les objectifs du Centre tendent vers l élaboration d outils «réseautés» qui permettront une exploitation optimale des banques de données pour des fins de recherche sur les inégalités sociales de la santé. Au terme du mandat d évaluation, l équipe SIG proposera une infrastructure soutenant des bases de données (entrepôts de données / datawarehouse) et des possibilités d interaction avec celle-ci par les chercheurs. D autres bases de données provenant de nouvelles enquêtes des chercheurs du Centre pourront être intégrées à cette infrastructure et être interrogées au besoin. Le mandat de l équipe SIG vient précisément définir l infrastructure de l entrepôt de données géomatique et les besoins des chercheurs en interaction avec les bases de données. À cette infrastructure de données sera juxtaposé un Atlas des inégalités sociales de la santé. Celui-ci permettra de produire des cartes et des tableaux de manière à mieux illustrer les résultats des études qui font état des relations entre les inégalités sociales et les inégalités de santé, tant sur le plan individuel que sur la base d unités géographiques. Page 1

6 DÉMARCHE RÉDACTIONNELLE La démarche d évaluation des besoins se fait en cinq étapes où cinq rapports viennent étayer des éléments particuliers. Voici la liste des objectifs qui sous-tendent les cinq rapports: Faire la recension des écrits sur les initiatives qui s apparentent à la nôtre; Faire l inventaire des banques de données utilisées par les chercheurs du Centre; Évaluer les besoins de la recherche en terme de données (existante et à venir); Étudier les possibilités de mise en commun des données; Étudier les modes d utilisation possibles de l infrastructure. Le premier rapport touche le premier point mentionné à cette liste d objectifs et se structure de la manière suivante: Contexte de la mise en place du Centre en relation avec ces initiatives; Méthodologie de recherche; Notions de base soutenant l analyse; Présentation de la grille d analyse; Analyse courte, systématique et synthèse des initiatives; La structure des quatre autres rapports sera précisée à l intérieur de ceux-ci. Un glossaire technique est également produit en annexe de chacun des rapports afin de fournir un maximum de contenu explicatif au lecteur peu familier avec le domaine des systèmes d information géographique. Page 2

7 RÉSUMÉ Ce premier rapport dresse des éléments de réflexion en relation avec les systèmes d information géographique (SIG) et les bases de données, les deux composantes que l équipe SIG du Centre Léa-Roback a pour mission de développer. Pour améliorer nos connaissances sur le sujet, une recherche sur Internet des initiatives s apparentant au Centre a été réalisée et constitue la matière première des réflexions et des orientations suggérées dans ce rapport. La première partie de ce rapport porte principalement sur une description générale du Centre et des principales caractéristiques d une infrastructure Internet. Celle-ci suggère de distinguer d une part, la vitrine promotionnelle du Centre, et d autre part, celle offrant des possibilités d accès à des ressources SIG et aux bases de données du Centre. Par exemple, pour l équipe de communication, les objectifs sont surtout orientés vers la diffusion des informations génériques du Centre (publication, congrès, coordonnées, thèmes de recherche, chercheurs associés, etc.). Par ailleurs, pour l équipe SIG et bases de données, les objectifs sont orientés autour de la création d un entrepôt de données et de l exploitation à l aide d un SIG des différentes bases de données. Ces deux objectifs bien que complémentaires sont grandement différents lorsque l on évalue les besoins en termes d équipement informatique, de logiciels et d objectifs de soutien aux chercheurs. Dans ce contexte, il apparaît important d évaluer distinctement le développement informatique, les achats de logiciels et d'équipement informatique dans chacune des équipes. Il est également possible de coordonner les objectifs de chacune des équipes afin de faciliter l intégration des contenus qui seront accessibles dans l infrastructure du site Web du Centre. Les réalisations des équipes doivent donc s appuyer sur des normes et des formats reconnus. Finalement, l analyse des initiatives a permis de relever les différentes fonctions et possibilités de développement d une infrastructure qui puissent répondre aux objectifs des différentes équipes de recherche. Pour y arriver, cette infrastructure se devra d être flexible. Il nous apparaît qu elle pourrait facilement être logée sur un intranet. Cependant, cette infrastructure devrait être développée de manière décentralisée, c est-à-dire sur des serveurs distincts, ce qui offrirait une relative stabilité et une flexibilité de gestion du contenu. Page 3

8 CONTEXTE DE LA MISE EN PLACE DU CENTRE LÉA-ROBACK EN RELATION AVEC CES INITIATIVES APPARENTÉES L analyse entourant le premier objectif du mandat de l équipe SIG du Centre touche la recension des initiatives ayant des intérêts similaires à ceux du Centre, soit par l analyse des phénomènes sociaux et sanitaires, soit par la mise sur pied d un entrepôt de données. À la suite de cette recension, une analyse synthèse est produite et les éléments les plus significatifs sont retenus et «contextualisés» à la démarche du Centre. Il convient dans un premier temps d identifier ce qui définit le Centre dans le cadre plus spécifique du mandat de l équipe SIG. QU EST-CE QUI DÉFINIT LE CENTRE? Le Centre vise à créer un lieu virtuel ou physique d accès, de traitement et de diffusion des données pour les chercheurs. Le Centre se propose: «[ ] de créer des réseaux qui favorisent l émergence de projets conjoints. En mettant en place des infrastructures de recherche qui viennent répondre aux besoins des chercheurs, le Centre facilitera l exécution des travaux et permettra de développer une masse critique de chercheurs qui s intéresseront aux questions relatives aux inégalités sociales de la santé. De plus, le Centre verra à accélérer le transfert des connaissances et de l expérience entre les milieux de recherche, de décision et d intervention afin que des actions éclairées puissent être mises de l avant.» (tiré du projet de recherche présenté aux IRSC ; l emphase est donnée par les auteurs du présent rapport) Cette démarche pourrait s associer à la création d un entrepôt de données ayant comme particularité le suivi géographique et sociologique des inégalités sociales et des inégalités de santé contrairement à des entrepôts classiques du milieu des affaires où l aspect temporel des suivis visent les fluctuations des marchés. LE CENTRE : UNE INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE Le Centre regroupe plus d une vingtaine de chercheurs de différentes disciplines qui peuvent être associés à des approches méthodologiques utilisant les systèmes d information géographique. Nous pouvons dire, plus justement, que les chercheurs utiliseront la géomatique en appui à leur discipline de recherche principale. Certains en feront un usage minimal (représentation des phénomènes sur une carte), d autres plus intense (calcul des distances moyennes ou autocorrélation spatiale entre différents phénomènes). Cependant, tous s entendent pour dire que l outil SIG est un facilitateur dans l exécution de la recherche qui, par un ancrage géographique des données, apporte une plus-value à l interprétation des résultats d analyse. L infrastructure repose donc en partie sur les possibilités d analyse que le Centre pourra offrir aux chercheurs. L infrastructure sur l aspect géomatique est aussi liée à l entrepôt de données. L entrepôt de données est un lieu virtuel accessible à tous les chercheurs du Centre désirant orienter ou planifier un programme de recherche lié aux orientations du Centre. L entrepôt de données doit fournir des informations sur la nature, la qualité et les possibilités d accès aux bases de données existantes. Mentionnons au passage que l infrastructure ne peut concrètement se réaliser qu à travers un intranet puisqu une partie des données accessibles sont de nature stratégique ou confidentielle (obtenues par entente restreinte dans le cadre de réalisation de projets spéciaux). L entrepôt doit être en mesure d alimenter les chercheurs en bases de données. Ils pourront ainsi faire des analyses dans leur propre lieu de recherche ou bien être soutenus dans la réalisation de celles-ci par une équipe fournie par le Centre. LE CENTRE : UN FACILITATEUR Sous l aspect géomatique, l infrastructure est également liée à une expertise afin de développer et de maintenir l entrepôt de données. Il apparaît qu au départ, une partie de l utilisation de l infrastructure pourrait se faire à travers l intranet. Toutefois, un soutien personnalisé offert à chacun des membres peut devenir économiquement plus rentable. Dans le rapport final, il sera proposé une liste des fonctionnalités Page 4

9 accessibles à travers l intranet et une autre qui serait plutôt disponible de manière personnalisée par un «expert» du Centre. L infrastructure vise les caractéristiques suivantes : Elle doit être flexible pour être mise à jour rapidement. Nombre de bases de données sont produites sans qu on puisse y avoir accès, car elles sont peu structurées (inutilisables rapidement pour des fins de recherche). Elle doit être fiable, reposant sur un cadre normatif, afin d assurer l accès aux données de manière sécuritaire, et la réalisation d analyses rigoureuses. Le cadre normatif en géomatique est en ébullition. Il touche, par exemple, les normes d échange de données et le catalogage de celles-ci. À noter que l aspect normatif de l infrastructure sera développé dans le cadre du second rapport. Le cadre technique de l entrepôt de données sera défini dans le dernier rapport. Il proposera une infrastructure reflétant les besoins des chercheurs du Centre. Tout au long de ces rapports, un ensemble de contenus explicatifs sur les aspects de réalisation de l entrepôt de données géomatique seront abordés: 1. Développement d applications sur le réseau ; 2. Sécurité des échanges des informations ; 3. Formatage et exploitation des données ; 4. Concepts d analyses spatiales liées aux fonctionnalités possibles de l entrepôt de données géomatique. Elle doit être conviviale, ce qui implique l accessibilité de l entrepôt par tous les chercheurs au moyen d un intranet. La convivialité est rendue par la simplicité des procédures d accès et de traitement des bases de données, de même que par une documentation soutenant chacune des bases de données. Malgré la disponibilité de certaines procédures de réalisation de tâches liées à la géomatique, il apparaît nécessaire qu un soutien aux chercheurs soit disponible compte tenu du caractère infiniment technique de la gestion et de l exploitation des bases de données de type géospatiale. L évaluation des besoins en termes de compétences géomatiques sera réalisée lors de l activité du troisième rapport du mandat de l équipe SIG. Page 5

10 MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE ET PRÉSENTATION DE LA GRILLE D ANALYSE La recension des initiatives s est déroulée sur une période de deux mois : juin et juillet. Au départ, une grille de saisie des informations à analyser a été mise en place. Les initiatives recensées sont accessibles en annexe. Voici la liste des rubriques couvertes par chacune des initiatives. Le nom de l initiative; Une description sommaire de l initiative; L adresse du site Internet; Les mots-clés qui semblait appropriés de retenir pour définir le site; La région d intérêt du site ou de l initiative; Informations de type SIG qui semblaient appropriées de retenir; Informations de type base de données qui semblaient appropriées de retenir ; La date de visite du site. Il est à noter que la rubrique des mots-clés a été remplie sans lien avec une liste formelle. Les termes décrits ci-dessous couvrent les thèmes généraux du Centre et du mandat de l équipe SIG. Nous avons suggéré la création d une liste de mots-clés plus systématique pour le Centre. La liste est en cours d élaboration et accessible en annexe. Toutefois, pour ce rapport la liste des mots-clés utilisés pour la recherche sur Internet est la suivante : cartographie / cartography. centre de recherche / research center ; entrepôt de données / datawarhouse ; inégalités / inequalities ; pauvreté / poverty ; santé / health ; santé publique / public health ; SIG (Système d information géographique) / GIS (Geographic Information System) ; sociaux ou sociale / social ; Les rubriques concernant les informations relatives aux SIG et aux bases de données peuvent servir à identifier les associations qui pourraient y avoir avec le Centre. De plus, le Centre pourrait s inspirer de ces informations afin de développer sa propre infrastructure reliant le milieu des SIG à celui des bases de données. Ces initiatives ont été, pour la plupart, trouvées sur Internet à l aide de termes de recherche significatifs combinés les uns avec les autres. Aucun logiciel, de type engin de recherche, n a été utilisé. Google et Scirus ont été les principaux outils de recherche. Page 6

11 ANALYSE PAR THÈME ET SYNTHÈSE DES INITIATIVES En lien avec la mission du Centre, et plus particulièrement avec celle de l équipe SIG, le texte qui suit présente une analyse par thème des initiatives apparentées au Centre. Dans le chapitre ci-dessous, les thèmes exposent, au travers des exemples d initiative, les caractéristiques diverses qui peuvent inspirer le Centre. Nous croyons que ces thèmes auront l avantage de fournir un ensemble de concepts qui serviront de base commune lors de l évaluation des besoins des chercheurs à l étape trois du mandat de recherche. Il faut retenir également que les initiatives retenues ont toutes passé par une phase que le Centre s apprête à réaliser : le déploiement d un site Web ou d un intranet. L analyse des initiatives se fait à travers les sites Internet des organisations. La liste de toutes les initiatives que nous avons recensées, avec les informations sommaires recueillies lors de la recherche, sont présentées en annexe. De manière plus concrète, la première partie de ce chapitre aborde les initiatives qui ont une thématique spécifique reliée aux inégalités sociales et de santé. La deuxième partie traite de celles associées aux entrepôts de données spatiales. La troisième partie porte son regard sur les initiatives qui tentent de combiner les aspects «inégalités de santé» et «inégalités sociales» dans une perspective d analyse géographique, dont deux offrant des intérêts particuliers dans le cadre de la réalisation de l infrastructure du Centre. Une quatrième partie retient des initiatives inspirantes, mais qui n ont pas nécessairement de lien avec les autres catégories d initiative. La dernière partie porte un regard attentif sur les projets de recherche financés par l Institut de recherche en santé publique et des populations des Instituts de recherche en santé du Canada pour la création de centres de développement de la recherche, comme le Centre Léa-Roback sur les inégalités sociales de santé de Montréal. INITIATIVES RELIÉES AUX INÉGALITÉS SOCIALES ET DE SANTÉ Il est prouvé par plusieurs recherches que les conditions sociales et économiques d un individu et du quartier dans lequel il habite auraient un rôle à jouer sur sa santé. Par ailleurs, ceci a été récemment soulevé par Tunstall et coll. (2004), Macintyre et coll. (2002), Frohlich et coll. (2001) et Hanna et Coussens (2001). On peut penser que parmi ces recherches, certaines ont permis la réalisation d infrastructures qui abordent cette thématique d une manière plus soutenue, comme des centres de recherche et d excellence, des instituts, des chaires, etc. Elles offrent un accès Internet à des ressources et à des services divers. La plupart de celles-ci sont issues du milieu universitaire (voir en annexe les initiatives : 1, 2, 3, 5, 7, 8, 9, 12, 33, 35, 38, 44 et 50). La mission de ces centres vise surtout le partage des connaissances et la promotion de la recherche dans le domaine des inégalités sociales et de santé. Parfois, les centres aborderont avec plus d insistance les thématiques sociales que celles de la santé et vice-versa. Par exemple, les initiatives 6, 7, 8, 12, 35, 38 et 44 sont plus vouées aux recherches sur les inégalités sociales, sur la pauvreté ou sur le bien-être des individus. Toutefois, comme dans le cas du Centre Léa-Roback, on y aborde les questions de recherche dans une perspective interdisciplinaire Les sites Web de ces initiatives comprennent généralement des informations sur les membres du groupe de recherche, sur les publications les plus récentes et les projets de recherche en cours. Quoiqu elles ne soient pas nombreuses, certaines initiatives peuvent contenir des entrepôts de données et aussi quelques éléments à caractère spatial (cartes en format image du territoire à l étude par exemple). Centre for Neighbourhood Research Les recherches de ce centre portent principalement sur les problématiques actuelles des quartiers urbains incluant les relations entre les inégalités sociales et économiques et la santé des individus, ce qui revêt un intérêt pour le Centre (voir par exemple le rapport de recherche de Parkes et Kearns, 2004). Le centre se démarque par la présence d un module de recherche donnant accès facilement aux différentes questions qui sont présentes dans les grandes enquêtes sociales nationales ou régionales, réalisées ou en cours de réalisation, au Royaume-Uni (voir le lien Question Bank sur la page d accueil). À travers cette section, il est possible de faire une sélection de l enquête désirée, selon la période couverte, la région concernée et les thèmes privilégiés de la ou des questions d enquête. Le résultat de la recherche montre les différentes questions répondant aux critères de recherche. Chaque question d enquête est reliée à une fiche descriptive complète comprenant entre autres les champs suivants : le nom de l enquête, les mots-clés, la méthodologie de l enquête, la couverture géographique, les années d apparition de cette question suivant l enquête, les résultats principaux trouvés à partir de cette question, etc. Cette fonctionnalité permet aux chercheurs du Centre de connaître les enquêtes accessibles et en cours, et ainsi orienter leur recherche en fonctions du contenu de celles-ci. (http://www.neighbourhoodcentre.org.uk). Page 7

12 Figure 1. Page d'accueil du ESRC Centre for Neighbourhood Research. Page 8

13 Townsend Centre for International Poverty Research Ce centre à vocation internationale utilise ses analyses à des fins de recherche afin de proposer des politiques visant la réduction et même la disparition de la pauvreté à l échelle mondiale. Pour arriver à cet objectif, le centre a développé un programme de recherche important qui comprend: Le développement d indicateurs de mesure de la pauvreté et l élaboration de recherches sur les causes qui mènent à cette pauvreté; L analyse des conséquences et des coûts de la pauvreté individuelle, familiale, communautaire et sociétale; Le développement de recherches sur la conceptualisation et la définition de la pauvreté et sur les possibles applications dans le domaine des politiques publiques Le centre de recherche comprend une importante section sur les inégalités en santé en lien avec la pauvreté. Les recherches du centre sur les inégalités se concentrent sur les politiques qui peuvent réduire les inégalités en santé, la distribution équitable des services de santé par le biais de l utilisation du modèle social, la mesure des inégalités en santé. Il est à noter que plusieurs projets de recherche de la section inégalités en santé utilisent la cartographie thématique pour illustrer la problématique (pauvreté, inégalités de santé). Un exemple de ceci, est le projet du «Mapping Deprivation in the South West», qui présente une série de cartes thématiques sur la défavorisation dans le sud-ouest de l Angleterre. Cet exercice vise au développement de la représentation spatiale d indices de défavorisation à l échelle d unités géographiques variables pouvant par la suite être employés avec des données sur la morbidité et la mortalité de la région. La cartographie demeure sous un médium statique (au travers de documents PDF) comme la majorité des cartes accessibles facilement sur Internet (http://www.bris.ac.uk/poverty). Voir figure «Page d'accueil du Townsend Centre for International Poverty Research». Élément à retenir de cette catégorie d initiative Cette première catégorie d initiative vise à informer les internautes des activités des chercheurs (recherches en cours, publications, subventions de recherche, partenariats, bases de données accessibles, etc.) et parfois à offrir une aide à la recherche. Les sites de ce type peuvent constituer de bons exemples pour le développement de la vitrine promotionnelle du Centre. Elle permettra de mettre de l avant les idées et les objectifs du Centre sans divulguer des informations stratégiques (bases de données, accès à des applications Internet spécialement développées pour les chercheurs, etc.). D une part, certains éléments sont rédigés dans l esprit de fournir une information de référence pour le centre, mise à jour périodiquement (évènements publics, congrès à venir, publications récentes, appels d offre, liste de personnes à rejoindre, etc.). Cette vitrine sert habituellement de portail vers d autres sections, du site, réservées aux membres. L infrastructure requise pour développer ce type de contenu sur un site Internet (ou intranet) est minimale. Cette porte d entrée vers l information primaire du Centre doit se retrouver dans un endroit sécurisé et maintenu par des spécialistes et ce, en tout temps. L achalandage au site risque de ralentir l accès à des contenus non stratégiques, ce qui enverrait une mauvaise perception aux utilisateurs internes et externes du site. La maintenance réseau, du site, doit, pour cette raison, être assurée par une compagnie spécialisée. Actuellement, la compagnie TELUS est celle qui gère les sites de la DSP et de l OMISS. TELUS représente également une compagnie fiable et reconnue mondialement dans l hébergement de site. Une recherche sommaire des possibilités d hébergement pour le site du Centre-Léa-Roback a porté notre choix vers TELUS. Ce choix représente une option appropriée pour le moment. Page 9

14 Figure 2. Page d'accueil du Townsend Centre for International Poverty Research. L entretien du site nécessite une mise à jour périodique du contenu. Cette tâche peut être facilitée par l utilisation de l un des nombreux systèmes de gestion de contenu Web (Content management system, CMS). L équipe propose que le Centre porte son choix sur «Mambo Open Source» (www.mamboserver.com), un outil qu elle connaît déjà et qui a l avantage d être facile à mettre en place. Ce logiciel jouit d une certaine reconnaissance dans la communauté internaute et nombreux sont ceux qui supportent son développement. En plus d être gratuit, il permet la gestion à distance du contenu du site par plusieurs responsables, il assure la sécurité de certaines sections par un accès réservé aux membres et il est relativement facile de personnaliser des styles associés aux pages Internet. La vitrine promotionnelle du Centre doit-elle être distincte de celle de l OMISS? Certes, nous croyons qu il ne doit pas avoir de duplication des contenus dans l un et l autre des sites Internet. Peut-il y avoir fusion des deux vitrines dans un même site? Dans une approche de type portail, des contenus spécifiques à l une ou l autre des organisations (OMISS et Centre Léa-Roback) peuvent cohabiter dans une même interface (à une même adresse Web). Les deux organisations pourraient se distinguer simplement par une signature graphique particulière. Nous pouvons penser qu une section «recherche» (Centre Léa-Roback), peut cohabiter avec une section «diffusion de l information publique» (OMISS), et une autre sur l Atlas des inégalités sociales. De cette manière, l architecture du site qui est propre aux besoins en terme de SIG et de bases de données du Centre peut se développer pour l équipe SIG dans des lieux décentralisés (sur des serveurs distincts). L entrée principale du site, le portail, redirigerait les internautes vers les serveurs appropriés (Centre, OMISS, entrepôt de données, Atlas, etc.). Cette configuration offre ainsi une souplesse de configuration de l infrastructure et de l architecture du site en fonction des besoins des équipes. Nous décrirons une ébauche d architecture du site Web au dernier rapport. Page 10

15 INITIATIVES DE TYPE ENTREPÔT DE DONNÉES ET SIG L absolue nécessité de la surveillance de la santé, de la criminalité ou de l environnement par les organisations publiques entraîne une utilisation, au moins modeste, des outils de repérage spatiaux que représentent les SIG. Les premiers grands utilisateurs des SIG à vocation publique ont engendré la réalisation de travaux gigantesques créant des bases de données colossales. Ces deux aspects de surveillance et de gestion de bases de données ont fait émerger des outils facilitant le mandat de ces organisations. Aujourd hui, le nouvel aspect de ces outils est sa décentralisation sur le réseau Internet sous un intranet ou extranet. Aux États-Unis, les SIG sont utilisés depuis de nombreuses années par les organisations publiques et leur usage est maintenant généralisé. Les exemples décrits ci-dessous sont caractéristiques des possibilités qu offrent les entrepôts de nature géospatiale. Notez au départ que dans tous projets de développement de SIG, comme pour tout système d information d ailleurs, une large part des efforts doit être mis sur l accessibilité aux données, la structure et l exploitation de ces dernières (comme tout système d information). De manière générale, les facteurs qui influencent la mise en place des portails SIG sont : 1) la démocratisation des données, 2) le déploiement des technologies reliées aux systèmes d information géographique - ces dernières sont de plus en plus conviviales et 3) la récente fiabilité du réseau Internet capable de supporter un transfert de données important. Les entrepôts de données SIG ont comme principale caractéristique d offrir une interface cartographique interrogeable multipliant les possibilités d interactions entre les chercheurs et les bases de données. Cette particularité des SIG en ligne, qui génèrent des flux d information énormes, a fait que ce n est que tout récemment qu ils ont pu être exploités par les systèmes des organisations publiques. Aux États-Unis, chaque État comprend son entrepôt de données à caractère spatial. Plus ou moins élaborés, ceux-ci visent le partage des données spatialisées les plus importantes. Les données accessibles seront plus axées sur des problématiques physiques ou humaines selon les particularités des États (initiatives 20, 21, 22, 23, 24, 25, 28, 52, 53, 54, 59). La catégorisation des types de données reflète les intérêts des organisations. L architecture des entrepôts de données à caractères spatiaux est orientée par les travaux d organismes de normalisation. Aux États-Unis, les agences fédérales, telles que la Federal Geographic Data Committee (FGDC), ont une place importante dans ces initiatives. Au Canada, l Infrastructure canadienne de données géospatiales (ICDG, agit comme organisme-conseil sur les infrastructures SIG. Nous discuterons de ces organisations et des normes sous-jacentes dans le second rapport du mandat. New York State Geographic Information Systems (GIS) Clearinghouse Dans le cas du New York State Geographic Information Systems (GIS) Clearinghouse, les fichiers cartographiques disponibles sont reliés aux domaines suivants: (1) limites cartographiques de base; (2) aspects culturels; (3) aspects démographiques; (4) environnement; (5) services en santé; (6) infrastructures; (7) sécurité publique; (8) autres. Au travers ces domaines, il est possible de télécharger les fichiers géométriques des différents thèmes (localisation des écoles et des services de santé, limites des census track, orthophotos des régions urbaines, etc.). La liste des produits de type bases de données géoréférencées, est longue : c est la démocratisation des données, aux États-Unis, qui explique ce volume important de données disponibles. L État propose aussi des formations sur les SIG à tous ses partenaires via l initiative NYS GIS Help Desk Pilot. L implication du gouvernement américain dans ce type de projet est importante On peut penser notamment à la mise en place du projet Geospatial One-Stop (http://www.geo-one-stop.gov/), où l on peut faciliter, en partenariat avec les institutions locales (ex. : New York State Geographic Information Systems (GIS) Clearinghouse), le partage de l information spatiale, la planification dans l acquisition et la mise en place de nouvelles bases de données spatialisées, la possibilité d étendre le réseau de partenaires et finalement, la collaboration au développement des infrastructures de données spatiales des organismes locaux. Les autres services disponibles par le biais des entrepôts de données sont reliés à la production de cartes et au soutien offert aux communautés dans l utilisation de ces technologies. Cette aide est apportée par les listes de discussion animées par le personnel de la GIS Clearinghouse. Les informations contenues dans ces entrepôts ne répondent peut-être pas explicitement aux problématiques de notre Centre. Toutefois, elles peuvent donner des pistes à suivre dans le développement de notre propre entrepôt de données. Sur ce site, sont également compris les éléments de référence décrits dans la première catégorie d initiatives. (http://www.nysgis.state.ny.us/). Page 11

16 Figure 3, Page d accueil du New York State Geographic Information Systems (GIS) Clearinghouse Page 12

17 GéoBase et Géogratis Du côté du Canada, ce type d initiative est moins présent. Les sources d information sont plus centralisées : une organisation maintient son propre entrepôt de données. Deux initiatives peuvent toutefois retenir notre attention : et GéoBase est une initiative des gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral. Elle vise principalement à offrir un accès à des bases de données à caractère spatial de qualité et sans frais. GéoBase n offre pas de services de présentation cartographique ou de générateur de cartes en ligne. Sa fonction principale est d entreposer les données et de permettre un téléchargement direct ou différé. Les étapes de téléchargement sont simples. Il suffit de savoir ce que peut contenir les différentes bases de données reliées au Système national de référence cartographique (SNRC). Figure 4, Page de sélection des bases de données accessibles. À titre informatif, les fichiers accessibles sur le site sont des fichiers de référence du ministère des ressources naturelles du Canada. Ces derniers ne peuvent pas, immédiatement servir à la cartographie thématique comme ceux de Statistique Canada. Ces fichiers servent en fait de base à une bonification (par les ajouts de codifications diverses, retraçage des limites de recensement) des fichiers cartographiques. Ce travail est en partie réalisé par l Agence de statistique canadienne, mais cette bonification au fichier n est pas accessible sur GeoBase. Elle l est, par ailleurs, à travers l Initiative de démocratisation des données (IDD) de Statistique Canada, que nous discuterons dans le second rapport sur les données. L utilisation des fichiers sur GéoBase se fait dans des cas particuliers de réalisation de cartes d équipement et d infrastructure urbaine, de cartes de localisation générale ou d utilisation d images satellite ou d orthophotos en superposition avec d autres couches générales. Page 13

18 Ces fichiers ne contiennent aucune variable sociodémographique. Les métadonnées du GéoBase reflètent la norme FGDC. Il est à noter que GéoBase prévoit la mise en disponibilité d autres fichiers géographiques (vectoriels et matriciels) actuellement peu nombreux pour le Québec. Ces fichiers sont couramment utilisés dans le cadre d analyse pancanadienne (les produits de la BNDT couvrent tout le Canada) et plus rarement en milieu urbain (les données provinciales ou locales servent plus souvent de référence pour les chercheurs). Notez, toutefois, que les métadonnées reposent sur une norme en vigueur et un système de téléchargement relativement simple et gratuit à tout les internautes. Géogratis est une initiative similaire à celle de GéoBase. Elle donne accès à plusieurs fichiers cartographiques. Plus récente que celle de GéoBase, l interface est plus rudimentaire. Les fichiers sont disponibles via un site de type FTP (File Transfer Protocol). Elle regroupe principalement des fichiers de l Atlas national du Canada, des données qui ont peu d intérêt pour des problématiques d analyse urbaine et précise du territoire montréalais. Cette infrastructure, c est-à-dire un site FTP, est très facile à mettre en place, mais nécessite une connaissance plus grande des moyens pour l acquisition des fichiers, car moins intuitive. Figure 5, Page d'accueil du site Géogratis Page 14

19 Le portail de Statistique Canada Le portail de Statistique Canada offre via l Initiative de démocratisation des données (IDD) des moyens faciles de télécharger les données du recensement. Figure 6, Page de téléchargement, via un serveur mandataire, chez Statistique Canada Ce portail renferme une mine d informations pour les chercheurs utilisant les données des recensements canadiens récents (1996 et 2001). Ce dernier est la porte principale vers, entre autres, les données descriptives des recensements canadiens. Notez que cette page est protégée et constitue un intranet en soit. Pour y accéder vous devez être physiquement dans un lieu où Statistique Canada reconnaît votre appartenance au groupe de l IDD ou valide par un serveur mandataire (proxy), en fait, votre affiliation (un mot de passe et un code d usager vous sont demandés, ceux-ci sont donnés par votre institution). Les données disponibles sur le site Statistique Canada sont en format Beyond 20/20. Par le fait même, elles doivent subir un léger traitement avant de pouvoir se loger dans un logiciel de SIG. D autres sites apparentés sont accessibles ou alimentés par Statistique Canada et permettent d atteindre des base de données cartographiques. L un d eux est celui de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ). Ce site donne accès à la plupart des fichiers cartographiques des recensements canadiens (1986 à 2001). Éléments à retenir de cette catégorie d initiative Les formations assurent une utilisation correcte des moyens d analyse que les outils SIG offrent aux membres d une organisation. L adage «qualité médiocre à l'entrée = qualité médiocre des résultats» (Garbage In = Garbage Out) est d autant plus vrai en SIG que dans tout autre processus d analyse de bases Page 15

20 de données. Toutefois, l usage restreint que l on fait des cartes limite notre esprit critique des résultats. On met rarement en doute des résultats cartographiques produits à partir de système informatisé. Ces outils de formation peuvent correspondre à des cours dans un lieu d apprentissage précis (cours individuel ou en groupe dans une classe) ou dans un espace décentralisé (formation en ligne ou document écrit supporté par des explications et des exercices). Une formation sur l utilisation d un logiciel de SIG pourrait s avérer utile dans le cadre des activités des chercheurs. Par exemple, les assistants de recherche y participeraient afin de les rendre autonomes sur des activités de recherche en lien avec les SIG. D autre part, la rédaction de documents de référence peut être une solution alternative et moins coûteuse car elle mobilise moins le temps des formateurs et des apprenants. Par contre, il est reconnu qu un support individuel personnalisé est plus formateur. Dans l un ou l autre des cas d apprentissage, ce temps de formation ou d autoformation contribue à augmenter la rapidité de réponse à des questions récurrentes par les utilisateurs du système ou permet de dresser la liste des réponses aux questions fréquemment posées (liste des bases de données disponibles, utilité d une analyse, préalables à un traitement cartographique, procédures à suivre pour accéder à une base de données, etc.). Notez qu on évalue à environ trois à cinq heures le temps de préparation pour une heure de formation qu il s agisse d une formation de groupe ou d une formation décentralisée. Les formations sont notamment offertes lorsque les usagers ont en leur possession les données cartographiques. Notez également qu il peut être plus économique d investir dans la rédaction d un document de référence plutôt que d offrir une formation individuelle ou de groupe considérant le temps de préparation des formations et le temps alloué aux formations. Toutefois, dans la réalisation des documents de référence de type «Best Practices», faut-il encore s assurer que les notions de base en SIG et en analyse spatiale soient comprises par l utilisateur. Par ailleurs, la documentation de type métadonnées est un élément incontournable et facile d accès, même pour le non spécialiste. Il apparaît important d évaluer les besoins des chercheurs sur cet aspect de formation et de soutien à la recherche. Le système à construire ne pourra vraisemblablement pas répondre à toutes les questions de recherche mais en sera une outil précieux et incontournable pour qui sauront l utiliser. Notre expérience en géomatique en appui à la recherche nous permet de dire que les entrepôts de données déjà mis en place et accessibles aux chercheurs (e.g. : CMIS, CCS, Statistique Canada, etc.) facilite de toutes les manières possibles l usage et le potentiel d exploitation des bases de données, encore faut-il qu ils soient informés des lieux virtuels existants! Le Centre devrait être un levier pour atteindre ces lieux d information et fournir un arrimage entre les possibilités d usage et l accès aux bases de données. Une documentation de type «Best Practices» peut rapidement être rédigée dans ce sens par l équipe. Les moyens d accéder aux fichiers en protocole FTP ou http, avec ou sans procédure de validation automatique par courriel, sont les formes les plus couramment mises de l avant afin de diffuser les données aux chercheurs. Cette forme peut être rapidement mise en place par le Centre afin de partager les données entre les chercheurs. Page 16

Synthèse accompagnée d une évaluation critique Processus

Synthèse accompagnée d une évaluation critique Processus Synthèse accompagnée d une évaluation critique Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans le cadre des activités d amélioration

Plus en détail

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer Trousse d information Novembre 2004 Des outils pour s informer Des outils pour s informer Ce cahier présente des outils qui permettent de pousser plus loin la recherche d'information. Une grande partie

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

par l ingénieur principal des études et techniques de l armement Caroline Texier 1 et les équipes des projets INFRAGEOS-H et ENTREPOT du SHOM Abstract

par l ingénieur principal des études et techniques de l armement Caroline Texier 1 et les équipes des projets INFRAGEOS-H et ENTREPOT du SHOM Abstract Réalisation d une infrastructure géospatiale au SHOM par l ingénieur principal des études et techniques de l armement Caroline Texier 1 et les équipes des projets INFRAGEOS-H et ENTREPOT du SHOM RÉSUMÉ

Plus en détail

GroupNet. services. soutien. solutions. Pour les groupes comptant plus de 35 participants

GroupNet. services. soutien. solutions. Pour les groupes comptant plus de 35 participants GroupNet Services en ligne pour l administration de régimes et pour les participants de régime services soutien solutions Pour les groupes comptant plus de 35 participants Les services en ligne GroupNet

Plus en détail

TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE. Rapport Recherche. Évaluation. Santé

TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE. Rapport Recherche. Évaluation. Santé TROUSSE D INFORMATION DES OUTILS FACILITANT LA RECHERCHE Site Internet Portrait de santé Rapport Ouvrages Surveillance Recherche Santé Publications Monographies Évaluation Thèmes Information Guides Plan

Plus en détail

Vue d ensemble. Initiatives des données. Gestion de la trésorerie. Gestion du risque. Gestion des fournisseurs 2 >>

Vue d ensemble. Initiatives des données. Gestion de la trésorerie. Gestion du risque. Gestion des fournisseurs 2 >> Access MD Online Vue d ensemble Access MD Online fournit aux organisations un accès en temps réel à leurs programmes de carte commerciale au sein d un environnement sécurisé, n importe où et n importe

Plus en détail

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées Atlas et catalogue de métadonnées DREAL Corse Version 2014 Application conçue par la Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement dans le cadre de l Observatoire du Développement

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION Corporation d hébergement du Québec pour des immeubles en santé! Gestion des projets d immobilisations et de la gestion documentaire corporative sous SharePoint PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation de

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Offre de bourses doctorales Programme interuniversitaire de formation en recherche en santé mondiale (Santé Cap)

Offre de bourses doctorales Programme interuniversitaire de formation en recherche en santé mondiale (Santé Cap) Offre de bourses doctorales Programme interuniversitaire de formation en recherche en santé mondiale (Santé Cap) Qu est ce que le Programme Santé Cap? Le Programme interuniversitaire de formation en recherche

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

Le Parc naturel régional des SIG. Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire

Le Parc naturel régional des SIG. Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire SIG Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire Comment utiliser la directive Inspire à l échelle d un SIG historique pour en assurer la refonte? Claire Devaud

Plus en détail

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Accélération et précision des rapports, budgets et prévisions au service d une entreprise en plein essor En bref Les besoins À la suite de plusieurs acquisitions

Plus en détail

Politique de sécurité de l actif informationnel

Politique de sécurité de l actif informationnel TITRE : Politique de sécurité de l actif informationnel Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-130924-11 Date : 24 septembre 2013 Révisions : Résolution : Date : Politique de sécurité

Plus en détail

VOLUME 1 CRÉATION D UN SITE WEB

VOLUME 1 CRÉATION D UN SITE WEB VOLUME 1 CRÉATION D UN SITE WEB Comprendre les principales étapes TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 - RENCONTRE DE DÉMARRAGE 03 PARTIE 2 - ANALYSE FONCTIONNELLE 03 PARTIE 3 - ARBORESCENCE 04 PARTIE 4 - MAQUETTES

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr Cahier des charges Refonte du site internet www.sciencesporennes.fr Procédure d achat conformément à l article 28 alinéa I du Code des marchés publics 1. Présentation de la structure Reconnu pour son excellence

Plus en détail

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal Direction des bibliothèques Sondage Ithaka S+R Questionnaire français Université de Montréal Décembre 2014 Modules retenus Découverte Activités de recherche numérique Compétences informationnelles des

Plus en détail

Tarification comparative pour l'industrie des assurances

Tarification comparative pour l'industrie des assurances Étude technique Tarification comparative pour l'industrie des assurances Les technologies de l'information appliquées aux solutions d'affaires Groupe CGI inc., 2004. Tous droits réservés. Aucune partie

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Aperçu : Permettre l agilité du data-center La flexibilité métier est votre objectif primordial Dans le monde d aujourd hui, les clients attendent

Plus en détail

desjardinssecuritefinanciere.com

desjardinssecuritefinanciere.com Assurance collective efficaces simples sécurisés desjardinssecuritefinanciere.com Votre régime entre vos mains Les services en ligne offerts par Desjardins Sécurité financière vous permettent de prendre

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Réseau sur l Innocuité et l Efficacité des Médicaments Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Instituts de recherche en santé du Canada Canadian Institutes of Health Research Version

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Contact : Jennifer Hrycyszyn Greenough Communications 617.275.6519 jhrycyszyn@greenoughcom.com

Contact : Jennifer Hrycyszyn Greenough Communications 617.275.6519 jhrycyszyn@greenoughcom.com Contact : Jennifer Hrycyszyn Greenough Communications 617.275.6519 jhrycyszyn@greenoughcom.com Optimisation de Numara Track-It!, la solution de Help Desk et de gestion des actifs informatiques de Numara

Plus en détail

Vos données sont-elles adaptées à l informatique en nuage?

Vos données sont-elles adaptées à l informatique en nuage? ÉTUDE TECHNIQUE Vos données sont-elles adaptées à l informatique en nuage? De toutes les questions à se poser avant de migrer vers le nuage, la suivante est la plus pertinente : mes données sont-elles

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Mettre en place et piloter un intranet avec SharePoint

Mettre en place et piloter un intranet avec SharePoint Mettre en place et piloter un intranet avec SharePoint Travail collaboratif, gestion documentaire et publication Jean-François FUSTEC Table des matières 1 Chapitre 1 Introduction A. Préliminaires............................................................

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Utilitaire ConfigXpress dans CA IdentityMinder Ma solution de gestion des identités peut-elle rapidement s adapter à l évolution des besoins et des processus métier? agility made possible

Plus en détail

Café urbain : mode d emploi

Café urbain : mode d emploi Document du Centre Saint-Pierre, Montréal Café urbain : mode d emploi Qu est-ce qu un Café urbain? Cette appellation désigne une série de rencontres pouvant être organisées chaque année par un ou plusieurs

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne

Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne point de vue sur l importance attributaire d un référentiel 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. La Radio par satellite Saturne IV

ÉTUDE DE CAS. La Radio par satellite Saturne IV ÉVALUATION ET ANALYSE DES SYSTÈMES D INFORMATION INF 9002 La Radio par satellite Saturne IV Deuxième partie ÉVALUATION ET ANALYSE DES SYSTÈMES D INFORMATION INF 9002 La Radio par satellite Saturne IV

Plus en détail

GéoIndex: un nouvel accès aux données géospatiales du Centre d information géographique et statistique de la Bibliothèque de l Université Laval

GéoIndex: un nouvel accès aux données géospatiales du Centre d information géographique et statistique de la Bibliothèque de l Université Laval GéoIndex: un nouvel accès aux données géospatiales du Centre d information géographique et statistique de la de l Université Laval Stéfano Biondo Conseiller à la documentation Centre Géo/Stat de la de

Plus en détail

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance Synthèse rédigée par Raymond Bérard, directeur de l ABES, à partir du dossier de candidature d ISTEX aux Initiatives d excellence et des réunions

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

FICHE PRODUIT COREYE CACHE Architecture technique En bref Plateforme Clients Web Coreye Cache applicative Références Principe de fonctionnement

FICHE PRODUIT COREYE CACHE Architecture technique En bref Plateforme Clients Web Coreye Cache applicative Références Principe de fonctionnement COREYE CACHE Solution d absorption de charge pour une disponibilité et une performance optimales des applications Web En bref Architecture technique La plateforme Coreye Cache délivre la majeure partie

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire 1 Objectifs Cette séance est destinée à reprendre les principes de la démarche documentaire pour construire un parcours pertinent en terme de méthodologie et de résultats

Plus en détail

INVENTAIRE ET LIAISON DES BASES DE ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE LE LIEU ET LA SANTÉ DANS LES INSTALLATIONS URBAINES

INVENTAIRE ET LIAISON DES BASES DE ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE LE LIEU ET LA SANTÉ DANS LES INSTALLATIONS URBAINES INVENTAIRE ET LIAISON DES BASES DE DONNÉES POUR L ÉL ÉTUDE DES RELATIONS ENTRE LE LIEU ET LA SANTÉ DANS LES INSTALLATIONS URBAINES (Montréal) Louise Potvin Katherine Frohlich Pierre Hamel Marie-France

Plus en détail

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense Master Data Management pour les données de référence dans le domaine de la santé Table des matières CAS D ETUDE : COLLABORATION SOCIALE ET ADMINISTRATION

Plus en détail

Déroulement de la présentation

Déroulement de la présentation Veille technologique portant sur le mariage judicieux de l intelligence d affaires et l information géospatiale Colloque Géomatique 2009, Montréal Marie-Josée Proulx, M.Sc., Présidente-directrice générale

Plus en détail

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp *

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp * 325 Le droit qui s écrit Stéphanie Beauchamp * Alain ROY et Violaine LEMAY, Le contrat conjugal : pour l amour ou pour la guerre?, Montréal, Éditions Thémis, 2009, 130 p. Tous le savent, le contexte social

Plus en détail

Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1

Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1 Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1 Marthe Deschesnes, Ph.D. Catherine Martin, M.Sc. Adèle Jomphe Hill, Ph.D

Plus en détail

Méthodologie de conduite de projet web

Méthodologie de conduite de projet web Méthodologie de conduite de projet web SOMMAIRE On commet souvent l erreur de ne pas considérer la mise en place d un site web comme un projet à part entière. Or, comme toute application informatique,

Plus en détail

Séminaire INTERNET. Nom de votre société. Séminaire Votre entreprise et INTERNET 1

Séminaire INTERNET. Nom de votre société. Séminaire Votre entreprise et INTERNET 1 Séminaire INTERNET Nom de votre société Séminaire Votre entreprise et INTERNET 1 Présentation du séminaire Introduction Historique Définitions Quelques chiffres Présentation d INTERNET Les composantes

Plus en détail

Crédit : Comment vous êtes coté

Crédit : Comment vous êtes coté Crédit : Comment vous êtes coté Comprendre et gérer votre situation à l égard du crédit à titre de consommateur et d entreprise D-IN0440F-0201 Introduction Nous vivons dans un monde en évolution constante

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION CA VM:Manager Suite for Linux on System Z Comment réduire le coût et la complexité de la gestion et de la sécurisation des environnements z/vm et Linux on System z? agility made possible

Plus en détail

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs TÉMOIGNAGE DE CLIENT L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs PROFIL DE CLIENT Industrie : Gouvernement Ministère : Agence du revenu du Canada Employés : 44 000

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

10 h à 10 h 10. Atelier méthodologique Des outils à votre portée pour établir le portrait de l'environnement bâti

10 h à 10 h 10. Atelier méthodologique Des outils à votre portée pour établir le portrait de l'environnement bâti Cette présentation a été effectuée le 25 novembre 2013, au cours de l'atelier méthodologique «Des outils à votre portée pour établir le portrait de l'environnement bâti» dans le cadre des 17es Journées

Plus en détail

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques.

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Ville de Paris Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Mail : richard.malachez@paris.fr Tel : 01 43 47 62 96 Organisme d accueil Présentation

Plus en détail

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark Campus Paris Saclay L enquête en ligne Les déplacements : des spécificités par statut L équipement : un intérêt marqué pour les transports doux et les services pratiques Le logement : des attentes et des

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

Qu est-ce que ArcGIS?

Qu est-ce que ArcGIS? 2 Qu est-ce que ArcGIS? LE SIG ÉVOLUE Depuis de nombreuses années, la technologie SIG améliore la communication, la collaboration et la prise de décision, la gestion des ressources et des infrastructures,

Plus en détail

Mettre le nuage au service de votre organisation. Guide de l acheteur de solutions en nuage.

Mettre le nuage au service de votre organisation. Guide de l acheteur de solutions en nuage. Mettre le nuage au service de votre organisation. Guide de l acheteur de solutions en nuage. Comment ce guide peut vous être utile? Si vous songez à intégrer le nuage à votre entreprise sans savoir par

Plus en détail

Débroussailler les paiements mobiles :

Débroussailler les paiements mobiles : UN LIVRE BLANC DE CHASE PAYMENTECH Débroussailler les paiements mobiles : ce que les commerçants canadiens doivent savoir Utilisation de la technologie mobile pour les paiements Depuis quelques mois, on

Plus en détail

Groupe d Usagers SharePoint Québec. Rencontre du groupe d usagers OCTOBRE 2008

Groupe d Usagers SharePoint Québec. Rencontre du groupe d usagers OCTOBRE 2008 Groupe d Usagers SharePoint Québec Rencontre du groupe d usagers OCTOBRE 2008 Agenda Nouvelles et Annonces Survol des données de l enquête SharePoint Québec Pause Présentation des chapitres Montréal -

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

HIKO MC a été conçu avec vos besoins en tête

HIKO MC a été conçu avec vos besoins en tête HIKO MC, UN PRODUIT DES PLUS INNOVATEURS Conçu par une équipe multidisciplinaire experte en télématique, HIKO MC est un tout nouveau système intégré de gestion d épandage de fondants et d abrasifs. HIKO

Plus en détail

LIVRE BLANC. Migration de Magento Community Edition MD à Magento Enterprise Edition MD

LIVRE BLANC. Migration de Magento Community Edition MD à Magento Enterprise Edition MD LIVRE BLANC Migration de Magento Community Edition MD à Magento Enterprise Edition MD INTRODUCTION La plateforme de commerce électronique Magento MD offre aux commerçants une solution complète, souple

Plus en détail

Chef de file dans le développement de solutions de gestion de contenu

Chef de file dans le développement de solutions de gestion de contenu Chef de file dans le développement de solutions de gestion de contenu Depuis 1997, Groupe EBI s est donné comme mission de proposer des solutions de gestion du patrimoine informationnel des organisations

Plus en détail

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l agglomération de Montréal Novembre 2014 Mémoire sur le

Plus en détail

Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire

Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire Association des centres de santé de l Ontario Bureau de la direction des projets

Plus en détail

6.1 L UNIVERSITÉ RECHERCHE... 5... 6

6.1 L UNIVERSITÉ RECHERCHE... 5... 6 DIRECTIVE 2600-035 TITRE : ADOPTION : Comité de direction de l Université Résolution : CD-2008-07-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 8 juillet 2008 MODIFICATION : Comité de direction de l Université Résolution : CD-2014-04-08-05

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES CO-351 LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES BAYERS E. IGN, BRUXELLES, BELGIUM ÉVOLUTION DES TECHNIQUES DE PRODUCTION DE DONNÉES TOPOGRAPHIQUES

Plus en détail

LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF

LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF LES OUTILS DU TRAVAIL COLLABORATIF Lorraine L expression «travail collaboratif» peut se définir comme «l utilisation de ressources informatiques dans le contexte d un projet réalisé par les membres d un

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte

Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte 1Les bases : vos objectifs 2 Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Le partage du réseau cyclable montréalais : Avec qui et comment?

Le partage du réseau cyclable montréalais : Avec qui et comment? Direction générale Direction du greffe Division des élections du soutien aux commissions 275, rue Notre-Dame Est, Bureau R-134 Montréal, Québec H2Y 1C6 Téléphone : (514) 872-3770 Télécopieur : (514) 872-5655

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

serena.com Processus et réussite Accélérez avec Serena TeamTrack

serena.com Processus et réussite Accélérez avec Serena TeamTrack serena.com Processus et réussite Accélérez avec Serena TeamTrack SERENA TEAMTRACK Serena TeamTrack est un système de gestion des processus et des incidents reposant sur le Web, sécurisé et hautement configurable.

Plus en détail

MEU Une plateforme web et cartographique pour le management et la planification énergétique de zones urbaines

MEU Une plateforme web et cartographique pour le management et la planification énergétique de zones urbaines MEU Une plateforme web et cartographique pour le management et la planification énergétique de zones urbaines Massimiliano Capezzali 1, Gaëtan Cherix 2, 1 Energy Center, Ecole Polytechnique Fédérale de

Plus en détail

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES...

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES... Diffusion de l information dans Internet Guide de création de documents Word accessibles 5 novembre 2009 OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT...

Plus en détail

Conclusion. Rôle du géodécisionnel dans une organisation gouvernementale Contexte organisationnel à Infrastructure Canada Le projet Les résultats

Conclusion. Rôle du géodécisionnel dans une organisation gouvernementale Contexte organisationnel à Infrastructure Canada Le projet Les résultats Le marché des logiciels géodécisionnels et exemple d application avec Oracle BIEE 11g Géomatique 2011, Montréal Sonia Rivest, Analyste en géodécisionnel géodécisionnel,, Intelli3 Denis Beaulieu, Gestionnaire,

Plus en détail

Banque de données d offres & carte web interactive d offres

Banque de données d offres & carte web interactive d offres Réseau des parcs suisses Monbijoustrasse 61, 3007 Bern Tel. +41 31 381 10 71; info@paerke.ch; www.paerke.ch Banque de données d offres: a.jordan@paerke.ch Carte web interactive: t.estermann@paerke.ch Feuille

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

SPF Finances Programme PSMC

SPF Finances Programme PSMC SPF Finances Programme PSMC Security & Control V3.0 Présenté pour validation aux experts ICT, à l équipe de projet et au Comité de Pilotage du 16/06/2004 Pré-étude Programme PSMC Table des matières Page.

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail