LE REGIME DES ASTREINTES ET DES INTERVENTIONS À L INSTITUT NATIONAL DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE REGIME DES ASTREINTES ET DES INTERVENTIONS À L INSTITUT NATIONAL DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE"

Transcription

1 LE REGIME DES ASTREINTES ET DES INTERVENTIONS À L INSTITUT NATIONAL DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE Exposé réalisé par Monsieur BERNOS Bruno, Secrétaire Général du Syndicat UNSA INPI 1

2 Avant-propos Le présent exposé a pour objet de faire le point sur la gestion des astreintes et des interventions à l Institut national de la propriété industrielle (INPI). Il s avère que certains agents, de par leurs fonctions, au sein du service immobilier et équipement ou du service informatique, doivent être en mesure d intervenir sur leur lieu de résidence administrative, y compris en pleine nuit, et ces contraintes, même temporaires en terme de disponibilité, entrent dans le cadre de la définition des astreintes. Suite à l arrêté du 3 août 2007, déterminant les recours aux astreintes dans les établissements publics administratifs du ministère de l économie, des finances et de l industrie, et visant désormais l INPI, il reste à définir les modalités d application de telles mesures. Le présent exposé traite de l analyse des dispositions existantes en matière de droit public et de leur application, par le biais d une décision spécifique, à l INPI. 2

3 SOMMAIRE A Le régime des astreintes Pages 4 à 8 A1 Les textes fondamentaux A2 La définition des astreintes A3 Les cas de recours aux astreintes A4 La nature des astreintes A5 - Temps passé en intervention et déplacements A6 - Incidences sur les temps de repos et les congés A7 - Accident durant les astreintes A8 La compensation horaire des astreintes et des interventions A8a La compensation horaire des astreintes A8b La compensation horaire des interventions A9 L indemnisation des astreintes et des interventions A9a L indemnisation des astreintes A9b l indemnisation des interventions A10 Le règlement des astreintes et des interventions A11 L organisation des astreintes B La situation à l Institut national de la propriété industrielle Pages 9 à 11 B1 L arrêté du 3 août 2007 B2 Le dispositif proposé B2a Le droit applicable B2b Le projet de décision présenté B3 Exemple d application PIECE JOINTE N 1 Projet de décision portant régime des astreintes et des interventions à l Institut national de la propriété industrielle Pages 12 à 14 PIECE JOINTE N 2 Liste des textes réglementaires cités Page 15 3

4 A Le régime des astreintes A1 Les textes fondamentaux L article 5 du décret modifié n du 25 août 2000, relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l'etat, stipule : «Une période d'astreinte s'entend comme une période pendant laquelle l'agent, sans être à la disposition permanente et immédiate de son employeur, a l'obligation de demeurer à son domicile ou à proximité afin d'être en mesure d'intervenir pour effectuer un travail au service de l'administration, la durée de cette intervention étant considérée comme un temps de travail effectif. Des arrêtés du ministre intéressé, du ministre chargé de la fonction publique et du ministre chargé du budget, pris après consultation des comités techniques paritaires ministériels, déterminent les cas dans lesquels il est possible de recourir à des astreintes. Les modalités de leur rémunération ou de leur compensation sont précisées par décret. La liste des emplois concernés et les modalités d'organisation des astreintes sont fixées après consultation des comités techniques paritaires.». Le premier article de l arrêté modifié du 12 février 2002, déterminant les cas de recours aux astreintes dans les établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, mentionne : «Certains agents des établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie peuvent être appelés à effectuer des astreintes à domicile ou à proximité et à intervenir, si nécessaire, pour : - assurer, de manière permanente, la garde ou l'exploitation et la maintenance d'immeubles affectés aux établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie; - assurer, de manière permanente et, le cas échéant, dans des délais contraints, l'exploitation, le fonctionnement et la sécurité des outils, des serveurs informatiques et des équipements de radiocommunications, ainsi que des matériels scientifiques et techniques.». Le décret n du 12 février 2002 est relatif à la rémunération et à la compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie. Enfin, l arrêté du 12 février 2002, pris en application du décret n précité, fixe les taux de rémunération et les modalités de compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie. A2 La définition des astreintes Le premier alinéa de l article 5 du décret modifié n du 25 août 2000, relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l'etat, stipule : «Une période d'astreinte s'entend comme une période pendant laquelle l'agent, sans être à la disposition permanente et immédiate de son employeur, a l'obligation de demeurer à son domicile ou à proximité afin d'être en mesure d'intervenir pour effectuer un travail au service de l'administration, la durée de cette intervention étant considérée comme un temps de travail effectif.». Quatre critères caractérisent en conséquence l'astreinte, en tant que telle, et la différencie du temps de travail effectif : - en dehors du temps de travail : le salarié ne doit donc pas participer à l'activité de l'établissement ; - en dehors du lieu de l'établissement ou d'un lieu imposé par l'employeur (à défaut, il peut parfois s'agir d'une garde ou d'un temps de travail effectif) ; - liberté de vaquer à des occupations personnelles, de disposer de son temps à sa convenance ; - salarié pouvant être joint facilement, notamment par téléphone. Le fait qu un salarié puisse être joint, en dehors de son temps de travail, par son employeur, afin de répondre à un service donné, constitue une astreinte : «Et attendu que la cour d'appel a constaté, dans l'exercice de son pouvoir souverain d'appréciation des éléments de fait et de preuve, que les salariés durant les périodes litigieuses restaient à leur domicile ou en tout lieu de leur choix dès lors qu'ils pouvaient être joints par l'employeur, notamment, à l'aide des moyens de téléphonie mobile mis à leur disposition en vue de répondre à un 4

5 appel de l'employeur pour effectuer un service urgent au service de l'entreprise ; qu'en l'état de ces constatations elle a pu décider, sans dénaturation, que les périodes litigieuses constituaient des périodes d'astreintes» (Arrêt n 2498 du 10 juillet 2002 de la Chambre sociale de la Cour de cassation). On peut encore citer à cet égard la circulaire ARTT pour les magistrats des juridictions, de l'enm et de l'eng (SJ DSJ/ , NOR : JUSB C), qui mentionne notamment : «Les astreintes de nuit peuvent ainsi être définies comme étant les périodes, comprises entre 21 heures et 7 heures, pendant lesquelles le magistrat demeure disponible pour exercer son activité professionnelle, alors qu'il ne se trouve pas sur son lieu de travail. Tel est le cas des magistrats qui effectuent des astreintes à leur domicile ou à proximité de celui-ci, ou peuvent être joints par téléphone, et doivent pouvoir donner des instructions téléphoniquement, ou se rendre, le cas échéant, sur les lieux d'une infraction ou dans tout autre endroit où leur présence se révélerait nécessaire.». Le temps d'astreinte doit être rémunéré ou faire l objet d une compensation horaire, quel que soit le niveau de responsabilité du salarié, y compris le temps d'astreinte accompli par un cadre. Il a été ainsi jugé dans un arrêt de la Cour d'appel de Riom (audience publique du 21 octobre 2003), que le salarié est fondé à obtenir le paiement de ses jours d'astreinte, la gratuité des unités et abonnement du poste de service ne pouvant correspondre à une quelconque contrepartie financière. L'astreinte consistait, au sein de la Poste, à pouvoir être joint à son domicile ou à proximité en vue de répondre à un appel de l'employeur pour une intervention ponctuelle sur un site donné, astreinte qui n était pas rémunérée pour les cadres de l'entreprise. A3 Les cas de recours aux astreintes Le deuxième alinéa de l article 5 du décret modifié n du 25 août 2000, relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l'etat, stipule notamment : «Des arrêtés du ministre intéressé, du ministre chargé de la fonction publique et du ministre chargé du budget, pris après consultation des comités techniques paritaires ministériels, déterminent les cas dans lesquels il est possible de recourir à des astreintes.». Ainsi, le premier article de l arrêté modifié du 12 février 2002, déterminant les cas de recours aux astreintes dans les établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, mentionne : «Certains agents des établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie peuvent être appelés à effectuer des astreintes à domicile ou à proximité et à intervenir, si nécessaire, pour : - assurer, de manière permanente, la garde ou l'exploitation et la maintenance d'immeubles affectés aux établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie; - assurer, de manière permanente et, le cas échéant, dans des délais contraints, l'exploitation, le fonctionnement et la sécurité des outils, des serveurs informatiques et des équipements de radiocommunications, ainsi que des matériels scientifiques et techniques.». A4 La nature des astreintes Le temps d astreinte n'est pas considéré comme du temps de travail effectif et fait partie intégrante du temps de repos quotidien et hebdomadaire. Toutefois, la durée d'intervention et le temps de trajet entre le domicile et le lieu d'intervention seront traités comme du temps de travail effectif. Les permanences dans l'établissement doivent être considérées comme du temps de travail effectif même si le salarié a une chambre et ne peut être appelé à intervenir que très ponctuellement (CJCE 09 septembre 2003). Les astreintes dans un domicile se trouvant dans l'enceinte de l'établissement ou dans des locaux imposés par l'employeur à proximité : si le salarié est amené à effectuer des interventions et ne peut s'éloigner de ce domicile, les astreintes ne peuvent être considérées comme du temps de repos et doivent être considérées comme du travail effectif (Cass soc 02 avril 2003, bull civ n 131) ; s'il peut s'en éloigner, elles peuvent être considérées comme du temps de repos. Le critère est donc la liberté de circulation et prioritairement la possibilité de vaquer à des occupations personnelles. 5

6 A5 - Temps passé en intervention et déplacements Il faut considérer que l intervention lors d une astreinte n est pas forcément liée à un déplacement du salarié concerné pour résoudre le problème qui lui est signalé. Il suffit, selon les dispositions de l article 5 du décret modifié n du 25 août 2000, relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l'etat, «d effectuer un travail au service de l'administration». Ainsi, les magistrats qui effectuent des astreintes à leur domicile ou à proximité de celui-ci, ou peuvent être joints par téléphone, doivent pouvoir donner des instructions téléphoniquement, ou se rendre, le cas échéant, sur les lieux d'une infraction ou dans tout autre endroit où leur présence se révélerait nécessaire. Le temps passé en intervention et, éventuellement, le temps de déplacement aller et retour entre le lieu d'intervention et le lieu où se trouvait le salarié, sont du temps de travail effectif, décomptés comme tel, c'est-à-dire rémunérés sous forme de forfait horaire ou d heures supplémentaires, ou rétribués par un repos compensateur. Ainsi, l article 2 du décret n du 12 février 2002, relatif à la rémunération et à la compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, dispose : «Le temps de déplacement entre le domicile de l'agent et le lieu d'intervention est comptabilisé dans le temps d'intervention.». A6 - Incidences sur les temps de repos et les congés Si une intervention a lieu pendant une période d astreinte, le repos intégral doit être donné à compter de la fin de l'intervention sauf si le salarié a déjà bénéficié entièrement, avant le début de son intervention, de la durée minimale de repos continu prévue par le décret modifié n du 25 août 2000, relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l'etat, (11 heures consécutives pour le repos quotidien et 35 heures consécutives pour le repos hebdomadaire). Si l on s en tient à la définition du repos qui est celle posée dans l arrêt de la Cour de cassation du 10 juillet 2002 (temps pendant lequel le salarié est totalement dispensé directement ou indirectement, sauf cas exceptionnels, d accomplir pour son employeur une prestation de travail même si elle n est qu éventuelle ou occasionnelle), il n est pas possible de superposer une astreinte avec des jours de congé annuel, de RTT ou de récupération. Il en est de même, bien évidemment, en cas de congé de maladie, d autorisation d absence ou de tout autre type de congé pendant lequel le salarié n est plus sous l autorité de l employeur. A7 - Accident durant les astreintes La reconnaissance du caractère professionnel d un accident présente des enjeux essentiels pour le salarié au regard de l indemnisation des pertes de salaires et de la prise en charge des frais de soins pouvant en résulter (nettement plus favorables que dans le cadre de l assurance maladie). Mais son intérêt se heurte à celui de la sécurité sociale pour laquelle un accident du travail est plus coûteux. Cela explique en partie l importance de la jurisprudence relative à la notion d accident du travail. La multitude de notions complexes auxquelles fait appel la définition de l accident du travail (notion de salariat, de temps de travail, de lieu de travail) peut également expliquer le nombre important de décisions rendues sur ce sujet. C est l article L du code de la sécurité sociale qui donne la définition de l accident de travail. Il exige la réunion de deux éléments pour qu un accident puisse être pris en charge au titre de la législation sur les accidents du travail : que l accident soit en lien avec le travail et que la personne victime de l accident soit salariée ou qu elle travaille pour un employeur ou un chef d entreprise. La signature d un contrat de travail place le salarié dans une situation de subordination vis-à-vis de l employeur. Mais cette situation ne dure que le temps de l exécution du contrat. Dès lors, si l accident survient alors que le salarié n est plus sous l autorité de l employeur, la qualification d accident du travail ne pourra pas être retenue. 6

7 Récemment, la Cour de cassation a eu à se prononcer sur l application de la législation relative aux accidents du travail dans deux hypothèses particulières qui mettent en jeu notamment ces notions de temps et de lieu de travail : les astreintes et les missions. Concernant les missions, jusqu en 2001, la Cour de cassation distinguait les actes de la vie professionnelle et les actes de la vie courante. Seuls les accidents survenus à l occasion des premiers pouvaient être considérés comme accident du travail. Le 19 juillet 2001, à l occasion de deux arrêts, elle a renoncé à cette distinction. Dans les deux situations qui lui étaient soumises, les salariés étaient décédés dans leurs chambres d hôtel alors qu ils étaient en mission. Elle a décidé que «le salarié effectuant une mission a droit à la protection prévue par l'article L du Code de la sécurité sociale pendant tout le temps de la mission qu'il accomplit pour son employeur, peu important que l'accident survienne à l'occasion d'un acte professionnel ou d'un acte de la vie courante, sauf la possibilité pour l'employeur ou la Caisse de rapporter la preuve que le salarié avait interrompu sa mission pour un motif personnel». A priori, la Cour de cassation n a pas encore eu l occasion d illustrer ce qu est une «interruption de mission pour motif personnel», seule façon d écarter l accident du travail. L application de la législation sur les accidents du travail aux salariés en situation d astreinte a connu des développements encore plus récents. Jusqu à un arrêt du 2 novembre 2004, la Cour de cassation opérait la même distinction que celle mentionnée précédemment dans le cadre des missions : actes de la vie professionnelle et actes de la vie courante. Dans cet arrêt, la Cour de cassation semble revenir sur cette distinction. En l espèce, il s agissait d un salarié d EDF, en astreinte, qui a fait une chute dans les escaliers de l immeuble où se situait le logement mis à sa disposition par l employeur. La cour d appel a considéré qu il s agissait d un accident du travail ce que l employeur a contesté devant la Cour de cassation. Cette dernière confirme l appréciation de la cour d appel. Elle relève que le salarié était tenu de demeurer dans un logement imposé par son employeur et situé à proximité de son lieu de travail sans pouvoir vaquer librement à ses occupations personnelles. Elle estime alors que le salarié relevait de la législation sur les accidents du travail «peu important que l accident se soit produit à l occasion d un acte professionnel ou d un acte de la vie courante, sauf la possibilité pour l employeur ou la Caisse (primaire d assurance maladie) de démontrer que l intéressé s était temporairement soustrait aux obligations résultant de l astreinte pour des motifs personnels». L analyse de cet arrêt n est pas aisée dans la mesure où en l espèce le salarié était obligé de rester dans un logement fourni par l employeur. La question que l on peut se poser est celle de savoir si la solution aurait été la même si le salarié n était pas tenu de rester dans un logement fourni par l employeur mais à son propre domicile ou à proximité. Le raisonnement retenu pour les accidents de mission où la problématique est la même inciterait à penser que la Cour de cassation aurait abouti à la même conclusion. D un autre côté, on sait que la jurisprudence considère que lorsqu un salarié est d astreinte dans un local (quel qu il soit) imposé par l entreprise, ce temps est un temps de travail effectif (et donc la qualification d accident du travail ne pose pas de problème). En l espèce, la Cour précise que le salarié ne pouvait vaquer librement à ses occupations personnelles, condition sine qua non de la qualification de temps de travail effectif (art. L du code du travail). Cela dit, l évolution est certaine et l on pourrait soutenir que, d une manière générale, lorsqu un salarié est d astreinte, que le lien de subordination, condition de reconnaissance de l accident de travail, n est pas rompu. A8 La compensation horaire des astreintes et des interventions A8a La compensation horaire des astreintes L alinéa b) de l article 1 de l arrêté du 12 février 2002, fixant les taux de rémunération et les modalités de compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, mentionne : «Cinq nuits de jours ouvrés, un jour férié ou un jour de week-end donnent lieu à l'attribution d'une demi-journée de repos compensateur.». A8b La compensation horaire des interventions L alinéa b) de l article 2 de l arrêté du 12 février 2002, fixant les taux de rémunération et les modalités de compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, mentionne : «Le 7

8 repos compensateur accordé en contrepartie d'une intervention pendant une période d'astreinte est équivalent au nombre d'heures de travail effectif majoré de 25 %.» A9 L indemnisation des astreintes et des interventions A9a L indemnisation des astreintes L alinéa a) de l article 1 de l arrêté du 12 février 2002, fixant les taux de rémunération et les modalités de compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, mentionne : «Pour une semaine complète continue composée de cinq jours, ouvrés ou fériés, et d'un week-end, les astreintes donnent lieu à une rémunération forfaitaire égale à : - pour les responsables de service : 113,57 EUR pour les services les plus contraignants définis par le directeur en charge du service et 108,08 EUR pour les autres services ; - pour les autres agents : 72,26 EUR pour les services les plus contraignants définis par le directeur en charge du service et 68,60 EUR pour les autres services. Les astreintes fractionnées sont, elles, rémunérées dans la limite d'un plafond égal à : - en semaine : 15,24 EUR par jour en dehors des heures normales de travail ; - pour un week-end ou un jour férié : 7,62 EUR par demi-journée et 22,67 EUR par nuit.». A9b l indemnisation des interventions L alinéa a) de l article 2 de l arrêté du 12 février 2002, fixant les taux de rémunération et les modalités de compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, mentionne : «Une heure d'intervention pendant une période d'astreinte fractionnée est rémunérée dans la limite de 22,86 EUR.». Le ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, a opté pour un système horaire forfaitaire. Mais une convention de forfait n'est valable que si elle précise le nombres d'heures inclus dans le forfait et si elle assure au salarié une rémunération au moins égale à celle qui résulterait de la loi, y compris les majorations pour heures supplémentaires. Un contrat de travail se contentant de mentionner que la rémunération inclut «panier et déplacements», ne visant pas à proprement parler les temps de trajet, ne peut s'apparenter à une convention de forfait (Cour d'appel de Montpellier, SOC, Audience publique du 2 octobre 2002, N de pourvoi : Publié par le Service de documentation et d'études de la Cour de cassation). Ainsi, les temps de trajet aller et retour entre le domicile du salarié et le lieu d intervention doivent être clairement décomptés, au même titre que les heures d intervention. A10 Le règlement des astreintes et des interventions Aucune modalité relative au paiement des astreintes et des interventions indemnisées, sous la forme d un forfait, ou à la prise d un repos compensateur pour les astreintes et les interventions non indemnisées n est spécifiée dans les textes réglementaires existants. Mais, il est d usage courant de rémunérer une tâche ou une prestation quelconque effectuée par un salarié dans le mois calendaire suivant son exécution. Les sommes versées au titre des astreintes et des interventions, à distinguer de la rémunération principale, des primes et de toute autre indemnité, sont soumises à cotisation sociale et entrent dans le revenu imposable. A11 L organisation des astreintes L article 5 du décret modifié n du 25 août 2000, relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l'etat, stipule notamment : «La liste des emplois concernés et les modalités d'organisation des astreintes sont fixées après consultation des comités techniques paritaires.». 8

9 B La situation à l Institut national de la propriété industrielle B1 L arrêté du 3 août 2007 L arrêté du 3 août 2007 modifiant l arrêté du 12 février 2002, déterminant les recours aux astreintes dans les établissements publics administratifs du ministère de l économie, des finances et de l industrie, vise désormais l INPI. Le directeur général de l INPI est en charge de l exécution de ce texte réglementaire, conformément aux dispositions du décret n du 12 février 2002 et de l arrêté du 12 février 2002, relatifs respectivement à la rémunération et à la compensation horaire et aux taux de rémunération et aux modalités de compensation horaire, des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie. Il reste néanmoins à définir les modalités d application de telles mesures. B2 Le dispositif proposé B2a Le droit applicable Les textes réglementaires applicables sont cités au chapitre A1 et en pièce jointe n 2. Le premier alinéa de l article 12 du décret n du 28 décembre 2001, fixant le statut des personnels contractuels de l'institut national de la propriété industrielle, stipule : «Les horaires de travail des agents sont fixés par décision du directeur général après avis du comité technique paritaire, dans le respect des dispositions applicables dans la fonction publique de l'etat». Il est donc légitime de considérer que l INPI, de par son autonomie juridique et financière, et du fait d un statut propre régissant ses personnels contractuels, est en droit de prendre des mesures spécifiques relatives au temps de travail de ses agents, notamment en matière d astreintes et d interventions, dans le respect des dispositions applicables dans la fonction publique de l Etat et au sein des établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie. Il en est ainsi de la liste des emplois concernés et des modalités d'organisation des astreintes, puisque l article 5 du décret modifié n du 25 août 2000, relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l'etat, stipule notamment : «La liste des emplois concernés et les modalités d'organisation des astreintes sont fixées après consultation des comités techniques paritaires.». B2b Le projet de décision présenté Le projet de décision présenté figure en pièce jointe n 1 de cet exposé. Les visas concernent les textes réglementaires applicables à l INPI, conformément au premier alinéa de l article 12 du décret n du 28 décembre 2001 relatif aux horaires de travail des personnels contractuels de l établissement, cité en référence. Les principes généraux rappellent la définition des astreintes et les règles de rémunération et de compensation horaire de celles-ci, telles qu édictées dans le décret modifié n et le décret n visés. Il est par ailleurs défini, dans un souci de clarification, les bornes horaires des astreintes, les jours ouvrés, de week-end et fériés. Le chapitre I est consacré à la liste des emplois concernés L article 1 reprend les dispositions du premier article de l arrêté modifié du 12 février 2002, déterminant les cas de recours aux astreintes dans les établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie. 9

10 L article 2 reprend la dernière disposition de l article 5 du décret modifié n : «La liste des emplois concernés et les modalités d'organisation des astreintes sont fixées après consultation des comités techniques paritaires.». Il est par ailleurs précisé que seuls des agents volontaires peuvent effectuer des astreintes. L article 3 reprend une partie des dispositions de l article 3 du décret n , pour les concessions de logement par nécessité absolue de service ou par utilité de service (cas du responsable de la délégation régionale de Lyon). Le chapitre II est relatif aux modalités d organisation Compte tenu des types d astreintes spécifiées à l article 1 du présent projet de décision, il va de soi que les responsables les plus compétents pour l organisation de celles-ci sont respectivement le chef du service immobilier et équipement et le chef du service informatique. L article 4 apporte ces précisions. L article 5 traite de l organisation mensuelle des astreintes par le biais de plannings tenant compte des absences déclarées et des remplacements éventuels à opérer, en cas d absence imprévue (cas d un congé de maladie). Chaque planning devra être établi d un commun accord avec les agents volontaires concernés et transmis au service des ressources humaines et, le cas échéant, au prestataire éventuel en charge d assurer la sécurité du lieu considéré. L article 6 traite des interventions en tant que telles, qu il y ait ou non déplacement. En cas d une ou de plusieurs interventions opérées, un état mensuel signé par l agent demandeur, devra faire mention du ou des types d interventions effectuées et de leur durée comprenant, le cas échéant, le temps de déplacement aller et retour entre le domicile de l agent et le lieu d intervention. Cet état devra être accrédité par le chef de service en charge de l organisation des astreintes considérées et transmis pour règlement au service des ressources humaines. L article 7 mentionne qu il doit être précisé sur chaque planning ou chaque état d intervention, le mode de règlement des astreintes et des interventions choisi par l agent volontaire concerné. Le chapitre III concerne la compensation horaire des astreintes et des interventions L article 8, relatif à la compensation horaire des astreintes, en tant que telles, reprend les dispositions de l alinéa b) de l article 1 de l arrêté du 12 février 2002, fixant les taux de rémunération et les modalités de compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie. L article 9, relatif à la compensation horaire des interventions proprement dites, reprend les dispositions de l alinéa b) de l article 2 de l arrêté du 12 février 2002, fixant les taux de rémunération et les modalités de compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie. L article 10 précise les modalités de prise des repos compensateurs, en s inspirant de l article 10 de la décision modifiée n du 29 mars 2002, portant règlement des horaires variables à l Institut national de la propriété industrielle, qui stipule : «les heures effectuées en supplément du nombre d heures dues, du fait des nécessités de service ou de motifs d ordre professionnel, ouvrent droit à des heures ou à des jours de compensation lorsque leur cumul au cours d une période de référence correspond à une ou plusieurs demi-journées de travail effectif. Ces heures ou ces jours de compensation sont à prendre au plus tard dans les trois mois calendaires suivant leur acquisition, sous peine d être perdus.». Cette disposition prévue pour les agents exerçant à temps partiel, serait ainsi étendue aux agents effectuant des astreintes et des interventions en cas d astreinte et choisissant un mode de récupération horaire de celles-ci. Il est à souligner que pour les agents relevant d un régime horaire forfaitaire et dont le temps de travail ne peut être décompté, l application des dispositions de l article 9 pose des difficultés. Pour ces salariés, il sera donc préférable d envisager une indemnisation des interventions plutôt qu une compensation horaire. Il en est de même pour le règlement des astreintes, en cas de difficulté de prise de repos compensateurs. 10

11 Le chapitre IV traite de l indemnisation des astreintes et des interventions L article 11, relatif à l indemnisation des astreintes par semaine complète ou fractionnées, en tant que telles, reprend l essentiel des dispositions de l alinéa a) de l article 1 de l arrêté du 12 février 2002, fixant les taux de rémunération et les modalités de compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie. Il a été considéré, à ce titre, que le niveau de contraintes à l INPI ne justifiait pas un règlement aux taux les plus élevés. Il en aurait été autrement, en cas d interventions planifiées. L article 12, relatif à l indemnisation des interventions proprement dites, reprend l essentiel des dispositions de l alinéa a) de l article 2 de l arrêté du 12 février 2002, fixant les taux de rémunération et les modalités de compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie. Dans un souci de simplification, il a été fixé forfaitairement un taux horaire d intervention égal à 22,86 quel que soit le niveau indiciaire de l agent concerné. L article 13, dispose que le paiement des astreintes et des interventions non compensées s effectue, dans le mois calendaire suivant leur exécution. Le chapitre V énonce la disposition finale Conformément au premier alinéa de l article 12 du décret n du 28 décembre 2001, fixant le statut des personnels contractuels de l'institut national de la propriété industrielle, qui stipule : «les horaires de travail des agents sont fixés par décision du directeur général après avis du comité technique paritaire, dans le respect des dispositions applicables dans la fonction publique de l'etat», l article 14 mentionne que toute modification apportée au présent texte doit faire l objet d un avis préalable du CTP. B3 Exemple d application Un agent est amené à effectuer habituellement des astreintes sur le site de Lille pour assurer, de manière permanente, la garde ou l'exploitation et la maintenance de l immeuble considéré. Cet agent est responsable d une entité lilloise : il peut prétendre à une indemnisation de 108,8 par semaine complète au titre des astreintes et de 22,86 par heure d intervention ou à une compensation de trois demi-journées par semaine complète pour les astreintes et de 125% des heures effectuées au titre des interventions. Cet n agent n occupe aucune responsabilité d encadrement : il peut prétendre à une indemnisation de 68,60 par semaine complète au titre des astreintes et de 22,86 par heure d intervention ou à une compensation de trois demi-journées par semaine complète pour les astreintes et de 125% des heures effectuées au titre des interventions. Ce même salarié est absent, pour raison de santé, quatre jours ouvrés d une semaine quelconque. Son remplaçant désigné est donc amené à effectuer des astreintes dites fractionnées lors de ces quatre jours ouvrés. Ce remplaçant peut prétendre à une indemnisation de 60,96 pour ces quatre jours au titre des astreintes et de 22,86 par heure d intervention ou à une compensation de 125% des heures effectuées au titre des interventions. Il lui faudra un jour ouvré d astreinte supplémentaire pour bénéficier d une demi-journée de repos compensateur à la place d une indemnisation. 11

12 PIECE JOINTE N 1 Projet de décision portant régime des astreintes et des interventions à l Institut national de la propriété industrielle Institut national de la propriété industrielle DECISION N 2007-XXXXXX Le directeur général, Vu le décret n du 28 décembre 2001 fixant le statut des personnels contractuels de l'institut national de la propriété industrielle, et notamment son article 12 ; Vu le décret modifié n du 25 août 2000 relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l'etat ; Vu le décret n du 12 février 2002 relatif à la rémunération et à la compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie ; Vu l arrêté du 12 février 2002 fixant les taux de rémunération et les modalités de compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie ; Vu l arrêté du 3 août 2007 modifiant l arrêté du 12 février 2002 déterminant les cas de recours aux astreintes dans les établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie ; Vu l avis du comité technique paritaire de l Institut national de la propriété industrielle en date du XXXXXX ; Vu les nécessités du service ; DECIDE Régime des astreintes et des interventions PRINCIPES GENERAUX Une période d'astreinte s'entend comme une période pendant laquelle l'agent concerné, sans être à la disposition permanente et immédiate de son employeur, a l'obligation de demeurer à son domicile ou à proximité afin d'être en mesure d'intervenir pour effectuer un travail au service de l'administration, la durée de cette intervention étant considérée comme un temps de travail effectif. Le temps de déplacement entre le domicile de l'agent et le lieu d'intervention est comptabilisé dans le temps d'intervention. La rémunération et la compensation horaire des astreintes prévues à la présente décision sont exclusives l'une de l'autre et du bénéfice de tout autre dispositif de rémunération ou de compensation horaire attribué au même titre. L astreinte, un jour ouvré, commence à la fin du service de l agent, le jour considéré, pour se terminer à la reprise du travail le lendemain. L astreinte se termine à 8h le jour suivant, lorsque ce dernier est un samedi, un jour férié ou un jour d absence de l agent, quel qu en soit le motif. L astreinte, un jour férié ou un jour de week-end, commence à 8 h, le jour considéré, pour se terminer à la même heure le lendemain. 12

13 I LISTE DES EMPLOIS CONCERNES Art. 1 - Certains agents de l Institut national de la propriété industrielle peuvent être appelés à effectuer des astreintes à domicile ou à proximité et à intervenir, si nécessaire, pour : - assurer, de manière permanente, la garde ou l'exploitation et la maintenance d'immeubles affectés à l établissement ; - assurer, de manière permanente et, le cas échéant, dans des délais contraints, l'exploitation, le fonctionnement et la sécurité des outils, des serveurs informatiques et des équipements de radiocommunications, ainsi que des matériels techniques. Art. 2 La liste des emplois concernés figure en annexe. Seuls des agents volontaires et habilités à effectuer les missions de l article 1, peuvent être soumis à des astreintes et des interventions Art. 3 - La compensation horaire et la rémunération des astreintes et des interventions ne peuvent être accordées aux agents qui bénéficient d'une concession de logement par nécessité absolue de service ou par utilité de service. II MODALITES D ORGANISATION Art. 4 Le responsable du service immobilier et équipement et le responsable du service informatique sont en charge de l organisation des astreintes dont la nature relève respectivement du premier et du second cas définis à l article 1. Art. 5 Un planning, tenant compte des absences déclarées et des remplacements éventuels à opérer, en cas d absence imprévue, est établi mensuellement, en accord avec les agents concernés, par chaque responsable de service visé à l article 4. Ce planning est transmis au service des ressources humaines et, le cas échéant, au prestataire éventuel en charge d assurer la sécurité du lieu considéré. Art. 6 Les interventions effectuées mensuellement font l objet d un état signé par l agent ayant effectué celles-ci, certifié par le responsable de service en charge de l organisation des astreintes considérées, et transmis au service des ressources humaines. Cet état doit mentionner les types d interventions et leur durée comprenant, le cas échéant, le temps de déplacement aller et retour entre le domicile de l agent et le lieu d intervention Art. 7 Il doit être indiqué sur chaque planning et chaque état d intervention, le mode choisi de règlement des astreintes et des interventions, c est à dire la compensation horaire ou l indemnisation. III - COMPENSATION HORAIRE DES ASTREINTES ET DES INTERVENTIONS Art. 8 - La compensation horaire des astreintes est d'une demi-journée de repos compensateur pour cinq nuits de jours ouvrés, un jour férié ou un jour de week-end. Art. 9 - Le repos compensateur accordé en contrepartie d'une intervention pendant une période d'astreinte est équivalent au nombre d'heures de travail effectif majoré de 25 %. Art Les repos compensateurs sont à prendre au plus tard dans les trois mois calendaires suivant leur acquisition, sous peine d être perdus. IV INDEMNISATION DES ASTREINTES ET DES INTERVENTIONS Art. 11 Lorsqu elles ne sont pas compensées, les astreintes donnent lieu à une rémunération forfaitaire égale à : - pour une semaine complète continue composée de cinq jours, ouvrés ou fériés, et d'un week-end : 108,08 EUR pour les responsables de service et 68,60 EUR pour les autres agents ; - pour les astreintes fractionnées : 15,24 EUR par jour ouvré et 22,67 EUR par jour de week-end ou férié. Art. 12 Lorsqu elle n est pas compensée, l heure d'intervention pendant une période d'astreinte est rémunérée 22,86 EUR. 13

14 Art. 13 L indemnisation des astreintes ou des interventions, non compensées, fait l objet d un règlement dans le mois calendaire suivant leur exécution. V DISPOSITION FINALE Art. 14 Toute modification de la présente décision est prise par le directeur général, après avis du comité technique paritaire de l établissement. Annexe à la DECISION N 2007-XXXXXX Liste des emplois concernés par des astreintes et des interventions 14

15 PIECE JOINTE N 2 Liste des textes réglementaires cités Textes de portée générale Décret modifié n du 25 août 2000, relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l'etat Décret n du 12 février 2002, relatif à la rémunération et à la compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie Arrêté du 12 février 2002, fixant les taux de rémunération et les modalités de compensation horaire des astreintes et des interventions effectuées par certains agents d'établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie Arrêté du 3 août 2007 modifiant l arrêté du 12 février 2002, déterminant les cas de recours aux astreintes dans les établissements publics administratifs placés sous la tutelle du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie Textes spécifiques à l Institut national de la propriété industrielle Décret n du 28 décembre 2001, fixant le statut des personnels contractuels de l'institut national de la propriété industrielle Décision modifiée n du 29 mars 2002, portant règlement des horaires variables à l Institut national de la propriété industrielle 15

LES ASTREINTES ET LES PERMANENCES

LES ASTREINTES ET LES PERMANENCES F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES ASTREINTES ET LES PERMANENCES L E S S E N T I E L Le décret n 2005-542 du 19 mai 2005 définit les notions d astreinte et de permanence. Il fixe également les conditions

Plus en détail

ASTREINTE ET PERMANENCE

ASTREINTE ET PERMANENCE Rémunération N 03 17 juillet 2015 maj le 24 novembre 2015 Références ASTREINTE ET PERMANENCE Décret n 2001-623 du 12 juillet 2001 pris pour l application de l article 7-1 de la loi du 26 janvier 1984 et

Plus en détail

ASTREINTE ET PERMANENCE

ASTREINTE ET PERMANENCE Rémunération N 03 17 juillet 2015 ASTREINTE ET PERMANENCE Références Décret n 2001-623 du 12 juillet 2001 pris pour l application de l article 7-1 de la loi du 26 janvier 1984 et relatif à l aménagement

Plus en détail

Astreintes. Fiche technique. Définition

Astreintes. Fiche technique. Définition Le 7 février 2013 Référence :. Décret n 2001-623 du 12 juillet 2001 pris pour l'application de l'article 7-1 de la Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 et relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de

Plus en détail

Etude n 343 du 22/09/2006. Service juridique et de documentation. Tél Fax

Etude n 343 du 22/09/2006. Service juridique et de documentation. Tél Fax Rémunération Etude n 343 du 22/09/2006 MAJ 28 mai 2015 3440 route de Neufchâtel B.P. 72 76233 BOIS GUILLAUME Cedex 02 35 59 71 11 02 35 59 94 63 www.cdg76.fr Service juridique et de documentation Tél.

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional MARS 2017

Rapport pour le conseil régional MARS 2017 Rapport pour le conseil régional MARS 2017 Présenté par Valérie PECRESSE Présidente du conseil régional d'ile-de-france DIVERSES DISPOSITIONS RELATIVES AUX RESSOURCES HUMAINES REGIME INDEMNITAIRE CR 2017-56

Plus en détail

ASTREINTES ET PERMANENCES (Mise à jour)

ASTREINTES ET PERMANENCES (Mise à jour) Centre De Gestion FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA NIEVRE NOTE INFORMATION N 21/2015 Mise à jour note 1-2007 et 11-2015 Service Documentation : F. MORVAN ASTREINTES ET PERMANENCES (Mise à jour) REFERENCES

Plus en détail

LES ASTREINTES, LES INTERVENTIONS ET LES PERMANENCES

LES ASTREINTES, LES INTERVENTIONS ET LES PERMANENCES NOTE D INFORMATION LES ASTREINTES, LES INTERVENTIONS ET LES PERMANENCES SOURCES : -Décret n 2000-815 du 25 août 2000 relatif à l aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique

Plus en détail

Astreintes & Permanences

Astreintes & Permanences Astreintes & Permanences REFERENCES Décret 2001-623 du 12 juillet 2001 art.5 Décret 2002-147 du 7 février 2002 Décret 2005-542 du 19 mai 2005 Décret 2015-415 du 14 avril 2015 Arrêté du 14 avril 2015 (filière

Plus en détail

REF : circulaire n NOR/INT/A/02/00053/C du 27 février 2002

REF : circulaire n NOR/INT/A/02/00053/C du 27 février 2002 DIRECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION Paris, le 18/04/2002 DIRECTION DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DES AFFAIRES POLITIQUES SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES POLITIQUES ET DE LA VIE ASSOCIATIVE BUREAU

Plus en détail

FONCTION PUBLIQUE ETAT

FONCTION PUBLIQUE ETAT 10 RTT FONCTION PUBLIQUE ETAT Référence : Décret no 2000-815 modifié du 25 août 2000 relatif à l'aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l'etat La durée du travail

Plus en détail

NOR: FPPA D. Vu l avis du Conseil supérieur de la fonction publique de l Etat en date du 20 juin 2000 ;

NOR: FPPA D. Vu l avis du Conseil supérieur de la fonction publique de l Etat en date du 20 juin 2000 ; Le 16 décembre 2009 DECRET Décret n 2000-815 du 25 août 2000 relatif à l aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l Etat et dans la magistrature. Le Premier ministre,

Plus en détail

Sur le rapport du ministre de la fonction publique et de la réforme de l Etat et du ministre de l économie, des finances et de l industrie,

Sur le rapport du ministre de la fonction publique et de la réforme de l Etat et du ministre de l économie, des finances et de l industrie, Le 10 mai 2009 DECRET Décret n 2000-815 du 25 août 2000 relatif à l aménagement et à la réduction du temps de travail dans la fonction publique de l Etat et dans la magistrature. NOR: FPPA0000085D Version

Plus en détail

LES NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX MODALITES DE

LES NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX MODALITES DE Réf. : CDG-INFO2005-12/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN PLAN DE CLASSEMENT : 1-35-35 : 03.59.56.88.48/58 Date : le 27 juin 2005 Les dispositions relatives aux astreintes et

Plus en détail

INDEMNITE D ASTREINTE ET INDEMNITE DE PERMANENCE

INDEMNITE D ASTREINTE ET INDEMNITE DE PERMANENCE INDEMNITE D ASTREINTE ET INDEMNITE DE PERMANENCE Références : Décret n 2015-415 du 14 avril 2015 relatif à l'indemnisation des astreintes et à la compensation ou à la rémunération des interventions aux

Plus en détail

DURÉE ET ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA F.P.H.

DURÉE ET ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA F.P.H. DURÉE ET ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA F.P.H. DÉFINITION La durée du travail effectif s'entend comme le temps pendant lequel les agents sont à la disposition de leur employeur et doivent se conformer

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE - LIBERTE EGALITE FRATERNITE TERRITOIRE DE BELFORT COMMUNE DE

REPUBLIQUE FRANÇAISE - LIBERTE EGALITE FRATERNITE TERRITOIRE DE BELFORT COMMUNE DE REPUBLIQUE FRANÇAISE - LIBERTE EGALITE FRATERNITE TERRITOIRE DE BELFORT COMMUNE DE DELIBERATION FIXANT LE REGIME DES ASTREINTES DES AGENTS DE LA COMMUNE DE Séance du... Nombre de membres en exercice :...

Plus en détail

Modalités de rémunération ou de compensation des astreintes et des permanences

Modalités de rémunération ou de compensation des astreintes et des permanences Grenoble, le 20 décembre 2005 Note d information n 05.66 Nos réf. : SDF/MA/Pôle conseil juridique Modalités de rémunération ou de compensation des astreintes et des permanences Texte(s) de référence :

Plus en détail

RÉGIME INDEMNITAIRE DES AGENTS TERRITORIAUX RH-WEKA

RÉGIME INDEMNITAIRE DES AGENTS TERRITORIAUX RH-WEKA RÉGIME INDEMNITAIRE DES AGENTS TERRITORIAUX RH-WEKA 1 Les grands principes Primes et indemnités Le régime indemnitaire représente dans la rémunération complémentaire la part la plus importante des émoluments

Plus en détail

Calcul de la durée annuelle du travail

Calcul de la durée annuelle du travail Régime des heures supplémentaires, des contingents et de la Contrepartie Obligatoire en Repos (C.O.R) applicable depuis le 1/01/09 Temps de Travail et Démocratie Sociale - Loi 2008-789 du 20 Août 2008-

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE

JOURNEE DE SOLIDARITE JOURNEE DE SOLIDARITE Depuis la loi du 30 juin 2004, la journée de solidarité sert à financer les actions en faveur de l autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Elle se traduit par

Plus en détail

ARRÊTÉ du [ ] relatif à l organisation du temps de travail dans les directions départementales interministérielles

ARRÊTÉ du [ ] relatif à l organisation du temps de travail dans les directions départementales interministérielles RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Premier ministre NOR : PM ARRÊTÉ du [ ] relatif à l organisation du temps de travail dans les directions départementales interministérielles Le Premier ministre, la ministre de l écologie,

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 INDEMNITES D ASTREINTE ET D INTERVENTION INDEMNITE DE PERMANENCE

CIRCULAIRE CDG90 INDEMNITES D ASTREINTE ET D INTERVENTION INDEMNITE DE PERMANENCE CIRCULAIRE CDG90 13/15 INDEMNITES D ASTREINTE ET D INTERVENTION INDEMNITE DE PERMANENCE La présente circulaire CDG90 n 13/15 remplace et annule la circulaire CDG90 n 13/10. Le décret n 2015-415 du 14 avril

Plus en détail

Vendredi 14 juillet Fête nationale. Mercredi 1 er novembre Toussaint Samedi 11 novembre Morts pour la patrie Lundi 25 décembre Noël

Vendredi 14 juillet Fête nationale. Mercredi 1 er novembre Toussaint Samedi 11 novembre Morts pour la patrie Lundi 25 décembre Noël FFB INFOS LEGISLATION DU TRAVAIL Jours fériés et Jour de solidarité La présente circulaire rappelle, comme chaque année et en fonction du calendrier de l année, les règles à suivre par l'employeur en matière

Plus en détail

ASTREINTES ET PERMANENCES

ASTREINTES ET PERMANENCES Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la VIENNE Téléport 2 - Avenue René Cassin - BP 20205 86962 - FUTUROSCOPE Cedex DIFFUSION NOVEMBRE 2005 ASTREINTES ET PERMANENCES TEXTES DE REFERENCE

Plus en détail

COMPENSATION OU INDEMNISATION DES TRAVAUX ÉLECTORAUX

COMPENSATION OU INDEMNISATION DES TRAVAUX ÉLECTORAUX PAIES INFORMATISEES MARS 2014 MAJ JUILLET 2017 Travaux électoraux Notice explicative COMPENSATION OU INDEMNISATION DES TRAVAUX ÉLECTORAUX Références : - Décret n 2002-60 du 14 janvier 2002 modifié relatif

Plus en détail

L E S A S T R E I N T E S

L E S A S T R E I N T E S L E S A S T R E I N T E S ACTUALITE STATUTAIRE D é c r e t n 2 0 1 5-4 1 5 d u 1 4 / 0 4 / 2 0 1 5 : relatif à l'indemnisation des astreintes et à la compensation ou à la rémunération des interventions

Plus en détail

Vu le décret n du 24 mai 1994 modifié portant dispositions statutaires relatives aux personnels des administrations parisiennes ;

Vu le décret n du 24 mai 1994 modifié portant dispositions statutaires relatives aux personnels des administrations parisiennes ; Délibération affichée à l Hôtel-de-Ville et transmise au représentant de l Etat le 22 décembre 2006. Reçue par le représentant de l Etat le 22 décembre 2006. Le Conseil de Paris, siégeant en formation

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel.

Le contrat de travail à temps partiel. Le contrat de travail à temps partiel schassigneux@yahoo.fr 1 Synthèse Le contrat de travail à temps partiel est conclu avec un salarié dont la durée du travail est inférieure à la durée - légale ou conventionnelle

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES AVENANT

Plus en détail

Les heures supplémentaires et les heures choisies définition et contreparties

Les heures supplémentaires et les heures choisies définition et contreparties Les heures supplémentaires et les heures choisies définition et contreparties dernière mise à jour le 3 octobre 2007 http://www.travail-solidarite.gouv.fr/informations-pratiques/fiches-pratiques/duree-dutravail/les-heures-supplementaires-les-heures-choisies-definition-contreparties-1014.html

Plus en détail

Salariés, cadres : do you speak droit des forfait jours?

Salariés, cadres : do you speak droit des forfait jours? Salariés, cadres : do you speak droit des forfait jours? Actualité juridique publié le 19/10/2014, vu 1370 fois, Auteur : CHHUM AVOCATS Paris Nantes L essor de ce forfait jours avait pour but de déroger

Plus en détail

Modalités de mise en place d'un régime d'astreintes

Modalités de mise en place d'un régime d'astreintes DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DES RELATIONS SOCIALES ECONOMIE RH ET RESSOURCES Destinataires Tous services Contact Correspondants RH métiers Tél : Fax : E-mail : Date de validité Du 01/07/2008 Modalités

Plus en détail

INDEMNITÉS HORAIRES POUR TRAVAUX SUPPLÉMENTAIRES (I.H.T.S.)

INDEMNITÉS HORAIRES POUR TRAVAUX SUPPLÉMENTAIRES (I.H.T.S.) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 6 bis rue Olivier De Clisson B.P. 161 56005 VANNES CEDEX Tél. : 02.97.68.16.00 Fax : 02.97.68.16.01 Circulaire n 06 10 du 3 avril 2006 RÉMUNÉRATION

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT DE LA REPUBLIQUE EN POLYNESIE FRANCAISE. ARRÊTE n 8 DIPAC du

HAUT-COMMISSARIAT DE LA REPUBLIQUE EN POLYNESIE FRANCAISE. ARRÊTE n 8 DIPAC du HAUT-COMMISSARIAT DE LA REPUBLIQUE EN POLYNESIE FRANCAISE DIRECTION DE L INGENIERIE PUBLIQUE ET DES AFFAIRES COMMUNALES Pôle juridique et financier Bureau juridique des communes ARRÊTE n 8 DIPAC du relatif

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 INDEMNITES D ASTREINTE ET D INTERVENTION INDEMNITE DE PERMANENCE

CIRCULAIRE CDG90 INDEMNITES D ASTREINTE ET D INTERVENTION INDEMNITE DE PERMANENCE CIRCULAIRE CDG90 07/16 14/01/2016 INDEMNITES D ASTREINTE ET D INTERVENTION INDEMNITE DE PERMANENCE La présente circulaire CDG90 n 07/16 remplace et annule la circulaire CDG90 n 13/15. Décret n 2000-815

Plus en détail

LES CONGÉS ANNUELS. Fiche pratique. Références juridiques :

LES CONGÉS ANNUELS. Fiche pratique. Références juridiques : Fiche pratique LES CONGÉS ANNUELS Les congés annuels correspondent à une période d absence durant laquelle l agent est dispensé d exercer ses fonctions, tout en conservant ses droits à rémunération et

Plus en détail

ANNEXE 1 à la Circulaire 2008/ Réduction dite 'Fillon'

ANNEXE 1 à la Circulaire 2008/ Réduction dite 'Fillon' ANNEXE 1 à la Circulaire 2008/2009.5 Réduction dite 'Fillon' Tout salarié relevant à titre obligatoire du régime d'assurance chômage peut ouvrir droit à cet allégement, quelles que soient la forme ou la

Plus en détail

ASTREINTES ET PERMANENCES

ASTREINTES ET PERMANENCES Références : Circulaire du 12 juillet 2005 Mise à jour décembre 2007 ASTREINTES ET PERMANENCES Décret 2005.542 du 19 mai 2005 relatif aux modalités de la rémunération ou de la compensation des astreintes

Plus en détail

L e présent document récapitule les règles à suivre par l'employeur en

L e présent document récapitule les règles à suivre par l'employeur en SOCIAL - Dossier Jours fériés et Jour de solidarité 2014 Info n 2014-229/2-18 du 10/04/2014 Pour toute question : Service Social Lydie REINBOLD Romain GIRAUD 04 72 44 15 10 btprhone.soc@btp69.com www.btp-rhone.ffbatiment.fr

Plus en détail

ANNULATION PARTIELLE DE L ARRETE D EXTENSION DE LA CONVENTION COLLECTIVE DES ENTREPRISES DE SAP

ANNULATION PARTIELLE DE L ARRETE D EXTENSION DE LA CONVENTION COLLECTIVE DES ENTREPRISES DE SAP Base conventionnelle Mai 2017 ANNULATION PARTIELLE DE L ARRETE D EXTENSION DE LA CONVENTION COLLECTIVE DES ENTREPRISES DE SAP La convention collective des entreprises de services à la personne du 20 septembre

Plus en détail

SAFPT INFO LES ASTREINTES

SAFPT INFO LES ASTREINTES SAFPT INFO LES ASTREINTES UACTUALITE STATUTAIRE D écret n 2015-415 du 14/04/2015 : relatif à l'indemnisation des astreintes et à la compensation ou à la rémunération des interventions aux ministères chargés

Plus en détail

LE RECOURS AUX HEURES SUPPLEMENTAIRES

LE RECOURS AUX HEURES SUPPLEMENTAIRES LE RECOURS AUX HEURES SUPPLEMENTAIRES Durée du travail Avril 2009 Cette fiche technique s adresse uniquement aux EHPAD. Le recours aux heures supplémentaires est avant tout une décision du chef d entreprise

Plus en détail

Forfait (conventions de)

Forfait (conventions de) Que sont les conventions de forfait? Il existe plusieurs types de conventions de forfait : le forfait hebdomadaire ou mensuel en heures de travail ; le forfait annuel en heures de travail ; le forfait

Plus en détail

ACCORD COLLECTIF RELATIF AUX ASTREINTES D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE AU SEIN DE VNF

ACCORD COLLECTIF RELATIF AUX ASTREINTES D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE AU SEIN DE VNF ACCORD COLLECTIF RELATIF AUX ASTREINTES D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE AU SEIN DE VNF Entre les Soussignés : Voies navigables de France Dont le siège social est situé 175, rue Ludovic Boutleux à Béthune

Plus en détail

Rappel des règles appliquées au temps de travail des agents techniques territoriaux en poste dans les EPLE

Rappel des règles appliquées au temps de travail des agents techniques territoriaux en poste dans les EPLE Rappel des règles appliquées au temps de travail des agents techniques territoriaux en poste dans les EPLE 1 REGLES GENERALES Les agents transférés au Conseil régional de Picardie en application de la

Plus en détail

NOR: MESH D Version consolidée au 01 novembre 2011

NOR: MESH D Version consolidée au 01 novembre 2011 DECRET Décret n 2002-9 du 4 janvier 2002 relatif au temps de travail et à l'organisation du travail dans les établissements mentionnés à l'article 2 de la loi n 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions

Plus en détail

ACCORD DU 23 DECEMBRE 2013 ASTREINTES ET HEURES SUPPLEMENTAIRES CSC COMPUTER SCIENCES SAS

ACCORD DU 23 DECEMBRE 2013 ASTREINTES ET HEURES SUPPLEMENTAIRES CSC COMPUTER SCIENCES SAS ACCORD DU 23 DECEMBRE 2013 ASTREINTES ET HEURES SUPPLEMENTAIRES CSC COMPUTER SCIENCES SAS ENTRE LES SOUSSIGNES : La société CSC COMPUTER SCIENCES SAS dont le siège social est situé à Paris La Défense -

Plus en détail

Ensemble des articles du code du travail sur les temps partiels

Ensemble des articles du code du travail sur les temps partiels - Code du travail : les temps partiels Définition. Article L3123-1 Ensemble des articles du code du travail sur les temps partiels Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du

Plus en détail

27 mars 2014 MEDEF Me Patrick VIDELAINE. Medef Forfaits Jours

27 mars 2014 MEDEF Me Patrick VIDELAINE. Medef Forfaits Jours 27 mars 2014 MEDEF 93 + 94 Me Patrick VIDELAINE 2 3 1. Bien gérer ses forfaits jours 2. Appréhender les risques 3. Trouver des alternatives 4 Depuis 2011, la Cour de cassation rappelle les conditions du

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Décret n o 2016-1551 du 18 novembre 2016 portant diverses mesures

Plus en détail

PROTOCOLE D ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DES ADJOINTS TECHNIQUES TERRITORIAUX DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DU DEPARTEMENT DES YVELINES

PROTOCOLE D ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DES ADJOINTS TECHNIQUES TERRITORIAUX DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DU DEPARTEMENT DES YVELINES PROTOCOLE D ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DES ADJOINTS TECHNIQUES TERRITORIAUX DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DU DEPARTEMENT DES YVELINES 1 Préambule La loi du 13 août 2004 relative aux libertés

Plus en détail

NOR: MESH D. Vu la loi n du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires ;

NOR: MESH D. Vu la loi n du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires ; DECRET Décret n 2002-9 du 4 janvier 2002 relatif au temps de travail et à l organisation du travail dans les établissements mentionnés à l article 2 de la loi n 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions

Plus en détail

CADRES ET TEMPS DE TRAVAIL

CADRES ET TEMPS DE TRAVAIL CADRES ET TEMPS DE TRAVAIL Avant la loi du 19 janvier 2000 les cadres ne faisaient l objet d aucune disposition spécifique dans le code du travail. Seuls les conventions collectives ou les contrats de

Plus en détail

SOCIETE KEOLIS DIJON PROTOCOLE D ACCORD N 2012/02 RELATIF A L'ORGANISATION ET LA COMPENSATION DES ASTREINTES AU SEIN DU SERVICE MAINTENANCE

SOCIETE KEOLIS DIJON PROTOCOLE D ACCORD N 2012/02 RELATIF A L'ORGANISATION ET LA COMPENSATION DES ASTREINTES AU SEIN DU SERVICE MAINTENANCE Acteur du réseau _ SOCIETE KEOLIS DIJON PROTOCOLE D ACCORD N 2012/02 RELATIF A L'ORGANISATION ET LA COMPENSATION DES ASTREINTES AU SEIN DU SERVICE MAINTENANCE Entre : La Société Keolis Dijon, représentée

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES: LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

QUESTIONS-REPONSES: LES HEURES SUPPLEMENTAIRES QUESTIONS-REPONSES: LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Inépuisable source de polémiques, les règles qui encadrent la durée du travail et plus particulièrement les heures supplémentaires sont souvent présentées

Plus en détail

Durée du travail et organisation du temps de travail SECTEUR PRIVÉ

Durée du travail et organisation du temps de travail SECTEUR PRIVÉ Durée du travail et organisation du temps de travail SECTEUR PRIVÉ Définition de la durée du travail La définition légale du temps de travail effectif est conforme à la directive européenne selon laquelle

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 07 FFGolf /GFGA LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

FICHE TECHNIQUE N 07 FFGolf /GFGA LES HEURES SUPPLEMENTAIRES FICHE TECHNIQUE N 07 FFGolf /GFGA LES HEURES SUPPLEMENTAIRES CE DOCUMENT N A PAS VALEUR DE CONSULTATION JURIDIQUE ET CHAQUE CLUB EST INVITE A CONSULTER SON CONSEIL JURIDIQUE POUR SON CAS PARTICULIER. QU

Plus en détail

DECRET Décret n du 14 janvier 2002 relatif aux ind emnités horaires pour travaux supplémentaires. NOR: FPPA D

DECRET Décret n du 14 janvier 2002 relatif aux ind emnités horaires pour travaux supplémentaires. NOR: FPPA D Le 3 février 2010 DECRET Décret n 2002-60 du 14 janvier 2002 relatif aux ind emnités horaires pour travaux supplémentaires. NOR: FPPA0100150D Version consolidée au 1 janvier 2008 Le Premier ministre, Sur

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3010 Convention collective nationale IDCC : 1978. FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS AVENANT

Plus en détail

Savez-vous gérer sans risque les cycles, la modulation ou les RTT?

Savez-vous gérer sans risque les cycles, la modulation ou les RTT? Savez-vous gérer sans risque les cycles, la modulation ou les RTT? Publié le 26 décembre 2015 - Dernière mise à jour le 29 septembre 2017 FICHE PRATIQUE Préambule De nombreuses organisations du temps de

Plus en détail

JOURS FERIES Attention : les conditions légales de paiement des jours fériés non travaillés sont modifiées

JOURS FERIES Attention : les conditions légales de paiement des jours fériés non travaillés sont modifiées SOCIAL Jours fériés FEDERATION REUNIONNAISE DU BTP DATE : 11 mai 2012 N : S/2012/15 Source : FFB Infos 2011-009 JOURS FERIES 2012 Attention : les conditions légales de paiement des jours fériés non travaillés

Plus en détail

Le règlement intérieur de chaque direction précise l organisation du travail retenue en référence à la présente circulaire.

Le règlement intérieur de chaque direction précise l organisation du travail retenue en référence à la présente circulaire. Annexe Ne sont pas soumis aux dispositions de l arrêté relatif à l organisation du temps de travail dans les directions départementales interministérielles et, par conséquent, aux dispositions de la présente

Plus en détail

NEWSLETTER DROIT SOCIAL

NEWSLETTER DROIT SOCIAL NEWSLETTER DROIT SOCIAL Juin 2015 AU SOMMAIRE FICHE PRATIQUE Focus sur le régime fiscal et social des indemnités transactionnelles et de rupture conventionnelle JURISPRUDENCE 1. VIOLATION DU STATUT PROTECTEUR

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR AGENCE FRANCAISE DE L ADOPTION

REGLEMENT INTERIEUR AGENCE FRANCAISE DE L ADOPTION REGLEMENT INTERIEUR AGENCE FRANCAISE DE L ADOPTION Art. 1 er. - Champ d application Le présent règlement a pour objet de préciser les mesures applicables à tous les personnels de l Agence française de

Plus en détail

Cadrage national pour la mise en oeuvre de l Aménagement et de la Réduction du Temps de Travail au CNRS

Cadrage national pour la mise en oeuvre de l Aménagement et de la Réduction du Temps de Travail au CNRS DEC010055DRH Cadrage national pour la mise en oeuvre de l Aménagement et de la Réduction du Temps de Travail au CNRS La directrice générale du CNRS, Vu le décret n 82-993 du 24 novembre 1982 modifié portant

Plus en détail

SERVICE CIVIQUE FORMATION PROFESSIONNELLE : DEUX NOUVEAUX DECRETS GMP

SERVICE CIVIQUE FORMATION PROFESSIONNELLE : DEUX NOUVEAUX DECRETS GMP N-Nour AVRIL 2010 SERVICE CIVIQUE La loi relative au service civique (loi n 2010-241 du 10 mars 2010, JO du 11 mars) crée un nouveau dispositif de bénévolat au profit des jeunes âgés de 16 à 25 souhaitant

Plus en détail

1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ

1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ 1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ Définition générale art 10 Ancienneté licenciement Avenant du 21 juin 2010 ANCIENNETE Convention Collective Champs d application S applique à la prime d ancienneté,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3375 Convention collective nationale IDCC : 3017. PORTS ET MANUTENTION AVENANT

Plus en détail

Section 5 - La gestion du temps de travail pour le personnel au forfait jours. Sommaire

Section 5 - La gestion du temps de travail pour le personnel au forfait jours. Sommaire Section 5 - La gestion du temps de travail pour le personnel au forfait jours Sommaire Article 1 Le personnel concerné...98 Article 2 La répartition de la durée du travail...98 Article 2.1 La durée du

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 103 (1 er juillet au 30 septembre 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 103 (1 er juillet au 30 septembre 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 103 (1 er juillet au 30 septembre 2006) Circulaires de la Direction des services judiciaires Signalisation des circulaires du 1 er juillet au 30 septembre

Plus en détail

TITRE DEUXIÈME DURÉE DU TRAVAIL, RÉPARTITION ET AMÉNAGEMENT DES HORAIRES

TITRE DEUXIÈME DURÉE DU TRAVAIL, RÉPARTITION ET AMÉNAGEMENT DES HORAIRES DURÉE DU TRAVAIL Art. L. 3121-7 79 TITRE DEUXIÈME DURÉE DU TRAVAIL, RÉPARTITION ET AMÉNAGEMENT DES HORAIRES (L. n o 2016-1088 du 8 août 2016, art. 8) CHAPITRE PREMIER DURÉE ET AMÉNAGEMENT DU TRAVAIL Le

Plus en détail

La notification et la motivation de la décision de la caisse et ses conséquences dans le cadre d un

La notification et la motivation de la décision de la caisse et ses conséquences dans le cadre d un La notification et la motivation de la décision de la caisse et ses conséquences dans le cadre d un Article juridique publié le 17/04/2015, vu 2989 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La notification et la

Plus en détail

STATUT LA PRIME DE FONCTIONS ET DE RESULTATS Circulaire 25 février 2011

STATUT LA PRIME DE FONCTIONS ET DE RESULTATS Circulaire 25 février 2011 STATUT LA PRIME DE FONCTIONS ET DE RESULTATS Circulaire 25 février 2011 Références: - Article 88 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale,

Plus en détail

REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL : DECRETS D APPLICATION DE LA LOI DU 20 AOUT L essentiel

REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL : DECRETS D APPLICATION DE LA LOI DU 20 AOUT L essentiel N 128 SOCIAL n 49 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 04 décembre 2008 ISSN 1769-4000 REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL : DECRETS D APPLICATION DE LA LOI DU 20 AOUT 2008 L essentiel Suite à la parution

Plus en détail

DECRET. Décret n ( ) du ( ) permettant le don de jours de repos à un parent d un enfant gravement malade

DECRET. Décret n ( ) du ( ) permettant le don de jours de repos à un parent d un enfant gravement malade RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique NOR : [ ] DECRET Décret n ( ) du ( ) permettant le don de jours de repos à un parent d un enfant gravement malade Publics

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE COMPLÉMENTAIRE POUR ÉLECTIONS (IFCE)

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE COMPLÉMENTAIRE POUR ÉLECTIONS (IFCE) Fiche pratique L INDEMNITÉ FORFAITAIRE COMPLÉMENTAIRE POUR ÉLECTIONS (IFCE) Références juridiques : - Décret n 2002-60 du 14 janvier 2002 relatif aux Indemnités Horaires pour Travaux Supplémentaires (IHTS)

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2006/04 du 16/05/2006. SOCIAL : la journée de solidarité

NOTE D INFORMATION 2006/04 du 16/05/2006. SOCIAL : la journée de solidarité NOTE D INFORMATION 2006/04 du 16/05/2006 SOCIAL : la journée de solidarité Même si son fractionnement a été facilité depuis novembre 2005, la journée de solidarité reste d'actualité à l'approche du lundi

Plus en détail

La journée de solidarité

La journée de solidarité La journée de solidarité La logique initiale du législateur était de faire en sorte que, dans un grand élan de communion et de solidarité à l égard des personnes âgées et des personnes handicapées, un

Plus en détail

Les congés payés. Sommaire. Fiche détaillée Qui a droit aux congés payés? Synthèse

Les congés payés. Sommaire. Fiche détaillée Qui a droit aux congés payés? Synthèse Les congés payés Synthèse Tout salarié a droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à un minimum de 10 jours de travail effectif.chaque mois

Plus en détail

Accord d'application portant sur l'aménagement et la Réduction du Temps de Travail (A.R.T.T.)

Accord d'application portant sur l'aménagement et la Réduction du Temps de Travail (A.R.T.T.) Accord d'application portant sur l'aménagement et la Réduction du Temps de Travail (A.R.T.T.) AVENANT N 2 - Mai 2009 Le Maire, D. VILLERET EN APPLICATION DE LA DELIBERATION N 59 2009 DU 19 MAI 2009 Sommaire

Plus en détail

NOTE DE SERVICE. Ce repos compensateur est égal à 1 % du temps de travail réellement effectué entre 21 heures et 6 heures.

NOTE DE SERVICE. Ce repos compensateur est égal à 1 % du temps de travail réellement effectué entre 21 heures et 6 heures. Réf. : DG/2005/423 Date : 08/02/2005 Article n 12 Manuel de gestion du personnel DISPOSITIONS GÉNÉRALES TRAVAIL DE NUIT REPOS COMPENSATEUR. NOTE DE SERVICE OBJET : TRAVAIL DE NUIT REPOS COMPENSATEUR La

Plus en détail

Le BTP actualise ses forfaits jours.

Le BTP actualise ses forfaits jours. Le BTP actualise ses forfaits jours. La pratique des «forfaits jours» pour les salariés ETAM à partir du niveau F et Cadres qui disposent d une large autonomie dans l organisation de leur emploi du temps

Plus en détail

TEMPS DE TRAJET SOCIAL FICHE PRATIQUE MARS 2005 I - DEFINITION DU TEMPS DE TRAJET II - QUALIFICATION JURIDIQUE DU TEMPS DE TRAJET

TEMPS DE TRAJET SOCIAL FICHE PRATIQUE MARS 2005 I - DEFINITION DU TEMPS DE TRAJET II - QUALIFICATION JURIDIQUE DU TEMPS DE TRAJET SOCIAL FICHE PRATIQUE MARS 2005 I - DEFINITION DU TEMPS DE TRAJET TEMPS DE TRAJET L article L 212-4 du code du travail a été complété comme suit par la loi de programmation pr la cohésion sociale du 18

Plus en détail

INDEMNITES HORAIRES INDEMNITES FORFAITAIRES INDEMNITE D ADMINISTRATION ET DE TECHNICITE

INDEMNITES HORAIRES INDEMNITES FORFAITAIRES INDEMNITE D ADMINISTRATION ET DE TECHNICITE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 45, Boulevard des Etats-Unis B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON CEDEX! : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 " : 3614 code

Plus en détail

Travail de nuit et astreintes - Fiche n 4-3

Travail de nuit et astreintes - Fiche n 4-3 Travail de nuit et astreintes - Fiche n 4-3 Travail de nuit 1) Définition du leur de nuit Est considéré comme leur de nuit tout leur qui : Code du - soit accomplit, au moins 2 fois par semaine, selon son

Plus en détail

Modifications relatives à la durée du travail

Modifications relatives à la durée du travail Modifications relatives à la durée du travail La loi Travail modifie la réglementation applicable à la durée du travail. Les modifications présentées, dans la présente note d information, sont entrées

Plus en détail

La convention de forfait annuel en jours

La convention de forfait annuel en jours Objectif : Connaitre les règles applicables en matière de convention de forfait annuel en jours. Sommaire : La signature d une convention de forfait annuel en jours (page 1). Les catégories de salariés

Plus en détail

Pour une durée légale du temps de travail des PH. Denis Desanges

Pour une durée légale du temps de travail des PH. Denis Desanges Pour une durée légale du temps de travail des PH Denis Desanges Les obligations de service annuelles 207 jours de travail effectif ou 414 demi-journées (+ la journée de solidarité) 9 jours fériés 104 samedis

Plus en détail

Il a été convenu ce qui suit : PREAMBULE

Il a été convenu ce qui suit : PREAMBULE ACCORD COLLECTIF NATIONAL DU 12 JUILLET 2006 RELATIF AU TRAVAIL DE NUIT DES OUVRIERS, DES ETAM ET DES CADRES DES ENTREPRISES DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Entre, - La Confédération de l Artisanat

Plus en détail

Lesalariéadroitàuncongédedeuxjoursetdemiouvrablesparmoisdetravaileffectifchezle même employeur.

Lesalariéadroitàuncongédedeuxjoursetdemiouvrablesparmoisdetravaileffectifchezle même employeur. Le juge judiciaire peut notamment ordonner la fermeture le dimanche du ou des établissements concernés. Il peut assortir sa décision d'une astreinte liquidée au profit du Trésor. Chapitre V: Dispositions

Plus en détail

Compte Epargne Temps. N. B. : Ces sources d alimentation sont exclusives de toutes autres.

Compte Epargne Temps. N. B. : Ces sources d alimentation sont exclusives de toutes autres. Compte Epargne Temps Définition Le principe du compte épargne temps (C.E.T.) est de permettre aux agents d accumuler des droits à congé rémunéré ou de bénéficier d une rémunération, immédiate ou différée

Plus en détail

SOCIAL. 1 er mars 2000 N 25 - SOCIAL N 10 LE BULLETIN DE PAIE

SOCIAL. 1 er mars 2000 N 25 - SOCIAL N 10 LE BULLETIN DE PAIE SOCIAL 1 er mars 2000 N 25 - SOCIAL N 10 LE BULLETIN DE PAIE Après la décision du Conseil constitutionnel du 13 janvier 2000 et la publication de la loi du 19 janvier 2000 relative à la réduction négociée

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3165 Convention collective nationale IDCC : 1077. ENTREPRISES DU NÉGOCE ET DE L INDUSTRIE DES PRODUITS

Plus en détail

Retrouvez ci-après une présentation des principales mesures de la loi en matière de durée du travail

Retrouvez ci-après une présentation des principales mesures de la loi en matière de durée du travail Social : Circulaire n 720 09 Septembre 2016 Fédération des entreprises internationales de la mécanique et de l électronique 43-45 rue de Naples 75008 PARIS www.ficime.org Département Affaires sociales

Plus en détail

Projet de décret relatif aux doctorants contractuels des établissements publics d enseignement supérieur ou de recherche. Rapport au Premier ministre

Projet de décret relatif aux doctorants contractuels des établissements publics d enseignement supérieur ou de recherche. Rapport au Premier ministre Projet de décret relatif aux doctorants contractuels des établissements publics d enseignement supérieur ou de recherche Rapport au Premier ministre Le projet de décret présenté à votre signature permet

Plus en détail

Pégase 3 Avenant de février 2007 à la convention collective des HCR

Pégase 3 Avenant de février 2007 à la convention collective des HCR Pégase 3 Avenant de février 2007 à la convention collective des HCR Dernière révision le 02/03/2007 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire!! " # $! # % $ & '! & % # () * (+,-.* Pégase

Plus en détail

"Quand la politique de santé au travail interroge nos modes de vie"

Quand la politique de santé au travail interroge nos modes de vie Journée Territoriale de la prévention des risques professionnels 201 6 "Quand la politique de santé au travail interroge nos modes de vie" Service Prévention des Risques Professionnels prevention@cdg973.fr

Plus en détail