Comportement de butinage et efficacité pollinisatrice de quelques espèces d abeilles en milieu cultivé.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comportement de butinage et efficacité pollinisatrice de quelques espèces d abeilles en milieu cultivé."

Transcription

1 Comportement de butinage et efficacité pollinisatrice de quelques espèces d abeilles en milieu cultivé. Résumé : Plusieurs critères sont à considérer pour évaluer le potentiel d une espèce d abeille comme insecte pollinisateur d une culture d importance économique telle que la Fève. En vue d estimer la qualité ou l efficacité du butinage de différentes espèces d abeilles sur les fleurs de fève, nous avons déterminé la nature de leurs visites florales et nous avons mesuré leur vitesse de butinage. Parmi les espèces d abeilles observées, certaines pratiquent toujours un butinage positif en pénétrant à l intérieur de la fleur, c est le cas d Eucera pulveracea Dours, 1873, d autres un butinage négatif en empruntant les trous percés à la base de la corolle par les bourdons, c est le cas de Xylocopa violacea L., 1758 qui puise le nectar sans polliniser. Les visites de l abeille domestique Apis mellifera L., 1758 sont positives dans 94% des cas. Par ailleurs, les visites les plus fréquentes sont celles d E. pulveracea mâle qui butine les fleurs à une cadence moyenne de 11,4 fleurs par minute. L espèce la mois rapide est X. violacea, sa cadence moyenne ne dépasse pas 3,3 fleurs par minute.

2 Introduction Il n y a pas de doute que les abeilles influencent positivement la production agroalimentaire. Il apparaît intéressant d examiner cette question dans les conditions de cultures propres à la région de Tizi-Ouzou. C est dans ce contexte que nous avons étudié les relations des apoïdes avec l agrocénose. Plusieurs critères sont à considérer pour évaluer le potentiel d une espèce d abeille comme insecte pollinisateur d'une culture d importance économique. En vue d estimer la qualité ou l efficacité du butinage des différentes espèces d abeilles que nous avons observées sur les fleurs de fève, nous avons déterminé la nature de leurs visites florales et nous avons mesuré leur vitesse de butinage. L'efficacité de pollinisation s exprime également par le résultat de la pollinisation, autrement dit par le pourcentage ou le nombre de production de graines par fruit. 1. Méthodes d étude de l activité de butinage des apoïdes en milieu cultivé 1.1. Type de culture Notre choix s est porté sur l une des cultures vivrières les plus cultivées en Algérie, il s agit de la fève Vicia faba L. (Fabaceae). La fève est intéressante au niveau nutritionnel, économique et environnemental Inventaire des agents pollinisateurs de la fève V. faba. L étude est menée durant la période de floraison de la fève afin d établir l inventaire des apoïdes pollinisateurs de cette légumineuse. Les observations se sont déroulées pendant la phase de pleine floraison durant la deuxième quinzaine du mois de mars. Les abeilles capturées sont identifiées par le Professeur P. Rasmont pour les espèces des genres Bombus et Anthophora et par M. Terzo pour les espèces des genres Eucera, Lasioglossum et Xylocopa Comportement de butinage et efficacité pollinisatrice des apoïdes Les diverses espèces d abeilles ne présentent pas la même efficacité pollinisatrice. Leur posture change selon qu elles cherchent le nectar ou le pollen. Les xylocopes et certains se limitent à butiner le nectar après avoir percé un trou à la base de la corolle. Une fraction

3 d abeilles domestiques empruntent ces trous pour prélever le nectar. Ce genre de visites est appelé visites négatives, ne permettant pas de féconder la fleur. Beaucoup d autres espèces butinent le nectar et le pollen par l ouverture naturelle de la corolle des fleurs. Ces visites frontales déclenchent la colonne staminale qui entre ainsi en contact avec le stigmate, dans un tel cas, les abeilles butinent positivement Nature des visites Afin d évaluer l efficacité pollinisatrice des principales espèces d apoïdes sur les fleurs de fève, nous avons procédé à des observations du comportement de butinage pour comprendre la nature des visites (positives ou négatives). Le nombre de spécimens pris pour chacune des quatre espèces étudiées varie entre 147 et Estimation de la vitesse de butinage Un deuxième paramètre qui permet de déterminer l efficacité pollinisatrice a été pris en considération. Il consiste en la mesure de la vitesse de butinage, sachant que la cadence à laquelle les fleurs sont butinées varie selon les espèces pollinisatrices. Cette efficacité est mesurée par le nombre de fleurs butinées. A l aide d un chronomètre, le déplacement des abeilles est suivi en comptant le nombre de fleurs visitées par minute. Ensuite le nombre moyen des fleurs visitées par minute est calculé pour estimer leur rapidité. Nous avons observé 45 spécimens pour chaque espèce. Une seule visite est comptabilisée par insecte. Les résultats sont soumis au traitement statistique simple par le calcul des moyennes. 2. Résultats 2.1. Diversité des pollinisateurs D après nos observations, les insectes qui butinent les fleurs de la fève sont tous des Hyménoptères apoïdes appartenant à 9 espèces réparties sur 02 familles : Apidae et Halictidae. Les principales espèces d abeilles fréquentant les fleurs de fève sont l abeille domestique Apis mellifera, les abeilles sauvages Eucera pulveracea, Anthophora dispar et Xylocopa violacea. Les autres espèces moins fréquentes sont également observées, il s agit de Bombus terrestris, Eucera numida, Xylocopa valga, Lasioglossum villosullum, Lasioglossum clavipes. Mises à

4 part ces deux dernières espèces appartenant à la famille des Halictidae, toutes les autres sont des Apidae, abeilles à langue longue Nature des visites En ce qui concerne ce premier aspect, nous avons noté que parmi les espèces d abeilles observées, certaines pratiquent toujours un butinage positif en pénétrant à l intérieur de la fleur, c est le cas d Eucera pulveracea, d autres un butinage négatif en empruntant les trous percés à la base de la corolle par les bourdons, c est le cas de Xylocopa violacea qui puise le nectar sans polliniser. Les visites de l abeille domestique Apis mellifera, sont positives dans 94% des cas et négatives dans 6% des cas seulement. Nous pouvons alors déduire que l espèce la plus performante est Eucera pulveracea suivie de Apis mellifera. Quant à Xylocopa violacea, son rôle est considéré comme nul en ce qui concerne la pollinisation car son butinage ne permet pas de féconder la fleur. On constate que toutes espèces confondues, la fève est pollinisée par les Apoïdes dans 91% des cas (Tab.1). Tableau 1: Nombre de visites florales observées et de visites pollinisantes des espèces les plus abondantes sur les fleurs de Vicia faba (une seule visite est comptabilisée par insecte). Espèces Nombre de spécimens observés Nombre de visites pollinisantes Proportions de visites Pollinisantes (%) Apis mellifera Eucera pulveracea Xylocopa violacea Total Vitesse de butinage La vitesse de butinage semble être le principal facteur de l efficacité pollinisatrice. La répartition des espèces d abeilles selon le nombre de fleurs visitées en fonction du temps (nombre de fleurs par minute) (Tab.2) montre que les visites les plus fréquentes sont celles d Eucera pulveracea mâle qui butine les fleurs à une cadence moyenne de 11,4 fleurs par minute (fls/mn). C est une abeille relativement rapide pouvant butiner jusqu à 19 fleurs/mn. Viennent en deuxième position Apis mellifera qui visite 2 à 16 fleurs/mn. Les femelles de

5 Eucera pulveracea semblent plus lentes que les mâles et presque aussi rapides que l abeille domestique, leur vitesse de butinage varie entre 3 et 18 fleurs/mn. Anthophora dispar est un peu moins rapide que les espèces précédentes (8,9 fls/mn), quant à Xylocopa violacea, sa rapidité de visite est relativement faible, sa cadence moyenne n est que de 3,3 fls/mn. Tableau 2 : Nombre moyen de fleurs de V.faba visitées par minute par les principales espèces d abeilles. Espèces Paramètres Nombre de spécimens observés Nombre moyen de fleurs visitées par minute Eucera pulveracea 45 11,4 ± 5,1 Apis mellifera 45 9,7 ± 4,3 Eucera pulveracea 45 9,3 ± 5,8 Anthophora dispar 45 8,9 ± 6,8 Xylocopa violacea 45 3,3 ± 6,4 Conclusion L étude se rapportant sur l activité de la faune d apoïdes sur les fleurs de la fève Vicia faba nous a permis de constater que l entomofaune pollinisatrice de cette plante est composée presque exclusivement des Hyménoptères apoïdes et très majoritairement de la famille des Apidae. Les abeilles qui ont fréquenté les fleurs de fève sont pour la plupart dotées d un appareil buccal très développé (langue longue) leur conférant une aptitude accrue pour la récolte du nectar sur ces fleurs à base profonde. Le comportement de butinage des principales espèces montre que la fève est pollinisée par les Apoïdes dans 91 % des cas, autrement dit, la quasi-totalité de leurs visites pour cette plante sont positives. Nous avons constaté que les visites de l abeille domestique peuvent être fécondantes dans 94% des cas. Les visites d Eucera pulveracea s avèrent positives dans les 100% des cas à Tizi-Ouzou, elle apparaît donc plus efficace que l abeille domestique. A l inverse, Xylocopa violacea effectue toujours un butinage négatif sur les fleurs de fève en profitant des trous percés à la base de la corolle par Bombus terrestris (Newton et Hill, 1983).

6 Pour ce qui est de la vitesse de butinage, il semble que les Eucères ont les plus grandes vitesses de butinage par rapport aux autres abeilles solitaires. Nos résultats corroborent ceux de Payette (2004) dont les travaux effectués sur différentes cultures a mis en évidence la supériorité pollinisatrice de certaines espèces d'abeilles sauvages (Bombus spp., Megachile spp., et Osmia spp.) comparativement à l'abeille domestique. Nous supposons que la vitesse de butinage peut dépendre du type de produit floral recherché. C est pourquoi, lorsque les abeilles ne visitent les fleurs que pour le nectar et que celui-ci s épuise ou se trouve en faible concentration, elles passent rapidement à une autre fleur. Leur vitesse est alors plus grande. Par contre, certaines espèces passent un temps beaucoup plus long sur les fleurs afin de prélever les deux produits (nectar et pollen) à la fois. La vitesse de butinage dépend aussi des facteurs climatiques. Le nectar est récolté plus rapidement par temps humide à cause de sa viscosité. Elle dépend également du moment de la journée et de la nature de l aliment récolté. Les butineuses mettent plus de temps à récolter le pollen que le nectar, de la morphologie de la fleur butinée et de l espèce d abeille elle-même. La vitesse de butinage dépend également de la morphologie de la fleur butinée et de l espèce d abeille elle-même.

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine

«Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine «Panorama sur les recherches en distribution dans différents pays, Europe, EU, Chine» Point sur les recherches sur la distribution en Chine Pr. Wang Gao, Professeur de Marketing, Université Qing Hua Bonjour,

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A

ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A Le 23 janvier 2012 ARRETE Arrêté du 17 juillet 1987 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de docteur en pharmacie NOR: RESP8700449A Le ministre de la défense, le ministre de l éducation

Plus en détail

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES?

QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? QUI SONT CEUX QUI VEULENT DEVENIR EDUCATEURS SPECIALISES? Marie-Véronique LABASQUE FORMATRICE ET COORDINATRICE DU DEPARTEMENT D ETUDES ET DE RECHERCHES CREAI/IRFFE (AMIENS FRANCE). marie.labasque@irffe.fr

Plus en détail

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC)

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) Règlement n o 4 Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) 94.12.06.09 amendé 99.04.28.09 amendé 02.02.27.08 amendé 07.06.20.10 09.06.17.09 Article 1 Conditions

Plus en détail

Les 7 conseils pour réussir son entrainement.

Les 7 conseils pour réussir son entrainement. Les 7 conseils pour réussir son entrainement. Ces conseils s'attachent plus à l'organisation de vos entraînements qu'à leur contenu et se limitent à l'aspect technique et biomécanique du tir. Si l'on voulait

Plus en détail

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES

NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES Ref : DRC 2005 CHEN 05.0674/ RNg/CLE le 06/12/2005 NOTE SUR LE DOSAGE DES CHLOROALACNES A CHAINES COURTES 1 OBJET Cette note a été rédigée dans le but de mettre en avant trois points importants concernant

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET 188 (2004-2005) N 1 188 (2004-2005) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2004-2005 5 JUILLET 2005 PROPOSITION DE DÉCRET modifiant le Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus en vue de favoriser l utilisation

Plus en détail

Des établissements et services confrontés aux réformes des formations

Des établissements et services confrontés aux réformes des formations La réforme du diplôme d Etat d éducateur spécialisé a-t-il eu des incidences sur la coopération entre centres de formation et établissements et services? Qu observe-t-on de la place qui est la mienne,

Plus en détail

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CCITT E.140 COMITÉ CONSULTATIF (08/92) INTERNATIONAL TÉLÉGRAPHIQUE ET TÉLÉPHONIQUE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE

Plus en détail

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation L e point en recherche Juin 2002 Série socio-économique Numéro 106 ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Le présent projet de recherche porte sur l'analyse et l'évaluation

Plus en détail

Consulting NOS CONSEILS POUR DE BONNES DÉCISIONS. Published on Sophos Hotels (http://sophoshotels.com)

Consulting NOS CONSEILS POUR DE BONNES DÉCISIONS. Published on Sophos Hotels (http://sophoshotels.com) Published on Sophos Hotels (http://sophoshotels.com) Accueil > Consulting Consulting NOS CONSEILS POUR DE BONNES DÉCISIONS Nous mettons à votre disposition notre expérience pour vous permettre de prendre

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À L ADMISSION AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE

RÈGLEMENT RELATIF À L ADMISSION AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE RÈGLEMENT N o 5 RÈGLEMENT RELATIF À L ADMISSION AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE Modifié le 10 juin 2014 cegepdrummond.ca Adopté au conseil d administration : 87-04-28-04 Modifié : 22 septembre 1987 (CA-87-09-22-09)

Plus en détail

Concilier ergonomie et design dans un processus d aménagement AIDE-MÉMOIRE 1. PHASE DE PLANIFICATION. 1.1 Avant-projet

Concilier ergonomie et design dans un processus d aménagement AIDE-MÉMOIRE 1. PHASE DE PLANIFICATION. 1.1 Avant-projet Concilier ergonomie et design dans un processus d aménagement Ce document se veut un guide, pour les gestionnaires de milieux documentaires responsables d un projet de construction ou d aménagement, permettant

Plus en détail

Innovation pour l apprenant, innovation pour l enseignant

Innovation pour l apprenant, innovation pour l enseignant Innovation pour l apprenant, innovation pour l enseignant Sophie Bailly, Emmanuelle Carette Crapel, université de Nancy 2, France Résumé Dans le cadre de la formation en FLE offerte par le Defle (département

Plus en détail

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants

FICHE 1a Fiche à destination des enseignants FICHE 1a Fiche à destination des enseignants TS 25 Les défis de l'aéronautique au XXIème siècle Type d'activité Activité documentaire ; utilisation de TIC en classe. Notions et contenus du programme de

Plus en détail

Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires

Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires Bioéthanol : éviter de comparer des pommes et des poires 17/05/13 Utiliser des biocarburants pour remplacer les carburants fossiles? Pas si vite! D'un strict point de vue environnemental, l'opération n'est

Plus en détail

Cas n IV/M.1125 - CEREOL / SOFIPROTEOL - SAIPOL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n IV/M.1125 - CEREOL / SOFIPROTEOL - SAIPOL. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n IV/M.1125 - CEREOL / SOFIPROTEOL - SAIPOL Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b)

Plus en détail

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire

Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire 19 Les dispositifs d épargne retraite supplémentaire La retraite supplémentaire, encore appelée retraite surcomplémentaire, désigne les régimes de retraite facultatifs par capitalisation (non légalement

Plus en détail

QUARTIERS DU MONDE: HISTOIRES URBAINES

QUARTIERS DU MONDE: HISTOIRES URBAINES QUARTIERS DU MONDE: HISTOIRES URBAINES FORMATION SUR LA VIDEO COMME OUTIL DE LA RECHERCHE-ACTION Equipe de Pikine 20-22 octobre 2007 Silvana Ospina, Référente en Techniques de Communication, INCITA Alice

Plus en détail

Le grafcet et les modes de marches

Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches Le grafcet et les modes de marches... 1 Le gemma... 2 Exemple corrigé : Tri de caisse... 6 Exercice : Machine de conditionnement par lot de 3 paquets... 9 Les Modes de

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

CMTC CODE : TAG 0721

CMTC CODE : TAG 0721 R é p u b l i q u e Al g é r i e n n e D é m o c r a t i q u e e t P o p u l a i r e Ministère de la Formation et de l enseignement Professionnels Institut National de la Formation المعھد الوطني للتكوين

Plus en détail

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA?

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? Du 25 au 27 septembre se tiendra à New York l'assemblée générale des Nations Unies durant laquelle les chefs

Plus en détail

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE

ÉNERGÉTIQUE. Vers une réduction de la facture énergétique GUIDE PRATIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE GUIDE PRATIQUE L AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN HAUTE-NORMANDIE Vers une réduction de la facture énergétique Réaliser un audit énergétique est devenu obligatoire pour un grand nombre de copropriétés.

Plus en détail

CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL

CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL COI/T.20/Doc.no.17/Rév.1 2001 FRANÇAIS Original: ITALIEN Príncipe de Vergara, 154 28002 Madrid Espagne Tel.: +34 915 903 638 Fax: +34 915 631 263 - e-mail: iooc@internationaloliveoil.org

Plus en détail

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS Diffusion contrôlée : - Membres du comité - Examinateurs - Référents techniques page 1/11 I / Certification initiale 1-1 Candidature

Plus en détail

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études

Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Politique institutionnelle de gestion des programmes d études Adoptée par le conseil d administration lors de sa 304 e assemblée, le 17 juin 2014 (résolution n o 2718) Dans cette politique, le masculin

Plus en détail

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Microbiologie Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Partie 2 : La transduction I. Les vecteurs de la transduction : les bactériophages La transduction est un phénomène

Plus en détail

Les services de santé de première ligne au Québec

Les services de santé de première ligne au Québec Les services de santé de première ligne au Québec État de la situation Allocution de la 1 re vice-présidente de la CSQ, Louise Chabot à l Association des retraitées et retraités de l enseignement (A.R.E.Q.)

Plus en détail

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire;

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire; Directive Directive pour les fonds du marché monétaire 6 juin 2012 (État au 4 mai 2016) I Principes, objectifs et caractère obligatoire La directive fait partie de l autoréglementation de l industrie suisse

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

TABLEAU DES ENTREVUES

TABLEAU DES ENTREVUES TABLEAU DES ENTREVUES Ce tableau regroupe les descriptions de toutes les entrevues réalisées auprès des éducatrices et éducateurs spécialisés. Pour chacun des thèmes, des suggestions de questions en lien

Plus en détail

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse.

On peut distinguer les chromatographies en phase liquide et celles en phase gazeuse. Page 1 sur 10 1. Définition. C est une méthode de séparation, non destructrice en son principe, basée sur le fait que le coefficient de partage d un soluté entre deux phases dépend de la nature du soluté,

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION du variomètre FlyNet2 et de l application FlyNet pour smartphone et tablette Android

MANUEL D UTILISATION du variomètre FlyNet2 et de l application FlyNet pour smartphone et tablette Android ASI01/03/14 MANUEL D UTILISATION du variomètre FlyNet2 et de l application FlyNet pour smartphone et tablette Android version 1.30 www.asinstrument.ch www.flynet-vario.com CONTENU GÉNÉRALITÉS 3 VARIOMÈTRE

Plus en détail

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Rapport final Régis Blais, Ph.D., chercheur principal Université de Montréal Caroline Paquet, SF, (B.Sc.S), M.Sc., co-chercheure

Plus en détail

NiceLabel Version 5.1 Enterprise Series. Notes de mise à jour. Rev-0911. 2007 Euro Plus & Niceware International, LLC Tous droits réservés.

NiceLabel Version 5.1 Enterprise Series. Notes de mise à jour. Rev-0911. 2007 Euro Plus & Niceware International, LLC Tous droits réservés. NiceLabel Version 5.1 Enterprise Series Notes de mise à jour Rev-0911 2007 Euro Plus & Niceware International, LLC Tous droits réservés. Head Office Euro Plus d.o.o. Poslovna cona A2 4208 Šenčur Slovenia

Plus en détail

Chapitre VI : Génétique Bactérienne

Chapitre VI : Génétique Bactérienne Chapitre VI : Génétique Bactérienne La biologie moléculaire est née dans les laboratoires de microbiologistes étudiant des virus et des bactéries telles que E.coli. Ce sont des expériences avec des virus

Plus en détail

Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune

Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune Questions-réponses à propos de l impôt sur la fortune Pourquoi un impôt sur la fortune? Pour Elio Di Rupo, Président du PS, c est d abord une simple question de justice : «Quelqu un qui se lève tôt tous

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE TECHNIQUE D ETABLISSEMENT PREAMBULE Le Comité Technique d Etablissement (C. T. E.) du Centre Hospitalier de SOMAIN est régi par les textes législatifs et réglementaires suivants

Plus en détail

Qu est-ce que le travail décent

Qu est-ce que le travail décent Qu est-ce que le travail décent Le concept de «travail décent» apparaît pour la première fois en 1999, dans le rapport présenté par le Directeur général de l OIT à la 87 e session de la Conférence internationale

Plus en détail

ROGERS COMMUNICATIONS INC. DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1.

ROGERS COMMUNICATIONS INC. DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 111310 Date : Le 29 septembre 2014 Membre: M e Lina Desbiens X. Plaignante c. ROGERS COMMUNICATIONS INC. Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE en vertu

Plus en détail

Version coordonnée au 19 février 2013

Version coordonnée au 19 février 2013 Lettre circulaire modifiée 09/1 du Commissariat aux Assurances relative au rapport distinct à fournir par le réviseur des entreprises d'assurances directes Version coordonnée au 19 février 2013 Conformément

Plus en détail

Article. «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance. Québec français, n 97, 1995, p. 42-45.

Article. «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance. Québec français, n 97, 1995, p. 42-45. Article «Le travail en projet» Suzanne Francoeur-Bellavance Québec français, n 97, 1995, p. 42-45. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/44308ac Note :

Plus en détail

TRAVAIL D OBSTACLES CHEZ LES JEUNES DEMI FONDEURS

TRAVAIL D OBSTACLES CHEZ LES JEUNES DEMI FONDEURS TRAVAIL D OBSTACLES CHEZ LES JEUNES DEMI FONDEURS Le jeune demi-fondeur reste avant tout un athlète complet et doit être formé en ce sens. Il doit pouvoir exprimer pleinement son potentiel en développant

Plus en détail

Désireux d'approfondir la coopération économique entre leurs deux Etats; Article 1

Désireux d'approfondir la coopération économique entre leurs deux Etats; Article 1 Accord relatif à l'encouragement et la protection des investissements entre le Royaume des Pays-Bas et la République du Sénégal Le Gouvernement du Royaume des Pays-Bas et le Gouvernement de la République

Plus en détail

L entreprise et la production

L entreprise et la production Université Paris Est Créteil IUT DE CRETEIL VITRY Département de GEii 2 ème année du DUT de Génie Électrique et Informatique Industrielle Réalités humaines, économiques et sociales de l'entreprise 2 è

Plus en détail

A. Le rôle de l avocat

A. Le rôle de l avocat Le harcèlement moral vise avant tout à détruire la victime et à lui ôter toute capacité de réaction. Isolée, discréditée, elle n aura souvent plus la capacité d agir. Emprisonnée dans un mécanisme de culpabilisation,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. «Management des unités. commerciales» Préparation au diplôme. par correspondance

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. «Management des unités. commerciales» Préparation au diplôme. par correspondance en partenariat avec BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR «Management des unités commerciales» Préparation au diplôme par correspondance - manager une unité commerciale - gérer a relation avec la clientèle -

Plus en détail

L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur?

L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur? TPE ANNEE 2012-2013 L'énergie photovoltaïque peut-elle faire tourner un moteur? Rédacteur du rapport : THOMAS Antoine FENOT Bazil Professeurs : M. AUDRY M. POUSSEL Les réalisations techniques face aux

Plus en détail

Sommaire. Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur

Sommaire. Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur Sommaire Cliquer sur une ligne de la table ci-dessous pour aller à l'article correspondant et sur pour Sommaire Sommaire ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts

EDUS 1101 Méthodologie de l observation. Mme Joëlle Berrewaerts EDUS 1101 Méthodologie de l observation Mme Joëlle Berrewaerts Les différentes phases d une recherche 6 grandes phases : (processus dynamique!) 1) Définir la PROBLEMATIQUE de départ (QP de recherche) +

Plus en détail

La surveillance de nos communications. Avons-nous vraiment rien à craindre?

La surveillance de nos communications. Avons-nous vraiment rien à craindre? La surveillance de nos communications Avons-nous vraiment rien à craindre? Novembre 2009 Les projets de loi C-46 et C-47 Une intrusion sans précédent dans la vie privée Le gouvernement fédéral a présenté,

Plus en détail

Minimisation d une somme de distances, points de Fermat

Minimisation d une somme de distances, points de Fermat Minimisation d une somme de distances, points de Fermat Arnaud de Saint Julien 26 décembre 2004 Table des matières 1 Présentation du problème 2 1.1 Définitions et objectifs..................................

Plus en détail

S4 Famille vs maisonnée. ie kazoku. modèle traditionnel / moderne

S4 Famille vs maisonnée. ie kazoku. modèle traditionnel / moderne S4 Famille vs maisonnée ie kazoku modèle traditionnel / moderne Caractéristiques du Ie - «le ie est un groupe social fondé sur un lieu de résidence fixe et peut être aussi cellule de production» - les

Plus en détail

solution climatique optimale

solution climatique optimale PME, bureaux et non-résidentiel magasins de détail Nous trouvons toujours la solution climatique optimale secteur des soins, secteur public et écoles industrie et horticulture hôtellerie, loisirs et wellness

Plus en détail

L assurance chômage en Europe

L assurance chômage en Europe L assurance chômage en Europe Unédic - 18 octobre 2012 AJIS Principes fondateurs de la protection sociale Deux logiques Les systèmes de protection sociale appartiennent à deux grandes familles - ceux qui

Plus en détail

Union internationale des télécommunications

Union internationale des télécommunications Union internationale des télécommunications UIT-T L.37 SECTEUR DE LA NORMALISATION DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE L'UIT (02/2007) SÉRIE L: CONSTRUCTION, INSTALLATION ET PROTECTION DES CÂBLES ET AUTRES ÉLÉMENTS

Plus en détail

Les 4 formes de divorce

Les 4 formes de divorce Publié sur Desunion.org (http://www.desunion.org) Accueil > Les 4 formes de divorce Les 4 formes de divorce Soumis par Françoisle dim, 02/06/2013-20:35 Le divorce est, avec le décès de l?un des époux,

Plus en détail

Synthèse du questionnaire relatif à «l échange des bonnes pratiques en matière d apprentissage du français»

Synthèse du questionnaire relatif à «l échange des bonnes pratiques en matière d apprentissage du français» 1 Synthèse du questionnaire relatif à «l échange des bonnes pratiques en matière d apprentissage du français» Le présent rapport ne prétend pas à l'exhaustivité et ne peut, vu le format temps qui m'est

Plus en détail

Quelle masse un ballon solaire peut-il soulever?

Quelle masse un ballon solaire peut-il soulever? Axel TALON 623 Etienne LALIQUE 623 Thème : L Homme et la Nature Quelle masse un ballon solaire peut-il soulever? Lycée Jacques de Vaucanson 2007-2008 Sommaire Introduction p.2 A. Quelle masse théorique

Plus en détail

2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE. GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles

2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE. GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles 2008-2009 LA ROUTE SOLAIRE GOUZIEN Elie, ADDI Cyril, DE BATZ Florian, FERFOURI Sabrina, Lycée Hoche, Versailles 0 Introduction Nous sommes quatre élèves de terminale S au lycée Hoche de Versailles : Cyril

Plus en détail

Guide de paramétrage d'apogée pour la remontée individuelle des résultats aux diplômes

Guide de paramétrage d'apogée pour la remontée individuelle des résultats aux diplômes - DOSSIER - Guide de paramétrage d'apogée pour la remontée individuelle des résultats aux diplômes DÉPARTEMENT EDITION INTÉGRATION Auteur : AMUE - Pôle formation,vie de l'étudiant Date de création : 16

Plus en détail

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1.

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 1005592 Date : Le 29 septembre 2014 Membre: M e Diane Poitras X. Plaignante et CELLULAIRE PLUS Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE en vertu de la Loi

Plus en détail

Mathématiques3 e. Laurent Ploy Professeur au Collège Vincent Auriol à Revel (31) Roger Brault Professeur au Lycée Maréchal Soult à Mazamet (81)

Mathématiques3 e. Laurent Ploy Professeur au Collège Vincent Auriol à Revel (31) Roger Brault Professeur au Lycée Maréchal Soult à Mazamet (81) PHRE Collection Mathématiques e Laurent Ploy Professeur au Collège Vincent uriol à Revel () Roger Brault Professeur au Lycée Maréchal Soult à Mazamet (8) Ludovic Requis Professeur au Lycée de Touscayrats

Plus en détail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail

Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Emploi 3 Le déclassement des jeunes sur le marché du travail Jean-François Giret, Emmanuelle Nauze-Fichet, Magda Tomasini * Les nouvelles générations d actifs sont beaucoup plus diplômées qu il y a trente

Plus en détail

STRESS SHIELD pour céréales et soja

STRESS SHIELD pour céréales et soja 2015-1117 2015-04-10 STRESS SHIELD pour céréales et soja GROUPE 4 INSECTICIDE Stress Shield pour céréales et soja est un insecticide systémique pour le traitement des semences qui protège le blé, l orge,

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES

INSTITUT NATIONAL DES FINANCES INSTITUT NATIONAL DES FINANCES Cycle de formation pour les cadres vérificateurs de la Direction Générale des Impôts Fayçal DERBEL Expert comptable Enseignant à l ISG Décembre 2011 / Janvier 2012 INTRODUCTION

Plus en détail

ÉTUDE SUR LES COÛTS ET L EFFICACITÉ

ÉTUDE SUR LES COÛTS ET L EFFICACITÉ ÉTUDE SUR LES COÛTS ET L EFFICACITÉ DU PROGRAMME DE VACCINATION DES ENFANTS DE 0-2 ANS AU QUÉBEC ANNEXE TECHNIQUE DIRECTION RISQUES BIOLOGIQUES, ENVIRONNEMENTAUX ET OCCUPATIONNELS JUIN 2006 AUTEURS Maryse

Plus en détail

En préambule, Julien Desplat résume. table ronde. Météorologie et génie climatique

En préambule, Julien Desplat résume. table ronde. Météorologie et génie climatique 13 Le 12 avril dernier, le temps était au beau fixe dans les locaux de l AICVF, qui accueillaient Francis Meunier (CNAM), Serge Haouizée (Costic), Julien Desplat (Météo-France), Amédy Doucouré (Climespace

Plus en détail

Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images

Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images Indexation et recherche visuo-textuelle des bases de données images Hadi Akram LRSD, Département d informatique, Faculté des Sciences, Université Ferhat Abbas-Sétif 1, Algérie. akram_ha9@yahoo.fr Hadi

Plus en détail

BISCUITERIE L ALSACIENNE, MAISONS-ALFORT

BISCUITERIE L ALSACIENNE, MAISONS-ALFORT BISCUITERIE L ALSACIENNE, MAISONS-ALFORT Archives du service Publicité. 1974-1979 Autocollant en forme de la jeune Sophie (175J 15). Communicabilité : Immédiate Répertoire numérique détaillé établi par

Plus en détail

OFFRE DE SUJET POUR PROJETS OU STAGES EN GÉNIE PREMIER CYCLE

OFFRE DE SUJET POUR PROJETS OU STAGES EN GÉNIE PREMIER CYCLE Références : LAK-01 Design et implémentation d un module de détection de mouvement sur la carte Microblaze Multimedia de Xilinx CCD, CMOS, Megapixels, etc Des termes avec lesquels vous êtes plus ou moins

Plus en détail

Sciences de l Ingénieur

Sciences de l Ingénieur Sciences de l Ingénieur PROJET PANNEAU SUIVEUR COMMENT CONCEVOIR UN SUPPORT MÉCANIQUE QUI PUISSE MODIFIER EN PERMANENCE L'ANGLE D'INCLINAISON PAR RAPPORT AU SOL, COUPLÉ AVEC UN SYSTÈME ÉLECTRIQUE QUI PERMET

Plus en détail

POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS

POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS Laboratoire d Automatique POSITIONING AND CONTROL OF MOBILE ROBOTS Projet de Semestre / Eté Année académique 2004 / 2005 Jean Martial Miamo Nguekam Etudiant en 4 ième année Electricité Dr. Denis Gillet

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Energie solaire de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LES PENSIONS DE RÉVERSION n LC 167 Décembre 2006 - 3 - LES PENSIONS DE RÉVERSION Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG)

Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) Les dispositions concernant les investissements dans l accord économique et commercial global entre l UE et le Canada (AECG) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé. Gestion de la production industrielle REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES

LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé. Gestion de la production industrielle REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES LICENCE PROFESSIONNELLE Sciences, Technologies, Santé Gestion de la production industrielle Spécialité : Optimisation des Préparations Industrielles Arrêté d habilitation : 20080263 REGLEMENT DU CONTRÔLE

Plus en détail

FORFAIT SAISON GRANDVALIRA 2014-15

FORFAIT SAISON GRANDVALIRA 2014-15 FORFAIT SAISON GRANDVALIRA 2014-15 1. CONDITIONS DES AVANTAGES CONCERNANT LES ACHATS EN LIGNE 2. CONDITIONS DES TARIFS 3. RÈGLEMENT INTERNE 4. POLITIQUE DE COMPENSATION EN CAS DE GROSSESSE, ACCIDENT SUR

Plus en détail

FEDRE Forum européen

FEDRE Forum européen FEDRE Forum européen Changements climatiques: Energie et Mobilité Genève, 23-27 janvier 2006 1. Introduction Développement des biocarburants en Europe: situation actuelle et perspectives Dr E. Gnansounou

Plus en détail

jccayer @cmontmorency.qc.ca

jccayer @cmontmorency.qc.ca PLAN DE COURS Titre du cours : Calcul Différentiel Numéro du cours : 201-NYA-05 Programme : Sciences de la Nature 200.B0 Pondération : 3-2-3 Session : Hiver 2011 Enseignant : Jean-Claude Cayer Département

Plus en détail

LETTRE DE MISSION PERSONNE PHYSIQUE

LETTRE DE MISSION PERSONNE PHYSIQUE LETTRE DE MISSION PERSONNE PHYSIQUE Le client Nom : Prénom : Adresse : Code postal : Ville : Le conseiller Nom de l'établissement : Nom du conseiller : Prénom du Conseiller : Nom du dirigeant : Prénom

Plus en détail

Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire»

Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire» Exposé Embargo jusqu au 19 novembre 2015, 18 h 30 Les marchés financiers et la mise en œuvre de la politique monétaire Apéritif «Marché monétaire» Dewet Moser Membre suppléant de la Direction générale

Plus en détail

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES A l attention des : Délégués Régionaux Secrétaires de Syndicats Délégués syndicaux MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES L élection des représentants du personnel au Comité d Entreprise permet : D obtenir

Plus en détail

Chimie Analytique II. Chromatographie gazeuse

Chimie Analytique II. Chromatographie gazeuse Chimie Analytique II Chromatographie gazeuse Détermination des conditions optimales de séparation et dosage et l éthanol et du méthanol Daniel Abegg Nicolas Calo Emvuli Mazamay Pedro Surriabre Université

Plus en détail

Marchés à la production vrac 2015-16

Marchés à la production vrac 2015-16 Juin Marchés à la production vrac - Volumes cumulés depuis le / début de la campagne* en hl Rouges Rosés Blancs Total Vins de Vins de de cépages Total IGP IGP de cépages 9 7 (- %) 877 (+ %) 998 (+9 %)

Plus en détail

L incertain. Plan. Agir dans l incertitude. Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance.

L incertain. Plan. Agir dans l incertitude. Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance. L incertain 1 Plan Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance. 2 Agir dans l incertitude Les approches logiques que l on a vues aux chapitres précédents permettent

Plus en détail

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous?

UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS. Qui sommes-nous? UNE ENTREPRISE D ENTREPRENEURS Qui sommes-nous? ARCOOP est une coopérative d'activités et d'emploi (CAE) généraliste, qui regroupe 70 entrepreneurs de différents horizons et différents métiers (bâtiment,

Plus en détail

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information

Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information Avec STEL, le conditionneur SPI industrialise son système d information SPI réalise les opérations de conditionnement industriel et de différenciation retardée (ou Co-packing) pour le compte d industriels

Plus en détail

TEST DE CARTES Harmonisez le couple test à sondes mobiles - test Jtag dès la conception

TEST DE CARTES Harmonisez le couple test à sondes mobiles - test Jtag dès la conception TEST DE CARTES Harmonisez le couple test à sondes mobiles - test Jtag dès la conception Par Olivier Artur et Christophe Lotz, Alcatel CIT et Aster Ingénierie La difficulté d'accès aux équipotentielles

Plus en détail

6.02 Etat au 1 er janvier 2010

6.02 Etat au 1 er janvier 2010 6.02 Etat au 1 er janvier 2010 Allocation de maternité Femmes ayant droit à l allocation 1 A droit à cette allocation toute femme dont le statut professionnel, à la naissance de l enfant, correspond à

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES

CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES CONVENTION DE STAGE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES Entre les Soussignés : LTP CARCADO-SAISSEVAL 121 Boulevard Raspail 75006 PARIS 01 45 48 43 46 Représenté par le Chef d Etablissement Monsieur

Plus en détail

Poissons du lac Tanganyika

Poissons du lac Tanganyika Voyages Bio Sous-Marine Avec le concours de Poissons du lac Tanganyika du 11 au 27 avril 2015 avec Patrick Louisy Neolamprologus brichardi, Neolamprologus tretocephalus, Neolamprologus leleupi P. Louisy

Plus en détail

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique

STATUTS. AIDUCE : Association Indépendante Des Utilisateurs de Cigarette Électronique STATUTS Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901, ayant pour dénomination : AIDUCE : Association Indépendante

Plus en détail

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE

CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONDUITE DES CHÈVRES EN LACTATION LONGUE Réseau d élevage caprin Poitou-Charentes, Vendée, Maine et Loire et Bretagne La conduite en

Plus en détail

Portrait du travail et de la santé et de la sécurité du travail chez les jeunes de 15 ans au Québec 1

Portrait du travail et de la santé et de la sécurité du travail chez les jeunes de 15 ans au Québec 1 Portrait du travail et de la santé et de la sécurité du travail chez les jeunes de 15 ans au Québec 1 Élise Ledoux, Pascale Prud homme, Karine Tétreault et Hélène Desrosiers 2 L ELDEQ 1998-2015 en bref

Plus en détail

notre responsabilité sociale & environnementale

notre responsabilité sociale & environnementale notre responsabilité sociale & environnementale 2015 Une conscience et une responsabilité sociétale La RSE est désormais au cœur de nombreuses communications. La RSE n est plus un simple phénomène de mode

Plus en détail