BAROMÈTRE DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER FRANÇAIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BAROMÈTRE DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER FRANÇAIS"

Transcription

1 BAROMÈTRE DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER FRANÇAIS En 2015, éclaircie sur le marché locatif, et investissement dynamique 17ème édition - Mars 2015 ipd.com msci.com

2 PRINCIPE DU BAROMÈTRE Depuis plus de quatre ans, les plus grandes sociétés d investissement présentes en France confient à IPD leurs anticipations concernant les grandes tendances à venir du marché immobilier. Stratégie d investissement, taux de rendement des actifs immobiliers, loyers faciaux contre revenus nets, mesures d accompagnement une vingtaine d indicateurs est passée au crible. Dans cette 17ème édition du Baromètre IPD, les panélistes ajustent leurs anticipations pour la fin 2015 et nous font part pour la première fois de leurs prévisions pour 2016 dans un contexte économique difficile, mais qui génère un afflux de liquidité vers les actifs immobiliers. Nous les avons également interrogés sur deux questions d actualité : l obsolescence des bureaux et l impact de la loi Pinel sur le rendement locatif des commerces. Nous remercions tous nos panélistes pour leur précieuse contribution, ainsi que Crédit Foncier Immobilier, qui par son soutien, permet au Baromètre IPD d être largement diffusé sur la place immobilière française. PANEL DU BAROMÈTRE IPD Aerium, AEW Europe, Affine, AG2R La Mondiale, Allianz Real Estate France, Altaréa France, Amundi Immobilier, Aviva Investors, AXA Real Estate France, BNP Paribas Cardif, BNP Paribas REIM, Caisse des Dépôts, CBRE Global Investors, Foncières des Régions, Gecina, Generali Immobilier France, Groupama immobilier, Grosvenor, Hammerson, Invesco Real Estate, Ivanohé Cambridge KanAm Grund, Klépierre, La Française REM, La Française Partners, LaSalle Investment Management, Mercialys, Perial, Primonial REIM, Segro, SFL, STAM Europe, Union Investment France, Valad et Viveris REIM. L ensemble de ces sociétés d investissement gère environ 100 milliards d euros d actifs immobiliers en France. En partenariat avec Crédit Foncier Immobilier.

3 BUREAUX Malgré une croissance supérieure à l année dernière et un environnement extrêmement favorable, qu il s agisse des taux bas qui allègent le coût de la dette ou de la baisse du prix du pétrole et de l euro, qui favorisent la compétitivité des entreprises, le climat des affaires reprend à peine et l indicateur paru en novembre a timidement repris 3 points. La majorité des climats sectoriels sont d ailleurs restés stables. Par ailleurs, le nombre de chômeurs reste à des niveaux record et continue de progresser. En Ile-de-France, le nombre de demandeurs d emploi a continué d augmenter (+ 6,2 % en un an selon les chiffres de l INSEE à septembre) dans des proportions supérieures à l ensemble de la France métropolitaine. STABILITÉ DE LA DEMANDE PLACÉE Dans ce contexte morose, le niveau annuel de la demande placée en Ile-de-France reste faible à 2,1 millions de m² en 2014, selon Immostat, bien qu en légère hausse par rapport à Cette demande repose davantage sur des logiques d optimisation des coûts que sur de réelles nouvelles prises à bail. Tous ces éléments expliquent la prudence des prévisions de nos panélistes qui tablent sur une très légère hausse voire une stabilité de la demande placée des bureaux en Ile-de-France puisqu ils prévoient pour 2015 un niveau à 2,2 millions de m² et 2,3 seulement pour ANTICIPATION DE LA DEMANDE PLACÉE DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE, EN MILLIONS DE M M 2.6 M 2.4 M 2.2 M 2.0 M 1.8 M 1.6 M 1.8 2,2 1,9 1,8 2,3 2,1 2,0 2,0 2,0 2,1 2,0 2,1 2,1 2,1 2,2 2,3 Max Méd. Moy. Min 1.4 M 1.2 M Réalisé déb 2013 mi-2013 fin 2013 déb 2013 mi-2013 fin Source : Immostat - Baromètre IPD 3

4 VACANCE La vacance des bureaux en France des portefeuilles des investisseurs institutionnels (hors immeubles d exploitation) a atteint en 2013 son niveau le plus haut des dix dernières années selon l indice IPD et semble se stabiliser au 1er semestre Malgré ce contexte difficile, les membres du baromètre n envisagent pas une poursuite de l augmentation de la vacance mais entrevoient plutôt une légère baisse, la vacance atteignant en moyenne 11,7% à fin 2015 et 11,2% en ANTICIPATION DE LA VACANCE EN FRANCE DES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS 13.0% 12.0% 11.0% 10.0% 9.0% 8.0% 7.0% 6.0% 5.0% 4.0% 3.0% Réalisé Prévision 17ème Baromètre * (taux IPD S1 2014) Source : IPD- Baromètre IPD LOYERS ET MESURES D ACCOMPAGNEMENT Nous retrouvons cette légère diminution de la vacance prévue par nos panélistes dans leurs anticipations sur les mesures d accompagnement puisqu ils ne prévoient pas de hausse de ces dernières. Ils tablent plutôt sur une stabilisation pour les actifs de seconde main Paris QCA (18% pour 2015 comme au dernier sondage ) et anticipent en revanche une légère diminution pour les actifs prime Paris QCA (17% contre 19% lors du dernier baromètre). GAMME DES LOYERS ET MESURES ACCOMPAGNEMENTS (2015) /m Loyer facial Loyer économique Par ailleurs, nos panélistes anticipent qu à fin 2015, les loyers prime dans Paris QCA s établiront autour de 787 /m², en hausse par rapport à leurs dernières prévisions (765 /m²), mais en deçà du loyer facial prime établi par DTZ à 790 /m² à. Quant aux bureaux de seconde main dans Paris QCA, les membres du baromètre envisagent une légère reprise des loyers pour s établir à environ 511 /m² à fin "Prime" Paris QCA Source: Baromètre IPD Seconde main Paris QCA 4

5 BAROMÈTRE DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER FRANÇAIS OBSOLESCENCE QUELLES ACTIONS COMPTEZ-VOUS MENER SUR LES IMMEUBLES OBSOLÈTES DANS LES DEUX PROCHAINES ANNÉES? Dans cette 17ème édition du baromètre, nous avons interrogé 2015 pour la première fois nos panélistes sur l obsolescence de leur parc de bureaux. La vente après travaux 27% La vente sans travaux 27% A peine le tiers d entre eux pense détenir entre 10 et 19% de leur parc de bureaux qu il juge difficile à louer à cause de son obsolescence, tandis que plus de la moitié déclare posséder moins de 4% d actifs difficiles à louer du fait de La restructuration lourde pour conservation 23% l obsolescence. La transformation 18% Quant aux actions qu ils comptent mener sur ces immeubles obsolètes dans les prochaines années, ils sont 27% à Aucune action prévue 5% envisager de les vendre sans travaux et la même proportion envisagerait de mener des travaux d aménagement avant de Source: Baromètre IPD les vendre. Néanmoins, 23% d entre eux comptent mener de lourds travaux de restructuration en vue de conserver ces immeubles et 18% souhaitent carrément les transformer. 5

6 COMMERCES VERS UNE REPRISE TRÈS PROGRESSIVE Sur l ensemble du quatrième trimestre 2014, les dépenses de consommation des ménages sont restées quasi stables (+0,1 %). Cependant, sur l ensemble de l année 2014, elles reculent de nouveau légèrement (-0,2 % après 0,3 % en 2013), malgré le redressement de la consommation en produits manufacturés (+0,7 % en 2014 après -0,6 %). Cette stabilisation de la consommation des ménages sur le quatrième trimestre se reflète dans la fréquentation des centres commerciaux restée également stable sur le trimestre selon le CNCC qui relève néanmoins un mois de décembre très positif. Cette stabilisation confirme toutefois la bonne résistance du modèle de centre commercial grâce notamment aux efforts consentis par les commerçants et les gestionnaires. Par ailleurs, dans son communiqué de janvier 2015, le CNCC confirme l impact très négatif qu ont pu avoir les attentats dans Paris sur la fréquentation des centres commerciaux et en particulier pendant les cinq premiers jours de soldes qui a vu la fréquentation baisser par rapport à 2014 de 7,8% sur l ensemble du territoire et de 12,2% en Ile-de-France. Toutefois la fréquentation s est redressée à mi-janvier et les consommateurs ont retrouvé le chemin des commerces. Malgré ce redressement, le CNCC craint que le chiffre d affaires des commerçants perdu lors des premiers jours de soldes ne soit pas complètement compensé. VERS UNE STABILISATION DE LA VACANCE Les avis de nos panélistes sur la vacance des centres commerciaux sont assez optimistes sur 2015 puisque plus de 50% d entre eux attendent une amélioration, aussi légère soit-elle. Cependant, seuls 2 d entre eux pensent que cette légère amélioration perdurera en 2016 alors que 40% tablent plutôt sur une stabilisation de la vacance. TENDANCE POUR LA VACANCE DES CENTRES COMMERCIAUX 33% 31% 31% 39% 33% 33% 44% 28% 21% 39% 1 5% 21% 81% 19% 5 59% 38% 35% 61% 44% 44% 19% 19% 50% 61% 53% 33% 13% 22% 67% 21% 57% 44% 17% 32% 47% 5% 47% 2 Forte dégradation Légère dégradation Stabilisation Légère amélioration Forte amélioration déb 2013 mi-2013 fin 2013 déb 2013 mi-2013 fin Source: Baromètre IPD 6

7 Quant à la tendance des loyers des commerces dans ce contexte pour le moins mitigé, les membres du panel sont très prudents. Aucun d entre eux ne prévoit une remontée du niveau des loyers tandis que 63% s attendent plutôt à une stabilisation. Les 3 restants prévoient même une baisse des niveaux de loyers. En ce qui est de 2016, les prévisions de nos panélistes semblent retrouver un brin d optimisme puisqu ils sont plus du tiers à attendre une augmentation des loyers alors que plus de la moitié s attend à des niveaux stables. TENDANCE POUR LE LOYER DES COMMERCES 50% 50% 3 25% 22% 3 12% 7% 40% % 67% 67% 63% 67% 7 80% 53% Diminution 40% 44% 64% 20% 33% 64% 33% 53% 63% 32% Stabilisation Augmentation 10% 15% 13% 12% 13% 7% déb 2013 mi-2013 fin 2013 déb 2013 mi-2013 fin Source: Baromètre IPD LOI PINEL Dans ce contexte économique peu favorable, amplifié par une pression fiscale grandissante, nous avons interrogé les panélistes, lors de cette 17ème édition du baromètre, sur l impact de la loi Pinel sur le rendement locatif en La grande majorité d entre eux pensent qu elle aura certes un impact négatif mais non significatif. 7

8 LOGISTIQUE OPTIMISME SUR LA DEMANDE PLACÉE EN 2015 En 2014, la demande placée des entrepôts de plus de m² en France est resté quasiment stable selon les données Immostat, grâce notamment à une accélération de la demande au deuxième semestre, notamment en Ile-de- France et dans la région lyonnaise, confirmant ainsi les prévisions des deux derniers baromètres. En 2015, la logistique bénéficierait des perspectives de légère reprise de la consommation des ménages, de la production et des exportations. 41% de nos panélistes envisagent en effet une augmentation de la demande placée et 53% une stabilisation, traduisant une demande placée assez active, et le report d un certain nombre de projets qui ne se sont pas réalisés en Leurs prévisions pour 2016 sont encore plus optimistes puisque 67% d entre eux penchent vers une augmentation de la demande. Selon nos panélistes, les valeurs locatives des entrepôts devraient rester stables sur une grande partie des marchés. Ils estiment qu en 2015 les loyers prime faciaux atteindront 52 /m²/an en Ile-de-France, tandis qu ils seraient de 45 /m² sur la dorsale Nord-sud (hors Ile-de-France) et 40 /m². En 2016, ils envisagent une légère tendance à la hausse pour les loyers faciaux prime des entrepôts en Ile de France à 53 /m². TENDANCES POUR LE MARCHÉ DES ENTREPÔTS EN FRANCE 47% 23% 41% La demande placée sera plus importante % 4 La demande placée sera similaire 47% 53% 7% 31% 38% 38% 22% La demande placée sera moins importante Déb 2015 Déb Source: Baromètre IPD 8

9 INVESTISSEMENT VERS UNE STABILISATION DES VOLUMES D INVESTISSEMENT En 2014, les volumes d investissement en France ont atteint leur niveau record d après crise avec 22,5 milliards d euros investis (hors hôtels et santé), selon le Crédit Foncier Immobilier, niveau assez inattendu et nettement au-dessus des précédentes prévisions de nos panélistes qui avoisinaient les 16,9 milliards d euros. Pour 2015, ils ont revu leurs anticipations et penchent vers une stabilisation à 22,7 milliards d euros d investissement, tendance qui se poursuivrait en ANTICIPATION DU VOLUME GLOBAL D INVESTISSEMENT EN FRANCE, HORS HÔTEL ET SANTÉ, EN MILLIARDS D EUROS 30 Mds Mds 26 Mds 24 Mds 22 Mds 22,5 22,7 22,8 20 Mds 18 Mds 16 Mds 14 Mds 12 Mds 10 Mds 8 Mds 6 Mds 13 8,5 11,2 15,0 14,5 12,5 10,8 fin 2011 déb ,0 13,1 déb ,9 17,3 Max Méd. Moy. Min Réalisé Source : Crédit Foncier Immobilier - Baromètre IPD Dans la continuité des éditions précédentes, les SCPI et OPCI Retail et les compagnies d assurance devraient toujours rester en 2015 les acteurs les plus actifs à l investissement, mais les compagnies d assurances reprennent la tête du classement. Ces deux catégories d acteurs continueraient à bénéficier d une collecte importante auprès des épargnants, qui boudent le livret A au profit des contrats d assurance vie et des SCPI et OPCI retail. Néanmoins, cette édition annonce le retour en 2015 sur le marché de l investissement des foncières cotées au coude à coude avec les investisseurs moyen-orientaux et asiatiques, et juste devant les fonds souverains. Les investisseurs Nordaméricains devraient être, selon les panélistes, moins actifs que les autres acteurs, en retrait par rapport à Enfin ils ont écarté les fonds allemands des acteurs les plus actifs à l investissement en De plus, leur poids s accroît au détriment des fonds non cotés y compris les OPCI professionnels, qui, selon nos panélistes, baisseraient leurs investissements à mais gardent la 3ème place du podium. 9

10 FREINS À L INVESTISSEMENT: LE CORE, TOUJOURS ET ENCORE Comme lors des précédents baromètres, la rareté des actifs Core associée à des rendements trop faibles représentent pour nos panélistes les principales contraintes à l investissement. Ils représentent à eux deux plus de 50% des freins à l investissement. Sans grande surprise, les investisseurs continuent d afficher une certaine défiance face à la politique économique et fiscale menée en France qui ralentiraient selon eux les investissements, tout comme l incertitude sur l environnement économique mais un peu moins que lors de notre dernière édition. Quant à la fourchette Bid-Ask, son appréhension reste similaire chez nos panélistes et pèse à hauteur de 9%, presqu au même niveau qu au précédent baromètre. LES TROIS TYPES D ACTEURS LES PLUS ACTIFS À L INVESTISSEMENT 2015 LES FREINS AU REDÉMARRAGE DE L INVESTISSEMENT 2015 Compagnies d'assurance et assimilés 30% Rareté / faiblesse des actifs dits «core» 34% SCPI - OPCI Retail Fonds non cotés Core/Core+/Value-Added (y compris OPCI professionnels) Investisseurs moyen-orientaux ou asiatiques Foncières cotées Fonds souverains Fonds opportunistes 4% 9% 21% Rendement trop faible sur les actifs dits «core» Défiance face à la politique économique et fiscale menée en France Incertitude sur l'environnement économique / le marché locatif Impact de la fiscalité 17% 13% Investisseurs américains 2% Fourchette Bid-Ask trop importante 9% Impact des réglementations 10

11 LES TAUX DES BUREAUX PRIME EN BAISSE EN 2015 ANTICIPATION DES TAUX PRIME DES BUREAUX PARIS QCA? 6.0% 5.5% Dans cette édition, les panélistes envisagent encore une compression des taux Prime des Bureaux Paris QCA, pourtant déjà très faibles. A la majorité, ils pensent que les taux pourraient atteindre 3, à fin Ce résultat n est pas surprenant compte tenu de l abondance de liquidités à investir en immobilier, de la rareté de l offre prime et du positionnement de certains acteurs qui investissent à très long terme sur ce marché, ce qui le rend inaccessible pour un grand nombre d investisseurs locaux. Néanmoins, les taux se stabiliseraient à 3, en 2016, selon eux, et tous estiment que ces taux ne remonteront pas au dessus du seuil 4%. 5.0% 4.5% 4.0% 3,9 3.5% 3.0% 4,4 4,1 3,9 3,6 3, Max Méd. Moy. Min Les centres commerciaux prime, bien que toujours très recherchés, verrait leur taux se stabiliser à 4,3% en 2015 et 4,2% en ANTICIPATION DES TAUX PRIME DES CENTRES COMMERCIAUX 6.0% 5.5% Après une année 2014 très dynamique sur le marché de l investissement en logistique, avec une demande plus importante que l offre disponible sur les actifs prime, les panélistes anticipent une compression des taux de rendement prime des plateformes logistiques en 2015, à 6,7%. En 2016, ce taux resterait stable selon eux. 5.0% 4.5% 4.0% 3.5% 3.0% 4,2 4,6 4,4 4,2 4,3 4,2 QUELLES PERSPECTIVES FINANCIÈRES? A fin 2013, les indices annuels IPD présentaient pour le secteur Bureaux un rendement global de 4,4% en baisse par rapport à 2012, avec notamment un rendement en capital de -1,3%, tendance confirmée au 1er semestre 2014 avec une baisse des valeurs de bureaux de -0,9% Max Méd. Moy. Min ANTICIPATION DES TAUX PRIME DES PLATEFORMES LOGISTIQUES 6.0% Néanmoins, cette tendance du segment Bureaux reste à nuancer en fonction de la localisation géographique et de la qualité des actifs. Les fortes tensions sur les actifs core et la compression des taux prime semblent se poursuivre et, nos panélistes s attendent à un rendement en capital de 2, à fin 2015, avec des disparités assez fortes allant jusqu à plus de 5%. En revanche, en 2016, les anticipations de nos panélistes sont plus unanimes, la moyenne étant de 1,8%, traduisant un retour vers la stabilité dans Paris QCA, alors que les acteurs commencent à reporter leurs investissements vers d autres secteurs. 5.5% 5.0% 4.5% 4.0% 6,9 3.5% 3.0% 7,1 6,9 6,9 6,7 6, Max Méd. Moy. Min 11

12 STRATÉGIE LES BUREAUX, TOUJOURS À LA TÊTE DES CHOIX D ALLOCATION DE NOS PANÉLISTES, SÉDUISENT ENCORE PLUS QUE JAMAIS Selon notre sondage, les bureaux représentent plus de 80% des intentions d achat des investisseurs du panel alors qu ils étaient à 60 % lors du dernier baromètre à. Si on analyse de près ces résultats, les bureaux Reste de Paris demeurent en tête avec 27% des intentions d achats. La surprise de ce sondage est le Paris QCA qui se retrouve à la 2e place puisque un quart des panélistes souhaitent y investir alors qu ils n étaient que 9% au dernier baromètre. Par ailleurs, lors de cette édition, nous remarquons l appétit grandissant pour les bureaux en région. Ainsi, lors du baromètre à, ces produits séduisaient à peine 7% de nos panélistes tandis que plus de 14% de ces derniers nous ont confié début 2015 leur intention d investir dans les bureaux Prime en région, avec une préférence pour la métropole Lyonnaise (9%). Lille quant à elle, séduit à hauteur de 4%. Nantes et Marseille ne semblent pas attirer pour l instant. Il convient de préciser que dans ce baromètre, figuraient parmi les choix les métropoles de Lyon, Lille, Nantes et Marseille. Cependant, suite à la demande de nos panélistes, nous proposerons dès le prochain baromètre d autres métropoles régionales telles que Bordeaux ou Toulouse. En deuxième position après les bureaux, nous retrouvons les commerces avec 9% d intentions d achat, avec presque autant d intérêt pour les boutiques et commerces de pieds d immeubles (5%) que pour les centres commerciaux et Retail parks (4%). La logistique ne séduit toujours pas plus (stable à 7%) alors que les hôtels et actifs de santé perdent de l attrait puisqu ils sont passés de 7% d intentions d achat lors du dernier baromètre à 2%. Toutefois les hôtels semblent séduire plus que les actifs de santé. Bien que les actifs à revenu sécurisé continuent au fil des derniers baromètres à attirer de moins en moins d investisseurs, notamment parce qu ils deviennent de plus en plus difficiles d accès, ils gardent néanmoins la tête du podium avec 25% des intentions d investissements. Les développements commercialisés séduisent quant à eux de plus en plus nos panélistes qui étaient 17% à à souhaiter y investir contre 23% lors de ce sondage. PRODUITS PRIVILÉGIÉS À L ACHAT EN FRANCE TYPES D ACTIFS PRIVILÉGIÉS EN FRANCE À L ACHAT Bureaux reste de Paris 27% Actifs à revenu sécurisé 25% Bureaux Paris QCA 25% Développements pré-commercialisés 23% Bureaux Reste IDF 1 Développement en blanc 12% Bureaux neufs Prime Lyon Logistique Boutiques et commerces de pieds d immeubles Résidentiel 9% 7% 5% 4% Portefeuille Actifs présentant de la vacance Actifs à restructurer 12% Centres commerciaux & Retail Parks 4% Sale & Lease Back 7% Bureaux neufs Prime Lille 4% Hôtels 2% 12

13 ARBITRAGE: LES BUREAUX TOUJOURS EN TÊTE DES INTENTIONS DE CESSION Les Bureaux gardent leur 1ère position des produits à arbitrer en 2015 avec 50% d intentions de vente. Le secteur de bureaux reste Ile-de-France sera le principal produit que nos panélistes envisagent de mettre sur le marché en 2015 (22%). Les bureaux Paris hors QCA totalisent 17% des intentions, au même niveau que lors du dernier sondage. Les bureaux dans Paris QCA seront moins disponibles car seulement de nos panélistes envisagent de les libérer contre 17% de sondés à. Le désengagement des bureaux en régions trouve moins d écho auprès de nos panélistes (3% contre 12% au dernier baromètre). Les membres du panel semblent ainsi se positionner comme acquéreurs de bureaux en régions en Les commerces viennent en 2e position après les bureaux avec une préférence d arbitrage pour les centres commerciaux et Retail Parks: 19% contre pour les boutiques et commerces de pieds d immeubles. Contrairement à la précédente édition de ce baromètre, les panélistes souhaitent plus se désengager de leurs locaux d activités que de leurs actifs de Logistique. Selon notre baromètre, les actifs présentant de la vacance seront la première cible d arbitrage pour plus du tiers de nos panélistes. Les membres du panel ne semblent plus être aussi nombreux à vouloir mettre sur le marché leurs actifs à revenu sécurisé. Alors qu ils étaient plus de 40% en 2014, ils ne sont plus que 23% en Les actifs à restructurer seraient encore dans le pipeline des cessions de nos panélistes. PRODUITS À CÉDER EN PRIORITÉ TYPES D ACTIFS À CÉDER EN PRIORITÉ Bureaux Reste IDF Centres commerciaux & Retail Parks Bureaux reste de Paris 14% 19% 22% Actifs présentant de la vacance Actifs à restructurer 23% 31% Bureaux Paris QCA Résidentiel 8% Actifs à revenu sécurisé 23% Locaux d'activités Boutiques et commerces de pieds d immeubles Logistique Bureaux neufs Prime Lille 3% 8% Portefeuille* Autres Sale & Lease Back* 3% 14%

14 INVESTISSEMENT INDIRECT: LES FONDS NON COTÉS SONT PLÉBISCITÉS ET LA DETTE IMMOBILIÈRE NE SÉDUIT PLUS La dette immobilière ne semble plus séduire nos panélistes (9% d intentions d achat contre 22% à ). Elle a ainsi été détrônée par les fonds non cotés qui ont gagné 27 points dans les sondages du fait notamment de la bonne performance enregistrée par les OPCI professionnels et les SCPI. Les foncières cotées gagnent en attrait et totalisent des intentions d investissement pour 2015 contre seulement 5% lors du dernier sondage. INVESTISSEMENT À L ÉTRANGER: L ALLEMAGNE TOUJOURS EN TÊTE L Allemagne reste toujours en tête du classement des pays où nos panélistes souhaiteraient investir même si elle perd 4 points par rapport au dernier sondage. L Espagne en revanche perd des points en faveur de l Italie qui a l air d attirer de plus en plus d investisseurs. Ils étaient seulement 7% à souhaiter y investir contre 14% début Les marchés asiatiques qui ne présentent pas une cible adéquate pour nos panélistes semblent attirer plus de panélistes même si cet attrait reste assez faible ( d intentions d investissement en 2015 contre 2% seulement à ). CHOIX D ALLOCATION DES INVESTISSEURS PAR TYPE DE VÉHICULES INDIRECTS Fonds non cotés Core Fonds non cotés Core + / Value Added Foncières cotées Dettes immobilières Fonds non cotés Opportunistic Rachat de sociétés (avec effectif salarié) 3% 9% 9% 17% 20% mi-2013 CHOIX D ALLOCATION DES INVESTISSEURS PAR PAYS Allemagne 28% 14% Espagne Italie 14% Benelux 12% Royaume-Uni 12% Amérique du Nord Asie Europe Centrale et de l Est 4% % 2015 Amérique du Sud* 2014 Je n investirai pas à l étranger 2%

15

16 ABOUT IPD AN MSCI BRAND IPD is a leading provider of real estate performance and risk analysis, providing critical business intelligence to real estate owners, managers, brokers, lenders and occupiers worldwide. Our unique database holds searchable information on 79,000 properties, valued at approximately USD 1.7 trillion, which are located in 33 countries, with a long performance history (25+ years) and which are mostly appraised quarterly. IPD is well known for its sophisticated research capability and provides fundamental analysis that can be applied across all types of real estate: direct property, listed and unlisted vehicles, joint ventures, separate accounts and debt. IPD s clients are global industry leaders and we have a symbiotic relationship with them. This includes nine of the top ten global fund managers* and nine of the largest ten European REITs**. IPD does not participate in real estate investment markets and does not offer consultancy advice on investment decisions. * INREV/ANREV Fund Manager Survey 2012 ** MSCI 2013 A PROPOS DE CRÉDIT FONCIER IMMOBILIER Crédit Foncier Immobilier, filiale du Crédit Foncier, accompagne les grands propriétaires, promoteurs, investisseurs, établissements financiers et particuliers, dans leurs projets immobiliers et la valorisation de leur patrimoine. Cultivant une forte proximité avec ses clients, Crédit Foncier Immobilier offre une large gamme de prestations, allant du conseil à la commercialisation, en passant par l expertise et l audit. Crédit Foncier Immobilier, qui rassemble 270 collaborateurs dans 15 métropoles, est le quatrième conseil immobilier français et a réalisé en 2014 un chiffre d affaires de 41,3 millions d euros. CONTACT MSCI T: E: Crédit Foncier Immobilier E: creditfoncierimmobilier.fr msci.com The information contained herein (the Information ) may not be reproduced or redisseminated in whole or in part without prior written permission from MSCI. The Information may not be used to verify or correct other data, to create indexes, risk models, or analytics, or in connection with issuing, offering, sponsoring, managing or marketing any securities, portfolios, financial products or other investment vehicles. Historical data and analysis should not be taken as an indication or guarantee of any future performance, analysis, forecast or prediction. None of the Information or MSCI index or other product or service constitutes an offer to buy or sell, or a promotion or recommendation of, any security, financial instrument or product or trading strategy. Further, none of the Information or any MSCI index is intended to constitute investment advice or a recommendation to make (or refrain from making) any kind of investment decision and may not be relied on as such. The Information is provided as is and the user of the Information assumes the entire risk of any use it may make or permit to be made of the Information. NONE OF MSCI INC. OR ANY OF ITS SUBSIDIARIES OR ITS OR THEIR DIRECT OR INDIRECT SUPPLIERS OR ANY THIRD PARTY INVOLVED IN THE MAKING OR COMPILING OF THE INFORMAT ION (EACH, AN MSCI PARTY ) MAKES ANY WARRANTIES OR REPRESENTAT IONS AND, TO THE MAXIMUM EXTENT PERMITTED BY LAW, EACH MSCI PARTY HEREBY EXPRESS LY DISCLAIMS ALL IMPLIED WARRANTIES, INCLUDING WARRANTIES OF MERCHANTAB ILITY AND FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE. WITHOUT LIMITING ANY OF THE FOREGOING AND TO THE MAXIMUM EXTENT PERMITTED BY LAW, IN NO EVENT SHALL ANY OF THE MSCI PARTIES HAVE ANY LIABILITY REGAR DING ANY OF THE INFORMAT ION FOR ANY DIRECT, INDIRECT, SPECIAL, PUNITIVE, CONSEQUENTIAL (INCLUDING LOST PROFITS) OR ANY OTHER DAMAGES EVEN IF NOT IFIED OF THE POSS IBILITY OF SUCH DAMAGES. The foregoing shall not exclude or limit any liability that may not by applicable law be excluded or limited MSCI Inc. All rights reserved CBR0315

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

La recherched emploi: Etapes et points d attention

La recherched emploi: Etapes et points d attention La recherched emploi: Etapes et points d attention Isabelle Dehut - HR & Internal Communication T H I N K I N G A H E A D B E G I N S N O W 1 Agenda Bilan personnel Lettre de candidature CV Postuler Entretien

Plus en détail

Marché immobilier en Ile-de-France

Marché immobilier en Ile-de-France Marché immobilier en Ile-de-France Contexte des marchés locatifs et de l investissement Virginie Houzé Directeur Etudes et Recherche France 18 juin 2015 Paris? Liquidité & Risque Liquidité & risque 10

Plus en détail

Baromètre de l investissement immobilier français 10 ème édition-novembre 2012

Baromètre de l investissement immobilier français 10 ème édition-novembre 2012 Baromètre de l investissement immobilier français 10 ème édition-novembre Un long hiver économique en perspective Principe du baromètre Typologie du panel Lancé en décembre 2009, le Baromètre IPD fête

Plus en détail

Global property markets

Global property markets Global property markets 26 November Stéphanie Galiègue, Executive Director, MSCI Presentation to Outlook France Investment Briefing MSCI Inc. All rights reserved. The IPD Global Index includes 25 countries

Plus en détail

Baromètre de l investissement immobilier français

Baromètre de l investissement immobilier français Baromètre de l investissement immobilier français 7e édition - Décembre 2011 2012, nouvelle année de ralentissement Le point de vue des plus grandes sociétés d'investissement présentes en France. Principe

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

L indice IPD de performance des OPCI RFA. Résultats du 1 er semestre 2010. 1 er décembre 2010. 14 h 30 Introduction Patrick de Lataillade, ASPIM

L indice IPD de performance des OPCI RFA. Résultats du 1 er semestre 2010. 1 er décembre 2010. 14 h 30 Introduction Patrick de Lataillade, ASPIM L indice IPD de performance des OPCI RFA Résultats du 1 er semestre 2010 1 er décembre 2010 14 h 30 Introduction Patrick de Lataillade, ASPIM 14 h 40 L indice, les résultats et perspectives européennes

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Paris 5 avril 2013 Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Serge LESCOAT Associé INDAR ENERGY Conseiller en Investissements Financiers Membre du CNCIF Association agréé

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012 Analyse du marché de l investissement des commerces en France commerces 3 ème trimestre 2012 L essentiel du marché 1 Ce qu il faut retenir Après un début d année relativement calme, le marché de l investissement

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Un environnement porteur pour les conseillers financiers?

Un environnement porteur pour les conseillers financiers? E N Q U E T E M O R N I N G S T A R P A T R I M O N I A 2 0 1 5 Un environnement porteur pour les conseillers financiers? www.patrimonia.fr Résultats complets Septembre 2015 Document réservé aux conseillers

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Record battu! La Défense T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 3 Offre immédiate 4 Offre future 4 Définitions 5 Auteur Nora

Plus en détail

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI.

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. François Banville Partenaire exécutif chez Gartner Gartner is a registered trademark of Gartner, Inc. or its affiliates.

Plus en détail

Finance durable et microfinance

Finance durable et microfinance Finance durable et microfinance Résultats du sondage fait auprès d investisseurs professionnels de Suisse Romande Janvier 2014 Copyright Symbiotics 2014 1 Disclaimer This document is meant for information

Plus en détail

Résultats. Semestriels 2012. Une stratégie en marche. Résultats. Semestriels 2012. Un 1 er semestre très actif. 26 juillet 2012.

Résultats. Semestriels 2012. Une stratégie en marche. Résultats. Semestriels 2012. Un 1 er semestre très actif. 26 juillet 2012. Résultats Semestriels 2012 Résultats Semestriels 2012 Une stratégie en marche 26 juillet 2012 Un 1 er semestre très actif 26 juillet 2012 1 Stratégie et réalisations 2- Performances opérationnelles 3-

Plus en détail

A v a n t a g e s e n n a t u r e

A v a n t a g e s e n n a t u r e 17/06/2015 www.bdo.lu A v a n t a g e s e n n a t u r e L imposition des avantages en nature au Luxembourg est basée sur le principe général selon lequel tous les avantages, tant en espèces qu en nature,

Plus en détail

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Pas si mal Ile-de-France T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 4 Offre immédiate 5 Offre future 6 Définitions 7 Dans un climat

Plus en détail

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI GEMMEO COMMERCE L immobilier de commerce français en portefeuille AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après «SCPI»), vous devez tenir

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année. Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier

Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année. Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier 8 juillet 2015 Un environnement immobilier plus favorable qu en 2014 2 59 % des professionnels

Plus en détail

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles Chiffre d affaires 3M 2014 Le Patio, Le Patio, Lyon Lyon - - Villeurbanne CB 21, La Défense Un bon début d année 6 mai 2014 Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité 7 000 m² loués à La Défense

Plus en détail

Sur-offre de seconde main

Sur-offre de seconde main DTZ Research PROPERTY TIMES Sur-offre de seconde main Bordeaux Bureaux T4 14 24 Février 15 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre immédiate et future 4 Définitions 5

Plus en détail

L année immobilière 2014

L année immobilière 2014 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France Immobilier Janvier 2011 Préambule Les échéances triennales et l expiration du bail commercial constituent des fenêtres

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ LISTE DE VERIFICATION Pour éviter tous retards dans le traitement de votre application pour l ouverture d un compte avec Oxford Markets ( OM, l Entreprise ) Veuillez suivre

Plus en détail

Acquisition d un portefeuille d immeubles. CLIENT Norges Bank (NBIM) PROGRAMME 7 immeubles / 155 000m² de bureaux. POINTS FORTS

Acquisition d un portefeuille d immeubles. CLIENT Norges Bank (NBIM) PROGRAMME 7 immeubles / 155 000m² de bureaux. POINTS FORTS LOUIS, Paris, France Acquisition d un portefeuille d immeubles Norges Bank (NBIM) 7 immeubles / 155 000m² de bureaux. Audit Acquisition Norges Bank a chargé CBRE Building Consultancy de réaliser les audits

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché 11 septembre 2014 Communiqué de presse La Française lance LFP Europimmo, La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché La Française REM lance LFP Europimmo, la première SCPI d entreprise dont

Plus en détail

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 1 LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 2 Sommaire Contexte et objectifs 3 Les Principales Caractéristiques des SCPI 4 Les SCPI dans un contrat Spirica 13 Exemple de calculs

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Notaires de Paris www.paris.notaires.fr Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011 AT A GLANCE LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE JANVIER 212 DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 211 Avec 2 442 m² placés en 211 contre 2 149 m² en 21, le marché des bureaux franciliens connaît

Plus en détail

CA ARCserve aide Mazars à sécuriser sa croissance

CA ARCserve aide Mazars à sécuriser sa croissance TEMOIGNAGE CLIENT CA ARCserve aide Mazars à sécuriser sa croissance Exemple de réussite Secteur: Audit, comptabilité, fiscalité, services aux entreprises Société: Mazars Effectifs: 12 500 personnes, dont

Plus en détail

Concept & Politique d investissement

Concept & Politique d investissement Concept & Politique d investissement Exposition maximale aux par compartiment Concept & Politique d investissement Comparaison de la des compartiments Exemple @ a Top Point 33% 22% -23% -34% @ Bottom Point

Plus en détail

Conférence Bales II - Mauritanie. Patrick Le Nôtre. Directeur de la Stratégie - Secteur Finance Solutions risques et Réglementations

Conférence Bales II - Mauritanie. Patrick Le Nôtre. Directeur de la Stratégie - Secteur Finance Solutions risques et Réglementations Conférence Bales II - Mauritanie Patrick Le Nôtre Directeur de la Stratégie - Secteur Finance Solutions risques et Réglementations AGENDA Le positionnement et l approche de SAS Notre légitimité dans les

Plus en détail

Résultat solide en dépit des baisses de prix, des effets de change et d une forte concurrence

Résultat solide en dépit des baisses de prix, des effets de change et d une forte concurrence Rapport intermédiaire du premier semestre 2015: Résultat solide en dépit des baisses de prix, des effets de change et d une forte concurrence 1.01.- 30.06.2014 1.01.- 30.06.2015 Variation Chiffre d affaires

Plus en détail

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Quand le QCA va. DTZ Research PROPERTY TIMES. Paris QCA T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Quand le QCA va Paris QCA T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Auteur Pierre d Alençon Chargé d Etudes

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Seuls 37 % des. investisseurs sont. confiants sur. leur capacité. à financer une. retraite confortable.

Seuls 37 % des. investisseurs sont. confiants sur. leur capacité. à financer une. retraite confortable. «Seuls 37 % des investisseurs sont confiants sur leur capacité à financer une retraite confortable.» WHY BLACKROCK BlackRock helps millions of people, as well as the world s largest institutions and governments,

Plus en détail

Démarrage en trombe. DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE. France T1 2015. Sommaire. Auteur

Démarrage en trombe. DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE. France T1 2015. Sommaire. Auteur DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE Démarrage en trombe France T1 27 Avril Sommaire Le marché de l investissement démarre l année en trombe, avec près de 5,6 milliards d euros enregistrés au cours du

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014 n 34 septembre 2014 Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 SOMMAIRE 1 LES MARCHÉS DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER EN 2013 5 1.1 Le marché de l'immobilier

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

ÉTUDE SPÉCIALE. TD Economics DON DE BIENFAISANCE AU CANADA COMBLER L ÉCART

ÉTUDE SPÉCIALE. TD Economics DON DE BIENFAISANCE AU CANADA COMBLER L ÉCART ÉTUDE SPÉCIALE TD Economics DON DE BIENFAISANCE AU CANADA COMBLER L ÉCART Faits saillants En 13, les Canadiens ont continué de donner généreusement à des organismes de bienfaisance : leurs dons ont totalisé

Plus en détail

Sony Music orchestre à la baguette ses sauvegardes avec CA ARCserve

Sony Music orchestre à la baguette ses sauvegardes avec CA ARCserve TEMOIGNAGE CLIENT Sony Music orchestre à la baguette ses sauvegardes avec CA ARCserve EXEMPLE DE RÉUSSITE Secteur : Industrie musicale Société : Sony Music Entertainement France Effectifs à fin mars 2010:

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 15 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 15 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu des pertes accumulées face

Plus en détail

Une stratégie payante

Une stratégie payante Chiffre d affaires 9M 2013 Silex, Lyon Le Patio, Lyon - Villeurbanne Une stratégie payante 7 novembre 2013 Une stratégie partenariale - Des revenus locatifs pérennes Loyers part du groupe solides : + 5,4%

Plus en détail

FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE

FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE LISTE DE VERIFICATION Pour éviter tous retards dans le traitement de votre application pour l ouverture d un compte avec Oxford Markets ( OM, l Entreprise )

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale Business Strategy Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale 4e étude mondiale sur les web-acheteurs Agenda Page 1 Le digital au cœur du parcours d achat 1 2 Dynamisme du commerce en ligne

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché SCPI Exclusive Partners, société indépendante de conseil en investissement a réalisé en août-septembre 2012 une étude auprès

Plus en détail

LE SALE & LEASE-BACK IMMOBILIER ET LA RESTRUCTURATION D ENTREPRISE

LE SALE & LEASE-BACK IMMOBILIER ET LA RESTRUCTURATION D ENTREPRISE LE SALE & LEASE-BACK IMMOBILIER ET LA RESTRUCTURATION D ENTREPRISE LEVIER DE CASH OPTIMAL, AU BESOIN FACILITANT LA NEGOCIATION D AUTRES SOLUTIONS FINANCIERES 01 3, quai des Chartrons - 33000 Bordeaux -

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

Android. Trucs et astuces

Android. Trucs et astuces Android Trucs et astuces La table des matières C est Nouveau 3 Quelques astuces avant de commencer 4 Introduction 5 Création d une toile 5 Navigation 5 Masquage de l interface utilisateur 5 Couleur 6 Personnalisation

Plus en détail

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 «Avec 1 510 015 m² de bureaux loués ou vendus aux utilisateurs en Ile-de-

Plus en détail

HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad. A better way. Together.

HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad. A better way. Together. HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad A better way. Together. Partenaires sur la nouvelle Route de la soie Progresser le long d une nouvelle Route de la soie et être partenaire de Huawei présentent

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Stratégie 24 Update II/2014 La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Depuis la fin de l année 2007, le secteur des hedges funds a entamé une traversée du désert. Pourtant, le nouveau

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

CLAUSES TYPES en génie-conseil

CLAUSES TYPES en génie-conseil CLAUSES TYPES en génie-conseil 1. LIMITATION DE RESPONSABILITE... 2 2. PROPRIÉTÉ ET UTILISATION DES DOCUMENTS, BREVETS ET MARQUES DE COMMERCE... 3 2.1 OWNERSHIP AND USE OF DOCUMENTS, PATENTS AND TRADEMARKS...

Plus en détail

Savoir conjuguer Bourse et immobilier

Savoir conjuguer Bourse et immobilier Savoir conjuguer Bourse et immobilier Questions Quel nom porte une société par actions dont l activité consiste à investir dans l immobilier les capitaux qu elle collecte? Sous quel nom désigne-t-on l

Plus en détail

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014 LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE Demande placée 125 700 m² +41% : confirme son retour en grâce sur le marché locatif, en dépit d un 3 ème trimestre 2014 beaucoup moins flamboyant que le précédent,

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine SCPI Laffitte Pierre Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine CONJONCTURE Immobilier d entreprise* Avec près de 12 milliards d euros investis, le marché de l investissement

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ

PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ Juillet 2015 Swiss Finance & Property AG Swiss Finance & Property AG est une société spécialisée en matière d investissements immobiliers et de conseil mettant l accent sur la

Plus en détail

Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation. SAP Forum, May 29, 2013

Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation. SAP Forum, May 29, 2013 Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation SAP Forum, May 29, 2013 Optimisez la gestion de vos projets IT avec PPM dans le cadre d une réorganisation Frédérique

Plus en détail

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Nouvelles règles au 1 er janvier 2014 MEMENTO MARS 2014 www.bdo.lu 1 5 Mars 2014 Nouvelle convention fiscale entre

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Marché marocain de l assurance Lotfi Elbarhdadi Senior Director Financial Services Ratings 16 Avril 2014

Marché marocain de l assurance Lotfi Elbarhdadi Senior Director Financial Services Ratings 16 Avril 2014 Marché marocain de l assurance Lotfi Elbarhdadi Senior Director Financial Services Ratings 16 Avril 2014 Permission to reprint or distribute any content from this presentation requires the prior written

Plus en détail

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances

Les marchés de l immobilier à l international. Évolutions, structures et performances Les marchés de l immobilier à l international Évolutions, structures et performances Séminaire d actualité 22 mai 2015 Montants investis en immobilier d entreprise milliards d euros 50 45 40 35 30 Données

Plus en détail

de stabilisation financière

de stabilisation financière CHAPTER 108 CHAPITRE 108 Fiscal Stabilization Fund Act Loi sur le Fonds de stabilisation financière Table of Contents 1 Definitions eligible securities valeurs admissibles Fund Fonds Minister ministre

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Sortir du core. Que signifie le mot core? Débat animé par Gaël THOMAS, Directeur de la Rédaction BUSINESS IMMO. Mercredi 4 décembre 2013

Sortir du core. Que signifie le mot core? Débat animé par Gaël THOMAS, Directeur de la Rédaction BUSINESS IMMO. Mercredi 4 décembre 2013 Sortir du core Débat animé par Gaël THOMAS, Directeur de la Rédaction BUSINESS IMMO Mercredi 4 décembre 2013 Intervenants : Alban ARRIBAS, Head of Fund Management - France - Property ABERDEEN ASSET MANAGEMENT

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES Octobre 2011 Gabriela TURCATTI Jordi GUILLO SOMMAIRE IMMOBILIER SUISSE 3 CATÉGORIES L immobilier résidentiel 4 L immobilier commercial 5 L immobilier de bureau 5

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Les indices et indicateurs IEIF. Une nouvelle visibilité des marchés immobiliers

Les indices et indicateurs IEIF. Une nouvelle visibilité des marchés immobiliers Les indices et indicateurs IEIF Une nouvelle visibilité des marchés immobiliers 2009 Sommaire Indices immobiliers : l approche de l IEIF.. p. 3 Des indices immobiliers : pourquoi, comment? p. 4 Deux nouveaux

Plus en détail