patient âgé de plus de 80 ans : de 180 patients

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "patient âgé de plus de 80 ans : de 180 patients"

Transcription

1 Embolie pulmonaire chez le patient âgé de plus de 80 ans : étude rétrospective comparative de 180 patients Sébastien Miranda, G. Armengol, M. Bordage, M. Le Besnerais, N. Cailleux-Talbot, H. Lévesque, Y. Benhamou Service de médecine interne CHU de Rouen

2 Introduction Olié et al BEH 2010

3 Introduction Olié et al BEH 2010

4 Introduction Nombreux diagnostiques différentiels et particularités cliniques âge >75 : FDR de retard diagnostique >7jours : OR=5.1[ ] Peu d études ciblant cette population Etudier les caractéristiques cliniques et démographiques de patients âgés 80 ans hospitalisés pour une EP dans le service de médecine interne Chu de Rouen Hendriksen et al BMJ open 2017

5 Matériels et méthodes Étude rétrospective monocentrique Années Patients hospitalisés en médecine interne avec le code CIM10 I26.0/I26.9.

6 Résultats 232 codages d EP 52 exclus car : - Erreurs de date - Erreurs de codage - Doublons de dossiers - Diagnostics Associés aux Soins - Diagnostics non formels 180 EP formelles Groupe 1 : patients < 80 ans n = 118 (66 %) Groupe 2 : patients 80 ans n = 62 (34 %)

7 Résultats: caractéristiques démographiques Groupe 1 (âge < 80 ans) n= 118 Groupe 2 (âge 80 ans) n= 62 p Age 55 ± 17,6 86 ± 4,6 0,001 Hommes 55 (46,6%) 16 (25,8%) 0,007 IMC (kg/m²) 28,5 ± 7,3 27 ± 5,3 0,2 Diabète 6 (5,1%) 11 (17,7%) 0,006 Dénutrition 17 (14,7%) 22 (36,1%) 0,001 Lieu de vie : Domicile RPA EHPAD 114 (97,4%) 0 (0%) 3 (2,6%) 43 (70,5%) 7 (11,5%) 11 (18%) 0,001 0,001 0,001

8 Résultats: signes cliniques Groupe 1 (âge < 80 ans) n= 118 Groupe 2 (âge 80 ans) n= 62 Douleur thoracique 52 (44,4%) 23 (37,1%) 0,343 Dyspnée 68 (57,6%) 46 (74,2%) 0,028 Hémoptysie 2 (1,7%) 2 (3,2%) 0,427 Syncope 10 (8,5%) 9 (14,5%) 0,210 Signes cliniques de thrombose veineuse 32 (27,1%) 13 (21%) 0,365 profonde Saturation en O2 95,8 ± 3,5 92,9 ± 4, PA systolique (mmhg) 144,2 ± 27,8 148,2 ± 31,6 0,383 PA diastolique (mmhg) 87,9 ± 16,4 81,9 ± 18,1 0,024 Fréquence cardiaque (bpm) 92 ± ± 21 0,992 Fièvre 20 (16,9%) 11 (17,7%) 0,894 Score de Genève 7 ± 3,9 7 ± 3,2 0,718 Score de Wells 3,8 ± 2,5 3,3 ± 2,6 0,232 p

9 Résultats: signes paracliniques Groupe 1 (âge < 80 ans) n= 118 Groupe 2 (âge 80 ans) n= 62 p DFG 89,4 ± 23,1 62 ± 16, Signes ECG n=169 54/110 (49,1%) 25/59 (42,4%) 0,404 Signes Radio de thorax n=102 14/52 (26,9%) 30/50 (60%) 0,001 Pa02 (mmhg) n=105 87,5 ± 26,6 72,9 ± 22,6 0,004 PaCO2 (mmhg) n=105 34,9 ± 5,4 35,1 ± 5,04 0,857 Effet shunt n= (54,1%) 33 (75%) 0,029 D-dimères (µg/l) n= ± ± ,735 D-dimères < 10 * âge n=94 1 (1,5%) 0 0,723

10 Résultats: facteurs favorisants Groupe 1 (âge < 80 ans) n= 118 Groupe 2 (âge 80 ans) n= 62 Présence d au moins un 102 (86,4%) 56 (90,3%) 0,45 facteur favorisant Chirurgie récente 1 13 (11%) 1 (1,6%) 0,019 Immobilisation orthopédique 4 (3,4%) 0 0,18 Alitement 22 (18,6%) 11 (17,7%) 0,88 Inflammation aigue 13 (11%) 17 (27,4%) 0,005 Cancer 16 (13,6%) 13 (21%) 0,19 Antécédent personnel de TVP 31 (26,3%) 17 (27,4%) 0,869 Antécédent personnel d EP 19 (16,1%) 10 (16,1%) 0,996 p

11 Résultats: caractéristiques de l EP Groupe 1 (âge < 80 ans) n= 118 Groupe 2 (âge 80 ans) n= 62 p EP proximale 84/109 (77,1%) 43/55 (78,2%) 0,8172 EP unilatérale 49 (44,1%) 20 (36,4%) 0,338 Thrombose veineuse 58/104 (55,8%) 34/55 (61,8%) 0,462 TVP proximale 35 (33,7%) 25 (45,5%) 0,144 TVP unilatérale 50 (47,6%) 24 (43,6%) 0,631 TV superficielle 9 (8,5%) 2 (3,5%) 0,192 TV musculaire 11 (10,4%) 5 (8,8%) 0,743

12 Résultats: signes de gravité Groupe 1 (âge < 80 ans) n= 118 Groupe 2 (âge 80 ans) n= 62 p Troponine anormale n=120 21/71 (29,6%) 39/49 (79,6%) NT-proBNP anormal n=82 11/38 (28,9%) 33/44 (75%) Cœur pulmonaire aigu au TDM n=106 19/76 (25%) 15/30 (50%) 0,013 Score spesi 0,46 ± 0,5 1 ± Mortalité intrahospitalière 0.8% 3.2% 0.273

13 Résultats : bilan étiologique Groupe 1 (âge < 80 ans) n= 118 Groupe 2 (âge 80 ans) n= 62 Au moins un examen fait 101 (85,6%) 51 (82,3%) 0,557 Néoplasie TDM TAP 9/ 100 (9%) 11/ 50 (22%) 0,027 Néoplasie mammographie 2/ 20 (10%) 1/ 11 (9,1%) 0,719 Coloscopie révélant une néoplasie 1/ 13 (7,7%) 0/ 4 (0%) 0,765 PSA révélant une néoplasie 3/ 39 (7,7%) 3/ 12 (25%) 0,134 Mise en évidence d une thrombophilie 11/ 78 (14,1%) 1/ 11 (9,1%) 0,543 p

14 Résultats: devenir Groupe 1 (âge < 80 ans) n = 118 Groupe 2 (âge 80 ans) n = 62 p Traitement au long cours : AVK Rivaroxaban HBPM 76 (64,4 %) 22 (18,6 %) 20 (16,9 %) 43 (69,4 %) 2 (3,2 %) 17 (27,4 %) 0,505 0,008 0,099 Durée du traitement : < 3 mois 3-6 mois > 6 mois 3 (2,5 %) 12 (10,2 %) 102 (86,4 %) 5 (8,1 %) 11 (17,7 %) 47 (75,8 %) 0,095 0,148 0,073 Cœur pulmonaire chronique post-embolique 1/64 (1,6 %) 3/20 (15 %) 0,040 Décès extra-hospitalier 7 (6 %) 9 (15 %) 0,048 Récidive 4 (3,4 %) 3 (4,9 %) 0,456 Hémorragie grave 4 (3,4 %) 2 (3,2 %) 0,66 Hémorragie non grave 13 (11 %) 7 (11,3 %) 0,956

15 Discussion : clinique Dyspnée le signe le plus fréquent 74% concordant avec la littérature 81.9% LE GAL JTH 2005 Hypoxémie plus fréquente chez les sujets âgés Timmons Age Ageing 2003, Masotti Vasc Health Risk Manag 2008 Syncope : 14.5 vs 8.5 p = % vs 7 %, p = 0.04 Tisserand et al Rev med int 2014 > 80 ans avec syncope 46.4% sans EP vs 53.8% avec EP. Prandoni et al NEJM 2016

16 Discussion : Gravité EP du sujet âgé plus sévère Kokturk Circ J 2005; Cefalo Am J Cardiol 2015 Mortalité intra hospitalière Pas de différence dans notre série Plus de décès intra hospitalière 17% vs 5 % Punukollu Int J Cardiol 2005 Score spesi plus élevé chez les plus de 80 ans Un des items est l âge MAIS reste un des plus précis pour prédire la mortalité Zwierzina J Thromb Haemost 2012 NTproBNP : marqueur prédictif de mortalité et bonne VPN Coutance Crit Care 2011; Vuilleumier J Inter Med 2015 Troponine plus souvent élevée : mauvais pronostic et mortalité

17 Discussion : néoplasie Bilan étiologique Néoplasie TDM TAP 9% vs 22% Étude SOME Le GAL NEJM 2015 Stratégie de dépistage étendue 19 Stratégie de dépistage limité 14 MAIS âge moyen 53 ans Intérêt d effectuer un bilan élargi chez les patients âgés?

18 Discussion : Traitement - Devenir Moins de RIVAROXABAN chez les plus de 80 ans Insuffisance rénale, interactions médicamenteuses Khetta Rev Med Int 201 Sous-groupe des plus de 75 ans : plus sécuritaire Prins Thromb J 2013; 3 Geldhof Thromb J 2014 Cœur Pulmonaire Chronique Post-Embolique 15% 4 % à 2 ans dans la population générale Pengo NEJM 2004 risque accru chez les sujets âgés Guérin Thromb Haemost 2014

19 Conclusion : EP chez les plus de 80 ans Dyspnée Hypoxémie Radiographie pulmonaire anormale Plus grave (spesi, CPA à l angiotdm, NTproBNP, Troponine) Plus de décès Associée au cancer À distance, si dyspnée persistante : rechercher Cœur Pulmonaire Chronique Post-Embolique

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Poids économique de la thrombose au cours du cancer

Poids économique de la thrombose au cours du cancer Poids économique de la thrombose au cours du cancer Isabelle Borget Etudes et Recherches en Economie de la Santé, Service de Biostatistique et d Epidémiologie Institut Gustave Roussy PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

MTEV / TVP Stratégie Diagnostique et Thérapeutique en 2011. Jean-Pierre Laroche. Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

MTEV / TVP Stratégie Diagnostique et Thérapeutique en 2011. Jean-Pierre Laroche. Médecine Vasculaire CHU de Montpellier MTEV / TVP Stratégie Diagnostique et Thérapeutique en 2011 Jean-Pierre Laroche Médecine Vasculaire CHU de Montpellier Algorithme gestion TVP TVP en Ville? MV : PC. Ttt ECHO DOPPLER + - Doute

Plus en détail

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Épidémiologie Prévalence chez les patients hospitalisés 0.4% Diagnostic/année 0.04% Incidence estimée

Plus en détail

MTEV Stratégie Diagnostique

MTEV Stratégie Diagnostique MTEV Stratégie Diagnostique Pr Anne LONG, Médecine Vasculaire Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux Hôpital Edouard Herriot Mars 2015 MTEV TVP et EP : les 2 manifestations aiguës

Plus en détail

- BNP, NT pro BNP - Troponine - D-dimères

- BNP, NT pro BNP - Troponine - D-dimères - BNP, NT pro BNP - Troponine - D-dimères 1 MARQUEURS CARDIAQUES & PRATIQUE MG BNP, troponine, D-dimères 2 Marqueurs biologiques Affinent la probabilité d un Δ clinique Excluent ou confirment ce Δ BNP,

Plus en détail

Les Biomarqueurs: LE BNP SOFOMEC. 11 octobre 2011 Dr Hervé MOUROU. Urgences-SAMU-SMUR

Les Biomarqueurs: LE BNP SOFOMEC. 11 octobre 2011 Dr Hervé MOUROU. Urgences-SAMU-SMUR Les Biomarqueurs: LE BNP SOFOMEC 11 octobre 2011 Dr Hervé MOUROU Urgences-SAMU-SMUR 1981: Atrial Natriuretic Peptid. 1988: Brain Natriuretic Peptid. Libéré par le VG. Contre balance l action du SRAA. Vasodilatateur.

Plus en détail

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE?

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? DR JÉRÔME CAUDRON IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL PRIVÉ DE L ESTUAIRE, LE HAVRE IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL CHARLES NICOLLE, ROUEN

Plus en détail

Sémiologie des veines

Sémiologie des veines Sémiologie des veines Pr D. STEPHAN Service Hypertension Maladies Vasculaires Hôpital Civil Opposition veine / artère Artère Réseau unique Anatomie reproductible Suppléances limitées Gravité de l occlusion

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

QUAND REPRENDRE LES ANTICOAGULANTS APRES UNE HEMORRAGIE SEVERE? Pierre Ambrosi Hôpital de la Timone Marseille

QUAND REPRENDRE LES ANTICOAGULANTS APRES UNE HEMORRAGIE SEVERE? Pierre Ambrosi Hôpital de la Timone Marseille QUAND REPRENDRE LES ANTICOAGULANTS APRES UNE HEMORRAGIE SEVERE? Pierre Ambrosi Hôpital de la Timone Marseille Pas de conflits d intérêt Homme de 88 ans hypertendu, sous Préviscan pour une FA, avec un INR

Plus en détail

Coronaropathie et Grossesse

Coronaropathie et Grossesse Coronaropathie et Grossesse Dr Durand M. Réanimation Cardiovasculaire et Thoracique Pole Anesthésie Réanimation CHU de Grenoble 1 Introduction Fréquence basse des pathologies coronaires chez les femmes

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP

Intérêt. Intérêt. Réalisation pratique. Réalisation pratique. Application pratique. Application pratique RECHERCHE DE TVP DIUMUS 2014 2015 UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE 2014 2015 Techniques

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE Pierre-Marie Roy Professeur de Thérapeutique & Médecine d Urgence L UNAM Université d Angers Département de Médecine

Plus en détail

Principe d évaluation des tests diagnostiques

Principe d évaluation des tests diagnostiques Principe d évaluation des tests diagnostiques Dr Sandra DAVID TCHOUDA Cellule d évaluation médico-économique des innovation, CHUG sdavidtchouda@chu-grenoble.fr Plan Objectif et contexte de ces études visant

Plus en détail

CARACTERISTIQUES PERSONNELLES ET ANTECEDENTS GENESIQUES...

CARACTERISTIQUES PERSONNELLES ET ANTECEDENTS GENESIQUES... Table des matières Méthodes mécaniques PERSONNELLES ET ANTECEDENTS GENESIQUES... 1 Grossesse... 1 Age... 1 Parité... 1 Post-partum... 1 Post-abortum... 1 Antécédents de grossesse extra-utérine... 2 Antécédents

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique Dyspnée Aiguë Au SAU Echographie Cardio Thoracique Dr Jean-Philippe REDONNET Pôle Anesthésie Urgences Réanimation CH LOURDES INTRODUCTION Motif de recours aux urgences fréquent Diagnostic étiologique difficile

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

LES ACCIDENTS CUTANES DE DESATURATION

LES ACCIDENTS CUTANES DE DESATURATION LES ACCIDENTS CUTANES DE DESATURATION Cochin, 11décembre 2010 E. BERGMANN (ebergmann@ap-hm.fr) LES ACCIDENTS DE DESATURATION I - LES ACCIDENTS AIGUS * LES ACCIDENTS CUTANES * LES ACCIDENTS OSTEO-ARTHRO-MUSCULAIRES

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Facteurs de risque de thrombose veineuse ATCD de thrombose veineuse

Plus en détail

L Innovation à l IUCPQ Université Laval. Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval

L Innovation à l IUCPQ Université Laval. Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval L Innovation à l IUCPQ Université Laval Denis Bouchard Président-Directeur Général IUCPQ-Université Laval Ce qui nous distingue Notre mission Trois grands axes cliniques etde recherche Cardiologie Pneumologie

Plus en détail

Et si c était une embolie pulmonaire? Pierre Baril

Et si c était une embolie pulmonaire? Pierre Baril La thrombo-embolie veineuse dévoilée Pierre Baril M me Élisa T., 53 ans, se présente au service d urgence ambulatoire en raison d une douleur thoracique droite associée à de la dyspnée dont elle souffre

Plus en détail

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS»

FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» FMC DINAN LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE «NEWS» Dinan Port Lanvallay Jeudi 21 mai 2015 Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne Professeur Patrick Jégo Service de Médecine Interne LA PRISE

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE

DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE DIAGNOSTIC DE L EMBOLIE PULMONAIRE DANS LE CONTEXTE PERI-OPERATOIRE Marc Righini Service d Angiologie et d Hémostase, Département de Médecine Interne Générale, Hôpitaux Universitaires de Genève, Suisse,

Plus en détail

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015)

EMBOLIES PULMONAIRES. D après une présentation du Dr J. Dorsett (Pneumologue au GHEM séance du 8/01/2015) EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

Pertes de connaissance inexpliquées

Pertes de connaissance inexpliquées De quoi parle-t-on? Pertes de connaissance inexpliquées es DC1, 2007 / 2008 Module cardio-vasculaire Terminologie populaire Malaise vagal Malaise vaso-vagal Syncope (vaso-vagale) Hypotension orthostatique

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Utilisation du clopidogrel chez les patients en IRCT

Utilisation du clopidogrel chez les patients en IRCT Utilisation du clopidogrel chez les patients en IRCT Yassine Bouatou Médecin interne Service de Pharmacologie et Toxicologie Cliniques, HUG Cas clinique : M. A, 61 ans IRCT en hémodialyse depuis 3 ans

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients.

Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients. Valeur de la TEP/TDM au 18 FDG dans les suspicions de récidive r de cancer du sein par élévation des marqueurs tumoraux et impact sur la prise en charge des patients. Laurence Champion, Myriam Wartski,,

Plus en détail

Les Grands Syndromes en Cardiologie

Les Grands Syndromes en Cardiologie Les Grands Syndromes en Cardiologie Définition Un syndrome est un ensemble de signes qui constituent une entité clinique signes fonctionnels signes d examen clinique examens complémentaires de base Résumé

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats La Transfusion en France 3 millions de produits sanguins transfusés chaque année À 500 000 receveurs 1,5 millions de donneurs

Plus en détail

Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie

Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie Dr Aimery HARS Clinique Sainte-Marie UE 28 PHLEBITES EMBOLIES PULMONAIRES L incidence de la maladie thrombo-embolique veineuse profonde (TVP) est de 1 pour 1 000 habitants par an, soit 60 000 cas annuels

Plus en détail

DOSSIER MÉDICAL DE BASE

DOSSIER MÉDICAL DE BASE FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DE FOOTBALL COMMISSION MEDICALE DOSSIER MÉDICAL DE BASE (TOUS AGES ET NIVEAUX SAUF SENIORS LNF ET LIRF) JOUEUR : NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : (JOUR / MOIS / ANNEE) CLUB : 1.

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT

UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT UNIVERSITE PARIS DIDEROT (PARIS 7) FACULTE DE MEDECINE GENERALE DENIS-DIDEROT ANNEE 2015 THESE POUR LE DIPLOME DE DOCTEUR EN MEDECINE GENERALE RECENSEMENT ET VALIDITE DES SCORES CLINIQUES DIAGNOSTICS DANS

Plus en détail

Dossier. Question 1. Question 2 Que comporte le traitement spécifique de cette patiente?

Dossier. Question 1. Question 2 Que comporte le traitement spécifique de cette patiente? Dossier 1 Madame V, 60 ans est suivie depuis peu pour un cancer pulmonaire à petites cellules sans aucun signe de complications diagnostiqué lors d un bilan réalisé pour asthénie persistante. Il s agit

Plus en détail

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF?

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? Chokri Ben Hamida Service de réanimation médicale de Sfax La Thrombose une réalité qui tue La maladie thrombo-embolique

Plus en détail

Cabinet privé : Visite principale 88,50. Consultation (incluant la visite principale et le supplément de consultation)

Cabinet privé : Visite principale 88,50. Consultation (incluant la visite principale et le supplément de consultation) TARIFICATION DES VISITES R = 1 ALLERGIE + 9127 + 15363 + ---- + 9165 + 15364 9137 + 9129 + 15365 Cabinet privé : Visite principale 88,50 patient de 10 ans et moins, supplément 10,00 Supplément de consultation

Plus en détail

Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille

Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille TIH Type II Thrombopénie induite par un médicament atypique - Survient dans la

Plus en détail

Prise en en charge des pneumonies communautaires. communautaires. J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble

Prise en en charge des pneumonies communautaires. communautaires. J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble Prise en en charge des pneumonies communautaires communautaires J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble 1 Les scores de gravité Utilisation en pratique 2 RÉDUCTION DE LA MORTALITÉ EN CIBLANT

Plus en détail

Analyse des échanges gazeux respiratoires à l exercice : un élément indispensable pour explorer la dyspnée de l athlète?

Analyse des échanges gazeux respiratoires à l exercice : un élément indispensable pour explorer la dyspnée de l athlète? Analyse des échanges gazeux respiratoires à l exercice : un élément indispensable pour explorer la dyspnée de l athlète? Le point de vue du cardiologue Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc Mise à jour avril

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Atelier du CNCF Mai 2010 BNP- NTPro BNP dans l insuffisance cardiaque Quels marqueurs pour quels patients

Atelier du CNCF Mai 2010 BNP- NTPro BNP dans l insuffisance cardiaque Quels marqueurs pour quels patients Atelier du CNCF Mai 2010 BNP- NTPro BNP dans l insuffisance cardiaque Quels marqueurs pour quels patients Erwan DONAL CHU RENNES erwan.donal@chu-rennes.fr Peptides natriurétiques de type B - Masse ventriculaire

Plus en détail

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence?

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence? Questions Dossier 1 : cas clinique Un homme de 76 ans est amené par les pompiers aux urgences de l hôpital pour malaise sur la voie publique. Il était en train de se promener à vélo lorsqu il a soudain

Plus en détail

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier Intérêt de l épreuve d effort musculaire dans le dépistage de la cytopathie mitochondriale chez des patients traités par inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH: étude pilote de 43

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

HEMORRAGIES DIGESTIVES BASSES ABONDANTES Principales causes Conduite à tenir

HEMORRAGIES DIGESTIVES BASSES ABONDANTES Principales causes Conduite à tenir HEMORRAGIES DIGESTIVES BASSES ABONDANTES Principales causes Conduite à tenir Philippe MARTEAU Département médico-chirurgical de pathologie digestive Lariboisière Hémorragies digestives basses (HDB) Rectorragies

Plus en détail

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on?

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? Eric Bonnefoy Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 - Université Lyon 1 1 D-dimères, quelle proposition est fausse? 1 - L

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

HEMOBILIE ET IMAGERIE À propos de 2 cas

HEMOBILIE ET IMAGERIE À propos de 2 cas À propos de 2 cas B. Robert, C. Chivot, C. Gondry-Jouet, T. Yzet, H. Deramond SERVICE D IMAGERIE MEDICALE CHU AMIENS OBJECTIFS PEDAGOGIQUES - Connaître les principales étiologies des hémobilies et les

Plus en détail

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES?

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? Pr Jean Pierre GOURBAT clinique de Chatillon Mise à jour février 2013 Santé et voyages aériens Certaines affections peuvent se décompenser lors d un vol

Plus en détail

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Le cancer est un FDR établi de TV X 4.1 Heit JA Arch Int Med 2000 Délai diagnostic

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

METHODOLOGIE INTRODUCTION

METHODOLOGIE INTRODUCTION RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PREVENTION ET TRAITEMENT DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE EN MEDECINE RECOMMANDATIONS METHODOLOGIE Des grades sont attribués aux recommandations selon le niveau

Plus en détail

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Groupe de travail : C Linget, L Campergue, B Lassale, JP Aullen, D Legrand - La procédure infirmière doit rester la plus homogène possible.

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition

Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Cours DES. 04/04/09 Pauline HOUSSEL Définition «Apports alimentaires insuffisants pour couvrir les besoins nutritionnels d un patient» «Déficit d apport quantitatif,

Plus en détail

Traitement de la maladie thromboembolique veineuse associée au cancer

Traitement de la maladie thromboembolique veineuse associée au cancer Traitement de la maladie thromboembolique veineuse associée au cancer Guy Meyer Université Paris Descartes Hopital Europeen Georges Pompidou, Paris, France Conflits d intérêt G Meyer Investigateur: Bayer,

Plus en détail

Thrombose veineuse profonde (TVP) et embolie pulmonaire (EP) = Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) Cours IFSI

Thrombose veineuse profonde (TVP) et embolie pulmonaire (EP) = Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) Cours IFSI Thrombose veineuse profonde (TVP) et embolie pulmonaire (EP) = Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) TVP - phlébite EP Objectifs TVP puis EP Epidémiologie Définition et mécanisme physiopathologique

Plus en détail

Dr Heintzelmann Chrystelle Service des Urgences médico-chirurgicales Hôpital Civil

Dr Heintzelmann Chrystelle Service des Urgences médico-chirurgicales Hôpital Civil Dr Heintzelmann Chrystelle Service des Urgences médico-chirurgicales Hôpital Civil Mode d acheminement du patient au SAU : SAMU +++ SOS Médecins Médecin traitant Admission spontanée Janvier à juin 2007

Plus en détail

Evaluation de l apport diagnostique de la scintigraphie à la métaiodobenzylguanidine marquée à l Iode 123 (MIBG)

Evaluation de l apport diagnostique de la scintigraphie à la métaiodobenzylguanidine marquée à l Iode 123 (MIBG) Peut-on mieux sélectionner les patients insuffisants cardiaques ayant une indication à un défibrillateur automatique implantable (DAI) en prévention primaire? Evaluation de l apport diagnostique de la

Plus en détail

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Equipe Ressource Régionale de Soins Palliatifs Pédiatriques Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Dr Cyril LERVAT ERRSPP EIRENE Unité d oncologie pédiatrique COL Symptômes en soins palliatifs

Plus en détail

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES DEFINITION Molécules chimiquement définies ou non Synthétisées par le tissu tumoral

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE. Docteur H. BELHAKEM 2011

VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE. Docteur H. BELHAKEM 2011 VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE Docteur H. BELHAKEM 2011 En sport, savourons Le plaisir de ne pas forcer quitte à rester derrière! VMA = JO 2012 QUE DANS L ESPRIT LA VMA POURQUOI FAIRE? 1/ PARCE QUE C EST

Plus en détail

Evaluation d un symptôme réfractaire

Evaluation d un symptôme réfractaire Evaluation d un symptôme réfractaire Petra Vayne-Bossert Médecin cheffe de clinique Hôpitaux Universitaires de Genève Dpt de réadaptation et médecine palliative Service de médecine palliative Déclaration

Plus en détail

Une grossesse dyspnéique

Une grossesse dyspnéique Une grossesse dyspnéique Dr Emmanuelle Berthelot Pour le groupe insuffisance cardiaque de la SFC Dr Raed Rifai, Dr Hatem Rezgui, Dr Amir Bouchachi Service de cardiologie, Pole thorax, Pr Assayag En collaboration

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Diagnostics différentiels en cas de douleur thoracique

Diagnostics différentiels en cas de douleur thoracique Diagnostics différentiels en cas de douleur thoracique Cas clinique n 4 Diagnostics différentiels dans le cadre d une douleur thoracique aiguë Diagnostiquer les situations d urgences Il est important d

Plus en détail

ASPERGILLOSE INVASIVE. P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009

ASPERGILLOSE INVASIVE. P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009 ASPERGILLOSE INVASIVE P. Bardou CHU Limoges DESC réa session sept 2009 MICROBIOLOGIE Moisissure (ou champignon filamenteux) ubiquitaire se développant facilement sur la matière organique Fréquente contamination

Plus en détail

DOULEUR THORACIQUE. Pr Martial Hamon. Service des Maladies du Cœur et des Vaisseaux Centre Hospitalier Universitaire de Caen

DOULEUR THORACIQUE. Pr Martial Hamon. Service des Maladies du Cœur et des Vaisseaux Centre Hospitalier Universitaire de Caen DOULEUR THORACIQUE Pr Martial Hamon Service des Maladies du Cœur et des Vaisseaux Centre Hospitalier Universitaire de Caen Avenue Côte de Nacre 14033 Caen cedex INTRODUCTION La douleur thoracique est une

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE ADULTE : ÉTUDE PROSPECTIVE Communication orale n 24 François HERVY Pharmacien assistant spécialiste CHU de Bordeaux 2 CONTEXTE ET

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse

Maladie thrombo-embolique veineuse SYSTEME CARDIOVASCULAIRE Maladie thrombo-embolique veineuse 28/04/2014 DUPESSEY Florence L3 Système Cardiovasculaire Dr. SARLON-BARTOLI (fait par le CCA du Pr.HABIB) 32 pages, Relecteur 7 Maladie thrombo-embolique

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE

Plus en détail

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum Questions ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum [2005 dossier 7 : syndrome occlusif cancer du côlon- métastases hépatiques - 2007 dossier 2 : anémie ferriprive - cancer du côlon] QCM 1 : Au niveau épidémiologique,

Plus en détail

Corentin Roose Interne Hôpital St Luc St Joseph

Corentin Roose Interne Hôpital St Luc St Joseph Corentin Roose Interne Hôpital St Luc St Joseph Cas Clinique 1 Mme C, 78 ans, consulte aux urgences pour tableau de malaises récidivants,à l emporte pièce, sans prodromes, survenant en position assise

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants Accidents des anticoagulants Karim Tazarourte Pôle SAMU-Urgence-Réanimation Melun 77 Karim.tazarourte@ch-melun.fr Conflits d intérêts LFB Lilly Carrier Ann Intern Med. 2010 AVK et héparine dans la maladie

Plus en détail

AOD et actes invasifs : que faire en pratique?

AOD et actes invasifs : que faire en pratique? Jour AOD et actes invasifs : que faire en pratique? Pr Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne, Clinique Médicale B, CHRU de Strasbourg Laboratoire de Recherche en Pédagogie des Sciences de la Santé,

Plus en détail

Thrombose veineuse profonde. Adel Rhouati Chef d unité de cathétérisme EHS Erriadh Constantine

Thrombose veineuse profonde. Adel Rhouati Chef d unité de cathétérisme EHS Erriadh Constantine Thrombose veineuse profonde Adel Rhouati Chef d unité de cathétérisme EHS Erriadh Constantine Généralités u Obstruction d une veine profonde par un thrombus constitue in situ. u Cause la plus fréquente

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS

LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS LES EFFETS INDESIRABLES GRAVES DONNEURS Données et réflexions r en 2010 Congrès de la SFH Jeudi 24 novembre 2011 Marion SIMONET Pôle Vigilances / Direction Médicale / EFS Siège www.etablissement-francais-du-sang.fr

Plus en détail

MARQUEURS CARDIAQUES ET BIOLOGIE. Quoi de neuf? Le BNP et les autres...

MARQUEURS CARDIAQUES ET BIOLOGIE. Quoi de neuf? Le BNP et les autres... MARQUEURS CARDIAQUES ET BIOLOGIE Quoi de neuf? Le BNP et les autres... Dr. G. Guiraud P.R.I.A.M 20 Juin 2006 LE DOSAGE DE BNP Un outil pour la prise en charge de l insuffisance cardiaque MECANISME D ACTIOND

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DE L EMBOLIE PULMONAIRE. O. Rouvière, M. Papillard Service de radiologie urinaire et vasculaire Hôpital E.

DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DE L EMBOLIE PULMONAIRE. O. Rouvière, M. Papillard Service de radiologie urinaire et vasculaire Hôpital E. DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DE L EMBOLIE PULMONAIRE O. Rouvière, M. Papillard Service de radiologie urinaire et vasculaire Hôpital E. Herriot, Lyon OBJECTIFS pédagogiques Connaître la séméiologie de base d'une

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

Le Cancer au Gabon. Professeur Ernest BELEMBAOGO Institut de Cancérologie de Libreville Gabon

Le Cancer au Gabon. Professeur Ernest BELEMBAOGO Institut de Cancérologie de Libreville Gabon Le Cancer au Gabon Professeur Ernest BELEMBAOGO Institut de Cancérologie de Libreville Gabon Introduction Pays en développement : Recul des maladies infectieuses Fréquence élevé des cancers Diagnostic

Plus en détail