N /01/2015. Guylaine BOURDOULEIX. Ce qui change au 1 er janvier 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 219-13/01/2015. Guylaine BOURDOULEIX. Ce qui change au 1 er janvier 2015"

Transcription

1 Guylaine BOURDOULEIX Objet: DocPratic n 219 N /01/2015 Les dispositions de la Loi Pinel concernant les baux commerciaux visent à une indexation et une augmentation du loyer plus modérées, à effectuer obligatoirement des états des lieux, à une répartition des charges, impôts et travaux mieux encadrés, à la création d'un droit de préemption du locataire. Les baux dérogatoires verront leur durée maximale passer de 2 à 3 ans. Ce qui change au 1 er janvier 2015 Le cumul emploi-retraite Désormais, il faut liquider simultanément tous les régimes de retraite afin de pouvoir continuer ou reprendre une activité. Les cotisations versées au titre de la retraite ne sont plus productives de nouveaux droits. La fin des tarifs réglementés du gaz Les tarifs réglementés du gaz disparaissent pour certains opérateurs professionnels. Les sites dont la consommation est supérieure à 200MWh/an et qui sont raccordés au réseau de distribution (ex : supermarchés, bureaux, sites industriels) ne peuvent plus bénéficier des tarifs réglementés. Pour en savoir plus Le régime de l auto-entrepreneur Fusion des régimes de micro-entreprise et d auto-entreprise Les auto-entrepreneurs ne sont plus exonérés des taxes servant à financer les chambres consulaires (CCI et CMA). La taxation devient proportionnelle au chiffre d affaires généré par l activité de l autoentrepreneur. Cette taxe sera recouvrée en même temps que les cotisations sociales dues par l autoentrepreneur sur le chiffre d affaires réalisé à partir du 1 er janvier Le prélèvement social forfaitaire du régime micro-social des auto-entrepreneurs diminue, selon le type d activité : Vente de marchandises 13,3% Prestation de services 22,9% 1

2 Professions libérales relevant du RSI 22,9% Professions libérales relevant de la CIPAV 22,9% Les cotisations vieillesse des professions libérales Les paramètres du régime d'assurance vieillesse de base des professionnels libéraux sont réformés. Le plafond de la première tranche de revenu de 85% à 100% du plafond annuel de sécurité sociale et modifie l'assiette de la cotisation appelée dans la limite de 5 plafonds annuels de sécurité sociale, celleci étant désormais appelée dès le premier euro et non plus au-delà du premier plafond de cotisation. Il modifie également le nombre de points acquis en contrepartie de ces cotisations. Décret n du 27 novembre 2014 relatif au régime d'assurance vieillesse de base des professionnels libéraux, JO n 0277 du 30 novembre 2014 Compte personnel de formation (CPF) Le CPF qui entre en vigueur dans le secteur privé suit chaque individu à partir de 16 ans tout au long de sa vie professionnelle même en cas de changement d emploi ou de chômage (compte crédité chaque année dans la limite d un plafond de 150 heures). Service-public.fr - Compte personnel de formation Compte pénibilité Travail de nuit, en équipes successives alternantes ou encore travail répétitif... Dans le cadre de la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité, les salariés exposés à certaines situations obtiennent des points. Ce compte qui est plafonné à 100 points sur l ensemble de la carrière peut être utilisé notamment pour un passage à temps partiel sans baisse de rémunération ou encore un départ anticipé à la retraite. Service-public.fr - Compte pénibilité La durée des soldes La période de soldes passe de 5 à 6 semaines, les soldes flottants sont supprimés. Voir notre fiche : Télétransmissions des données Les exploitants d'installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) ayant une obligation de transmission de données de surveillance des émissions doivent obligatoirement transmettre les informations via le site internet gestion informatique des données de l'auto-surveillance fréquente (GIDAF) à l'adresse : https://gidaf.developpement-durable.gouv.fr/gidaf/ Les principaux apports de la «Loi Pinel» à la législation des baux commerciaux La Loi n est pas officiellement appelée «loi Pinel», puisque la ministre a quitté son poste avant le vote définitif du texte par le Parlement. La loi s intitule désormais : «Loi n du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises». Cette Loi a été complétée par le décret n du 3 novembre 2014 relatif au bail commercial. La «loi Pinel» concerne également le régime de l artisanat, de l autoentrepreneur, de l EIRL et des indépendants. Les dispositions de la Loi concernant les baux commerciaux visent à une indexation et une augmentation du loyer plus modérées, à effectuer obligatoirement des états des lieux, à une répartition des charges, impôts et travaux mieux encadrés, à la création d'un droit de préemption du locataire. Les baux dérogatoires verront leur durée maximale passer de 2 à 3 ans. 2

3 Il convient d observer que la «Loi Pinel» est entrée en vigueur le 20 juin 2014, date de sa promulgation. Cependant, certaines dispositions de cette Loi sont applicables aux baux conclus ou renouvelés depuis le 1 er septembre 2014 ou pour une autre échéance définie par la Loi. L extension du statut des baux commerciaux à tous les étrangers hors union européenne (article 5) Il convient de se souvenir qu un ressortissant turc s était vu dénier le droit au renouvellement de son bail commercial parce qu il n avait pas la nationalité d un pays ayant conclu avec la France un accord de réciprocité. En effet, l ancien article L du code de commerce excluait les commerçants étrangers du droit au renouvellement d un bail commercial, mais dans une décision du 9 novembre 2011 ( , 3 ème ch. Civ.), la Cour de cassation avait déclaré ce texte contraire à la Convention européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales. La Loi Pinel permet désormais à tous les étrangers de bénéficier du droit au renouvellement du bail commercial. La durée du bail commercial L interdiction de déroger à la résiliation triennale (article 2) La disposition qui permettait au locataire de résilier son bail commercial tous les 3 ans n était pas d ordre public. Par conséquent, certains baux prévoyaient expressément que le locataire était engagé pour 9 ans consécutifs. L article 2 de la loi du 18 juin 2014 modifie l article L145-4 du Code de commerce et limite la possibilité d écarter le droit de résiliation triennale du preneur. Cependant, le législateur autorise encore des dérogations à la résiliation unilatérale et triennale du preneur pour les baux suivants : Bail commercial à usage exclusif de bureaux, Bail commercial conclu pour une durée supérieure à 9 ans, Bail pour des locaux monovalents. Rappelons que le local monovalent est un local construit en vue d'une seule utilisation (article R du Code de Commerce). Ces locaux ne peuvent changer d affectation qu après des travaux importants. Ce qui permet de déroger à la règle du plafonnement du loyer. La jurisprudence a caractérisé comme locaux monovalents : un hôtel, un cinéma, une salle de sport avec installation spécifique, une clinique, une école, un parking, une colonie de vacances, une station de service, une discothèque, ou une maison de retraite. Bail pour des locaux de stockage mentionnés au 3 du III de l'article 231 ter du code général des impôts. Extension de la faculté de résiliation unilatérale du bail (article 2) Cette résiliation unilatérale du bail ne doit pas être confondue avec la résiliation triennale du bail. Cette dernière disposition est réservée à certains locataires demandant à faire valoir leurs droits à la retraite ou à une pension d invalidité. Elle s applique au commerçant et à l artisan et également à l associé unique d une EURL et au gérant majoritaire depuis au moins 2 ans d une SARL, lorsque celle-ci est titulaire du bail. La Loi Pinel a permis l extension du bénéfice de la résiliation unilatérale aux ayants droit en cas de décès du preneur. Les héritiers pourront donc résilier le bail avec préavis de 6 mois sans avoir à attendre le terme triennal ou le terme du bail commercial. Renforcement de la réglementation des baux dérogatoires (articles 3 et 4) Pour différentes raisons, les bailleurs et les locataires voulaient pouvoir déroger au statut des baux commerciaux et signer un bail dérogatoire Il s agissait alors de signer un bail appelé «précaire». En vertu de cette dérogation, le preneur ne pouvait pas bénéficier du statut des baux commerciaux qui lui confère le droit au renouvellement et le droit de céder son bail à l acquéreur de son fonds. Ce bail de 3

4 courte durée était de 24 mois maximum. Pour plus de souplesse, le législateur a entendu faire passer de 2 à 3 ans la durée maximale de ce bail dérogatoire. A l expiration de la durée de 3 ans, les parties ne peuvent plus conclure un nouveau bail dérogeant à la durée de 9 ans. Cependant, pour que le preneur puisse être bénéficiaire du statut des baux commerciaux, il faut qu il soit laissé en possession du local sans opposition du bailleur depuis plus d un mois après l échéance de la location. On peut s interroger sur la pertinence d une pareille dérogation sachant que le preneur signataire d un bail commercial soumis au statut s engage pour une durée minimale de 3 ans. Nous avons vu qu il peut résilier unilatéralement son bail tous les 3 ans. Il semble donc plus logique pour un locataire de conclure un bail commercial avec la faculté de résiliation triennale qu un bail de courte durée de 3 ans maximum avec le risque que le bailleur refuse de renouveler pour ne pas lui appliquer le statut des baux commerciaux. Par ailleurs, la convention d occupation précaire, qui était définie par la jurisprudence, est désormais définie par la Loi, non par sa durée, mais par le fait que «l'occupation des lieux n'est autorisée qu'à raison de circonstances particulières indépendantes de la seule volonté des parties». Par exemple les murs d un local doivent être expropriés par une collectivité publique et dans l ignorance de la durée que la procédure va prendre, le bailleur ne veut pas soumettre le bail au statut des baux commerciaux. Ces dispositions sont applicables aux baux conclus ou renouvelés depuis le 1 er septembre Les obligations à la signature du bail L information du locataire sur la répartition des charges et travaux et le bailleur doit établir un récapitulatif triennal des travaux envisagés dans l immeuble où est situé le local. Obligation d établir un récapitulatif triennal des travaux faits et envisagés par le bailleur et leur budget prévisionnel (article 13). Lors de la conclusion du bail, puis tous les 3 ans, le bailleur communique au locataire un état prévisionnel des travaux envisagés dans les 3 années suivantes, assorti d un budget prévisionnel et un état récapitulatif des travaux réalisés dans les 3 années précédentes précisant leur coût. En cours de bail, le bailleur est tenu d'informer les locataires de tout élément susceptible de modifier la répartition des charges entre locataires. Cette disposition est applicable aux baux conclus ou renouvelés depuis le 1 er septembre Obligation d établir un inventaire précis et limitatif des charges, impôts, taxes et redevances liés au bail (article 13) Cet état comporte l indication de leur répartition entre le locataire et le bailleur. La clé de répartition doit tenir compte de la surface occupée par le locataire. Le décret n du 3 novembre 2014 relatif au bail commercial vient modifier les dispositions règlementaires du Code de commerce relatives au bail commercial en application du titre 1er de la loi n du 18 juin 2014 dite «loi Pinel». Ce texte vient préciser les nouvelles règles relatives aux «charges, impôts, taxes et redevances qui, en raison de leur nature, ne peuvent être imputés au locataire et les modalités d information des preneurs». Concernant les travaux réalisés dans les locaux loués, ne peuvent plus être imputés au preneur : les dépenses relatives aux grosses réparations mentionnées à l article 606 du Code civil, à l exception des dépenses qui se rapportent à des travaux d embellissement dont le montant excède le coût du remplacement à l identique ; les honoraires liés à la réalisation des grosses réparations mentionnées à l article 606 du Code civil ; 4

5 les dépenses relatives aux travaux ayant pour objet de remédier à la vétusté ou de mettre en conformité avec la réglementation le bien loué ou l immeuble dans lequel il se trouve, dès lors qu ils relèvent des grosses réparations mentionnées à l article 606 du Code civil, à l exception des dépenses qui se rapportent à des travaux d embellissement dont le montant excède le coût du remplacement à l identique. Pour comprendre ce texte, il convient de rappeler le contenu de l article 606 du code civil : «Les grosses réparations sont celles des gros murs et des voûtes, le rétablissement des poutres et des couvertures entières. Celui des digues et des murs de soutènement et de clôture aussi en entier. Toutes les autres réparations sont d'entretien». La jurisprudence considère que cette liste n est pas limitative. D autres travaux peuvent être caractérisés comme grosses réparations. Il en est ainsi pour le ravalement : si ces travaux affectent la structure de l'immeuble, il est à la charge du bailleur. Par exemple, pour des travaux de ravalement qui comportaient le traitement au silicone de la façade en briques poreuses et le remplacement de panneaux en tôle. En revanche, lorsqu'il s'agit seulement de nettoyer ou de repeindre la façade, c est le preneur qui devra prendre en charge les travaux. Pour estimer qu il s agit de grosses réparations les juges prennent en compte les travaux qui intéressent l immeuble dans sa structure et sa solidité générale. Les autres critères pris en compte par le juge sont l importance de la réparation en jeu et le caractère exceptionnel de la dépense. Quant aux impôts, taxes et redevances, ne peuvent plus être mis à la charge du preneur ceux dont le redevable légal est le bailleur ou le propriétaire du local ou de l immeuble et notamment la contribution économique territoriale. Par exception, la taxe foncière, les taxes additionnelles à la taxes foncières au rang desquelles figurent la taxe d enlèvement des ordures ménagères et la taxe de balayage ainsi que les impôts, taxes et redevances liés à l usage du local ou de l immeuble ou à un service dont le locataire bénéficie directement ou indirectement peuvent être répercutés sur le preneur. Ne pourront également imputés au locataire, les honoraires du bailleur afférents à la gestion de l immeuble, les honoraires liés à la gestion des loyers du local ou de l immeuble faisant l objet du bail. Ces dispositions sont applicables aux contrats conclus ou renouvelés depuis le 5 novembre Les modalités d augmentation du loyer La substitution de l indice du coût de la construction (ICC) par l Indice de référence des Loyers Commerciaux (ILC) (article 9). Le loyer des baux commerciaux et professionnels faisait l'objet, en cours de bail, d'une indexation annuelle ou triennale qui peut être basée sur : l'indice du coût de la construction (ICC) ; l'indice des loyers commerciaux (ILC) ; ou sur l'indice des loyers des activités tertiaires (ILAT). Désormais pour les révisions triennales légales et le renouvellement du bail commercial, l indice de référence est : l'ilc pour les activités commerciales, artisanales et industrielles ; l'ilat pour les activités tertiaires autres que commerciales et artisanales. Le calcul du plafonnement du loyer du bail renouvelé depuis le 1 er septembre 2014 par référence à l'ilat ou à l'ilc peut nécessiter de disposer de données relatives aux années 2005, 2006 et 2007, lesquelles n'étaient pas publiées jusqu'à présent. L'INSEE a donc publié les valeurs historiques de ces 2 indices de 2005 à

6 Toutefois, cette mesure ne vise pas les baux dont la révision est annuelle. Ces baux soumis à une clause d échelle mobile pourront donc continuer à se référer à l ICC. Cette disposition est applicable aux baux conclus ou renouvelés depuis le 1 er septembre A noter : le décret n du 3 novembre 2014 a modifié l article R ; le loyer révisé sera exigible au jour de la demande de révision en justice, sans possibilité pour les parties de fixer, avant ou pendant l instance, la date d exigibilité du nouveau prix à une autre date, plus ancienne ou plus récente. Cette modification est applicable aux contrats en cours au 5 novembre Le "plafonnement du déplafonnement" (article 11) La disposition permettant le «plafonnement du déplafonnement». Elle permet de limiter l augmentation du loyer en cas de déplafonnement, c est-à-dire en cas de fixation à la valeur locative du fait, par exemple, d une modification des facteurs locaux de commercialité. Par conséquent, l augmentation du loyer ne peut pas alors dépasser 10% du loyer payé l année précédente. Le locataire peut ainsi mieux supporter cet événement en évitant toute hausse brutale des loyers. Ce plafonnement à 10% s applique lorsque : - la fixation du loyer à la valeur locative est obtenue au titre d une modification notable des éléments composant la valeur locative (caractéristique des locaux, obligation des parties, destination des lieux, facteurs locaux de commercialité) ; - la durée du bail est supérieure à 9 ans. Par conséquent, ce «plafonnement du déplafonnement» ne s applique pas : - Au bail de 9 ans qui se poursuit, par l effet de la tacite prolongation, pendant plus de 12 ans. - Lorsqu une clause du bail exclut expressément l application des règles du plafonnement lors du renouvellement du bail. Le locataire bénéficiera également du plafonnement de 10% dans le cas d une révision du loyer triennale ou d une révision annuelle par l effet du jeu de la clause d échelle mobile, lorsque cette dernière a pour conséquence une variation de plus de 25% du loyer par rapport au prix fixé initialement. Par ailleurs, la révision du loyer prend effet à compter de la date de la demande de révision (article 12). Ces dispositions sont applicables aux baux conclus ou renouvelés depuis le 1 er septembre Les obligations à la fin du bail Droit de préemption du locataire en cas de vente des murs par le bailleur (article 14) Le bailleur devra avertir son locataire s il envisage de céder ses murs et lui proposer de les acheter. Le locataire aura un délai d un mois pour répondre à l offre de vente du bailleur. A compter de l envoi de sa réponse au bailleur, le locataire dispose d un délai de 2 mois pour la réalisation de la vente. Un second droit de préférence est prévu si le bailleur décide ultérieurement de vendre à des conditions ou à un prix plus avantageux que ce qu'il avait initialement proposé à son locataire. Cependant, cette disposition n est pas applicable à certaines cessions comme la cession unique de plusieurs locaux d un centre commercial ou une cession d un local au conjoint du bailleur à un ascendant ou descendant du bailleur ou de son conjoint Cette disposition est applicable depuis le 1 er décembre Suppression de l obligation de donner congé par acte d huissier (article 20) Désormais, la Loi Pinel laisse aux parties le choix entre un acte d huissier ou une lettre recommandée avec accusé de réception. Cependant, le locataire peut en pratique préférer utiliser un acte d huissier pour la garantie de la date de réception du congé par le bailleur. 6

7 Il convient de noter que la Loi Pinel n a pas généralisé le choix entre la lettre recommandée et l acte d huissier. Ainsi, article L du Code de commerce exige toujours que le locataire fasse sa demande de renouvellement du bail au bailleur par acte extrajudiciaire (acte d huissier). Par ailleurs, le bailleur dans le 3 mois de la signification de son locataire doit lui faire connaitre, par acte d huissier, «s'il refuse le renouvellement en précisant les motifs de ce refus». A ce titre, le décret du décret n insère un nouvel article R dans le Code de commerce, applicable aux contrats en cours au 5 novembre Cet article prévoit que lorsque le recours à l huissier n a pas été choisi, la date du congé est celle de la première présentation de la lettre. Limitation de la garantie de paiement des loyers (article 7 et 8) Cette garantie contractuelle, figurant dans beaucoup de baux commerciaux, est accordée par le cédant au bailleur pour couvrir une éventuelle défaillance de l acquéreur du bail en matière de paiement des loyers et charges. Désormais, le bailleur doit informer le cédant de la défaillance du locataire dans un délai d un mois à compter de la date à laquelle la somme du loyer ou des charges aurait dû être acquittée. Par ailleurs, la garantie du cédant au bénéfice du bailleur est limitée à 3 ans à compter de la date de cession du bail. Il n est toutefois pas prévu que cet article soit d ordre public, de sorte que la prescription de l action du bailleur ne s appliquera qu à défaut de clause contraire dans le bail commercial. La Loi n a pas établi de sanction en cas de défaut d information du bailleur dans le délai d un mois. Les juges devront donc établir la sanction au regard du préjudice subi par le cédant. En revanche, la «Loi Pinel» n interdit pas d étendre dans le contrat de bail la garantie aux sous acquéreurs, ni de prévoir que les acquéreurs du bail sont solidairement tenus avec le cédant des dettes de loyers et charges de ce dernier. Cette dernière clause est très dangereuse en cas de dépôt de bilan du cédant, le cessionnaire devant alors acquitter l intégralité du loyer dû par le cédant malgré le fait qu il n est pas normalement tenu du passif de l entreprise en dépôt de bilan. Substitution des mots «nuls et de nul effet» par «réputés non écrits (article 6) A titre d exemple de l incidence de ce changement de terminologie, dans le régime antérieur à la Loi, la nullité de la clause de renonciation aux intérêts relatifs au dépôt de garantie (L du Code de commerce) devait être demandée dans les 2 ans suivants la conclusion du bail, ce qui avait pour effet de supprimer toute efficacité à la portée du texte. Ainsi, si le locataire n agissait pas dans les 2 ans pour obtenir la nullité de la clause, il se trouvait déchu, pour toute la durée du bail, de la possibilité de solliciter de la part du bailleur le versement d intérêts sur les sommes excédentaires. Désormais, la «Loi Pinel», à travers la notion «réputés non écrits», permet au locataire d exiger du bailleur, quelles que soient les stipulations du bail, des intérêts au taux pratiqué par la Banque de France pour les avances sur titres, dépôts de garantie et loyers versés d avance pour les sommes excédant celles qui correspondent au prix du loyer de plus de 2 termes. Le locataire doit cependant effectuer sa demande dans la limite du délai de prescription quinquennal s il veut obtenir le paiement des intérêts sur les sommes excédentaires. Déspécialisation autorisée par le tribunal (article 15) Pour faciliter la cession du bail en cas de plan de cession après un dépôt de bilan, la «Loi Pinel» prévoit que le tribunal pourra autoriser le repreneur à adjoindre à l'activité prévue au contrat de bail des activités connexes ou complémentaires. Cette disposition n est pas applicable aux procédures de liquidation judiciaire en cours au 20 juin

8 Extension du domaine de compétence des commissions départementales de conciliation (art. 10 de la loi Pinel) La compétence des commissions départementales de conciliation en matière de baux commerciaux se limitait à la fixation du loyer des baux renouvelés. La compétence de ces commissions départementales est étendue aux contestations relatives aux loyers révisés ainsi qu aux charges et travaux. Cette disposition est d application immédiate. Eric CEMPURA Quelles sont les règles applicables en matière de stages en entreprise depuis le 1 er décembre 2014? Un décret en date du 27 novembre 2014 modifie certaines dispositions relatives aux périodes de stages afin de prendre en compte la loi n du 10 juillet 2014 tendant au développement, à l'encadrement des stages et à l'amélioration du statut des stagiaires. Il prévoit notamment : - les modalités d'intégration des périodes de formation et des stages en milieu professionnel dans un cursus pédagogique scolaire ou universitaire en fixant, notamment, un volume pédagogique minimal de formation dans les établissements d'enseignement ; - les modalités de l'encadrement pédagogique des stagiaires par l'enseignant-référent dans l'établissement d'enseignement et le tuteur de stage dans l'organisme d'accueil ; - les mentions devant figurer dans les conventions de stage conclues entre le stagiaire, l'établissement d'enseignement et l'organisme d'accueil ; - les informations relatives aux stagiaires devant figurer dans une partie spécifique du registre unique du personnel mentionnée à l'article L du code du travail ; - l'obligation pour les organismes d'accueil de délivrer une attestation de stage aux élèves et étudiants ; - les exceptions à la durée maximale des stages fixée à l'article L du code de l'éducation. Enfin, le texte unifie le cadre réglementaire applicable à l'ensemble des organismes d'accueil, qu'ils soient de droit public ou de droit privé, même s'il subsiste certaines dispositions spécifiques aux organismes d'accueil de droit public. Il est entré en vigueur le 1er décembre Ce décret revalorise également le montant de la gratification des stages. La gratification est obligatoire pour les stages de plus de 2 mois, consécutifs ou non, dans la même entreprise. La présence du salarié se décompte de la manière suivante : Un mois correspond à 22 jours de présence effective, consécutifs ou non, 7 heures de présence consécutives ou non comptent pour 1 jour. Dès lors que le stagiaire est présent dans l entreprise plus de 44 jours ou plus de 308 heures, même de façon discontinue, la gratification est obligatoire. Pour les conventions de stage conclues avant le 1 er décembre 2014 L indemnité reste égale à 12.5% du plafond horaire de la sécurité sociale (2,875 /h), soit 436,05 pour 35 heures hebdomadaires jusqu au 31 décembre A partir du 1 er janvier 2015, elle passe à 455,01 (3,00 /h) à la suite du relèvement du plafond de la sécurité sociale à cette date. Pour les conventions de stage signées entre le 1 er et le 31 décembre

9 L indemnité passe à 13.75% du plafond horaire de la sécurité sociale (3,0 /h), soit 479,66 pour la même durée hebdomadaire jusqu au 31 décembre 2014, puis à 500,51 (3,30 /h) à compter du 1 er janvier Pour les conventions signées entre le 1 er janvier 2015 et le 31 août 2015 L indemnité sera de ,30 /h) pour 35 heures hebdomadaires. A partir du 1 er septembre 2015 L indemnité passera à 15% du plafond horaire de la sécurité sociale (3.60 /h), soit pour 35 heures hebdomadaires jusqu au 31 décembre Décret n du 27 novembre 2014 relatif à l'encadrement des périodes de formation en milieu professionnel et des stages, JO n 0277 du 30 novembre 2014 Les chiffres clefs 2015 Hausse du SMIC : 9.61 /h, soit /mois (35 h par semaine). Minimum garanti : 3.52 (indexé sur l'inflation et permet le calcul d'avantages sociaux et d'indemnités comme les avantages en nature du secteur des hôtels, cafés, restaurants). Augmentation de la gratification minimale des stagiaires : jusqu au 31 août 2015 et à partir du 1 er septembre Hausse du plafond de la Sécurité sociale : /mois, soit /an. Seuil d exonération des titres-restaurant : Baisse du taux de cotisations patronales d allocations familiales pour les seules rémunérations jusqu à 1.6 smic : 3.45% (au lieu de 5.02%) et pour les seuls employeurs entrant dans le champ de la réduction Fillon (pour les autres, le taux reste fixé à 5.25%). Pour les travailleurs indépendants le taux est égal à 2.15% pour un revenu annuel d activité inférieur à 110% du plafond annuel de la Sécurité sociale (soit pour 2015) et à un taux croissant entre 2.15% et 5.20% entre 110% et 140% du plafond annuel de la Sécurité sociale (entre et ) (voir décret n du 17 décembre 2014). Hausse de la cotisation vieillesse déplafonnée des indépendants relevant du RSI à 0.35%, la cotisation vieillesse plafonnée passe à 17.05%. TVA La loi de finances pour 2014 a réformé le régime simplifié d'imposition des redevables de la TVA. Dorénavant, les acomptes sont semestriels ce qui signifie que l entreprise dépose 2 déclarations semestrielles en juillet (à hauteur de 55%) et décembre (à hauteur de 40%), ainsi qu une déclaration annuelle (CA12). Barème IR La loi de finances pour 2015 instaure un nouveau barème de l IR.. Tranches d imposition 2015 : - Jusqu'à : 0% - de à : 14,00% - de à : 30,00% - de à : 41,00% - au-delà de : 45% RAPPEL : DOCPRATIC est diffusé pour votre seul usage. Les articles de la revue ne peuvent être mis en ligne sur vos sites internet ou être diffusés à d autres. 9

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX Note Juridique 02 février 2015 ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX La loi relative à l artisanat, au commerce et aux petites entreprises, dite «Loi Pinel» n 2014-626 en date du 18 Juin 2014, a réformé le statut

Plus en détail

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX APPORTS DE LA LOI DU 18 JUIN 2014, DITE «LOI PINEL» ET DE SON DÉCRET D APPLICATION novembre 2014 Newsletter Baux Commerciaux La loi relative à l artisanat,

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80 LES BAUX COMMERCIAUX Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit

Plus en détail

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr SOMMAIRE ØLa Loi PINEL ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr La renégociation, 1 LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION

Plus en détail

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX Les baux dérogatoires La durée et le droit au renouvellement La fixation et la révision du loyer - 1-7 juillet 2015 Introduction Statut d ordre public o Location d immeubles

Plus en détail

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial FICHE THEMATIQUE n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1. LE BAIL COMMERCIAL 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial 1.2.1. Résiliation triennale 1.2.2. Résiliation anticipée

Plus en détail

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises,

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX www.actior.fr 1 Les objectifs de la loi PINEL : équilibrer

Plus en détail

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX Jeudi 9 juillet 2015 Club Pierre #44 Magali MARTON Head of EMEA Research, DTZ Jean-Marc PEYRON

Plus en détail

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 Emmanuelle BELLAICHE membre du Réseau AJA - 7, avenue de la Bourdonnais - 75007 Paris e.bellaiche@aja-avocats.com + 33 (0) 1 71 19 71 47 L interdiction d

Plus en détail

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Département Immobilier Eversheds Paris LLP Janvier 2015 1 - Allongement de la durée des baux dérogatoires

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX La véritable incidence de la loi Pinel sur les loyers commerciaux ne pourra être constatée qu'au regard de la réaction du marché (analyse à postériori).

Plus en détail

TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions

TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions Siège Social 23 rue de la Performance Europarc BV3 59650 VILLENEUVE D'ASCQ Tél : 03 20 04 06 00 Fax : 03 20 79 09 42 Email : contact@tostain-laffineur.com Interview

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 EXTRAITS DU N 51 mars 20145 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 Parlons de révisions Autour du repas

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 06.15 du 15/01/15 Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2015 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À L AUTO-ENTREPRENEUR, L EIRL ET LES ARTISANS Salon des entrepreneurs de PARIS 5 février 2015 MESURES RELATIVES À L AUTO- ENTREPRENEUR Pour rappel L auto-entrepreneur est

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL Vendredi 03 avril 2015 Solen REMY-GANDON Avocat Département Règlement des Contentieux FIDAL TROYES 03 25 82 65 01 Solen.remy-gandon@fidal.com 1 Baux commerciaux

Plus en détail

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Cabinet NICOLAS & DENIZOTAssociés I / Etude Actualité sur les indices

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche?

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Salon Micro entreprise Octobre 2015 Le régime auto-entrepreneur Au sommaire Le dispositif, conditions, principes L adhésion Les cotisations, déclaration

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL Textes Loi LME du 4 août 2008 Loi MURCEF du 11 décembre 2001 Article L. 145-3 du code de commerce Article L. 145-5 du code de

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Le volet immobilier de la loi Pinel... ...entre Parlement et Sénat

Le volet immobilier de la loi Pinel... ...entre Parlement et Sénat Rencontre LPA Le volet immobilier de la loi Pinel......entre Parlement et Sénat Mardi 25 mars 2014 136 avenue des Champs-Elysées 75008 Paris - Tél. : +33 (0)1 53 93 30 00 Fax : +33 (0)1 53 93 30 30 www.lpalaw.com

Plus en détail

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial organisé par organisé par Maître Fatiha NOURI Le bail commercial «Le fameux bail 3/ 6/ 9» Propos introductif UN STATUT PROTECTEUR QUI S APPLIQUE DE PLEIN DROIT

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

Résumé commenté de la "Loi Pinel"

Résumé commenté de la Loi Pinel 1-INTRODUCTION : Résumé commenté de la "Loi Pinel" Loi N 2014-626 du 18 juin 2014 dite "Loi Pinel" publiée le 19 juin 2014 décret d application en date du 03 novembre 2014 INTENTION DU GOUVERNEMENT : «permettre

Plus en détail

QUOI DE NEUF EN 2015?

QUOI DE NEUF EN 2015? Claire Valérie QUOI DE NEUF EN 2015? LE SOMMAIRE 1. Les baux commerciaux 2. La publicité des comptes au greffe 3. Les cotisations RSI 4. L autoliquidation de la tva 5. Nouveaux logiciels : les indicateurs

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

ACTUALITE JURIDIQUE. Sociétés - Commercial DROIT DES SOCIETES - DROIT COMMERCIAL. n 7 - Avril - Juin 2014

ACTUALITE JURIDIQUE. Sociétés - Commercial DROIT DES SOCIETES - DROIT COMMERCIAL. n 7 - Avril - Juin 2014 ACTUALITE JURIDIQUE Sociétés - Commercial n 7 - DROIT DES SOCIETES - DROIT COMMERCIAL 1. Le chèque ne vaut paiement que s il a été encaissé.... 2 2. Rachat par les sociétés non cotées de leurs propres

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail

Loi Pinel et décret du 3 novembre 2014 : Quels changements?

Loi Pinel et décret du 3 novembre 2014 : Quels changements? Loi Pinel et décret du 3 novembre 2014 : Quels changements? Caroline Varlet Directeur Juridique & Compliance JLL France RICS Rhône-Alpes Manifestation du 15 janvier 2015 Loi Pinel : la durée des baux Le

Plus en détail

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Article juridique publié le 13/03/2015, vu 1511 fois, Auteur : Avocat David MICHEL La loi relative à l'artisanat, aux commerces et

Plus en détail

Les difficultés attendues après la loi Pinel

Les difficultés attendues après la loi Pinel M e Géraldine Piedelièvre Avocat, associé Lefèvre Pelletier & associés, Avocats ANALYSE Les difficultés attendues après la loi Pinel Si les dispositions de la loi Pinel du 18 juin 2014 et de son décret

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

A - Le fonds de commerce

A - Le fonds de commerce Chapitre 5 QUOI? Un fonds, des parts, une franchise, un commerce indépendant: les conséquences en sont différentes. Vous pouvez acheter un fonds de commerce, certes, mais aussi des parts de société et

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Les Consorts T étaient débiteurs de charges de copropriété qu ils ne réglaient pas depuis plusieurs années.

Les Consorts T étaient débiteurs de charges de copropriété qu ils ne réglaient pas depuis plusieurs années. COUR D APPEL DE LYON 04 Décembre 2014 Cet arrêt rendu à l encontre d un syndic, la Société de G R L, pose le problème de sa responsabilité envers des copropriétaires débiteurs, les Consorts T. Les faits

Plus en détail

Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008.

Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008. J28 Sur la base de La loi de Modernisation de l Economie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 publiée au journal officiel du 5 août 2008. Le statut de l auto entrepreneur : L article 8 de la Loi institue le

Plus en détail

LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER

LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER Avocat au barreau de Paris Après le plan d action présenté par Madame PINEL le 19 juin 2013, le projet de loi du 21 août 2013 rassemblait un certain

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable Juillet 2014

La lettre de votre Expert-comptable Juillet 2014 CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Juillet 2014 Au sommaire : SOCIAL - Contrôle URSSAF - Artisans commerçants/indemnités journalières - RSI

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Numéro 43 - Octobre 2012

Numéro 43 - Octobre 2012 Numéro 43 - Octobre 2012 - Présentation du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 - Modalités de calcul du plafonnement global de certains avantages fiscaux à l'impôt sur le revenu

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

BAIL COMMERCIAL : Qui doit payer les travaux de mise en conformité?

BAIL COMMERCIAL : Qui doit payer les travaux de mise en conformité? BAIL COMMERCIAL : Qui doit payer les travaux de mise en conformité? De plus en plus de locataires d un bail commercial s interrogent sur la prise en charge des travaux de mise en conformité du local d

Plus en détail

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC LES LOYERS COMMERCIAUX Préambule : Pour les boutiques, il existe deux valeurs locatives : 1- La valeur locative de marché issue des loyers constatés pour des nouvelles locations. La valeur locative de

Plus en détail

N 2010 / 034 14/10/2010. Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite

N 2010 / 034 14/10/2010. Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite N 2010 / 034 14/10/2010 Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite Contact : Laurent Périé laurent.perie@le-rsi.fr A : Mesdames et Messieurs les Directeurs des caisses RSI Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

LA LETTRE DU CABINET

LA LETTRE DU CABINET LA LETTRE DU CABINET DROIT COMMERCIAL N 2 - Janvier 2015 REFORME DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI PINEL DU 18 JUIN 2014 & SON DECRET D APPLICATION DU 3 NOVEMBRE 2014 Par Bernard Puylagarde Bernard

Plus en détail

Comment appréhender son bail commercial

Comment appréhender son bail commercial Comment appréhender son bail commercial Animé par : Jean-Denis LE MOIGNE Erwan LE ROUILLE Régis MORENNE INTRODUCTION La conclusion du bail commercial présente des difficultés pour le locataire qui ne différencie

Plus en détail

SOMMAIRE. Ce document présente les principales mesures de cette loi pouvant intéresser les commerçants, les artisans et les très petites entreprises.

SOMMAIRE. Ce document présente les principales mesures de cette loi pouvant intéresser les commerçants, les artisans et les très petites entreprises. Nouvelles mesures Loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Plus d informations sur www.apce.com Loi n 2014262 du 18 juin 2014, parue au journal officiel du 19 juin 2014 Ce

Plus en détail

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE NOUVEAU BAIL SANS RACHAT DE FONDS DE COMMERCE ET/OU DE DROIT AU BAIL 1. Textes légaux : Décret du 30 septembre

Plus en détail

N 2013 / 017 5/07/2013

N 2013 / 017 5/07/2013 N 2013 / 017 5/07/2013 Origine : Direction de la Réglementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Réglementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr A : Mmes et

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

II. Révision des évaluations des locaux d habitation : les départements tests sont choisis

II. Révision des évaluations des locaux d habitation : les départements tests sont choisis NOTE D INFORMATION 2015/01 du 12 janvier 2015 intérêts comptes courants 2014 I. Compte courants d associés : taux maximal d intérêts déductibles Le taux maximal d'intérêts déductibles s'établit à 2,79

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

LOI DU 18 JUIN 2014 RELATIVE A L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRES PETITES ENTREPRISES SOMMAIRE

LOI DU 18 JUIN 2014 RELATIVE A L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRES PETITES ENTREPRISES SOMMAIRE LES PRINCIPALES ÉVOLUTIONS LOI DU 18 JUIN 2014 RELATIVE A L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRES PETITES ENTREPRISES SOMMAIRE BAUX COMMERCIAUX... p. 02 DROIT DE PREEMPTION COMMERCIAL DES COMMUNES... p. 05

Plus en détail

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA vise à améliorer les revenus d activité en les complétant jusqu à atteindre un niveau de revenu garanti

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

1. Censure constitutionnelle de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus CEHR

1. Censure constitutionnelle de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus CEHR Information Rappel : Cette newsletter a pour objectif d attirer votre attention sur des points d actualité, des nouvelles dispositions légales et des lacunes éventuelles dans votre exploitation sur lesquelles

Plus en détail

LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE

LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE Lettre d information N 5 DROIT IMMOBILIER Juillet / Août 2014 LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX La loi n 2014-626 du 18 juin 2014, relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises apporte

Plus en détail

N 2013 / 020 5/12/2013

N 2013 / 020 5/12/2013 N 2013 / 020 5/12/2013 Origine : Direction de la Réglementation et des Affaires Juridiques Direction du Recouvrement et de la MOA A : Mmes et MM les Directeurs Mmes et MM les Agents comptables Contact

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Emmanuel Jacques Almosnino

Emmanuel Jacques Almosnino Emmanuel Jacques Almosnino LE NOUVEAU REGIME DES COTISATIONS ET PRELEVEMENTS SOCIAUX SUR LES REMUNERATIONS La loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 augmente

Plus en détail

Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne

Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne Le Bail commercial Le statut des baux commerciaux résulte d'un décret du 30 septembre 1953. On parle de statut car plusieurs dispositions sont d'ordre public et ne peuvent être contredites par les conventions

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

Statuts du conjoint(e) du chef d entreprise artisanale Fiche relative au statut de conjoint collaborateur

Statuts du conjoint(e) du chef d entreprise artisanale Fiche relative au statut de conjoint collaborateur Statuts du conjoint(e) du chef d entreprise artisanale Fiche relative au statut de conjoint collaborateur (Loi 2005-882 du 2 Août 2005 et décret 2006-966 du 1 er août 2006) Entrée en vigueur le 4 AOUT

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS 15 JANVIER 2015 N 1/2015 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE OBLIGATIONS Réforme du régime simplifié d imposition : les modalités de versement des acomptes semestriels sont précisées À compter

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

- Page N 1 - ECOQUARTIER DE LA CARTOUCHERIE PARKINGS MUTUALISES Dispositions relatives aux contrats individuels d amodiation

- Page N 1 - ECOQUARTIER DE LA CARTOUCHERIE PARKINGS MUTUALISES Dispositions relatives aux contrats individuels d amodiation - Page N 1 - ECOQUARTIER DE LA CARTOUCHERIE PARKINGS MUTUALISES Dispositions relatives aux contrats individuels d amodiation La Cartoucherie, opération créée par la Ville de Toulouse et réalisée par OPPIDEA,

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

LES STAGES EN ENTREPRISE

LES STAGES EN ENTREPRISE Groupement des Métiers de l Imprimerie --------------------------------------------------------------------------------------------- SEPTEMBRE 2014 NOTE N 31 LES STAGES EN ENTREPRISE (Loi n 2014-788 du

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

SOMMAIRE. Ce document présente les principales mesures de cette loi pouvant intéresser les commerçants, les artisans et les très petites entreprises.

SOMMAIRE. Ce document présente les principales mesures de cette loi pouvant intéresser les commerçants, les artisans et les très petites entreprises. Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi relative à l artisanat et commerce et aux très petites entreprises Loi n 2014 du 18 juin 2014, parue au journal officiel du 19 juin 2014 Ce document

Plus en détail

Actualités Juridiques Avril 2011

Actualités Juridiques Avril 2011 . Actualités Juridiques Avril 2011 FISCALITE : La loi de finances rectificative pour 2012 : Principales dispositions TVA relèvement du taux normal L article 2V de la Loi prévoit à compter du premier octobre

Plus en détail

Gratification en France

Gratification en France Gratification en France L article L. 124-6 du code de l Education précise expressément que la gratification n a pas le caractère d un salaire au sens de l article L. 3221-3 du code du travail 1. La gratification

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

Activité partielle et Formation. Direccte de Franche Comté

Activité partielle et Formation. Direccte de Franche Comté Activité partielle et Formation Une mesure ancienne prévue par les partenaires sociaux dans un accord national interprofessionnel (ANI) du 21 février 1968, réactualisée par deux ANI du 13 Janvier et du

Plus en détail

7.3. Les différents modes de transmission

7.3. Les différents modes de transmission 7.3. Les différents modes de transmission La manière d exercer l activité et le choix de la forme juridique ont des répercussions importantes sur le processus de transmission 7.3.1. Les impacts du choix

Plus en détail

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante D étendre l obligation d information sur les surfaces louées

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, commerçants, industriels Le statut de votre conjoint Édition janvier 2012 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul des cotisations

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail