André Bénit. La guerre civile espagnole dans la littérature beige; Paul Nothomb: histoire, romans et mythe. lome 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "André Bénit. La guerre civile espagnole dans la littérature beige; Paul Nothomb: histoire, romans et mythe. lome 2"

Transcription

1 ABRIR TOME 1

2 André Bénit La guerre civile espagnole dans la littérature beige; Paul Nothomb: histoire, romans et mythe. lome 2 Chapitre III: Ch apitre iv: Chapitre V: Les romanciers pro-nationalistes. Les romanciers anlifascisies. Paul Nothomb (l< -~ partie). Directeur: Dr Javier del Prado Biezma. Universidad Complutense de Madrid. Facultad de Filología. Departamento de Filología Francesa. Année 1996

3 Chapitre III. LFS ROMANCIERS PRO-NATIONALISTES. 1. JEAN DENIS. Ihécricien du rexisme, idéologue olficiel du parti de Degrelle, Jean Denis en esi úgaleni cnt le spécialiste de 1 I spagne 2. liii 1 937, luis les Irois cliscours de José An lomo3 qu i] trúduuí el CM )Iií Iii (2111(2, 1 ¾jII15 (inhale V >11 adm i 1311< u he 11(2 ci i úl 1 ai qnc ni r le Ñ nídaieu y de la 1 halange espagiioie. Ces discours, pranonrus re.spectix eniení les >9 nombre 1933, 19 mai et 17 nn embre 1935, formení, á son sens, U-ois pierres míllénaires de la r<iute que suit l Lspagne depuis le 1-4 a~ri u de celle qu elle trace depuis le 18 juillet (pá) ). (~ue1ques brefs exiralís dii liminaire suffisent peur indiquer le ion passionné ci. l esprií dii panégyrique: ion nc peut comprendre Espagne d aujnurd hui, melle qu elle se forge ellemérne en l ardeur dc la guerro, si en se tient á 1 écart du Ixtismo - qui l anime. La sourcc de ce lyrisme ny, pour mieux dire, sa définition, ji faut la chereber auprés de José Antonio Primo de Rivera (p.5>. Archange en\nyé par Dieu pour indiquer á 1 Espagne la vnie de son destin, neuvean Niníse qui conduisii 1 romise (p.7), 1 Absent son peuple jusqu aux bords dc la Terre sil garder face au monde un regard limpide ci considéror ayer iranio los faux prnphémes gonilés dorgucil cm do latuuté, appormer dans la confusion générale des esprits cm des coeurs, exactitude de la pensée ci l allégrosso dun nouxoau stylo cm par 1=sauxer la jeunessc d elle-rnéme cm dc Satan el sauver par elle l Occident buí ontier ( i.81. Dans ses cnmmentaires dithyrambiques, Jean Denis rappelle quelques-uns des événemenms qul ensanglantérení l Lspagne depuis la proclamation de la Républ que, parmi lesqucís le saulévemení séparatiste et marxiste d Oetobre 1 esí 1 auteur des I rincipos reníslús oc des Ha sos dcct r naks de hoy, Bruxelles, lid. Res, 103 E,. 2 1:n 1 024, it seutint Á 11 niversilé de 1,,u ain une thése de doctorac Sur It romafl maures que en Pspagt~e el en 1 yanc. 1 ixils JÑ -< urs cje Jose -Xc! m fi> tradul is el Comrnentes par lean Beni s, (1<ñIect fin pu lii e a I initiatise du Centre d Iludes llispaniques, Renais, lid. Julien [.eherte-delcour, 1037.

4 Li la tragédio asturienne oti pour la promiéro fois los armes do l Espagne durent s opposcr aux armes do Moscou (p. 10). D omblée l ennomi esí identifié. Terminant de commenter le troisiéme discours, Denis affirme que ce messago du 17 novembre 1935 lot-me par l incandesccnce que fui donne aujourd hui la réxolution nationale-syndicaliste le grand message de l Espagnc á l [Jnivers./ le message impérial de I lispagne gui s est retrouxéc une mimé de destin dans l ijnixcrs <p.56). lannée suivanie, dans lino révolution dans a guerret un pamphlem qu ii date du 1<) man 1938, jour de la ide de J.isé Antonio, Jean Denis signale que I e tir hi en comprendre 1 spagne d dujo tirol ji Cli, Mi CI~ J\OI 1 CIlIO \ ue ilaile de Co Cf CII s v passe ji Iaut dro soi-méme un révohutionnaire. Etre sur la mémo longucur d ondcs. Avoir établi une concordante d áme C est le bum de cem opuscule d aidor á diablir coite concordance. la Réxolumion I:spagnole? La vraie. La compléte. la bolle. C esm dans l Espagnc de Franco cm de la Phalange qu elle s accomplií aujourd hui. Uno Révolution? C esm-á-dire un changomenm de l homme ci du monde (p.6>. Dans le chapino intitulé L accomplissement do la promesse, 1 reprend en détail la chronologie du moux ement libérateur ci. rédempteur, depuis le 18 juillot 1936 jusqu en mars 1938, et présente quelques-unes de sos reahsations sociales el révolutionnaires. En conclusion, ti oppose les deux réxolui.ions: Ce gui nous répugno chez los Soviets ce n ost pas qu ils aiont taim la Révolution mnais qu ijs nc alem pas falte. Lcurs pionniors axaient réxé, eux aussi, d une Révolution Níajeure, gui changcrait l hommc íout entier ci lis axaionm souufort pour ce révo. Mais l homme, jis l onm xoulu changer par en has, ci lis n ont trouvé que la voie samaniqile qui conduil á 1 anéantissomont, á la négamion inmégrale. [..4. En face do la psoudo-révolumion marxismo, l Espagne auiheníiquc accomphim á son tour une révolution majeure qul chango l homme tout entior, mais par en haum -por arriba!- cm qui a trauvé la voio divino gui conduim á la xie, á [ alñrniamion intégralo (pp.77-78). Le compie rendu que Léon-Louis Sosset lii. de col ouxrage pourrait s appliquer á l onsemble des écrii.s de Jean l)enis: Ni. Joan Denis a cnu indispensable de nous faire part de son axis sur le conflit espagnol dans une brochure ini.ii.ulée une jean Denis, no réxolution dans a guerro, Renaix, íd. julien Leherte-I)eIcour, mars 1038.

5 331 Révolution dans la (Áuorre. Quoique partageant l opinion axani.ageuse qu il se faii. du général Franco, je déploro améremeni. son manquo absolu d objoci.ixii.é ci. do sons crii.iquo. Sos affirmations catégoriquos risquent fort de no persuador que les con\erns >. Son Romancero 19386, Jean Denis le présonte commo un aci.e de foi ot de réparation enxers lespagne authenmiquo et immortelle : Acto de foi dans los desminées do ce peuple que nous acons aimé dés notre jeunesse dans a beaumé de son antigme Romancero. l...l. Acto de Ioi, de idélimé incondimionnel le en~ers oms nos <amarados pbalangistes gui oní écrit de cuy sang (-emmo épopée ci q ni soifl mons no ti poi nc seule nenm peur icor Lspagne, nijis dussi peor notre i 8C1iC. ( fl0ci~ toctccs los Patrios do monde. Acto de réparamion...] pour ce déshonneur gui s atmache a noire pay s dont les maitres proxisoires cm décadonls ont rompo íes pius heiles mradimions chevaleresques en méconnaissant grossiéremení La plus bolle causo du droim cm de la justice gui se soim présonmée au mondo dopuis des siéclos (p.8>. Fn composant ce recuei] de hanís faits d armes nationalistes, bric-á-brac fallacieusement intitulé Romancero 7, laumeur déclare 31oir principalemeni. recherché l évocation d un climai. mora]. A i.ravers les nombreux i.oxi.os quil présente comme trés différenís par lemir ton, le lien et le mor cnt de leur action -de simples traducdons on des rocomposii.ions d aprés des sources diversos-, il inxii.e lo lecteur á découxrir coite unité, cetie grandeur qui osí aujourd hui la grande le~on espagnole (p.1o). ci cetie liberté d áme Le projet de cei.te compilation, Jean Denis semble l a\oir concu en lisani. un petit épisode de cetio nouvelle épopéo moderne: l histoire dun simple soldat naxarrais délogeanm los rougos d une créte d oti ils dominaient la plaine lul romit en mémoire un podme épique dans lequol don Alonso de Aguilar se portait voloníaire pour plani.er létendard sang et or do la reine Isabelle la Catholique au sommei. de lalpujarra occupé par les Maures: Vieux romances d Lspagno! Combien d entre eux peuvení étre chantés á nouxeau sans qu il y failie non changer! I...I. Espagne éiernelie. lispagne incorrigibie de ma splendour idéaiiste! Au menips jadis iis criaient dans íes batailies de la Reconqudmo: Cierra España! ~ 1.ñon-lnuis 9¾.>sseC La Re~ue naúonale, n i ?, 15 juillet-15 oút joan Denis, Romancero 038, Bruxelles, lid. RoN, CoIlecli(,n nationale s.j. In -hoisissanm re CiCre, sans doute Jean Deni s prétendait i1 concurrenc-er le Romancero general cje la guerra de 5.spaña publié en á l initiative de Uliance des lnielleccuels.\ntilasci Yes.

6 332 Aujourd hui dans íes batailles moumes pareilles dimo semblable Reconqiéte jis crient: Arriba España! Rien na changé et lespagno, au delá di cataclysme, se retrouve intacto en la fulgurante pureté do son Romancero. Un nouveau romancero par quoi elle inaugure un nouveau Siécled or (pp.1o-l ). Dans le premier chapitre, Epopée andalouse, Jean Denis reproduil. parmi d autres le récit de Queipo de llano, lo conquistador, conamont 1 raconi.ani. par le menu sempara asmucieusemenm do Séxille alors mx mains des soixanme-dix mille marxistes, anarcho-sxndicalistes lo brigandage ci. poir la guerro cixile (pp 5 1-St et communistes, armés par Nloscou pour Aprés une Courle introduction resumanl le -ole essentiel joué par ce n )U\ eau <-arnpeadí>r clios le clestin di l Lspagne, il présenme la derniére des charlas prononude le 6 féxrier 1938 par le célébre général a a peuple sévillan. Le deuxiéme chapitre, Denis le consacre au mirado de l armada ci. á la situation morale ci. matérielle do la marine de guerro espagnole, entiérement á la merci dii [rente Popular (p.79), an moment du soulévement: alors que les authentiques vot-tus nationalos et l amour de la Patrie demeuraienm intaci.es dans le haut commandement et lo corps d officior~, les équipages étaient corrompus par la ropagande communiste (p.79); aprés l épopée des marins de l arsenal di Ferrol, l exploit. du Dato cm dautres navires permit á l escadre nationale de se rendre maítrcsse de la Méditerranée ci. de libérer le détroim de Gibraltar, une condition indispensable pour permettre le passage des forces marocaines; cié de la victoire, le blocus maritime entrava le trafic criminel des armes en faveur des rouges. Alto de Irán éxoque la mor. -par suite d une tromperie- d Onésimo Redondo, l un des principaux artisans de la rédomption do l Lspagne (p.lol). Ashuries muges reproduit le témoignage terriñanm de quelques rescapés des l3rigades disciplinaires créées par les Rouges asi.uriens pour fairo moirir á 1cm- maniére (Cix qui no partageaient point bit- barbare Irénésie (p.1 13). sacharner Expliquant les mobiles purement matérjels qui poussérenm l armée roigo á sur leruel, Jean Denis accuse lo socialiste Indalecio Prieto da, oir voulu reconqiérir les intéréis deonomiqíes do sos amis personneis minerai de fer émanm armemonis, (pi 35); le en hausse marquée en raison du mnoux emermt mondial des Prieto ponsa que le moment était propice pour expormer e minorai a ictranger en échange do munitions. Fm cormainomenm imagina-t-il do meitre a disposition des

7 333 pays qui lui fournissaiont son mamériei do guerre íes minos de Ojos Negros, axec le chemin do fer minier et los haums-fourneaux exclusivement (pp ). l.e reste du chapitre compori.e quelques récits de la plus grande nalveté, dom cclii de Mohamed ben Harouk qui, sans le vouloir, lii plus de ceni. axec armes ci. bagages? Dans [ aigle prisonniers ci. la mortie, Jean Donis déplore loccasion perdue d assisi.or á un dící din genro nouveaí: ca alerie contre manks, Occasion uniqio poit- l arme gloricuse de se xenget- de la mécaniqio par quoi les at-mées modernos xeulcni. la remplacer (pp.l t Sur le l-t-oni. de Madrid, les microphones soni. la grande amtracmion potir los corre-spondanms emrangers en x isite a la Cité uni~ersitaire. (h tcun i~)(~tut ~ aire un pei.it discour-s au\ rougcs d en face; comme il x a i.oujours U quelque déi.achemoni. des Bt-igados inmernamionales, on peít s y exprimer en íi impori.e quelle langie: il x a toujours quelquin de l aítt-o cói.é qui (omprendra (p.l6-t). S adressant aux miliciens marxisi.es, le speaker pat-lo de l Fspagne dc Franco, dc ce qí a dii. le Génét-alissime, du droii. au travail, de la proi.ection de l ouvrier, cm leur promet des dioses qul en l- spagne nationale sont déjá des réalii.és (p.175). 1)ans Zone roigo, Denis compat-e les effectifs et les armements des dcix belligérants. D un cóté larmée rouge, succursale dc celle de Staline (p.1 80), bien équipéo de matériol foít-ni par les puissanccs travers la frontiére pyrénéenne solcnncllemeni. démoct-ai.iques (p.l 80) á ncui.t-alisée poir les accords dc non-intervention (p.l 81), ci dans laquelle les Brigades dialení les sedes unités ~-alables, no connui. pourtant que des revers: Pourquoi teus ces échocs aprés de ten efforts cm de si puissantes complicités extéricíres? Parco que sans patrie, u n y a point de x-éritable arméo (p.182). Face á elle, l arméc nationale, composéc des elfeci.ifs réduii.s qíi se troivaieni. dans les casones, des unixés de la Gardo chile el. do la Garde dassauí, des groupes de volonlaires militat-isés et des unimés bien agíerries d Afrique, dispose din matériel provenant principalcment des réset-xes dc l armée espagnolo, des éi.ablissemcni.s indusi.riels dc la zone nalionale, d ínc bonne conmaino dc navires qui transpot-taieni des armes á destinamion des ennemis cm furcni. inmerceptés par la marine de guerre, saus compi.cr tout ce que les nationaix oni. pi récupérer sur les champs de bataille, notammcnt une bonne cenmaino de chars d assaui. m-ísscs auxquels xint s ajoíter une compagnie (ompléle de chars dassaut frarwais Rcnaili s-aisis au coírs de la campagne di Nord ( p. 184). Vas lo moindre il

8 334 mot sur [ aldo rocie des puissanccs [ascisies! paradoxale qí Denis en arrixe á la conclusion en fournissanm aix roiges d Espagno un abondant maméricí do guerro, íes grandes démocraties européenncs orn. été en réaiité les grandes approvisionneuses do Franco. I...j. Ainsi donc ccix qul ont fourni do matéricí á l lispagne Roigo dans e dessoin do xoir se prolonger la gierre cm sépuiser Espagne qui que soit son maitre. ceux- Li xerront mn joir qu ils onm cux-mémes forgé á lespagne uno puissance milimairo désormais trés rodoutablo... (p.l85). l)ans le dernier chapitre, L héroísme: une habilude, II relato Ihistoire mémorable des réres Mit-alíes, trinité presligiense, persooniliant la rehe Ilion (p. 191), aíteurs d uno des pagos les plus glorieuse-s di rnou\ emenm de iiberaiion nationale (p. 1 95): le 18 juillct 1936, tandis que l insurrecmion échouaim a Niadrid, bravani. la i.ourbe do crimineis armés qui s emparaioni. de la xille (p.195), <en alléroni., á la téte díne qíaranmaine do phalangisi.es, défondre le passage dc Somosiet-ra d une importanco si.rai.égique capii.alo: c ost par EX que les milicicus marxistes dex-aient passer avant de se répandre dans les plaines casi.illanes. 11 rend égalemeni. hommage aix combaitanis de deuxiéme ligno, ccix qui forgoni. l llspagne nationale, tar ce qo il y a derriére fcos avancécs militairos], c ost un goox-ernemont de par[aits serxiteurs di Chef de i Etat, c est labondance dans e manger, c csm la sérénité á la rue, la loyaité dans les servicos, la paix dans la vie publique, le travail assidí ot enthousiastc, i éducamion affectíouse ci. fervenmo de enfance el. dc la jeunesse, le souc des blessés, des infirmes, des vioillards, la fraternimé des classos sociales dans une máche commune. Jusqi á la capacité de se divertir honnémemenm. lexquise déiicamosse de cauher tout ce qui soil. douicír, amertíme cm souci. Em par dessus tout qíclque chose de suhilme que janlais es combattants de premiére igne no poorront raxir á ceux do deuxiéme ligne: cetio conscience que bis ces sacrifices ne sonm non á cómé de i effort accompli par ccix dii ironm au sen-ice do a [ atrio (pp O3). Denis entcnd égalemenm rétablir la xérii.é sur la \raic emmo ospagnole, nulloment somblable á celles mises en scéne dans lopéra de Bi-zci., romantiquos, ci. les récits des teuristes xicicux, désenchantés Gette mise au point, u la jíge indispensable car ils les conmes ou réxeirs (p.205). la célébnité do la Pasionaria el de sos processions de filíes publiques na [ah que conlirmer lux \eux des gens qíi jugent selon les appat-ences el. non d aprés les réalimés cene idée quune Liusse iittérature cm des récims douteu\ Jeur a~aienm laissée de la [emmo espagnole (p.205).

9 335 Solon lui, la transtbrmation radicale do cote femme, autrefois résignée á son desi.in médiocro ci dexenue aijourdhui l éclatani.e expression de lespagne nouxelle et conquéranmo, est un des bientaits prodigieux de José Antonio u de la Phalange. AIin dillustrer le róle exceptionnel joué par la femme ospagnole dans le moíx emeni. libérateur et dans la guerro de reconquúte (p.207), Donis évoqie les figures de Pilar Primo de Rixera, de Mercedes Sanz Bachiller el de la xeí 4o di capitaine Julio Ruíz de Alda, assassiné lui aussi par los monsíres. 8, nouxeau camalogue de réciís pai.rioi.iqies publié lñspagne immortel)e aprés la x icloire franquisme, n-apporte non de ucd mu mámoignage de loan l)enis sur la guerre d lispagnc~. lii rcuníssanl ces plus helios lúgcndes de 1 herx isnie gierriet- (p.53), lo rexisio prétendaim éxoquer le si.~lc uniqio el singulior de l Espagne, cclii qui, di-u, fui. la grandeur d uno nation: II y oit dans celle guerro d Iispagne des épisodes de tollo grandeur, mañ u est bien xrai do dirc que cetme tolie par sa grandomr méme rejoignail intégralomení la sagesse. Foutes ces érupmions d héroismo qui dans le débum n axaient entro ellos que des liens fon ménus, ellos nous apparaissent aujoírd hui comme la réalisamion d un plan génial. De chacun des grands épisodes des premiers mois du souléxement, Von pcím dire que e son. de a guerro y fut joué. Aucun nc peut éu-o rejoté commo siperflu comme á peu prés mutile au triompho final. Espagno n esm pas romaníique. Elle no ronnail pas la mélancolie dv [emps qui passe et qui senfuií car elle a trop profondémenm au cocur le senmimonm do l émernimé qui demeure. Elle no connail. pas l exaltation factice ob l impuissant i.rouve une t-e~anche en proclamant que non nesí plus bcau qu inuíile. Elle ost trop chrémionne pour oubiier quaucun sacrifico n osí vain. Foilemenm grande, follcmeni. bravo, elle no l est jamais frénétiquoment. Dans toes les épisodes qui xont dro racontés le lecteur mrou~era prcsqu á chaque pago lo démail oir s affirmo un souci précis, une conscience roldo, uno sagesse impassiblo dominaní i action á tel point qu y troever la moni c ost encoro írouver la victoire (p.8). Aprés cci. axvant-propos présenté comme indispensable pour comprendro les faits qui onm ci licí ci. doni. nois no ncprodíisons que qíelqíes lignes, l)enis omménc sos lccícurs -du moins ccix qul auroní la pationco do lo sui\t-e- de l ilo de Fernanco Fo, Oú on xoit commeni. la Gíinée redoxint ospagnolo aprés 8<) jours d hosi.ilités cm 35 minules de combai., au Sanci.uaire andalou de Notre-Dame de la Cabeza. 8 lean t)enis, Ispagno mmoiloi e, i3ruxe les, [fi Ignis s,d.

10 336 Que nous soyons á Simancas, It-un, Oviedo oí Badajoz, le scénanio de ce nouvoaí combat épique entre David el. Goliaih 9 \arie br. pci: t)oux révolumions s affrontaient. l une avaul l or, la rancocur, la puissanco, los complicités étrangeres. autre avaim Ja foi, l amour de la Patrie, l héroísme ot la conscienco daccomplir un destin grandioso dans l Ijnivors (p.-14). Ainsi, gráce á leurs innombrables qualités (une audaco ci. un eni.housiasmo á toite éprouxo, un coirage el. une braxoiro sans limites, un espnii. débordanm de solidanimé ci. chovaleresque de sacrifico,...) el sachanm tiren prollí de coincidonces pr(aidenmielles généralemenm auribudes & la bien~eillance de la \ierge, une poignéo de namionaux nial équipés mais liers de parmiciper au Nlou~ement de rédempi.ion nationale (p.20) défoni. les hordes saixagos arméos jusqí aux denis par le gouxernemcnt aniinational (p.24); sois les xixai.s des populamions, les tornitoiros, peu á pci libérés di joug marxisíc, t-cdexionnont torre d Lspagne ; le cet-xeai ci. l instríment de cette Reconqiéte n esi. autre que le généralissime Franco. Depuis longtomps préparécs á linsurroction, les bandes roiges no sont bonnes qu á piller, assassiner, détriit-e, profaner el. blasphémen; les quelques sícces temporaires remportés par coite toirbe himaine, irrespectucuso de la pat-ole donnée ci éi.rangére á tout sontiment de Ihonneur, ruso, de la trahison eí de la tromperie. sonm lo fruii. de la j.c chapitre le pus long, Jean Denis le consacre á l Alcazar de Toléde. Sans domo ost-ce par soíci d objectixité qu il signale que: Le monde a suivi axec une atiention halemante ce que l on appela dés le début l épopée des cadots dc lalcazar. I)ans la suite des écrivains, des journalistes, ont évoqué dans des pagos do haute valeur lil.mérairo col. épisode apocalyptique de la guerro d llspagne. Commo i.anl. dautres, á mon moun, j ai xisité ces lioux en compagnio de quolques sirvivanms de aventuro. on a raconté á ce sujet boaucoup d hismoires mais Illismoire esm ici plus bolle que les histoires, plus simple, plus dépouulléc. Frop do gens, cm non des moindres, onl. voulí recomposer, selon les données de leur imagination les divers épisodes de cette résistance qui dembído, par on no sait quol sormilége, apparul. comme légendaire. les données hismoniques los plus élémenl.airos ont été négligécs, par oxemple le faim qu á l Alcazar, u n x avail. en réalii.é le 18 juillet 1936 que trés pci de cadois: c étaim lépoque des x-acances. En néalité coite aventure commen~a le plus prosaíquemenm du monde: ello commonca au ni~oau d homrno pour aticindre progrossixcmcnm la haumeur des plus beaux héroismes (pp.1o1-l02>. \oir p.2 ) cm p.c2.

11 337 Pour rotromlxer lo climal cm l atmosphéro de ceuo étonnanto histoire, ji nous invite á relire Li Alcázar, le petit journal publié dans la fonteresse i.oíl. au long di siége. En 1943, l incondii.ionnel de José Amonio transpose ce fémichismo sur le plan tictionnel. Alors que sos oeixt-es antérieircs s ami.achaient essentiellomeni. á décrire avec force détails les multiples prouosses guenniéres des nationalistes d un boíl. á l aítre de la Péninsíle, L heure de vérité 16 relai.o l oxistencc chaomiquo d un pomim bourg victime de la sau~agenie rouge duranm les premiers mois do la guerro. In espagnol, la hora do verdad, heure do serie, con Le momenm do la corrida, ob, daus aréno, l bomme se trou~-e seul ú seul asee la héto. oit ce gui s esl. déroilé avant ccl. insl.anm lá n a cii pour hut que do donner á la béte tout son potentiel bestial. Sc mesuren avec un taureau 1 mphatique, épuisé ou nésigné, est sans honneur. Iheure de xérité, l houro surpréme, l instanl. do dramo de la corrida, c est cclii oñ l homme maméniellemeni. plus faiblo que la béte en son paroxysme, triomphe par son intelligence cm son courage de la bostialimé déchaindo (p.7>. En échange de eotte explication préliminairo sur le scns allégoriqie á anribuor au titre, Jean Denis pnie le lecteur do bien ~-oiloit- faire á l auteur la gráce de no point considérer col. ouxrago comme un roman, mais bien comme un récil. qui n esl peut-éi.re pas authentiqíe, mais qui est assurémenl. vrai, el. dont moute imagination esm cxclue (pp. 7-8). No précise que sollicii.ant aucun succés de xanité -pci durcnt le lii accorden!-, il Ce drame sc situe sur un plan supéricur á ccliii des hommes. Que si on sc demande dans quelle mesure les personnages en sonm allégoriques, la réponse ost: dans la mesure qu on voudna (p.8). Dans son roman -moi. compris sur la couxenmure dii lixre-, assurémenm un des plus médiocres existanl. sur la guerro d Lspagne, á la limime de la lisibilimé ci. de la compréhensibilité, Jean Denis poursuit donc sos délires phalangistes cm ani.i- rouges. Tout sonno faux daus coi.te grossiére caricahíre de la Républiqie, dans ce fatras d anecdotcs in~ raisemblables ci do discours sméréotypés el. exaliés sur amoir do la Patrie, de Dicí el. de la Famille11. ~ Jean Denis, 1heure de ~érité Paris-Bruxelles, lid. LIssor, ~ Dans son chapicre 1 éxico e ideologia ( 1-1 léxico dé a ni uérié duran Ce a guerra cfl II española, Ediciones tnivo,siciad dé Salamanca, pp.l > J<>s& \nlonio Pérez 1kw jo, analx sanl les

12 338 Au cocur d ino Espagno profondément i.oírmeni.ée depuis lo dépari. de son roi, Villaroja, une hoirgade indístrielle el. commercani.e de la Nouxello-Castille, connail. do l.emps á autre des agitations, pt-incipalemeni. de caractére polutiqie (pal). Iii ce mois de juillci. 1936, un sentiment général d inquiéi.ude so répand sin les choses el. sur les gens; quelquos jours plus tól., le corps dii dépui.é roxaliste Calvo Sotelo, sauvagement assassiné á Níadrid d une baile dans la nuqie, a découxert, couxert de blessut-es, dans un cimei.iére. Assassinai. fon. mxsmérieux en raison de sa signilication politique, ci. doni nil, semblo-m-il, n ose pat-lcr: II csi xt-ai qí o n a peur de beaucoup de cho sos a presén C. (lo a pu tu tic CC) Ci t. l>c) LI E Clii 90 LI 1 ti aurait peur de pensor (p.l4>. Alcade depuis les éleci.ions de 1931 au prix de honicíses concessions, don Graciano Saénz tírdiaga esi. déct-ii. comme uno xét-itablc git-~}ioi.tc politíqie, i.our á toir répíblicain ou monarchiste solon l opinion des gcns dont il a besoin pour faire prospéror son commerce. Son époise, doña Nlargarei.a, so consacro i.oíl. entiére á l éducal.ion de lours enfants: Pedro, Manolo, Niercédés cm Luis; éle~éo dans un milicí navarrais el. carliste, ello n a jamais connu que la tradition nigide se transmei.l.anl. intégralemeni. de péro en fils; aussi est-ce avec effroi qu elle observe le profond abime qui sc creuse entre les générai.ions ainsi que les singulicrs contrastes exisi.anl. enl.re sos trois tus; les idéos axentureuses des dcix plus jemes 1 inquiél.ent plus panticuliéremeni. différences existant entre le cliscours de la droite CC celui de la gauche, signale que en los textos do la zona nacionalista el procedimiento [de estereotipaciónl es utilizado con una intensidad que supera con mucho a la de la ocra zona 1.1: el funcionamiento del discurso oficial de íd derecha se basa en gran medida en la reiceración de ideas seniejances, caracterizadas va sea por lo impreciso de su contenido, ya por su asombrosa simplicidad y con las que se intenca lograr la adhesión emocional, que no racional, de los receptores.. ~l~éngase en cuenta que dicho lenguaje emana de un poder de claro signo totalitario que pretendo una completa uniformidad encre sus adeptos y trata do taponar las profundas divergencias de pensamiento y de fines que los separan mediante la exalcación de ideales Can magos como pueden ser los de Ra a e Imperio o la misión de ejecutar la voluntad divina frente a las fuerzas del mal encarnadas en el enemigo. íntimamente unido con la tendencia a la estereotipación de la realidad está el otro dé los rasgos que consideramos definitorios del discurso oficial: su marcado retoricismo. la ausencia de significados concretos que comunicar sé suple con la puesta en relieve de los significantes, la grandielocuencia dé la expresión trata de ocultar la saciedad de los mtenídos: ante la falta de argumentos racionales se apela a la emotividad del receptor. i de nueso, les textos de la derecha se diferencian por la intensidad en el uso del procedimiento: la uniformidad de pensamiento impuesta lleva a recurrir una otra ej a la glosa de las onsignas señaladas m de los símbolos instituidos; por eso nos hallamos más ante un Conglomerado de emociones que ante un núcleo coherente de ideas l asne hace notar como los conceptos basícos del lenguaje derechista -Imperio Patria tradición, Dios o()~~sti1uyen más que una ideologia un tono em Ccional, in 1-a ango. sioria de] IasCism(> español, Ruedo Ibérico, 1 arís, Ir) 65, pis>. A las palabras se les confía la tarea de sugestionar, dé foijar sueños de grandeza que hagan olvidar los problemas reales lp.l 34>.

13 339 Une bréve présentation ci. une conversation stét-éotypée, au cours de laqíelle jis débii.cnt toir á l.our leun credo, permettent de connaitre l opinion des trois gar~ns sur la sui.íal.ion politiqie que traxense bit- pays. Le cadel. Luis, onxoyé en siage á Madrid, tomba dans un milicí iori.erneni nationaliste donm linfluence déteignil. tout de suite sur sa \irginii.e politiqie. les discout-s entendus au Théátt-o de la Comedia, lons du moeting de fondai.ion do la Phalange espagnole de José Antonio, limpnessionnérenm gat-~on -né en i.ellemeni. que le jeme fui. un des pnemiers á adhérer a~ ce moíx emenl. de t\pe fascistc (p.22). Ainsi qu il lo répéte á mii boíl. de champ, comme sil récimaim inc pniére, il (noii en la siprémo réalimé de lespagne. la fortiller, lele\ut la grandir, telle esi la táche pnimordiale do mois les lspagnols (p.33). ( on~aincu que les polil.icicns traii.res sant en train, en ce momont méme, de cendre l Espagne (p.34), il accuse les commínistes, par bit- modérani.isme ci. leir tolérance, d avoir permis aix Rísses de s installen dans le pa\s: la Russie esi. ici pour faire de l Espagnc un immense charnion cl. 1...] une colonie de Nloscou (p.36); il bit- reproche de n étre que de beaíx parleux-s, incapabbes d établir la justice, el. d avoir laissé gangrenor le peupbe par des exotismos destrici.eurs (p.35). S il reluse de coirber l échine sois le joug dos émissairos asiatiques (p.35), il se défend i.out aul.ant de tendre le cou au joug des caciques exploiteírs el. des politicicís dépravés qui conduisent ma pai.rie á sa porte (p. 3S). Répétani. des pat-ales maintes Ibis entendues dans les réunions phalangisl.es oí lies dans Falange Española., ji parle de l Ahsolu, quelque chose que Ion affirme cm Fon no discute pas, quelqie chase poir quol Von mcml ci. Von tic... (p.37), cm disserl.e sans se lasser sur ccttc réalité immonso qu est Espagne. II y a que nous sommes Espagnols, ce qui est uno des raros chosos séricísos qui soiont au monde, et que, vois autres, vous deux, vais n étos plus des Espagnols, mais des étrangers. Entre nous, il y a l immonsité de lespagno á conqiérir... (pp.38-39). Sl.agiaire dans une usine, Manolo y fil. la connaissance d un jeme ingénicur, ancion présideni. de la Soc él.é des Amis do 1 1fRSS ci. grand admirateur di régimo soviél.ique. Poir le second des Saénz dont le l.empérament, égaloment généreux, épousa i.oui. de suii.e cei.tc brillante idéobogie (p.2 1), les phalangismes nc sonm que des réacl.ionnaires, des social-fascisies (p.24), les défenseurs que d un ordre dc choses périmé. Níalgré sa fbi i.otale en la Russie, qui a laii. la Réxolumion Prolétarienno el. qui appot-l.era la délixrancc á tous les l rolémaires du monde...

14 3-lO (p.3 4), el. en dépii. de l incompatibilité de bits idées, Manolo nc pci. s empécher d él.t-e bouleversé par ccl.te grandeir d áme, par cel.be volonl.é désospénée, dont son jeme Uréro uf axail. fourni sans cesse le i.émoignage (pp.39-40). Dés le débil., une complicité él.t-oii.o mira les deux adolescents si proches par le caractére, si éloignés par l idéoíogio (p.41). Car, aix xcix de Manolo qui sai. la lutte inélíci.able, l ennemi commun n esi. aumre que bit- frére amé, puisqie les grands responsables de ce qui va se passer, ce n csl. ni xoís, ni nois, mais coux qui penscni. comme edro parle (p.43). Poir Pedro qíi, inscnít en dei-niére anude do droil. ci. considéré comme 1 inmellectuel de la lamille, a stíbi l infhiience de 1 enseignemeilí de josé Ortega = Gassom -mout ce qu il en axail. retenu c él.aim que l Fspagne n axait plus qu á cessel d émre ello-méme pour surxivre, c osl.-á-dine á prendre des idées européennes ob surmoum des idées dc Paris (p.20)- cl. fréqíente les milieux de Ateneo -il y avait perdu toite conviction stable ob se considérail. commo un hommo d ordre donl. l esprim s oux-rait largemenm aux idées modernos, rcgardanm par ailleurs comme modernos des idées qul dataienm d un domi-siécle (pjo>-, sos fréros nc soni. que des illuminés, des nihilismos á la recherche d une chimére, des exi.rémisi.es fanatiques pt-éi.s á s entretíer ci. idées; heureusemoni., pense-t-il, il la líl.le aí-méc, ci. á faire la réxolution poir leurs n est peít-é.re pas i.rop mard poir reíiorcer á s il doil. se passer quelque chose - Quelqie chose comme en 1934, mais & l envors. Cela durora huil. jours, aprés qíoi, la Répíbliqie set-a sauxéo cl. le goux et-ncmenl. se débarrassera des extt-émisi.es do droite el. de gaucho (p.3 1 )-, les hommes réalistes el. modérés prcndroni. \ ime le dessus el. empécheroni. ces fois de lancen l Fspagne dais des avonmures sans íssío. Quoi qu il arrixe, ji conftsse son désir de so maini.enir en mutes circonstances aídessus des luttes frairicides el. de demeurer á la disposition de l Fspagne, sans passion, sans hamo, ami dc l.ous, tolérani. xis-á-xis de l.outes les idéologics (p.3 1). Qíaid il leur exprime sos idées sur lavenir de l Lspagne: -jo no crois pas á Espagne espagnolo. mais jo crois en une lnpagne européaniséo, reconstruime sur le modéle des grandes démocramies européennes, débanrasséo de son obscurantismo séculairo, onu-ant dans le concorm des Namions. libérale et pacifiste, ob dinigée par des intelloctuols éclairés, appuxés par une majorité parlemenmaire smable, celle-ci émanb constimude par la rémnion des grands parias sincéremcnm républicains qui so parl.agenm opinion publique (pu)-,

15 341 sos dcix fréres no sont giéro dípos; ils connaissent son objeci.if: conquérir une bonne place dans les cadres de FEtal.. D ailleurs, la présenee panmi cix du député don Fulano, mm porsonnage aussi inflíent que médiocre muís l ami personnel du président de la Répíbliqie ci. de quelques ministres, invii.é par luir pére, nesmelle pus le ineilleur atoil. pout- néussir examen d Ltai. oú les premiéres places se disi.ribíeni. en foncmion des recommandai.ions polii.iques? le tableau émait donc complot. Qn oca dii que toute IILspagne se trouvait rassombléo dans cemie niaison, claque faction, chaguo réalité d áme s tiou\ant représenmée par un personnage allégoniquo (p.5 ti). Aí moment méme ob le dépumé républicain assure i.out ce peiit monde que le pays, aprés une crise passagére el sans importance, rdtroixera le calme el la si.abilité, la radio annonce que EX gloricuse arméc d lispagnc marche á la reconquéto de la patrie; seule tinion Madrid proclame l échcc de la réhellion. Poir don Fulano, la solítion consisto, pendant qíelqie memps, poir étre cerl.ain de resten en xie (p.64). a~ faine le moni landis que Marnilo s est esquivé discrétcmont commc s il pantail. poun nois ronier toís (p.67), lo départ de Luis donne licí á une cérémonie haíi.e en couleur; le visage rompli de fierté cl. d allégresse, arborani. sun sa chemise bície l embléme brodé des cinq fléches el. di joug qíi mei.taii. comme une flamme rougc á la place di coeír (p.66), le jeme phalangisíe annonco avec solonnité qí a sonné l heure de vérité heure ob il n y a plus ni parenis, ni soeirs, ni fréres, ni fiancées, mais seulement l Espagne qu il laul. sauver (p.67), Iheure de partir poir le combal. do vio oí de mort (p.66), poir Dicí el. la Pamrie (p.67). II va rejoindro les meilleirs d entre nois [quil oni. donné lexemplo ci. monmenm á cette heme, la garde aix étoiles. Non, jo ticus á la vio: á mon ágo ji nesí pas agréable de moirir. jo i.icns á la vio, mais pas á colle-ci, á inc aíre, duns une x raie Espagne, oí bien lá-hait (p.67) 2. Axani. de partir, il ajoite encone: t2 A propos de cette exaltation de la mort propre au discours de la droite, J Pérez Boxvie flote que [Alo se explica porque el conjunto de ideologías que integran el conglomerado de la 1 spaña nacionalista tiene por común denominador la creencia en ana vida ultraterrena dada la cornunbon con les dogmas católicos de todos sus militantes y la proclamación de dicha doctrina como icligion oficial {op. cii., p.l32>. la e\isten<ia de una -ida ultraterrena es postulada continuamente desde los textos de la derecha: funcionaba como recurso insustituible para predisponer les ánimos dé quienes podian ser las próximas victimas o par-a allegar consuelo a quienes-acababan de perder a un ser querido. la muerte no sólo no debe entristecernos -viene a decir la casuística oficial de acuerdo con las creencias católicas- smc> que debe incluso ser moti\o de regocijo, pues es un moro tránsito hacia otra vida mejor. Se establece, pues, desde él poder todo un culto a la muerte: los ejemplos de ésta exaltación se hallan por doquier: la muerto es presentada algunas eces como el final de una xida

16 342 El. quand jo reviondrai, jo vois apporl.erai, ma méno, á la pointo des cinq fléches de la Phalange, poir vois, cinq roses rouges, los plus bolles do la victoire {...l... et si jo no rovonais pas, jo \oís soihaimo de voir une Espagne aussi bello que jo l ai rexee... (p.68>. Alors quelles prionl. poir coux qui, á cetie heme, se nenconi.renl. sois les él.oiles (p.69), doña Nlat-garei.a ci. Níencédés pet-(qoi\eni. au dohors le reflel. d une humiére: incendie de 1 éghise cl. le mourtre di curé porpétrés par le sacnistuin, une espéce de Quasimodo baptisé Le Nlanchoi., marquen. le débil. dune nuit dorgie ci. dépoivante. Duns les jours qui sus cnt, la une suns merci q UL? les <<CillUfltIiliStciS cl es ananchismes se lis neni. poir le pois oit-, la dismnihumion darmes á une plúbe láche ci. haineuse plus enchine á s enixner et á pillor qu á se hai.mre, l unrestation de familles complémes dom le seul délir cst dc possédcr une maison cnxiéo par Lun oí par l autre, le massacne do síspeci.s pan ceux qui désireni. se donner un certifical. de révolutionnaire ou pnofiteni. di i.ímího poin assouxir do viojíles raneines,... heurl.ent de front I idéalisme do Manolo; lii qui réxaul de bátir une société noixcíle rex-ienl. déjá de sos illusions; décidémont, pense-i.-il, la marche de la réxolution cm bien mal engagéo. Lors de la réunion di Comité révolíi.ionnaire ob ji so défail. sans peino din don Fulano plaidant pour l ínion des glorieux résislants ci. défenseurs de la Républiqio contre les suppói.s dc 1 obscuranmisme ci. de la réuci.ion comme politllena de miserias y privaciones: en otras, partiendo de la concepción de la existencia terrenal corno cárcel, se la muestra como vía para alcanzar la suprema ~erdadera libertad, negando asi la posibilidad de conseguir en este mundo uno de los postilados por los que -según el discurso de la izquierda- se moría en el bando republícano (p.l 36>. [U listal de creaciones lingúísticas acuñadas para e~ocar el signilicado N ida ultraterrena se \e notablemente incromentada por la intervención de uno de los influjos que junto al de las creencias de signo cristiano resultan mas determinante en la configuración del discurso oficial de la derecha; el dé la ideología falangista. la importancia del papel desempeñado por la lalange en la constitución del nievo listado es innegable: ella creó una mística valedera para el mantenimiento de la guerra y ofreció una nueva mitologia y un nueso lenguaje que serán de grao utilidad al confuso aparato ideológico del bando nacionalista. -\unque, como señala Payne <op. cit., phis> la clave de su éxito está en su compenotracio)n con él ideario catolicc> y en la cc>nsiguiente renuncia a las veleidades paganas de los otros lascismos eurcpeos. Para explicar la curiosa jerga que no sólo en el léxico de la muerte sino en todos los campos invade el discurso oficial de la derecha, ha} que tener en cuenta el carácter poético qué el lundador do la Falange quiso imprimir a su moximíento 1.1. Con la mirada puesta en esa consigna de poetizar lo político, todos los que brindaron su pluma o su palabra al servicio de la Causa nacic>nalista, se lanzaron a la creación de un lenguaje que hiciera realidad IC>s deseos del 1 undadc>r. ero salso excepciones, dicho lenguaje dégenera en una fraseología \acua que impregna él discurso do la derecba en todas sus manifestaciones. Por lo que al léxico de la muerto se refiere y más concretamente a la acuñación de significantes para el signilicado existencia ultraterrena, puedo decirse que el inliujo del estilo falangista tiene un punto de partida muy conc telcy la metájora contenida en los dcs primeros tersos dé la segunda estrofa del himno lalangista, dol flaca al sol : Forniare~ junto a mis cc)tilpañéros que hacen guardia sobro los ucéros ¾pp.lt-lSSj.

17 343 la discipline xolontairo ci la confiance sponíanée dans sos chefs, le Manchoi., craint par les ms el. respecté par les autres, s insi.itue présidoni. dudil. Comil.é. A son associce, [A Célestine, une ancionne pnosl.il.uée qu il bapbise la Républiqie el. poir qui la Réxohui.ion, ce n él.aii. pas autre chose qí une orgie permanelite el. généralisée (p.1 12), le nouxoau i.xran de Villaroja CN~O5O sa conception carnavalosqie de la révolímion: loum ce qul étail. en haul. doit venir en bas, cm toum ce qui était en has doit xenit- tout en baum. l...j. i éuais pito> able. Slainl.enant jo serai impitovable. jóbais le soflibeur, maintonant jo serai le maine. 1...]. la Société me doit \ ingm ans d arriérés. l...l. J ai trop dé rancunos á désalméron (pp ). Aprés axoir annonce, duns un soliloque d i~ rogne, sos premieres disposi ions a uno ussomblée apathiqíe, empori.é par sos pensées sanguinaires, ji décide de procéder á lexécution des sept jemes phalangismes anrétés la xoille; toumefois, les mots de légalimé ci. de responsabilite prononcés par Pedro, axocai. do son propro frére, impnessionne le poixroi. qui accepte de joíer au i.nibmnal (p.1 17). La parodie esm grossiére. Au coírs de son procés, Líis - Ion oca dr que c étaii. un archange qui parlail. en lui (p.126)- rejotte toitos los circonstances ai.i.éniuntos invoquées par son amé; par soíci de la xénii.é, ji rexendiqie la nesponsabilii.é de son acto, cclii d avoir pris les armes poir défendre lespagne contre ccix qui la déi.ruiseni., el. nofuse toffie indílgence, qu il jugo déshonorante, de la pant de ce i.ribunal; á l intenl.ion des jemes gens pnésenms, II nobles el. envoñtantes : prononce quelqíes panolos jo suis cermain que beaucoup dentre cux onl. pnofondémeni. souffcri., commo nous, phalangistes, di désespoir cm de la honn=séculaire twi notre peuple était plongé. Em je sus certain qu ils oir eu le mémo senl.iment de généreuso révolto dexanm l injusbice em l avilissemonl. dont lo visage de la Patrie fui comivorm. lís onm pordu la foi dans exismence mémo de [ Espagne cm lis oni. cherché autre choso que l l-~spagne. l)evaní une Espagno rcpoussanto, ils sonm dovenus, de propos délibérés, des émrangens et ils n onm pas vi qu ils dexonaienm ainsi les indigénos d une colonie émrangére. Si nous somnies aujourd hui en face d oux, comme des névolutionnairos qui combauenb d autnes révohutionnairos, commc des iréres qul luttent contre leurs fréros,c est parco que, di onu de notre désospoin, nous n axons pas xoulu renoncer á notre qualimé d Lspagnols, c osm parco que nois axons compnis que le xisago repoussanm de la l atrie n éuait point lo visage authentique de Espagne et que nois axons cherché, cm broixo, une Espagne exacto cm bello, une, grande et libre, qul poirra donner á bois le pain cm la jusmice. Em cel.to Espagno immortello est si grande qíello a comble bous nos reves ob que nous l avons jugee digne d étre servio.

18 3-14 Nous avons dé el nois resmons au servia do l Espagnc authentique, ot non défigurée, el. momnir poir sa rédemplion esl. simplcment un acto do sorvicoí 3 (pp.l27-l 8>. Faisant irruption dans la salle di tribunal, soixeruine ci. ntajestucuse, doña Mangareta adresse des menaces el. des romontrances á chacmn; se mounnani. vers Luis, elle lii déclare: Va, mon Iils, jo suis fiére de moi, Lar mu es une colonno de lumiére cm ton sacrifico sena lo racham d un grand nombre. Nous non somrnes plus a nous emouvoir dc la vio oia do la mort, mais seulement de l rnmormali.é de l Lspagnc cm de l éternimé de l)iéu. NIon bonjaniin, jo te don nc em jo t abando ii no a Ijietí oc A l?spagn e. It, Saris dotime, dornajo, irai j e te réj oi odre po ur Ca gardo tix étoiles <n. 1 33). Dés sa sorfle, une (nainte supenstiticuse el. mxsl.énieuse envahit l assistance. Le jeme phalangiste jouira désonmais d un prestige encone accní auprés de sos gardicus; lors de leurs conxersations, se déroilení ami dehors: ce no sonm qu hisi.oires de tienes cm jis l inlormeni des dxénements qul par los népublicains á la suite de défaites, tollo celle dc Niaqíeda. dc xillages incendiés Quelqíes sornamos aprés le soulévomeni., la vio qmoi.idienne s est quelqie pci norrnaliséo á Villaroja. Afin d apaisor les insl.inci.s crucís du Nlanchom, Francisco, un ancien caíd de don Graciano, qui étmdia l anarchisrne duns les livt-es, pt-opose au présidcni. de tenter ami niveaí local inc expérienco applicable onsmite á l échelle mondiale; les fondcmcni.s théot-iques en sonl. simples~: c haque homme sc goiverne soi-méme selon les bis de la nai.urc el. jouil. pleinement de sa liberté; l argeni., qui a cilit les gens, est smpprirné; le sysméme économiquc ost basé sur le l.roc. C esi. ainsi que set-a fondé l Etai. anarchiste indépcndunm dc Villaroja cm régions circonvoisines; lo Síanchol. en esi. l ompenemr, Francisco, lo prophéte, ci. Pedro, lo minisi.re des AIfaires étt-angéres. ~es séancos dc marché, oti chacun apporto en pnincipe son surplus, cnnichisseni! i~t-ogne cm sa hamo des hommes. i.empéronl. 13 Concernant la conception de la mort comme sacrifice, J.\. Pérez Bowié cc)nstato que U muerto es a menudo presentada como una entrega oluntaria que de su vida hace la víctima dé la que sera beneficiaria toda la comunidad. asta aquí no hay nada qué resulte parlicularmente llamatiso: os una concepcion del morir bastante común de la que participa también el discurso de la izquierda. lo específico del leng uaje que analizamos es orno el influjc> de la ortodoxia católica réstringo la amplitud del significado sacrificio..4 el sacrificio de j(~ristol fue necesario para redimir a los hombres del pecado: el del rsoldadol, dé igual mc,do es necesario para acabar cc)o lc)s males qué asolan a la C omunidad (ibid., p.140>. En la izquierda, por el contrario, donde ct~-iamonte se parto de una idea más laica del sacrificio, se documentan realizaciones que insiston en éste ccmc, un acto desprendido y genorc)sc) do la víctima en laxor do sus compañeros <p.63>.

19 345 La folio sanguinaire di Manchol. i.omporairomcnt apaisée, les semís momenis dangcreux sonl. ceux oú les n-oupcs, venaul. de loléde ou s x rendant, s arréteni. á Villaroja. Fin septembre 1936, une seule opération milii.aire l.ieni. en haleine les habii.ani.s di bomrg el. leurs prisonnicrs: une colonne d insmrgés, pantie de Badajoz á dostination de Madrid, s apprél.e á libérer l Alcazar. loui.efois, dans l éveni.ualité oti il liii faudrait faire le sacrifico de sa vio, luis conl.inuc de cíltiver soigneusement la familiarii.é a cec laquelle il i.raime la morl.: se référanm saus cesse á la figuro de José Antonio, condamné á moni. el. peum-émro déjá oxécuté, II incii.o ses compugnons phalangistcs á l imii.er. Jons dmne balto de la colonne communiste Nelken, le <c>mmandant, i exige que tois les prisonniers du Casiel soíont executes; seules linmer\entic)n énergiqmíe du Manchot cm l inxention dune hismoire rocaniholesque, doní Jean Denis no semblo jamais á comt-i., permettent d é citot- le pire. Ce sera ensuii.e au toir din batuillon des Brigades inmernationales dc faire escale duns la xílle: necnutés duns les milieu\ communisi.e,s intornationaux el soy disant ongagés pomn tra cailler duns los usines de Bancelono, les hommes qul lo composent fureni., dés leur arrivée en Espagno, embrigadés, anmés el. cn coxés á Niadrid; sil cst parmi cix de mauvais boigres, la plípari. semblen> él.re, selon lean Denis, do bravos ouxricrs animés dun idéalisme élémeni.aire el. fanai.ique. Lxclusivement constiluéo de commmnisl.es catalans et commandée par uno certain Figuciras n agissant en réalité que sur les ordt-es d un Russo, la colonne suivante ost chargée de x eiller á l édificai.ion de la Républiqie socialiste soviétiqie universello (p.163), (p.lgo) moyennant labolition á l insi.aurai.ion di régimo so ciéi.iqíe ini.égrul do la propniété prix-éo, la répartii.ion di i.naxail ugt-bolo selon les méthodcs di Kolkhoze, la lonmai.ion d íne liste interminable d organismcs,... C est avcc satisfaction que le Russo, sinformaní di son. néserxé aix intcllectíols di bourg, apprend la liquidation, dans les premiors jouns, de cei.tc bourgcoisie. Avaní de lexor le camp, Figmeiras précisera encone: A la moindre résistance, procédoz á des exécutions, massixes, s il le IauU, la torreur esm la seule mémbodo qul ait jusqu ici Liii sos preuvos. Nc compmez pas sur liníelligonce des gens mais Sur leur láchoté. (7ompt-is? (p.165). Pedro s appliquera donc á concrétiser le plan qíl consisi.e a~anm toil. á coii~ rin d inscniptions certains bátiments. la lanco conminíail ( p. orn.

20 316 La boirgade accucillera encore, pat-mi d autres, une compagnie dc dinamiteros asmuriens en provenance de lolédo el. se dirigeani. xers Níadrid oú, disont-ils, les ai.tendent des taches urgentes. Am fur el. á mesure que se confirme l axancée des faci.ieux, la débácle so précise dans la xille en proie á une panique croissaíil.e: L on avail en elfo. naconmé aux gens que les mroupes de -nanco so coniposaionm principalemenm de Marocains cm que ceux-ci massacraient les gens sans aucun discernement (p.l 7(1>. No s agit-aii.-il que d unc faussc rumeur? Jean Denis no le précise pus. Am milicí de celle conlisi()n rares sont ceux qul ~ trdeíit la Ide Iroide ci los idées claires. A luis qui nc peut crome a la condamnation de Níaníel llodilla, l anarchisi.e Francisco nc cache pus son désenchantemonm cm le chaos qul consume le pa}s: son désarroi dexunm Vois donc oiá notís en sommos aujourd hui. De ce cóm&ci, on condamne á morm José Antonio Primo de Rivera, parco qu il esm lo fondateur de la halange. De l autre cámé, on condamne á mort Manuel Hedilla qui nomplace José Antonio á la téte de la Phalange. De l autne cóté, jis onl. fusíllé García [nt-ca cm combion d autres encone parco qu ils él.aient catalogués comme anarchistos ou comme communistes. Em de ce cómé-ci, on a oxécuté Durruti el. Andrés Nin, parco qu ils étaienl. anarchistos. On a beau fairo á Durrul.i des funénaillos colossales á Bat-colono cm le considéror comme un héros républicain, cola no signifie non. La vérimé, ci. jo la connais en moimo certitudo, c est que Durrutí et Andrés Nin 14, n onl. pas été tiés au front par des nationalismes, mais exécutés sur des ondres venus do Madrid. Par ordne de Moscou (pp.l72-l73). Trés pcssim sl.e sur laxonir de l Fspagne, quel que soii. le xainqueur final - On fuji. la guerro avec des idéalismos el. qmand la guerro osi. [mio, ce sont les marchands do soupe qui reprenneni. mit en mains (p. 174)-, ji lii u coue aussi sos inquidiudes: Vous aun-es phalangistes vois vous faimes tuer pour sauver la vio des curés cm sauvogarder la propniété, mais si Franco doxail. gagner \ous verriez les curés revenir avoc les gros propniétaines el. dicter leurs bis. 11, soxez sans crainmo, pour tondre lo cou á x-otro réxolumion, jis so monmrcront plus fascismos que x ous. D aiueurs, de ce c&é- S, ce set-a La méme tose... (ppl Pour le jeme phalangistc dont la porsonnalité subjugue irrésismiblemeni. i.ous ccix qui le fréquentcnt dans su pnison, 1 osm pénible dc constater combien les réflexions di républicain ci. les siennes coíncident; ji sud cependanm que toíi.e 14 Rappelons que Buenavéntura Durruti mourut accidentellément 7) le 10 nosembré l03(~ ét qí \ndrés sin tul assassiné fin juin 037.

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité Le vent bohème Ça m a pris du temps pour me libérer De cette prison d incertitude Mes craintes étaient prises au dépourvu Et tous mes doutes ont disparu J ai trouvé mon bateau sur les pierres J ai refait

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

SUJET Histoire des arts (3ème Hendrix, les hispanisants Gaudí, Warhol)

SUJET Histoire des arts (3ème Hendrix, les hispanisants Gaudí, Warhol) SUJET Histoire des arts (3ème Hendrix, les hispanisants Gaudí, Warhol) Dans quelle mesure, à travers le tableau Guernica, peut-on dire que Picasso est un artiste engagé? Sujet: Picasso, un artiste engagé

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE D ESPAGNOL v 1.0.0.00

FICHE RECAPITULATIVE D ESPAGNOL v 1.0.0.00 FICHE RECAPITULATIVE D ESPAGNOL v 1.0.0.00 Ser et estar L auxiliaire ou le verbe ser s utilise pour évoquer des caractéristiques telles que la couleur, la taille, l heure, l origine, la matière, pour les

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

présente Titre: Paroles de Vie Auteur : Eileen Caddy

présente Titre: Paroles de Vie Auteur : Eileen Caddy présente 1 Titre : Paroles de Vie Auteur: Eileen Caddy La Providence Collection : spiritualité Prix TTC : 13,00 Impression du prix : Non TVA: 7 % Format : 140 x 210 mm Nombre de pages: 104 ISBN: 978-2-930678-00-9

Plus en détail

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder La Longévité réussie En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder le 03.10.2007. L ami Milan L ami Milan, L ami béni, L ami de mille ans.

Plus en détail

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD

HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 1 HOMELIE FETE IMMACULEE CONCEPTION ILE BOUCHARD 8décembre 2012 C est une joie de pouvoir célébrer la fête de l Immaculée Conception, particulièrement ici à l Ile Bouchard, en ce 8 décembre. Cette fête

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

«En toutes tes démarches, reconnais-le!»

«En toutes tes démarches, reconnais-le!» Conférence Maison Généralice, Rome 20.2.11 P. Mauro- G. Lepori O. Cist. Les pneus qui glissent «En toutes tes démarches, reconnais-le!» Ce qui m arrive depuis quelques mois, dans mon nouveau ministère,

Plus en détail

Ô ma joie, Christ est ressuscité!

Ô ma joie, Christ est ressuscité! 1/5 Ô ma joie, Christ est ressuscité! I ère Partie : Introduction «Si le Christ n est pas ressuscité, notre foi est vaine!» (I Co. XV, 17) La foi en la résurrection est essentielle, centrale dans notre

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Raphaël Arnáiz, en religion frère Marie-Raphaël, est né le

Raphaël Arnáiz, en religion frère Marie-Raphaël, est né le Bienheureux Raphaël Arnáiz Barón (1911-1938) Raphaël Arnáiz, en religion frère Marie-Raphaël, est né le 9 avril 1911 à Burgos en Espagne, premier de quatre enfants d une famille aisée, catholique pratiquante.

Plus en détail

MANUEL AZAÑA ET LA SECONDE RÉPUBLIQUE ESPAGNOLE

MANUEL AZAÑA ET LA SECONDE RÉPUBLIQUE ESPAGNOLE MONTAUBAN ESPACE DES AUGUSTINS 2 16 AVRIL 2011 MANUEL AZAÑA ET LA SECONDE RÉPUBLIQUE ESPAGNOLE (1931-1939) L association Présence de Manuel Azaña se devait de marquer la commémoration du 80 ème anniversaire

Plus en détail

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu Irina Teodorescu La malédiction du bandit moustachu roman GAÏA ÉDITIONS Dans l imaginaire collectif les accidents arrivent souvent la nuit. On se représente volontiers une route sinueuse dans une montagne

Plus en détail

Otto DIX, Les joueurs de Skat 1920 - Huile et collage sur toile 117 cm x 97 cm 1/5

Otto DIX, Les joueurs de Skat 1920 - Huile et collage sur toile 117 cm x 97 cm 1/5 Otto DIX, Les joueurs de Skat 1920 - Huile et collage sur toile 117 cm x 97 cm 1/5 HISTOIRE DES ARTS - 3e LES JOUEURS DE SKAT 1 : IDENTIFICATION : Artiste : Otto DIX (Allemagne, 1891-1969) Titre : Les

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

Celui qui me guérit Copyright 1995, Geneviève Lauzon-Falleur (My Healer) Ps. 30. Car Tu es Celui qui me guérit

Celui qui me guérit Copyright 1995, Geneviève Lauzon-Falleur (My Healer) Ps. 30. Car Tu es Celui qui me guérit elui qui me guérit opyright 1995, Geneviève Lauzon-alleur (My Healer) Ps. 30 B Seigneur mon ieu # B J ai crié à Toi B Seigneur mon ieu # B J ai crié à Toi B/# t Tu m as guérie # #/G G#m #/ Par la puissance

Plus en détail

Alejandro Jodorowsky La Pensée Tarotique

Alejandro Jodorowsky La Pensée Tarotique Alejandro Jodorowsky La Pensée Tarotique enregistré et retranscrit par Barbara Clerc www.ecoledutarot.com Depuis 1982, Barbara Clerc enregistre et retranscrit des lectures de Tarot et des Paroles de sagesse

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

Chante le matin. Chansonnier p. 33

Chante le matin. Chansonnier p. 33 de Yves Duteil Chante le matin Chante le matin qui vient te réveiller, Chante le soleil qui vient te réchauffer, Chante le ruisseau dans le creux du rocher, Le cri de l oiseau dans le ciel l été. La, la,

Plus en détail

CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE

CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE CULTE DOMINICAL 3 AVEC BAPTEME D ENFANT SANS CELEBRATION DE LA CENE CE CULTE EST CONSTRUIT AUTOUR D UN BAPTEME D ENFANT. L ORDRE LITURGIQUE A ETE LEGEREMENT MODIFIE. ATTENTION A LA PLACE DES SPONTANES.

Plus en détail

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27 Une méditation évangélique pour des personnes engagées dans une action au service d un dun monde plus juste et solidaire Marc 10, 17 27 Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 10, 17 22) Jésus se

Plus en détail

Madagascar. La grâce, la miséricorde et la paix, vous sont données de la part de Dieu notre Père, et de notre Seigneur Jésus Christ, amen.

Madagascar. La grâce, la miséricorde et la paix, vous sont données de la part de Dieu notre Père, et de notre Seigneur Jésus Christ, amen. Madagascar Musique malgache Proclamation de la grâce (poète Jean Joseph Rabearivelo) Ne faites pas de bruit, ne parlez pas! Vont explorer une forêt : les yeux, le cœur, L esprit, les songes Forêt secrète,

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229)

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) 1 Seigneur, avec toi nous irons au désert, Poussés comme toi par l Esprit (bis). Et nous mangerons la parole de Dieu Et nous choisirons notre Dieu Et nous fêterons

Plus en détail

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet la tendresse Jacques Ancet est né à Lyon en 1942. Il vit et travaille près d Annecy. Il est l auteur d une imposante œuvre poétique, et un des traducteurs essentiels de la poésie espagnole. son site :

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable La magie des mots Bienvenue Un poème Merci à tous Les mots Etre une chanson Juste un petit mot L aigle et le vermisseau La prière de la dent L oiseau Une note de musique L amour Ma naissance Fleur d amour

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures.

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. REVEIL Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. Simone : Rabattre les couvertures Le Chef de gare : Madame votre fille La mère : Que dit-elle?

Plus en détail

Le Saint-Siège VISITE À LA PAROISSE ROMAINE «SAN PATRIZIO AL COLLE PRENESTINO» HOMÉLIE DU PAPE BENOÎT XVI

Le Saint-Siège VISITE À LA PAROISSE ROMAINE «SAN PATRIZIO AL COLLE PRENESTINO» HOMÉLIE DU PAPE BENOÎT XVI Le Saint-Siège VISITE À LA PAROISSE ROMAINE «SAN PATRIZIO AL COLLE PRENESTINO» HOMÉLIE DU PAPE BENOÎT XVI IIIe dimanche de l'avent «Gaudete», 16 décembre 2012 [Vidéo] Galerie photographique Chers frères

Plus en détail

Leningrad la Rouge. Visite chez un dignitaire soviétique (musée Kirov) Le pays des pionniers. Souvenirs de la grande guerre patriotique

Leningrad la Rouge. Visite chez un dignitaire soviétique (musée Kirov) Le pays des pionniers. Souvenirs de la grande guerre patriotique Leningrad la Rouge 1924 : Lénine, le père de la Révolution s'éteint ; Petrograd est rebaptisée Leningrad en son honneur, un nom qu'elle gardera jusqu'en 1991, date de la disparition de l'urss. Entre-temps,

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service

Leçon 7. Aimer Dieu par l'adoration et le service 1 Leçon 7 Aimer Dieu par l'adoration et le service Introduction Lecture : Apocalypse 4.2-11; 5.11-14 Lorsque nous disons que nous aimons quelqu un, que ce soit notre époux, un membre de la famille ou un

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Marcel MICHELET Liminaire. Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Marcel MICHELET Liminaire. Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71 LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Marcel MICHELET Liminaire Dans Echos de Saint-Maurice, 1979, tome 75, p. 67-71 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Liminaire Liminaire... cet adjectif substantifié

Plus en détail

Les affiches de propagande

Les affiches de propagande Art graphique Les affiches de propagande On définit la propagande comme l ensemble des mesures prises pour répandre une idée, pour agir sur la perception d un événement, pour influencer voire manipuler

Plus en détail

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Objectifs ACTIVITÉ D ÉDUCATION CHRÉTIENNE Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Après cette activité, le jeune sera capable de : Raconter

Plus en détail

Voir l homélie de ce dimanche. 34È DIMANCHE - (ANNÉE B) CHRIST ROI - 22 Novembre 2015

Voir l homélie de ce dimanche. 34È DIMANCHE - (ANNÉE B) CHRIST ROI - 22 Novembre 2015 Voir l homélie de ce dimanche 34È DIMANCHE - (ANNÉE B) CHRIST ROI - 22 Novembre 2015 Thème : faire advenir le royaume Président :Bruno Demers; Chantre : Claude-Marie; Organiste : Sylvain (Les textes :

Plus en détail

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer Corpus n 2 : Sujet : Dans une classe de première, vous étudierez le groupement de textes suivant dans le cadre de l objet d étude Ecriture poétique et quête du sens». Vous présenterez votre projet d ensemble

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Un aventurier de Dieu

Un aventurier de Dieu Un aventurier de Dieu Augustin Schoeffler 22 novembre 1822 à Mittelbronn 1 er mai 1851 à Son-Tay Arbre généalogique d Augustin Schoeffler Côté paternel Jean Schoeffler né en1746 à Phalsbourg Charpentier

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Prières de la semaine. Prions :

Prières de la semaine. Prions : Prières de la semaine "Si vous m'aimez, vous resterez fidèles à mes commandements". L'Esprit Saint se cache au plus secret de nous. Il est la source de la vie et de l'amour. Il habite en nous et nous donne

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Présentation de texte adaptée

Présentation de texte adaptée Présentation de texte adaptée pour éviter les «inventions» dues à une lecture globale mal utilisée Titre : Approche adaptée d un texte pour un enfant qui ne fait appel qu à la méthode globale pour lire

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

Président : Yvon Gélinas; Chantre : Claude-Marie Landré; Organiste : Pierre Caron. (Les textes :Am 7, 12-15; Mc 6, 7-13; Ep 1, 3-10 adapté)

Président : Yvon Gélinas; Chantre : Claude-Marie Landré; Organiste : Pierre Caron. (Les textes :Am 7, 12-15; Mc 6, 7-13; Ep 1, 3-10 adapté) Voir l homélie de ce dimanche 15 E DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE - (ANNÉE B) - 12 JUILLET 2015 Thème : Annoncer la Bonne Nouvelle : c est notre mission, à tous et à chacun. Président : Yvon Gélinas; Chantre

Plus en détail

Exercices Remise à niveau 3 ème

Exercices Remise à niveau 3 ème Exercices Remise à niveau 3 ème Ramsès. Son nom incarne l éclat et la puissance de la civilisation pharaonique. Fils du soleil et du dieu vivant, il a régné pendant plus de soixante ans et porté l Egypte

Plus en détail

L immeuble. Chapitre 5 Correspondances

L immeuble. Chapitre 5 Correspondances L immeuble Chapitre 5 Correspondances Après s être rencontrés, des habitants de l immeuble s écrivent L immeuble de Georges Perec et nos immeubles. Le plan des interractions dans l immeuble de Georges

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12)

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12) E1 Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 5,1-12) Quand jésus vit toute la foule qui le suivait, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche,

Plus en détail

MERCI DE NOUS RENVOYER VOTRE TEST A : info@soft-formation.com TEST ESPAGNOL NOM DU STAGIAIRE : PRENOM DU STAGIAIRE :

MERCI DE NOUS RENVOYER VOTRE TEST A : info@soft-formation.com TEST ESPAGNOL NOM DU STAGIAIRE : PRENOM DU STAGIAIRE : MERCI DE NOUS RENVOYER VOTRE TEST A : info@soft-formation.com SOCIETE : RESPONSABLE FORMATION : TEST ESPAGNOL TELEPHONE : FAX : NOM DU STAGIAIRE : PRENOM DU STAGIAIRE : TELEPHONE : FAX : DATE DU TEST ECRIT

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Guy LUISIER. Marie et l'icône

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. Guy LUISIER. Marie et l'icône LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Guy LUISIER Marie et l'icône Dans Echos de Saint-Maurice, 1988, tome 84, p. 67-72 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Marie et l'icône On parle beaucoup d'icônes ces

Plus en détail

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 JE CHLOÉ COLÈRE PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 Non, je ne l ouvrirai pas, cette porte! Je m en fiche de rater le bus. Je m en fiche du collège, des cours, de ma moyenne, des contrôles, de mon avenir!

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

A TOI, AMOUR DE PATRIMOINE,

A TOI, AMOUR DE PATRIMOINE, A TOI, AMOUR DE PATRIMOINE, SUR LA TERRE DES PARFUMS L AIR NOUS FAIT DES CÂLINS MERCI PATRIMOINE POUR LA CONSERVATION DE TOUTES CES COMPOSITIONS QUI VIENNENT DE LA CULTURE DES FLEURS QUI DÉGAGENT DE BONNES

Plus en détail

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER!

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Cette phrase est assassine parce qu elle tue le meilleur de nous-même

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

COMMENT NE PAS INTERPRÉTER LA BIBLE. Auteur : Tricia Tillin Version originale anglaise : www.banner.org.uk

COMMENT NE PAS INTERPRÉTER LA BIBLE. Auteur : Tricia Tillin Version originale anglaise : www.banner.org.uk L AMOUR DE LA VÉRITÉ www.amourdelaverite.com COMMENT NE PAS INTERPRÉTER LA BIBLE Auteur : Tricia Tillin Version originale anglaise : www.banner.org.uk Un regard sur la méthode allégorique Plusieurs chrétiens

Plus en détail

Service diocésain de la Catéchèse. 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77.

Service diocésain de la Catéchèse. 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77. Service diocésain de la Catéchèse 149 rue Jodelle 77610 La Houssaye en Brie 01 64 07 46 48 catechese@catho77.fr http:\\enfance.catho77.fr A tes crayons! 7 Allez dans la Mission du Christ Porte la Paix

Plus en détail

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Ngoc-hoang, l empereur de Jade, le dieu suprême des cieux, vivait dans son royaume céleste où il possédait un palais

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Picasso, "Guernica", huile sur toile, 351 x 782 cm, peint du 1er Mai au 4 Juin 1937.

Picasso, Guernica, huile sur toile, 351 x 782 cm, peint du 1er Mai au 4 Juin 1937. Picasso, "Guernica", huile sur toile, 351 x 782 cm, peint du 1er Mai au 4 Juin 1937. C'est une peinture à l'huile, en noir, blanc et jaune. Elle représente une scène de violence, de douleur, de mort et

Plus en détail

Dossier de presse. Enfin des lunettes pour tous! Paris, le 22 mai 2014. Que faut- il pour sortir le marché de l optique de son immobilisme?

Dossier de presse. Enfin des lunettes pour tous! Paris, le 22 mai 2014. Que faut- il pour sortir le marché de l optique de son immobilisme? Paris, le 22 mai 2014 Dossier de presse Enfin des lunettes pour tous! Que faut- il pour sortir le marché de l optique de son immobilisme? Attendre que les verriers, les mutuelles et les opticiens daignent

Plus en détail

Denise Morin 4 Utile à lire Les membres des forces de maintien de la paix de l Organisation des Nations Unies sont nommés les Casques bleus. Ils sont prêtés par leur pays d origine. Les Casques bleus canadiens

Plus en détail

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons»

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons» LEARNING BY EAR Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons» Auteur : Victoria Averill Editeurs : Johannes Beck, Katrin Ogunsade Correction : Martin Vogl Traduction : Aude Gensbittel

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

Moments de paix. Des élèves sont sortis du rang pour tenir la promesse de la poésie... Soldat

Moments de paix. Des élèves sont sortis du rang pour tenir la promesse de la poésie... Soldat Moments de paix Des élèves sont sortis du rang pour tenir la promesse de la poésie... Soldat Les âmes s'en vont rapidement vers un conflit ; autrement dit, une affreuse histoire mystérieuse. Le vent souffle,

Plus en détail

C est beau la vie Jean Ferrat

C est beau la vie Jean Ferrat C est beau la vie Jean Ferrat Le vent dans tes cheveux blonds Le soleil à l'horizon Quelques mots d'une chanson Que c'est beau, c'est beau la vie Un oiseau qui fait la roue Sur un arbre déjà roux Et son

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

Rezolution Apprendre à jouer rapidement. Comment Jouer

Rezolution Apprendre à jouer rapidement. Comment Jouer Rezolution Apprendre à jouer rapidement Bienvenue en 2175 : les derniers évènements ont conduit la race humaine au seuil de son premier conflit majeur depuis les 100 dernières années. Bienvenue à l aube

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

Le Dialogue en solitude

Le Dialogue en solitude Bismillah Al-Rahman Al-Rahim Le Dialogue en solitude Mohammad Reza Zaeri C est Moi, qui t a créé, Je connais tout ce qui se passe dans ton for intérieur ; Je connais tes secrets et Je ne les révèlerai

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail

Opinions, faits, sentiments

Opinions, faits, sentiments Opinions, faits, sentiments Les messages que nous recevons, de proches, d adultes, de la télévision, des livres, des journaux sont composés d un ensemble de faits, d opinions et de sentiments. Il n est

Plus en détail

Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer

Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer Pour un Québec Famille Ouvrons nos portes! Nos amours de famille nous ouvrent à quelque chose d IMMENSE, quelque chose qu on ne peut même pas imaginer Semaine Québécoise des Familles Célébration du 9 mai

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail