BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) ITEM 227

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) ITEM 227"

Transcription

1 Collège des Enseignants de Pneumologie Référentiel pour la préparation de l ECN Pr Roche (Paris), Pr Cuvelier (Rouen) Pr Diot (Tours), Dr Bourdin (Montpellier) Pr Marquette (Nice), Pr Chabot (Nancy) Dernière mise à jour : Juillet 2010 BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO) ITEM 227 Objectifs d enseignements tels que définis dans le programme de l ECN : Bronchopneumopathie chronique obstructive Diagnostiquer une bronchopneumopathie chronique obstructive Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Décrire les principes de la prise en charge au long cours Objectifs pédagogiques terminaux définis par le Collège des Enseignants de Pneumologie 1. Connaître la définition de la BPCO 2. Connaître l épidémiologie de la BPCO et les facteurs de risque de la BPCO 3. Connaître les éléments du diagnostic positif et du diagnostic différentiel 4. Connaître la classification de la sévérité de la BPCO (GOLD) 5. Connaître les co-morbidités fréquemment associées à la BPCO 6. Savoir identifier une exacerbation/décompensation de BPCO, en évaluer les signes de gravité et en identifier les causes 7. Connaître les modalités de prise en charge d une exacerbation/décompensation de BPCO 8. Connaître les indications d hospitalisation d une exacerbation/décompensation de BPCO 9. Connaître l évolution naturelle et les principaux facteurs pronostiques (indice BODE) 10. Connaître la place respective du sevrage tabagique, du traitement pharmacologique, de l éducation thérapeutique et de la réhabilitation respiratoire en fonction de la sévérité de la BPCO

2 Points clés 1. La BPCO est une maladie fréquente et source de morbidité (handicap, exacerbations), de mortalité et de dépenses de santé. 2. Elle est définie par une obstruction bronchique non complètement réversible : VEMS/CVF<0,70 après bronchodilatateurs. 3. Le symptôme principal est la dyspnée. 4. Ses principaux diagnostics différentiels comportent l asthme et les dilatations des bronches. 5. Le bilan fait appel à l exploration fonctionnelle respiratoire (spirométrie, volumes pulmonaires, diffusion du CO), au gaz du sang, à l exploration de la capacité d exercice (test de marche de 6 minutes). 6. La sévérité de la BPCO en 4 stades, est basé sur le VEMS (seuils % et plus). 7. Des comorbidités associées sont fréquentes et doivent être recherchées et prises en charge : dénutrition, dysfonction musculaire, anémie, affections cardio-vasculaires, anxiété/dépression, ostéoporose, cancer bronchique. 8. Le traitement repose sur - le sevrage tabagique et les vaccins (grippe, pneumocoque) - les bronchodilatateurs inhalés (bêta 2 agonistes et anticholinergiques de courte ou longue durée d action) - les associations fixes de bêta 2 agonistes de longue durée d action et de corticostéroïdes inhalés (dans les formes sévères à très sévères avec exacerbations fréquentes) - la réhabilitation respiratoire fait partie intégrante du traitement 9. La prise en charge des exacerbations (majoration des symptômes) débute par la recherche de critères d hospitalisation (incluant les signes de gravité clinique) et de la cause de l exacerbation (la purulence de l expectoration fait évoquer une origine bactérienne). 10. Le traitement des exacerbations est celui de la cause (antibiotiques en cas d infection bactérienne) auquel s associent des bronchodilatateurs, éventuellement les corticoïdes oraux (signes de gravité, amélioration insuffisante à 48h) et enfin l oxygénothérapie (pour maintenir une SpO 2 > 90%)) et l assistance ventilatoire mécanique (si acidose respiratoire non compensée) 2/32

3 La BPCO constitue un problème de santé publique majeur par le nombre de personnes touchées, le handicap dont ces personnes sont affectées, leur mortalité et les dépenses de santé nécessaires pour leur prise en charge. I. DEFINITIONS, CLASSIFICATION I.1. Définitions, nosologie La BPCO est une maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente et progressive des voies aériennes (présence d un trouble ventilatoire obstructif) 1. Le diagnostic de trouble ventilatoire obstructif requiert obligatoirement une spirométrie avec mesure du volume expiratoire maximal à la première seconde (VEMS) et de la capacité vitale forcée (CVF). La cause la plus fréquente est le tabagisme. La BPCO peut donc être prévenue. Elle est accessible à des traitements susceptibles d en atténuer les conséquences. L évolution de la BPCO est marquée par : Un déclin accéléré du VEMS au cours du temps, Un risque d exacerbations pouvant mettre en jeu le pronostic vital, Un risque de handicap avec réduction des activités quotidiennes. L apparition d une insuffisance respiratoire chronique se traduisant par une hypoxémie avec ou sans hypercapnie et pouvant se compliquer d une insuffisance cardiaque droite et d une rétention hydrosodée L association fréquente à des co-morbidités 2 qui aggravent les symptômes et le pronostic. I.1.1.Trouble ventilatoire obstructif obstructif (TVO) Le trouble ventilatoire obstructif est défini par un rapport VEMS/CVF < 70 % après administration d un bronchodilatateur, quelle que soit la valeur observée du VEMS. C est la présence d un TVO dans un contexte clinique compatible (tabagisme ancien, exposition professionnelle) en l absence d autre cause de TVO, en particulier un asthme ou des dilatations des bronches (cf 1.1.3) qui aboutit au diagnostic de BPCO. I.1.2. Affections inclues dans le terme BPCO Le terme BPCO inclut : 1 L obstruction est causée par l association, variable selon les patients 1 / d une diminution du calibre des bronchioles du fait de modifications anatomiques (remodelage) et 2 / d une destruction des alvéoles pulmonaires (emphysème) qui, par le biais de la diminution de la force de rétraction élastique du poumon, entraîne un collapsus des lumières bronchiques. Il s y associe une réponse inflammatoire pulmonaire anormale à des toxiques inhalés (tabac, polluants...). 2 Co-morbidités : présence d une ou plusieurs affections ou maladies chroniques coexistant avec la BPCO sans préjuger d un lien causal. 3/32

4 la bronchite chronique avec TVO, l emphysème pan-lobulaire et/ou centro-lobulaire avec TVO. Bronchite chronique (BC) Sa définition est purement clinique : hypersécrétion bronchique se manifestant par une toux productive quotidienne ou quasi-quotidienne durant au moins 3 mois par an au cours d au moins 2 années consécutives. Elle concerne la moitié des fumeurs environ et peut être simple (sans obstruction bronchique) ou obstructive (accompagnée d un TVO). La BC reflète l exposition à des facteurs de risque environnementaux. Elle ne conduit pas systématiquement à une obstruction bronchique. Inversement, l absence de BC n exclut pas une BPCO. Emphysème Sa définition est anatomique : élargissement anormal et permanent des espaces aériens distaux (c est à dire situés au delà des bronchioles terminales), avec destruction des parois alvéolaires, sans fibrose associée Il peut être centro ou pan-lobulaire 3 (figure 1) I.1.3. Affections exclues de la BPCO L asthme En raison de leurs fréquences respectives et de la prévalence du tabagisme chez les asthmatiques (30% environ, comme dans le reste de la population), BPCO et asthme coexistent fréquemment. L asthme doit donc être évoqué dès qu il existe une réversibilité significative de l obstruction bronchique (augmentation du VEMS de plus de 200 ml et 12% de la valeur de base après bronchodilatateur) ou des éléments évocateurs d asthme ou d allergie dans l histoire clinique. Ces éléments soulignent l importance du contexte clinique dans le diagnostic d asthme ou de BPCO. certaines formes sévères ou vieillies d asthme dans lesquelles le caractère réversible de l obstruction disparaît ne peuvent en pratique pas être distinguées de la BPCO si 3 Dans l emphysème centro-lobulaire ou centro-acinaire, la destruction est centrée sur la bronchiole respiratoire, située à l entrée de l acinus ; il prédomine plutôt aux apex et les capillaires périalvéolaires sont longtemps préservés (d où une hypoxémie précoce par effet court-circuit, aussi appelé effet shunt, conséquence caractéristique de la présence de zones perfusées mais non ou mal ventilées). Dans l emphysème pan-lobulaire ou pan-acinaire, l ensemble des structures de l acinus sont touchées : bronchiole respiratoire, alvéoles ; cette forme d emphysème est caractérisée par une atteinte prédominant aux bases, une hypoxémie précoce à l exercice mais tardive au repos, une hypercapnie plus tardive que dans l emphysème centro-lobulaire. 4/32

5 le patient est ou a été fumeur. Les dilatations des bronches L atteinte pulmonaire de la mucoviscidose 4 Les bronchiolites obstructives (exceptionnelles). Figure 1 : les grands types d emphysème 4 La présence de dilatations des bronches est possible dans la BPCO mais elles ne constituent pas alors l élément central de la pathologie. 5/32

6 I.2. Classification de la sévérité de la BPCO en 4 stades (tableau 1). Stade de sévérité Définition Symptômes habituellement présent Tous stades VEMS/CVF<70% +/- bronchite chronique I léger II modéré VEMS 50-80% Dyspnée dans la vie quotidienne Exacerbations altérant la qualité de vie III sévère VEMS 30-50% Dyspnée pour des efforts limités Exacerbations altérant fortement la qualité de vie IV très sévère VEMS<30% OU <50% ET insuffisance respiratoire ou cardiaque droite Dyspnée au moindre effort Qualité de vie très altérée Exacerbations mettant en jeu le pronostic vital Tableau 1 : classification de la sévérité de l obstruction bronchique dans la BPCO et traitements selon les stades 5. Le rapport VEMS/CVF est exprimé en valeur absolue ; le VEMS est exprimé en % de la valeur prédite. Les symptômes mentionnés ci-dessous sont donnés à titre indicatif mais ne font pas partie de la définition des stades de sévérité. Seul le niveau de VEMS/CVF et de VEMS est pris en compte. En effet, pour un même niveau de VEMS la symptomatologie peut varier notablement d un individu à l autre. II. EPIDEMIOLOGIE II.1. Epidémiologie descriptive II.1.1. Prévalence Elle est, dans la population générale adulte des pays industrialisés, de 5-10% soit, en France, environ 3,5 millions de sujets atteints de BPCO dont environ 1 million est symptomatique 6. Dans notre pays, à malades ont une insuffisance respiratoire chronique suffisamment sévère pour justifier l administration au long cours d une oxygénothérapie nasale. 5 Comme mentionné plus haut, la bronchite chronique simple, sans TVO, n en fait pas partie de ce tableau, mais est considérée comme une situation «à risque», justifiant une surveillance des symptômes et de la fonction respiratoire. 6 Le diagnostic de BPCO est souvent méconnu (le diagnostic est connu chez seulement 1/3 des malades). 6/32

7 II.1.2. Mortalité La mortalité liée à la BPCO est évaluée à au moins personnes par an en France. II.2. Epidémiologie analytique On distingue les facteurs de risque environnementaux et génétiques, qui interagissent entre eux. II.2.2. Facteurs de risque environnementaux Le tabac est de loin le principal facteur de risque de BPCO Plus de 20% des fumeurs développent un syndrome ventilatoire obstructif. La moitié des sujets qui fument encore à l âge de 65 ans ont une BPCO Les expositions professionnelles constituent au moins 15% de l étiologie des BPCO voir tableaux de reconnaissance des BPCO professionnelle (cf chapitre BPCO dans maladies respiratoires d origine professionnelles - item 109) Les fumées domestiques de combustion des systèmes de chauffage ou de cuisine peuvent aussi être des facteurs de risque dans les pays émergents. La pollution atmosphérique particulaire ou photooxydante joue un rôle dans le déclenchement d exacerbations, son rôle éventuel dans le développement d une BPCO est incertain. Le tabagisme passif in utero puis dans l enfance est incriminé. Il en est de même des infections respiratoires de la petite enfance. II.2.1. Facteurs génétiques Le déficit en alpha 1 antitrypsine est le seul facteur de risque génétique clairement identifié de BPCO 7. L emphysème pan-lobulaire qui résulte de son déficit est d autant plus fréquent, précoce et grave qu il existe un tabagisme surajouté. D autres facteurs génétiques sont en cours d étude 8. 7 Cette protéine est un inhibiteur physiologique de protéases dont l élastase sécrétée par les polynucléaires neutrophiles ; elle est produite essentiellement par les hépatocytes. 8 Des polymorphismes d autres gènes impliqués dans le métabolisme oxydatif, la balance protéasesantiprotéases ou l inflammation pourraient constituer des facteurs de risque d emphysème ou plus largement de BPCO ou de BPCO sévère, mais leur rôle exact selon les populations reste à préciser. 7/32

8 III. HISTOIRE NATURELLE ET PRONOSTIC La BPCO est caractérisée par un déclin progressif de la fonction respiratoire (VEMS), que seul l arrêt du tabac peut freiner. Lorsque le VEMS s abaisse en dessous de 50% de la valeur théorique, la dyspnée d exercice peut devenir invalidante et le risque d insuffisance respiratoire devient réel : c est le stade du handicap respiratoire. Au dessous de 30%, il existe un risque de décès lié à la BPCO, lors d une exacerbation avec détresse respiratoire aiguë ou dans un tableau de c ur pulmonaire chronique. Si la sévérité du TVO mesurée par le VEMS est le facteur pronostique principal, un certain nombre d autres facteurs pronostiques ont été mis en évidence qui, associés avec le VEMS, sont résumés par le score pronostique composite BODE : Body mass index, Obstruction, Dyspnea, Excercise (tableau 2). Figure 2 : déclin de la fonction respiratoire chez le sujet normal avec l âge, en cas de BPCO et selon l arrêt du tabagisme. 8/32

9 Facteur pronostique Clinique Degré d obstruction Performance à l exercice Etat nutritionnel Paramètre Etat nutritionnel (IMC) Sévérité de la dyspnée VEMS Distance parcourue en 6-minutes Indice de masse corporelle Tableau 2 : Facteurs prédictifs de la mortalité chez les patients atteints de BPCO IV. DIAGNOSTIC ET EVALUATION Il fait appel aux symptômes et signes physiques, à l exploration fonctionnelle respiratoire et à l imagerie, et enfin au bilan des co-morbidités et conséquences systémiques de la maladie. IV.1. Symptômes La dyspnée c est le maître symptôme doit être recherchée à l interrogatoire pour dépister la BPCO chez tout fumeur. survient initialement à l effort est très fréquemment sous estimée par le patient et l amène rarement à consulter. peut être évaluée au moyen d échelles 9 comme l échelle de dyspnée du Medical Research Council modifiée (MMRC) : Stade 0 : dyspnée pour des efforts soutenus (montée 2 étages) ; Stade 1 : dyspnée lors de la marche rapide ou en pente ; Stade 2 : dyspnée à la marche sur terrain plat en suivant quelqu un de son âge ; Stade 3 : Stade 4 : dyspnée obligeant à s'arrêter pour reprendre son souffle après quelques minutes ou une centaine de mètres sur terrain plat ; dyspnée au moindre effort. Les exacerbations en pratique, il est habituel que le diagnostic de BPCO ne soit évoqué pour la 1 ère fois que lors d une exacerbation de la maladie caractérisées par : la majoration d une dyspnée, une majoration du volume de l expectoration et/ou de sa purulence une majoration de la toux 9 L échelle NYHA est très subjective, tant dans la façon de poser les questions que de répondre pour les patients. De fait, elle est peu reproductible dans les pathologies respiratoires, sauf pour les dyspnées les plus sévères. 9/32

10 IV.2. Signes physiques Absents au début ou limités à des râles bronchiques (ronchi). Plus tardivement (et, souvent, bien après l apparition du TVO) seront notés : un allongement du temps expiratoire avec parfois une expiration à lèvres pincées (visant à augmenter la pression dans les voies aériennes pour éviter leur collapsus), une diminution du murmure vésiculaire et une atténuation des bruits du c ur, une distension thoracique avec notamment un thorax en tonneau A un stade avancé, les modifications de la géométrie et de la mécanique thoracique sont responsables d une posture assez caractéristique : malade très distendu adoptant la position dite du tripode : patient assis, un peu penché en avant, prenant appui sur ses mains posées en rotation interne sur ses cuisses ou ses genoux. cette position optimiserait la mécanique ventilatoire en facilitant le travail des muscles respiratoires accessoires et la ventilation à haut volume thoracique (cf cidessus) Figure 3 : on distingue classiquement deux présentations cliniques: une forme dite «blue bloater» (à droite) correspondant à des patients plutôt corpulents, franchement hypoxémiques, cyanosés, présentant fréquemment des signes cliniques d insuffisance cardiaque droite, et une forme «pink puffer» (à gauche) correspondant à des patients maigres, distendus, sans retentissement cardiaque droit. Encore plus tardivement et notamment lors des exacerbations on peut mettre en évidence La mise en jeu des muscles respiratoires accessoires 10/32

11 Inspiratoires (sterno-cléido-mastoïdiens notamment) Expiratoires (expiration abdominale active) Un signe de Hoover témoignant d une distension sévère Une cyanose témoignant de l hypoxie, Et enfin, apparaissent les signes d hypercapnie, d hypertension pulmonaire, de dysfonction cardiaque droite. IV.3. Exploration fonctionnelle respiratoire Elle permet le diagnostic positif, aide au diagnostic différentiel avec un asthme, évalue la sévérité, et participe ainsi aux choix thérapeutiques et à l appréciation du pronostic. Pour une explication détaillée on recommande de se référer au document rédigé par le Collège des Enseignants de Pneumologie pour l ECN (accessible sur ou chez S Editions 2010 : Explorations Fonctionnelles Respiratoires aux ECN) IV.3.1 La spirométrie et la courbe débit-volume identifient le TVO caractérisé par un rapport VEMS/CVF < 0,7 21 L existence d un aspect concave de la phase descendante de la courbe expiratoire traduit une limitation des débits à bas volume pulmonaire ; ceci se traduit en pratique par un débit expiratoire moyen entre 25 et 75 % de la capacité vitale (DEM25-75) 50% des valeurs de référence. IV.3.2 La pléthysmographie (ou à défaut les techniques de dilution à l hélium) Permettent de mesurer le volume pulmonaire non mobilisable ou "statique", en pratique le Volume Résiduel (VR = ce qui reste dans le thorax quand on a fini d expirer) et peuvent identifier Une distension pulmonaire, souvent associée au TVO, définie par une augmentation des volumes statiques totaux et une modification des rapports volumes mobilisables et non mobilisables : CPT > 120% de la valeur prédite et VR/CPT > 30% IV.3.3. Test pharmacodynamiqiues Permettent d évaluer la réversibilité du TVO On parle de réversibilité significative d un TVO quand le VEMS augmente : De plus de 200 ml par rapport à la valeur initiale 21 ATTENTION à la classique source de confusion : bien qu on exprime souvent le résultat du rapport VEMS mesuré/ CVF mesurée en pourcentage (voir exercices) il ne s agit pas un pourcentage par rapport à une quelconque valeur prédite. Par exemple, quand on divise un VEMS mesuré à 1,2 L par une CVF mesurée à 1,9 L on obtient la valeur de 0,63 qu on peut exprimer sous la forme 63%, en pratique ce rapport VEMS/CVF est bien < 0,7 (ou < 70%). 11/32

12 et de plus de 12% par rapport à la valeur initiale ((VEMS post VEMS pré)/vems pré > 0,12) On parle de réversibilité complète d un TVO en cas de normalisation : du rapport VEMS/CVF (> 0,7) et du VEMS (VEMS > 80 % de la valeur prédite) Evaluation de la réversibilité Test pharmacologique "rapide" aux bronchodilatateurs : la réversibilité peut être étudiée lors de la réalisation des EFR en réalisant une 1 ère spirométrie avant l administration de bronchodilatateurs (BD) d action rapide ( 2 agonistes ou anticholinergiques) puis une 2 ème spirométrie minutes après. On aura ainsi la valeur du "VEMS pré BD" et celle du "VEMS post BD" Test pharmacologique "lent" aux corticoïdes : on peut aussi dans certains cas (doute sur le diagnostic d asthme) étudier la réversibilité après une corticothérapie systémique (prednisone = 0,5 mg/k/j) de durée brève (10-15 jours) Même si dans certains cas la réversibilité peut atteint les critères de significativité, en aucun cas le VEMS ne se normalise dans la BPCO, par opposition à l asthme. Figure 4 : ancien fumeur (60 PA), TVO très sévère (Gold IV) sans réversibilité significative. 12/32

13 IV.3.4. Transfert du CO La mesure de la capacité de transfert de l oxyde de carbone (qui reflète la surface d échanges gazeux disponible) permet d évaluer la part d emphysème Elle est réduite (< 80% de la valeur théorique) dans l emphysème IV.3.5. autres tests Chez les malades les plus sévères (VEMS <50% de la théorique ou dyspnée importante), on recommande d effectuer : une mesure des gaz du sang artériel un test d exercice maximal (mesure de la consommation d O 2 maximale à l effort), ou sous maximal (le test de marche de 6 minutes est alors le plus fréquemment utilisé) IV.4. Imagerie et biologie Figure 5 : homme de 68 ans, ancien fumeur (60 PA), TVO très sévère (Gold IV) sans réversibilité significative, diaphragme aplati, augmentation des espaces clairs rétro-sternal et rétro-cardiaque, thorax en tonneau, l hyperclarté des apex. IV.4.1. Radiographie La radiographie thoracique cherche un carcinome bronchique ou une cardiopathie associés mais a peu d intérêt dans le diagnostic de la BPCO ; elle peut montrer (mais avec une sensibilité et une spécificité faibles) : la distension: aplatissement des coupoles diaphragmatiques (de profil) 13/32

14 augmentation des espaces clairs rétro-sternal et rétro-cardiaque (de profil) augmentation du diamètre thoracique antéro-postérieur = thorax en tonneau (de profil) horizontalisation des côtes de (face) l hyperclarté pulmonaire (de face) IV.4.2. Tomodensitométrie La tomodensitométrie thoracique en haute résolution est l examen qui permet d affirmer la présence d un emphysème Elle n a pas lieu d être systématique, mais est utile : en cas de doute diagnostique (à la recherche de bronchectasises notamment) en cas d'indication chirurgicale (ex : tumeur) dans les formes sévères. L emphysème apparaît sur le scanner comme des zones avasculaires qui sont parfois cerclées par une paroi fine, on parle alors de bulles (figure 6) Figure 6 : de gauche à droite, hémichamp pulmonaire gauche au niveau de la carène, chez un sujet normal, chez un patient souffrant d un emphysème diffus, chez un patient souffrant d un emphysème bulleux. IV.4.3. Evaluation cardiaque L ECG doit être systématique lorsque le VEMS est <50% de la valeur prédite (Gold III ou IV) L échographie cardiaque cherche chez les sujets hypoxémiques ou très dyspnéiques : des signes d hypertension pulmonaire ou une insuffisance ventriculaire gauche qui peut aggraver la condition respiratoire. IV.4.4. La NFS recherche : 14/32

15 une polyglobulie réactionnelle à l hypoxémie une anémie (co-morbidité fréquente et de mauvais pronostic) susceptible d aggraver la dyspnée. IV.4.5. Le dosage d alpha1 anti-trypsine est indiqué lorsqu un emphysème est mis en évidence, BPCO précoces (< 45 ans) ou ayant des antécédents familiaux d emphysème, ou n ayant pas ou peu fumé. IV.4.6. Bilan des co-morbidités Les principales comorbidités à chercher en raison de facteurs de risque commun et/ou des conséquences systémiques de la maladie, sont : les maladies cardiovasculaires (recherche d une cardiopathie ischémique au moindre doute) le cancer bronchique (scanner thoracique, fibroscopie bronchique parfois) la dysfonction musculaire, l ostéoporose, la dénutrition, l anémie, l anxiété et la dépression IV.5. Diagnostics différentiels principaux Ce sont les autres causes possibles d obstruction bronchique non ou peu réversibles :: l asthme avec obstruction bronchique fixée «à dyspnée continue» (clinique, niveau de réversibilité, TDM, biologie-tests allergologiques) les dilatations des bronches (hypersécrétion, TDM) les bronchiolites (EFR, TDM) certaines formes d insuffisance cardiaque gauche (BNP, ECG, échocardiographie) V. TRAITEMENT Les objectifs du traitement de la BPCO sont les suivants : Améliorer la fonction respiratoire et réduire la vitesse de son déclin Prévenir les complications (exacerbations, handicap, insuffisance respiratoire ) 15/32

16 Réduire les symptômes (dyspnée) Augmenter la capacité d exercice Améliorer la qualité de vie Réduire la mortalité Compte tenu de l absence de traitement modifiant notablement le déclin du VEMS (hormis l arrêt du tabac) ou la mortalité (sauf l arrêt du tabac et, dans les cas les plus sévères, l oxygénothérapie), le principal objectif du traitement des BPCO est l amélioration de la qualité de vie par l amélioration de la dyspnée, l amélioration des capacités d exercice et la réduction des exacerbations. Les indications thérapeutiques selon le stade sont résumées dans le tableau 3. V.1. Sevrage tabagique Il fait l objet d une question spécifique (item 45). Ses grands principes peuvent être résumés comme suit : L arrêt du tabagisme, principale mesure susceptible d interrompre la progression de l obstruction bronchique et de retarder l apparition de l insuffisance respiratoire, est un objectif prioritaire, quel que soit le stade de la maladie. Le conseil minimal doit être proposé à tout fumeur et renouvelé régulièrement. L évaluation doit porter sur la dépendance physique (test de Fagerström), la motivation, l état psychologique (anxiété, dépression). Les 3 traitements recommandés d'aide au sevrage tabagique (isolés ou associés) sont : les substituts nicotiniques le bupropion la varénicline. Il est recommandé de prescrire les substituts nicotiniques en 1 ère intention, la varénicline en 2 ème intention et le bupropion en 3 ème intention, compte tenu des rapports bénéfice/risque spécifiques de chacun de ces médicaments. Les thérapies cognitivo-comportementales peuvent également être proposées. Chez les sujets qui ne peuvent s arrêter complètement de fumer, la réduction du tabagisme partiellement compensée par substitution nicotinique peut être envisagée (niveau de preuve faible) dans un objectif final de cessation définitive du tabagisme. 16/32

17 V.2. Bronchodilatateurs Trois familles de bronchodilatateurs peuvent être utilisées : les anticholinergiques, les bêta 2 agonistes et les méthylxanthines (théophyllines). Anticholinergiques (ipratropium) et bêta 2 agonistes (salbutamol sont disponibles par voie inhalée, voie d administration privilégiée du fait de son rapport efficacité/tolérance élevé 22 L utilisation de cette voie d administration implique un apprentissage du malade pour utiliser correctement les dispositifs d inhalation et la vérification régulière que la technique d inhalation reste satisfaisante 23. Anticholinergiques et bêta 2 agonistes ont une efficacité globalement équivalente dans la BPCO 24. Anticholinergiques et bêta2 agonistes ont un effet bronchodilatateur additif 25. Les formes à longue durée d action sont disponibles pour les bêta 2 agonistes (salmétérol ou formotérol en 2 prises par jour) et pour les anticholinergiques (tiotropium, une prise par jour), elles permettent un traitement moins contraignant. Les anticholinergiques comme les bêta 2 adrénergiques de longue durée d action ont fait la preuve de leur efficacité symptomatique même en l absence de réversibilité significative du TVO sur les EFR. Cette amélioration porte sur : la dyspnée, la capacité d exercice le nombre d exacerbations, la qualité de vie. En pratique, les traitements à courte durée d action sont à prendre à la demande, dès lors que le patient ressent une dyspnée. un bêta 2 agoniste (Ventoline ) ou une combinaison bêta 2 agoniste & anticholinergique de courte durée d action (Bronchodual ) Rapport efficacité / tolérance favorable lié à l obtention de fortes concentrations locales de principe actif au prix d un passage systémique limité Le choix entre les dispositifs d inhalation tient compte des dispositifs d inhalation disponibles et des capacités de chaque sujet à les utiliser, en sachant que l efficacité des formes poudres et des formes en aérosols doseurs est identique si la prise est satisfaisante. Au contraire de ce qui est observé dans l asthme où l effet bronchodilatateur des bêta 2 agonistes est nettement supérieur à celui des anticholinergiques. Mais individuellement, un malade amélioré par l un des agents ne le sera pas forcément par l autre Leur association permet d augmenter l efficacité du traitement sans en majorer les effets adverses. 17/32

18 Lorsque la dyspnée est continue, plusieurs choix sont possibles : anticholinergique de longue durée d action : tiotropium (Spiriva ), bêta 2 agoniste de longue durée d action : formotérol (Foradil ), salméterol (Serevent ) ou association des deux en cas de persistance de la dyspnée avec une monothérapie. Bêta 2 agonistes et anticholinergiques peuvent être associés avant de recourir, en cas d efficacité restant insuffisante, aux théophyllines. Le maniement des théophyllines doit être prudent en raison de leur marge thérapeutique étroite, de leurs multiples interactions médicamenteuses et de leurs nombreux effets secondaires potentiels digestifs, cardio-vasculaires ou neurologiques. V.3. Corticostéroïdes La corticothérapie orale au long cours n est jamais indiquée dans la BPCO en raison de son inefficacité et de ses effets adverses. Il n y a pas non plus de place pour la corticothérapie inhalée utilisé seule dans la BPCO (à la différence de l asthme). En revanche, chez les malades atteints d une BPCO sévère à très sévère (VEMS<50% de la théorique), la corticothérapie inhalée associée aux bêta 2 agonistes de longue durée d action, sous forme d associations fixes : salmétérol + fluticasone (Sérétide ) ou budésonide + formotérol (Symbicort ) permet une réduction des symptômes et du nombre d exacerbations, et améliore la qualité de vie. Ces associations ne sont actuellement recommandées que chez les malades qui : ont un VEMS<50% de la normale 26 souffrent d exacerbations fréquentes (au moins 2 par an), et présentent des symptômes (dyspnée) persistants malgré l administration de bronchodilatateurs de longue durée d action. V.4. Vaccins La vaccination grippale annuelle est recommandée chez les patients présentant une BPCO. Il est aussi recommandé de proposer une vaccination par le vaccin polyosidique pneumococcique aux patients ayant une BPCO, à répéter tous les 5 ans. 26 VEMS< 60% pour l association salmétérol + fluticasone 18/32

19 V.5. Mucomodificateurs Leur effet bénéfique n est pas démontré, que ce soit en état stable ou lors des exacerbations. V.6. Antileucotriènes Ils n ont aucune indication dans la BPCO V.8. Précautions en rapport avec les traitements associés Les antitussifs sont contre-indiqués dans la BPCO. En cas d indication cardio-vasculaire, les bloquants cardiosélectifs peuvent être utilisés. S ils sont indiqués par l état clinique du patient (anxiété, troubles du sommeil, douleur), les médicaments susceptibles de provoquer une dépression respiratoire (benzodiazépines, neuroleptiques sédatifs, opiacés notamment) peuvent être utilisés mais avec prudence en cas d insuffisance respiratoire chronique VI. Réhabilitation respiratoire Le terme «réhabilitation respiratoire» désigne une approche globale, multidisciplinaire, de la BPCO. Elle comprend : l optimisation du traitement pharmacologique, l aide à l arrêt du tabac, le réentraînement à l exercice, la kinésithérapie respiratoire de drainage bronchique la prise en charge psychosociale l éducation 27 et la prise en charge nutritionnelle. Cette approche peut être proposée à des malades externes 28 ou pris en charge pour quelques semaines (4 à 8 habituellement) dans des centres spécialisés. Son efficacité à long terme (jusqu à 2 ans) a été démontrée sur la dyspnée, la capacité d exercice, la qualité de vie et la consommation de soins Composantes de l éducation : activité physique régulière, nutrition suffisante et équilibrée, prise des traitements, maniement des dispositifs d inhalation, reconnaissance et prise en charge des exacerbations. Réhabilitation en ambulatoire : en centre, en cabinet ou à domicile. Des réseaux de santé peuvent être utiles pour coordonner la prise en charge ambulatoire. Les associations de patients peuvent favoriser l activité physique. 19/32

20 Elle est recommandée quel que soit le stade de la maladie à partir du moment où il existe un handicap malgré le traitement pharmacologique. Par ailleurs, chez tout malade, il est extrêmement important de conseiller d entretenir une activité physique régulière. Stades VEMS/CVF < 70% Stade I léger Stade II modéré VEMS 50-80% Stade III sévère VEMS 30-50% Stade IV très sévère VEMS<30% OU VEMS<50% ET insuffisance respiratoire ou cardiaque droite Traitement Réduction des facteurs de risque (arrêt du tabac) Vaccination antigrippale Bronchodilatateur de courte durée d action (à la demande) Réhabilitation respiratoire Bronchodilatateur(s) de longue durée d action en traitement de fond : anticholinergique et/ou 2 agoniste Glucocorticostéroïdes inhalés en association avec un 2 agoniste si exacerbations répétées Oxygénothérapie de longue durée si insuffisance respiratoire chronique Tableau 3: schéma général du traitement de la BPCO V.10. Support instrumental (oxygénothérapie et ventilation assistée) au long cours V L oxygénothérapie au long cours 29 Elle est indiquée dans les situations où elle a fait la preuve de son efficacité sur la survie, efficacité qui est conditionnée à une administration durant 15 h par jour au moins, incluant la nuit. Ces situations sont : une PaO 2 < 55 mmhg mesurée en air ambiant, à distance d'une exacerbation, OU si PaO 2 60 mmhg avec présence : d une polyglobulie ou de signes d hypertension pulmonaire ou de signes d insuffisance ventriculaire droite ou 20/32

21 Les gaz du sang conduisant à porter l indication doivent avoir été répétés au moins 2 fois à au moins 3 semaines d intervalle, à distance d une exacerbation V La ventilation assistée au long cours Elle peut être proposée dans deux circonstances : à l issue d une décompensation aiguë avec impossibilité de sevrage de la ventilation mécanique ; à l état stable chez les insuffisants respiratoires chroniques sévèrement hypercapniques présentant des exacerbations fréquentes. Elle est le plus souvent non invasive administrée par masque nasal, beaucoup plus rarement par trachéotomie. V.11. Chirurgie V Chirurgie de réduction de volume pulmonaire Elle consiste à réséquer les zones pulmonaires les plus emphysémateuses (1/3 du volume pulmonaire en moyenne) selon des modalités variables. Son but est de diminuer la distension et ainsi d améliorer les conditions mécaniques de fonctionnement des muscles respiratoires (diaphragme en particulier) et d améliorer les rapports ventilation-perfusion. Elle a un objectif symptomatique (réduire l intensité de la dyspnée, améliorer capacités d exercice et la qualité de vie) en l absence de démonstration actuelle d un effet bénéfique sur la survie. V Chirurgie des bulles Concerne les bulles d emphysème «géantes» (plus d un tiers de l hémithorax) ou compliquées (pneumothorax, hémorragie, infection, douleurs) ou compressives (compression de parenchyme pulmonaire sain, du diaphragme, de vaisseaux pulmonaires ou de structures médiastinales). 29 L administration de l oxygène se fait généralement par voie nasale, au moyen de canules courtes montées sur un tuyau souple supporté par les oreilles. L'oxygène peut être administré à partir d un concentrateur ou de cuves d oxygène liquide ; plus rarement, des bouteilles d oxygène gazeux sont utilisées. Des bouteilles d oxygène gazeux de secours doivent toujours être laissées au domicile du malade. 21/32

22 V Transplantation Les indications de la transplantation se limitent aux malades jeunes (<65 ans) et présentant par la sévérité de leur atteinte des contre-indications absolues ou relatives à la réduction de volume : hypercapnie importante, hypertension pulmonaire, trop grande dégradation morphologique et fonctionnelle,... VI. EXACERBATIONS DE BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE VI.1. Définitions L exacerbation aiguë des symptômes respiratoires et l altération concomitante de la fonction respiratoire est l'accident évolutif le plus fréquent de la BPCO. Les exacerbations sont légères, modérées ou sévère selon qu elles s accompagnent ou non de signes de gravité (cf infra) et qu elles mettent donc en jeu ou non le pronostic vital. Les exacerbations sévères sont aussi appelées "décompensations". elles correspondent à la rupture de l équilibre entre charge respiratoire (accrue) et capacité de compensation (compromise) des mesures d'assistance respiratoire (oxygénothérapie / ventilation assistée) seront le plus souvent nécessaires VI.2. Diagnostic Chez un patient dont le diagnostic de BPCO est connu le diagnostic d exacerbation est simple et repose sur la majoration de la dyspnée majoration de la toux et de l expectoration Chez un patient dont le diagnostic de BPCO n est pas connu le diagnostic peut être plus complexe car l exacerbation, souvent inaugurale, peut être sévère la stratégie diagnostique s intègre alors dans l approche plus globale du diagnostic d une détresse respiratoire aiguë. VI.3. Signes de gravité immédiate Ils ne sont pas spécifiques à la BPCO. Il s agit des signes de détresse respiratoire aiguë (voir chapitre II. - item 193). Leur présence doit conduire à adresser le malade à l hôpital (tableau 3). 22/32

23 Tableau 4 : critères d hospitalisation des exacerbations de BPCO Signes de gravité immédiate (cf item 193) Absence de réponse au traitement médical initial Incertitude diagnostique Sujet âgé Absence de soutien à domicile Oxygénothérapie au long cours Comorbidités : cardiopathie gauche, alcoolisme, atteinte neurologique VI.4. Facteurs d exacerbation Il s agit en réalité de poser le diagnostic de la pathologie qui a conduit au tableau d exacerbation de BPCO. Elles sont en nombre limité ce qui en simplifie la recherche. Les trois principales pathologies à considérer sont infection respiratoire basse : bronchite ou pneumonie ; dysfonction cardiaque gauche ; embolie pulmonaire. Viennent ensuite : pneumothorax ; prise de traitements à visée sédative (benzodiazépines) ou d opiacés ; chirurgie abdominale susmésocolique ; traumatisme thoracique ou tassement vertébral ou chirurgie thoracique. Lorsque aucune cause n est identifiée, la question posée est celle de la probabilité d une infection respiratoire basse d origine bactérienne, par opposition à une cause virale. Cette question est importante si l on veut rationaliser la prescription d antibiotiques et limiter ainsi l apparition de résistances microbiennes. Le principal argument en faveur d une infection bactérienne est la purulence récente ou majorée de l expectoration. Les germes les plus souvent en cause en cas d origine bactérienne sont Hemophilus influenzae, Streptococcus pneumoniae et Moraxella catarrhalis. D autres bactéries comme Staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa ou des entérobactéries peuvent être en cause, essentiellement chez les malades ayant une obstruction bronchique sévère (VEMS < 35% de la valeur théorique). VI.5. Explorations Dans la grande majorité des exacerbations sans signe de gravité prises en charge en ville, aucune exploration paraclinique n est justifiée. 23/32

24 Chez le patient hospitalisé les examens complémentaires ont pour but d apprécier la gravité de l exacerbation (gaz du sang à la recherche d une hypercapnie) d identifier les pathologies à l origine de l exacerbation (voir chapitre VI.1 - item 193) - bilan biologique «de base» 10 : - la C-réactive protéine, le Brain Natriuretic Peptide en cas de doute sur un facteur cardiaque, la Pro-Calcitonine pour éliminer une origine bactérienne. VI.6. Traitement L identification et le traitement précoce des exacerbations réduit leur mortalité. Le traitement des exacerbations de BPCO est codifié (figure 7). Figure 7 : prise en charge des exacerbations de BPCO en ambulatoire VI.6.1 Bronchodilatateurs En s assurant de la bonne technique d utilisation des dispositifs d inhalation pour les malades pris en charge à domicile Les doses de bronchodilatateurs peuvent être aussi élevées que lors des exacerbations d asthme (voir item 226). 10 hémostase et les plaquettes (avant héparinothérapie préventive), ionogramme (du fait des effets hypokaliémiants des bêta 2 agonistes et des corticostéroïdes et des effets hyponatrémiants des diurétiques éventuels), fonction rénale (insuffisance rénale fonctionnelle satellite de l insuffisance cardiaque droite ou liée à l utilisation de diurétiques), bilan hépatique (signes de foie cardiaque), numération (polyglobulie) et formule sanguine (hyperleucocytose), 24/32

25 Les bêta 2 agonistes à courte durée d action seront administrés en 1 ère intention, seuls ou associés aux anticholinergiques. A l hôpital, la nébulisation est le mode d administration le plus fréquent. Purulence franche de l expectoration + dyspnée et/ou augmentation du volume de l expectoration OUI NON Facteurs de risques VEMS< 35% en état stable Hypoxémie de repos (<60 mmhg) Corticothérapie systémiqueau long cours Comorbidité(s) Antécédent de pneumonie surveillance, pas d ATB OUI amox ac clavulanique FQAP (lévofloxacine, moxifloxacine) C3G (cefpodoxime proxétil, céfotiam hexétil) C2G (céfuroxime axétil) NON pristinamycine amoxicilline doxicycline macrolide télithromycine aggravation ou apparition d une purulence franche de l expectoration échec* ECBC (recherche de pseudomonas) Radio de thorax C2G = céphalosporine de 2ème génération ; C3G = céphalosporine de 3ème génération * persistance ou aggravation d une purulence franche de l expectoration associée ou non à de la fièvre après 4 jours de traitement L utilisation de la télithromycine a été restreinte en 2007 au seul traitement des exacerbations documentées ou suspectées à bactéries résistantes aux bêta-lactamines et/ou aux macrolides Figure 8 : indications et choix de l antibiothérapie des exacerbations VI.6.2 Antibiotiques (figure 8) La décision d antibiothérapie dépend du caractère purulent de l expectoration Le choix de l antibiothérapie dépend des facteurs de risques présents Le traitement, réévalué au plus tard à J3, a une durée d environ 7 jours. 25/32

26 VI.6.3 Corticothérapie systémique Elle ne fait pas l objet d un consensus A domicile elle n est pas indiquée dans le cas général, y compris en présence de râles sibilants à l'auscultation elle ne se justifie en 1 ère intention que s'il existe une forte suspicion de composante asthmatique elle sera envisagée en 2 ème intention en l absence d amélioration après 48 heures de traitement. Chez les malades hospitalisés elle accélère légèrement la récupération du VEMS, et pourrait raccourcir la durée d'hospitalisation de 24 heures environ elle doit être conduite à dose 0,5 mg/kg/j, (au maximum 40 mg/j) et sur une durée courte (une semaine). VI.6.4 Oxygénothérapie Chez les malades hospitalisés du fait de signes de gravité, une oxygénothérapie nasale à débit faible (1-2 l/min) est indiquée, adaptée de façon à obtenir une saturation pulsée en oxygène de 88-92% en surveillant la gazométrie de façon à détecter l apparition d une hypercapnie. Chez ces malades, la prévention de la maladie thrombo-embolique par héparine de bas poids moléculaire est indiquée. VI.6.5 Ventilation non invasive (VNI) En cas de décompensation avec acidose respiratoire (ph < 7,35) Par l intermédiaire d un masque facial La ventilation non invasive réduit le recours à la ventilation endotrachéale la durée de séjour en réanimation, le risque d infection nosocomiale la mortalité. Ventilation endo-trachéale en présence de contrindication à la VNI Arrêt respiratoire Nécessité d intubation immédiate (coma, choc) Troubles de déglutition, hypersécrétion Agitation, absence de coopération pour l utilisation d un masque de VNI 26/32

27 VI.8. Suivi Toute exacerbation est un motif de renforcement du suivi clinique (symptômes, handicap) et fonctionnel respiratoire (spirométrie). Une éducation doit être apportée sur la reconnaissance et la prise en charge des exacerbations ultérieures. Tableau 5 : traitement des exacerbations de BPCO Oxygène (SpO 2 >90%) Ambulatoire Hospitalisation - «Lunettes» ou masques à mélangeurs Surveillance saturation et gaz du sang Bronchodilatateurs Aérosol-doseur 2 mimétiques (ex Ventoline 2 bouffées 4 à 12 fois /j) OU anticholinergiques (ex Atrovent 2 bouffées 4 à 12 fois /j) Aérosol-doseur ou nébulisation 2 mimétiques systématiques (ex Bricanyl 5mg 4 à 8 fois/j) ± anticholinergiques (ex Atrovent 0,5 mg 3-4 fois/j) Kinésithérapie Désencombrement Désencombrement Antibiothérapie Ne doit pas être systématique ; uniquement si apparition ou augmentation de la purulence des crachats ou documentation microbiologique Traitement d une cause identifiée de décompensation Héparinothérapie préventive (HBPM) Théophylline Mucomodificateurs Analeptiques respiratoires Antitussifs Neurosédatifs Non Pas d indication Contre-indiqués - Corticothérapie Pas de bénéfice prouvé dose faible, durée courte (0,5 mg/kg prednisolone, 7j) Assistance Ventilation «non invasive» ventilatoire - si acidose respiratoire (ph < 7,35) - mécanique -aumasqueen1 ère intention sauf contreindication Selon la cause : traitement cardiotrope, anticoagulants, drainage pleural Oui Pas d indication Contre-indiqués 27/32

28 Pour en savoir plus : Physiopathologie de la BPCO III.1. Les composantes du trouble ventilatoire obstructif dans la BPCO (figure 9 et 10) Le TVO a une double composante : Maladies des petites voies aériennes 11 associant inflammation le remodelage bronchique responsable d une obstruction bronchique intrinsèque (figure 2) Maladie du parenchyme pulmonaire (emphysème) responsable d une diminution du calibre bronchique (figure 3) Figure 9 : mécanismes de l obstruction bronchique dans la BPCO 11 Le remodelage bronchique est caractérisé par une hyperplasie glandulaire (au niveau des bronches centrales), un dépôt de collagène sous épithélial (au niveau bronchiolaire), une métaplasie malpighienne et glandulaire, une augmentation de la masse du muscle lisse, une fibrose péri-bronchiolaire. Le remodelage parenchymateux est caractérisé par l emphysème (lié à un déséquilibre de la balance protéases antiprotéases et de un déséquilibre de la balance oxydants antioxydants) et des dépôts de collagène dans les parois alvéolaires. Les infections sont favorisées par l altération de la clairance muco-ciliaire, les modifications biochimiques du mucus, des anomalies immunitaires locales. Les infections bactériennes sont sources d exacerbations et pourraient accélérer le déclin fonctionnel respiratoire par la recrudescence des phénomènes inflammatoires induits. 28/32

29 III.2. Les principaux mécanismes de la dyspnée dans la BPCO (figure 4 et 5) Le principal symptôme de la BPCO est la dyspnée. Elle est d origine multifactorielle : obstruction bronchique limitant les débits aériens 12 nécessité de raccourcir les temps inspiratoire pour pouvoir allonger le temps expiratoire (diminution du rapport I/E) distension statique 13 (figure 10) et dynamique 14 dysfonctionnement des muscles locomoteurs (en raison de la baisse d activité liée à la dyspnée) hypoxémie définissant l insuffisance respiratoire chronique déconditionnement cardio-vasculaire et musculaire ; anxiété, dépression Figure 10 : Obstruction bronchique et emphysème. Schéma d une lumière bronchique (en coupe) dans un thorax vu de profil. A gauche à l état normal ; à droite chez le patient qui souffre d emphysème. A l état normal la lumière des bronches est ouverte car les bronches traversent le du tissu élastique pulmonaire qui exerce une traction sur leurs parois mais aussi sur la paroi thoracique ( forces de rétraction élastique). En cas de raréfaction du tissu pulmonaire (emphysème), ces forces de rétraction élastiques diminuent. La lumière des bronches diminue (trouble ventilatoire obstructif) et le thorax se distend (thorax en tonneau). 12 augmente la charge mécanique imposée aux muscles respiratoires 13 l aplatissement du diaphragme qui en résulte a un effet délétère sur sa fonction 14 pour pouvoir augmenter le calibre bronchique le patient ventile à de plus hauts niveaux de volumes, pour «retendre l élastique» (cf. figure 3). 29/32

30 Figure 11 : principaux mécanismes respiratoires de la dyspnée dans la BPCO Figure 12 : principaux mécanismes extra-respiratoires de la dyspnée dans la BPCO III.3. Altération des échanges gazeux dans la BPCO Elles sont liées avant tout aux inégalités des rapports ventilation-perfusion 15 : effet shunt, lié à la mauvaise ventilation de territoires recevant une part importante du débit sanguin (principale cause de l hypoxémie) effet espace mort, lié à la faible perfusion de zones bien ventilées (source d hypercapnie). 15 A un moindre degré les altérations des échanges gazeux sont liées à l altération de la zone d échange liée à la destruction alvéolaire par l emphysème, l hypoventilation alvéolaire, l augmentation du shunt anatomique secondaire à l hypertension pulmonaire. 30/32

31 Figure 13 : A) rapport ventilation/perfusion (V/Q) normal ; B) l unité alvéolocapillaire de gauche a un V/Q normal : le contenu artériel en oxygène (CaO 2 ) issu de ce territoire est normal. L unité alvéolocapillaire de droite est une zone à bas rapport V/Q car la ventilation est diminuée en raison d une limitation de débit dans les voies aériennes : le CaO 2 issu de ce territoire est abaissé. Le mélange du sang des deux territoires conduit à une diminution globale du CaO 2 et donc à une hypoxémie. Dans cette situation l augmentation de la fraction inspirée d O 2 (FiO 2 ) corrige l hypoxémie car l oxygène parvient quand même aux espaces alvéolaires et peut normaliser la P A O 2 L hypoxémie induit : une hypertension pulmonaire par vasoconstriction hypoxique des artères pulmonaires : ce phénomène ne survient d abord que lors de l exercice, puis au cours du sommeil, puis en permanence. la production de facteurs de croissance par l endothélium vasculaire qui peuvent induire des lésions fibreuses artériolaires et fixer l hypertension pulmonaire. III.4. Retentissement cardiaque droit et rétention hydro-sodée La post-charge ventriculaire droite augmente en raison de l hypertension pulmonaire et à un moindre degré en raison des grandes variations de pression intra-thoracique liées à l augmentation de la 31/32

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Dr SELMANI La Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) constitue un problème de santé publique majeur par le nombre de personnes touchées, le handicap

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive 5éme Journées Aurassiennes de Pneumo-phtisiologie Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009 Définition de la BPCO Maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente

Plus en détail

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Dr Brès 09 octobre 2013 jacques.bres@chi-eureseine.fr 1 Plan Définitions, épidémiologie Causes Obstruction bronchique Clinique Examens complémentaires

Plus en détail

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Définitions IRC-IRA Capacité de gérontologie Cours du 6 fevrier 2007 E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique(irc): incapacité du système respiratoire à assurer l oxygénation

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière. Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail

Explorations Fonctionnelles Respiratoires

Explorations Fonctionnelles Respiratoires Explorations Fonctionnelles Respiratoires Introduction : Regroupent l ensemble des mesures des volumes et débits respiratoires. Constituent un complément indispensable en pneumologie, avec la radio et

Plus en détail

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la Emphysèmes Excès d air Emphysème et dyspnée. Définition: État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la bronchiole terminale, accompagnée d une destruction des cloisons

Plus en détail

item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive

item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive item 205 Bronchopneumopathie Chronique Obstructive Figure 1 Orientation devant une symptomatologie de bronchite chronique Figure 2 : le rapport VEMS/CVF post-bd est mesuré à 50% (< 70%) en pré-bd et est

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique et insuffisance respiratoire aiguë E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Capacité de gérontologie Cours du 2 février 2011 Définitions : IRC Insuffisance respiratoire chronique(irc):

Plus en détail

Bronchopneumopathies Chroniques Obstructives BPCO االلتهاب القصبي االنسداد ي المزمن

Bronchopneumopathies Chroniques Obstructives BPCO االلتهاب القصبي االنسداد ي المزمن Bronchopneumopathies Chroniques Obstructives BPCO االلتهاب القصبي االنسداد ي المزمن M. El Biaze Unité de sommeil CHU Hassan 2 Fès www.facebook.com/elbiazem INTRODCUTION DEFINITION Selon le GOLD (Global

Plus en détail

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Société Française de Médecine du travail La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Ce qu est la BPCO Une maladie chronique inflammatoire des bronches due au tabac mais aussi à certaines expositions

Plus en détail

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON Mlle D. est essoufflée Pierre-Antoine ODDON ses études. Elle vient vous consulter car, depuis son arrivée, elle se sent parfois essoufflée et elle voudrait bien que vous calmiez cette maudite toux qui

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

H.PEGLIASCO Le 23/11/2010

H.PEGLIASCO Le 23/11/2010 H.PEGLIASCO Le 23/11/2010 1 La BPCO : définition (GOLD 2006) Entité unique, peut être prévenue et traitée. Limitation chronique des débits aériens. Pour affirmer le diagnostic, les mesures de fonction

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE

Plus en détail

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite

Actualités dans la prise en charge de la BPCO. Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Actualités dans la prise en charge de la BPCO Dr Vincent BOISSERIE LACROIX Centre de pneumologie de Bordeaux rive droite Rappels épidémiologiques 5 10% de la population adulte 3,5 milliards d euros/an

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention www.ffaair.org www.chepe.fr 148, bld Yves Farge - 69190 Saint-Fons Tél.: (33) 4 78 70 92 86 - Fax: (33) 4 78 70 92 35 e-mail : chepe@chepe.fr 2013 - CHEPE / Carole production

Plus en détail

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT 3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT DIFFÉRENTES CLASSES THÉRAPEUTIQUES ET LEURS RÔLES RESPECTIFS Component 4 : Asthma Management and Prevention Program DÉFINITION

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

Référentiel ECN du collège des enseignants de pneumologie

Référentiel ECN du collège des enseignants de pneumologie http://www.splf.org/s/spip.php?article1445 Référentiel ECN du collège des enseignants de pneumologie Mr X, 55 ans Tabagisme à 40 paquet-années, encore actif, et HTA Symptomatologie de bronchite chronique

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

La BPCO. L éducation thérapeutique du patient

La BPCO. L éducation thérapeutique du patient La BPCO L éducation thérapeutique du patient Expérience du service des Maladies Respiratoires CHU de Nancy Brabois Mmes Annick Louis et Evelyne Arias 1 Mise en place et organisation de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Quelle place pour les bronchodilatateurs de longue action dans le traitement de la BPCO?

Quelle place pour les bronchodilatateurs de longue action dans le traitement de la BPCO? Quelle place pour les bronchodilatateurs de longue action dans le traitement de la BPCO? Mise à jour mai 2009 Trois bronchodilatateurs inhalés de longue durée d'action (LA) sont disponibles en France dans

Plus en détail

BPCO. EPU du 15/09/2004

BPCO. EPU du 15/09/2004 La BPCO EPU du 15/09/2004 Définition La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) se définit comme une maladie chronique qui est lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

N 73 ADDICTION AU TABAC

N 73 ADDICTION AU TABAC N 73 ADDICTION AU TABAC 1. Combien y a-t-il de fumeurs en France? (QRU) a. 20 millions de personnes b. 15 millions de personnes c. 10 millions de personnes d. 5 millions de personnes e. 7 millions de personnes

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME L asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes, caractérisée par une obstruction bronchique variable dans le temps. Sous-diagnostiqué et insuffisamment pris en charge dans la population

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 22 juin 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 22 juin 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 9 avril 2000 (JO du 9 avril 2000) BUVENTOL EASYHALER 100

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D.

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D. TRAITEMENT DE LA MPOC Présenté par : Gilles Côté, M.D. Département clinique de médecine générale Avril 2001 TRAITEMENT DE LA MPOC I- INTERPRÉTATION DES TESTS DE FONCTION RESPIRATOIRE II- PRISE EN CHARGE

Plus en détail

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux

ASTHME du SUJET AGE. Capacité de Gérontologie - Année 2011/2012 - Pr Vincent Jounieaux ASTHME du SUJET AGE GENERALITES Deux tableaux : asthme ancien vieilli, asthme d apparition d tardive (souvent sous- diagnostiqué). EPIDEMIOLOGIE 1/ Prévalence : Plusieurs études épidémiologiques américaines

Plus en détail

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?...

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?... 4 N Le magazine de votre souffle Comment les poumons partent-ils (2,3) en fumée?... p3 bpco Prise en charge de quoi s agit-il exactement? (2)...... p 4 BPCO et poids : une relation étroite (4,5,6,7)...

Plus en détail

Bronchopneumopathie chronique obstructive

Bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre BO GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de

Plus en détail

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population.

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population. Université de Batna Faculté de médecine de Batna Cours de 4 ème Année Module de Pneumologie www.aurespneumo.com Dr Djenfi - 2012 I. Définition : L asthme est un désordre inflammatoire chronique des voies

Plus en détail

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes

Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Le traitement de fond de la maladie asthmatique chez l adulte Formation médicale continue des médecins généralistes Dr Hakima OUKSEL Département de Pneumologie 1 Le traitement de fond de l asthme 1. Est

Plus en détail

Détresse respiratoire aiguë

Détresse respiratoire aiguë Détresse respiratoire aiguë 1 I. PHYSIOPATHOLOGIE DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUË II. DIAGNOSTIC, BILAN ET RECHERCHE D UNE ÉTIOLOGIE III. CONDUITE À TENIR INITIALE DEVANT UNE INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention Fédération Française des Associations et Amicales de malades, Insuffisants ou handicapés Respiratoires. www.ffaair.org 66 Boulevard Saint-Michel - 75006 PARIS Tél. :

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Interprétation des EFR

Interprétation des EFR Enseignement National DES de Médecine Physique et de Réadaptation DIU de Rééducation Réadaptation dans les pathologies cardio-vasculaires et respiratoires Interprétation des EFR Gaëtan Deslée Service de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 décembre 2010 ONBREZ BREEZHALER 150 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 10 gélules avec inhalateur (CIP : 399 821-7) Boîte de 30 gélules avec inhalateur

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive

Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS. Bronchopneumopathie chronique obstructive Guide du parcours de soins Titre GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 Guide téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014

Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014 Rachel Parmentier Hes-soins infirmiers Sion, décembre 2014 Objectifs A la fin de l atelier les étudiants infirmiers pourront: se rendre compte des différents impacts que l adhésion à l oxygène entraine

Plus en détail

Séminaire BPCO. Les médicaments du traitement de fond. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé

Séminaire BPCO. Les médicaments du traitement de fond. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé Séminaire BPCO Les médicaments du traitement de fond Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé 1 Mes liens d intérêt Spécialiste en médecine générale, je déclare n avoir aucun lien,

Plus en détail

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts

VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts VOYAGE AERIEN ET MALADIES RESPIRATOIRES (maladies infectieuses exclues) Dr Jésus GONZALEZ Pneumologue Coordonnateur de la conférence d experts mètres (feet) 16 150 53 000 Altitude Le 1er problème c est

Plus en détail

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Définition La définition scientifique de la BPCO est la suivante : «maladie chronique et lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

Asthme du NRS. Priam 05 mars 2003. Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat

Asthme du NRS. Priam 05 mars 2003. Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat Asthme du NRS Priam 05 mars 2003 Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat Définition de l asthme : clinique Crises de dyspnée Sibilances Obstruction bronchique Réversibilité bétamimétique MAIS aussi *

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

ANTONELLO Marc Publications

ANTONELLO Marc Publications ANTONELLO Marc Publications ARTICLES Antonello M, Plages B. Le kinésithérapeute en service de réanimation polyvalente. Kinésither Sci. 1989 ;284 :15-21. Antonello M. La réalité de la réa. Kiné-Actualité,

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Item 204 INSUFFISANCE RESPIRATOIRE CHRONIQUE

Item 204 INSUFFISANCE RESPIRATOIRE CHRONIQUE Item 204 INSUFFISANCE RESPIRATOIRE CHRONIQUE Objectifs d enseignement tels que définis dans le programme de l ECN Diagnostiquer une insuffisance respiratoire chronique Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

Education à la santé et prévention

Education à la santé et prévention Education à la santé et prévention Le Groupe LOURMEL soutient la FFAAIR Depuis sa création en 1953, notre groupe assure la protection sociale du secteur des industries graphiques. En complément de nos

Plus en détail

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 L ALLERGIE Conférence d experts Asthme-Allergie Quand et comment faire une enquête allergologique?

Plus en détail

DOSSIER Le pneumothorax : symptômes, diagnostic, évolution, tolérance, formes cliniques et traitement

DOSSIER Le pneumothorax : symptômes, diagnostic, évolution, tolérance, formes cliniques et traitement Juin 2007 ; N 5 ACTUALITE DE RESPIR.COM Activités et chiffres clés DOSSIER Le pneumothorax : symptômes, diagnostic, évolution, tolérance, formes cliniques et traitement FICHE INFORMATIVE Le pneumothorax

Plus en détail

LA BPCO. Définition, physiopathologie, épidémiologie, facteurs de risque, diagnostic

LA BPCO. Définition, physiopathologie, épidémiologie, facteurs de risque, diagnostic LA BPCO Définition, physiopathologie, épidémiologie, facteurs de risque, diagnostic BPCO : définition Maladie «soignable» et que l on peut prévenir Limitation des débits bronchiques non complètement réversible

Plus en détail

Dossier 1 BPCO. Elle est très limitée dans ses activités quotidiennes en raison d une dyspnée d effort (à la marche sur terrain plat).

Dossier 1 BPCO. Elle est très limitée dans ses activités quotidiennes en raison d une dyspnée d effort (à la marche sur terrain plat). Dossier 1 BPCO Une femme de 68 ans consulte en urgence pour une dyspnée d aggravation progressive depuis 15 jours. Elle est suivie depuis de nombreuses années pour une BPCO (stade III de la classification

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

Les exacerbations de BPCO

Les exacerbations de BPCO Les exacerbations de BPCO Université de Batna Dr Djenfi Pr Djebbar 2015 INTRODUCTION Une des principales complications de la BPCO qui survient dans tous stades de gravité. C est une cause majeure de morbi-mortalité

Plus en détail

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON

LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON LA BRONCHIOLITE DU NOURRISSON Conférence du 11 janvier 2006 avec : - Dr Michel RUDELIN, pédiatre en cabinet libéral et attaché au CHRO, - Christophe MILLET, kinésithérapeute en service pédiatrie au CHRO,

Plus en détail

Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire

Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire Mon Plan d action MPOC _ Exemplaire du patient (Nom du patient) Date Lignes directrices MPOC Traitable. Évitable. Ce plan explique comment prendre soin de moi si j ai une exacerbation de ma MPOC. Ventilation

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

LA SPIROMETRIE EN MEDECINE DU TRAVAIL

LA SPIROMETRIE EN MEDECINE DU TRAVAIL LA SPIROMETRIE EN MEDECINE DU TRAVAIL Dr Dominique Faucon Maître de conférences des Universités Praticien Hospitalier Service de Médecine du Travail Hôpital Nord CHU de Saint Etienne 42 055 Saint Etienne

Plus en détail

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs JL. HERMIL / C. MARGUET G.R.A.P.P. 2004 Quoi de neuf en médecine générale 2005 (DUMG/CHNGE) 1ère étape :

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet

La Capnographie. Intérêt en médecine d urgence. Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet La Capnographie Intérêt en médecine d urgence Dr B.Barberon, Dr P. Cano, Dr Pierre Michelet Introduction Les recommandations des sociétés savantes ( pour la France SFMU,SFAR,SRLF) pour le monitorage du

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une grippe II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION - Maladie

Plus en détail

Dossier Progressif. 201. Hémoptysie 203- Opacités et masses intra thoraciques chez l'enfant et l'adulte

Dossier Progressif. 201. Hémoptysie 203- Opacités et masses intra thoraciques chez l'enfant et l'adulte Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail

BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminuti

BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminuti BRONCHITE CHRONIQUE BPCO EMPHYSEME BPCO Pathologie qui regroupe l ensemble des maladies obstructives broncho-pulmonaires, à l exclusion de l asthme Maladie caractérisée par une diminution peu ou pas réversible

Plus en détail

Dossier progressif. Unité d enseignement 11. 354 Détresse respiratoire aiguë de l'adulte

Dossier progressif. Unité d enseignement 11. 354 Détresse respiratoire aiguë de l'adulte Dossier progressif Unité d enseignement 7 Unité d enseignement 10 Unité d enseignement 11 Item Inflammation - Immunopathologie 182. Hypersensibilités et allergies chez l'enfant et l'adulte 184. Hypersensibilités

Plus en détail

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE Les infections des voies respiratoires basses sont fréquentes, elles viennent au premier rang des infections

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique. Cas clinique 2.

Insuffisance respiratoire chronique. Cas clinique 2. Insuffisance respiratoire chronique Cas clinique 2. Monsieur D, 60 ans, vous est adressé pour dyspnée se majorant depuis 1 an. L interrogatoire retrouve un tabagisme actif évalué à 30 paquets année, une

Plus en détail

Toux chronique de l enfant

Toux chronique de l enfant Toux chronique de l enfant «Les 10 questions indispensables» F.Amsallem Définition «Toux > 4 à 6 semaines ou Episodes de toux > 2 mois / an» En pratique toute toux > 3 semaines doit être explorée Principales

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Module 11 - Edition Item 227 page 1 Copyright CMIT ITEM N 227 BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 11 - Edition Item 227 page 1 Copyright CMIT ITEM N 227 BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE OBJECTIFS TERMINAUX Module 11 - Edition 2008 - Item 227 page 1 ITEM N 227 BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une bronchopneumopathie chronique obstructive II. Identifier les situations

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Toux Caractéristiques Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Se méfier Présence de sang dans les expectorations Altération marquée de l état général Apparition

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 DEVENIR RESPIRATOIRE DES PREMATURES DEVENIR NUTRITIONNIEL CROISSANCE DYSPLASIE BRONCHO-PULMONAIRE

Plus en détail

BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON

BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON BRONCHIOLITE AIGUE DU NOURRISSON Plan de cours 1-Etiologie... 2 1.1-Terrain :... 2 1.2-Caractère saisonnier :... 2 1.3-Agents en cause :... 2 2-Pathogénie... 2 2.1-Mode de transmission... 2 2.2-Agression

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments?

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments? Dossier 1 Un patient de 32 ans, en état de précarité, est admis pour toux chronique dans un contexte de perte de poids récente. Son principal antécédent connu est une intoxication alcoolique. La radiographie

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE L ASTHME

LES TRAITEMENTS DE L ASTHME A. LES TRAITEMENTS DE L ASTHME 08/06/09 Dr Ausias Pharmaco I. Généralités II. Thérapeutiques inhalées A. Particules B. Les différents systèmes 1. Aérosols doseurs 2. Les chambres d inhalation 3. Les inhalateurs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 26 avril 2006 (JO du 10 mai 2006). SPIRIVA 18 microgrammes, poudre pour

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description Spirométrie De quoi s agitil? La spirométrie est un examen indolore, très reproductible et fort simple qui reste le principal test de fonction respiratoire. C est un outil essentiel du suivi de la mucoviscidose

Plus en détail

-Bronchite chronique -BPCO (Broncho-pneumopathie chronique obstructive) -Emphysème

-Bronchite chronique -BPCO (Broncho-pneumopathie chronique obstructive) -Emphysème -Bronchite chronique -BPCO (Broncho-pneumopathie chronique obstructive) -Emphysème Bronchite chronique : Est une maladie marquée par une Inflammation chronique des bronches proximales. Symptômes : Hypersécrétion

Plus en détail

Les difficultés respiratoires de l enfant. Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre

Les difficultés respiratoires de l enfant. Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre Les difficultés respiratoires de l enfant Docteur D.TCHOMAKOV Urgences Pédiatriques CHU de Strasbourg - Hautepierre Les difficultés respiratoires Dyspnée ou gène inspiratoire, expiratoire ou aux 2 temps

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail