L AFFECTATION DE LOGEMENTS D HABITATION EN APPARTEMENTS MEUBLÉS POUR DES LOCATIONS DE COURTE DURÉE (A VOCATION TOURISTIQUE OU DE LOISIR)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L AFFECTATION DE LOGEMENTS D HABITATION EN APPARTEMENTS MEUBLÉS POUR DES LOCATIONS DE COURTE DURÉE (A VOCATION TOURISTIQUE OU DE LOISIR)"

Transcription

1 DROIT DE LA CONSTRUCTION ET URBANISME 64/2012 L AFFECTATION DE LOGEMENTS D HABITATION EN APPARTEMENTS MEUBLÉS POUR DES LOCATIONS DE COURTE DURÉE (A VOCATION TOURISTIQUE OU DE LOISIR) Actualité ou mode, la question des autorisations éventuelles portant sur la transformation de logements d habitation destinés à être loués en «meublés touristiques» ou «appartement hôtel» pour des séjours de courte durée, à la journée, à la semaine ou au mois, se fait de plus en plus fréquente. Toute location de ce type, destinée par définition à une clientèle de passage, est susceptible de rentrer dans le champ des «meublés de tourisme» qui doivent en principe faire l objet d une déclaration en mairie aux fins de recensement et dont le contrat doit répondre aux conditions posées par l article L du code du tourisme 1. L attention des particuliers qui envisagent de développer ce type d activités, principalement dans les centres historiques des grandes villes, doit être attirée sur les difficultés juridiques qui peuvent entourer un tel usage de leur patrimoine immobilier. Les contrôles administratifs pouvant s exercer au titre de la réglementation en matière de tourisme, d urbanisme ou de la réglementation pour «changement d usage» (I), se doublent généralement, en milieu urbain dense, des contraintes tirées du régime de la copropriété résultant de la loi n du 10 juillet 1965 (II). Compte tenu du principe d indépendance des législations, les problématiques d'un changement de «destination», «d usage» ou «d'affectation» d'un bien d'habitation donné en location meublée pour de brefs séjours sont parfois délicates à articuler et restent, en tout état de cause, soumises à l'appréciation souveraine des juridictions. I. Sur le plan administratif Outre la réglementation relative aux «meublés de tourisme» (1), toute habitation dont l occupation s effectue sous la forme de locations de courte durée est susceptible de se heurter à d autres législations plus spécifiques aux secteurs de l urbanisme et de la construction. Notamment, il y a lieu de différencier le régime du «changement de destination» qui relève du code de l urbanisme (2) et celui du «changement d usage» qui relève du code de la construction et de 1 Dans la mesure où le logement ne constitue pas la résidence principale du locataire, le bail relève du Code civil et de la liberté contractuelle. L article L du code du tourisme impose cependant que toute offre ou contrat de location saisonnière revête la forme écrite et contienne l indication du prix demandé ainsi qu un état descriptif des lieux

2 l habitation (3), dont les dispositions respectives poursuivent des objectifs distincts mais qui peuvent néanmoins se cumuler en termes d obligations. 1) La déclaration en mairie au titre du code du tourisme La loi n du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques qui consacre la diversité des modes d hébergement touristique a redéfini aux articles L et suivants du code du tourisme la notion de «meublé de tourisme», appelé aussi location de vacances ou location saisonnière. Dès lors que la location s inscrit dans cette définition, les dispositions en matière de tourisme imposent au loueur du meublé ou à son mandataire d effectuer une déclaration préalable en mairie. L article L du code du tourisme, récemment retouché par la loi n du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit et à l'allégement des démarches administratives 2, dispose en effet que : «Toute personne qui offre à la location un meublé de tourisme, que celui-ci soit classé ou non au sens du présent code, doit en avoir fait préalablement la déclaration auprès du maire de la commune où est situé le meublé». Si la rédaction antérieure de l article L du code du tourisme pouvait laisser entendre que seuls les propriétaires qui entendaient bénéficier du label réglementé de «meublé de tourisme» devaient faire l objet d un classement, nécessitant alors une déclaration préalable en mairie, il apparaît dorénavant que toute personne qui loue un local dont les caractéristiques sont susceptibles de relever de la qualification de «meublé de tourisme» doit l avoir préalablement déclaré en tant que tel. Or, aux termes de l article D du code du tourisme : «les meublés de tourisme sont des villas, appartements, ou studios meublés, à l'usage exclusif du locataire, offerts en location à une clientèle de passage qui y effectue un séjour caractérisé par une location à la journée, à la semaine ou au mois, et qui n'y élit pas domicile». Par rapport à cette définition extensive, sans considération d un quelconque effet de seuil lié à la fréquence ou à la durée cumulée des séjours sur une période donnée pouvant la rattacher à l exercice d une activité habituelle, et déconnectée de la volonté de s inscrire dans une procédure de classement répondant à une offre touristique encadrée 3, toute location temporaire d un logement meublé qui ne 2 Art En effet, à la différence de la déclaration en mairie, le classement n est pas obligatoire. Voir arrêté du 7 mai 2012 modifiant l arrêté du 2 août 2010 fixant les normes et la procédure de classement des meublés de tourisme, JORF du 9 mai

3 constitue pas la résidence principale du locataire peut être qualifiée de «meublé de tourisme» et impliquer de ce fait une déclaration préalable faite en mairie dans les conditions de l article D du code du tourisme. Son défaut est sanctionné par une contravention de troisième classe 4. Cette déclaration fait l objet de l imprimé CERFA N 14004*01 et doit préciser, outre l identité et l adresse du déclarant, l adresse du meublé, le nombre de pièces le composant, le nombre de lits ainsi que la ou les périodes prévisionnelles de location. Tout changement concernant ces éléments doit faire l objet d une nouvelle déclaration en mairie. 2) Au regard de l urbanisme et du contrôle du changement de destination Avec la réforme de l'urbanisme en vigueur depuis 1 er octobre 2007, les changements de destinations portant sur des constructions existantes font l'objet d'un contrôle administratif, par référence aux différentes destinations listées par l'article R du code de l'urbanisme. Selon cet article, les règles édictées dans le document local d urbanisme peuvent être différentes, dans une même zone, selon que les constructions sont destinées : 1) à l habitation ; 2) à l hébergement hôtelier ; 3) aux bureaux ; 4) au commerce ; 5) à l artisanat ; 6) à l industrie ; 7) à l exploitation agricole ou forestière ; 8) à la fonction d entrepôt ; 9) aux constructions et installations nécessaires aux services publics ou d intérêt collectif. En droit de l'urbanisme, «l'hébergement hôtelier» et «l'habitation» caractérisent donc deux destinations particulières de construction, distinctes l une de l autre. Pour résumer l'état du droit positif, le passage d'une destination à une autre par référence aux catégories de l'article R précité est soumis soit à permis de construire, s'il s'accompagne d'une modification des structures porteuses ou de la façade du bâtiment 5, soit dans les autres cas, y compris en l absence de tous travaux, à déclaration préalable 6. Dans le cadre de la location meublée d un logement pour des séjours de courte durée, touristiques ou autres, et qui, de facto, n a pas vocation à constituer la résidence principale de ses occupants, se pose la question d un changement de destination du bien loué au sens de l urbanisme, quand bien même les 4 Art. R du code du tourisme. 5 Art. R c) du code de l urbanisme 6 Art. R , b) du code de l'urbanisme - 3 -

4 caractéristiques physiques de l habitation 7 ne sont pas modifiées. Ce mode d occupation généralement offert dans un contexte de voyages ou de séjours à des fins de loisirs, pour affaires ou autres motifs s'oppose en effet à la notion d'habitat résidentiel, entendu comme lieu de résidence habituelle ou domicile 8. Et pour peu que la location s'accompagne au surplus de prestations de nature hôtelière ou para-hôtelière (réservations, réception de clientèle, fourniture de linge, ménage, service du petit déjeuner, etc.), de telles modalités d exploitation sont susceptibles de la faire basculer dans la catégorie de «l'hébergement hôtelier», au sens de l'article R du code de l'urbanisme 9. Force est de constater que ce type d activité relève en réalité d une mixité de destinations (mixité non prévue par la réglementation de l urbanisme), qui doit être confrontée aux prescriptions locales contenues dans les documents d urbanisme, POS ou PLU. Car, en pratique, il est fréquent que ceux-ci contiennent des prescriptions communes à «l habitation et aux destinations assimilées» (comme les hôtels meublés ou les résidences de tourisme) sans encourir pour autant la censure du juge administratif quant à une telle assimilation 10. Le juge rappelle en effet que le PLU a vocation à préciser l affectation des sols selon les usages principaux qui peuvent en être fait ou la nature des activités qui peuvent y être exercées et qu il peut à ce titre prévoir des restrictions ou des interdictions particulières Si l on se réfère à la définition de l article R du CCH (dernier alinéa) : «Un logement ou habitation comprend, d une part, des pièces principales destinées au séjour ou au sommeil, éventuellement des chambres isolées et, d autre part, des pièces de service, telles que cuisines, salles d eau, cabinets d aisance, buanderies, débarras, séchoirs, ainsi que, le cas échéant, des dégagements et des dépendances». 8 Confrontée à la définition de l article D du code du tourisme, la location d une habitation dans ces conditions répond, à notre avis, à la définition du «meublé de tourisme» (cf. supra). 9 D ailleurs, au plan fiscal, dès lors que l'activité de location serait envisagée de façon habituelle et non pas occasionnelle, elle devrait être regardée comme relevant de l'exercice d'une «activité industrielle et commerciale». 10 Par exemple, pour la jurisprudence administrative, une «résidence de tourisme» ou une «résidence hôtelière» doit être qualifiée d hôtel pour l application des règles d urbanisme si son exploitation comporte des services caractéristiques d une activité hôtelière, à savoir : réception de la clientèle, fourniture du linge, ménage, service du petit déjeuner, locations pour de courtes durées, etc. Le juge a considéré que le POS interdisant, sur un secteur UT1 dédié à l accueil des activités touristiques et de loisirs, les constructions à usage d habitation, le règlement de la zone ne pouvait interdire les résidences de tourisme et les structures hôtelières, quand bien même celles-ci seraient des habitations au sens de l article R du CCH (CAA Marseille, 20 nov. 2009, Commune de Mandelieu-la-Napoule, req. n 08MA02832). 11 Pour la Haute juridiction administrative, le POS ou le PLU peut contenir des dispositions différentes pour les catégories «hôtels» et «résidences de tourisme» dès lors qu il distingue les deux notions, sans qu il y ait lieu de voir dans cette absence de globalisation une erreur de droit (CE 23 oct. 2006, Société Riviera Résidence, req. n )

5 En conséquence, l appréciation d un changement de destination dépend, au cas par cas, de la rédaction plus ou moins fermée des dispositions du POS ou du PLU. Ce sont elles qui, en définitive, vont déterminer si la location meublée d habitations existantes pour des séjours de courte durée doit faire l objet ou non d une autorisation d urbanisme au titre d un changement de destination 12. Par exemple, le PLU de la communauté urbaine de Lyon relève dans les «dispositions communes à l ensemble des zones» que sont compris dans «l habitation» : «(y compris les foyers logements, les résidences de tourisme, les meublés )», sans qu il y ait lieu d effectuer une distinction au sein de ces différentes sous-catégories, à raison d un mode d occupation particulier. En revanche, sont classés de façon stricte dans la destination «hébergement hôtelier» : «les établissements soumis à CDEC, au sens de l article 29 de la loi n du 27 décembre 1973, modifiée par la loi n du 5 juillet 1996». Autre exemple, le POS de Marseille range dans la rubrique «habitat» : les «logement[s] ; foyers ; [et] résidences-étudiants», cependant qu il classe de façon plus générique dans la destination «hébergement hôtelier» : les «activité[s] ou établissement[s] hôtelier[s] [ainsi que les] résidences-services». La location meublée ne fait l objet d aucune mention particulière et doit donc être rattachée, dès lors qu il s agit d un logement, à la catégorie «habitat». Mais elle pourrait, selon nous, donner lieu à interprétation s il est possible de démontrer que la location en question se rapproche d une activité ou d une prestation de service de nature hôtelière ou para-hôtelière. Le PLU de Paris quant à lui a clairement franchi le pas, à travers une définition extrêmement précise de ce qui relève et de ce qui est exclu de «l habitation» ou de «l hébergement hôtelier». Ainsi, pour «l habitation» : «Cette destination comprend tous les logements, y compris les logements de fonction et les chambres de service. Elle exclut les logements visés dans la définition de l hébergement hôtelier. Elle inclut les chambres d hôtes et les logements mis à disposition occasionnellement en cas d absence de durée limitée de leurs occupants en titre [ ]». D autre part, s agissant de «l hébergement hôtelier» : «cette destination comprend les établissements commerciaux d hébergement classés, ou ayant vocation à l être, de type hôtels et résidences de tourisme, définis par l'arrêté du 14 février 1986 ou tout texte qui s y substituera. Elle comprend également les 12 Cf. V. CANU et A. REBIBO : «Changement d usage et location meublée de courte durée», Gaz. Pal sept. 2010, Etude 12882, pp. 22 et s

6 logements meublés donnés en location qui ne relèvent pas de l article L du Code de la construction et de l habitation». En donnant une définition de «l habitation» centrée sur la résidence principale, avec juste une tolérance pour une mise à disposition occasionnelle du logement par ses occupants habituels («en titre»), et, inversement, en faisant rentrer dans «l hébergement hôtelier» les locations de meublés, par référence à l article L du code de la construction et de l habitation (CCH), d une durée inférieure à un an (ou neuf mois pour les étudiants) (voir infra) le PLU de Paris conduit à considérer que toute location meublée de courte durée entraîne sur le plan de l urbanisme un changement de destination de la construction, ce qui nécessiterait dès lors, avant d envisager de développer cette activité, de déposer une déclaration préalable 13. L appréciation d un changement de destination n est donc pas totalement figée en matière d urbanisme, mais si du fait des règles locales applicables une déclaration préalable s impose, conformément à l article R , b) du code de l urbanisme, son absence constituerait une infraction aux dispositions d urbanisme et, le cas échéant, une violation des règles d urbanisme de fond pouvant être sanctionnée tant civilement que pénalement sur le fondement des dispositions des articles L et L du code de l urbanisme Voir V. CANU et A. REBIBO : «Changement d usage et location meublée de courte durée», préc. et G. DAUDRE et P. WALLUT : «Locations meublées de courte durée Le permis de louer à Paris», JCP N n 15, 13 avr. 2012, act Ces derniers auteurs soulignent accessoirement le paradoxe de devoir solliciter systématiquement une déclaration préalable, car présentant un caractère réel attaché au local, y compris dans l hypothèse d un retour du bien à sa destination première. 14 Régulièrement interrogée sur cette problématique, l'administration rappelle que le fait d'utiliser une construction en méconnaissance de la destination qui lui a été impartie au niveau du permis de construire constitue un délit passible de sanctions pénales et civiles (Rép. min. n 41894, JOAN Q, 23 mars 2010, p. 3338). Elle souligne également que, même lorsqu il n y a pas de travaux à réaliser, les règles générales du PLU doivent être respectées : «Aux termes de l'article L du code de l'urbanisme, la violation des règles de fond locales, édictées dans un but d'intérêt général par un document d'urbanisme rendu public, constitue un délit, pénalement sanctionné par les dispositions de l'article L et suivants du même code, indépendamment de toute violation d'autorisation d'urbanisme, notamment lorsqu'une telle autorisation n'est pas nécessaire ( )» (Rép. min. n 01515, JO Sénat, 17 janv. 2008, p. 102). Toutefois, pour peu que le changement de destination soit conforme aux règles de fond locales, s il ne s accompagne d aucun travaux, le défaut de déclaration préalable n est pas sanctionné pénalement, faute d élément matériel de l infraction caractérisé exclusivement au titre de l article L du code de l urbanisme par «l exécution des travaux» (cf. M. RICARD : «La réforme du permis de construire ou la marmite du diable», JCP N 6 juill. 2007, p. 3). A noter aussi que le nouvel article L du code de l urbanisme, dans sa rédaction issue de la «loi Grenelle II» n du 12 juillet 2010, prévoit une action civile de dix ans au bénéfice de la commune ou de l EPCI compétent en matière de PLU, pouvant aller jusqu'à la démolition ou la mise en conformité d'un ouvrage édifié ou installé sans autorisation ou en méconnaissance de cette autorisation ou, pour les travaux dispensés de toute formalité, en violation des dispositions législatives et réglementaires relatives à l utilisation des sols

7 3) Au regard du contrôle du «changement d usage» défini par le code de la construction et de l habitation (CCH) Enfin, si la location envisagée pour de courts séjours ne correspond pas à de la résidence principale, il peut y avoir lieu de faire application des dispositions de l article L du CCH relatives au «changement d usage» et de solliciter une autorisation spécifique du maire. Le régime du changement d usage a un champ d application plus restreint que la réglementation d urbanisme puisqu il ne vise que le changement d usage des locaux destinés à l habitation et n est applicable que dans les communes de plus de habitants ainsi que dans certaines communes pour lesquelles ce régime est étendu 15. Or, l article L.631-7, alinéa 2 du CCH assimile les locaux meublés donnés en location à de l habitation, par référence expresse à l article L du CCH. C'està-dire, pour autant que le logement soit loué pour une durée d un an renouvelable (ou neuf mois si la location est consentie à un étudiant) et qu il constitue la résidence principale de son occupant 16. On peut donc en déduire, par opposition, que si la location meublée ne répond pas à ces conditions, lorsqu elle est limitée à des séjours de courte durée ou saisonniers qui ne correspondent pas à un usage d habitation principale, elle s inscrit alors dans un «autre usage» 17 que celui d habitation au sens de l article L du CCH. Et s il y a changement d usage, celui-ci devrait être soumis à autorisation préalable du maire 18. C est ce qu a d ailleurs conclu la Cour d appel de Paris dans un arrêt du 24 mai 2011, en considérant qu il résultait de la combinaison des textes que la procédure de changement d usage s appliquait effectivement à une habitation utilisée sous la forme de locations meublées ne répondant pas aux conditions de l article L du CCH Dans les communes de plus de habitants et celles des départements des Hauts-de-Seine, de la Seine- Saint-Denis et du Val-de-Marne et certaines communes (art. L.631-7, al. 1 er et art. L du CCH). 16 L article L.631-7, alinéa 2 du CCH dispose : «Constituent des locaux destinés à l habitation toutes catégories de logements et leurs annexes, y compris les logements-foyers, logements de gardien, chambres de service, logements de fonction, logements inclus dans un bail commercial, locaux meublés donnés en location dans les conditions de l article L ». 17 Un usage sui generis par exclusion. 18 Voir V. CANU et A. REBIBO : «Changement d usage et location meublée de courte durée», préc. et G. DAUDRE et P. WALLUT : «Locations meublées de courte durée Le permis de louer à Paris», préc. 19 CA Paris, pôle 1, ch. 3, 24 mai 2011, n 10/23802, Carrara c/ Procureur de la République, AJDI juill./août 2011, p. 532 (obs. G. DAUDRE)

8 Au titre des sanctions, l article L du CCH précise que la violation de l article L est punie d une amende de euros, pouvant s accompagner, lorsque le tribunal ordonne le retour à l usage initial, d une astreinte maximale de euros par jour et par mètre carré utile des locaux irrégulièrement transformés. En outre, selon l article L du CCH, quiconque aura sciemment fait de fausses déclarations ou se sera livré à des manœuvres frauduleuses pour obtenir un changement d usage illicite pourra être puni d un emprisonnement d un an et/ou d une amende de euros. II. Sur le plan de la copropriété En application des articles 8 et 9 de la loi du 10 juillet 1965, la liberté des copropriétaires quant à l utilisation de leurs lots privatifs, notamment au regard d un «changement d affectation», ne peut être restreinte qu en considération de la destination de l immeuble (et des clauses spécifiques du règlement de copropriété, justifiées par cette destination) et des droits des autres copropriétaires. Toute autre limitation imposée par le règlement de copropriété serait illicite et devrait en principe être réputée non écrite 20. Par exemple, en matière de location 21, a été reconnue licite la clause qui, dans un immeuble de grand standing, interdisait la location des chambres de services à des personnes étrangères à la copropriété 22. De même, ont été validées la clause interdisant la location des pièces d un même appartement à des personnes différentes 23 et celle interdisant la location en meublé de parties d immeuble à des personnes distinctes dans un immeuble à usage principal d habitation 24. A encore été reconnue licite, la clause du règlement, dans un immeuble de «caractère luxueux et de standing», selon laquelle les chambres de personnel sont des annexes ou des accessoires des appartements et ne peuvent être possédées que par des propriétaires d appartement et louées qu avec ceux-ci, dans la mesure où une 20 La validité ou l illicéité des clauses d un règlement de copropriété interdisant ou limitant le droit de louer est appréciée in concreto par le juge au regard de la destination de l immeuble et, d une façon générale dans le cadre d une destination d habitation bourgeoise, dépend souvent des caractéristiques de l immeuble, de son niveau de standing ou de son caractère luxueux, etc. Il n est donc pas possible de dégager une solution de principe définitive, chaque cas étant fonction d un contexte particulier. 21 Cf. jurisprudences citées in «Code la de copropriété» commenté par MM. J. LAFOND ET J.-M. ROUX, Ed. Litec 2012, notes 18 à 20 sous art. 8 de la loi du 10 juill. 1965, pp. 49 et CA Paris, 23 ème ch. A, 4 juin 1997, Loyers et copr. nov. 1997, n Cass. 3 ème civ., 8 déc. 1976, JCP G 1977, IC, 25 ; CA Paris, 23 ème ch. A, 4 juin 1997, préc. 24 CA Paris, 23 ème ch. B, 15 oct. 1998, Loyers et copr. mars 1999, n

9 telle clause est justifiée par la destination de l immeuble dès lors qu elle a pour but d en préserver le caractère 25. Dans le sens contraire, a été considérée comme étrangère à la destination de l immeuble et devant être regardée comme non écrite, la clause qui, dans un immeuble où l exercice des professions libérales est par ailleurs autorisé, donne à l assemblée générale le pouvoir discrétionnaire d autoriser un copropriétaire à louer ses lots en meublé, en stipulant que cette autorisation peut être retirée à tout moment sans que l assemblée ait à motiver sa décision et sans que le propriétaire puisse prétendre à aucune indemnité 26. Outre la question de la licéité des clauses du règlement, on peut s interroger comme en matière d urbanisme sur le fait de savoir, dans une copropriété d habitation, si la location meublée d un local d habitation pour des séjours de courte durée, non destinée à un usage de résidence principale, lui fait perdre pour autant sa qualité d habitation ou, plus exactement, le rend incompatible au regard du statut de l immeuble en copropriété. Dans la négative, l utilisation du lot selon ce mode d occupation serait libre de toute autorisation, car conforme à la destination générale d habitation. A l inverse, si l on retient que l usage du bien donné en location meublée entraîne un véritable changement d'affectation susceptible de porter atteinte soit à la destination de l immeuble, compte tenu éventuellement de son caractère bourgeois, soit aux droits des autres copropriétaires, il conviendrait alors d obtenir un modificatif au règlement, à l unanimité. Ainsi, le juge civil a pu considérer, s agissant d une copropriété dont le règlement réserve l usage des parties privatives à l habitation, que la location en meublé était contraire à la destination de l immeuble dès lors que le meublé pouvait être loué à la journée, que les occupants n y élisaient pas domicile et occasionnaient un grand nombre d allers et venues et des encombrements de valises et chariots de linge dans les parties communes 27. Néanmoins, le juge apprécie toujours la compatibilité de l usage des parties privatives avec la destination de l immeuble au cas par cas, en interprétant l ensemble des dispositions du règlement et en tenant compte des circonstances d espèce (caractéristiques et situation de l immeuble, modalités de l usage ). 25 Cass. 3 ème civ., 26 févr. 2006, Rev. Administrer juin 2006, p CA Paris, pôle 4, 2 ème ch., 3 févr. 2010, AJDI 2010, p. 557 ; Rev. Administrer avr. 2010, p CA Paris, 7 déc. 1995, D. 1996, inf. rap., p

10 Dans une affaire récente, la Cour de cassation a estimé, en présence d une clause d'habitation bourgeoise ordinaire contenue dans le règlement de copropriété, que dès lors que la destination de l'immeuble tolère l'exercice d'activités professionnelles ou libérales, il n est pas interdit de faire de la location meublée pour des séjours de courte durée. La Cour a en effet conclu que l'exercice de professions libérales (expressément autorisées dans le règlement) entraînait des inconvénients similaires à ceux reprochés au titre des locations de courte durée, en termes d'allers et venues importantes de personnes étrangères à l'immeuble (ce qui n'avait en l'espèce occasionné aucune nuisance), et qu'en conséquence, la restriction posée par le règlement à ce type de locations ne pouvait être fondée sur la destination de l'immeuble 28. A la lecture de cet arrêt, sa motivation repose sur la nature de la clause d occupation bourgeoise, en l espèce une clause d habitation bourgeoise ordinaire autorisant les activités professionnelles ou libérales et sur l équivalence des inconvénients résultant de ce type d activités avec ceux générés par la location en meublé contestée. En revanche, on ne peut préjuger d une solution identique dans l hypothèse d une copropriété qui n autoriserait qu une habitation bourgeoise stricte. En effet, rien n est moins sûr en ce qui concerne la compatibilité de ce mode de location avec une clause d habitation bourgeoise exclusive qui réserverait l immeuble à une destination d habitation à caractère résidentiel. Par conséquent, la prudence s impose à chaque fois et commande d examiner précisément la situation de l immeuble en copropriété au regard, notamment, de sa destination particulière. Pour conclure ce panorama, la location d un logement meublé pour de brefs séjours, qu il s agisse d un bien secondaire acquis ou exploité à cette fin, mais aussi de la résidence principale de ses occupants, mise à disposition de façon saisonnière à l occasion des vacances, peut se révéler plus compliquer qu on ne pourrait le penser. Du point de vue des autorisations administratives, l absence de discernement entre un usage occasionnel ou régulier, tiré notamment du nombre de locations, de leur fréquence, de leur durée cumulée exprimée en semaines ou en mois de location par an, correspond dans les faits à la mise en place d un nouveau «droit de louer» en dehors des baux de longue durée. Appliquées à la lettre et faute d harmonisation, les contraintes de ces diverses réglementations, et surtout les sanctions, peuvent apparaître totalement disproportionnées. Au plan 28 Cass. 3 ème civ., 8 juin 2011, FS-P+B, n , JurisData : n ; JCP G 2011, doctr ; Loyers et copr. 2011, comm

11 de la copropriété, c est essentiellement le contrat porté par le règlement de copropriété qui tiendra lieu de loi. Pour autant que la location meublée à la journée, à la semaine ou au mois respecte la destination de l immeuble et ne porte pas atteinte aux droits des autres copropriétaires, un principe de liberté s appliquera. A l inverse, comme souvent en copropriété, si la location envisagée selon ce mode présente un risque par rapport à l une de ces deux réserves, le régime de la loi du 10 juillet 1965 imposera la rigidité protectrice de l unanimité. Lionel GOUTALIER

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE APPARTEMENT MEUBLE LOUE POUR DE COURTES DUREES A PARIS PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE DROIT IMMOBILIER 37.000.000 de nuitées en hôtellerie à Paris pour l année 2011 le chiffre d affaire généré rend envieux

Plus en détail

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES HÉBERGEMENTS TOURISTIQUES Nouvelles démarches et rappel de la règlementation pour les meublés et chambres d hôtes FDOTSI Loire 3 rue Charles de Gaulle - 42000 ST ETIENNE Tél.:

Plus en détail

Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES

Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES A Paris au moins 30 000 logements ont été soustraits du marché de l habitation pour être loués à des touristes. Le site Airbnb

Plus en détail

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme

La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme L article D. 324-1 du Code de tourisme définit les meublés de tourisme comme étant : «Des villas, appartements, ou studios meublés, à l'usage exclusif

Plus en détail

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES Les chambres d hôtes sont des chambres meublées situées chez l habitant en vue d accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées,

Plus en détail

DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME

DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME Qu est-ce qu un meublé de tourisme? Définitions du Code du Tourisme (art. D324-1 et D324-2) : «Les meublés de tourisme sont des villas, appartements ou studios

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION UNION DES SYNDICATS DE L IMMOBILIER DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION DIAGNOSTIC OBLIGATOIRE - TRANSACTION Depuis le 1 er juillet 2007, un DPE doit être annexé au contrat de location

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE

REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE L article 31 de la loi de finances du 29 décembre 2010 a aménagé la redevance pour création de bureaux et de locaux de recherche en région d Ile-de-France.

Plus en détail

LE CUMUL D ACTIVITÉS DES AGENTS À TEMPS NON COMPLET (Mode d emploi)

LE CUMUL D ACTIVITÉS DES AGENTS À TEMPS NON COMPLET (Mode d emploi) République française Polynésie française www.cgf.pf LE CUMUL D ACTIVITÉS DES AGENTS À TEMPS NON COMPLET (Mode d emploi) (Applicable depuis le 15 novembre 2011) I L autorisation du cumul SOMMAIRE p. 2 A

Plus en détail

LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC PRIVÉ Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC PRIVÉ Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC PRIVÉ Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Eléments constitutifs du bail / Page 2 Durée du bail / Page 5 Renouvellement du bail / Page 5 Fixation

Plus en détail

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Bureau de la Protection des Locaux d'habitation Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Règlement municipal fixant les conditions de délivrance des autorisations de changement

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-17-08 N 73 du 11 JUILLET 2008 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTIONS D IMPOT AU TITRE DES INVESTISSEMENTS LOCATIFS REALISES DANS LE SECTEUR

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI 30/01/2014 La domiciliation de l entreprise, correspond à l adresse administrative de l entreprise, qui doit être déclarée au CFE (Centre

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

ANNEXE DU REGLEMENT. 1 place de stationnement pour 30 m2 de surface hors oeuvre nette (SHON).

ANNEXE DU REGLEMENT. 1 place de stationnement pour 30 m2 de surface hors oeuvre nette (SHON). ANNEXE DU REGLEMENT CHAPITRE 1 : STATIONNEMENT Lors de toute opération d'occupation du sol, des aires de stationnement, dont les normes minimales sont définies ci-dessous, doivent être réalisées, sauf

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION Les présentes conditions générales de réservation sont régies par la loi de développement et de modernisation des services touristiques du 22 juillet

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante D étendre l obligation d information sur les surfaces louées

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

LA NOUVELLE METHODE GENERALE DE PONDERATION

LA NOUVELLE METHODE GENERALE DE PONDERATION LA NOUVELLE METHODE GENERALE DE PONDERATION Par Avocat au Barreau de Paris L évaluation est au cœur de la matière des baux commerciaux et la pondération est au cœur de l évaluation. Dans le cadre de l

Plus en détail

Les droits des occupants d un logement frappé d un arrêté d insalubrité.

Les droits des occupants d un logement frappé d un arrêté d insalubrité. ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Les droits des occupants d un logement frappé d un arrêté d insalubrité. 06/08 La procédure d insalubrité initiée par la DDASS ou un service d hygiène communal,

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

(Loi nº 2000-1208 du 13 décembre 2000 art. 176 I Journal Officiel du 14 décembre 2000)

(Loi nº 2000-1208 du 13 décembre 2000 art. 176 I Journal Officiel du 14 décembre 2000) Article L1334-1 (Loi nº 2004-806 du 9 août 2004 art. 72 Journal Officiel du 11 août 2004) Le médecin qui dépiste un cas de saturnisme chez une personne mineure doit, après information de la personne exerçant

Plus en détail

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement 11/2007 ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement Jusqu alors réservée aux cas de vente d un

Plus en détail

Le cautionnement d un bail d'habitation

Le cautionnement d un bail d'habitation Le cautionnement d un bail d'habitation Article juridique publié le 02/10/2012, vu 20379 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Initialement, la loi du 6 juillet 1989 ne comportait aucune notion de garantie de

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination?

A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? A quoi est soumis l aménagement d un garage en studio? Est-ce un changement de destination? La transformation d un garage attenant à une habitation ne constitue pas un changement de destination en vertu

Plus en détail

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH).

déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). déduction fiscale Monument historique Immeubles classés ou inscrits à l Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH). Réhabiliter et préserver le patrimoine architectural français. Les dépenses

Plus en détail

Changer l usage d un local d habitation

Changer l usage d un local d habitation Autrefois exercé par le préfet, le contrôle de l usage des locaux d habitation est aujourd hui de la compétence du maire. Dans la capitale, les autorisations de changement d usage sont délivrées dans le

Plus en détail

2. À quoi sert-elle? 3. Comment est-elle attribuée?

2. À quoi sert-elle? 3. Comment est-elle attribuée? RELOREF REchercher un LOgement pour les REFugiés VP/JD/2008 SERVICE COORDINATION&LOGEMENT Référence : ALT Domaine concerné : LOGEMENT Type de document : FAQ/NOTE TECHNIQUE Axe 3 du projet RELOREF : animation

Plus en détail

La formation adaptée s adresse aux exploitants de chambres d hôtes visés à l article L.324-4 du code du tourisme.

La formation adaptée s adresse aux exploitants de chambres d hôtes visés à l article L.324-4 du code du tourisme. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 08/04/13 N : 11.13 Formation des Loueurs de Chambres d Hôtes délivrant des Boissons Alcooliques Sur le plan législatif et réglementaire

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux L article 68 de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 (n 2012-1510 du 29 décembre 2012, JO du 4 janvier

Plus en détail

La notion de péril. Janvier 2013 - Nancy Bouché-

La notion de péril. Janvier 2013 - Nancy Bouché- La notion de péril Danger réel et actuel :. pour la sécurité publique (passants),. pour la sécurité des occupants,. lié à des causes propres à l édifice quelconque et où que celui-ci soit situé (hors cause

Plus en détail

Dans son article 2, la loi 89-462 du 6 juillet réglementant. Etude

Dans son article 2, la loi 89-462 du 6 juillet réglementant. Etude Fotolia Le respect de l usage d habitation de la résidence principale PAR Victoire DE BARY Avocat Associé Océan avocat www.oceanavocats.com Dans son article 2, la loi 89-462 du 6 juillet réglementant les

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Jean-François Inserguet, maître de conférences à l'université de Rennes II

Jean-François Inserguet, maître de conférences à l'université de Rennes II 1 >> L ECRITURE DU REGLEMENT : ZONAGE ZONE A Jean-François Inserguet, maître de conférences à l'université de Rennes II Fiche 1 LA DÉLIMITATION DES ZONES AGRICOLES La définition des zones agricoles a été

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 36 2012 OBJET

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 36 2012 OBJET INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 36 2012 RUBRIQUE Fiscalité Instruction du 27 mars 2012 BOI 3 C-2-12 du 5 avril 2012 TVA à 7% Information Professionnelle UCI n 21-2012 Taux réduit de TVA à 7% applicable

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

Droit de la copropriété

Droit de la copropriété Le règlement de la copropriété Généralités Le règlement de copropriété a pour objet de fixer les droits et les obligations des copropriétaires. Il régit également la vie de la copropriété. Il a un caractère

Plus en détail

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Pourquoi et comment remplir son Agenda d Accessibilité Programmée (Ad AP) SYNOPSIS DE RAPPEL DES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES LES 6

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

Synthèse des questions/réponses relatives au stationnement

Synthèse des questions/réponses relatives au stationnement Synthèse des questions/réponses relatives au stationnement Stationnement voirie L utilisation de la carte de stationnement : La carte de stationnement ne donne pas le droit de bénéficier de manière privilégiée

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME Direction de la réglementation des métiers du tourisme, des classements et de la qualité 18 août 2010 SOMMAIRE PRÉSENTATION DE ATOUT FRANCE 1. LES GRANDS

Plus en détail

N 68 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1968-1969

N 68 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1968-1969 PROPOSITION DE LOI adoptée e 20 décembre 1968 N 68 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1968-1969 PROPOSITION DE LOI tendant à modifier et à compléter la loi n " 54-781 du 2 août 1954, la loi n 48-1360

Plus en détail

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 août 2015. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-380 du

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015 Tribunal fédéral 2C_543/2014 II e Cour de droit public Arrêt du 26 novembre 2014 (d) Résumé et analyse Proposition de citation : José Zilla, Activité de location de services soumise à autorisation sous

Plus en détail

Conventionnement. Madame, Monsieur,

Conventionnement. Madame, Monsieur, DELEGATION... Conventionnement N de convention : hhhhhhhhhhhhhhhhhhhh la présente convention a été validée par l Anah le hh hh hhhh Signature N 12 808*05 Réservé à l Anah CONVENTION À LOYER SOCIAL OU TRÈS

Plus en détail

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Le caractère exécutoire des décisions prises par le maire sur les demandes d autorisation d urbanisme, la transmission au préfet de ces décisions et le contrôle de légalité. Francis Polizzi, Sous-directeur

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Cabinet NICOLAS & DENIZOTAssociés I / Etude Actualité sur les indices

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Quel loyer indiquer sur la déclaration? Quel occupant indiquer sur la déclaration?

Quel loyer indiquer sur la déclaration? Quel occupant indiquer sur la déclaration? Quel loyer indiquer sur la déclaration? Quel occupant indiquer sur la déclaration? Quel loyer indiquer sur la déclaration? Extrait de la déclaration 6650-H-REV (Cadre 3 Occupation du local) Le loyer à

Plus en détail

Copropriété : Activité professionnelle et nuisances

Copropriété : Activité professionnelle et nuisances Copropriété : Activité professionnelle et nuisances Article juridique publié le 04/11/2010, vu 14682 fois, Auteur : CANINI FORMATION En premier lieu, il convient de se référer au Réglement de Copropriété

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-2-03 N 79 du 30 AVRIL 2003 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. CHAMP D APPLICATION EXONERATION. LOCATIONS DE LOGEMENTS MEUBLES OU GARNIS A USAGE D

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

w w w. c a i f f. f r

w w w. c a i f f. f r LA LOI LMNP BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-2-03 N 79 du 30 AVRIL 2003 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. CHAMP D APPLICATION EXONERATION. LOCATIONS DE LOGEMENTS MEUBLES OU GARNIS

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées

Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées Métier 6 Accessibilité du cabinet infirmier aux personnes handicapées La loi n 2005-102 du 11 février 2005 «pour l'égalité des droits, des chances, la participation à la citoyenneté des personnes handicapées»

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie EXPLOITATION DE VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie EXPLOITATION DE VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 17/02/2010 N : 17.10 EXPLOITATION DE VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR La loi n 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

LA VENTE AU DEBALLAGE

LA VENTE AU DEBALLAGE Paris, le 20 juin 2009 Département Administration et Gestion Communales JM/MB : Note n 7 Affaire suivie par Judith MWENDO ( 01 44 18 13 60) LA VENTE AU DEBALLAGE Défini à l article L 310-2 du code de commerce,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1743 du 11 décembre 2007 modifiant certaines dispositions relatives

Plus en détail

TITRE I er : De la surveillance des fouilles par l Etat

TITRE I er : De la surveillance des fouilles par l Etat Loi du 27 Septembre 1941 modifiée portant réglementation des fouilles archéologiques Les articles, alinéas, phrases et mots soulignés sont abrogés par l Ordonnance 2004-178 (Code du patrimoine) ; Les articles,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES AGENCES DE VOYAGES & DE TOURISME CATEGORIE «A»

CAHIER DES CHARGES DES AGENCES DE VOYAGES & DE TOURISME CATEGORIE «A» CAHIER DES CHARGES DES AGENCES DE VOYAGES & DE TOURISME CATEGORIE «A» Arrêté du Ministre du Tourisme du 9 novembre 2006, portant approbation du cahier des charges relatif à l exercice de l activité d agence

Plus en détail

152.1. Loi fédérale sur l archivage. (LAr) Dispositions générales. du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008)

152.1. Loi fédérale sur l archivage. (LAr) Dispositions générales. du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008) Loi fédérale sur l archivage (LAr) 152.1 du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 85, ch. 1, de la constitution 1, vu le message du Conseil fédéral

Plus en détail

Quel est le cadre juridique applicable à la location meublée?

Quel est le cadre juridique applicable à la location meublée? La location meublée à Paris : Mythes et réalité La multiplication des opinions divergentes sur la location meublée à Paris, pourrait laisser penser qu elle est soit interdite, soit soumise à autorisation

Plus en détail

Encadrement juridique de l hébergement insolite

Encadrement juridique de l hébergement insolite 1 Encadrement juridique de l hébergement insolite (yourtes, tipis, roulottes, cabanes.) Francis VARENNES - Juriste-Fiscaliste - 2014 2 Plan 1 ère partie. Quelles règles d implantation de l hébergement

Plus en détail

CLASSEMENT des MEUBLES de TOURISME EN DORDOGNE

CLASSEMENT des MEUBLES de TOURISME EN DORDOGNE CLASSEMENT des MEUBLES de TOURISME EN DORDOGNE NOUVELLE PROCEDURE ISSUE DE LA LOI DU 22 juillet 2009 et textes d application Comité Départemental du Tourisme de la Dordogne CDT/24 01/06/2012 1 Définition:

Plus en détail

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment les articles L.2131-1, L.2212-2, L.2212-4 et L.2215-1,

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment les articles L.2131-1, L.2212-2, L.2212-4 et L.2215-1, F03-3 Type de document : arrêté de péril ordinaire Contexte : péril ordinaire Destinataire : propriétaire de l édifice Autres destinataires : affichage en mairie, sur l immeuble, transmission en préfecture

Plus en détail

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés?

Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Où et comment sont taxés les stock-options dans le cadre de la mobilité internationale des salariés? Les salariés, de plus en plus nombreux, accomplissant des carrières internationales et ayant bénéficiés

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

17 novembre 2011 LE POINT SUR LA REFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME

17 novembre 2011 LE POINT SUR LA REFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME 17 novembre 2011 LE POINT SUR LA REFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME 1 RAPPELS SUR LA REFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME 2 LES EFFETS ACTUELS DE LA NOUVELLE RÉGLEMENTATION 3 DES PROPOSITIONS

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 143 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 1 er décembre 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à lutter contre les «marchands de sommeil»,

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12

Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12 1 >> L ÉCRITURE DE L ARTICLE 12 DU RÈGLEMENT DES PLU Yves Pittard, avocat honoraire Fiche 2 L ENCADREMENT NORMATIF DU CONTENU DE L'ARTICLE 12 Au nombre des préoccupations que les PLU doivent prendre en

Plus en détail

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont :

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont : LOUEUR EN MEUBLES 23/07/2012 Selon les articles 632 et 633 du Code de commerce, l activité seule de loueur en meublé n est pas de nature commerciale et, hormis le cas où des prestations de service d hôtellerie

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

MODIFICATION SIMPLIFIEE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE. Modification simplifiée

MODIFICATION SIMPLIFIEE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE. Modification simplifiée MODIFICATION SIMPLIFIEE D'UN PLAN LOCAL D'URBANISME GUIDE DE PROCEDURE Modification simplifiée Adresse postale : Direction Départementale des Territoires du Loir-et-Cher 17, quai de l'abbé Grégoire 41012

Plus en détail

N 9 SENAT PREMIERE SESSION ORDINAIRE DE 1968-1969 MODIFIÉE PAR LE SÉNAT. tendant à modifier et à compléter la loi n " 54-781

N 9 SENAT PREMIERE SESSION ORDINAIRE DE 1968-1969 MODIFIÉE PAR LE SÉNAT. tendant à modifier et à compléter la loi n  54-781 PROPOSITION DE LOI adoptée I * 7 novembre 1968 N 9 SENAT PREMIERE SESSION ORDINAIRE DE 1968-1969 PROPOSITION DE LOI MODIFIÉE PAR LE SÉNAT tendant à modifier et à compléter la loi n " 54-781 du 2 août 1954

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

STATUT RECRUTEMENT DES AGENTS NON TITULAIRES

STATUT RECRUTEMENT DES AGENTS NON TITULAIRES STATUT DES AGENTS NON TITULAIRES MODIFICATIONS ISSUES DE LA LOI N 2012-347 DU 12 MARS 2012 Circulaire du 16 mars 2012 Les principales dispositions de la loi n 2012-347 du 12 mars 2012 relative à l accès

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail