Le risque Idiosyncrasique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le risque Idiosyncrasique"

Transcription

1 Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1

2 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes qui affectent l'ensemble des titres) Relation Rendement/ risque : nombres d études invalidées Ce que l on Recherche : Une Relation entre la variance moyenne et le rendement du Marché Méthodologie Mesures de risques & régression Estimateur Tests de Robustesse Interprétation économique Stratégie de Trading 2

3 Sommaire I) Relation entre rentabilité du marché et variance moyenne des actions I)1) Intuition Financière I)2) Mesures de Risques I)3) Quelques résultats empiriques II) Modèle prédictif des rentabilités II)1) Régression rentabilité/risques II)2) Test de robustesse : taille de l échantillon II)3) Test de robustesse : fréquence d échantillonnage II)4) Test de robustesse : évolution de l environnement économique III) Interprétation économique et stratégie de Trading 3

4 I) Relation entre rentabilité du marché et variance moyenne des actions I)1) Intuition Financière Le MEDAF : R i R = β ( R R ) + ε f i m f i Les études précédentes Litner (1965), Douglas (1969) La variance du résidu est significative dans l explication du rendement de marché des modèles n intégrant que des variables de marché Mayers (1976), Levy (1978), Merton (1987), Malkiel & Xu (2001) élaboration de modèle d évaluation avec une prise en compte du risque idiosyncrasique dans le β 4

5 I) Relation entre rentabilité du marché et variance moyenne des actions I)1) Intuition Financière Quelques exemples de composantes idiosyncrasiques : Spécificités du secteur d activité : Maturité du secteur Choc de prix sur matière première dans les secteur industriels Chocs liés aux crises financière ( bulle internet) Potentiel d évolution lié au secteur Spécificités liées à la firme : Fiabilité historique de la firme Performance de la firme Structure financière de la firme : ratio book to market Proportion dette / capitaux propres Fusion/ acquisition 5

6 I) Relation entre rentabilité du marché et variance moyenne des actions I)1) Intuition Financière Place importante du facteur spécifique dans le rendement Private equity : 12% du marché equity total des actifs U.S. 45% de ces investisseurs en Private equity investissent plus de 70% sur le même titre très forte concentration du risque spécifique 6

7 I) Relation entre rentabilité du marché et variance moyenne des actions I)1) Intuition Financière Différentes mesures de la rentabilité en fonction de l approche utilisées Série temporelle apporte une vue évolutive sur le rendement de marché Analyse traditionnelles Problème : implicitement on considère les entreprises survivantes Analyse en coupe transversale : apporte une représentation plus fidèle de la réalité du marché Elaboration d une mesure de la variance moyenne des titres 7

8 I) Relation entre rentabilité du marché et variance moyenne des actions I)2) Mesures de Risque Variance du portefeuille : Décomposition du risque : rid = fd + εid risque systématique risque idiosynchrasique Variance du portefeuille équi-pondéré : Proxy du risque de Marché Variance du portefeuille : 8

9 I) Relation entre rentabilité du marché et variance moyenne des actions I)2) Mesures de Risque Echantillon : rentabilités journalières des actions (CSRP) entre Juillet 1962 et Décembre Variance moyenne des actions : 85% de risque Idiosyncrasique 243 Variance du Marché : 0% de risque Idiosyncrasique V t et V ewt : Même écart-type Risque purement Idiosyncrasique S t assimilable a V t : (5) + (6) 9

10 I) Relation entre rentabilité du marché et variance moyenne des actions I)3) Quelques résultats empiriques Référence : S tdev = Volatilité Volatilité de V = 4 * Volatilité de V ewt Risque Idiosyncrasique majoritaire Ecart type de la volatilité = ¼ de sa moyenne précision Corrélation Volatilité Titre / Volatilité Marché 0 : Les périodes de risque de Marché ne sont pas les mêmes que les périodes de R.I. Contre - cycles 10

11 I) Relation entre rentabilité du marché et variance moyenne des actions I)3) Quelques résultats empiriques Résumé : Mise en évidence du risque idiosyncrasique pour affiner le MEDAF Modèle : risque idiosyncrasique variance moyenne des actions Des Intuitions financières permettent d expliquer l origine de cette mesure 11

12 II) Régression et robustesse II)1) Régression rentabilité/risques Régression rentabilité/risque entre : la rentabilité (en t+1) du marché : r vw,t+1 le risque X t antérieur (en t) par : la variance du marché : V vw et/ou la variance moyenne des actions : V r = α + βx + ε vw, t+ 1 t t+ 1 Résultats : le coefficient β est : non significatif pour la variance de marché significatif pour la variance moyenne des actions supérieure en utilisant variance du marché+variance des actions 12

13 II) Régression et robustesse II)1) Régression rentabilité/risques Conclusion : Variance moyenne des actions en t : permet le mieux de prédire la rentabilité du marché en t+1 Variance du marché : pouvoir explicatif plus faible Combinaison de ces 2 variables : résultat optimal 13

14 II) Régression et robustesse II)2) Test de robustesse : taille de l échantillon Problématique : On peut décrire une loi statistique grâce à ses paramètres. Estimateur = v.a donnant l évaluation du paramètre d une loi. L estimateur n est jamais parfait car on ne dispose pas d un échantillon infini. Principe du Bootsrapping : Pour compenser le manque de données, on utilise des sous-échantillons de l ensemble de départ pour obtenir un grand nb d échantillons On peut alors : Calculer le biais de l estimateur (espérance empirique) sur l ensemble des sous-échantillons Déterminer des intervalles de confiance pour les paramètres (et donc la loi) grâce aux tables de Student, Fisher 14

15 II) Régression et robustesse II)2) Test de robustesse : taille de l échantillon Application : Ici, on utilise le principe du bootstrapping : coefficients de la régression. On peut ainsi obtenir leur p-value : permet de déterminer leur significativité. Les coefficients sont acceptés avec un seuil de confiance α si p>α Résultat : Les p-values obtenues par bootstrap > p-values obtenues à partir de l échantillon initial Conclusion : Les résultats de la régression restent valables malgré la taille réduite de l échantillon 15

16 II) Régression et robustesse II)3) Test de robustesse : fréquence d échantillonnage Nouvel échantillon : rentabilités mensuelles des actions de 01/26 à 12/99 (CRSP) Nouvelle mesure de la variance moyenne des actions en «coupe transversale» (cross-sectional) Rentabilités individuelles Rentabilité du marché lf «low frequency» par rapport à l échantillon précédent aux données journalières 16

17 II) Régression et robustesse II)3) Test de robustesse : fréquence d échantillonnage 3 Echantillons : A : 1 échantillon haute fréquence sur la période d origine (62-99) B : 1 échantillon basse fréquence sur la période d origine (62 99) C : 1 échantillon basse fréquence sur une période plus longue (28-99) Résultats A et B : Sur la période (62-99), les volatilités moyennes pour les 2 échantillons «basse fréquence» et «haute fréquence» sont très proches Ecart-type de la volatilité «basse fréquence» est plus élevée (0,0206) que celui de la volatilité «haute fréquence» (0,0157) bruits sur les rentabilités mensuelles Ces 2 volatilités sont tout de même très corrélées (0,817) => résultat robuste 17

18 II) Régression et robustesse II)3) Test de robustesse : fréquence d échantillonnage Comparaison des 2 échantillons basse fréquence : 18

19 II) Régression et robustesse II)3) Test de robustesse : fréquence d échantillonnage 19

20 II) Régression et robustesse II)3) Test de robustesse : fréquence d échantillonnage Résultats : Echantillons A et B : La variance moyenne est un facteur significatif pour expliquer la rentabilité du marché. Ce facteur est moins significatif que pour l échantillon A. Explication : la mesure basse fréquence est moins précise (plus sensible au bruit) Echantillons B et C : La variance moyenne est encore plus significative En incorporant la variance de marché, l effet de la variance moyenne est encore plus fort pour expliquer la rentabilité du marché 20

21 II) Régression et robustesse II)3) Test de robustesse : fréquence d échantillonnage Conclusion : Les résultats des régressions précédentes ne changent pas avec la période de l échantillon ni avec la mesure de la variance moyenne des actions 21

22 II) Régression et robustesse II)3) Test de robustesse : fréquence d échantillonnage Recherche d améliorations du modèle initial r = α + βx + ε vw, t+ 1 t t+ 1 Représentation du cycle financier dans X t Ratio de dividendes Taux des bons au trésor Moyenne mobile sur les 12 derniers mois Spread de crédit à terme Obligation d Etat long terme Taux des bonds au trésor Default spread Rendement des obligations BAA rendement obligation AAA 22

23 II) Régression et robustesse II)4) Test de robustesse : évolution de l environnement économique Résultats de la régression par rapport à ces variables : 23

24 II) Régression et robustesse II)4) Test de robustesse : évolution de l environnement économique Conclusion : Le modèle est robuste à : La taille de l échantillon La fréquence d échantillonnage (données mensuelles / quotidiennes) L évolution de l environnement économique 24

25 III) Interprétation économique et stratégie de Trading On cherche à tester le pouvoir prédictif du modèle mis en place Pour cela nous mettons en place une stratégie de trading : A T, on estime les coefficients α et β de la régression pour prédire la rentabilité du marché en T+1 tel que : r vw, T 1 = α + + β X T Si le taux anticipé à T+1 > taux sans risque : on investi en T 100% de la richesse sur le portefeuille de marché (indice) Sinon on investi l intégralité des fonds sur le taux sans risque La préférence de l investisseur : γ U( W γ ) = Wt ( Rt + 1 Rt 2( γ + 1) 2 t Avec l aversion au risque et R le taux de rendement brut de la stratégie ) 25

26 III) Interprétation économique et stratégie de Trading On suppose que l investisseur est prêt à payer des frais à chaque période pour pouvoir appliquer la stratégie de trading Δ Les frais doivent être supportable au vue d une stratégie classique Buy & Hold, cela se traduit donc par : T t= 1 R vwt T γ 2 = γ Rvwt Rt Δ ( Rt Δ) 2( γ + 1) t= 1 2( γ + 1) 2 26

27 III) Interprétation économique et stratégie de Trading Résultat en fonctions des variables utilisées : 27

28 III) Interprétation économique et stratégie de Trading Conclusion : Il est possible de construire une stratégie de trading à partir du modèle : simple : choix entre 2 possibilités d investissement (rebalancement mensuel du portefeuille) plus rentable qu une stratégie de Buy & Hold 28

29 Conclusion Lien entre risque idiosyncrasique et rentabilité du marché Modèle : risque idiosyncrasique variance moyenne des actions Permet d affiner le MEDAF Tests de robustesse : validation du modèle Le modèle permet d élaborer une stratégie de trading rentable Explications financières du modèle : Spécificité liée au secteur d activité Spécificité de la firme Hétérogénéité des investisseurs Questions : Validation explications financières? Utilisation de l ACP pour estimer les résidus du MEDAF => autre méthode de l évaluation du risque idiosyncrasique 29

30 Conclusion Merci de votre attention 30

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

HIDAJAT Stella. LUU Thu Trang. MI Yufeng. MOREL Frederic

HIDAJAT Stella. LUU Thu Trang. MI Yufeng. MOREL Frederic HIDAJAT Stella LUU Thu Trang MI Yufeng MOREL Frederic 2 PLAN INTRODUCTION ILLIQUIDITE-ETUDE PAR COUPE INSTANTANNE ILLIQUIDITE-ETUDE TEMPORELLE CONCLUSION 3 INTRODUCTION Le risque d illiquidité est rémunéré

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 7. : Risque, rentabilité et diversification Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version Etudiants Mars 2012 Préambule Fig. 10.1 (p.294) : Evolution

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Dérivation du modèle Les extensions du modèle Le modèle de Merton Les hypothèses du modèle Marché

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Gestion obligataire passive

Gestion obligataire passive Finance 1 Université d Evry Séance 7 Gestion obligataire passive Philippe Priaulet L efficience des marchés Stratégies passives Qu est-ce qu un bon benchmark? Réplication simple Réplication par échantillonnage

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

Exercice : covariance et gestion du risque. Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine

Exercice : covariance et gestion du risque. Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Exercice : covariance et gestion du risque Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Mars 2006 On considère deux actifs dont les rendements et les volatilités sont :

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

Stratégies Quantitatives de Gestion

Stratégies Quantitatives de Gestion Stratégies Quantitatives de Gestion Thierry Roncalli 6 février 2012 Merci de rédiger entièrement vos réponses et de fournir les fichiers Excel. 1 Construction d un backtest 1. Quelle est la différence

Plus en détail

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille I. Concept d'efficience des marchés et stratégies de gestion - Efficience opérationnelle des marchés

Plus en détail

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15 Notations courantes............................................................. Préface à l édition française.................................................... Les auteurs.........................................................................

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1)

Cours de gestion financière (M1) Cours de gestion financière (M1) Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF S&P500 vs high beta stocks 1 Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF 2 Partie 2 : Médaf, relation

Plus en détail

Examen Gestion de portefeuille

Examen Gestion de portefeuille ESC Toulouse 2005 D. Herlemont Mastère BIF Examen Gestion de portefeuille Durée : 2 heures Les documents ne sont pas autorisés. Pour les questions à choix multiples, une ou plusieurs réponses peuvent être

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

BNP Paribas, CIB, Global Equity and Commodity Derivatives Research.

BNP Paribas, CIB, Global Equity and Commodity Derivatives Research. BNP Paribas, CIB, Global Equity and Commodity Derivatives Research. BNP PARIBAS jouit d une dimension internationale sur le marché des produits dérivés sur actions. Notre équipe de Recherche et Développement

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE Evaluation d une Stratégie de Trading Encadré par M. Philippe Bernard Master 1 Economie Appliquée-Ingénierie Economique et Financière Taylan Kunal 2011-2012 Sommaire 1) Introduction

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille

Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille Chapitre 5 : Théorie et Gestion de Portefeuille I. Notions de rentabilité et de risque II. Diversification de portefeuille III. Optimisation de Markowitz III.1. Portefeuilles composés d actifs risqués

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. 1 Généralités sur les tests statistiques 2 UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document 4 : Les tests statistiques 1 Généralités sur les tests

Plus en détail

Le bootstrap expliqué par l exemple

Le bootstrap expliqué par l exemple Le bootstrap expliqué par l exemple 1 Le bootstrap expliqué par l exemple 1. Les concepts du bootstrap 2. Des variantes adaptées au contexte 3. Comparaison des différentes méthodes 4. Les cas sensibles

Plus en détail

Examen Gestion d Actifs

Examen Gestion d Actifs ESILV 2012 D. Herlemont Gestion d actifs Examen Gestion d Actifs 2 pt 1. On considère un portefeuille investi dans n actifs risqués, normalement distribués d espérance en excès du taux sans risque µ =

Plus en détail

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible»

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Quand la trésorerie d une entreprise est positive, le trésorier cherche le meilleur placement pour placer les excédents.

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen

THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen THEORIE FINANCIERE Préparation à l'examen N.B. : Il faut toujours justifier sa réponse. 1. Qu'est-ce que l'axiomatique de Von Neumann et Morgenstern? La représentation des préférences des investisseurs

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Le coût des fonds propres. Michel Albouy Professeur de finance

Le coût des fonds propres. Michel Albouy Professeur de finance Le coût des fonds propres Professeur de finance Introduction Les fonds propres ne sont pas une source de fonds gratuite Le coût des fonds propres n est pas observable directement Deux approches fondamentales

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

Méthodologies et Glossaire

Méthodologies et Glossaire Caractéristiques Précisions Calculs de performance 1.Performance 2.Performance relative 1.Volatilité 2.Tracking error 3.Ratio d'information 4.Bêta 5.Alpha 6.Ratio de Sharpe 7.Sensibilité Indicateurs de

Plus en détail

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique Stéphane Gregoir (stephane.gregoir@edhec.edu) Juin 2008 Objectifs Illustrer quelques uns des problèmes que l on peut rencontrer

Plus en détail

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Février 0 On considère un univers de titres constitué

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL TESTS EN ÉCHANTILLONS FINIS DU MEDAF SANS LA NORMALITÉ ET SANS LA CONVERGENCE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL TESTS EN ÉCHANTILLONS FINIS DU MEDAF SANS LA NORMALITÉ ET SANS LA CONVERGENCE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL TESTS EN ÉCHANTILLONS FINIS DU MEDAF SANS LA NORMALITÉ ET SANS LA CONVERGENCE MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIE PAR MATHIEU SISTO NOVEMBRE

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

3. Evaluer la valeur d une option. 1. Arbres binomiaux 2. Modèle de Black, Scholes et Merton

3. Evaluer la valeur d une option. 1. Arbres binomiaux 2. Modèle de Black, Scholes et Merton 3. Evaluer la valeur d une option 1. Arbres binomiaux. Modèle de Black, choles et Merton 1 Les arbres binomiaux ; évaluation des options sur actions Cox, Ross, Rubinstein 1979 Hypothèse absence opportunité

Plus en détail

Options et des stratégies sur dérivés

Options et des stratégies sur dérivés Options et des stratégies sur dérivés 1. Les stratégies impliquant les options 2. Les propriétés des options sur actions 1. Stratégies sur les options De nombreuses combinaisons sont possibles Prendre

Plus en détail

Modélisation de systèmes complexes et éléments de finance computationnelle

Modélisation de systèmes complexes et éléments de finance computationnelle Professeur Olivier BRANDOUY Modélisation de systèmes complexes et éléments de finance computationnelle Master Recherche (séance 6) 2009-2010 Olivier Brandouy - 2009/10-1 Plan de la séance 1. Faits stylisés,

Plus en détail

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers?

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? Fabrice Riva House of Finance Université d été de l Asset Management Université Paris-Dauphine 27 août 2015 Fabrice Riva Liquidité et Asset

Plus en détail

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé **

Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Simulation Examen de Statistique Approfondie II **Corrigé ** Ces quatre exercices sont issus du livre d exercices de François Husson et de Jérôme Pagès intitulé Statistiques générales pour utilisateurs,

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42 TABLE DES MATIERES Chapitre I : Echantillonnage A - Rappels de cours 1. Lois de probabilités de base rencontrées en statistique 1 1.1 Définitions et caractérisations 1 1.2 Les propriétés de convergence

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux :

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux : Cours de gestion financière (M) Séance (7) du 3 novembre 205 Choix d investissement (compléments) Choix d investissement (compléments) Investissements simples, investissements renouvelés Unicité du TRI

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Petit déjeuner Actuariat - 27 juin 2013

Petit déjeuner Actuariat - 27 juin 2013 Provisions pour Prestations à Payer en Assurance Santé : Comparaisons de méthodes d estimation sur la base de simulations de remboursements Petit déjeuner Actuariat - 27 juin 2013 Petit déjeuner Actuariat

Plus en détail

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Modélisation prédictive et incertitudes P. Pernot Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Plan 1 Incertitudes des modèles empiriques 2 Identification et caractérisation des paramètres incertains

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

Mémoire de n d'étude: Etudes statistiques. Mémoire de n d'étude: Etudes statistiques. Nicolas Sutton-Charani. Université Montpellier 1 1/31

Mémoire de n d'étude: Etudes statistiques. Mémoire de n d'étude: Etudes statistiques. Nicolas Sutton-Charani. Université Montpellier 1 1/31 1/31 Mémoire de n d'étude: Etudes statistiques Nicolas Sutton-Charani Université Montpellier 1 Plan Rappels de cours La base La Statistique Types des variables Outils mathématiques Statistiques descriptives

Plus en détail

9. Distributions d échantillonnage

9. Distributions d échantillonnage 9. Distributions d échantillonnage MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v3) MTH2302D: distributions d échantillonnage 1/46 Plan 1. Échantillons aléatoires 2. Statistiques et distributions

Plus en détail

Le Medaf ; Application à la gestion de patrimoine. Benjamin Pitoun, Yann Ribière, Chloé Descombes

Le Medaf ; Application à la gestion de patrimoine. Benjamin Pitoun, Yann Ribière, Chloé Descombes Le Medaf ; Application à la gestion de patrimoine Benjamin Pitoun, Yann Ribière, Chloé Descombes 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE CAPM OU MEDAF... 3 Risque, diversification et frontière efficiente... 3

Plus en détail

2- Instruments de gestion des risques de marché

2- Instruments de gestion des risques de marché 2- Instruments de gestion des risques de marché Objectif : présenter les produits dérivés utilisés dans la gestion des risques de marché. 1- CONTRATS À TERME 2- SWAPS 3- OPTIONS CLASSIQUES Jean-Baptiste

Plus en détail

Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining

Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining Voici un exemple du processus d application des algorithmes d apprentissage statistique dans un contexte d affaire, qu on appelle aussi data-mining. 1.

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1)

Cours de gestion financière (M1) Cours de gestion financière (M1) Séance du 3 octobre 2014 Beta, SML, droite caractéristique S&P500 vs high beta stocks 1 Plan de la séance du 3 octobre 2014 (3) Beta, Security Market Line (SML), droite

Plus en détail

Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread

Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread Dimitri Kassatkine, Sofiane Maayoufi IMI Finance Mars 2006 1 INTRODUCTION 1.1 Présentation des produits obligataires Une obligation est un

Plus en détail

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan

Chapitre 15 Options et actifs conditionnels. Plan Chapitre 15 Options et actifs conditionnels Plan Fonctionnement des options Utilisation des options La parité put-call Volatilité et valeur des options Les modèles de détermination de prix d option Modèle

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Sondage stratifié. Myriam Maumy-Bertrand. Master 2ème Année 12-10-2011. Strasbourg, France

Sondage stratifié. Myriam Maumy-Bertrand. Master 2ème Année 12-10-2011. Strasbourg, France 1 1 IRMA, Université de Strasbourg Strasbourg, France Master 2ème Année 12-10-2011 Ce chapitre s appuie essentiellement sur deux ouvrages : «Les sondages : Principes et méthodes» de Anne-Marie Dussaix

Plus en détail

The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman

The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman The capital asset pricing model and the liquidity effect: A theoretical approach G. Jacoby, D.J. Fowler, A.A. Gottesman Présenté par : Laurette IVAIN Ouafae BACHIRI Simon PAYAN Médéric de VINCELLES Groupe

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Examen de Gestion des Risques Financiers

Examen de Gestion des Risques Financiers Examen de Gestion des Risques Financiers Thierry Roncalli 4 janvier 2012 Merci de rédiger entièrement vos réponses. 1 Les réglementations Bâle II et Bâle III 1. Quelles sont les principales différences

Plus en détail

La Nouvelle Finance et la Gestion des Portefeuilles

La Nouvelle Finance et la Gestion des Portefeuilles La Nouvelle Finance et la Gestion des Portefeuilles TABLE DES MATIERES Introduction 7 Chapitre 1. - Les rentabilités des actifs financiers 11 1. Définitions 11 2. Les moyennes des rentabilités 14 3. Les

Plus en détail

GUIDE DU DATA MINER. Scoring - Modélisation. Data Management, Data Mining, Text Mining

GUIDE DU DATA MINER. Scoring - Modélisation. Data Management, Data Mining, Text Mining GUIDE DU DATA MINER Scoring - Modélisation Data Management, Data Mining, Text Mining 1 Guide du Data Miner Scoring - Modélisation Le logiciel décrit dans le manuel est diffusé dans le cadre d un accord

Plus en détail

Valeur acquise, taux d intérêt et capital placé à intérêts simples

Valeur acquise, taux d intérêt et capital placé à intérêts simples Les intérêts simples et les intérêts composés THÈME 1 Exercice 1 Valeur acquise, taux d intérêt et capital placé à intérêts simples 1. Un capital (C) de 10 000 est placé du 13/03/N au 15/05/N au taux d

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

GIPS 2010: Aspects particuliers II

GIPS 2010: Aspects particuliers II GIPS 2010: Aspects particuliers II Susanne Klemm, Ernst & Young Apéritif GIPS de l Association Suisse des Banquiers Genève, le 13 avril 2010 Agenda Nouveautés des GIPS 2010 concernant 1. Présentation &

Plus en détail

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :...

Note finale:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :... FACULTE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L'UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeurs : D. Andrei C. Bobtcheff Matière : Principes généraux de finance Session : Automne 2012 Informations générales: o Documentation

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Allocation de Portefeuille Stratégies Quantitatives

Allocation de Portefeuille Stratégies Quantitatives Allocation de Portefeuille Stratégies Quantitatives DIALLO Mamadou Bhoye, MOUAFO FOKOU Collince 12 Mars 2014 DIALLO Mamadou Bhoye, MOUAFO FOKOU Collince 1 / 25 Sommaire Introduction 1 Introduction 2 3

Plus en détail

Gestion de Portefeuille. Projet M1 MMD Allocation d Actifs M. Bernard. Cécile GSELL. Marie-Pierre GIROUX. Florian MOSQUET

Gestion de Portefeuille. Projet M1 MMD Allocation d Actifs M. Bernard. Cécile GSELL. Marie-Pierre GIROUX. Florian MOSQUET Projet M1 MMD Allocation d Actifs M. Bernard Cécile GSELL Marie-Pierre GIROUX Florian MOSQUET Université Paris Dauphine 15 Juin 2008 Sommaire Introduction... 3 1. Réalisation de l échantillon... 4 2. Statistiques

Plus en détail

Analyse de variance à un facteur Tests d hypothèses Analyse de variance à deux facteurs. Analyse de la variance ANOVA

Analyse de variance à un facteur Tests d hypothèses Analyse de variance à deux facteurs. Analyse de la variance ANOVA Analyse de la variance ANOVA Terminologie Modèles statistiques Estimation des paramètres 1 Analyse de variance à un facteur Terminologie Modèles statistiques Estimation des paramètres 2 3 Exemple. Analyse

Plus en détail

Les dimensions de la RSE et leur impact sur le coût de financement des entreprises

Les dimensions de la RSE et leur impact sur le coût de financement des entreprises Les dimensions de la RSE et leur impact sur le coût de financement des entreprises Isabelle GirerdPotin et Pascal Louvet CERAG Université Grenoble Alpes Colloque académique 25 février 2013 Pertinence de

Plus en détail

1 Définition de la non stationnarité

1 Définition de la non stationnarité Chapitre 2: La non stationnarité -Testsdedétection Quelques notes de cours (non exhaustives) 1 Définition de la non stationnarité La plupart des séries économiques sont non stationnaires, c est-à-direqueleprocessusquiles

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Travail de gestion des investissements internationaux Présenté Kodjovi Assoé Par Patrick Drouot Etienne Desmarais Jean-François

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Le point de vue du certificateur

Le point de vue du certificateur Le point de vue du certificateur Sépia «Certification des tables d expérience» Paris, mardi 23 novembre 2010 Pierre Thérond Actuaire Associé ptherond@galea-associes.eu PROJET / CONFIDENTIEL Sommaire 1.

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

Chapitre 13 - Le MEDAF

Chapitre 13 - Le MEDAF Chapitre 13 - Le MEDAF Plan Présentation et utilité du Medaf Deux propositions Tous les individus investissent dans le portefeuille de marché Les individus n'investissent pas dans les mêmes proportions

Plus en détail

Les données manquantes en statistique

Les données manquantes en statistique Les données manquantes en statistique N. MEYER Laboratoire de Biostatistique -Faculté de Médecine Dép. Santé Publique CHU - STRASBOURG Séminaire de Statistique - 7 novembre 2006 Les données manquantes

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Finance I. Les bases de l analyse financière... 7. Avant-Propos... 3

TABLE DES MATIÈRES. Finance I. Les bases de l analyse financière... 7. Avant-Propos... 3 TABLE DES MATIÈRES Avant-Propos... 3 Finance I. Les bases de l analyse financière... 7 Fiche 1. Introduction à l analyse financière... 9 Fiche 2. Fiche 3. Fiche 4. Fiche 5. Fiche 6. Fiche 7. Fiche 8. Fiche

Plus en détail

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015 1 Université Paris 1 Panthéon Sorbonne UFR Gestion Sorbonne M1 Gestion Financière 2 2014-2015 Organisation pratique L enseignant et l équipe pédagogique Prérequis utiles pour le cours Supports pédagogiques

Plus en détail

Décision fixant le taux de rémunération du capital employé pour les obligations comptables et l encadrement tarifaire des prestations régulées de TDF

Décision fixant le taux de rémunération du capital employé pour les obligations comptables et l encadrement tarifaire des prestations régulées de TDF Juin 2012 Décision fixant le taux de rémunération du capital employé pour les obligations comptables et l encadrement tarifaire des prestations régulées de TDF Consultation publique du 26 juin au 25 juillet

Plus en détail

Morningstar Investment Conference France

Morningstar Investment Conference France Morningstar Investment Conference France Comment transformer votre risque en allié? TANGUY DE LAUZON MORNINGSTAR INVESTMENT CONSULTING 5 JUIN 2013 2013 Morningstar. All rights reserved. Sommaire 1.

Plus en détail

Techniques du Data Mining pour la prédiction de faillite des entreprises et la gestion du risque de crédit

Techniques du Data Mining pour la prédiction de faillite des entreprises et la gestion du risque de crédit Techniques du Data Mining pour la prédiction de faillite des entreprises et la gestion du risque de crédit Adil Belhouari HEC - Montréal - Journées de l Optimisation 2005-09 Mai 2005 PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail