Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER Mai 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie. SAERM, ALGER 28-29 Mai 2010"

Transcription

1 Dr. Djellali-Zemni Safia, Dr.Ragmoun Houssem Gynécologues obstétriciens - Tunisie SAERM, ALGER Mai 2010

2 INTRODUCTION Ménopause ou insuffisance ovarienne physiologique Phénomène inéluctable de l espèce humaine Si insuffisance ovarienne avant 40 ans = insuffisance ovarienne prématurée (IOP) Grande détresse QUEL SORT? QUELLE SOLUTION?

3 Insuffisance ovarienne: survient en moyenne à l âge de 51 ans : ménopause.

4 une aménorrhée primaire, ou secondaire (4-6 mois) survenant avant l âge de 40 ans associée à un taux de FSH > 30mUI/ml (2 reprises)

5 L IOP est de l ordre de 1 a 3 % de la population féminine 80% idiopathiques Physiopathologie : mythe ou réalité?

6 Patientes et méthodes 1000 patientes, service de Cytogénétique et de Biologie de la Reproduction(H.U. Farhat Hached Sousse),jan à déc patientes: étude prospective de fév à sept Critères d exclusion: Syndrome de Turner clinique, antécédents d hystérectomie, d ovariectomie, de radiothérapie pelvienne ou de chimiothérapie.

7 Une échographie pelvienne (examinateur exclusif) La détection ou non de follicules ou de kystes ovariens a été précisée La surface des ovaires (S) est calculée à partir de la longueur (L) et la largeur (l) des ovaires: S= L x l x 0,8. La surface normale de l ovaire varie de 2 à 6 cm 2 Halligan et al., 2000

8 Dosages hormonaux La FSH, la LH, la TSH et l IGF I ont été dosés par technique immunoradiométrique (IRMA) L Oestradiol, la Testostérone, la SDHEA et la Delta-4 androstènedione ont été dosés par technique radio immunologique (RIA)

9 les anticorps anti-thyroïdiens Les anticorps anti-peroxydase (RIA) Les anticorps anti-thyroglobuline (IRMA) les anticorps anti-surrénale et les anticorps anti-ovaire La détection des anticorps anti-surrénale et des anticorps anti-ovaire par immunofluorescence indirecte (IFI) chez les patientes ayant un caryotype normal

10 Une analyse chromosomique a été réalisée par l établissement du caryotype Lorsque la formule chromosomique s avérait normale, nous avons recherché une monosomie X en faible mosaïque par la technique d Hybridation In Situ Fluorescente (FISH) sur noyaux interphasiques. Recherche de prémutation du gène FMR1 chez les patientes n ayant pas de remaniements chromosomiques

11 1. Profil clinique 2. Profil hormonal 3. Données de l échographie pelvienne 4. Profil génétique 5. Profil immunologique

12 Répartition selon l âge (âge moyen 26,78 ± 7,86 ans) Age en années

13 Les antécédents familiaux: Notion d aménorrhée primaire ou secondaire: 26,3% Notion de stérilité ou d infertilité: les apparentés de 20%patientes Notion de retard mental: 6,3% Consanguinité parentale: 33,8% patientes Maladie auto-immune: 12,5%

14 Les antécédents personnels: Maladie auto-immune: 15 cas (18,75%) 2 patientes sont atteintes d une acromégalie 25 patientes sont mariées: Grossesses (11 patientes) Avortements à répétition (1 cas) Infertilité (13 patientes)

15 Répartition selon le type d aménorrhée Aménorrhée primaire: 43,2% Aménorrhée secondaire: 56,8% patientes p e s aménorrhée primaire aménorrhée secondaire Age en années Répartition des patientes selon le type de l aménorrhée et l âge

16 Distribution en fonction des paramètres clinique Le groupe A: patientes atteintes d aménorrhée primaire avec impubérisme (n=13) Le groupe B: patientes ayant une aménorrhée primaire avec une puberté incomplète (n=24) Le groupe C: patientes ayant une aménorrhée secondaire (n=43)

17 Paramètres cliniques chez les 3 groupes Développem. pubertaire Groupe A (n=13) Groupe B (n=24) Groupe C (n=43) absent partiel normal Aménorrhée primaire primaire secondaire Age du diagnostic Taille IMC 20,15±3,93 (16-30) 158,46±7,82 ( ) 20,45±2,72 (17,31-25,96) 24,83±5,62 (17-37) 158,54±6,34 ( ) 21,22±2,57 (16,18-25,63) 29,88±8,28 (17-40) 158,81±7,07 ( ) 23,59±4,94 (17,85-44,53) p <10-3 0,98 0,01

18 Caractéristiques cliniques de l IOP selon les études Massin et al., 2004 Massin et al., 2006 Ben Ali et al., 2006 Notre étude Nombre de patientes Age (médiane) (26) 20,4± (27, 5) (25) Aménorrhée primaire 16 (26%) 41 (65%) 11 (37%) 37 (46,3%) Aménorrhée secondaire 45 (74%) 22 (35%) 19 (63%) 43 (53,8%) Puberté normale 56 (92%) 22 (35%) 30 (100%) 43 (53,75%) Maladie auto-immune associée 5 (8,19%) 6 (9,5%) - 15 (18,75%) ATCD familiaux d IOP 9 (14,75%) 10 (16%) 3 (10%) 21 (26,3%) ATCD familiaux de maladies Autoimmune (12,5%)

19 Résultats des explorations hormonales Moyenne ± DS extrêmes FSH (mui/ml) 76,26 ± 36, LH (mui/ml) 31,04 ± 12, Estradiol (pg/ml) 22,13 ± 14, Testostérone (ng/ml) 0,49 ± 0,22 0,1-1,1 Androstènedione (ng/ml) 1,16 ± 1,12 0,1-8,3 DHEA Sulfate (ng/ml) 1296,78 ± 736, TSH (mui/l) 3,43 ± 5,73 0,01-50 IGF I (ng/ml) 255,25±109,

20 Résultats des explorations hormonales Groupe A (n=13) Groupe B (n=24) Groupe C (n=43) P FSH (mui/ml) 91,9±33,42 70,14±35,05 74,88±37,77 0,21 LH (mui/ml) 27,96±10,33 29,9±10, 32,06±14,26 0,55 Estradiol (pg/ml) 25,23±12,54 21,66±17,7 21,46±12,64 0,69 Testostérone (ng/ml) 0,45±0,18 0,52±0,15 0,5±0,25 0,58 Δ4androstènedione (ng/ml) 0,92±0,45 1,32±1,15 1,22±1,42 0,62 DHEAS (ng/ml) 831,33±608, ±547,8 1293,16±875,96 0,14 TSH (mui/ml) 3,39±3,27 2,85±1,52 3,77±7,59 0,85 IGF I (ng/ml) 265,61±127,83 229,16±101,86 266,67±107,34 0,38

21 La FSH: FSH > 30 mui/ml vérifiée à deux reprises à 4 à 6 semaines d intervalle diagnostic de l IOP. Ce taux est comparable à celui retrouvé dans la majorité des études rapportées Massin et al., 2004 ; Massin et al., 2006 L œstradiol taux souvent < 50 pg/ml du fait de la déplétion des follicules. Lorsqu il est normal activité folliculaire résiduelle La LH Le taux de LH élevé souvent > 10 mui/ml Massin et al., 2006 Dans notre série, le taux de LH était entre mui/ml

22 Données de l échographie pelvienne (3 groupes) Groupe A Groupe B Groupe C p Longueur des ovaires (cm) 1,77±0,2 1,45±0,63 2,34±1,14 0,16 Surface des ovaires (cm 2 ) 1,85±0,57 1,83±1,25 2,34±1,14 0,46 Présence de follicules Ovaires non vus 7,69% 8,33% 46,51% < ,92% 66,66% 32,55% 0,002

23 La présence de follicules à l échographie: prédictive d une reprise du fonctionnement ovarien Conway et al., 1996 En cas d aménorrhée primaire: des ovaires en bandelettes à l échographie dans 50% En cas d aménorrhée primaire avec des ovaires normaux à l échographie, des follicules (< 10 mm) peuvent se voir (mutation du récepteur à la FSH) Beck-Peccoz et al., 2005 Des kystes de l ovaire peuvent être observés en cas de mutation du récepteur à la LH

24 BUT: Évaluer la prévalence des anomalies chromosomiques (monosomie X en faible mosaïque ) chez une large série de 1000 tunisiennes atteintes d IOP a caryotype normal. Période: Janv 96 à dec 2OO8 Comment: Hybridation In Situ Fluorescente (FISH)

25 Fréquence des anomalies chromosomiques

26 Résultat de FISH Moyenne du taux de mosaicisme chez la population témoin = 2,33 % ± 1,34 23 patientes avaient un taux de mosaicisme supérieur à 4 %

27 Liées aux autosomes : Mutation du récepteur de la FSH Syndrome du blépharophimosis / ptosis Syndrome APCED Ataxie Télangiectasie Galactosémie, Syndrome de Perrault Mutations du gène de l aromatase Liées au chromosome X : Anomalie de nombre: Syndrome de Turner Triple X Anomalie de structure: Chromosome X en anneau Délétion, translocation du chromosome X Anomalie génique Gène FMR1 ( syndrome de X fragile) Géne BMP 15.

28 Recherche de la prémutation du gène FMR1 20 % : évoque un risque de prémutation. Répartition de la prémutation du gène FMR1 Groupe A (n=13) Groupe B (n=24) Groupe C (n=43) p Amplification seul allèle d un 2/13 (15,38%) 4/24 (16,66%) 10/43 (23,25%) 0,73

29 Anticorps anti-thyroïdiens: détectés chez 20 patientes Les anticorps anti-ovaire: détectés chez 8 patientes (5 avaient des anticorps anti-surrénale) Chez 3 autres patientes, nous avons uniquement détecté la présence d anticorps anti-surrénale A B A : détection des anticorps anti-zone pellucide des follicules ovariens (IFI) B : détection des anticorps anti-surrénale (IFI)

30 LES ANTICORPS ANTI-OVAIRE Aucune des patientes atteintes de thyroïdite d Hashimoto ou de maladie de Basedow n avait d anticorps anti-ovaire Actuellement les méthodes immuno-enzymatiques: préférables à l IFI sur coupes tissulaires meilleure standardisation des antigènes à tester et leur lecture est automatisable Kelkar et al., 2005 De plus, l IFI: peu spécifique pour détecter les anticorps anti-ovaire (taux de faux positifs peut atteindre 30%) Novosad et al., 2003

31 Conclusion L IOP n est pas une pathologie exceptionnelle. Souvent après une enquête clinique exhaustive, aucune étiologie n est retrouvée d où l intérêt de l étude cytogénétique en particulier la technique FISH pour évaluer le taux réel de mosaicisme (monosomie X en faible mosaïque) Un conseil génétique doit être prodigué aux patientes et à leurs familles lorsque une anomalie chromosomique ou génique est retrouvée.ceci doit tenir compte du risque de récurrence de l IOP dans la famille et surtout d un déséquilibre chromosomique plus grave pouvant donner des pathologies polymalformatives.

32 Diagnostic positif : FSH > 30 mui/ml à 2 reprises à 4 semaines d intervalle LH Estradiol Echographie Pelvienne Caryotype Normal Anomalie chromosomique Recherche monosomie X par FISH pas de mosaïcisme mosaïcisme Étude du gène FMR1 FMR1 normal FMR1 prémuté Contexte auto-immun ou TSH > 5 mui/l Étude immunologique Traitement substitutif Conseil génétique

La Génétique en Pratique

La Génétique en Pratique La Génétique en Pratique Deux volets /Trois échelles Clinique :-les syndromes - le conseil génétique Biologie :-Cellulaire -Moléculaire CELLULAIRE=Cytogénétique Structure du chromosome CELLULAIRE=Caryotype

Plus en détail

Un cas d aménorrhée primaire. Observation interactive

Un cas d aménorrhée primaire. Observation interactive Un cas d aménorrhée primaire Observation interactive Océane née le 1 er octobre 1993 Consulte pour une aménorrhée primaire le 15 juin 2010 à l âge de 16 ans et 8 mois Antécédents : Aînée de 3 enfants Mère

Plus en détail

PREMUTATION CHEZ LA FEMME ET INSUFFISANCE OVARIENNE PRECOCE

PREMUTATION CHEZ LA FEMME ET INSUFFISANCE OVARIENNE PRECOCE PREMUTATION CHEZ LA FEMME ET INSUFFISANCE OVARIENNE PRECOCE Anne Bachelot Endocrinologie et Médecine de la Reproduction Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Stock folliculaire 1 000 000 Colonisation des

Plus en détail

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE.

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE. DS Procréation. Correction 04/09 Partie 2.1 : (3 points) Procréation OBLIGATOIRE. La différenciation sexuelle débute au cours de la vie embryonnaire et se termine à la puberté. Elle est sous contrôle génétique

Plus en détail

Galactosémie: modèle de forme fluctuante des insuffisances ovariennes prématurées

Galactosémie: modèle de forme fluctuante des insuffisances ovariennes prématurées Galactosémie: modèle de forme fluctuante des insuffisances ovariennes prématurées Dr Anne Bachelot Dr Isabelle Flechtner Au nom de l ensemble des médecins participants HOPITAUX UNIVERSITAIRES LA PITIE

Plus en détail

Hypogonadisme. Axe gonadotrope

Hypogonadisme. Axe gonadotrope Hypogonadisme Axe gonadotrope Différentiation sexuelle pré-natale chez le fœtus male Activité de l axe Gonadotrope Testostérone Période fœtale 1 à 6 mois «mini puberté» 29 Septembre 2010 Puberté / Adulte

Plus en détail

Hyperandrogénies et Hirsutisme

Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies et Hirsutisme Hyperandrogénies Définition Généralités : forte prévalence de l hirsutisme 6-8% Rappel Physiopathologique Hyperandrogénies Tissus stéroïdogènes : testis, ovaire et surrénale

Plus en détail

Dosages hormonaux chez l homme. Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine Paris

Dosages hormonaux chez l homme. Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine Paris Dosages hormonaux chez l homme Sophie Christin-Maitre Hôpital Saint-Antoine Paris Dosages hormonaux Ambiguité sexuelle Impubérisme Hypogonadisme acquis / Impuissance Infertilité Gynécomastie Tumeur testiculaire

Plus en détail

LA PUBERTE NORMALE. Economique : difficultés nutritionnelles, carence d'apport. II/ Les étapes cliniques de la puberté chez la fille

LA PUBERTE NORMALE. Economique : difficultés nutritionnelles, carence d'apport. II/ Les étapes cliniques de la puberté chez la fille LA PUBERTE NORMALE I/ Généralités 1.Définition Période où le corps se transforme physiquement (taille, sexuellement) et où il y a un changement psychologique, affectif, mental. Dure plusieurs années. 2.Age

Plus en détail

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES

AMÉNORRHÉES SECONDAIRES AMÉNORRHÉES SECONDAIRES On appelle aménorrhée secondaire une absence de menstruation depuis plus de trois mois chez une patiente antérieurement bien réglée. L'aménorrhée secondaire est beaucoup plus fréquente

Plus en détail

Cas cliniques. Génétique médicale

Cas cliniques. Génétique médicale Cas cliniques Génétique médicale Pathologie autosomique dominante Pathologie autosomique dominante Arguments filles et garçons atteints transmission verticale toutes les générations sont atteintes Risque

Plus en détail

INTERÊT PRATIQUE DES MARQUEURS D INSUFFISANCE OVARIENNE. Dr ML TAILLAND

INTERÊT PRATIQUE DES MARQUEURS D INSUFFISANCE OVARIENNE. Dr ML TAILLAND INTERÊT PRATIQUE DES MARQUEURS D INSUFFISANCE OVARIENNE Dr ML TAILLAND Les marqueurs d insuffisance ovarienne Un couple /7 consulte pour désir d enfant, Première grossesse plus tardive bilan pour décider

Plus en détail

PUBERTÉ PRÉCOCE. Jeudi 21 novembre 2013.

PUBERTÉ PRÉCOCE. Jeudi 21 novembre 2013. PUBERTÉ PRÉCOCE Docteur Louise MONTAGNE Endocrinologie, gynécologie et diabétologie pédiatriques Clinique de Pédiatrie Saint Antoine Hôpital Saint Vincent de Paul, Lille Jeudi 21 novembre 2013. Caroline,

Plus en détail

Module 2 : 029 STÉRILITÉ DU COUPLE CONDUITE DE LA PREMIÈRE CONSULTATION

Module 2 : 029 STÉRILITÉ DU COUPLE CONDUITE DE LA PREMIÈRE CONSULTATION Module 2 : 029 STÉRILITÉ DU COUPLE CONDUITE DE LA PREMIÈRE CONSULTATION Validé par le Dr Lavoué Épidémiologie - Prévalence des couples infertiles : 15 % - Prévalence des couples stériles : 4 % Dé nition

Plus en détail

Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié. Le Cycle Menstruel. Les Généralités

Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié. Le Cycle Menstruel. Les Généralités Le rôle du laboratoire dans l évaluation de l infertilié Hôpitaux Universitaires de Genève Pr.. P.Bischof PhD Le Cycle Menstruel Les Généralités Le Cycle Ovarien Le Cycle Endometrial La Régulation du Cycle

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

CANCER ET FERTILITÉ: DÉMARCHE FRANCILIENNE

CANCER ET FERTILITÉ: DÉMARCHE FRANCILIENNE CANCER ET FERTILITÉ: DÉMARCHE FRANCILIENNE Dr Julie Bénard, Hôpital Jean Verdier, Bondy (93) Réseau ONCORIF Ateliers soins de support Amiens, 1/10/2015 PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ (PF) FÉMININE Amélioration

Plus en détail

Aujourd hui, il y a plus de consortium, ce qui permet des avancées plus rapides.

Aujourd hui, il y a plus de consortium, ce qui permet des avancées plus rapides. GFMOM 20/01/2012 Cours 2 partie 2 T. Bourgeron II. LA CYTOGENETIQUE Nous allons étudier les anomalies chromosomiques des plus grossières aux plus fines. Ces anomalies peuvent être retrouvées dans la population

Plus en détail

PUBERTE PRECOCE. Dr ZENATY, endocrinologue pédiatre Hôpital Robert Debré, Paris. Tous droits réservés - D. Zenaty

PUBERTE PRECOCE. Dr ZENATY, endocrinologue pédiatre Hôpital Robert Debré, Paris. Tous droits réservés - D. Zenaty PUBERTE PRECOCE Dr ZENATY, endocrinologue pédiatre Hôpital Robert Debré, Paris Tous droits réservés - D. Zenaty Définition Apparition précoce un ou plusieurs caractères sexuels 2res (seins, pilosité) Puberté

Plus en détail

Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal

Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal Véronique Satre, Charles Coutton, Gaëlle Vieville, Françoise Devillard et Florence Amblard Maladies génétiques Anomalies chromosomiques Cytogénétique

Plus en détail

Les examens sanguins permettant de vérifier la fonction ovarienne.

Les examens sanguins permettant de vérifier la fonction ovarienne. Les examens sanguins permettant de vérifier la fonction ovarienne. Femmes Cette prise de sang doit être faite à jour 3 ( j3) Soit trois jours après le début des règles. Elle permet de vérifier la capacité

Plus en détail

Place de la Génétique en Médecine Générale

Place de la Génétique en Médecine Générale Place de la Génétique en Médecine Générale Principes et indications des examens en génétique médicale ECU-UCL 12.01.2008 Dr I.Maystadt Génétique : quelques petits rappels Cytogénétique tique 46 chromosomes

Plus en détail

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Pr Michel Polak Endocrinologie Pédiatrique INSERM U845 Hôpital Necker Enfants Malades. Paris Développement des caractères sexuels secondaires chez la

Plus en détail

Retard simple de la puberté! Si simples?

Retard simple de la puberté! Si simples? Retard simple de la puberté! Si simples? Absence de développement des OGE à 14 ans chez le garçon à 12-13 ans chez la fille et/ou absence de règles à 15-16 ans En fait, le motif de la consultation est

Plus en détail

Dr Gilbert Simonin CHU Timone- EnfantsMarseille

Dr Gilbert Simonin CHU Timone- EnfantsMarseille Dr Gilbert Simonin CHU Timone- EnfantsMarseille L Age Osseux Pour quoi faire? 1 Quelles Indications? Pathologie: Croissance: Défaut. Excès. Puberté: Retard. Avance. Maladie Chronique: suivie: Hormone de

Plus en détail

GLANDE MAMMAIRE CHEZ LA FILLETTE ET L ADOLESCENTE

GLANDE MAMMAIRE CHEZ LA FILLETTE ET L ADOLESCENTE GLANDE MAMMAIRE CHEZ LA FILLETTE ET L ADOLESCENTE TROIS ÉTAPES ESSENTIELLES dans le développement de la glande mammaire la vie embryonnaire la puberté la lactahon LA PATHOLOGIE est presque toujours BÉNIGNE

Plus en détail

Hyperandrogénies post ménopausiques. A.Gompel

Hyperandrogénies post ménopausiques. A.Gompel Hyperandrogénies post ménopausiques A.Gompel Hyperandrogénie Liée à une sécrétion/utilisation exagérée des androgènes Hyperproduction des androgènes origine surrénalienne ou ovarienne associé à des troubles

Plus en détail

Dysgonosomies X, XXY, XXX, XYY

Dysgonosomies X, XXY, XXX, XYY Dysgonosomies X, XXY, XXX, XYY Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale Date de création du document 2010-2011 Table des matières I 45,X : syndrome de Turner... 3 II 47,XXY

Plus en détail

EXPLORATION DU COUPLE INFERTILE

EXPLORATION DU COUPLE INFERTILE EXPLORATION DU COUPLE INFERTILE Dr Juliette GUIBERT Gynécologue-obstétricienne CMC Baie de Morlaix CHEM/APSPM, 19 février 2015 Définition 1 à 2 ans d exposition au risque de grossesse En dehors d antécédents

Plus en détail

Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée

Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée Soutenance de mémoire du DES de pédiatrie, Fanny RICHARD Vendredi 8 octobre Introduction (1)

Plus en détail

Syndrome MRKH. Aspect médical. Dr K. Morcel. Département d Obstétrique Gynécologie et Médecine de la Reproduction CHU Anne de Bretagne, Rennes

Syndrome MRKH. Aspect médical. Dr K. Morcel. Département d Obstétrique Gynécologie et Médecine de la Reproduction CHU Anne de Bretagne, Rennes Syndrome MRKH Aspect médical Dr K. Morcel Département d Obstétrique Gynécologie et Médecine de la Reproduction CHU Anne de Bretagne, Rennes CNRS UMR 6061 «Génétique et développement» Faculté de Médecine

Plus en détail

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic Médecine prédictive Introduction à la médecine Prédictive Définition : la médecine prédictive a pour objet l'identification d un marqueur de prédisposition à une maladie et pour but le dépistage et/ou

Plus en détail

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE. Clinique de Fertilité ULB ERASME HOPITAL ERASME

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE. Clinique de Fertilité ULB ERASME HOPITAL ERASME Clinique de Fertilité ULB ERASME Introduction Pour des couples à haut risque de mettre au monde un enfant atteint d une maladie génétique, l approche classique par les examens anténatals conventionnels

Plus en détail

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant

Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Hypothyroïdie du nouveau-né et de l enfant Journée DES Décembre 2010 Docteur Frédérique TIXIER Service endocrinologie et diabétologie pédiatriques Hôpital Femme Mère Enfant Lyon Bron HYPOTHYROÏDIE CONGENITALE

Plus en détail

Puberté Quoi de neuf?

Puberté Quoi de neuf? Puberté Quoi de neuf? A. Linglart Avec l aide de V. Merzoug, C. Bouvattier et C. Adamsbaum agnes.linglart@bct.aphp.fr INSERM U986 et endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Bicêtre-Paris Sud

Plus en détail

Arbres décisionnels 2010 Page 1 de 9 TABLE DES MATIERES

Arbres décisionnels 2010 Page 1 de 9 TABLE DES MATIERES Arbres décisionnels 2010 Page 1 de 9 TABLE DES MATIERES CLASSIFICATION DES SITUATIONS CLINIQUES UTILISEES DANS TOUS LES ARBRES DECISIONNELS... 2 QUAND REALISER UNE ENQUETE FAMILIALE?... 3 CONDUITE A TENIR

Plus en détail

MALADIE DE FANCONI. Prise en charge et traitements hormonaux de la «ménopause précoce»

MALADIE DE FANCONI. Prise en charge et traitements hormonaux de la «ménopause précoce» MALADIE DE FANCONI Prise en charge et traitements hormonaux de la «ménopause précoce» H. LETUR 1. Service de BDR-AMP-CECOS APHP Tenon Paris 2. Centre de Fertilité Institut Mutualiste Montsouris Paris Association

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

La CGH-array : une nouvelle technique de diagnostic en cytogénétique

La CGH-array : une nouvelle technique de diagnostic en cytogénétique La CGH-array : une nouvelle technique de diagnostic en cytogénétique Olivier Pichon (Ingénieur) Laboratoire de cytogénétique de Nantes, Service de Génétique Médicale Les techniques classiques de cytogénétique

Plus en détail

Restitution des connaissances. Bac S - Sujet de SVT - Session 2009 - Amérique du Nord. Bac S - Sujet de SVT - Session 2007 - Asie

Restitution des connaissances. Bac S - Sujet de SVT - Session 2009 - Amérique du Nord. Bac S - Sujet de SVT - Session 2007 - Asie Restitution des connaissances Bac S - Sujet de SVT - Session 2009 - Amérique du Nord Chez les femmes, à partir de la puberté, les activités ovariennes et utérines sont cycliques au cours du temps. Présentez

Plus en détail

TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV. EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE

TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV. EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE TRAITEMENTS D INDUCTION DE L OVULATION ET DE STIMULATION POUR FIV EPP Médecine vasculaire 04/07/11 Dr L.VILLARET Aide Médicale à la procréation- HCE Définition de l infertilité L infertilité: absence de

Plus en détail

Argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents.

Argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents. N 40. Aménorrhée Argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents. Statistiques ECN 2004 (Dossier 3) 2005 (Dossier 1) 2008 (Dossier 4) En quelques

Plus en détail

Biochimie de la surrénale, des ovaires et des testicules. Anatomie. Embryologie de la surrénale. Paris-Diderot Paris 7. DCEM1 2008

Biochimie de la surrénale, des ovaires et des testicules. Anatomie. Embryologie de la surrénale. Paris-Diderot Paris 7. DCEM1 2008 Biochimie de la surrénale, des ovaires et des testicules Paris-Diderot Paris 7. DCEM1 2008 Anatomie Embryologie de la surrénale 1 Embryologie de la surrénale Histologie Physiologie de la surrénale Synthèse

Plus en détail

EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE

EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE EPU ASGO FIV SENEGAL DAKAR 17-12-2016 Dr Joël ADJAKOU DEFINITION Incapacité d un couple à obtenir une grossesse après environ une année de rapports réguliers non

Plus en détail

Infertilité et procréation assisté

Infertilité et procréation assisté Infertilité et procréation assisté 02.12.2008 2 décembre 2008 Définitions La fertilité est une potentialité La fécondité est un fait (avoir un enfant) L infécondité (ou infertilité) est la difficulté pr

Plus en détail

Santé de la femme L insémination artificielle avec don de sperme Santé de la femme DÉPARTEMENT D'OBSTETRIQUE, GYNÉCOLOGIE ET RÉPRODUCTION Ref. 123 / 2009 Service de Médecine de la Reproduction Servicio

Plus en détail

http://b-mehdi.jimdo.com

http://b-mehdi.jimdo.com Mme HABLI RAJA * * * * DEVOIR DE SYNTHESE 3 jeudi 07 mai2009 SECTION : 4 ème SCIENCES EXPERIMENTALES 2 EPREUVE : SCIENCES NATURELLES DUREE : 3 heures PREMIERE PARTIE ( 08 points ) I- QCM : voir copie à

Plus en détail

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER)

Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) Hormonothérapie des cancers du sein. Prise en charge pratique basée sur l efficacité attendue et les effets secondaires. (M.NAMER) L hormonothérapie est un des 2 traitements systémiques des cancers du

Plus en détail

INSUFFISANCE OVARIENNE PRECOCE

INSUFFISANCE OVARIENNE PRECOCE Page 1/6 Pour les versions révisées : - Date de 1 ère mise en application : - Numéro de l ancienne version du document : ANPGM_ - Date de révision : Nom Hôpital Date Rédacteur(s) Dr Catherine Dodé Pr Philippe

Plus en détail

!!! AMÉNORRHÉE IR > 16 ans. CS 2ndR N. Hyperandrogénie. Clinique. Examens complémentaires. En seconde intention. Cause anatomique ++

!!! AMÉNORRHÉE IR > 16 ans. CS 2ndR N. Hyperandrogénie. Clinique. Examens complémentaires. En seconde intention. Cause anatomique ++ AMÉNORRHÉE IR > 16 ans Examens complémentaires bhcg +++ Écho pelvienne ++ Âge osseux : Rx main + poignet G face Sésamoïde du pouce = 13 ans FSH / LH + PRL : FSH/LH élevée : périphérique FSH/LH basse :

Plus en détail

ovarienne Indications, RésultatsR

ovarienne Indications, RésultatsR Cryopréservation ovarienne Indications, RésultatsR K. Morcel 1, D. Le Lannou 2 1 Médecine de la reproduction,pogmr,hôpital,hôpital Sud, Rennes 2 Biologie de la reproduction, POGMR, Hôpital Sud, Rennes

Plus en détail

Retard de Croissance Prépubertaire. et Retard Pubertaire Simple. Livret N 10

Retard de Croissance Prépubertaire. et Retard Pubertaire Simple. Livret N 10 Retard de Croissance Prépubertaire et Retard Pubertaire Simple Livret N 10 Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 27/04/09 1 Retard de Croissance Prépubertaire et Retard Pubertaire

Plus en détail

Dr S. FRANTZ-BLANCPAIN Service du Pr HOCKE HOPITAL SAINT- ANDRE DESC DE MEDECINE DE LA REPRODUCTION 2010

Dr S. FRANTZ-BLANCPAIN Service du Pr HOCKE HOPITAL SAINT- ANDRE DESC DE MEDECINE DE LA REPRODUCTION 2010 Dr S. FRANTZ-BLANCPAIN Service du Pr HOCKE HOPITAL SAINT- ANDRE DESC DE MEDECINE DE LA REPRODUCTION 2010 INTRODUCTION Les tests de réserve ovarienne ont pour but d évaluer et de prédire la réponse sous

Plus en détail

«AFFECTIVITE, SEXUALITE, HANDICAP» Présentation de

«AFFECTIVITE, SEXUALITE, HANDICAP» Présentation de 10 e colloque francophone de Noirlac 19 et 20 novembre 2008 «AFFECTIVITE, SEXUALITE, HANDICAP» Présentation de Mme M-C. de BLOIS (Maître de Conférence des Universités Praticien Hospitalier Généticienne

Plus en détail

Mars/Juin 2012 Camille Jamet

Mars/Juin 2012 Camille Jamet Mars/Juin 2012 Camille Jamet 37 ans, consulte son MG pour aménorrhée depuis 6 mois. Ses ATCD : Personnels : Médicaux : Hypercholestérolémie, Insomnie. Gynéco/Obst : DPR : 11ans Jamais de contraception

Plus en détail

Différents types de chromosomes en Giemsa

Différents types de chromosomes en Giemsa Différents types de chromosomes en Giemsa Marquage Giemsa simple - Comptage d une mitose: 45, 46 ou 47 - Reconnaissance des groupes et certains chromosomes dans les groupes, mais pas dans leur structure,

Plus en détail

LA PUBERTE. Dr Isabelle FLECHTNER Endocrinologie pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades

LA PUBERTE. Dr Isabelle FLECHTNER Endocrinologie pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades LA PUBERTE Dr Isabelle FLECHTNER Endocrinologie pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades DEFINITION Caractérisée par : développement des caractères sexuels secondaires et des organes génitaux accélération

Plus en détail

Item 37 (Item 29) Stérilité du couple : conduite de la première consultation EVALUATIONS

Item 37 (Item 29) Stérilité du couple : conduite de la première consultation EVALUATIONS Item 37 (Item 29) Stérilité du couple : conduite de la première consultation EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Parmi les propositions suivantes, quels sont les facteurs de risque d infertilité masculine?

Plus en détail

AMH et testostérone chez l homme de l âge fœtal à l âge adulte, dosage plasmatique

AMH et testostérone chez l homme de l âge fœtal à l âge adulte, dosage plasmatique cristal de proprionate de testostérone Différenciation sexuelle embryonnaire et fœtale La Recherche hors série n nov.00 homme semaines /: différenciation des cordons séminifères et des cellules de Sertoli

Plus en détail

Grossesse et Thyroïde Pathologie périnatale PATHOLOGIE THYROIDIENNE PERINATALE

Grossesse et Thyroïde Pathologie périnatale PATHOLOGIE THYROIDIENNE PERINATALE Grossesse et Thyroïde Pathologie périnatale PATHOLOGIE THYROIDIENNE PERINATALE FONCTION THYROIDIENNE ANTENATALE NORMES (1) NORMES (2) Après 1 mois = Normes adultes Les normes et unités sont spécifiques

Plus en détail

L'hybridation fluorescente (FISH)

L'hybridation fluorescente (FISH) L'hybridation fluorescente (FISH) fluorescent in situ hybridization DR Thierry PALUKU THEY-THEY LABO GENETIQUE ET PATHO MOLECULAIRE JUIN 2007 Définition repérer la présence d'anomalies chromosomiques par

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

Chromosome et caryotype

Chromosome et caryotype Chromosome et caryotype Définition et généralités L étude du caryotype «classique» humain est l étude des chromosomes à un stade maximum de condensation (chromosomes mitotiques en métaphase). Caryotype

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Fertilité après cancer du sein. Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011

Fertilité après cancer du sein. Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011 Fertilité après cancer du sein Anne-Sophie HAMY, Marc ESPIE Journées de Sénologie Interactives Centre des maladies du sein 22/09/2011 Introduction Cancer du sein=1er cancer de la femme Cancer du sein chez

Plus en détail

N 43. Problèmes posés par les maladies génétiques, à propos :

N 43. Problèmes posés par les maladies génétiques, à propos : N 43. Problèmes posés par les maladies génétiques, à propos : d une maladie chromosomique : la trisomie 21 d une maladie génique : la mucoviscidose d une maladie d instabilité : le syndrome de l X fragile

Plus en détail

Insuffisance ovarienne prématurée et désir de grossesse CAT. Dr Pascale MIRAKIAN Hopital privé Natecia Pascale.mirakian@free.fr

Insuffisance ovarienne prématurée et désir de grossesse CAT. Dr Pascale MIRAKIAN Hopital privé Natecia Pascale.mirakian@free.fr Insuffisance ovarienne prématurée et désir de grossesse CAT Dr Pascale MIRAKIAN Hopital privé Natecia Pascale.mirakian@free.fr Etat des lieux Age de la première grossesse le plus souvent retardé Parfois

Plus en détail

Quelques données épidémiologiques au niveau d une consultation de ménopause

Quelques données épidémiologiques au niveau d une consultation de ménopause Quelques données épidémiologiques au niveau d une consultation de ménopause Z. SADI R. BENHADID A.HADDOUM D.BOUSSADIA N.HACHELAF B.ADDAD Clinique de Gynécologie Obstétrique CHU Mustapha Alger 8 ème congrès

Plus en détail

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de La fertilisation in vitro Une méthode de plus en plus utilisée Camille Sylvestre, MD L infertilité touche environ 10 % des couples, et cette incidence a tendance à augmenter, car les femmes retardent l

Plus en détail

STIMULATIONS PAR CLOMID ET GONADOTROPHINES CAS CLINIQUES

STIMULATIONS PAR CLOMID ET GONADOTROPHINES CAS CLINIQUES STIMULATIONS PAR CLOMID ET GONADOTROPHINES CAS CLINIQUES Dr H CREUX Pr C MATHIEU 24 mai 2013 CAS CLINIQUE 2 Mme E, 30 ans et Mr E, 31 ans consulte pour un désir de grossesse et une aménorrhée secondaire

Plus en détail

Quelques messages et points clés.

Quelques messages et points clés. Quelques messages et points clés. 40 On répétera que ce test n est pas un caryotype, que c est un test qui est réalisé à partir d un ADN qui provient de cellules trophoblastiques, donc on s attend dans

Plus en détail

Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP)

Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Tps Normal : 40 min Indication : - absence de grossesse après un an de rapports sexuels réguliers (au moins 3 par semaine) non protégés

Plus en détail

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale

- Anamnèse familiale: hyperthyroïdie chez une sœur. Consulte pour une voussure cervicale Colloque de médecine de premier recours Dr Patrick MEYER Nodules Thyroïdiens 6 Février 2013 - Unité d Endocrinologie HUG, patrick.meyer@hcuge.ch - Centre de Médecine Interne et Spécialités, Clinique La

Plus en détail

Aménorrhées. J.Lansac

Aménorrhées. J.Lansac Aménorrhées primaires et secondaires J.Lansac Aménorrhées primaires Diagnostic Clinique Interrogatoire Poids de naissance, courbes de croissance Chez la mère : prise de médicaments, Recherche d un trouble

Plus en détail

HIRSUTISME. BENNI Djamila DCEM3 Endocrinologie Avicenne

HIRSUTISME. BENNI Djamila DCEM3 Endocrinologie Avicenne HIRSUTISME BENNI Djamila DCEM3 Endocrinologie Avicenne INTERROGATOIRE Me S. 21 ans vient en HDJ pour bilan d hirsutisme. ATCD : médicaux 0 Chirurgicaux : amygdalectomie Gynéco : ménarche à 14 ans, cycles

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2009

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2009 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2009 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Préservation de la Fertilité Féminine avant Traitement pour un Cancer du Sein. Pour qui et Comment? Prof. Michaël Grynberg

Préservation de la Fertilité Féminine avant Traitement pour un Cancer du Sein. Pour qui et Comment? Prof. Michaël Grynberg Préservation de la Fertilité Féminine avant Traitement pour un Cancer du Sein. Pour qui et Comment? Prof. Michaël Grynberg Médecine de la Reproduction Hôpital Jean Verdier, Bondy Université Paris XIII

Plus en détail

PATHOLOGIE DES GLANDES ENDOCRINES. Dr Jieli Lu Hôpital RuiJin. Pathologie des glandes endocrines Hôpital Ruijin -10 mars 2012 J.Lu

PATHOLOGIE DES GLANDES ENDOCRINES. Dr Jieli Lu Hôpital RuiJin. Pathologie des glandes endocrines Hôpital Ruijin -10 mars 2012 J.Lu PATHOLOGIE DES GLANDES ENDOCRINES Dr Jieli Lu Hôpital RuiJin Pathologie des glandes endocrines Hôpital Ruijin -10 mars 2012 J.Lu Les principes de base Hypophyse Glande Périphérique sécrétion Stimulation

Plus en détail

Complications de la stimulation ovarienne

Complications de la stimulation ovarienne Complications de la stimulation ovarienne Effets secondaires des médicaments Le syndromes d hyperstimulation Torsion d annexe Risque de cancer Ménopause précoce P.Piver, DES C2010 Effets secondaires des

Plus en détail

LES ANOMALIES CHROMOSOMIQUES DE STRUCTURES

LES ANOMALIES CHROMOSOMIQUES DE STRUCTURES LES ANOMALIES CHROMOSOMIQUES DE STRUCTURES GENERALITES Anomalies chromosomiques sont de deux types Anomalies de nombres : aneuploïdies, les plus fréquentes (95%) Trisomies : 3 exemplaires d un chromosome

Plus en détail

UE1 Chromosomes Caryotypes anomalies 2009/2010. Les chromosomes, le caryotype et ses anomalies

UE1 Chromosomes Caryotypes anomalies 2009/2010. Les chromosomes, le caryotype et ses anomalies Les chromosomes, le caryotype et ses anomalies 1 I. Intérêt de l établissement du caryotype II. Structure t du chromosome métaphasique 1. Le centromère 2. Les télomères III. Le caryotype 1. Le rangement

Plus en détail

Genetique medical ED n 3 cytogenetique. ED de Cytogenetique

Genetique medical ED n 3 cytogenetique. ED de Cytogenetique 18/11/2013 PAUL Mathilde L2 Genetique medical Pr C.Toga relecteur 6 14 pages ED de Cytogenetique Plan: A. Question 1 B. Question 2 C. Question 3 D. Question 4 E. Question 5 F. Question 6 G. Question 7

Plus en détail

Dr Eric HUYGHE Dr Jean Marc RIGOT

Dr Eric HUYGHE Dr Jean Marc RIGOT Dr Eric HUYGHE Dr Jean Marc RIGOT Module Infertilité (Niveau 1-1 ère partie) 2 cas cliniques d azoospermie Objectifs : Les 2 types d azoospermie & leur gestion Cas clinique # 1 Monsieur A. 29 ans se présente

Plus en détail

Translocations réciproques. Translocations réciproques. Ségrégation méïotique. Ségrégation alterne : équilibrée (2 types de gamètes)

Translocations réciproques. Translocations réciproques. Ségrégation méïotique. Ségrégation alterne : équilibrée (2 types de gamètes) Anomalies de structure Réarrangements du matériel chromosomique Un seul ou plusieurs Anomalies Translocations robertsoniennes et réciproques équilibrées Mécanismes de déséquilibre Héritées ou de novo Equilibrées

Plus en détail

PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ Qu' en est t'il en réalité? 15 ème Journée gynéco-obstétricale Sophie Lemerle Unité d AMP, CHU d Angers

PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ Qu' en est t'il en réalité? 15 ème Journée gynéco-obstétricale Sophie Lemerle Unité d AMP, CHU d Angers PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ Qu' en est t'il en réalité? 15 ème Journée gynéco-obstétricale Sophie Lemerle Unité d AMP, CHU d Angers PRINCIPALES TECHNIQUES DE PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ Cryoconservation

Plus en détail

Exploration biochimique des

Exploration biochimique des Exploration biochimique des glandes thyroïdes Professeur Layachi Chabraoui Cours de biochimie 2ème Année Médecine Rabat 2010-2011 1- Les hormones thyroïdiennes Ce sont des «acides aminés» iodés dérivant

Plus en détail

EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES

EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES EXPLORATIONS BIOLOGIQUES THYROÏDIENNES Etienne Mollet 1 RAPPEL PHYSIOLOGIQUE Les HT sont synthétisées dans les vésicules thyroïdiennes à partir d un acide aminé (la tyrosine) et d atomes d iode en nombre

Plus en détail

Sémiologie endocrinienne masculine. Pr Patrick VEXIAU Endocrinologie Diabétologie Hôpital Saint-Louis

Sémiologie endocrinienne masculine. Pr Patrick VEXIAU Endocrinologie Diabétologie Hôpital Saint-Louis Sémiologie endocrinienne masculine Pr Patrick VEXIAU Endocrinologie Diabétologie Hôpital Saint-Louis Anatomie génitale masculine a-scrotum btesticules cépididyme d-canal déférent eglandes de Cowper fvésicules

Plus en détail

RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDERALE

RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDERALE Accueil Présentation Enseignement Recherche Actualité Publications Documents Dossiers Pédopsy et Web Bibliothèque Liens Module 3 : Maturation et vulnérabilité RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDERALE ITEM

Plus en détail

Physiologie de la surrénale

Physiologie de la surrénale Anatomie Biochimie de la surrénale, des ovaires et des testicules Paris-Diderot Paris 7. DCEM1 2008 Embryologie de la surrénale Embryologie de la surrénale Histologie Physiologie de la surrénale Synthèse

Plus en détail

Exploration des dysfonctionnements thyroïdiens

Exploration des dysfonctionnements thyroïdiens Module 9 - exploration des dysfonctionnements thyroïdiens 11/01/11-9h30 à 11h Aurore et Cécile Exploration des dysfonctionnements thyroïdiens Le diaporama de M. GUILLOTEAU est disponible sur l'ent. Seuls

Plus en détail

Retard pubertaire. Collège d'endocrinologie et de Diabétologie-Nutrition du Sud-Ouest. P Barat Endocrinologie pédiatrique CHU Bordeaux

Retard pubertaire. Collège d'endocrinologie et de Diabétologie-Nutrition du Sud-Ouest. P Barat Endocrinologie pédiatrique CHU Bordeaux Retard pubertaire Collège d'endocrinologie et de Diabétologie-Nutrition du Sud-Ouest P Barat Endocrinologie pédiatrique CHU Bordeaux Déclaration d intérêts Pascal Barat En lien avec la présentation : Pas

Plus en détail

Dr Eric HUYGHE Dr Jean Marc RIGOT

Dr Eric HUYGHE Dr Jean Marc RIGOT Dr Eric HUYGHE Dr Jean Marc RIGOT Module Infertilité (Niveau 1-2 ème partie) 2 cas cliniques Objectifs : OATS & varicocèle Cas clinique # 3 Homme 38 ans sans ATCD, femme 39 ans sans ATCD, mariés depuis

Plus en détail

Cancérogénèse ovarienne physiopathologie et réflexions. Dr Hadabi K A 13 ème congrès national de la SAERM 22-23 Mai 2015 Palais de la culture

Cancérogénèse ovarienne physiopathologie et réflexions. Dr Hadabi K A 13 ème congrès national de la SAERM 22-23 Mai 2015 Palais de la culture Cancérogénèse ovarienne physiopathologie et réflexions Dr Hadabi K A 13 ème congrès national de la SAERM 22-23 Mai 2015 Palais de la culture Introduction Cancer épithélial de l ovaire: le plus grave des

Plus en détail

de premier recours en 2013 Généralités

de premier recours en 2013 Généralités Colloque MPR 6 février 2013 Hypothyroïdie pour le médecin de premier recours en 2013 Dr Patrick Meyer, endocrinologue Dr Sascha Pfaender, interniste Cas clinique Femme 35 ans, asthénie depuis 3 mois, constipation,

Plus en détail

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations CH - NIORT Laboratoire de biologie V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations I OBJET : Ce mode opératoire décrit les différentes étapes à suivre pour réaliser les prélèvements

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie Collège national des gynécologues et obstétriciens sous la direction du Pr Jacques lansac Coordonné par le dr nicolas evrard En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie La sexualité féminine

Plus en détail

Maladies auto-immunes du foie

Maladies auto-immunes du foie Maladies auto-immunes du foie Ouvrage réalisé sous la direction du Docteur Bach-Nga PHAM Ce cahier de formation est dédié à Annie, Catherine, Geneviève, Myrtha, Ouiza, Patricia et Régine 3 SOMMAIRE CHAPITRE

Plus en détail

Item 38 : Puberté normale et pathologique

Item 38 : Puberté normale et pathologique Item 38 : Puberté normale et pathologique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 La puberté normale...1 1. 1 Le développement des caractères sexuels...1 1. 2 L accélération de la croissance

Plus en détail