Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier"

Transcription

1 Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 213 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 3 e trimestre 214 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France COUP DE FREIN AU TROISIÈME TRIMESTRE 1,5 million de m 2 de bureaux ont été placés en Île-de-France sur les neuf premiers mois, volume en retrait de 1 % par rapport à la moyenne décennale, mais en légère reprise de 13 % sur la période par rapport aux neuf premiers mois de 213. Les m 2 tertiaires placés au troisième trimestre, traditionnellement actif, marquent une passe difficile sur le marché locatif ( 17 % par rapport au T3 213), un score proche de celui de 29 (année de contrecoup de la crise des subprimes). 214 pourrait se conclure sur un bilan annuel de l ordre de 2 millions de m 2 de bureaux placés, en légère progression par rapport à 213, scénario prudent dans le contexte de marché, tablant sur 5 m 2 placés au quatrième trimestre. Sur fond de mutations économiques, technologiques et sociétales majeures, la conjoncture française est toujours affectée par une croissance proche de zéro, en contreperformance des prévisions initiales d amorce de reprise pour 214. Côté entreprises, la recherche d économies de coûts fixes demeure prédominante, que ce soit par le levier de la négociation ou celui de la renégociation des conditions de bail. Loin de pouvoir tabler sur un socle suffisant de création d emplois tertiaires (1), l activité locative tertiaire francilienne continue d être alimentée substantiellement par les transferts des grandes entreprises, souvent synonymes de libérations d immeubles anciens pour regroupement dans des immeubles tertiaires de dernière génération, avec au passage une réduction des mètres carrés au poste de travail. Et précisément, l activité du segment des grandes transactions supérieures à 5 m 2 s est nettement infléchie, tandis qu elle semblait dynamique au premier semestre (trois mouvements supérieurs à 4 m 2, en particulier). Cette inflexion trimestrielle démontre, une fois encore, que cette part contribue, non par le nombre (onze au troisième trimestre) mais par les volumes, à façonner l activité locative tertiaire, devenue tributaire de cette part à hauteur de 4 % sur les neuf mois écoulés (25 % seulement ce trimestre). Tandis que tous les secteurs tertiaires franciliens s étaient redressés au deuxième trimestre 214, seul Paris intra-muros résiste au troisième trimestre (+ 25 %, en moyenne, sur un an glissant), tandis que la périphérie accuse le coup ( 32 % en glissement annuel moyen). Le bilan à neuf mois révèle, quant à lui, une bipolarisation accentuée sur le plan de l activité locative : Paris QCA (+ 36 % par rapport aux neuf mois de 213 et + 14 % en tendance décennale) et Paris Sud (+ 24 % en glissement annuel et + 16 % en comparaison de la moyenne décennale) s affichent en nette reprise. A contrario, l activité dans le Croissant Ouest se contracte très sensiblement au troisième trimestre, les volumes placés étant divisés par deux. Sur un marché empreint d une transparence toute relative, la sécurisation du flux de revenu et la maîtrise maximale de la vacance locative demeurent la priorité absolue des bailleurs. C est pourquoi la pratique de négociation d un loyer de base facial élevé s intensifie, s accompagnant de franchises de loyer étroitement proportionnelles à la durée ferme d engagement du locataire et à sa qualité de signature, paramètres essentiels de valorisation des actifs tertiaires. CONTEXTE ÉCONOMIQUE NATIONAL FRANCE INDICATEURS ÉCONOMIQUES PIB 1,7 %, %,4 %,4 % (2) Taux de chômage 8,9 % 9,7 % 9,7 % 9,7 % (3) Inflation 2,3 % 2,2 % 1, %,6 % (4) (1) On estime que 12 emplois se créent chaque année en Île-de-France depuis 29, contre une moyenne annuelle de 25 sur la période (Source ORIE Colloque du 6 février 214). La donne ne devrait pas changer en 214, avec une prévision autour de 1 créations d emploi, dans un contexte de stabilisation escomptée du chômage francilien. (2) Source : prévision 214 ministère des Finances et des Comptes publics indicateurs Banque de France au 14 novembre 214. (3) Donnée Insee, cvs octobre 214 (Source Insee estimations T2 214 France métropolitaine). (4) IPCH prévision 214 ministère des Finances et des Comptes publics indicateurs Banque de France au 14 novembre ÉTUDE TRIMESTRIELLE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER 2 e TRIMESTRE 213

2 Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France Résistance du marché francilien La bonne résistance du marché locatif tertiaire francilien, dans un contexte économique difficile, tient aux fondamentaux caractérisant la région capitale : premier parc tertiaire européen (52 millions de m 2 ), PIB régional (5) représentant 31 % du PIB métropolitain, variation annuelle légèrement positive de l emploi salarié marchand au troisième trimestre 214 (+,4 % vs % en province), activité économique concentrée à 84,5 % sur le secteur tertiaire, taux de chômage de 8,6 %, stable au deuxième trimestre 214, inférieur à la moyenne nationale, solide socle de sociétés françaises du CAC 4 et important tissu de PME franciliennes, avec un nombre de créations d entreprise augmentant deux fois plus vite qu au plan national (91 en huit mois) mais aussi un taux de défaillance parallèlement en augmentation de 4 % (6). ÉVOLUTION DE LA DEMANDE PLACÉE (en m 2 ) T1 T2 T3 T4 Prévision L offre immédiate au plus haut? L offre tertiaire, annoncée stable depuis neuf mois (+ 4 % sur un an glissant), affiche le niveau historiquement élevé de 3,9 millions de m 2 immédiatement disponibles (proche de 1995). Elle se cristallise sur une part très majoritaire d actifs obsolescents, corolaire des tendances actuelles de placement locatif sur le marché. Segment des grandes/très grandes surfaces orienté quasi-exclusivement sur des immeubles de dernière génération, avec libération concomitante d actifs anciens de grande taille difficilement replaçables. Campus ou vastes opérations clés en main, construits «sur mesure» pour les besoins de grands groupes industriels, pharmaceutiques ou bancaires, sur de nouvelles emprises foncières (pour l essentiel). Production tertiaire neuve toujours prolifique, cherchant à capter la demande potentielle et effective des utilisateurs : environ 1,9 million de m 2 livrables en 214 et 215, dont une part usuelle de l ordre de 4 % non-précommercialisés, soit 76 m 2 susceptibles, à terme, de gonfler le stock global, déjà élevé. Résorption du stock profitant essentiellement au segment du neuf, au détriment de celui des locaux de deuxième main, alors que leur part respective est de 2 %/8 %. Au global, le taux moyen francilien de vacance immédiate atteint 7,5 %, masquant bien des disparités et des inégalités de territoire, lorsqu on détaille l analyse par grands secteurs franciliens (vieillissement de certaines zones tertiaires, développement ou renforcement de nouveaux pôles, à l offre neuve plus ou moins excédentaire). RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DE LA DEMANDE PLACÉE AU TROISIÈME TRIMESTRE % 15 % RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DE LA DEMANDE PLACÉE (9 premiers mois 214) 11 % 26 % 14 % 8 % 15 % 8 % 51 % 4 % Paris La Défense Croissant Ouest Première Couronne Deuxième Couronne Paris La Défense Croissant Ouest Première Couronne Deuxième Couronne (5) Dernière donnée disponible (source Insee 212). (6) À fin juillet 214 (source : Insee). RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DE L OFFRE IMMÉDIATE AU TROISIÈME TRIMESTRE 214 (en %) 2 e Couronne Croissant Ouest Paris 1 re Couronne La Défense 11 % 14 % 2 % 28 % 27 % OFFRE EXPRIMÉE EN ANNÉES DE PLACEMENT LOCATIF Paris intra-muros 1,6 La Défense 2,98 Croissant Ouest 1,89 1 re Couronne 2,34 2 e Couronne 3,68 2 ÉTUDE TRIMESTRIELLE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER 3 e TRIMESTRE 214

3 COUP DE FREIN AU TROISIÈME TRIMESTRE ANALYSE PAR SECTEURS LOCATIFS FRANCILIENS PARIS Rebond d activité dans Paris QCA (7) La reprise, amorcée en début d année, paraît se consolider à Paris intra-muros, qui capte 4 % de la demande placée francilienne sur les neuf premiers mois de 214 et pas moins de 51 % au troisième trimestre. En hausse de 25 % sur un an glissant (189 4 m 2 loués au troisième trimestre 214, contre 152 m 2 à la même époque de 213), l activité s y inscrit dans la moyenne décennale des troisièmes trimestres. À neuf mois, le volume de l ordre 59 m 2 est même légèrement supérieur à la moyenne décennale (+ 2 %) et en hausse de 16 % par rapport à la même période de l an dernier. Avec près de 3 m 2 de bureaux placés entre janvier et septembre 214 (+ 28 % par rapport aux neuf premiers mois de 213, contre environ 228 m 2 un an plus tôt (+ 28 %), le QCA concentre 52 % de l activité locative parisienne. La reprise se consolide sur tous les segments de surface ; en témoigne le volume acté, supérieur de 8 % à la moyenne décennale m 2 se sont loués au troisième trimestre (+ 9,47 % par rapport au troisième trimestre 213), captant près de la moitié de l activité locative parisienne. Paris Sud, deuxième pôle parisien, affiche un volume placé de 155 m 2 sur neuf mois d exercice, les signatures du troisième trimestre (61 2 m 2 ) lui permettant de passer en évolution positive de 28 % sur un an glissant, s approchant ainsi du score décennal de 16 8 m 2. En revanche, l année s annonce décevante sur le secteur de Paris Centre Ouest, avec seulement 17 8 m 2 placés au troisième trimestre 214, pour un volume total de moins de 63 m 2 depuis le début de l année, en recul de 27 % sur un an glissant ; moindre performance à relativiser par rapport au score de 213 (85 m 2 contre une moyenne décennale de l ordre de 65 m 2 ). PARIS : LA DEMANDE PLACÉE DE BUREAUX SUR LES NEUF PREMIERS MOIS DE 214 (en m 2, par secteur) Paris QCA Paris Centre Ouest hors QCA Paris Sud Paris Nord-Est Moyenne décennale Paris Moyenne décennale QCA PARIS : CARACTÉRISATION DE L OFFRE EXPRIMÉE EN ANNÉES DE PLACEMENT LOCATIF Paris intra-muros 1,6 Paris Sud 1, Paris Centre Ouest 1,26 Paris QCA, mois mois Paris Nord-Est 1,52 Le secteur de Paris Nord-Est, à l image tertiaire moins affirmée, retrouve, pour sa part, quelques couleurs et achève les neuf premiers mois avec 78 6 m 2 loués, contre 72 3 m 2 placés à fin septembre 213, volume proche de la moyenne décennale de la période. Comme souvent pour les pôles les moins établis, ce n est pas l insuffisance d offres qui limite les candidats utilisateurs, puisque le stock y a progressé de 3 % sur un an glissant pour s établir à 138 m 2. Dans la capitale, le stock immédiat à fin septembre 214 représente toujours 811 m 2 (+ 1 % sur neuf mois et + 11 % sur un an glissant), correspondant à une année de placement, environ, pour le taux de vacance le plus faible de l Île-de-France, sous la barre des 5 %. (7) Paris Quartier Central des Affaires. 3 ÉTUDE TRIMESTRIELLE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER 3 e TRIMESTRE 214

4 Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France LA DÉFENSE Réouverture du marché en 214, avec des hauts et des bas 28 m 2 ont trouvé à se placer sur le pôle d affaires de La Défense, au troisième trimestre 214, activité locative en retrait de 38 % par rapport à la même période de 213 et de 3 % en moyenne décennale. Ainsi, le volume signé reste sans comparaison avec celui du deuxième trimestre (9 m 2, dont 41 m 2 loués par KPMG dans la tour Eqho et 1 2 m 2 par Thales dans Carpe Diem). Le bilan sectoriel à neuf mois, proche de 125 m 2 tertiaires placés et de la tendance décennale à 5 % près, marque un déblocage de ce micromarché immobilier vertical, après deux années de léthargie sur le segment phare des très grandes surfaces. En effet, la relance de la demande exogène semble opérer, attirant, ce trimestre, de nouveaux utilisateurs de la filière des grands groupes producteurs d énergie ou d activités de services associés : ainsi Dalkia a-t-elle signé 8 3 m 2 dans la tour Europe, restructurée. Autres signatures trimestrielles : près de 3 m 2 pris à bail par la Word Association of Nuclear Operators dans la tour CB21, 3 m 2 loués au sein de la Grande Arche par Novawatt, m 2 de bureaux rénovés au sein de l immeuble Île-de-France, à Puteaux, par VINCI Park. Enfin, Saint-Gobain, actuellement implantée aux Miroirs, aurait loué 2 8 m 2 dans la tour Dexia pour quatre ans et serait, par ailleurs, en pourparlers avancés avec Generali pour la construction de son nouveau siège de 165 m de hauteur (49 m 2 ), sur le terrain des anciens bâtiments d habitation Iris, à l horizon de 22. Il faut bien l admettre, sur le pôle d affaires européen se concèdent actuellement des aménagements financiers parmi les plus importants, en contrepartie de signatures locatives de qualité et d engagements fermes de prise à bail. La remontée du loyer moyen facial, à 42 /m 2 de bureaux par an à fin septembre 214 (+ 3,45 % sur un an glissant), est donc à relativiser. La principale explication tient au contexte pénalisant d accroissement du stock immédiatement disponible sur le pôle de La Défense : 426 m 2, soit + 3 % en neuf mois et l équivalent de trois années de placement, synonyme de concurrence locale exacerbée par l offre compétitive du Croissant Ouest voisin. Et le calendrier de livraisons «en blanc», pour 214, n est pas propice, sur le court terme, à une inversion de tendance (tours Majunga 63 m 2 ; D2 45 m 2 ; Chartis 23 m 2 et Athéna environ 33 m 2 ). 4 ÉTUDE TRIMESTRIELLE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER 3 e TRIMESTRE 214

5 COUP DE FREIN AU TROISIÈME TRIMESTRE CROISSANT OUEST Un troisième trimestre en chute libre Incident trimestriel atypique ou retournement de tendance, l activité locative du troisième trimestre 214 s affiche au plus bas, dans le Croissant Ouest, avec seulement 55 7 m 2 de bureaux placés contre plus de 123 m 2 en performance trimestrielle moyenne sur la décennie. Ainsi la part de ce secteur dans le volume global francilien se contracte-t-elle fortement, passant de 3 %, au premier semestre 214, à 15 % seulement au troisième trimestre. Cette contre-performance trimestrielle est toutefois amortie par les volumes exceptionnels signés au deuxième trimestre, portant le bilan à neuf mois autour de 397 m 2 de bureaux placés, score qui se révèle très proche, au final, de la moyenne décennale sectorielle ( 3 %). Parmi les transactions trimestrielles sur le segment des grandes surfaces supérieures à 5 m 2, citons la prise à bail douze ans fermes par le groupe Henner de 12 8 m 2 de bureaux (propriété de Gecina), à Neuilly-sur-Seine ; l implantation, sur 1 m 2, de la société Ingerop, dans Green Office, à Rueil ou encore celle de VINCI Immobilier, qui loue 6 m 2 dans le programme neuf In Situ, à Boulogne-Billancourt, tandis qu Aldebaran Robotics décide de s installer dans 1 m 2 à Issy-les-Moulineaux, dans l immeuble entièrement restructuré Nouvel Air. Aussi remarquet-on que ces signatures se sont exclusivement concentrées, ce trimestre, sur les pôles d affaires les plus établis du Croissant Ouest. En revanche, le stock immédiat se concentre toujours sur certaines communes, de la Boucle Nord, en particulier (représentant quatre années de placement locatif), et Péri-Défense, où le risque locatif est bien plus prégnant. Sur ce plan, le Croissant Ouest culmine toujours à son plus haut niveau, secteur le plus offreur de l Île-de-France, ex-aequo avec la Deuxième Couronne, deux secteurs pourtant structurellement très différents. Le stock disponible atteint 1,9 million de m 2 à fin septembre 214 (+ 3,5 % sur un an glissant et,27 % sur neuf mois) ; il a quasiment doublé en dix ans, conséquence d un cycle de production neuve ininterrompu, toujours en effervescence (137 m 2 de bureaux en chantier livrables en 214). LA DÉFENSE ET CROISSANT OUEST : APERÇU DE LA DEMANDE PLACÉE DE BUREAUX SUR NEUF MOIS (en m 2 ) CROISSANT OUEST : OFFRE EXPRIMÉE EN ANNÉES DE PLACEMENT LOCATIF Croissant Ouest 1,89 Neuilly Levallois 1, Boucle Sud Péri-Défense Boucle Nord 24 9 mois 25 9 mois 26 9 mois 1, mois 28 9 mois 2,4 4, mois mois mois La Défense Croissant Ouest Moyenne décennale mois mois mois PREMIÈRE COURONNE Un redémarrage dépendant des grandes transactions Près de 46 m 2 de bureaux placés sont enregistrés, au troisième trimestre, en Première Couronne. Ce volume, équivalent à celui de la même période de 213, année de point bas de l activité du secteur, reste très en-deçà de la performance décennale (près de 12 m 2 ). À neuf mois, environ 163 m 2 s y sont loués en 214 (+ 23 % par rapport à 213), variation positive sur un an, portée par quatre grandes transactions représentant pas moins des deux PREMIÈRE COURONNE : OFFRE EXPRIMÉE EN ANNÉES DE PLACEMENT LOCATIF 1 re Couronne 2,34 1 re Couronne Nord 1,63 1 re Couronne Est 3,18 1 re Couronne Sud 3,51 5 ÉTUDE TRIMESTRIELLE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER 3 e TRIMESTRE 214

6 Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France tiers du volume global acté. Au troisième trimestre, la Fnac a renouvelé son bail pour six ans fermes au sein de l immeuble Le Flavia, de 16 4 m 2 (propriétaire : Commerz Real), à Ivrysur-Seine. En comparaison de la moyenne décennale, proche de 351 m 2 placés annuellement, l activité locative de la Première Couronne s est fortement rétractée, le redémarrage hors normes de la première moitié de l année n y suffisant pas. La Première Couronne Est n enregistre que 9 2 m 2 placés, au troisième trimestre, contre 28 3 m 2 au deuxième trimestre, en retrait de 25 % sur une année glissante (T4 213 à T3 214 comparée à la période T4 212-T3 213) ; le recul en Première Couronne Sud est du même ordre, tandis que l activité locative est très légèrement supérieure à celle de 213, pour la Première Couronne Nord. Au global, sur la Première Couronne, l offre immédiate est relativement contenue (+ 3,18 % par rapport au troisième trimestre 213 et + 1,6 % sur neuf mois, à fin septembre 214) et représente 551 m 2, soit 14 % du total francilien. PREMIÈRE ET DEUXIÈME COURONNES : TENDANCE HISTORIQUE DE LA DEMANDE PLACÉE (en m 2 ) mois 25 9 mois 26 9 mois 27 9 mois 28 9 mois mois 21 9 mois 1 re Couronne 2 e Couronne Moyenne décennale mois mois mois mois DEUXIÈME COURONNE La Deuxième Couronne se reprend Le volume placé à neuf mois se redresse, en Deuxième Couronne, autour de 238 m 2 de bureaux placés, en hausse de 23 % sur un an glissant, mais toujours en retrait de 2 % par référence à la moyenne décennale (298 m 2 ). Le troisième trimestre s est révélé particulièrement ralenti dans ce périmètre géographique francilien, avec environ 51 m 2 placés sur la période ( 29 % par rapport au troisième trimestre 213), nombre divisé par deux par rapport à la tendance décennale. Pour mémoire, le pic trimestriel d activité atteint au troisième trimestre 212 a représenté jusqu à 2 m 2 placés. Le stock immédiat, toujours très significatif, de 1 19 m 2, est reparti légèrement à la hausse (+ 2,21 % en neuf mois), ce qui représente 28 % de l offre immédiate francilienne et correspond à 3,68 années de placement locatif sectoriel. La Deuxième Couronne, qui concentre une majorité d offres de deuxième main, correspondant à des immeubles tertiaires datés à obsolètes, aux localisations géographiques peu affirmées (ou mal desservies), est pénalisée par les libérations, en particulier de très grandes surfaces anciennes, au placement locatif difficile, le plus souvent concomitantes à des prises à bail d actifs et de campus neufs sur de nouvelles emprises foncières. L OFFRE IMMÉDIATE PAR SECTEUR DE DEUXIÈME COURONNE 2 e Couronne Sud Saint-Quentin-en-Yvelines Marne-la-Vallée Pôle de Roissy Reste 2 e Couronne DEUXIÈME COURONNE : OFFRE EXPRIMÉE EN ANNÉES DE PLACEMENT LOCATIF 2 e Reste 2 e 2 e Saint- Marne-la- Pôle Couronne Couronne Couronne Quentin-en- Vallée de Roissy Sud Yvelines 5 3,68 2,98 4,7 3,14 4,31 4,25 6 ÉTUDE TRIMESTRIELLE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER 3 e TRIMESTRE

7 COUP DE FREIN AU TROISIÈME TRIMESTRE ÉVOLUTION DES LOYERS À fin septembre 214, les loyers faciaux en Île-de-France s affichent à 39 /m 2 utile/an, en moyenne, contre 33 /m 2 /an au deuxième trimestre. Sur un an glissant, le repli des loyers de présentation est moindre : 1,28 % comparé au troisième trimestre 213 et 1,9 % en neuf mois. Mais la baisse des loyers réels demeure bien plus importante, sur un marché concurrentiel et difficile. Les bailleurs cherchent avant tout à louer leur immeuble, et, quitte à accepter des aménagements financiers, à obtenir un engagement ferme sur la durée d occupation. Les locataires tertiaires, actuellement maîtres du jeu, avisés ou conseillés, négocient en détail les clauses économiques du bail commercial (loyer mais aussi charges et taxes récupérables). Une progression significative des baux fermes de neuf ans est, d ailleurs, constatée dans le portefeuille des investisseurs (8). ÉVOLUTION DES LOYERS FACIAUX MOYENS EN ÎLE-DE-FRANCE AU TROISIÈME TRIMESTRE 214 (Variation sur 9 mois T3 214 comparé au T4 213) (Source : CFI/base Crédit Foncier Expertise.) ÎLE-DE-FRANCE 39 1,28 % LA DÉFENSE 42 3,45 % CROISSANT OUEST 26 6,47 % PARIS CENTRE OUEST 386 7,66 % PARIS QCA 56,4 % PREMIÈRE COURONNE 224 3,23 % PARIS NORD-EST 312 5,5 % PARIS SUD 396 3,65 % DEUXIÈME COURONNE 147,68 % À La Défense, par exemple, le loyer facial moyen repasse la barre des 42 /m 2 /an (+ 5,79 % en neuf mois), statistique non significative dans la mesure où l écart constaté avec le loyer réel peut atteindre 12 % à 18 %, pour des périodes fermes de prise à bail de neuf à douze ans, associées à une signature du CAC 4. DÉCOTE CALCULÉE ENTRE LOYERS FACIAUX ET LOCATIFS RÉELS (bureaux > 1 m 2 ) (Source : CFI/base Crédit Foncier Expertise.) Dans Paris QCA, le loyer moyen facial ressort à 56 /m 2 /an, au troisième trimestre 214, stable sur un an glissant et en léger recul de 1,75 % par rapport à fin 213 (515 /m 2 /an). Les négociations et remises de loyer y sont également courantes entre propriétaires et locataires, sur tous les segments de surface, mais l amplitude beaucoup plus large et différenciée selon la qualité de l actif (cf. carte des écarts ci-contre). Dans certains secteurs offreurs, en revanche, où la durée ferme moyenne n excède pas quatre à cinq ans (8), faute de volonté des preneurs de s engager sur une période plus longue, la donne est souvent bien différente. Le niveau de loyer facial, lui aussi négocié, et les avantages complémentaires consentis aux preneurs sont alors essentiellement dictés par la forte concurrence d actifs disponibles sur le marché. LA DÉFENSE 12 % à 18 % CROISSANT OUEST 7 % à 25 % PARIS PREMIÈRE COURONNE 9 % à 25 % 8 % à 24 % DEUXIÈME COURONNE 8 % à 15 % Le recul du loyer facial moyen dans le Croissant Ouest, 12 % en neuf mois, atteste, par exemple, des conditions de marché plus difficiles pour les bailleurs. À 26 /m 2 /an, la valeur locative affichée pour ce secteur atteint un point bas, le loyer moyen décennal des troisièmes trimestres atteignant 28 /m 2 /an. Crédit Foncier Immobilier réalise, depuis 212, une analyse statistique des baux commerciaux les plus récents étudiés par Crédit Foncier Expertise. La carte restitue les écarts significatifs entre les loyers moyens affichés et les diverses mesures d accompagnement consenties aux locataires, concernant les baux récents signés par les investisseurs institutionnels pour des surfaces supérieures à 1 m 2. En Deuxième Couronne, la problématique d affichage du loyer passe bien souvent au second plan, face à celle de la vacance locative, avec un loyer facial moyen le plus bas de l Île-de-France à 147 /m 2 /an et des écarts en loyer économique, de fait, moindres en pourcentage que d autres secteurs d affaires prisés (8 % à 15 %). (8) Source : étude 214 IPD/Deloitte sur le comportement des locataires de bureaux en France. Source des graphiques : CFI/Immostat. 7 ÉTUDE TRIMESTRIELLE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER 3 e TRIMESTRE 214

8 Crédit Foncier Immobilier développe une plate-forme de services et de conseil à destination des grands propriétaires, professionnels de l immobilier, établissements financiers et particuliers, pour les accompagner dans la valorisation de leur patrimoine. CONTACTS CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER NOS MÉTIERS DU CONSEIL ET DE L EXPERTISE Christian de Kerangal, directeur général délégué Tél. : DIRECTION DES ÉTUDES Emmanuel Ducasse, directeur Tél. : Mirella Blanchard, responsable études bureaux Tél. : CRÉDIT FONCIER CONSEIL ET AUDIT Sébastien Boussuge, directeur Tél. : CRÉDIT FONCIER EXPERTISE Philippe Taravella, directeur général Tél. : SEREXIM, AVIS DE VALEUR Richard Walter, directeur général Tél. : NOS MÉTIERS DE LA TRANSACTION Olivier Boussard, directeur général délégué Tél. : AD VALOREM INVESTISSEMENT Conseil à l investissement Gilles Pruvost, directeur Tél. : AD VALOREM BUREAUX Vente et location de bureaux Laurent Vignon, directeur Tél. : MILLESIME BY AD VALOREM Immobilier haut de gamme Dominique Beguet, directeur Tél. : AD VALOREM RÉSIDENTIEL Vente d immobilier neuf Nicolas de Bucy, directeur Tél. : Grégory Moreaux, directeur adjoint Tél. : AD VALOREM GESTION Laurence Regimbart Tél. : Crédit Foncier Immobilier. Siège social : 19 rue des Capucines 752 Paris. RCS Paris Photononstop. Conception-réalisation :. 17 IMPLANTATIONS, AUTANT DE MARQUES D ATTENTION Toutes nos études de marché locales sont consultables sur : LILLE ROUEN PARIS NANCY RENNES STRASBOURG TOURS DIJON NANTES CLERMONT-FERRAND CHAMBÉRY LYON BORDEAUX MONTPELLIER NICE TOULOUSE MARSEILLE Toute référence, reproduction ou diffusion, totale ou partielle, du présent document et des informations qui y figurent, vis-à-vis de tiers, quels qu ils soient, est interdite. La présente étude représente la vision de Crédit Foncier Immobilier sur le marché spécifique abordé et selon les informations disponibles à la date de rédaction. Notre responsabilité ne saurait être engagée en aucune manière en cas de pertes, dommages, coûts ou dépenses subis suite à l utilisation de ces informations. 8 ÉTUDE TRIMESTRIELLE DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER 3 e TRIMESTRE 214

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 2013 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 2 e trimestre 2014 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France UN MARCHÉ

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 3 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif FORTE DÉCÉLÉRATION SUR LES GRANDES

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études creditfoncierimmobilier.fr ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études 4 e trimestre 2014 Point de conjoncture bureaux marché locatif Île-de-France 2014 : UNE EMBELLIE DU MARCHÉ ENCORE ARTIFICIELLE, AU PRIX

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

LES PRIX IMMOBILIERS

LES PRIX IMMOBILIERS LES PRIX IMMOBILIERS Bilan de l année 2014 Janvier 2015 Cimm Immobilier - Crédit Foncier - Crédit Logement - Crédit Mutuel - Gécina - SeLoger.com - SNPI - Sogeprom 1 LE NOMBRE DE RÉFÉRENCES TRAITÉES PAR

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 4 e trimestre 13 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif Île-de-France 13 : le levier des

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux

La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Les immeubles de Grade A dans la métropole du Grand Paris Janvier 2014 La métropole du Grand Paris en retard sur ses concurrentes en matière de qualité de son parc de bureaux Seulement 16% du parc de bureaux

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare.

IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare. Bruxelles, le 27 août 2010 17h40 Information réglementée COMMUNIQUÉ DE PRESSE RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2010 IMMOBEL annonce de solides résultats principalement générés par la réalisation d un projet-phare.

Plus en détail

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success.

Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 2012. Accelerating success. Tableau de Bord Agglomération Strasbourgeoise BILAN 212 Accelerating success. 212 TABLEAU DE BORD STRASBOURG SOMMAIRE CHIFFRES-CLÉS Chiffres-clés et Tendances p. 2 Parc de Bureaux 3 millions de m² Demande

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS

ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS CHIFFRE D AFFAIRES INFORMATION TRIMESTRIELLE 4 ème trimestre 2012 INFORMATION

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 La Corse devrait conserver sa première place pour la croissance avec un taux de 1 % contre 0,5 % pour l ensemble de la France. En 2011, le taux

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles

Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Conférence Annuelle de l Habitat Crise, bulle ou nouveau cycle immobilier, évolutions du marché immobilier et tendances prévisibles Intervention de Laurent Escobar, directeur associé Lille Métropole -

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français?

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? Etude Empruntis Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? La situation du crédit Les taux fixes : du jamais vu depuis 1945... 5,00 4,50 4,00 Baromètre Empruntis Taux fixes à 15 ans 3,50

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG

BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG Gecina Logistique Valeur du patrimoine 555 M Surface totale 1 016 785 m 2

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1 Préparé par : Samuel Gemme Inspecteur des bâtiments Le 11 janvier 2005 2005 Permis de construction et de rénovation i TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 Analyse des permis pour les constructions neuves...

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE ENQUÊTES DE CONJONCTURE 115 moyenne de long terme = 100 3.00 58 110 variation sur un an en % 2.50 56 105 100 95 PIB (échelle de droite) 2.00

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

Total Passif 316,0 310,6

Total Passif 316,0 310,6 Acanthe Développement RESULTATS ANNUELS 2014 Faits Marquants Paris, le 24 Avril 2015 Patrimoine Immobilier 295 Millions d euros Résultat net consolidé (part du groupe) 1.533 K ANR 1,2882 / action Cours

Plus en détail

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI Note de présentation des résultats : ayant pour référence 2011, atteints entre 2012 et 2014

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014

L immobilier d entreprise en Essonne. Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Jeudi 27 Novembre 2014 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 27 ans d expérience dans le métier de conseil en immobilier

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010 ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS janvier 21 PRIX À LA CONSOMMATION Évolutions sectorielles 2 variation sur 12 mois en % 7 15 1 5 Énergie (7,3 % du total) 6

Plus en détail

L immobilier d entreprise en Essonne

L immobilier d entreprise en Essonne L immobilier d entreprise en Essonne Conférence CCI Vendredi 29 Novembre 2013 Un accompagnement sur mesure La force d un réseau, la proximité pour atout 26 ans d expérience dans le métier de conseil en

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2014 stable à 5,7 M

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2014 stable à 5,7 M Communiqué de presse Paris, le 6 mai 2014, 8h00 Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2014 stable à 5,7 M Cession de 3 immeubles sur le trimestre pour 17 M net vendeur et acquisition en avril d un immeuble

Plus en détail

Chiffre d affaires sur 9 mois : 19,7 M (+ 11%)

Chiffre d affaires sur 9 mois : 19,7 M (+ 11%) Communiqué de presse Paris, le 6 novembre 2015, 8h00 Chiffre d affaires sur 9 mois : 19,7 M (+ 11%) Progression de + 1 % des loyers et de + 6 % des loyers commerciaux (hors habitation), grâce aux acquisitions

Plus en détail

Note expresse - Crédits bancaires

Note expresse - Crédits bancaires 1993-21 : Le financement des entreprises à la Réunion NUMERO 3 OCTOBRE 22 INSTITUT D EMISSION DES DEPARTEMENTS D OUTRE- MER Note expresse - Crédits bancaires Après avoir connu une période de forte croissance

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Foncière des Régions : un 1 er trimestre 2011 dynamique

Foncière des Régions : un 1 er trimestre 2011 dynamique Communiqué de presse Paris, le 12 mai 2011 Foncière des Régions : un 1 er trimestre 2011 dynamique Le chiffre d affaires consolidé à fin mars 2011 est en progression de + 3,3% à 209,4 M, tandis que le

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 2 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015 Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes Vendredi 13 février 2015 Bilan et perspectives de l hôtellerie en France Progresser dans des environnements complexes 1. Bilan

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 730 Février 2016 Commercialisation des logements neufs Résultats au quatrième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au quatrième

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 ANALYSE DES GRANDS INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL L emploi Le taux d emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS N 17 TENDANCE GLOBALE DU MARCHÉ IMMOBILIER AU 4 ème TRIMESTRE 2013 1 1. Tendance globale du marché immobilier au cours du 4 ème trimestre 2013 En glissement trimestriel,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012 PARIS, LE 14 FEVRIER 2013, COMMUNIQUE DE PRESSE SIIC DE PARIS : RESULTATS ANNUELS 2012 Le Conseil d administration de SIIC de Paris, dans sa réunion du 13 février 2013 présidée par Monsieur Ignacio Bayón

Plus en détail

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI

A-QU EST-CE QUE L ORIE? Intervention ADI A-QU EST-CE QUE L ORIE? 1 A-QU EST-CE QUE L ORIE? Observatoire Régional de l Immobilier d Entreprise en Ile-de-France créé en 1986 dans un contexte de tertiarisation de l économie ; Pour accompagner les

Plus en détail

Site CHARTRES DE BRETAGNE

Site CHARTRES DE BRETAGNE DAUPHIN Immobilier La Note de conjoncture Le Marché des entrepôts à Rennes (Bilan 2011 sur 9 mois) Site CHARTRES DE BRETAGNE Entrepôt SAINT JACQUES DE LA LANDE Plateforme Logistique TORCE Site CESSON SEVIGNE

Plus en détail

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca ÉTUDE JLR JUIN 2015 Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Le prix médian au pi2 d une copropriété dans l agglomération de Montréal était de 304 $ en 2014,

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Achèvement des travaux de rénovation des chambres et résultat brut en augmentation de 15.6%. Les perspectives s annoncent positives pour le second semestre. Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Voici

Plus en détail

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux FÉDÉRATION POUR L URBANISME ET LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE SPÉCIALISÉ Paris - 5 novembre 2014 La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux La vacance commerciale a augmenté de 50 % dans

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail