Évaluation de nos méthodes diagnostiques (III)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation de nos méthodes diagnostiques (III)"

Transcription

1 Évaluation de nos méthodes diagnostiques (III) Isabelle Hau et Alain Martinot JPIPA octobre 2008

2 An I : un accueil mitigé An II Robert Cohen : TDR streptocoque TDR grippe Fièvre isolée et risque de sepsis Alain Wollner : IDR et PIT An III? BU et infection urinaire CRP, Prevenar et bactériémie

3 1. La prise de décision est le plus souvent probabiliste = absence de notion de certitude ou de risque nul prévalence + données cliniques probabilité (maladie) 2. Un examen + n est qu un facteur d amplification (ou de réduction) de la probabilité d être malade avant le test (probabilité pré-test) 3. Un examen est utile lorsqu il fait passer d une zone de probabilité Zone sans examens ni traitement incertaine en une zone de probabilité décisionnelle Seuil test Zone d investigations complémentaires à visée diagnostique Seuil thérapeutique Zone où traitement a débuté 0% 100% Examen utile Rappel des épisodes précédents Examen + peu contributif RVP Examen + utile RVN Examen inutile

4 Démarche probabiliste 4. Le résultat de tout examen complémentaire doit être interprété en fonction de la probabilité avant l examen (probabilité pré-test)! +++ P prétest 1 Deux enfants ayant un même résultat d examen ont des probabilités différentes d être malades en fonction des données (anamnèse, clinique...) propres à chacun avant le test Seuil test P prétest 1 P posttest 1 P pré-test 2 P prétest 2 Seuil thérapeutique Rapport de vraisemblance P posttest 2 0% 100% enfant 1 : inutile enfant 2 : utile si +

5 Rapports de vraisemblance (likelihood ratios) Malade Témoin total test + VP 9 / FP 9 18 RVP = (9 / 9) / (10 / 90) = 9 = cote post-test / cote pré-test = Se / (1- Sp ) test - total FN 1 10 VN / / RVN = (1 / 81) / (10 / 90) = 0,11 = cote post-test / cote pré-test = (1 Se) / Sp RVP : représente pour la moyenne des enfants le facteur de multiplication entre les p pré-test et post-test 1 % 10 % 50 % 0% RVN RVP 100%

6 Antoine, 2 mois est fébrile - fièvre à 39,2 C apparue depuis 6 h + 2 vomissements - pas de signe septique - aucun autre symptôme d appel - pas d antécédent d infection urinaire - non circoncis - examen clinique normal / Vous ne réalisez ni bandelette urinaire (BU) ni ECBU / Vous réalisez BU (et ECBU selon le résultat de la BU) / Vous réalisez un ECBU quel que soit le résultat de la BU

7 Vous réalisez un ECBU parce qu avant 3 mois : / la prévalence de l IU est + importante / la sensibilité de la BU est insuffisante / la fréquence de faux négatifs est + importante / les conséquences chez un faux négatif sont + importantes (sepsis et/ou séquelle rénale) Donnez la mauvaise réponse!

8 Avant tout résultat de la BU, vous estimez que la probabilité qu Antoine ait une infection urinaire est d environ : Réponses - fièvre à 39,2 C apparue depuis 6 h + 2 vomissements - pas de signe septique - aucun autre symptôme d appel - pas d antécédent d infection urinaire - non circoncis - examen clinique normal / > 50 % / 20 % / 5 % / < 1 %

9 Infection urinaire : valeurs diagnostiques de la bandelette urinaire Quand une BU risque-t-elle d être utile? - pour éviter un ECBU? - pour demander un ECBU? Zone sans ECBU Seuil ECBU 0,2 Zone ECBU Seuil antibiotique Zone où antibiotique débuté (avant résultat culture) 0% 100% BU «utile» examen non décisionnel

10 Les déterminants de la p (infection urinaire) 1. la probabilité pré-test Age Sexe (+ garçon :circoncision?) Race Prévalence IU p pré BU (IU) Autres facteurs de risque : - niveau de fièvre - uropathie à risque d IU - sensibilité sus-pubienne

11 Prévalence de l infection urinaire chez les nourrissons fébriles (< 2 ans) Shaick N et al, PIDJ avril 2008; 27:

12 Prévalence de l infection urinaire selon l âge, le sexe, la race chez les nourrissons fébriles (< 2 ans) Shaick N et al, JAMA Dec 2007; 298:

13

14 Prévalence de l infection urinaire chez garçons < 3 mois fébriles selon qu ils soient ou non circoncis Shaick N et al, PIDJ avril 2008; 27:302-8.

15 Les déterminants de la p (infection urinaire) 2. les valeurs du test : RVP et RVN de la BU Age Sexe (+ garçon :circoncision?) Race Prévalence IU p pré BU (IU) Autres facteurs de risque : - niveau de fièvre - uropathie à risque d IU - sensibilité sus-pubienne Se = 82 % BU RVP RVN Sp RVP = 10 RVN = 0,2 = 92 % P post BU Décision d ECBU (± antibiotique)

16 Sensibilité et spécificité de la BU (et du direct) pour le diagnostic d infection urinaire : Influence de l âge Direct réalisé seulement si leuco + ou nitrites + ou sang + ou protéine + Se (si leuco + et/ou nitrites +) = 79 % (vs 82% pour pyurie + ) Bachur R, et Harper MB. Arch Pediatr Adolesc Med 2001;155:60-5

17 Valeurs des résultats de la Bandelette urinaire Whiting P, et al BMC Pediatrics 2005, 5:4

18 Whiting P, et al BMC Pediatrics 2005, 5:4

19 Les déterminants de la p (infection urinaire) 3. le risque acceptable de rater un diagnostic d IU (= le prix d un faux négatif ) Age Sexe (+ garçon :circoncision?) Race Risque d évolution vers complications - sepsis - séquelles rénales Prévalence IU p pré BU (IU) Autres facteurs de risque : - niveau de fièvre - uropathie à risque d IU - sensibilité sus-pubienne Se = 82 % BU RVP RVN Sp RVP = 10 RVN = 0,2 = 92 % P post BU Décision d ECBU (± antibiotique)

20 Omar,15 mois est fébrile - Fièvre à 39,2 C apparue depuis 6 h + 2 vomissements - Il est d origine africaine et circoncis - Il ne présente pas de signe septique - Il n existe aucun autre symptôme d appel - Il n a pas présenté d infection urinaire - L examen clinique est normal / Vous ne réalisez ni bandelette urinaire (BU) ni ECBU / Vous réalisez une bandelette urinaire (BU) / Vous réalisez un ECBU quel que soit le résultat de la BU

21 Avant tout résultat de la BU, vous estimez que la probabilité qu Omar ait une infection urinaire est d environ : Réponses - Fièvre à 39,2 C apparue depuis 6 h + 2 vomissements - Il est d origine africaine et circoncis - Il ne présente pas de signe septique - Il n existe aucun autre symptôme d appel - Il n a pas présenté d infection urinaire - L examen clinique est normal / > 50 % / 20 % / 5 % / < 1 %

22 Zone sans ECBU Impact de la prévalence de l IU sur la VPN et le taux de faux négatifs Se = 82 % Spécificité = 92 % RVN = 0,20 P pré-test (prévalence) P post test si résultat - (1-VPN) n enfants explorés pour 1 IU ratée (1 faux nég / n) 50 % 16 % 6 20 % 5 % 20 7 % 1,3 % 75 1 % 0,2 % 500 0,1 % 0,02% 5000 Zone ECBU Zone où antibiotique a débuté Seuil ECBU 0, Seuil antibiotique 0% 100% examen «utile» examen non décisionnel

23 Les déterminants de la p (infection urinaire) chez Omar Age Sexe (+ garçon :circoncision?) Race Risque d évolution vers complications - sepsis - séquelles rénales Prévalence IU p pré BU (IU) Autres facteurs de risque : - niveau de fièvre - uropathie à risque d IU - sensibilité sus-pubienne Se = 82 % BU - RVP RVN Sp RVP = 10 RVN = 0,2 = 92 % P post BU < 1 % < 0,2% Décision d ECBU (± antibiotique)

24 Risques de retarder le diagnostic d IU? < > Pediatrics 2008;122:486-90

25 Martin, 2 ans et demi, a de la fièvre depuis 48 heures : vaccin : 4 injections d Infanrix, 3 hépatite B, 2 ROR, 4 Prevenar ATCD: pyélonéphrite traitée par rocéphine à l âge de 9 mois. Il n a pas de symptômes particulier et un bon état général l examen clinique est normal ECBU = négatif Rx P = N CRP microméthode = 100 mg/l

26 Que faites vous? / Vous proposez de le revoir le lendemain / Vous faites un strepto test et le mettez sous Clamoxyl per os s il est positif / Vous refaites une BU / Vous l adressez aux urgences pédiatriques pour une hospitalisation

27 Black et al Pediatr Infect Dis J 2007;26:

28 Andreola et al Pediatr Infect Dis J 2007;26: patients Âgé de 7 jours à 36 mois consultant pour fièvre >38 C pour 7 à 90 jours >39.5 C pour 3 à 36 mois SBI + : n=94 SBI - : n=314 Bactériémie n=6 Pyélonéphrite n=50 Pneumopathie n=24 Méningite n=7 Ostéoarthrite n=4 Septicémie n=3

29 Andreola et al Pediatr Infect Dis J 2007;26:

30 CRP>80 mg/l utile CRP>40 mg/l CRP>20 mg/l CRP<80 mg/l CRP<40 mg/l CRP<20 mg/l utile Andreola et al Pediatr Infect Dis J 2007;26:

31 Pierre, 15 ans sans antécédent particulier, vaccin à jour, fièvre à 39 C depuis 72 heures associée à des frissons et une cyanose péribuccale ne mange plus, diarrhée 3 selles par jour et vomissements 3 4 fois

32 À l examen un rash érythémateux du torse examen strictement normal en dehors d une plaie au genou surinfectée sans douleur osseuse ou épanchement articulaire ni oedème localisé Le bilan que vous aviez prescrit retrouve : GB / mm3 une CRP à 30mg/L une radio de thorax normale

33 Que faites-vous? / Vous prescrivez Augmentin / Vous faites un strepto test et le mettez sous Clamoxyl per os s il est positif / Vous faites une BU / Vous l adressez aux urgences pédiatriques

34 Martin, 4 ans Fièvre depuis 72 heures, mal tolérée Revient d un voyage en Tunisie Bien vacciné Circoncis Il présente une diarrhée glairo sanglante Examen clinique est normal Bilan biologique : GB =8000/ mm 3 CRP = 30 mg/l

35 Que faites-vous? / Vous faites simplement une radio de thorax / Vous faites une BU / Vous faites une coproculture et prescrivez des antibiotiques / Vous l adressez aux urgences pédiatriques

36 Herz et al Pediatr Infect Dis J 2006;25:

37 Patients et méthode Étude rétrospective à partir du fichier du labo de microbiologie Toutes les hémocultures positives du 1/01/00 au 07/06 Âge 7 jours à 15 ans Contamination ou pathogènes? Puis dossier clinique : âge, sexe délai de fièvre, diagnostic et bilan biologique

38 Leucocytose en fonction germe isolé >=6 heures P= e coli salmonella staphyloccocus aureus streptococcus pneumoniae

39 CRP en fonction du germe isolé >= 6 heures 400 P= e coli salmonella staphylococcus aureus streptococcus pneumoniae

40 Bilan en fonction du germe isolé pneumocoque 8 e coli 17 salmonelle 31 staph aureus 73 P= ni GB > ni CRP > 60 GB > et ou CRP > 60

41 Si le bilan est fait après 24 h de fièvre P= ni GB > ni CRP > 60 GB > et ou CRP > 60 pneumocoque e coli salmonelle staph aureus

42 CRP après 24 heures de fièvre pneumocoque 15 e coli 0 salmonelle 54 staph aureus 78 P= 0.01 CRP <60 CRP > 60

43 Peltola et al j pediatr : moyenne SBI+ infections virales leucocytose CRP Mais S. Aureus : 4/5 GB < /3 crp < 40 Mais adénovirus : 67% GB > et /ou CRP > 80

44 Les éléments d une décision complexe : 1.les déterminants de la probabilité de bactériémie vaccination âge Prévalence des bactériémies en France P pré-test bactériémie CRP Autre facteur de risque - déficit immunitaire cg - Autre pathologie (sd néphrotique..) - Atcd d infection urinaire 44

45 Les éléments d une décision complexe : 3. De l interprétation de la CRP à la décision âge germe Risque de dissémination Prévalence des bactériémies en France vaccination Autre facteur de risque - déficit immunitaire cg P pré test bactériémie CRP RV positif ou négatif P post-crp de bactériémie Se Sp variable To treat or not to treat - Autre pathologie (sd néphrotique) - ATCD infectieux Seuil? Temps écoulé depuis début de fièvre

46 Conclusion Fréquence de la démarche probabiliste Indications (intérêt) d un test dépendent : - de la probabilité pré-test de l affection - des rapports de vraisemblance de ce test qui sont les 2 déterminants de la probabilité attendue de l affection après résultat du test La décision de ne pas faire de nouvel examen (et de ne pas traiter) résulte de la probabilité de faux négatifs et du risque chez ces faux négatifs

47 Impact faible d un antécédent d IU et du niveau de fièvre sur la probabilité pré-test Shaick N et al, JAMA Dec 2007; 298: T > 39 C chez < 1 an Bachur R, et Harper MB. Arch Pediatr Adolesc Med 2001;155:60-5

48 Valeurs des résultats de l examen direct des urines Whiting P, et al BMC Pediatrics 2005, 5:4

49

50 1149 hémoc + du 1/01/00 au 30/06/ bactériémies pathogènes 1036 contaminants, souillures, non cliniquement signifiantes 91 patients ayant un délai connu par rapport au début de la fièvre 22 patients sans délai connu 21 patients bactériémie à : 70 bactériémies à Streptococcus pneumoniae, E coli, Salmonella sp, S. Aureus Streptococcus B, autres bgn, Streptococcus pyogenes, Haemophilus influenzae, Neisseiria meningitidis 61 patients ayant une fièvre depuis plus 6 heures 9 patients ayant une fièvre depuis moins de 6 heures

51 2. Qualités intrinsèques de CRP Sensibilité : bonne - si utilisée dans condition optimale de temps écoulé depuis début de l infection - mais variable suivant seuil - Et type microbiologique Spécificité : moyenne RVP [= Se / (1- Sp )] intermédiaire RVN [= (1 Se)/ Sp] plutôt forte si conditions de temps sont respectées Mais on ne choisit pas le moment où le malade vient vous voir! 51

52 Les éléments d une décision complexe : 2. Le test : les marqueurs de l inflammation Difficultés d identifier les bactériémies occultes : - clinique, atcd, statut vaccinal - marqueurs inflammation Limites des marqueurs inflammation: Temps dépendant Seuil de positivité Localisation infectieuse? Germe immunodépression manque de spécificité Valeurs-seuil de positivité différentes selon population étudiée ++ et selon types d infection suspectée 52

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Indications et interprétation d un test de diagnostic rapide chez l enfant A. MARTINOT 1, I. PRUVOST 1, F. DUBOS 1

Indications et interprétation d un test de diagnostic rapide chez l enfant A. MARTINOT 1, I. PRUVOST 1, F. DUBOS 1 Chapitre 13 Indications et interprétation d un test de diagnostic rapide chez l enfant A. MARTINOT 1, I. PRUVOST 1, F. DUBOS 1 Points essentiels Les tests de diagnostic rapide (TDR) sont des examens complémentaires

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie QUIZZ A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie Cas clinique n 1 Vous accueillez ce vendredi une patiente de 79 ans, adressée par le service des urgences pour décompensation cardiaque gauche. ATCD

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Améliorer le bon usage des antibiotiques :

Améliorer le bon usage des antibiotiques : 4 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de santé de Haute-Normandie Améliorer le bon usage des antibiotiques : outils existants François CARON Infectiologie 1 Pour bien

Plus en détail

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Dr Sophie Blumental Service de Maladies Infectieuses Pédiatriques Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola Bruxelles INTRODUCTION Fièvre = symptôme

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015 Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Cas clinique n 1 Cas clinique 1 Femme de 49 ans, mari vétérinaire ATCD médicaux

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte?

Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? Peut-on prédire la survenue du choc septique au cours des pyélonéphrites aiguës de l adulte? A. Toumi, C. Loussaïef, H. B. Brahim, F.B. Romdhane, N. Bouzouaia, M. Chakroun. Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 Cas clinique Hôpital Mahosot Service maladies infectieuses Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 1 Homme, 47 ans, fonctionnaire, résident à district : Pakgnouam, province Vientiane Motif d hospitalisation : fièvre

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie O. Leroy Service de réanimation et maladies infectieuses. CH Tourcoing Sommaire Infections urinaires

Plus en détail

Physiopathologie. Symptôme Elévation de la température centrale

Physiopathologie. Symptôme Elévation de la température centrale Fièvre de l enfant Physiopathologie Symptôme Elévation de la température centrale «Modification du Thermostat» Vasoconstriction, métabolisme Réponse immunitaire primaire Rarement: d origine centrale Différent

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Motif de consultation Mr F, 38 ans, consulte aux urgences dans la nuit aux environ de 4h pour douleur dentaire avec œdème de la face.

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Journées de formation médicale continue 8 Tiaret, Algérie - 24 mai 2013 Dr Loïc EPELBOIN Service des Maladies Infectieuses et Tropicales 8 Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris, France Université Pierre et

Plus en détail

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC Infection urinaire du sujet âgé à BMR Barbara KULI Laurent BELLEC À Saint-Gilles les Bains, le 24/11/2012 Mme P. 82 ans ATCD: HTA, DID, arthrose genoux bilatérale, démence évoluée Mode de vie: vit chez

Plus en détail

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques Evaluation des procédures diagnostiques Objectifs pédagogiques Evaluer un signe, un examen, une décision médicale en calculant leur sensibilité et leur spécificité, leurs valeurs prédictives positives

Plus en détail

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections sur sondes urinaires Année 2001

C.CLIN-Ouest. Surveillance des infections sur sondes urinaires Année 2001 Infections urinaires sur sondes 2001, C.CLIN-Ouest C.CLIN-Ouest Basse-Normandie Centre Bretagne Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (Inter région Ouest) Pays de la Loire

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant FACULTE DE MEDECINE D ANGERS Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant Année scolaire 2007-2008 SANTE PUBLIQUE ET MEDECINE SOCIALE Responsable

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

Dossiers de conférences de consensus

Dossiers de conférences de consensus Dossier N 1 Une jeune femme de 17 ans est amenée aux urgences de votre hôpital par le SAMU pour malaises associés à des vomissements et des douleurs abdominales. La famille de cette patiente vous informe

Plus en détail

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. )

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. ) Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. ( je crois que je suis enceinte euh j en suis sûre s! J ai J fais la prise de sang. ) Docteur Jean Daniel GENNARO P R I A M Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. FIEVRE

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

Optimiser la prescription des examens biologiques

Optimiser la prescription des examens biologiques 1 Séminaire DPC AMMPPU 27&28 /09/2013 Optimiser la prescription des examens biologiques Dr J.Birgé (j autorise l AMMPPU à publier ce diaporama sur son site WEB) Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine

Plus en détail

Infections fongiques - Quand y penser?

Infections fongiques - Quand y penser? Infections fongiques - Quand y penser? Jean-Michel LAFFOSSE Département de Chirurgie Orthopédique et Traumatologie CRIOACGSO 2 ème Congrès National des CRIOAC Lille 3 et 4 Septembre 2015 Les infections

Plus en détail

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE FMC, Tours le 11 Septembre 2007 Pneumopathies communautaires Fréquent chez l enfant de

Plus en détail

Infections Urinaires Quoi de neuf?

Infections Urinaires Quoi de neuf? Infections Urinaires Quoi de neuf? 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Laurence Guet De nouvelles recommandations SPILF 2014 1. Recommandations

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

Les infections urinaires

Les infections urinaires Les infections urinaires Dr S. CHADAPAUD CH de Hyères Schémas de l'arbre urinaire L'arbre urinaire féminin L'arbre urinaire masculin 1 1 à 2 % des motifs de consultations d un généraliste Variation selon

Plus en détail

Quand, Comment prescrire un antibiotique?

Quand, Comment prescrire un antibiotique? Quand, Comment prescrire un antibiotique? Dr. Hanène Tiouiri Benaïssa Usage rationnel des antibiotiques Société des sciences pharmaceutiques de Tunisie (S.S.P.T) Le 13 Octobre 2010 Les antibiotiques :

Plus en détail

Prise en charge des aplasies fébriles

Prise en charge des aplasies fébriles Prise en charge des aplasies fébriles Moins de 500 PNN (ou susceptible de l être dans les 48 heures) Température sup. ou égale à 38 2 fois à au moins 1 heure d intervalle ou sup. ou égale à 38 5 une fois

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 142 - Juillet/Août 2014 SOMMAIRE 1) 1) Infection urinaire chez la personne âgée (PA) 1-1 Généralités 2) Quizz 1-2 Cystite aiguë à risque de complication 1-3 PNA à risque de complication

Plus en détail

Syndromes infectieux chez le petit enfant

Syndromes infectieux chez le petit enfant Syndromes infectieux chez le petit enfant Quelle conduite à tenir? Dr Nicolas Billaud pédiatre au CHR de Metz 11 octobre 2011 Enfants fiévreux Parents fébriles Fièvre motif le plus fréquent de consultation

Plus en détail

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pierre Cochat - ( Hôpital Edouard-Herriot - Lyon) MAJ : 05/01/2005

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pierre Cochat - ( Hôpital Edouard-Herriot - Lyon) MAJ : 05/01/2005 Objectifs : Infection urinaire Item 93 1. Diagnostiquer une infection urinaire chez le nourrisson, l enfant (et l adulte). 2. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Limites

Plus en détail

Dre Virginie Prendki. Hôpital des Trois Chêne Département de médecine interne, de réhabilitation et de gériatrie

Dre Virginie Prendki. Hôpital des Trois Chêne Département de médecine interne, de réhabilitation et de gériatrie Arthrites septiques Dre Virginie Prendki Hôpital des Trois Chêne Département de médecine interne, de réhabilitation et de gériatrie Formation approfondie en GERIATRIE 16 avril 2015 PLAN Epidémiologie Physiopathologie.

Plus en détail

Infection urinaire de l'enfant (93) Docteur Guylène BOURDAT-MICHEL Avril 2003

Infection urinaire de l'enfant (93) Docteur Guylène BOURDAT-MICHEL Avril 2003 Infection urinaire de l'enfant (93) Docteur Guylène BOURDAT-MICHEL Avril 2003 Pré-Requis : Anatomie des voies urinaires Résumé : L infection urinaire, pyélonéphrite (PNA) ou cystite, est une pathologie

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT

DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT DIAGNOSTIC ET ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS URINAIRES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES DU NOURRISSON ET DE L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, février 2007

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

Les antibiotiques dans les infections ORL

Les antibiotiques dans les infections ORL Journée régionale sur Le bon usage des antibiotiques 19 novembre 2014 - Rennes Les antibiotiques dans les infections ORL point de vue du médecin généraliste Dr Thierry LABARTHE URPS Médecins Libéraux de

Plus en détail

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Faut il les suivre à la lettre? Thanh Doco-Lecompte Maladies Infectieuses et tropicales CHU Nancy Evolution des indications d antibioprophylaxie

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques Dr Loïc Epelboin Service Maladies Infectieuses et tropicales GH Pitié-Salpêtrière Journée de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE à l échelon individuel François CARON Infectiologie Best-Of 2009 - page 1 Parmi les classes antibiotiques suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s)

Plus en détail

Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire

Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire Où en sommes-nous de la durée de l antibiothérapie des infections ostéo-articulaires? Spondylodiscites et infections de prothèse articulaire Pr Louis BERNARD CHRU de Tours - Université F. Rabelais CRIOGO

Plus en détail

Actualisations récentes

Actualisations récentes Consensus de Prise en Charge des Infections Urinaires Communautaires SPILF 2014-15 Intérêts et Limites, pour quels Résultats? Dr Stéphane CHADAPAUD CH de Hyères Actualisations récentes IU C : Actualisation

Plus en détail

Une urgence thérapeutique: à propos d un d purpura fulminans. José Medrano. Réanimation Médicale, CHU Pellegrin. Bordeaux.

Une urgence thérapeutique: à propos d un d purpura fulminans. José Medrano. Réanimation Médicale, CHU Pellegrin. Bordeaux. Une urgence thérapeutique: à propos d un d cas de purpura fulminans José Medrano. Réanimation Médicale, CHU Pellegrin. Bordeaux. Décembre 2006 Cas clinique: Patient de 17 ans, admis pour AEG, postration

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

CONTEXTE ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES PRIORITE REGIONALE 2010. Participation à l état des lieux OBJECTIF DE LA REUNION REGION CENTRE JANVIER 2010

CONTEXTE ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES PRIORITE REGIONALE 2010. Participation à l état des lieux OBJECTIF DE LA REUNION REGION CENTRE JANVIER 2010 CONTEXTE ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES REGION CENTRE JANVIER 010 infections urinaires fréquentes et concernent établissements de santé et EHPAD 30 % des bactériémies ont une porte d entrée urinaire Des

Plus en détail

I. Contexte épidémiologique

I. Contexte épidémiologique C.CLIN Sud-Est mars 2010 Conduite à tenir en cas de suspicion d infection invasive à Streptococcus pyogenes (streptocoque bêta-hémolytique du groupe A) en service de gynécologie obstétrique et maternité

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE CHAPITRE 21 INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT. LEUCOCYTURIE OBJECTIFS Savoir diagnostiquer une infection urinaire chez l adulte et l enfant. Connaître les principes du traitement. Interpréter

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 3 Les maladies infectieuses Les maladies infectieuses 198 Les maladies infectieuses W. Michielsen, R. Peleman Les personnes âgées sont plus susceptibles aux infections

Plus en détail

Les boiteries chez l enfant

Les boiteries chez l enfant Les boiteries chez l enfant Motif de consultation ++ Causes multiples, Pronostic ++ Pr B. YOUSRI Boiterie Esquive Equilibration Aigue Chronique ATCD Infection Tumeur Dystrophie Traumatisme Infection /

Plus en détail

Quizz en infectiologie pediatrique. Pr David Tuerlinckx CHU Mont Godinne David.Tuerlinckx@uclouvain.be

Quizz en infectiologie pediatrique. Pr David Tuerlinckx CHU Mont Godinne David.Tuerlinckx@uclouvain.be Quizz en infectiologie pediatrique Pr David Tuerlinckx CHU Mont Godinne David.Tuerlinckx@uclouvain.be Cas 1 Emilie-12 mois T 39 depuis 48 H et masse cervicale, sensible, inflammatoire Pas de plaintes respiratoires,

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Allergie à la pénicilline et Infec2on ORL Christèle Gras- Le Guen François Dubos

Allergie à la pénicilline et Infec2on ORL Christèle Gras- Le Guen François Dubos 18e Journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire Allergie à la pénicilline et Infec2on ORL Christèle Gras- Le Guen François Dubos 1 Nathan 18 mois est amené en consultation pour fièvre à 39,

Plus en détail

Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques

Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques Quoi de Neuf au HNFC 7 Juin 2016 Vincent GENDRIN, service des Maladies Infectieuses Antibio-résistance: un péril grave Texte

Plus en détail

Contexte EHPAD. Intégration GDR. Programme national de prévention des IAS

Contexte EHPAD. Intégration GDR. Programme national de prévention des IAS Contexte EHPAD Fiches techniques traitement anti-infectieux Résidents et collectivité Réglementaire renforcé Décret du 17 mai 2006 Art 2 : chaque antenne est chargée d assurer un relais de proximité du

Plus en détail

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1

EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC. Vray M Institut Pasteur 1 EVALUATION DES TESTS DE DIAGNOSTIC Vray M Institut Pasteur 1 Plan de la présentation Introduction Définition Dépistage, Diagnostique Les ¾ phases de développement d un test Phases 1, 2, 3 et 4 Les indices

Plus en détail

Antibiothérapie Infections ostéo-articulaires

Antibiothérapie Infections ostéo-articulaires Antibiothérapie Infections ostéo-articulaires Mathie Lorrot 1, Catherine Doit 2 1: Service de Pédiatrie Générale; 2: Service de Microbiologie, Hôpital Robert Debré (Paris) Cours DESC Chir Infantile Septembre

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 TRAITEMENT de L ANGINE Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 Definitions Angine = inflammation des amygdales, plus ou moins étendue au pharynx L angine à streptocoque ß hémolytique

Plus en détail

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte D. Boutoille Maladies Infec3euses et Tropicales CHU de Nantes 1 Pourquoi une actualisa/on? Précédentes recommanda3ons datant

Plus en détail

Boiterie chez l enfant

Boiterie chez l enfant DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Boiterie chez l enfant F FITOUSSI BOITERIE BOITERIE : Modification récente r de la démarche d liée à un phénom nomène ne douloureux IMPOTENCE:

Plus en détail

Épidémiologie des infections

Épidémiologie des infections Épidémiologie des infections Epidémiologie des maladies infectieuses Définition de l épidémiologie: stricto sensus: «étude des épidémies» (épidémio descriptive) étude des facteurs déterminants et favorisants

Plus en détail

Infections urinaires au cours de la grossesse

Infections urinaires au cours de la grossesse Infections urinaires au cours de la grossesse Objectifs : Diagnostiquer une infection urinaire. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivis du patient. Sommaire : Introduction Faq 1 - Pathogénie

Plus en détail

Méningite aiguë du nourrisson et de l enfant (diagnostic, stratégies thérapeutiques, critères d admission en réanimation).

Méningite aiguë du nourrisson et de l enfant (diagnostic, stratégies thérapeutiques, critères d admission en réanimation). Méningite aiguë du nourrisson et de l enfant (diagnostic, stratégies thérapeutiques, critères d admission en réanimation). Antoine ROUGET DESC réa med 10, 11, juin 2009 Les méningites aigues Virales ¾

Plus en détail

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014 Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Laurence Foix-L Hélias Pédiatre - Epidémiologiste Service de Néonatologie

Plus en détail

Prévention Infections urinaires associées aux soins. Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015

Prévention Infections urinaires associées aux soins. Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015 Prévention Infections urinaires associées aux soins Astruc K,Aho Glélé LS, ARLIN Bourgogne Dijon, Mars 2015 Définition IU Définition Au moins un des signes suivants Fièvre (>38 C), impériosité mictionnelle,

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Philippe LANOTTE Service de Bactériologie-Virologie, Hôpital Bretonneau - CHRU de Tours & Laboratoire de Microbiologie,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1

Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine. 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Diagnostic microbiologique au cabinet médical et au laboratoire Nadia Liassine 2013 - Diagnostic Microbiologique - page 1 Tests rapides - définitions TDR Tests de Diagnostic Rapide. TROD Tests Rapides

Plus en détail

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès Pathologie infectieuse en Pneumologie Bronchite Pneumopathie Abcès Prélèvements à visée infectieuse Les VA sous glottiques sont»normalement»stériles 1.ECBC:conscient,coopèrent;efforts de toux(induit?).evaluation

Plus en détail