DESSd ingéniérie mathématique Université d Evry Val d Essone Evaluations des produits nanciers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DESSd ingéniérie mathématique Université d Evry Val d Essone Evaluations des produits nanciers"

Transcription

1 DESSd ingéniérie mahémaique Universié d Evry Val d Essone Evaluaions des produis nanciers Véronique Berger Cours Janvier-Mars 2003 version du 27 mars 2003 Conens I Présenaion du plan de cours 3 II Insrumens nanciers 3 1 Dé niion 3 2 Typologie e principe d évaluaion Acifs de base Acions Obligaions Absence d Opporunié d Arbirage (AOA) Change Maières premières Marché des produis de crédi Prix forward d un acif Produis dérivés Call e Pu sur acif Valorisaion par réplicaion dans un univers à deux daes e deux éas du monde : hypohèse AOA e exisence d une probabilié risque neure Marché incomple : un exemple depricingpar sur-réplicaion (TD) Processus binomial à plusieurs périodes III Evaluaion en emps coninu 23 1

2 3 Théorème de valorisaion dans le cas monodimenionnel e avec coe ciens de di usion non sochasiques Quelques dé niions Porefeuille auo nançan Sraégie de rading Opporunié d arbirage Grandes lignes de la démonsraion Analogies avec le modèle discre à une période Di érences Formules Black e Sholes Prix du call Prix du pu Prix forward d un acif Prix BS du call e du pu comme foncion du prix forward de l acif Volailié BS implicie e smile Valorisaion d aures opions exoiques (les calculs qui suiven fon en parie l obje de TD) Digiale sur le sous jacen S 1ère méhode Digiale sur le sous jacen S 2ème méhode Digiale sur le sous jacen S 3ème méhode : porefeuille réplican e valorisaion en présence de smile TD calcul du dela BS Opion barrière Consrucion de la sraégie : approche du rading Vene à découver Formule BS pour un sous-jacen versan des dividendes Acions Résoluion de l EDP de valorisaion d un call sur acion Change Théorème de valorisaion dans le cas mulidimensionnel e avec coe ciens de di usion sochasiques Théorème Démonsraion rappel Formule BS avec aux d inérê sochasique Prix forward d un acif IV Modèle de smile 61 2

3 7 Modèle log-décalé Valorisaion d un call Lien avec le modèle de aux Ho and Lee Remarques e exemples numériques Modèle à volailié locale non paramérique : mo dèle di de Dupire Formule de Tanaka Applicaion Equaion de Focker-Plank EDP suivi par le prix des calls e équaion de la vol locale 67 9 Modèle SABR (Sigma Alpha Bea Rho) 68 Par I Présenaion du plan de cours Le cours s organise en 2paries. Une première parie es dédiée à uneinroducion de nore problémaique de valorisaion des produis nanciers e propose une descripion de ces produis e de leur principe de valorisaion. La seconde s aache à appliquer ces principes à la valorisaion des produis dérivés e de présener ainsi les méhodologies uilisées en salle des marchés. Par II Insrumens nanciers 1 Dé niion Un acif ou insrumen nancier es un moyen d e ecuer des ransfers ineremporels de richesse e de risque sur cee richesse. Ils permeen aux inervenans de s échanger des ux nanciers présens e fuurs, connus ou encore incerains au momen de la mise en place de l insrumen nancier. 2 Typologie e principe d évaluaion Laypologie uiliséehabiuellemen disinguedeux grands groupes d acifs : les acifs de base e les acifs dérivés. 1 1 Cee ypologie doi se comprendre dans la perspecive de la valorisaion. Elle n es pas liéeà l organisaion praiquedes marchés nanciers présenée lors du cours depremier semesre par Philippe Riaule e Emmanuel Hue. 3

4 2.1 Acifs de base Dans le bu de clari er l exposé, on se propose ou d abord de dresser une lise des acifs de base. On disinguera 4 ypes d acifs de base. Nous donnerons pour chacun une descripion e pour cerains les principes de valorisaion Acions Une acion es un ire de propriéé sur une enreprise qui donne droi enre aure au versemen d une parie des béné ces fuurs ou dividendes. Ces dividendes son aléaoires dans la mesure où le monan n es connu que peu avan le versemen. L acquéreur de l acion a donc échangé un ux A, leprix del acion, au momen de l acquisiion de l acion conre un muliude de ux fuurs incerains. Parmi ces ux fuurs on peu comper le ux généré par le revene évenuelle du ire. Là encore le monan de ce ux de revene es inconnu au momen de la mise en place de l acquisiion de l insrumen nancier. Le prix d une acion aujourd hui es donc la valeur accordée par les inervenans du marché aux ux fuurs auxquels l acion leur donne droi. Ce prix ucue jour après jour suivan l anicipaion que peuven avoir les inervenans sur la haueur de ces ux e l inérê qu ils y accorden. Le prix n es pas le résula d une évaluaion héorique mais la résulane d un équilibre enre l o re e la demande Obligaions Une obligaion es un ire de dee émis par une insiuion ou une enreprise. Il s agi pour l émeeur d empruner de l argen par l inermédiaire de ires négociables. Les ux fuurs reçus par l acquéreur de l obligaion son calculés à parir d un aux xe comme les OAT (Obligaion assimilable du Trésor: obligaion émise par l Ea) ou de aux indexés sur l in aion par exemple. De même que pour les acions les prix des obligaions ucuen en suivan un niveau changean d équilibre enre l o re e la demande. En revanche, une évaluaion héorique peu êre uile pour mere en relief des arbirages possibles. Valorisaion des obligaions à coupon xe Prix d uneobligaion zéro coupon ou «srip» Une obligaion zéro coupon es un acif qui verse un ux xe à une dae fuure T. On peu résumer ce acif par le schéma 1: 100 es appelé nominal ou noionnel. Le prix en de ce acif es formalisé par : 100 B(,T) ou plus généralemen N B(,T) avec N le noionnel de l obligaion zéro-coupon e B(,T) le prix zéro-coupon. Inroduisons la noion corollaire de aux zero-coupon R(,T), qui es le aux de 4

5 Figure 1: obligaion zéro coupon T 100 euros rendemen acuariel du zero-coupon. Il s agi du aux auquel les 100 euros son emprunés (ou prêés) La formule qui le dé ni es la suivane : B(,T) = 1 (1+ R(,T)) (T ) Remark 1 Les aux qui prévalen à chaque insan sur le marché résulen d un équilibre enre l o re e la demande de numéraire. Ils son le re e d un équilibre macroéconomique qui s éabli enre les inervenans prêeurs e les inervenans empruneurs. Pour simpli er, considérons que les inervenans prêeurs son les consommaeurs e les inervenans empruneurs son les indusriels ou les insiuions, elles que l Ea, qui invesissen. Du poin de vue des consommaeurs le niveau des aux re èe leur préférence pour le présen. Des aux élevés dénoen une fore préférence pour le présen : les consommaeurs qui prêen leur argen e donc qui ne pourron consommer que lors du remboursemen cherchen un for dédommagemen à ce délai de consommaion. Du poin de vue des empruneurs, le niveau des aux re èen la renabilié espérée des invesissemens que l emprun qu ils émeen leur perme de réaliser. Prix d une OAT à aux xe Lorsque l Ea éme à une obligaion à aux xe S, il emprune un nominal N e s engage en conreparie à verser, généralemen annuellemen, un coupon que l on noera C el que C = S N quies donc un pourcenage xedu nominal, e àrembourser lecapial àla dae d échéance T n. Le schéma des ux es donné par la gure 2.On peu considérer oue OAT comme une combinaison linéaire d obligaion zéro-coupon. Ainsi à chaque dae τ supérieure ou égale à, il es possible d évaluer l obligaion en considéran chacun des ux fuurs comme celui d une obligaion zéro coupon. On a alors: 5

6 Figure 2: OAT T n P = X T i>τ C B(τ,T i ) + NB(τ,T n ) (1) " # X = N S B(τ,T i ) + B(τ,T n ) T i>τ Le marché des OAT es en France un marché liquide : il es donc possible à ou momen, en inerrogean le marché, de connaîre le prix des obligaions exisanes. Les prix recueillis e le formalisme de l équaion (1) permeen de calculer le prix des zero-coupon. On di aussi «sripper la courbe des aux». Dans la mesure où le marché des srips ou zero-coupon es liquide il peu aussi apporer une informaion complémenaire. Mais le srip es en fai un produi dérivé des obligaions qui son la vériable source de valorisaion des zérocoupons. Exercise 1 TD Absence d Opporunié d Arbirage (AOA). De niion 2 Une opporunié d arbirage es la possibilié donnée à un inervenan du marché de moner une opéraion à invesissemen nul lui rapporan dans le fuur des gains oujours posiifs e sricemen posiifs avec une probabilié non nulle. Exercise 2 TD Change Un aux de change es le prix d une devise exprimé en une aure devise. Leprix en Yen d un dollar éai au 8 Janvier 2002 de Cee valeur, quirésule d un équilibre enre l o re e la demande (dans le cadre de parié libre), ucue jour après jour. Sur le marché des changes peuven êre aussi considérés comme acifs de base les conra à erme de change. Il s agi pour un inervenan d acheer pour une dae fuure déerminée dans le conra un ceraine quanié de devise 6

7 Figure 3: conra d acha à erme de 3 millions de dollars T 3M dollars 3M *X yens à un prix pré xé. Supposons qu un indusriel japonais ai acheé des biens de producion à un indusriel Américain e ce pour un monan de 3 millions de dollars. Ce indusriel japonais doi s acquier à la dae T d une facure en dollar d un monan de 3M. Nous sommes en e nore acheeur japonais, pour ne pas subir de risque d une dépréciaion évenuelle du yen (hausse du prix du dollar en Yen, le dollar Yen passan pour xer les idées de à 140 ) décide de renrer dans un conra d acha à erme de 3 millions de dollar. On peu résumer la ransacion par le schéma 3. Pour une valeur X pariculière appelée aux de change à erme la ransacion es à coû nul, c es à dire qu elle ne génère pas en de paiemen d une conreparie vers l aure en. Nous noerons par la suie cee valeur X(,T). Une fois le conra en place, nore acheeur japonais a l assurance de pouvoir acheer à la dae T les 3 millions de dollars nécessaires au règlemen de safacure pour une somme en Yen qui es xée en, e ce quelle que soi l évoluion de la parié dollar/yen. Principe d absence d opporunié d arbirage appliqué à la valorisaion des conras à erme de change Quelle es la valeur de X(,T)? Pour répondre à cee quesion procédons en deux éape : la mise en place d une sraégie répliquane puis la mise en oeuvre du principe d AOA. Mise en place d une sraégie réplicane à base d acifs de base: change spo e zéro-coupons Pour garanir à l acheeur japonais le versemen de 3M de dollars au aux de change à erme X(,T), la banque qui a proposé l acif me en place le monage suivan. Elle achèe dès aujourd hui sur le marché US un zéro coupon de nominal 3M e d échéance T. En T elle recevra les 3M de dollars. Un el zéro coupon lui coûe en, B US (,T) 3M dollars. Pour nancer un el acha elle s endee en Yen à haueur de B US (,T) 3M X() 7

8 Figure 4: Réplicaion d un acha à erme de 3 millions de dollars Emprun en Yen pour financer l acha des dollars par la vene d un zéro coupon Yen Valeur nulle par consrucion : le monage es auofinançan Récepion des 3M de dollars Remboursemen de la dee en Yen Acha d un zéro coupon dollar de noionnel 3M de dollars. qu elle devra rembourser en T pour un monan de B US (,T) 3M X()/B JPY (,T) Ce monage perme à la banque de mere à disposiion de son clien les 3M de dollars à la dae T. En conreparie de ces 3M de dollars, la banque demandera à son clien de lui verser en yen, oujours à la dae T, la somme de B US (,T) 3M X() B JPY (,T) somme qui permera à la banque de rembourser sa dee en Yen. On a donc, dans le cadre de cee sraégie de réplicaion On obien alors : 3M X(,T) = 3M X()BUS (,T) B JPY (,T) X(,T) = X()BU S (,T) B JP Y (,T) Mise en oeuvre du principe d AOA. Pour valoriser les acifs sur les marchés liquides on fai l hypohèse que sur ces marchés il y a AOA. Cee hypohèse se jusi e par le fai que, sur les marchés liquides, les opporuniés d arbirage son rès vie repérées par des arbiragises e que le marché sous 8

9 Figure 5: Sraégie d arbirage des conras à erme de change La banque vend à l inervenan 3M de yens au prix à erme X, e me en place une sraégie d arbirage. T leur inervenion se «rééquilibre» rès rapidemen avec les mécanismes que nous avons pu voir précédemmen. L évaluaion que nous allons faire ici de X(,T) repose sur l hypohèse que le marché des conras à erme de change es bien arbiré, c es à dire qu il n exise pas d opporunié d arbirage. Prouvons donc que cee valeur obenue par réplicaion es la seule qui convienne sous l hypohèse d AOA, c es à dire que siun aure inervenan proposai un conra à erme avec aux de change à erme di éren, on aurai une opporunié d arbirage. Supposons que la banque propose un conra à erme à valeur X 0 > X(,T). Alors il es possible d e ecuer le monage illusré par la gure 5. Ce monage es une combinaison du monage précédemmen décri e d un conra de vene à erme passé avec l inervenan au aux X 0 ( ux en poinillé). Par consrucion l invesissemen en es nul. En revanche, il génère en T un ux sricemen posiif en Yen de 3M X 0 3M X()BU S (,T) B JP Y (,T) = 3M (X 0 X(,T)) > 0 Ce qui es incompaible avec l absence d opporunié d arbirage. Inversemen on monre que si un inervenan propose un conra à erme à X 0 < X(,T) il es possible de l arbirer, c es à dire de moner une opéraion nancière à coû nul qui rappore une somme posiive avec une probabilié non nulle, en l occurrence dans ce cas pariculier à coup sûr. En la présence d une opporunié d arbirage, les arbiragises auraien massivemen acheé des dollars à erme (dans le cas X 0 < X(,T)) ou inversemen vendu des dollars à erme (dans le cas X 0 > X(,T)) aux conreparies proposan X 0. Ces conreparies s apercevan que le prix qu elles proposen suscie 9

10 Figure 6: Dollar/Yen forward au 8 Janvier 2002 dae 08/01/02 08/01/04 08/01/05 08/01/06 08/01/07 08/01/08 08/01/09 08/01/10 08/01/11 08/01/11 change forward 132,54 129,59 124,06 117,48 111,11 105,29 100,13 95,51 91,28 87,24 des demandes imporanes réajusen leur prix, ce qui a pour e e «réequilibrer» le marché vers la valeur X(,T). Exemple numérique des aux de change à erme sur données du 8 janvier 2002 Pour donner une idée concrèe des aux forward que l on peu obenir acuellemen nous donnons gure 6lavaleur du aux de changeforward pour di érenes mauriés. La dae d évaluaion es le 08/01/02 Le premier aux de change donné es en fai le aux de change spo dollar/yen du 8 janvier. On s aperçoi sur ces valeurs que nore acheeur japonais en achean à erme peu vouloir pro er de la faible cheré du dollar à erme Maières premières Le marché des maières premières a vu le développemen de produis nanciers permean aux aceurs de se couvrir conre les variaions de prix. Il s agi esseniellemen de conra de vene e d acha à erme. Sur cerains marchés ces conras exisen depuis rès longemps (marché à erme de méaux à Amserdam au 18ème, marché à erme de céréale au Chigago Board of Trade au 19ème) e sur cerains son ils nouvellemen apparus comme sur le marché de l énergie (pérole, gaz, élecricié) Marché des produis de crédi Les produis de crédis e leur valorisaion seron présenés par Monique Jeanblanc dans le cours dédié aux problémaiques de crédi Prix forward d un acif Nous sommes en e l on considère un acif S (une obligaion ou une acion) don on veu déerminer le prix à erme en T(>). Pour simpli er on considère que ce acif ne verse pas de coupon ou de dividendes enre e T. De même que dans le cas du change à erme nous plaçons sous AOA e raisonner en deux éapes : 1) éablir un prix "de réplicaion", 2) conclure sur ce prix en uilisan l hypohèse d AOA. Réplicaion Considérons que nous sommes une banque e qu un clien s adresse à nous pour une vene à erme. Il nous fau donc moner une sraégie que l on 10

11 Figure 7: acha à erme T Le clien nous reme l acif Nous acheons au clien l acif au prix forward Figure 8: opéraion de repo T L acif es empruné L empruneur paie S au prêeur Le prêeur rend S (1+rrepo) à l empruneur de l acif L acif es rendu représene par la gure 7 : nous sommes la banque e de nore poin de vue nous e ecuons un acha à erme de l acif S. Pour répliquer de els ux la banque va mere en place une sraégie à base d acifs de base qui son ici, l acif spo, e une opéraion de repurchase agreemen die ausi opéraion repo. Repurchase Agreemen Une opéraion de repo ou en anglais repurchase agreemen consise en l acha (ou la vene) d un acif assori(e) de la revene (resp. du racha) de ce acif. La revene ou le racha s e ecue à une dae e pour une valeur qui son xées au momen de la mise en place de l opéraion. L acha e la revene (ou symériquemen la vene e le racha) s e ecue auprès de la même conreparie. Cee opéraion es illusrée par la gure 8. Nous venons de présener les opéraions de repo comme des opéraions de prê ou d emprun d acif. Mais on peu renverser la perspecive e les iner- 11

12 prêer comme des des prês en empruns de cash avec nanissemen. L acif es alors en quelque sore un bien hypohéqué qui garani le prêeur de cash du remboursemen à l issue du prê. Ce principe de nanissemen qui donne une garanie au prêeur du cash explique que les aux repo son généralemen inférieurs aux aux auxquels l empruneur peu empruner lorsqu il le fai sans apporer de garanie au prêeur (emprun par émission d obligaion). Réplicaion (suie) econséquencedel AOA Nous renrons dans l opéraion d acha à erme. Nous nous couvrons par une opéraion repo e par une vene spo ( spo signi e que l on exécue la vene immédiaemen, c es à dire en ). Le monage, sa couverure e la résulane son représenés sur la gure 9. L opéraion globale qu e ecue la banque es une opéraion qui en ne lui génère aucun ux, donc aucun invesissemen e qui en T lui rappore P f S (1+ r repo ) Sous AOA une opéraion à invesissemen nul ne peu que rapporer 0. On a donc : P f = S (1 + r repo ) 2.2 Produis dérivés Les acifs dérivés son de façon générale des conras de vene ou d acha d acifs nanciers de base sous des conraines pariculières. L acif de base es alors appelé acif sous-jacen. Conrairemen au chapîre précéden il ne vous sera pas proposé ici une descripion des di érens acifs dérivés que l on peu rouver sur les marchés nanciers. Nous nous concenrerons pluô sur les méhodes d évaluaion de ces produis. Nous commencerons par la descripion e l évaluaion d un acif dérivé simple : l opion d acha ou de vene. La méhode d évaluaion repose sur ² une hypohèses d absence d opporunié d arbirage, analogue à celle que nous avons vu pour l évaluaion du aux de change à erme; ² une modélisaion de l évoluion du cour du sous jacen, modélisaion don nous n avions pas eu besoin pour l évaluaion du aux de change à erme; Les méhode d évaluaion e ecivemen uilisée sur les marchés, propose une modélisaion des cours des sous jacens par un processus en emps coninu. Avan d exposer cee méhode, e pour mieux comprendre les principes qui sous enden l évaluaion des produis dérivés, nous commencerons par des modélisaions du sous jacen plus simple. Ce chapire sur les produis dérivés s organisera de la façon suivane. ² Une descripion de nore produi de référence : l opion d acha ou call en anglais 12

13 Figure 9: Monage comple de la banque : conra à erme e couverure T Acha à erme de l acif + Nous acheons au clien l acif au prix forward P f Opéraion de repo S (1+r repo ) S couverure + Vene spo de l acif S + = P f S (1+r repo ) 13

14 Figure 10: Acha avec couverure en cas de hausse du prix Ce que veu payer nore acheeur : MAX (S T,K) K K S ² Une évaluion de ce produi dans un univers discre à une période e deux éas du monde puis dans un univers d évoluion binomiale à plusieurs périodes. La valorisaion en emps coninue sera abordée dans la seconde parie du cours Call e Pu sur acif Un call sur un acif donne à son déeneur la possibilié d acheer à une dae xée l acif à un prix K convenu à l avance. Il va permere à un inervenan qui sai devoir acquérir ce acif à une dae fuure de se couvrir conre une hausse évenuelle du cours. A la dae T d acquisiion, le déeneur de l opion veu débourser en T pour acheer l acif Max(S T,K) comme illusré par la gure 10. Pour avoir l assurance de ne payer que MAX(S T,K), l agen qui désire se couvrir achèe un produi nancier, un call, quiluiversera0sil acif sous-jacen vau moins que K e S T K sinon e donc synhéiquemen MAX(S T K,0). Soi graphiquemen ce que nous pouvons voir sur la gure Valorisaion par réplicaion dans un univers à deux daes e deux éas du monde : hypohèse AOA e exisence d une probabilié risque neure Un univers à deux daes e deux éas du monde Nous sommes en e l on adme que nore univers de valorisaion puisse êre représené par deux daes e T e deux éas du monde en T, un éa «hau» e un éa «bas». 14

15 Figure 11: Payo d un call payoff MAX (S T -K,0) S K Figure 12: Modèle à 1 période e deux éas T Hau Ph Sh 1+r Ch S 1 C Bas Pb Sb 1+r Cb 15

16 Dans ce univers de valorisaion nous disposons de deux acifs de base : un acif sans rique e un acif risqué. L acif sans risque es un placemen zérocoupon au aux r. On le normalise de façon qu en sa valeur soi 1. En T il vaudra donc(1 + r) T e ce quel que soi l éa du monde Si pour simpli er our simpli er on choisi T- =1, alors en T l acif sans risque vau 1+r. L acif risqué qui vau S en vaudra S h dans l éa hau e S b dans l éa bas avec S h < S b. La probabilié pour que l éa du monde hau (resp. bas ) se réalise es P h (resp.p b ). Remark 3 l inégalié S h < S b es srice. Si l on avai l égalié l acif serai un acif sans risque e l opporunié d une opion ne se pose pas. P i=h,b 2 ]0,1[. Le cas où l un des deux coe ciens vau 1 es un cas dégénéré où l opporunié d une opion ne se pose pas non plus. Nore objecif L ob jecif de cee secion es double. Il es ou d abord de valoriser nore call sous l hypohèse AOA e plus généralemen de monrer l équivalence : AOA, il exise une probabilié Q die risque neure équivalene (2) à la probabilié hisorique sous laquelle les prix acualisés des acifs, acifs de base e acifs dérivés, son des maringales valorisaion du call Nous allons procéder pour valoriser nore call comme nous l avions fai pour l évaluaion du aux de change forward : évaluer un prix de réplicaion puis uiliser l AOA pour conclure. Par combinaison linaire de ces deux acifs il e facile de répliquer le payo du call les conraines son les suivanes: Soi, si l on noe ² C h = MAX(S h K,0) e ² C b = MAX(S b K,0) α (1+ r) + β S h = MAX(S h K,0) α (1 + r) + β S b = MAX(S b K,0) α (1 + r) + β S h = C h α (1 + r) + β S b = C b Le sysème se résou de la façon suivane 16

17 β = (C h C b )/(S h S b ) α = [C h S h (C h C b )/(S h S b )]/(1 + r) = [C b S h C h S b ]/[(S h S b ) (1+ r)] Le prix de réplicaion de nore opion es alors donnée par C = α 1+ β S = [C b S h C h S b ]/[(S h S b ) (1 + r)] + (C h C b )/(S h S b ) S Que l on peu réécrire en foncion des payo s C h e C b e de coe cien pondéraeur h e b : Avec ² h =[S*(1+r)-S b ] / (S h -S b ) e ² b =[S*(1+r)-S h ] / (S h -S b ) C = [ h C h + b C b ]/(1+ r) (3) En n l hypohèse d AOA nous perme de conclure : le prix du call es son prix de réplicaion, soi donc C. Par ailleurs on remarque que: ainsi que S = [ h S h + b S b ]/(1 + r) (4) 1 = [ h (1+ r) + b (1 + r)]/(1 + r) (5) Propriéésdes coe ciens pondéraeurs emise en reliefd une probabilié risque neure Monrons que b = 1 h e que i=h,b 2 ]0,1[ b = [S (1 + r) Sh]/(Sh Sb) = [S (1 + r) S h + S b S b ]/(S h S b ) = 1 h Pour monrer que b 2 ]0,1[ parons de b = [S (1+ r) S h ]/(S h S b ) 17

18 Pour monrer b 2 ]0,1[ il nous su de monrer que S b < S (1+ r) < S h Monrons que l on ne peu pas avoir S (1 + r) < S b Si l on a S (1 + r) < S b alors on a S (1 + r) < S b < S h. On es donc en présence d un acif qui rappore sysémaiquemen sricemen plus que l acif sans risque. Il y a donc opporunié d arbirage : on emprune au aux sans risque e l on place l argen empruné sur l acif S. L invesissemen en es nul e le revenu en T es sricemen posiif. Conclusion en AOA on ne peu pas avoir S (1+ r) < S b. Monrons de la même façon que l on ne peu pas avoir S (1 + r) = S b Si l on a S (1 + r) = S b alors on a S (1 + r) = S b < S h. On es donc en présence d un acif qui rappore sysémaiquemen plus que l acif sans risque e sricemen plus avec une probabilié non nulle. Il y a donc opporunié d arbirage : on emprune au aux sans risque e l on place l argen empruné sur l acif S. L invesissemen en es nul e le revenu en T es posiif e sricemen posiif dans l éa du monde hau, c es àdireavec une probabilié non nulle. Conclusion en AOA on ne peu pas avoir S (1+ r) = S b. De la même façon le leceur monrera en s apuuyan sur l hypohèse AOA que l on ne peu pas avoir S h S (1 + r) Conclusion b = 1 h i=h,b 2 ]0,1[ Probabilié risque neure i=h,b peu s inerpréer comme un probabilié. Cee probabilié es appelée probabilié risque neure e noée Q. i=h,b 2 ]0,1[ enraine que Q es équivalene à la probabilié d observaion, que l on noera P e que l on avai précédemmen caracérisée par P i=h,b. Dans cee nouvelle perspecive réécrivons les équaions (3),(4) e (5). S = E Q ( S T 1 + r ) E rivialemen... C = E Q ( C T 1+ r ) 1 = E Q (1+ r) ( (1+ r) ) Que vien d obenir? On vien de monrer que sous l hypohèse AOA les di érens prix de nore marché s éablissen par l espérance, sous une probabilié Q équivalene à P, des gains acualisés. Ou encore que les prix acualisés de nos acifs son des maringuales sous Q. Où a on uilisé l hypohèse AOA? On l uilise par deux fois. 18

19 ² pour monrer que Q e équivalene à P. ² lorsque l on déclare que le prix de nore opion es le prix du porefeuille répliquan. En e e l on monre en raisonnan comme nous avions fai pour le aux de change forward, que si le prix de l opion n es pas le prix du porefeuille répliquan alors il y a une opporunié d arbirage. Quelques mos supplémenaires sur Q. Elle es appelée probabilié risque neure. Rappelons nous que pour obenir le prix aujourd hui d un ux xe C dans le fuur on se conenai de l acualiser. La probabilié risque neure perme d éendre cee méhodologie àla valorisaion de ux don les monans ne seron connus que lors de lors paiemen : on acualise e l on somme les di érens éas du monde en les pondéran par la probabilié risque neure. En n il es imporan de souligner que cee probabilié n es pas la probabilié hisorique. La probabilié hisorique n inervien pas pour la valorisaion du call. Pour donner à Q une inerpréaion économique, inroduisons deux acifs élémenaires: un acif «hau» qui paie 1 Euro dans l éa hau e 0 sinon; un acif «bas» paie 1 Euro dans l éa bas e 0 sinon. On monre facilemen que le prix de l acif hau es h /(1+r) e que le prix de l acif bas es b /(1+r).Ces acifs son appelés prix d Arrow Debreu. Ils formen la base canonique de ous les payo s possible de nore monde simpli é. h e b son en fai (au discoun près) plus des prix qu une vériable probabilié. En conclusion nous venons de monrer AOA ) il exise une probabilié Q die risque neure équivalene à la probabilié hisorique sous laquelle les prix des acifs, acifs de base e acifs dérivés, son des maringales Monrons la réciproque. Parons donc de l hypohèse que ou payo se valorise par l uilisaion d une probabilié risque neure équivalene à la proba hisorique. Monrons qu alors une opporunié d arbirage n es pas possible. Dans nore monde simpli é, une opporunié d arbirage es une sraégie de valeur nulle en e généran en T un ux oujours posiif e sricemen posiif dans au moins un éa du monde. Soi donc une sraégie qui génère en T un ux oujours posiif e sricemen posiif dans au moins un éa du monde. Monrons que la valeur en d un el monage es sricemen posiif. Pour xer les idées noons f h le ux en l éa hau e f b le ux en l éa bas avec f i=h,b 0 e f h > 0. Le prix en de cee sraégie es donné par : f h f b F = h 1 + r + b 1 + r Sous les hypohèse i=h,b 2 ]0,1[, F es donc sricemen posiif. En conséquence sous l hypohèse d exisence d une probabilié risqueneure équivalen à la probabilié hisorique il ne peu y avoir d opporunié d arbirage. 19

20 Figure 13: Marché imcomple T éa h éa m éa b Marché incomple : un exemple de pricing par sur-réplicaion (TD) Nous parons du modèle simple à une période mais cee fois on considère qu au emps T 3 éas du monde disincs peuven survenir. 2 acifs liquides son présens sur le marché : il s agi d un acif sans risque, qui vau 1 en e qui vau (1 + r) en T, e ce, quel que soi l éa du monde, e d un acif S qui vau S en e S i en T, avec i = h,m ou b. Le ou es illusré gure 13. Nous prendrons r = 0 e S = 3 S h = 4 S m = 2 S b = 1. Un rader reçoi une demande de quoaion pour un acif X qui génère en T un ux X i = h,m,b avec X h = 2 X m = 1 X b = 1. Dans le cadre du modèle à deux éas du monde e deux acifs liquides la méhodologie d évaluaion consisai à bâir à parir de l acif sans risque e l acif risqué S liquide un porefeuille répliquan le payo du call que nous avions à évaluer. Ici cela n es plus possible. 20

21 Supposons que soi demandé au rader de vendre ce acif X.L obje du TD es de déerminer la valeur X à laquelle le rader accepera de vendre l acif X. Quesion 1 Monrer en quoi le rader ne peu pas répliquer parfaiemen X à parir de l acif sans rique e de S. Les objecifs du rader son les suivans : se couvrir oalemen e proposer sous cee conraine de couverure le prix le plus aracif possible. Auremen di, avec l argen de la prime(= X ) que lui versera son clien, le rader compe acheer un porefeuille combinan l acif sans risque e l acif S el que, quel que soi l éa du monde, son porefeuille lui rappore en T plus qu il ne doi reverser à l acheeur de l acif X. Le rader doi ouefois «opimiser» son porefeuille de façon à demander à son clien la prime la plus faible possible. Quesion 2 Ecrire le programmed opimisaion linéaire correspondan aux objecifs du rader. Rappel de programmaion linéaire Inroduisons les noaions : ² I = fi : i = 1,2,..mg J = fj : j = 1,2,..ng ² x e c deux veceurs der n ² y e b deux veceurs de R m ² A une marice de M n,m (R) Par I 1 on noe une parie des indices de I, c es à dire quei 1 ½ I e I 2 = InI 1. D une façon analogue, J 1 ½ J e J 2 = JnJ 1. Les deux problèmes d opimisaion linéaires sous conraines mixes : e P B1 Min < c,x > x Sous (Ax) i b i i 2 I 1 (Ax) i = b i i 2 I 2 x j 0 j 2 J 1 PB2 Max < b,y > x Sous (A T y) j c j i 2 J 1 (A T y) j = c j i 2 J 2 y i 0 i 2 I 1 se nommen problèmes duaux avec conraines mixes. On monre que si l ensemble admissible de PB1 es vide, il en va de même pour PB2,e inversemen. Par ailleurs si l on noe x ey les soluions du PB1 e de PB2 alors on a < c,x >=< b,y > 21

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Le modèle de Black Scholes

Le modèle de Black Scholes Le modèle de Black Scholes Philippe Briand, Mars 3 1. Présenaion du modèle Les mahémaiciens on depuis longemps essayé de résoudre les quesions soulevées par le monde de la finance. Une des caracérisiques

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003

ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 ÉVALUATION DES PRODUITS DÉRIVÉS DE CRÉDIT Fevrier 2003 Idriss Tchapda Djamen UniversiéClaudeBernardLyon1 Insiu de Science F inancière e d 0 Assurances (ISFA) 1. Résumé. Évaluaion des produis dérivés de

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012

Les générateurs de scénarios économiques Problématiques et modélisation des indices financiers. Le 29 Mars 2012 Les généraeurs de scénarios économiques Problémaiques e modélisaion des indices financiers Le 29 Mars 202 Les généraeurs de scénarios économiques Inroducion Un généraeur de scénarios économiques perme

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Calcul Stochastique 2 Annie Millet

Calcul Stochastique 2 Annie Millet M - Mahémaiques Appliquées à l Économie e à la Finance Universié Paris 1 Spécialié : Modélisaion e Méhodes Mahémaiques en Économie e Finance Calcul Sochasique Annie Mille 15 14 13 1 11 1 9 8 7 6 5 4 3

Plus en détail

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse

La crise de liquidité a engendré une réponse réglementaire en cours d ajustement qui pousse Crise de liquidié Piloage du LCR ou du risque de liquidié? Salwa Fariji / Vincen Boisbourdain Salwa Fariji es consulane chez Opus Finance. Diplômée de L ESEC de Barcelone en analyse financière e gesion

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore :

Planche 2. z ), où γ = 1 µ/σ2 ; ou encore : Plnche Exercice 1 On considère un mrché nncier de ux d'inérê r e une cion de dynmique risque neure ds = S µd + σdw, S = x Soi une brrière hue ; on considère une opion brrière Up In qui délivre l'cion S

Plus en détail

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT DE L'ÉALUAION DU RISQUE DE CRÉDI François-Éric Racico * Déparemen des sciences adminisraives Universié du Québec, Ouaouais Raymond héore Déparemen Sraégie des Affaires Universié du Québec, Monréal RePAd

Plus en détail

Surface de Volatilité et Introduction au Risque de Crédit

Surface de Volatilité et Introduction au Risque de Crédit Modèles de Taux, Surface de Volailié e Inroducion au Risque de Crédi Alexis Fauh Universié Lille I Maser 2 Mahémaiques e Finance Spécialiés Mahémaiques du Risque & Finance Compuaionelle 214/215 spread

Plus en détail

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little.

Files d attente (1) F. Sur - ENSMN. Introduction. 1 Introduction. Vocabulaire Caractéristiques Notations de Kendall Loi de Little. Cours de Tronc Commun Scienifique Recherche Opéraionnelle Les files d aene () Les files d aene () Frédéric Sur École des Mines de Nancy www.loria.fr/ sur/enseignemen/ro/ 5 /8 /8 Exemples de files d aene

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ UN MODÈLE D ÉVALUATION DES COÛTS AGRÉGÉS LIÉS AUX ASSURANCES POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Mémoire Emmanuel Hamel Maîrise en acuaria Maîres ès sciences (M.Sc.) Québec, Canada Emmanuel Hamel, 03 Résumé

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Sur les Obligations Convertibles à Option Retardée de Remboursement Anticipé au Gré de l Émetteur 1

Sur les Obligations Convertibles à Option Retardée de Remboursement Anticipé au Gré de l Émetteur 1 ur les Obligaions Converibles à Opion Reardée de Remboursemen Anicipé au Gré de l Émeeur F. ANDRE-LE POGAMP F. MORAUX florence.andre@univ-rennes.fr franck.moraux@univ-rennes.fr Universié de Rennes I-IGR

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Impact des futures normes IFRS sur la tarification et le provisionnement des contrats d assurance vie : mise en oeuvre de méthodes par simulation

Impact des futures normes IFRS sur la tarification et le provisionnement des contrats d assurance vie : mise en oeuvre de méthodes par simulation Impac des fuures normes IFRS sur la arificaion e le provisionnemen des conras d assurance vie : mise en oeuvre de méhodes par simulaion Pierre-Emmanuel Thérond To cie his version: Pierre-Emmanuel Thérond.

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique

Solutions auto-semblables pour des modèles avec conductivité thermique Soluions auo-semblables pour des modèles avec conducivié hermique Séphane DELLACHERIE e Olivier LAFITTE CRM-327 5 décembre 25 Cenre de Recherches Mahémaiques, Universié de Monréal, Case posale 628, Succursale

Plus en détail

FONCTIONS LOGIQUES I INTRODUCTION : II FONCTION LOGIQUE ET OPERATEUR BINAIRE : III DEFINITION ET REPRESENTATIONS D UN OPERATEUR BINAIRE :

FONCTIONS LOGIQUES I INTRODUCTION : II FONCTION LOGIQUE ET OPERATEUR BINAIRE : III DEFINITION ET REPRESENTATIONS D UN OPERATEUR BINAIRE : I INTRODUCTION : FONCTION LOGIQUE BT MI Variabl binair : L élcrochniqu, l élcroniqu, la mécaniqu éudin uilisn la variaion d grandurs physiqus lls qu la prssion, la forc, la nsion, c. Crains applicaions

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

Un Cadre Probabiliste pour l Optimisation des Systèmes de Dialogue

Un Cadre Probabiliste pour l Optimisation des Systèmes de Dialogue SETIT 2007 4 rh Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 25-29, 2007 TUNISIA Un Cadre robabilise pour l Opimisaion des Sysèmes de Dialogue Olivier

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change

Politiques économiques, dynamique et équilibre de long terme du taux de change Insiu d'éudes Poliiques de Paris ECOLE DOCTORALE DE SCIENCES PO Programme docoral Gouvernance Économique Observaoire Français des Conjoncures Économiques (OFCE) Docora de sciences économiques Poliiques

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités

Gestion des risques dans les chaînes logistiques : planification sous incertitude par la théorie des possibilités Gesion des risques dans les chaînes logisiques : planificaion sous inceriude par la héorie des possibiliés Romain Guillaume To cie his version: Romain Guillaume. Gesion des risques dans les chaînes logisiques

Plus en détail

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques David DUMONT - TEAM CALYON 22 avril 2008 Dans 2 ans, si l EURODOL est inférieur à 1,40 touchez 116% du nominal investi en euros, sinon

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE

AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL EN REGIME NON LINEAIRE Dans e hapire l'amplifiaeur différeniel inégré sera oujours onsidéré omme parfai, mais la ension de sorie ne pourra prendre que deux valeurs : V sa e V

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement

L impact des contraintes financières. dans la décision d investissement INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Série des documens de ravail de la Direcion des Eudes e Synhèses Économiques G 9907 L impac des conraines financières dans la décision d invesissemen

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE

3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3 POLITIQUE D'ÉPARGNE 3. L épargne exogène e l'inefficience dynamique 3. Le modèle de Ramsey 3.3 L épargne opimale dans le modèle AK L'épargne des sociéés dépend largemen des goûs des agens, de faceurs

Plus en détail

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE

LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE Équilibre de long erme, dynamique e hysérèse Anoine Bouvere Docoran à l OFCE Henri Serdyniak Direceur du Déparemen économie de la mondialisaion de l OFCE Professeur associé

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Le modèle de Black et Scholes

Le modèle de Black et Scholes Le modèle de Black et Scholes Alexandre Popier février 21 1 Introduction : exemple très simple de modèle financier On considère un marché avec une seule action cotée, sur une période donnée T. Dans un

Plus en détail

est proportionnel à B, lui même proportionnel au courant i. On a donc

est proportionnel à B, lui même proportionnel au courant i. On a donc INDUCTION ÉLCTROMGNÉTIQU DNS UN CIRCUIT FIX INDUCTION ÉLCTROMGNÉTIQU DNS UN CIRCUIT FIX : CS D NUMNN I Descipion des cicuis dans le cade de l RQS 1 ) Inducances popes e inducances muuelles de cicuis filifomes

Plus en détail

Une technologie révolutionnaire non statistique pour supprimer les variabilités

Une technologie révolutionnaire non statistique pour supprimer les variabilités mesure e conrôle < TECHNIQUE Une echnologie révoluionnaire non saisique pour supprimer les variabiliés A NON STATISTICAL GROUND BRAKING METHODOLOGY TO AVOID VARIABILITY Business effiscience idenifie e

Plus en détail