Laboratoire de recherche en risques industriels, contrôle non destructif et sureté de fonctionnement Université Badji Mokhtar Annaba

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laboratoire de recherche en risques industriels, contrôle non destructif et sureté de fonctionnement Université Badji Mokhtar Annaba"

Transcription

1 Effet de l incorporation granulaire de noyaux de dattes sur le comportement thermomécanique d un composite prothétique par les techniques de thermographie infrarouge et corrélation d images. a K. Tadjine a Laboratoire de recherche en risques industriels, contrôle non destructif et sureté de fonctionnement Université Badji Mokhtar Annaba * Corresponding autor : Tél : Résumé : Le but est d'améliorer le produit existant se rapportant à la fabrication d une prothèse tibiale qui présente quelques défaillances notamment des fissures transverses et une décohésion au niveau des couches. La solution préconisée est l'incorporation d'une charge organique naturelle, les granulés de noyaux de dattes dans une résine de méthacrylate de méthyle comme matrice d un composite stratifié à usage orthopédique. Le matériau de l étude est un composite hybride à renforts tissés verre/perlon imprégnés dans une résine de méthacrylate de méthyle. Les éprouvettes utilisées sont diversifiées par leurs différentes séquences d empilement. Une étude du comportement mécanique du composite, permettra de voir l'influence de la nouvelle charge introduite et mettre en évidence le processus d'endommagement entraînant la rupture. La méthode de corrélation d images est utilisée dans le respect du protocole des expérimentations pour des mesures optiques. Une analyse thermique est effectuée pour valider l évolution de la phase d endommagement. Une analyse expérimentale est présentée en donnant la séquence optimale d empilement avec l ensemble des paramètres calculés par logiciel 7 D de corrélation d images. Mots clés : composites, déformations, biomécanique, noyaux de dattes, composites, comportement mécanique, corrélation d images. Introduction L'apport des renforts est susceptible de ramener les matériaux composites au niveau de compétitivité attendu [1]. Les avantages visés sont multiples : meilleure tenue mécanique, influence de l'interaction tissu de verre et granulés de noyaux de dattes Les défauts du composite de la prothèse tibiale dégradée impliquent une analyse des défaillances, conséquence des différentes sollicitations supportées par la partie tibiale durant tout le cycle de vie de la prothèse. La nature des sollicitations est déterminée à partir de l analyse du cycle de marche sur laquelle se base le choix des essais [2][3] [4]. Une caractérisation est effectuée en traction qui consiste à considérer le tissu comme un stratifié suivant les directions (0 ), (90 ) et intermédiaires (45 et 45 ) [5]. 1. Matériaux de l étude Composite référence (orthopédique) : Il est constitué d'une matrice organique à base de méthacrylate de méthyle et d'un renfort tissé comprenant : un tissu de verre renforçant et un tissu perlon ayant un rôle absorbant Composite de substitution granulaire. Même composition que le composite de référence, mais avec incorporation de granulés de noyaux de dattes dans la résine PMMA (méthacrylate de méthyle).

2 Contrainte, MPa 2. Analyse de l endommagement par technique de corrélation d'images La technique de corrélation d images donne accès aux mesures des champs de déplacement et de déformation des éléments de surface de l éprouvette. Les étapes les plus importantes dans la technique de traitement d images sont : - L acquisition numérique d images par un dispositif d acquisition d images numériques associé au système d essai de traction - Les opérations traitées par le logiciel 7 D [6] qui consistent à corréler des images sur la phase d endommagement du matériau étudié, en extraire et visualiser les différentes données qui sont les champs de déplacement et de déformation. La méthode de corrélation d images consiste à calculer les champs de déplacement entre deux images de l échantillon [7] [8]. Lors d un essai mécanique, des séquences d images numériques sont prises par la caméra à des intervalles réguliers. Il permet de réaliser des corrélations entre l image de départ et chacune des images sauvegardées de la séquence [9]. 3. Essai de mesures des déplacements et des déformations lors de l essai de traction par technique de corrélation d'images. Les essais de traction des composites avec la technique de corrélation d images ont été réalisés au sein du (LMéca), à l Ecole polytechnique d Annecy L objectif est de mesurer les déplacements et les déformations pour permettre de comparer les différents matériaux fabriqués. Les essais ont été organisés en deux parties : partie mécanique renfermant la machine de traction avec son dispositif de traction partie optique comprenant la camera numérique (CCD) Les éprouvettes ont été élaborées à partir des plaquettes de matériaux composites stratifiés orthopédiques de références Dispositif expérimental : Le dispositif expérimental est constitué de la machine de traction et du système d acquisition d images (voir figure 3) Figure 1. Dispositif expérimental pour la prise des images de la surface d une éprouvette au cours d un essai de traction au LMéca (Annecy) 4. Analyse des résultats des essais de traction par corrélation d images : comp Déformation fig 3.Courbe contrainte déformation Ref 3 Le suivi de l endommagement a été effectué à température ambiante sur une machine de traction de type instron 5569 pilotée logiciel dénommé Merlin. Chaque essai est mené en imposant une vitesse de traverse constante de 2 mm / mn jusqu à la rupture de l éprouvette (figure 1). La fréquence est de 20 Hertz.Le logiciel pilotant la caméra optique s appelle «Vision stage». Un réglage de l horizontalité de la caméra est effectué.

3 Contrainte, MPa Plusieurs éprouvettes ont été testées, par catégorie de matériau. Les deux types de composites figurants au tableau 1 ont été soumis à l essai de traction et ont été analysés par corrélation d images Série Type de composite Ref 1 1 couche de tissu de verre 1 couches de perlon Ref 3 2 couches de tissu de verre 2 couches de perlon Observations Stratification symétrique Stratification symétrique Tableau 1. Les différentes éprouvettes an Courbe contrainte-déformation eprouvette 1.1 On constate que les champs de déplacement sont importants en fonction du nombre de couches de tissus (verre et perlon). Suivant l axe x, il y a augmentation du déplacement en passant d une couche de tissu de verre à un nombre de deux couches (voir figure 4) Dans les catégories des composites de référence, les champs de déplacement sont importants en fonction du nombre de couches de tissus (verre et perlon). Suivant l axe x, il y a augmentation du déplacement en passant d une couche de tissu de verre à un nombre de deux couches. De même pour le déplacement suivant y. Quand aux déformations, l aptitude à la déformation est très importante également lorsque la stratification augmente, ce qui n est pas le cas des composites hybrides qui ont tendance à ne pas se déformer à l instar des composites de référence Etude du champ cinématique Déplacement suivant x 0 0,000,250,500,751,001,251,501,752,002,252,502,753,003,253,503,754,004,254,504,755,00 Déformation Eprouvette série 1 (une couche de tissu de verre), n 01 fig 2.Courbe contrainte déformation Réf 1 Sur la base des paramètres donnés par le logiciel 7D, les courbes de déformations longitudinales et de déplacements ont été tracées pour tous les deux types de composite. Les deux tableaux 2 et 3 donnent un aperçu sur le comportement mécanique des différents matériaux de l étude, d abord en déplacement suivant les axes de sollicitation et en déformation suivant les directions de déformation Série Déplacem ent suivant x (1) pixels Déplacement suivant x (2) pixels Déplacem ent suivant y pixels Ref 1 3, ,995 43,952 Ref 3 3,8798 1, ,974 Tableau 2. Valeurs des champs de déplacements suivant x et y Composite déplacement x Ref1 Composite déplacement x Ref3 Figure 4. Champ de déplacement suivant x des éprouvettes Ref 1 et Ref 3(En pixels

4 5- Analyse des résultats des essais de traction par thermographie infrarouge : Les échantillons choisis ont été découpés suivant une géométrie décrite au chapitre 4. Les trois composites figurant au tableau 5.17 ont été soumis à l essai de traction et on été analysés par corrélation d image Dispositif expérimental Etude du champ thermique Dispositif experimental 5.3. Résultats obtenus par thermographie infrarouge Parallèlement à la conduite de l essai de traction, l enregistrement des températures a été effectué pour voir l évolution de l endommagement, ainsi que l adéquation avec les autres essais mécaniques. Les échantillons analysés sont ceux du tableau suivant Températures de phases d endommagement (composites de référence et hybride) Figure 5.Dispositif expérimentale d analyse du champ thermique 5.2. Observation des éprouvettes Suivi de l endommagement par thermographie infrarouge composite Ref 1 composite Ref 3 composite Hyb2 Figure 6.Suivi de l endommagement par camera thermique Tableau3.Températures des phases d endommagement des composites utilisés L endommagement a été suivi, en plus, de la détermination des propriétés mécaniques par le logiciel de corrélation d images 7 D par la thermographie infrarouge. Ceci a été possible àcause de la compatibilité des installations. (Figure 5.18) 4. Courbe représentative Parallèlement à la conduite de l essai de traction, l enregistrement des températures a été effectué pour voir l évolution de l endommagement, ainsi que l adéquation avec les autres essais mécaniques. Les échantillons analysés sont ceux du tableau suivant

5 Courbe de Température par Thermographie Infrarouge Le Kic calculé peut donner le taux de restitution d énergie par la relation Gic = Kic/E en état de contraintes planes Gic = Kic. (1 -υ2) / E en état de déformations planes E est le module de Young et υ est le coefficient de Poisson Pour l hybride 2, la valeur du Kic moy en MPa m est : 94,890 MPa m Pour Réf 3, la valeur du Kic moy en MPa m est : 55,939 MPa m Figure 7.Courbe de températures enregistrées par thermographie infrarouge A l instar de la corrélation d images, on constate que les évolutions thermiques suivent le même comportement que les déformations enregistrées. Le constat effectué après lecture des températures lors de la phase d endommagement est l apport énergétique absorbé par la dislocation des constituants du matériau. Le composite hybride enregistre la température la plus importante en raison de la présence des granulés de dattes. En revanche, les composites de référence se réchauffent moins que le composite hybride mais ce sont les microfissures de la résine thermoplastique puis l armature de tissu qui exigent un apport d énergie en se déformant. Les calculs effectués précédemment des facteurs d intensité de contrainte et leur transformation éventuelle en taux de restitution d énergie peuvent expliquer amplement l existence de ces températures. 44 La thermographie infrarouge a pu montrer l évolution et le suivi de l endommagement par analogie aux autres expérimentations qui ont précédé. La transmission de la chaleur dans les matériaux est créée par les défauts présents qui lui constituent des obstacles et lui donnent naissance en surface à des anomalies thermiques détectées par la caméra infrarouge. 5. Conclusion : Cette méthode a permis de déterminer les champs de déplacement et de déformation suivant les différents axes et en transverse, nous avons exposé la détermination des champs de déplacement et de déformation suivant uniquement x. Les résultats obtenus ont montrés l importance de la séquence d empilement et son incidence sur le comportement mécanique du composite stratifié, de même que pour la thermographie infrarouge. Références bibliographiques : [1] H.S. Kaltz, and Milewsky, J.V (Editors).Handbook of Reinforced for plastics. Van Nostrand Reinhold, New York, ok [2] Darmana R. «Cycle de marche». Lettre observatoire du mouvement ; 4, place Alphonse-Jourdain Toulouse Cedex 7.ok [3] Ménager D. «Amputations du membre inférieur et appareillage». Encycl Méd Chir(Ed Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris) App locomoteur, A-10,2002,15p.OK

6 [4] Seireg, A., Arkivar, R.J. The prediction of muscular load sharing and joint forces in the lower extremities during walking, journal of biomechanics 1975.OK [5] F. Dalmaso, et J. Mézières, Calcul des propriétés élastiques des tissus utilisés dans les matériaux composites. Revue de l'institut Français du pétrole, vol 53 N 6, novembre décembre 1998.OK [6] Vacher.P, Dumoulin.S, Extensomètre par techniques de corrélation d images Laboratoire de Mécanique appliquée, Annecy Cedex France, conférence mesures optiques pour l industrie, nov Biarritz.OK [7] S.Mguil-Touchal, F.Morestin and M.Brunet, Computer Methods and Expérimental Measurements, pp (1997)OK [8] S.Mguil-Touchal Siham, thèse de Doctorat, INSA Lyon, (1997)OK [9] W.H.Peters, W.F.Ranson & M.A.Sutton, Optical Eng., vol.22, pp (1983) [10] Vacher P, «Apport des techniques de corrélation d images en mécanique : Analyse de déformations et numérisations 3 D» HDR ESIA Annecy Universitè de savoie 2003.

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 1ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 21 Identification du dommage par EA de stratifiés composites chargés en statique et cyclique M. Kharoubi 1, L. Fatmi 1, A. El Mahi 2, R. EL Guerjouma

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques

Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Comportement au jeune âge et phénomènes Thermo-Hydro-Mécaniques Alain SELLIER Objectif des essais en retrait gêné Analyser finement le comportement THM au jeune âge d une structure type (RG8) Analyser

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection

Fig.1. Orientation dans une plaque renforcée par 30% de fibres de verre. Orifice d'injection ème Congrès Français de Mécanique Besançon, 9 août au septembre Comportement en flexion de matériaux composites à fibres courtes A. Djebbar a, M. Salviab, S.Larbi a. b. a Laboratoire de Mécanique, Structure,

Plus en détail

MODELISATION DU COMPORTEMENT A RUPTURE DES COMPOSITES A MATRICE POLYMERE. PRISE EN COMPTE DU DURCISSEMENT POST ENDOMMAGEMENT

MODELISATION DU COMPORTEMENT A RUPTURE DES COMPOSITES A MATRICE POLYMERE. PRISE EN COMPTE DU DURCISSEMENT POST ENDOMMAGEMENT MODELISATION DU COMPORTEMENT A RUPTURE DES COMPOSITES A MATRICE POLYMERE. PRISE EN COMPTE DU DURCISSEMENT POST ENDOMMAGEMENT A. Mokhtari, M. Ould Ouali Laboratoire Elaboration et Caractérisation des Matériaux

Plus en détail

Estelle Bretagne (estelle.molines@u-picardie.fr) UPJV- IUT de l Aisne (dépt GMP) Laboratoire des Technologies Innovantes (EA 3899)

Estelle Bretagne (estelle.molines@u-picardie.fr) UPJV- IUT de l Aisne (dépt GMP) Laboratoire des Technologies Innovantes (EA 3899) Estelle Bretagne (estelle.molines@u-picardie.fr) UPJV- IUT de l Aisne (dépt GMP) Laboratoire des Technologies Innovantes (EA 3899) !! Transport aérien! Intérieur de cabines d aéronef!! Matériau composite!

Plus en détail

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite»

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» Règlement du concours Page 1/5 Article 1 : Introduction La compétition est ouverte exclusivement aux Écoles et Universités. L objectif est de concevoir et fabriquer

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte sphérique

SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte sphérique Titre : SSNV247 - Application d'une pression répartie sur [...] Date : 19/08/2015 Page : 1/10 SSNV247 - Application d'une pression répartie sur les lèvres d'une interface XFEM courbe traversant une calotte

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL LCPC Instrumentation et Mesures sur Chantier CFMSG - 18 Septembre 2002 LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL JM. Caussignac Le Risque et le Génie Civil - F.O.-ENPC 3/02/00 1 Sommaire

Plus en détail

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide

Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Etude du comportement en mécanique de la rupture de l acier T91 en milieu sodium liquide Samuel HEMERY (2 e année) Directeur de thèse: Thierry Auger (CNRS) Encadrant CEA: Jean Louis Courouau (DPC/SCCME/LECNA)

Plus en détail

VULnérabilité des matériaux et structures COMPosites

VULnérabilité des matériaux et structures COMPosites VULnérabilité des matériaux et structures COMPosites Phase 1 Présenté par: Caroline Petiot (EADS Innovation Works Porteur du projet) À partir des contributions de: Benoit Malherbe (Airbus France); Jean-Pierre

Plus en détail

Etude expérimentale et simulation de l emboutissage à chaud des aciers trempables

Etude expérimentale et simulation de l emboutissage à chaud des aciers trempables Etude expérimentale et simulation de l emboutissage à chaud des aciers trempables L. Garcia Aranda 1, Y. Chastel 1, J. Fernandez Pascual 2 1 Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris (CEMEF), B.P.

Plus en détail

Elaboration et Caractérisation mécanique d un matériau composite hybride

Elaboration et Caractérisation mécanique d un matériau composite hybride Elaboration et Caractérisation mécanique d un matériau composite hybride B. HACHEMANE, A. MIR, B. BEZZAZI Université de Boumerdès 1 Ave de l indépendance bhachemane@yahoo.fr Université de Boumerdès 1 Ave

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY Plan d'expériences TAGUCHI Nom Prénom Protocole d'expérimentation Date Indice PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY GROUPE D'EXPERIMENTATION Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Fonction Fonction

Plus en détail

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux J.C. BATSALE*, JP LASSERRE**, A. DESCUNS*,**, G. LAMOTHE*,**

Plus en détail

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar

Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications. par Jean - Luc Bodnar Journée Green Testing Saint Louis 22 novembre 2012 Contrôle non destructif par thermographie infrarouge stimulée : Principe et exemples d applications par Jean - Luc Bodnar Groupe de Recherche En Sciences

Plus en détail

Exemples de formations

Exemples de formations Exemples de formations CRITT Mécanique & Composites Espace Clément Ader Rue Caroline Aigle 31400 Toulouse Tél. : 33 (0)5 61 17 10 00 Fax : 33 (0)5 61 17 10 02 E-mail : critt-meca@critt.net Site web : www.mecanique-composite.com

Plus en détail

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse.

TP2 ACTIVITE ITEC. Centre d intérêt : AUBE D UN MIRAGE 2000 COMPORTEMENT D UNE PIECE. Documents : Sujet Projet Dossier technique - Document réponse. ACTIVITE ITEC TP2 Durée : 2H Centre d intérêt : COMPORTEMENT D UNE PIECE AUBE D UN MIRAGE 2000 BA133 COMPETENCES TERMINALES ATTENDUES NIVEAU D ACQUISITION 1 2 3 * * Rendre compte de son travail par écrit.

Plus en détail

Description des essais et instrumentation

Description des essais et instrumentation Description des essais et instrumentation Louis Demilecamps Hervé Lançon Xavier Bourbon CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) PROGRAMME EXPÉRIMENTAL Tests de flexion sur blocs parallélépipédiques (RL)

Plus en détail

DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE

DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE DES BÉTONS PLUS DURABLES GRÂCE À L ADJONCTION DE GRANULATS DE PNEUS USAGÉS NON RÉUTILISABLES «Les plastiques et caoutchoucs pour un bâtiment performant et durable» 6 et 7 novembre 2013 - Paris Aliapur

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

L INFLUENCE DES CHARGES ORGANIQUES SUR LES PROPRIETES PHYSICO-MECANIQUE DE LA RESINE EPOXY (CAS LA POUDRE DE LIEGE)

L INFLUENCE DES CHARGES ORGANIQUES SUR LES PROPRIETES PHYSICO-MECANIQUE DE LA RESINE EPOXY (CAS LA POUDRE DE LIEGE) L INFLUNC DS CHARGS ORGANIQUS SUR LS PROPRITS PHYSICO-MCANIQU D LA RSIN POXY (CAS LA POUDR D LIG) H. Boulahia 1, C. Aribi 1, A. Zerizer 1, B. Bezzazi 1 1 Unité de recherche- Matériaux, Procédés et nvironnement,

Plus en détail

Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge

Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge Analyses thermiques par Thermographie Infra Rouge INTRODUCTION L'objectif de ce TP consiste à se familiariser avec l'utilisation d'une caméra Infra-rouge et d'en définir les domaines d'utilisation à travers

Plus en détail

THORN THORN THORN THORN. Concept de luminance en éclairage routier. Concept de luminance : CIE 140 et EN 13-201

THORN THORN THORN THORN. Concept de luminance en éclairage routier. Concept de luminance : CIE 140 et EN 13-201 LUMINANCE ET MESURE DES REVÊTEMENTS ROUTIERS A L AIDE DE LUMINANCEMETRES NUMERIQUES Auteurs : Jean-Paul Rami Jacques Lecocq Retrouvez le programme et les autres présentations sur www.afe-eclairage.com.fr,

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Prestations et moyens disponibles pour vos essais

Prestations et moyens disponibles pour vos essais Prestations et moyens disponibles pour vos essais À chaque caractéristique de matériau son essai! 10 septembre 2010 Le laboratoire du Département Génie Civil de l École Normale Supérieure de Cachan a les

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance

Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance Michaël CHAGNAUD Stage de fin d études Caractérisation mécanique par nano indentation AFM de l os animal en croissance Présentation ESIL du 14/09/2012 Contexte! Thème de recherche : caractérisation mécanique

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ)

MEFISTO: Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) : Moyen d Essai de résistance à la FISsuration en fatigue sous cisaillement (τ) Ph. Tamagny, Laboratoire central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes L. Wendling, Laboratoire régional des Ponts et Chaussées,

Plus en détail

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contraintes Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contrainte Contrainte = F/S (Pa = N/m 2 ) F! S Contrainte normale : " F // S contrainte de cisaillement : # Déformation

Plus en détail

Méthodes de caractérisation mécanique

Méthodes de caractérisation mécanique Méthodes de caractérisation mécanique M. Blétry Centre des Matériaux - ENSMP April 25, 2007 Plan 1 2 Essais multiaxiaux 3 Mesures d indentation 4 Fatigue 5 Rupture Plan 1 2 Essais multiaxiaux 3 Mesures

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

SIMULATION INJECTION D UNE BASEPLATE DE SURF

SIMULATION INJECTION D UNE BASEPLATE DE SURF SIMULATION INJECTION D UNE BASEPLATE DE SURF ETUDE D AMELIORATION DE LA DEFORMEE. CREAFORM Mr Edmond J.P Table des matières Objectifs de l étude. Données pour la simulation injection 2.5D de la base plate.

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

Maîtrise de l énergie dans l habitat

Maîtrise de l énergie dans l habitat Séquence 1 : Quels sont les postes de consommation d énergie dans une habitation? 2 séances Séance Séquence 2 : Quel est le systéme de chauffage le plus économique? Séance Séquence 3 : Quels éléments composent

Plus en détail

Machines Hydrauliques pour Essais de Compression ECH MICROTEST

Machines Hydrauliques pour Essais de Compression ECH MICROTEST - Machines Hydrauliques pour Essais de Compression ECH MICROTEST MICROTEST, S.A. Instruments and Equipments for Materials Testing (+34) 91 796 33 32 www.microtest-sa.com 1 INTRODUCCIÓN Les machines d'essais

Plus en détail

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN CHIKHI Mourad 1, SELLAMI Rabah 1 et Merzouk Kasbadji Nachida 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable

Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Résistance au feu de structures en béton: matériaux avancés et béton durable Mark F. Green Queen s University at Kingston Auteurs: John Gales Tom Parker Hamze Hajiloo Martin Noël Duncan Cree Luke Bisby

Plus en détail

FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analyse dynamique» : sous-structuration dynamique. Manuel de validation Fascicule v2.

FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analyse dynamique» : sous-structuration dynamique. Manuel de validation Fascicule v2. Titre : FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analy[...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 FORMA13 - Travaux pratiques de la formation «Analyse dynamique» : sous-structuration dynamique Résumé: Ces tests

Plus en détail

Analyse, modélisation et simulation de l apparition de contraintes en fusion laser métallique

Analyse, modélisation et simulation de l apparition de contraintes en fusion laser métallique Analyse, modélisation et simulation de l apparition de contraintes en fusion laser métallique Laurent VAN BELLE Jean-Claude BOYER Guillaume VANSTEENKISTE Laurent VAN BELLE - Jean-Claude BOYER - Guillaume

Plus en détail

Simulation avancée du procédé d injection

Simulation avancée du procédé d injection Simulation avancée du procédé d injection JT «Conception et optimisation numérique en plasturgie» Jeudi 30 juin Ronan Le Goff Sommaire Introduction Modèle numérique Cas d étude Paramètres rhéo Stratégies

Plus en détail

Machines d essais universelles

Machines d essais universelles Il est nécessaire de tester les composants et les matériaux pour permettre une détection efficace des anomalies. Les dommages indirects graves et les interruptions de production onéreuses peuvent être

Plus en détail

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Journée «Thermographie infrarouge pour le bâtiment et les travaux publics» Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Jean Dumoulin (LCPC) Mario Marchetti (LRPC Nancy) Frédéric Taillade

Plus en détail

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés P. J. COBELLI a, P. PETITJEANS a, A. MAUREL b, V. PAGNEUX b,c a. Laboratoire de Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes, UMR CNRS 7636 Ecole

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique Titre : SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèl[...] Date : 31/10/2014 Page : 1/14 SSLS127 Flexion d'une dalle en béton armé (modèle GLRC_DAMAGE) appuyée sur 4 cotés : régime de plaque élastique

Plus en détail

Mesure de température par radiométrie photothermique

Mesure de température par radiométrie photothermique Mesure de température par radiométrie photothermique Mesurexpo 17 octobre 2006 Jean-Charles CANDORE Jean-Luc BODNAR Laboratoire d Énergétique et d Optique, UFR sciences REIMS Sommaire I Présentation de

Plus en détail

Mots-clefs : Diffusion des chlorures, laitier de haut fourneau, jeune âge, EDS, hydratation

Mots-clefs : Diffusion des chlorures, laitier de haut fourneau, jeune âge, EDS, hydratation Suivi du profil de pénétration d ions chlore dans des matrices cimentaires au jeune âge - Application de la microanalyse EDS Ben Fraj A.* CETE IdF, Laboratoire Ecomatériaux, Le Bourget, France Mounanga

Plus en détail

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON L INTERFEROMETRE DE MICHELSON Chappuis Emilie (chappue0@etu.unige.ch) Fournier Coralie (fournic0@etu.unige.ch) . Introduction.. But de la manipulation. INTERFEROMETRE DE MICHELSON Lors de ce laboratoire,

Plus en détail

I) Veille Technologique

I) Veille Technologique L objectif du programme solaire de la Fondation Océan Vital est de diminuer les coûts de production en axant ses travaux sur : - l approvisionnement des cellules - l amélioration du procédé d encapsulation

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énergie d une plaque fissurée en thermo-élasticité

HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énergie d une plaque fissurée en thermo-élasticité Titre : HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énerg[...] Date : 18/01/2012 Page : 1/5 HPLP100 - Calcul du taux de restitution de l énergie d une plaque fissurée en thermo-élasticité Résumé l s'agit

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

par thermographie infrarouge.

par thermographie infrarouge. Le contrôle. Page 2/24 Rappels sur l étanchéité : Feuille préfabriquée Asphalte Film mince adhérent au support Page 3/24 La problématique : Le fascicule 67, Titre 1 er du CCTG (1985) précise : 11.3.2.3

Plus en détail

Thermoplastiques renforcés fibres longues (LFT)

Thermoplastiques renforcés fibres longues (LFT) Thermoplastiques renforcés fibres longues (LFT) Procédé de fabrication des Celstran: Pultrusion Rovings de fibres Extrudeuse Tirage Granulation Polymère fondu Procédé d imprégnation Granulés en forme de

Plus en détail

Enjeux industriels en mécanique : De l impression 3D à la fusion laser. Développement de matériaux en fabrication additive directe (fusion laser)

Enjeux industriels en mécanique : De l impression 3D à la fusion laser. Développement de matériaux en fabrication additive directe (fusion laser) Enjeux industriels en mécanique : De l impression 3D à la fusion laser Développement de matériaux en fabrication additive directe (fusion laser) 1 Les matériaux Actuellement, les matériaux métalliques

Plus en détail

Simulation des procédés d infusion et d injection: de la caractérisation des matériaux à la définition et l optimisation du procédé

Simulation des procédés d infusion et d injection: de la caractérisation des matériaux à la définition et l optimisation du procédé Simulation des procédés d infusion et d injection: de la caractérisation des matériaux à la définition et l optimisation du procédé Marius MIHALUTA, PPE Auteurs: Jérôme RAYNAL, PPE Aurélien PHILIPPE, PPE

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Dallages en béton additionné de fibres en polypropylène. Pavements, out of additionned polypropylen fibre concrete Avis Technique 3/08-579 Annule et remplace l Avis Technique 3/07-532 Dallages en béton

Plus en détail

Etudier et mettre en œuvre un variateur de vitesse. Banc variation de vitesse Altivar 71 avec frein à poudre

Etudier et mettre en œuvre un variateur de vitesse. Banc variation de vitesse Altivar 71 avec frein à poudre Etudier et mettre en œuvre un variateur de vitesse Banc variation de vitesse Altivar 71 avec frein à poudre 1. Présentation de l Equipement Cet équipement est destiné à l apprentissage des différents

Plus en détail

Dossier P131906 - Document DE/1 - Page 1/5

Dossier P131906 - Document DE/1 - Page 1/5 LABORATOIRES DE TRAPPES 29 avenue Roger Hennequin 78197 Trappes Cedex - FRANCE Tél. : (+33) (0)1 30 69 10 00 - Fax : (+33) (0)1 30 69 12 34 Dossier P131906 - Document DE/1 - Page 1/5 RAPPORT D'ESSAI Demandeur

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

COLDFORM LOGICIEL DE SIMULATION 2D & 3D POUR LA MISE EN FORME À FROID DES MÉTAUX MATERIAL FORMING SIMULATION

COLDFORM LOGICIEL DE SIMULATION 2D & 3D POUR LA MISE EN FORME À FROID DES MÉTAUX MATERIAL FORMING SIMULATION COLDFORM LOGICIEL DE SIMULATION 2D & 3D POUR LA MISE EN FORME À FROID DES MÉTAUX MATERIAL FORMING SIMULATION 2 www.transvalor.com 3 Un champ d application très large COLDFORM répond aux besoins des industriels

Plus en détail

Amélioration des caractéristiques mécaniques d un béton de Caoutchouc

Amélioration des caractéristiques mécaniques d un béton de Caoutchouc Amélioration des caractéristiques mécaniques d un béton de Caoutchouc Auteurs : GARGOURI Ahmad *, ELLOUZE Samir ** et MAKNI Moncef *** * : ISET: BP 88A 3099 El Bustan, Sfax, Tunisie; e-mail: Ahmad.gargouri@isetsf.rnu.tn

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-6002 PROFESSEUR : J.C. CUILLIÈRE TRAVAIL PRATIQUE

COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-6002 PROFESSEUR : J.C. CUILLIÈRE TRAVAIL PRATIQUE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES ÉCOLE D INGÉNIERIE DE TROIS-RIVIÈRES DÉPARTEMENT DE GÉNIE MÉCANIQUE COURS: MODÉLISATION AVANCÉE DU COMPORTEMENT DES MATÉRIAUX ET ASSEMBLAGES NUMÉRO : GMC-600 PROESSEUR

Plus en détail

Analyse des polymères

Analyse des polymères Mon carnet analytique Analyse des polymères Granulométrie Machines d essais FTIR SEC - MALDI Granulométrie : Mesure rapide de la taille de particules de quelques nanomètres à quelques millimètres Granulométrie

Plus en détail

PLATEFORME REGIONALE D INNOVATION CISNA 2.0. Projets industriels-étudiants

PLATEFORME REGIONALE D INNOVATION CISNA 2.0. Projets industriels-étudiants Projets industriels-étudiants Etude du comportement d un concept de module avant de moto innovant Concept de Jean Bertrand BRUNEAU (JBB) Modèle de 27 pièces Identification des zones contraintes Propositions

Plus en détail

Benchmark poutre en flexion 3 points

Benchmark poutre en flexion 3 points Benchmark poutre en flexion 3 points Le benchmark consiste en un essai de flexion 3 points d une poutre en béton armé sous chargement statique afin d étudier son comportement mécanique jusqu à la rupture.

Plus en détail

VERS UNE ETUDE DE LA SOUFFRANCE MYOCARDIQUE PEROPÉRATOIRE. Investigation multiphysique par. Thermographie Infrarouge et Méthodes ultrasonores

VERS UNE ETUDE DE LA SOUFFRANCE MYOCARDIQUE PEROPÉRATOIRE. Investigation multiphysique par. Thermographie Infrarouge et Méthodes ultrasonores VERS UNE ETUDE DE LA SOUFFRANCE MYOCARDIQUE PEROPÉRATOIRE Investigation multiphysique par Thermographie Infrarouge et Méthodes ultrasonores Céline Engrand1 E. Le Clézio1, D. Laux1, J.Y Ferrandis1. R. Demaria2,

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Aquitaine Thermographie

Aquitaine Thermographie Recherches de fuites par thermographie infrarouge Aquitaine Thermographie La thermographie La thermographie est une technologie précise et efficace, un allié fiable dans le domaine du bâtiment, de la maintenance

Plus en détail

Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires. Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume

Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires. Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume Qu est-ce que la mousse à bitume? Bitume chaud Eau Air Chambre d expansion avec buse

Plus en détail

Analyse expérimentale des phénomènes de l arrachement d inserts dans un composite à renfort tissé 3D

Analyse expérimentale des phénomènes de l arrachement d inserts dans un composite à renfort tissé 3D Analyse expérimentale des phénomènes de l arrachement d inserts dans un composite à renfort tissé 3D D. ROESSNER *, J.-Y. DREAN *, J.-F. OSSELIN * * Laboratoire de Physique et Mécanique Textiles (LPMT),

Plus en détail

Transp or t s. Québec. Montréal

Transp or t s. Québec. Montréal Transp or t s Québec Direction du Laboratoire des chaussées Utilisation du bardeau dans les enrobés : cas de l Autoroute 20 (BPF) et de la Route 116 (BPC) Michel Paradis, ing. M.Sc. Laboratoire des chaussées

Plus en détail

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Thomas CATTEROU Stage de M1 de l ENS Cachan réalisé à l IRSN Encadrant Georges

Plus en détail

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL)

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) 1GM Sciences et Techniques Industrielles Page 1 sur 5 Productique - Cours Génie Mécanique Première LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) Née aux USA, la méthode S. P. C. est traduite le plus

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

Préparation des données d entrée pour la définition d un plan de validation

Préparation des données d entrée pour la définition d un plan de validation L ingénierie des systèmes complexes Préparation des données d entrée pour la définition d un plan de validation Référence Internet 22745.010 Saisissez la Référence Internet 22745.010 dans le moteur de

Plus en détail

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU IX E JOURNÉES PROFESSIONNELLES DE L AFTLM PARIS Informations pré requises Type de flexibilité Méthodes «fournisseurs» (portée flexible standard A), dites

Plus en détail

Dossier P134598 - Document DE/1 - Page 1/6

Dossier P134598 - Document DE/1 - Page 1/6 LABORATOIRES DE TRAPPES 29 avenue Roger Hennequin 78197 Trappes Cedex - FRANCE Tél. : (+33) (0)1 30 69 10 00 - Fax : (+33) (0)1 30 69 12 34 Dossier P134598 - Document DE/1 - Page 1/6 RAPPORT D'ESSAI Demandeur

Plus en détail

Page 1 Innover en mécanique niq

Page 1 Innover en mécanique niq Page 1 Innover en mécanique Page 2 L efficacité énergétique des produits et procédés de l industrie mécanique Présentation de la vision et des projets suivis par le Cetim Thierry Ameye Contenu de la présentation

Plus en détail

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 249 254 Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates T. Raffak 1*, M. Agouzoul 1, E.M. Mabsate 1, A. Chik 2 et A. Alouani 3 1 Equipe

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE AU CONTRÔLE NON DESTRUCTIF DES MATERIAUX COMPOSITES UTILISES EN CONSTRUCTION NAVALE.

APPLICATIONS DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE AU CONTRÔLE NON DESTRUCTIF DES MATERIAUX COMPOSITES UTILISES EN CONSTRUCTION NAVALE. La construction navale en composites. Paris, 7-9 décembre 1.992 Ih'REMER. Acres de colloques >t 15. communication n M 31 APPLICATIONS DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE AU CONTRÔLE NON DESTRUCTIF DES MATERIAUX

Plus en détail

Addendum au référentiel de certification de la marque Dalles de voirie & Toiture en béton

Addendum au référentiel de certification de la marque Dalles de voirie & Toiture en béton Organisme certificateur mandaté par AFNOR Certification N d identification : NF 187 N de révision : 1 +A2 Date de mise en application de la révision : Mars 2006 Date de mise en application de l addendum

Plus en détail

Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien

Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien Effet de Stockage Thermique sur la Performance d'une Serre Tunnel sous Climat Saharien Salah BEZARI 1*, Amor BOUHDJAR 2 1 Unité de Recherche Appliquée en Energies Renouvelables, URAER, Centre de Développement

Plus en détail