CHAPITRE I LA TÉLÉGRAPHIE MORSE. Un petit retour dans le passé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE I LA TÉLÉGRAPHIE MORSE. Un petit retour dans le passé"

Transcription

1

2 SOMMAIRE Avant-propos... 3 Chapitre I : Généralité sur le morse... 4 II : Le manipulateur... 5 III : L'alphabet morse... Tenue du manipulateur... Exercices de manipulation... IV : Oscillateur BF... La lecture auditive... V : Exemples d'épreuves aux examens VI : Un manipulateur électronique... Manipulation avec le «double-contact»... Contrôle sur l'air... VII : Quelques indications sur la manipulation d'un émetteur VIII : Les liaisons (QSO)... Les abréviations radioamateurs... Le code Q pour les radioamateurs... Le code Q pour les radios de bord (lien)... Échelle de lisibilité ou de force pour les codes QRK, QSA, QRM et QRN... Une dernière note

3 AVANT-PROPOS La télégraphie est-elle un plaisir? On ne peut guère en juger sans l'avoir essayé, sans y avoir «goûté». Ce mot par lui-même peut paraître rébarbatif à celui qui est obligé d'apprendre la télégraphie parce qu'elle fait partie du programme d'un examen. Il n'en est pourtant rien. Ceux qui en doutent ne soupçonnent pas la satisfaction que l'on éprouve à entrer facilement en contact avec les pays du monde entier. Des liaisons qui seraient difficiles en «phonie» sont réalisables avec bien plus d'aisance, et, en utilisant les abréviations prévues, sans difficulté aucune quel que soit le pays. Mais on pourrait se demander si le «Morse» est encore d'actualité? Devant les étonnants appareils modernes, de plus en plus perfectionnés, on pourrait ne pas le croire. Or, ces appareils nécessitent des installations considérables et coûteuses, que le particulier ne peut approcher. Seuls les spécialistes, les professionnels, les utilisent, mais c'est de moins en moins un travail personnel. Par contre, la petite installation de télégraphie est à la portée de tous et permet des performances surprenantes. Elle reste un moyen sûr de se faire entendre dans des conditions précaires, et, pour le plus grand plaisir des «graphistes», elle est, avec un appareillage simple un instrument efficace pour de sympathiques liaisons mondiales sans connaître de langues et un moyen d'utiliser celles que l'on connaît. 3

4 CHAPITRE I LA TÉLÉGRAPHIE MORSE Un petit retour dans le passé Il n'y a pas si longtemps encore la télégraphie morse était utilisée pour des liaisons départementales, régionales, voire internationales. C'était l'époque du «sounder», sorte d'électro-aimant qui attirait une palette solidaire d'une barre métallique ; un ressort la maintenait au-dessus de l'électro-aimant contre une butée supérieure et le passage du courant provoquait l'attraction de la barre qui venait frapper une butée inférieure ; à la cessation du courant, la barre venait frapper la butée supérieure grâce au ressort de rappel, ce qui produisait deux claquements sonores distincts dont l'espacement entre eux, court ou long, exprimait le point ou le trait. Cet appareil avait remplacé celui à remontoir et déroulement d'une bande de papier sur laquelle s'imprimaient les points et les traits. La transcription d'un message d'après la lecture des signaux sur la bande de papier était moins rapide qu'avec l'audition directe du sounder. Si des appareils imprimeurs automatiques et rapides ont remplacé le télégraphe morse sur les liaisons fixes, celui-ci subsiste pour des liaisons mobiles : service radiomaritime et surtout pour les liaisons des radioamateurs. Par radio, ce n'est plus un claquement qui fait distinguer les signaux, mais une note audible dont la durée plus ou moins longue représente les points et les traits. Grâce à ce système de transmission, il est possible de faire des liaisons dans de mauvaises conditions (brouillages, parasites, etc.) bien plus facilement qu'en «phonie». Il y a également un côté sportif, si l'on peut dire, car la pratique et l'entraînement permettent des lectures à des vitesses incroyables pour un profane, comme par exemple 10 à 50 mots à la minute (transmis, bien sûr, à l'automatique). La figure 1 représente un exemple de réception sur bande de l'appareil morse (mot PARIS). La figure 2 représente le même mot reçu à l'ondulateur, appareil qui permettait la réception des signaux morses à grande vitesse (jusque 500 mots à la minute pour les plus perfectionnés, à cellule photo-électrique). Figure 1. Figure 2. Les signaux se reconnaissent sur la ligne supérieure où l'on retrouve au sommet les points et les traits habituels. 4

5 CHAPITRE II LE MANIPULATEUR La figure 3 représente le manipulateur Modèle P.T.T. La figure 4, le principe de ce modèle qui comprend : un réglage du ressort de rappel (R) pour une tension moyenne. Une tension trop faible aurait tendance à provoquer des «collages» ; trop dure, la manipulation serait fatigante ; un réglage de distance entre le levier et le contact inférieur (contact de travail CT). Ce réglage se fait habituellement par une vis-contact reposant sur un contact de repos (CR) ; 0,5 mm est une bonne valeur. Figure 3 Figure 4 N.B. Ce contact de repos n'est pas connecté pour la commande d'un émetteur. Alors, à quoi servait-il? 5

6 A l'époque du sounder mentionné précédemment se pratiquait déjà ce qu'on appelle maintenant le «BK», c'est-à-dire une réception possible entre les signaux, qui indiquait la volonté du correspondant d'interrompre la transmission en cours. Ceci s'explique facilement. Voyez la figure 5. Figure 5 Supposons le correspondant A en train de transmettre. Lorsque le levier de son manipulateur est appuyé sur CT, le courant suit la ligne L, arrive en B à travers le contact CR dans l'électro-aimant du «sounder» qui est alors actionné. Si B, pour une raison quelconque voulait arrêter A. il appuyait sur son manipulateur ; sa réception était coupée et il envoyait donc un courant sur la ligne ; celui-ci actionnait le sounder A lorsque le manipulateur de A venait sur repos entre les lettres. L'opérateur A, entendant son appareil fonctionner, arrêtait sa transmission et attendait les explications du correspondant. On peut s'amuser à faire des liaisons locales sur fil sur le même modèle en remplaçant le sounder par un oscillateur BF. Un modèle de cet oscillateur figure page13. Figure 6 La figure 6 représente un autre type de manipulateur. Il comporte une barrette de court-circuit qui peut être utile lorsqu'on a besoin d'un contact permanent, par exemple lors d'essais sur l'émetteur. 6

7 CHAPITRE III L'ALPHABET MORSE Évidemment, il faut commencer par apprendre l'alphabet. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z = (,) / ( ) (-) (.)? + VA : (') Il n'est pas obligatoire de l'apprendre dans l'ordre alphabétique. Il est plus facile de retenir d'abord les signaux les plus simples : e i s h t m o Ensuite les mélanges progressifs : a u v n d b ce qui représente la moitié de l'alphabet. Ensuite : w g r l f p k x c y j q z 7

8 Tenue du manipulateur On peut très bien apprendre conjointement la lecture auditive et la manipulation. Mais il ne faut absolument pas manipuler des lettres tout de suite. Il faut d'abord éduquer le poignet. Un manipulateur est comme un instrument de musique : on peut jouer du piano avec deux doigts, tenir l'archet d'un violon à sa guise, on jouera un air, mais on ne sera jamais un virtuose. Il n'y a qu'une façon de bien tenir le manipulateur. Il doit être placé au bord de la table. Il faut s'asseoir sur un siège de hauteur convenable pour que l'avant-bras et le poignet soient horizontaux et dans le prolongement du manipulateur (fig. 7). Le bras doit être entièrement libre, parallèle verticalement au corps (fig. 8) ; donc ni en avant (fig. 9), ni en arrière (fig. 10), ni collé au corps (fig. 11), ni surélevé (fig. 12). Le bouton du manipulateur doit être tenu fermement par les trois premiers doigts (fig. 13). Une fois ces conditions remplies, il faut faire, non pas des lettres comme déjà dit, mais de la gymnastique du poignet. Partant de sa position horizontale (fig. 14), sans lâcher le bouton abaisser le poignet comme sur la figure 15, et le ramener à sa position horizontale de départ (fig. 14). Figure 7 Figure 8 Figure 9 (mauvaise position) Figure 10 (mauvaise position) 8

9 Figure 11 (mauvaise position) Figure 12 (mauvaise position) Figure 13 Figure 14 Figure 15 9

10 Faire ce mouvement de nombreuses fois, lentement, en souplesse, sans crispation. On n'y arrivera peutêtre pas du premier coup, surtout si le mouvement est trop rapide. Plusieurs séances, peut-être plusieurs semaines, seront nécessaires pour y parvenir. Ne pas s'en étonner. La souplesse une fois acquise, toujours lentement, faire des séries de points, c'est-à-dire abaisser le poignet sans le laisser séjourner «en bas» ; le ramener sans tarder à sa position horizontale. Faire ensuite des séries de traits : le poignet restera abaissé plus longtemps que pour les points. On se base normalement sur une durée trois fois plus longue. Attention : l'amplitude du poignet doit être la même pour les points et pour les traits. On a tendance, au début, à abaisser le poignet moins profondément pour les points. Il faut éviter ce défaut qui brise la cadence et fait apparaître une coupure dans le signal, ce qui risque de faire prendre, par exemple, ST au lieu de V Pour faciliter la distinction de longueur entre points et traits, il est pratique, au début, de «chanter» les signaux pour accompagner le mouvement et acquérir ainsi une cadence régulière. On peut utiliser le mot «ti» (bref) pour les points et «tâ» (long) pour les traits ; ainsi, pour une série de points, on chantera : ti ti ti ti... pour accompagner le poignet. Pour une série de traits, ce sera : tâ tâ tâ tâ tâ... Quand le poignet sera souple, et à ce moment-là seulement, on commencera à former les lettres de l'alphabet qui, entre-temps, a dû être appris. Toujours lentement et en chantant, on doit entendre : ti ti en manipulant les deux points de «i», ti tâ ti en manipulant «r», ti tâ en manipulant «a», etc. Encore une fois, attention à l'amplitude du poignet qui doit être égale pour les points et pour les traits pour avoir des signaux bien formés. Exercices de manipulation en cadence ti tâ ti ti ti tâ ti ti ti tâ tâ tâ ti ti ti tâ ti tâ tâ ti tâ ti tâ tâ ti ti tâ tâ ti tâ ti ti ti tâ tâ ti tâ ti tâ tâ ti ti ti tâ ti tâ ti ti tâ ti ti ti tâ ti tâ ti ti tâ ti ti ti ti tâ ti ti ti ti ti ti tâ tâ tâ tâ ti tâ ti ti tâ ti ti tâ tâ ti ti ti tâ ti tâ tâ 10

11 ti tâ tâ tâ tâ tâ ti ti ti ti ti ti tâ tâ tâ tâ tâ ti ti ti tâ tâ ti ti tâ tâ tâ ti ti ti ti ti tâ ti ti ti ti tâ tâ tâ ti ti tâ tâ tâ tâ tâ tâ ti ti ti tâ ti tâ ti tâ ti ti ti ti tâ ti tâ ti ti tâ tâ ti ti Important : restez longtemps à une vitesse lente. Si vous essayez d'aller vite trop tôt, vous risquez de contracter ce qu'on appelle la crampe du manipulant : on se crispe, on fait malgré soi quatre points pour trois, trois pour deux, etc. Il est très difficile de se débarrasser de ce défaut. Ne laissez donc venir la vitesse que très graduellement. Passez ensuite à la manipulation de mots et de phrases. Pensez à faire un espace entre chaque lettre d'un mot et un espace plus long entre les mots : l e s p a c e e s t p l u s l o n g e n t r e l e s m o t s Passez à la manipulation des chiffres. Ils sont faciles à retenir, leur composition étant bien symétrique Et les signes de ponctuation :? = / + VA Ce sont les plus utilisés en trafic amateur ; en particulier = (signal de séparation) qui pratiquement remplace dans un texte le point ou la virgule. 11

12 Cependant les autres signes, bien que moins utilisés, doivent être connus surtout des radios de bord : (.) ( (,) ) : (') (-) attente compris signal de début (peu utilisé) 12

13 CHAPITRE IV OSCILLATEUR BASSE FRÉQUENCE Si vous voulez entendre votre manipulation, ou si quelqu'un peut vous manipuler des textes, construisez un oscillateur BF. Différents montages sont possibles. Voyez figure 16 le schéma de celui que nous utilisons. Figure 16 Les valeurs ne sont pas critiques ; le type de transistors non plus. Suivant les transistors et le haut-parleur utilisés, on peut essayer différentes valeurs de résistances et de capacités de façon à obtenir un volume sonore suffisant. La pile de 4,5 volts peut aussi être remplacée par une plus faible, par exemple 3 volts ou 1,5 volt, mais le volume sonore sera moindre. La lecture auditive La connaissance de l'alphabet une fois acquise, il faut reconnaître les signaux à l'écoute. Cette étude sera bien plus longue que pour la manipulation. Ecouter sa propre manipulation n'aide pas du tout pour cela. Il faut entendre un signal non connu à l'avance. A cet effet, on peut utiliser les disques et bandes magnétiques enregistrés qui existent dans le commerce. Cela facilitera les débuts. Si l'on a appris à manipuler correctement, on peut aussi enregistrer soi-même des textes que l'on relira par la suite. Au début, le moyen le moins fastidieux est de décomposer mentalement les signaux en points et en traits ; c'est celui qui permettra de lire plus tard n'importe quelle manipulation, qu'elle soit lente ou rapide. Et puis, on perd cette habitude de décomposer, au fur et à mesure que la vitesse de lecture s'améliore. Il faut bien se persuader que la lecture auditive est à la portée de tous à condition d'en faire beaucoup. Ainsi, s'il est possible d'en faire un peu tous les jours, on peut compter quatre mois pour lire à la vitesse imposée ; et comme à l'examen on perd un peu de ses moyens, il est préférable d'en faire un peu plus longtemps. Penser aussi que, si l'on s'arrête assez longtemps avant d'avoir dépassé largement la vitesse prévue de cinquante mots en cinq minutes, on oublie très vite ce que l'on a appris et tout est à recommencer. Les disques ou bandes que l'on peut acquérir présentent des textes composés de mots de cinq lettres mélangées. Lorsqu'on saura les lire, il ne faudra pas en rester là, car inconsciemment on finit par les savoir 13

14 par cœur et on s'habitue à une cadence de cinq caractères alors qu'à l'examen de radioamateurs l'épreuve consiste à prendre un texte normal en langage clair. N.B. Aux examens de radios de bord, il y a une épreuve en code (cinq caractères : lettres, chiffres ou signes de ponctuation mélangés) et une épreuve en langage clair. Recommandation importante commune à tous les candidats au sujet de cette dernière épreuve : s'exercer à ne pas lire les mots que l'on écrit : on croit bien faire pour s'aider sur une fin de mot, l'esprit se concentre ailleurs que sur les lettres qui suivent et des fautes plus nombreuses se produisent finalement. Ainsi, il arrive que des candidats admissibles pour le code échouent en clair! Autre conseil : à l'examen, il ne faut pas réfléchir : si au cours de l'épreuve on manque une lettre, prendre la suivante sans attendre ; ne pas essayer de rattraper une lettre manquante ou une faute, sinon on courrait le risque d'en faire plusieurs au lieu d'une seule. Pour ceux qui veulent enregistrer eux-mêmes, il y a une solution commode. Il est préférable de ne pas utiliser des groupes de cinq signes mélangés (mots de code) pour les raisons suivantes : composer de tels textes pour l'enregistrement représente un travail long et fastidieux. on s'habituerait à une cadence régulière de cinq signes, ce qui en pratique ne se produira pas pour le radioamateur, ni en trafic, ni à l'examen. (Il n'en est pas de même pour les radios de bord.) pour la relecture des exercices, il faudrait vérifier signe par signe pour relever les fautes. Il faut donc utiliser des mots composés d'un nombre quelconque de lettres par mot. C'est le cas des textes en clair. Seulement, si l'on enregistre soi-même, on aura lu ce que l'on va entendre ; ce sera moins efficace pour l'assimilation. Il y a une solution qui convient parfaitement : c'est d'enregistrer un texte en clair, mais en commençant par la dernière lettre du dernier mot et en remontant jusqu'au début. Ainsi, la phrase «transmettez message sur une autre fréquence» devient à l'audition «ecneuqerf ertua enu rus egassem zettemsnart». Vous ne pourrez vous rappeler ce que vous avez enregistré et vous pourrez relire, à l'envers, plus rapidement que de vérifier lettre par lettre, comme dans le cas de mots en code. Exemple d'un texte à enregistrer : «les transistors a jonction sont également utilisables dans de tels convertisseurs mais ils y presentent à l etat conducteur une tension residuelle de collecteur qui varie avec la temperature = voir la figure 184 et le schema qui s'y rapporte». Le texte entendu sera : etroppar y s iuq amehcs el te 481 erugif al riov = erutarepmet al ceva eirav iuq ruetcelloc ed elleudiser noisnet enu ruetcudnoc tate l a tnetneserp y sli siam sruessitrevnoc slet ed snad selbasilitu tnemelage tnos noitcnoj a srotsisnart sel. En relisant ce texte en commençant par la dernière lettre du dernier mot, on retrouve le texte en clair. Lettres accentuées : Certains correspondants les utilisent si la transmission se fait dans leur langue. Voici celles à connaître : ä à é ö ü ň ch 14

15 CHAPITRE V Deux exemples d'épreuves de lecture auditive à l'examen de radioamateur (texte de 50 mots ; durée 5 minutes ; maximum 10 fautes) L ' E F F E T D E G A I N E S T P R E S Q U E C O M P L E T E M E N T U N I L A T E R A L E N R A I S O N D E L ' I S O L E M E N T P R E S Q U E P A R F A I T E N T R E E N T R E E E T S O R T I E E T L ' E L E M E N T P E U T E T R E U T I L I S E C O M M E U N E R E S I S T A N C E O U A T T E N U A T E U R V A R I A B L E C O N T R O L E P A R L A T E N S I O N L O R S Q U I L F O N C T I O N N E A V E C D E S T E N S I O N S D A L I M E N T A T I O N A S S E Z B A S S E S = L E C I R C U I T D E C O M P E N S A T I O N D E D E C A L A G E A P O U R B U T D E R A T T R A P E R L A D I F F E R E N C E D E F R E Q U E N C E D E S Q U A R T Z M I S E N S E R V I C E S E L O N L E M O D E C H O I S I = C E S D I F F E R E N C E S D E F R E Q U E N C E D E S Q U A R T Z P O R T E U R S S E T R A D U I S E N T P A R U N E D I F F E R E N C E E G A L E D E L A F R E Q U E N C E D E C O U T E O U D E T R A N S M I S S I O N = L'épreuve de manipulation à cet examen ne présente pas de difficulté si l'on a appris à bien tenir le manipulateur et fait les exercices d'assouplissement du poignet pour que ce soit bien celui-ci qui forme les signaux. Ne pas s'emballer pour transmettre rapidement. On pourrait se crisper, s'énerver et perdre ses moyens. La vitesse exigée n'excède pas celle de l'épreuve de lecture auditive. Donc, manipuler posément, sans hâte fébrile. Plus tard, lorsque les performances se seront améliorées, on trouvera ci-après des exemples d'épreuves aux examens de radios de bord, avec l'indication des vitesses. Ces épreuves permettront aux radioamateurs de se rendre compte s'ils ont atteint ou même dépassé la vitesse minimale des professionnels. CODE Maximum de fautes : 8 Vitesse : 20wpm. EXEMPLES D'EPREUVES A L'EXAMEN DE RADIOS DE BORD l re Classe B A L A R L U X O R S U X E D T E Z I B ( T O P ) S Y Q O K B L H E M P H O N G G O M E R C O P R A 15

16 F U M A X D E J H I P O C E K J C / Q Y W E Q H A J A S N O T Y Q E D Y T H A K C / M Q E L I F R U / 9 3 P Y C O R N F 5 9 J E S O S F E W I N C I S O R D A R E X T U R C A B E L I X S C O P I T H U B E F I G U S 7 5 / L I F A R S I W E B T E J U F X R : Y Z E R E K A P O P O V R E S C O 5 1 6, 8 ( 4. 2 ) P Y T I E D I R E C Z A Z I H K I K O Z N A M U R Y S E S U C O C I F N A N E T Z I B U S «S D N» L I V Y D G E B O L M A N N I P L A I D M / K E M A L I J H O S S I C C O H O T I Q L Y P H E 4 3 : 9 6 B O L I D C U V E T P Y 2 C K W D U V A L T I S H U + CLAIR Maximum de fautes : 12. Vitesse : 25wpm. 1 re Classe B I E N Q U ' E L L E S O I T U N B A S S I N F E R M E, L A M E D I T E R R A N E E A T T E I N T D E S P R O F O N D E U R S R E S P E C T A B L E S : m D A N S L A F O S S E D E M A T A P A N, A U S U D D E L A G R E C E, E T D E S F O N D S D E P A S S A N T S O U V E N T m. S A S E U L E P O R T E D ' E N T R E E N A T U R E L L E, L E D E T R O I T D E G I B R A L T A R, N ' A Q U E 1 5 k m D E L A R G E U R E T U N E P R O F O N D E U R Q U I V A R I E D E m V E R S L ' A T L A N T I Q U E A m V E R S L A M E D I T E R R A N E E. C E L A E X P L I Q U E P O U R Q U O I L E S E A U X P R O F O N D E S D E C E T T E M E R E T D E L ' O C E A N N E S E M E L E N T P A S. L A M E D I T E R R A N E E E S T, A P R O P R E M E N T P A R L E R, U N E E N O R M E C U V E T T E Q U I N E C O M M U N I Q U E A V E C L ' A T L A N T I Q U E Q U E T R E S S U P E R F I C I E L L E M E N T. M E R A S S E Z C H A U D E ( S E S E A U X D E S U R F A C E P E U V E N T A T T E I N D R E U N E T E M P E R A T U R E D E 2 5 D E G R E S ), E L L E E S T S U J E T T E A U N E F O R T E E V A P O R A T I O N. + 16

17 2 e Classe CODE Maximum de fautes 7. Vitesse : 16wpm. L I M U R F R I G O B E L U S B L Y T Z P I V E R T I X I T S O S Y F ( 5 / 7 ) S E S U H P I C A R Z U L E X , 5 / 6 K L A N S C Y C L E Z E Q H Y I P E C A J E R O M K A M E L H U M I D F E B U M N I R E S N Y Q I F Z E N O H A L T E R B I S A B Z E D A X «P R O» Y Z , 7 H Y G E X Q E S U J V I W A P L U T H O Y X E T A E X O H A S O C A B N A B O S W Y Z K G / S Y L F E J E T E B / 3 1 C U S E H P U S S Y E T A M P M O N I Q E A 4 B J D X : V W Y A L T A I S H O L ( S V P ) P U F I W N E S A Q B A. B I F A C E L + Maximum de fautes : 10. Vitesse : 20 wpm. 2 e Classe C ' E S T E N Q U E F U T L A N C E L E P A Q U E B O T N O R M A N D I E. C E M A G N I F I Q U E B A T I M E N T D E t x M E S U R A I T m. P R O P U L S E P A R 4 G R O U P E S T U R B O - E L E C T R I Q U E S D ' U N E P U I S S A N C E T O T A L E D E c h. I L S O U T I N T 3 1 N O E U D S. I L O F F R A I T U N E N S E M B L E D ' I N S T A L L A T I O N S A U S S I S P A C I E U S E S Q U E C O N F O R T A B L E S. R A P P E L O N S S E U L E M E N T S A S A L L E A M A N G E R D E S P R E M I E R E S C L A S S E S, L O N G U E D E 8 6 m, H A U T E D E 9, 5 m, Q U I A T T E I G N A I T L E S D I M E N S I O N S D E L A G A L E R I E D E S G L A C E S D U P A L A I S D E V E R S A I L L E S. C E P A Q U E B O T, L E P L U S R E M A R Q U A B L E D E S O N E P O Q U E F U T D E T R U I T P A R U N I N C E N D I E, P E N D A N T L A G U E R R E. + 17

18 Épreuves de manipulation pour la 1 re classe Manipulation correcte de deux épreuves de 2 minutes chacune : un texte de 40 groupes de code. un texte de 50 mots en langage clair. Épreuves de manipulation pour la 2 e classe Manipulation correcte de deux épreuves de 2 minutes chacune : un texte de 32 groupes de code. un texte de 40 mots en langage clair. 18

19 CHAPITRE VI LE MANIPULATEUR AUTOMATIQUE Vous savez maintenant lire et manipuler correctement. Et vous avez probablement remarqué que certaines transmissions sont rapides tout en conservant des signaux bien réguliers. Ceci est possible grâce à un «manipulateur automatique». On peut l'acquérir ou encore le réaliser soimême. Tout d'abord, quelques précisions sur les manipulateurs du type à contacts latéraux, appelés couramment «double contact» (fig. 17). La figure 18 en donne le schéma de principe. Figure 17 Figure 18 Une lame-ressort peut être déplacée latéralement à droite ou à gauche de sa position de repos pour venir s'appuyer sur un contact à droite ou à gauche. Certains utilisent ce manipulateur en manuel, à la place du manipulateur classique. Les traits et les points des signaux se font alors indifféremment mais alternativement sur un contact ou sur l'autre. Mais; une bonne régularité est moins facilement acquise. N.B. Il existe aussi dans le même genre un manipulateur semi- automatique (vibro-mors, ou vibroplex), qui, grâce au réglage d'une masselotte, donne automatiquement les points, mais les traits doivent être faits manuellement et leur régularité dépend de l'habileté de l'opérateur (fig. 19). 19

20 Figure 19 Le grand intérêt du «double contact» de la photo figure 17 est de pouvoir commander un manipulateur électronique, qui donne automatiquement des points et des traits bien réguliers. On appuie vers la droite pour obtenir des points, vers la gauche pour obtenir des traits ; ces signaux sont émis continuellement tant que le contact subsiste ; tous les traits conservent une longueur égale, même si le contact n'est qu'amorcé. Il existe différents montages satisfaisants, comportant un nombre plus ou moins grand de transistors, avec un réglage de vitesse progressif. Leur fonctionnement est impeccable. Si leur réalisation paraît compliquée, voici le montage simple que nous utilisons (fig. 20). Figure 20 20

21 Le réglage de la vitesse n'est pas progressif ; il se fait par paliers, au moyen d'un commutateur. L'avantage de cet appareil en est la simplicité : il utilise le temps de décharge de fortes capacités dans un relais et toute l'astuce repose sur le sens de branchement d'une simple diode. Fonctionnement Le contact de droite donne des points : la tension positive est appliquée à travers P1 aux condensateurs C1, C2, C3 ou C4 selon la vitesse choisie. Lorsque le condensateur est chargé, le courant arrive au relais en «a», ressort en «b» relié à «c» qui est l'armature et le courant se referme sur le négatif à travers le contact «e». Le passage du courant dans le relais provoque l'attraction de l'armature qui vient au contact de «d», ce qui court-circuite les prises M1 et M2 qui commandent la manipulation comme avec un manipulateur ordinaire. Mais comme, en même temps, la coupure s'est faite entre l'armature et le contact «e», le courant ne passe plus, l'armature n'est plus attirée et revient au contact de «e», ce qui provoque à nouveau la charge du condensateur et le cycle recommence. On obtient donc une série de points qui subsiste tant que le contact du manipulateur est maintenu à droite. Le sens du branchement de la diode empêche la charge des condensateurs C5, C6, C7, C8. Lorsque le contact se fait à gauche, on voit que la tension positive est appliquée à travers P2 et S2 au condensateur correspondant à la même position de S1. Le condensateur côté «traits» se charge, passe à travers D et le condensateur côté «points» se charge aussi. La capacité de cet ensemble branché en parallèle est bien plus grande que pour les points, le temps de décharge à travers le relais est plus long et l'on obtient des traits. La valeur de ces capacités détermine donc la longueur des signaux et la vitesse. Les réglages de P1 et de P2 permettent d'obtenir des espaces convenables et identiques entre les points et entre les traits des signaux d'une même lettre. P3 est quelquefois utile, selon le relais utilisé, pour parfaire les réglages. Une fois réglé sur une position, on n'a pas à y retoucher pour les autres. Il y a des différences assez sensibles d'un condensateur électrochimique à l'autre. C'est pourquoi leurs valeurs ne sont données ici qu'à titre indicatif ; il faut essayer, augmenter ou diminuer ces capacités le cas échéant. Prendre des chimiques d'une tension de service de 50 volts. Pour la mise au point sur une position donnée, commencer toujours par le côté «points». Parfaire le réglage en agissant sur P1 pour un espacement convenable (signaux ni collés, ni trop secs). Pour la même position, passer au réglage des traits et agir sur P2 pour que les espaces entre les traits soient les mêmes que pour les points. Les valeurs indiquées ci-dessous ont permis d'obtenir quatre vitesses : lente, semi-lente, moyenne et rapide. Mais encore une fois, suivant les chimiques utilisés, les différences peuvent être assez importantes. C 1 = 147 µf C2 = 100 µf C3 = 066 µf C4 = 050 µf C5 = 147 µf C6 = 122 µf C7 = 066 µf C8 = 050 µf P 1 = 400 Ω bobiné P 2 = 400 Ω bobiné P 3 = 400 Ω bobiné S 1 /S 2 = commutateur 4 positions 2 circuits D = 40J2R = relais miniature de 600 ohms, un contact de repos, un contact de travail. La manipulation est branchée entre M1 et M2. (Rien ne s'oppose à l'utilisation d'un relais à 2 contacts de travail.) Le relais de 300 ohms (KACO), plus récent, donne également toute satisfaction (fig. 21). 21

22 Figure 21 Alimentation : un transfo donnant 14 volts au secondaire convient. La tension redressée atteindra 19 volts à vide. Les valeurs ne sont pas critiques. Par exemple : C9 = 50 µf, C10 = 500 µf, R1 = 47, R2 = 100 Ω. Si l'on tient à conserver en même temps le manipulateur ordinaire pour parer à toute éventualité, le brancher tout simplement entre M1 et M2 ; il se trouve ainsi toujours prêt à remplacer le manipulateur électronique sans faire aucune manœuvre. Ses connexions figurent en pointillé sur le schéma. Manipulation avec le «double contact» Le côté droit du poignet, ou l'avant-bras, prend appui sur la table. La palette de la lame-ressort se trouve placée entre le pouce et l'index. Ceux-ci, au repos, ne touchent pas la palette. Une distance de 5 à 10 mm convient (fig. 22). Pour faire des points, le poignet pivote pour que le pouce vienne appuyer sur la palette, ce qui provoque le contact du côté droit. Dans ce mouvement l'index suit la même course sans toucher la palette. Figure 22 22

23 Pour faire cesser les points, le poignet pivote, le pouce abandonne la palette et la lame revient à sa position de repos. La manœuvre est identique pour faire des traits, mais c'est l'index qui appuie vers la gauche. Pour faire un ou plusieurs points suivis d'un ou de plusieurs traits, lorsque le pouce abandonne la palette, l'index entre aussitôt en action. Pour faire un ou plusieurs traits suivis d'un ou plusieurs points, dès que le trait (ou le dernier de plusieurs) est amorcé, il n'est pas nécessaire d'attendre la fin de ce trait pour amorcer le contact côté points (d'après le contrôle auditif indispensable ; voir plus loin). Il faut s'exercer à vitesse lente pour bien prendre l'habitude de passer sans tarder du mouvement du pouce à celui de l'index et inversement pour éviter une prolongation de l'espace entre des points et des traits qui provoquerait une coupure du signal. Par exemple, pour le chiffre 3, il ne faut pas entendre mais bien Les amateurs ayant utilisé le double contact comme manipulateur ordinaire seront au début quelque peu décontenancés, car ils faisaient les points et les traits indifféremment à gauche ou à droite. Ils devront persévérer pour perdre cette habitude. Contrôle sur l'air Avec un manipulateur simple, le contrôle auditif de la manipulation n'est pas obligatoire ; le claquement des contacts du manipulateur permet de lire les signaux (comme c'était le cas avec le sounder). Mais si l'on préfère entendre une fréquence audible, il faut un appareil de contrôle qui sera actionné par les signaux transmis réellement sur l'air. Cet appareil (schéma fig. 23) est nécessaire pour l'utilisation d'un manipulateur automatique. L'oscillateur BF décrit précédemment va pouvoir servir. Le manipulateur est supprimé, une connexion est établie vers le positif à travers l'espace collecteur-émetteur d'un transistor. En l'absence de HF, la base n'est pas polarisée, le transistor n'est pas conducteur, la tension positive n'alimente pas l'oscillateur BF. Figure 23 Lorsque la station est manipulée, la HF recueillie par la petite antenne (1 mètre de fil souple isolé, rapproché de l'émetteur, est très commode) est appliquée à la diode qui polarise la base, le transistor est conducteur, la tension est appliquée à l'oscillateur BF qui fonctionne et matérialise ainsi les signaux HF. 23

La polarisation des transistors

La polarisation des transistors La polarisation des transistors Droite de charge en continu, en courant continu, statique ou en régime statique (voir : le transistor) On peut tracer la droite de charge sur les caractéristiques de collecteur

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

ENREGISTREUR DE TEMPERATURE

ENREGISTREUR DE TEMPERATURE ENREGISTREUR DE TEMPERATURE Jean-Pierre MANDON 2005 www.pictec.org Cet enregistreur de température a été réalisé dans le cadre de la construction d'un chauffe eau solaire. Il me permet d'enregistrer les

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE Polytech'Nice, Dép. Elec 4ème année T.P. d'electronique TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE GENERALITES SUR LA MODULATION Les ondes électromagnétiques de fréquence élevée ont la propriété

Plus en détail

LE CIRCUIT DE CHARGE

LE CIRCUIT DE CHARGE MAINTENANCE AUTOMOBILE 1 LE CIRCUIT DE CHARGE PROBLÈME POSÉ Les véhicules automobiles modernes sont maintenant équipés de circuits électriques et électroniques aussi variés que nombreux. Il est donc nécessaire

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE QU EST-CE QU UN OSCILLOSCOPE... Un oscilloscope est un appareil permettant d analyser avec une grande précision le comportement

Plus en détail

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave 500 W sur 13cm avec les modules PowerWave Philippe Borghini / F5jwf f5jwf@wanadoo.fr Janvier 2012 Introduction Tout le monde a déjà vu au moins une fois, sur les puces, ces fameuses platines PowerWave

Plus en détail

Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base

Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base 1 Quelques rappels sur le fonctionnement du clavier Voici quelques rappels, ou quelques appels (selon un de mes profs, quelque chose qui

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

SOMMAIRE. B5.1 Première approche

SOMMAIRE. B5.1 Première approche APPROCHE THEORIQE LES COMPOSANTS ELECTRONIQES B5 LES IOES SOMMAIRE B5.1 Première approche B5.2 e la jonction PN à la diode B5.3 Caractéristique d'une diode B5.4 Mécanisme de conduction d'une diode B5.5

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

G E S T S K E D. Logiciel de gestion de QSO journaliers ou hebdomadaires appelés SKED. Version 1.0. Logiciel développé par René BUSSY F5AXG

G E S T S K E D. Logiciel de gestion de QSO journaliers ou hebdomadaires appelés SKED. Version 1.0. Logiciel développé par René BUSSY F5AXG G E S T S K E D Logiciel de gestion de QSO journaliers ou hebdomadaires appelés SKED Version 1.0 Logiciel développé par René BUSSY F5AXG Merci à Gilles F8EEQ pour les tests. www.f5axg.org GEST'SKED F5AXG

Plus en détail

Amplificateur push-pull 20 mètres à «MOSFET» de puissance

Amplificateur push-pull 20 mètres à «MOSFET» de puissance LES RÉALISATIONS DE LA» LIGNE BLEUE» *LE SAVOIR-FAIRE RADIOAMATEUR* Amplificateur push-pull 20 mètres à «MOSFET» de puissance Par F6BCU--Bernard MOUROT Radio-club de la Ligne bleue 1 ère partie Depuis

Plus en détail

Le module Clonage des stations

Le module Clonage des stations Le module Clonage des stations Présentation Le module clonage des stations s'appuie sur l'outil libre udpcast ainsi que sur la possibilité pour les machines modernes de "booter" sur la carte réseau. On

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Guide de démarrage rapide Centre de copies et d'impression Bureau en Gros en ligne

Guide de démarrage rapide Centre de copies et d'impression Bureau en Gros en ligne Guide de démarrage rapide Centre de copies et d'impression Bureau en Gros en ligne Aperçu du Centre de copies et d'impression Bureau en Gros en ligne Pour accéder à «copies et impression Bureau en Gros

Plus en détail

I GENERALITES SUR LES MESURES

I GENERALITES SUR LES MESURES 2 Dans le cas d intervention de dépannage l usage d un multimètre est fréquent. Cet usage doit respecter des méthodes de mesure et des consignes de sécurité. 1/ Analogie. I GENERALITES SUR LES MESURES

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

2.1 Le point mémoire statique Le point mémoire statique est fondé sur le bistable, dessiné de manière différente en Figure 1.

2.1 Le point mémoire statique Le point mémoire statique est fondé sur le bistable, dessiné de manière différente en Figure 1. Mémoires RAM 1. LOGIUE STATIUE ET LOGIUE DYNAMIUE Le point mémoire est l élément de base, capable de mémoriser un bit. Il y a deux approches possibles. L approche statique est fondée sur la l'utilisation

Plus en détail

SIMULATION EN ELECTRONIQUE

SIMULATION EN ELECTRONIQUE 1 sur 8 SIMULATION EN ELECTRONIQUE PLAN: OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT INTRODUCTION MANIPULATION 1 : Prise en main A) Montage inverseur

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

Notice d utilisation Version 1.0 Août 2003 FRANÇAIS CONSIGNES DE SECURITE ATTENTION : Pour éviter tout risque de choc électrique, ne pas ouvrir le capot de l appareil ni démonter le panneau arrière. L

Plus en détail

Notice de montage, d utilisation et de maintenance

Notice de montage, d utilisation et de maintenance SmartTouch confort d accès NB506N avec technique de transpondeur à longue portée Notice de montage, d utilisation et de maintenance Notice de montage et d utilisation pour le client final MBW26-FR/07.15-6

Plus en détail

PASSAGE A NIVEAU HO/N

PASSAGE A NIVEAU HO/N PASSAGE A NIVEAU HO/N Description Ce passage à niveau en laiton est composé de deux demi-barrières, ainsi que de deux feux lumineux rouges. Vous pouvez utiliser ce PN sur un nombre quelconque de voie y

Plus en détail

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1 1 Introduction Un convertisseur statique est un montage utilisant des interrupteurs à semiconducteurs permettant par une commande convenable de ces derniers de régler un transfert d énergie entre une source

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

TP oscilloscope et GBF

TP oscilloscope et GBF TP oscilloscope et GBF Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : ce travail a pour buts de manipuler l oscilloscope et le GBF. A l issu de celui-ci, toutes les fonctions essentielles

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

Transmettre la voix à distance

Transmettre la voix à distance Pour quoi faire? Par quels moyens? Ressentir et observer sa voix, c était un très vieux rêve, comme l était aussi celui de voler dans les airs Aujourd hui, les moyens de communication modernes permettent

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

Le GBF Générateur basse fréquence

Le GBF Générateur basse fréquence Le GBF Générateur basse fréquence Il génère des signaux alternatifs ( carré, sinusoïdale et triangulaire ) en sa sortie ( output- 50 ) Pour chaque signal, on peut modifier : l amplitude ( en agissant sur

Plus en détail

UTILISATION DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ----- I - CONSTITUTION ET FONCTIONNEMENT DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE

UTILISATION DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ----- I - CONSTITUTION ET FONCTIONNEMENT DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE UTILISATION DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ----- Le but de cette étude est de familiariser l'étudiant avec l'utilisation d'un oscilloscope au travers de mesures de diverses grandeurs physiques : tensions,

Plus en détail

PB 501 PB 511 PB 521

PB 501 PB 511 PB 521 PB 501 PB 511 PB 521 Français Description / Instructions de montage 1 Présentation 3 Mise en service 6 Caractéristiques techniques 8-0 - 1- Description Borniers Canaux Voyant d'alarme Voyant de disqualification

Plus en détail

TPS 4 Objectifs du programme aide à la lecture et à l'écriture Les fonctions principales lecture à haute voix

TPS 4 Objectifs du programme aide à la lecture et à l'écriture Les fonctions principales lecture à haute voix TPS 4 (Texte Parlant Simple, version 4 avec voix Kali ou SAPI 5) Objectifs du programme Comme son nom l'indique ce programme est une sorte de mini-traitement de texte, pourvu de fonctions d'aide à la lecture

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

Photo d'un oscilloscope courant : DESCRIPTION DE L'OSCILLOSCOPE

Photo d'un oscilloscope courant : DESCRIPTION DE L'OSCILLOSCOPE Avant de commencer ce sujet sur l'oscilloscope, je vais en guise d'introduction parlé du choix de cet appareil et donc en même temps de ces différentes spécifications, et il y en a, cela relève même parfois

Plus en détail

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège)

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Thème SANTE SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Acquis du collège : une tension alternative périodique (comme celle du secteur) est une tension qui se répète à l'identique

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

UTILISATION & ENTRETIEN

UTILISATION & ENTRETIEN UTILISATION & ENTRETIEN Code: 98.00.00.0011 GF Gianni Ferrari 01-2006 Page 1 de 6 www.gianniferrari.com CE MANUEL DE L OUTIL "TONDEUSE 110 RC" COMPLETE LE MANUEL DE LA MACHINE DONT IL EST APPLIQUE (TURBOGRASS),

Plus en détail

PHPWEBSITE -Tutoriel image

PHPWEBSITE -Tutoriel image PHPWEBSITE -Tutoriel image La capture des images depuis le web pour mon site. L optimisation d images pour le web, 1 Préparer des images pour le Web A. Généralités 1. Les trois formats d'images sur le

Plus en détail

PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT

PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT INTRODUCTION Les pinces ampèremétriques sont destinées à étendre les capacités de mesure des multimètres, appareils de mesure de puissance, oscilloscopes,

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

Système DOF1 DISPOSITIF D'OUVERTURE ET DE FERMETURE DES FAÇADES DE QUAI LIGNE 1

Système DOF1 DISPOSITIF D'OUVERTURE ET DE FERMETURE DES FAÇADES DE QUAI LIGNE 1 Système DOF1 DISPOSITIF D'OUVERTURE ET DE FERMETURE DES FAÇADES DE QUAI LIGNE 1 Client : RATP Equipements : Ligne 1 du métro Parisien 26 stations équipées 52 trains équipés Normes : 61508, EN50126, EN50128,

Plus en détail

Manuel de l utilisateur pour détecteur de mouvement avec télécommande

Manuel de l utilisateur pour détecteur de mouvement avec télécommande Sécurité personnelle Manuel de l utilisateur pour détecteur de mouvement avec télécommande Ne pas utiliser dans des lieux humides Alarme à détection de mouvement Avec télécommande Montage au mur Indicateur

Plus en détail

PRINCIPE, REGULATION et RECHERCHE de PANNES

PRINCIPE, REGULATION et RECHERCHE de PANNES NOTICE TECHNIQUE N 003 Date : 08/04/03 Révisé le: 14/09/07 ALTERNATEUR PRINCIPE, REGULATION et RECHERCHE de PANNES 1 ) Principe : Contrairement à la dynamo qui produit du courant alternatif redressé par

Plus en détail

CIRCUIT DE CHARGE BOSCH

CIRCUIT DE CHARGE BOSCH LA GUZZITHÈQUE 1/5 10/06/06 CIRCUIT DE CHARGE BOSCH Ce document est issu d un article de l Albatros, revue de liaison du MGCF, lui-même issu du Gambalunga, revue anglaise de liaison du MGC d Angleterre.

Plus en détail

SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16

SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16 SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16 La rubrique des Safety Officers Les signes à connaître Le

Plus en détail

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7 DETECTOR BICANAL FG. DIMENSIS ET CNEXIS ELECTRIQUES FRANÇAIS 4 VDC Alimentat. 4 Vcc 3 Contact Boucle 4 5 Contact Boucle 6 7 Boucle 8 9 0 Boucle Dimensions en mm. GENERALITES Applications: contrôle de barrières,

Plus en détail

Vous avez dit... LED??? DOCLED V2 Page 1 / 14

Vous avez dit... LED??? DOCLED V2 Page 1 / 14 Vous avez dit... LED??? DOCLED V2 Page 1 / 14 Bonjour. Le but de ce document est d'éclaircir certains points de fonctionnement de ces composants très pratiques que sont les LEDS. Il décrit dans les grandes

Plus en détail

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux!

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Pour ne rien vous cacher, le langage d'assembleur (souvent désigné sous le terme "Assembleur", bien que ce soit un abus de langage, puisque "Assembleur" désigne le logiciel

Plus en détail

TENSION et COURANT ALTERNATIF

TENSION et COURANT ALTERNATIF Chapitre 2 TENSION et COURANT ALTERNATIF I/ Principe de fonctionnement d'un oscilloscope 1- Schéma Plaques de déviation horizontale et verticale Tube à vide Faisceau d'électrons B Cathode Anode + Spot

Plus en détail

Préampli pour la télévision en 24 cm

Préampli pour la télévision en 24 cm Marc CHAMLEY 9, rue de Limours 91470 - PECQUEUSE à B5 PLUS Préampli pour la télévision en 24 cm Ceci est un extrait de l'article sur le récepteur 24cm à base de tuner satellite d'origine Sharp, et destiné

Plus en détail

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Rudy ROBIN Dominique LEMAIRE année 2005/2006 Licence professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique

Plus en détail

Site internet du collège Comment écrire un article?

Site internet du collège Comment écrire un article? Site internet du collège Comment écrire un article? Préambule : les rôles. L administrateur du site vous a attribué des droits. L utilisateur simple peut, par exemple, simplement commenter un article ou

Plus en détail

SOMMAIRE. Travailler avec les requêtes... 3

SOMMAIRE. Travailler avec les requêtes... 3 Access Les requêtes SOMMAIRE Travailler avec les requêtes... 3 A) Créer une requête sélection en mode QBE... 3 B) Exécuter une requête à partir du mode Modifier (QBE)... 3 C) Passer du mode Feuille de

Plus en détail

Cours de Tables / Ordinateur - 1

Cours de Tables / Ordinateur - 1 Cours de Tables / Ordinateur - 1 Cours de Tables / Ordinateur - 2 Cours de Tables / Ordinateur - 3 Ordinateurs de Plongée Introduction Principe de Fonctionnement Avantages et inconvénients Les différents

Plus en détail

Guide de l'utilisateur

Guide de l'utilisateur Guide de l'utilisateur MC100CM MC110CS Convertisseur média Fast Ethernet MC111CS MC112CS Convertisseur média Fast Ethernet WDM Rev:1.0.0 Page 7106500709 1 sur 13 Droits de reproduction et marque déposée

Plus en détail

Pointeuse SC403 Manuel d'installation

Pointeuse SC403 Manuel d'installation Pointeuse SC403 Manuel d'installation Version : 1.1.1 Date : Juin 2010 À propos de ce manuel Ce document est un guide qui décrit comment installer la station de contrôle Accès Série F & SC ainsi que les

Plus en détail

HAM841K CENTRALE D'ALARME POUR SYSTEMES DE SECURITE COMMERCIAUX ET D'HABITATION

HAM841K CENTRALE D'ALARME POUR SYSTEMES DE SECURITE COMMERCIAUX ET D'HABITATION CENTRALE D'ALARME POUR SYSTEMES DE SECURITE COMMERCIAUX ET D'HABITATION MANUEL D'UTILISATION MANUEL D'UTILISATION CENTRALE D'ALARME POUR SYSTEMES DE SECURITE COMMERCIAUX ET D'HABITATION INTRODUCTION Le

Plus en détail

Les capteurs et leurs branchements

Les capteurs et leurs branchements bts mi 2 \ COURS\Technologie des capteurs et leurs branchements 1 1. Les Modules Entrées Les capteurs et leurs branchements Module d extension d Entrées/Sorties TOR Module réseau : communication entre

Plus en détail

Notice d utilisation de la : Pro-Ject Debut & Debut Phono SB

Notice d utilisation de la : Pro-Ject Debut & Debut Phono SB Notice d utilisation de la : Pro-Ject Debut & Debut Phono SB 11 14 11 22 2 1 3 16 17 6 15 1 4 5 8 7 9 20 21 17 9a 3a 25 33 45/78 SPEED 24 10 11 13 12 2 PRO-JECT DEBUT/DEBUT PHONO SB Descriptif du produit

Plus en détail

Chronique Ecouteurs-SWL Ondes Courtes et Auditeurs de Radiodiffusion

Chronique Ecouteurs-SWL Ondes Courtes et Auditeurs de Radiodiffusion Chronique Ecouteurs-SWL Ondes Courtes et Auditeurs de Radiodiffusion S41-2015 06/10//2015 S 41 Chronique composée par Jacques PARMANTIER FE7630 / F-20710 Sommaire : Editorial Livre WRTH Radio BroadCast

Plus en détail

Manuel d installation Lecteur XM3

Manuel d installation Lecteur XM3 Manuel d installation Lecteur XM3 Conditions, Les Transactions, les livraisons, etc seront effectuées selon les conditions générales de livraisons, déposées à la Chambre de Commerce de Mappel, Pays Bas.

Plus en détail

Débuter avec un ordinateur

Débuter avec un ordinateur Débuter avec un ordinateur 1) L'ordinateur En fonction de l'ordinateur que vous avez il y a plusieurs petites choses à savoir : 1.1) L'ordinateur fixe Deux choses à allumer quand vous voulez allumer un

Plus en détail

1 sur 5 10/06/14 13:10

1 sur 5 10/06/14 13:10 Time Machine est un outil proposé par Mac OS depuis sa version 10.5 (Leopard) et qui permet d'effectuer des sauvegardes de votre disque dur de manière régulière. Mais au-delà de la simple sauvegarde périodique,

Plus en détail

Pourquoi et comment mesurer les ondes autour de nous? 1) Les ondes et le rayonnement, qu'est-ce que c'est?

Pourquoi et comment mesurer les ondes autour de nous? 1) Les ondes et le rayonnement, qu'est-ce que c'est? Pourquoi et comment mesurer les ondes autour de nous? 1) Les ondes et le rayonnement, qu'est-ce que c'est? Au lieu de dire et redire ce que d'autres ont déjà très bien fait, accédez simplement au guide

Plus en détail

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois...

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... En quoi cette notion de polarisation du transistor est-elle si importante? Et bien elle va permettre de

Plus en détail

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique FOUGERAY P. ANNE J.F. TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique bi courbe,

Plus en détail

Distinguer entre «Enregistrer» et «Sauvegarder»

Distinguer entre «Enregistrer» et «Sauvegarder» Compétence D1.4 IV - : Pérenniser ses données IV Assurer une sauvegarde 33 Compresser / Décompresser un fichier ou un ensemble de fichiers / dossiers 35 A. Assurer une sauvegarde Distinguer entre «Enregistrer»

Plus en détail

SD1+ SD1+ SD1+ ENT ESC

SD1+ SD1+ SD1+ ENT ESC SD SD SD A B 4 5 6 C 7 8 9 D ENT 0 ESC Sommaire Options du Menu SD........ Généralités...... Raccordements.......... Mot de Passe........... Type de Mot de Passe........... Sortie Programmable...........

Plus en détail

Centrale d Alarme 32 zones sans fils

Centrale d Alarme 32 zones sans fils Centrale d Alarme 32 zones sans fils Ultra facile à installer et à programmer Sans fil : Aucune connexion nécessaire!!! Nombreux capteurs différents disponibles : permet de détecter une intrusion par infrarouge,

Plus en détail

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES V ACTIONNEURS PNEUMATIQUES : 51 Généralités : Ils peuvent soulever, pousser, tirer, serrer, tourner, bloquer, percuter, abloquer, etc. Leur classification tient compte de la nature du fluide (pneumatique

Plus en détail

Activité 1. Compter les points Écriture binaire des nombres. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériel

Activité 1. Compter les points Écriture binaire des nombres. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériel Activité 1 Compter les points Écriture binaire des nombres Résumé Les données de l ordinateur sont stockées et transmises sous la forme d une série de 0 et de 1. Comment peut-on représenter des mots et

Plus en détail

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE

2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007. Projet BANQUE 2 Grad Info Soir Langage C++ Juin 2007 Projet BANQUE 1. Explications L'examen comprend un projet à réaliser à domicile et à documenter : - structure des données, - objets utilisés, - relations de dépendance

Plus en détail

Installation de Windows 2003 Serveur

Installation de Windows 2003 Serveur Installation de Windows 2003 Serveur Introduction Ce document n'explique pas les concepts, il se contente de décrire, avec copies d'écran, la méthode que j'utilise habituellement pour installer un Windows

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

OSCILLOSCOPES Numériques

OSCILLOSCOPES Numériques OSCILLOSCOPES Numériques La partie pratique de ce TP, effectuée en salle de TP, sera divisée en trois parties. Les deux premières parties sont consacrées respectivement au couplage et à la synchronisation

Plus en détail

IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération

IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération IUT de Colmar - Département RT 1ière année. Numération 1 Laurent MURA. SOMMAIRE 1. Les différents systèmes 2. Les différentes conversions 3. Quelques systèmes de codage 4. L arithmétique binaire 2 IUT

Plus en détail

Notice de branchement et mise en service

Notice de branchement et mise en service PORTE DE GARAGE VERSION RADIO Notice de branchement et mise en service Mode d emploi au dos (à remettre à l utilisateur de la porte) TN-PRPRS-LBF-C07 29/03/2011 Guide installateur 3/8 1 Précautions d

Plus en détail

Nota Bene module Professeur version 11. pour Windows 98 et supérieur. Manuel d utilisation. Edition du 18-04-06

Nota Bene module Professeur version 11. pour Windows 98 et supérieur. Manuel d utilisation. Edition du 18-04-06 Nota Bene module Professeur version 11 pour Windows 98 et supérieur Manuel d utilisation Edition du 18-04-06 Table des matières Chapitre 1 Nota Bene module Professeur...4 I. Installation de Nota Bene module

Plus en détail

HA33S Système d alarme sans fils

HA33S Système d alarme sans fils HA33S Système d alarme sans fils Manuel d installation & de fonctionnement SOMMAIRE Introduction... 2 1. Contenu du Kit HA33S... 2 2. Planification de l'installation... 2 3. Installation et programmation

Plus en détail

Chapitre 7: Énergie et puissance électrique. Lequel de vous deux est le plus puissant? L'énergie dépensée par les deux est-elle différente?

Chapitre 7: Énergie et puissance électrique. Lequel de vous deux est le plus puissant? L'énergie dépensée par les deux est-elle différente? CHAPITRE 7 ÉNERGIE ET PUISSANCE ÉLECTRIQUE 2.4.0 Découvrir les grandeurs physiques qui influencent l'énergie et la puissance en électricité. Vous faites le grand ménage dans le sous-sol de la maison. Ton

Plus en détail

CHAINE D INFORMATION CHAINE D ENERGIE

CHAINE D INFORMATION CHAINE D ENERGIE CENTRE D INTERET N 6 : COMMENT EST COMMANDÉ UN OBJET TECHNIQUE? DOMAINE D'APPLICATION : CONFORT ET DOMOTIQUE CHAINE D INFORMATION CHAINE D ENERGIE Simples ou complexes, les systèmes automatisés sont partout

Plus en détail

BUREAU D ETUDES INFORMATIQUE JOUEUR DE PUISSANCE 4

BUREAU D ETUDES INFORMATIQUE JOUEUR DE PUISSANCE 4 MIETLICKI Pascal 3 MIC C2 BUREAU D ETUDES INFORMATIQUE JOUEUR DE PUISSANCE 4 1. Mode Console... 2 2. Mode Graphique... 2 3. Architecture de notre logiciel... 3 4. Manuel d utilisation... 5 5. Aide au joueur...

Plus en détail

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE 4. LES PUISSANCES LA NOTION DE PUISSANCE 88 CHAPITRE 4 Rien ne se perd, rien ne se crée. Mais alors que consomme un appareil électrique si ce n est les électrons? La puissance pardi. Objectifs de ce chapitre

Plus en détail

LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 L électricité.

LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 L électricité. LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 v L électricité. L électricité cycle 3 - doc Ecole des Mines de Nantes 1 LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 v L'électricité. PROGRESSION GENERALE Séance n 1

Plus en détail

SUPPORT DE COURS WINDOWS VISTA

SUPPORT DE COURS WINDOWS VISTA SOMMAIRE I.... LA GESTION DE L'ORDINATEUR... 2 A.... LES UNÎTES LOGIQUES... 2 1 DISQUES DURS... 2 2 SUPPORTS AMOVIBLES... 3 3 PROPRIÉTÉS DU SUPPORT... 3 B... LE CONTENU DE L'ORDINATEUR... 4 1 DOSSIERS...

Plus en détail

IP Office IP Office Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée

IP Office IP Office Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée 15-604067 Version 11a - (29/04/2011) 2011 AVAYA Tous droits réservés. Note Bien que tous les efforts nécessaires aient été mis en œuvre en vue de

Plus en détail

2009-2012 par Roku, Inc. Tous droits réservés. Roku et le logo de Roku sont des marques de commerce déposées de Roku, Inc. Les autres marques et noms

2009-2012 par Roku, Inc. Tous droits réservés. Roku et le logo de Roku sont des marques de commerce déposées de Roku, Inc. Les autres marques et noms Bonjour! Débutons. 2009-2012 par Roku, Inc. Tous droits réservés. Roku et le logo de Roku sont des marques de commerce déposées de Roku, Inc. Les autres marques et noms de produits sont des marques de

Plus en détail

Centrale de surveillance ALS 04

Centrale de surveillance ALS 04 Centrale de surveillance ALS 04 Notice d'installation et d'utilisation Version 1.0 - B 6 rue Alory 35740 Pacé France Tel : +33 (0) 2 99 60 16 55 Fax : +33 (0) 2 99 60 22 29 www.sodalec.fr - 1 - Notice

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES À LA SÉCURITÉ

INFORMATIONS RELATIVES À LA SÉCURITÉ INFORMATIONS RELATIVES À LA SÉCURITÉ Merci de bien vouloir respecter les règles et règlementations lors de l utilisation du téléphone. Cela permettra d éviter les effets indésireux envers vous et envers

Plus en détail

STATION MÉTÉO «DAVIS VANTAGE PRO2» DOSSIER DE PRÉSENTATION

STATION MÉTÉO «DAVIS VANTAGE PRO2» DOSSIER DE PRÉSENTATION «DAVIS VANTAGE PRO2» DOSSIER DE PRÉSENTATION Pascal BARONI JeanLuc PADIOLLEAU Version du 19 septembre 2011 1ère STI2D spécialité SIN Lycée Jacques de Vaucanson 1 Rue Védrine 37000 TOURS 1. PRÉSENTATION

Plus en détail

Automatisme pour porte de garage. Instructions d installation et guide de l utilisateur.

Automatisme pour porte de garage. Instructions d installation et guide de l utilisateur. Automatisme pour porte de garage. Instructions d installation et guide de l utilisateur. ET-600 ET-1000 S/N AVERTISSEMENT Avant l'installation lire attentivement ce manuel. L'installation de l'automatisme

Plus en détail

Introduction : Cadkey

Introduction : Cadkey Introduction Cadkey Cadkey est un logiciel de dessin assisté par ordinateur. La fenêtre du logiciel devrait ressembler à quelque chose comme suit: Le menu supérieur: Redraw Autoscale Efface Modifier les

Plus en détail