Premiers pas. [Presses universitaires de Rennes, 2010, [«Les chemins de la mer», Gilbert Buti]

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Premiers pas. [Presses universitaires de Rennes, 2010, www.pur-editions.fr] [«Les chemins de la mer», Gilbert Buti]"

Transcription

1 Premiers pas «Voyage à l aventure.» Les premiers pas de cette recherche prirent assurément modèle sur cette forme de navigation familière aux marins provençaux. Prêt à embarquer, pour un voyage au long cours en direction de la péninsule ibérique et des Empires américains, sous la ferme et paternelle conduite de Charles Carrière, la brutale disparition de celui-ci me fit ajourner ce voyage lointain plein de promesses. Le hasard de la préparation d une Leçon d histoire avec Fernand Braudel sur le siège de Toulon de 1707, me dirigea vers les archives du Service historique de la Marine de Toulon 1. La Leçon terminée, je prolongeais la fréquentation des archives de ce port afin d explorer au mieux les richesses d un gisement aperçu et encore inexploité localement, à savoir les archives produites par le service des classes de la Marine mis en place depuis Colbert. Cette documentation relative à la marine d État mais aussi à celle du commerce que d aucuns croyaient perdue ou absente des archives d un port de guerre me permit de renouer avec les interrogations formulées naguère par Charles Carrière à propos des franges maritimes provençales, de réactiver une problématique centrée sur l organisation de l espace marchand marseillais au xviii e siècle. En effet, à partir de la fi n du xvii e siècle, Marseille étend son espace commercial jusqu aux limites du monde connu ; son horizon économique dépasse la proche Méditerranée pour atteindre les lointains océans 2. Pour parvenir à faire de leur port un instrument capable de jouer un rôle mondial, les négociants et armateurs de la place se sont glissés entre les mailles des puissants réseaux internationaux. Les étapes de cette dilatation de l aire commerciale et les modalités mises en œuvre pour hisser la cité portuaire provençale au niveau des plus grandes places marchandes sont connues. Elles ont retenu, depuis la fin du xix e siècle, l attention des historiens du commerce de Marseille de Paul Masson à Gaston Rambert et Charles Carrière. Parallèlement aux changements qui ont affecté la place, ces historiens se sont accordés sur le fait que «l activité grandissante de Marseille a rejeté 1. Aujourd hui Service historique de la Défense, département Marine, Toulon. 2. Carrière C., Négociants marseillais au XVIII e siècle, 2 vol., Marseille,

2 LES CHEMINS DE LA MER dans l ombre les ports secondaires de Provence 3». Néanmoins, faut-il négliger pour cela cette guirlande portuaire composée d une quarantaine de ports et modestes havres d échouage ou «marines» qui s étire d Arles à Antibes, riche en hommes, marchandises et navires? Si l histoire des économies maritimes a longtemps privilégié le vaste et le lointain, les grands ports et les flux internationaux, l élite négociante et la formation du capitalisme commercial, le temps n était-il pas venu d accorder une attention aux discrètes sociétés littorales et aux petits ports placés «à l ombre» d un pôle majeur? L arrière-pays marseillais se réduirait-il au seul Languedoc drapier si important soit-il pour les échanges avec le monde levantin? Ne peut-on percevoir pour Marseille comme André Lespagnol a pu le montrer avec bonheur pour Saint-Malo 4 «un arrière-pays latéral, c est-à-dire littoral», une «riviera» à l image de la voisine «rivière de Gênes»? Ne constituant en rien un bloc homogène, ces ports offrent-ils l image répétitive d une même évolution, ou invitent-ils, en considération de comportements originaux, à dégager des pratiques et techniques jusque-là méconnues ou inédites? Marseille et le désert maritime provençal? Pour les nombreux «bourgs et villages maritimes» qui, à l évidence, ne peuvent pas créer à eux seuls une région vivante, la présence d une grande cité portuaire constitue un atout essentiel. Cependant, l essor commercial de Marseille entraîne-t-il dans son sillage les ports voisins ou les étouffe-t-il? Observe-t-on complémentarité ou subordination de ces derniers à l égard du port mondial? Depuis Paul Masson la réponse paraissait claire : «[Hormis La Ciotat] qui a largement profi té de l activité marseillaise, [ ] Martigues, «la Venise provençale», a perdu beaucoup de son ancienne prospérité, [ ] Toulon, accaparé par la Marine royale, a définitivement renoncé au grand commerce, [ ] les autres ports, comme Antibes, Saint- Tropez, La Seyne, Cassis ont décliné [ ]. Ils n étaient alors plus que des satellites de Marseille, vivant surtout d un cabotage, plus ou moins actif, les unissant au grand port 5.» La notion fortement réductrice de ports satellites nie toute parcelle d autonomie. Le «monde grouillant des rivières provençales» (Fernand Braudel) se placerait servilement à la remorque de la puissante cité marchande et serait cantonné à un cabotage dévalorisant. Considérant, à travers le cas ciotaden, le rôle occupé par les ports provençaux dans le trafic méditerranéen, notamment vers le Levant et la Barbarie, la réponse de la Chambre de commerce de Marseille, dès la fin du xvii e siècle, a le mérite de la clarté : 3. Masson P., La Provence au XVIII e siècle, 3 vol., Paris, 1936, t. 3, p Lespagnol A., Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, 2 vol. Rennes, Masson P., op. cit., p

3 PREMIERS PAS «On défi e les intéressés aux bâtiments de La Ciotat de justifi er qu ils aient jamais expédié un seul bâtiment qu ils n aient eu besoin de réclamer le secours des négociants de Marseille [ ]. Ce sont les négociants représentés par la Chambre qui font subsister la navigation de La Ciotat 6.» Peut-on affirmer plus nettement, et avec une certaine arrogance, cette inféodation? Toujours selon ce même Mémoire, les bâtiments provençaux n apparaîtraient «à l égard du commerce sur mer que ce que sont les charretiers et les muletiers». Doit-on accorder un total crédit à ce jugement qui limite les ports provençaux au seul rôle de transporteurs des mers, rôle qui, sur ce littoral, reste d ailleurs méconnu? Le cabotage auquel se livrent les bâtiments de ces ports est par ailleurs assimilé à une activité marginale, à tout le moins négligeable. Poussière d échanges déposée sur le prestigieux commerce lointain? Laissons la réponse à Fabry, directeur de l arsenal de Toulon, donc éloigné du comptoir du négoce. Ce responsable militaire, qui approuve la nécessité d organiser des croisières pour protéger la côte provençale et ses prolongements au moment de la guerre d Indépendance américaine, insiste sur le rôle du trafic maritime local : «Les petits ports de la côte, depuis Agde jusqu à Gênes, ont aussi un commerce particulier et font également leur demande pour le transport des blés, des huiles, des soies d Italie pour les manufactures de Lyon et pour tous les objets de consommation et d industrie. Ce commerce n est pas le moins intéressant ; c est, pour ainsi dire, le père nourricier des provinces méridionales et même de l intérieur, soit pour l importation, soit pour l exportation 7.» Saurait-on mieux exposer la place occupée par le trafic de proximité, par ce «père nourricier»? Certes, pour le responsable de l arsenal les livraisons attendues, tant par le canal des Deux-Mers pièces d artillerie que par le Rhône bois de marine, représentent des impératifs stratégiques majeurs, éloignés dans une certaine mesure des préoccupations des négociants. Elles s inscrivent néanmoins dans un mouvement plus ample et plus complexe présenté avec clairvoyance. De l embouchure du Var au delta du Rhône, voire au-delà, les activités des ports situés dans l ombre de Marseille, se limitent-elles à ce rôle de cabotage de concentration et de redistribution? Au-delà des échanges de proximité participent-elles, de près ou de loin, aux autres circuits du négoce marseillais, voire à des trafics indépendants de lui? Certes, Marseille éclipse les ports secondaires, mais le réseau portuaire s étrique-t-il pour autant au fil du siècle? Bref «on aimerait, avec Michel Vovelle, saisir l évolution véritable du réseau portuaire provençal, comme on aimerait prolonger vers l intérieur les routes et les relais du commerce phocéen 8». 6. ACCIM, B5-1688, f AN, Marine B3-690, f Vovelle M., «Le xviii e siècle provençal», Baratier E. (dir.), Histoire de la Provence, Toulouse, 1969, p

4 LES CHEMINS DE LA MER Si les affaires maritimes constituent le pôle central de la recherche engagée, le monde de la mer ne saurait se limiter aux seuls négociants même si ceux-ci constituent, dans les ports, le moteur des activités maritimes avec leurs divers prolongements, comme la banque et l assurance. Au-delà de l intensité des trafics internationaux de l élite négociante, vit directement au rythme de la mer «une autre population maritime économiquement indispensable, nombreuse mais pour nous silencieuse 9». Ce silence reste entier, ou presque, pour les populations des rives de la France méditerranéenne et autorise, naturellement, tous les clichés. Les gens de mer provençaux ont ainsi souvent piètre renommée : médiocres capacités nautiques et libertinage dessineraient, teintés de dédain, les traits majeurs de leur identité. Quelle valeur accorder à cette mauvaise réputation? Par ailleurs, tournées vers le large, les populations maritimes se montrent-elles indifférentes aux choses de la terre, ignorent-elles le rythme des saisons agricoles? Au reste, si les gens de mer des petites places réussissent à s infiltrer dans les rouages du port mondial, à quel degré, selon quelle ampleur et par quelles stratégies si stratégie il y a apportent-ils du sang neuf à l élite marchande de la grande place? Répondre à ces interrogations demanderait d engager une investigation port par port, sollicitant un jeu d éclairages conjuguant longue durée et temps bref, dimensions socio-économiques et culturelles, retenant les houles profondes et les brèves secousses. Les registres conservés au Service historique de la Défense, dans lesquels se trouvaient classés les navires, les gens de mer et les mouvements marchands, ne pouvaient-ils pas restituer un large pan de l économie maritime d un littoral laissé en friche, d approcher les éléments d un réseau figé et étouffé par l exceptionnelle croissance du port mondial voisin? Des chercheurs ponantais songeons à Jacques Bernard avaient ouvert la voie et sous la houlette de Michel Mollat, de multiples travaux donnaient à la mer, «frontière de la peur ou rivage de l espoir», sa place de grand personnage de l histoire 10. La documentation toulonnaise permettait de fournir le socle pour une recherche résolument maritime, mais il fallut rapidement se rendre à l évidence que l épaisseur du filon à exploiter était inégale fragmentée pour Martigues, réduite pour La Seyne, insignifi ante pour La Ciotat et les contraintes de temps, pour mener à bien l entreprise, dépassaient l ardeur d un chercheur isolé. Certes, l outil informatique apparut très vite indispensable pour maîtriser un corpus dont la présentation et le contenu semblaient attendre l ordinateur. Au vrai, malgré, ou à cause, de ce précieux renfort, j ai dû opérer des choix et d abord renoncer à vouloir embrasser 9. Cabantous A., La mer et les hommes. Pêcheurs et matelots dunkerquois de Louis XIV à la Révolution, Dunkerque, 1980, p. 9 et du même, Dix mille marins face à l océan. Les populations de Dunkerque au Havre aux XVII e et XVIII e siècles (vers ). Etude sociale, Paris, Voir ci-dessous l orientation bibliographique. 16

5 PREMIERS PAS toutes les localités maritimes offertes à nous par ces registres, pour n en retenir qu une. En me glissant au cœur de la riviera provençale, j ai choisi de privilégier un point d observation, à savoir Saint-Tropez. Saint-Tropez, étonnant maillon du complexe portuaire provençal Pour témoigner sur le tout, la partie retenue peut paraître étroite, étonnante, insolite et, à tout le moins, arbitraire. À quoi bon un tel choix, diront d aucuns, affirmant que «Saint-Tropez c est Marseille», entendez un petit port placé dans la stricte dépendance du grand, inscrit dans son sillage, vivant sous sa tutelle. Qui plus est, le choix de Saint-Tropez pour conduire l enquête peut surprendre, irriter ou amuser. Avouons-le sans détour, mon intention première n était pas de m attacher à ce port secondaire. N était-ce pas succomber à un quelconque caprice de mode? Que de visages ai-je vu s éclairer d un sourire entendu après m avoir écouté énoncer, prudemment, l objet de mon enquête! Une «histoire méridionale» de plus, qui plus est tropézienne, donc locale et peu sérieuse, forcément anecdotique et nécessairement légère. En somme une galéjade supplémentaire, voire une provocation. Aller «travailler aux archives» peut soulever un certain intérêt, ou tout au moins une curiosité, mais aux archives à Saint-Tropez était-ce vraiment sérieux? Organiser une sortie pédagogique pour favoriser la découverte du patrimoine local, voilà une belle idée, mais choisir pour cela Saint-Tropez devient suspect! Le fait est que pèse aujourd hui sur cette ville le poids de clichés aux racines multiples, où la fantaisie le dispute à la frivolité. N ai-je pas moi-même, pourquoi le taire, marqué quelque réticence avant d engager une recherche située dans le champ de l histoire économique et sociale et non dans celui des représentations? Y-aurait-il une histoire à Saint-Tropez avant le début de ce siècle, avant les visites ou les séjours de Matisse, Colette et Cocteau? Saint-Tropez, invention parisienne? Assurément. Mais n est-ce pas plus vrai encore de Saint-Trop façonné par les médias et parcouru par les foules? Les fameuses bravades des mois de mai et juin semblent à certains comme de vagues souvenirs entretenus et mis en scène pour marquer l ouverture de la «saison» entendez «touristique». Ne faudrait-il pas ranger Saint-Tropez parmi les fameux lieux de mémoire? Un carottage effectué dans notre imaginaire montre l existence de plusieurs strates, à tout le moins de plusieurs sensibilités. Du préfet Fauchet au gendarme Cruchot, de la Treille Muscate à la Madrague ensoleillée, des textes de Maupassant aux toiles de Signac, jusqu à la caméra de Vadim qui participa à la création de Saint-Trop, les références tropéziennes appartiennent à cette mémoire collective en construction. Sur un plan strictement régional, la lecture des seules Unes d un des quotidiens les plus diffusés Var-Matin reflète le décalage entre la dimension administrative de la cité et la taille qu elle occupe dans les mentalités, 17

6 LES CHEMINS DE LA MER ou qu on souhaite lui donner. Un «banal» fait divers mérite la Une s il se produit à Saint-Tropez et lorsque le littoral varois se trouve exceptionnellement couvert de neige c est le blanc manteau tropézien qui occupe largement ladite page pour souligner l étrangeté de la situation. Le tumulte présent tend à réduire au silence le passé tropézien, lorsqu il ne s agit pas de le recomposer. Toutefois, imaginaire et fantasme ne sont pas de récentes composantes de la représentation tropézienne. Déjà, dès le début du xix e siècle, les bravades se trouvaient qualifi ées par le préfet Fauchet de «mascarades religieuses et d extravagances 11». En 1832, Eugène Sue, ancien chirurgien de la marine et fin connaisseur des choses de la mer, apporte sa contribution à l histoire rêvée du petit port provençal. Alors que La Salamandre, «gracieuse corvette», entre en juin 1815 dans le golfe de Grimaud, l auteur se laisse aller à une évocation où perce une certaine nostalgie : «Le soleil, tombant d aplomb sur les toits bruns de Saint-Tropez, découpe de larges ombres sur les rochers de quartz, de granit et de porphyre qui encadrent le golfe de Grimaud, à la pointe duquel est creusé ce petit port [ ]. Que de fois les Sarrasins maudits, bravant la protection des comtes de Provence, ont fait échouer leurs sacolèves au pied de ton môle, leurs sacolèves qu ils venaient charger de ces jeunes Provençales toujours si recherchées aux bazars de Smyrne et de Tunis! Pauvres jeunes filles de Saint-Tropez! Pour vous plus d espoir d être arrachées à vos familles en pleurs, enlevées par quelque maudit pirate, et déposées palpitantes, mais curieuses, sous les riches portiques du palais d un émir. Plus d espoir de quitter vos chaumières de briques, vos nattes de jonc, l eau salée de la mer, pour les bains parfumés sous les sycomores, les tapis de cachemire et les coupoles élégantes aux peintures mauresques. Bonnes filles, que je conçois vos naïfs regrets!. Au moins autrefois on attendait avec espoir la saison de l enlèvement ; car enfin c était un avenir que cette venue des pirates 12.» À travers cet édifiant «désir de rivage» nous retrouvons certes l ambivalence du mirage oriental, mais si étonnant ou exotique soit-il, ne porte-t-il pas la trace de contacts anciens entretenus ou subis par les Tropéziens avec le monde levantin? De quelles réalités ces rumeurs sont-elles donc l écho? Les travaux scientifi ques disponibles ne permettent pas d éclairer ce passé et d apporter les réponses attendues. Saint-Tropez a certes suscité les enthousiasmes et la curiosité d amateurs et d érudits. Tant de récits romanesques ont évoqué cette localité et le font encore à la veille de chaque été. Pourtant, avouons-le sans détours, aucun guide n offre de réel secours. L histoire de Saint-Tropez ne semble devoir être que «cachée», «secrète» ou «ignorée» et les minces éléments de réponse proposée contribuent souvent à épaissir un voile que l on aimerait lever. Les publications ou, plus encore, les 11. AD V, IV M 6 Rapport de Messidor an X. 12. Sue E., La Salamandre, Paris, 1832 (réédité en 1993 dans Romans de mort et d aventures, p , chapitre «Saint-Tropez»). 18

7 PREMIERS PAS références tropéziennes dispersées çà et là, au fil d énumérations des ports provençaux ou des survols des petites places fortes littorales, cristallisent les connaissances autour de quatre thèmes majeurs. L évocation du passé tropézien se trouve d abord associée, depuis près de deux siècles, à une série de clichés au commun dénominateur à savoir celui du «pittoresque petit port de pêche». Dans un ensemble relativement fourni ne prélevons qu une pincée : «tranquille et vieux port de Saint- Tropez», «bourgade insignifiante et infime port de pêche», «vieux port de pêche», ou encore, «délicieux petit village pour les pêcheurs et pour les peintres.» Les souvenirs de Tropéziens renforcent cette image en décrivant, avec nostalgie, cette «bourgade de pêcheurs et de leveurs de liège, de ramendeuses de fi lets et de bouchonnières 13». La permanence de cette image figée, rassurante et paisible, occulte à souhait, dès le début du xix e siècle, les activités marchandes de la place. Certes, un tel glissement symbolique dans l image de la bourgade dépasse le seul cas tropézien. D une façon plus large il s accélère avec les transformations traversant l ensemble de l économie locale et s inscrit dans la mutation de la représentation globale de la région. Une galerie de portraits illustres, que quelques plumes s efforcent régulièrement d étoffer, participe ensuite à la composition d un fabuleux, sinon mythique, xviii e siècle tropézien. Les destins étonnants de glorieux ou d obscurs aventuriers, qui opèrent souvent en de lointains horizons, jalonnent le dernier siècle de l Ancien Régime. Dans une mémoire collective résolument maritime, forgée et entretenue par de multiples canaux, le bailli de Suffren occupe la place de choix, à l image de la masse imposante de sa statue de bronze qui veille sur le port depuis D aucuns n hésitent pas d ailleurs à gommer la naissance à Saint-Cannat non loin d Aix-en-Provence, de Pierre-André de Suffren ( ), «héros de la campagne des Indes» ( ), pour en faire un Tropézien de souche. À l ombre du bailli se bousculent d autres grandes figures emblématiques qui scandent les temps forts de l Ancien Régime fi nissant. C est le «conventionnel Antiboul» ( ), avocat issu d une très vieille famille tropézienne, représentant du Var à la Convention et guillotiné pour son attitude ni ferme, ni claire lors du procès de Louis XVI et ses réserves émises au moment de l élimination des Girondins. Avec Jean-François Herménégilde Sibille ( ), ancien capitaine au long cours, la mer redevient le théâtre privilégié des figures héroïques. Alors que le commandant Sibille avait choisi de servir les campagnes méditerranéennes de Bonaparte, avant de s opposer un temps à Napoléon, Charles Tropez Guichard ( ) capitaine marchand resta entièrement fidèle à Napoléon Bonaparte, d Aboukir à Trafalgar où il trouva la mort à bord du Berwick. Bien que sans doute natif de Bormes, Hippolyte Bouchard (1780-vers 1835) s introduit dans la mémoire tropézienne en même temps qu il franchit les limites de la Méditerranée pour se 13. Ben F.-J., Le pays de Saint-Tropez, Marseille, 3 e éd., 1990, p

8 LES CHEMINS DE LA MER ranger, en Amérique latine, aux côtés des insurgés dressés contre la puissance espagnole et devenir le «héros de la libération de l Argentine», puis du Pérou 14. Les activités en Levant, puis en Perse, de Jean-François Allard du général Allard ( ) s effacèrent rapidement des mémoires derrière ses campagnes militaires au Pendjab au titre de généralissime des armées de Lahore, avant de regagner la petite patrie tropézienne et d y propager les saveurs orientales. À cette galerie de portraits riches en couleurs il conviendrait d ajouter sans plus attendre quelques figures «injustement oubliées», celles du capitaine Tropez Antoine Roux, du commandant de la citadelle Jean-Baptiste Du Bouchet, des Martin de Roquebrune et des frères Trullet, présents à Aboukir. Ne serait-il pas souhaitable de placer à leurs côtés Charles Magloire Baude, lieutenant de frégate embarqué sur le Luxor, pour aller chercher l obélisque offert par Méhémet Ali à Charles X ( ) et rappeler ces dix Tropéziens qui accompagnèrent, à bord de la Favorite, le retour des cendres de Napoléon en 1840? Cessons-là un inventaire au risque d être soupçonné de voir des Tropéziens partout! Semblable énumération a toutefois le mérite de souligner la place essentielle tenue par le monde de la mer et les affaires militaires dans ces trajectoires. Dans ce bref panorama, l itinéraire des Martin de Roquebrune apparaît quelque peu atypique, dans la mesure où la marchandise, et non le fait d armes leur a ouvert la voie de la notabilité. L évocation de la guerre et du commerce conduit inévitablement à poser la question de la course, troisième volet régulièrement retenu du passé tropézien. Ainsi, rappelant les couleurs de la ville, à savoir «rouge-blanc-rouge en trois bandes verticales», F.-J. Ben rapporte que «deux villes seulement en France ont le privilège d arborer ces couleurs. Ce sont Saint-Malo et Saint-Tropez : les deux villes corsaires 15». Peut-on raisonnablement rapprocher les glorieux marins tropéziens dont la mémoire hante aujourd hui la citadelle transformée en musée naval de Duguay-Trouin ou Surcouf, de Jean Bart ou des frères Porée? Ici, plus encore sans doute qu à Saint-Malo «cette image-cliché interpelle fortement l historien». Repose-t-elle sur «des réalités majeures enfouies dans la mémoire collective et refoulées derrière le clinquant spectaculaire des scènes d abordage et les exploits légendaires 16»? L absence de corsaires de renom signifie-t-elle que les Tropéziens ont ignoré la course? Se penchant sur cette entreprise guerrière à fins commerciales dans une Méditerranée considérée comme «mauvais terrain de chasse», Charles Carrière posait, à propos des négociants de la grande place, la question : «Les Marseillais étaient-ils des corsaires 17?» Reprendre pareille interrogation à propos des Tropéziens peut paraître cocasse quand on songe à l ampleur des capitaux à mobiliser pour réaliser de tels armements. Pourtant, l exemple dunkerquois ne renvoie-t-il pas à des cas d armements corsaires 14. Le nom d Hippolyte-Bouchard a été donné à un navire-école de la flotte argentine. 15. Ben F.- J., op. cit., p. 60 et Sentis G., Saint-Tropez, cité corsaire, Grenoble, 1980, p Lespagnol A., La course malouine au temps de Louis XIV, Rennes, 1995, p Carrière C., Négociants op. cit., p

9 PREMIERS PAS avec de modestes embarcations? Les Tropéziens auraient-ils agi de la sorte le long des proches littoraux? Observons toutefois que lorsque la course se trouve mentionnée dans l histoire de Saint-Tropez, il s agit d abord de mettre en relief les méfaits de la course barbaresque. Alors, Saint-Tropez, cité corsaire ou cliché supplémentaire à ranger parmi les accessoires de la panoplie du légendaire? L image de la vaillante cité viendrait-elle équilibrer celle du «paisible bourg de pêche»? Une dernière composante observée dans l écriture de l histoire tropézienne, comme en contrepoint à cette série de destins hors du commun, vise à confondre le dernier siècle de l Ancien Régime avec une période de difficultés, d effacement, de déclin, de mise en coupe par le négoce marseillais. Le repli a d autant plus de force qu il semble prendre place à la suite d un lointain et mythique «âge d or» fait d étonnantes aventures, de fabuleux trafics et de commerce florissant. Le port, qui a pour divers observateurs «beaucoup perdu de ses activités d autrefois», s endort inexorablement 18. Saint-Tropez aurait donc, comme Martigues, ignoré le «brillant xviii e siècle 19». Dans une certaine mesure la notice de Jouy accompagnant la gravure de Garneray qui représente Saint-Tropez vers 1823 contient déjà nombre de ces éléments : «Saint-Tropez est une place d une faible importance maritime [ ]. Son port est petit, peu profond [ ] Saint-Tropez n a point d autre industrie et d autre commerce que l exploitation de la pêche [ ]. À Saint-Tropez les mœurs sont douces et l esprit cultivé [ ]. Le célèbre bailli de Suffren, dont les victoires dans l Inde coûtèrent si cher aux Anglais, y est né dans le siècle dernier, et l on montre encore aux voyageurs la maison de ce grand marin 20.» Nous avançons ainsi à grands pas vers le portrait de la «ville-fantôme» brossé un demi-siècle plus tard par l inspecteur des Ponts et chaussées Charles Lenthéric : «Au milieu de tous ces pans de murs rongés par le salin, on a peine à se croire dans une ville française du dix-neuvième siècle ; les façades des maisons sont bariolées suivant l ancienne mode espagnole. Les moindres habitations, délabrées et en ruine, sentent la misère et l abandon ; on ne les répare pas, on les badigeonne, et leurs couleurs vives se reflètent dans les eaux d un port presque désert 21.» Doit-on voir dans cet état des lieux l aboutissement d une évolution amorcée dès la fin du xvii e siècle? Comme frappé d ankylose, malgré les actes héroïques de quelques-uns de ses marins, le xviii e siècle tropézien annoncerait la désolation de la cité et la paralysie portuaire. 18. Masson P., Histoire du commerce français dans le Levant au XVIII e siècle, Paris, 1911, p Carrière C., «Y-a-t-il eu un xviii e siècle à Martigues?», Provence historique, 1964, n 55, p et la réponse de Paoli J.-M., Martigues au XVIII e siècle : un déclin, mémoire de maîtrise, Aix-en-Provence, Garneray L., Jouy E., Ports et côtes de France, Paris, 1823, p Lenthéric C., La Provence maritime ancienne et moderne, 2 e éd., Paris, 1880, p

10 LES CHEMINS DE LA MER Saint-Tropez, une «fille de la mer» Exhumer un passé enfoui et silencieux certes, mais contribuer à la connaissance des économies maritimes restent étroitement associés à ma démarche. Ayant quitté Marseille ses grandes respirations économiques, ses vastes horizons océaniques et les comptoirs de ses négociants pour une escale tropézienne invite, par un regard excentré et un changement d échelle, à décrypter le fonctionnement du complexe portuaire provençal. Ces objectifs énoncés, restait pour les atteindre à constituer un corpus de sources car, faut-il le rappeler, «l historien ne peut pas récolter les données dans un premier temps et les interpréter dans un second. C est seulement quand il a un problème en tête qu il peut se mettre à la recherche de données qui s y rapportent 22». L exceptionnelle conservation des archives produites par le service des classes laissait précisément entrevoir, par une interrogation méthodique de ces «masses dormantes», la richesse de la vie maritime locale à partir de la fin du xvii e siècle. Si cette documentation a servi de point de départ à mon étude, il m a fallu faire flèche de tout bois pour retrouver au plus près les travailleurs de la mer et ceux qui ne le sont pas mais qui en vivent largement et solliciter les liasses de l amirauté, les minutes notariales et les cadastres, sans omettre les registres de catholicité et les papiers de famille, connus ou ouverts à l occasion de cette recherche 23. Au fil de ce «voyage à la cueillette» quelques indices m ont permis de préciser la place occupée par Saint-Tropez sur le littoral provençal et ses liens avec le monde de la mer. Dans la riche Statistique générale du département du Var réalisée sous l autorité du préfet Joseph Fauchet au début de l Empire, la notice consacrée à Saint-Tropez retient l attention du lecteur car, de Bandol à Antibes c est le port qui offre la plus copieuse description, mettant en relief l originalité des activités maritimes, de la pêche à la construction navale en passant par le commerce à court et large rayon 24. Dans un tout autre domaine, les dons votifs placés dans la chapelle Sainte-Anne fournissent une autre trace de l ampleur de l activité portuaire de Saint-Tropez. Avec soixante-six ex-voto marins, cette chapelle constitue au début du xix e siècle le deuxième sanctuaire du Var oriental à avoir recueilli ce type de dons (soit 21,4 % de l ensemble recensé par Bernard Cousin). Elle occupe le cinquième rang parmi les sites de Provence maritime avec, par ailleurs, la présence de bâtiments relativement gros 25. L église du couvent de Saint-Tropez, aujourd hui désaffectée, renferme un grand tableau qui constitue, peut-être, la seule représentation de la ville et de quelques habitants au dernier siècle de l Ancien Régime. Cette toile 22. Collingwood R. G., The Philosophy of History, cité par Prost A., Douze leçons sur l histoire, Paris, p Pour le détail des sources et la méthode suivie voir ci-dessous la présentation des sources. 24. Fauchet J., préfet, Statistique générale de la France. Département du Var, Paris, an X, p Cousin B., Le miracle et le quotidien. Les ex-voto provençaux, images d une société, Aix-en-Provence, 1983, p et

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface PRÉFACE Avaient-ils le don d ubiquité? Aux origines de ce livre, il y a une constatation qui a suscité la curiosité du chercheur : parmi les représentants de l Angleterre à l étranger, certains appartiennent

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Quelle est situation durant sa vie?

Quelle est situation durant sa vie? Benjamin CHOPARD CM1 Avril 2008 Ecole de saint Blaise Briançon Vincent Van Gogh (1853 1890) Qui est Van Gogh? Vincent Van Gogh est né en Hollande ( au Pays-Bas) en 1853 à Groot- Zundert. C est le fils

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

Entretien avec Jean-François MARIANI. Expert Japon SENIORÉFLEX

Entretien avec Jean-François MARIANI. Expert Japon SENIORÉFLEX Entretien avec Jean-François MARIANI Expert Japon SENIORÉFLEX Ingénieur en chef de l armement (X, Sup Aéro), Jean-François a consacré l essentiel de sa carrière au Japon : chargé de mission au Japon pour

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

POINT-RELAIS ENGAGES 2006

POINT-RELAIS ENGAGES 2006 POINT-RELAIS ENGAGES 2006 Type de PR Nom Ville Accastilleur Hobie Shop Hyères Accastilleur Voiles Russo-USHIP Hyères Accastilleur villanova ship Cogolin Accastilleur Sea different Saint Raphaël Accastilleur

Plus en détail

Paris a-t-elle la grosse tête?

Paris a-t-elle la grosse tête? Paris a-t-elle la grosse tête? Magazine français traduit en anglais pour les touristes Paris Capitale Hors-Série. N 1008 du 12 juillet 2010. La France vue par les parisiens http://www.dailymotion.com/video/x6pg5r_pub-le-parisien-et-les-japonais_fun

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

La notion et la fonction de skipper ou de chef de bord

La notion et la fonction de skipper ou de chef de bord La notion et la fonction de skipper ou de chef de bord AFDM 6 décembre 2012 Le terme de «skipper» est depuis longtemps admis dans le langage courant, pour désigner le chef de bord. Pour les plus sportifs

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Séquence 3 Téléchargé gratuitement sur http://orpheecole.com

Séquence 3 Téléchargé gratuitement sur http://orpheecole.com G2 Séquence 3 Téléchargé gratuitement sur http://orpheecole.com Séance 1 : Les territoires français dans le Monde 1. Quels territoires français ne sont pas une ile ou un archipel? 2. Dans quel océan ne

Plus en détail

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans...

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... LE BATON D ISHANGO Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... Les collections du Muséum des Sciences naturelles à Bruxelles abritent un artefact aussi unique que remarquable : le bâton d Ishango.

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

2012/2013 - Résidence artistique prévue, Centre d Art Contemporain «Palais aux 7 Portes», Ile de La Réunion

2012/2013 - Résidence artistique prévue, Centre d Art Contemporain «Palais aux 7 Portes», Ile de La Réunion Contact : Valérie hasson-benillouche +33 6 09 66 76 76 - valerie@galeriecharlot.com Formation Caroline Deloffre Photographe 1998-97 Ecole des Gobelins - Paris Section photographie 1996 Maîtrise d histoire

Plus en détail

Résultats de la vente de DessiNs anciens et ModeRNes

Résultats de la vente de DessiNs anciens et ModeRNes Résultats de la vente de DessiNs anciens et ModeRNes 12 novembre 2012 Hôtel Drouot, Paris 1 VENTE Lundi 12 novembre 2012 Hôtel Drouot EXPERT Cabinet de BAYSER 69 rue Sainte-Anne 75002 Paris Tél. : +33

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Grand Prix de Monaco À bord de L'Azamara Quest Nice, Portofino, Saint-Tropez, Monte-Carlo, Monaco 3 nuits à Nice et 4 jours de croisière

Grand Prix de Monaco À bord de L'Azamara Quest Nice, Portofino, Saint-Tropez, Monte-Carlo, Monaco 3 nuits à Nice et 4 jours de croisière Grand Prix de Monaco À bord de L'Azamara Quest Nice, Portofino, Saint-Tropez, Monte-Carlo, Monaco 3 nuits à Nice et 4 jours de croisière 18 au 26 mai 2014 Découvrez les beautés de la France, de l Italie

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Blanchet. Bassin houiller oblige, la Loire a bâti MORAL D ACIER POUR METALLERIE HIGH-TECH. Saga

Blanchet. Bassin houiller oblige, la Loire a bâti MORAL D ACIER POUR METALLERIE HIGH-TECH. Saga Saga Blanchet Studio a Graf/Métalleries du Forez MORAL D ACIER POUR METALLERIE HIGH-TECH ESPRIT DE FAMILLE ET MONTÉE EN COMPÉTENCES ONT FAÇONNÉ L ÉVOLUTION DU GROUPE BLANCHET ET, PLUS PARTICULIÈREMENT,

Plus en détail

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Bénévolat Portefeuille de compétences Modes d emploi pour Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Tout bénévole Votre mode d emploi Le Portefeuille de compétences vous aide

Plus en détail

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!»

«Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» «Je m en vais vivre avec mon chum.» «J emménage avec ma blonde!» Entreprendre une vie de couple est toujours un moment plein d excitation, de rêves et d espoir. Voici un nouveau départ, une nouvelle vie

Plus en détail

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter 1 SOMMAIRE Vues générales des toits 3 Type de charpentes, de la plus simple à la plus sophistiquée quelques coupes transversales

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915)

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) COMMUNIQUE DE PRESSE avril 2015 L exposition de l été 2015 du musée du Faouët : Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) Matin de pardon en Bretagne, vers 1913. Huile sur toile. Collection picturale, Ville

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

Le Château de Kerjean est classé monument historique

Le Château de Kerjean est classé monument historique restauration du château 7/06/06 18:13 Page 1 restauration du château 7/06/06 18:14 Page 2 Le Château de Kerjean est classé monument historique Ce classement a été effectué en 1911, lorsque le château a

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15 Avis aux agences de voyages, entre autres! Au cours de la 9ème conférence internationale marketing & marché, qui se tenait en janvier dernier en Italie, fut présentée une étude qualitative sur les attitudes

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Tu as envie de bronzer? Tu as envie de marcher? Tu n as pas peur du noir? Tu as envie de faire du ski? Tu as envie de pêcher?

Tu as envie de bronzer? Tu as envie de marcher? Tu n as pas peur du noir? Tu as envie de faire du ski? Tu as envie de pêcher? Unité 3 LEÇON 1 A Répète puis écoute et montre la bonne image! 21-22 10 Envie de bronzer? Nous avons des plages! Envie d explorer? Nous avons des grottes! Envie de pêcher? Nous avons des rivières! Envie

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Ateliers pédagogiques

Ateliers pédagogiques HISTOIRE LOCALE Ateliers pédagogiques Primaire (selon thème choisi) et Collège Visite commentée de 2 expositions au choix aux Archives Municipales Mise à disposition de questionnaire (30 minutes de recherche

Plus en détail

120, rue Roger Salengro - BP 113 93701 DRANCY Cedex Tél.01.48.30.95.16 Fax. 01.48.30.32.14

120, rue Roger Salengro - BP 113 93701 DRANCY Cedex Tél.01.48.30.95.16 Fax. 01.48.30.32.14 FREJUS SEJOUR EN PENSION COMPLETE : LES RESIDENCES DU COLOMBIER NOTRE PROPOSITION A PARTIR de 419 par ADULTE / SEMAINE 1-Situation Les «Résidences du Colombier» sont situées dans une pinède agrémentée

Plus en détail

DE MÉMÉ À JEAN-NOËL GUÉRINI

DE MÉMÉ À JEAN-NOËL GUÉRINI Marie-Hélène Porri DE MÉMÉ À JEAN-NOËL GUÉRINI Un plagiat? Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

BIBLIOGRAPHIE Le domaine colonial français

BIBLIOGRAPHIE Le domaine colonial français BIBLIOGRAPHIE Le domaine colonial français Ouvrages généraux ESCLAVAGE, TRAITE, ABOLITION Julia. Ferloni, Marchands d esclaves, de la traite à l abolition, édition de conti, 2005 Gilles Gauvin,Abécédaire

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie Manifestations-loisirs / Carnet de route Patagonie / extraits Page 1 / 7 Contenu : Patagonie ARGENTINE Glacier Perito Moreno / El Chalten Fitz Roy et Corre Torre Rédaction : Alain Krummenacher / entrepreneur

Plus en détail

Un lieu de culte à conserver Une mémoire à perpétuer Un patrimoine à protéger

Un lieu de culte à conserver Une mémoire à perpétuer Un patrimoine à protéger Un lieu de culte à conserver Une mémoire à perpétuer Un patrimoine à protéger Dossier d appel aux dons et au mécénat présenté par le Centre Hospitalier de Bayeux et l Association pour la Sauvegarde de

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie 1 Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie et de colonnes de ravitaillement, puis de quelques

Plus en détail

Les Assises de la Mer et du Littoral en Méditerranée Contribution du réseau des CCI de PACA

Les Assises de la Mer et du Littoral en Méditerranée Contribution du réseau des CCI de PACA Les Assises de la Mer et du Littoral en Méditerranée Contribution du réseau des CCI de PACA Thème 1. Compétitivité portuaire, complémentarité des infrastructures et transport maritime Sur les ports de

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE Rapprocher la culture et le monde du travail en offrant aux salariés une rencontre au quotidien avec l art, tel est le but de L Entreprise à l œuvre, opération organisée sous l égide

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration HISTORIQUE DU BÂTIMENT Robert II, dit Le Pieux (972-1031), fils et successeur de Hugues Capet, bâtit le premier en

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage

Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Un tiers des créateurs d entreprise seniors était au chômage Quand on est senior et qu on perd son emploi, on sait que le parcours pour regagner le monde du travail en tant que salarié, sera un parcours

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

Comment se déroule un tour de jeu?

Comment se déroule un tour de jeu? Mise à jour : novembre 2013 Le jeu de figurines : comment ça marche? Voici quelques explications de la règle de jeu «Argad!» (d autres règles de jeu sont différentes, mais les grands principes sont souvent

Plus en détail

Lire et comprendre 1

Lire et comprendre 1 Lire et comprendre 1 Faites place à Mini-Loup, indien des mers du Sud. Faites place à Mini-Loup, corsaire des mers du Sud. Faites place à Mini-Rat, corsaire des mers du Sud. L équipe tire et pousse la

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Collection de photos échantillons

Collection de photos échantillons Collection de photos échantillons SB-800/600 Entrez dans le monde passionnant du Système d Eclairage Créatif de Nikon avec le SB-800/600. Les numéros de page se rapportent aux explications dans le manuel

Plus en détail

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine rue du Palais Trévoux Dossier IM01000652 réalisé en 1991 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Jourdan

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

2014-2015. Animations pédagogiques TANINGES. - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3. Arcade MAISON du PATRIMOINE

2014-2015. Animations pédagogiques TANINGES. - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3. Arcade MAISON du PATRIMOINE Animations pédagogiques 2014-2015 TANINGES - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3 «Située à Taninges, au cœur de la vallée du Giffre, la Maison du Patrimoine vous emmène dans une rue reconstituée pour découvrir,

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Par Bernard Chevallier Collection «Regards» > La résurrection en images du palais incendié en 1870 > Les superbes clichés du reportage photographique

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

INSTITUT CONFUCIUS DE L UNIVERSITE DE LORRAINE. CONFERENCES DU SEMESTRE 1 Programme 2015-2016. En collaboration avec L Université du Temps Libre

INSTITUT CONFUCIUS DE L UNIVERSITE DE LORRAINE. CONFERENCES DU SEMESTRE 1 Programme 2015-2016. En collaboration avec L Université du Temps Libre METZ - ILE DU SAUCLY : De 14h30 à 16h30, Amphi 3 UFR Lettres et Langues Le 6 novembre 2015 Présentation concises des différentes communautés chinoises sous le Ciel de Paris INSTITUT CONFUCIUS CONFERENCES

Plus en détail

Sommaire. Préface de Rémy Pflimlin...11 Introduction...15

Sommaire. Préface de Rémy Pflimlin...11 Introduction...15 Sommaire Préface de Rémy Pflimlin...11 Introduction...15 Première partie Les origines...21 Deuxième partie Recettes d un esprit d école...51 Troisième partie Affectio societatis...129 Conclusion...175

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12

FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12 Comité de Toulon Provence Toulon, 5 mars 2012 FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12 Objet : Préambule -o- La dernière réunion de la Convention de Barcelone sur la protection de la Méditerranée, à Paris en février

Plus en détail

L auteure. L illustrateur

L auteure. L illustrateur Nouveauté jeunesse L histoire Dans le centre historique de Milan, Emma, dix ans, habite avec ses parents et son chat dans un immeuble ancien qui renferme un jardin secret. Son souhait le plus cher est

Plus en détail

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3 JANVIER 2008 LIRE C EST GRANDIR DOSSIER PÉDAGOGIQUE SÉLECTION DU MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE Sommaire Gabrielle Vincent 2 Résumé 2 AXES D ÉTUDE : 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur

Plus en détail

«rend service» Xavier FONTANET

«rend service» Xavier FONTANET 198 LA REVUE CIVIQUE LA REVUE CIVIQUE 199 L entreprise «rend service» Xavier FONTANET Ancien Président du Groupe Essilor, Xavier Fontanet a créé une Fondation qui porte son nom, dédiée à l explication

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail