The fundamental review of the trading book Thoughts

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "The fundamental review of the trading book Thoughts"

Transcription

1 The fundamental review of the trading book Thoughts Un nouveau choc réglementaire : lecture et premières analyses.

2 The fundamental review of the trading book Par Valérie Texier, Partner Le Comité de Bâle a publié le 3 mai 2012 un document consultatif intitulé «Fundamental Review of the Trading Book» initiant le projet d une large révision du Trading Book. Appliqué en l état, ce projet constituerait pour les grandes BFI une transformation profonde des pratiques de mesure et de suivi des risques liées aux activités de trading, impactant de facto les stratégies de gestion. Cette révision couvre notamment la frontière entre Banking book et Trading book, la mesure des risques de marché, de liquidité et de crédit, ou encore le rapprochement des modèles interne et standard. Si une telle révision s avère nécessaire au regard des faiblesses actuelles mises à jour lors des dernières crises financières, cette consultation intervient alors même que les institutions financières continuent d implémenter les évolutions issues de Bâle 2.5 et de Bâle 3. Compte tenu de la superposition des projets réglementaires et de l ampleur de cette révision, ces impacts ne pourront être correctement appréhendés par les banques que par un travail d anticipation et de sensibilisation à mener dès à présent. Ce document pose les bases d une approche proactive afin de transformer ces nouvelles contraintes réglementaires en avantage compétitif. Il donne un premier aperçu des principaux volets du document consultatif émis par le Comité de Bâle et de quelques-unes des réponses formulées lors de cette consultation par différentes institutions telles que l European Banking Federation 1 (EBF) ou l International Swaps and Derivatives Association 2 (ISDA). Enfin, il propose une première lecture des principaux impacts anticipés et des premières actions que les institutions financières devraient entreprendre. Aperçu du document consultatif L objectif du document consultatif du Comité de Bâle est de mieux appréhender les risques au sein du Trading book, tout en rapprochant les modèles standard et interne. A ce titre, le BCBS décline différentes propositions thématiques : La définition de la frontière entre Banking book et Trading book La revue des mesures de risques L introduction de la liquidité de marché La prise en compte des effets liés à la couverture et la diversification La revue et le rapprochement des modèles interne et standard Le traitement du risque de crédit Frontière entre Banking book et Trading Book Le BCBS souhaite étanchéifier et harmoniser entre les banques et les différentes juridictions les frontières entre Banking book et Trading book en renforçant les règles d éligibilité des instruments au Trading Book. L objectif affiché étant de limiter les arbitrages entre les deux modes de booking selon que la position bénéficie d une charge en capital plus ou moins contraignante. Deux nouvelles approches sont proposées en remplacement de l approche actuelle fondée sur l intention de gestion : L approche «Trading evidence based» : dans la continuité de l approche actuelle, le contrôle interne est renforcé et les conditions d arbitrage entre Banking book et Trading book sont durcies, L approche «Valuation based» : tous les instruments valorisés à la «fair value» sont inscrits dans le Trading book (hormis les instruments de couverture du risque de taux du Banking book). L approche «Valuation based» a le mérite d établir une frontière claire entre Banking book et Trading book et limite les possibilités d arbitrage pour les banques. Néanmoins, celle-ci est mise à mal du fait des divergences entre les standards comptables des différentes juridictions. L approche «Trading evidence based» a l avantage de rester dans la continuité d une approche bien comprise à la fois des métiers et des risques, même si la possibilité d arbitrage est toujours présente. Réponse des institutions L approche «Trading evidence based» est privilégiée car en accord avec la manière dont est suivi le risque au sein des banques et moins coûteuse à mettre en 2

3 place que l approche «Valuation based». Cette dernière pâtit par ailleurs des divergences comptables entre juridictions. Le régulateur est en outre alerté sur les contraintes liées à une trop grande rigidité des frontières entre Trading book et Banking book et à la mise en œuvre opérationnelle d une preuve tangible et auditable de l intention de gestion. Mesures de risques Une faiblesse structurelle majeure des modèles de VaR est qu ils ne permettent pas de correctement appréhender les pertes au-delà de l intervalle de confiance. Pour pallier ce manque, le BCBS propose de substituer au calcul de VaR actuel, une approche fondée sur l Expected Shortfall (ES), défini comme la moyenne des pertes au-delà d un intervalle de confiance donné. En parallèle, une calibration unique stressée sera adoptée et implémentée selon une méthode directe (équivalente à celle utilisée pour la Stressed VaR) ou indirecte (fondée sur un portefeuille de facteurs de risque restreint). (Schéma 1 - page 4.) La mise en place d un modèle d ES stressé, plus à même d appréhender les pertes extrêmes, permettrait de renforcer le dispositif de risque de marché. Ceci, à condition que le régulateur attache une attention toute particulière à la calibration et à la définition des paramètres du modèle. A noter qu un tel modèle, par ailleurs moins adapté que le modèle de VaR aux problématiques de suivi quotidien des limites, implique de disposer d importants volumes d historiques de données. Réponse des institutions L abandon du modèle en VaR ne semble pas être justifié pour les banques de taille modeste dont les portefeuilles de trading sont essentiellement constitués de produits vanilles. Par ailleurs, l adoption du modèle ES nécessiterait d abaisser l intervalle de confiance de 99% à 95% afin que les banques puissent disposer d un historique de données suffisant pour ne pas être contraintes de passer d un modèle historique à un modèle Monte Carlo. Concernant la calibration stressée, les institutions proposent une autre méthode d implémentation proche de la méthode indirecte. Celle-ci consiste à multiplier la mesure courante d Expected Shortfall par le ratio d un Expected Shortfall en période stressée basé sur un ensemble réduit de facteurs de risque sur l Expected Shortfall en période non stressée sur ce même ensemble de facteurs de risque. Liquidité de marché L hypothèse en vigueur en modèle interne selon laquelle tous les instruments, y compris les plus complexes, ont la même liquidité, a été mise à mal au cours des récentes crises financières. En réponse, le régulateur cherche à intégrer dans les modèles de mesure des risques de marché la notion de liquidité, en allouant aux différents instruments du Trading book des horizons de liquidité. Ces derniers sont définis comme le temps requis pour couvrir ou solder une position en risque en situation stressée et aux prix courants du marché. Ces horizons seraient matérialisés par des buckets définis par le régulateur et dont l allocation aux instruments sera revue périodiquement. L implémentation dans les calculs de ces horizons de liquidité pourrait être réalisée de différentes manières : calibration des chocs en fonction de l horizon de liquidité (méthode n 1), 3

4 Probabilité Unexpected Loss (UL) L ES : une meilleure appréciation des événements extrêmes Expected Loss (EL) Value at Risk (VAR) Expected Shortfall (ES) Pertes Schéma 1. Distribution des pertes Etape 1 Evaluation qualitative et quantitative du modèle au niveau global du trading book Echec Approche standard pour l ensemble du Trading Book Succès Etape 2 Evaluation quantitative (backtesting, P&L ) du modèle au niveau de chaque desk Echec Approche standard pour le(s) desk(s) concerné(s) Succès Etape 3 Analyse individuelle des facteurs de risque (notamment la fréquence de mise à jour et la disponibilité des historiques) Succès Echec Facteurs modélisables Utilisation de l ES sous contrainte de diversification Facteurs non modélisables Utilisation de scénarios stressés par facteurs (add-on de capital) Risque de défaut et de migration Utilisation d un modèle séparé (à l instar de l IRC) Schéma 2. Modèle interne : nouveau processus d homologation 4

5 calcul de chocs un jour puis calibration en racine carrée de T pour déterminer le choc sur l horizon considéré (méthode n 2), calcul des risques à un jour puis projection via la racine carrée de T sur un horizon moyen pondéré défini en fonction des caractéristiques du portefeuille (méthode n 3). Un add-on de capital serait également introduit pour matérialiser les sauts de liquidité sur certains instruments. Un fort enjeu méthodologique est à prévoir quant au choix de l allocation des horizons de liquidité aux différents instruments du Trading book (notamment pour les nouveaux instruments). Cette allocation pourrait, par ailleurs, fortement dévier d un établissement à l autre. Réponse des institutions Les institutions préconisent l introduction d un nombre restreint d horizons de liquidité à relier aux facteurs de risques et demandent une certaine flexibilité quant à la détermination de ces horizons (notamment pour les banques de taille modeste). Par ailleurs, sont soulignées les difficultés liées à l agrégation sur des horizons de liquidité différents et à la constitution des historiques de données induits par la méthode 1 (notamment pour les horizons les plus longs). Sont également relevées les limites de la méthode de calibration en racine de T résultant de l application de la méthode n 2. D autres méthodes d application sont en outre proposées, comme l application d un horizon de liquidité unique auquel s ajouterait une surcharge en capital pour appréhender les coûts de sortie, fonction de la liquidité des instruments. Couverture et effets de diversification Le régulateur fait état de dérives trop importantes dans la prise en compte des effets de réduction des risques induits par les stratégies de couverture et de diversification. Il souhaite donc renforcer les règles régissant ces stratégies et les homogénéiser au sein des modèles internes et standards. Pour ce faire, les règles d éligibilité des couvertures seront élargies et assouplies au sein du modèle standard. En parallèle, les règles d éligibilité seront durcies dans le modèle interne avec une appréciation très conservatrice des effets de diversification entre différentes classes de risque. Le régulateur propose une refonte profonde des méthodes d évaluation des risques, fondée sur des mesures plus granulaires au niveau des classes de risque. La charge en capital globale s appuiera sur les mesures «stand-alone» de chaque classe de risque, dont l agrégation sera définie en fonction des paramètres de corrélation entre les différents risques, ces corrélations étant déterminées par le régulateur. Réponse des institutions Si une meilleure prise en compte des couvertures au sein du modèle standard est encouragée par les différentes institutions, celles-ci s interrogent en revanche sur la méthode proposée pour les modèles internes. Plusieurs réponses sont opposées par les banques. Parmi elles, la non reconnaissance de couvertures pourtant reconnues comme légitimes aujourd hui, dès lors qu un instrument et sa couverture ne seront pas classés dans la même famille de risque (cas d une obligation souveraine en devise locale rattachée à la classe de risque crédit, et de sa couverture IRS rattachée à la classe taux). Egalement, les banques doutent de la légitimité du régulateur dans la détermination des paramètres de corrélation entre classes de risques, tant ces derniers 5

6 dépendent directement de la composition des portefeuilles. Pour limiter la réduction des gains de diversification, les banques pourraient contourner la difficulté en concentrant leurs positions sur un nombre restreint de facteurs de risque. Cette augmentation du risque de concentration n est sans doute pas l effet recherché par le régulateur. En réponse, les banques proposent une méthode alternative d agrégation des risques basée sur l estimation d un coefficient de diversification du portefeuille global de la banque (i.e. différence entre la somme des risques stand alone de chaque facteur et le risque global du portefeuille de la banque). La charge en capital serait calculée comme une pondération entre la somme des mesures stand alone et la mesure globale, la pondération étant par ailleurs fixée par le régulateur selon le niveau de diversification. Revue et rapprochement des modèles Le régulateur juge insuffisant les mécanismes actuels de validation et de supervision des modèles internes, et notamment leur granularité. A ce titre, le texte du BCBS propose de revoir le processus d homologation des modèles internes en procédant désormais à une homologation à différents niveaux. Le premier niveau d homologation, équivalent à l homologation actuelle, intervient au niveau de l établissement : en cas de non homologation, l établissement devra appliquer un modèle standard. En cas d homologation au premier niveau, un second niveau d homologation par desk est ajouté. Ce second niveau permettrait ainsi à l établissement de traiter les desks non homologués en modèle standard sans remettre en cause l utilisation d un modèle interne pour les desks homologués. Pour les desks pouvant être traités en modèle interne, un dernier niveau d homologation intervient au niveau de chaque facteur de risque afin de distinguer quels sont les facteurs modélisables. (Schéma 2 - page 4.) Le Comité propose également de réviser le modèle standard de manière à le rendre plus simple, cohérent et transparent, en renforçant notamment la sensibilité au risque du modèle ainsi que sa calibration. Ce modèle révisé fait l objet de deux approches plus ou moins proches du modèle interne : Une approche dite «partial», fondée sur l application de pondérations à la valeur de marché des instruments, Une approche dite «full», fondée sur la distribution de facteurs de risque prescrits par le régulateur. Le modèle standard ainsi révisé doit pouvoir être considéré comme une solution de repli crédible pour les établissements dont le modèle interne ne répondrait plus aux exigences réglementaires. En complément de la révision des modèles interne et standard, le BCBS souhaite comparer les deux modèles en imposant aux établissements utilisant un modèle interne de calculer également leurs exigences en capital sur la base du modèle standard. En outre, le Comité réfléchit à l introduction d un floor ou d une surcharge en capital issue du modèle standard pour les établissements utilisant un modèle interne. Réponse des institutions Les institutions militent pour que les banques puissent avoir le choix de l approche, «partial» ou «full», à appliquer pour le modèle standard. En effet, la première est plus facile à mettre en place pour les banques n utilisant pas de modèle interne tandis que 6

7 la seconde est plus à même de servir de solution de repli pour les banques utilisant d ores et déjà un modèle interne. L homologation des modèles internes au niveau des desks puis des facteurs de risques, bien que jugée pertinente, pose différents problèmes de cohérence (cas d un instrument traité de manière différente selon les desks) et de flexibilité (risque d allers-retours fréquents quant au statut modélisable ou non modélisable des facteurs de risques). La mise en place d un floor fondé sur le modèle standard est vivement critiquée car n inciterait pas les banques à se doter d un modèle interne. Enfin, l obligation d appliquer des calculs standards en parallèle du modèle interne impliquerait des coûts d implémentation et de production trop importants. Traitement du risque de crédit Avec pour objectif d appréhender l ensemble des risques inhérents au Trading Book, le comité s interroge sur le type de modélisation à appliquer concernant les risques de défaut et de migration au sein de ce dernier : Un traitement intégré au modèle d ES comme n importe quel autre facteur de risque, Une modélisation distincte, comparable aux dispositifs actuels d IRC et de CRM. L intégration des risques de défaut et de migration contribuerait à augmenter la complexité du modèle de calcul (notamment à cause du caractère discret et à faible probabilité de ces évènements) et réduirait de facto l auditabilité du modèle par le superviseur. Quant à la modélisation distincte, matérialisée par des charges en capital spécifiques, elle ne permettrait pas de bénéficier des effets de diversification au sein de la classe de facteurs de risques de crédit. Réponse des institutions Les institutions jugent que le risque de crédit au sein du Trading book provient principalement des mouvements de spreads de crédit et moins des migrations de rating. Dans cette optique, il serait préférable de conserver une modélisation distincte pour le risque de défaut parallèlement à une modélisation intégrée du risque de variation des spreads de crédit. Impacts & prochaines étapes Anticiper au mieux pour prévenir le changement La révision du Trading book laisse entrevoir une série d impacts majeurs notamment sur les sujets relatifs à la révision de la frontière entre le Banking et le Trading book, à l introduction d horizons de liquidité ou encore à la revue du processus d homologation. L interprétation des textes réglementaires et leur traduction opérationnelle dans les processus et outils des établissements bancaires entraîneront un coût de mise en œuvre significatif, d autant plus fort qu elles n auront pas été anticipées. Prendre en compte ces éléments dès à présent évitera de les traiter dans l urgence. Parmi les impacts majeurs, on peut citer : Les impacts sur la stratégie du Front Office (ex : recentrage de l activité de la banque sur les métiers dont le retour sur investissement est en ligne avec son appétence au risque ) Les impacts sur les processus (ex : nouveaux risques à encadrer ; processus de suivi à redéfinir ; réalisation de back-testing au niveau des desks ) 7

8 Mai 2012 Sept ère consultation 02/05 Publication du 1 er document consultatif 07/09 Réponse des institutions Publication du 2 nd document consultatif Réponse des institutions Publication du document final QIS 1 er QIS 2 nd QIS Schéma 3. Feuille de route probable de la consultation 8

9 Les impacts organisationnels (ex : nécessité d une communication efficiente entre les départements FO, Finance, Risques de marché et Risques de contrepartie pour faciliter les choix de modèles, l arbitrage entre banking et trading book, les stratégies de trading et de suivi des risques ) Les impacts méthodologiques (ex : choix et construction de nouveaux modèles de mesure et de suivi des risques, intégration de nouveaux facteurs de risques et des sensibilités sousjacentes, nouveaux horizons de liquidité, méthode d agrégation des risques et mesure de corrélation ) Les impacts IT (ex : alignement des systèmes d information pour répondre aux nouveaux enjeux induits par la réforme réglementaire ; maintien du modèle standard en parallèle du modèle interne pour les institutions homologuées ) Les impacts sur la gestion des données (ex : nouvelles données à gérer, historiques de données plus longs ; un environnement de calcul complexe avec des exigences métiers toujours plus fortes allant de pair avec un workflow et une qualité des données renforcés ) L étude des différents impacts doit permettre aux institutions d identifier au plus vite les volets de la révision du Trading book sur lesquels elles seront le plus vulnérables et ainsi anticiper au mieux les travaux prioritaires qui seront à mener, ainsi que la nature et l ampleur des ressources à mobiliser. Compte tenu des nombreux impacts soulevés par le document consultatif, il est primordial pour les établissements financiers de sensibiliser dès à présent les différents métiers et fonctions risques aux impacts identifiés. Ce travail permettra également d appréhender plus facilement la seconde version du document consultatif (attendue courant 2013) et de mobiliser au plus vite les ressources nécessaires à la bonne marche des QIS qui suivront cette publication. (Schéma 3 - page 8.) QIS Une étape à ne pas négliger Il est difficile, à ce stade de la consultation, d anticiper quels seront les impacts réels sur les fonds propres. Il est néanmoins certain que la distribution des risques s en verra affectée, impactant ainsi la rentabilité des lignes métier et ouvrant la voie à de nouvelles stratégies de recentrage sur les cœurs de métier de la banque. Afin de mieux appréhender ces effets, une attention toute particulière devra être apportée par les établissements financiers aux études d impacts menées par le BCBS. Une forte implication permettra en outre de veiller à la juste calibration des nombreux paramètres réglementaires introduits par la révision du Trading book. Conclusion Sensibiliser pour être acteur du changement Les banques ont un rôle clé à jouer dans la définition du texte final qui sera retenu au titre de la révision du Trading book, et ont tout intérêt à faire valoir leur point de vue. Depuis 2008, les banques européennes doivent faire face, d une part, à des crises financières et conjoncturelles successives de grande ampleur et, d autre part, à de nouvelles normes réglementaires toujours plus contraignantes telles que Bâle 2.5 et Bâle 3. 9

10 En réponse, les banques ont du initier des programmes drastiques de transformation de leurs activités, en adaptant notamment leur dispositif de gestion et de contrôle des risques afin de sauvegarder à la fois leurs réserves en capital et en liquidité. Dans ce contexte, l arrivée à moyen terme de nouvelles exigences liées à la révision du Trading Book aura un coût significatif pour les banques d investissement qui, si non anticipées, peuvent constituer une réelle menace sur la pérennité de leurs métiers. En adoptant une démarche proactive, les banques doivent dès maintenant réfléchir à la manière dont tirer profit de cette nouvelle contrainte afin de la transformer en avantage compétitif, au sein d un secteur appelé à une forte concentration dans les années à venir. 1. Voir la réponse de l EBF «Final EBF response to the BCBS consultation on the fundamental review of the trading book» sur 2 Voir la réponse commune ISDA, IFF, IBF et GFMA «Joint Associations respond to the Fundamental Review of the Trading Book sur 10

11 Valérie Texier est Partner au sein du bureau de Capco Paris, responsable de la practice Finance, Risque et Conformité (FRC). Elle dispose de plus de 20 ans d'expérience et d'une réelle expertise dans le domaine de la gestion des risques des institutions financières, ayant été amenée à piloter de nombreux projets d'adaptation des organisations Front-Office, Finance et Risque dans un environnement réglementaire de plus en plus pesant. En particulier, dans le contexte bâlois, elle accompagne ses clients dans l'optimisation de leurs ressources et dans la mise en oeuvre de leurs modèles internes pour risques de marché, de contrepartie, et de liquidité. Merci à Jean-Philippe Juan et Guillaume Campagne qui ont contribué à la préparation de cet article. Jean-Philippe est managing principal chez Capco au sein de la practice Finance, Risque et Conformité. Avec plus de quinze ans d'expérience en banque d'investissement, Jean-Philippe a principalement accompagné ses clients sur des problématiques risques et réglementaires (Bâle 1, 2, 2.5, 3). Ses interventions ont trait au pilotage des RWA, aux risqué de marché et de contrepartie, et plus récemment au CVA/DVA dans le cadre de la mise en place d'un desk CVA. Guillaume est consultant senior chez Capco Paris au sien de la practice Finance, Risque et Conformité. Il bénéficie de 5 ans d'expérience dans le conseil pour le compte de directions des Risques de grandes banques universelles à Paris et à l'international, tout particulièrement dans le domaine des risques de crédit et de contrepartie sur opérations de marché. Guillaume a collaboré à l'implémentation de différents projets réglementaires Bâle 2 et Bâle 3 (notamment les volets CVA et CCP) et est intervenu sur des problématiques d'optimisation du calcul des RWA et des processus de reportings réglementaires. 11

12 A propos de Capco Capco est un fournisseur mondial de services de conseils intégrés, de technologie et de services de transformation dédiés au secteur financier. Les professionnels de Capco associent une réflexion innovante à une forte connaissance du secteur financier dans le but d offrir à leurs clients un conseil expert, une technologie complexe, une intégration de packages ainsi que des services gérés qui permettent de faire progresser leurs entreprises. Grâce à cette approche collaborative et efficace, Capco apporte à ses clients les outils pour leur permettre d accroître leurs revenus, de mieux gérer les risques et les changements de réglementation, de réduire leurs coûts et d améliorer leur contrôle. Capco est spécialisé dans le secteur bancaire, les marchés de capitaux, la gestion de patrimoine et d investissement, la finance, les risques et les conformités, l'assurance ainsi que dans la technologie. Capco aide ses clients depuis des bureaux situés dans les principaux centres financiers d Amérique du Nord, d Europe, d'asie et d'afrique. Bureaux Capco dans le monde Amsterdam Anvers Bangalore Bratislava Charlotte Chicago Düsseldorf Francfort Genève Hong Kong Johannesburg Londres New York Orlando Paris San Francisco Singapour Toronto Washington DC Zurich Pour en savoir plus, veuillez nous contacter au , ou veuillez consulter notre site Internet sur CAPCO.COM The Capital Markets Company NV. All rights reserved. T EU

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise Conférence PRMIA Revue Fondamentale du Trading Book Quel trading pour les années à venir Paris,

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Equinox-Cognizant Contexte Vers une harmonisation des méthodes de calcul de RWA à

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

L exposition au risque de contrepartie sous Bâle III. Focus sur EEPE & CVA. Éclairage, par Harwell Management

L exposition au risque de contrepartie sous Bâle III. Focus sur EEPE & CVA. Éclairage, par Harwell Management L exposition au risque de sous Bâle III Focus sur EEPE & CVA Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises L exposition au risque de sous Bâle III Focus sur EEPE & CVA En quelques mots

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

Plan. - La VaR. - Introduction à l FRTB. - Principales révisions Frontières Banking / Trading book l Expected Shortfall Les horizons de liquidité

Plan. - La VaR. - Introduction à l FRTB. - Principales révisions Frontières Banking / Trading book l Expected Shortfall Les horizons de liquidité PAGE 1 F R T B ( F u n d a m e n t a l R e v i e w o f t h e T r a d i n g B o o k ) u n e n o u v e l l e p e r s p e c t i v e d e m e s u r e d e l a V A R. Y o u s s e f M e l l o u k i Plan PAGE 2

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

BIL Duo Notre offre conseil

BIL Duo Notre offre conseil banque privée BIL Duo Notre offre conseil FR BIL Duo Notre offre conseil, parce que pour vous il est important de : rester maître de vos investissements ; gérer personnellement votre portefeuille ; dialoguer

Plus en détail

Le Collateral Management

Le Collateral Management Le Collateral Management Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises Collateral Management 2 GESTION DU COLLATERAL En quelques mots Collatéral : actif financier servant de garantie dans

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr Stratégie des risques Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 La stratégie du risque... 2 I.0 Une démarche d entreprise... 2 I.1 Appétit pour le risque... 3 I.2 La tolérance

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Formation «Bâle II, Pilier 2 : ICAAP, stress tests»

Formation «Bâle II, Pilier 2 : ICAAP, stress tests» Formation «Bâle II, Pilier 2 : ICAAP, stress tests» RÉFÉRENCE : 405 1. Objectif général Avoir une vision d ensemble du pilier 2 de Bâle II et de ses impacts. Acquérir un niveau d expertise permettant de

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival La conception de rapports d attribution de performance Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival Agenda Drivers, Attentes des clients et Pratiques de marché

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape )

Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil QUALITE - ORGANISATION - CHANGEMENT Présentation du Système d Administration Générale des Projets (Agape ) Altaïr Conseil - 2007-33, Rue Vivienne 75 002 Paris - 01 47 33 03 12 Présentation

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II

Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II Une prise de décision maitrisée et en toute confiance dans le cadre de Solvabilité II LIVRE BLANC SOLVABILITÉ II DE SECONDFLOOR www.secondfloor.com Table des matières 3 Présentation : Pourquoi les rapports

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

En premier lieu sur leur rôle respectif de l'expert-comptable et du commissaire aux comptes :

En premier lieu sur leur rôle respectif de l'expert-comptable et du commissaire aux comptes : Intervention à la Cour d appel le 10 décembre 2010 Le rôle du commissaire aux comptes dans l'anticipation et la prévention des difficultés des entreprises Particulièrement sur le sujet de la prévention

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires

Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires Le risque opérationnel - Journées IARD de l'institut des Actuaires 1 er a v r i l 2 0 1 1 Dan Chelly Directeur Métier "Risk management, Audit et Contrôle interne" SOMMAIRE Partie 1 Définition des risques

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS

RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES 34, rue King Est, bureau 1102, Toronto (Ontario) M5C 2X8 À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DE LA DEMANDE RELATIVE

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Accounting Advisory Services Des solutions opérationnelles et efficaces, adaptées à vos problématiques

Accounting Advisory Services Des solutions opérationnelles et efficaces, adaptées à vos problématiques Accounting Advisory Services Des solutions opérationnelles et efficaces, adaptées à vos problématiques Audit. Fiscalité. Conseil. Corporate Finance. Support à la fonction comptable et financière Vous faites

Plus en détail

Statistiques bancaires par lignes de métiers. Présentation CNIS, Alain Duchateau, 21 mars 2012 1

Statistiques bancaires par lignes de métiers. Présentation CNIS, Alain Duchateau, 21 mars 2012 1 Statistiques bancaires par lignes de métiers 1 I. Genèse, objectifs et méthode II. Principaux constats du rapport III. Recommandations 2 3 Janvier 2008: publication du «Rapport Salustro» sur les statistiques

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation RÉUNION DE LA REVUE DE LA STRATÉGIE DE L ITIE, HENLEY, 11-12 AVRIL 2012 Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation Secrétariat international de l ITIE Oslo, 4 avril

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts COMMUNIQUÉ 14-COM-001 11 juillet 2014 Lignes directrices sur la taille des fonds d assurance-dépôts L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe de travail composé de

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

La GPEC : Une opportunité en temps de crise

La GPEC : Une opportunité en temps de crise La GPEC : Une opportunité en temps de crise Présentation issue de l atelier Campus merlane du 28/03/2013 Petit historique Un effet de mode Une connotation PSE Une volonté d exhaustivité des outils Un exercice

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Formation «Audit interne bancaire»

Formation «Audit interne bancaire» Formation «Audit interne bancaire» REFERENCE : 801 1. Objectif général Comprendre le rôle de l'auditeur et son positionnement au sein des dispositifs de contrôle (permanent/périodique). Maîtriser les différents

Plus en détail

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA À propos de Banque Accord : Filiale financière du groupe Auchan Seule banque française détenue à 100% par un distributeur 3 activités

Plus en détail

INOP'S : un modèle prometteur

INOP'S : un modèle prometteur INOP'S : un modèle prometteur Décembre 2012 92 avenue de Wagram 75017 Paris Tel : +33 (0)1 56 56 63 33 info-france@pac-online.com Eric Monnoyer VP Consulting e.monnoyer@pac-online.com Le marché de l expertise

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller

L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller LA BANQUE POSTALE STRUCTURED ASSET MANAGEMENT : ACTEUR MAJEUR DE LA GESTION STRUCTURÉE 2007 a été l année d une nouvelle impulsion dans la vie de

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

B P BRED BANQUE PRIVÉE

B P BRED BANQUE PRIVÉE BRED BANQUE PRIVÉE Rien n est plus privé que la relation de confiance qui nous unit. Préserver et valoriser votre patrimoine sur le long terme sont pour nous deux objectifs prioritaires. Votre niveau d

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Introduction au reporting COREP

Introduction au reporting COREP Introduction au reporting COREP «Un chantier à part au sein du projet Bâle II» Réalisé par Matthias LAVALEE Consultant Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Avril 2006

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Première série de consultations ministérielles informelles en vue de préparer la COP21 Paris, les 20 et 21 juillet 2015 Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Paris, le 31 juillet 2015 Introduction

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Migration d un logiciel de gestion

Migration d un logiciel de gestion Auteur : David PERRET Publication : 01/11/2015 Toute société utilisatrice de logiciel de gestion est inéluctablement confrontée à des migrations de données. Ces migrations représentent des risques et un

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Gouvernance et contrôle interne Table ronde

Gouvernance et contrôle interne Table ronde Gouvernance et contrôle interne Table ronde Conférence ASSFOR 10 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire

BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire _ FR PRIVATE BANKING BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire Nous avons les mêmes intérêts. Les vôtres. Private Banking BIL Harmony BIL Harmony est destiné aux investisseurs désirant

Plus en détail