Premiers pas. [Presses universitaires de Rennes, 2010, [«Les chemins de la mer», Gilbert Buti]

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Premiers pas. [Presses universitaires de Rennes, 2010, www.pur-editions.fr] [«Les chemins de la mer», Gilbert Buti]"

Transcription

1 Premiers pas «Voyage à l aventure.» Les premiers pas de cette recherche prirent assurément modèle sur cette forme de navigation familière aux marins provençaux. Prêt à embarquer, pour un voyage au long cours en direction de la péninsule ibérique et des Empires américains, sous la ferme et paternelle conduite de Charles Carrière, la brutale disparition de celui-ci me fit ajourner ce voyage lointain plein de promesses. Le hasard de la préparation d une Leçon d histoire avec Fernand Braudel sur le siège de Toulon de 1707, me dirigea vers les archives du Service historique de la Marine de Toulon 1. La Leçon terminée, je prolongeais la fréquentation des archives de ce port afin d explorer au mieux les richesses d un gisement aperçu et encore inexploité localement, à savoir les archives produites par le service des classes de la Marine mis en place depuis Colbert. Cette documentation relative à la marine d État mais aussi à celle du commerce que d aucuns croyaient perdue ou absente des archives d un port de guerre me permit de renouer avec les interrogations formulées naguère par Charles Carrière à propos des franges maritimes provençales, de réactiver une problématique centrée sur l organisation de l espace marchand marseillais au xviii e siècle. En effet, à partir de la fi n du xvii e siècle, Marseille étend son espace commercial jusqu aux limites du monde connu ; son horizon économique dépasse la proche Méditerranée pour atteindre les lointains océans 2. Pour parvenir à faire de leur port un instrument capable de jouer un rôle mondial, les négociants et armateurs de la place se sont glissés entre les mailles des puissants réseaux internationaux. Les étapes de cette dilatation de l aire commerciale et les modalités mises en œuvre pour hisser la cité portuaire provençale au niveau des plus grandes places marchandes sont connues. Elles ont retenu, depuis la fin du xix e siècle, l attention des historiens du commerce de Marseille de Paul Masson à Gaston Rambert et Charles Carrière. Parallèlement aux changements qui ont affecté la place, ces historiens se sont accordés sur le fait que «l activité grandissante de Marseille a rejeté 1. Aujourd hui Service historique de la Défense, département Marine, Toulon. 2. Carrière C., Négociants marseillais au XVIII e siècle, 2 vol., Marseille,

2 LES CHEMINS DE LA MER dans l ombre les ports secondaires de Provence 3». Néanmoins, faut-il négliger pour cela cette guirlande portuaire composée d une quarantaine de ports et modestes havres d échouage ou «marines» qui s étire d Arles à Antibes, riche en hommes, marchandises et navires? Si l histoire des économies maritimes a longtemps privilégié le vaste et le lointain, les grands ports et les flux internationaux, l élite négociante et la formation du capitalisme commercial, le temps n était-il pas venu d accorder une attention aux discrètes sociétés littorales et aux petits ports placés «à l ombre» d un pôle majeur? L arrière-pays marseillais se réduirait-il au seul Languedoc drapier si important soit-il pour les échanges avec le monde levantin? Ne peut-on percevoir pour Marseille comme André Lespagnol a pu le montrer avec bonheur pour Saint-Malo 4 «un arrière-pays latéral, c est-à-dire littoral», une «riviera» à l image de la voisine «rivière de Gênes»? Ne constituant en rien un bloc homogène, ces ports offrent-ils l image répétitive d une même évolution, ou invitent-ils, en considération de comportements originaux, à dégager des pratiques et techniques jusque-là méconnues ou inédites? Marseille et le désert maritime provençal? Pour les nombreux «bourgs et villages maritimes» qui, à l évidence, ne peuvent pas créer à eux seuls une région vivante, la présence d une grande cité portuaire constitue un atout essentiel. Cependant, l essor commercial de Marseille entraîne-t-il dans son sillage les ports voisins ou les étouffe-t-il? Observe-t-on complémentarité ou subordination de ces derniers à l égard du port mondial? Depuis Paul Masson la réponse paraissait claire : «[Hormis La Ciotat] qui a largement profi té de l activité marseillaise, [ ] Martigues, «la Venise provençale», a perdu beaucoup de son ancienne prospérité, [ ] Toulon, accaparé par la Marine royale, a définitivement renoncé au grand commerce, [ ] les autres ports, comme Antibes, Saint- Tropez, La Seyne, Cassis ont décliné [ ]. Ils n étaient alors plus que des satellites de Marseille, vivant surtout d un cabotage, plus ou moins actif, les unissant au grand port 5.» La notion fortement réductrice de ports satellites nie toute parcelle d autonomie. Le «monde grouillant des rivières provençales» (Fernand Braudel) se placerait servilement à la remorque de la puissante cité marchande et serait cantonné à un cabotage dévalorisant. Considérant, à travers le cas ciotaden, le rôle occupé par les ports provençaux dans le trafic méditerranéen, notamment vers le Levant et la Barbarie, la réponse de la Chambre de commerce de Marseille, dès la fin du xvii e siècle, a le mérite de la clarté : 3. Masson P., La Provence au XVIII e siècle, 3 vol., Paris, 1936, t. 3, p Lespagnol A., Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, 2 vol. Rennes, Masson P., op. cit., p

3 PREMIERS PAS «On défi e les intéressés aux bâtiments de La Ciotat de justifi er qu ils aient jamais expédié un seul bâtiment qu ils n aient eu besoin de réclamer le secours des négociants de Marseille [ ]. Ce sont les négociants représentés par la Chambre qui font subsister la navigation de La Ciotat 6.» Peut-on affirmer plus nettement, et avec une certaine arrogance, cette inféodation? Toujours selon ce même Mémoire, les bâtiments provençaux n apparaîtraient «à l égard du commerce sur mer que ce que sont les charretiers et les muletiers». Doit-on accorder un total crédit à ce jugement qui limite les ports provençaux au seul rôle de transporteurs des mers, rôle qui, sur ce littoral, reste d ailleurs méconnu? Le cabotage auquel se livrent les bâtiments de ces ports est par ailleurs assimilé à une activité marginale, à tout le moins négligeable. Poussière d échanges déposée sur le prestigieux commerce lointain? Laissons la réponse à Fabry, directeur de l arsenal de Toulon, donc éloigné du comptoir du négoce. Ce responsable militaire, qui approuve la nécessité d organiser des croisières pour protéger la côte provençale et ses prolongements au moment de la guerre d Indépendance américaine, insiste sur le rôle du trafic maritime local : «Les petits ports de la côte, depuis Agde jusqu à Gênes, ont aussi un commerce particulier et font également leur demande pour le transport des blés, des huiles, des soies d Italie pour les manufactures de Lyon et pour tous les objets de consommation et d industrie. Ce commerce n est pas le moins intéressant ; c est, pour ainsi dire, le père nourricier des provinces méridionales et même de l intérieur, soit pour l importation, soit pour l exportation 7.» Saurait-on mieux exposer la place occupée par le trafic de proximité, par ce «père nourricier»? Certes, pour le responsable de l arsenal les livraisons attendues, tant par le canal des Deux-Mers pièces d artillerie que par le Rhône bois de marine, représentent des impératifs stratégiques majeurs, éloignés dans une certaine mesure des préoccupations des négociants. Elles s inscrivent néanmoins dans un mouvement plus ample et plus complexe présenté avec clairvoyance. De l embouchure du Var au delta du Rhône, voire au-delà, les activités des ports situés dans l ombre de Marseille, se limitent-elles à ce rôle de cabotage de concentration et de redistribution? Au-delà des échanges de proximité participent-elles, de près ou de loin, aux autres circuits du négoce marseillais, voire à des trafics indépendants de lui? Certes, Marseille éclipse les ports secondaires, mais le réseau portuaire s étrique-t-il pour autant au fil du siècle? Bref «on aimerait, avec Michel Vovelle, saisir l évolution véritable du réseau portuaire provençal, comme on aimerait prolonger vers l intérieur les routes et les relais du commerce phocéen 8». 6. ACCIM, B5-1688, f AN, Marine B3-690, f Vovelle M., «Le xviii e siècle provençal», Baratier E. (dir.), Histoire de la Provence, Toulouse, 1969, p

4 LES CHEMINS DE LA MER Si les affaires maritimes constituent le pôle central de la recherche engagée, le monde de la mer ne saurait se limiter aux seuls négociants même si ceux-ci constituent, dans les ports, le moteur des activités maritimes avec leurs divers prolongements, comme la banque et l assurance. Au-delà de l intensité des trafics internationaux de l élite négociante, vit directement au rythme de la mer «une autre population maritime économiquement indispensable, nombreuse mais pour nous silencieuse 9». Ce silence reste entier, ou presque, pour les populations des rives de la France méditerranéenne et autorise, naturellement, tous les clichés. Les gens de mer provençaux ont ainsi souvent piètre renommée : médiocres capacités nautiques et libertinage dessineraient, teintés de dédain, les traits majeurs de leur identité. Quelle valeur accorder à cette mauvaise réputation? Par ailleurs, tournées vers le large, les populations maritimes se montrent-elles indifférentes aux choses de la terre, ignorent-elles le rythme des saisons agricoles? Au reste, si les gens de mer des petites places réussissent à s infiltrer dans les rouages du port mondial, à quel degré, selon quelle ampleur et par quelles stratégies si stratégie il y a apportent-ils du sang neuf à l élite marchande de la grande place? Répondre à ces interrogations demanderait d engager une investigation port par port, sollicitant un jeu d éclairages conjuguant longue durée et temps bref, dimensions socio-économiques et culturelles, retenant les houles profondes et les brèves secousses. Les registres conservés au Service historique de la Défense, dans lesquels se trouvaient classés les navires, les gens de mer et les mouvements marchands, ne pouvaient-ils pas restituer un large pan de l économie maritime d un littoral laissé en friche, d approcher les éléments d un réseau figé et étouffé par l exceptionnelle croissance du port mondial voisin? Des chercheurs ponantais songeons à Jacques Bernard avaient ouvert la voie et sous la houlette de Michel Mollat, de multiples travaux donnaient à la mer, «frontière de la peur ou rivage de l espoir», sa place de grand personnage de l histoire 10. La documentation toulonnaise permettait de fournir le socle pour une recherche résolument maritime, mais il fallut rapidement se rendre à l évidence que l épaisseur du filon à exploiter était inégale fragmentée pour Martigues, réduite pour La Seyne, insignifi ante pour La Ciotat et les contraintes de temps, pour mener à bien l entreprise, dépassaient l ardeur d un chercheur isolé. Certes, l outil informatique apparut très vite indispensable pour maîtriser un corpus dont la présentation et le contenu semblaient attendre l ordinateur. Au vrai, malgré, ou à cause, de ce précieux renfort, j ai dû opérer des choix et d abord renoncer à vouloir embrasser 9. Cabantous A., La mer et les hommes. Pêcheurs et matelots dunkerquois de Louis XIV à la Révolution, Dunkerque, 1980, p. 9 et du même, Dix mille marins face à l océan. Les populations de Dunkerque au Havre aux XVII e et XVIII e siècles (vers ). Etude sociale, Paris, Voir ci-dessous l orientation bibliographique. 16

5 PREMIERS PAS toutes les localités maritimes offertes à nous par ces registres, pour n en retenir qu une. En me glissant au cœur de la riviera provençale, j ai choisi de privilégier un point d observation, à savoir Saint-Tropez. Saint-Tropez, étonnant maillon du complexe portuaire provençal Pour témoigner sur le tout, la partie retenue peut paraître étroite, étonnante, insolite et, à tout le moins, arbitraire. À quoi bon un tel choix, diront d aucuns, affirmant que «Saint-Tropez c est Marseille», entendez un petit port placé dans la stricte dépendance du grand, inscrit dans son sillage, vivant sous sa tutelle. Qui plus est, le choix de Saint-Tropez pour conduire l enquête peut surprendre, irriter ou amuser. Avouons-le sans détour, mon intention première n était pas de m attacher à ce port secondaire. N était-ce pas succomber à un quelconque caprice de mode? Que de visages ai-je vu s éclairer d un sourire entendu après m avoir écouté énoncer, prudemment, l objet de mon enquête! Une «histoire méridionale» de plus, qui plus est tropézienne, donc locale et peu sérieuse, forcément anecdotique et nécessairement légère. En somme une galéjade supplémentaire, voire une provocation. Aller «travailler aux archives» peut soulever un certain intérêt, ou tout au moins une curiosité, mais aux archives à Saint-Tropez était-ce vraiment sérieux? Organiser une sortie pédagogique pour favoriser la découverte du patrimoine local, voilà une belle idée, mais choisir pour cela Saint-Tropez devient suspect! Le fait est que pèse aujourd hui sur cette ville le poids de clichés aux racines multiples, où la fantaisie le dispute à la frivolité. N ai-je pas moi-même, pourquoi le taire, marqué quelque réticence avant d engager une recherche située dans le champ de l histoire économique et sociale et non dans celui des représentations? Y-aurait-il une histoire à Saint-Tropez avant le début de ce siècle, avant les visites ou les séjours de Matisse, Colette et Cocteau? Saint-Tropez, invention parisienne? Assurément. Mais n est-ce pas plus vrai encore de Saint-Trop façonné par les médias et parcouru par les foules? Les fameuses bravades des mois de mai et juin semblent à certains comme de vagues souvenirs entretenus et mis en scène pour marquer l ouverture de la «saison» entendez «touristique». Ne faudrait-il pas ranger Saint-Tropez parmi les fameux lieux de mémoire? Un carottage effectué dans notre imaginaire montre l existence de plusieurs strates, à tout le moins de plusieurs sensibilités. Du préfet Fauchet au gendarme Cruchot, de la Treille Muscate à la Madrague ensoleillée, des textes de Maupassant aux toiles de Signac, jusqu à la caméra de Vadim qui participa à la création de Saint-Trop, les références tropéziennes appartiennent à cette mémoire collective en construction. Sur un plan strictement régional, la lecture des seules Unes d un des quotidiens les plus diffusés Var-Matin reflète le décalage entre la dimension administrative de la cité et la taille qu elle occupe dans les mentalités, 17

6 LES CHEMINS DE LA MER ou qu on souhaite lui donner. Un «banal» fait divers mérite la Une s il se produit à Saint-Tropez et lorsque le littoral varois se trouve exceptionnellement couvert de neige c est le blanc manteau tropézien qui occupe largement ladite page pour souligner l étrangeté de la situation. Le tumulte présent tend à réduire au silence le passé tropézien, lorsqu il ne s agit pas de le recomposer. Toutefois, imaginaire et fantasme ne sont pas de récentes composantes de la représentation tropézienne. Déjà, dès le début du xix e siècle, les bravades se trouvaient qualifi ées par le préfet Fauchet de «mascarades religieuses et d extravagances 11». En 1832, Eugène Sue, ancien chirurgien de la marine et fin connaisseur des choses de la mer, apporte sa contribution à l histoire rêvée du petit port provençal. Alors que La Salamandre, «gracieuse corvette», entre en juin 1815 dans le golfe de Grimaud, l auteur se laisse aller à une évocation où perce une certaine nostalgie : «Le soleil, tombant d aplomb sur les toits bruns de Saint-Tropez, découpe de larges ombres sur les rochers de quartz, de granit et de porphyre qui encadrent le golfe de Grimaud, à la pointe duquel est creusé ce petit port [ ]. Que de fois les Sarrasins maudits, bravant la protection des comtes de Provence, ont fait échouer leurs sacolèves au pied de ton môle, leurs sacolèves qu ils venaient charger de ces jeunes Provençales toujours si recherchées aux bazars de Smyrne et de Tunis! Pauvres jeunes filles de Saint-Tropez! Pour vous plus d espoir d être arrachées à vos familles en pleurs, enlevées par quelque maudit pirate, et déposées palpitantes, mais curieuses, sous les riches portiques du palais d un émir. Plus d espoir de quitter vos chaumières de briques, vos nattes de jonc, l eau salée de la mer, pour les bains parfumés sous les sycomores, les tapis de cachemire et les coupoles élégantes aux peintures mauresques. Bonnes filles, que je conçois vos naïfs regrets!. Au moins autrefois on attendait avec espoir la saison de l enlèvement ; car enfin c était un avenir que cette venue des pirates 12.» À travers cet édifiant «désir de rivage» nous retrouvons certes l ambivalence du mirage oriental, mais si étonnant ou exotique soit-il, ne porte-t-il pas la trace de contacts anciens entretenus ou subis par les Tropéziens avec le monde levantin? De quelles réalités ces rumeurs sont-elles donc l écho? Les travaux scientifi ques disponibles ne permettent pas d éclairer ce passé et d apporter les réponses attendues. Saint-Tropez a certes suscité les enthousiasmes et la curiosité d amateurs et d érudits. Tant de récits romanesques ont évoqué cette localité et le font encore à la veille de chaque été. Pourtant, avouons-le sans détours, aucun guide n offre de réel secours. L histoire de Saint-Tropez ne semble devoir être que «cachée», «secrète» ou «ignorée» et les minces éléments de réponse proposée contribuent souvent à épaissir un voile que l on aimerait lever. Les publications ou, plus encore, les 11. AD V, IV M 6 Rapport de Messidor an X. 12. Sue E., La Salamandre, Paris, 1832 (réédité en 1993 dans Romans de mort et d aventures, p , chapitre «Saint-Tropez»). 18

7 PREMIERS PAS références tropéziennes dispersées çà et là, au fil d énumérations des ports provençaux ou des survols des petites places fortes littorales, cristallisent les connaissances autour de quatre thèmes majeurs. L évocation du passé tropézien se trouve d abord associée, depuis près de deux siècles, à une série de clichés au commun dénominateur à savoir celui du «pittoresque petit port de pêche». Dans un ensemble relativement fourni ne prélevons qu une pincée : «tranquille et vieux port de Saint- Tropez», «bourgade insignifiante et infime port de pêche», «vieux port de pêche», ou encore, «délicieux petit village pour les pêcheurs et pour les peintres.» Les souvenirs de Tropéziens renforcent cette image en décrivant, avec nostalgie, cette «bourgade de pêcheurs et de leveurs de liège, de ramendeuses de fi lets et de bouchonnières 13». La permanence de cette image figée, rassurante et paisible, occulte à souhait, dès le début du xix e siècle, les activités marchandes de la place. Certes, un tel glissement symbolique dans l image de la bourgade dépasse le seul cas tropézien. D une façon plus large il s accélère avec les transformations traversant l ensemble de l économie locale et s inscrit dans la mutation de la représentation globale de la région. Une galerie de portraits illustres, que quelques plumes s efforcent régulièrement d étoffer, participe ensuite à la composition d un fabuleux, sinon mythique, xviii e siècle tropézien. Les destins étonnants de glorieux ou d obscurs aventuriers, qui opèrent souvent en de lointains horizons, jalonnent le dernier siècle de l Ancien Régime. Dans une mémoire collective résolument maritime, forgée et entretenue par de multiples canaux, le bailli de Suffren occupe la place de choix, à l image de la masse imposante de sa statue de bronze qui veille sur le port depuis D aucuns n hésitent pas d ailleurs à gommer la naissance à Saint-Cannat non loin d Aix-en-Provence, de Pierre-André de Suffren ( ), «héros de la campagne des Indes» ( ), pour en faire un Tropézien de souche. À l ombre du bailli se bousculent d autres grandes figures emblématiques qui scandent les temps forts de l Ancien Régime fi nissant. C est le «conventionnel Antiboul» ( ), avocat issu d une très vieille famille tropézienne, représentant du Var à la Convention et guillotiné pour son attitude ni ferme, ni claire lors du procès de Louis XVI et ses réserves émises au moment de l élimination des Girondins. Avec Jean-François Herménégilde Sibille ( ), ancien capitaine au long cours, la mer redevient le théâtre privilégié des figures héroïques. Alors que le commandant Sibille avait choisi de servir les campagnes méditerranéennes de Bonaparte, avant de s opposer un temps à Napoléon, Charles Tropez Guichard ( ) capitaine marchand resta entièrement fidèle à Napoléon Bonaparte, d Aboukir à Trafalgar où il trouva la mort à bord du Berwick. Bien que sans doute natif de Bormes, Hippolyte Bouchard (1780-vers 1835) s introduit dans la mémoire tropézienne en même temps qu il franchit les limites de la Méditerranée pour se 13. Ben F.-J., Le pays de Saint-Tropez, Marseille, 3 e éd., 1990, p

8 LES CHEMINS DE LA MER ranger, en Amérique latine, aux côtés des insurgés dressés contre la puissance espagnole et devenir le «héros de la libération de l Argentine», puis du Pérou 14. Les activités en Levant, puis en Perse, de Jean-François Allard du général Allard ( ) s effacèrent rapidement des mémoires derrière ses campagnes militaires au Pendjab au titre de généralissime des armées de Lahore, avant de regagner la petite patrie tropézienne et d y propager les saveurs orientales. À cette galerie de portraits riches en couleurs il conviendrait d ajouter sans plus attendre quelques figures «injustement oubliées», celles du capitaine Tropez Antoine Roux, du commandant de la citadelle Jean-Baptiste Du Bouchet, des Martin de Roquebrune et des frères Trullet, présents à Aboukir. Ne serait-il pas souhaitable de placer à leurs côtés Charles Magloire Baude, lieutenant de frégate embarqué sur le Luxor, pour aller chercher l obélisque offert par Méhémet Ali à Charles X ( ) et rappeler ces dix Tropéziens qui accompagnèrent, à bord de la Favorite, le retour des cendres de Napoléon en 1840? Cessons-là un inventaire au risque d être soupçonné de voir des Tropéziens partout! Semblable énumération a toutefois le mérite de souligner la place essentielle tenue par le monde de la mer et les affaires militaires dans ces trajectoires. Dans ce bref panorama, l itinéraire des Martin de Roquebrune apparaît quelque peu atypique, dans la mesure où la marchandise, et non le fait d armes leur a ouvert la voie de la notabilité. L évocation de la guerre et du commerce conduit inévitablement à poser la question de la course, troisième volet régulièrement retenu du passé tropézien. Ainsi, rappelant les couleurs de la ville, à savoir «rouge-blanc-rouge en trois bandes verticales», F.-J. Ben rapporte que «deux villes seulement en France ont le privilège d arborer ces couleurs. Ce sont Saint-Malo et Saint-Tropez : les deux villes corsaires 15». Peut-on raisonnablement rapprocher les glorieux marins tropéziens dont la mémoire hante aujourd hui la citadelle transformée en musée naval de Duguay-Trouin ou Surcouf, de Jean Bart ou des frères Porée? Ici, plus encore sans doute qu à Saint-Malo «cette image-cliché interpelle fortement l historien». Repose-t-elle sur «des réalités majeures enfouies dans la mémoire collective et refoulées derrière le clinquant spectaculaire des scènes d abordage et les exploits légendaires 16»? L absence de corsaires de renom signifie-t-elle que les Tropéziens ont ignoré la course? Se penchant sur cette entreprise guerrière à fins commerciales dans une Méditerranée considérée comme «mauvais terrain de chasse», Charles Carrière posait, à propos des négociants de la grande place, la question : «Les Marseillais étaient-ils des corsaires 17?» Reprendre pareille interrogation à propos des Tropéziens peut paraître cocasse quand on songe à l ampleur des capitaux à mobiliser pour réaliser de tels armements. Pourtant, l exemple dunkerquois ne renvoie-t-il pas à des cas d armements corsaires 14. Le nom d Hippolyte-Bouchard a été donné à un navire-école de la flotte argentine. 15. Ben F.- J., op. cit., p. 60 et Sentis G., Saint-Tropez, cité corsaire, Grenoble, 1980, p Lespagnol A., La course malouine au temps de Louis XIV, Rennes, 1995, p Carrière C., Négociants op. cit., p

9 PREMIERS PAS avec de modestes embarcations? Les Tropéziens auraient-ils agi de la sorte le long des proches littoraux? Observons toutefois que lorsque la course se trouve mentionnée dans l histoire de Saint-Tropez, il s agit d abord de mettre en relief les méfaits de la course barbaresque. Alors, Saint-Tropez, cité corsaire ou cliché supplémentaire à ranger parmi les accessoires de la panoplie du légendaire? L image de la vaillante cité viendrait-elle équilibrer celle du «paisible bourg de pêche»? Une dernière composante observée dans l écriture de l histoire tropézienne, comme en contrepoint à cette série de destins hors du commun, vise à confondre le dernier siècle de l Ancien Régime avec une période de difficultés, d effacement, de déclin, de mise en coupe par le négoce marseillais. Le repli a d autant plus de force qu il semble prendre place à la suite d un lointain et mythique «âge d or» fait d étonnantes aventures, de fabuleux trafics et de commerce florissant. Le port, qui a pour divers observateurs «beaucoup perdu de ses activités d autrefois», s endort inexorablement 18. Saint-Tropez aurait donc, comme Martigues, ignoré le «brillant xviii e siècle 19». Dans une certaine mesure la notice de Jouy accompagnant la gravure de Garneray qui représente Saint-Tropez vers 1823 contient déjà nombre de ces éléments : «Saint-Tropez est une place d une faible importance maritime [ ]. Son port est petit, peu profond [ ] Saint-Tropez n a point d autre industrie et d autre commerce que l exploitation de la pêche [ ]. À Saint-Tropez les mœurs sont douces et l esprit cultivé [ ]. Le célèbre bailli de Suffren, dont les victoires dans l Inde coûtèrent si cher aux Anglais, y est né dans le siècle dernier, et l on montre encore aux voyageurs la maison de ce grand marin 20.» Nous avançons ainsi à grands pas vers le portrait de la «ville-fantôme» brossé un demi-siècle plus tard par l inspecteur des Ponts et chaussées Charles Lenthéric : «Au milieu de tous ces pans de murs rongés par le salin, on a peine à se croire dans une ville française du dix-neuvième siècle ; les façades des maisons sont bariolées suivant l ancienne mode espagnole. Les moindres habitations, délabrées et en ruine, sentent la misère et l abandon ; on ne les répare pas, on les badigeonne, et leurs couleurs vives se reflètent dans les eaux d un port presque désert 21.» Doit-on voir dans cet état des lieux l aboutissement d une évolution amorcée dès la fin du xvii e siècle? Comme frappé d ankylose, malgré les actes héroïques de quelques-uns de ses marins, le xviii e siècle tropézien annoncerait la désolation de la cité et la paralysie portuaire. 18. Masson P., Histoire du commerce français dans le Levant au XVIII e siècle, Paris, 1911, p Carrière C., «Y-a-t-il eu un xviii e siècle à Martigues?», Provence historique, 1964, n 55, p et la réponse de Paoli J.-M., Martigues au XVIII e siècle : un déclin, mémoire de maîtrise, Aix-en-Provence, Garneray L., Jouy E., Ports et côtes de France, Paris, 1823, p Lenthéric C., La Provence maritime ancienne et moderne, 2 e éd., Paris, 1880, p

10 LES CHEMINS DE LA MER Saint-Tropez, une «fille de la mer» Exhumer un passé enfoui et silencieux certes, mais contribuer à la connaissance des économies maritimes restent étroitement associés à ma démarche. Ayant quitté Marseille ses grandes respirations économiques, ses vastes horizons océaniques et les comptoirs de ses négociants pour une escale tropézienne invite, par un regard excentré et un changement d échelle, à décrypter le fonctionnement du complexe portuaire provençal. Ces objectifs énoncés, restait pour les atteindre à constituer un corpus de sources car, faut-il le rappeler, «l historien ne peut pas récolter les données dans un premier temps et les interpréter dans un second. C est seulement quand il a un problème en tête qu il peut se mettre à la recherche de données qui s y rapportent 22». L exceptionnelle conservation des archives produites par le service des classes laissait précisément entrevoir, par une interrogation méthodique de ces «masses dormantes», la richesse de la vie maritime locale à partir de la fin du xvii e siècle. Si cette documentation a servi de point de départ à mon étude, il m a fallu faire flèche de tout bois pour retrouver au plus près les travailleurs de la mer et ceux qui ne le sont pas mais qui en vivent largement et solliciter les liasses de l amirauté, les minutes notariales et les cadastres, sans omettre les registres de catholicité et les papiers de famille, connus ou ouverts à l occasion de cette recherche 23. Au fil de ce «voyage à la cueillette» quelques indices m ont permis de préciser la place occupée par Saint-Tropez sur le littoral provençal et ses liens avec le monde de la mer. Dans la riche Statistique générale du département du Var réalisée sous l autorité du préfet Joseph Fauchet au début de l Empire, la notice consacrée à Saint-Tropez retient l attention du lecteur car, de Bandol à Antibes c est le port qui offre la plus copieuse description, mettant en relief l originalité des activités maritimes, de la pêche à la construction navale en passant par le commerce à court et large rayon 24. Dans un tout autre domaine, les dons votifs placés dans la chapelle Sainte-Anne fournissent une autre trace de l ampleur de l activité portuaire de Saint-Tropez. Avec soixante-six ex-voto marins, cette chapelle constitue au début du xix e siècle le deuxième sanctuaire du Var oriental à avoir recueilli ce type de dons (soit 21,4 % de l ensemble recensé par Bernard Cousin). Elle occupe le cinquième rang parmi les sites de Provence maritime avec, par ailleurs, la présence de bâtiments relativement gros 25. L église du couvent de Saint-Tropez, aujourd hui désaffectée, renferme un grand tableau qui constitue, peut-être, la seule représentation de la ville et de quelques habitants au dernier siècle de l Ancien Régime. Cette toile 22. Collingwood R. G., The Philosophy of History, cité par Prost A., Douze leçons sur l histoire, Paris, p Pour le détail des sources et la méthode suivie voir ci-dessous la présentation des sources. 24. Fauchet J., préfet, Statistique générale de la France. Département du Var, Paris, an X, p Cousin B., Le miracle et le quotidien. Les ex-voto provençaux, images d une société, Aix-en-Provence, 1983, p et

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle

Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle Thème 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIII e siècle Quelle est la place de l'europe dans le monde au début du XVIII e siècle? Carole Tagnard Collège Joseph Roumanille - Avignon (84) I - L EUROPE

Plus en détail

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association?

Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? Agence de la biodiversité et Agence des aires marines protégées : intégration ou association? La création d une Agence de la biodiversité, annoncée dans son principe en septembre 2012 est à l étude depuis

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

Préface de la première édition

Préface de la première édition Préface de la première édition AU détour d une phrase ou d un mot, un livre choisi sait toujours vous apporter ce que vous attendez, ici et maintenant. La lecture de ce livre n est pas linéaire, elle s

Plus en détail

Le portrait du villégiateur. ! Âgé de 52 ans! Revenu familial après impôt : 55 000 $ (environ 100 000$ avant impôt)

Le portrait du villégiateur. ! Âgé de 52 ans! Revenu familial après impôt : 55 000 $ (environ 100 000$ avant impôt) Août-septembre 2002 RÉSIDENCE SECONDAIRE 1ERE PARTIE C est à 52 ans que l on est le plus susceptible d acheter une résidence secondaire, d une valeur moyenne de 88 000 $. Source : Statistique Canada, Enquête

Plus en détail

L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle (3 heures) Objectifs :

L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle (3 heures) Objectifs : L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle (3 heures) Objectifs : Connaître et utiliser les repères suivants : Les grandes puissances politiques en Europe Les empires coloniaux sur une carte du monde

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques,

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, LES EUROPEENS ET LA CULTURE EN TEMPS DE CRISE Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, les Européens ont-ils le temps, l argent, voire tout

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle. Correction du DM

L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle. Correction du DM L Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle. Correction du DM 1. Identifie les bâtiments qui prouvent que Londres est une capitale. = Résidence royale (exécutif) = Cathédrale des sacres (religion)

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI LE PATRIMOINE CONTENU ET ENJEUX Quelques éléments de réflexion... Sur la notion de patrimoine elle même Qu est ce que le patrimoine? Patrimoine

Plus en détail

Partie I. L'Europe et le monde au XVIIIe siècle

Partie I. L'Europe et le monde au XVIIIe siècle Partie I. L'Europe et le monde au XVIIIe siècle Chapitre 1 : L'Europe dans le monde au début du XVIIIe siècle Comment les grandes puissances européennes exercent-elles leur domination au XVIIIe siècle?

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

DROITS ET RESPONSABILITES. On a tous des droits en ligne. Respect!

DROITS ET RESPONSABILITES. On a tous des droits en ligne. Respect! Fiche atelier DROITS ET RESPONSABILITES On a tous des droits en ligne. Respect! Objectif Que peut-on faire, que doit-on faire, que devrait-on faire en ligne? En quoi suis-je protégé, responsable? Que dit

Plus en détail

LES FRAIS FUNÉRAIRES AU QUÉBEC

LES FRAIS FUNÉRAIRES AU QUÉBEC LES FRAIS FUNÉRAIRES AU QUÉBEC Table des matières Introduction... 3 La formule coopérative.... 4 Une coopérative funéraire locale.... 7 Conclusion.... 8 Introduction Aujourd hui, j aborde avec vous un

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

«l oasis» «la vallée verte». l Artisane Confiturière «la Clef des Champs», «Viginet». «PréCatelan», Mr Alphonse Cellier Camping Cellier

«l oasis» «la vallée verte». l Artisane Confiturière «la Clef des Champs», «Viginet». «PréCatelan», Mr Alphonse Cellier Camping Cellier Notre point de départ de la traversée de St Nectaire se situe devant le camping de la vallée verte, aujourd hui tenu par carole et pascal, mais ce camping à l origine a été créé par un ancien combattant

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Syndicat Mixte pour la Restauration et l Animation du Site de Brouage - Centre documentaire - 05 46 85 77 77

Syndicat Mixte pour la Restauration et l Animation du Site de Brouage - Centre documentaire - 05 46 85 77 77 LES ARSENAUX DE RICHELIEU... Cette exposition présente les relations privilégiées entre la Saintonge et la péninsule italienne et leurs traces dans l architecture civile et militaire. Le visiteur découvre

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

- Deuxième vague - 7 juin 2011

- Deuxième vague - 7 juin 2011 Le Baromètre e-commerce des petites entreprises - Deuxième vague - 7 juin 2011 Méthodologie Cible : L échantillon du «Baromètre e-commerce des petites entreprises» a été constitué selon la méthode des

Plus en détail

«PÊCHEURS DE LA MEDITERRANEE»

«PÊCHEURS DE LA MEDITERRANEE» LE MUSEE DE LA CARTE POSTALE 4 avenue Tournelli 06600 Antibes Contact : 04.93.34.24.88 - museedelacartepostale@gmail.com Ouvert de 14h à 18h du mardi au dimanche inclus (fermé le lundi). Tarif d entrée

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

D.E. natation course 2015-2016. Séminaire 2 Support 2. La performance

D.E. natation course 2015-2016. Séminaire 2 Support 2. La performance D.E. natation course 2015-2016 Séminaire 2 Support 2 La performance Le pratiquant en situation de compétition Ethique du pratiquant - Ethique de la performance Pour certains sportifs, musiciens, peintres,

Plus en détail

Bruno Gavard et Bernard Hébert «Are you experiencing»

Bruno Gavard et Bernard Hébert «Are you experiencing» Bruno Gavard et Bernard Hébert «Are you experiencing» Exposition présentée tous les jours de 10h à 12h et de 13h45 à 18h30 Du 4 au 30 avril 2015 Maison du patrimoine Atelier Perret au Havre Bruno Gavard

Plus en détail

LE VOL DU P.C. FEUILLES DE PASSATION DDN : DATE DE L EXAMEN : AGE :

LE VOL DU P.C. FEUILLES DE PASSATION DDN : DATE DE L EXAMEN : AGE : LE VOL DU P.C. FEUILLES DE PASSATION NOM : PRENOM : DDN : DATE DE L EXAMEN : AGE : Observations : Attention : toutes les consignes peuvent être adaptées dans leur formulation, pour permettre au sujet qui

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

FICHE DE L ENSEIGNANT. Lundi 17 Mars 2014 Monnaie, monnaie, monnaie

FICHE DE L ENSEIGNANT. Lundi 17 Mars 2014 Monnaie, monnaie, monnaie FICHE DE L ENSEIGNANT Lundi 17 Mars 2014 Monnaie, monnaie, monnaie Niveau CE1 DOMAINES : - Grandeurs et mesures - Nombres et calcul COMPETENCES : Résoudre des problèmes OBJECTIF : - Faire 100 avec 3 nombres

Plus en détail

Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?»

Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?» Compte rendu de la table ronde «Transport maritime et mondialisation : toujours plus ou toujours moins?» Par Nicolas Lelièvre, PLP Lettres-Histoire-Géographie, académie de Rouen, octobre 2009 Saint Dié

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet la tendresse Jacques Ancet est né à Lyon en 1942. Il vit et travaille près d Annecy. Il est l auteur d une imposante œuvre poétique, et un des traducteurs essentiels de la poésie espagnole. son site :

Plus en détail

Le lancement de la DFCG Provence au Féminin a eu lieu le 19 novembre 2015 au Musée National de la Marine à Toulon

Le lancement de la DFCG Provence au Féminin a eu lieu le 19 novembre 2015 au Musée National de la Marine à Toulon Le lancement de la DFCG Provence au Féminin a eu lieu le 19 novembre 2015 au Musée National de la Marine à Toulon Marie Hélène PEBAYLE, administratrice de la DFCG, a lancé la DFCG au Féminin en Provence

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO La connaissance n est pas un objet comme les autres La connaissance est une information à laquelle vous donnez du sens. Ce processus de construction des connaissances est de ce fait très personnel, lié

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

La qualité des services mobiles en France métropolitaine

La qualité des services mobiles en France métropolitaine Juin 2014 La qualité des services mobiles en France métropolitaine Synthèse de l enquête 2014 ISSN : 2258-3106 Synthèse des résultats de l enquête 2014 de l ARCEP sur la qualité des services mobiles Ce

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Quelle est situation durant sa vie?

Quelle est situation durant sa vie? Benjamin CHOPARD CM1 Avril 2008 Ecole de saint Blaise Briançon Vincent Van Gogh (1853 1890) Qui est Van Gogh? Vincent Van Gogh est né en Hollande ( au Pays-Bas) en 1853 à Groot- Zundert. C est le fils

Plus en détail

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel

En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel En mai 2010, quelques élèves du club Lecture ont eu la chance de rencontrer l auteur de Littérature Jeunesse Xavier-Laurent PETIT au collège Emmanuel de Martonne à Laval. Plusieurs clubs Lecture de la

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Versailles : arme du pouvoir (1)

Versailles : arme du pouvoir (1) Versailles : arme du pouvoir (1) 1 2 Versailles en 1668. La galerie des glaces. 3 4 Le pavillon de chasse de Louis XIII dessiné par J.C Le Guillou. Edition Deux Coqs d or. La chambre du roi 5 Le réseau

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Séquence 8 : «Marseille et le Roi Soleil Le siècle de Louis XIV»

Séquence 8 : «Marseille et le Roi Soleil Le siècle de Louis XIV» Portrait de Louis XIV, collection Musée des Beaux-Arts, D.R. Séquence 8 : «Marseille et le Roi Soleil Le siècle de Louis XIV» Louis XIII et Louis XIV avec leurs ministres respectifs, Richelieu et Colbert,

Plus en détail

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Partez à la découverte de la Cité Phocéenne avec la Société des Amis de l IMA Au cours d un weekend de 3 jours à Marseille, nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50 CONSTRUCTION N 441 - Juin 2008 Légère accélération de l indice des prix des travaux d entretien-amélioration de logements au 1 er trimestre 2008 Au premier trimestre 2008, l indice des prix des travaux

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

UNE INTERFACE NORD-SUD : L ESPACE MEDITERRANEEN

UNE INTERFACE NORD-SUD : L ESPACE MEDITERRANEEN UNE INTERFACE NORD-SUD : L ESPACE MEDITERRANEEN La ligne entre le Nord et le Sud passe par la mer Méditerranée. Mais cette limite est-elle u rupture entre deux mondes ou un espace de contacts et d échanges?

Plus en détail

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World Résumé Dans le Plan d action de Madrid sur le vieillissement, 2002, 1 la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement appelait à étudier les avantages et les inconvénients de diverses conditions de

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Sondage réalisé par pour et Publié le mardi 23 décembre 2014 Levée d embargo le lundi 22 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

Entreprendre ici est une chance

Entreprendre ici est une chance Entreprendre ici est une chance Je me sens bien dans cette ambiance cosmopolite Environnement exceptionnel Pierre est chargé de clientèle pour l Europe «Anglais, allemand, italien, chinois, russe Quand

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Conversion et e-commerce : la fidélité prime

Conversion et e-commerce : la fidélité prime Conversion et e-commerce : la fidélité prime Etude réalisée du 1 er au 28 février 2010 sur un périmètre de 8 sites d e-commerce audités par AT Internet. Les sites d e-commerce ont de plus en plus le vent

Plus en détail

Guide des premiers jours

Guide des premiers jours Accueillir un enfant du voyage dans une classe ordinaire : Guide des premiers jours Quatre facteurs entravent sensiblement la réussite scolaire des enfants itinérants : «- changement de maître, et partant

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

Les risques en aéronautique, une réalité

Les risques en aéronautique, une réalité MENTALPILOTE.COM Les risques en aéronautique, une réalité En tant que pilote vous êtes davantage vulnérables si vous n êtes pas conscient des dangers qui vous menacent, et la prévention commence par l

Plus en détail

KOMPAS, le cauchemar des prétendants aux PVT : Pourquoi tant de problème? Qui suis-je? Une surcharge prévisible, des moyens peu adaptés :

KOMPAS, le cauchemar des prétendants aux PVT : Pourquoi tant de problème? Qui suis-je? Une surcharge prévisible, des moyens peu adaptés : Qui suis-je? Je m appelle Kévin Maingault, 20ans, je suis en école d ingénierie Informatique en région Pays-De-La- Loire, me spécialisant dans le domaine de la sécurité. Passionné par la pêche sportive

Plus en détail

accueil.musee@opale-sud.com N 1

accueil.musee@opale-sud.com N 1 03 21 84 07 80 N 1 accueil.musee@opale-sud.com Peinte à la fin du XIX e siècle par Francis Tattegrain, l enseigne de Sophie Caffier est l une des œuvres les plus emblématiques des collections du musée

Plus en détail

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012 Pour réaliser ses ambitions, notre ville s est dotée d un positionnement porteur et d une identité puissante et évocatrice. Ce document présente les fondements de notre marque, qui servira de tremplin

Plus en détail

LES WEEK- ENDS DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES

LES WEEK- ENDS DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES LES WEEK- ENDS DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES LES STAGES PHOTO DES RENCONTRES D ARLES LES STAGES DE DÉCOUVERTES PHOTOGRAPHIQUES des Rencontres d Arles proposent aux photographes amateurs comme aux simples

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Etude de produit : TWINTIPS 2 colors

Etude de produit : TWINTIPS 2 colors 2010 Etude de produit : TWINTIPS 2 colors Maxime CAUCHARD [Tapez le nom de la société] 20/06/2010 2 Etude de produit : TWINTIPS 2 colors Sommaire PREMIERE DECOUVERTE page 3 ESTHETIQUE DU PRODUIT page 4

Plus en détail

CONTENU DE LA BOÎTE. 9 jetons «Site archéologique» 5 jetons «Construction la plus haute»

CONTENU DE LA BOÎTE. 9 jetons «Site archéologique» 5 jetons «Construction la plus haute» Un jeu de Sébastien Pauchon - Illustrations de Mathieu Leyssenne - Design de Cyril Demaegd FAQ et forum : http://www.ystari.com - Merci à Fritz Lang pour sa somptueuse vision de la ville du futur! Un JEU,

Plus en détail

la Maison du Patrimoine dossier de presse

la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine sommaire

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS SESSION 2015 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS - ÉPREUVE DU MERCREDI 17 JUIN 2015 - (L usage du dictionnaire et de la calculatrice

Plus en détail

Mon carnet vietnamien. Liste des fiches

Mon carnet vietnamien. Liste des fiches Liste des fiches Fiche enseignant Fiche d identité du livre...p.2 Fiche enseignant Dispositif pédagogique possible...p.3 Fiche d aide à la compréhension Le système des personnages...p.5 Fiche d activités

Plus en détail

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS C est avec beaucoup de plaisir, monsieur le Bâtonnier FOUQUET, que j ai reçu, comme vous, monsieur le Premier Président, la nouvelle de ce que cette année, les jeunes

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Ça va barder! L univers des débardeurs du port de Montréal FEUILLET PÉDAGOGIQUE POUR LES ENSEIGNANTS ET LES ENSEIGNANTES

Ça va barder! L univers des débardeurs du port de Montréal FEUILLET PÉDAGOGIQUE POUR LES ENSEIGNANTS ET LES ENSEIGNANTES Ça va barder! BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA, E000760632 FEUILLET PÉDAGOGIQUE POUR LES ENSEIGNANTS ET LES ENSEIGNANTES Programme scolaire en Univers social pour les élèves du 3 e cycle du primaire SVPM

Plus en détail