Les précautions sont toujours d actualité. Autour d un cas d endométrite sur AVB

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les précautions sont toujours d actualité. Autour d un cas d endométrite sur AVB"

Transcription

1 Le Strepto A n a napas disparu! Les précautions sont toujours d actualité Autour d un cas d endométrite sur AVB Journée Mater du 29 septembre 2016 M.A. Confesson CH Mâcon

2 Introduction Streptocoque A ou Streptococcus pyogenes Cocci Gram + responsable d infections invasives nosocomiales, gravissimes en cas de syndrome de choc toxique streptococcique. CNR Streptocoques Rapport d activité 2014 Sur 539 souches responsables d infections invasives : 47 (8,7 %) infections du post partumpartum diagnostiquées dansles heures ou les jours suivant l accouchement, majoritairement endométrites avec ou sans hémocultures positives. Incidence des infections du postpartum à Strepto A (jusqu à 7 jours après la sortie) évaluée à 1 pour accouchements. Shinar S., Obstet Gynecol., 2016

3 Introduction Portage du Strepto A Rhino pharynx principalement : 5 % adultes et > 20 % enfants. Autres : lésions cutanées, vagin et anus. Facteurs de risques d infection du post partum à Strepto A : infection des voies respiratoires avec colonisation pharyngée avant l accouchement contact avec des porteurs de Strepto A antécédent d infection à Strepto A pendant la grossesse rupture prématuréedes membranes, césarienne en urgence.

4 Introduction Transmission : aérosols de gouttelettes ou contact direct à partir d une personne infectée Importance du port du masque dès la rupture des membranes pour tout geste obstétrical : toucher vaginal, prélèvement vaginal Avis SF2H 20/04/2005 Si un soignant présente une angine avec TDR positif : exclusion des soins, à maintenir 24 h minimum après début du traitement antibiotique.

5 Le Strepto A n a na pas disparu! Sur 12 infections du post partum à Strepto A de janvier 2006 à décembre 2015 : 4 origines familiales prouvées par culture et génotypage des souches 1 portage de Strepto A chez un enfant de l entourage, de génotype emm différent 11 cas avec Strep A Test et prélèvements de gorge négatifs chez les personnels ayant participé à l accouchement et aux soins du post partum, et 1 cas où personnels non investigués par absence d alerte.

6 Le 26/12/2015, 2h45 : Mme M., 27 ans, entre à la Maternité du CH Mâcon Antécédents infectieux pendant grossesse : RAS A l entrée, vue par une sage femme : Pas de signes infectieux, apyrexie Poche intègre Accouchement voie basse sous péridurale par une sage femme le 26/12 à 12h09 : Pas de température pendant le travail Sutures vaginale + petite lèvre

7 Le 28/12, 15h30 (J+2 de l AVB) lavb) : fièvre à 39,5 C Bilan infectieux : PV ECBU Hémocultures (2) Prélèvement de gorge pour culture Strep A Test = négatif CRP = 88 mg/l Mise en route immédiate d une antibiothérapie IV : Mise en route immédiate d une antibiothérapie IV : Augmentin 1g x 3/j

8 Le 30/12fin de matinée (J+4 de l AVB) lavb) : alerte téléphonique par le microbiologiste du cadre de santé de Maternité et de l EOH pour PV positif à Strepto A CRP = 142 mg/l ECBU et prélèvement de gorge g : négatifs Hémocultures n 1 et n 2 : en cours Toux Diagnostic d endométrite par l obstétricien qui complète l antibiothérapie par Gentamicine IV 160 mg x 1/j pendant 3 j. Le 30/12 à 14h30, cellule de crise : Obstétricien, Pédiatre, Cadre de santé de Maternité, Sages femmes, EOH.

9 Actions fixées : Mme M. : pas de précautions complémentaires car sous antibiotiques depuis plus de 24h. Nouveau né : surveillance de la CRP. Recherche de Strepto A : dans le premier cercle familial = conjoint, enfants chez les personnels ayant réalisé des soins, depuis l admission jusqu aux premiers signes d endométrite.

10 Résultats des investigations Mme M. : 2 hémocultures du 28/12 négatives. Nouveau né : CRP des 29 et 31/12 < 3 mg/l. Conjoint : Mal de gorge et toux depuis le 27/12. A assisté le 26/12 à l AVB, sans port de masque. 30/12 : Strep A Test négatif mais plvt de gorge Strepto A+. Enfant aîné : mêmes symptômes que son père. 30/12 : Strep A Test + prélèvement de gorge négatifs.

11 Résultats des investigations Personnels (SF, anesthésiste, AP) : 6 prélèvements de gorge négatifs Tenue adéquate de la SF pour l AVB, dont masque. Génotypage des Strepto A de Mme M. et de son conjoint : 2 souches de génotype emm 89, de même pulsotype 89 A23.

12 Le 02/01/2016 / : départ de Mme M. sous Clamoxyl per os 2 g/j jusqu'au 17/01, apyrétique depuis le 30/12. Origine familiale du Strepto A. Interrogations des professionnels de santé : Colonisation à Strepto A de la patiente avant l entrée en Maternité? Transmission du Strepto A par le conjoint lors de lavb l AVB? Comment? Les consignes d hygiène pour les accompagnants sont elles adéquates, à savoir avant d entrer en salle d accouchement : Port de surblouse et friction hydro alcoolique des mains, Si toux, rhume, fièvre, mal de gorge : port d un masque chirurgical à changer toutes les 3h.

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

I. Contexte épidémiologique

I. Contexte épidémiologique C.CLIN Sud-Est mars 2010 Conduite à tenir en cas de suspicion d infection invasive à Streptococcus pyogenes (streptocoque bêta-hémolytique du groupe A) en service de gynécologie obstétrique et maternité

Plus en détail

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Caractéristiques des virus de la grippe (influenza) Plusieurs sous-types : parmi les 24 sous types, 4 sont humains et 17 sont aviaires

Plus en détail

Rupture Prématurée des Membranes. Lucie Bresson Mars 2010

Rupture Prématurée des Membranes. Lucie Bresson Mars 2010 Rupture Prématurée des Membranes Lucie Bresson Mars 2010 Définition Toute rupture des membranes avant le début du travail. A terme Avant terme: De 34 à 35+6 SA De 24 à 33+6 SA avant 24 SA. Avant 37 SA

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN OBSTETRIQUE

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN OBSTETRIQUE ANTIBIOPROPHYLAXIE EN OBSTETRIQUE Les accouchements par voie basse Docteur AM DUMAS Docteur C BATTIE Centre hospitalier Lyon Sud Prévalence des infections? Prescription d antibiotiques dans 17 à 41% des

Plus en détail

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Epidémiologie et conduite à tenir autour d un cas Dr JAFFUEL Sylvain Définitions Maladies infectieuses à transmission directe inter-humaine

Plus en détail

Grippe saisonnière Mesures de prévention. Unité HPCI octobre 2011

Grippe saisonnière Mesures de prévention. Unité HPCI octobre 2011 Grippe saisonnière Mesures de prévention Unité HPCI octobre 2011 Cours élaboré par l Unité HPCI Octobre 2010 Révisé en octobre 2011 Objectifs du cours I. Grippe saisonnière II. Mesures de prévention 1)

Plus en détail

INFECTIONS BACTERIENNES PRECOCES. à la maternité. Gen/p titmip 11/04/2013

INFECTIONS BACTERIENNES PRECOCES. à la maternité. Gen/p titmip 11/04/2013 INFECTIONS BACTERIENNES PRECOCES à la maternité Gen/p titmip 11/04/2013 DEFINITIONS Infection précoce: 72 premières heures de vie Infection certaine: un germe, dans au moins un site normalement stérile

Plus en détail

Guide pour la prévention et l investigation des infections hospitalières à Streptococcus pyogenes

Guide pour la prévention et l investigation des infections hospitalières à Streptococcus pyogenes DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS COMITE TECHNIQUE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET DES INFECTIONS LIEES AUX SOINS CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

Objectifs. Cystite 14/03/2011. Infections urinaires chez le sujet agé. Cystite Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite

Objectifs. Cystite 14/03/2011. Infections urinaires chez le sujet agé. Cystite Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite Infections urinaires chez le sujet agé Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite LILLAZ J. (CCA UROLOGIE) Objectifs Infectieux urologie = Sujet simple dans la plupart des cas. A condition d être précis,

Plus en détail

Soutenez notre projet pilote DIAVINA :

Soutenez notre projet pilote DIAVINA : Soutenez notre projet pilote DIAVINA : Survie des mères et nourrissons exposés au virus du sida Phase pilote en Guinée 2016-2018 Un projet soutenu par Le Saviez-vous? Aujourd hui en France, une femme enceinte

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 22 novembre 2012 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Prévention primo-secondaire

Plus en détail

PTME au CDR d Alger: Aperçu de l état des lieux S.AOURANE

PTME au CDR d Alger: Aperçu de l état des lieux S.AOURANE PTME au CDR d Alger: Aperçu de l état des lieux S.AOURANE EPIDEMIOLOGIE VIH ALGERIE Prévalence : 0,1 % population 3,74 % (TS) 10 % HsH 1,34 % pop mobile Transmission hétérosexuelle: 97,3 % Pop jeune :

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE STREPTOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des services

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Infections associées aux soins : le CCLIN Est rencontre le grand public...

DOSSIER DE PRESSE. Infections associées aux soins : le CCLIN Est rencontre le grand public... Mercredi 28 octobre 2009 Infections associées aux soins : Centre de Coordination de Lutte contre les Infections Nosocomiales du Grand Est le CCLIN Est rencontre le grand public... Contacts presse : Dr

Plus en détail

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=-

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- I- STATISTIQUES DU CONCOURS : 1-1 Nombre de postes, de candidats

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires

Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires Cette fiche nécessite des travaux permanents. Elle est actualisée au fur et à mesure de leurs évolutions S agissant de la contamination de l animal à l homme, le

Plus en détail

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats La Transfusion en France 3 millions de produits sanguins transfusés chaque année À 500 000 receveurs 1,5 millions de donneurs

Plus en détail

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015

Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Ahmed Khelili et Sylvie Drot/ Hôpital Marie Lannelongue CCLIN /ARLIN île de France 15/10/2015 Réunion des infirmiers(e) hygiéniste CCLIN Paris Nord 1 Certification V 2014 : Procédure d évaluation externe

Plus en détail

Attestation de formation aux gestes et soins d urgence Dr J.L Ducassé, Dr C.H Houzé-Cerfon, Dr S.Barnoin, Dr P. Fernandez, Dr E.

Attestation de formation aux gestes et soins d urgence Dr J.L Ducassé, Dr C.H Houzé-Cerfon, Dr S.Barnoin, Dr P. Fernandez, Dr E. Attestation de formation aux gestes et soins d urgence Dr J.L Ducassé, Dr C.H Houzé-Cerfon, Dr S.Barnoin, Dr P. Fernandez, Dr E. Ruols L attestation de formation aux gestes et soins d urgence (AFGSU) est

Plus en détail

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B Le patient traceur Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé Août 2014 ACC01_F205_B 1 La méthode du patient traceur Définition Méthode d évaluation et d amélioration

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates.

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Vaccinations Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Diphtérie Tétanos Polio Fièvre jaune Hépatite A Fièvre

Plus en détail

Contexte aux Hospices Civils de Lyon

Contexte aux Hospices Civils de Lyon Contexte aux Hospices Civils de Lyon Comment utiliser les données du système d information hospitalier pour surveiller les infections associées aux soins : l expérimentation des Hospices Civils de Lyon

Plus en détail

BN10900A1: Items strictement incompatibles

BN10900A1: Items strictement incompatibles BN10900A1: Items strictement incompatibles ITEM B100 SOINS LIES A L'ELIMINATION CHEZ L'ENFANT DE MOINS DE 5 ET ITEM B210 SUIVI DE LA MICTION CHEZ UN PATIENT CONTINENT POUR L'URINE ONT ETE ENCODES POUR

Plus en détail

PARCOURS PATIENTE PRESENTANT UN SYNDROME GRIPPAL

PARCOURS PATIENTE PRESENTANT UN SYNDROME GRIPPAL PARCOURS PATIENTE PRESENTANT UN SYNDROME GRIPPAL ACCUEIL URGENCE DE MATERNITE Si syndrome grippal : port d un masque obligatoire en salle d attente EXAMEN BOX 1 - Prélèvement ( cf protocole ) o Ecouvillon

Plus en détail

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Les traitements topiques ophtalmologiques comprennent des collyres, des pommades et des

Plus en détail

Mr P. 62 ans ATCD: RGO sur hernie hiatale, appendicectomie, gonarthrose At habituel: oméprazole à la demande InsFtuteur à la retraite, OH: 2 verres

Mr P. 62 ans ATCD: RGO sur hernie hiatale, appendicectomie, gonarthrose At habituel: oméprazole à la demande InsFtuteur à la retraite, OH: 2 verres Tumeur du pancréas Mr P. 62 ans ATCD: RGO sur hernie hiatale, appendicectomie, gonarthrose At habituel: oméprazole à la demande InsFtuteur à la retraite, OH: 2 verres de vin par jour, tabac = 0 HDM: depuis

Plus en détail

Un chat à vous couper le souffle.

Un chat à vous couper le souffle. Un chat à vous couper le souffle. Quizz en Infectiologie Hentzien M, Robbins A, Bani-Sadr F 1 M.O 66 ans ATCD : Anévrysme Aorte Abdominale, prothèse aorto-bi-iliaque en 2010 Tabagisme AIT en 2009 UGD hémorragique

Plus en détail

formation et simulation Médicale Objectifs public organisation de la formation matériel

formation et simulation Médicale Objectifs public organisation de la formation matériel Objectifs Disposer, dans tous les établissements ainsi que sur les chantiers, de personnels en nombre adapté capables d intervenir immédiatement après tout accident Promouvoir la prévention des risques

Plus en détail

Diabète et grossesse

Diabète et grossesse Diabète et grossesse I. Définition du diabète gestationnel Le diabète gestationnel (DG) est un trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 160 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES DE FORMATION POUR TRAVAILLEURS DESIGNES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2965 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 160 24 août 2007 S o m m a i r e PROGRAMMES DES DIFFERENTS CYCLES

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION Règles budgétaires 2006-2007 Commissions scolaires Établissement de la certification des allocations budgétaires Formation générale des jeunes Formation professionnelle Formation

Plus en détail

DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE

DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE N 15012*01 DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE ARTICLE R. 214-130 DU CODE RURAL ET DE LA PÊCHE MARITIME ARRÊTÉ DU 1ER FÉVRIER 2013 RELATIF À L ACQUISITION ET À LA

Plus en détail

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court..

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. Nous allons vous raconter une histoire qui s est passée dans un hôpital de la Loire. Le samedi 30 novembre 2012, dans le service C3 service de SSR accueillant

Plus en détail

Antibioprophylaxie pour accouchement et césarienne

Antibioprophylaxie pour accouchement et césarienne 20 min pour changer nos pratiques Antibioprophylaxie pour accouchement et césarienne Dr Emmanuel Boselli Service d anesthésie-réanimation Hôpital Édouard Herriot Lyon ABprophylaxie pour accouchement Modalité

Plus en détail

Modalités STAGE 3 Promotion VAN GOGH 2015-2016 IFAS ST QUENTIN S L ENFANT Janvier 2016

Modalités STAGE 3 Promotion VAN GOGH 2015-2016 IFAS ST QUENTIN S L ENFANT Janvier 2016 Modalités STAGE 3 Promotion VAN GOGH 2015-2016 IFAS ST QUENTIN S L ENFANT Janvier 2016 2 DEROULEMENT STAGE DATE: 11 janvier au 5 février 2016 MSP entre le Vendredi 22 février et le 4 février 2016 Mercredi

Plus en détail

Dr AS Ducloy-Bouthors, Dr E VéritV. rité,, Dr C Dognin Pour les quinze membres du groupe

Dr AS Ducloy-Bouthors, Dr E VéritV. rité,, Dr C Dognin Pour les quinze membres du groupe Message du groupe de réflexion et d échanges de la réunion de morbi-mortalité maternelle régionale RMMMR, groupe issu de la commission régionale de la naissance et de la petite enfance Nord pas de calais

Plus en détail

Place du programme de SR/PF dans la lutte contre la mortalité maternelle en Tunisie.

Place du programme de SR/PF dans la lutte contre la mortalité maternelle en Tunisie. Ministère de la Santé Publique Office national de la Famille et de la Population Place du programme de SR/PF dans la lutte contre la mortalité maternelle en Tunisie. 1 Place du programme de SR/PF dans

Plus en détail

Cystite interstitielle / syndrome de vessie douloureuse. Le point de vue du gynécologue

Cystite interstitielle / syndrome de vessie douloureuse. Le point de vue du gynécologue Cystite interstitielle / syndrome de vessie douloureuse Le point de vue du gynécologue Xavier Deffieux Service de Gynécologie Obstétrique et de Médecine de la Reproduction Hôpital Antoine Béclère, Clamart

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014 Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Laurence Foix-L Hélias Pédiatre - Epidémiologiste Service de Néonatologie

Plus en détail

BN10900A1: Items strictement incompatibles

BN10900A1: Items strictement incompatibles BN10900A1: Items strictement incompatibles ITEM B100 SOINS LIES A L'ELIMINATION CHEZ L'ENFANT DE MOINS DE 5 ET ITEM B210 SUIVI DE LA MICTION CHEZ UN PATIENT CONTINENT POUR L'URINE ONT ETE ENCODES POUR

Plus en détail

Syndrome Pied Main Bouche à Singapour. Situation au 20 Mai 2008

Syndrome Pied Main Bouche à Singapour. Situation au 20 Mai 2008 Syndrome Pied Main Bouche à Singapour Situation au 20 Mai 2008 Avant-propos Toutes les informations données ici sur Singapour sont celles du MOH En italique et entre crochets figurent des précisions ou

Plus en détail

CONCOURS GENERAL SESSION 2009

CONCOURS GENERAL SESSION 2009 CONCOURS GENERAL SESSION 2009 Epreuve d admission Partie écrite : Durée : 2 heures Le Centre hospitalier du Val d Ariège (CHVA) est inscrit dans un réseau local de lutte contre les infections nosocomiales

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE

ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE ACCORD SUR LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DES SENIORS DANS LA VENTE A DISTANCE Entre La Fédération nationale du personnel d encadrement des industries chimiques et connexes Branche VAD CFE/CGC, la Fédération

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

Epidémiologie et pronostic de la rupture prématurée des

Epidémiologie et pronostic de la rupture prématurée des Epidémiologie et pronostic de la rupture prématurée des membranes à IHS - Dakar Cisse CT, Aïdibé I, Niang M, Diadhiou M, Moreau JC Problèmatique - Situation à risque: problème opportunité par rapport évolution

Plus en détail

Généralités. Impliquées en pathologie humaine et animale. Infections aiguës chez l homme (S. pneumoniae, S. pyogenes ++)

Généralités. Impliquées en pathologie humaine et animale. Infections aiguës chez l homme (S. pneumoniae, S. pyogenes ++) Streptocoques Généralités Impliquées en pathologie humaine et animale Infections aiguës chez l homme (S. pneumoniae, S. pyogenes ++) Espèces commensales «pathogènes opportunistes» dans certaines circonstances

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

Herpès néonatal quoi de neuf de 2002 à 2014

Herpès néonatal quoi de neuf de 2002 à 2014 Herpès néonatal quoi de neuf de 2002 à 2014 Y.AUJARD Pôle de périnatologie Hôpital ROBERT DEBRE - PARIS Déclaration de liens d intérêt Professeur Yannick AUJARD Je n ai pas de lien d intérêt potentiel

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne)

Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne) Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne) Professeur Roland Quentin Département de Microbiologie Médicale et Moléculaire, EA 3854 «Bactéries et

Plus en détail

LES ACTIVITES PROFESSIONNELLES ET LA FORMATION EN IMAGES : Un support possible pour des entretiens collectifs

LES ACTIVITES PROFESSIONNELLES ET LA FORMATION EN IMAGES : Un support possible pour des entretiens collectifs LES ACTIVITES PROFESSIONNELLES ET LA FORMATION EN IMAGES : Un support possible pour des entretiens collectifs 1. Le cadre institutionnel de Passpro : La procédure passpro consiste en des entretiens d information

Plus en détail

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 LEVEE D EMBARGO : MARDI 06 OCTOBRE A 10H CONTACTS BVA Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles - BVA Opinion +33 1 71 16 90 88 anne-laure.gallay@bva.fr Domitille

Plus en détail

Analyse des évènements indésirables suspectés à la suite d une vaccination contre la grippe pandémique (H1N1) 2009 en Suisse

Analyse des évènements indésirables suspectés à la suite d une vaccination contre la grippe pandémique (H1N1) 2009 en Suisse Analyse des évènements indésirables suspectés à la suite d une vaccination contre la grippe pandémique (H1N1) 2009 en Suisse Annonces issues de la banque de données PaniFlow du 10 novembre au 11 décembre

Plus en détail

Gestion des situations d urgences en cabinet. C.F.P.V. 18 Mars 2015 Dr Franck CHLEIR Neuilly

Gestion des situations d urgences en cabinet. C.F.P.V. 18 Mars 2015 Dr Franck CHLEIR Neuilly Gestion des situations d urgences en cabinet. C.F.P.V. 18 Mars 2015 Dr Franck CHLEIR Neuilly Situation d urgence: deux cibles potentielles Sécurité du patient Sécurité du médecin (et du personnel) L urgence

Plus en détail

TENUE DE TRAVAIL. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008

TENUE DE TRAVAIL. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008 TENUE DE TRAVAIL Rémi Buchaniec Forcomed 2008 SOMMAIRE Pourquoi une tenue de travail? Qui doit porter une tenue de travail? Les tenues de travail Règles générales g à respecter Recommandations Qualités

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L INFECTION MATERNO-FOETALE EN MATERNITE. Mots-clés : Infections materno-fœtales, nouveau-né

PRISE EN CHARGE DE L INFECTION MATERNO-FOETALE EN MATERNITE. Mots-clés : Infections materno-fœtales, nouveau-né Mots-clés : Infections materno-fœtales, nveau-né Nom Fonction Date Rédaction ZAOUI Catherine Praticien Hospitalier Valenciennes 04.02.2007 Validation GEN 15.02.2007 Destinataires : Sages femmes, puéricultrices

Plus en détail

CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE

CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE Ref : cf infra Créé le : 30 / 05 / 2015 Version du : 12/06/15 Rédacteur : R. RONIN Vérificateurs : JL. VOLUMENIE F. NAJIOULLAH Approbateurs

Plus en détail

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation à domicile en 2013 Assemblée Générale 2014 Pays d Artois sommaire Définition de l hospitalisation à domicile 2 Les chiffres clés de l

Plus en détail

De la maternité à M1 : gestion de la fièvre du moins d un mois

De la maternité à M1 : gestion de la fièvre du moins d un mois De la maternité à M1 : gestion de la fièvre du moins d un mois 12e JUPSO Dr Camille Runel-Belliard, pédiatre Etat des lieux Infections néonatales précoces Diminution de la transmission et de la mortalité

Plus en détail

La qualité du prélèvement d hémocultures au service d un diagnostic sûr

La qualité du prélèvement d hémocultures au service d un diagnostic sûr La qualité du prélèvement d hémocultures au service d un diagnostic sûr Aout 2014 Qualité du diagnostic Détecter les patients atteints de la pathologie recherchée Eviter les faux positifs Eviter les contaminations

Plus en détail

Il en a gros sur l estomac. Dr Karim AZIZ Service d Hépato-gastro-entérologie Pr Jean-Marie Péron CHU Purpan Toulouse

Il en a gros sur l estomac. Dr Karim AZIZ Service d Hépato-gastro-entérologie Pr Jean-Marie Péron CHU Purpan Toulouse Il en a gros sur l estomac Dr Karim AZIZ Service d Hépato-gastro-entérologie Pr Jean-Marie Péron CHU Purpan Toulouse Le 31 mars 2011 Mr B. 38 ans, se présente aux urgences pour des douleurs abdominales

Plus en détail

5ème Congrés national d Hématologie et de transfusion sanguine

5ème Congrés national d Hématologie et de transfusion sanguine Diagnostic et suivi des thrombopenies au cours de la grossesse. «Thrombopénies gestationnelles» L.Louanchi- M.Ramaoun-N.Zidani-M.Bensadok-C.Kerrar N.Ferroudj-Z.Brahimi-M.Belhani Service d Hématologie/

Plus en détail

Les Echanges Inter Hospitaliers

Les Echanges Inter Hospitaliers Les Echanges Inter Hospitaliers En organisant les Echanges Inter Hospitaliers, a souhaité, dans le cadre du partenariat développé avec les pharmaciens, favoriser des échanges d expériences pratiques au

Plus en détail

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Delphine BARATAUD 1, Christiane MICHALEVICZ 2, Jean-Michel Liet 3, Nicolas

Plus en détail

personnel et risque pour le nouveau né Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Conflits d intérêt

personnel et risque pour le nouveau né Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Conflits d intérêt Herpès labial de la mère/du personnel et risque pour le nouveau né Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée du Réseau Mater. Lyon, 16 octobre 2014 Conflits d intérêt Déclaration Publique d

Plus en détail

Syndromes grippaux nosocomiaux dans une unité de médecine gériatrique: résultats de 5 années de surveillance saisonnière

Syndromes grippaux nosocomiaux dans une unité de médecine gériatrique: résultats de 5 années de surveillance saisonnière Syndromes grippaux nosocomiaux dans une unité de médecine gériatrique: résultats de 5 années de surveillance saisonnière Corinne Régis et Coll. Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive Equipe Epidémiologie

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Pneumopathie et Allergie à la pénicilline

Pneumopathie et Allergie à la pénicilline 18e Journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire Pneumopathie et Allergie à la pénicilline Emmanuelle Varon Yves Gillet 1 Mademoiselle Sasha 8 ans se plaint depuis 24 heures de douleurs thoraciques

Plus en détail

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT TRACEUR Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie Pauline Bailleul, Responsable Département Management de la Qualité et de la Gestion des Risques 12 juin

Plus en détail

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie.

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie. Mme Nathalie GROUAS, IDE service de Diabétologie Dr SANGUIN, Médecin Diabétologue Dr Anne-Marie CAMINONDO, Pharmacien Dr Annie ATHOUEL, Pharmacien Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

Catalogue des formations 2015-2016

Catalogue des formations 2015-2016 Catalogue des formations 2015-2016 valable jusque décembre 2016 Institut de Formation Aides-Soignants (IFAS) et Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) du Centre Hospitalier Compiègne-Noyon Organisme

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

Direction Générale des Soins de Santé Primaires et Gestion de Crise Professions de Santé CARNET n. Médecine Aiguë et Médecine d Urgence

Direction Générale des Soins de Santé Primaires et Gestion de Crise Professions de Santé CARNET n. Médecine Aiguë et Médecine d Urgence Direction Générale des Soins de Santé Primaires et Gestion de Crise Professions de Santé CARNET n Médecine Aiguë et Médecine d Urgence Carnet de Stage Nom : Prénom : Année de promotion en médecine : Université

Plus en détail

Suivi Médical : Recommandations

Suivi Médical : Recommandations Suivi Médical : Recommandations Dr MJ. PEREZ CHRU Montpellier Suivi médical Langage Vivre avec une microdélétion 22q11 Développement psycho-social cognitif Malformations : Suivi spécialisé Surveillance

Plus en détail

Dr AS Ducloy-Bouthors, Dr E Vérité, Dr C Dognin Pour les quinze membres du groupe

Dr AS Ducloy-Bouthors, Dr E Vérité, Dr C Dognin Pour les quinze membres du groupe Message du groupe de réflexion et d échanges de la réunion de morbi-mortalité maternelle régionale RMMMR, groupe issu de la commission régionale de la naissance et de la petite enfance Nord pas de calais

Plus en détail

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE Marie-Noëlle Lombarte. Diététicienne CHU Besançon Service de Radiothérapie-Oncologie médicale/gastroentérologie-nutrition Référent

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg

Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Information Communication à destination des élus et du public Claude Horenkryg Consultant expert en viabilité hivernale 1 La communication, paramètre de réussite ou d échec de la VH Les principes de la

Plus en détail

GRECE. La protection sociale en Europe - GRECE 1

GRECE. La protection sociale en Europe - GRECE 1 GRECE Les dépenses de protection sociale en Grèce représentent 24,5% du PIB. Le système grec est de logique bismarckienne, mais évolue depuis 1980 avec la mise en place d un service national de santé,

Plus en détail

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Fiche technique n 14 2 ème édition Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Le syndrome de l'immunodéficience féline est communément appelé le «SIDA du chat». Il se transmet entre

Plus en détail

Contamination des endoscopes : mécanismes, moyens de détection, prévention

Contamination des endoscopes : mécanismes, moyens de détection, prévention Contamination des endoscopes : mécanismes, moyens de détection, prévention Pr O. Traoré Service d Hygiène Hospitalière CHU Clermont-Ferrand ARLIN Réseau des Hygiénistes du Centre, Blois 22/03/2012 1 Risques

Plus en détail

9 ème Congrès belge de chirurgie ambulatoire B.A.A.S. Hôpital militaire Neder-Over-Hembeek 11 février 2011

9 ème Congrès belge de chirurgie ambulatoire B.A.A.S. Hôpital militaire Neder-Over-Hembeek 11 février 2011 9 ème Congrès belge de chirurgie ambulatoire B.A.A.S. Hôpital militaire Neder-Over-Hembeek 11 février 2011 L esthétique médicale dans les centres de chirurgie de jour: demain, une législation? Introduction

Plus en détail

La création d une Banque de Sérums Antivenimeux

La création d une Banque de Sérums Antivenimeux La création d une Banque de Sérums Antivenimeux I. Situation mondiale : Figure 1 : distribution des espèces de serpents venimeux. Selon les estimations, 5 millions de personnes sont mordues chaque année

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DE L INFORMATION DES FEMMES SUR LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU FIBROME UTERIN

EVALUATION DE L IMPACT DE L INFORMATION DES FEMMES SUR LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU FIBROME UTERIN EVALUATION DE L IMPACT DE L INFORMATION DES FEMMES SUR LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU FIBROME UTERIN 1/13 ENQUETE PROSPECTIVE Juin 2014 Juin 2015 2/13 SOMMAIRE 1- Résumé de l enquête P 3 Justification

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical. Monica Attinger infirmière HPCI 1 er octobre 2009 Musée Olympique de Lausanne

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical. Monica Attinger infirmière HPCI 1 er octobre 2009 Musée Olympique de Lausanne Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical Monica Attinger infirmière HPCI 1 er octobre 2009 Musée Olympique de Lausanne Constats t Fréquence de la prise en charge de patients fragilisés

Plus en détail

N 147. Otites infectieuses de l'adulte et de l'enfant

N 147. Otites infectieuses de l'adulte et de l'enfant N 147. Otites infectieuses de l'adulte et de l'enfant Connaître les agents infectieux responsables de l'otite moyenne aiguë (OMA) et leur profil de sensibilité. Connaître les éléments diagnostiques et

Plus en détail

Douleurs. abdominale est. Diagno-photo. Quel est le diagnostic? Quel est le traitement?

Douleurs. abdominale est. Diagno-photo. Quel est le diagnostic? Quel est le traitement? 1 Douleurs abdominales Copyright Vente et distribution commerciale interdites Une patiente de 58 ans en détresse respiratoire et sans antécédent particulier est admise d urgence. Elle est rapidement intubée

Plus en détail

BIOSYNEX lance son introduction en Bourse sur ALTERNEXT de NYSE Euronext Paris

BIOSYNEX lance son introduction en Bourse sur ALTERNEXT de NYSE Euronext Paris Communiqué de presse Strasbourg, le 23 février 2011 BIOSYNEX lance son introduction en Bourse sur ALTERNEXT de NYSE Euronext Paris Introduction sur Alternext avec Offre au Public Ouverture de l Offre à

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS SUR LA FORMATION D'INFIRMIER/IERE DANS LE DEPARTEMENT DU RHÔNE DES DIPLOMES INFIRMIERS HORS UNION EUROPEENNE

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS SUR LA FORMATION D'INFIRMIER/IERE DANS LE DEPARTEMENT DU RHÔNE DES DIPLOMES INFIRMIERS HORS UNION EUROPEENNE NOTICE DE RENSEIGNEMENTS SUR LA FORMATION D'INFIRMIER/IERE DANS LE DEPARTEMENT DU RHÔNE PROCEDURE D ADMISSION DANS LES I.F.S.I. DU RHONE (HORS CROIX-ROUGE FRANCAISE) DES DIPLOMES INFIRMIERS HORS UNION

Plus en détail

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Réunion du GT CSFPE réforme territoriale L accompagnement RH de la réforme 16 juin 2015 1 Ordre du jour 1. Point d actualité et retour sur les

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr Karine RISSO CCA Infectiologie

Les infections urinaires. Dr Karine RISSO CCA Infectiologie + Les infections urinaires Dr Karine RISSO CCA Infectiologie + Epidémiologie Très fréquentes : second site dinfections communautaires. Plus fréquent chez la femme avec deux pics : au début de l activité

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail