Le cancer colorectal et son dépistage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cancer colorectal et son dépistage"

Transcription

1 Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux se développe à partir de polypes. Les polypes sont des petites excroissances de la paroi de l intestin. Ils sont fréquents et le plus souvent bénins, c est-à-dire sans gravité. Pour des raisons aujourd hui mal connues, certains polypes se mettent à grossir et parmi eux, certains deviennent des cancers. En moyenne, un polype met plus de 10 ans pour se transformer en cancer, ce qui laisse du temps pour le détecter et le retirer. Le côlon élabore les matières fécales à partir des résidus alimentaires inutilisables par l organisme. Elles sont stockées dans le côlon et le rectum avant leur excrétion.

2 Un cancer répandu Nombre de d c s par cancer en 2005 poumon colorectal sein C est le 3 ème cancer le plus fréquent : Plus de nouveaux cas chaque année prostate (sources et donn es : InVS - Francim - INCa f vrier 2008) Il touche les femmes et les hommes, un peu plus les hommes. 94% des cas apparaissent après 50 ans. Nombre de nouveaux cas de cancers en 2005 prostate sein colorectal poumon C est un cancer grave : Près de décès chaque année (sources et donn es : InVS - Francim - INCa f vrier 2008)

3 Un cancer qui se guérit DANS PLUS DE 9 CAS SUR 10 S IL EST DÉTECTÉ TÔT

4 Qui est concerné? Le risque de cancer colorectal augmente progressivement à partir de l âge de 50 ans. On distingue 3 niveaux de risque : > Le risque est moyen chez les personnes de plus de 50 ans sans antécédent particulier. > Le risque est élevé chez les personnes qui présentent un antécédent personnel ou familial de polype ou cancer (15 à 20% des cas). > Le risque est très élevé chez les personnes qui présentent une prédisposition génétique (2 à 3% des cas). Les signes d alerte > Présence de sang rouge ou noir dans les selles > Troubles du transit intestinal d apparition récente : diarrhée ou constipation inhabituelle > Douleurs abdominales inexpliquées et d apparition récente > Amaigrissement inexpliqué CES SIGNES DOIVENT CONDUIRE À CONSULTER SON MÉDECIN TRAITANT

5 LE DÉPISTAGE LE PLUS SÛR MOYEN DE LUTTER CONTRE LE CANCER COLORECTAL > améliorer les chances de guérison et diminuer la lourdeur des traitements en détectant plus tôt les cancers 1 2 LES 5 ÉTAPES DU DÉPISTAGE ORGANISÉ Vous êtes un homme ou une femme âgé de 50 à 74 ans : VOUS ÊTES INVITÉ PAR COURRIER à parler du cancer colorectal avec votre médecin traitant. A L OCCASION D UNE CONSULTATION, votre médecin traitant évalue avec vous votre risque de cancer colorectal en fonction de votre situation de santé, de vos antécédents médicaux et de ceux de votre famille. > éviter des cancers, en détectant et traitant certains polypes qui les précèdent. Si vous présentez des symptômes, votre médecin vous adresse à un gastroentérologue en vue d une coloscopie. 3Si vous ne présentez pas de symptôme et n avez pas de risque particulier, VOTRE MÉDECIN TRAITANT VOUS REMET UN TEST DE RECHERCHE de sang dans les selles. Il vous explique quel est son objectif, son mode d emploi et la signification du résultat. Si vous présentez un risque plus élevé que la moyenne et si vous n êtes pas encore suivi, votre médecin traitant vous adresse à un gastroentérologue pour une surveillance spécifique. 4 VOUS RÉALISEZ LE TEST CHEZ VOUS par recueil d un tout petit échantillon de selles que vous envoyez dans un centre de lecture. 5 LES RÉSULTATS vous sont envoyés ainsi qu à votre médecin traitant. de lecture.

6 Les résultats Résultat négatif? (97% des cas) Cela signifie qu aucun saignement n a été détecté. Mais il peut arriver que certains polypes ou cancers ne soient pas identifiés par le test s ils ne saignent pas au moment des prélèvements. Il est donc très important : 1. de refaire le test deux ans plus tard 2. de surveiller les signes d alerte dans l intervalle si des troubles digestifs apparaissent (présence de sang dans les selles, modification soudaine du transit intestinal,...), consultez votre médecin traitant. Résultat positif? (3% des cas) Cela ne signifie pas que vous avez un cancer, cela signifie que du sang a été détecté dans vos selles. Pour en identifier l origine, votre médecin vous prescrira une coloscopie, réalisée par un gastroentérologue. Il vous expliquera la manière dont se déroule cet examen, ses avantages et ses rares complications. En moyenne, cet examen ne révélera aucune lésion dans 60% des cas. Il détectera la présence de polypes dans 30% des cas et un cancer dans 10% des cas La coloscopie est un examen qui permet de visualiser la paroi du côlon grâce à un fin tuyau souple composé de fibres optiques. La coloscopie permet aussi, si besoin, de retirer des polypes. C est un examen pratiqué, le plus souvent, sous anesthésie générale.

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir!

Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir! DOSSIER DE PRESSE 2 Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir! Le vendredi 10 avril 2015, de 10h à 18h, le Comité du Rhône de la Ligue contre le Cancer,

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL 11 septembre 2015 DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Nouveau test, nouvelle organisation 1 Communiqué 11 septembre 2015 Dépistage organisé du cancer colorectal Nouveau test, nouvelle organisation

Plus en détail

Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin

Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin Programme vaudois de dépistage du cancer du colon Dépistage du cancer du colon : dès 50 ans J en parle à mon médecin Dépistage du cancer du colon Canton de Vaud Table des matières Aide à la décision et

Plus en détail

LE CANCER DU COLON et du RECTUM

LE CANCER DU COLON et du RECTUM LE CANCER DU COLON et du RECTUM Quelle fréquence et gravité en France? Comment le dépister? Comment le prévenir? Qui est à risque? Service de Gastro Entérologie Nutrition Hôpital Rangueil CHU de Toulouse

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

Réduisez votre risque de cancer colorectal

Réduisez votre risque de cancer colorectal Réduisez votre risque de cancer colorectal Réduisez votre risque de cancer colorectal On ne doit pas présumer, juste parce qu on se sent en parfaite santé, qu on ne peut pas avoir le cancer. Ne remettez

Plus en détail

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON FICHE 1 : Le dépistage organisé du cancer du sein : pour les femmes de 50 à 74 ans Chaque année en France, ce sont près de 49 000 femmes chez qui un cancer

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum (gros intestin qui va de l intestin grêle à l anus)

Plus en détail

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin PARLONS CANCER Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin QUELQUES DONNÉES Selon l Association canadienne du cancer colorectal, le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Informations sur le cancer de l intestin

Informations sur le cancer de l intestin Informations sur le cancer de l intestin Le cancer de l intestin fait partie des affections malignes les plus fréquentes et représente la deuxième cause de mortalité par cancer en Suisse. Cette maladie

Plus en détail

Avecvous. Au 1er avril : vos remboursements en un clic. Décomptes santé par Internet. Quels sont les avantages de ce service?

Avecvous. Au 1er avril : vos remboursements en un clic. Décomptes santé par Internet. Quels sont les avantages de ce service? SALARIES Avecvous Toute l actualité Salariés de la MSA Beauce Coeur de Loire Mars/Avril 2012 Décomptes santé par Internet SOMMAIRE Au 1er avril : vos remboursements en un clic Quels sont les avantages

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

Cancer Colorectal.

Cancer Colorectal. www.gefluc-paris.fr Cancer colorectal : points clés En France, le cancer colorectal est le 3 ème cancer le plus fréquent et meurtrier tous sexes confondus. Il se développe dans sa grande majorité chez

Plus en détail

La lutte contre le cancer Une priorité en Auvergne. Alors prenez soin de votre santé, faites-vous dépister!

La lutte contre le cancer Une priorité en Auvergne. Alors prenez soin de votre santé, faites-vous dépister! La lutte contre le cancer Une priorité en Auvergne Alors prenez soin de votre santé, faites-vous dépister! Dépistage du cancer du sein A partir de 50 ans, le dépistage du cancer du sein tous les 2 ans,

Plus en détail

Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse

Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse Après Paris, Lyon, Marseille et Reims : Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse marché couvert Prévention du cancer colorectal : dépistage et diététique Contact : Dr Anne Bataillard 04 74 45

Plus en détail

«Le côlon géant à Paris» -

«Le côlon géant à Paris» - Du 22 au 24 mars 2011 «Le côlon géant à Paris» - Visiter l intérieur de l intestin et tout comprendre du dépistage ADECA 75 En résumé... Conférence de presse le 22 mars 2011 Agence de presse : 1 retombée

Plus en détail

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique PAGES SPÉCIALES N 9421 JEUDI 18 JUIN 2015 mise au point Retrouvez en ligne sur www.lequotidiendumedecin.fr Dépistage du CCR : Place au test immunologique CAS CLINIQUES INTERACTIFS 1 2 3 CCR, 2 e cause

Plus en détail

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER LE DÉPISTAGE DES CANCERS, UNE CHANCE > SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER Le dépistage

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le dépistage organisé du cancer colorectal Jeudi 10 mars 2011 Contact presse

DOSSIER DE PRESSE Le dépistage organisé du cancer colorectal Jeudi 10 mars 2011 Contact presse DOSSIER DE PRESSE Le dépistage organisé du cancer colorectal Jeudi 10 mars 2011 Contact presse Sébastien PAGEAU sebastien.pageau@ars.sante.fr 1 Sommaire Communiqué de presse page 3 Le Plan cancer 2009-2013

Plus en détail

I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N. Les cancers du côlon et du rectum

I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N. Les cancers du côlon et du rectum I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum Le côlon est la partie de l intestin qui fait suite à l intestin grêle. Il commence par le

Plus en détail

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille Le Syndrome de Lynch Brochure d info pour les patients et leur famille Table des matières Introduction... 3 Le cancer colorectal... 4 Le cancer colorectal héréditaire: syndrome de Lynch... 5 Risque de

Plus en détail

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch L Introduction ES cancers du côlon et du rectum sont la seconde cause de décès par cancer dans les pays développés. En France, environ 42 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, dont 40 % vont

Plus en détail

HÉMORROÏDES HEMORROÏDES. J'ai des Hémorroïdes douloureuses. Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville

HÉMORROÏDES HEMORROÏDES. J'ai des Hémorroïdes douloureuses. Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville HEMORROÏDES J'ai des Hémorroïdes douloureuses Dr MIMIESSE Jile D.E.S d Hépato- gastro- entérologie CHU de Brazzaville 1 De quoi s agit-il? C est une affection connue depuis la plus haute antiquité. Les

Plus en détail

1 million de Nx cas / an Dc / an 50 % de survie à 5ans

1 million de Nx cas / an Dc / an 50 % de survie à 5ans 4 - Fréquent : (Amérique Nord; Europe de l ouest; Japon ; Australie) - Grave : Mortalité élevée Chiffres alarmants. 1 million de Nx cas / an 500 000 Dc / an 50 % de survie à 5ans Le cancer colo-rectal

Plus en détail

LE CÔLON ET LE RECTUM

LE CÔLON ET LE RECTUM LE CÔLON ET LE RECTUM LE CÔLON ET LE RECTUM Le côlon et le rectum forment ensemble le gros intestin et assurent des fonctions essentielles dans les dernières étapes de la digestion. La digestion commence

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse r Orlando, le 2 juin 2009 Roche-EDIFICE : de nouvelles données publiées dans le cadre du congrès de l ASCO confirment l intérêt d un programme structuré de dépistage systématique dans

Plus en détail

Mars bleu, mois de mobilisation contre le cancer colorectal

Mars bleu, mois de mobilisation contre le cancer colorectal Dossier de presse Mars bleu, mois de mobilisation contre le cancer colorectal La fondation A.R.CA.D organise, avec le soutien de Roche, son 7 ème Forum Patients pour favoriser les échanges entre patients,

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Les cancers du côlon et du rectum Le côlon est la partie

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne)

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Dépistage du Cancer Colorectal Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Epidémio des Kc Colorectaux 35000 nouveaux cas par an, mais mortalité stable. 10 à30 % de

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

Comprendre le CANCER DU CÔLON

Comprendre le CANCER DU CÔLON Comprendre le Qu est-ce que le cancer du côlon? Le cancer du côlon est une maladie qui se caractérise par des cellules cancéreuses se formant sur la paroi du gros intestin (côlon) la partie de votre système

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie de Crohn

La prise en charge de votre maladie de Crohn G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie de Crohn Vivre avec une maladie de Crohn Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis

Plus en détail

Il peut être très difficile de composer avec la constipation.

Il peut être très difficile de composer avec la constipation. Il peut être très difficile de composer avec la constipation. Qu est-ce que la constipation? La nourriture que nous mangeons traverse l appareil digestif afin d alimenter notre organisme, notre esprit

Plus en détail

du lundi 24 mars au dimanche 30 mars 2008

du lundi 24 mars au dimanche 30 mars 2008 SOMMAIRE du lundi 24 mars au dimanche 30 mars 2008 Dossier de presse partie I > L essentiel sur le cancer colorectal p. 2 Comment se developpe un cancer colorectal? p. 2 Epidémiologie du cancer colorectal

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Diapositive 1 : Ecran de démarrage. Diapositive 2 : Accueil. Diapositive 3 : Objectifs de la séquence. Diapositive 4 : Observations

Diapositive 1 : Ecran de démarrage. Diapositive 2 : Accueil. Diapositive 3 : Objectifs de la séquence. Diapositive 4 : Observations Diapositive 1 : Ecran de démarrage Diapositive 2 : Accueil Voyons maintenant l exemple d un cas de cancer colique, l un des quatre cancers les plus diagnostiqués en France. Diapositive 3 : Objectifs de

Plus en détail

le cancer de l intestin

le cancer de l intestin le cancer de l intestin Programme de dépistage en Communauté française www.cancerintestin.be Table des matières Introduction L adhésion des partenaires L engagement des gastro-entérologues 1. Le cancer

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Mars 2009 Les cancers du côlon et du rectum Le côlon est

Plus en détail

3/13/2016. RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France INCa) Pourquoi dépister? POURQUOI LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL?

3/13/2016. RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France INCa) Pourquoi dépister? POURQUOI LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL? Un geste simple, qui peut vous sauver la vie POURQUOI LE DÉPISTAGE? Dr Tu Le Trung RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France - 2012 - INCa) Pourquoi dépister? 42 152 nouveaux cas par an (incidence ) 17 722 décès

Plus en détail

Offre «La maquette d intestin géant»

Offre «La maquette d intestin géant» Offre «La maquette d intestin géant» Cette offre s adresse aux ligues cantonales, aux hôpitaux, aux cabinets médicaux, aux entreprises, etc. Quelques données sur le cancer de l intestin Savez-vous que

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie

Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie 2015 marque une véritable avancée dans le dépistage du cancer colorectal avec la mise à disposition, depuis le mois d avril, d un

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Nous sommes tous concernés par la maladie lorsqu elle frappe. Il nous faut l être également en amont, dans la prévention.

Nous sommes tous concernés par la maladie lorsqu elle frappe. Il nous faut l être également en amont, dans la prévention. Mars Bleu Mars est le mois de la promotion du dépistage organisé du cancer colorectal. Il faut le rappeler, il est le 2 ème cancer tueur après le cancer du poumon. Contrairement au cancer du poumon, celui

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Lundi 13 octobre 2008, 15 heures. Mairie de Saint-Palais (64)

DOSSIER DE PRESSE. Lundi 13 octobre 2008, 15 heures. Mairie de Saint-Palais (64) DOSSIER DE PRESSE du dépistage organisé du cancer colorectal dans les Pyrénées-Atlantiques Lundi 13 octobre 2008, 15 heures. Mairie de Saint-Palais (64) Contacts presse : Soizick ABAUTRET Cpam de Bayonne

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

LE CANCER COLORECTAL

LE CANCER COLORECTAL LE CANCER COLORECTAL Définition Le cancer colorectal est une maladie des cellules qui tapissent l'intérieur du côlon ou du rectum. Il se développe à partir d une cellule initialement normale qui se transforme

Plus en détail

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE Votre médecin vous a prescrit une coloscopie. Afin que vous soyez parfaitement informé(e) sur l examen, ses indications, sa préparation indispensable, etc., nous

Plus en détail

LE CANCER COLO-RECTAL POURQUOI ET COMMENT DÉPISTER?

LE CANCER COLO-RECTAL POURQUOI ET COMMENT DÉPISTER? LE CANCER COLO-RECTAL POURQUOI ET COMMENT DÉPISTER? Des études contrôlées et randomisées ont démontré qu'un programme de dépistage basé sur un test de recherche de saignement occulte dans les selles 1,

Plus en détail

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Données épidémiologiques 2008 2009 2010 2011 Total 1707 1623 1809 1755

Plus en détail

Si vous avez ceci. jetez un coup d œil!

Si vous avez ceci. jetez un coup d œil! Si vous avez ceci jetez un coup d œil! Vous subissez une mammographie pour dépister le cancer du sein. Vous subissez régulièrement un test de PAP pour dépister le cancer du col de l utérus. Vous subissez

Plus en détail

Cancer de l intestin. Les réponses aux questions essentielles. Une information de la Ligue contre le cancer

Cancer de l intestin. Les réponses aux questions essentielles. Une information de la Ligue contre le cancer Cancer de l intestin Les réponses aux questions essentielles Une information de la Ligue 1 SOMMAIRE L INTESTIN L intestin 3 Le cancer de l intestin 4 Le dépistage 7 La prévention 14 Que puis-je faire par

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 GENERALITES SUR LE CANCER Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 PLAN 1 Définition 2 Les causes connues 3 Fréquence 4 Les principaux cancers et leurs signes d alarmes 5 Prévention

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal SYMPOSIUM SCIENTIFIQUE Coloscopie de pre vention du cancer colorectal Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal Pr. Christophe Cellier Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL en Franche-Comté

DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL en Franche-Comté DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL en Franche-Comté sommaire 1. Présentation synthétique de l opération 2. Programme des actions coordonnées par l ADECA 3. Cartographie des actions 4. Le dépistage en pratique

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Antécédents familiaux de cancer colorectal (intestin)

Antécédents familiaux de cancer colorectal (intestin) Réduction des risques Grâce au travail de ses bénévoles et de son personnel et à la générosité de ses donateurs, la Société canadienne du cancer est le leader de la lutte contre le cancer. La Société canadienne

Plus en détail

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Introduction On diagnostique chaque année en France plus de 9 000 nouveaux cas de mélanome. Traité à temps, ce cancer de la peau peut généralement

Plus en détail

Mars Bleu Dossier de presse

Mars Bleu Dossier de presse ² Mars Bleu 2013 Mois de mobilisation contre le cancer colorectal Dossier de presse Sommaire 1- Présentation. 2 2- Les enjeux. 3 3- Le dépistage organisé du cancer colorectal... 4 à 5 4- Les actions 6

Plus en détail

Centre de génétique, CHU Dijon

Centre de génétique, CHU Dijon Centre de génétique, CHU Dijon Premier test familial: toujours chez une personne symptoma6que Diagnos6c chez les apparentés: diagnos6c présymptoma6que 1 ère consulta6on d informa6on et prélèvement

Plus en détail

Ovaires : cancer et kystes

Ovaires : cancer et kystes Ovaires : cancer et kystes Le cancer des ovaires : Description Au Canada, une femme sur 70 sera touchée par un cancer de l'ovaire au cours de sa vie. Le cancer de l ovaire est le plus mortel des cancers

Plus en détail

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Dossier de presse - 10 août 2009 Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie lance à compter du 10 août 2009

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA Le dépistage du cancer de la prostate par PSA La prostate La prostate est une petite glande de la taille d une châtaigne, située juste sous la vessie. Elle est traversée par le canal de l urètre, par où

Plus en détail

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 40 à 49 ans

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 40 à 49 ans Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein pour les femmes de 40 à 49 ans Informations générales sur le dépistage du cancer du sein Qu est-ce

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de l estomac Janvier 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer de l estomac,

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

DHOS n 1530 Mise à jour : Janvier 2005 - Réf 286 - Photos Coloplast

DHOS n 1530 Mise à jour : Janvier 2005 - Réf 286 - Photos Coloplast Peristeen Obtal Tampon obturateur anal Deux tailles disponibles Tampons (boîte de 20) Intégralement remboursé** * diamètre ouvert Réf ø 37 mm* 1450 ø 45 mm* 1451 0543 Laboratoires Coloplast 6, rue de Rome

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MARS BLEU 2016

DOSSIER DE PRESSE MARS BLEU 2016 DOSSIER DE PRESSE MARS BLEU 2016 Un geste simple peut vous sauver la vie! L EDITO Le Dr Sylvain TEILLET, médecin coordonnateur de l ADOC 41 mois de mars est l occasion pour les autorités sanitaires de

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS)

CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS) CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS) Description et fonctions des VADS : C est l ensemble formé de la bouche, du pharynx et du larynx Elles permettent le passage de l air et des aliments

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen

Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Dr Lydia GUITTET CHU de Caen Taux pour 100 000 personnes années Dépistage du cancer colorectal en population générale (risque moyen) Taux d incidence du CCR 500 Population cible 450 400 350 300 250 200

Plus en détail

Votre guide pour la coloscopie courte (sigmoïdoscopie)

Votre guide pour la coloscopie courte (sigmoïdoscopie) Votre guide pour la coloscopie courte (sigmoïdoscopie) Ordonnance Nom : Prénom : Adresse : Rx 2 lavements Fleets Date : Signature du médecin No. de permis 3 Cette brochure a pour but de vous informer

Plus en détail

ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE. Docteur Philippe NAVARRO

ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE. Docteur Philippe NAVARRO ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE Docteur Philippe NAVARRO ANCIEN INTERNE DES HOPITAUX CHEF DE CLINIQUE A LA FACULTE 13.1.12597.3.C ------ Les Terrasses de Bonneveine Bât B - 141 Avenue de Hambourg -

Plus en détail

Le plan «bien vieillir» = 9 axes de travail et 29 mesures

Le plan «bien vieillir» = 9 axes de travail et 29 mesures Plan National «BIEN-VIEILLIR» 2007-2009 Commission économique pour l Europe: Groupe de travail sur le vieillissement 1ère réunion - Genève 1er décembre 2008 Dr. Anne-Marie TAHRAT, Chargée de mission Direction

Plus en détail

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL Le cancer colo-rectal (ccr) 3è cancer, 42000 cas/an 2è cause de décès après le cancer du poumon 17500/an (accidents de la route 3200 décès ) 1 homme/14 et

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr La participation de votre enfant à l étude Esteban www.esteban.invs.sante.fr Esteban est une nouvelle étude nationale qui porte sur plusieurs aspects de la santé : l exposition à certaines substances de

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE Hôpitaux Universitaires de Genève CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE C. Stan, C. Delozier-Blanchet, M.-A. Bründler, J.-L. Blouin Incidence des cancers chez la femme à Genève 120 100 114 80 Sein 60 Côlon/Rectum

Plus en détail

Lettre circulaire aux Gastro-Entérologues

Lettre circulaire aux Gastro-Entérologues Pôle Santé Prévention Régulation R.P.S. CL/EF Troyes, le 4 décembre 2008. Lettre circulaire aux Gastro-Entérologues PRISE EN CHARGE DE L EXPLORATION INTESTINALE PAR VIDEOCAPSULE INGEREE Docteur, La décision

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Rapports d activité de dépistage

DOCUMENT D INFORMATION Rapports d activité de dépistage DOCUMENT D INFORMATION Rapports d activité de dépistage Ce qui s est passé Postes Canada ne peut confirmer la livraison de 15 rapports d activité de dépistage contenant des renseignements personnels sur

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

IST et SIDA : s'informer pour se protéger!

IST et SIDA : s'informer pour se protéger! IST et SIDA : s'informer pour se protéger! Tous concernés! De quoi s agit-il? Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) sont des infections dues à des virus, des bactéries, des parasites ou des

Plus en détail