Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand"

Transcription

1 Protéine S100 β et trauma1sme crânien en pédiatrie CHU de Clermont- Ferrand MARSEILLE 22/03/2013 Damien Bouvier / Jean- Benoît Dauphin / Mathilde Fournier Pôle de Pédiatrie (Pr. Labbé) Laboratoire de Biochimie et Biologie Moléculaire (Pr. Sapin)

2 Plan Le trauma3sme crânien (TC) en pédiatrie : 1. généralités 2. Recommanda1ons SFMU 2012 Objec3fs : S100 β et TC Etude n 1 : détermina1ons des normes chez l enfant Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma1smes crâniens légers (TCL) Conclusion

3 Plan Le trauma3sme crânien (TC) en pédiatrie : 1. généralités 2. Recommanda1ons SFMU 2012 Objec3fs : S100b et TC Etude n 1 : détermina1ons des normes chez l enfant Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma1smes crâniens légers (TCL) Conclusion

4 Généralités TC : très fréquent (5 à 8 % des passages aux urgences.) E1ologie : 80 % accidents domes1ques et accidents de la voie publique. Prévalence de lésions intracrâniennes (LIC) lors d un TCL : 0 à 5 %

5 Plan Le trauma3sme crânien (TC) en pédiatrie : 1. généralités 2. Recommanda1ons SFMU 2012 Objec3fs : S100b et TC Etude n 1 : détermina1ons des normes chez l enfant Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma1smes crâniens légers (TCL) Conclusion

6 Recommanda1ons SFMU Evalua1on clinique : 3 groupe de TC TC sévère à très haut risque lésion intracrânienne (LIC) TC Léger (TCL) : TC à risque modéré de LIC TC à bas risque de LIC SFMU.Trauma1sme crânien léger (score de Glasgow de 13 à 15) : triage, évalua1on, examens complémentaires et prise en charge précoce chez le nouveau- né, l enfant et l adulte. In Ann.Fr.Med. Urgence (2012) 2: 199-4

7 Recommanda1ons SFMU mécanisme lésionnel sévère dangerosité du mécanisme : traumatologie rou1ère avec passager éjecté du véhicule ou décès d un autre ou tonneau ; piéton renversé par un véhicule ; cycliste non casqué ; chute : plus de 0,9 m avant deux ans ; plus de 1,5 m après deux ans ;

8 Recommanda1ons SFMU Interrogatoire précis des témoins. Examen clinique : Conscience Examen neurologique Recherche de lésions trauma;ques

9 Recommanda1ons SFMU Evalua1on de la conscience : score de Glasgow Vartiam M, Saint vil D, Mercier C (2003) Les traumaismes crâniens chez l enfant. In : Le Médecin du Québec, vol.38, n 1.

10 Recommanda1ons SFMU Scanner ou hospitalisa1on? Problème : faisabilité pour les services de radiologie iatrogénicité par l irradia1on et la séda1on (souvent nécessaire) chez l enfant coût Mendelow AD, Timothy J, Steers JW et al (2008) Management of patients with head injury. Lancet 372:685 7 Maguire JL, Boutis K, Uleryk, et al (2009) Should a head-injured child receive a Head CT scan? A systematic review of clinical prediction rules. Pediatrics 124: Mark S Pearce, Jane A Salotti, et al; Radiation exposure from CT scans in childhood andsubsequent risk of leukaemia and brain tumours:a retrospective cohort study Published online June 7, 2012 DOI: /S (12)

11 TCL algorithme enfant < 2 ans 4.4 % de risque de LIC 0.9 % de risque de LIC

12 TCL algorithme enfant > 2 ans 4.4 % de risque de LIC 0.9 % de risque de LIC

13 Plan Le trauma3sme crânien (TC) en pédiatrie : 1. généralités 2. Recommanda1ons SFMU 2012 Objec3fs : S100 β et TC Etude n 1 : détermina1ons des normes chez l enfant Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma1smes crâniens légers (TCL) Conclusion

14 Probléma1ques Intérêt S100 β prouvé dans TC mineurs à modérés de l adulte (Biberthaler et col., Bouvier et col., Zongo et col ) U1lisa1on d un tel marqueur chez enfant? diminuer nombre de scanners inu1les diminuer hospitalisa1on et temps de surveillance aux urgences

15 Objec1fs Etablir les normes biologiques chez l enfant. Evaluer l intérêt du dosage de la S100 β dans la prise en charge du TCL chez l enfant.

16 Plan Le trauma3sme crânien (TC) en pédiatrie : 1. généralités 2. Recommanda1ons SFMU 2012 Objec3fs : S100 β et TC Etude n 1 : détermina1ons des normes chez l enfant Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma1smes crâniens légers (TCL) Conclusion

17 Détermina1on des normes chez l enfant

18 Plan Le trauma3sme crânien (TC) en pédiatrie : 1. généralités 2. Recommanda1ons SFMU 2012 Objec3fs : S100 β et TC Etude n 1 : détermina1ons des normes chez l enfant Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma1smes crâniens légers (TCL) Conclusion

19 Plan Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma3smes crâniens légers (TCL) Matériels et méthodes Résultats Descrip1on de la popula1on incluse Détermina1on de la concentra1on sérique de S100 Scanners cérébraux Prise en charge clinique Discussion Scanners cérébraux Prise en charge clinique

20 Plan Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma3smes crâniens légers (TCL) Matériels et méthodes Résultats Descrip1on de la popula1on incluse Détermina1on de la concentra1on sérique de S100 Scanners cérébraux Prise en charge clinique Discussion Scanners cérébraux Prise en charge clinique

21 Recrutement des pa1ents Etude prospec3ve d avril 2010 à avril 2011, urgences pédiatriques (Pr. Labbé) Accord du CHU de Clermont- Ferrand Centre d inves1ga1on clinique Comité de protec1on des personnes Sud- Est Inclusion de tout enfant < 16 ans présentant un TC Critères de non inclusion : Refus de l enfant Absence de consentement des parents Trauma1sme datant de plus de 3 heures

22 Déroulement du protocole pour chaque pa1ent Classement selon gravité du TC Prélèvement sanguin Scanner cérébral Suivi de l évolu1on clinique à 48h

23 Plan Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma3smes crâniens légers (TCL) Matériels et méthodes Résultats Descrip1on de la popula1on incluse Détermina1on de la concentra1on sérique de S100 Scanners cérébraux Prise en charge clinique Discussion Scanners cérébraux Prise en charge clinique

24 Caractéris1ques de la popula1on 456 pa1ents inclus : 446 dosages réalisés Délai moyen de prélèvement : 2h17 Ra1o homme/femme : 1.68 Moyenne d âge : 6.2 ans

25 Répar33ons des TC : TC sévère : 22 TC modéré : 241 TC à faible risque : 183 Devenir des pa3ents 87 TDM 65 TC modéré (27 % du groupe) 22 TC sévère (100 % du groupe)

26 Plan Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma3smes crâniens légers (TCL) Matériels et méthodes Résultats Descrip1on de la popula1on incluse Détermina1on de la concentra1on sérique de S100 Scanners cérébraux Prise en charge clinique Discussion Scanners cérébraux Prise en charge clinique

27

28 Plan Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma3smes crâniens légers (TCL) Matériels et méthodes Résultats Descrip1on de la popula1on incluse Détermina1on de la concentra1on sérique de S100 Scanners cérébraux Prise en charge clinique Discussion Scanners cérébraux Prise en charge clinique

29

30

31 Plan Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma3smes crâniens légers (TCL) Matériels et méthodes Résultats Descrip1on de la popula1on incluse Détermina1on de la concentra1on sérique de S100 Scanners cérébraux Prise en charge clinique Discussion Scanners cérébraux Prise en charge clinique

32

33

34

35 Plan Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma3smes crâniens légers (TCL) Matériels et méthodes Résultats Descrip1on de la popula1on incluse Détermina1on de la concentra1on sérique de S100 Scanners cérébraux Prise en charge clinique Discussion Scanners cérébraux Prise en charge clinique

36 33 % de scanners évités : Même résultats que chez l adulte Op1misa1on de la prise en charge Pas de faux néga3fs : sensibilité et VPN 100 % Si S100 < au seuil, alors absence de LIC au scanner Courbe ROC : Test discriminant Valeur seuil à 0.18 µg/l pour les plus de 24 mois

37 Plan Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma3smes crâniens légers (TCL) Matériels et méthodes Résultats Descrip1on de la popula1on incluse Détermina1on de la concentra1on sérique de S100 Scanners cérébraux Prise en charge clinique Discussion Scanners cérébraux Prise en charge clinique

38 Moyennes de concentra1on entre les différents groupes significa3vement différentes Courbe ROC : test discriminant pour iden1fier les pa1ents à risque évolu1on clinique défavorable Aucun faux néga3fs : réduc1on de 33 % des hospitalisa1ons

39 Plan Le trauma3sme crânien (TC) en pédiatrie : 1. généralités 2. Recommanda1ons SFMU 2012 Objec3fs : S100 β et TC Etude n 1 : détermina1ons des normes chez l enfant Etude n 2 : intérêt du dosage dans la prise en charge des Trauma1smes crâniens légers (TCL) Conclusion

40 conclusion Intérêt dosage S100 si réalisé dans les 3 heures suivant le TC avec valeur décisionnelle à 0.18 µg/l : Réduc1on théorique 33 % nombre de scanners cérébraux Réduc1on théorique de 33 % des hospitalisa1ons pour surveillance.

41 Intérêt médico- économique Dosage = BHN 120 soit 32 euros (X246 hospitalisés) 7872 euros Hospitalisa1on 1 jour = 1151 euros (X81 pa1ents avec taux de S100 normal) euros Economie théorique de euros sans effet délétère pour la prise en charge du pa3ent

42 Inclure la S100 dans l algorithme Supérieur au seuil Dosage S 100

43

Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences

Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences Apport de la Protéine S100 dans la prise en charge du TC Léger de l'adulte aux urgences Dr. Régis RIBEREAU-GAYON CHU de Bordeaux Equipe PPCT-INSERM U897 Le Traumatisme crânien léger Fréquent aux Urgences

Plus en détail

Traumatisme crânien bénin de l enfant : De la régulation au retour à domicile. Dr Richer olivier Urgences pédiatriques CHU Bordeaux

Traumatisme crânien bénin de l enfant : De la régulation au retour à domicile. Dr Richer olivier Urgences pédiatriques CHU Bordeaux Traumatisme crânien bénin de l enfant : De la régulation au retour à domicile Dr Richer olivier Urgences pédiatriques CHU Bordeaux Qu est qu un traumatisme crânien léger (TCL) En anglais : minor headtrauma

Plus en détail

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS AUX URGENCES PEDIATRIQUES DU C.H.U DE BORDEAUX.

EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS AUX URGENCES PEDIATRIQUES DU C.H.U DE BORDEAUX. EVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS AUX URGENCES PEDIATRIQUES DU C.H.U DE BORDEAUX Dr BOMBARD Adrien I. INTRODUCTION Les traumatismes crâniens (TC) sont un motif fréquent

Plus en détail

Traumatisme crânien léger de l enfant

Traumatisme crânien léger de l enfant Chapitre 39 Traumatisme crânien léger de l enfant F. LORTON 1, J. PIMMEL 1, B. VRIGNAUD 1, C. GRAS-LE GUEN Les points essentiels Le clinicien doit savoir distinguer les 1 % d enfants à haut risque de lésion

Plus en détail

Résultats de la FIV/ICSI après 40 ans Existe- t- il des facteurs prédic=fs?

Résultats de la FIV/ICSI après 40 ans Existe- t- il des facteurs prédic=fs? Résultats de la FIV/ICSI après 40 ans Existe- t- il des facteurs prédic=fs? Strasbourg, 20 Septembre 2013 Introduc=on 2 phénomènes de société: augmenta=on de l âge moyen à la maternité et augmenta=on de

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

Objectifs et Modalités. Présentation : Dr M. Hours, INRETS

Objectifs et Modalités. Présentation : Dr M. Hours, INRETS Objectifs et Modalités Présentation : Dr M. Hours, INRETS Objectifs du projet Identifier les facteurs pronostiques de handicap et/ou de mauvaise réinsertion des victimes d accidents de la circulation Sous-

Plus en détail

Détermination de la protéine S100 béta sérique dans la prise en charge du traumatisme crânien: focus pédiatrique

Détermination de la protéine S100 béta sérique dans la prise en charge du traumatisme crânien: focus pédiatrique 1 er Congrès de Biologie Clinique / CORATA Belgique / Nancy Septembre 2013 Détermination de la protéine S100 béta sérique dans la prise en charge du traumatisme crânien: focus pédiatrique Pr. Vincent Sapin

Plus en détail

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir Une surveillance à domicile peut suffire quand aucun signe de gravité n est décelé à l examen. Un vomissement survenu peu après le TC et non renouvelé n est pas a priori inquiétant, si l examen neurologique

Plus en détail

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer?

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Mémoire DES Pédiatrie Rhône-Alpes Lyon Promotion 2003 Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Fleur Cour-Andlauer 23 Octobre 2008 ANDLAUER Fleur 1 Méningites Bactériennes en

Plus en détail

Traumatismes crâniens mineurs (GCS 14-15) et modérés (GCS 9-13) Jean-François Payen Grenoble

Traumatismes crâniens mineurs (GCS 14-15) et modérés (GCS 9-13) Jean-François Payen Grenoble Traumatismes crâniens mineurs (GCS 14-15) et modérés (GCS 9-13) Jean-François Payen Grenoble Cas clinique AVP 19 ans, le 27/01/2012 18h50 : cycliste non casqué contre VL à haute cinétique banlieue de Grenoble

Plus en détail

Base de données FIRST: Qu en faire?

Base de données FIRST: Qu en faire? Journée(scien,fique(du( Collège(Français(de(Médecine( du(trafic( 9(Octobre(2013( Base de données FIRST: Qu en faire? Dr MIREK Sébastien CHU Dijon Introduc,on( Traumatologie( Enjeu&de&santé&publique& Pathologie&du&jeune&

Plus en détail

Les grandes études de télémédecine en France

Les grandes études de télémédecine en France Les grandes études de télémédecine en France Optimisation de la Surveillance ambulatoire des Insuffisants CArdiaques par Télécardiologie De Midi-Pyrénées au Sud de la France M Galinier, A Pathak Pôle Cardio-Vasculaire

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Traumatologie du piéton et du cycliste. Dr Lionel Lamhaut D.A.R.- SAMU de Paris Hôpital Necker Université Paris V

Traumatologie du piéton et du cycliste. Dr Lionel Lamhaut D.A.R.- SAMU de Paris Hôpital Necker Université Paris V Traumatologie du piéton et du cycliste Dr Lionel Lamhaut D.A.R.- SAMU de Paris Hôpital Necker Université Paris V Evolution de la mortalité nationale 4620 tués en 2007 Observatoire national interministériel

Plus en détail

Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes

Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes Etude START-HPV : Dépistage primaire par test HPV des lésions pré cancéreuses et cancéreuses du col utérin dans le département des Ardennes STudy of primary screening in the ARdennes department by Testing

Plus en détail

DATATION de la GROSSESSE

DATATION de la GROSSESSE DATATION de la GROSSESSE Julia BEGLER-FONNIER Maternité CHU CAREMEAU Intérêts Améliorer le pronostic de la grossesse: Déterminer la date d accouchement; Évaluer la croissance fœtale Pouvoir interpréter

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Dr Irène Sari-Minodier Service

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

AVK et chutes aux urgences : une morbidité accrue?

AVK et chutes aux urgences : une morbidité accrue? UNIVERSITE DE STRASBOURG FACULTE DE MEDECINE DE STRASBOURG RDV Urgences 26 janvier 2012 AVK et chutes aux urgences : une morbidité accrue? Dr Christelle PATARIN Assistante - Urgences Colmar Dr Pascal BILBAULT

Plus en détail

Harmonisations des protocoles de prise en charge des TCL à la phase aiguë. Philippe Decq, Hélène Staquet, neurochirurgie, CHRU Paris

Harmonisations des protocoles de prise en charge des TCL à la phase aiguë. Philippe Decq, Hélène Staquet, neurochirurgie, CHRU Paris Harmonisations des protocoles de prise en charge des TCL à la phase aiguë Philippe Decq, Hélène Staquet, neurochirurgie, CHRU Paris 1 définir T.C.? Traumatisme Crânien? Traumatisme Céphalique? (Head injury)

Plus en détail

Evalua&on tests diagnos&ques. Arnaud Fontanet

Evalua&on tests diagnos&ques. Arnaud Fontanet Evalua&on tests diagnos&ques Arnaud Fontanet Résultats d un test diagnos&que Maladie «Gold standard» Test expérimental + a b a+b - c d c+d a+c b+d Evaluation tests diagnostiques. Arnaud Fontanet 2 Résultats

Plus en détail

Recueil des consentements éclairés au sein du CRB

Recueil des consentements éclairés au sein du CRB Hôpital Cimiez 4, avenue Reine Victoria - BP 1179 06003 Nice cedex 1 Laboratoire Pôle\Labo LPCE Page 1 sur 7 LABO-LPC-PR-053 VERSION 003 Christelle BONNETAUD (Laboratoire Ingénieur - Veronique HOFMAN (Laboratoire

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Les Recherches Non Interventionnelles: des questions spécifiques

Les Recherches Non Interventionnelles: des questions spécifiques 4eme Journée Interrégionale du GIRCI Grand Ouest Les Recherches Non Interventionnelles: des questions spécifiques Sabrina Le Bouter Coordinatrice Cellule RNI Direction de la Recherche CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée

Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée Soutenance de mémoire du DES de pédiatrie, Fanny RICHARD Vendredi 8 octobre Introduction (1)

Plus en détail

INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS

INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS INTERET DE LA SEQUENCE DE SUSCEPTIBILITE MAGNETIQUE EN IRM DANS L EXPLORATION DES TRAUMATISMES CRANIENS LEGERS Auteurs : Aurélie Delouche 1,2, Arnaud Attyé 1,2, Sylvie Grand 1,2, Irène Troprés 2, Adrian

Plus en détail

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES Cyril Dargazanli Pr Vincent Costalat Dr Valérie Rigau M2 «Vaisseaux-Hémostase» Contexte Infarctus cérébral = problème majeur

Plus en détail

Les traumatismes crâniens mineurs chez les sujets âgées à très faible risque : une étude rétrospective de 6ans dans un service des urgences

Les traumatismes crâniens mineurs chez les sujets âgées à très faible risque : une étude rétrospective de 6ans dans un service des urgences Article publié dans le journal American Journal of Emergency Medecine en Mai 2012 Les traumatismes crâniens mineurs chez les sujets âgées à très faible risque : une étude rétrospective de 6ans dans un

Plus en détail

Étude NEMO.

Étude NEMO. Étude NEMO Natriuresis to predict hemodynamics changes in cri6cally ill pa6ents. Valeur du débit urinaire et du ionogramme urinaire pour la prédic9on de la réponse au remplissage en réanima9on Ma;hieu.m.legrand@gmail.com

Plus en détail

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras JAMA 26 janvier 2012 1 L allergie alimentaire (AA) touche environ 5% de la population infantile Semble en augmentation

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Accidents de manèges de parc d attraction Données de l Enquête Permanente sur les Accidents de la vie Courante EPAC 2009-2013, France métropolitaine

Accidents de manèges de parc d attraction Données de l Enquête Permanente sur les Accidents de la vie Courante EPAC 2009-2013, France métropolitaine DMCT - Unité traumatismes Saint Maurice, le 18 mai 2015 Suivi : G. Pédrono, B. Thélot accidents@invs.sante.fr Accidents de manèges de parc d attraction Données de l Enquête Permanente sur les Accidents

Plus en détail

COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT

COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT COMMOTION CÉRÉBRALE CHEZ L ENFANT Définition : Lésion cérébrale diffuse induite par forces biomécaniques entraînant une perturbation transitoire de la fonction neurologique. Caractérisée par: - Trouble

Plus en détail

Les Règles d O,awa ; ou en sommes nous en 2013?

Les Règles d O,awa ; ou en sommes nous en 2013? Les Règles d O,awa ; ou en sommes nous en 2013? Controverse : Pour l u.lisa.on des règles d O5awa dans les services d urgences. Benoît Coudert CH Meulan les Mureaux Pas de conflit d intérêt pour le sujet

Plus en détail

Intérêt du dosage de la copeptine comme facteur d élimination de l infarctus du myocarde. Le point de vue du biologiste

Intérêt du dosage de la copeptine comme facteur d élimination de l infarctus du myocarde. Le point de vue du biologiste Intérêt du dosage de la copeptine comme facteur d élimination de l infarctus du myocarde Le point de vue du biologiste Anne Marie Dupuy CHU Montpellier COPACAMU, 21 mars 2013 Vasopressine/copeptine et

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

Marqueurs sériques tumoraux dans le diagnostic des tumeurs ovariennes présumées bénignes

Marqueurs sériques tumoraux dans le diagnostic des tumeurs ovariennes présumées bénignes Marqueurs sériques tumoraux dans le diagnostic des tumeurs ovariennes présumées bénignes Najiba LAHLOU Département de Biologie Hormonale Hôpital COCHIN - Paris Jean-Luc BRUN Pôle d Obstétrique, Reproduction,

Plus en détail

Apport des règles de décision clinique aux indications d imagerie cérébrale dans les traumatismes crâniens de l enfant?

Apport des règles de décision clinique aux indications d imagerie cérébrale dans les traumatismes crâniens de l enfant? Apport des règles de décision clinique aux indications d imagerie cérébrale dans les traumatismes crâniens de l enfant? Pr Alain Martinot, Pôle Enfant et Pôle Urgences, CHRU Lille Utilité potentielle de

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris RÉARRANGEMENTS ERG ET RÉSULTATS CLINIQUES CHEZ DES PATIENTS TRAITES PAR ACÉTATE D ABIRATÉRONE: RÉSULTATS DE L ÉTUDE COU-AA- 302 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE RESISTANT A LA CASTRATION NON

Plus en détail

Comment op)miser le codage d un SAU

Comment op)miser le codage d un SAU Congrès COPACAMU 21 Mars 2013 Comment op)miser le codage d un SAU Dr Emmanuel DOS RAMOS PH Urgen)ste Médecin DIM Responsable de l applica)f Terminal Urgences Op#miser le codage au SAU Introduc#on Contexte

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

CHU de Caen D E P I S TA G E D E L A T R I S O M I E 2 1 F ΠTA L E. L a b o r a t o i r e d h o r m o n o l o g i e

CHU de Caen D E P I S TA G E D E L A T R I S O M I E 2 1 F Œ TA L E. L a b o r a t o i r e d h o r m o n o l o g i e CHU de Caen Pôle biologie & Pôle Femme - Enfant L a b o r a t o i r e d h o r m o n o l o g i e D E P I S TA G E D E L A T R I S O M I E 2 1 F Œ TA L E Information pour les professionnels de santé impliqués

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques

Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques GRECCAR 4 Groupe de REcherche Chirurgical sur le CAncer du Rectum Essai de phase II randomisé mul2centrique: traitement personnalisé des cancers du rectum localement évolués non métasta2ques N EudraCT

Plus en détail

Le pa&ent engourdi Est- ce un AIT??? Marie- Chris&ne Camden MD FRCPC CHU de Québec Hôpital de l Enfant- Jésus 11 septembre 2015

Le pa&ent engourdi Est- ce un AIT??? Marie- Chris&ne Camden MD FRCPC CHU de Québec Hôpital de l Enfant- Jésus 11 septembre 2015 Le pa&ent engourdi Est- ce un AIT??? Marie- Chris&ne Camden MD FRCPC CHU de Québec Hôpital de l Enfant- Jésus 11 septembre 2015 Conflits d intérêts poten&els À &tre de conférencière Bristol- Myers Squibb

Plus en détail

Traitement de l Embolie Pulmonaire en ambulatoire. Dr Mathieu Ar5foni Service de médecine interne-vasculaire

Traitement de l Embolie Pulmonaire en ambulatoire. Dr Mathieu Ar5foni Service de médecine interne-vasculaire Traitement de l Embolie Pulmonaire en ambulatoire Dr Mathieu Ar5foni Service de médecine interne-vasculaire mathieu.ar5foni@chu-nantes.fr Introduc5on L embolie pulmonaire (EP) et la thrombose veineuse

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Les expériences françaises en analyse de «l exome» CFTR Laboratoire de Géné:que Moléculaire Inserm U827 MONTPELLIER Anne Bergougnoux Caroline Raynal

Les expériences françaises en analyse de «l exome» CFTR Laboratoire de Géné:que Moléculaire Inserm U827 MONTPELLIER Anne Bergougnoux Caroline Raynal Les expériences françaises en analyse de «l exome» CFTR Laboratoire de Géné:que Moléculaire Inserm U827 MONTPELLIER Anne Bergougnoux Caroline Raynal I. CFTR MASTR TM v2 Dx performance evalua:on study (Mul$plicom)

Plus en détail

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT

TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT TRAITEMENT AU LONG COURS DE L ASTHME DE L ENFANT Pr. Amine EL HASSANI MG Maroc. Rabat 29.5.2011 PROBLEMATIQUES Littérature Française Anglaise Etudes non Comparables Définition: Preschool Recurrent Wheeze

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Etat des connaissances des effets sur l homme

Etat des connaissances des effets sur l homme Etat des connaissances des effets sur l homme Marie-Odile Bernier PRP-HOM/ laboratoire d Epidémiologie Séminaire Environnement / Santé Quelle surveillance dans les territoires par les différents acteurs?

Plus en détail

Scores et échelles cliniques : où les trouver? N oubliez pas le label : Médimento L'aide-mémoire médical à l adresse : http://www.masef.com/freewares/medimento.htm Sur le site des Médecins Auteurs de Sharewares

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

SOFARTHRO.com. Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt

SOFARTHRO.com. Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt Chirurgie du canal carpien: techniques endoscopiques CTRS versus chirurgie à ciel ouvert (à propos de 100 cas) Pas de conflit d interêt N.Alidrissi, J.North, M.Elyaacoubi, A.Elbardouni, MS.berrada, D.Bledea,

Plus en détail

IRA aux soins intensifs: CRRT vs IRRT. Journal club 10 avril 2014

IRA aux soins intensifs: CRRT vs IRRT. Journal club 10 avril 2014 IRA aux soins intensifs: CRRT vs IRRT Journal club 10 avril 2014 Epura>on extra- rénale RAPPELS Hémodialyse Diffusion Pe>tes molécules Hémofiltra>on Convec>on Moyennes molécules Modalités Intermi/ente

Plus en détail

Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois

Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois Etude observationnelle quantifiant en vie réelle l apport du Singulair 4 mg chez le nourrisson âgé de 6 à 24 mois Manon Belhassen 1,2, Jacques de Blic, Laurent Laforest, Valérie Laigle, Céline Chanut-Vogel,

Plus en détail

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT version 1 page 1/5 Référence : RSN/REF/REA.O/002/A Date de 1 ère mise en service : 10/06/2008 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification Faite par : Rédaction Mise

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

Y. GUILLODO (1, 2) 1. Cabinet de médecine du sport, ZA du Questel, 29200 Brest 2. Service de Rhumatologie, CHU Cavale Blanche, Brest

Y. GUILLODO (1, 2) 1. Cabinet de médecine du sport, ZA du Questel, 29200 Brest 2. Service de Rhumatologie, CHU Cavale Blanche, Brest Y. GUILLODO (1, 2) 1. Cabinet de médecine du sport, ZA du Questel, 29200 Brest 2. Service de Rhumatologie, CHU Cavale Blanche, Brest 10 à 55 % de l ensemble des blessures sportive Gravité : Lésion musculaire

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

CONTEXTE. Enquête portant sur la qualité de vie des patients atteints d hémophilie A ou B proposée et financée par l InVS;

CONTEXTE. Enquête portant sur la qualité de vie des patients atteints d hémophilie A ou B proposée et financée par l InVS; Surveillance de la qualité de vie des patients hémophiles QV HÉMOPHILIE Coordination de l étude: Pr. Serge BRIANCON Ecole de Santé Publique, Faculté de Médecine de Nancy Service d Epidémiologie et d Evaluation

Plus en détail

ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes

ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes 4èmes journées scientifiques ANRS-CAMEROUN, 15 novembre 2011 ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes Evaluation de trois stratégies de traitement antirétroviral de 2 ème Ligne en

Plus en détail

IMPREGNATION CANNABIQUE:

IMPREGNATION CANNABIQUE: IMPREGNATION CANNABIQUE: Outils analytiques et aide à l interprétation biologique Dr Damien RICHARD, drichard@chu-clermontferrand.fr Laboratoire de Pharmacologie et de Toxicologie CHU, Gabriel Montpied,

Plus en détail

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux INTRODUCTION-CANCER DU COL Ces vingt dernières années, le CANCER

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon Suivi de l insuffisance cardiaque par télésurveillance Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon APPAC Biarritz - 6 juin 2014 Insuffisance cardiaque / Télésurveillance IC du sujet âgé : une épidémie

Plus en détail

Les conséquences sociales de l accident de la route : résultats de la cohorte ESPARR. M. Hours, UMRESTTE, IFSTTAR UCBL, Lyon

Les conséquences sociales de l accident de la route : résultats de la cohorte ESPARR. M. Hours, UMRESTTE, IFSTTAR UCBL, Lyon Les conséquences sociales de l accident de la route : résultats de la cohorte ESPARR M. Hours, UMRESTTE, IFSTTAR UCBL, Lyon La cohorte ESPARR Représentative des victimes d accidents de la circulation du

Plus en détail

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique Club Thyroïde Ile-de-France 2013 Monique LEBAN GH Pitié-Salpêtrière Charles Foix Service de Biochimie Endocrinienne et Oncologique Cancers Différenciés de

Plus en détail

CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE

CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE CONVENTION FHP-MCO Du 23 et 24 juin 2015 UNE PROFESSION DEBOUT ET EN MARCHE LES ENJEUX DE L AVENIR DES PLATEFORMES DE GENOMIQUE DR OLIVIER VIRE MÉDECIN ANATOMOPATHOLOGISTE LIBÉRAL SYNDICAT DES MÉDECINS

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006

Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006 Risques du transport intrahospitalier. B.Landreau DESC réanimation médicale Clermont-Ferrand 07/12/2006 introduction Risques liés au patient. Risques liés au transport. L anticipation des incidents est

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Le syndrome des enfants secoués

Le syndrome des enfants secoués Le syndrome des enfants secoués DESC de Réanimation médicale Bordeaux 20 juin 2007 Frédéric BELLEC Réanimation Polyvalente CHU Limoges Définitions Traumatisme cérébral entrant dans le cadre des maltraitances

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014 Séminaire Echographie du patient aigu UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 1. OU EN EST LE CENTRE HOSPITALIER DE LOURDES? En dépit du contexte difficile que connaît le milieu de la santé, le Centre Hospitalier de Lourdes poursuit sa progression.

Plus en détail

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE.

EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. EVALUATION DE LA VALEUR DIAGNOSTIQUE EN TDM DES ANOMALIES PLEUROPARENCHYMATEUSES DANS L EMBOLIE PULMONAIRE AIGÜE. L.Laborie (1), P.Sarliève (1), P.Manzoni (1), N.Méneveau (2), J-C Dalphin (3), B.Kastler

Plus en détail

Contrôle de la glycémie chez le cérébro-lésé: trop ou pas assez?

Contrôle de la glycémie chez le cérébro-lésé: trop ou pas assez? Contrôle de la glycémie chez le cérébro-lésé: trop ou pas assez? Jean-François Payen Anesthésie-Réanimation CHU Grenoble Pas de conflit d intérêt N Engl J Med 391 traumatismes crâniens Testez-vous! Vous

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: 01062000 Réf.: CMUB- Pagination 1 / 5 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 002 Rédacteurs Dr D. HONNART (Dijon) Date 22/05/00 Validation P.

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Etude de validation externe de la règle de décision clinique du PECARN pour la prise en charge du traumatisme crânien léger chez l enfant.

Etude de validation externe de la règle de décision clinique du PECARN pour la prise en charge du traumatisme crânien léger chez l enfant. Université de Nantes Faculté de Médecine Année 2014 N 094 THESE Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE DES de Médecine Générale Par Virgile GERARD-BRISOU Né le 25 Février 1983 à Laxou Présentée

Plus en détail

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Dr Nadim Cassir Maladies Infec0euses et Tropicales Comité de Lu>e contre les Infec0ons Nosocomiales Hôpital Nord Marseille 1 Personnes âgées de

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique La découverte de médicaments en biotechnologie Développement clinique Développement clinique: But Evaluer efficacité et sécurité d un médicament pour risque/bénéfice soit acceptable par autorités enregistrement

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail