Taux de survie des nouvelles entreprises au Québec

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Taux de survie des nouvelles entreprises au Québec"

Transcription

1 Développemet écoomique Iovatio Exportatio Taux de survie des

2

3 Taux de survie des ouvelles etreprises au Directio de l aalyse écoomique Directio géérale des politiques et des sociétés d État Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio Mai 2008

4 EPROCÉDÉ SANS CHLORE PROCESS 2 Taux de survie des Rédactio : Sous la directio de : Fracis Berard, stagiaire de l Uiversité de Sherbrooke Sylvai Mélaço Christia Desbies Germai Hébert Soutie techique : Jea-Michel Goulet, stagiaire de l Uiversité de Sherbrooke Révisio liguistique : Reée Dolbec, Le Graphe ISBN : Ce documet est imprimé sur du papier recyclé Eviro 100 D CHLORINE FREE C H O I X E N V I R O N N E M E N TA L E N V I R O N M E N T A L I C E C H O

5 Taux de survie des 3 Table des matières Avat-propos...6 Pricipaux faits saillats...8 Autres faits à oter...10 Itroductio La démographie des etreprises, le taux de créatio d etreprises et le taux de survie 1.1 Le processus de destructio créatrice Quels sot les taux de créatio et de disparitio d etreprises au? Taux de créatio et de disparitio d etreprises selo la taille Qu est-ce qui explique la chute du taux de disparitio d etreprises? Pourquoi ue étude sur les taux de survie? Taux de passage auels 3 Taux de survie 2.1 Taux de passage auels au...21 Résultats globaux...21 Résultats selo la taille à la aissace...23 Résultats selo le secteur d activité Comparaiso avec le Caada...25 Résultats globaux...26 Résultats selo la taille à la aissace...28 Résultats selo le secteur d activité Taux de survie au...38 Résultats globaux...38 Résultats selo la taille à la aissace...40 Résultats selo le secteur d activité Comparaiso avec l étude 2001, pour le 44 Résultats globaux...44 Résultats selo la taille à la aissace...47 Résultats selo le secteur d activité...48

6 4 Taux de survie des Table des matières 3.3 Comparaiso avec le Caada Étude Résultats globaux...49 Résultats selo la taille à la aissace...52 Résultats selo le secteur d activité Comparaiso avec l étude Résultats globaux...59 Résultats selo la taille à la aissace...60 Résultats selo le secteur d activité Produits dérivés des taux de survie 4.1 Les taux de survie des etreprises établies Les taux de survie pour tous les âges et toutes les aées additioelles espérées La pyramide des âges des etreprises au L espérace de vie des etreprises...70 Coclusio...71 Ojectifs proposés...74 Aexes Nombre et pourcetage de ouvelles etreprises au selo le ombre d emplois à la aissace Nombre et pourcetage de ouvelles etreprises de ciq employés et plus au selo le ombre d emplois à la aissace Pourcetage de et au Caada selo le ombre d emplois à la aissace Nombre et pourcetage de ouvelles etreprises au selo le secteur d activité écoomique... 78

7 Taux de survie des 5 Table des matières Taux de survie au Caada selo la taille à la aissace 79 Classificatio des idustries (SCIAN) Comparaiso iteratioale des taux de survie Lexique des termes utilisés Méthode et mise e garde... 89

8 6 Taux de survie des Avat-propos Cette étude présete des estimatios fiables des taux de survie et des taux de passage auels des ouvelles etreprises québécoises. Les ouvelles etreprises, e développat de ouveaux créeaux, e utilisat les ouvelles techologies, e mettat sur le marché des bies et des services ovateurs et e jouat u rôle importat e matière de créatio d emplois, fot preuve d u dyamisme remarquable au sei de l écoomie du. Près de etreprises sot créées chaque aée au, dot 92 % ot mois de ciq employés. Elles sot resposables de 20 à 25 % des ouveaux emplois créés. Mais les ouvelles etreprises survivet mois bie que les etreprises plus âgées : elles éprouvet d importates difficultés à se tailler ue place sur le marché, puisqu elles sot mois cocurretielles au départ. Des etreprises créées etre 1992 et 2000, (ou eviro ue etreprise sur quatre) ot pas atteit ue deuxième aée d existece. L objectif pricipal de l étude est de proposer des pistes pour améliorer la survie des au cours de leurs premières aées. Le secod objectif est de comparer la survie des etreprises du au cours de la période étudiée avec celle de la période et celle des etreprises de l esemble du Caada. La comparaiso des deux études permet d observer s il y a eu amélioratio ou o de la survie des ouvelles etreprises. Les doées sur les taux de survie et sur les taux de passage auels des ouvelles etreprises ot toujours fait l objet d ue grade préoccupatio de la part des pricipaux acteurs écoomiques et des iterveats auprès des etreprises. Notos au passage que les statistiques sur les faillites commerciales e correspodet guère au taux de survie; e effet, eviro 90 % des fermetures d etreprises sot causées par u retrait volotaire des affaires. Les ouvelles doées permettrot à ceux qui gèret des mesures de soutie aux ouvelles etreprises de comparer la proportio d etreprises survivates ayat bééficié d u soutie avec des moyees officielles portat sur l esemble des etreprises d ue populatio cible, que celles-ci aiet ou o bééficié de ce type de soutie. Elles faciliterot doc la tâche de ceux qui sot appelés à évaluer ces mesures d aide, das la mesure où ils pourrot vérifier les impacts des mesures d aide sur la survie et la croissace des etreprises e difficulté. Aussi, les jeues etrepreeurs pourrot revoir leurs itetios d ivestissemet, leur clietèle cible et les services qu ils offret selo les taux de survie et les taux de passage das leur secteur d activité, selo le iveau de cocurrece qu ils ot à affroter et selo leur iveau de performace.

9 Taux de survie des 7 Avat-propos Efi, ces doées servirot à tous ceux qui participet au fiacemet des ouvelles etreprises. E effet, ces persoes pourrot évaluer le pla d affaires, les qualités de l etrepreeur et le réseau de soutie dot celui-ci dispose, avat d ajuster leurs exigeces e foctio des probabilités moyees de réussite (taux de survie globaux) pour des projets présetat les mêmes caractéristiques mesurables. Le fiacemet s avère souvet u facteur décisif das la poursuite des activités de l etreprise. Il s agit de la secode étude, produite par otre miistère, qui aborde la questio du dyamisme des ouvelles etreprises et qui couvre la totalité des ouvelles etreprises québécoises de tous les secteurs d activité pour ue aussi logue période de temps. La populatio étudiée das cette étude (étude 2008) est celle des etreprises qui ot été créées etre 1992 et 2000 iclusivemet et dot l activité a été suivie jusqu e La première étude du gere (parue e 2001) portait sur les etreprises qui avaiet vu le jour etre 1984 et 1994 iclusivemet et dot l activité avait été suivie jusqu e 1995.

10 8 Taux de survie des Pricipaux faits saillats 1. De faço globale, il ressort clairemet de l étude que les etreprises de ciq employés et plus survivet plus facilemet que les microetreprises. Aisi, ue ouvelle etreprise qui compte ciq employés et plus a autat de chaces de survivre huit as qu ue microetreprise (mois de ciq employés) e a de survivre quatre as (39,4 %). Les microetreprises formet près de 92 % des ouvelles etreprises. (Voir le graphique 3.1, sectio 3.1.) 2. E comparat les périodes 1984 à 1995 (étude 2001) et 1992 à 2001 (étude 2008), o peut dégager les costats qui suivet. Bie que le taux de disparitio des etreprises ait dimiué, les ouvelles etreprises e survivet pas plus facilemet qu avat. Ce sot les etreprises établies qui survivet plus facilemet qu auparavat. (Voir le tableau 3.4, sectio 3.2.) Le taux de survie des ouvelles microetreprises est aussi élevé qu avat (33,7 % après ciq as, 20,4 % après euf as). (Voir le graphique 3.2, sectio 3.2.) Le taux de survie des ouvelles etreprises de ciq employés et plus a beaucoup dimiué. Le taux de survie après u a a chuté de 10 poits, soit de 90,5 % à 80,1 %, et celui après ciq as a dimiué de près de 4 poits, soit de 54,4 % à 50,6 %. (Voir le graphique 3.3, sectio 3.2.) Cette dimiutio est d autat plus préoccupate que le démarrage d ue etreprise de ciq employés et plus écessite des ivestissemets iitiaux importats.

11 Taux de survie des 9 Pricipaux faits saillats (suite ) 3. E comparat les taux de survie au Caada avec ceux eregistrés au, o observe que : Le taux de survie des ouvelles microetreprises du est aussi élevé que celui des microetreprises de l esemble du Caada. (Voir le graphique 3.4, sectio ) Les ouvelles etreprises de ciq employés et plus éprouvet davatage de difficultés à survivre au que das l esemble du Caada. E particulier, le taux de passage de la première à la deuxième aée d existece est beaucoup plus faible au : 80,1 % cotre 90,7 %. (Voir le graphique 3.5, sectio 3.3.1) Les taux de survie après ciq aées d existece des etreprises de vigt employés et plus, pour toutes les traches d emplois, ot dimiué de faço très marquée au comparativemet à la période couverte par l étude 2001, tadis qu ils ot augmeté das l esemble du Caada. (Voir le graphique 3.8, sectio )

12 10 Taux de survie des Autres faits à oter Les trois premières aées sot les plus détermiates pour la survie des ouvelles etreprises. (Voir le tableau 2.1, sectio 2.1, et le tableau 3.1, sectio 3.1) Seulemet 20 % des microetreprises survivet après euf as. (Voir le tableau 3.1, sectio 3.1.) La survie des etreprises de ciq employés et plus augmete pas avec la taille de l etreprise. (Voir le tableau 3.2, sectio 3.1.) Les etreprises survivet mieux das les idustries réglemetées et das celles où la cocurrece est faible. C est le cas des idustries des sois de saté et d assistace sociale, des idustries de la gestio de sociétés et d etreprises aisi que des idustries des services immobiliers et de locatio. (Voir le tableau 3.3, sectio 3.1.) Les ouvelles etreprises du secteur de la fabricatio, au, survivet : plus facilemet que la moyee, surtout à partir de la ciquième aée d activité. (Voir le tableau 3.3, sectio 3.1); mois facilemet que pedat la période couverte par l étude (Voir le tableau 3.6, sectio 3.2); mois facilemet que das l esemble du Caada, surtout pour les etreprises de ciq employés et plus. (Voir le tableau 3.9, sectio 3.3.1, et le tableau 3.10, sectio 3.3.1). Les taux de survie des etreprises de ciq employés et plus de tous les secteurs d activité sot plus bas au que das l esemble du Caada, de la première à la sixième aée d activité. Les etreprises des secteurs de l agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse, du commerce de gros et des services d eseigemet affichet les écarts les plus importats. (Voir le tableau 3.10, sectio ) Pour les microetreprises et pour les etreprises de ciq employés et plus, le taux de passage auel se stabilise après dix as à 92,2 % pour les microetreprises et à 94,4 % pour les etreprises de ciq employés et plus. (Voir le graphique 2.1, sectio 2.1, et le tableau 4.1, sectio 4.1.)

13 Taux de survie des 11 Itroductio La revue de la littérature sur le sujet révèle que plusieurs facteurs mesurables ifluecet la probabilité de survie des etreprises, otammet l âge d ue etreprise, le ombre d emplois lors de sa créatio et le secteur d activité écoomique 1. L âge de l etreprise idique à quelle phase de so développemet elle se trouve : démarrage, cosolidatio ou maturité. Le ombre d emplois de l etreprise lors de sa créatio est u idicateur de l ivestissemet iitial et des risques qui lui sot associés. Et comme le degré de cocurrece varie d u secteur d activité à u autre, l idetificatio du secteur d activité 2 de l etreprise permet d évaluer l itesité de la compétitio à laquelle celle-ci doit faire face. Das les différetes parties de cette étude, ous mesuros les taux de survie et les taux auels de passage des etreprises e foctio de ces pricipaux facteurs mesurables susceptibles d ifluecer ces taux (âge, taille 3 et secteur d activité écoomique 4 de l etreprise). De plus, ous mettos l accet sur les taux de survie après u a, après ciq as (le poit de repère habituel das les études sur le sujet) et après euf as. Cette étude se divise e trois sectios : la première porte sur les taux de passage auels, la secode sur les taux de survie à la aissace et la derière sur d autres résultats dérivés des taux de survie. La sectio qui porte sur les taux de passage auels se compose de deux parties. Das la première partie, les taux de passage auels des etreprises sot présetés selo l aée d activité atteite, pour la populatio d etreprises étudiée. La secode partie présete des comparaisos etre les taux de passage auels des etreprises québécoises et ceux des etreprises caadiees D autres facteurs mesurables (l âge et le sexe de l etrepreeur, l ivestissemet iitial et le motage fiacier) ou o mesurables (p. ex. : qualité de la gestio, visio stratégique, chagemets techologiques, eviroemet extere) ifluecet aussi la survie des etreprises. Par ailleurs, ous savos que la cojocture écoomique das l aée de aissace d ue etreprise peut ifluecer le taux de survie de cette derière. Puisque os estimatios reflètet les expérieces de toutes les etreprises ées sur l esemble de la période étudiée, elles e ous permettet pas de différecier les taux de survie e foctio de facteurs macroécoomiques cojocturels Le secteur d activité est toujours celui à la aissace, et c est u facteur extere à l etreprise. Das cette étude, la taille des etreprises est toujours celle à la aissace. Les taux de survie et les taux de passage auels des etreprises par secteur d activité écoomique ot été calculés pour l esemble des etreprises, à mois d idicatio cotraire.

14 12 Taux de survie des Itroductio La sectio sur les taux de survie 5 cotiet quatre parties. D abord, la première partie présete les taux de survie selo le ombre d aées d activité des etreprises au. La deuxième partie motre des comparaisos etre ces taux de survie et ceux de la période couverte par l étude 2001 au. La troisième partie fourit des comparaisos etre les taux de survie des etreprises québécoises et ceux des etreprises caadiees. Puis, das la quatrième partie, certais résultats de l évolutio des taux de survie des etreprises québécoises et caadiees sot comparés avec les résultats de la période couverte par l étude Le lecteur itéressé trouvera aussi e aexe ue comparaiso iteratioale des taux de survie au et au Caada avec différets pays de l Orgaisatio de coopératio et de développemet écoomiques (OCDE). 5 Les taux de survie des etreprises présetés das cette sectio sot les taux de survie à la aissace des etreprises (ou des ouvelles etreprises).

15 Taux de survie des 13 Chapitre 1 La démographie des etreprises, le taux de créatio d etreprises et le taux de survie Le cycle de vie des etreprises peut s appareter à celui des espèces vivates. E effet, les etreprises aisset, u grad ombre fermet dès leurs premières aées, certaies gradisset, e état parfois achetées ou fusioées, elles atteiget leur maturité, puis elles vieillisset et fiisset u jour par disparaître. Les etreprises sot des orgaismes vivats, et l expressio «démographie des etreprises» coviet bie à cette réalité. Cette étude traite de la démographie des etreprises : elle examie leur taux de survie et leur taux de passage auel aisi que le lie avec leur taux de créatio et leur taux de disparitio. E itroductio, le processus de la destructio créatrice est abordé. Les doées coteues das cette étude sot tirées du fichier du Programme d aalyse logitudiale de l emploi de Statistique Caada 6 (le fichier PALE) pour Le processus de destructio créatrice Les chagemets dyamiques das la populatio des etreprises résultet du processus de la cocurrece e vertu duquel de ouvelles etreprises vieet remplacer les aciees (Baldwi, 1995). Ce phéomèe surviet otammet du fait que les parts de marché passet des mais des occupats e décli à d autres e croissace. Cepedat, ue importate composate viet de l arrivée de ouvelles etreprises qui e déloget d autres. Les ouvelles etreprises sot importates, car elles géèret de ouvelles idées essetielles à l iovatio et elles costituet ue source vitale de disciplie pour les etreprises déjà e place 7. 6 Le fichier PALE permet de suivre toutes les etreprises québécoises de 1991 à Ses doées sot tirées du fichier des employeurs de Reveu Caada. Statistique Caada traite ces doées e complémetarité avec celles du Registre des etreprises et avec les estimatios de salaires de l Equête sur l emploi, la rémuératio et les heures travaillées. Les doées obteues à partir du fichier PALE permettet de suivre les etreprises aée par aée et les variatios de leur ombre d employés salariés etre différetes aées. 7 Joh Baldwi, Li Bia, Richard Dupuy et Guy Gellatly, Taux d échec des ouvelles etreprises caadiees : ouvelles perspectives sur les etrées et sorties, o XPF au catalogue, Ottawa, Statistique Caada, 2000.

16 14 Taux de survie des Das ue écoomie modere, dyamique et e saté, les etrepreeurs, ouveaux et expérimetés, vieet costammet valider leurs ouvelles idées sur le marché. L iovatio est u élémet permaet du système écoomique, et les chagemets techologiques sot u moteur importat de la cocurrece. L etrepreeur et so etreprise modifiet volotairemet les coditios techologiques de la productio et de la distributio afi d e tirer u profit. Les grades iovatios techologiques correspodet aux grads cycles écoomiques déjà bie cous das la littérature. E plus des iovatios techologiques, l iovatio pred de multiples formes : les ouveaux produits, les ouvelles méthodes de productio, les ouvelles méthodes de distributio, les ouveaux marchés et les ouveaux types d orgaisatio du travail (modèles d affaires). Les etreprises qui iovet pas suffisammet et qui e savet pas s adapter à leur ouvel eviroemet disparaisset et leurs cliets se touret vers de ouvelles etreprises ou vers des etreprises e croissace 8. Joseph Schumpeter a appelé cela le processus de destructio créatrice 9. Au cours des derières aées, cette expressio a été popularisée par les chatres de la ouvelle écoomie. Toutefois, la destructio créatrice e fait pas que détruire les etreprises de l aciee écoomie e favorisat l essor des etreprises de la ouvelle écoomie. Das toutes les idustries, des etreprises fermet ou décliet et des emplois disparaisset, comme plusieurs l ot réalisé au momet de l éclatemet de la bulle techologique e De même, das toutes les idustries, de ouvelles etreprises aisset ou croisset et de ouveaux emplois apparaisset. L expressio «créatiomaturatio-mutatio-destructio» serait sas doute plus appropriée pour décrire le cycle de vie complet des etreprises que le terme «destructio créatrice». Les etreprises les plus jeues ot les taux de mortalité les plus élevés. Au momet de leur créatio, les etreprises e possèdet habituellemet pas leur taille optimale sur le pla de la retabilité et elles e sot pas ecore cocurretielles. Elles sot aussi souvet edettées. 8 Il est vrai que certaies etreprises coservet leur marché, que ce soit e tirat profit de leur positio moopolistique ou e essayat de cotrôler le chagemet, jusqu à ce que la cocurrece fiisse par les rattraper. 9 Cette expressio a été itroduite par Joseph Schumpeter, u écoomiste autrichie, et exposée clairemet e 1942 das so ouvrage Capitalisme, socialisme et démocratie, pour décrire u «processus de mutatio idustrielle qui révolutioe de faço icessate la structure écoomique de l itérieur, détruisat costammet l aciee écoomie, créat costammet ue ouvelle écoomie». Schumpeter est allé jusqu à dire que le «processus de destructio créatrice est la doée la plus importate du capitalisme». Bie que Schumpeter ait été l u des premiers écoomistes à s itéresser au rôle de la taille des etreprises, ses travaux ot porté pricipalemet sur les grades etreprises.

17 Taux de survie des 15 Le risque de fermeture est grad au cours des premières aées. Les jeues etreprises doivet doc relever le défi de croître pour atteidre leur taille optimale, deveir retables et atteidre ue certaie stabilité. E revache, si les etreprises établies risquet mois de devoir fermer, elles sot mois icitées à croître, car elles sot déjà retables. Le taux de roulemet (créatio et disparitio) des etreprises est u idicateur du iveau de cocurrece d ue idustrie. Celui-ci est habituellemet plus élevé das les idustries aissates où aucue etreprise a ecore acquis ue positio domiate, de même que das les idustries où les barrières à l etrée sot faibles. À l opposé, ce taux est plus faible das les idustries très réglemetées, à forte capitalisatio ou domiées par ue etreprise dot les pratiques sot moopolistiques. Les ouvelles techologies dimiuet la valeur marchade des vieilles compéteces et des vieilles positios sur les marchés, partout où les produits et services etret e compétitio les us avec les autres, c est-à-dire à l itérieur de chaque idustrie et aussi etre les idustries. U iveau plus élevé de cocetratio idustrielle peut aussi s avérer ue barrière à l etrée et à la survie des ouvelles etreprises. U iveau modéré de cocurrece favorise l iovatio 10. U iveau de cocurrece très élevé, à la limite la cocurrece parfaite, réduit les profits à u poit où il est pas possible d ivestir sigificativemet das la recherche et l iovatio. À l opposé, u iveau faible de cocurrece, qui se maifeste par ue etreprise domiat u marché durat ue période prologée, décourage le meeur aisi que les poursuivats d ivestir das l iovatio, l écart etre eux état trop grad. U exemple probat est celui de Microsoft das les logiciels de bureautique. C est pourquoi o e peut pas dire que l augmetatio du taux de créatio d etreprises soit toujours ue boe ouvelle, i celle du taux de disparitio d etreprises toujours ue mauvaise ouvelle. 10 Joh Baldwi, Petr Hael et David Sabouri, Les détermiats des activités d iovatio das les etreprises de fabricatio caadiees : le rôle des droits de propriété itellectuelle, Statistique Caada, 2000.

18 16 Taux de survie des Iovatio et cycles écoomiques Les grades iovatios techologiques (machie à vapeur, acier, moteur à combustio itere, électricité, fabricatio e série, micro-ordiateur) e suscitet d autres, et ces grappes d iovatios déclechet des périodes d expasio écoomique. Certaies périodes de l histoire sot traversées par des révolutios techologiques de plus grade ampleur. À l iverse, lorsque ces grades iovatios ot épuisé leurs effets, l expasio s éteit. Les iovatios sot d importace variable et elles provoquet des perturbatios d amplitudes diverses. Plusieurs cycles coexistet : les cycles logs (55 as) de Kodratieff, les cycles moyes (9 ou 10 as) de Juglar et les cycles courts (40 mois) de Kitchi. La crise écoomique egedrée par la crise du pétrole de 1973, qui a vu s achever les Trete Glorieuses, et l avèemet subséquet des grappes d iovatios techologiques, qui caractériset maiteat otre écoomie, semblet cofirmer la thèse de Schumpeter. E somme, les etreprises e cherchet pas à se cocurrecer à armes égales, mais plutôt à créer pour elles-mêmes u «avatage commercial ijuste et légal» de faço à occuper pedat u certai temps ue positio de moopole das u marché lucratif. L etreprise e situatio de moopole temporaire peut être ue grade multiatioale pharmaceutique, mais aussi u dépaeur seul das so quartier, u restaurat seul das u parc atioal ou, ecore, ue petite etreprise qui fabrique des chapiteaux sur mesure pour le Cirque du Soleil. Il a égalemet été démotré que la taille des etreprises iflue de maière sigificative sur l iovatio das les idustries maufacturières 11. Certaies études semblet avoir motré que les grades etreprises sot plus iovates. Toutefois, cela e tiet pas compte du fait que, d ue part, certais établissemets de grades etreprises e sot pas iovats et que, d autre part, l iovatio est plus iformelle das les petites et moyees etreprises et doc plus difficile à mesurer. 11 Joh Baldwi, Petr Hael et David Sabouri, Les détermiats des activités d iovatio das les etreprises de fabricatio caadiees : le rôle des droits de propriété itellectuelle, Statistique Caada, 2000.

19 Taux de survie des Taux de créatio et de disparitio d etreprises Il est fréquet d etedre dire que l évolutio est de plus e plus rapide, que tout chage de plus e plus vite, que les etreprises ouvret et fermet leurs portes de plus e plus rapidemet. Si cela était vrai, les taux de créatio et de disparitio d etreprises seraiet de plus e plus élevés. Or, ce est pas ce que les doées ous appreet. E effet, le ombre d etreprises créées auellemet a dimiué de maière cosidérable etre le milieu des aées 1980 et le début des aées Puisque le ombre de fermetures d etreprises a aussi dimiué, le ombre total d etreprises s est stabilisé au cours des derières aées. Alors qu au début des aées 1980 le taux de roulemet des etreprises était d eviro 20 % (eviro 20 % des etreprises avaiet été créées durat la même aée et eviro 16 % des etreprises fermaiet chaque aée), ce taux de roulemet est descedu sous les 12 % au début des aées 2000 (avec u taux de créatio sesiblemet égal au taux de disparitio). Au cours des 20 derières aées, le ombre de fermetures d etreprises, tout comme le taux de disparitio, a été plus stable que le ombre d ouvertures d etreprises. Ue augmetatio brusque des fermetures d etreprises a toutefois été costatée lors des derières récessios, otammet au cours des aées 1982 et 1989, au momet où les istitutios fiacières resserraiet leurs coditios de crédit. Le pricipal détermiat du ombre de fermetures d etreprises est toutefois le ombre de créatios d etreprises, la corrélatio état très forte etre ces deux idicateurs. Gééralemet, ce sot les ouvelles etreprises qui pousset les etreprises mois performates vers la sortie (processus de destructio créatrice). Graphique 1.1 Évolutio des taux de créatio et de disparitio d etreprises, de 1979 à Taux decréatio d etreprises 20 Taux dedisparitiod etreprises 18 Pourcetage Sources : Statistique Caada, Divisio des petites etreprises et des equêtes spéciales, doées persoalisées produites das le cadre du Programme d aalyse logitudiale de l emploi (PALE). Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio, Directio de l aalyse écoomique et des projets spéciaux, 2005 (compilatio).

20 18 Taux de survie des 1.3 Taux de créatio et de disparitio d etreprises selo la taille Les microetreprises représetet u peu plus de 70 % du ombre total d etreprises au. Toutefois, plus de 90 % des ouvelles etreprises commecet leurs activités avec mois de ciq employés. E fait, seulemet ue ouvelle etreprise sur 200 est ue grade etreprise au départ et, das la plupart de ces cas, cette etreprise résulte de la fusio d etreprises existates ou, ecore, de l établissemet au d ue filiale d ue grade etreprise. Chez les microetreprises, le reouvellemet de la populatio des etreprises se fait beaucoup plus rapidemet. Le taux de créatio d etreprises y est près de quatre fois plus élevé que chez les etreprises de ciq employés et plus. Icidemmet, le taux de créatio d etreprises varie peu e foctio de la taille chez les etreprises de ciq employés et plus. Ces observatios sot égalemet vraies pour les disparitios d etreprises. À oter que l effet d âge joue aussi, les plus petites etreprises état e gééral plus jeues que les etreprises plus grades. Tableau 1.1 Taux auel de créatio et de disparitio d etreprises selo la trache d emplois, moyee de à Trache d'emplois Nombre Taux de créatio Nombre Taux de disparitio E % E % 1 à 4 employés , ,2 5 à 19 employés , ,3 20 à 49 employés 467 3, ,9 50 à 199 employés 306 4, ,6 200 à 499 employés 78 5,3 91 6,2 500 employés et plus 51 4,0 53 4,1 Total Créatio d'etreprises ,4 Disparitio d'etreprises ,2 Sources : Statistique Caada, Divisio des petites etreprises et des equêtes spéciales, doées persoalisées produites das le cadre du Programme d aalyse logitudiale de l emploi (PALE). Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio, Directio de l aalyse écoomique et des projets spéciaux, 2005 (compilatio).

21 Taux de survie des Qu est-ce qui explique la chute du taux de créatio d etreprises au québec? Le vieillissemet de la populatio Bie qu il soit possible de créer ue etreprise à tout âge, il existe u itervalle d âge particulièremet propice pour se lacer e affaires, selo les experts e etrepreeuriat, soit etre 25 et 34 as. Empiriquemet, il est aussi possible d établir ue corrélatio etre la démographie des persoes et celle des etreprises. E effet, sur l esemble de la période comprise etre 1979 et 2003 au, près de 70 % des variatios (sur cette période, o parle surtout de la dimiutio) du taux de créatio brut d etreprises s expliquet statistiquemet par les variatios (la dimiutio sur cette période) de la proportio des 25 à 34 as das la populatio adulte (graphique 1.2). Cette mesure de corrélatio est e accord avec ce que l o trouve das la littérature. Le vieillissemet de la populatio québécoise a doc des coséqueces certaies sur la créatio de ouvelles etreprises. Par le fait même, le processus d expérimetatio par le reouvellemet des etreprises se fait aussi mois rapidemet, ce qui affecte, toutes choses égales par ailleurs, l iovatio par les etreprises québécoises. Graphique 1.2 Évolutio du taux de créatio d etreprises et du poids démographique des 25 à 34 as sur la populatio de 15 as et plus, de 1979 à 2003 Pourcetage , De 1979 à 2003 Sources : Taux de créatio d etreprises Populatio as/ populatio 15 as et plus (%) Statistique Caada, Divisio des petites etreprises et des equêtes spéciales, doées persoalisées produites das le cadre du Programme d aalyse logitudiale de l emploi (PALE). Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio, Directio de l aalyse écoomique et des projets spéciaux, 2005 (compilatio). 12 Etre 1980 et 1990, tous les 25 à 34 as étaiet des baby-boomers (és etre 1946 et 1965), ce qui explique l importace de la part de ce groupe d âge das la populatio adulte durat cette déceie.

22 20 Taux de survie des Autres facteurs explicatifs D autres facteurs expliquet la variatio (baisse) du taux de créatio d etreprises, dot la dimiutio du taux de chômage au cours des aées 1990, la reprise de la croissace das les grades etreprises et la cocurrece accrue des etreprises étragères sur le marché québécois. Au cours des aées 1980, l effet combié de la fi du taylorisme et du début de la révolutio des TIC (techologies de l iformatio et des commuicatios) avait favorisé ue créatio élevée de petites etreprises. O a aussi observé que les travailleurs idépedats qui comptet u petit ombre d employés ot perdu du terrai par rapport aux travailleurs idépedats sas employés (les travailleurs autoomes). Selo les doées de l Equête sur la populatio active de Statistique Caada, le ombre de travailleurs idépedats avec employés est passé de à (baisse de 8,1 %) etre 1991 et Pourquoi ue étude sur les taux de survie? Du début des aées 1980 au début des aées 2000, avec le vieillissemet de la populatio québécoise, le taux de créatio d etreprises est passé de plus de 20 % à eviro 12 %, et le taux de disparitio de plus de 16 % à eviro 12 %. Cette dimiutio de la cocurrece itere a-t-elle permis aux ouvelles etreprises de traverser plus facilemet leurs premières aées? Commet les taux de survie des etreprises québécoises se comparet-ils aux taux de survie des etreprises das l esemble du Caada? Pouvos-ous poser u diagostic précis sur la survie des ouvelles etreprises et idetifier où, exactemet, ous devrios améliorer les mesures de soutie aux ouvelles etreprises? L objectif de l étude est de répodre à ces questios. Cette étude est la deuxième produite par le miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio qui aborde la questio du dyamisme et de la compétitivité des ouvelles etreprises et qui présete des estimatios fiables sur les taux de survie de la totalité des ouvelles etreprises québécoises de tous les secteurs d activité sur ue logue période. Les doées de base provieet du fichier du programme d aalyse logitudiale des etreprises et de l emploi (fichier PALE) de Statistique Caada. La populatio étudiée das cette étude (étude 2008) est celle des etreprises qui ot été créées etre 1992 et 2000 et dot l activité a été suivie jusqu e Ue première étude du gere, parue e 2001, portait sur les etreprises qui avaiet vu le jour etre 1984 et 1994 et dot l activité avait été suivie jusqu e La comparaiso des deux études permet d observer commet le taux de survie des ouvelles etreprises a évolué. 13 Cette derière explicatio est quelque peu tautologique, puisque le ombre de travailleurs idépedats avec employés (etrepreeurs) est fortemet corrélé avec le ombre d etreprises.

23 Taux de survie des 21 Chapitre 2 Taux de passage auels Le taux de passage auel est u cas particulier du taux de survie des etreprises. C est la probabilité pour ue etreprise de survivre ue aée de plus selo so âge, après avoir surmoté tous les obstacles depuis sa créatio. Quat au taux de survie depuis la aissace, il fourit le pourcetage de réussite d ue etreprise u certai ombre d aées après sa créatio, et il e tiet pas compte de l expériece qu acquiert l etreprise au fil du temps. 2.1 Taux de passage auels au Résultats globaux Le taux de passage auel des microetreprises est très proche de celui de l esemble des etreprises (tableau 2.1). Cela s explique par la forte proportio des microetreprises das l esemble des ouvelles etreprises, de la aissace jusqu à la dixième aée d existece (tableau A, e aexe) 14. La deuxième aée est difficile à atteidre. Ue proportio de 25,0 % des microetreprises e parvieet pas à atteidre la deuxième aée ( / ) 15. Parmi les etreprises de ciq employés et plus, 19,9 % (4 708 / ) 16 subisset le même sort. Tableau 2.1 Taux de passage auels des etreprises e pourcetage, selo l aée d activité atteite Nombre d'emplois Aée d'activité atteite Toutes tailles 75,4 78,0 82,8 85,3 87,5 88,8 89,7 90,7 91,1 Mois de 5 employés 75,0 77,3 82,3 84,8 87,0 88,5 89,4 90,4 90,8 5 employés et plus 80,1 85,1 87,5 89,7 91,2 91,4 91,8 93,3 93,2 Sources : Statistique Caada, Divisio des petites etreprises et des equêtes spéciales, doées persoalisées produites das le cadre du Programme d aalyse logitudiale de l emploi (PALE). Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio, Directio de l aalyse écoomique, 2007 (compilatio). 14 E effet, 91,7 % des ouvelles etreprises québécoises sot des microetreprises, la proportio est de 89,0 % après ciq aées d existece et de 87,2 %, après euf aées. 15 Voir le tableau A, e aexe. 16 Voir le tableau A, e aexe.

24 22 Taux de survie des L aalyse des taux de passage auels ous permet de distiguer clairemet deux populatios d etreprises bie distictes et qui ot des taux de passage auels qui leur sot propres : les microetreprises et les etreprises de ciq employés et plus. Les ouvelles etreprises de ciq employés et plus s e tiret mieux que les microetreprises. Le taux de passage auel des etreprises de ciq employés et plus est supérieur à celui des microetreprises. 91,2 % des etreprises de ciq employés et plus âgées de 5 as fêtet par la suite leur sixième aiversaire de aissace, comparativemet à 87,0 % des microetreprises. Le taux de passage auel des ouvelles etreprises croît avec l expériece. Comme le cofirmet Baldwi, Bia, Dupuy et Gellatly 17 : D autres effets propres à l etreprise, otammet l âge, ifluet aussi sur le taux d échec. La probabilité que les ouvelles etreprises survivet augmete au fur et à mesure qu elles acquièret de l expériece, ce qui corrobore les résultats de travaux atérieurs (pour u aperçu gééral, voir Audretsch, 1995). Seulemet 75,0 % des microetreprises atteiget la deuxième aée, mais 90,8 % des microetreprises âgées de 8 as survivet u a de plus (graphique 3.1). Cela s explique par le fait que la disparitio massive des ouvelles microetreprises au cours des premières aées d existece etraîe u effet de propulsio pour celles qui ot survécu à cette période critique : leurs chaces de réussite augmetet par la suite d aée e aée. Le taux de passage auel se stabilise après ue dizaie d aées. Il est alors de 92,2 % pour les microetreprises 18. Ue microetreprise d ue dizaie d aées ou plus a doc 92,2 % de chaces de survivre u a de plus. Il est de 94,4 % pour les etreprises de ciq employés et plus 19. Doc, ue etreprise de ciq employés et plus d ue dizaie d aées ou plus a 94,4 % de chaces de survivre u a de plus. 17 Joh Baldwi, Li Bia, Richard Dupuy et Guy Gellatly, Taux d échec des ouvelles etreprises caadiees : ouvelles perspectives sur les etrées et les sorties. No XPF au catalogue, Ottawa, Statistique Caada, Voir la sectio 4.1 pour de plus amples iformatios. 19 Voir la sectio 4.1 pour de plus amples iformatios.

25 Taux de survie des 23 Graphique 2.1 Taux de passage auels des etreprises e pourcetage, selo l aée d activité atteite, comparaiso etre microetreprises et etreprises de ciq employés et plus 94 93,3 93, ,2 91,4 91, ,7 90,4 90, ,5 88,5 89,4 E pourcetage ,1 82,3 84,8 87,0 Etreprises de ciq employés et plus Microetreprises 80 80, ,0 77, Sources : Statistique Caada, Divisio des petites etreprises et des equêtes spéciales, doées persoalisées produites das le cadre du Programme d aalyse logitudiale de l emploi (PALE). Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio, Directio de l aalyse écoomique, 2007 (compilatio). Résultats selo la taille à la aissace Plus précisémet, les taux de passage auels des etreprises de ciq employés et plus de toutes les traches d emplois se situet, e gééral, à u iveau plus élevé que celui des microetreprises (tableau 2.2). La deuxième aée est mois difficile à atteidre pour les etreprises de 5 à 19 employés. Aisi, 84,7 % des etreprises de ciq à euf employés atteiget ue deuxième aée d existece, comparativemet à 75,4 % das l esemble des etreprises. Et 80,8 % des etreprises de 10 à 19 employés atteiget leur deuxième aée, comparativemet à 75,4 % das l esemble des etreprises.

26 24 Taux de survie des La deuxième aée est difficile à atteidre pour les etreprises de 50 employés et plus. Les etreprises de 50 employés et plus atteiget mois facilemet la deuxième aée d existece que les microetreprises (etre 66,2 % et 72,2 %, comparativemet à 75,0 % pour les microetreprises). Bie que les ouvelles etreprises de 50 employés et plus ivestisset davatage de capitaux à l etrée que les ouvelles etreprises de taille plus faible, ces etreprises ot u taux d échec plus élevé que la moyee etre la première et la deuxième aée. Baldwi, Bia, Dupuy et Gellatly 20 corroboret ce résultat : [ ] les taux de risque augmetet de la première à la deuxième aée pour les etrats des catégories de tailles moyee et grade, mais pas pour ceux de la catégorie de petite taille. Tableau 2.2 Taux de passage auels des etreprises e pourcetage, selo l aée d activité atteite et le ombre d emplois Nombre d'emplois Aée d'activité atteite Mois de 5 75,0 77,3 82,3 84,8 87,0 88,5 89,4 90,4 90,8 5 à 9 84,7 84,4 86,5 88,8 90,9 91,3 91,0 93,7 93,0 10 à 19 80,8 84,9 87,0 90,7 91,5 93,2 92,1 91,6 95,4 20 à 49 74,8 86,1 88,8 89,4 93,0 91,2 91,6 94,6 90,4 50 à 99 71,1 86,8 88,8 92,0 91,3 88,0 94,9 94,4 91,7 100 à ,0 87,2 92,5 91,3 87,4 90,1 94,1 92,6 94,6 200 à ,2 85,0 90,9 92,1 86,4 89,0 94,9 88,1 95,5 500 employés et plus 72,2 93,8 90,9 90,7 92,6 85,9 89,6 95,8 92,9 Total Sources : 75,4 78,0 82,8 Statistique Caada, Divisio des petites etreprises et des equêtes spéciales, doées persoalisées produites das le cadre du Programme d aalyse logitudiale de l emploi (PALE). Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio, Directio de l aalyse écoomique 2007 (compilatio). Résultats selo le secteur d activité 85,3 87,5 88,8 89,7 90,7 91,1 Les etreprises qui atteiget le plus facilemet la deuxième aée sot celles du secteur 21 des sois de saté et d assistace sociale. Les etreprises des secteurs des services immobiliers et de locatio, de même que de la gestio de sociétés et d etreprises, atteiget égalemet plus facilemet la deuxième aée que la moyee (tableau 2.3). Les etreprises des secteurs de l idustrie de l iformatio et de l idustrie culturelle aisi que des arts, des spectacles et des loisirs éprouvet beaucoup de difficulté à atteidre la deuxième aée (tableau 2.3). 20 Baldwi, Bia, Dupuy et Gellatly, Taux d échec des ouvelles etreprises caadiees : ouvelles perspectives sur les etrées et les sorties, o XPF au catalogue, Ottawa, Statistique Caada, Ue descriptio détaillée des secteurs d activité est doée à l aexe «Classificatio des idustries (SCIAN)» (tableau E).

27 Taux de survie des 25 Fabricatio, commerce de gros, commerce de détail, services professioels, scietifiques et techiques Les etreprises des secteurs de la fabricatio, du commerce de gros et de détail aisi que des services professioels, scietifiques et techiques présetet des taux de passage auels gééralemet das la moyee. Ces etreprises atteiget toutefois la deuxième aée plus facilemet que la moyee des etreprises. E outre, elles jouisset d u certai effet de «lue de miel» du fait que l ivestissemet de capitaux à l etrée dimiue leur risque d échec de la première à la deuxième aée, mais augmete légèremet leur taux de risque de la deuxième à la troisième aée. Par exemple, 79,6 % des etreprises du secteur du commerce de détail atteiget la deuxième aée, mais seulemet 76,8 % de ces etreprises qui ot atteit la deuxième aée survivet au mois ue aée de plus (tableau 2.3). Tableau 2.3 Taux de passage auels des etreprises e pourcetage, selo l aée d activité atteite, par secteur d activité Secteur d'activité SCIAN Aée d'activité atteite Agriculture, foresterie, pêche et chasse 11 74,4 81,6 86,5 88,1 89,0 91,1 91,3 91,8 93,1 Extractio miière et extractio de pétrole et de gaz 21 67,9 73,8 81,2 85,3 83,4 89,1 88,6 90,6 81,8 Services publics 22 72,7 72,5 73,6 62,2 62,6 70,8 71,7 66,7 33,3 Costructio 23 74,5 80,6 83,3 86,4 88,4 90,2 90,3 91,6 90,8 Fabricatio ,9 77,1 82,4 84,3 88,2 90,7 90,8 92,6 95,8 Commerce de gros 41 79,0 77,5 82,2 84,8 87,1 88,5 88,7 90,2 89,8 Commerce de détail 44,45 79,6 76,8 80,8 84,0 86,7 87,2 89,6 90,5 88,6 Trasport et etreposage 48,49 79,3 79,9 83,0 85,2 86,5 87,6 88,4 89,3 88,9 Idustrie de l'iformatio et idustrie culturelle 51 72,8 73,0 81,7 85,9 86,4 88,9 89,2 88,7 88,7 Fiace et assuraces 52 75,1 77,9 81,0 83,4 84,6 86,2 86,2 88,2 88,3 Services immobiliers et services de locatio et de locatio à bail 53 79,2 80,5 86,9 89,0 90,7 93,0 91,4 91,8 94,2 Services professioels, scietifiques et techiques 54 80,1 79,6 83,5 85,5 86,4 87,3 88,7 87,8 88,1 Gestio de sociétés et d'etreprises 55 80,3 84,1 86,4 89,6 88,1 89,4 92,3 91,8 92,2 Services admiistratifs, de soutie, de gestio des déchets 56 77,3 79,8 84,5 84,7 88,8 89,2 89,4 89,7 90,0 et d'assaiissemet Services d'eseigemet 61 79,6 80,1 84,5 85,2 86,4 88,5 86,1 95,1 87,9 Sois de saté et assistace sociale 62 82,2 83,0 87,1 89,5 91,3 92,3 94,1 93,8 95,4 Arts, spectacles et loisirs 71 73,8 75,6 82,0 86,3 87,5 90,9 91,9 94,7 90,8 Hébergemet et services de restauratio 72 76,5 73,5 78,7 82,1 85,2 86,0 87,4 88,5 90,6 Autres services, sauf les admiistratios publiques 81 75,4 77,5 83,2 85,7 88,0 89,0 90,6 92,2 93,0 Admiistratios publiques 91 54,1 83,6 91,3 88,7 94,0 93,3 92,3 83,9 100,0 Total ,4 78,0 82,8 85,3 87,5 88,8 89,7 90,7 91,1 Sources : Statistique Caada, Divisio des petites etreprises et des equêtes spéciales, doées persoalisées produites das le cadre du Programme d aalyse logitudiale de l emploi (PALE). Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio, Directio de l aalyse écoomique 2007 (compilatio).

28 26 Taux de survie des 2.2 Comparaiso avec le Caada Résultats globaux Le taux de passage auel de l esemble des etreprises du est comparable à celui de l esemble du Caada (tableau 2.4). Tableau 2.4 Taux de passage auels des etreprises e pourcetage, selo l aée d activité atteite Comparaiso etre le et le Caada Nombre d'emplois Aée d'activité atteite Toutes tailles 75,4 78,0 82,8 85,3 87,5 88,8 89,7 90,7 91,1 Caada 76,0 78,5 83,0 85,4 87,2 88,3 89,4 90,3 90,4-0,6-0,5-0,2-0,1 0,3 0,5 0,3 0,4 0,7 Mois de 5 employés 75,0 77,3 82,3 84,8 87,0 88,5 89,4 90,4 90,8 Caada 75,1 77,8 82,5 85,0 86,8 87,9 89,1 90,0 90,2-0,1-0,5-0,2-0,2 0,2 0,6 0,3 0,4 0,6 5 employés et plus 80,1 85,1 87,5 89,7 91,2 91,4 91,8 93,3 93,2 Caada 90,7 87,0 88,6 90,1 91,6 92,3 92,5 93,2 92,5-10,6-1,9-1,1-0,4-0,4-0,9-0,7 0,1 0,7 Sources : Statistique Caada, Divisio des petites etreprises et des equêtes spéciales, doées persoalisées produites das le cadre du Programme d aalyse logitudiale de l emploi (PALE). Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio, Directio de l aalyse écoomique, 2007 (compilatio). Le taux de passage auel des microetreprises du est comparable à celui qu o trouve das l esemble du Caada (graphique 2.2). Graphique 2.2 Taux de passage auels des etreprises e pourcetage, selo l aée d activité atteite, mois de ciq employés Comparaiso etre le et le Caada Caada 88,5 89,4 90,4 90,0 90,8 90, ,0 87,9 89,1 E pourcetage ,5 82,3 85,0 84,8 86, , ,1 77,3 75, Aée d'activité atteite Sources : Statistique Caada, Divisio des petites etreprises et des equêtes spéciales, doées persoalisées produites das le cadre du Programme d aalyse logitudiale de l emploi (PALE). Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio, Directio de l aalyse écoomique, 2007 (compilatio).

29 Taux de survie des 27 Le taux de passage auel des etreprises de ciq employés et plus est plus bas au que das l esemble du Caada, jusqu au passage de la septième à la huitième aée 22. L écart le plus importat cocere le taux de passage de la première à la deuxième aée (80,1 % au cotre 90,7 % das l esemble du Caada), ue différece alarmate de 10,6 poits (graphique 3.3). L écart se réduit subitemet à 1,9 poit au taux de passage de la deuxième à la troisième aée (graphique 3.3). Or, si les etreprises québécoises de ciq employés et plus affichaiet le même taux de passage de la première à la deuxième aée que celui observé das le reste du Caada, 300 etreprises de plus atteidraiet la deuxième aée, chaque aée, cosidérat que 2600 etreprises de ciq employés et plus aisset chaque aée. E faisat l hypothèse que les etreprises québécoises de ciq employés et plus afficheraiet le même taux de passage auel pour toutes les aées suivates, le compterait après dix as eviro 1500 etreprises supplémetaires qui comptaiet ciq employés et plus à la aissace. Graphique 2.3 Taux de passage auels des etreprises e pourcetage, selo l aée d activité atteite, ciq employés et plus Comparaiso etre le et le Caada 95 E pourcetage ,7 88,6 87,0 87,5 85,1 Caada 93,3 92,3 92,5 91,6 93,2 90,1 91,8 91,2 91,4 89,7 93,2 92, , Aée d'activité atteite Sources : Statistique Caada, Divisio des petites etreprises et des equêtes spéciales, doées persoalisées produi tes das le cadre du Programme d aalyse logitudiale de l emploi (PALE). Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio, Directio de l aalyse écoo mique 2007 (compilatio). 22 Cet écart serait légèremet plus élevé si l o comparait le avec le reste du Caada, et o le Caada das so esemble.

30 28 Taux de survie des Résultats selo la taille à la aissace Parmi les etreprises de ciq employés et plus, ce sot les etreprises de vigt employés et plus qui affichet, e gééral, l écart le plus importat de leur taux de passage auel avec celui des etreprises caadiees, surtout e ce qui cocere le passage de la première à la deuxième aée d activité (tableau 2.5). Tableau 2.5 Taux de passage auels des etreprises e pourcetage, selo l aée d activité atteite et le ombre d emplois Comparaiso etre le et le Caada Nombre d'emplois Aée d'activité atteite Mois de 5 75,0 77,3 82,3 84,8 87,0 88,5 89,4 90,4 90,8 Caada 75,1 77,8 82,5 85,0 86,8 87,9 89,1 90,0 90,2-0,1-0,5-0,2-0,2 0,2 0,6 0,3 0,4 0,6 5 à 19 83,4 84,6 86,7 89,4 91,1 91,9 91,4 93,0 93,8 Caada 90,8 86,4 88,0 89,7 91,1 92,1 92,3 92,7 92,1-7,4-1,8-1,3-0,3 0,0-0,2-0,9 0,3 1,7 20 à 49 74,8 86,1 88,8 89,4 93,0 91,2 91,6 94,6 90,4 Caada 90,7 89,5 90,6 91,5 93,4 92,9 92,8 94,3 94,5-15,9-3,4-1,8-2,1-0,4-1,7-1,2 0,3-4,1 50 à 99 71,1 86,8 88,8 92,0 91,3 88,0 94,9 94,4 91,7 Caada 91,1 90,3 91,1 92,7 94,4 93,2 94,7 97,4 91,9-20,0-3,5-2,3-0,7-3,1-5,2 0,2-3,0-0,2 100 à ,0 87,2 92,5 91,3 87,4 90,1 94,1 92,6 94,6 Caada 86,8 88,5 95,6 90,9 95,0 93,7 92,0 99,1 96,3-18,8-1,3-3,1 0,4-7,6-3,6 2,1-6,5-1,7 200 à employés et plus 66,2 85,0 90,9 92,1 86,4 89,0 94,9 88,1 95,5 Caada 87,5 91,7 92,1 95,8 94,2 96,3 95,8 94,6 91,7-21,3-6,7-1,2-3,7-7,8-7,3-0,9-6,5 3,8 Total 72,2 93,8 90,9 90,7 92,6 85,9 89,6 95,8 92,9 Caada 90,5 96,4 95,7 96,3 96,7 92,4 100,0 91,3 100,0-18,3-2,6-4,8-5,6-4,1-6,5-10,4 4,5-7,1 75,4 78,0 82,8 85,3 87,5 88,8 89,7 90,7 91,1 Caada 76,0 78,5 83,0 85,4 87,2 88,3 89,4 90,3 90,4-0,6-0,5-0,2-0,1 0,3 0,5 0,3 0,4 0,7 Sources : Statistique Caada, Divisio des petites etreprises et des equêtes spéciales, doées persoalisées produites das le cadre du Programme d aalyse logitudiale de l emploi (PALE). Miistère du Développemet écoomique, de l Iovatio et de l Exportatio, Directio de l aalyse écoomique, 2007 (compilatio).

31 Taux de survie des 29 Résultats selo le secteur d activité Globalemet, les etreprises de tous les secteurs d activité affichet u taux de passage auel similaire au et das l esemble du Caada ou, ecore, affichet u faible écart etre ces deux taux de passage auels. Seules les etreprises des secteurs de l agriculture, de la foresterie, de la pêche et de la chasse, de la costructio aisi que des autres services, sauf les admiistratios publiques, affichet u taux de passage auel légèremet supérieur au par rapport à l esemble du Caada, pour toutes les aées (tableau 2.6). Fabricatio, commerce de gros, commerce de détail, services professioels, scietifiques et techiques Les etreprises du secteur de la fabricatio ot u taux de passage auel plus bas au que das l esemble du Caada, mais uiquemet jusqu au passage de la ciquième à la sixième aée d activité. Par la suite, leur taux de passage auel est comparable à celui de l esemble du Caada (tableau 2.6). Les taux de passage auels des etreprises du commerce de gros et de détail du sot similaires à ceux observés das l esemble du Caada (tableau 2.6). Les etreprises du secteur des services professioels, scietifiques et techiques présetet u taux de passage légèremet plus faible au que das l esemble du Caada (tableau 2.6).

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles Été 2007 l Numéro 1 Divisio des equêtes spéciales U mot de la rédactrice... 2 ELNEJ dispoible e lige!... 2 Coup d oeil sur les cycles.. Cycle 6...3.. Cycle 7...3.. Cycle 8... 3 Faits saillats.. La dispositio

Plus en détail

LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLéS DU PROJET DE LOI économie SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l écoomie sociale et solidaire? Qu est-ce que l écoomie sociale et solidaire? Scop Scic Coopératives Etreprises sociales Fiaceurs

Plus en détail

Intervalles de fluctuation et de confiance

Intervalles de fluctuation et de confiance Chapitre 9 Itervalles de fluctuatio et de cofiace Sommaire 9.1 Itervalle de fluctuatio................................... 157 9.1.1 Quelques rappels..................................... 157 9.1.2 Itervalle

Plus en détail

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO

UNE APPROCHE DE LA COMPÉTITIVITÉ DE LA ZONE EURO : LE TAUX DE CHANGE EFFECTIF DE L EURO UN APPROCH D LA COMPÉTITIVITÉ D LA ZON URO : L TAU D CHANG FFCTIF D L URO Le taux de chage effectif d ue moaie omial et réel costitue u idicateur privilégié pour apprécier la compétitivité d ue écoomie

Plus en détail

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise

Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise ductio et la distributio d éergie. Ils assuret ue mise e relatio plus précise de l offre et la demade etre les producteurs et les cosommateurs. Ce choixrésulte du comité cosultatifteu par l ILNAS e javier

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES. ITS Voie B Option Économie. MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS DES TRAVAUX STATISTIQUES ITS Voie B Optio Écoomie MATHÉMATIQUES (Durée de l épreuve : 4 heures)

Plus en détail

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon

Chapitre 3 Détermination de la taille de l'échantillon Chapitre 3 Détermiatio de la taille de l'échatillo Lorsqu o prélève u échatillo pour estimer u paramètre, o court toujours le risque de découvrir u peu trop tard que l'échatillo prélevé est trop petit

Plus en détail

Quel métier pour demain Avec un BTS

Quel métier pour demain Avec un BTS Quel métier pour demai Avec u BTS Dessiateur-projeteur CAO-DAO (e bureau d'études ou bureau des méthodes). Techico-commercial à haut iveau de techicité. Cotrôle-sécurité (orgaismes de certificatio). Services

Plus en détail

La classification de données quantitatives avec SPAD

La classification de données quantitatives avec SPAD La classificatio de doées quatitatives avec SPAD SPAD effectue toujours ue ACP de la matrice des doées quatitatives X " p avat de faire la classificatio des idividus. Les méthodes de classificatio s appliquet

Plus en détail

DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES

DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES DES SOLUTIONS INNOVANTES D ÉLECTRO-DISTRIBUTEURS POUR ÉTIREUSES - SOUFFLEUSES MAC Valves, Ic. a mis au poit des solutios 100% iterchageables e remplacemet des esembles d origie istallés sur les étireuses

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

Chapitre 1 : Les notions de base

Chapitre 1 : Les notions de base Chapitre : Les otios de base Itroductio I Comparer des gradeurs A) Les pourcetages B) Taux de variatio, coefficiet multiplicateur, idice C) Importace du ses de la comparaiso ) Raisoemet sur les taux de

Plus en détail

Dares Analyses. Plus d un tiers des CDI sont rompus avant un an

Dares Analyses. Plus d un tiers des CDI sont rompus avant un an Dares Aalyses javier 2015 N 005 publicatio de la directio de l'aimatio de la recherche, des études et des statistiques Plus d u tiers des CDI sot rompus avat u a Le cotrat de travail à durée idétermiée

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL

Corrigé du baccalauréat Polynésie 16 juin 2014 STI2D STL spécialité SPCL Corrigé du baccalauréat Polyésie 6 jui 4 STID STL spécialité SPCL EXERCICE 4 poits Cet eercice est u questioaire à choi multiples. Pour chacue des questios suivates, ue seule des quatre réposes proposées

Plus en détail

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire

Séquence 8. Suites arithmétiques et géométriques. Sommaire Séquece 8 Suites arithmétiques et géométriques Sommaire Pré-requis Suites arithmétiques Suites géométriques Sythèse du cours Exercices d approfodissemet Séquece 8 MA Ced - Académie e lige Pré-requis A

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information.

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG. Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Finance d Entreprise, Gestion des systèmes d information. BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STG Spécialités : Mercatique, Comptabilité et Fiace d Etreprise, Gestio des systèmes d iformatio. SESSION 2012 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Mercatique, comptabilité et fiace d etreprise

Plus en détail

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6

Corrigés TD Chapitre 2 : Variables aléatoires sur un univers fini 0 0 0 1/6 0 0 1 0 1/4 0 1/4 0 4 1/6 0 0 0 1/6 Corrigés TD Chapitre : Variables aléatoires sur u uivers fii Exercice : Soit X la VAR défiie par le tableau suivat : x i - - 0 p 6 4 6 4 6 i O ote Y = X ) Détermier la loi cooite de X et Y ) Détermier

Plus en détail

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale L - Février 2015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Exercice 1 (5 poits) Bac Blac Termiale L - Février 015 Épreuve de Spécialité Mathématiques (durée 3 heures) Questio 1 : La populatio d'ue ville baisse de 1 % tous les as pedat 10 as. Elle est doc multipliée

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

Chapitre 4 Lois discrètes

Chapitre 4 Lois discrètes Chapitre 4 Lois discrètes 1. Loi de Beroulli Ue variable aléatoire X est ue variable de Beroulli si elle e pred que les valeurs 0 et 1 avec des probabilités o ulles. P(X = 1) = p, P(X = 0) = 1 p = q, avec

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée

DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités conditionnelles - Suites géométriques - fonctions exponentielles Calculatrice autorisée DEVOIR SURVEILLE DE MATHEMATIQUES 3 heures Probabilités coditioelles - Suites géométriques - foctios epoetielles Calculatrice autorisée Termiale ES123 Eercice 1 : 5 poits Partie A : Ue agece de locatio

Plus en détail

Accor recrute chaque année plusieurs milliers de collaborateurs dans le monde. É v o l u t i o. t é. C o n v i v i

Accor recrute chaque année plusieurs milliers de collaborateurs dans le monde. É v o l u t i o. t é. C o n v i v i Votre sourire a de l aveir 38 Accor est préset das près de 100 pays avec 160 000 collaborateurs. Il met au service de ses cliets, particuliers et etreprises, le savoir-faire acquis depuis près de quarate

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé :

Le montant des intérêts acquis est la différence entre la valeur acquise et le capital placé : http://maths-scieces.fr OPÉRATIONS FINANIÈRES A INTÉRÊTS OMPOSÉS I) Itérêts et valeur acquise Défiitio U capital est placé à itérêts composés lorsque le motat des itérêts produits à la fi de chaque période

Plus en détail

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique.

Ce type de compresseur est aussi appelée compresseur volumetrique. Chapitre 4 Compresseurs Buts 1. Savoir que das ce cas if faut se redre compte qu il y a des effets thermique 2. Savoir qu il y a ue limite á l augmetatio de la pressio de gaz 3. Savoir quelles istabilités

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont :

Estimation. Exemple Les statistiques des notes obtenues en mathématiques au BTS OL en France pour l année 2014 sont : Estimatio Objectifs Estimer poctuellemet ue proportio, ue moyee ou u écart type d ue populatio à l aide de la calculatrice ou d u logiciel, à partir d u échatillo Détermier u itervalle de cofiace à u iveau

Plus en détail

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Lorsque des doées umériques sot stockées ou trasmises, des perturbatios (par exemple électromagétiques) peuvet les edommager. Les codes détecteurs et correcteurs

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

Dénombrement - Combinatoire Cours

Dénombrement - Combinatoire Cours Déombremet - Combiatoire Cours La combiatoire (ou aalyse combiatoire) étudie commet compter des objets. Elle fourit des méthodes de déombremet particulièremet utiles e probabilité. U des pricipaux exemples

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

6 Marché monétaire et financier

6 Marché monétaire et financier 6 Marché moétaire et fiacier NOTES EXPLICATIVES Le taux d escompte caadie est le taux auquel la Baque du Caada coset des avaces à très court terme aux istitutios fiacières et pour certaies trasactios sur

Plus en détail

SIDEX, soutien individualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE

SIDEX, soutien individualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE SIDEX, soutie idividualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE SIDEX est ue aide spécifiquemet destiée aux PME et TPE fraçaises. Souple et très simple d accès, elle leur permet de fialiser u projet

Plus en détail

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002 Auaire Professioel des NTIC Présetatio aux Membres du Club.Séat.fr Octobre 2002 NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DEVENEZ RESPONSABLE DE THEME OU SPECIALISTE DE LA PREMIERE

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

Échantillonnage. Pour reprendre contact Les réponses exactes sont : Activité 1. Activité 2. 1 Réponse c. 2 Réponse a. Réponse c. 3 Réponse a.

Échantillonnage. Pour reprendre contact Les réponses exactes sont : Activité 1. Activité 2. 1 Réponse c. 2 Réponse a. Réponse c. 3 Réponse a. Échatilloage 9 Pour repredre cotact Les réposes exactes sot : Répose c. Répose a. Répose c. 3 Répose a. 4 Répose b. Répose c. Activité. La populatio étudiée est la productio d automobiles. Le caractère

Plus en détail

Dix ans de création d entreprises bancarisées 2000-2009. L expérience d OSEO

Dix ans de création d entreprises bancarisées 2000-2009. L expérience d OSEO Dix as de créatio d etreprises bacarisées 2000-2009 L expériece d OSEO Éditorial Dix as de créatio d etreprises bacarisées 2000-2009 L expériece d OSEO Au cours de la derière déceie, u phéomèe de premier

Plus en détail

PROGRAMME DE PARTENARIATS

PROGRAMME DE PARTENARIATS PROGRAMME DE PARTENARIATS MARS 2016 À FÉVRIER 2017 CREW M vous ivite à faire partie de ses commaditaires. Ce documet présete les différetes offres de parteariat et les avatages qui s y rattachet. Pour

Plus en détail

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels.

Université de Provence 2011 2012. Planche 6. Nombres réels. Suites réelles. Nombres réels. Uiversité de Provece 011 01 Mathématiques Géérales I Plache 6 Nombres réels Suites réelles Nombres réels Exercice 1 Mettre sous forme irréductible p/q les ratioels suivats (les chiffres souligés se répètet

Plus en détail

CORRECTION DU BAC BLANC 2

CORRECTION DU BAC BLANC 2 CORRCTION DU BAC BLANC 2 XRCIC 1 (6 poits) Baccalauréat ST Mercatique Podichéry - 2010 Deux tableaux sot doés e aexe : le premier doe l évolutio du prix du mètre carré das l immobilier résidetiel acie

Plus en détail

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours

TS Intervalle de fluctuation et estimation Cours Aée 2013/2014 TS Itervalle de fluctuatio et estimatio Cours est u etier aturel o ul et p est u réel de l itervalle 0 ; 1. I Itervalle de fluctuatio Cotexte : Das ue populatio, la proportio d idividus présetat

Plus en détail

L hebdo Finance de la MACS

L hebdo Finance de la MACS - DU 2 AU 9 OCTOBRE 2006 - Numéro DÉFINITION DE LA SEMAINE : Stock otio Idice boursier DOSSIER DE LA SEMAINE : Simulatio d u rêt immobilier 2 LES COURS DU JOUR Le jeudi 2 octobre 7 L hebdo Fiace de la

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS LES PREVISIONS DES CONSOMMATIONS Les logiciels utilisés pour la gestio des stocks itègret de ombreuses foctios de calcul. L ue des plus importates est l exécutio des prévisios des cosommatios futures d

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjoit de directio F/H Votre formatio BTS Hôtellerie-restauratio BTS Maagemet des uités commerciales BTS Assistat de gestio PME-PMI Licece Maagemet d uités de restauratio Vos missios Vous aimez, formez

Plus en détail

Correction Bac ES France juin 2010

Correction Bac ES France juin 2010 Correctio Bac ES Frace jui 010 Exercice 1 (4 poits) (Commu à tous les cadidats) Pour ue meilleure compréhesio, les réposes serot justifiées das ce corrigé. Questio 1 Le ombre 3 est solutio de l équatio

Plus en détail

Questions pour un champion en ligne

Questions pour un champion en ligne Questios pour u champio e lige Le jeu télévisé QPUC préseté sur FR3 et aimé par Julie Lepers existe aussi e variate «e lige». U jeu «e lige» se déroule aisi : Six iterautes disputet ue première mache dite

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE

CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE J. 3 398 CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE ANNÉE 04 ÉPREUVE ÉCRITE D ADMISSIBILITÉ N 3 Durée : 3 heures

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Guide pour la petite entreprise : Rudiments de la protection de la vie privée

Guide pour la petite entreprise : Rudiments de la protection de la vie privée Commissariat à la protectio de la vie privée du Caada LPRPDE Guide pour la petite etreprise : Rudimets de la protectio de la vie privée Miser sur la protectio de la vie privée Ue gestio adéquate des préoccupatios

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

Santé au travail: quand le management n est pas le problème mais la solution? Mathieu Detchessahar (IEMN-IAE de l Université de Nantes)

Santé au travail: quand le management n est pas le problème mais la solution? Mathieu Detchessahar (IEMN-IAE de l Université de Nantes) Saté au travail: quad le maagemet est pas le problème mais la solutio? Mathieu Detchessahar (IEMN-IAE de l Uiversité de Nates) Les résultats du programme SORG ANR: Saté, Orgaisatio et Gestio des Ressources

Plus en détail

Votre compte Manuvie Un peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN

Votre compte Manuvie Un peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN Votre compte Mauvie U peut cotiuer à travailler... même lorsque vous e le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN Sas reveu, auriez-vous ecore ue maiso? Si vous avez des dettes à rembourser, ue blessure

Plus en détail

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f.

Intervalle de fluctuation des fréquences. Estimation CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES. fréquence F n. fréquence obtenue f. Chapitre 14 Itervalle de fluctuatio des fréqueces. Estimatio Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Itervalle de fluctuatio Estimatio Itervalle de cofiace (*). Niveau

Plus en détail

SUR LA DEMANDE D AUTORISATION DE CONSTRUCTION DU GRAND PROJET

SUR LA DEMANDE D AUTORISATION DE CONSTRUCTION DU GRAND PROJET ENQUÊTE PUBLIQUE SUR LA DEMANDE D AUTORISATION DE CONSTRUCTION DU GRAND PROJET DE PORT DE JARRY Qu est-ce que c est? L equête publique costitue le secod temps de cosultatio du public, après la cocertatio

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX DU PATRIMOINE DES INSTITUTIONS MUSÉALES ET DES ARCHIVES. Les archives au Québec, des ressources documentaires à découvrir

ÉTAT DES LIEUX DU PATRIMOINE DES INSTITUTIONS MUSÉALES ET DES ARCHIVES. Les archives au Québec, des ressources documentaires à découvrir ÉTAT DES LIEUX DU PATRIMOINE DES INSTITUTIONS MUSÉALES ET DES ARCHIVES cahier 6 Les archives au Québec, des ressources documetaires à découvrir Pour tout reseigemet cocerat l'isq et les doées statistiques

Plus en détail

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement Augmetatio de la demade du produit «P» Prévisio d accroître la capacité de productio (écessité d ivestir) Ivestissemet Etude de retabilité du produit «P» Jugemet de l opportuité et de la retabilité du

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain ivestir Autocall EUR/USD Feu vert pour le billet vert Profiter d ue possible appréciatio du dollar américai U coupo uique évetuel de 8% brut la 1 re aée à 40% brut la 5 e aée U capital garati à 100% à

Plus en détail

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3.

On peut représenter la situation par un arbre : On a donc p(b 1 B 2)= p(b 1) p (B ) = 3 4 = 3. T ale S Correctio Exercices type bac de Probabilités. Mars Exercice : Ue ure cotiet au départ 0 boules blaches et 0 boules oires idiscerables au toucher. O tire au hasard ue boule de l ure : Si la boule

Plus en détail

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson.

Travaux dirigés G33 Dimensionnement 2 séances Enseignant : Anthony Busson. Travaux dirigés G33 Dimesioemet 2 séaces Eseigat : Athoy Busso. Exercice 1 : O cosidère u web switch et 3 serveurs web. Le web switch reçoit les requêtes http proveat des cliets et les répartit de maière

Plus en détail

Fluctuation et estimation

Fluctuation et estimation Fluctuatio et estimatio Table des matières I Idetificatio de la situatio........................................ II Échatilloage, itervalle de fluctuatio asymptotique........................ II. Itervalle

Plus en détail

CAS. Management de l énergie. janvier septembre 2016. Avec le soutien de FACULTE DES SCIENCES INSTITUT DES SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT

CAS. Management de l énergie. janvier septembre 2016. Avec le soutien de FACULTE DES SCIENCES INSTITUT DES SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT CAS Certificat de formatio cotiue Certificate of Advaced Studies Maagemet de l éergie javier septembre 2016 f o r m a t i o m o d u l a i r e e c o u r s d e m p l o i Avec le soutie de Office fédéral

Plus en détail

main-d oeuvre Compte rendu d un symposium

main-d oeuvre Compte rendu d un symposium Le Le vieillissemet vieillissemet de la mai-d'oeuvre de la mai-d oeuvre Compte redu d u symposium Àl approche du XXI e siècle et au momet où les géératios du baby-boom atteiget l âge mûr, le vieillissemet

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

www.laplacedelimmobilier-pro.com

www.laplacedelimmobilier-pro.com www.laplacedelimmobilier-pro.com La Place de L Immobilier Pro est ue base de doées accessible par iteret, créée par la société HBS Research, dot la vocatio est d accroître la performace des professioels

Plus en détail

L'analyse des coûts. Prix de revient d'un produit

L'analyse des coûts. Prix de revient d'un produit Page 1 sur 17 L'aalyse des coûts Salaires directs Ivestissemets Admiistratio Maiteace Eergies Frais d 'études Prix de reviet d'u produit Locaux Outillages Matières premières Frais de commercialisatio Charges

Plus en détail

en 2014, je deviens rge guide pratique tous métiers travaux d amélioration énergétique énergies renouvelables

en 2014, je deviens rge guide pratique tous métiers travaux d amélioration énergétique énergies renouvelables e 2014, je devies rge tous métiers travaux d amélioratio éergétique éergies reouvelables e 2014, je devies rge rge, c est quoi? Vous avez sas doute déjà etedu parler de la metio RGE. Ce sige de qualité

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Questios Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Expliquer la otio de variable et défiir les différets types de variables Décrire les échelles de classificatio et trasformer les doées pour passer

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Charge fiscale totale

Charge fiscale totale Charge fiscale totale Le régime fiscal caadie : complexité et compétitivité* *peseriteractif Avat-propos Das l écoomie modiale d aujourd hui, les idées ovatrices, les collaborateurs compétets et les ivestissemets

Plus en détail

Problème I- Acide éthanoïque (ph et conductimétrie) Enoncé

Problème I- Acide éthanoïque (ph et conductimétrie) Enoncé - Acide éthaoïque (ph et coductimétrie) Eocé 1- L acide éthaoïque (H 3 OOH) est u oxydat e solutio aqueuse das le couple H 3 OOH/H 3 H OH (acide éthaoïque/éthaol). Écrire la demi-équatio d oxydoréductio

Plus en détail

Kaizen & Kanban. Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club industrielle AIAC

Kaizen & Kanban. Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club industrielle AIAC Kaize & Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club idustrielle AIAC Itroducti o Itroductio: vidéo Kai ze coclusio 1 Itroducti o Kai ze La méthode du coclusio 2 Itroducti o Kai ze A- Les types d étiquettes

Plus en détail

L INFRASTRUCTURE D EXPLOITATION

L INFRASTRUCTURE D EXPLOITATION CHAPITRE 5 L INFRASTRUCTURE D EXPLOITATION Beoit Allaire et Christie Dacause Mesrie : l istict de mort, Jea-Fraçois Richet E 2008, l ifrastructure d exploitatio affiche ue légère baisse du ombre d établissemets,

Plus en détail

Test de validité et d'hypothèse

Test de validité et d'hypothèse Test de validité et d'hypothèse 1 Vocabulaire Problème: Il s'agit à partir de l'étude d'u ou plusieurs échatillos de predre des décisios cocerat l'esemble de la populatio. O est alors ameé à émettre des

Plus en détail

Modèle de pointage et correction des dérives

Modèle de pointage et correction des dérives Ges de la Lue Observatoire astroomique de Plougastel Tél : 0 98 40 69 73 http://www.gesdelalue.org Modèle de poitage et correctio des dérives 1. Présetatio du problème Le poitage d u astre par u télescope

Plus en détail

Chapitre 1: Calcul des intérêts

Chapitre 1: Calcul des intérêts Chapitre 1: Calcul des itérêts Ce chapitre vise à familiariser le lecteur avec les otios suivates : Itérêt Taux d itérêt omial Taux d itérêt périodique Valeur acquise Valeur actuelle Capitalisatio Le lecteur

Plus en détail

LES SALAIRES DES CADRES À L EMBAUCHE

LES SALAIRES DES CADRES À L EMBAUCHE LES SALAIRES DES CADRES À L EMBAUCHE Les études de l emploi cadre - septembre 2012 SALAIRES À L EMBAUCHE ET COMPARAISON AVEC LES SALAIRES PROPOSÉS DANS LES OFFRES Equête auprès de 4 500 etreprises ayat

Plus en détail

Résultats du groupe sur un, cinq et dix ans

Résultats du groupe sur un, cinq et dix ans L Oréal e chiffres Résultats du groupe sur u, ciq et dix as chiffre d affaires cosolidé (e millios d euros) RÉPARTITION DU CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ 2008 PAR DEVISE (1) (e %) 17 542 17 063 15790 14533

Plus en détail

Donnez une nouvelle dimension à votre gestion. Gagnant sur toute la ligne

Donnez une nouvelle dimension à votre gestion. Gagnant sur toute la ligne Doez ue ouvelle dimesio à votre gestio Gagat sur toute la lige 74 Bd des Etats-Uis 60200 COMPIEGNE Tél. 03 44 86 36 36 Pour augmeter votre retabilité et réduire vos frais fiaciers, itroduisez cette souris

Plus en détail

Orange Cyberdefense Information presse janvier 2016

Orange Cyberdefense Information presse janvier 2016 Orage Cyberdefese Iformatio presse javier 2016 Sommaire p5 p7 p10 p13 Itroductio Cotexte Orage Cyberdefese protège les actifs des etreprises La répose d Orage : ue gamme de solutios pour sécuriser les

Plus en détail

CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE. «Sport & Entreprises : un enjeu de performance économique et sociale»

CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE. «Sport & Entreprises : un enjeu de performance économique et sociale» CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE «Sport Etreprises : u ejeu de performace écoomique et sociale» LE COMITÉ NATIONAL OLYMPIQUE ET SPORTIF FRANÇAIS, ACTEUR RÉFÉRENT ET D AVANT-GARDE Le Comité Natioal Olympique

Plus en détail

Solution pour gérer votre éclairage de sécurité. Mobilisez vos données n importe où, n importe quand

Solution pour gérer votre éclairage de sécurité. Mobilisez vos données n importe où, n importe quand Solutio pour gérer votre éclairage de sécurité Mobilisez vos doées importe où, importe quad Mobilisez vos doées importe où, importe quad Votre solutio e-lige pour la gestio et la maiteace de votre éclairage

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail

1 Introduction. 2 Probabilités : Variables Aléatoires Continues. 3 Estimation. 4 Tests. 5 Régression

1 Introduction. 2 Probabilités : Variables Aléatoires Continues. 3 Estimation. 4 Tests. 5 Régression Pla du cours Méthodes de statistique iféretielle. A. Philippe Laboratoire de mathématiques Jea Leray Uiversité de Nates Ae.Philippe@uiv-ates.fr 1 Itroductio 2 Probabilités : Variables Aléatoires Cotiues

Plus en détail

L Évaluation d entreprise

L Évaluation d entreprise JOB : mp DIV : 10571 ch10 p. 1 folio : 303 --- 29/8/07 --- 15H31 [ L Évaluatio d etreprise q L évaluatio se pratique à de multiples occasios : cessio de l etreprise, émissio d actios ouvelles, fusio, itroductio

Plus en détail

MATHÉMATIQUES Corrigé

MATHÉMATIQUES Corrigé Exame de ovembre 009 Exame du premier trimestre Le 30 ovembre 009 Classes de ère STG Durée 3 heures MATHÉMATIQUES Corrigé Note aux cadidats L emploi des calculatrices est autorisé (circulaire 99 86 du

Plus en détail

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle

II. Permutations sans répétitions et notation factorielle février 2012 ORRIGE II. Permutatios sas répétitios et otatio factorielle Aalyse combiatoire 4 ème - 1 I. Itroductio Les différets modèles mathématiques costruits pour étudier les phéomèes où iterviet le

Plus en détail

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée Nous ous occupos d accroître votre clietèle avec le compte Avatage d etreprise Pour trouver des cliets potetiels grâce à u simple compte bacaire Vous cherchez des idées

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h Etrée à Scieces Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE 2014 MATHÉMATIQUES durée de l épreuve : 3 h A P M E P Les calculatrices sot autorisées Exercice Vrai-Faux 8 poits Pour chacue des affirmatios suivates,

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Systèmes de mesure vidéo pour des mesures et un contrôle précis

Systèmes de mesure vidéo pour des mesures et un contrôle précis S W IFT-DUO SWIFT SWIFT Systèmes de mesure vidéo pour des mesures et u cotrôle précis S W IFT-DUO Systèmes de mesure vidéo deux axes, idéaux pour les mesures 2D de petites pièces complexes Possibilité

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique ÉTUDE SECTEUR Cadre de vie et techique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS Portrait statistique 02 ÉTUDE - mai 2012 Sommaire 03 Pricipaux eseigemets 04 Sources mobilisées

Plus en détail