MALADIES INFECTIEUSES DES LAPINS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MALADIES INFECTIEUSES DES LAPINS"

Transcription

1 Samuel Boucher*, Ghislaine Le Gall- Reculé**, Bernadette Le Normand***, Stéphane Bertagnoli****, Jean-Luc Guérin****, Anouk Decors*****, Stéphane Marchandeau******, Georges Plassiart******* * Labovet Conseil (Réseau Cristal), ZAC de la Buzenière, BP 539, Les Herbiers Cedex ** Anses, Laboratoire de Ploufragan-Plouzané, Zoopôle-Les Croix, BP 53, Ploufragan *** Clinique vétérinaire des Marches de Bretagne, 47, bd Leclerc, Saint-Brice-en-Coglès **** Université de Toulouse, Inra, UMR 1225, IHAP, F Toulouse ***** ONCFS, Direction des études et de la recherche, BP 20, Le Perray-en-Yvelines Cedex ****** ONCFS, Direction des études et de la recherche, 39, bd Albert-Einstein, CS 42355, Nantes Cedex 3 ******* Laboratoire d anatomie pathologique vétérinaire, 11, av. Leclerc-de-Hauteclocque, BP 20317, Metz Cedex 01 0,05 CFC par article lu MALADIES INFECTIEUSES DES LAPINS Nouvelle forme de maladie hémorragique virale due au virus variant 2010 Les analyses moléculaires réalisées sur des prélèvements de lapins d élevage et sauvages morts ont permis de caractériser un nouveau variant du virus de la maladie hémorragique virale responsable d épizooties depuis La maladie hémorragique virale (VHD ou viral hemorrhagic disease) dans sa forme classique est une hépatite virale du lapin sauvage ou domestique (Oryctolagus cuniculus) (encadré). Elle est généralement septicémique et touche habituellement surtout des lapins adultes ou préadultes, rarement de très jeunes lapereaux. Les animaux âgés de moins de 4 semaines sont le plus souvent résistants et la sensibilité à la maladie se développe entre 4 et 8 semaines d âge. Avènement de nouveaux cas cliniques En août 2010, dans le Pas-de-Calais, un élevage de lapins de chair dont les femelles étaient vaccinées contre la VHD a subi un important épisode clinique entraînant plus de 25 % de mortalité dans le cheptel reproducteur vacciné et une forte mortalité des lapereaux non vaccinés (photo 1). Peu après cette date, de nombreux cas de VHD sont apparus dans les élevages sur des cheptels non vaccinés, mais également, pour la première fois, sur des cheptels vaccinés, quelle que soit la souche vaccinale utilisée. Ces cas touchaient le cheptel reproducteur et les lapereaux en croissance. Durant la même période et dans les mêmes régions, l Office national de la chasse et de la faune sauvage 2 (ONCFS) et le Réseau de surveillance des mortalités de la faune sauvage (Sagir) décrivaient des cas de VHD dans des populations de lapins de garenne à des taux de mortalité qui n étaient plus observés depuis l émergence de la VHD à la fin des années 1980 (80 à 90 %) [6, 8, 9, 12, 13]. Découverte du nouveau variant Découverte En octobre 2010, six échantillons de foies de lapins vaccinés ou non, ayant présenté des lésions caractéristiques de la VHD et provenant de quatre élevages différents situés dans le Maine-et-Loire, le Calvados, l Ile-et-Vilaine et le Pas-de-Calais ont été analysés par le laboratoire de l Agence nationale de la sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail (Anses) de Ploufragan (photo 2). En complément, des typages de souches ont été réalisés pour identifier les souches responsables d épizooties enregistrées par le réseau Sagir sur 6 lapins de garenne non vaccinés et 2 vaccinés 3 à 4 mois auparavant, entre mi-août et fin septembre 2010, dans le Finistère. Les analyses moléculaires réalisées par l Anses au laboratoire de Ploufragan-Plouzané par séquençage d une portion de 354 paires de bases du gène codant la protéine de capside 2 Le Point Vétérinaire / Juillet-août 2012 / N 327 PV327_P00_00_Boucher1.indd 2 21/06/12 17:14

2 ENCADRé Rappels concernant la maladie hémorragique virale La VHD a émergé en 1984 en Chine et est apparue en France durant l été Elle est enzootique dans les populations de lapins sauvages d Europe, d Australie et de Nouvelle-Zélande. Elle est due à un Calicivirus qui possède notamment une protéine de capside majeure nommée VP60 jouant un rôle prépondérant dans l immunité contre la maladie. La transmission a lieu essentiellement par voie oro-fécale et par contact direct. Il n existe aucun traitement contre cette affection. Chez des lapins non vaccinés, cette hépatite virale est habituellement responsable de 30 à 90 % de mortalité en région d épizootie. Après une incubation de 2 à 5 jours, le lapin meurt. Seul le développement de vaccins efficaces a permis de la contrôler rapidement et d enrayer des pertes économiques importantes. Chez des animaux vaccinés, les anticorps ne sont décelables qu au bout d une quinzaine de jours. Toutefois, après inoculation d un virus pathogène RHDV, agent de la VHD, les lapins vaccinés ne développent pas de maladie. Il en est de même de certains individus en phase de rupture immunitaire (aucun anticorps n est retrouvé chez eux, et pourtant ils sont encore protégés). L immunité semble donc avoir une part cellulaire importante. Dans la majorité des élevages professionnels, la primovaccination a lieu en maternité à l âge de 6 à 10 semaines, puis un rappel est effectué tous les 6 mois [1, 2, 4, 7, 14, 15]. 1 VP60 ont permis d identifier, dans tous les échantillons, la présence d un virus VHD (en l occurrence le virus de la maladie hémorragique virale du lapin [RHDV]) génétiquement différent de ceux identifiés jusqu alors dans les pays où cette maladie est présente. L identité nucléique entre sa séquence et celles des autres calicivirus n est en moyenne que de 82,5 %. Un seul sérotype de virus VHD était initialement connu. Un variant antigénique de virus RHDV a été caractérisé à la fin des années 1990 en Europe et en Asie (RHDV de sous-type a ) et notamment en France en Cependant, les lapins vaccinés, quel que soit le type de vaccin commercial utilisé, sont protégés vis-à-vis de ce sous-type et les tests de diagnostic le détectent efficacement. En plus de ces virus pathogènes, plusieurs calicivirus du lapin non pathogènes ou faiblement pathogènes ont été mis en évidence ces dernières années en Europe (notamment en France), en Amérique du Nord et en Australie. Ces souches diffèrent du RHDV classique, notamment par leur séquence virale. De même, une de ces souches protège entièrement les lapins contre la VHD tandis que les autres ne les protègent que partiellement ou pas du tout [5, 8, 10, 11]. 2. Caractérisation du nouveau variant Des analyses phylogéniques réalisées à partir des séquences ont permis d estimer les relations génétiques entre ce nouveau variant, les différents calicivirus pathogènes du lapin connus (RHDV et virus RHDVa) et les calicivirus du lièvre européen (European brown hare syndrome [virus EBHS] ou syndrome du lièvre brun). Il a également été comparé aux souches non pathogènes 1. Mise bas d une lapine polonaise aux yeux bleus : la mise bas est un stade de plus grande sensibilité aux maladies virales, en raison de la baisse d efficacité de l immunité péripartum. 2. Remplissage des cupules d un test Elisa sandwich lors de recherche du virus VHD. photos : S. Boucher apparentées au virus de la VHD (souche rabbit calicivirus [RCV] italienne, souches RCV-A1 australiennes, souche française) ou supposées pathogènes (souche Ashington britannique) ou faiblement pathogènes (souche MRCV américaine). Le nouveau variant forme, à lui seul, un nouveau groupe génétique assez distant des calicivirus connus chez le lapin ou chez le lièvre, qu ils soient pathogènes ou non (figure 1). De plus, la caractérisation de son profil antigénique réalisée par le laboratoire de l Office international des épizooties (OIE) de référence des caliciviroses des lagomorphes (Istituto Zooprofilattico Sperimentale della Lombardia e dell Emilia, Italie) montre qu il s agit d un nouveau variant antigénique de virus VHD [8]. 3. Épizooties Ainsi, son faible degré d homologie, sa position phylogénique et son profil antigénique spécifique confirment que le virus découvert constitue un nouveau variant de virus VHD. Le Point Vétérinaire / Juillet-août 2012 / N PV327_P00_00_Boucher1.indd 3 21/06/12 17:14

3 Nouvelle forme de maladie hémorragique virale due au virus variant 2010 figure 1 Arbre phylogénique de la maladie hémorragique virale figure 2 Répartition en France (1) des cas répertoriés de maladie hémorragique virale et de nouveau variant RHDV RHDVa UK Ashington/1998 France 06-11/2006 Italie RCV/1995 USA MRCV/2001 RHDV variant 2010 RCV-A1 3 RHDV : virus de la maladie hémorragique virale du lapin ; VHD : maladie hémorragique virale ; RCV : rabbit calicivirus ; MRCV : souche RCV américaine. Cet arbre est réalisé à partir des séquences nucléotidiques de 354 paires de bases (nucléotides à 1 541) du gène codant la protéine de capside VP60 du RHDV variant 2010, de 93 souches pathogènes de VHD ( RHDV ), de 32 souches pathogènes du variant antigénique de sous-type a ( RHDVa ), d une souche du Royaume-Uni supposée pathogène ( Ashington ), d une souche faiblement pathogène ( MRCV ) et de souches non pathogènes ( 06-11, RCV et 36 souches australiennes RCV-A1 ). Les branches RHDV, RHDVa et RCV-A1 ont été comprimées pour mettre en valeur les principaux groupes génétiques. La séquence du calicivirus du lièvre (souche GD89) enracine l arbre. La comparaison avec une séquence de virus VHD, déterminée à l Anses à la suite de l analyse a posteriori sur prélèvements conservatoires d un cas de mortalité en élevage chez des lapins en croissance non vaccinés, a permis de détecter et de confirmer rétrospectivement la présence de ce variant en Ile-et-Vilaine dès le printemps, en mai Il est en majeure partie à l origine des épizooties de VHD décrites ces derniers mois dans la faune sauvage comme dans les élevages français [3, 5]. Situation actuelle 1. En France Depuis le mois d août 2010, plus de 130 cas ont été analysés en France dans des élevages professionnels. Dans la plupart de ceux caractérisés en laboratoire, c est le nouveau virus VHD variant qui a été mis en évidence. En concomitance, l ONCFS et le réseau Sagir décrivent des cas de sévères épizooties de VHD chez le lapin de garenne, la plupart d entre elles étant dues au RHDV variant 2010 qui circule conjointement au virus classique. Actuellement, le nombre d élevages français touchés est estimé à plus de 11 % sur 31 départements, situés essentiellement dans le Grand Ouest. Une carte des départements français où des cas de VHD dus au variant ont été diagnostiqués principalement par l Anses entre 2010 et 2012 est dressée (figure 2). Détecté essentiellement au nord et Départements où les analyses ont été réalisées uniquement dans des élevages. Départements où les analyses ont été réalisées uniquement dans la faune sauvage. Départements où les analyses ont été réalisées dans des élevages et dans la faune sauvage. Départements où seules des souches de maladie hémorragique virale classiques ont été caractérisées. Les points noirs désignent les départements dans lesquels les premières observations de mortalité ont été rapportées dans les élevages entre août et octobre 2010, et le point blanc dans la faune sauvage durant la même période. (1) De août 2010 à février Sources : Labovet Conseil, Clinique vétérinaire des Marches de Bretagne, Sagir, Fédération nationale des chasseurs, ONCFS, Anses. au nord-ouest en 2010, le variant semble avoir gagné peu à peu le Sud, tant à l ouest qu à l est. Il est difficile de disposer de données institutionnelles nationales fiables (plusieurs enquêtes existent néanmoins auprès de certaines clientèles privées), mais il semble qu une faible proportion d élevages n étaient pas vaccinés. Les élevages vaccinés touchés par la maladie présentaient globalement des protocoles vaccinaux variables et des animaux dont l état sanitaire est inégal (parasitisme digestif par exemple), ce qui implique des statuts immunitaires probablement très différents. Les élevages contaminés par le nouveau variant ont exprimé un tableau clinique plus ou moins fort, et, dans certains cas, malgré la vaccination avec l un ou l autre des vaccins disponibles. 2. En Europe Des suspicions ont été émises en Espagne, aux Pays-Bas, en Belgique et en Italie. À ce jour, la présence du variant 2010 a été confirmée en juillet 2011 en Italie et en février 2012 en Belgique. Les analyses sont en cours dans certains de ces autres pays pour déterminer le type de souche responsable de VHD [16]. 4 Le Point Vétérinaire / Juillet-août 2012 / N 327 PV327_P00_00_Boucher1.indd 4 21/06/12 17:14

4 4 5 Épidémiologie En raison de la situation, le réseau Sagir a attiré l attention de tous ses correspondants sur la possibilité d observation de cas de VHD dans la nature en France [13]. En effet, très souvent, les lapins trouvés morts ou mourants sont négligés par les correspondants du réseau qui ne font pas remonter l information. L objectif est désormais de connaître l importance réelle de cette nouvelle forme de VHD sur le terrain et de suivre au plus près son éventuelle expansion territoriale et temporelle. Les observations réalisées dans les populations de lapins sauvages depuis la mise en évidence du virus variant montrent un impact contrasté sur la mortalité. Certaines populations ont été fortement atteintes, notamment dans le Finistère et très récemment dans les départements de l Hérault et du Vaucluse, alors que d autres le sont beaucoup moins. De même et à la différence des souches classiques, le virus variant semble persister sur de longues périodes en entraînant des morts en faible nombre, mais régulières. De plus, la mortalité touche plus fréquemment les lapereaux de 3 à 4 semaines d âge, plus jeunes que dans la forme classique, et les observations réalisées courant 2011 dans certaines populations de lapins de garenne tendent à montrer une diminution du nombre de jeunes alors que les conditions de reproduction et de survie des lapereaux ont été très favorables (photos 3 et 4). L objectif est désormais de connaître l importance réelle de cette nouvelle forme de VHD sur le terrain et de suivre au plus près son extension territoriale et temporelle. Ainsi, un projet de recherche financé par l ONCFS et l Anses a été engagé pour 3 ans afin de caractériser génétiquement les souches VHD présentes dans les prélèvements de lapins morts réalisés par le réseau Sagir et pour lesquels le diagnostic VHD est positif. Les prélèvements qui seront étudiés (environ 300) ont été récoltés à partir de 2009, donc avant la mise en évidence du variant en France pour déterminer s il était déjà présent dans la faune sauvage, et vont l être jusqu en Un an après son apparition, ce virus variant a été identifié sur une grande partie du territoire français. Cependant, des souches pathogènes de virus classique sont toujours caractérisées, même minoritairement, et cocirculent avec le variant. Ces observations seront confirmées par l étude d épidémiologie moléculaire entreprise sur les prélèvements de lapins de garenne réalisés entre 2009 et Cette étude permettra également de savoir si le variant a remplacé les souches VHD classiques présentes en France et donnera des informations sur son évolution génétique [5]. Reproduction expérimentale Des reproductions expérimentales de la maladie en animaleries protégées ont été menées ou sont en cours à l Anses de Ploufragan et à l École nationale vétérinaire de Toulouse (ENVT). Elles ont pour objectifs de décrire la pathogénie du virus, de confirmer les lésions 3. Lapins ayant atteint un âge de sensibilité forte au virus de la VHD. 4. Lapereaux de 9 jours, âge limite de sensibilité au nouveau variant de la VHD. photos : S. Boucher macroscopiques observées et de déterminer la protection conférée par les vaccins classiques disponibles contre le nouveau virus variant, ainsi que d évaluer dans quelle mesure les protocoles de vaccination actuels contre la VHD classique sont adaptés à sa lutte. La reproduction expérimentale de la maladie due au virus variant semble délicate. En effet, si la reproduction de la VHD avec le virus classique est bien maîtrisée, il n en est pas de même pour l affection due au virus variant qui paraît plus difficile à gérer. Il va donc être désormais important de mieux comprendre les facteurs de sensibilité des lapins au virus variant et, sans doute, de revoir les critères de succès de la reproduction expérimentale de la maladie en incluant des paramètres probablement moins visibles d une affection à la forme davantage chronique (biochimie, examen clinique plus fin, électrophorèse des protéines, etc.). Les différentes études expérimentales menées confirment le pouvoir pathogène du virus VHD variant, avec cependant une grande variation des taux de mortalité selon les expérimentations et les inocula utilisés, allant de 0 % à 75 %. Ces expérimentations confirment également les observations cliniques de terrain. Elles Le Point Vétérinaire / Juillet-août 2012 / N PV327_P00_00_Boucher1.indd 5 21/06/12 17:14

5 Nouvelle forme de maladie hémorragique virale due au virus variant 2010 montrent parfois un ictère plus prononcé chez des lapins âgés de 9 à 10 semaines. Les lésions sont en revanche identiques à celles observées lors de reproduction expérimentale avec une souche de VHD classique. Le virus variant est inoculé par voies intramusculaire et orale et l incubation se déroule sur 3 à 6 jours. Les lapins présentent expérimentalement soit une forme aiguë, soit une forme plus chronique. Les morts semblent également s étaler sur une durée un peu plus longue qu avec le RHDV classique. Lors de la reproduction expérimentale destinée à étudier la protection vaccinale d un vaccin VHD commercial vis-à-vis d une infection par le virus variant, le taux de mortalité obtenu dans le lot de lapins témoins a été trop faible (20 %) pour pouvoir détecter une différence significative entre le lot d animaux vaccinés et celui de non-vaccinés, compte tenu du nombre d individus utilisés (8 lapins par lot). De nouvelles expérimentations sont prévues à l École nationale vétérinaire de Toulouse [9]. Conclusion La nouvelle souche de RHDV décrite est la cause majoritaire de la mortalité rapportée dans de nombreux élevages de lapins de chair et dans la faune sauvage en France depuis août Son origine reste encore inconnue. Les observations de terrain accumulées depuis l automne 2010 montrent un impact contrasté en termes de taux de mortalité, que ce soit en élevage ou dans les populations de lapins de garenne. La mortalité semble aussi pouvoir concerner, dans les élevages, des lapereaux de 2 à 3 semaines d âge et les observations réalisées dans certaines populations de la faune sauvage tendent à montrer une diminution du nombre de jeunes, alors que leurs conditions de reproduction et de survie sont très favorables. Les signes cliniques et le mode de transmission, confirmés par des études expérimentales, sont néanmoins similaires à ceux provoqués par les souches classiques de la VHD, avec toutefois des formes chroniques plus fréquentes. Références 1. Boucher S. La VHD ou maladie hémorragique virale du lapin. Cuniculture. Sept.- oct.1989;16(5): Boucher S. Maladie virale hémorragique compliquée d une pasteurellose. Point Vét. 2010;303: Boucher S, Le Gall-Reculé G, Plassiart G et coll. Description Clinique, nécropsique et histologique de cas de la maladie hémorragique virale (VHD) à virus variant, survenus dans 60 élevages de lapins de chair (Oryctolagus cuniculus) vaccinés ou non vaccinés en France en 2010/2011. Comptes rendus des 14 es journées de la recherche cunicole, Le Mans. 22 et 23 novembre 2011: Boucher S, Nouaille L. Manuel pratique des maladies des lapins. 2 e éd. France Agricole. 2002: Capucci L, Fusi P, Lavazza A et coll. Detection and preliminary characterization of a new rabbit calicivirus related to rabbit haemorrhagic disease virus but non pathogenic. J. Virol. 1996;70: Lamarque F, Hatier C, Artois M et coll. Le réseau Sagir, réseau national de suivi sanitaire de la faune sauvage française. Épidémiologie et santé animale. 2000;37: Le Gall-Reculé G. Le virus de la maladie hémorragique virale du lapin ou RHDV. Virologie. 2003;7(3): Le Gall-Reculé G, Zwingelstein F, Boucher S et coll. Caractérisation d un nouveau variant de virus de la maladie hémorragique virale du lapin (VHD) en France. Comptes rendus des 14 es journées de la recherche cunicole, Le Mans. 22 et 23 novembre 2011: Le Gall-Reculé G, Zwingelstein F, Boucher S et coll. Detection of a new variant of rabbit haemorrhagic disease virus in France. Vet. Rec. 5 février 2011;168(5): Le Gall-Reculé G, Zwingelstein F, Fages MP et coll. Characterisation of a nonpathogenic and non-protective infectious rabbit lagovirus related to RHDV. Virology. 2011; 410(2): Le Gall-Reculé G, Zwingelstein F, Laurent S et coll. Phylogenetic analysis of rabbit haemorrhagic disease virus in France between 1993 and 2000, and the characterisation of RHDV antigenic variants. Arch. Virol. 2003;148: Le Normand B, Boucher S. Un nouveau virus VHD identifié en France. L éleveur de lapins. 2011;122: Marchandeau S, Guitton JS, Decors A et coll. Nouvelles souches virales de RHD et EBHS chez le lapin et le lièvre en 2010 : Quelle propagation? Comment limiter l impact? Faune Sauvage. 2011;292: Faune-Sauvage-ru153/Annee ar Morisse JP. Le syndrome septicémique hémorragique chez le lapin : premières observations en France. Point Vét. 1988;20(117): Morisse JP. La maladie hémorragique virale du lapin (VHD). L éleveur du lapin. 1989;26: OIE, Informations sanitaires. Notifications immédiates et rapports de suivi. Maladie hémorragique du lapin en Italie. Accessible en ligne : wahis/public.php?page=event_ summary&this_country_ code=ita&reportid= Le Point Vétérinaire / Juillet-août 2012 / N 327 PV327_P00_00_Boucher1.indd 6 21/06/12 17:14

La nouvelle forme de Maladie Hémorragique Virale (VHD) due au virus variant 2010 a désormais un vaccin en France.

La nouvelle forme de Maladie Hémorragique Virale (VHD) due au virus variant 2010 a désormais un vaccin en France. La nouvelle forme de Maladie Hémorragique Virale (VHD) due au virus variant 2010 a désormais un vaccin en France. DR S. BOUCHER co-découvreur du virus RHVD2 1 LABOVET CONSEIL (Réseau Cristal) ZAC de la

Plus en détail

d identification et de typage des orbivirus (action A1)

d identification et de typage des orbivirus (action A1) Développement d outils d d identification d et de typage des orbivirus (action A1) Stéphan ZIENTARA, Corinne SAILLEAU, Emmanuel BREARD, Cyril VIAROUGE, Kamilla GORNA, Anthony RELMY, Alexandra DESPRAT UMR

Plus en détail

L aventure génétique, Le cas du lapin

L aventure génétique, Le cas du lapin Histoire de lapins... Le lapin européen (Oryctolagus Cuniculus) De la Renaissance au XIXème siècle : Des élevages de production apparaissent (Olivier de Serres), les lapins sont élevés en clapier et les

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

dossier de presse La surveillance de la santé des animaux sauvages : 2 Le dispositif de lutte contre la grippe aviaire : 2

dossier de presse La surveillance de la santé des animaux sauvages : 2 Le dispositif de lutte contre la grippe aviaire : 2 L u n d i 6 m a r s 2 0 0 6 dossier de presse par Jean-Baptiste GIRAUD, vice-président du conseil général chargé de l agriculture et du développement agricole La surveillance de la santé des animaux sauvages

Plus en détail

Formation «Hygiène et Biosécurité en élevage cunicole expérimental» Cahier des Charges Pôle Expérimental Cunicole de Toulouse

Formation «Hygiène et Biosécurité en élevage cunicole expérimental» Cahier des Charges Pôle Expérimental Cunicole de Toulouse Formation «Hygiène et Biosécurité en élevage cunicole expérimental» Cahier des Charges Pôle Expérimental Cunicole de Toulouse Environnement L INRA est un organisme de recherche scientifique et technologique

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901 informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Association loi 1901 INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Le Centre d Information des Viandes

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

Production mondiale totale estimée à 1,8 à 2,0 millions de tonnes EC. Les principaux pays producteurs de viande de Lapin dans le Monde

Production mondiale totale estimée à 1,8 à 2,0 millions de tonnes EC. Les principaux pays producteurs de viande de Lapin dans le Monde La cuniculture française Innovations et Perspectives Les principaux pays producteurs de viande de Lapin dans le Monde par François LEBAS Ingénieur Agronome, Directeur de Recherches Honoraire Association

Plus en détail

- les intestins des animaux, quel que soit leur âge, issus de troupeaux non concernés par la police sanitaire;

- les intestins des animaux, quel que soit leur âge, issus de troupeaux non concernés par la police sanitaire; AVIS de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments concernant l évaluation des effets de la technique du délimonage appliquée aux intestins d ovins au regard du risque d encéphalopathies spongiformes

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc. SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA

Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc. SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA Définition La PPR est une maladie virale très contagieuse qui affecte

Plus en détail

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR (le contenu de ce site change assez régulièrement en fonction de l'évolution du dossier) 1. SAVOIR / S'INFORMER Définition des grippes

Plus en détail

Structure générale d'une particule virale de type herpès

Structure générale d'une particule virale de type herpès Virus de type herpès et coquillages 1 - Caractéristiques des virus de type herpès infectant les coquillages Des infections à virus de type herpès sont associées à des mortalités massives chez différentes

Plus en détail

1 / Qu est ce que l Influenza Aviaire?

1 / Qu est ce que l Influenza Aviaire? Information 1/8 Le 24 octobre 2005 GRIPPE AVIAIRE (ou INFLUENZA AVIAIRE) à H5N1 Questions Réponses Ce document «Questions/Réponses» sur la grippe aviaire a été élaboré dans un but d information et pour

Plus en détail

Etude d un cas de leptospirose en Nouvelle Calédonie

Etude d un cas de leptospirose en Nouvelle Calédonie Etude d un cas de leptospirose en Nouvelle Calédonie Document Elève Compétences Capacités : Sélectionner et trier des informations à partir de divers supports (textes, schémas, données scientifiques).

Plus en détail

L Herpesvirose canine

L Herpesvirose canine L Herpesvirose canine par Alain FONTBONNE Dr Vétérinaire, PhD, Diplo. ECAR Chef du service de Reproduction Animale à l Ecole Nationale Vétérinaire d Alfort L herpesvirose canine (CVH pour Canine Herpes

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

Les virus de la grippe

Les virus de la grippe Données actuelles sur les Virus de la Grippe Classique et Aviaire Laurent Andréoletti (MCU-PH) Laboratoire de Virologie Médicale, EA-3798 CHU et Faculté de Médecine de Reims Les virus de la grippe Famille

Plus en détail

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003

Diarrhée à Rotavirus MS. IFMT, Sémin.Diarrhées-sept 1 2003 Diarrhée à Rotavirus 1 Rotavirus : Épidémiologie Virus ubiquitaire, découvert en 1973 Touche adultes et enfants ; surtout E Agent n 1 de diarrhée aiguë sévère de l enfant < 5 ans Transmission feco-orale,

Plus en détail

Surveillance Entomologique du Vecteur de la Dengue et du Chikungunya en Nouvelle-Calédonie Bulletin 09-10/13 du 19 décembre 2013

Surveillance Entomologique du Vecteur de la Dengue et du Chikungunya en Nouvelle-Calédonie Bulletin 09-10/13 du 19 décembre 2013 Surveillance Entomologique du Vecteur de la Dengue et du Chikungunya en Nouvelle-Calédonie Bulletin 9-/13 du 19 décembre 13 Laurent Guillaumot, Noémie Baroux Activité subventionnée par le Gouvernement

Plus en détail

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013 Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013 Monitoring actif dans l avifaune sauvage En 2013, dans le cadre du monitoring actif, 3.181 oiseaux sauvages ont été échantillonnés.

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE Juin 2011 Service évaluation des actes professionnels - 1 - Ce texte court est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. BAISSE DU COURS DES CEREALES ET

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

MINISTERE DE L ECOLOGIE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE

MINISTERE DE L ECOLOGIE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE MINISTERE DE L ECOLOGIE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE PROGRAMME LITEAU - GESTION DU LITTORAL THEME 2 Contamination microbiologique et éléments toxiques Contamination virale et indicateurs de risque L étude

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Page 1 sur 5 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Certificat d Etudes Approfondies Vétérinaires en Gestion de la Santé et de

Plus en détail

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2014

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2014 Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2014 Monitoring actif dans l avifaune sauvage En 2014, dans le cadre du monitoring actif, 3.036 oiseaux sauvages ont été échantillonnés.

Plus en détail

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009 Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France Décembre 2008 Février 2009 Journées Nationales d Infectiologie Lyon 10-11-12 juin 2009 Alerte et contexte : signalement et premières investigations

Plus en détail

Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc

Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc ROYAUME DU MAROC Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaire Direction des services vétérinaires Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc La Peste des Petits Ruminants

Plus en détail

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Laboratoire Vétérinaire et Alimentaire Départemental 54 PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Principe : Démarche de diagnostic différentiel des avortements de bovins selon un protocole commun Meuse - Moselle

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

Fréquence de prescription des examens de biologie médicale

Fréquence de prescription des examens de biologie médicale examens de biologie médicale SOMMAIRE 1. OBJET 1 2. FREQUENCE DE PRESCRIPTION DES EXAMENS 2 3. REFERENCES 5 Toute impression de ce document sans l'en-tête contenant sa référence et sa version en haut de

Plus en détail

DETECTION DES PARVOVIRUS DES PALMIPEDES PAR PCR EN TEMPS REEL

DETECTION DES PARVOVIRUS DES PALMIPEDES PAR PCR EN TEMPS REEL DETECTION DES PARVOVIRUS DES PALMIPEDES PAR PCR EN TEMPS REEL Jean-Luc Pingret 1, Catherine Zadjian 2, Stéphane Lemière 3, Corine Boucraut-Baralon 1 1 SCANELIS, 23 chemin des Capelles 31076 Toulouse cedex3

Plus en détail

Influenza aviaire et maladie de newcastle Bilan de la surveillance de l Influenza aviaire et de la maladie de Newcastle en France en 2014

Influenza aviaire et maladie de newcastle Bilan de la surveillance de l Influenza aviaire et de la maladie de Newcastle en France en 2014 Influenza aviaire et maladie de newcastle Bilan de la surveillance de l Influenza aviaire et de la maladie de Newcastle en France en 04 Isabelle Guerry* () (isabelle.guerry@agriculture.gouv.fr), Audrey

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Grippe aviaire : risques en milieu professionnel et perspectives en cas de pandémie

Grippe aviaire : risques en milieu professionnel et perspectives en cas de pandémie Dossier Mise à jour : 01/08/2005 Grippe aviaire : risques en milieu professionnel et perspectives en cas de pandémie Depuis la fin de l'année 2003, une épidémie de grippe aviaire sévit dans les pays du

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

La rage féline. Etiologie* Epidémiologie* Fiche technique n 12

La rage féline. Etiologie* Epidémiologie* Fiche technique n 12 Fiche technique n 12 La rage féline La rage est une zoonose* due à un virus. Elle est présente quasiment dans le monde entier. Elle est inexorablement mortelle une fois les symptômes déclarés. La France

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Vaccination des lapins de garenne en nature : où en sont les recherches?

Vaccination des lapins de garenne en nature : où en sont les recherches? Sanitaire Vaccination des lapins de garenne en nature : où en sont les recherches? P. Granval/ONCFS La vaccination contre la myxomatose et la VHD est souvent présentée comme la solution qui permettra d

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Présentation du projet DIANGES. Labellisé RMT VEGDIAG

Présentation du projet DIANGES. Labellisé RMT VEGDIAG Présentation du projet DIANGES Labellisé RMT VEGDIAG Diagnostic des maladies de type viral sur plants fruitiers tempérés ligneux et petits fruits par approche polyvalente de type NGS (Next Generation Sequencing).

Plus en détail

Leishmaniose féline. Pr. G. Bourdoiseau Docteur vétérinaire, dip. EVPC Parasitologie maladies parasitaires Equipe JE Hémopathogènes vectorisés

Leishmaniose féline. Pr. G. Bourdoiseau Docteur vétérinaire, dip. EVPC Parasitologie maladies parasitaires Equipe JE Hémopathogènes vectorisés Leishmaniose féline Pr. G. Bourdoiseau Docteur vétérinaire, dip. EVPC Parasitologie maladies parasitaires Equipe JE Hémopathogènes vectorisés Directeur général adjoint VetAgro Sup Campus vétérinaire de

Plus en détail

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX La manifestation clinique d un trouble digestif en collectivité est peu spécifique de l agent

Plus en détail

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles Séquençage de l ADN 1- Un brin complémentaire de l ADN à séquencer est fabriqué

Plus en détail

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4 Fiche technique n 4 La «Toux de Chenil» La «Toux de Chenil» est un syndrome* fréquent, souvent rencontré en collectivité ou lors de rassemblements de chiens d origines différentes (chenils, animalerie,

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

La rage féline. Epidémiologie* Etiologie* Fiche technique n 12 2 ème édition

La rage féline. Epidémiologie* Etiologie* Fiche technique n 12 2 ème édition Fiche technique n 12 2 ème édition La rage féline La rage est une zoonose inéluctablement mortelle une fois les symptomes déclarés et touche de nombreuses espèces animales. Elle reste une préoccupation

Plus en détail

EXPERTISE COLLECTIVE : SYNTHÈSE ET CONCLUSIONS

EXPERTISE COLLECTIVE : SYNTHÈSE ET CONCLUSIONS EXPERTISE COLLECTIVE : SYNTHÈSE ET CONCLUSIONS Relatives à la saisine «Évaluation du risque sanitaire pour l homme lié à la présence de virus Influenza pandémique dans l air des bâtiments et sa diffusion

Plus en détail

INSTITUT CARNOT PASTEUR MALADIES INFECTIEUSES INSTITUT CARNOT SANTE ANIMALE 2 E APPEL D OFFRES CONJOINT

INSTITUT CARNOT PASTEUR MALADIES INFECTIEUSES INSTITUT CARNOT SANTE ANIMALE 2 E APPEL D OFFRES CONJOINT AO conjoint ICSAPMI 2015 INSTITUT CARNOT PASTEUR MALADIES INFECTIEUSES INSTITUT CARNOT SANTE ANIMALE 2 E APPEL D OFFRES CONJOINT RESUME ET OBJECTIFS Afin de développer des collaborations et renforcer les

Plus en détail

RÉSUMÉ. Mots-clés: méthodes de diagnostic, réaction de polymérisation en chaîne (PCR) optimisation, viroses des animaux de compagnie.

RÉSUMÉ. Mots-clés: méthodes de diagnostic, réaction de polymérisation en chaîne (PCR) optimisation, viroses des animaux de compagnie. RÉSUMÉ Mots-clés: méthodes de diagnostic, réaction de polymérisation en chaîne (PCR) optimisation, viroses des animaux de compagnie. 1. L'importance de la thèse Actuellement, la pathologie infectieuse/contagieuse

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

Rencontres fièvre catarrhale ovine

Rencontres fièvre catarrhale ovine 3 déc. 2008 Intervenants : Gilles Aumont, INRA Renaud Lancelot, CIRAD Bruno Mathieu, EID-Méditerranée Claude Saegerman, Université de Liège Henri Seegers, École Nationale Vétérinaire de Nantes Stephan

Plus en détail

PULVERISATION DE LEVURES A LA VIGNE : UN OUTIL DE LUTTE PREVENTIF CONTRE LE DEVELOPPEMENT D ASPERGILLUS CARBONARIUS J.M. SALMON

PULVERISATION DE LEVURES A LA VIGNE : UN OUTIL DE LUTTE PREVENTIF CONTRE LE DEVELOPPEMENT D ASPERGILLUS CARBONARIUS J.M. SALMON PULVERISATION DE LEVURES A LA VIGNE : UN OUTIL DE LUTTE PREVENTIF CONTRE LE DEVELOPPEMENT D ASPERGILLUS CARBONARIUS J.M. SALMON INRA MONTPELLIER UMR n 1083 «Sciences pour l Oenologie» et INRA GRUISSAN

Plus en détail

Figure 1a Wasmannia auropunctata (Ouvrière), morphologie. 1 millimètre

Figure 1a Wasmannia auropunctata (Ouvrière), morphologie. 1 millimètre Figure 1a Wasmannia auropunctata (Ouvrière), morphologie. 1 millimètre Figure 1b Wasmannia auropunctata Taille relative et diversité morphologique (Reine et ouvrière) Figure 2 Wasmannia auropunctata (mâle

Plus en détail

Article : la maladie aléoutienne chez le furet

Article : la maladie aléoutienne chez le furet Article : la maladie aléoutienne chez le furet Définition : La maladie aléoutienne ou ADV est due à un parvovirus qui affecte le vison, le furet, la mouffette, le raton laveur et probablement d autres

Plus en détail

EPIDÉMIOLOGIE DE LA RAGE TERRESTRE EN EUROPE CYCLE. Lyssavirus Genotype 1. Etroite coadaptation virushôte,

EPIDÉMIOLOGIE DE LA RAGE TERRESTRE EN EUROPE CYCLE. Lyssavirus Genotype 1. Etroite coadaptation virushôte, EPIDÉMIOLOGIE DE LA RAGE TERRESTRE EN EUROPE Renard roux Lyssavirus Genotype 1 CYCLE TERRESTRE Etroite coadaptation virushôte, Virus spécifique à son hôte naturel, L hôte est très sensible à son virus

Plus en détail

MANUEL QUALITE. Plateforme de cytogénétique Contrôle chromosomique d espèces animales

MANUEL QUALITE. Plateforme de cytogénétique Contrôle chromosomique d espèces animales Page 1 sur 16 Plateforme de cytogénétique Contrôle chromosomique d espèces animales PLATEFORME DE CYTOGENETIQUE UMR 1388-INRA-ENVT-ENSAT- GenPhySE 23 Chemin des Capelles BP 87614 31076 TOULOUSE Cedex3

Plus en détail

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris en m édec ine vétérina ire Christophe Renoult AVPO Hervé Morvan LDA22 Ploufragan 1 La production avicole française Filière chair : - Poulet, - Canard - Gibier Filière œuf de consommation : - Poulette -

Plus en détail

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 APPARITION DE LA MALADIE Dans l état actuel de la connaissance du dossier, le virus de la grippe H1N1 qui circule au Mexique se transmet d homme

Plus en détail

LA RAGE. Cours Master MP1 hygiène et sécurité. Dr Zied BOUSLAMA Laboratoire de la rage, Institut Pasteur de Tunis

LA RAGE. Cours Master MP1 hygiène et sécurité. Dr Zied BOUSLAMA Laboratoire de la rage, Institut Pasteur de Tunis LA RAGE Cours Master MP1 hygiène et sécurité Dr Zied BOUSLAMA Laboratoire de la rage, Institut Pasteur de Tunis 25 Février 2016 Faculté des Sciences de Tunis PLAN Introduction - Historique Le virus rabique

Plus en détail

RÉSEAU SAGIR OBJECTIFS

RÉSEAU SAGIR OBJECTIFS Dominique GEST FNC RÉSEAU SAGIR OBJECTIFS Le réseau SAGIR est un réseau de surveillance épidémiologique des oiseaux et des mammifères sauvages terrestres en France. Sa mission est de surveiller les maladies

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

BILAN DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE Du 1er janvier au 31décembre 2012

BILAN DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE Du 1er janvier au 31décembre 2012 BILAN DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE Du 1er janvier au 31décembre 2012 Réalisé par l Observatoire de l Office de Tourisme d Angers Loire Métropole LE TOURISME SUR LE TERRITOIRE D ANGERS LOIRE MÉTROPOLE C EST

Plus en détail

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad 28/03/2013 Plan de la présentation Définitions des IRA et GEA Etiologies Grippe et norovirus La surveillance de la grippe et de la GEA en France La surveillance des

Plus en détail

AIDE AU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE DES AVORTEMENTS INFECTIEUX DES BOVINS

AIDE AU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE DES AVORTEMENTS INFECTIEUX DES BOVINS AIDE AU DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE DES AVORTEMENTS INFECTIEUX DES BOVINS Les avortements chez la vache sont à déclaration obligatoire, dans le cadre de la prophylaxie de la brucellose. Toutefois, cette maladie

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Inventaire et suivi des reptiles

Inventaire et suivi des reptiles Inventaire et suivi des reptiles Ils sont réalisés par Simon Birckel de l Office national des forêts. Point bibliographique Documents de référence Les documents de référence sont : le dossier d enquête

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

Jean-François Guégan. Centre IRD de Montpellier. Courriels : jean-francois.guegan@ird.fr jean-francois.guegan@ehesp.fr

Jean-François Guégan. Centre IRD de Montpellier. Courriels : jean-francois.guegan@ird.fr jean-francois.guegan@ehesp.fr Réduction de la diversité biologique et vulnérabilité sanitaire des populations animales sauvages : intérêts et applications à l échelle de l atelier de production http://www.mivegec.ird.fr http://www.ehesp.fr

Plus en détail

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE

BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE PROTOCOLE D ACCORD ETAT- REGION BASSE-NORMANDIE RELATIF A LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET A L ACCES AUX COMPETENCES DE BASE PREFECTURE DE REGION BASSE-NORMANDIE LE 20 MARS 2007 PROTOCOLE D ACCORD ETAT-

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 17 août 2011

Communiqué de presse. Bâle, le 17 août 2011 Communiqué de presse Bâle, le 17 août 2011 La FDA homologue Zelboraf (vémurafénib) et son test diagnostique compagnon, tous deux des produits Roche, pour la prise en charge du mélanome métastatique à gène

Plus en détail

2 avril 2004 Vol. 17 N o 14. Sommaire

2 avril 2004 Vol. 17 N o 14. Sommaire ISSN 1012-5310 2 avril 2004 Vol. 17 N o 14 Sommaire Peste bovine en République Centrafricaine : le Délégué déclare son pays «provisoirement indemne de peste bovine» 97 Influenza aviaire hautement pathogène

Plus en détail

Leptospirose et entreprise : Conduite à tenir

Leptospirose et entreprise : Conduite à tenir Leptospirose et entreprise : Conduite à tenir M. le Pr. Pierre CATILINA FACULTE DE MEDECINE Institut d'hygiène Industrielle de Médecine du Travail et d'ergonomie 28, place Henri-Dunant 63001 CLERMONT-FERRAND

Plus en détail

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Grippe A(H1N1) 2009 : ituation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Dr. Loïc Josseran Institut de veille sanitaire, aint-maurice Journée d information des professionnels de l urgence, 30

Plus en détail

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire JRVS Midi-Pyrénées - 14 juin 2012 L Couleau 1 ; Maud Ginsbourger 1-2 ; N Sauthier 1 ; P Fabre 3 ;V Schwoebel 1 1. Cellule de l Institut de Veille

Plus en détail

insémination artificielle pour les élevages cunicoles en Algérie

insémination artificielle pour les élevages cunicoles en Algérie Intérêt de l insl insémination artificielle pour les élevages cunicoles en Algérie François LEBAS Directeur de Recherches honoraire à l INRA Association Cuniculture - France Atelier de travail sur la création

Plus en détail

Aide d'urgence pour la détection rapide et la prévention de la grippe aviaire en Afrique de l'ouest TCP/RAF/3016 (E) et UEMOA

Aide d'urgence pour la détection rapide et la prévention de la grippe aviaire en Afrique de l'ouest TCP/RAF/3016 (E) et UEMOA Aide d'urgence pour la détection rapide et la prévention de la grippe aviaire en Afrique de l'ouest TCP/RAF/3016 (E) et UEMOA MAURITANIE Dr Lemrabott OULD MEKHALLA Directeur Adjoint de l Elevage Bamako,

Plus en détail

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Claude SAEGERMAN Département des maladies infectieuses et parasitaires, Service d épidémiologie et analyse de risques appliquées aux

Plus en détail

DEPISTAGE DES AFFECTIONS INFORMATION A L INTENTION DES ELEVEURS 18 JUIN 2010. Etude DEPARBOX RENALES CHEZ LE BOXER. Préambule

DEPISTAGE DES AFFECTIONS INFORMATION A L INTENTION DES ELEVEURS 18 JUIN 2010. Etude DEPARBOX RENALES CHEZ LE BOXER. Préambule Préambule Les maladies rénales chroniques sont des affections courantes dans l espèce canine. Le nombre de cas d insuffisance rénale chronique (IRC) chez des chiens de race Boxer semble être croissant

Plus en détail

Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques

Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques INRA, UE-1277 PFIE, Centre Val de Loire, 37380 Nouzilly, France Mickaël Riou, Nathalie Kasal

Plus en détail

Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012. Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC

Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012. Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012 Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC La DDPP en quelques chiffres 99 agents 74 inspecteurs ou enquêteurs 7234 inspections réalisées 980

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH AU SEIN DES FRACTIONS DU SPERME Classement NABM : 16-02 - code : non codé JUILLET 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis

Plus en détail

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/37 Point 16.3 de l ordre du jour provisoire 14 mars 2014 Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique Rapport du Secrétariat

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Que se passe-t-il dans un laboratoire de génétique?

Que se passe-t-il dans un laboratoire de génétique? 12 appliquer à des échantillons conservés (par exemple, si les premiers tests n ont abouti à aucun résultat), si le patient y consent. De cette façon, les patients et les médecins peuvent être sûrs que

Plus en détail

Efficacité des vaccinations vétérinaires dans l éradication des zoonoses. Hervé BAZIN

Efficacité des vaccinations vétérinaires dans l éradication des zoonoses. Hervé BAZIN Efficacité des vaccinations vétérinaires dans l éradication des zoonoses Hervé BAZIN Il existe, répertoriées, au moins, 400 à 500 zoonoses Zoonoses classiques : rage, brucellose, tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

Les nouvelles pistes étudiées par les chercheurs dans le domaine de l alimentation des lapins

Les nouvelles pistes étudiées par les chercheurs dans le domaine de l alimentation des lapins PERSPECTIVES Analyses des Journées de la Recherche cunicole Le Mans 19-20 nov. 2013 Les nouvelles pistes étudiées par les chercheurs dans le domaine de l alimentation des lapins François LEBAS Directeur

Plus en détail

Volatilité des matières premières de l alimentation animale

Volatilité des matières premières de l alimentation animale Volatilité des matières premières de l alimentation animale Baptiste Lelyon Institut de l Elevage - Département Economie Février 2011 2007 2010 : Bis Repetita Une situation en apparence identique Une explosion

Plus en détail

FSP GRIPAVI Afrique de l Ouestl

FSP GRIPAVI Afrique de l Ouestl FSP GRIPAVI Afrique de l Ouestl Equipe Virologie UMR-15 Prélèvements Mali et Mauritanie 2008 volaille (2500) Faune sauvage (962 + 741) Résultats Mali : prévalence (QR-PCR) MALI 2007 Origine : domestique

Plus en détail

LA GRIPPE AVIAIRE - 1 - PARTICULARITES DES VIRUS GRIPPAUX. Influenzavirus A observé au microscope électronique

LA GRIPPE AVIAIRE - 1 - PARTICULARITES DES VIRUS GRIPPAUX. Influenzavirus A observé au microscope électronique PARTICULARITES DES VIRUS GRIPPAUX Le virus de la grippe appartient aux Influenzavirus A, qui sont les seuls Influenzavirus à infecter les oiseaux et les mammifères. Ce sont des virus à ARN enveloppés,

Plus en détail