L ENTRETIEN TECHNIQUE LA QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR : LE PASSIF PERMET D ATTEINDRE LE NIVEAU IDA3

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ENTRETIEN TECHNIQUE LA QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR : LE PASSIF PERMET D ATTEINDRE LE NIVEAU IDA3"

Transcription

1 L ENTRETIEN TECHNIQUE LA QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR : LE PASSIF PERMET D ATTEINDRE LE NIVEAU IDA3

2 L ENTRETIEN TECHNIQUE Pics de pollution, COV, particules fines : la qualité de l air est au cœur des actuels enjeux de santé. En passif, l étanchéité à l air renforcée change-t-elle la donne? La ventilation doubleflux joue-t-elle un rôle protecteur? Nous avons posé la question à Stéphane Cochet, architecte passif dont le bâtiment montreuillois s est distingué lors du pic de pollution du début d année RETOUR SUR UN ARCHITECTE EXPERT DU PASSIF Stéphane Cochet est architecte au sein du groupement A003architectes. Membre de la Maison Passive depuis 2007, il est certifié CEPH (+ lien) depuis En 2017, son dernier projet passif pour la ville de Montreuil a été salué pour ses performances énergétiques comme sanitaires par Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l Habitat Durable, et Andrée Buchmann, présidente de l Observatoire de la qualité de l air intérieur. UN ENJEU ENVIRONNEMENTAL ET SANITAIRE Les enjeux sont considérables sur le plan de l environnement, de la santé mais aussi en termes de confort. Selon l Ademe, en 2012 dans le monde, 4,3 millions de décès prématurés (dont en Europe) étaient liés à la qualité de l air intérieur. L Ademe évalue à 80 % en moyenne, notre temps passé dans des endroits clos : lieu de travail, domicile, établissements scolaires, lors des déplacements (transports en commun, voiture, etc ). La qualité de cet air intérieur est donc cruciale. Stéphane Cochet précise : L air extérieur est chargé en polluants type Ozone, Dioxyde d Azote et particules fines type PM10 et PM2,5 ( et en poussières allergènes, pollens etc. L air intérieur, lui, est affecté par les Composés Organiques Volatils (COV) qui regroupe la plupart des substances polluantes intérieures. Ces COV sont issus des matériaux de construction, du revêtement de sol, [ ] des produits ménagers et du mobilier, des activités de combustion (cuisine, chaudières etc). Elles sont donc les premières sources de polluants de nos intérieurs. En filtrant l air entrant et en assurant un renouvellement de l air intérieur continu, l air intérieur est déchargé d une bonne partie de ces particules volatiles.

3 LA VENTILATION DOUBLE-FLUX, VÉRITABLE ATOUT «AIR PUR» La construction passive comporte un critère d étanchéité à l air extrêmement élevé. Par rapport aux exigences de la RT2012, le critère passif est cinq à dix fois plus élevé. Pour ne pas que le bâtiment se transforme en thermos, celui-ci est équipé d un type de ventilation spécifique, la VMC double flux à échangeur thermique. Celle-ci a, comme son nom l indique, pour caractéristique principale de récupérer la chaleur de l air sortant l hiver. Mais les VMC double-flux ont une autre caractéristique plus méconnue : elles sont systématiquement équipées d un filtre, ce qui n est pas le cas des ventilations classiques. [Citation Cochet]. En effet, avec une ventilation simple-flux, l air est directement aspiré depuis l extérieur : ce sont les bouches ou les fentes que l on peut voir au-dessus des fenêtres de nos logements ou bureaux. Dans une double-flux, l air est aspiré à l extérieur puis transite dans le cœur de la centrale, où il est filtré, avant d être réinjecté dans les pièces de vie. Sur ce point, notre expert souligne : La VMC double flux est l organe central d un bâtiment passif. Elle permet un renouvellement d air constant et garantit que l air qui pénètre dans le bâtiment est filtré. Ainsi : Une VMC double-flux permet de filtrer 95% de ces particules fines qui font tant parler d elles. A noter que la ventilation double-flux est encore très minoritaire en France : seul 1,1% des constructions en sont équipées, d après l Observatoire de la qualité de l air intérieur. COMMENT GARANTIR LA QUALITÉ DE L AIR? La réglementation actuelle et notamment la RT2012, pose la problématique suivante de s appuyer sur des estimations théoriques. Notre expert Stéphane Cochet, revient sur l intérêt du passif et du logiciel de calcul de thermique du bâtiment, le PHPP : L avantage du passif c est qu il s appuie sur des campagnes de mesures [Les relevés du PHPP] ont établi qu une VMC double-flux permet d atteindre un niveau IDA3. L IDA (+lien) est un indice de qualité de l air intérieur qui va d une échelle de 1 à 5 et qui correspond à une concentration de Particules Par Million (PPM) qui va de 200 à PPM dans l air.» Là-dessus, il relativise en nous alertant sur les risques liés au chauffage de l air. En effet, le passif utilise la ventilation pour chauffer sur l air, et fait circuler la chaleur via le réseau de ventilation existant. Sur ce point également, il relève la pertinence du PHPP : Au-delà de 52, on grille les particules. [ ] C est pourquoi dans le logiciel de conception passive, le PHPP, une fonction est dédiée au calcul de la chaleur de l air, et une alerte s enclenche quand les 52 sont atteints. Cette attention portée aux conséquences d un air trop chaud n existe nulle part ailleurs qu en passif.» Autre facteur impactant la qualité de l air : l humidité. «Le PHPP porte [aussi] une attention particulière à l humidité. Pour éviter tout risque de condensation (et donc de moisissures), le logiciel exige un renouvellement d air minimum de 0,3 volume par heure, nous explique Stéphane Cochet. Les débits de ventilation sont dimensionnés en Passif pour maintenir à l intérieur du logement, hiver comme été, des niveaux d humidité relative (h.r.) compris entre 35 et 55% qui correspondent au niveau de confort hygrothermique optimum (courbe de Bragger).

4 Le développement des échangeurs adiabatique/enthalpique sur les nouvelles générations de CTA double flux, permet de réhumidifier l air souvent sec en hiver, et de déshumidifier l air humide en été participant ainsi au rafraichissement passif des logements. Ces échangeurs permettent en outre d améliorer l efficacité énergétique des CTA car les échangeurs sont moins soumis aux effets de gels l hiver et donc la consommation des résistances de préchauffage de l Air Entrant sont réduites. MONTREUIL : UN PROJET EXEMPLAIRE Pour mieux nous illustrer le concept de la qualité de l air, Stéphane Cochet nous présente un projet passif sur lequel il s est investi, celui de la résidence collective passive réalisée à Montreuil. Dans ce projet, il avance comment la ventilation double flux a été intégrée dès la phase de conception : Les plafonds ont été abaissés à 2,20m dans les couloirs des appartements pour abriter un réseau de gaines. L air est ensuite insufflé au-dessus des portes des salons et des chambres, qui retrouvent une hauteur sous plafond de 2,50m, par des bouches de soufflage dites à effet Coanda. L architecte a donc intégré en amont sur les plans du projet, le système de ventilation. Le projet est surtout pensé sur le long terme : [ ] comme pour tout système de ventilation, il est nécessaire de prévoir un nettoyage des gaines tous les 10 ans. Nous avons donc aménagé des trappes dans les couloirs pour y accéder. Il relève un autre point de vigilance sur l entretien des bâtiments collectifs sociaux : Pour assurer une bonne maintenance, ce qui est important, c est de mettre en place une centrale de ventilation centralisée [ ] pour ne pas avoir à rentrer dans les appartements. [ ] C est le gardien qui change les filtres, en général tous les trois mois. UNE VENTILATION DITE «NATURELLE» NE SUFFIT-ELLE PAS? Notre expert nous met en garde contre la tendance concernant la ventilation «naturelle». La ventilation dite «naturelle» est une ventilation simple flux qui se présente comme non mécanisée et qui permettrait d économiser sur le poste énergétique de la ventilation, qui, en conception passive devient un poste relativement important puisque tous les autres postes, notamment de chauffage, sont réduits. Le principe de la ventilation dite naturelle équipait tous les bâtiments des années 60/70 avant la réglementation de 1982 sur la VMC mécanique. Elle est basée sur un système de shunt qui amène l air neuf et extrait l air vicié sur un principe de pression et dépression (ventilations basses et hautes). Les débits ayant été jugés insuffisants avec le développement des premières réglementations thermiques (1979) et l amélioration de l étanchéité à l air des bâtiments, la ventilation mécanique (simple flux) a remplacé ce système de ventilation dit «naturelle». Il revient en force aujourd hui dans la conception des bâtiments dits «frugal» avec un en exemple l opération de BedZed. Peu de campagne de mesure sont menées sur ces systèmes qui permettraient réellement de les évaluer. Ces systèmes sont par ailleurs assistés de nombreux moteurs qui assurent le relais quand les phénomènes de dépression ne sont pas suffisant pour assurer un tirage «naturel».

5 Pour lui, cette ventilation est incomparable avec la double-flux. Il avance ces arguments pour le passif et la VMC double-flux : Quand la RT2012 demande qu un logement soit à une température de 19, ça ne marche pas en ventilation «naturelle» ou simple flux : on fait entrer de l air froid et on rejette de l air chaud! En, injectant directement de l air extérieur au droit des fenêtres, on génère des effets de parois froides et courants d air qui refroidissent le logement. Pour atteindre les 19 au thermomètre, on est obligé de chauffer à 21 /23 C avec des sensations d inconfort et des effets de stratifications de température différentes entre les pieds à 17 C, le corps à 21 et la tête à Sa conclusion est donc sans appel : La ventilation double-flux a donc un impact en termes de confort autant que de qualité de l air intérieur.

La ventilation lorsqu on rénove son bâti. CHAMBERY 2 octobre 2012 julien.boxberger@allieair.fr

La ventilation lorsqu on rénove son bâti. CHAMBERY 2 octobre 2012 julien.boxberger@allieair.fr La ventilation lorsqu on rénove son bâti CHAMBERY 2 octobre 2012 julien.boxberger@allieair.fr Sommaire Contextes et enjeux Choix possibles et impacts Le Guide sur la rénovation (ADEME) 1 Parc ventilation

Plus en détail

Qualité de l'air. Enjeux du développement durable. Limiter les émissions de polluants et de gaz à effet de serre dans l atmosphère

Qualité de l'air. Enjeux du développement durable. Limiter les émissions de polluants et de gaz à effet de serre dans l atmosphère 1 Fiche Qualité de l'air Axe 1 Lutter contre le changement climatique, Protéger l atmosphère et faciliter les déplacements Enjeux du développement durable Limiter les émissions de polluants et de gaz à

Plus en détail

Diagnostic du bâtiment et remédiation

Diagnostic du bâtiment et remédiation Diagnostic du bâtiment et remédiation Gestion du radon 2 Le diagnostic technique du bâtiment Buts : Identifier les causes de présence de radon points d entrée, voies de transfert, accumulation proposition

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION. 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu

LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION. 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu 2 BÂTISSEZ L ESPRIT TRANQUILLE Chers candidats bâtisseurs, Au travers de cette brochure, nous souhaitons parfaire votre

Plus en détail

Améliorer la Qualité de l Air dans les Logements

Améliorer la Qualité de l Air dans les Logements En la Qualité de l Air Le rôle essentiel du Plombier-Chauffagiste Mars 2010 Avec le soutien de : AD Consultant En la Qualité de l Air Le rôle essentiel du Plombier-Chauffagiste Pour garantir la qualité

Plus en détail

La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de

La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de l observatoire SURVOL L Agence Régionale de Santé d Île de France (ARS IdF) a confié à Airparif l élaboration

Plus en détail

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Les textes réglementaires Le décret relatif aux caractéristiques thermiques

Plus en détail

L habitat économe, pour quoi faire?

L habitat économe, pour quoi faire? Exposition L habitat économe, pour quoi faire? Afin de sensibiliser et informer les habitants et consommateurs aux enjeux relatifs aux économies d énergie, la Confédération Nationale du Logement a créé

Plus en détail

Isolation des ouvertures

Isolation des ouvertures Isolation des ouvertures Mise à jour le 15/09/2010 Dans une maison aux murs et au toit bien isolés, les déperditions thermiques au niveau des fenêtres peuvent atteindre 40%! Cette fiche a pour but de vous

Plus en détail

La réglementation 2020 enfoncera le clou du stockage de Carbone Jean-Marc Pauget, CNDB (Comité National Développement Bois)

La réglementation 2020 enfoncera le clou du stockage de Carbone Jean-Marc Pauget, CNDB (Comité National Développement Bois) La réglementation 2020 enfoncera le clou du stockage de Carbone Jean-Marc Pauget, CNDB (Comité National Développement Bois) Horizon 2020: le BEPOS. Quid de l énergie grise Bois et autres matériaux Réhabiliter

Plus en détail

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur Aide à l'application Installations de ventilation 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière d'énergie. Le présent

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

Effigaz CHAUDIÈRE BASSE TEMPÉRATURE DE 80 À 600KW HAUT RENDEMENT. Chaudières Effigaz Prestigaz

Effigaz CHAUDIÈRE BASSE TEMPÉRATURE DE 80 À 600KW HAUT RENDEMENT. Chaudières Effigaz Prestigaz Effigaz CHAUDIÈRE BASSE TEMPÉRATURE DE 80 À 600KW HAUT RENDEMENT Chaudières Effigaz Prestigaz LES AVANTAGES LES TRÈS FAIBLES CONSOMMATIONS À CHARGE NULLE La perte de charge dans le serpentin sur le gaz

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL. Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement»

GROUPE DE TRAVAIL. Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement» GROUPE DE TRAVAIL Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement» CONTACT Nom, Prénom : Maxime CLAVAL Coordonnées : maxime@qivivo.com 06 24 07 18 02 0 805

Plus en détail

vivadens le meilleur investissement en condensation Eau Chaude à Volonté éc o n o m i e s d én e r g i e www.dedietrich-thermique.

vivadens le meilleur investissement en condensation Eau Chaude à Volonté éc o n o m i e s d én e r g i e www.dedietrich-thermique. C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n éc o n o m i e s d én e r g i e Eau Chaude à Volonté Depuis le 1 er janvier 2006, vous pouvez profiter d un crédit d impôt de 25% sur les chaudières

Plus en détail

Guide de la rénovation thermique

Guide de la rénovation thermique Guide de la rénovation thermique et de la performance énergétique A B C D E F Dépensez moins Polluez moins Vivre mieux Les réponses aux questions que vous vous posez pour la rénovation de votre logement

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

23/05/2013. Prise en compte dans la PEB. Chauffage et ventilation. Déperditions calorifiques. Aspects importants pour le chauffage

23/05/2013. Prise en compte dans la PEB. Chauffage et ventilation. Déperditions calorifiques. Aspects importants pour le chauffage Prise en compte dans la PEB Chauffage et ventilation Bâtiments à haute performance énergétique Mai 2013 Les systèmes de chauffage et de ventilation sont pris en compte dans la PEB Consommation en énergie

Plus en détail

Chauffe-eau thermodynamique

Chauffe-eau thermodynamique Chauffe-eau Principe système Comment ça marche? Point conseils 3 services atlantic Formation : ESE -0 4 Mise en service 0 chauffe-eau Gamme aéraulix Présentation de la gamme 6 Aéraulix 8 AérauLix CI 9

Plus en détail

Visites bois - énergie

Visites bois - énergie Conférences et visites Visites bois - énergie Creil et Chantilly (60) Date 15/04/2013 Auteur MD Version 0 Résumé Visites sur site des chaufferies de Creil et Chantilly, le mercredi 10 avril 2013, organisées

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION Installations de gaz Règles techniques et de sécurité applicables aux installations de gaz > Arrêté du 2 août 1977 modifié > Normes NF DTU 61.1 - NF DTU 24.1 > Cahier des charges

Plus en détail

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE Jeudi 21 mars, de 9h30 à 11h30 DÉBUT DE LA CONFÉRENCE PROGRAMME Publiée en juin 2011,

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN MOINS D ÉD ÉNERGIE ET PLUS D ÉD ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN Rencontres Suisses de l Electricité Beaulieu, 17 mars 2011 Massimiliano Capezzali, PhD Adjoint du Directeur Energy Center Ecole Polytechnique

Plus en détail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 11 août 2014 Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Relative au projet

Plus en détail

Kit Puits Canadien. Ventilation double flux

Kit Puits Canadien. Ventilation double flux Kit Puits Canadien Ventilation double flux Sommaire 1. Informations générales... 3 2. Consigne de sécurité... 4 3. Principe de fonctionnement... 5 4. Installation... 4.1 Contrôle à la livraison... 4.2

Plus en détail

L UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE UNE ETAPE ESSENTIELLE COMPLEMENTAIRE AU PHOTOVOLTAÏQUE

L UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE UNE ETAPE ESSENTIELLE COMPLEMENTAIRE AU PHOTOVOLTAÏQUE L UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE UNE ETAPE ESSENTIELLE COMPLEMENTAIRE AU PHOTOVOLTAÏQUE 1. DEFINITION L Utilisation Rationnelle de l Energie (URE) fait le choix des solutions qui s accompagnent de

Plus en détail

Le chauffage au mazout moderne

Le chauffage au mazout moderne Le chauffage au mazout moderne 1 2 Avant d assainir son chauffage au mazout, les questions suivantes se posent au propriétaire: Dois-je procéder à l isolation du bâtiment? Dois-je changer de source d énergie?

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service LE GUIDE DES BONNES PRATIQUES pour la rentabilité énergétique de votre site Notre exigence à votre service À l heure où les énergies et ressources deviennent de plus en plus rares et onéreuses, bien les

Plus en détail

G 2 AME GRAND GENÈVE AIR MODÈLE EMISSIONS. la qualité de l air en jeu

G 2 AME GRAND GENÈVE AIR MODÈLE EMISSIONS. la qualité de l air en jeu G 2 AME GRAND GENÈVE AIR MODÈLE EMISSIONS la qualité de l air en jeu Les voitures circulant au centre de l agglomération impactentelles l air des communes périphériques? Quels polluants trouve-t-on dans

Plus en détail

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012»

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» Conférence Consultative Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 20 octobre 2010 Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction MEEDDM

Plus en détail

Chauffage & Climatisation. «Je veux un Chauffage performant. simple & respectueux de l environnement!» NOUVEAU. Solution YUTAKI RESIDENTIEL

Chauffage & Climatisation. «Je veux un Chauffage performant. simple & respectueux de l environnement!» NOUVEAU. Solution YUTAKI RESIDENTIEL Chauffage & Climatisation «Je veux un Chauffage performant simple & respectueux de l environnement!» NOUVEAU Solution RESIDENTIEL Solution Je veux un système de chauffage efficace, pour ma maison qui est

Plus en détail

POSITION POLITIQUE DU CAE 2016 LE RÔLE DE L ARCHITECTURE DANS LA CONSTRUCTION ÉCO-ÉNERGÉTIQUE

POSITION POLITIQUE DU CAE 2016 LE RÔLE DE L ARCHITECTURE DANS LA CONSTRUCTION ÉCO-ÉNERGÉTIQUE POLITIQUE ARCHITECTS COUNCIL OF EUROPE CONSEIL DES ARCHITECTES D EUROPE Points clés L architecture d un bâtiment a un impact majeur sur sa performance énergétique. La configuration spatiale et matérielle

Plus en détail

Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques. Jérôme Bertrand Centre Urbain

Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques. Jérôme Bertrand Centre Urbain Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques Jérôme Bertrand Centre Urbain Commune d Etterbeek 25 avril 2012 Pour rénover votre logement aujourd hui: Cycle

Plus en détail

Résultats 2015 - Perspectives 2016

Résultats 2015 - Perspectives 2016 Résultats 2015 - Perspectives 2016 1. 2015 : année de la reprise 2015 est l année de la reprise pour le marché du meuble après trois exercices de recul consécutifs (-3,0% en 2012, -2,9% en 2013 et -1,5%

Plus en détail

Fleur de lin DRAP P 7 3 a

Fleur de lin DRAP P 7 3 a 37 a P un village typique Drap sur la Route Royale La route qui longe le Paillon, et qui traverse Drap, est une voie de circulation chargée d histoire. Dès le Moyen-Age, la route du sel qui partait de

Plus en détail

Construction durable

Construction durable Depuis 90 ans à votre service... Construction durable selon les normes pour habitations passives www.linden.be www.pamaflex.eu Bilan énergétique dans une maison classique 1. Pertes par les murs et les

Plus en détail

Système Double Flux Dans L habitat.

Système Double Flux Dans L habitat. Système Double Flux Dans L habitat. Principe La VMC double flux fonctionne selon le principe de l extraction et de l amenée d air mécanique filtrée. Les composants de base d un système de VMC double flux

Plus en détail

Copropriété : Nom de la copropriété :

Copropriété : Nom de la copropriété : TRAVAUX D AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ELIGIBLES A L ECO-PRET A TAUX ZERO REALISATION D UN BOUQUET DE TRAVAUX, METROPOLE «FORMULAIRE TYPE COPROPRIETES FACTURES» CADRE A Données relatives

Plus en détail

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE GUIDE PRATIQUE L AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE Vers une réduction de la facture énergétique Réaliser un audit énergétique est devenu obligatoire pour un grand nombre de copropriétés.

Plus en détail

4.1.4 Développer l'utilisation efficace de l'énergie dans l'agriculture et la transformation alimentaire

4.1.4 Développer l'utilisation efficace de l'énergie dans l'agriculture et la transformation alimentaire Titre et référence de l opération 4.1.4 Développer l'utilisation efficace de l'énergie dans l'agriculture et la transformation alimentaire Type d opération 4.1 Investissements dans les exploitations agricoles

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

ADEREE PROGRAMME DU CODE D EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT

ADEREE PROGRAMME DU CODE D EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT ADEREE PROGRAMME DU CODE D EFFICACITE ENERGETIQUE DANS LE BATIMENT Recrutement de l ingénieur Génie Civil -Expert bâtiments du Programme Durée une année renouvelable selon le besoin TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

En toute transparence,

En toute transparence, En toute transparence, Vivre à La Trinité, c est choisir d habiter aux portes de Nice dans une petite commune limitrophe où tout est proche pour faciliter la vie au quotidien. Le cœur de ville de la Trinité

Plus en détail

La méthode CQHE Concept Qualité Habitat Energie

La méthode CQHE Concept Qualité Habitat Energie Appel à idées Mai 2007 La méthode CQHE Concept Qualité Habitat Energie Remise des propositions : 06 juillet 2007 Technologie et construction Energie dans le bâtiment : PREBAT Appel à idées PREBAT Comité

Plus en détail

REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE. ADEME Direction régionale des Pays de la Loire

REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE. ADEME Direction régionale des Pays de la Loire REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE ADEME Direction régionale des Pays de la Loire 1. Description de l appel à candidature Avec 44 % du bilan énergétique, le secteur

Plus en détail

CERQUAL Points d actualité Rennes le 23 septembre

CERQUAL Points d actualité Rennes le 23 septembre CERQUAL Points d actualité Rennes le 23 septembre Un contexte en pleine évolution Crise économique internationale majeure - des acteurs économiques endettés - diminution des aides - avenir incertain Développement

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

La meilleure solution pour votre piscine!

La meilleure solution pour votre piscine! HERE COMES THE SUN La natte solaire AST Les chauffages solaires AST La meilleure solution pour votre piscine! Piscine extérieure de Tauberbischofsheim Énergie solaire La quantité d énergie qui atteint

Plus en détail

L aération des logements

L aération des logements L aération des logements I- Les besoins d aération Ils dépendent de : La production de vapeur dans le logement : La production quotidienne de vapeur d eau liée à la respiration d une famille de deux adultes

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

auditelec Le confort pour moins d énergie Un service

auditelec Le confort pour moins d énergie Un service auditelec Le confort pour moins d énergie Un service qu Qu est-ce auditelec? Auditelec se présente comme une analyse de la consommation d énergie de votre logement et fournit les mesures à prendre afin

Plus en détail

Qualités de mazout et environnement

Qualités de mazout et environnement Qualités de mazout et environnement 2 Le combustible composant essentiel du système de chauffage Au cours des dernières années, les installations de chauffage au mazout sont devenues plus propres, plus

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

La mention RGE et les aides financières qui en découlent. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.

La mention RGE et les aides financières qui en découlent. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine. La mention RGE et les aides financières qui en découlent Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr SOMMAIRE 1. Les missions et le rôle de l ALEC 2. La mention

Plus en détail

RAPRE (Réalisation d une Activité Professionnel en relation avec une Entreprise) U51

RAPRE (Réalisation d une Activité Professionnel en relation avec une Entreprise) U51 RAPRE (Réalisation d une Activité Professionnel en relation avec une Entreprise) U51 SCANNAVINI CHRISTIAN BATI 2 1 SOMMAIRE : Présentation de l entreprise 3 QQOQCPC 4 Problème et Solutions 5 Liste des

Plus en détail

Cuisines professionnelles

Cuisines professionnelles Fiche commerciale Cuisines professionnelles Lumispace p l a f o n d f i lt r a n t INNOVATION 2010 Communiqué de presse Lumispace Plafond filtrant Un plafond filtrant fermé design à voûtes muni d un éclairage

Plus en détail

Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel»

Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel» Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel» 26 octobre 2012 L association Énergies et Avenir Énergies

Plus en détail

CONTRIBUTION CARTE VITALE DU LOGEMENT :

CONTRIBUTION CARTE VITALE DU LOGEMENT : Objet : contribution au Groupe de travail Rénovation des logements : du diagnostic à l'usage "carte vitale du logement" pour le Plan Bâtiment Durable CONTRIBUTION CARTE VITALE DU LOGEMENT : DPE et plate

Plus en détail

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Question Éléments de réponse 1) En quoi consiste

Plus en détail

Plan de Rénovation Énergétique. Présentation aux professionnels du bâtiment lundi 29 septembre 2014

Plan de Rénovation Énergétique. Présentation aux professionnels du bâtiment lundi 29 septembre 2014 Plan de Rénovation Énergétique Présentation aux professionnels du bâtiment lundi 29 septembre 2014 Qu est-ce que le Plan de Rénovation Énergétique? IIIII 29 sept. 14 Plan national de rénovation de 500

Plus en détail

PLAN DE DÉPLACEMENTS URBAINS À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN?

PLAN DE DÉPLACEMENTS URBAINS À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN? À PIED, EN BUS, À VÉLO, OU EN VOITURE... QUEL TRANSPORT POUR DEMAIN? pour quoi faire? Le Plan de Déplacements Urbains (PDU) se définit par la diminution du trafic automobile, le développement des transports

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS International Pharmaceutical Federation Fédération Internationale Pharmaceutique Boîte postale 84200, NL-2508 AE La Haye, Pays-Bas DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES

Plus en détail

ELA BORATION D'UNE SOLUTION DOMOTIQUE POUR LE MAINTIEN A DOMICILE

ELA BORATION D'UNE SOLUTION DOMOTIQUE POUR LE MAINTIEN A DOMICILE ELA BORATION D'UNE SOLUTION DOMOTIQUE POUR LE MAINTIEN A DOMICILE Madame Michèle CONTE (EGERIS) 19, av. Jean Jaurès 75019 Paris La présente intervention retrace les conclusions partielles d'une étude qui

Plus en détail

solution climatique optimale

solution climatique optimale PME, bureaux et non-résidentiel magasins de détail Nous trouvons toujours la solution climatique optimale secteur des soins, secteur public et écoles industrie et horticulture hôtellerie, loisirs et wellness

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

UN ASPIRATEUR DE FUMÉE PERMET ÉGALEMENT D ALLUMER VOTRE FEU FACILEMENT. Combustible solide

UN ASPIRATEUR DE FUMÉE PERMET ÉGALEMENT D ALLUMER VOTRE FEU FACILEMENT. Combustible solide UN ASPIRATEUR DE FUMÉE PERMET ÉGALEMENT D ALLUMER VOTRE FEU FACILEMENT Combustible solide DE NOMBREUX FOYERS CONNAISSENT DIVERS PROBLEMES Une habitation sur quatre avec poêle ou cheminée à foyer ouvert

Plus en détail

CIRCULAIRE 82-100 DU 13 DECEMBRE 1982

CIRCULAIRE 82-100 DU 13 DECEMBRE 1982 CIRCULAIRE 82-100 DU 13 DECEMBRE 1982 relative à la sécurité des personnes en cas de travaux de réhabilitation ou d amélioration des bâtiments d habitation existants LE MINISTRE D ETAT, MINISTRE DE L INTERIEUR

Plus en détail

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises

Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Organiser l achat groupé de produits, services ou marchandises Objectif Assurer un des achats utiles, efficaces et respectueux de l environnement pour des produits, des services, des marchandises ou des

Plus en détail

La Madeleine, la Métropole côté jardinxxx

La Madeleine, la Métropole côté jardinxxx LA MADELEINE * * Programme réalisé en conformité avec les niveaux de performance énergétique fixés par la norme Réglementation Thermique 2012 (RT 2012). Parc de Lattre de Tassigny La Madeleine, la Métropole

Plus en détail

La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux

La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux AGPI (avril 2008) Alain Moreau,ing., M.Sc.A. Institut de Recherche d Hydro Hydro-Québec Sylvain Caron, ing. CARON, BEAUDOIN ET ASSOCIÉS 1

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DU PROJET DE CONSTRUCTION DE LOGEMENT(S) DURABLE(S)

NOTICE DESCRIPTIVE DU PROJET DE CONSTRUCTION DE LOGEMENT(S) DURABLE(S) APPEL A PROJETS PERMANENT Documents à produire Les candidats constitueront un dossier comprenant : _ une copie du dossier de demande de permis de construire (la qualité du volet paysager sera déterminante)

Plus en détail

Consommation annuelle d'eau chaude de 17'000 appartements

Consommation annuelle d'eau chaude de 17'000 appartements Consommation annuelle d'eau chaude de 7'000 appartements Nombre de consommateurs par tranche de consommation Total consommé par tranche de consommation 0..0 m3 % 3603 30..40 m3 0..30 m3 5% 85778.5 4% 7705.7

Plus en détail

Projet tableau de bord

Projet tableau de bord Projet tableau de bord Sommaire I. Constat II. Objectifs (Inspiré de Eteams) III. Mode Opératoire IV. Voir V. Analyser VI. Agir VII. Généralisation Un développement qui répond aux besoins des générations

Plus en détail

Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3. (kg/m2) 110 88 2.2 3.3 27 24 120 96 2.4 3.6 29 5 130 104 2.6 3.

Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3. (kg/m2) 110 88 2.2 3.3 27 24 120 96 2.4 3.6 29 5 130 104 2.6 3. Epaisseur appliquée (mm) Epaisseur utile après tassement de 20% (mm) Résistance thermique R (m²k/w) Pouvoir couvrant minimal calculé avec une masse volumique minimale de 30 kg/m3 (kg/m2) Nombre minimal

Plus en détail

Doublage haute performance thermique Polyplac

Doublage haute performance thermique Polyplac Polyplac Longueurs standard : 500, 600, 700 mm Autres longueurs : 800, 3000 mm Largeur : 100 mm Épaisseurs de l isolant : de 0 à 180 mm Conforme à la norme NF EN 13950 Performances thermiques : Certificat

Plus en détail

Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires

Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires Cette fiche nécessite des travaux permanents. Elle est actualisée au fur et à mesure de leurs évolutions S agissant de la contamination de l animal à l homme, le

Plus en détail

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire?

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Dr Jean-Bernard Gay Privat docent EPFL LESO Pour sa construction, son exploitation et son entretien toute construction nécessite une

Plus en détail

Merci aux exposants qui ont fait cette démonstration à nos côtés et, au vu des premières retombées, en sont très largement satisfaits.

Merci aux exposants qui ont fait cette démonstration à nos côtés et, au vu des premières retombées, en sont très largement satisfaits. Le mot du Commissaire Un pari réussi! Des échanges à prolonger... Cette deuxième édition du Salon Planet Energy a réussi son pari : démontrer que, dans un climat de crise, un salon centré sur les économies

Plus en détail

INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS ENERGETIQUES ET TECHNIQUES DE BATIMENTS (H/F)

INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS ENERGETIQUES ET TECHNIQUES DE BATIMENTS (H/F) INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS ENERGETIQUES ET TECHNIQUES DE BATIMENTS (H/F) Dispositifs de sécurité et de contrôle à distance, installations de techniques énergétique, thermique, de sécurité ou encore de

Plus en détail

Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois

Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois 5 à 7 de l éco-construction Pierre LERICHE et Jean-Louis ANDRE Aubenas le 25/09/2014 Présentation de CERIBOIS Performances énergétique

Plus en détail

FICHE ACTIONS ACTIONS GLOBALES ACTIONS ECONOMIQUES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES ACTIONS SOCIALES

FICHE ACTIONS ACTIONS GLOBALES ACTIONS ECONOMIQUES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES ACTIONS SOCIALES FICHE ACTIONS ACTIONS GLOBALES Concept de la maison auto-chauffée, système innovant basé sur le principe de l Hypocauste Romain (plancher chauffant par circulation d'air) couplé à des capteurs solaires

Plus en détail

Surfaces vitrées et RT 2012

Surfaces vitrées et RT 2012 Surfaces vitrées et RT 2012 Comment choisir les caractéristiques des fenêtres en fonction du contexte et pour quelles performances? Jean-Luc Marchand, Délégué Général SNFA Hervé Lamy, Directeur technique

Plus en détail

FOYERS À DÉGAGEMENT ZÉRO

FOYERS À DÉGAGEMENT ZÉRO FOYERS À DÉGAGEMENT ZÉRO FOYERS AU BOIS POUR CHAUFFER DES PIÈCES DE PETITES À GRANDES FP16 CONTEMPORAIN TRADITIONNEL FP25 CONTEMPORAIN TRADITIONNEL FP30 CONTEMPORAIN TRADITIONNEL FP16 CONTEMPORAIN TRADITIONNEL

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Menuiseries extérieures : comment choisir? Bruxelles Environnement EN RÉNOVATION, CONSERVATION, RÉNOVATION ET AMÉLIORATION DES CHÂSSIS Introduction à la thématique Frederic

Plus en détail

MARCHISSY PROJET CHAUFFAGE A DISTANCE AU BOIS

MARCHISSY PROJET CHAUFFAGE A DISTANCE AU BOIS Kurt-R. Scheidegger SA Bureau d ing. conseils 1010 LAUSANNE en collaboration avec: F. Liard + Associés SA Ing. civils dipl. HES 1163 Etoy L.-E. Rossier Ing. EPF Bureau d études - géomètre officiel 1170

Plus en détail

Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment

Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment 1 Ce qui change autour de nous Le monde change La société change Le bâtiment change Ce qui va changer pour nous Les artisans à la croisée des chemins Quelle entreprise artisanale demain? 2 La vision des

Plus en détail

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES IMBS3 - ISCID-CO, site de Dunkerque, 2015/2016 Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES Fiche de Mathématiques 2 - Notions générales sur les tests. 1 Notions générales

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

G / Bail forma diag perf

G / Bail forma diag perf G / Bail forma diag perf Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants à usage principal d habitation proposés à la location en France métropolitaine

Plus en détail

Chauffage au mazout moderne énergies renouvelables

Chauffage au mazout moderne énergies renouvelables Chauffage au mazout moderne énergies renouvelables 1 2 Le mazout, le diesel et les technologies faisant appel à ces combustibles peuvent être combinés avec des énergies renouvelables. Production d eau

Plus en détail

Conférence CEMATER. Contexte réglementation et financier

Conférence CEMATER. Contexte réglementation et financier Conférence CEMATER Les clefs du financement et du montage des opérations de rénovation énergétique des copropriétés Contexte réglementation et financier Catherine BONDUAU-FLAMENT Montpellier, le 15 octobre

Plus en détail

RENOV COPRO. des ménages :

RENOV COPRO. des ménages : RENOV COPRO L énergie, un enjeu majeur pour notre territoire Un tiers des habitants dépensent aujourd hui plus de 10 % de leurs revenus pour leurs factures d énergie. Les prix de l énergie ont augmenté

Plus en détail

CONTRIBUTION L éco-construction

CONTRIBUTION L éco-construction CONTRIBUTION L éco-construction Conseil de développement Groupe développement 22-Fév-11 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu est-ce qu un habitat?... 3 2. Enjeux... 3 3. Objectifs généraux de l éco-construction

Plus en détail

Au cœur de la ville et de tous les transports

Au cœur de la ville et de tous les transports À proximité immédiate des écoles, universités, lieux de santé et commerces. Métro et lignes de bus au pied de la résidence. À 200 m du jardin des plantes. Proche du projet de la future gare TGV de Saint-Sever

Plus en détail

EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE

EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE Agence locale de l energie et du climat 6 r u e H a r o u n T a z i e f f 78114 Magny les Hameaux Tél. 01 34 52 26 34 pedagogie@energie-sqy.com www.energie-sqy.com EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE

Plus en détail

La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003

La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003 La gestion du stationnement dans les communes Politique de stationnement: outils et mise en oeuvre Patrick Carles - Mars 2003 Avant de traiter de la mise en œuvre d une politique de stationnement, il s

Plus en détail

Etat de l Installation Intérieure de GAZ

Etat de l Installation Intérieure de GAZ I.C.L. Ingénierie et Coordination de Lorraine Raison sociale : I.C.L. Adresse : 2, la Tannerie 57070 SAINT JULIEN LES METZ Tél. : 03 87 37 30 60 / Mail : kn.icl@wanadoo.fr N Identification : 413 763 376

Plus en détail