Chapitre 2. Langage et raisonnement en mathématiques. 2.1 Les règles du jeux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 2. Langage et raisonnement en mathématiques. 2.1 Les règles du jeux"

Transcription

1 Chapitre 2 Langage et raisonnement en mathématiques 2.1 Les règles du jeux En mathématique, il y a deux processus fondamentaux : 1. construire des objets mathématiques (nombres, fonctions, figures géométriques,...) ; 2. établir des relations entre ces objets ; les relations sont soit supposées vraies (axiomes), soit déduites des axiomes et de relations établies précédemment au moyen d un raisonnement logique (théorèmes). Les deux principales règles du jeu sont : 1. La précision du langage Les mathématiques, comme toutes les autres sciences, sont formulées en langage courant. Mais il est important d expliciter, pour chaque mot correspondant à une notion mathématique, le sens précis qui lui a été donné et qui peut ḙtre différent de celui du langage courant. Exemple Le mot ou est utilisé dans le langage courant dans le sens strict ou exclusif ( Voulez-vous faire mathématique ou informatique? ) mais aussi dans le sens large ( Avez-vous eu la moyenne en mathématiques ou en physique au Bac? ). Nous Le ou mathématique est toujours employé au sens large, le sens strict étant toujours précisé à l aide de la conjonction ou bien. Exemple Dans le langage courant, faire une hypothèse c est énoncer quelque chose dont on n est pas sûr. En mathématique, une hypothèse est une affirmation supposée vraie, c est le point de départ d une démonstration, sur lequel on construit le raisonnement. 2. La rigueur des raisonnements Chaque étape du chemin qui nous mène d affirmations considérées comme vraies (hypothèses) à la conclusion doit ḙtre justifiée par un théorème précédent, une définition, un axiome ou une règle de calcul. 17

2 CHAPITRE 2. LANGAGE ET RAISONNEMENT EN MATHÉMATIQUES Un peu de vocabulaire Voici quelques mots et expressions qu on utilise très souvent dans un texte mathématique : Une définition est un énoncé qui introduit un nouvel objet ou notion mathématique. Un théorème est un énoncé mathématique établi par une démonstration. Le mot proposition est employé à la place du mot théorème lorsque l énoncé à prouver n est pas très difficile ou trop fondamental. Remarque En logique mathématique, le mot proposition a le même sens que que le mot assertion. Un corollaire est un énoncé qui se déduit facilement d un théorème ou d une proposition. Un lemme est un énoncé préliminaire à la preuve d un théorème ou d une proposition. Remarquons aussi que, pour la correction du langage, toues les lettres utilisées dans un texte mathématique pour désigner des objets mathématiques doivent ḙtre explicitement introduites. Les énoncés qui définissent ou nomment un objet mathématique son en général de la forme suivante : Soit x un nombre réel. Notons ε un nombre réel strictement positif. Considérons une fonction f définie sur R et à valeure réelles. Soient a et b deux nombres complexes, posons c a b. 2.3 Les méthodes de raisonnement L objectif d un premier cours d algèbre à l université n est pas seulement de donner à l étudiant un certaine quantité de connaissances mais aussi (et peut- ḙtre surtout) de le familiariser avec le raisonnement mathématique, la construction et la rédaction de démonstrations correctes. Vous devrez donc prḙter une grande attention a l écriture très précise des hypothèses et des conclusions. Le plus grand problème peut-ḙtre quelques fois : quel est le sens de la question, qu est-ce qu il y a à chercher? Comment faire une Démonstration? En général, on a des objets donnés dans l énoncé, des hypothèses c est-à-dire des propriétés de ces objets qui sont supposées vraies, et il s agit de démontrer un but, qui est une propriété que l on doit établir et qui concerne ces mḙmes objets, à laide des hypothèses et des propriétés déjà connues. La question est comment s y prendre pour aboutir au but

3 CHAPITRE 2. LANGAGE ET RAISONNEMENT EN MATHÉMATIQUES 19 à partir des hypothèses? Toutes les démonstrations ne se réduisent pas à des automatismes, il n y a pas de méthode systématique, pour chaque problème on essaye de trouver et d appliquer la méthode de démonstration qui convient. Nous allons exposer dans la suite r : le raisonnement direct, par contraposée, par l absurde, par contre-exemple, par disjonction des cas et par récurrence Le raisonnement direct Le raisonnement direct consiste à montrer une implication. C est la méthode de raisonnement la plus fréquente et on la préfère, chaque fois que possible. Pour démontrer l implication (P Q), on suppose que P est vraie et on démontre Q (que Q est vraie). Autrement dit, on ajoute P aux hypothèses et on remplace le but par Q. Exemple Soit x un nombre réel, considérons les assertions suivantes : P (x) : x < 0, 1 Q(x) : 2x 2 x < 0, 12 Montrons l implication P (x) Q(x) P (x) : x < 0, 1 0 x 2 < 0, 01 2x 2 x 2x 2 + x < 2 0, 01+0, 1 0, 12 On a donc démontré le résultat suivant : pour que 2x 2 x < 0, 12, il suffit que x < 0, Le raisonnement par contraposée Si on doit démontrer une assertion et si on connaˆıt une deuxième assertion qui lui est équivalente et qui est plus facile à démontrer, alors il suffit de démontrer cette deuxième assertion. Or on sait qu une implication est équivalente à sa contraposée. On peut donc remplacer une implication (P Q) par sa contraposée (nonq nonp ) si celle-ci est plus facile à démontrer. On dit alors qu on raisonne par contraposée. Exemple Soient donc x 1 et x 2 dans [1, 2], et la fonction x f(x) x 2. Nous voulons démontrer l implication suivante : x 1 x 2 f(x 1 ) f(x 2 ). Supposons f(x 1 ) f(x 2 ) (non Q) c est à dire x 2 1 x 2 2 et comme x 1 > 0 et x 2 > 0 alors x 1 x 2 (nonp ). Par conséquent on a : non Q nonp, soit P Q.

4 CHAPITRE 2. LANGAGE ET RAISONNEMENT EN MATHÉMATIQUES Le raisonnement par l absurde C est une méthode de démonstration qu on utilise très souvent. Le principe de cette méthode est le suivant : On veut démontrer qu une assertion P est vraie. On suppose que P est fausse. Si on arrive alors à en déduire une assertion fausse (on trouve une contradiction), on doit conclure que P est vraie. Exemple Montrons que Le nombre 2 n est pas rationnel. Nous voulons prouver l assertion P : 2 n est pas un nombre rationnel. Supposons que 2 est un nombre rationnel (non P ). Alors il existe deux entiers naturels a et b premiers entre eux tels que 2 a b. On a donc l équation 2b2 a 2, donc le nombre a 2 est pair. Il en découle que a est pair, donc il existe k N tel que b 2 2k, le nombre b 2 est pair, ainsi que b. Or, l assertion a est pair et b est pair est fausse, car a et b sont premiers entre eux. On conclut que P est vraie Utiliser un contre-exemple Un contre-exemple permet de montrer qu une assertion est fausse. Exemple Soient a, b, c et d des nombres réels tels que a b et c d, a-t-on toujours ac bd? C est faut, pour le prouver il suffit de donner un contre-exemple : si a 3, b 3, c et d 1 on a a b et c d mais ac 18 > 3 bd La disjonction des cas (ou raisonnement cas par cas) Ce type de preuve apparaˆıt par exemple dans les problèmes dépendant d un paramètre. Exemple Le raisonnement par récurrence Soit P (n) une propriété qui dépend de l entier naturel n, définie pour n 0 ou pour n n 0, où n 0 est un entier donné. Par exemple : P(n) : 2 n + 3 n 2, P(n) : n! > 3 n La méthode de raisonnement qui convient ici est le raisonnement par récurrence dont voici le principe : Soit P (n) une propriété dépendant d un entier naturel n. Soit n 0 N, supposons que : 1. P (n 0 ) est vraie. 2. Pour chaque entier k n 0 on a l implication : P (k) P (k + 1)

5 CHAPITRE 2. LANGAGE ET RAISONNEMENT EN MATHÉMATIQUES 21 Alors pour tout entier naturel n n 0, la propriété P (n) est vraie. Remarque Pour démontrer certaines propriétés, il est nécessaire d utiliser une variante du principe de récurrence (dans la condition 2, on suppose que la propriété est vraie de l étape initiale jusqu à l étape k ; l énoncé complet et un exemple se trouvent dans les compléments de cours à la fin du chapitre). Exemple Pour quels entiers naturels n n a-t-on 2 n n!? Pour tout n N, notons P(n) la propriété : 2 n n!. On a !, donc P(0) est vraie ; > 1! 1, donc P(1) est fausse ; on vérifie facilement que P(2) et P(3) sont fausses et que P(4) est vraie ( !). Montrons que pour chaque entier k 4 on a : P(k) P(k + 1). Soit k 4 et supposons P(k) vraie ; alors 2 k k (k + 1) k! (k + 1)!, ou n 4.

6 CHAPITRE 2. LANGAGE ET RAISONNEMENT EN MATHÉMATIQUES 22 Exercices Exercice 2.1. Tout nombre entier naturel divisible par 21 est-il divisible par 7? Exercice Soit p 1, p 2,..., p n n nombres premiers. Montrer que l entier N p 1 p 2... p n + 1 n est divisible par aucun des entiers p i. 2. Utiliser la question précédente pour montrer par l absurde qu il existe une infinité de nombres premiers. Exercice 2.3. Montrer que ε > 0 N N tel que (n N 2 ε < 2n+1 n+2 < 2 + ε). Exercice 2.4. Montrer : n n(n + 1) 1. k n N. 2 n 2. k 2 n(n + 1)(2n + 1) n N. Exercice 2.5. Soit la suite (x n ) n N définie par x 0 4 et x n+1 2x2 n 3 x n Montrer que : n N x n > Montrer que : n N x n+1 3 > 3 2 (x n 3). 3. Montrer que : n N x n ( 3 2) n + 3.

7 CHAPITRE 2. LANGAGE ET RAISONNEMENT EN MATHÉMATIQUES Solutions Solution 2.1. Rappelons tout d abord les définitions utiles pour répondre à cette question. L ensemble N des ensembles naturels est constitué des nombres 0,1,2,3,4,... Si a et b sont des entiers naturels, a est divisible par b s il existe q dans N tel que a bq Soit n un entier naturel divisible par 21, alors il existe q dans N vérifiant n 21q. Puisque , on a n (7 3)q 7(3q) et n est divisible par 7. La réponse est donc oui tout nombre divisible par 21 est divisible par 7. Solution Montrons la contraposée. S il existe i tel que p i divise N p 1 p 2... p n + 1 (i est fixé) alors il existe k Z tel que N kp i donc p i (k p 1 p 2... p i 1 p i+1... p n ) 1 soit p i q 1 (avec q k p 1 p 2... p i 1 p i+1... p n un nombre entier) Donc p i Z et 1/p i q Z, alors p i vaut 1 ou 1. Et donc p i n est pas un nombre premier. 2. Raisonnons par l absurde : s il n existe qu un nombre fini n de nombres premiers p 1,..., p n alors N p 1 p 2... p n + 1 est un nombre premier car divisible par aucun nombre premier autre que lui même (c est le 1.). Mais N est strictement supérieur à tous les p i. Conclusion on a construit un nombre premier N différent des p i, il y a donc au moins n + 1 nombres premiers, ce qui est absurde. Solution 2.3. Remarquons d abord que pour n N, 2n+1 n+2 Étant donné ε > 0, nous avons donc n N 2n + 1 n + 2 < 2 + ε Maintenant nous cherchons une condition sur n pour que l inégalité soit vraie. 2 ε < 2n + 1 n ε < 2n + 1 n + 2 (2 ε)(n + 2) < 2n < ε(n + 2) n > 3 ε 2 2 car 2n + 1 2(n + 2).

8 CHAPITRE 2. LANGAGE ET RAISONNEMENT EN MATHÉMATIQUES 24 Ici ε nous est donné, nous prenons un N N tel que N > 3 2, alors pour tout n N ε nous avons n N > 3 2n+1 2 et par conséquent : 2 ε <. Conclusion : étant donné ε n+2 ε > 0, nous avons trouvé un N N tel que pour tout n N on ait 2 ε < 2n+1 et n+2 2n+1 < 2 + ε. n+2 Nous venons de démonter que la limite de la suite de terme (2n + 1)/(n + 2) tend vers 2 quand n tend vers +. Solution 2.4. Considérons la deuxième égalité. Soit A n, n N l assertion suivante : (A n ) n n(n + 1)(2n + 1). A 0 est vraie (1 1). Étant donné n N supposons que A n soit vraie. Alors n+1 k 2 n k 2 + (n + 1) 2 n(n + 1)(2n + 1) + (n + 1) 2 n(n + 1)(2n + 1) + (n + 1)2 (n + 1)(n(2n + 1) + (n + 1)) (n + 1)(n + 2)(2(n + 1) + 1) Ce qui prouve A n+1. Par le principe de récurrence nous venons de montrer que A n est vraie pour tout n N.

Logique, ensembles, raisonnements

Logique, ensembles, raisonnements Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n Logique, ensembles, raisonnements 1 Logique Exercice 1 Soient les quatre assertions suivantes : (a) x R y R x + y > 0 ; (b) x R y R x + y > 0 ; (c) x R y R

Plus en détail

logique I démonstration et théorie axiomatique 2 1 généralités 2 2 proposition, prédicat simple 2

logique I démonstration et théorie axiomatique 2 1 généralités 2 2 proposition, prédicat simple 2 logique Table des matières I démonstration et théorie axiomatique 1 généralités proposition, prédicat simple 3 prédicats composés 3 3.1 prédicat de négation....................................... 3 3.

Plus en détail

Logique et Raisonnement

Logique et Raisonnement INSA Toulouse Cycle Préparatoire IFCI Module Outils Mathématiques Regroupement n 1 Logique et Raisonnement Introduction En mathématiques, on travaille avec des objets abstraits (nombres, ensembles, applications,

Plus en détail

Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques

Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques Leçon 69 : Les différents types de raisonnement en mathématiques 1 er avril 01 En mathématiques, pour démontrer divers propriétés ou théorèmes, nous avons besoin d appliquer rigoureusement un raisonnement

Plus en détail

Logique 2 : la déduction

Logique 2 : la déduction Logique 2 : la déduction La mathématique est la science de la déduction. Ce qui signifie qu un mathématicien prend des informations de départ et cherche tout ce qu on peut en déduire. La question de savoir

Plus en détail

À partir de différentes propositions logiques, on peut en construire d autres grâce aux connecteurs

À partir de différentes propositions logiques, on peut en construire d autres grâce aux connecteurs Assertion Une assertion est une phrase (énoncé mathématique) qui peut être «vraie» ou «fausse», mais jamais les deux à la fois. Exemples: (3 > 0), (3 = 0) sont des assertions. L énoncé «L avenue des Champs

Plus en détail

RAISONNEMENTS. 1 Propositions logiques. 1.1 Définition et négation. 1.2 Conjonction et disjonction. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

RAISONNEMENTS. 1 Propositions logiques. 1.1 Définition et négation. 1.2 Conjonction et disjonction. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot RAISONNEMENTS 1 Propositions logiques 1.1 Définition et négation Définition 1.1 Proposition On appelle proposition un énoncé mathématique qui peut être vrai ou faux. Exemple 1.1 Deux propositions simples.

Plus en détail

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne Exo7 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Sachant que l on a 96842 = 256 375+842, déterminer, sans faire la division, le reste de la division du nombre 96842 par chacun des

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 6 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Combien 15! admet-il de diviseurs? Exercice 2 Trouver le reste de la division par 13

Plus en détail

LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES

LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES LES FONDEMENTS : LA LOGIQUE ET LES ENSEMBLES 1. LES PROPOSITIONS MATHÉMATIQUES Faire des mathématiques, c est faire avant tout des raisonnements, c est à dire partir d une ou plusieurs hypothèses et par

Plus en détail

Le calcul propositionnel

Le calcul propositionnel MTA - ch2 Page 1/8 Éléments de logique - Raisonnements I Le calcul propositionnel Dénition 1 Une assertion est un énoncé dont on peut dire sans ambiguïté s'il est Vrai ou Faux. Cette convention permet

Plus en détail

CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE

CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE CHAPITRE 1 INTRODUCTION : UN PEU DE LOGIQUE Les mathématiques demandent une grande rigueur dans l exposition des résultats et des démonstrations. Si l intuition et la persuasion sont des outils indispensables

Plus en détail

Logique. P 2 : doc 1 Logique et Raisonnement Largement inspiré de «PRÉPAS SCIENCES - PCSI - Éllipses» Plusieurs définitions :

Logique. P 2 : doc 1 Logique et Raisonnement Largement inspiré de «PRÉPAS SCIENCES - PCSI - Éllipses» Plusieurs définitions : Largement inspiré de «PRÉPAS SCIENCES - PCSI - Éllipses» I Logique Plusieurs définitions : Une proposition est un énoncé mathématique qui peut prendre deux valeurs : vrai (V ) ou faux (F) ; On appelle

Plus en détail

Logique et raisonnement mathématique

Logique et raisonnement mathématique CHAPITRE 1 Logique et raisonnement mathématique 1.1 Un peu de logique mathématique 1.1.1 Dénitions, propriétés, propositions, théorèmes,... Dénition 1 Donner une dénition, c'est nommer un objet ou un type

Plus en détail

Chapitre 1. Notions de logique. 1.1 Éléments de logique

Chapitre 1. Notions de logique. 1.1 Éléments de logique Chapitre 1 Notions de logique 1.1 Éléments de logique Définition 1.1.1. Une assertion ou proposition est un énoncé auquel on peut attribuer la valeur vrai ou faux. Les propositions sont notées par des

Plus en détail

SUITES - RECURRENCE - SOMMES

SUITES - RECURRENCE - SOMMES SUITES - RECURRENCE - SOMMES Chapitre 1 I Généralités sur les suites Définition I.1 Une suite réelle est une fonction d une partie A de N dans R. u : A R n u(n) := u n l intervalle de définition peut donc

Plus en détail

Différents types de raisonnement en mathématiques

Différents types de raisonnement en mathématiques Différents types de raisonnement en mathématiques I) Symboles logiques 1) Les quantificateurs Les quantificateurs permettent de connaitre le domaine de validité d une propriété. a) Pour une propriété universelle

Plus en détail

Chapitre 1 Le principe du raisonnement par récurrence

Chapitre 1 Le principe du raisonnement par récurrence Chapitre 1 : Principe du raisonnement par récurrence Chapitre 1 Le principe du raisonnement par récurrence 1 I Exemple introductif On considère les suites de terme général : n (n + 1) u n = 0 + 1 + + (n

Plus en détail

On appelera énoncé élementaire toute phrase fabriquée a l aide des symboles précédents, ayant un sens.

On appelera énoncé élementaire toute phrase fabriquée a l aide des symboles précédents, ayant un sens. Chapitre 1 Éléments de logique Dans cette première partie du cours, on introduit trés rapidement quelques outils permettant de formaliser les idées mathématiques et d obtenir des moyens systématiques de

Plus en détail

1 ère S. ch1. Introduction à la logique. J. TAUZIEDE. INTRODUCTION AU VOCABULAIRE DE LA LOGIQUE.

1 ère S. ch1. Introduction à la logique. J. TAUZIEDE. INTRODUCTION AU VOCABULAIRE DE LA LOGIQUE. 1 ère S. ch1. Introduction à la logique. J. TAUZIEDE. INTRODUCTION AU VOCABULAIRE DE LA LOGIQUE. I- IMPLICATION- EQUIVALENCE. 1 ) Proposition. Définition 1. On appelle proposition mathématique, une phrase

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites Bibliothèque d exercices Énoncés L Feuille n 0 Suites Convergence Exercice Soit (u n ) n N une suite de R. Que pensez-vous des propositions suivantes : Si (u n ) n converge vers un réel l alors (u n )

Plus en détail

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013 Envoi Numéro 3 Corrigé 1 Exercices Juniors Exercice 1. On appelle diviseur propre d un entier n un diviseur positif de n qui est différent de 1 et de n.

Plus en détail

Les ensembles D. Daigle

Les ensembles D. Daigle Les ensembles D. Daigle 1. Notions de base La notation x A signifie que x est un élément de l ensemble A (elle se lit x est élément de A ou encore x appartient à A ). Remarquez que le symbole d appartenance

Plus en détail

Logique. Propositions, Raisonnements, Quantificateurs, Prédicats, Récurrence

Logique. Propositions, Raisonnements, Quantificateurs, Prédicats, Récurrence Logique Propositions, Raisonnements, Quantificateurs, Prédicats, Récurrence 1 INTRODUCTION {La présente affirmation est fausse}????? ni vraie ni fausse Vraie, Fausse, indécidable imprécise : {-1 n est

Plus en détail

Fiche 1 - Vocabulaire de la logique et des ensembles

Fiche 1 - Vocabulaire de la logique et des ensembles Fiche 1 - Vocabulaire de la logique et des ensembles Du langage courant au langage mathématique Exercice 1 Des maximes hautement mathématiques Pour chacune des phrases suivantes : (a) traduire la phrase

Plus en détail

Chapitre 3. S exprimer en mathématiques

Chapitre 3. S exprimer en mathématiques Chapitre 3 S exprimer en mathématiques 1. Les énoncés Des énoncés mathématiques sont des phrases qui ont pour but de définir des objets mathématiques ou bien d en donner des propriétés. Voici des exemples

Plus en détail

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A.

1 q. = 1 q n. (un + v n ) (l + l ) = (un l) + (v n l ) n n 0, u n + v n A. 16 Proposition : La somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q 1 est : n 1 u 0 q k 1 q n = u 0 1 q k=0 Il suffit de calculer (1 q) n 1 k=0 qk = n 1 k=0 qk n 1 k=0 qk+1 = n 1 k=0 qk

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES

CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES CHAPITRE 2 SUITES NUMÉRIQUES Définition 2.0. Une suite réelle est une application u : N R qui à tout n de N associe un élément u n de R, appelé terme général de la suite. On notera donc la suite (u n ),

Plus en détail

Chapitre 2 : Raisonnements mathématiques

Chapitre 2 : Raisonnements mathématiques Chapitre 2 : Raisonnements mathématiques L'objectif de ce chapitre est de poser les premiers jalons d'un cours de mathématiques. Vous avez déjà rencontré et manipulé une partie des objets et des raisonnements

Plus en détail

Logique. Exercice 2 : Soient (P), (Q) et (R) trois propositions, donner la négation de. Aller à : Correction exercice 2 :

Logique. Exercice 2 : Soient (P), (Q) et (R) trois propositions, donner la négation de. Aller à : Correction exercice 2 : Logique Exercice 1 : Parmi les assertions suivantes, lesquelles sont vraies, lesquelles sont fausses et pourquoi? 1. Si Napoléon était chinois alors 3 2 = 2 2. Soit Cléopâtre était chinoise, soit les grenouilles

Plus en détail

Chapitre 3 : Exemples de raisonnement par récurrence

Chapitre 3 : Exemples de raisonnement par récurrence Chapitre 3 : Exemples de raisonnement par récurrence Plan de ce chapitre 1 Rappel 11 Mise en place et exemple 1 Mise en garde Exercices 1 comparaison entre n n et n! Démonstration de l inégalité de Bernoulli

Plus en détail

RUDIMENTS DE LOGIQUE - RAISONNEMENTS

RUDIMENTS DE LOGIQUE - RAISONNEMENTS RUDIMENTS DE LOGIQUE - RAISONNEMENTS Introduction La théorie Mathématique est basée : sur des propositions initiales posées a priori comme vraies (axiomes, postulats). sur des règles permettant de déduire

Plus en détail

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné

4.1 L ensemble des réels est un corps ordonné Table des matières 4 Propriétés de R 4. L ensemble des réels est un corps ordonné....................... 4.. Propriétés d ordre de R............................. 4..2 Valeur absolue..................................

Plus en détail

Chapitre 4. Applications

Chapitre 4. Applications Chapitre 4 Applications 1. Définitions et exemples Définition 4.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

Fonction exponentielle

Fonction exponentielle Fonction exponentielle 1 Fonction exponentielle Définition et variation Théorème Définition Il existe une unique fonction définie et dérivable sur telle que et Cette fonction est appelée fonction exponentielle

Plus en détail

Les propriétés considérées essentielles de l ensemble des nombres naturels N = {0, 1, 2, 3,..., n, n+ 1,...} sont les suivantes :

Les propriétés considérées essentielles de l ensemble des nombres naturels N = {0, 1, 2, 3,..., n, n+ 1,...} sont les suivantes : 4. Induction mathématique Les propriétés considérées essentielles de l ensemble des nombres naturels N = {0, 1,, 3,..., n, n+ 1,...} sont les suivantes : (1) Chaque nombre naturel n a un unique successeur

Plus en détail

Feuille de TD n 1 : Logique, raisonnements mathématiques et théorie des ensembles

Feuille de TD n 1 : Logique, raisonnements mathématiques et théorie des ensembles Feuille de TD n 1 : Logique, raisonnements mathématiques et théorie des ensembles Opérateur d implication Exercice 1. ( ) On considère la proposition «s il pleut, mon jardin est mouillé». Quelle est sa

Plus en détail

Principe d une démonstration par récurrence. Principe d une démonstration par récurrence

Principe d une démonstration par récurrence. Principe d une démonstration par récurrence Principe Une démonstration par récurrence permet, dans certains cas, de démontrer qu une propriété dépendant d un entier naturel est vraie pour toutes les valeurs de cet entier naturel. Comme on ne peut

Plus en détail

Feuille 1 de TD Logique

Feuille 1 de TD Logique Université Paris-Dauphine DUMI2E 1e année Algèbre linéaire 1 Feuille 1 de TD Logique Exercice 1 (sens et négation du OU et du ET) Jean est blond et Julie est brune. Dire si les propositions suivantes sont

Plus en détail

Logique et Raisonnement

Logique et Raisonnement INSA Toulouse Cycle Préparatoire IFCI Module Outils Mathématiques Regroupement n 1 Logique et Raisonnement Introduction En mathématiques, on travaille avec des objets abstraits (nombres, ensembles, applications,

Plus en détail

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5 I Rappels de vocabulaire Suites réelles Définition 1 Une suite réelle u est une application de I R où I est une partie de N. Au lieu de noter u(n), pour les suites on note u n l image de n par l application

Plus en détail

Divers raisonnements en mathématiques ( Spécialité Maths) Terminale S

Divers raisonnements en mathématiques ( Spécialité Maths) Terminale S 008 009 Généralités et raisonnement Classe de Terminale S (Option Maths) Divers raisonnements en mathématiques ( Spécialité Maths) Terminale S Dernière mise à jour : Jeudi 4 Septembre 008 Vincent OBATON,

Plus en détail

Logique, ensembles et applications.

Logique, ensembles et applications. Logique, ensembles et applications. I Outils du raisonnement mathématique 1 I.A Assertions et connecteurs logiques................. 1 I.A.1 Assertions........................... 1 I.A.2 Connecteurs logiques.....................

Plus en détail

Polycopié de Logique Mathématique

Polycopié de Logique Mathématique 1. Propositions. Université de la Nouvelle Calédonie. Licences Math, PC, SPI. Semestre 2. Polycopié de Logique Mathématique Une proposition est un enoncé mathématique qui peut être soit vrai (V) soit faux

Plus en détail

Seulement les équivalences logiques simples sont utilisées dans les preuves mathématiques. Il faut les reconnaître. Par exemple :

Seulement les équivalences logiques simples sont utilisées dans les preuves mathématiques. Il faut les reconnaître. Par exemple : Seulement les équivalences logiques simples sont utilisées dans les preuves mathématiques. Il faut les reconnaître. Par exemple : (P Q) ((P Q) (Q P)) ; (Sont déjà montrés.) (P Q) ( Q P) ( P Q). MAT1500

Plus en détail

Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1

Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1 Université Paris Dauphine 2012 MI2E CC n 1 Contrôle Continu - Algèbre 2 - DU1 Question de cours : Donner une définition de la propriété de somme directe pour deux sous-espaces vectoriels (d un R espace

Plus en détail

Logique, ensembles, preuves mathématiques

Logique, ensembles, preuves mathématiques 009-00 MA Université d Orléans S.Falguières Logique, ensembles, preuves mathématiques Logique Exercice. Soient les quatre assertions suivantes : a. x R, y R, x + y > 0. b. x R, y R, x + y > 0. c. x R,

Plus en détail

Introdution à la logique en mathématique

Introdution à la logique en mathématique Introdution à la logique en mathématique Mickaël Péchaud 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Propositions.................................... 3 1.2 Un peu d abstraction...............................

Plus en détail

MT90/91-Fonctions d une variable réelle

MT90/91-Fonctions d une variable réelle MT90/91-Fonctions d une variable réelle Chapitre 1 : L expression mathématique Équipe de Mathématiques Appliquées UTC juillet 2014 suivant Chapitre 1 L expression mathématique 1.1 Opérations logiques élémentaires.......................

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions 1 Les suites numériques (rappel de première)... 4 1.1 Généralités... 4 1.2 Plusieurs méthodes pour générer une suite... 4 2 Exemples d algorithmes

Plus en détail

LOGIQUE PROPOSITIONNELLE ET PRÉDICATS

LOGIQUE PROPOSITIONNELLE ET PRÉDICATS LOGIQUE PROPOSITIONNELLE ET PRÉDICATS IFT 1065 AUTOMNE 2007 Les objectifs visés sont de Développer la capacité à exprimer en langage logique des énoncés simples Développer un esprit de rigueur Pouvoir

Plus en détail

Bases du raisonnement

Bases du raisonnement 02 Cours - Bases du raisonnement.nb 1/13 Bases du raisonnement I) Préambule 1) De l obscurité à la lumière, ou encore les quatre paliers de la compréhension 2) La langue mathématique: une vraie langue

Plus en détail

Notions de logique. 1 Proposition. 2 Les quantificateurs. 2.1 Le quantificateur universel

Notions de logique. 1 Proposition. 2 Les quantificateurs. 2.1 Le quantificateur universel Notions de logique 1 Proposition Définition préliminaire : En mathématiques, on appelle proposition toute phrase correctement construite, dont on peut dire sans ambiguïté si elle est VRAIE ou FAUSSE. Exemples

Plus en détail

AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO

AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO AS - DECOMPOSITION D UN NOMBRE REEL EN BASE a COURBE DE PEANO Soit a un entier strictement plus grand que 1. Notons N a = {0,1,...,a 1}. Définition On dira qu un nombre réel positif x est de classe a,

Plus en détail

Problème. A 1. a) On effectue la division euclidienne de 41 par tous ,1 ; donc le plus grand premier à utiliser est 19.

Problème. A 1. a) On effectue la division euclidienne de 41 par tous ,1 ; donc le plus grand premier à utiliser est 19. CHAPITRE 3 Les nombres premiers SÉQUENCE 1 Les nombres premiers (page 76) RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Problème 1 A 1. Conjecture possible : le produit des nombres associés aux extrémités est égal à l ordonnée

Plus en détail

variations de f y 5 f(x + 1) 5 f(x + 1) 3 = y 5 y 3 5 4y + 10

variations de f y 5 f(x + 1) 5 f(x + 1) 3 = y 5 y 3 5 4y + 10 CPI - ANALYSE CORRECTION Eercices Chapitre 3 - Limites et fonctions continues Eercice 3 Correction : { Soit E 3 + 75 }, R et + 36 3 On a + 36 3 9 3 On pose f 3 + 75 Comme f est impaire, il suffit de l

Plus en détail

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE Igor Kortchemski N.B. Certains exercices utilisent le théorème Lifting the exponent (LTE). - Rappels de cours - On considère a Z et n 1 des entiers premiers entre

Plus en détail

Lycée la Folie Saint James. Fiche de cours : Généralités sur les suites

Lycée la Folie Saint James. Fiche de cours : Généralités sur les suites Lycée la Folie Saint James T ale S Fiche de cours : Généralités sur les suites Notion de suite. Définitions Une suite numérique réelle est une fonction u définie sur l ensemble N ou sur une partie de N

Plus en détail

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions Logique Exercice 1 : Parmi les assertions suivantes, lesquelles sont vraies, lesquelles sont fausses et pourquoi? 1. Si Napoléon était chinois alors 2. Soit Cléopâtre était chinoise, soit les grenouilles

Plus en détail

Correction des exercices du TD1

Correction des exercices du TD1 Correction des exercices du TD1 Rappel : des aides vous sont fournies sur le site «www4.utc.fr /~mt21/» à la fin des fichiers consacrés aux chapitre de cours. N hésitez pas à les consulter pour refaire

Plus en détail

Convergence des suites monotones et applications.

Convergence des suites monotones et applications. Université Paris Est Marne-la-Vallée L Sciences Physiques 20-202 Compléments en Analyse Convergence des suites monotones et applications.. Quelques définitions Ce chapitre est consacré à la convergence

Plus en détail

Construction des entiers naturels

Construction des entiers naturels Construction des entiers naturels Tout ce qui suit est une définition et l étude des propriétés élémentaires de l ensemble des entiers naturels, définis dans le cadre axiomatique de la théorie des ensembles.

Plus en détail

CH V : Généralités sur les suites réelles

CH V : Généralités sur les suites réelles CH V : Généralités sur les suites réelles I. Notion de suite I.1. Définition générale Définition Une suite de nombre réels u est une application de N dans R i.e. une fonction de N dans R telle que tout

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Cours maths Terminale S

Raisonnement par récurrence Cours maths Terminale S Raisonnement par récurrence Cours maths Terminale S Dans ce module est introduit un des grands principes de raisonnement en mathématiques : le principe de raisonnement par récurrence. Ce grand principe

Plus en détail

Correction des exercices du TD1

Correction des exercices du TD1 Correction des exercices du TD1 Rappel : des aides vous sont fournies sur le site «www4.utc.fr /~mt21/» à la fin des fichiers consacrés aux chapitre de cours. N hésitez pas à les consulter pour refaire

Plus en détail

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés

Chapitre 1 : Correction des Travaux dirigés U.P.S. I.U.T. A, Département d Informatique Année 009-00 Chapitre : Correction des Travaux dirigés. Soit v n n i0 qi la somme des n premiers termes d une suite géométrique de raison q, et de premier terme.

Plus en détail

Une condition nécessaire de convergence Considérons une série de terme général. Supposons cette série convergente. Soit sa somme.

Une condition nécessaire de convergence Considérons une série de terme général. Supposons cette série convergente. Soit sa somme. Séries numériques I) Définitions - Notions essentielles.) Séries numériques Définition Soit une suite numérique. On appelle série de terme général la suite dont les termes successifs sont : ₀ ₀ ₁ ₀ ₁ ₂

Plus en détail

Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES

Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES Algèbre - chap 1 1/8 Algèbre 1 RAISONNEMENT ELEMENTS DE LA THEORIE DES ENSEMBLES 1. ELEMENTS DE LOGIQUE 1.1 Propositions Règles logiques Définition 1 : On appelle propriété ou assertion une affirmation

Plus en détail

les racines carrées :

les racines carrées : les racines carrées : 1) Introduction : il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 4 c est 2. il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 9, c est 3. Existe il un nombre positif

Plus en détail

Chapitre I : Raisonnement par récurrence et comportement des suites. Extrait du programme :

Chapitre I : Raisonnement par récurrence et comportement des suites. Extrait du programme : Chapitre I : Raisonnement par récurrence et comportement des suites Extrait du programme : 1 I Rappels sur les suites Il existe deux façons de définir une suite : 1 Formule explicite Il existe une fonction

Plus en détail

DENOMBRABILITE. P. Pansu 14 mai 2005

DENOMBRABILITE. P. Pansu 14 mai 2005 DENOMBRABILITE P. Pansu 14 mai 2005 1 Motivation Il y a t il plus de réels dans ]1, + [ ou dans l intervalle ]0, 1[? Oui, bien sûr. Des droites passant par l origine dans le plan, il y en a-t-il autant

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES. 1 Les ensembles. 1.1 Définition d un ensemble 2015-2016 MPSI2 du lycée Condorcet 1/22 ÉLÉMENTS DE THÉORIE DES ENSEMBLES 1 Les ensembles 1.1 Définition d un ensemble Définition 1. Un ensemble est une collection d objets mathématiques. Les objets qui

Plus en détail

Cours d arithmétique. Khaoula Ben Abdeljelil

Cours d arithmétique. Khaoula Ben Abdeljelil Cours d arithmétique Khaoula Ben Abdeljelil 2 Table des matières Table des matières............................... i 1 LES ENTIERS NATURELS 1 1.1 Les opérations élémentaires sur N.................... 1

Plus en détail

Mathématique en Terminale S Le raisonnement par récurrence

Mathématique en Terminale S Le raisonnement par récurrence Mathématique en Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence est un raisonnement mathématique qui permet de démontrer qu une propriété dépendant d un entier n, est vrai quelque soit l

Plus en détail

TD 3: Suites réelles

TD 3: Suites réelles Université Pierre et Marie Curie Année 2011/2012 LM115 TD 3: Suites réelles MIME Convergence des suites : Par définition, une suite (u n ) converge vers un réel l si : Pour tout ɛ réel strictement positif,

Plus en détail

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues.

Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. DOCUMENT 23 Limite d une fonction en un point de R. Fonctions continues. 1. Introduction et notations Considérons la fonction f : x sin x définie sur R. La valeur 0 n appartient pas à x l ensemble de définition

Plus en détail

Chapitre 5. Applications

Chapitre 5. Applications Chapitre 5 Applications 1. Définitions et exemples Définition 5.1 Soient E et F deux ensembles. Une application f de E dans F est un procédé qui permet d associer à chaque élément x de E un unique élément

Plus en détail

Des outils pour les suites

Des outils pour les suites Des outils pour les suites Suites arithmético-géométriques Définition : ppelle suite arithmético-géométrique toute suite récurrente de la forme : où a et b sont des nombres réels. Quelques cas particuliers

Plus en détail

Cours de Mathématiques Ensembles, applications, relations

Cours de Mathématiques Ensembles, applications, relations Table des matières I Un peu de logique................................... 2 I.1 Assertions................................... 2 I.2 Opérations sur les assertions......................... 2 I.3 Tableaux

Plus en détail

Principe d une démonstration par récurrence :

Principe d une démonstration par récurrence : Chapitre Suites 1 Démonstration par récurrence Exemples introductif : Imaginons que des ouvriers construisant un immeuble aient toutes les instructions nécessaires pour construire un étage d immeuble sur

Plus en détail

MATHÉMATIQUES. 1. PROPRIÉTES et ENSEMBLES.

MATHÉMATIQUES. 1. PROPRIÉTES et ENSEMBLES. MATHÉMATIQUES. Le Petit Larousse Illustré 1994 donne la définition suivante : Mathématique (de mathêma = science en grec) : nom s. ou pl. 1. Science qui étudie par le moyen du raisonnement déductif les

Plus en détail

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Nicolas SÉGARRA NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 014 CONTENU : Cours et exercices Congruences Commençons par trois exercices permettant de rappeler ce qui a été vu

Plus en détail

TERMINALE S DIVISIBILITÉ ET NOMBRES PREMIERS. I Divisibilité dans Z. Mathématiques, enseignement de spécialité

TERMINALE S DIVISIBILITÉ ET NOMBRES PREMIERS. I Divisibilité dans Z. Mathématiques, enseignement de spécialité TERMINALE S Mathématiques, enseignement de spécialité DIVISIBILITÉ ET NOMBRES PREMIERS I Divisibilité dans Z 1 Division euclidienne dans Z. Soient a un nombre entier relatif et b un entier naturel non

Plus en détail

( Spécialité Maths) Terminale S

( Spécialité Maths) Terminale S 007 008 Généralités et raisonnement Classe de Terminale S (Option Maths) Généralités et raisonnement ( Spécialité Maths) Terminale S Dernière mise à jour : Vendredi 13 Septembre 007 Vincent OBATON, Enseignant

Plus en détail

Une demonstration du theoreme de Fermat-Wiles

Une demonstration du theoreme de Fermat-Wiles Une demonstration du theoreme de Fermat-Wiles Jamel Ghanouchi e-mail:ghanouchi.jamel@plan.tn (MSC=) Le theoreme est le suivant Resume entiers U > 0, X > 0, Y > 0, n > 2, P GCD(X, Y ) = U n X n + Y n La

Plus en détail

Chapitre 1. Arithmétique

Chapitre 1. Arithmétique Chapitre 1. Arithmétique 1. Raisonnement par récurrence 1.1 Principe Il s agit d un raisonnement inductif, c est-à-dire un raisonnement visant à produire des connaissances par des conclusions plus générales

Plus en détail

Nombres premiers. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2012 CONTENU : Cours et exercices. - Nombres premiers -

Nombres premiers. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2012 CONTENU : Cours et exercices. - Nombres premiers - DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Irène MARCOVICI NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 0 CONTENU : Cours et exercices Nombres premiers - Nombres premiers - Définition (Nombres premiers). Un entier naturel

Plus en détail

Langage mathématique et logique

Langage mathématique et logique Table des matières 1 Langage mathématique et logique 2 1 Présentation du langage................................. 2 1.1 Expressions mathématiques........................... 2 1.2 Variables.....................................

Plus en détail

N K, n 0 < n 1 < n 2 <

N K, n 0 < n 1 < n 2 < Chapitre 1 Suites réelles et complexes Dans ce chapitre, K désigne le corps R des nombres réels, ou le corps C des nombres complexes. Pour x K, nous noterons x le module de x (égal à la valeur absolue

Plus en détail

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis I Limites Continuités Exercice 1 : Soit ] [ la fonction définie par : Déterminer les

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Arithmétique Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

2 Maximum, minimum, borne supérieure...

2 Maximum, minimum, borne supérieure... Bibliothèue d exercices Énoncés L Feuille n 9 Propriétés de R Les rationnels Q Exercice. Démontrer ue si r Q et x Q alors r + x Q et si r 0 r.x Q.. Montrer ue Q, 3. En déduire : entre nombres rationnels

Plus en détail

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone.

LEÇON N 60 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. LEÇON N 6 : Image d un intervalle par une fonction continue, cas d un segment. Cas d une fonction continue strictement monotone. Pré-requis : I est un intervalle si a,b I a b, [a,b] I ; Toute partie non

Plus en détail

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions

5. ( ) ( ) Aller à : Correction exercice 6 : Exercice 7 : Soient et deux parties de. Ecrire en utilisant les assertions Logique Exercice 1 : Parmi les assertions suivantes, lesquelles sont vraies, lesquelles sont fausses et pourquoi? 1. Si Napoléon était chinois alors 2. Soit Cléopâtre était chinoise, soit les grenouilles

Plus en détail

LEÇON N 15 : Construction du corps Q des rationnels. Nombres décimaux, développement décimal d un nombre rationnel.

LEÇON N 15 : Construction du corps Q des rationnels. Nombres décimaux, développement décimal d un nombre rationnel. LEÇON N 15 : Construction du corps Q des rationnels. Nombres décimaux, développement décimal d un nombre rationnel. Pré-requis : Relations d équivalence, ensembles quotient, PGCD, théorème de Gauss ; Un

Plus en détail

EXERCICES D ARITHMÉTIQUE

EXERCICES D ARITHMÉTIQUE 101. 1. n désigne un entier naturel. a. Vérifier que, pour n = 15, le reste de la division euclidienne de (n + 2) 3 par n 2 est égal à 12n + 8. b. Déterminer tous les entiers n pour lesquels cette propriété

Plus en détail

Chapitre 1 : s exprimer en mathématiques

Chapitre 1 : s exprimer en mathématiques Université Paris-Dauphine DUMI2E, Algèbre 1, 2009-2010 Chapitre 1 : s exprimer en mathématiques Ces notes correspondent au cours qui a été donné en amphi. C est une version condensée du polycopié de logique,

Plus en détail

Racines carrées. Si a 0 alors ( a ) 2 =

Racines carrées. Si a 0 alors ( a ) 2 = Collège Elie COUTAREL Année 009-010. G.MANDALLAZ. Ecrit avec L A TEX Racines carrées 1 Définition Définition 1 On appelle racine carrée du nombre a supérieur ou égal à 0, noté a, le nombre positif dont

Plus en détail