Mise en oeuvre de l article X de la Convention de ) L accès au plus grand nombre aux services de santé de base

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mise en oeuvre de l article X de la Convention de ) L accès au plus grand nombre aux services de santé de base"

Transcription

1 CINQUIÈME CONFÉRENCE DES ÉTATS PARTIES CHARGÉE DE L EXAMEN DE LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/CONF.V/9 20 novembre 2001 Original: FRANÇAIS Genève, 19 novembre 7 décembre 2001 FRANCE Mise en oeuvre de l article X de la Convention de 1972 Politique de la France en matière de coopération scientifique en biologie et médecine et dans le domaine de la santé Ce document a pour but d illustrer la manière dont la France remplit ses engagements au regard de l article X de la Convention de Il décrit dans ses grandes lignes la politique de la coopération de la France dans le domaine de la santé, en particulier dans la lutte contre les maladies transmissibles ainsi qu en matière de coopération scientifique en biologie et médecine. I. LA POLITIQUE DE COOPERATION DE LA FRANCE DANS LE DOMAINE DE LA SANTE 1) L accès au plus grand nombre aux services de santé de base La coopération au développement, en particulier dans le domaine de la santé, est un engagement ancien de la France. La couverture des besoins essentiels des populations et l accès du plus grand nombre à des services de santé sont considérés à la fois comme des moteurs du développement et sa finalité. L accès de tous à la santé est l un des objectifs prioritaires pour lutter efficacement contre la pauvreté et l inégalité. En matière de santé, la France défend une approche globale et intégrée de l organisation des soins. Cette approche se décline en trois éléments: Sida et maladies transmissibles: la France a fait depuis près de 20 ans de la lutte contre le sida un axe privilégié de son intervention. Près d un quart de ces financements bilatéraux dans le domaine de la santé ont été concentrés sur ce thème, représentant un effort annuel moyen de 100 millions de francs (hors aide multilatérale). Cette mobilisation contre le sida s inscrit dans un programme plus large de lutte contre les maladies transmissibles, concentrées sur le sida, la tuberculose et le paludisme (5 millions de décès par an pour ces trois pathologies) ainsi que sur les maladies cécitantes et la trypanosomiase. Renforcement des systèmes de santé: la lutte contre ces maladies transmissibles est intégrée dans un cadre plus large d appui aux systèmes de santé. Cette démarche passe par le renforcement des politiques nationales de santé publique, le développement des ressources humaines (gestion et formation des différentes professions de santé) et par une politique du GE (F)

2 page 2 médicament visant à améliorer l accessibilité du médicament et le développement de l usage des médicaments génériques et essentiels. Financement de la santé: le troisième étage du dispositif est l appui au financement des systèmes de santé. Le programme de coopération française s efforce donc, en tenant compte des capacités contributives locales, d assurer la viabilité de ces systèmes. 2) Les moyens de l aide au développement dans le domaine de la santé La France est l un des premiers contributeurs de l aide au développement. Le montant de l aide publique française au développement s est élevé à 29,7 milliards de francs. Rapporté au PNB, l effort d aide publique s établit à 0,33 %, ce qui place la France en tête des sept pays les plus industrialisés. a) Les moyens du Ministère des affaires étrangères dans le domaine de la santé Les interventions du Ministère des affaires étrangères dans le domaine de la santé en 2000 se sont élevées à près de 500 millions de francs sans compter la coopération multilatérale. Cette somme se répartit entre les actions au titre du Fonds de solidarité prioritaire (166,2 millions) qui soutient des projets ou programmes de manière pluriannuelle dans la Zone de solidarité prioritaire (61 pays), l assistance technique spécialisée à l étranger (202 millions) et la formation, la recherche et l appui aux ONG et aux collectivités territoriales (119,2 millions). L assistance technique spécialisée Cette assistance est une spécificité de l aide française au développement. Actuellement plus de 350 coopérants apportent leur savoir-faire aux systèmes de santé locaux. Le plus souvent spécialistes en santé publique, ils sont placés auprès du Ministère de la santé en appui aux équipes locales. Les métiers représentés sont très divers : 45 % de médecins de santé publique, 24 % de médecins hospitaliers, 9 % de pharmaciens et de biologistes, 6 % de soignants, 5 % de directeurs d établissement et 3 % d ingénieurs. Cet effort important de la France assure une mise en oeuvre rigoureuse des projets, participe au renforcement des capacités locales et est apprécié des institutions multilatérales qui bénéficient ainsi d un appui ou d un conseil local. Une coopération renforcée avec les institutions multilatérales La France contribue au financement des agences multilatérales de développement qui conduisent les programmes importants dans le domaine de la santé, en particulier la Banque mondiale et le Fonds européen de développement. Elle apporte aussi des contributions aux agences spécialisées des Nations Unies, notamment l OMS, l ONUSIDA, l UNICEF et le FNUAP pour un montant de plus de 300 millions de francs par an. La France a aussi développé ces dernières années des collaborations avec les agences multilatérales sur des programmes particuliers. À titre d exemple, dans le domaine de la lutte contre les maladies transmissibles, le Ministère des affaires étrangères apporte un financement

3 page 3 de 7 millions de francs à la mise en place d un bureau de l OMS à Lyon en complément de l appui apporté par l OMS, la communauté urbaine de Lyon et le secteur privé (Fondation Mérieux) (cf. encadré). b) Un atout complémentaire, l Agence française de développement (AFD) L AFD est une institution financière spécialisée qui offre une gamme complète de concours financiers allant du don au prêt. Dans le domaine de la santé, l AFD a la responsabilité de l aide au financement des infrastructures. Elle s est engagée à hauteur de 35,4 millions de francs en 1999 et de 30 millions de francs en De nouveaux projets sont en cours d étude en complément de ceux du Fonds de solidarité prioritaire. LE BUREAU DE LYON DE L OMS La mission principale du nouveau bureau de l OMS à Lyon est de renforcer les capacités des pays en développement pour leur permettre de faire face aux épidémies, aux infections émergentes et par là même contribuer à la sécurité sanitaire mondiale. Le bureau de Lyon participe à la formation technique de spécialistes du monde entier qui travaillent à combattre les épidémies. Ces derniers, une fois rentrés dans leurs pays respectifs, seront à même de contribuer plus efficacement au dépistage rapide des principales maladies épidémiques et émergentes. L OMS contribue au renforcement de la sécurité internationale en facilitant le dépistage rapide des épidémies et en permettant la diffusion des informations disponibles au niveau national. Le bureau de l OMS de Lyon va jouer un rôle essentiel dans la mise sur pied d un réseau de laboratoires nationaux des pays en développement par le biais des moyens modernes de communication. Le choix de l implantation de ce bureau à Lyon se justifie par l excellente réputation de cette capitale régionale dans les domaines de la médecine et de la biotechnologie et par l étroite collaboration déjà existante entre l OMS et la communauté scientifique lyonnaise attestée par l existence de plusieurs centres collaborateurs de l OMS. La présence de la fondation Marcel Mérieux, partenaire depuis toujours de l OMS pour les actions de santé publique en faveur des pays en développement et la proximité de cette ville avec Genève sont aussi les raisons d importance pour le choix de l implantation de ce bureau à Lyon. Enfin, l OMS est déjà présente dans cette ville par le biais de son centre international de recherche sur le cancer (CIRC). II. LA COOPÉRATION DANS LE DOMAINE DE LA RECHERCHE EN BIOLOGIE ET EN MÉDECINE 1) L accueil des chercheurs étrangers La France est attachée à la coopération internationale dans le domaine des sciences de la vie. Les laboratoires français de recherche en biologie et médecine accueillent un nombre croissant de chercheurs étrangers. Cet accueil prend place dans des programmes de coopération

4 page 4 initiés par les ministères ou des organismes de recherche ou d universités etc... Le nombre annuel de stages pour chercheurs étrangers de niveau doctoral et au-delà dans le domaine des sciences de la vie peut être évalué à environ Les laboratoires à régime restrictif 1 dans les domaines de la biologie, du biomédical et de la microbiologie accueillent une part de ces stagiaires. Plus de chercheurs étrangers postdoctoraux sont accueillis annuellement dans les laboratoires non universitaires de recherche en biologie et médecine tel l Institut national de la science et de la recherche médicale (INSERM), le Département des sciences de la vie du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), l Institut national de la recherche agronomique (INRA) ainsi que l Institut Pasteur de Paris, pour ne citer que les principaux. Les seuls frais de laboratoire affectés à l accueil de ces chercheurs peuvent être évalués à plus de 300 millions de francs. 2) Des instituts de recherche spécifiquement consacrés au développement L Institut de recherche pour le développement est consacré spécifiquement à la problématique du développement, dans un vaste champ d action (environnement, agriculture, santé et société). L IRD est représenté dans un grand nombre de pays, il emploie agents permanents dont 200 dans le secteur de la santé. Les programmes dans ce domaine portent sur la nutrition, les maladies avec vecteur et le sida en milieu tropical. Le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) a pour mission de contribuer au développement rural des pays tropicaux et subtropicaux par des recherches, des réalisations expérimentales, des actions de formation en France et à l étranger et de diffusion d informations scientifiques et techniques. Il emploie agents. 3) Un cadre exemplaire: l Institut Pasteur et la coopération internationale L Institut Pasteur est une fondation privée reconnue d utilité publique, créée en 1887 par Louis Pasteur. Il a pour mission de contribuer à la prévention et au traitement des maladies par la recherche scientifique, l enseignement et des actions de santé publique. Depuis sa création, l Institut Pasteur est au centre d un vaste ensemble de relations internationales. En 2000 il a reçu plus de 400 élèves et stagiaires étrangers de 65 nationalités différentes, provenant en majorité des pays en développement. L aspect le plus original des relations de l Institut Pasteur avec l étranger est son rôle au centre du réseau international des Instituts Pasteur qui regroupent 20 instituts localisés sur les cinq continents (Bangui, Phnom-Penh, Saint Petersbourg, Téhéran...). Le comité scientifique de ce réseau est chargé du renforcement des collaborations scientifiques. Le réseau des instituts Pasteur participe aux transferts des connaissances. Il encourage et favorise les échanges aussi larges que possible sur 1 Les laboratoires à régime restrictif sont ceux pour lesquels une autorisation préalable doit être obtenue avant l admission de tous chercheurs de nationalité étrangère, en raison du caractère sensible de la matière étudiée, conformément aux dispositions de la législation nationale en vigueur et en application de l article III de la Convention de 1972.

5 page 5 les agents pathogènes, les savoir-faire et équipements en biotechnologie en mobilisant son potentiel scientifique notamment au profit des pays en voie de développement. Le financement de l État français à l Institut Pasteur s est élevé à 335 millions de francs en 2000 (31,4 % des ressources courantes). * * * Les informations contenues dans ce document ne prétendent pas à l exhaustivité. Il n est pas possible de faire un recensement complet des acteurs et encore moins des réalisations dans le champ couvert par l article X de la Convention de 1972, tant sont variés les domaines d intervention des autorités publiques au niveau national ou régional et des composantes de la société civile

1 - SOUTIEN A LA GUINÉE

1 - SOUTIEN A LA GUINÉE Depuis le début de l épidémie Ebola, la France s est mobilisée pour apporter, aux côtés de ses partenaires, une réponse adaptée à cette crise. Dès le mois de mars 2014, des instituts de recherche français

Plus en détail

Quels sont les domaines d activités soutenus par la DG

Quels sont les domaines d activités soutenus par la DG Connaissez-vous les appels de la DG SANCO? Mars - Avril 2009 Par Emilie Dubreuil La Direction Générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO) assiste la Commission européenne (CE) dans la mise en

Plus en détail

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information.

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information. STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE Document d information Lutte contre le VIH/Sida Contexte Dans le monde, l Afrique est le continent le

Plus en détail

La Santé dans le NEPAD

La Santé dans le NEPAD La Santé dans le NEPAD Implications pour le MAE Bruno Floury DGCID-MAE Plan de l intervention Quelques principes applicables à la santé La relance de l APD Répondre au NEPAD La santé et la lutte contre

Plus en détail

La recherche publique française et ses Établissements Publics Scientifiques et Technologiques

La recherche publique française et ses Établissements Publics Scientifiques et Technologiques La recherche publique française et ses Établissements Publics Scientifiques et Technologiques Institution Chercheurs permanents / enseignants chercheurs Proportion de chercheuses / enseignantes chercheuses

Plus en détail

Les métiers et les études de pharmacie

Les métiers et les études de pharmacie Les métiers et les études de pharmacie Journée Portes Ouvertes 28 janvier 2012 Pr A PINEAU Doyen Pr V FERRE vice-doyen Pédagogie La pharmacie : la science du médicament des études fondées sur des disciplines

Plus en détail

Direction générale de la Coopération au Développement et de l Aide humanitaire (DGD) LA DGD ET LES ACTEURS DU DEVELOPPEMENT

Direction générale de la Coopération au Développement et de l Aide humanitaire (DGD) LA DGD ET LES ACTEURS DU DEVELOPPEMENT Direction générale de la Coopération au Développement et de l Aide humanitaire (DGD) LA DGD ET LES ACTEURS DU DEVELOPPEMENT STRUCTURE DE LA PRESENTATION 1. DIVERSITE ET DIFFERENCIATION DES ACTEURS DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

12INI121-NIG-RESAOLAB

12INI121-NIG-RESAOLAB Termes de références Mission n 12INI121 Niger Appui à l analyse des besoins pour l élaboration d un projet de réseau de laboratoires en Afrique de l Ouest et sa soumission pour financement Demandeur :

Plus en détail

Malades et partenariats internationaux

Malades et partenariats internationaux Malades et partenariats internationaux Professeur Patrice DEBRE Réunion SOLTHIS du Vendredi 26 Juin 2009 1 L impact majeur du sida -1 Infections 33 millions personnes HIV + 2,7 millions nouvelles infections

Plus en détail

Cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme d ici 2030

Cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme d ici 2030 Cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme d ici 2030 Introduction Le cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales et de la Santé. Inauguration du stand «espace francophone» Mercredi 20 juillet 2016

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales et de la Santé. Inauguration du stand «espace francophone» Mercredi 20 juillet 2016 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales et de la Santé Inauguration du stand «espace francophone» Mercredi 20 juillet 2016 Discours prononcé par Mme Elisabeth Barbier, Ambassadrice

Plus en détail

COTISATIONS ANNUELLES AUX RÉSEAUX ET ASSOCIATIONS DONT LA RÉGION ÎLE- DE-FRANCE EST MEMBRE. Rapport pour la commission permanente du conseil régional

COTISATIONS ANNUELLES AUX RÉSEAUX ET ASSOCIATIONS DONT LA RÉGION ÎLE- DE-FRANCE EST MEMBRE. Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional MAI 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france COTISATIONS ANNUELLES AUX RÉSEAUX ET ASSOCIATIONS

Plus en détail

Présentation Sanofi Algérie

Présentation Sanofi Algérie Présentation Sanofi Algérie Sanofi en Algérie : une présence industrielle de presque 25 ans. La première usine ayant été lancée en 1991. Un acteur industriel de premier plan : près de 50% des 150 produits

Plus en détail

Salubrité des aliments

Salubrité des aliments CINQUANTE-TROISIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE WHA53.15 Point 12.3 de l ordre du jour 20 mai 2000 Salubrité des aliments La Cinquante-Troisième Assemblée mondiale de la Santé, Profondément préoccupée

Plus en détail

Le Bureau des activités pour les travailleurs du BIT (ACTRAV)

Le Bureau des activités pour les travailleurs du BIT (ACTRAV) Le Bureau des activités pour les travailleurs du BIT (ACTRAV) Principal lien entre le Bureau international du Travail (BIT) et les travailleuses et travailleurs, le Bureau des activités pour les travailleurs

Plus en détail

Charte de référence du mécénat. Actions de mécénat Dons de médicaments et vaccins

Charte de référence du mécénat. Actions de mécénat Dons de médicaments et vaccins Charte de référence du mécénat Actions de mécénat Dons de médicaments et vaccins Périmètre et procédure 2008 Sanofi-aventis : un acteur de santé responsable et solidaire Santé et développement sont étroitement

Plus en détail

METTRE FIN AUX ÉPIDÉMIES DE SIDA, DE TUBERCULOSE ET DE PALUDISME

METTRE FIN AUX ÉPIDÉMIES DE SIDA, DE TUBERCULOSE ET DE PALUDISME METTRE FIN AUX ÉPIDÉMIES DE SIDA, DE TUBERCULOSE ET DE PALUDISME UN INVESTISSEMENT JUDICIEUX En 2000, tout laissait penser que rien ne pouvait arrêter le sida, la tuberculose et le paludisme. Dans de

Plus en détail

Résultats de la Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé

Résultats de la Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé Cent trentième session EB130.R11 Point 6.6 de l ordre du jour 21 janvier 2012 Résultats de la Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé Le Conseil exécutif, Ayant examiné le rapport

Plus en détail

SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ. Point de l ordre du jour 26 mai 2012

SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ. Point de l ordre du jour 26 mai 2012 SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ WHA65.20 Point 13.15 de l ordre du jour 26 mai 2012 Action et rôle de l OMS en tant que chef de file du groupe de responsabilité sectorielle Santé face

Plus en détail

PROJET REGIONAL DE SANTE

PROJET REGIONAL DE SANTE PROJET REGIONAL DE SANTE 2012-2016 Programme de Coopération Régionale en Santé dans la zone sud-ouest de l Océan Indien Chantal de Singly, Directrice générale de l ARS Océan Indien Séminaire des Directeurs

Plus en détail

CADRE STRATEGIQUE DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA

CADRE STRATEGIQUE DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA BURKINA FASO Unité Progrès - Justice PRESIDENCE DU FASO ---------- CONSEIL NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE SIDA ET LES IST ---------- SECRETARIAT PERMANENT CADRE STRATEGIQUE DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA 2006

Plus en détail

IDENTIFICATION DU LABORATOIRE DE RECHERCHE UNIVERSITE:

IDENTIFICATION DU LABORATOIRE DE RECHERCHE UNIVERSITE: REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale de la Recherche Scientifique Direction des structures de recherche FORMULAIRE DE CREATION

Plus en détail

FORMULAIRE DE RENOUVELLEMENT D UN LABORATOIRE DE RECHERCHE

FORMULAIRE DE RENOUVELLEMENT D UN LABORATOIRE DE RECHERCHE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale de la Recherche Scientifique Direction des structures de recherche FORMULAIRE DE RENOUVELLEMENT

Plus en détail

Vendredi 1er juillet, soit moins de trois jours après la réception. Communiqué de presse

Vendredi 1er juillet, soit moins de trois jours après la réception. Communiqué de presse Communiqué de presse 05/07/2011 L Escherichia coli séquencée en un temps record à l Institut Pasteur de Lille Une première mondiale : le patrimoine génétique du germe d Escherichia coli, responsable de

Plus en détail

Renforcement des soins palliatifs en tant qu élément du traitement intégré pour la continuité des soins

Renforcement des soins palliatifs en tant qu élément du traitement intégré pour la continuité des soins Cent trente-quatrième session EB134.R7 Point 9.4 de l ordre du jour 23 janvier 2014 Renforcement des soins palliatifs en tant qu élément du traitement intégré pour la continuité des soins Le Conseil exécutif,

Plus en détail

Communiqué de presse Janvier 2010

Communiqué de presse Janvier 2010 Communiqué de presse Janvier 2010 Le Collège de France nomme Peter PIOT, un des plus grands spécialistes du Sida, titulaire de la chaire Savoirs contre pauvreté Année académique 2009/2010 Le Sida reste

Plus en détail

Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé

Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé SOIXANTE-DEUXIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE WHA62.14 Point 12.5 de l ordre du jour 22 mai 2009 Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé La

Plus en détail

FACULTES DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES

FACULTES DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES FACULTES DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES 35 chemin des Maraîchers - Campus Rangueil UPS-Toulouse III Site Web : www.pharmacie.ups-tlse.fr CURSUS DES ETUDES DE PHARMACIE Bac + 6 Bac + 9 1ère année concours

Plus en détail

Groupe Thématique Migrations. Cadre stratégique

Groupe Thématique Migrations. Cadre stratégique Groupe Thématique Migrations Cadre stratégique Le Maroc, désormais pays de départ, de transit et d accueil de migrants et de réfugiés, se trouve confronté à une situation complexe et doit relever aujourd

Plus en détail

Chapitre 3. Des inégalités devant la santé

Chapitre 3. Des inégalités devant la santé Chapitre 3 Des inégalités devant la santé Sommes-nous tous égaux dans le monde devant la santé? problématique Dans les pays riches, l accès aux médicaments est aisé : grande quantité de médicaments disponibles,

Plus en détail

1 re Université francophone de Dakar en Promotion de la Santé

1 re Université francophone de Dakar en Promotion de la Santé Première annonce Semaine d échange et de formation 1 re Université francophone de Dakar en Promotion de la Santé Dakar, Sénégal du 26 au 31 octobre 2008 organisée par Action et Développement avec le concours

Plus en détail

Présentation des interventions de l AFD dans le secteur Santé aux Comores

Présentation des interventions de l AFD dans le secteur Santé aux Comores Présentation des interventions de l AFD dans le secteur Santé aux Comores Séminaire des directeurs AFD de l Océan Indien Saint Denis, le 6 octobre 2012 1 Sommaire 1 le dispositif AFD Paris 2 l AFD en Union

Plus en détail

FACULTES DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES

FACULTES DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES FACULTES DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES 35 chemin des Maraîchers - Campus Rangueil UPS-Toulouse III Site Web : www.pharmacie.ups-tlse.fr CURSUS DES ETUDES DE PHARMACIE Bac + 6 Bac + 9 1ère année (concours

Plus en détail

SOIXANTE-SIXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ. Point 13.5 de l ordre du jour 27 mai Handicap

SOIXANTE-SIXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ. Point 13.5 de l ordre du jour 27 mai Handicap SOIXANTE-SIXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ WHA66.9 Point 13.5 de l ordre du jour 27 mai 2013 Handicap La Soixante-Sixième Assemblée mondiale de la Santé, Ayant examiné le rapport sur le handicap ;

Plus en détail

Préoccupation majeure des pouvoirs publics : garantir un égal accès aux soins et en particulier au médicament Accès géographique

Préoccupation majeure des pouvoirs publics : garantir un égal accès aux soins et en particulier au médicament Accès géographique Évaluation médicoéconomique et circuits de dispensation UE 14s : LES MÉDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTÉ PACES 2015 Pr Marine AULOIS-GRIOT Laboratoire de Droit et Économie Pharmaceutiques Unité INSERM

Plus en détail

Une formation multidisciplinaire

Une formation multidisciplinaire Information Métiers Pharmacie - 2017 Une formation multidisciplinaire Sciences fondamentales Sciences du vivant Sciences pharmaceutiques Sciences humaines et sociales Diversité des débouchés accessible

Plus en détail

BWC/MSP/2010/5/Rev.1. Note du Secrétariat. 9 décembre 2010 Français Original: anglais

BWC/MSP/2010/5/Rev.1. Note du Secrétariat. 9 décembre 2010 Français Original: anglais Réunion des États parties à la Convention sur l interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction BWC/MSP/2010/5/Rev.1

Plus en détail

Resolution 1540: enjeux et perspectives

Resolution 1540: enjeux et perspectives Workshop on strategic trade controls (Center for International Trade & Security, UGA) Resolution 1540: enjeux et perspectives Washington DC, 26 janvier 2010 Nicolas Kasprzyk Expert aupres du Comite 1540

Plus en détail

LE C2D, CONTRAT DE DESENDETTEMENT ET DE DEVELOPPEMENT ENTRE LA FRANCE ET LE CAMEROUN. Le secteur de la santé

LE C2D, CONTRAT DE DESENDETTEMENT ET DE DEVELOPPEMENT ENTRE LA FRANCE ET LE CAMEROUN. Le secteur de la santé LE C2D, CONTRAT DE DESENDETTEMENT ET DE DEVELOPPEMENT ENTRE LA FRANCE ET LE CAMEROUN Le secteur de la santé Le C2D Santé, un programme de 59 milliards de FCFA LUTTER CONTRE LES MALADIES TRANSMISSIBLES

Plus en détail

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L EMPLOI DES JEUNES

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L EMPLOI DES JEUNES ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L EMPLOI DES JEUNES Entre : LA MARINE NATIONALE : 15 rue de crosne BP 618-76007 ROUEN CEDEX 2 Représenté par le capitaine de frégate Emmanuel GEFFROY, Chef du secteur

Plus en détail

FONDS DES NATIONS UNIES POUR L ENFANCE PROFIL DE POSTE

FONDS DES NATIONS UNIES POUR L ENFANCE PROFIL DE POSTE FONDS DES NATIONS UNIES POUR L ENFANCE PROFIL DE POSTE I. Informations sur le poste Titre du poste : Responsable des interventions d urgence administrateur auxiliaire Titre du superviseur / Niveau : Chef

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD en vue d une approche coordonnée, au niveau national, pour l archivage ouvert de la production scientifique.

PROTOCOLE D ACCORD en vue d une approche coordonnée, au niveau national, pour l archivage ouvert de la production scientifique. PROTOCOLE D ACCORD en vue d une approche coordonnée, au niveau national, pour l archivage ouvert de la production scientifique. Considérant que, - Depuis quelques années se constituent, dans le monde,

Plus en détail

maladies_infectieuses 2006/5/19 14:04 page xv #15 Rapport Science et Technologie Composition du Comité RST Composition du groupe de travail

maladies_infectieuses 2006/5/19 14:04 page xv #15 Rapport Science et Technologie Composition du Comité RST Composition du groupe de travail maladies_infectieuses 2006/5/19 14:04 page xv #15 Rapport Science et Technologie Composition du Comité RST Avant-propos Composition du groupe de travail Introduction iii v ix xi xxv PARTIE I La situation

Plus en détail

Université Claude Bernard Lyon 1

Université Claude Bernard Lyon 1 Bienvenue Université Claude Bernard Lyon 1 L Université Claude Bernard Lyon 1 4 ème université française 1 ère université française en santé 5 000 personnels 33791 étudiants 65 unités de recherche 14 sites

Plus en détail

Comité régional de l Europe Cinquante-quatrième session. Mise en œuvre de la Stratégie de pays du Bureau régional

Comité régional de l Europe Cinquante-quatrième session. Mise en œuvre de la Stratégie de pays du Bureau régional Comité régional de l Europe Cinquante-quatrième session Copenhague, 6 9 septembre 2004 Point 7 de l ordre du jour provisoire EUR/RC54/Inf.Doc./2 Corr.2 5 septembre 2004 41782 ORIGINAL : ANGLAIS Mise en

Plus en détail

10 avril avril 2015

10 avril avril 2015 10 avril 2015 1 Depuis le début de l épidémie Ebola, la France s est mobilisée pour apporter, aux côtés de ses partenaires, une réponse adaptée à cette crise. En mars 2014, des instituts de recherche français

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI À LA POLITIQUE DE LA VILLE

PROGRAMME D APPUI À LA POLITIQUE DE LA VILLE PROGRAMME D APPUI À LA POLITIQUE DE LA VILLE AMÉLIORER AUJOURD HUI LES CONDITIONS DE VIE DANS LES QUARTIERS PÉRIPHÉRIQUES ET PENSER LA VILLE DE DEMAIN CONTEXTE La Tunisie a connu au cours des trente dernières

Plus en détail

Au nombre des principes fondateurs sur lesquels la Convention sur les armes chimiques prend appui figure

Au nombre des principes fondateurs sur lesquels la Convention sur les armes chimiques prend appui figure ORGANISATION POUR L INTERDICTION DES ARMES CHIMIQUES Œuvrer ensemble pour un monde libéré des armes chimiques Fiche Documentaire 9 Promouvoir le développement économique et technique grâce à la chimie

Plus en détail

Contribution de l OMS à la réalisation des objectifs de développement de la Déclaration du Millénaire des Nations Unies

Contribution de l OMS à la réalisation des objectifs de développement de la Déclaration du Millénaire des Nations Unies ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CINQUANTE-CINQUIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A55/6 Point 13.2 de l ordre du jour provisoire 1 er mai 2002 Contribution de l OMS à la réalisation des objectifs de

Plus en détail

Renforcement des soins palliatifs en tant qu élément des soins complets à toutes les étapes de la vie

Renforcement des soins palliatifs en tant qu élément des soins complets à toutes les étapes de la vie SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ WHA67.19 Point 15.5 de l ordre du jour 24 mai 2014 Renforcement des soins palliatifs en tant qu élément des soins complets à toutes les étapes de la vie

Plus en détail

ACCORD-CADRE. Entre. Préambule

ACCORD-CADRE. Entre. Préambule ACCORD-CADRE Entre LE CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ci-après dénommé le CNRS Etablissement public à caractère scientifique et technologique ayant son siège : 3, rue Michel Ange 75794 PARIS

Plus en détail

L Institut universitaire du cancer de Toulouse

L Institut universitaire du cancer de Toulouse L Institut universitaire du cancer de Toulouse un maillage régional novateur au service des malades atteints de cancer www.iuct.fr Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un L nouveau modèle

Plus en détail

ALLOCATIONS DE RECHERCHE POST-DOCTORALES

ALLOCATIONS DE RECHERCHE POST-DOCTORALES ALLOCATIONS DE RECHERCHE POST-DOCTORALES Les allocations post-doctorales sont attribuées par la Région des Pays de la Loire aux établissements d enseignement supérieur et de recherche en vue de favoriser

Plus en détail

Première Conférence ministérielle mondiale sur les modes de vie sains et la lutte contre les maladies non transmissibles (Moscou, avril 2011)

Première Conférence ministérielle mondiale sur les modes de vie sains et la lutte contre les maladies non transmissibles (Moscou, avril 2011) Première Conférence ministérielle mondiale sur les modes de vie sains et la lutte contre les maladies non transmissibles (Moscou, 28-29 avril 2011) DECLARATION DE MOSCOU PRÉAMBULE Nous, participants à

Plus en détail

STRATÉGIE GÉNÉRALE 2012 STRATÉGIES ET ORIENTATIONS LA COOPÉRATION LUXEMBOURGEOISE LËTZEBUERGER ENTWÉCKLUNGSZESUMMENAARBECHT

STRATÉGIE GÉNÉRALE 2012 STRATÉGIES ET ORIENTATIONS LA COOPÉRATION LUXEMBOURGEOISE LËTZEBUERGER ENTWÉCKLUNGSZESUMMENAARBECHT STRATÉGIE GÉNÉRALE 2012 STRATÉGIES ET ORIENTATIONS LA COOPÉRATION LUXEMBOURGEOISE LËTZEBUERGER ENTWÉCKLUNGSZESUMMENAARBECHT 2 Stratégie générale VISION F ace aux défis globaux et interdépendants que sont

Plus en détail

Conseil des droits de l homme. Le droit qu a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible

Conseil des droits de l homme. Le droit qu a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible Conseil des droits de l homme Résolution 6/29. Le droit qu a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible Le Conseil des droits de l homme, Sachant que, pour des millions

Plus en détail

STIC-Asie. www.ict-asia-france.org. Bio-Asie

STIC-Asie. www.ict-asia-france.org. Bio-Asie STIC-Asie Un programme régional de la Coopération Scientifique Française mis en oeuvre par : Le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes Le Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de la santé Sous-direction prévention

Plus en détail

Comprendre pour mieux dépister, prévenir et soigner LA SCIENCE DU PROGRÈS

Comprendre pour mieux dépister, prévenir et soigner LA SCIENCE DU PROGRÈS Comprendre pour mieux dépister, prévenir et soigner LA SCIENCE DU PROGRÈS L ANRS (France REcherche Nord & sud Sida-hiv Hépatites) est née en 1988. Elle mobilise les chercheurs du Nord et du Sud, de toutes

Plus en détail

[Tapez le titre du document] RAPPORT ANNUEL 2015 ONG NOURRIR LE MONDE CONTACTS : /

[Tapez le titre du document] RAPPORT ANNUEL 2015 ONG NOURRIR LE MONDE CONTACTS : / 1 RAPPORT ANNUEL 2015 ONG NOURRIR LE MONDE CONTACTS : 07 89 49 47 /01 66 75 61 1 2 SOMMAIRE I. PRESENTATION DE L ONG NOURRIR LE MONDE II. RESUME DES ACTIVITES III. IV. BILAN MORAL BILAN FINANCIER CONCLUSION

Plus en détail

LA STRATÉGIE MONDIALE POUR LA SANTÉ DE LA FEMME, DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ( )

LA STRATÉGIE MONDIALE POUR LA SANTÉ DE LA FEMME, DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ( ) CHAQUE FEMME CHAQUE ENFANT LA STRATÉGIE MONDIALE POUR LA SANTÉ DE LA FEMME, DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT (2016-2030) SURVIVRE S ÉPANOUIR TRANSFORMER D UN COUP D OEIL SURVIVRE S ÉPANOUIR TRANSFORMER La

Plus en détail

La prise en charge et la protection sociale des personnes atteintes de maladie chronique

La prise en charge et la protection sociale des personnes atteintes de maladie chronique Haut Conseil de la santé publique rapport La prise en charge et la protection sociale des personnes atteintes de maladie chronique novembre 2009 Haut Conseil de la santé publique SYNTHESE Rapport sur la

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE FONDS POUR L INNOVATION DANS L INDUSTRIE

GUIDE PRATIQUE FONDS POUR L INNOVATION DANS L INDUSTRIE GUIDE PRATIQUE FONDS POUR L INNOVATION DANS L INDUSTRIE 1- POURQUOI UN FONDS POUR L INNOVATION 2- COMMENT INTERVIENT-IL 3- QUI EST ELIGIBLE A UN FINANCEMENT 4- QUELS SONT LES CRITERES DE SELECTION DES

Plus en détail

FORUM REGIONAL SUR LA PROPRIETE INDUSTRIELLE ET L EXPLOITATION INDUSTRIELLE DES RESULTATS

FORUM REGIONAL SUR LA PROPRIETE INDUSTRIELLE ET L EXPLOITATION INDUSTRIELLE DES RESULTATS FORUM REGIONAL SUR LA PROPRIETE INDUSTRIELLE ET L EXPLOITATION INDUSTRIELLE DES RESULTATS DE RECHERCHE EN AFRIQUE SUIVI D UNE PRESENTATION D OFFRES TECHNOLOGIQUES Douala, 2-4 novembre 2010 (Siège du GICAM)

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 20 juin 2012 Français Original: anglais TD/B/59/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-neuvième

Plus en détail

COOPÉRATION AVEC LA CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE. Table des matières

COOPÉRATION AVEC LA CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE. Table des matières Août 2009 F Point 11 de l ordre du jour provisoire COMMISSION DES RESSOURCES GÉNÉTIQUES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE Douzième session ordinaire Rome, 19-23 octobre 2009 COOPÉRATION AVEC LA CONVENTION

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Exemplaire final

CONVENTION DE PARTENARIAT. Exemplaire final CONVENTION DE PARTENARIAT Exemplaire final 1 Cette convention se propose de définir les modalités de mise en œuvre d une collaboration entre les institutions suivantes : L Université de Corse et ses partenaires

Plus en détail

L aide humanitaire de la Confédération. Sauver des vies, soulager des souffrances

L aide humanitaire de la Confédération. Sauver des vies, soulager des souffrances L aide humanitaire de la Confédération Sauver des vies, soulager des souffrances Mandat «L aide humanitaire a pour but de contribuer, par des mesures de prévention ou de secours, à la sauvegarde de la

Plus en détail

Apport des ONG dans le recherche en situation d urgence Renaud BECQUET, Augustin AUGIER

Apport des ONG dans le recherche en situation d urgence Renaud BECQUET, Augustin AUGIER Apport des ONG dans le recherche en situation d urgence Renaud BECQUET, Augustin AUGIER Abidjan, 17-18 janvier 2017 Le point de vue d ALIMA Le constat Appel à l aide des équipes médicales impliquées dans

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE 2EME SESSION ORDINAIRE DE 2012 REUNION DES 8 ET 9 NOVEMBRE RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE 2EME SESSION ORDINAIRE DE 2012 REUNION DES 8 ET 9 NOVEMBRE RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2012/O2/186 ASSEMBLEE DE CORSE 2EME SESSION ORDINAIRE DE 2012 REUNION DES 8 ET 9 NOVEMBRE RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF RECRUTEMENT DE

Plus en détail

Rapport de la journée Internationale et de la semaine nationale de lutte contre le Cancer au Mali

Rapport de la journée Internationale et de la semaine nationale de lutte contre le Cancer au Mali Rapport de la journée Internationale et de la semaine nationale de lutte contre le Cancer au Mali I. INTRODUCTION La journée mondiale de lutte contre le cancer est un évènement mondial célébrer à travers

Plus en détail

générale l action sociale DGAS La Direction Des défis majeurs : La lutte contre les exclusions Les réponses à la dépendance

générale l action sociale DGAS La Direction Des défis majeurs : La lutte contre les exclusions Les réponses à la dépendance La Direction générale de l action sociale DGAS Des défis majeurs : La lutte contre les exclusions Les réponses à la dépendance 11, Place des Cinq Martyrs du Lycée Buffon 75696 Paris cedex 14 Tél : 01 40

Plus en détail

Dossier de presse. vendredi 1 er mars 2013

Dossier de presse. vendredi 1 er mars 2013 Dossier de presse vendredi 1 er mars 2013 Clôture des Assises du développement et de la solidarité internationale Ministère des Affaires étrangères 27 rue de la Convention 75015 Paris diplomatie.gouv.fr

Plus en détail

Contributions écrites de la Fédération Française des Masseurs-Kinésithérapeutes Rééducateurs à la Grande Conférence de Santé

Contributions écrites de la Fédération Française des Masseurs-Kinésithérapeutes Rééducateurs à la Grande Conférence de Santé Contributions écrites de la Fédération Française des Masseurs-Kinésithérapeutes Rééducateurs à la Grande Conférence de Santé FFMKR 1 Avant-propos Par ces propositions la FFMKR fait connaître son engagement

Plus en détail

Les CARRIÈRES en Biochimie de la santé

Les CARRIÈRES en Biochimie de la santé Les CARRIÈRES en Biochimie de la santé 1. Carrières en recherche 2. Carrières en analyse et diagnostic 3. Carrières en contrôle de la qualité 4. Carrières en représentation commerciale 5. Carrières en

Plus en détail

Médico-social et GHT

Médico-social et GHT Pôle Autonomie Médico-social et GHT ANNIE LELIEVRE RESPONSABLE DU PÔLE AUTONOMIE Rencontre régionale des décideurs du médico-social en région Centre-Val de Loire 16 juin 2016 Groupements Hospitaliers de

Plus en détail

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE --------------------- Union Discipline Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ----------------------- Bureau

Plus en détail

Dominique Chirpaz Professeur de SVT Lycée Jean Monnet Service éducatif IRD

Dominique Chirpaz Professeur de SVT Lycée Jean Monnet Service éducatif IRD Dominique Chirpaz Professeur de SVT Lycée Jean Monnet Service éducatif IRD dominique.chirpaz@ird.fr IRD : établissement public français à caractère scientifique et technologique (EPST) IRD : depuis plus

Plus en détail

Article unique. Le Président, Signé : Christian Poncelet

Article unique. Le Président, Signé : Christian Poncelet Document mis en distribution le 25 octobre 2004 N o 1857 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 octobre 2004.

Plus en détail

Soutenir des programmes de soins dans les pays en développement

Soutenir des programmes de soins dans les pays en développement Soutenir des programmes de soins dans les pays en développement Notre mission Créée en 1998 à l initiative de la filiale France du laboratoire GlaxoSmithKline, la Fondation d entreprise GSK a pour objectif

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales et de la Santé. Inauguration du séminaire académique de l Institut Pasteur

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales et de la Santé. Inauguration du séminaire académique de l Institut Pasteur 1 Seul le prononcé fait foi Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales et de la Santé Inauguration du séminaire académique de l Institut Pasteur et des Instituts Nationaux de Santé

Plus en détail

QCM COURS «INSTITUTIONS FRANCAISES ET EUROPEENNES». Dr Daniel ORBAN

QCM COURS «INSTITUTIONS FRANCAISES ET EUROPEENNES». Dr Daniel ORBAN QCM COURS «INSTITUTIONS FRANCAISES ET EUROPEENNES». Dr Daniel ORBAN 1.Que comporte le Règlement Sanitaire International de l Organisation mondiale de la santé? a. Des certificats sanitaires. b. La classification

Plus en détail

(Master Zones Humides)

(Master Zones Humides) Master en Conservation et Utilisation durable des Zones Humides (Master Zones Humides) CRÉATION - DOMICILIATION: Création en 2003 par l Université de Ouagadougou en partenariat avec l UICN sous la forme

Plus en détail

6 ème réunion des ministres de l Agriculture. des pays membres du CIHEAM

6 ème réunion des ministres de l Agriculture. des pays membres du CIHEAM 6 ème réunion des ministres de l Agriculture des pays membres du CIHEAM RECOMMANDATIONS Les ministres de l Agriculture des 13 pays membres du CIHEAM réunis au Caire le 2 décembre 2006 sous les auspices

Plus en détail

Fiche d information No 11 : Le PNUD et les peuples autochtones

Fiche d information No 11 : Le PNUD et les peuples autochtones Fiche d information No 11 : Le PNUD et les peuples autochtones Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) est le principal organisme de développement des Nations Unies. Sa mission consiste

Plus en détail

PRESS BOOK. Lancement du SIRIC, un nouveau levier pour la recherche et le soin en cancérologie en région PACA en 2013.

PRESS BOOK. Lancement du SIRIC, un nouveau levier pour la recherche et le soin en cancérologie en région PACA en 2013. PRESS BOOK Lancement du SIRIC, un nouveau levier pour la recherche et le soin en cancérologie en région PACA en 2013 février 2013 SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Lancement du SIRIC, un nouveau levier pour

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1152 du 16 septembre 2015 relatif aux conditions et modalités d exercice

Plus en détail

Classe terminale, série sciences et technologies de la santé et du social Programme de l'enseignement de sciences et techniques sanitaires et sociales

Classe terminale, série sciences et technologies de la santé et du social Programme de l'enseignement de sciences et techniques sanitaires et sociales Classe terminale, série sciences et technologies de la santé et du social Programme de l'enseignement de sciences et techniques sanitaires et sociales NOR : MENE1226480A arrêté du 25-6-2012 - J.O. du 4-7-2012

Plus en détail

Convention d Association avec la Communauté d Université et Etablissement (ComUE) Université Bretagne Loire (UBL)

Convention d Association avec la Communauté d Université et Etablissement (ComUE) Université Bretagne Loire (UBL) Version acceptée directoire CHU 5 octobre Convention d Association avec la Communauté d Université et Etablissement (ComUE) Université Bretagne Loire (UBL) Entre La Communauté d universités et établissements

Plus en détail

Informations métiers PACES - 28/1/2016 On a tous un pharmacien dans sa vie

Informations métiers PACES - 28/1/2016 On a tous un pharmacien dans sa vie Informations métiers PACES - 28/1/2016 On a tous un pharmacien dans sa vie les métiers les plus connus 1 On a tous un pharmacien dans sa vie et les autres Le pharmacien est présent tout au long de la chaîne

Plus en détail

FORMULAIRE DE CANDIDATURE POUR DEVENIR PARTIE PARTENAIRE AU PROJET FCTC 2030

FORMULAIRE DE CANDIDATURE POUR DEVENIR PARTIE PARTENAIRE AU PROJET FCTC 2030 FORMULAIRE DE CANDIDATURE POUR DEVENIR PARTIE PARTENAIRE AU PROJET FCTC 2030 Le projet FCTC 2030. Le projet permettra au Secrétariat de la Convention d apporter un soutien intensif à 15 Parties à la Convention-cadre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2017-129 du 3 février 2017 relatif à la prévention des infections associées aux soins NOR : AFSP1629493D

Plus en détail

AGORA CENTRE DU CANCER

AGORA CENTRE DU CANCER AGORA CENTRE DU CANCER Une initiative de la Fondation ISREC en partenariat avec et d autres futurs partenaires ŒUVRER ENSEMBLE POUR LUTTER CONTRE LE CANCER 2 «ACCÉLÉRER LE TRANSFERT DES DÉCOUVERTES DE

Plus en détail

LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIÈRE LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS D ALGÉRIE

LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIÈRE LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS D ALGÉRIE LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIÈRE LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS D ALGÉRIE INTER ORDRE DES PHARMACIENS AFRICAINS ( IOPA ) INTER SYNDICALE DES PHARMACIENS

Plus en détail

Cahier des charges pour l obtention du label «Lycée des métiers» Académie de Versailles ACADEMIE DE VERSAILLES LYCEE DES METIERS 1

Cahier des charges pour l obtention du label «Lycée des métiers» Académie de Versailles ACADEMIE DE VERSAILLES LYCEE DES METIERS 1 Cahier des charges pour l obtention du label «Lycée des métiers» Académie de Versailles ACADEMIE DE VERSAILLES LYCEE DES METIERS 1 SOMMAIRE I Caractéristiques générales 1. Identité métiers 2. Publics accueillis

Plus en détail

Les modalités de mise en œuvre du

Les modalités de mise en œuvre du Les modalités de mise en œuvre du Fonds d Intervention Régional (FIR) Quelques rappels sur le FIR (1) FIR entre en vigueur le 1 er mars 2012 mais certaines dispositions applicables en 2013 Maintien des

Plus en détail

Tribune : Perspectives d évolutions en France

Tribune : Perspectives d évolutions en France Tribune : Perspectives d évolutions en France Evelyne BELLIARD - Représentante du Ministère de la Santé, Stéphane PERRIN - Représentant de l Association des Régions de France, Martine SOMMELETTE - Présidente

Plus en détail

DÉCLaraTioN D addis abéba SUr La SaNTÉ CommUNaUTaire DaNS La région africaine

DÉCLaraTioN D addis abéba SUr La SaNTÉ CommUNaUTaire DaNS La région africaine DÉCLaraTioN D addis abéba SUr La SaNTÉ CommUNaUTaire DaNS La région africaine 1. Nous, Ministres de la Santé et Représentants des États Membres, des organisations non gouvernementales, des sociétés civiles,

Plus en détail

STATISTIQUES MONDIALES

STATISTIQUES MONDIALES FICHE D INFORMATION 2015 STATISTIQUES MONDIALES 15,8 de personnes ont accès à la thérapie antirétrovirale (juin 2015) 36,9 de personnes [34,3 41,4 vivaient avec le VIH dans le monde (fin 2014) 2 de personnes

Plus en détail