BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Réduire le risque : la nouvelle obsession

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Réduire le risque : la nouvelle obsession"

Transcription

1 BANQUE n 303 Mai 2012 ISSN Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 dossier Réduire le risque : la nouvelle obsession Les décisions prises pour réduire les risques à l échelle de la sphère financière n atteignent pas toujours leur but et font même parfois émerger de nouveaux risques. L économie pâtit de ces incohérences, ainsi que les banques elles-mêmes. Pour ces établissements, la gestion des risques devient plus complexe, ne serait-ce qu en raison de l inflation de textes qui renforce le risque de non-conformité. 4 Sommaire veille STRATÉGIquE 30 Macroéconomie Le système financier joue-t-il un rôle face à croissance économique? Franklin Allen, Université de Pennsylvanie (Wharton School), et Pascal de Lima, Altran Financial Services, Sciences Po Paris En bref 38 La vie des affaires En partenariat avec

2

3 Dossier Réduire le risque : la nouvelle obsession Dossier réalisé par Sophie Gauvent Au lendemain des élections présidentielles françaises, les banques craignent de nouvelles décisions visant à réduire les risques que présente la sphère financière pour la stabilité économique. Les activités de banque de détail et de BFI devront-elles divorcer? Cela réduirait le caractère systémique des établissements. Jean-Pierre Mustier (UniCredit) propose une alternative à cette idée de séparation, qu il rejette tout en reconnaissant le besoin de sécurité éprouvé par le corps social. Beaucoup a déjà été fait pour réduire les risques bancaires. Avant d aller plus loin, une analyse des conséquences des récentes régulations est indispensable. Or, dans bien des cas, la recherche de sécurité entraîne d importants inconvénients. Elle menace la principale activité bancaire qui consiste à financer l économie, comme l explique le directeur des risques de la BRED Banque Populaire, Stéphane Mangiavacca. Elle induit également de nouveaux risques : la chasse au risque de contrepartie peut créer un risque de liquidité, selon Elsa Sitruk et Stéphane Kourganoff (Ester). Pire encore, le risque est reporté sur les entreprises clientes des banques qui pourraient donc bien devenir un maillon du risque systémique. Autre paradoxe, souligné cette fois par Régis Castelin d Audisoft Consultants : le ratio de liquidité LCR de Bâle III pousse les banques à acheter des obligations souveraines, elles-mêmes non dénuées de risques pour la solvabilité des établissements. Pas facile donc pour les banques de gérer leurs risques de façon globale. Un banquier parle même de «grand écart». Les assureurs eux aussi sont victimes des incohérences de la régulation : la VaR (Value at Risk) imposée par Solvabilité 2 n est pas adaptée à leur activité. Pire, elle vient gêner le recours à certaines techniques de couverture du risque, comme le souligne Philippe Foulquier, professeur à l Edhec. La multiplication des réglementations a généré un nouveau risque à l échelle des banques : la nonconformité. Ne pas respecter les nombreux textes officiels qui s appliquent aux banques fait encourir aux établissements des amendes et une dégradation de leur image. Quant à la crise, elle rend le risque opérationnel plus sensible. Par exemple, jamais les positions de Jérôme Kerviel dont le procès en appel s ouvre le mois prochain n auraient été aussi perdantes en période de calme sur les marchés financiers. Les établissements financiers sont enjoints de cerner l ensemble de ces risques dont la gestion demande des efforts croissants, d où la valorisation des fonctions risques qui sont de plus en plus étoffées. & BANQUE STRATÉGIE 18, rue La Fayette Paris Fax : La reproduction totale ou partielle des articles publiés dans Banque & Stratégie, sans accord écrit de la société Revue Banque SARL, est interdite conformément à la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique. Directeur de la publication : Valérie Ohannessian Secrétaire général : Pierre Coustols Rédacteur en chef : Élisabeth Coulomb Rédacteurs : Sophie Gauvent (54 02) ; Séverine Leboucher (54 15) ; Annick Masounave (54 14) Secrétariat de rédaction : 1 er SR, Alain de Seze (54 17) ; Christine Hauvette (54 10). Maquette : 1 er maquettiste, Emmanuel Gonzalez (54 12) ; Alexandra Démétriadis (54 18) Conception graphique : Rampazzo & Associés Pour nous contacter, devant chaque numéro, ajouter l indicatif AbonneMentS : Revue Banque-NPAI 39 rue Marcelin-Berthelot Drancy Cedex Tél. : Fax : ISSN /CPPAP 0616 I Imprimé à Pulnoy (54) par SPEI - Dépôt légal 2 e trimestre BANQUE STRATÉGIE Banque Stratégie n 303 mai

4 Sommaire Réduire le risque : la nouvelle obsession 5 Économie Concilier règles prudentielles et financement des entreprises Jean-Pierre Mustier, UniCredit 9 Cadre réglementaire Les paradoxes de bâle III Lionel Castelin, Audisoft Consultants, IEP de Strasbourg 12 Risque systémique Du bon équilibre entre risque de contrepartie et risque de liquidité Stéphane Kourganoff et Elsa Sitruk, ESTER 14 Direction des risques La bred, satisfaite de ses choix prudents Stéphane Mangiavacca, BRED Banque Populaire 17 Risque de non-conformité Les banques peuvent-elles être exemplaires? Valérie Hauser, Audisoft Consultants 21 Outil de mesure Les dix péchés capitaux de la Value at Risk Philippe Foulquier et Alexandre Le Maistre, Edhec Business School 24 Risque opérationnel Une remise en cause permanente Jean-Paul Chaouloff et Gaël Robic, Audisoft Consultants 26 Les meilleures pratiques L élite des directeurs des risques Valérie Villafranca et Éric Jeanne, Accenture 28 Gestion d actifs Les fonds de pensions face aux risques de marché Sylvain Favre Gilly, BlackRock France 4 Banque Stratégie n 303 mai 2012

5 Dossier RÉDUIRe LeS RISqUeS : LA nouvelle obsession Économie Concilier règles prudentielles et financement des entreprises Jean-Pierre Mustier Directeur général adjoint, en charge de la banque de financement et d investissement UniCredit * Des extraits de ce texte ont été publiés dans Revue Banque n 748, «Pour que les banques continuent de financer l économie», p. 38. En voulant réduire le risque, les régulateurs mettent en danger le financement de l économie. Jean-Pierre Mustier propose aux banques et aux régulateurs de changer de stratégie, pour préserver à la fois les entreprises et la profitabilité des établissements financiers.* L a crise de l immobilier américain dite des subprime, à partir de la mi-2007, puis la faillite de la banque Lehman l année suivante ont été les catalyseurs de la «crise bancaire». L amélioration de 2009 a pu faire croire que l industrie financière retournerait à la situation d avant-crise, espoir déçu par l évolution de la situation budgétaire des États notamment de la zone euro. Après l hypercroissance et l hyperprofitabilité des années 1990 à 2007, «l hyperpériode», le monde bancaire d aujourd hui, sous la pression des régulateurs et des marchés, est engagé non plus dans une crise, mais dans une évolution structurelle profonde, qui sera longue et difficile. Une lecture a posteriori est toujours facile : durant cette «hyperpériode», une liquidité abondante et très peu chère ainsi que le développement des marchés de capitaux et de dérivés ont permis une croissance très importante des bilans bancaires, entraînant une très forte hausse de la profitabilité des banques jusqu à Les retours sur fonds propres très élevés, souvent au-delà de 20 %, se sont avérés impossibles à tenir dans le temps : pourquoi les banques, même avec des bilans à très fort levier, seraientelles structurellement beaucoup plus profitables que le reste de l industrie sur le long terme? Mais on oublie souvent que cette profitabilité hors norme des banques a fortement bénéficié aussi à leurs clients, grâce à des prêts abondants et à très faible coût, les banques utilisant les profits de leurs activités de marché, pour financer la croissance de leurs activités de crédit, beaucoup moins profitables. Ces «crises» récentes ont entraîné une révision profonde de l approche des risques par les banques et leurs régulateurs. Les régulateurs ont naturellement demandé plus de fonds propres aux banques, le coût social et financier d une grosse faillite bancaire étant insupportable pour un pays. Directement et indirectement, ils contraignent aussi la taille de bilan des banques, même si nous ne sommes certainement pas encore à la cible. À titre d exemple, les plus grosses banques françaises ont encore aujourd hui des tailles de bilan du même ordre de grandeur que la dette totale de l Italie, entre 1 et 2 trillions d euros, représentant trente fois leurs fonds propres. DeS RègLeS toujours MoUVAnteS Il est donc probable que l environnement réglementaire bancaire continue d évoluer, vers toujours plus de fonds propres et moins de bilan. Si ces changements sont nécessaires et probablement inévitables, il convient néanmoins de mesurer leurs conséquences pour les banques et leurs clients. Tentons d en analyser quelques-unes. 1. La procyclicité et l offre de crédit Une partie des mesures mises en place par les régulateurs, notamment celles dites «de Bâle», permettent d avoir un lien beaucoup plus fort entre capital et profil de risques, mais elles entraînent néanmoins une certaine procyclicité des besoins de fonds propres des banques. Au creux du cycle, Banque Stratégie n 303 mai

6 Dossier RÉDUIRe LeS RISqUeS : LA nouvelle obsession les nouveaux modèles de Bâle, mais aussi les demandes spécifiques des régulateurs par exemple les ratios imposés l an dernier par l Autorité bancaire européenne (ABE) forcent les banques, au pire moment, à augmenter leurs fonds propres. Celles-ci en retour, comme nous l avons vu au quatrième trimestre de l an dernier, sont amenées à contrôler leur offre de crédit pour limiter leurs besoins supplémentaires de capital. La charge en fonds propres réglementaires augmentant aussi en fonction de la dégradation de la notation des clients, elles seront amenées à facturer les crédits plus chers aux entreprises les moins bien notées, souvent des PME. Les grandes entreprises, qui ont accès aux marchés de capitaux pourront trouver des alternatives au financement bancaire via des émissions obligataires par exemple, mais les PME n auront pas d autre choix que de se refinancer auprès de leurs banques. En résumé, si la nouvelle réglementation réduit le risque de faillite bancaire en imposant des ratios de fonds propres plus durs, son caractère procyclique a néanmoins pour conséquence indirecte de réduire et de renchérir l offre de crédit au pire moment pour les clients, et notamment pour ceux qui n ont qu un accès limité aux marchés de capitaux, c està-dire les PME. 2. La procyclicité et le coût de la liquidité Au-delà des fonds propres, le refinancement par les banques de leur position de liquidité est probablement l enjeu le plus important. Or les coûts de financement des banques ont augmenté de manière très importante l an dernier. Cet effet a été accru ces derniers mois par le changement de perception de la solvabilité des États, suite aux problèmes de certains, dont les impacts ont été très probablement augmentés par les stress-tests très procycliques de l ABE prenant en compte, sinon des défauts, du moins des dégradations très importantes du risque de crédit de ces souverains européens. Les commentaires alarmistes du FMI de la fin de l année dernière sur le même sujet ont ajouté à la procyclicité un risque supplémentaire d autoréalisation. Ainsi, le coût de financement d une banque devient encore plus procyclique et très lié à celui de son souverain, et ce coût doit à terme être passé par les banques à leurs clients. Il s ensuit de nombreuses conséquences pour les clients : une augmentation doublement procyclique du coût des crédits, liée à la notation du client (voir supra) et aussi à l augmentation du coût de refinancement de sa banque ; une perte de compétitivité pour les entreprises domiciliées dans un pays dont le coût de refinancement augmente, comparé à celui d un compétiteur de l autre côté de la frontière, mais dans un pays moins impacté. Dans la zone euro, où il ne peut pas y avoir d ajustement via un change flottant, cette perte de compétitivité est bien réelle. Là encore, les grandes entreprises, dont certaines se refinancent aujourd hui moins cher que leurs banques, pourront amortir cette augmentation du coût de la liquidité grâce aux marchés de capitaux en émettant des obligations. Mais les PME, elles, n ont pas cette chance et subiront directement une telle augmentation. 3. Une augmentation structurelle du coût de la liquidité Le régulateur, en affirmant certainement à juste titre une rupture du soutien implicite d un État à ses banques, a très fortement réduit l appétit des investisseurs pour les obligations bancaires non sécurisées. En conséquence, les banques ont été amenées à utiliser des produits alternatifs (obligations foncières ou équivalentes, emprunts collatéralisés auprès de tiers ou en banque centrale) qui subordonnent leur dette et entraînent des coûts de financements plus élevés. D autre part, la réglementation de Bâle va introduire des ratios de liquidité d ici quelques années. Ces derniers vont réduire la capacité de prise de risque de transformation pour les banques et donc augmenter le coût de la liquidité longue pour les clients. Il est difficile aujourd hui de voir ce qui peut inverser cette tendance, et il est très probable que le coût de financement des banques demeure structurellement élevé, et par là même le coût de financement de leurs clients. 4. Une offre bancaire plus domestique Les régulateurs européens, naturellement soucieux de protéger les déposants de leur pays et d alléger le coût pour le contribuable d une faillite bancaire, ont développé des approches très domestiques, pour préserver fonds propres et liquidité à l intérieur de leurs frontières. En l absence d un vrai régulateur européen, et probablement aussi d une garantie des dépôts au niveau européen et non pas domestique, les banques sont amenées à se repositionner sur leur marché domestique. Si, à court terme, ceci peut être vu comme un avantage pour soutenir leur économie nationale, à moyen terme, ceci réduira mécaniquement la compétitivité de l offre pour leurs clients. 5. Une baisse structurelle de la profitabilité des banques Ces évolutions augmentation des besoins en fonds propres des banques, diminution de leur bilan, augmentation du coût de la liquidité entraînent une baisse structurelle de leur profitabilité. Le marché ne s y trompe pas, même si les valorisations actuelles peuvent être vues comme anormalement dépréciées, les banques traitant à des décotes importantes de leur valeur nette d actifs. Mais ceci signifie que les investisseurs pensent que les banques ne pourront pas, dans un avenir de moyen terme, avoir une profitabilité couvrant le coût de leur capital. Les levées de capital seront plus difficiles à réaliser, le capital sera plus cher et, in fine, les banques devront passer ces coûts à leurs clients. Une AMÉLIoRAtIon est PoSSIbLe La situation est donc pour le moins inquiétante. Quelles solutions peuvent être considérées pour améliorer les conditions de refinancement des clients des banques? Il s agit d abord de gagner du temps pour mettre en 6 Banque Stratégie n 303 mai 2012

7 En bref La vie des affaires Banque Centrale Européenne La LtrO sur la sellette Où sont passés les milliards d euros prêtés par la BCE aux banques européennes, au taux défiant toute concurrence de 1 %? Cette opération, baptisée LTRO (Long Term Refinancing Operation) car son échéance est à trois ans, soulève des interrogations. Selon Les Échos du 9 mai, Michel Barnier chercherait à mobiliser Mario Draghi (président de la BCE) et Andrea Enria (président de l EBA) sur la question de l usage qu ont fait les banques de cette somme pharaonique. Selon un banquier, «cet argent a été peu utilisé pour prêter aux acteurs économiques, car la demande est faible ; une petite partie a servi à l achat de bons du Trésor, mais l essentiel de l argent est à la BCE. Nous l empruntons à 1 % et nous le plaçons à 0,25 %. Ces sommes nous étant prêtées à long terme, les autres institutions financières, notamment américaines, nous font de nouveau confiance. Nous avons de nouveau des dépôts en dollars et pas seulement à court terme.» Aussi, les rumeurs selon lesquelles les banques souhaiteraient rembourser cet argent de façon anticipée seraient infondées. S. g. Risque opérationnel La leçon kerviel Le mois prochain va s ouvrir le procès en appel de Jérôme Kerviel. Cet ancien trader n a détourné aucune somme d argent, mais il a fraudé le système de contrôle interne de la Société Générale afin de dissimuler ses positions qui entraînaient une prise de risque démesurée pour la banque. Même si, en première instance en octobre 2010, le trader a été jugé seul responsable de la perte de 4,9 milliards d euros, cela n a pas empêché les établissements bancaires de tirer des leçons de cette fraude géante. D abord, la crise favorise ce type d accident : «En période de crise, les incidents de risque opérationnel peuvent prendre de l ampleur, note Stéphane Mangiavacca, directeur des risques de la BRED. Selon les informations publiques disponibles, sans la forte volatilité des marchés liée à la crise, le débouclement des positions de Kerviel n aurait jamais été aussi perdant.» De plus, l affaire Kerviel a été l occasion d une introspection généralisée. «Comme tous les établissements, la BRED a analysé ses procédures internes au regard des risques de fraude évoqués dans le rapport Lagarde publié à la suite de l affaire Kerviel, pour s assurer que les contrôles étaient efficaces en la matière et en renforcer la formalisation, poursuit le banquier. Ce rapport a été riche d enseignements.» Cela n a toutefois pas mis fin au rogue trading 1, comme l a démontré Kweku Adoboli, surnommé «le Kerviel d UBS» et qui aurait fait perdre près de 2 milliards de dollars à la banque suisse en septembre Un amateur, à côté du Français qui doit rembourser près de 5 milliards d euros à Société Générale. C est cette peine que le trader va contester devant les tribunaux. S. g. 1. Le rogue trader est un opérateur de marché rebelle. Fonds monétaire Les encours se redressent L offensive menée par les banques pour capter les dépôts des entreprises et des particuliers a contribué à réduire les encours des fonds monétaires entre mi-2009 et fin La chute a été de 129 milliards, laissant le niveau des encours à 782 milliards, selon les chiffres de Morningstar. Depuis début 2012, la situation semble changer, les mois de janvier, février et mars ayant donné lieu à des collectes importantes : 25 milliards d euros environ, ce qui correspond à une hausse de 8,6 %, ramenant les encours à 849 milliards d euros. Pourtant, les banques tentent toujours de séduire les détenteurs de liquidités. De plus, les rendements offerts par le monétaire demeurent faibles et la tentation est grande de porter son épargne vers les maturités plus longues, notamment vers les obligations émises par les entreprises. Alors comment expliquer le redressement des encours du monétaire? «La reprise du marché actions cet hiver a incité les institutionnels à se séparer de nombreux titres en réalisant une plus-value, relate Jean-François Bay, directeur de Morningstar. Avant de replacer ces liquidités à long terme, ils choisissent des positions d attente.» Ils s orientent donc vers les fonds monétaires, mais aussi vers des produits d épargne bancaires. La concurrence est rude entre ces deux catégories de placement. Le monétaire met en avant sa liquidité quotidienne, qui fait de lui un placement mobilisable à tout moment. Malgré cette qualité, la reprise du monétaire semble provisoire : les placements d attente vont rapidement s investir sur d autres supports, plus rémunérateurs. S. g. 38 Banque Stratégie n 303 mai 2012

8 ISSN Mensuel - 70 euros revue-banque.fr Banque & Stratégie ABONNEMENTS 2012 Je choisis l abonnement à BANQUE & STRATÉGIE coché ci-dessous : DÉCOUVERTE 1 MOIS: 1 n o + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Nouveaux abonnés (offre réservée non renouvelable) 70,00 75, DÉCOUVERTE 3 MOIS : 3 n os + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Nouveaux abonnés (offre réservée non renouvelable) 180,00 190, AN : 11 n os + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Tous abonnés 655,00 685, COUPLAGE REVUE BANQUE + BANQUE & STRATÉGIE 1 AN : 22 n os + 2 suppléments + accès online France (TTC) Étranger Quantité Total Offre réservée aux non abonnés 780,00 820, n 295 Septembre 2011 BANQUE STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier les institutions financières internationales se réinventent Qu elles aient pour vocation le financement du développement ou le maintien de la stabilité mondiale, les institutions financières internationales sont, avec la crise, sur le devant de la scène. Appréciées dans leur rôle de pompiers, elles essuient en revanche des critiques sur leur incapacité à prévenir la crise et résorber les déséquilibres macrofinanciers. Depuis leur création, elles ne cessent pourtant de se réinventer. 4 Sommaire veille STRATÉGIquE 28 Banque de détail Le moniteur des ventes : pour faciliter la conversion à une culture «relation-client» Yves Negro, Université Université Jean Moulin Lyon 3 En bref 38 La vie des affaires TOTAL (TVA : 2,10 % incluse sur le tarif France) Société... Nom... Prénom... Fonction... BANQUE & STRATÉGIE Le complément stratégique et prospectif de Revue Banque 70,00 le numéro Service... Adresse... Code postal/ville...pays... Code TVA (pour les pays de la CEE)... Téléphone...Télécopie... (indispensable)... En application de la loi du 6 janvier 1978, les informations ci-dessus sont indispensables au traitement de votre commande et sont communiquées aux destinataires aptes à les traiter. Elles peuvent donner lieu à l exercice du droit d accès et de rectification auprès de Revue Banque. Vous pouvez vous opposer à ce que vos nom et adresse soient cédés ultérieurement en le demandant par écrit au secrétariat général de Revue Banque. À retourner au SERVICE ABONNEMENTS REVUE BANQUE NPAI 39 rue Marcelin Berthelot DRANCY CEDEX Tél.: Fax : Règlement à l ordre de La Revue Banque par chèque par carte bancaire* n Date limite de validité : _ / _ Notez les 3 derniers chiffres du cryptogramme visuel (au verso de votre carte) : _ * Sauf American Express et Diner s Club. Le règlement sur l étranger est à joindre impérativement à la commande et doit être effectué en euros, par chèque payable en France, net de frais. Pour les virements bancaires et CCP, nous consulter. DATE et SIGNATURE BS12 Vos abonnements se poursuivent on line sur revue-banque.fr Feuilletage, accès illimité aux archives de Banque & Stratégie

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière BANQUE n 295 Septembre 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier les institutions financières internationales se réinventent Qu

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Le capital-investissement en manque d oxygène critiques

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière. Le capital-investissement en manque d oxygène critiques BANQUE n 309 Décembre 2012 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Le capital-investissement en manque d oxygène critiques Les levées

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. La gestion actif-passif au cœur des nouveaux modèles bancaires. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. La gestion actif-passif au cœur des nouveaux modèles bancaires. cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 311 Février 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER La gestion actif-passif au cœur des nouveaux modèles bancaires

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. Innovation et nouvelles technologies : où en sont les banques? cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER

BANQUE STRATÉGIE. Innovation et nouvelles technologies : où en sont les banques? cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER BANQUE n 316 Juillet-août 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER Innovation et nouvelles technologies : où en sont les banques? La plupart

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière BANQUE n 324 Avril 2014 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière 3 DOSSIER Évaluation complète des banques Un bilan de santé éprouvant Bilan de santé du système

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

BANQUE STRATÉGIE. marketing bancaire. cahier de prospective bancaire & financière. dossier

BANQUE STRATÉGIE. marketing bancaire. cahier de prospective bancaire & financière. dossier BANQUE n 298 Décembre 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier marketing bancaire Internet et ses composantes ont un impact croissant

Plus en détail

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière ENASS PAPERS 5. ENASS Entreprise DOSSIER

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière ENASS PAPERS 5. ENASS Entreprise DOSSIER BANQUE n 315 Juin 2013 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière DOSSIER ENASS PAPERS 5 Ce cinquième numéro des ENASS Papers couvre, comme

Plus en détail

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière

BANQUE. cahier de prospective bancaire & financière BANQUE n 297 Novembre 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier Gestion alternative Les hedge funds dans la tourmente Parfois

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations L opportunité pour l Expert- Comptable de proposer un audit financier aux clients concernés Au sommaire

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014 Charte Euro PP (placements privés) Bercy, le 30 avril 2014 Michel Sapin ministre des Finances et des Comptes publics Arnaud Montebourg ministre de l Economie, du Redressement productif et du Numérique

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. L industrie financière au service de la reprise

Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. L industrie financière au service de la reprise Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change L industrie financière au service de la reprise A l occasion des 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change,

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Les grandes manœuvres

Les grandes manœuvres supplément N 741 - novembre 2011 ne peut être vendu séparément revue-banque.fr Cartes bancaires paiement mobile e-monnaie Les grandes manœuvres SuPPlÉment Cartes bancaires / paiement mobile / e-monnaie

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière. Private equity L ère de la maturité. dossier. 4 Sommaire

BANQUE. STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière. Private equity L ère de la maturité. dossier. 4 Sommaire BANQUE n 289 Février 2011 ISSN 0762-4077 Mensuel - 70 euros revue-banque.fr STRATÉGIE cahier de prospective bancaire & financière dossier Private equity L ère de la maturité Les métiers du private equity

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Peu àpeu les stigmates de la crise financière se dissipent. Bons indicateurs

Peu àpeu les stigmates de la crise financière se dissipent. Bons indicateurs Benoît Cougnaud Président d Azurris Risk Advantage, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à l Essec La sortie de crise doit être l occasion d améliorer la circulation de l information sur la situation

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

Appel à communication Colloque. 16 et 17 octobre 2014

Appel à communication Colloque. 16 et 17 octobre 2014 Appel à communication Colloque 16 et 17 octobre 2014 «IFRS Bâle Solvency : Impacts des contraintes comptables et réglementaires sur les établissements financiers» IAE de Poitiers Laboratoire CEREGE Le

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC RESTRUCTURATION FINANCIERE Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC 14-15 Octobre 2010 LA RESTRUCTURATION FINANCIERE N est pas un nouveau concept. Une procédure qui a capté

Plus en détail

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables La nouvelle réglementation des titres de créances négociables Laure BÉAL Direction des Marchés de capitaux Service des Intermédiaires et des Instruments des marchés Le marché français des titres de créances

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 21 novembre 2007 Communiqué de presse Standard and Poor s vient de confirmer la notation AA de CNP Assurances et n attend pas d impact de la crise des subprimes mortgages sur la solidité financière

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

CARREFOUR PREMIUM 2015

CARREFOUR PREMIUM 2015 CARREFOUR PREMIUM 2015 Brochure commerciale Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Période de commercialisation : Du 1 er octobre 2015 au 5 novembre

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

LE FOREX ou marché des changes

LE FOREX ou marché des changes LE FOREX ou marché des changes L essentiel sur $ Le risque est au bout du clic En partenariat avec Qu est-ce que c est? Le Forex est le marché des changes (FOReign EXchange en anglais, marché des devises).

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005

HORS SÉRIE. GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES. décembre 2005 FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE HORS SÉRIE GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes décembre 2005 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comme elles s y étaient engagées devant le Comité Consultatif du Secteur Financier,

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000

SEMINAIRE INTERNATIONAL «Risques de crédit bancaire en Afrique» Ouagadougou du 23 au 26 octobre 2012 Hôtel Laïco Ouaga 2000 Contexte et justification du séminaire L actualité financière et bancaire de ces dernières années nous a instruit largement sur les conséquences que peut avoir une mauvaise notation financière sur la capacité

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE LOIRE ET LYONNAIS

BANQUE POPULAIRE LOIRE ET LYONNAIS Rapport Annuel 2011 Rapport du Conseil d Administration BANQUE POPULAIRE LOIRE ET LYONNAIS Assemblée Générale du 26 Juin 2013 BANQUE POPULAIRE LOIRE ET LYONNAIS RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L

Plus en détail

GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT

GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE DE COMMERCE GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRESORERIE DE L ETAT MAI 2013 Compte de commerce Gestion de la dette et

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital.

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. TURBOS WARRANTS CERTIFICATS Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. 2 LES TURBOS 1. Introduction Que sont les Turbos? Les Turbos sont des produits

Plus en détail

19 èmes Rencontres parlementaires sur l Épargne

19 èmes Rencontres parlementaires sur l Épargne 19 èmes Rencontres parlementaires sur l Épargne Organisées et présidées par Philippe MARINI Sénateur de l Oise Rapporteur général de la Commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Votre compte d épargne en 1-2-3 http://www.epargne.guides-123.be

Votre compte d épargne en 1-2-3 http://www.epargne.guides-123.be s Votre compte d épargne en 1-2-3 http://www.epargne.guides-123.be en collaboration avec : Table des matières Table des matières...2 Votre compte d épargne en 1-2-3...4 ETAPE 1 : Bon à savoir...5 1. Quoi?...5

Plus en détail

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan?

Accès au crédit des PME : quelles leçons tirer du rapprochement des données d enquête et des données de bilan? Direction générale des Statistiques Direction des Enquêtes et statistiques sectorielles Direction générale des Études et des Relations internationales Direction des Études microéconomiques et structurelles

Plus en détail

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance?

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? CHAPITRE 1 Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? Plongeons au cœur du sujet ami lecteur, et pour cela imaginezvous à la tête d une entreprise, la GlobalCo. Pour

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Bulletin d inscription Arrêté des Comptes IFRS ASSURANCES 2007

Bulletin d inscription Arrêté des Comptes IFRS ASSURANCES 2007 Bulletin d inscription Arrêté des Comptes IFRS ASSURANCES 2007 Pour tout mode de règlement, précisez le titre et la date de la conférence : Par chèque à l ordre des ECHOS FORMATION, société filiale des

Plus en détail