LE COMMERCE EN FRANCE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE COMMERCE EN FRANCE"

Transcription

1 LES CREATIONS D'ENTREPRISES LES CREATEURS D'ENTREPRISES LES CHIFFRES CLES EVOLUTION DES CREATIONS LES CREATIONS D'ENTREPRISES COMMERCIALES LES CREATIONS EN 2008 LES CREATIONS PAR REGION INSEE 2007

2 LES CREATEURS D'ENTREPRISE Les nouveaux entrepreneurs de 2006 sont plus nombreux qu'en 2002 à créer leur entreprise pour assurer leur propre emploi et plus de quatre nouvelles entreprises sur cinq n'ont pas de salarié chômeurs ont créé une entreprise en 2006, 40 % des créateurs. Cette proportion n était que de 34 % en Dans le même temps, la part des créateurs aidés a nettement augmenté, passant de 28 % à 44 %. Parmi les créateurs antérieurement salariés, 26 % étaient cadres ;ils n étaient que 16 % en % des créateurs d entreprises sont des femmes : cette proportion a augmenté légèrement en quatre ans. Un quart du financement des nouvelles entreprises repose sur l emprunt bancaire. La clientèle des nouvelles entreprises est de plus en plus locale ou de proximité. 38 ans et demi au moment de la création de son entreprise L âge moyen des créateurs d entreprises est de 38 ans et demi. Il est quasiment le même pour les hommes et pour les femmes, pour les créateurs de 2002 et ceux de % des créateurs ont 50 ans ou plus contre 24 % de la population active ; 57 % ont moins de 40 ans contre 48 % des actifs (graphique 1). Les créateurs de moins de 30 ans choisissent globalement les mêmes secteurs d activité que ceux âgés de 30 à 49 ans : 25 % exercent dans le commerce, 21 % dans la construction et 18 % dans les services. En revanche, les créateurs de 50 ans ou plus se spécialisent davantage dans le commerce (29 %) et dans les services aux entreprises (25 %), leur dispensant des conseils pour les affaires et la gestion. 35 % des créateurs sont titulaires d un diplôme supérieur au baccalauréat, 17 %dubaccalauréatet26 %d un CAP, brevet de compagnonou BEP. 13 % des créateurs n ont aucun diplôme. L absence de diplôme ne présage pas un avenir plus difficile pour ces nouveaux entrepreneurs. En effet, les créateurs sans diplôme sont âgés, en moyenne, de six mois de plus que les autres, sont un peu plus nombreux à avoir déjà créé au moins une entreprise auparavant et à entreprendre dans une activité identique au métier qu ils exerçaient auparavant ; autant de facteurs favorables à la pérennité de l entreprise. Parmi les créateurs ayant eu un parcours antérieur de salarié, 26 % Útaient cadres, 36 % employés, 17 % ouvriers. Si la proportion d'employés en 2006 reste identique Ó celle de 2002, en revanche, les ouvriers sont moins représentés ( 5 points) tandis que les cadres sont nettement plus nombreux (+ 10 points) soit à être passés par une période de chômage, soit à abandonner leur employeur pour se lancer dans leur propre aventure.

3 LES CREATEURS D'ENTREPRISE 30 % des créateurs d entreprises sont des femmes Les femmes constituent 47 % de la population active mais seulement 30 % des créateurs d entreprises de Toutefois, cette proportion augmente légèrement : en 2002, les femmes représentaient 27 % des créateurs. Les créatrices d entreprises vivent un peu moins souvent en couple que les créateurs (70 % contre 74 %) et, pour les unes comme les autres, la proportion de nouveaux entrepreneurs vivant avec des enfants est de 56 %. Les femmes entreprennent davantage dans les activités tertiaires que les hommes : commerces, services aux particuliers, domaines de l éducation, de la santé ou de l action sociale. En revanche, elles créent, traditionnellement, très peu souvent dans le secteur de la construction. Moins de 5 % des créateurs de 2006 exercent dans un secteur dit «innovant» (définitions). Mais un quart des créateurs dans les autres secteursc onsidèrent que la technologie (électronique, chimie, informatique...) est à la base des produits et services qu ils proposent ou est un support important de leur activité. Ces entrepreneurs ont créé, en général, leur entreprise dans les services aux entreprises (conseils pour les affaires et la gestion, ingénierie et études techniques, activités juridiques) ou dans le commerce (matériel de bureau, ordinateurs, logiciels non personnalisés, matériel de téléphonie). pour 70% des femmes qui créé leur entreprise était essentiellement pour assurer leur propre emploi Secteurs d'activité 2006 Hom m es Fem m es Ensem ble Industries agroalimentaires (IA A) 1,8 1,6 1,8 Industrie (hors IA A) 5,0 4,0 4,7 Construction 28,7 4,3 21,4 Commerce 23,6 29,5 25,3 Transports 2,7 1,2 2,2 Activités immobilières 4,5 3,9 4,3 Services aux entreprises 19,4 18,7 19,2 Services aux particuliers 10,9 25,5 15,3 Éducation, santé, action sociale 3,5 11,4 5,9 Total 100,0 100,0 100,0

4 SITUATION DU CREATEUR IMMEDIATEMENT AVANT LA CREATION D'ENTREPRISE En 2006, 86,5 % des créations de nouvelles entreprises ne génèrent qu'un seul emploi, celui de l'entrepreneur. Quelques mois après la création, les entreprises toujours en activité emploient en moyenne 1,9 personne (en comptant 'emploi du créateur). Trois ans plus tard, es entreprises qui perdurent emploient en moyenne 2,5 personnes. Au total, plus de 87 % de l'emploi créé initialement subsiste trois ans plus tard. Durant les onze premiers mois de 'année 2006, créateurs d'entreprises ont bénéficié de l'aide aux chômeurs créateurs et repreneurs d'entreprises (ACCRE, définitions). Cette aide a été accordée à 2,5 fois plus de créateurs qu'en Depuis 2006, elle a également été étendue à tous les entrepreneurs dont le revenu, avant la création, était inférieur au Smic Effectif % Effectif % En activité (salarié, indépendant, chef d'entreprise ) Au chômage : depuis moins d'un an depuis un an ou plus Sans activité professionnelle (étudiant, personne au foyer, retraité ) Total source insee

5 CREATIONS D'ENTREPRISES- NOMBRE DE SALARIES Aucun salarié Nombre moyen de salariés 2007 (en %) (si au moins un salarié) Industrie agroalimentaire (IAA) 72,4 3,4 ndustrie hors IAA 86,3 5,3 dont biens de consommation 90,1 5,0 dont biens d équipement 80,2 5,4 dont biens intermédiaires 82,8 5,5 Construction 76,0 2,8 Commerce 87,8 2,5 Transports 83,0 3,2 Activités financières 88,9 2,4 Immobilier 94,1 2,0 Services aux entreprises 92,3 3,2 Services aux particuliers 82,4 2,5 dont hôtels, cafés, restaurants 71,1 2,7 Éducation, santé, action sociale 96,3 2,9 Ensemble 86,7 2,9 source insee

6 LES CREATIONS- REPRISES D'ENTREPRISE EN 2007 création de entreprises 72% sont entièrement nouvelles 12 % des reprises 16 % des réactivations part des femmes dans les entreprises 36 % dans les reprises 26 % dans la creation reprise de l'affaire de leur conjoint 20 % sont inactive lors de la reprise investissent moins que les hommes reprise d'entreprises de services aux particuliers 80 % dse reprises habillement alimentation journaux 87 % des entreprises créées n'ont pas de salarié 50 % des nouvelles entreprises se créent sous la forme de sociétés 91 % sont des SARL

7 LES REPRISES D'ENTREPRISE La statistique des créations d'entreprises est constituée à partir des informations du répertoire SIRENE. Les créations d'entreprise sont classées en trois catégories, créations pures, créations par reprise, et réactivation. - Toute entreprise personne morale ou personne physique n'ayant pas eu antérieurement d'activité non salariée est inscrite au répertoire lors de sa déclaration de démarrage d'activité et reçoit alors un numéro d'identification. Elle est comptabilisée dans la statistique de créations, à partir de sa date de début d'activité économique : en création pure si l'activité exercée ne constitue pas la poursuite d'une activité de meme type exercée antérieurement au meme endroit par une autre entreprise. On parle aussi de création "ex nihilo" ; en création par reprise dans les cas contraires (reprise de tout ou partie des moyens de production d'une autre entreprise, rachat d'un fonds de commerce,...) - Dans le cas d'une personne physique ayant eu une activité non salariée et reprenant une activité non salariée, cette personne retrouve le numéro d'identification qui lui avait été précédemment attribué. L'opération est alors comptabilisée, dans tous les en création par réactivation. En 2005, les entreprises créées ex-nihilo représentent 67% des entreprises commerciales créés. Si les créations ex-nihilo ne font que ralentir leur croissance dans le commerce de détail et le commerce et la réparation automobile, elles diminuent fortement

8 CREATIONS -DEFAILLANCES Créations 216,2 213,6 214,9 239,7 268,4 270,3 285,7 321,5 Défaillances 38,1 37,7 39,2 40,9 42,0 43,2 40,3 43,0 source insee

9 LES CREATIONS D'ENTREPRISES SOURCE INSEE-SIRENE

10 LES CREATIONS D'ENTREPRISES ENSEMBLE ECONOMIE COMMERCES SOURCE INSEE-SIRENE

11 CREATIONS D'ENTREPRISES PAR SECTEUR en % IAA 2,4 2,3 2,3 2,3 2,1 2,2 2,3 2,0 1,3 Industrie (hors IAA) 6,7 5,2 5,2 4,9 4,7 4,6 4,4 4,4 4,5 Construction 12,3 14,7 14,6 14,2 14,5 15,6 16,0 16,6 17,3 Commerce 32,1 26,6 26,2 26,6 27,1 26,9 26,0 24,0 24,5 Transports 3,7 2,6 2,5 2,5 2,5 2,2 2,2 2,3 2,4 Activités immobilières 2,6 3,4 3,4 3,6 3,7 4,1 4,4 5,0 6,2 Services aux entreprises 15,1 18,6 18,7 18,2 18,5 19,2 19,9 20,6 21,2 Services aux particuliers 18,3 19,1 19,4 19,9 19,1 18,1 17,7 15,0 13,4 dont hôtels cafés restaurants 11,4 11,1 11,3 11,5 11,0 10,3 9,7 7,2 5,6 Education, santé, action sociale 6,8 7,5 7,7 8,0 7,8 7,1 7,1 7,4 7,8 Ensemble (nombre) source insee

12 LES CREATIONS D'ENTREPRISE PAR SECTEUR

13 CREATIONS D'ENTREPRISES COMMERCIALES Commerce de gros Commerce de détail et réparation Commerce et réparation automobile source insee

14 CREATIONS D'ENTREPRISES COMMERCIALES Nombre d'entreprises créées (en milliers) Évolution en % / / /2006 Commerce de gros 20,9 18,0 18,2 22,0-13,8 0,8 21,5 Commerce de détail et réparation 43,2 43,5 44,6 49,5 0,7 2,7 10,9 Commerce et réparation automobile 5,5 5,6 5,7 7,0 0,3 3,3 21,8 TOTAL COMMERCE 69,6 67,0 68,5 78,5-3,7 2,2 14,6 Artisanat commercial 2,3 2,5 2,7 3,3 9,4 8,2 23,7 TOTAL COMMERCE ET ARTISANAT COMMERCIAL 71,9 69,5 71,2 81,8-3,3 2,5 14,9 Ensemble de l'économie France entière 268,4 270,3 285,7 321,5 0,7 5,7 12,5 source insee

15 LES DIFFERENTS TYPES DE CREATIONS D'ENTREPRISES COMMERCIALES COMMERCE DE GROS COMMERCE DETAIL-ARTISANAT COMMERCE AUTO SOURCE INSEE-SIRENE

16 CREATIONS D'ENTREPRISES 2008 Créations d'entreprises (Données CVS-CJO) Créations d'entreprises (Données brutes) Glissement (en %) Cumul Cumul des Mai 08 Juin 08 Juillet 08 Août 08 Sept. 08 du cumul sur * sur 12 mois 3 mois 12 mois 12 mois précédents Ensemble ,3 7, Évolution [m/(m-1)] -4,1 % 2,7 % -0,4 % -0,2 % -2,8 % IAA ,9 48, Industrie hors IAA ,2 2, dont biens de consommation ,7-2, dont biens d'équipement ,6-4, dont biens intermédiaires ,5 8, Construction ,0 4, Commerce ,8 4, Transports ,6 9, Activités financières ,4 5, Immobilier ,6 2, Services aux entreprises ,2 11, Services aux particuliers ,0 3, dont hôtels cafés restaurants ,3-4, Éducation, santé, action sociale ,3 15, source insee

17 EVOLUTION DES CREATIONS D'ENTREPRISES SOURCE INSEE-SIRENE

18 EVOLUTION DES CREATIONS D'ENTREPRISES SOURCE INSEE-SIRENE

19 TAUX DE CREATIONS D'ENTREPRISES COMMERCIALES PAR REGION 2007 source insee

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

Les jeunes agriculteurs picards : moins nombreux mais bien formés. En 2010, les chefs d exploitation ou coexploitants de moins de 40

Les jeunes agriculteurs picards : moins nombreux mais bien formés. En 2010, les chefs d exploitation ou coexploitants de moins de 40 Agreste Picardie - - n 42 Agreste n 42 - juillet 2012 Picardie Les jeunes agriculteurs picards : moins nombreux mais bien formés Même s ils sont moins nombreux qu en 2000, les jeunes agriculteurs de moins

Plus en détail

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous?

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous? UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS Qui sommes-nous? ARCOOP est une coopérative d'activités et d'emploi (CAE) généraliste, qui regroupe 70 entrepreneurs de différents horizons et différents métiers (bâtiment,

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

L entreprise et la production

L entreprise et la production Université Paris Est Créteil IUT DE CRETEIL VITRY Département de GEii 2 ème année du DUT de Génie Électrique et Informatique Industrielle Réalités humaines, économiques et sociales de l'entreprise 2 è

Plus en détail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Emploi 3 Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Jean-François Giret, Emmanuelle Nauze-Fichet, Magda Tomasini * Les nouvelles générations d actifs sont beaucoup plus diplômées qu il y a trente

Plus en détail

Bien en locatif, excellent en investissement

Bien en locatif, excellent en investissement PROPERTY TIMES Bien en locatif, excellent en investissement France Entrepôts T4 215 29 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 5 Offre immédiate 5 Investissement 6

Plus en détail

L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION

L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION 1 L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION Le statut de l auto-entrepreneur résulte de la loi de modernisation de l économie n 2008-776 du 4 août

Plus en détail

Fiches thématiques. Mondialisation, compétitivité et innovation

Fiches thématiques. Mondialisation, compétitivité et innovation Fiches thématiques Mondialisation, compétitivité et innovation Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

Qu est-ce que le travail décent

Qu est-ce que le travail décent Qu est-ce que le travail décent Le concept de «travail décent» apparaît pour la première fois en 1999, dans le rapport présenté par le Directeur général de l OIT à la 87 e session de la Conférence internationale

Plus en détail

Droit Economie Gestion S 7 ES 4 L 1 STT 13

Droit Economie Gestion S 7 ES 4 L 1 STT 13 Droit Economie Gestion Licence Professionnelle Commerce Electronique >> IUT Vannes Enquête OIP 2008 25 diplômés répondants, 23 issus de la formation initiale et 2 de la formation continue. 18 hommes et

Plus en détail

Marchés à la production vrac 2015-16

Marchés à la production vrac 2015-16 Juin Marchés à la production vrac - Volumes cumulés depuis le / début de la campagne* en hl Rouges Rosés Blancs Total Vins de Vins de de cépages Total IGP IGP de cépages 9 7 (- %) 877 (+ %) 998 (+9 %)

Plus en détail

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer

LibERté Et. pour une REtRaitE. Galya Retraite Entreprise/Madelin. Assuré d avancer LibERté Et performance pour une REtRaitE sur-mesure Galya Retraite Entreprise/Madelin Assuré d avancer Galya Retraite, c est : une offre commune pour le dirigeant et ses salariés ; un supplément de retraite

Plus en détail

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans

PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans PORTRAIT Olivier Couteau Diagamter Angers Diagamter Le Mans «J ai toujours cherché à intéresser mon équipe à l évolution de l entreprise» Videur de boîte de nuit, avant d intégrer la police, Olivier Couteau,

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

CONSEILS PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE

CONSEILS PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE CONSEILS PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE SERVICE D ARCHITECTURE DE PORTEFEUILLES PHILOSOPHIE DE PLACEMENT Conseils Patrimoine privé Mackenzie Service d architecture de portefeuilles Philosophie de placement

Plus en détail

L assurance chômage en Europe

L assurance chômage en Europe L assurance chômage en Europe Unédic - 18 octobre 2012 AJIS Principes fondateurs de la protection sociale Deux logiques Les systèmes de protection sociale appartiennent à deux grandes familles - ceux qui

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LES PENSIONS DE RÉVERSION n LC 167 Décembre 2006 - 3 - LES PENSIONS DE RÉVERSION Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. «Management des unités. commerciales» Préparation au diplôme. par correspondance

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. «Management des unités. commerciales» Préparation au diplôme. par correspondance en partenariat avec BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR «Management des unités commerciales» Préparation au diplôme par correspondance - manager une unité commerciale - gérer a relation avec la clientèle -

Plus en détail

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information SPI réalise les opérations de conditionnement industriel et de différenciation retardée (ou Co-packing) pour le compte d industriels

Plus en détail

Augmentation de la dextérité. Moins de temps morts. Division du travail. Augmentation de la productivité. Croissance. Invention de machines

Augmentation de la dextérité. Moins de temps morts. Division du travail. Augmentation de la productivité. Croissance. Invention de machines DOCUMENT 1 Augmentation de la dextérité Division du travail Moins de temps morts Augmentation de la Croissance Invention de machines DOCUMENT 3 «En 1914, Henry Ford le constructeur de la voiture la plus

Plus en détail

Les Ressources Humaines

Les Ressources Humaines Les secteurs quirecrutent Les dossiers du SUIO Sommaire : Les secteurs qui recrutent Les lieux de travail Le principal débouché : - métiers du recrutement et gestion du personnel - métiers de la formation

Plus en détail

Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR. Fonctionnement administratif et financier

Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR. Fonctionnement administratif et financier Pièce n 4876 Septembre 2015 RAPPORT DU DIRECTEUR Fonctionnement administratif et financier 2014 2 Rapport du directeur sur le fonctionnement administratif et financier (prévu à l'alinéa 2 de l'article

Plus en détail

l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC LES CHIFFRES REPERES FONDERIE

l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC LES CHIFFRES REPERES FONDERIE Accompagner l évolution de la fonderie française pour maintenir la compétitivité des entreprises Avec la mise en place de la GPEC 1 LES CHIFFRES REPERES FONDERIE CHIFFRE D AFFAIRES 5,6 milliards d euros

Plus en détail

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé!

conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! conciliation JEU-QUESTIONNAIRE Un horaire équilibré, c'est sensé! Idéalement, 1 COMBIEN D HEURES MAXIMUM/SEMAINE un jeune doit-il consacrer à son emploi? 15 heures maximum par semaine. Attention : effectuer

Plus en détail

Gabon. Convention fiscale avec la France

Gabon. Convention fiscale avec la France Convention fiscale avec la France Signée le 20 septembre 1995 Entrée en vigueur le 1 er mars 2008 Art.1.- Personnes concernées La présente Convention s applique : a) en ce qui concerne les impôts sur le

Plus en détail

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC)

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) Règlement n o 4 Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) 94.12.06.09 amendé 99.04.28.09 amendé 02.02.27.08 amendé 07.06.20.10 09.06.17.09 Article 1 Conditions

Plus en détail

Code ILU Questions fréquentes

Code ILU Questions fréquentes Code ILU Questions fréquentes 1) Notre société possède déjà un code BIC pour le trafic maritime. Avons-nous également besoin d un code ILU? Conformément à la norme ISO 6346, le code BIC sert à marquer

Plus en détail

Forum de Paris 1 Février 2012

Forum de Paris 1 Février 2012 Forum de Paris 1 Février 2012 Bouleversements politiques défis économiques Intervention M. Adil Douiri Mesdames, Messieurs, Je suis ravi d être parmi vous et de contribuer à la réflexion en cette période

Plus en détail

Bioéthanol : Atouts et enjeux

Bioéthanol : Atouts et enjeux Bioéthanol : Atouts et enjeux L environnement, véritable défi du Bioéthanol Indépendance énergétique Perspectives économiques L environnement, véritable défi du Bioéthanol Depuis 2 siècles, nos sociétés

Plus en détail

DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés.

DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés. DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FEDERALE, VU la Constitution du 1er Septembre 1961; VU le n 67/LF/67 du 12 Juin 1957 portant

Plus en détail

Impression dossier thématique Prim_fév.2012 1/14

Impression dossier thématique Prim_fév.2012 1/14 Impression dossier thématique Prim_fév.2012 1/14 UNE Diagnostiqueurs et auditeurs ont de l énergie à revendre! LE DIAGNOSTIC EST UN DOCUMENT OBLIGATOIRE, L AUDIT UNE DEMARCHE VOLONTAIRE. UN SEUL BUT POUR

Plus en détail

Rhône-Alpes Auvergne. CCI RHÔnE-alPES CCI AUVERGNE. 148, boulevard Lavoisier. 32, quai Perrache CS 10015 T. 04 72 11 43 43 T. 04 73 60 46 46 COMMERCE

Rhône-Alpes Auvergne. CCI RHÔnE-alPES CCI AUVERGNE. 148, boulevard Lavoisier. 32, quai Perrache CS 10015 T. 04 72 11 43 43 T. 04 73 60 46 46 COMMERCE CCI AUVERGNE CCI RHÔnE-alPES Chiffres Clés Rhône-Alpes Auvergne COMMERCE International POPULATION Emploi SERVICES TRANSPORTS FORMATION RECHERCHE TOURISME ENTREPRISES INDUSTRIE CONSTRUCTION 2015 2016 Chambre

Plus en détail

Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu

Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu DOSSIER DE PRESSE Point d'étape sur la mise en place du prélèvement à la source de l impôt sur le revenu Le 16 mars 2016 1 Sommaire Éditorial... 5 Une modernisation de la gestion de l impôt sur le revenu

Plus en détail

Gestionnaire de paie - Comptable assistant

Gestionnaire de paie - Comptable assistant Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 24/06/2016. Fiche formation Gestionnaire de paie - Comptable assistant - N : 7607 - Mise à jour : 15/06/2016 Gestionnaire de paie - Comptable

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT SEMESTRIEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour la période close le 30 juin 2015 Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport

Plus en détail

Production de soja et Critères de Bâle: les faits

Production de soja et Critères de Bâle: les faits Production de soja et Critères de Bâle: les faits Utilisation du soja Environ 85% de la production mondiale de soja est destinée au fourrage. Le soja apporte non seulement protéines et lipides essentiels

Plus en détail

Martine BOSC Avocate au Barreau de Grasse

Martine BOSC Avocate au Barreau de Grasse Certificats de spécialisation Droit des Personnes Droit Immobilier Martine BOSC Avocate au Barreau de Grasse Géraldine ASSADOURIAN Avocate au Barreau de Grasse D.E.A de Droit Immobilier assadourian@free.fr

Plus en détail

Marché monétaire et financier

Marché monétaire et financier 18 Marché monétaire et financier NOTES EXPLICATIVES 190 Revue trimestrielle Taux d intérêt Le taux d escompte canadien est le taux auquel la Banque du Canada consent des avances à très court terme aux

Plus en détail

solution climatique optimale

solution climatique optimale PME, bureaux et non-résidentiel magasins de détail Nous trouvons toujours la solution climatique optimale secteur des soins, secteur public et écoles industrie et horticulture hôtellerie, loisirs et wellness

Plus en détail

ARTICLE 3 Definitions Generales

ARTICLE 3 Definitions Generales CONVENTION ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA MONGOLIE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE EN VUE D'EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET DE PREVENIR L'EVASION ET LA FRAUDE FISCALES EN MATIERE D'IMPOTS

Plus en détail

Chiffres Clés de l Isère

Chiffres Clés de l Isère Chiffres Clés de l Isère ÉDITION 2011-2012 Chambre de commerce et d industrie territoriale Nord Isère 2, place Saint Pierre CS 209 38217 Vienne cedex Tél. 04 74 95 24 00 infos@nord-isere.cci.fr Chambre

Plus en détail

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire;

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire; Directive Directive pour les fonds du marché monétaire 6 juin 2012 (État au 4 mai 2016) I Principes, objectifs et caractère obligatoire La directive fait partie de l autoréglementation de l industrie suisse

Plus en détail

La distinction entre l accident du travail et l accident de trajet

La distinction entre l accident du travail et l accident de trajet La distinction entre l accident du travail et l accident de trajet Accident du travail ou de trajet : la santé du salarié peut, du fait ou à l occasion de son travail, se trouver altérée. Il bénéficie

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples receveurs. L accueil. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples receveurs L accueil d embryons Sommaire Du couple donneur au couple receveur 3 L accompagnement médical et l encadrement juridique de

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DIRECTION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Sous-Direction de l Action Sportive Service du Sport de Haut Niveau et des Concessions Sportives 2015 DJS 105 Subvention (40.000 euros) à la Ligue de Paris de Tennis

Plus en détail

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation L e point en recherche Juin 2002 Série socio-économique Numéro 106 ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Le présent projet de recherche porte sur l'analyse et l'évaluation

Plus en détail

BMO Catégorie Portefeuille FNB actions de croissance (le «Fonds»)

BMO Catégorie Portefeuille FNB actions de croissance (le «Fonds») (le «Fonds») Période de 12 mois close le 30 septembre 2014 (la «période») Gestionnaire : BMO Investissements Inc. (le «gestionnaire» ou «BMOII») Gestionnaire de portefeuille : BMO Gestion d actifs inc.,

Plus en détail

Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?*

Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?* Primary 2001;1:729 733 Pourquoi choisir aujourd hui la médecine générale?* Les nombreuses modalités d exercice et les innovations que la médecine générale connaît aujourd hui incitent à réfléchir sur sa

Plus en détail

notre responsabilité sociale & environnementale

notre responsabilité sociale & environnementale notre responsabilité sociale & environnementale 2015 Une conscience et une responsabilité sociétale La RSE est désormais au cœur de nombreuses communications. La RSE n est plus un simple phénomène de mode

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES INSTITUT NATIONAL DES FINANCES Cycle de formation pour les cadres vérificateurs de la Direction Générale des Impôts Fayçal DERBEL Expert comptable Enseignant à l ISG Décembre 2011 / Janvier 2012 INTRODUCTION

Plus en détail

POURQUOI NOUS FAIRE CONFIANCE?

POURQUOI NOUS FAIRE CONFIANCE? POURQUOI NOUS FAIRE CONFIANCE? 2 Nouvelle équipe Judiciaire dédiée ADIGIP sous Marie la du responsabilité Gardin, Directeur Régional, de Marie 30 ans d expérience du Gardin, Directeur Régional. Julien

Plus en détail

V. L industrie sous l angle «Métier».p.28

V. L industrie sous l angle «Métier».p.28 SOMMAIRE I. Zonages de l étude p.3 II. Introduction..p.4 III. Evolution de l emploi salarié du secteur industriel p.6 IV. L Industrie sous l angle «entreprise». p.1 V. L industrie sous l angle «Métier».p.28

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Siège social SCE Keran, Nantes - Dominique Perrault Architecture - Crédit photo : AURAN Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année 2015 en chiffres Nantes Métropole Édito

Plus en détail

Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune

Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune Pourquoi un impôt sur la fortune? Pour Elio Di Rupo, Président du PS, c est d abord une simple question de justice : «Quelqu un qui se lève tôt tous

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour l exercice clos le 31 décembre Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport annuel

Plus en détail

Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir

Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir Avec la SMAvie BTP, construisez votre avenir Un Groupe ancré dans une profession Le Groupe SMABTP est l assureur spécialiste du secteur de la construction. Parmi ses 140 000 sociétaires figurent des intervenants

Plus en détail

Le marché des bureaux NIMES. Bilan 1 er semestre 2009 Septembre 2009 Prochaine parution : Février 2010

Le marché des bureaux NIMES. Bilan 1 er semestre 2009 Septembre 2009 Prochaine parution : Février 2010 Le marché des bureaux NIMES Bilan 1 er semestre 29 Septembre 29 Prochaine parution : Février 21 Dynamique régionale Scenarii économiques fortement dégradés, crise financière avérée et globalisée, le 1er

Plus en détail

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059

N 702. Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 N 702 By Votre Revue de Presse Du 20/ 06 /2016 CONECT 2016 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 1 2 3 4 La CONECT va apporter son assistance technique à l'initiative économique

Plus en détail

Communiqués. Nouveaux produits et études 7

Communiqués. Nouveaux produits et études 7 Catalogue 11-001-XIF (English 11-001-XIE) ISSN 1205-9145 Le mardi 18 mai Diffuséà8h30,heurel Est Communiqués Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, mars 2 Les investissements canadiens

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI

OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI OBSERVATOIRE DES DPE MODE D EMPLOI La présente application informatique a été élaborée par l Ademe (Agence de l Environnement et de la Maitrise de l Energie www.ademe.fr ) pour répondre à la mission confiée

Plus en détail

Les systèmes d assurance en France

Les systèmes d assurance en France Les systèmes d assurance en France Segmentation des risques Le Régime des Catastrophes Naturelles Dommages ayant pour cause déterminante, l intensité anormale d un agent naturel, principalement : inondation

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A

ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A Le 23 janvier 2012 ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A Le ministre de la défense, le ministre de l éducation

Plus en détail

Brigitte MUNOZ PEREZ. Jean-Michel SOMMER. Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation

Brigitte MUNOZ PEREZ. Jean-Michel SOMMER. Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation Jean-Michel SOMMER Conseiller référendaire, chargé de mission auprès du premier président de la Cour de cassation Brigitte MUNOZ PEREZ Démographe - C.E.R.C.R.I.D. - UMR 5137, Université de Lyon, Université

Plus en détail

Lycéens en Ile-de-France. Scientifiques. Julien. Marion. Amel. Pascale responsable marketing. Élena formulatrice en cosmétique. Julie astrophysicienne

Lycéens en Ile-de-France. Scientifiques. Julien. Marion. Amel. Pascale responsable marketing. Élena formulatrice en cosmétique. Julie astrophysicienne Julien Marion Amel Lycéens en Ile-de-France Scientifiques Élena formulatrice en cosmétique Pascale responsable marketing Julie astrophysicienne Marc créateur d'entreprise Nicolas ingénieur en gestion des

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE

PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE PROPOSITIONS SUR LE CHOMAGE ORIENTATIONS DE BASE Le travail reste aujourd hui le meilleur, voire le seul moyen de reconnaissance sociale. Il offre dans un certain nombre de cas des possibilités d action

Plus en détail

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants FICHE 1a Fiche à destination des enseignants TS 25 Les défis de l'aéronautique au XXIème siècle Type d'activité Activité documentaire ; utilisation de TIC en classe. Notions et contenus du programme de

Plus en détail

CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION

CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION CHOIX DE RAISON POUR INVESTISSEMENT PASSION INVESTISSEMENT PASSION STAR INVEST FILMS PRÉSENTE Le Cinéma est un Art, en ce qu il est vecteur d émotion. Et pour cette raison il fait briller les yeux, attire,

Plus en détail

(CNAPS) CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITÉS PRIVÉES DE SÉCURITÉ - MODE D EMPLOI. Prestataires et clients de la sécurité privée. PourQuoi LE CNAPS?

(CNAPS) CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITÉS PRIVÉES DE SÉCURITÉ - MODE D EMPLOI. Prestataires et clients de la sécurité privée. PourQuoi LE CNAPS? CONSEIL NATIONAL DES ACTIVITÉS PRIVÉES DE SÉCURITÉ - MODE D EMPLOI ENTRÉE EN SERVICE AU 1ER JANVIER 2012 (CNAPS) Prestataires et clients de la sécurité privée TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR

Plus en détail

LES DROITS DES JEUNES : AU TRAVAIL

LES DROITS DES JEUNES : AU TRAVAIL LES DROITS DES JEUNES : AU TRAVAIL April 2007 LE TRAVAIL À quel âge est-ce que je peux travailler? Si tu as moins de 16 ans, tu as besoin d un Permis de travail pour enfant pour pouvoir travailler. (Ceci

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

Merlin. Soja. Sommaire. Enfin une génétique adaptée aux zones nord!

Merlin. Soja. Sommaire. Enfin une génétique adaptée aux zones nord! 2016 Soja Dossier Soja Merlin Sommaire Enfin une génétique adaptée aux zones nord! 1. Présentation de la culture 2. Les débouchés du soja 3. Les atouts du soja 4. Itinéraire technique et choix variétal

Plus en détail

Différences et Nouveautés

Différences et Nouveautés Différences et Nouveautés Les emplois concernés Les secteurs d activités Les activités prévues par le référentiel Quelques exemples d accueil en événementiel Les emplois concernés Le métier préparé est

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 3 juin 1 N 7 Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître Les marchés financiers ont été structurés depuis plus de 35 ans par deux évolutions (nous

Plus en détail

Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 -

Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 - Etat des lieux de l Insertion par l Activité Economique sur Ouest Provence - Année 2012 - Observatoire Ouest Provence 1 Octobre 2013 SOMMAIRE Avant propos... 4 I Localisation des structures IAE et répartition

Plus en détail

6.02 Etat au 1 er janvier 2010

6.02 Etat au 1 er janvier 2010 6.02 Etat au 1 er janvier 2010 Allocation de maternité Femmes ayant droit à l allocation 1 A droit à cette allocation toute femme dont le statut professionnel, à la naissance de l enfant, correspond à

Plus en détail

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT

SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT 1 SOMMAIRE A- LE SECTEUR DU BOIS ET D AMEUBLEMENT B- LE SALON I/ PRESENTATION DU SALON II/ LES NOUVEAUTES DE LA 25 ème EDITION DU SALON DU MEUBLE III/ LES SECTEURS D EXPOSITION IV/ LES EXPOSANTS V/ LES

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES Entre les Soussignés : LTP CARCADO-SAISSEVAL 121 Boulevard Raspail 75006 PARIS 01 45 48 43 46 Représenté par le Chef d Etablissement Monsieur

Plus en détail

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts EDUS 1101 Méthodologie de l observation Mme Joëlle Berrewaerts Les différentes phases d une recherche 6 grandes phases : (processus dynamique!) 1) Définir la PROBLEMATIQUE de départ (QP de recherche) +

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. S. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 6 Appel n o : GE-13-1616 ENTRE : M. S. M. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES A l attention des : Délégués Régionaux Secrétaires de Syndicats Délégués syndicaux MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES L élection des représentants du personnel au Comité d Entreprise permet : D obtenir

Plus en détail

coopérative pointcarré * parce que l effet papillon, la théorie de lorenz, poincaré henri, la relativité

coopérative pointcarré * parce que l effet papillon, la théorie de lorenz, poincaré henri, la relativité coopérative pointcarré * parce que l effet papillon, la théorie de lorenz, poincaré henri, la relativité le projet pointcarré un tiers-lieu situé à Saint-Denis, dans le 93. un lieu mutualisé, de travail,

Plus en détail

e-box La boîte aux lettres électronique sécurisée pour Entreprises & Citoyens

e-box La boîte aux lettres électronique sécurisée pour Entreprises & Citoyens e-box La boîte aux lettres électronique sécurisée pour Entreprises & Citoyens Mars 2016 J. Vos 1 e-box en général Les origines de l e-box Début des années 2000, l ONSS veut pouvoir contacter électroniquement

Plus en détail

Plan national de mise en œuvre de la Garantie pour la Jeunesse. Luxembourg

Plan national de mise en œuvre de la Garantie pour la Jeunesse. Luxembourg Plan national de mise en œuvre de la Garantie pour la Jeunesse Luxembourg Mai 2014 Table des matières 1. Contexte général... 3 2. Mise en œuvre du Programme de la Garantie pour la Jeunesse au Luxembourg...

Plus en détail

» Délégations du personnel» Comités mixtes d entreprise» Représentants des salariés dans le sociétés anonymes

» Délégations du personnel» Comités mixtes d entreprise» Représentants des salariés dans le sociétés anonymes FR COLLECTION La représentation des salariés dans les entreprises Le guide complet de la Chambre des salariés sur les modifications introduites par la loi du 23 juillet 2015 portant réforme du dialogue

Plus en détail

Élus locaux STATUT DE L ÉLU. ! Références :

Élus locaux STATUT DE L ÉLU. ! Références : Élus locaux CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Espace Performance 3-35769 SAINT GRÉGOIRE Cedex - www.cdg35.fr - Téléphone 02 99 23 31 00 - Télécopie 02 99 23 38 00 - E-mail : contact@cdg35.fr

Plus en détail

Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016

Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016 Modification n 1 du PLU - Approbation du Conseil Municipal en date du 12 février 2016 Projet d Aménagement et de Développement Durables (PADD) Rappel sur le Projet d Aménagement et de Développement Durables

Plus en détail

Cours. Production de l information

Cours. Production de l information Franck REBILLARD Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Master 2 AIGEME Parcours Ingéniérie de l éducation aux médias Cours Production de l information - Plan du cours - PREMIÈRE PARTIE : GROUPES INDUSTRIELS

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Avis de la Commission des participations et des transferts n o 2011-AC-4 du 31 mars 2011 relatif au transfert

Plus en détail

NOTICE DE PARTICIPATION AU MOUVEMENT 2015/2016

NOTICE DE PARTICIPATION AU MOUVEMENT 2015/2016 NOTICE DE PARTICIPATION AU MOUVEMENT 2015/2016 Avant-propos : Vous trouverez ci-après exposées les informations utiles à votre participation au mouvement intra départemental : calendrier, barème, types

Plus en détail

Vue d'ensemble des interfaces

Vue d'ensemble des interfaces Vue d'ensemble des interfaces Sage 50 Vue d'ensemble des interfaces 28.07.2014 2/9 Contenu 1. Logiciel Sage 50 un système ouvert... 3 Vue d'ensemble des interfaces... 3 2. Connexion On-Line via SOK Automation

Plus en détail

LA QUESTION DE LA FRONTIÈRE ET DU RAPPORT PUBLIC/PRIVÉ EN TUNISIE

LA QUESTION DE LA FRONTIÈRE ET DU RAPPORT PUBLIC/PRIVÉ EN TUNISIE LA QUESTION DE LA FRONTIÈRE ET DU RAPPORT PUBLIC/PRIVÉ EN TUNISIE ABDELJELIL BEDOUI * L analyse du type de gestion du rapport public/privé en Tunisie peut s opérer à l aide d une périodisation qui distingue

Plus en détail

Le Responsable Q.S.E.

Le Responsable Q.S.E. Le Responsable Q.S.E. Ses secteurs d activités : Tous les secteurs d activité, de la PME au grand groupe international - Mettre en place et assurer le suivi des systèmes de management internationaux ou

Plus en détail

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle?

EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? EST-CE GRAVE DOCTEUR? Comment mesurer, suivre et évaluer une situation nutritionnelle? Quels indicateurs nous permettent-ils de juger de l état nutritionnel des individus? Les enfants indicateurs de la

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Technico-commercial en commerce international de l Université de Cergy- Pontoise - UCP Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Réglementation des antennes de télécommunications Office de consultation publique de Montréal. 20 Octobre 2011

Réglementation des antennes de télécommunications Office de consultation publique de Montréal. 20 Octobre 2011 Réglementation des antennes de télécommunications Office de consultation publique de Montréal 20 Octobre 2011 Public Mobile: Qui sommes-nous? En 2008, le gouvernement canadien a octroyé des licenses pour

Plus en détail

ART - CULTURE INDEX. l Activités et techniques de communication spécialité chargé de communication, chef de projet communication visuelle

ART - CULTURE INDEX. l Activités et techniques de communication spécialité chargé de communication, chef de projet communication visuelle INDEX l Activités et techniques de communication spécialité chargé de communication, chef de projet communication visuelle l Activités et techniques de communication spécialité techniques de l'image et

Plus en détail

Désireux d'approfondir la coopération économique entre leurs deux Etats; Article 1

Désireux d'approfondir la coopération économique entre leurs deux Etats; Article 1 Accord relatif à l'encouragement et la protection des investissements entre le Royaume des Pays-Bas et la République du Sénégal Le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas et le Gouvernement de la République

Plus en détail

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE Réseau d élevage caprin Poitou-Charentes, Vendée, Maine et Loire et Bretagne La conduite en

Plus en détail