Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna"

Transcription

1 1

2 CO-AUTEURS / STRUCTURES Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna Equipe Oncologie CAC Batna Equipe Radiothérapie CAC Batna

3 INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS / DISCUSSION CONCLUSION 3

4 INTRODUCTION Les cancers ORL, de la face et du cou ou les cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS) représentent 10% de la totalité des cancers classés au cinquième rang parmi les cancers pour leur incidence (après le cancer du sein, du colon-rectum, de la prostate et du poumon), au sixième rang quant à la mortalité par cancer Ces cancers ont fait l objet, dans le cadre de prise en charge multidisciplinaire, de quelques travaux et publications, surtout européennes et américaines 4

5 INTRODUCTION Nous rapportons les résultats de notre étude : série de 141 cas de cancer des VADS par prise en charge pluridisciplinaire colligés dans l UCMC (CAC Batna) sur deux années ( ) L analyse des résultats est discutée à travers la pratique et la revue de la littérature

6 INTRODUCTION l'objectif principal faire bénéficier à un maximum de patients présentant un cancer ORL, de la face et du cou, provenant du bassin de vie du CHU de Batna le mode de prise en charge multidisciplinaire la pérennisation de ce type de prise en charge à travers la mise en place d'une unité de consultation multidisciplinaire en cancérologie (UCMC) 6

7 INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS / DISCUSSION CONCLUSION 7

8 MATERIELS ET METHODES Etude prospective Durée de 02 années (2013, 2014) Patients présentant un cancer ORL, de la face et du cou (VADS), dont les localisations et sous localisations correspondent à la CIM10 (Classification Internationale des Maladies 10) Le maillage géographique de la population à étudier est déterminée par le flux de patients correspondant au territoire hospitalier du CHU de Batna Population non sélectionnée 8

9 MATERIELS ET METHODES La procédure a consisté en la mise en place de la structure multidisciplinaire (UCMC ORL, Face et cou) au niveau du CAC de Batna. l'unité comprend principalement un oncologue, un radiothérapeute, un chirurgien ORL, un radiologue et un anatomopathologiste. l'unité a organisé des RCP (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire) à raison de 02 par mois. 9

10 MATERIELS ET METHODES Evaluation de la prise en charge multidisciplinaire des patients Les Paramètres étudiés sont : Taux de Recrutement Délai de PEC Qualité de PEC 10

11 MATERIELS ET METHODES Aspect diagnostique - Les comptes rendus endoscopiques, radiologiques et la CIM10 - L anatomopathologie - La classification TNM - Le stade Aspect thérapeutique - La nature de Prise en charge - Examens complémentaires / Décision thérapeutique/ Surveillance - Le traitement à Réaliser(PPS) 11

12 INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS / DISCUSSION CONCLUSION 12

13 RESULTATS / DISCUSSION Notre taux de patients en RCP (totalité de l étude, soit deux ans) est de 52,80%. En France, le taux de RCP donné par la HAS dans la campagne d évaluation de 2008 est de l ordre de 80%, actuellement il avoisine les 100%. Il est à noter que les conditions sont totalement différentes (cadre officiel pour le taux français et cadre d étude pour notre taux). Le taux de patients est le reflet du succès ou de l échec des RCP pour la prise en charge multidisciplinaire. 13

14 RESULTATS / DISCUSSION LA RÉPARTITION SELON LE SIÈGE DE LA TUMEUR Siege Tumeur Primitive Effectifs Pourcentage Pourcentage valide Pourcentage cumulé Rhinopharynx 69 48,9 48,9 48,9 Oropharynx 6 4,3 4,3 53,2 hypopharynx 4 2,8 2,8 56,0 Larynx 40 28,4 28,4 84,4 Cavité buccale 8 5,7 5,7 90,1 Glandes salivaires 2 1,4 1,4 91,5 Sinus Ethmoïde 4 2,8 2,8 94,3 Sinus Maxillaire 4 2,8 2,8 97,2 Œsophage 4 2,8 2,8 100,0 Total ,0 100,0

15 RESULTATS / DISCUSSION Evaluation de la Prise en Charge Multidisciplinaire des Patients permet de déterminer : l impact de la pluridisciplinarité sur la qualité de prise en charge des patients. Les critères recherchés sont d une part la qualité de la prise en charge, et d autre part le délai de prise en charge. 15

16 RESULTATS / DISCUSSION - Le Délai de Prise en Charge des Patients Selon l étude française faite par le réseau Francim, l institut de veille sanitaire (InVS) et l institut national du cancer (INCA) sur les délais de prise en charge des cancers, le délai de prise en charge des patients atteints de cancers est actuellement une préoccupation des autorités sanitaires la réduction des inégalités de cette prise en charge a été une priorité du Plan cancer Un des objectifs est de «Mieux connaître les délais de prise en charge afin de réduire les inégalités d accès aux soins que constituent les retards éventuels». 16

17 RESULTATS / DISCUSSION. Le délai le plus évoqué est celui du délai (date du diagnostic date du début du traitement). L étude sur les délais de prise en charge des cancers (colon et rectum) entre 1999 et 2008, on retrouve : Le délai de prise en charge pour le cancer du colon de 17,5 à 20,7 jours. Le délai de prise en charge pour le cancer du rectum de 27 à 30 jours. Dans notre étude ce délai de prise en charge varie de 12 à 21 jours. La prise en charge multidisciplinaire permet de réduire ce délai de prise en charge 17

18 RESULTATS / DISCUSSION La Qualité de Prise en Charge Multidisciplinaire des Patients Aspect Diagnostique Aspect thérapeutique 18

19 RESULTATS / DISCUSSION Aspect Diagnostique Une étude prospective(avant et après RCP) sur l'impact clinique d'une prise en charge multidisciplinaire des tumeurs de la tête et du cou publiée en 2010 Retrouve qu environ 24% des patients avaient un changement dans le diagnostic le stade et le plan du traitement Les auteurs concluent que la prise en charge multidisciplinaire a un impact positif et efficace sur la décision thérapeutique pour un nombre important de patients et elle serait plus habilité a la prise en charge des tumeurs de la tête et du cou 19

20 RESULTATS / DISCUSSION Les éléments déterminants pour une prise en charge qualitative Les éléments du diagnostic doivent être les plus précis et justes possibles, ce sont surtout: le compte rendu endoscopique le compte rendu radiologique le compte rendu anatomopathologique - Le compte rendu endoscopique avec le compte rendu radiologique, doivent être précis et rendre compte d une description exacte de la lésion pour la faire correspondre à la CIM 10 ainsi qu à la classification de la tumeur (TNM). L indication chirurgicale en est extrêmement liée. 20

21 RESULTATS / DISCUSSION Dans notre étude, on note que 20% des comptes rendus endoscopiques sont imprécis. Pour les comptes rendus radiologiques, on retrouve 25% d interprétations imprécises parfois même aberrantes. Certains auteurs en retrouvent 23%. le compte rendu anatomopathologique Dans notre étude, on a dû recourir à des demandes de précision des comptes rendus d anatomopathologie dans 2 cas. Certaines études rapportent des erreurs d anatomopathologie. - La présence, donc, d un radiologue spécialisé (si possible) en RCP serait plus indispensable. 21

22 RESULTATS / DISCUSSION L Aspect Thérapeutique Indication thérapeutique et compétence L Indication thérapeutique est dépendante de la multidisciplinarité de la compétence des médecins participants. La qualité des décisions ne repose pas uniquement sur le caractère collectif des discussions mais dépend aussi des compétences individuelles et spécifiques. 22

23 RESULTATS / DISCUSSION Indication thérapeutique L indication thérapeutique doit aussi tenir compte de l âge du patient, c est souvent l âge physiologique du patient qui est retenu des particularités thérapeutiques (notamment la chimiothérapie et la radiothérapie) chez l enfant et de certains types de tumeurs rares. Cette indication est basée surtout sur la localisation, le type et le stade tumoral. - La discussion est de haut niveau et peut porter sur un certain type de chirurgie et sa faisabilité sur des protocoles récents de chimiothérapie de radiothérapie et sur l inclusion de certains patients dans des essais thérapeutiques 23

24 RESULTATS / DISCUSSION LA RÉPARTITION SELON LE TRAITEMENT À RÉALISER On note la prédominance du trt par Chimiothérapie néoadjuvante 47,7%, vient ensuite le trt par chirurgie et radiothérapie représentant 12,8%. La Chimiothérapie palliative représente 12,1%. La Radiothérapie seule représente 7,1%. La Chimiothérapie- Radiothérapie concomitante représente 5,7%. La Chimiothérapie adjuvante représente 3,1%. La Chirurgie seule représente 1,4%. La Surveillance concerne les patients en absence de récidive 9,9%

25 RESULTATS / DISCUSSION L impact de traitements la prise en charge multidisciplinaire sur les résultats des La prise en charge multidisciplinaire est sensée améliorer le résultat et le rapport coût efficacité mais l évaluation du fonctionnement et des résultats de l équipe multidisciplinaire est nécessaire pour que leurs traitements deviennent une base dans la prestation de soins. 25

26 RESULTATS / DISCUSSION Surveillance à un an du traitement (Série 2013) 67% des patients n ont pas récidivé et ne présentaient pas de complications 20% de cas décédés 9% de cas étaient perdus de vue.

27 RESULTATS / DISCUSSION L impact de la prise en charge multidisciplinaire sur la survie Une étude australienne sur l impact de la prise en charge multidisciplinaire des patients présentant un cancer de la tête et du cou, a comparé deux séries, la 1 ère avec RCP et la 2 ème sans RCP. Le auteurs rapportent d une part que la prise en charge multidisciplinaire est meilleure en matière de gestion de patients et de diagnostic que la prise en charge unidisciplinaire (sans RCP) et que d autre part, la survie est améliorée par la prise en charge multidisciplinaire, notamment pour les patients présentant un cancer de la tête et du cou de stade IV. 27

28 INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS DISCUSSION CONCLUSION 28

29 Conclusion La prise en charge MD des cancers ORL, de la face et du cou, que ce soit dans son organisation en matière de soins en cancérologie ou dans la prise en charge des patients sur le plan clinique : représente un modèle de qualité et bénéfique pour les patients et le progrès scientifique, nécessite des efforts, des compétences et des équipes pluridisciplinaires ainsi que des moyens et un support législatif, faute de quoi, sa mise en place et sa pérennité sont mises en jeu, voire non réalisables. 29

30 30

Dr. Mouawad, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, CHRU de Lille Congrès de la Société Française de Tabacologie 03/11/2016

Dr. Mouawad, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, CHRU de Lille Congrès de la Société Française de Tabacologie 03/11/2016 Dr. Mouawad, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, CHRU de Lille Congrès de la Société Française de Tabacologie 03/11/2016 Cancers des VADS Répartition : Cavité buccale 30% Oropharynx 20% Larynx

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

Registres de cancers et évaluation des pratiques de prise en charge AM Bouvier Réseau FRANCIM

Registres de cancers et évaluation des pratiques de prise en charge AM Bouvier Réseau FRANCIM Registres de cancers et évaluation des pratiques de prise en charge AM Bouvier Réseau FRANCIM Colloque registres 2012 - Registres et politiques de santé publique - Paris - 6 décembre 2012 séries cliniques,

Plus en détail

Radiothérapie et cancers des VADS : expérience du service de raidothérapie-onclogie de Blida. S Mesli, O Ladj, M Ayad, K boualge

Radiothérapie et cancers des VADS : expérience du service de raidothérapie-onclogie de Blida. S Mesli, O Ladj, M Ayad, K boualge Radiothérapie et cancers des VADS : expérience du service de raidothérapie-onclogie de Blida S Mesli, O Ladj, M Ayad, K boualge Epidémiologie 2392 Nouveaux cas de cancers traités a notre niveau en 2012:

Plus en détail

LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP)

LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP) LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP) QU EST CE QUE LA RCP La RCP est une des missions du 3C, celle de s assurer de la mise en œuvre de la pluridisciplinarité. La Réunion de Concertation

Plus en détail

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE PROCEDURE n 01 ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE Rédigé le : 05 janvier 2009 par : Gilles NALLET Modifié le : 13 janvier 2010 Validé le : 13 janvier 2010 par

Plus en détail

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Expérience du service d hématologie CHU ANNABA Boucheloukh N, Mehnnaoui H, benalioua M, Bentorki S, Bouras M, El Kouti N, Guemriche

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

PROSTATE/AUTRES LOCALISATIONS

PROSTATE/AUTRES LOCALISATIONS PROSTATE/AUTRES LOCALISATIONS Les cancers les plus fréquents chez l homme - Prostate (25 %) - Poumon (14 %) - colo-rectal (12 %) - Voies aérodigestives supérieures (11 %) Nombre de nouveaux cas en 2010

Plus en détail

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique De l évaluation la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique Jean-Marc BEREDER, Nadia ARAB, Jean-François QUARANTA 1 CHOIX DE LA PATHOLOGIE Le cancer du colon est au premier rang s cancers

Plus en détail

Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR.

Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Chapitre 9 Cancers du cavum Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Généralités Classification OMS basées sur le degré de différenciation

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre

Cliquez pour modifier le style du titre Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Cliquez pour modifier le style du titre PROJET D EVALUATION DE LA QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS COLORECTAUX EN AQUITAINE ET MIDI-PYRENEES (EVACCOR):

Plus en détail

Base régionale RCP : Exploitation (+) de fiches. Dr. Gilles HERENGT, Zeina ASBATI, Dr. Isabelle KLEIN

Base régionale RCP : Exploitation (+) de fiches. Dr. Gilles HERENGT, Zeina ASBATI, Dr. Isabelle KLEIN Base régionale RCP : Exploitation (+) de 100 000 fiches Dr. Gilles HERENGT, Zeina ASBATI, Dr. Isabelle KLEIN 7e congrès national des réseaux de cancérologie Nantes 29 & 30 septembre 2016 Contexte Lorraine

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules - avril 2009 - Réunions de Concertation Pluridisciplinaires (RCP) Tout nouveau patient ayant un cancer bronchique

Plus en détail

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS

Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Organisa(on du parcours ini(al de soins en cancérologie des VADS Dr Damien Le Pennec Problématique du délai Contenu de la première consultation : Anticipation des prises en charge Prise en charge diagnostique

Plus en détail

Présentation du référentiel régional en cancérologie des VADS

Présentation du référentiel régional en cancérologie des VADS Présentation du référentiel régional en cancérologie des VADS Dr Ton Van, Dr. Mouawad 10/12/ Dr TON VAN DONNÉES GÉNÉRALES ET MÉTHODOLOGIE Les enjeux Modification de l incidence Répartition des sites tumoraux

Plus en détail

Evaluation de la qualité de la prise en charge des patients atteints de cancers colorectaux dans les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées

Evaluation de la qualité de la prise en charge des patients atteints de cancers colorectaux dans les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées 20-24 rue du pont Saint-Pierre 31052 Toulouse Tél: 05 61 16 49 30 Fax: 05 61 84 51 60 Courriel: secretariat@oncomip.fr Site: www.oncomip.fr 229 cours de l'argonne 33076 Bordeaux cedex Tél : 05 56 33 32

Plus en détail

L implication des Hépato-GastroEntérologues en Cancérologie Digestive

L implication des Hépato-GastroEntérologues en Cancérologie Digestive L implication des Hépato-GastroEntérologues en Cancérologie Digestive Résultats de l enquête nationale 2007/2008 réalisée par la Fédération Francophone de Cancérologie Digestive (FFCD) pour la Fédération

Plus en détail

Cancers des VADS Dom o i m n i i n q i u q e u e C he h v e al a ile i r e

Cancers des VADS Dom o i m n i i n q i u q e u e C he h v e al a ile i r e Cancers des VADS Dominique Chevalier Epidémiologie cavité orale, pharynx larynx Incidence standardisée monde en 2012 Hommes : 16.1 Femmes : 5.4 Incidence région Nord-Ouest : 2012 Hommes : 35 Estimation

Plus en détail

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES D ONCOLOGIE. 1. Organisation générale

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES D ONCOLOGIE. 1. Organisation générale 1.1. Objectifs généraux de la formation Former un médecin spécialiste en oncologie DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES D ONCOLOGIE 1. Organisation générale 1.2. Durée totale du DES 10 semestres dont au moins

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 3 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Volume 3 : Prise en charge Etude des stades de diagnostic et des résultats des traitements

Plus en détail

3C Narbonne-Lézignan. Assemblée Générale du 26 mars 2013

3C Narbonne-Lézignan. Assemblée Générale du 26 mars 2013 3C Narbonne-Lézignan Assemblée Générale du 26 mars 2013 1 Sommaire Généralités : Epidémiologie: Cancers colo-rectaux ; Cancer de la prostate. Le Bilan activité 3C : La RCP Différenciation des localisations

Plus en détail

CANCER DE LA LANGUE MOBILE: Notre expérience sur 100 cas

CANCER DE LA LANGUE MOBILE: Notre expérience sur 100 cas CANCER DE LA LANGUE MOBILE: Notre expérience sur 100 cas El Bousaadani A., T Oubahmane, L Eljahd, Abada R., Rouadi S., Mahtar M., Roubal M., Kadiri F. Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, Hôpital

Plus en détail

Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique

Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique P. Chastagner, CHU Nancy Président du conseil scientifique de la Société Française du Cancer de l Enfant

Plus en détail

Essais cliniques : Cancer de la prostate

Essais cliniques : Cancer de la prostate Essais cliniques : Cancer de la prostate Sommaire des protocoles Page Adénocarcinome de la prostate - GETUG - 17 Étude randomisée multicentrique comparant une radiothérapie adjuvante immédiate associée

Plus en détail

Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD

Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD www.tncd.org Jean-Louis Legoux Secrétaire Général de la FFCD Membre du comté de Pilotage Histoire Chimiothérapie des cancers digestifs : début des années

Plus en détail

Spécificit. cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER

Spécificit. cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER Spécificit cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER Le cancer est plus rare chez l enfantl Représente 1% de l ensemble des cancers Incidence:132 cas/an/million d enfants

Plus en détail

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France

Plus en détail

L organisation de la cancérologie. D. Collet Bordeaux

L organisation de la cancérologie. D. Collet Bordeaux L organisation de la cancérologie D. Collet Bordeaux Quelques chiffres 278 000 nouveaux cas de cancer en 2000 contre 160 000 en 1980, incidence multipliée par 1,7 en 20 ans en France 115 000 personnes

Plus en détail

Enquête nationale sur l incidence et la prévalence des cancers. D. Hammouda ; N. Aït-Hamadouche; M. Afiane; A. Bouhadef

Enquête nationale sur l incidence et la prévalence des cancers. D. Hammouda ; N. Aït-Hamadouche; M. Afiane; A. Bouhadef Enquête nationale sur l incidence et la prévalence des cancers D. Hammouda ; N. Aït-Hamadouche; M. Afiane; A. Bouhadef OBJECTIFS DE L ENQUETE : Recueillir tous les cas de cancers nouveaux et anciens diagnostiques

Plus en détail

Actualités du Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 13 ème Journée Régionale RCA Vendredi 28 novembre 2014 Dr Véronique Bousser

Actualités du Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 13 ème Journée Régionale RCA Vendredi 28 novembre 2014 Dr Véronique Bousser Actualités du Réseau de Cancérologie d Aquitaine 13 ème Journée Régionale RCA Vendredi 28 novembre 2014 Dr Véronique Bousser Dispositif CaPLA Prise en charge multidisciplinaire des personnes prédisposées

Plus en détail

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils Principaux indicateurs utilisables Incidence Survie Mortalité surveillance du risque surveillance au long cours alerte efficacité

Plus en détail

AUDIT REGIONAL DES PRATIQUES EN CANCEROLOGIE NORD PAS DE CALAIS 2013

AUDIT REGIONAL DES PRATIQUES EN CANCEROLOGIE NORD PAS DE CALAIS 2013 AUDIT REGIONAL DES PRATIQUES EN CANCEROLOGIE NORD PAS DE CALAIS 2013 SOMMAIRE METHODOLOGIE... 1 DONNEES REGIONALES ANNEE 2013... 4 1. Caractéristiques du séjour patient... 5 2. Réunion de Concertation

Plus en détail

Deuxième itération : Enquête des délais de mise en route du premier traitement adjuvant chez les femmes opérées d un cancer du sein invasif

Deuxième itération : Enquête des délais de mise en route du premier traitement adjuvant chez les femmes opérées d un cancer du sein invasif Groupe Régional Evaluation Bretagne Deuxième itération : Enquête des délais de mise en route du premier traitement adjuvant chez les femmes opérées d un cancer du sein invasif Rapport PUBLIC Version définitive

Plus en détail

Dr Laurence Digue. Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire

Dr Laurence Digue. Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire Dr Laurence Digue Réseau de Cancérologie d Aquitaine 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire Bordeaux 11 Novembre 2015 RCP Réunion de Concertation Pluridisciplinaire

Plus en détail

FICHE DE RÉUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE Données minimales administratives, organisationnelles et médicales

FICHE DE RÉUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE Données minimales administratives, organisationnelles et médicales FICHE DE RÉUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE Données minimales administratives, organisationnelles et médicales Le présent document réunit les informations minimales requises et traçables dans le

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Chapitre 6 Cancers de l hypopharynx Cancer du sinus piriforme et carrefour des trois replis Classification TNM T1 : Tumeur limitée au sinus piriforme et 2 cm dans sa plus grande dimension T2 : Tumeur >

Plus en détail

FDRK: Feuille de route cancer du colon - Cohorte de patients atteints d'un cancer colorectal

FDRK: Feuille de route cancer du colon - Cohorte de patients atteints d'un cancer colorectal FDRK: Feuille de route cancer du colon - Cohorte de patients atteints d'un cancer colorectal Responsable(s) : Abenhaim Lucien, INSERM U657 Date de modification : 16/07/2013 Version : 2 ID : 6922 Général

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

PLACE DE LA CHIRURGIE ORL

PLACE DE LA CHIRURGIE ORL «CONNAISSANCE DE LA MALADIE CANCÉREUSE» LE 24/01/2013 PLACE DE LA CHIRURGIE ORL Dr MAUVAIS Olivier Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale Pr TAVERNIER CHU Besançon LA CHIRURGIE LE PREMIER MOYEN DE TRAITEMENT

Plus en détail

Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes. Incidence

Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes. Incidence lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes Pour accompagner le travail de préparation du SROS de cancérologie, l Observatoire Régional de la

Plus en détail

Réseau de Ca ancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Ca ancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Ca ancérologie de Midi-Pyrénées Sarcome des tissus mous de l adulte Dr. Richard Aziza Radiologue Institut Claudius Regaud, Toulouse Dr. Christine Chevreau Oncologue Institut Claudius Regaud,

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER DU rectum COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Quorum des RCP en région Centre (qualité des RCP) Mise à jour 6 juillet 2011

Quorum des RCP en région Centre (qualité des RCP) Mise à jour 6 juillet 2011 Quorum des RCP en région Centre (qualité des RCP) Mise à jour 6 juillet 2011 Le quorum des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) définit les spécialités médicales qui doivent être présentes

Plus en détail

Bilan d activité 3C Narbonne- Lézignan

Bilan d activité 3C Narbonne- Lézignan Bilan d activité 3C Narbonne- Lézignan Assemblée Générale du 05 avril 2016 1 Sommaire Le Bilan activité 3C : La RCP Différenciation des localisations cancéreuses Patients traités sur le narbonnais Actions

Plus en détail

Intérêt en cancérologie d un référentiel «Prise en charge du tabagisme» Dr Isabelle KLEIN, Nancy Réseau Régional de Cancérologie ONCOLOR

Intérêt en cancérologie d un référentiel «Prise en charge du tabagisme» Dr Isabelle KLEIN, Nancy Réseau Régional de Cancérologie ONCOLOR Intérêt en cancérologie d un référentiel «Prise en charge du tabagisme» Dr Isabelle KLEIN, Nancy Réseau Régional de Cancérologie ONCOLOR Contexte : le plan Cancer 2014-19 Un axe complet consacré à la réduction

Plus en détail

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Christine Bouchardy et Gérald G Fioretta Les registres des tumeurs en Europe 150 registres Directives d enregistrement, d de codification

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires

Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires Chimiothérapie adjuvante des cancers de la vésicules et des voies biliaires L.Debbah, H.Djedi CAC Annaba CIC Alger le 11/03/2017 Introduction Pathologie rare: -< 1% de tout les cancers dans le monde -

Plus en détail

LE 3C Qu est-ce que c est?

LE 3C Qu est-ce que c est? LE 3C Qu est-ce que c est? La mesure 32 du premier Plan Cancer 2003-2007 oblige tous les établissements autorisés à prendre en charge des patients atteints de cancer à être rattachés à un Centre de Coordination

Plus en détail

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES H.Nassi CHU d Oran INTRODUCTION Les sarcomes constituent un groupe large et complexe de tumeurs rares d origine mésenchymateuse. L incidence de

Plus en détail

La Chirurgie des Cancers du Larynx : Nos Résultats

La Chirurgie des Cancers du Larynx : Nos Résultats Congrès Maghrébin de la MAFOS Alger 22-24 Novembre 2013 La Chirurgie des Cancers du Larynx : Nos Résultats A. Mecibah Service ORL de l EPH de Batna INTRODUCTION INTRODUCTION Les cancers du larynx sont

Plus en détail

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques.

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques. De OncologiK. Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé

Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé Session 28/29 UPCOG - Université de Nantes Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé Dr F. MOLINIÉ Indicateurs définitions Épidémiologie Étude de la fréquence des phénomènes de santé dans les populations

Plus en détail

Résultats Enquête RCP 2006 Nombre total d enregistrements dans le questionnaire: 233

Résultats Enquête RCP 2006 Nombre total d enregistrements dans le questionnaire: 233 s Enquête RCP 2006 Nombre total d enregistrements dans le questionnaire: 233 Question n 004 Type de RCP : Libéral 92 39.48% Hospitalier 55 23.61% Mixte 84 36.05% Autre 2 0.86% Question n 006 Fréquence

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx Bilan initial d un patient présentant un cancer de l hypopharynx - Examen clinique ORL : laryngoscopie indirecte, fibroscopie avec étude de la mobilité pharyngolaryngée ++, palpation

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre

Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre CANCER DE LA PROSTATE: ÉVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE EN MIDI-PYRÉNÉES EN 2011 Jérôme Goddard, Laetitia Daubisse-Marliac, Christophe Lagadic, Pierre Lunardi, Edvie

Plus en détail

IMAGERIE ORL Rédacteurs : Pour le Collège d Imagerie et de Recherche en ORL ( CIREOL) : Nadine Martin- Duverneuil, Frédérique Dubrulle

IMAGERIE ORL Rédacteurs : Pour le Collège d Imagerie et de Recherche en ORL ( CIREOL) : Nadine Martin- Duverneuil, Frédérique Dubrulle IMAGERIE ORL Rédacteurs : Pour le Collège d Imagerie et de Recherche en ORL ( CIREOL) : Nadine Martin- Duverneuil, Frédérique Dubrulle Pour le Collège des Enseignants de Radiologie de France (CERF) : Relecture

Plus en détail

Cancer du rectum avec métastases synchrones

Cancer du rectum avec métastases synchrones Cancer du rectum avec métastases synchrones Jean-Baptiste Bachet Philippe Rougier Fédération des Spécialités Digestives Hôpital Ambroise Paré, Boulogne, France Épidémiologie 36 000 cancer colorectaux /

Plus en détail

S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine

S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine Préventive EHUOran Satisfaire, les besoins de l Administration

Plus en détail

Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal

Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal Prise en charge des métastases hépatiques de cancer colo-rectal Dr Frédéric Meaux Jeudi 12 Avril 2012 Clinique Ambroise Paré Beuvry Rappel épidémiologique : En France, le cancer colo-rectal: 36.000 nouveaux

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

26/05/2010. Critères d agrément spécifique. Seuil d activité minimale. Mesures transversales de qualité

26/05/2010. Critères d agrément spécifique. Seuil d activité minimale. Mesures transversales de qualité valuation des RCP de la carcinologie digestive du CHU et de la carcinologie gynécologique des Cliniques de la Haute-Vienne De Juillet à Décembre 29 Décret n 27-388 du 21 mars 27 relatif aux conditions

Plus en détail

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier

Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Point de vue d un praticien hospitalier de proximité Dr A Peytier Agence sanitaire et scientifique chargée de coordonner les actions de lutte contre le cancer Groupement d intérêt public Etat Associations

Plus en détail

Charte des R.C.P. du Réseau Régional de Cancérologie ONCORUN

Charte des R.C.P. du Réseau Régional de Cancérologie ONCORUN Réseau Régional de cancérologie Réunion / Mayotte Charte des R.C.P. du Réseau Régional de Cancérologie ONCORUN Préambule L objectif est de mettre à disposition des Centres de Coordination en Cancérologie

Plus en détail

TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE

TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE TUMEURS UROTHELIALES DE LA VOIE EXCRETRICE SUPERIEURE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA), et de publications importantes nouvelles

Plus en détail

Etude sur les délais de prise en charge des cancers des Voies Aéro- Digestives Supérieures (VADS)

Etude sur les délais de prise en charge des cancers des Voies Aéro- Digestives Supérieures (VADS) Groupe Régional Evaluation Etude sur les délais de prise en charge des cancers des Voies Aéro- Digestives Supérieures (VADS) Rapport régional Décembre 2016 Etude des délais de prise en charge des cancers

Plus en détail

Actualités du RRC ONCAUVERGNE

Actualités du RRC ONCAUVERGNE Actualités du RRC ONCAUVERGNE 17 Mars 2015 Professeur Jacques-Olivier BAY Président du RRC ONCAUVERGNE Organisation des soins Coordination des soins en cancérologie Le pré requis indispensable à la qualité

Plus en détail

ESTIMATION DU RISQUE DE SECOND CANCER EN FRANCE

ESTIMATION DU RISQUE DE SECOND CANCER EN FRANCE AVRIL 2015 LES DONNÉES ESTIMATION DU RISQUE DE SECOND CANCER EN FRANCE /Étude à partir des registres des cancers du réseau Francim /ÉTUDE À PARTIR DES REGISTRES DES CANCERS DU RÉSEAU FRANCIM L Institut

Plus en détail

Le cancer : une maladie du grand âge

Le cancer : une maladie du grand âge Les cancers dans le grand âge : Epidémiologie et Mode de prise en charge en France Olivier SAINT JEAN HEGP Université Parus Descartes Unité de Coordination en Oncogériatrie Paris Ouest Le cancer : une

Plus en détail

Présentation du 1 er Plan National Cancer

Présentation du 1 er Plan National Cancer Communiqué de presse (2.9.214) Présentation du 1 er Plan National Cancer 214-218 Le conseil de Gouvernement dans sa séance du 18 juillet 214 a validé le premier Plan National Cancer, qui sera implémenté

Plus en détail

L évaluation des pratiques au sein du Réseau de Cancérologie d Aquitaine

L évaluation des pratiques au sein du Réseau de Cancérologie d Aquitaine L évaluation des pratiques au sein du Réseau de Cancérologie d Aquitaine DESC de Cancérologie : Module national option 3 «Réseaux de Cancérologie» Toulouse, décembre 2011 3 décembre 2010 Simone Mathoulin-Pélissier

Plus en détail

2. Matériel et méthodes

2. Matériel et méthodes 2. Matériel et méthodes 2.1 Matériel 6 2.1.1 Nombre de décès par cancer 6 2.1.2 Choix des localisations 6 2.1.3 Populations 6 2.2 Méthodes 7 2.2.1 Taux bruts 7 2.2.2 Taux spécifiques par âge 7 2.2.3 Taux

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE ORL

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE ORL IMAGERIE EN CANCEROLOGIE ORL SFR Rhône-Alpes. ISC Lyon. 2 avril 09. Toutes les présentations sont sur www.sfrra.com IMAGERIE EN CANCEROLOGIE ORL 19h30: Généralités. D.Bossard Hopital Privé Jean Mermoz

Plus en détail

EVOLUTION DE L'INCIDENCE DES CANCERS DECLARES A L'ASSURANCE MALADIE EN ILE-DE-FRANCE ENTRE 1980 ET 1994

EVOLUTION DE L'INCIDENCE DES CANCERS DECLARES A L'ASSURANCE MALADIE EN ILE-DE-FRANCE ENTRE 1980 ET 1994 Retour au sommaire des BEH de 2000 EVOLUTION DE L'INCIDENCE DES CANCERS DECLARES A L'ASSURANCE MALADIE EN ILE-DE-FRANCE ENTRE 1980 ET 1994 P. Pfister 1, B. Asselain 2, B. Blanchon 3, D.Gartenlaub 1, P.

Plus en détail

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE Congrès de la FHF Picardie 06.06.2014 Dr Sarah MONTEMBAULT- Centre Hospitalier de Soissons ETABLISSEMENTS FHF AU CŒUR DES PARCOURS DE SOINS Les données épidémiologiques

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN CHIRURGIE VISCERALE ET DIGESTIVE

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN CHIRURGIE VISCERALE ET DIGESTIVE REFERETIEL D AUT-EVALUATI DES PRATIQUES E CHIRURGIE VISCERALE ET DIGESTIVE Audit clinique : Prise en charge des métastases hépatiques (cancer du colon, charnière recto sigmoïdienne et rectum) ovembre 2010

Plus en détail

SARCOMES DES TISSUS MOUS. Prise en charge des adolescents et jeunes adultes

SARCOMES DES TISSUS MOUS. Prise en charge des adolescents et jeunes adultes SARCOMES DES TISSUS MOUS Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Avril 2014 Sarcomes des tissus mous Version validée : avril 2014 Cible(s) Spécialités de la pathologie concernée. Rédacteur(s)

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN CHIRURGIE VISCERALE ET DIGESTIVE

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN CHIRURGIE VISCERALE ET DIGESTIVE REFERETIEL D AUT-EVALUATI DES PRATIQUES E CHIRURGIE VISCERALE ET DIGESTIVE Audit clinique : Prise en charge chirurgicale de la tumeur primitive (cancer du rectum) ovembre 2010 1 I/ PRMTEUR La Fédération

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE ORIENTATION ONCOLOGIE MÉDICALE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique, orientation oncologie

Plus en détail

Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey

Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey Session 7 : Communications orales Modérateurs : Muriel Rainfray Loïc Mourey PREVALENCE DU CANCER CHEZ LES PATIENTS AGES DE 75 ANS ET PLUS RESIDANT EN EHPAD : ETUDE REALISEE AUPRES DES 50 EHPAD CONVENTIONNES

Plus en détail

Taxotere doit être administré sous la surveillance d un médecin expérimenté dans l emploi des antinéoplasiques.

Taxotere doit être administré sous la surveillance d un médecin expérimenté dans l emploi des antinéoplasiques. Les Canadiennes atteintes d un cancer du sein à un stade précoce avec atteinte ganglionnaire peuvent maintenant bénéficier d un traitement chimiothérapeutique approuvé récemment avec conditions par Santé

Plus en détail

Cohorte NADEGE. Thomas APARICIO. Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, Bobigny

Cohorte NADEGE. Thomas APARICIO. Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, Bobigny Cohorte NADEGE Thomas APARICIO Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, Bobigny thomas.aparicio@avc.aphp.fr Cours intensif de cancérologie digestive, FFCD-PRODIGE, 6 avril 2012 Pourquoi une cohorte

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

Critères de qualité d une RCP

Critères de qualité d une RCP Critères de qualité d une RCP Denis Grasset Service d hépato-gastroentérologie et d oncologie digestive Centre Hospitalier Bretagne Atlantique, Vannes CONFLITS D INTÉRÊT Aucun conflit d intérêt Réunion

Plus en détail

HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE

HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE Pr DUMORTIER (PUPH), hépato-gastro-entérologie et transplantation, hôpital Edouard Herriot à Lyon (Item 83, 118, 205, 228, 229, 242, 258, 269, 280, 290, 298, 300, 302, 303, 308,

Plus en détail

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Dr Servagi Vernat Stéphanie, Radiothérapeute CHRU Besançon 20 mars 2015 Pas

Plus en détail

Etude d homogénéité des propositions de RCP. -Cancer du sein-

Etude d homogénéité des propositions de RCP. -Cancer du sein- Groupe Régional Evaluation Bretagne Etude d homogénéité des propositions de RCP -Cancer du sein- Rapport régional mars 2017 Homogénéité des propositions de RCP- Cancer du sein 1 Introduction Le Groupe

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Session 2016 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES Durée : 3 heures Coefficient : 7 L usage de la calculatrice n est

Plus en détail

INTRODUCTION. Gonadotoxicité des traitements systémiques Obligation légale : Décret décembre 2006

INTRODUCTION. Gonadotoxicité des traitements systémiques Obligation légale : Décret décembre 2006 Etude PRESAGE : Etude pilote de faisabilité de PRéservation de la fertilité par Stimulation ovarienne associée à du tamoxifène et congelation ovocytaire ou embryonnaire avant chimiothérapie pour cancer

Plus en détail

Faculté de Médecine Comité des thèses Année Lecture critique d un article médical

Faculté de Médecine Comité des thèses Année Lecture critique d un article médical Faculté de Médecine Comité des thèses Année 2012 Lecture critique d un article médical Pourquoi une lecture critique? La lecture critique est indispensable: Abondance de la littérature scientifique Lecture

Plus en détail

Précarité et Cancer du sein Charlotte Ngô Chirurgie cancérologique gynécologique et du sein Hôpital Européen Georges Pompidou

Précarité et Cancer du sein Charlotte Ngô Chirurgie cancérologique gynécologique et du sein Hôpital Européen Georges Pompidou Précarité et Cancer du sein Charlotte Ngô Chirurgie cancérologique gynécologique et du sein Hôpital Européen Georges Pompidou Journée du réseau national Gynéco-Obstétrical des Centres d Investigation Clinique

Plus en détail

TUMEURS OSSEUSES. Prise en charge des adolescents et jeunes adultes

TUMEURS OSSEUSES. Prise en charge des adolescents et jeunes adultes TUMEURS OSSEUSES Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Avril 2014 Tumeurs osseuses Version validée : avril 2014 Cible(s) Spécialités de la pathologie concernée. Rédacteur(s) Jean-Yves Blay,

Plus en détail

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Données épidémiologiques 2008 2009 2010 2011 Total 1707 1623 1809 1755

Plus en détail

Réseau clinique Sarcome Bilan à 3 ans. Journées 26 juin Strasbourg

Réseau clinique Sarcome Bilan à 3 ans. Journées 26 juin Strasbourg Réseau clinique Sarcome Bilan à 3 ans Journées 26 juin 2013 - Strasbourg NETSARC - Missions Améliorer la prise en charge (PEC) des patients atteints de sarcome grâce au travail en réseau Outil = Base de

Plus en détail

Évolution de la mortalité par cancer en France de 1950 à 2006 Catherine Hill, Françoise Doyon et Abdeddahir Mousannif

Évolution de la mortalité par cancer en France de 1950 à 2006 Catherine Hill, Françoise Doyon et Abdeddahir Mousannif Maladies chroniques et traumatismes Évolution de la mortalité par cancer en France de 1950 à 2006 Catherine Hill, Françoise Doyon et Abdeddahir Mousannif Sommaire 1. Introduction 3 2. Matériel et méthodes

Plus en détail