Le mot technique visant l activité qui cherche l utile et au mot art la désignation de l activité qui vise le beau.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le mot technique visant l activité qui cherche l utile et au mot art la désignation de l activité qui vise le beau."

Transcription

1 Philosophie L ART INTRODUCTION : Le mot art a la même signification que technique, il signifie l ensemble des procédés visant un résultat pratique ; le premier vient du latin le second du grec. Le mot technique visant l activité qui cherche l utile et au mot art la désignation de l activité qui vise le beau. I). L artiste et l artisan Avant que la technique vient des sciences liées à l industrie, l art désigne l activité productrice. La distinction entre production technique et création artistique s est imposé :ainsi à partir de la Renaissance en particulier en Italie au XV ème siècle on établit la différence entre les arts mécaniques et les beaux art ; les premiers sont mis en œuvres par des artisans et peu à peu par des ingénieurs et ils ont pour but de produire des objets utiles : les seconds désignent la création par des artistes d œuvres inutiles mais qui recherche le beau 1 / 6

2 La différence entre l activité technique qu elle soit artisanale ou industrielle et l activité artistique repose donc sur une double distinction : -L activité technique cherche d abord l utile, alors que l activité artistique vise d abord le beau -L activité technique est essentiellement une production, c est à dire la transformation de la matière première consciente et calculé alors que l activité artistique est une création qui suppose une part importante d originalité grâce au rôle joué par le génie de l artiste. On demande l Artisan de l habilité et on exige à l artiste une part d originalité qui relève de son génie. La distinction entre produire et créer est souvent difficile à établir. Il n en reste pas moins que la question du beau est au cœur de l activité artistique. II). L art et la question du beau Le philosophe recherche des critères du vrai, dans la théorie morale, la philosophie recherche les critère du bien, dans l esthétique. Quelle sont les critère du beau? 2 / 6

3 1). La conception religieuse La conception du beau et la conception de l art sont inséparables de la dimension religieuse, mythologique ou magique. Le symbole est une chose sensible que l on peut capter par nos sens et qui provoque des sentiments. Ainsi dans son esthétique, Hegel, philosophe du XIX ème siècle, donne comme exemple d art symbolique le sphinx qui symbolise l énigme elle-même. 2). La conception classique du beau La conception classique est considéré comme beau ce qui est achevé, parfait, harmonieux, bien proportionné. L art classique représente la nature telle qu elle devrait être et non telle qu elle est. Cette conception tend à confondre le beau avec le bien et le vrai : un acte moralement bon est nécessaire beau et vrai. Un artisan habile parvient à fabriquer un objet utile : mais le peintre qui imite le travail de l artisan ne produit rien qui ait de valeur : il ne fait qu imiter une imitation. Platon considère que les artistes sont inutiles dans la Cité (une société politiquement organisé) car ils écartent de la Vérité. Selon Boileau, l art participe à la recherche de la Vérité. 3). La conception romantique de l art Cette conception ne met plus en avant l imitation de la nature idéale mais l expression de l individualité du créateur. L esthétique romantique exalte de la passion, alors que la conception classique exigeait que la passion soit montré comme purement négatif en tant qu elle empêche 3 / 6

4 la Raison de guider le vie des hommes. Par exemple quand Molière met en scène un avare, c est pour que le spectateurs prennent conscience des aspects négatifs de la passion pour l argent : quand Racine montre la passion de Phèdre, c est pour que les spectateur prennent conscience des ravages que provoque la passion amoureuse. Le romantisme s appuis sur la conception mythico-religieuse. L art romantique est plus proche de l art symbolique que l art classique. 4). La conception contemporaine de l art. a). Les recherches purement formelle Une œuvre d art est belle d abord essentiellement par sa forme et non parce qu elle donne accès au vrai (conception classique) ou parce qu elle exprime des sentiments (conception romantique). Selon cette conception, l art ne doit pas être au service d aucune idée préconçue et ne doit pas s enfermer. b).les recherche concernant l expressivité de l art Le romantisme explore toutes les possibilités d expression des diverses formes artistiques. Les manifestations artistiques ont pu ainsi servir à exprimer des sentiments, y compris des indignations politiques ou morales ; c est ce que l on appelle, l art engagé. III). La question du jugement du goût 4 / 6

5 En esthétique, le goût désigne la faculté de juger ce qui est beau ou laid 1). Le goût est-il propre a une culture donnée Le goût appartient et est lié à la culture à laquelle on appartient. Les critère du beau varie en fonction de l éducation, du lieu de l époque. 2). Le partage du plaisir esthétique - il ne faut pas confondre le sentiment esthétique avec la sensation agréable ; en effet " la satisfaction produite par l agréable est produite par intérêt " Kant en faisant cette distinction entre l agréable et le beau, il conclut que le beau est l objet d une satisfaction désintéressée. - il ne faut pas confondre le beau avec le vrai ou avec le bon moral : la raison peut établir des critères du vrai et du bien mais elle ne peut pas définir les critère du beau, lorsqu un individu déclare que quelque chose est beau, il suppose que tout être humain peut juger de la même façon - -La beauté ne vise pas un fin(un objectif) :le belle objet ne vise ni la vérité ni le bien moral : il ne vise pas non plus l utilité(comme l objet technique). 5 / 6

6 CONCLUSION : Les difficultés concernant l appréciation esthétique permettent de comprendre pourquoi l art est l objet de tant de discussions et de controverses. Elles sont le signe que la création et l appréciation des œuvres d art sont fondamentalement des activités dans lesquelles notre liberté peut se manifester. 6 / 6

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

Rencontre avec. Yves Michaud philosophe

Rencontre avec. Yves Michaud philosophe Rencontre avec Philosophe amoureux des sciences et des arts, Yves Michaud a fondé, en 2000, l Université de tous les savoirs, qui organise pour un large public des cycles de conférences par les meilleurs

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Ah! La mode

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Ah! La mode ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B Ah! La mode Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain, Christian

Plus en détail

ANDRE Delvine SPORT ET ART

ANDRE Delvine SPORT ET ART ANDRE Delvine SP01 TC02 P10 SPORT ET ART Au premier coup d œil, pratique sportive et expression artistique sont deux choses, qui à priori n ont pas de points communs, ni de lien particulier. En effet,

Plus en détail

...2. Sainte-Foy, le 22 février 2002

...2. Sainte-Foy, le 22 février 2002 Sainte-Foy, le 22 février 2002 Objet : Crédit d impôt pour l intégration de solutions de commerce électronique admissibles Discours sur le budget 2000-2001 Article 1029.8.21.32 de la Loi sur les impôts

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métrologie dimensionnelle - Qualité de la production en mécanique de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

www.csf-ud35.org Projet Educatif Espace-jeux

www.csf-ud35.org Projet Educatif Espace-jeux www.csf-ud35.org Projet Educatif Espace-jeux Un Projet Éducatif pour quoi faire? Se définir un projet éducatif, c'est porter un regard sur ce que nous sommes et sur ce qui nous distingue. C'est nous tracer

Plus en détail

Caroline Prud homme, Le Discours sur le voyage chez les écrivains de la fin du Moyen Âge Paris, Honoré Champion, 2012, 290 p.

Caroline Prud homme, Le Discours sur le voyage chez les écrivains de la fin du Moyen Âge Paris, Honoré Champion, 2012, 290 p. Caroline Prud homme, Le Discours sur le voyage chez les écrivains de la fin du Moyen Âge Paris, Honoré Champion, 2012, 290 p. Christine Gadrat-Ouerfelli Université d Aix-Marseille Caroline Prud homme a

Plus en détail

L3 Eco Statistiques Appliquées 2013-2014 TRAVAUX DIRIGÉS 5

L3 Eco Statistiques Appliquées 2013-2014 TRAVAUX DIRIGÉS 5 TRAVAUX DIRIGÉS 5 Exercice 1 Une entreprise met en boîte une marque de céréales. Le procédé de remplissage est ajusté de telle sorte que les contenants pèsent en moyenne 400 grammes. On a établi également

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes) Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17 (8.008 signes) La reconnaissance du volontariat Quelles responsabilités pour le volontaire

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL. Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement»

GROUPE DE TRAVAIL. Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement» GROUPE DE TRAVAIL Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement» CONTACT Nom, Prénom : Maxime CLAVAL Coordonnées : maxime@qivivo.com 06 24 07 18 02 0 805

Plus en détail

Vers l établissement d un socle de protection sociale

Vers l établissement d un socle de protection sociale Vers l établissement d un socle de protection sociale Andreas Bodemer et Ellen Ehmke Dans le monde entier, 75 pour cent de la population n a aucun accès, ou bien un accès insuffisant, à une offre de sécurité

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

UE 7 Management Le programme

UE 7 Management Le programme UE 7 Management Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction au management

Plus en détail

assurance qualité et accréditation dans l enseignement musical supérieur

assurance qualité et accréditation dans l enseignement musical supérieur PUBLICATIONs de l aec 2010 - document cadre assurance qualité et accréditation dans l enseignement musical supérieur groupe de travail polifonia sur l accréditation ERASMUS NETWORK FOR MUSIC assurance

Plus en détail

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007)

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Page 1 de 6 Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Réponse de l Union des consommateurs (UC) à la demande de renseignements

Plus en détail

Nature morte aux pèches Fresque de Pompéi

Nature morte aux pèches Fresque de Pompéi Nature morte aux pèches Fresque de Pompéi Historique Pompéi est une ville romaine située près de Naples, au pied du Vésuve. Fondée au VIe siècle av. JC, elle a été entièrement recouverte par sept mètres

Plus en détail

Les équations du premier degré

Les équations du premier degré TABLE DES MATIÈRES 1 Les équations du premier degré Paul Milan LMA Seconde le 10 septembre 2010 Table des matières 1 Définition 1 2 Résolution d une équation du premier degré 2 2.1 Règles de base................................

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur le Danemark

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur le Danemark DIRECTION GÉNÉRALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 15 mai 2009 Public Greco RC-II (2007) 2F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036

Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036 Projet COMMET Projet n : DE/07/LLP-LdV/TOI/147036 Le technicien électromécanicien et le technicien d usinage : propositions pour la construction d une grille de compétences Ce projet a été financé avec

Plus en détail

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Patrimoine Mondial Distribution limitée 25 COM WHC-01/CONF.208/14 Paris, le 31 octobre 2001 Original : anglais/français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION

Plus en détail

POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES L INTERCULTURALITÉ ELEMENTS DE CADRAGE

POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES L INTERCULTURALITÉ ELEMENTS DE CADRAGE POINT DE VUE SUR... L INTERCULTURALITÉ COMME ENJEU D INTÉGRATION ET/OU DE PRÉVENTION DES DISCRIMINATIONS SEPTEMBRE 2009 Par cette contribution, les membres du réseau RECI (ARIFOR Champagne Ardenne - CID

Plus en détail

Les exigences de documentation d ISO 9001:2008

Les exigences de documentation d ISO 9001:2008 Les exigences de documentation d ISO 9001:2008 ISO 9001:2008 donne à l'organisme une grande flexibilité quant à la façon de documenter son Système de Management de la Qualité (SMQ). Il convient de souligner

Plus en détail

LES APPROCHES QUALITATIVES

LES APPROCHES QUALITATIVES LES APPROCHES QUALITATIVES L objectif est d interviewer et d analyser les personnes prises séparément ou en groupe afin de dégager des hypothèses explicatives. Ces dernières seront ensuite vérifiées a

Plus en détail

Règles départementales d évaluation des apprentissages (RDÉA) : Document explicatif 1

Règles départementales d évaluation des apprentissages (RDÉA) : Document explicatif 1 Règles départementales d évaluation des apprentissages (RDÉA) : Document explicatif 1 Novembre 2011 1 Le département est invité à faire appel au Service des études pour obtenir plus de précisions ou pour

Plus en détail

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ Mélissa MARTINEZ Samia SENOUCI TIC Master 2 CPE Ali HAMMOUDA 17 décembre 2013 PLAN Introduction 1. Les outils non informatisés : a) Les outils d information b) Les outils de communication 2. Les outils

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Comment trouver un texte officiel?

Comment trouver un texte officiel? 1 Comment trouver un texte officiel? 1- Re-Connaître les textes Bloc constitutionnel : La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789. La Constitution du 4 octobre 1958 organise l ensemble

Plus en détail

Le quoi de neuf? Une transition entre l extérieur et l école

Le quoi de neuf? Une transition entre l extérieur et l école Le quoi de neuf? Une transition entre l extérieur et l école Le «Quoi de Neuf?» est un des outils de la vie coopérative de la classe qui permet la construction d une histoire commune au «groupe de vie».

Plus en détail

Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions?

Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions? Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions? Illfurth, 13 octobre 2015 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l éducation nationale 1 Plan 1. Repérer les évolutions

Plus en détail

AVIS D'EXPERT 23-09-13

AVIS D'EXPERT 23-09-13 AVIS D'EXPERT 23-09-13 POURQUOI ET COMMENT APPLIQUER LES METHODES AGILES DANS LA MISE EN ŒUVRE DU SI? Par Bertrand Cornanguer, Secrétaire du CFTL (Comité Français des Tests Logiciels) Consultant Senior

Plus en détail

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences»

Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» Mécanismes d évaluation et de sélection des sources internationales de MEG Activités du «Groupe Inter-Agences» J Daviaud Responsible Assurance Qualité des produits pharmaceutiques SPE/PMU/QADM AEDES -Journées

Plus en détail

Les symboles architecturaux des pays du monde

Les symboles architecturaux des pays du monde HISTOIRE DES ARTS 3ème 2010 2011 Les symboles architecturaux des pays du monde Yo'Art L'Opéra de Sydney Nom :... Prénom :... Classe :... Collège Georges Seurat 75, Rue des Fauvelles 92400 Courbevoie Ce

Plus en détail

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information Knowledge Conseil en Système d Information La Localisation d Expertise Introduction AVRIL 2003 1 La localisation d expertise Le défi à relever Imaginons qu un collaborateur souhaite comprendre le concept

Plus en détail

Association ARIANA Opération MIX ART

Association ARIANA Opération MIX ART Association ARIANA Opération MIX ART ATELIER PEDAGOGIQUE Du Louvre au street-art, bâtir une saison pédagogique avec un partenaire artistique institutionnel CNAM, le 27 novembre 2013 L opération MIX ART

Plus en détail

LE PORTRAIT. Emile Bernard (1868 1941) Autoportrait, 1890. DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest

LE PORTRAIT. Emile Bernard (1868 1941) Autoportrait, 1890. DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest LE PORTRAIT Emile Bernard (1868 1941) Autoportrait, 1890 DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest 1 SOMMAIRE Les objectifs.. p. 3 Quelques repères historiques..p. 4 Les différents types de portraits.p.

Plus en détail

FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE

FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE A l occasion de son 40 ème anniversaire dans le domaine du soin en addictologie, le Centre ADAJE a mis au point deux formations liées à l approche culturelle. En effet,

Plus en détail

L enseignement/apprentissage du français dans la formation pour adultes : questionnements sociolinguistiques

L enseignement/apprentissage du français dans la formation pour adultes : questionnements sociolinguistiques L enseignement/apprentissage du français dans la formation pour adultes : questionnements sociolinguistiques Michelle Auzanneau, Malory Leclère-Messebel To cite this version: Michelle Auzanneau, Malory

Plus en détail

Numéro du rôle : 5116. Arrêt n 12/2012 du 2 février 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5116. Arrêt n 12/2012 du 2 février 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5116 Arrêt n 12/2012 du 2 février 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1798 du Code civil, tel qu il a été modifié par la loi du 19 février 1990, posée

Plus en détail

Statistique - Tests d hypothèses. Exercices

Statistique - Tests d hypothèses. Exercices Module 2101 Statistique - Tests d hypothèses Exercices Fabrice Heitz Septembre 2013 1 Tests sur une seule population (comparaison par rapport à une référence) Exercice 1 : Test sur la moyenne : réglage

Plus en détail

«Concilier sa vie professionnelle et sa vie privée» Résultats du sondage TNS Sofres

«Concilier sa vie professionnelle et sa vie privée» Résultats du sondage TNS Sofres «Concilier sa vie professionnelle et sa vie privée» Résultats du sondage TNS Sofres Sommaire Contexte et objectifs de l étude 3 Méthodologie 4 1 Concilier vie professionnelle et vie privée, un enjeu clé

Plus en détail

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE.

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. Jean Claude BOUAL Secrétaire général adjoint EGALE Les deux concepts de laïcité et de service public ont été forgés à la même époque, la fin du 19ème siècle et

Plus en détail

Notre conception du développement

Notre conception du développement Notre conception du développement ACT Développement - Révisé mai 2008 Confirmé en tant que document de l'alliance ACT par le Comité directeur, janvier 2013 Notre conception du développement Le développement

Plus en détail

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Question Éléments de réponse 1) En quoi consiste

Plus en détail

www.sgbv.dz SOCIÉTÉ DE GESTION DE LA BOURSE DES VALEURS

www.sgbv.dz SOCIÉTÉ DE GESTION DE LA BOURSE DES VALEURS SOCIÉTÉ DE GESTION DE LA BOURSE DES VALEURS www.sgbv.dz 3 Introduction 5 Définition de la PME / PMI 5 Avantages d un marché boursier dédié aux PME 7 Organisation de la cote officielle 9 Conditions d admission

Plus en détail

INTRODUCTION GÉNÉRALE

INTRODUCTION GÉNÉRALE INTRODUCTION GÉNÉRALE La notion de microfinance recouvre une grande diversité de réalité ; aussi, aucune définition n a permis jusqu ici de donner une représentation de cette réalité complexe. En effet,

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS SYNTHESE DES REPONSES A LA CONSULTATION DU 7 SEPTEMBRE 2010 CONCERNANT L INTERPRETATION POSSIBLE ET L IMPACT DE LA DISPOSITION SELON LAQUELLE

Plus en détail

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation

e point en recherche ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Mesures fiscales applicables à l habitation L e point en recherche Juin 2002 Série socio-économique Numéro 106 ÉVALUATION DES MESURES FISCALES APPLICABLES À L HABITATION Introduction Le présent projet de recherche porte sur l'analyse et l'évaluation

Plus en détail

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle G.T. 1 : le Monde selon les Femmes Document issu de 3 sources : 1. Recommandations du groupe GESA de la CFD sur " l'accès et le contrôle des

Plus en détail

FRANÇAIS LANGUE I BACCALAURÉAT EUROPÉEN 2012 DATE : 6 JUIN 2012 MATÉRIEL AUTORISÉ : REMARQUES PARTICULIÈRES :

FRANÇAIS LANGUE I BACCALAURÉAT EUROPÉEN 2012 DATE : 6 JUIN 2012 MATÉRIEL AUTORISÉ : REMARQUES PARTICULIÈRES : DATE : 6 JUIN 2012 DURÉE DE L EXAMEN : 4 HEURES (240 MINUTES) MATÉRIEL AUTORISÉ : AUCUN REMARQUES PARTICULIÈRES : Vous traiterez, au choix, l un des trois sujets suivants. 1/6 PREMIER SUJET Jean Mesnard,

Plus en détail

Lisa DENNINGER. Expert Ergonomie Physique PSA Peugeot Citroën

Lisa DENNINGER. Expert Ergonomie Physique PSA Peugeot Citroën Lisa DENNINGER Expert Ergonomie Physique PSA Peugeot Citroën Introduction L ergonomie : (du grec ergos, le travail et de Nomos, la loi) est une discipline qui vise l adaptation d un système à son utilisateur,

Plus en détail

La Grèce, la Troïka, et la Charte Sociale Européenne

La Grèce, la Troïka, et la Charte Sociale Européenne La Grèce, la Troïka, et la Charte Sociale Européenne Le Comité européen des droits sociaux a pour mission de juger la conformité du droit et de la pratique des Etats parties à la Charte sociale européenne.

Plus en détail

Les achats de l Etat et de ses établissements publics Objectifs et indicateurs

Les achats de l Etat et de ses établissements publics Objectifs et indicateurs Les achats de l Etat et de ses établissements publics Objectifs et indicateurs Guide de la mesure des résultats Le Service des Achats de l État s assure que les achats de l État et de ses établissements

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

LA DÉFINITION DE LA CONSTRUCTION IDENTITAIRE

LA DÉFINITION DE LA CONSTRUCTION IDENTITAIRE Module 1 Mieux comprendre LA DÉFINITION DE LA CONSTRUCTION IDENTITAIRE D é m a r c h e p e r s o n n e l l e Objectifs du module S approprier la définition de la construction identitaire telle qu elle

Plus en détail

Vers un nouveau cadre communautaire pour les piles et accumulateurs

Vers un nouveau cadre communautaire pour les piles et accumulateurs Vers un nouveau cadre communautaire pour les piles et accumulateurs Une nouvelle directive relative aux piles et accumulateurs, ainsi qu'aux déchets de piles et accumulateurs, a été adoptée le 6 septembre

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre? Pour qui? Des difficultés à gérer la classe une question d intelligence?

Introduction. Pourquoi ce livre? Pour qui? Des difficultés à gérer la classe une question d intelligence? Pourquoi ce livre? Pour qui? Des difficultés à gérer la classe une question d intelligence? Je reprends ce que disait Coluche : «Il nous vendait de l intelligence et n avait pas un échantillon sur lui!».

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 14 La société dans le Code civil Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu La société en nom collectif La société en commandite La société en participation L association Pages

Plus en détail

Position de l ADC sur Le contrôle de l exposition aux rayons X en dentisterie

Position de l ADC sur Le contrôle de l exposition aux rayons X en dentisterie Le contrôle de l exposition aux rayons X en dentisterie Introduction Comme les normes régissant la construction et le fonctionnement des appareils de radiographie relèvent de l autorité du gouvernement

Plus en détail

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel.

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel. La classe de 3 ème préparatoire aux formations professionnelles Document d accompagnement pédagogique I- Le cadre réglementaire Il est défini par la circulaire n 2011-128 du 26 aout 2011, publiée au BO

Plus en détail

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire

Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire Consultation Santé Jeunes Programme pilote d aide à la désaccoutumance au tabac chez les jeunes : étude exploratoire «La dépendance, elle ne me semble pas réelle. Elle n est qu illusion. Chaque homme est

Plus en détail

FRANÇAIS Ressources Baccalauréat professionnel - Lire -

FRANÇAIS Ressources Baccalauréat professionnel - Lire - FRANÇAIS Lycée professionnel Ressources Baccalauréat professionnel - Lire - Mai 2009 eduscol.education.fr/prog Construire des compétences de lecture, c est amener les élèves de lycée professionnel à considérer

Plus en détail

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique

allégements fiscaux Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Service de l économie, du logement et du tourisme (SELT) Promotion économique Nestlé, Vevey Alain Herzog / EPFL allégements fiscaux création, implantation et développement d entreprises EE TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains permet d acquérir des connaissances concernant les droits humains, mais aussi de développer des habiletés et

Plus en détail

Turquoise Fleurs : laisser les créations florales nous transporter

Turquoise Fleurs : laisser les créations florales nous transporter Turquoise Fleurs : laisser les créations florales nous transporter Le monde a beau être de plus en plus virtuel et hyper-connecté, les Français restent sensibles aux vraies valeurs et aux cadeaux aussi

Plus en détail

Expérimenter des outils simples d évaluation

Expérimenter des outils simples d évaluation Expérimenter des outils simples d évaluation Radix 26 septembre 2007 Eric Zellweger et Yann Boggio 1 Plan de la présentation L évaluation c est Dessiner une évaluation Quelques outils 5 min 10 min 15 min

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

La Métropole en Périphérie. Renouvellement des gares périurbaines en Ile de France

La Métropole en Périphérie. Renouvellement des gares périurbaines en Ile de France Séminaire Doctoral, Ecole des Ponts ParisTech, 2014-2015 Organisé par Nacima Baron- Yellès (LVMT) et Nathalie Roseau (LATTS) La Métropole en Périphérie Renouvellement des gares périurbaines en Ile de France

Plus en détail

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social

Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Marketing social et communication externe dans le secteur social et médico-social Les échanges de bonnes pratiques dans le secteur social et médico-social trouvent aujourd hui un vecteur privilégié au

Plus en détail

Contexte et enjeux pour les CECAM

Contexte et enjeux pour les CECAM Enjeux et impacts de la microfinance rurale à Madagascar : Etude d impact du réseau des Caisses d épargne et de crédit mutuel de Madagascar (CECAM) (2003-2007) BIM n - 24 octobre 2006 Emmanuelle BOUQUET

Plus en détail

Petit guide des métiers par les élèves du CM 1 C

Petit guide des métiers par les élèves du CM 1 C Petit guide des métiers par les élèves du CM 1 C Le banquier au travail Le banquier, au cœur d un scandale, est interviewé par Julie, reporter de renommée. Julie et Jean-Pierre pris en photo par Emmanuelle,

Plus en détail

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE Zine-Eddine SEFFADJ Maître de conférence Chargé des

Plus en détail

Dmat Newsletter n 3 Protection des épargnants

Dmat Newsletter n 3 Protection des épargnants DMAT TASK FORCE Dmat Newsletter n 3 Protection des épargnants Introduction En réponse aux turbulences de ces derniers mois sur les marchés financiers, le législateur a pris certaines mesures visant notamment

Plus en détail

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE Dans un premier temps, nous rappelons comment la performance d un réseau peut se dégrader en terme d

Plus en détail

Court essai d analyse

Court essai d analyse Court essai d analyse AFFICHES SUR L HISTOIRE ET LA POLITIQUE Une seule affiche est consacrée à la politique et encore, de façon distanciée. Deux autres sont directement consacrées à l histoire La première,

Plus en détail

Information et Communication LICENCE

Information et Communication LICENCE Information et Communication LICENCE 2 Objectifs de la formation Cette licence a pour objectif de fournir à l étudiant les connaissances de base en information et communication, tant sur le plan théorique

Plus en détail

Délibération n 120 du 26 septembre 2005 relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble

Délibération n 120 du 26 septembre 2005 relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble relative aux modalités de scolarisation des enfants en situation de handicap ou présentant un trouble invalidant de la santé à l'école primaire Article 4 Le directeur de l école coordonne, dans l école,

Plus en détail

MODÈLE PROGRAMME DE RECONNAISSANCE DES EMPLOYÉS PROGRAMME DE RECONNAISSANCE DES EMPLOYÉS INTRODUCTION DÉFINITIONS OBJECTIFS

MODÈLE PROGRAMME DE RECONNAISSANCE DES EMPLOYÉS PROGRAMME DE RECONNAISSANCE DES EMPLOYÉS INTRODUCTION DÉFINITIONS OBJECTIFS INTRODUCTION La municipalité de [nom de la municipalité] est fière de compter parmi ses employés, des hommes et des femmes qui se distinguent par leur dévouement, leur contribution ainsi que par leurs

Plus en détail

Mémoire. Plan de développement durable du Québec. par le. Conseil régional de l environnement de l Abitibi-Témiscamingue

Mémoire. Plan de développement durable du Québec. par le. Conseil régional de l environnement de l Abitibi-Témiscamingue Mémoire Plan de développement durable du Québec par le Conseil régional de l environnement de l Abitibi-Témiscamingue 1 15 février 2005 Conseil régional de l environnement de l Abitibi-Témiscamingue 423,

Plus en détail

Mots-clé : Machine à vapeur, James Watt, Usine, industrie

Mots-clé : Machine à vapeur, James Watt, Usine, industrie L AGE INDUSTRIEL : Fiche d objectifs Un entrepreneur et son entreprise au XIXè siècle p105 à 115 Quels bouleversements l industrialisation du XIXe siècle a- Fil conducteur L entreprise Menier A partir

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION N 9 SUR L APPLICATION DE LA DIRECTIVE RELATIVE À LA SÉCURITÉ DES JOUETS LIVRES

DOCUMENT D ORIENTATION N 9 SUR L APPLICATION DE LA DIRECTIVE RELATIVE À LA SÉCURITÉ DES JOUETS LIVRES COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES ET INDUSTRIE Marché unique des biens Le marché intérieur et sa dimension internationale Dernière mise à jour le: 10/12/2013 DOCUMENT D ORIENTATION N

Plus en détail

Centre d art La Malmaison

Centre d art La Malmaison Centre d art La Malmaison à destination des classes des écoles élémentaires (cycles 2 et 3) Projet proposé par le Centre d art La Malmaison Document réalisé par la Direction des Affaires Culturelles de

Plus en détail

Calcul mental. Je pense à un nombre, je lui ajoute 27, je trouve 60. Quel est ce nombre?

Calcul mental. Je pense à un nombre, je lui ajoute 27, je trouve 60. Quel est ce nombre? Calcul mental Le golf. Il s agit, à partir d un nombre donné, d atteindre un nombre cible, en respectant un certain nombre de contraintes : Nombre de départ : 12 Nombre cible : 53 Contraintes : ajouter

Plus en détail

mondiale des sciences de l él

mondiale des sciences de l él Quelle place et quel rôle pour les sciences dans la formation des élèves? Représentations d enseignants du primaire au Maroc au regard de la hiérarchisation des matières et de l interdisciplinarité XIV

Plus en détail

La morale peut-elle nous aider à vivre en société? Vivre les différences, responsabilités individuelles et collectives.

La morale peut-elle nous aider à vivre en société? Vivre les différences, responsabilités individuelles et collectives. 1 COMMENT FAIRE POUR BIEN FAIRE? - 2 rencontre - La morale peut-elle nous aider à vivre en société? Vivre les différences, responsabilités individuelles et collectives. Axe de réflexion: dans la vie sociale,

Plus en détail

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat

Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Transmettre l expérience des seniors grâce au tutorat Cette fiche s attachera surtout à décrire une modalité particulière de transmission des compétences : le tutorat. Ou comment un salarié expérimenté

Plus en détail

Chapitre III PHENOMENES NON RADIATIVES. Fig. III-1- Exemples de transitions multiphonons des ions Nd 3+, Er 3+ et Tm 3+

Chapitre III PHENOMENES NON RADIATIVES. Fig. III-1- Exemples de transitions multiphonons des ions Nd 3+, Er 3+ et Tm 3+ 18 Chapitre III PHENOMENES NON RADIATIVES Deux types de phénomènes non radiatifs peuvent intervenir dans le processus de désexcitation d un activateur: les processus multiphonons et les transferts d énergie

Plus en détail

L EMPLOI. Le système d emploi traditionnel. Surmonter les obstacles de l avenir

L EMPLOI. Le système d emploi traditionnel. Surmonter les obstacles de l avenir Web Japan http://web-japan.org/ L EMPLOI Surmonter les obstacles de l avenir Quartier des affaires du centre ville (Crédit photo : AFLO) Le système d emploi japonais a joué un rôle essentiel dans la forte

Plus en détail

Entente mutuelle. Chapitre 12

Entente mutuelle. Chapitre 12 Chapitre 12 Entente mutuelle S adapter l un à l autre Dans bien des familles on ne trouve pas cette politesse chrétienne, cette vraie courtoisie, cette déférence et ce respect mutuels qui contribuent à

Plus en détail

Le régime général d assurance médicaments

Le régime général d assurance médicaments Le régime général d assurance médicaments Régie de l assurance maladie du Québec Rapport d activité 2000-2001 du régime général d assurance médicaments Rappel de la Loi sur l assurance-médicaments et de

Plus en détail

Mise en œuvre de modules transversaux dans les formations en travail social :

Mise en œuvre de modules transversaux dans les formations en travail social : Mise en œuvre de modules transversaux dans les formations en travail social : quels impacts sur le processus de construction des compétences et de l identité professionnelle des apprenants? Claire JONDEAU

Plus en détail

Gouvernement de 1'Inde nous ait permis de participer a un important

Gouvernement de 1'Inde nous ait permis de participer a un important DA/24/INP 7 SEFINAIRE DE DROIT D'AUTEUR DE L»ASIE ORIENTALE Vigyan Bhavan - New Delhi, 23-30 Janvier 1967 ALLOCUTION D'OUVERTURE du Professeur G.H.O. Bodenhausen, Direoteur des BIRPI Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

FORCE DE VENTE DANS LE LUXE

FORCE DE VENTE DANS LE LUXE FORCE DE VENTE DANS LE LUXE PLAN INTRODUCTION I- LE MONDE DU LUXE 1. Présentation générale 2. Marché du luxe (Maroc) 3. Le luxe et la Crise mondiale II- FORCE DE VENTE DANS LE LUXE 1. Critères 2. Fonctions

Plus en détail

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence La Gestalt-thérapie Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence Mardi 16 février 2016 Nanterre Université Intervenants : Arnaud Sébal, directeur de l IFAS-

Plus en détail

LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES

LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES S. Schiavo-Campo CONFERENCE MINPLAN/USAID NOVOTEL, BUJUMBURA 24 MAI 2006 1 LE BUDGET (ET TOUTE QUESTION LIEE AU BUDGET) EST UN SOMNIFERE TRES EFFICACE PEUT-ETRE, MAIS

Plus en détail

Relevé des déductions ------

Relevé des déductions ------ Cahier des charges du mode EDI du téléservice SIMPL-TVA Relevé des déductions ------ Version 1.1 10 Février 2016 SUIVI DES VERSIONS Date N Version Motif de Mise à Jour 24/07/2015 1.0 Création 10/02/2016

Plus en détail

Manager la qualité. pour la première. fois DIAGNOSTIC, PLAN D ACTION, CERTIFICATION. Jean Margerand. Florence Gillet-Goinard

Manager la qualité. pour la première. fois DIAGNOSTIC, PLAN D ACTION, CERTIFICATION. Jean Margerand. Florence Gillet-Goinard ean Margerand Florence Gillet-Goinard Manager la qualité pour la première fois DIAGNOSTIC, PLAN D ACTION, CERTIFICATION Manager la qualité pour la première fois Si vous êtes appelé à manager la qualité

Plus en détail

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE 7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE En matière de gestion des populations animales sauvages, il existe un certain nombre de principes généraux qui doivent être connus et à partir desquels il est possible

Plus en détail