III FONCTIONS DE CLASSE C 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "III FONCTIONS DE CLASSE C 1"

Transcription

1 J.F.C. F.N.P.V. p. 1 III FONCTIONS DE CLASSE C 1 Une remarque introductive Si f est une fonction numérique dérivable sur l intervalle ouvert ]x 0 α, x 0 + α[ et si f possède un extremum local en x 0 alors f (x 0 ) = 0... la réciproque est certes fausse mais ce résultat permet de faire une bonne sélection au niveau des points suceptibles de donner à f un extremum local. Ce qui suit propose de développer des idées analogues pour les fonctions numériques de plusieurs variables. La première étape consiste à définir la notion de dérivée. Mais comment donc dériver avec plusieurs variables? Tout simplement par rapport à chaque variable! Dans la suite les fonctions sont le plus souvent définies sur un ouvert de R n. 1. Applications partielles Déf. 21 f est une application d un ouvert Ω de R n dans R. A = (a 1, a 2,..., a n ) est un élément de Ω et i un élément de [1, n]. La ième application partielle de f en A est la fonction numérique de la variable réelle Nous la noterons f A,i. t f(a 1,..., a i 1, t, a i+1,..., a n ). Remarque Il est essentiel de comprendre qu une application partielle associée à f est une fonction numérique de la variable réelle et qu elle se définit à partir de deux éléments : un point du domaine de f et un indice donnant le rang de la variable active. Th. 27 f est une application d un ouvert Ω de R n dans R. A = (a 1, a 2,..., a n ) est un élément de Ω. 1. Pour tout élément i de [1, n], le domaine de définition de f A,i est l ensemble {t R (a 1,..., a i 1, t, a i+1,..., a n ) Ω} ; c est un ouvert de R. 2. Si f est continue en A, pour tout élément i de [1, n], f A,i est continue en a i. La réciproque est fausse. xy Posons : (x, y) R 2, f(x, y) = x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0). f n est pas continue en A = (0, 0) mais f A,1 et 0 si (x, y) = 0 f A,2 sont continues en Dérivées partielles d ordre 1 Déf. 22 Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R. A = (a 1, a 2,..., a n ) est un point de Ω et i un élément de [1, n]. On dit que f admet en A une ième dérivée partielle d ordre 1 ou première, ou que f est dérivable en A par rapport à la ième variable ou la ième place si la fonction numérique de la variable réelle f A,i est dérivable en a i. Dans ce cas la ième dérivée partielle d ordre 1 de f en A est le nombre dérivé f A,i (a i) de f A,i en a i. Nous la noterons (A). (A) = f A,i(a i ).

2 J.F.C. F.N.P.V. p. 2 Th. 28 P Les hypothèses sont celles de la définition précédente. (E 1, E 2,..., E n ) est la base canonique de R n. Les assertions suivantes sont équivalentes : i) f admet une ième dérivée partielle première en A ; ii) t f(a 1,..., a i 1, t, a i+1,..., a n ) f(a 1, a 2,..., a n ) t a i admet une limite finie en a i ; iii) h f(a 1,..., a i 1, a i + h, a i+1,..., a n ) f(a 1, a 2,..., a n ) h iii ) h f(a + h E i ) est dérivable en 0 ; admet une limite finie en 0 ; Remarque dérive. Dans la notation (A), ne fait qu indiquer le rang de la variable par rapport à laquelle on Par commodité nous serons amenés à écrire (x 1,..., x i,..., x n ). Il importe de remarquer que les deux x i ont des natures différentes. Le premier indique la place par rapport à laquelle on dérive ; le second est la ième coordonnée du point où l on calcule cette dérivée partielle. Notations usuelles Pour n = 2 nous écrirons le plus souvent (A) à la place de x (A) et x 1 y (A) à la place de x 2 (A). Pour n = 3, les trois dérivées partielles premières de f en A seront notées (A), (A) et x y z (A). f peut admettre des dérivées partielles premières en A par rapport à toutes les variables sans être continue en A. xy C est le cas en O = (0, 0) pour la fonction f définie par (x, y) R 2, f(x, y) = x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0). 0 si (x, y) = (0, 0) Déf. 23 Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R. i est un élément de [1, n]. La fonction A (A), de R n dans R est appelée fonction dérivée partielle d ordre 1 ou première de f par rapport à la ième variable ou encore la ième dérivée partielle d ordre 1 ou première de f. On la note Il est fondamental de remarquer que est une fonction numérique de n variables (même si elle est obtenue par dérivation de fonctions numériques d une variable). 3. Dérivée directionnelle première Prop. 13 Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R. A est un point de Ω et U un élément (non nul) de R n. Le domaine de définition de la fonction g : t f(a + t U) est un ouvert non vide de R. P Ces fonctions t f(a + t U) sont importantes. Elles permettent de transférer beaucoup de résultats des fonctions numériques d une variable à des fonctions numériques de plusieurs variables.

3 J.F.C. F.N.P.V. p. 3 Déf. 24 Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R. A est un point de Ω et U un élément non nul de R n. f admet une dérivée partielle première en A dans la direction de U ou f est dérivable en A dans la direction de U si g : t f(a + t U) est dérivable en 0. La dérivée partielle première en A dans la direction de U ou la dérivée de f en A dans la direction de U est, f(a + t U) f(a) lorsqu elle existe, la dérivée de g : t f(a+t U) en 0 ; c est à dire la limite en 0 de t t Nous la noterons f U (A). Ω est un ouvert de R n, f une application de Ω dans R, A est un point de Ω et (E 1, E 2,..., E n ) est la base canonique de R n. Soit i un élément de [1, n]. (A) existe si et seulement si f admet une dérivée partielle première en A dans la direction de E i. En cas d existence : (A) = f E (A). i 4. Notion de gradient Déf. 25 Ω est un ouvert de R n, A est un point de Ω et f une application de Ω dans R qui admet des dérivées partielles premières en A par rapport à toutes les variables. ( Le gradient de f en A est (A), (A)..., ) (A). Nous le noterons f(a) ou f A. x 1 x 2 x n f(a) est un élément de R n. =nabla! 5. Fonction de classe C 1 Déf. 26 Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R. f est de classe C 1 sur Ω si pour tout i dans [1, n], 6. Opérations usuelles est définie et continue sur Ω. Th. 29 i est un élément de [1, n], Ω est un ouvert de R n, A est un point de Ω et f et g sont des applications de Ω dans R. On suppose que f et g admettent en A une dérivée partielle première par rapport à la ième variable. Il en est alors de même pour f + g, λf (λ R), fg et f p (p N ) : (f + g) (A) = (A) + g (A) (λf) (A) = λ (A) p = p (A) f p 1 (A) (fg) = (A) g(a) + f(a) g (A) Th. 30 Les hypothèses sont celles du résultat précédent. On suppose de plus que g ne s annule pas en A. Alors f g et gp (p Z) admettent en A une dérivée partielle première par rapport à la ième variable et : ( ) f g (A) = (A) g(a) f(a) g (A) g 2 (A) g p = p g (A) g p 1 (A)

4 Cor. 1 i est un élément de [1, n], Ω est un ouvert de R n et f et g sont des applications de Ω dans R. J.F.C. F.N.P.V. p. 4 On suppose que f et g admettent en tout point de Ω une dérivée partielle première par rapport à la ième variable. Il en est alors de même pour f + g, λf (λ R), fg et f p (p N ) et : (f + g) = + g (λf) = λ (fg) = g + f g p = p f p 1 Cor. 2 Les hypothèses sont celles du résultat précédent. On suppose de plus que g ne s annule pas sur Ω. Alors f g et gp (p Z) admettent en tout point de Ω une dérivée partielle première par rapport à la ième variable et : ( ) f g = g f g g 2 g p = p g g p 1 Cor. 3 Ω est un ouvert de R n, A est un élément de Ω et f et g sont des applications de Ω dans R. On suppose que f et g admettent un gradient en A. Alors il en est de même pour f + g, λf (λ R), fg et f p (p N ) et : (f + g)(a) = f(a) + g(a) (f g)(a) = g(a) f(a) + f(a) g(a) (λf)(a) = λ f(a) f p (A) = p ( f(a) ) p 1 f(a) Cor. 4 Les hypothèses sont celles du résultat précédent. On suppose de plus que g ne s annule pas en A. Alors f g et gp (p Z) possèdent un gradient en A et : ( ) f 1 ) (A) = ( ) g 2 (g(a) f(a) f(a) g(a) g(a) g p (A) = p ( g(a) ) p 1 g(a) Cor. 5 Ω est un ouvert de R n et f et g sont des applications de classe C 1 sur Ω à valeurs dans R. 1. f + g, λf (λ R), fg et f p (p N ) sont de classe C 1 sur Ω. 2. Si g ne s annule pas sur Ω, f g et gp (p Z) sont de classe C 1 sur Ω. Cor Une fonction polynôme de n variables est de classe C 1 sur R n. 2. Une fonction rationnelle de n variables est de classe C 1 sur son domaine de définition.

5 J.F.C. F.N.P.V. p. 5 Th. 31 Une première composition. R n R R I est un intervalle de R et ϕ une application de I dans R. Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R. On suppose de plus que f(ω) I. A est un élément de Ω et i un élément de [1, n]. Si f admet une ième dérivée partielle en A et si ϕ est dérivable en f(a), alors ϕ f admet une ième dérivée partielle en A et : (ϕ f) (A) = ϕ (f(a)) (A) Cor. 1 Le cadre est celui du théorème précédent. A est un élément de Ω. Si le gradient de f existe en A et si ϕ est dérivable en f(a), alors ϕ f possède un gradient en A et : (ϕ f)(a) = ϕ (f(a)) f(a) Cor. 2 Le cadre est celui du théorème précédent. Si f est de classe C 1 sur Ω et si ϕ est de classe C 1 sur I, ϕ f est de classe C 1 sur Ω. 7. Développement limité d ordre 1. Approximation locale par une fonction affine Déf. 27 Ω est un ouvert de R n, A est un point de Ω et f une application de Ω dans R. f admet un développement limité d ordre 1 au voisinage de A s il existe une fonction polynôme P de n variables de degré au plus 1, c est à dire une fonction affine de n variables telle que : f(a + H) = P (H) + o( H ) (1) [ 1 ( ) ] (1) signifie que lim f(a + H) P (H) = 0. H O H (1) signifie encore qu il existe une boule de centre O, de rayon r, et une application ε de B(O, r) dans R telles que : H B(O, r), f(a + H) = P (H) + H ε(h) et lim ε(h) = 0. H O Remarque On peut remplacer (1) par : f(x) = P (X A) + o( X A ) (2). [ 1 ( ) ] (2) signifie lim f(x) P (X A) = 0 X A X A (2) signifie encore qu il existe une boule de centre A, de rayon r, et une application ε de B(A, r) dans R telles que : X B(A, r), f(x) = P (X A) + X A ε(x) et lim ε(x) = 0. X A Th. 32 Ω est un ouvert de R n, A = (a 1, a 2,..., a n ) est un point de Ω et f une application de Ω dans R. f admet un développement limité d ordre 1 au voisinage de A si et seulement si il existe n + 1 réels λ 0, λ 1,..., λ n tels que : f(a + H) = λ 0 + λ k h k + o( H ) ou f(x) = λ 0 + λ k (x k a k ) + o( X A ).

6 Th. 33 Une condition nécessaire d existence d un développement limité d ordre 1 J.F.C. F.N.P.V. p. 6 Ω est un ouvert de R n, A = (a 1, a 2,..., a n ) est un point de Ω et f une application de Ω dans R. On suppose que f admet un développement limité d ordre 1 au voisinage de A. Ainsi il existe n + 1 réels λ 0, λ 1,..., λ n tels que : f(a + H) = λ 0 + λ k h k + o( H ) ou f(x) = λ 0 + λ k (x k a k ) + o( X A ). Alors : f est continue en A et λ 0 = f(a). Pour tout i élément de [[1, n], f admet une dérivée partielle première par rapport à la ième variable en A et λ i = (A). Notons que la continuité et l existence de dérivées partielles en A sont des conditions nécessaires pour que f admette un développement limité d ordre 1 au voisinage de A mais pas suffisantes. xy si (x, y) (0, 0) Posons (x, y) R 2, f(x, y) = x2 + y 2. 0 si (x, y) = 0 f est continue en O, admet des dérivées partielles premières en O mais n admet pas de dl1 au voisinage de O. Th. 34 Unicité d un développement limité d ordre 1 Ω est un ouvert de R n, A = (a 1, a 2,..., a n ) est un point de Ω et f une application de Ω dans R. On suppose que f admet un développement limité d ordre 1 au voisinage de A. Alors : Il existe une unique fonction polynôme P de degré au plus 1 telle que : H = (h 1, h 2,..., h n ) R n, P (H) = f(a) + (1) s écrit : f(a + H) = f(a) + f(a + H) = P (H) + o( H ) (1). (A) h k. (A) h k + o( H ) ou f(a + H) = f(a)+ < f(a), H > + o( H ) Cela constitue le développement limité d ordre 1 de f au voisinage de A. P en est sa partie régulière. Remarque Sous les hypothèses du résultat précédent, le développement limité d ordre 1 de f en A est encore : f(x) = f(a) + (A) (x k a k ) + o( X A ) ou f(x) = f(a)+ < f(a), X A > + o( X A ).

7 J.F.C. F.N.P.V. p. 7 Déf. 28 Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R. On suppose que f admet un développement limité d ordre 1 au voisinage de A = (a 1, a 2,..., a n ). La fonction X f(a)+ < f(a), X A > ou (x 1, x 2,..., x n ) f(a) + (A) (x k a k ) est la fonction affine tangente à f en A. Le graphe de cette fonction est appelé hyperplan affine tangent au graphe de f en A. Prop. 14 Ω est un ouvert de R n, A = (a 1, a 2,..., a n ) est un point de Ω et f une application de Ω dans R. On suppose que f admet un développement limité d ordre 1 au voisinage de A. 1. L hyperplan affine tangent au graphe de f en A a pour équation f(a) + (A) (x k a k ) x n+1 = 0 ou (A) x k x n+1 = (A) a k f(a). L hyperplan affine tangent de f en A passe par le point (a 1, a 2,..., a n, f(a)). Il a pour direction : l hyperplan (vectoriel), de R n+1, d équation (A) x k x n+1 = 0 dans la base canonique de R n+1 ; ou encore l hyperplan (vectoriel), de R n+1, engendré par les vecteurs : ( 1, 0,..., 0, ) ( (A), 0, 1,..., 0, ) ( (A),... 0, 0,..., 1, ) (A). x 1 x 2 x n Th. 35 Une condition suffisante d existence Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R classe C 1 sur Ω. Alors f admet un développement limité d ordre 1 au voisinage de tout point A de Ω. Remarque L hypothèse f est de classe C 1 sur Ω est une condition suffisante pour obtenir un dl1 en un point A de Ω mais pas nécessaire. Posons (x, y) R 2 (x 2 + y 2 1 ) sin, f(x, y) = x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0). f admet un dl1 en tout point de R 2 0 si (x, y) = (0, 0) mais n est pas de classe C 1 sur R 2. Th. 36 Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R. SI f est de classe C 1 sur Ω alors f est continue en tout point de Ω. Une fonction peut évidemment être continue sans être de classe C 1. xy 2 Posons (x, y) R 2, f(x, y) = x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0), f est continue sur R 2 sans être de classe C 1 sur R 2. 0 si (x, y) = (0, 0) Notons que f admet des dérivées partielles premières par rapport aux deux variables en tout point de R 2.

8 J.F.C. F.N.P.V. p Dérivation de la seconde composition Th. 37 Une seconde composition. R R n R I est un intervalle de R et u 1, u 2,..., u n sont n applications dérivables de I dans R. Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R de classe C 1 ( ). On suppose de plus que t I, ( u 1 (t), u 2 (t),..., u n (t) ) Ω. Alors g : t f ( u 1 (t), u 2 (t),..., u n (t) ) est une application dérivable sur I et pour tout t dans I : g (t) = u k(t) ( u1 (t), u 2 (t),..., u n (t) ) Notons que si u 1, u 2,..., u n sont de classe C 1 sur I alors g est de classe C 1 sur I. Dans ce résultat l hypothèse f est de classe C 1 est essentielle. xy si (x, y) (0, 0) Posons (x, y) R 2, f(x, y) = x2 + y 2, t R, u 1 (t) = u 2 (t) = t. 0 si (x, y) = (0, 0) u 1 et u 2 sont dérivables sur R (et même de classe C 1 ), f possède des dérivées partielles premières en tout point de R 2 (f est même continue sur R 2 ) et pourtant g : t f ( u 1 (t), u 2 (t) ) n est pas dérivable en tout point de R ( t R, g(t) = t 2 ). Une conséquence importante. Th. 38 Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R de classe C 1 sur Ω. A est un point de Ω et U = (u 1, u 2,..., u n ) un élément de R n. 1. Le domaine de définition de la fonction g : t f(a + t U) est un ouvert non vide de R. 2. g : t f(a + t U) est de classe C 1 sur son domaine définition et : t D g, g (t) =< f(a + t U), U >= (A + tu) u k. 3. En particulier, lorsque U n est pas nul, f admet une dérivée partielle première en A dans la direction de U qui vaut : f U (A) =< f(a), U >= (A) u k. Prop. 15 Les hypothèses sont celles du théorème précédent. On suppose f(a) non nul. Si U = 1, f U (A) f(a) avec égalité si et seulement si U est colinéaire à f(a). Le gradient indique la ligne de plus grande pente. Ceci est une simple conséquence de Cauchy-Schwarz.

9 J.F.C. F.N.P.V. p Théorème des accroissements finis Th. 39 L énoncé du programme Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R de classe C 1 sur Ω. A et H sont deux éléments de R n tels que le segment [A, A + H] soit contenu dans Ω. Alors il existe un réel θ appartenant à ]0, 1[ tel que : f(a + H) = f(a)+ < f(a + θ H), H > ou f(a + H) = f(a) + (A + θ H) h k. Cor. Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R de classe C 1 sur Ω. A et B sont deux éléments distincts de R n tels que le segment [A, B] soit contenu dans Ω. Alors il existe un élément C de ]A, B[ tel que : f(b) f(a) =< f(c), B A > 10. Complément : dérivation de la seconde composition version forte Th. 40 La version forte de la seconde composition. R p R n R Ω est un ouvert de R p et u 1, u 2,..., u n sont n applications Ω dans R admettant des dérivées partielles premières en tout point de Ω. Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R de classe C 1. On suppose de plus que T Ω, ( u 1 (T ), u 2 (T ),..., u n (T ) ) Ω. Alors g : T f ( u 1 (T ), u 2 (T ),..., u n (T ) ) est une application de Ω dans R admettant des dérivées partielles premières en tout point de Ω. Si T = (t 1, t 2,..., t p ) est un élément de Ω : g t i (t 1, t 2,..., t p ) = u k (t 1, t 2,..., t p ) ( u1 (t 1, t 2,..., t p ), u 2 (t 1, t 2,..., t p ),..., u n (t 1, t 2,..., t p ) ) t i ou g t i (T ) = u k t i (T ) ( u1 (T ), u 2 (T ),..., u n (T ) ) Notons que si u 1, u 2,..., u n sont de classe C 1 sur Ω alors g est de classe C 1 sur Ω. Remarque Ces résultats sont très utiles pour faire des changements de variable particulièrement dans la résolution des équations aux dérivées partielles.

10 J.F.C. F.N.P.V. p. 10 IV FONCTIONS DE CLASSE C 2 1. Définitions Déf. 29 Ω est un ouvert de R n, f une application de Ω dans R et A un point de Ω. i et j sont deux éléments de [1, n]. On dit que f admet en A une dérivée partielle d ordre 2 ou seconde par rapport à la ième variable et la jème variable successivement si : existe sur une boule de centre A ; admet une dérivée partielle première en A par rapport à la jème variable. Le réel x j (A) est appelé dérivée partielle d ordre 2 ou seconde de f en A par rapport à la ième variable et la jème variable successivement. Nous noterons x j (A) cette dérivée partielle. Déf. 30 Déf. 31 Les hypothèses sont celles de la définition précédente. La fonction A 2 f x j (A) est appelée fonction dérivée partielle d ordre 2 ou seconde de f par rapport à la ième variable et la jème variable successivement. Nous la noterons Les hypothèses sont celles de la définition précédente. La fonction A x j! 2 f x j (A) est appelée fonction dérivée partielle d ordre 2 ou seconde par rapport à la ième variable et la jème variable successivement. Nous la noterons x j! On est prié de ne pas confondre En effet (A) = (A) et x j x j Posons (x, y) R 2, f(x, y) = vaut 0. Remarques 1. Pour i = j on écrit 2 f x 2 i x j (A) et x j (A) = (A) x j xy 3 x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0). 1 si (x, y) = 0 à la place de x j (A) donc de faire attention à l ordre de dérivation.. (0, 0) existe et vaut 1 ; y x 2. Si n = 2 les quatre fonctions dérivées partielles d ordre 2 sont usuellement notées : 2 f (0, 0) existe et x y x 2, x y, y x, y 2 Pour n = 3 je vous laisse deviner et écrire!

11 Déf. 32 Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R. On dit que f est de classe C 2 sur Ω si pour tout couple (i, j) d éléments de [1, n], continue sur Ω. 2. Opérations usuelles sur les fonctions de classe C 2 J.F.C. F.N.P.V. p. 11 x j est définie et On peut à ce niveau donner des résultats ponctuelles concernant les opérations sur les dérivées partielles seconde. C est long, fastidieux et inutile (?) car une dérivée partielle seconde étant une dérivée partielle première (!) cela a déjà été fait en amont. Nous nous contenterons d énoncés globaux. Th. 41 Ω est un ouvert de R n. f et g sont deux applications de Ω dans R, de classe C 2 sur Ω. 1. f + g, λf (λ R), fg et f p (p N ) sont de classe C 2 sur Ω. 2. Si g ne s annule pas sur Ω, f/g et g p (p Z) sont de classe C 2 sur Ω. Th Une fonction polynôme de n variables est de classe C 2 sur R n. 2. Une fonction rationnelle de n variables est de classe C 2 sur son domaine de définition. Th. 43 I est un intervalle de R et ϕ une application de I dans R de classe C 2. Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R de classe C 2. On suppose de plus que f(ω) I. Alors ϕ f est de C 2 sur Ω. Th. 44 I est un intervalle de R et Ω un ouvert de R n. u 1, u 2,..., u n sont n applications de I dans R de classe C 2 et f est une application de Ω dans R de classe C 2. On suppose encore que : t I, ( u 1 (t), u 2 (t),..., u n (t) ) Ω. Alors g : t f ( u 1 (t), u 2 (t),..., u n (t) ) est de classe C 2 sur I. Th. 45 Complément Ω est un ouvert de R p et Ω un ouvert de R n. u 1, u 2,..., u n sont n applications de Ω dans R de classe C 2 et f est une application de Ω dans R de classe C 2. On suppose encore que : T Ω, ( u 1 (T ), u 2 (T ),..., u n (T ) ) Ω. Alors g : T f ( u 1 (T ), u 2 (T ),..., u n (T ) ) est une application de Ω dans R de classe C Théorème de Schwarz Th. 46 Théorème de Schwarz Ω est un ouvert de R n, f une application de Ω dans R et A un point de Ω. i et j sont deux éléments de [1, n]. On suppose que : Alors : x j et x j sont définies sur une boule de centre A et continues en A. (A) = 2 f (A). x j x j Cor. Ω est un ouvert de R n, f une application de Ω dans R de classe C 2 sur Ω. (i, j) [1, n] 2, = 2 f x j x j

12 J.F.C. F.N.P.V. p Notion de hessienne Th. 47 et déf. 33 Soit f une fonction de classe C 2 sur un ouvert Ω de R n et A un point de cet ouvert. ( ) La matrice d ordre n à coefficients réels (A) est une matrice symétrique. x j On l appelle la hessienne de f en A. Nous la noterons 2 f(a) ou 2 f A. Conformément au programme nous noterons q A la forme quadratique associée à cette matrice symétrique réelle. X = (x 1, x 2,..., x n ) R n, q A (X) = i=1 j=1 x j (A) x i x j. Les hypothèses sont celles du résultat précédente. Si n = 2 : 2 f(a) = x 2 (A) y x (A) 5. Dérivée directionnelle seconde 2 f x y (A) si n = 3 : 2 f(a) = y 2 (A) x 2 (A) y x (A) z x (A) x y (A) y 2 (A) z y (A) 2 f x z (A) y z (A) z 2 (A) Déf. 34 Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R. A est un point de Ω et U un élément non nul de R n. f admet une dérivée partielle seconde en A dans la direction de U si g : t f(a+t U) est dérivable sur un intervalle ouvert contenant 0 et si sa dérivée est dérivable en 0. Dans ces conditions on dit encore que f est deux fois dérivable en A dans la direction de U. La dérivée partielle seconde en A dans la direction de U est, lorsqu elle existe, la dérivée seconde de g en 0. Nous la noterons f U (A). Prop. 16 Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R de classe C 2 sur Ω. A est un point de Ω et U = (u 1, u 2,..., u n ) un élément de R n. 1. Le domaine de définition de la fonction g : t f(a + t U) est un ouvert non vide de R. 2. g : t f(a + t U) est deux fois dérivable en tout point de son domaine de définition et : t D g, g (t) = q A+t U (U) = i=1 j=1 x j (A + t U) u i u j 3. En particulier, si U est non nul, f admet une dérivée partielle seconde en A dans la direction de U qui vaut : f U (A) = q A (U) = (A) u i u j. x j i=1 j=1

13 J.F.C. F.N.P.V. p Formule de Taylor-Lagrange à l ordre 1. Th. 48 L énoncé du programme Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R de classe C 2 sur Ω. A et H = (h 1, h 2,..., h n ) sont deux éléments de R n tels que le segment [A, A + H] soit contenu dans Ω. Alors il existe un réel θ appartenant à ]0, 1[ tel que : f(a + H) = f(a)+ < f(a), H > q A+θH(H) ou f(a + H) = f(a) + (A) h k i=1 j=1 x j (A + θh) h i h j. Cor. Ω est un ouvert de R n et f une application de Ω dans R de classe C 2 sur Ω. A = (a 1, a 2,..., a n ) et X = (x 1, x 2,..., x n ) sont deux éléments distincts de R n tels que le segment [A, X] soit contenu dans Ω. Alors il existe un élément C de C ]A, X[ tel que : f(x) = f(a) + f(x) = f(a)+ < f(a), X A > q C(X A) ou 7. Développement limité d ordre 2 (A) (x a k ) i=1 j=1 x j (C) (x i a i ) (x j a j ). Déf. 35 Ω est un ouvert de R n, A est un point de Ω et f une application de Ω dans R. f admet un développement limité d ordre 2 au voisinage de A s il existe une fonction polynôme P, de n variables et de degré au plus 2 telle que : f(a + H) = P (H) + o( H 2 ) (1). [ ] 1 ( ) P (1) signifie que lim f(a + H) P (H) H O H 2 = 0. (1) signifie encore qu il existe une boule de centre O, de rayon r, et une application ε de B(O, r) dans R telles que : H B(O, r), f(a + H) = P (H) + H 2 ε(h) et lim ε(h) = 0. H O Remarque On peut remplacer (1) par : f(x) = P (X A) + o( X A 2 ) (2). [ ] 1 ( ) (2) signifie lim f(x) P (X A) X A X A 2 = 0 (2) signifie encore qu il existe une boule de centre A, de rayon r, et une application ε de B(A, r) dans R telles que : X B(A, r), f(x) = P (X A) + X A 2 ε(x) et lim ε(x) = 0. X A

14 J.F.C. F.N.P.V. p. 14 Th. 49 et déf. 36 Unicité d un dl2 Ω est un ouvert de R n, A est un point de Ω et f une application de Ω dans R. Si f admet un développement limité d ordre 2 au voisinage de A il existe une unique fonction polynôme P de n variables de degré au plus 2 telle que : f(a + H) = P (H) + o( H 2 ) P est la partie régulière du développement limité d ordre 2 de f au voisinage de A. Th. 50 D un dl2 à un dl1 Ω est un ouvert de R n, A est un point de Ω et f une application de Ω dans R. Si f admet un développement limité d ordre 2 au voisinage de A de partie régulière P, alors f admet un développement limité d ordre 1 au voisinage de A dont la partie régulière est la troncature à l ordre 1 de P. Th. 51 Concrètement Ω est un ouvert de R n, A = (a 1, a 2,..., a n ) est un point de Ω et f une application de Ω dans R. f admet un développement limité d ordre 2 au voisinage de A si et seulement si il existe deux familles de réels (λ i ) i [0,n ] et (λ ij ) (i,j) [1,n ] 2 telles que : ou f(a + H) = λ 0 + λ i h i + λ ij h i h j + o( H 2 ) (3) i=1 i=1 j=1 f(x) = λ 0 + λ i (x i a i ) + λ ij (x i a i )(x j a j ) + o( X A 2 ) (4) i=1 i=1 j=1 Cette caractérisation est dans beaucoup de littérature une définition. On notera que si la famille (λ i ) i [1,n ] est unique ce n est pas le cas de la famille (λ ij ) (i,j) [1,n ] 2 ; l égalité 2 h i h j + 3 h j h i = h i h j + 4 h j h i peut sans doute vous en convaincre. Remarque Les hypothèses sont celles du résultat précédent. On peut encore dire que f admet un développement limité d ordre 2 au voisinage de A si et seulement si il existe deux familles de réels (λ i ) i [0,n ] et (β ij ) 1 i j n telles que : f(a + H) = λ 0 + λ i h i + β ij h i h j + o( H 2 ) (5) ou f(x) = λ 0 + Ici les deux familles sont uniques! i=1 λ i (x i a i ) + i=1 1 i j n 1 i j n β ij (x i a i )(x j a j ) + o( X A 2 ) (6) On pourra s entrainer à passer de l écriture (3) (resp. (4)) à l écriture (5) (resp. (6)) et réciproquement.

15 Th. 52 Une condition suffisante d existence. Formule de Taylor-Young à l ordre 2 Soit f une fonction de classe C 2 sur un ouvert Ω de R n. 1. f admet un développement limité d ordre 2 au voisinage de tout point de Ω. 2. Si A est un point de Ω le développement limité d ordre 2 de f au voisinage de A est : f(a + H) = f(a) + i=1 (A) h i ( n i=1 j=1 ) (A) h i h j + o( H 2 ). x j J.F.C. F.N.P.V. p. 15 ou f(a + H) = f(a)+ < f(a), H > q A(H) + o( H 2 ). Remarque La première égalité s écrit encore : f(a + H) = f(a) + i=1 (A) h i i=1 x 2 i (A) h 2 i + 1 i<j n x j (A) h i h j + o( H 2 ). L existence de dérivées partielles d ordre 2 pour f n est pas une condition nécessaire pour que f possède un développement limité d ordre 2. Posons (x, y) R 2 (x 2 + y 2 ) 2 1 sin, f(x, y) = x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0). f possède un dl2 au voisinage de 0 si (x, y) = (0, 0) 0 = (0, 0) mais 2 f (O) n existe pas. x2 Ce n est pas davantage une condition suffisante. x y 3 Posons (x, y) R 2, f(x, y) = x 2 + y 2 si (x, y) (0, 0). f possède des dérivées partielles d ordre 2 en 0 si (x, y) = (0, 0) O = (0, 0) mais n admet pas de développement limité d ordre 2 au voisinage de 0.

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES 21-10- 2007 J.F.C. A.L. p. 1 APPLICATIONS LINÉAIRES I GÉNÉRALITÉS 1. Définition et vocabulaire 2. Conséquences de la définition 3. Caractérisation II OPÉRATIONS SUR LES APPLICATION LINÉAIRES 1. Somme,

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Extrema locaux (ou relatifs)

Extrema locaux (ou relatifs) Chapitre 3 Extrema locaux (ou relatifs) 3.0.77 DÉFINITION Soit f : U! R une fonction, U ouvert d un espace vectoriel normé E et a 2 U. On dit que f présente un minimum local (respectivement un maximum

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

- Module M2 - Fondamentaux d analyse

- Module M2 - Fondamentaux d analyse - Module M - Fondamentau d analyse Cléo BARAS, cleo.baras@ujf-grenoble.fr IUT - Grenoble Département Réseau et Télécommunications DUT - ère année Année universitaire 9- Web : http ://iut-tice.ujf-grenoble.fr/gtr/mathm/inde.asp

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3. Alexandre VIDAL

L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3. Alexandre VIDAL L2 ÉCONOMIE & GESTION 2010-11 COURS DE MÉTHODES MATHÉMATIQUES 3 Alexandre VIDAL Dernière modification : 11 janvier 2011 Table des matières I Généralités et rappels sur les fonctions 1 I.1 Définition....................................

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html

Licence MIMP Semestre 1. Math 12A : Fondements de l Analyse 1. http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Licence MIMP Semestre 1 Math 12A : Fondements de l Analyse 1 http ://math.univ-lille1.fr/ mimp/math12.html Septembre 2013 Table des matières Chapitre I. Les nombres réels et les suites numériques 1 1

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables 6. 1 Fonctions différentiables de R 2 dans R. 6. 1. 1 Définition de la différentiabilité Nous introduisons la différentiabilité sous l angle des développements

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

ALGÈBRE BILINÉAIRE 1

ALGÈBRE BILINÉAIRE 1 3-8- 213 J.F.C. Eve p. 1 ALGÈBRE BILINÉAIRE 1 P mentionne des résultats particulièrement utiles et souvent oubliés dans la pratique de l algèbre bilinéaire... mentionne des erreurs à ne pas faire où des

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Espaces euclidiens. 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition... 2 1.2 Exemples fondamentaux... 2 1.3 Cauchy-Schwarz... 3 1.4 Norme associée...

Espaces euclidiens. 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition... 2 1.2 Exemples fondamentaux... 2 1.3 Cauchy-Schwarz... 3 1.4 Norme associée... Maths PCSI Cours Table des matières Espaces euclidiens 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition...................................... 2 1.2 Exemples fondamentaux.............................. 2 1.3 Cauchy-Schwarz..................................

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction (0.1) Ce cours s articule autour du calcul différentiel et, en particulier, son application au

Plus en détail

Introduction à l optimisation Première Partie : aspects théoriques Univ. Rennes 1, E.N.S. Rennes

Introduction à l optimisation Première Partie : aspects théoriques Univ. Rennes 1, E.N.S. Rennes Notes de cours - Préparation à l agrégation Introduction à l optimisation Première Partie : aspects théoriques Univ. Rennes 1, E.N.S. Rennes Yannick Privat ENS Cachan Bretagne, CNRS, Univ. Rennes 1, IRMAR,

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES

CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE ANNEE 2009 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ELEVES PILOTES DE LIGNE EPREUVE DE MATHEMATIQUES Durée : 2 Heures Coefficient : 1 Ce sujet comporte : 1 page de garde, 2 pages

Plus en détail

COURS OPTIMISATION. Cours à l ISFA, en M1SAF. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS OPTIMISATION. Cours à l ISFA, en M1SAF. Ionel Sorin CIUPERCA COURS OPTIMISATION Cours à l ISFA, en M1SAF Ionel Sorin CIUPERCA 1 Table des matières 1 Introduction 4 1.1 Motivation.................................... 4 1.2 Le problème général d optimisation......................

Plus en détail

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images.

Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. Fiche Méthode 11 : Noyaux et images. On se place dans un espace vectoriel E de dimension finie n, muni d une base B = ( e 1,..., e n ). f désignera un endomorphisme de E 1 et A la matrice de f dans la

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Tatiana Labopin-Richard Mercredi 18 mars 2015 L algèbre linéaire est une très grosse partie du programme de Maths. Il est

Plus en détail

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Nom Formule Espaces vectoriels Famille libre On dit que la famille est libre si Famille liée On dit que la famille est liée si Théorème de la base

Plus en détail

MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités

MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE MATHS Rappels Suites, Fonctions, Développements limités Pascal Floquet Xuân Meyer Première Année à Distance Septembre 006 Jean-Claude Satge Table des matières

Plus en détail

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3 Université de la Méditerranée Faculté des Sciences de Luminy Licence de Mathématiques, Semestre 5, année 2008-2009 Calcul Différentiel Support du cours de Glenn Merlet 1, version du 6 octobre 2008. Remarques

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

TS - Cours sur le logarithme népérien

TS - Cours sur le logarithme népérien Lcée Europole - R. Vidonne 1 TS - Cours sur le logarithme népérien Fonction carrée et racine carrée Considérons les fonctions f : R + R + g : R + R + 2 Dans un repère orthonormal, les courbes C f et C

Plus en détail

Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes

Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes Chp. 9. Convexité Avertissement! Dans tout ce chapître, C désigne une partie convexe de IR n, et f une fonction numérique partout définie sur C. 9.1 Fonctions affines, convexes, strictement convexes Définition

Plus en détail

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES I. Logique. II. Ensemble. III. Relation, fonction, application. IV. Composition, réciprocité. V. Relation d

Plus en détail

PC* Espaces préhilbertiens réels

PC* Espaces préhilbertiens réels I. Espace préhilbertien réel................................... 3 I.1 Produit scalaire dans un espace vectoriel réel................... 3 I.2 Inégalités de Cauchy-Schwarz et de Minkowski..................

Plus en détail

1. Montrer que B est une base de. 2. Donner la dimension de f ( 3 ), puis la dimension de Ker f, qu en conclure?

1. Montrer que B est une base de. 2. Donner la dimension de f ( 3 ), puis la dimension de Ker f, qu en conclure? Chapitre Applications linéaires Testez vos connaissances Pourquoi s intéresse-t-on au applications linéaires en économie? Qu est-ce qu un noyau, un rang et une image d une application linéaire? Donner

Plus en détail

DERIVATION. PLAN I : Dérivée

DERIVATION. PLAN I : Dérivée 203 - Gérard Lavau - http://lavau.pagesperso-orange.fr/index.htm Vous avez toute liberté pour télécharger, imprimer, photocopier ce cours et le diffuser gratuitement. Toute diffusion à titre onéreux ou

Plus en détail

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Santé 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France L. Pujo-Menjouet pujo@math.univ-lyon1.fr

Plus en détail

Fonctions et domaines de définition

Fonctions et domaines de définition Université du Québec à Montréal Session d automne 011 Groupe-cours 51 MAT111 - Calcul I Vivien Ripoll Résumé des cours 1 et (9 et 1 septembre) N.B. : ce document est un résumé succinct de ce que nous avons

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles

Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles ENIHP1 mathématiques continuité et dérivabilité p 1/10 Chapitre I : Continuité et dérivabilité des fonctions réelles Le cours sera illustré à l'aide du logiciel de calcul formel gratuit Maima. Les commandes

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire Université de Paris X Nanterre UFR Segmi Année 7-8 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II Chapitre Algèbre linéaire Table des matières Espaces vectoriels Espaces et sous-espaces

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type

INTÉGRATION SUR LES SURFACES. Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type INTÉGRATION SUR LES SURFACES Le but de ce texte est d expliquer comment définir et calculer des expressions du type φ(x)dσ(x) Σ où Σ est une surface de classe C 1 de R 3 ou plus généralement une hypersurface

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1 Examen Mathématiques LS TD 04 05 06 Université Paris Nom : Prénom : Durée : heure. Calculatrice interdite. Aucun document autorisé. Chaque question de la partie QCM vaut un point. Identifiez toutes les

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de Terminale ES 2 Table des matières 1 Équations de droites. Second degré 7 1.1 Équation de droite.................................. 7 1.2 Polynôme du second degré..............................

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES Calcul Différentiel et Équations Différentielles D. Azé Université Paul Sabatier Toulouse 2008 Table des matières 1 Généralités sur les espaces normés 3 1.1 Espaces

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Résume du cours de Mécanique Analytique

Résume du cours de Mécanique Analytique Résume du cours de Mécanique Analytique jean-eloi.lombard@epfl.ch 22 janvier 2009 Table des matières 1 Équations de Lagrange 1 1.1 Calcul des variations....................... 3 1.2 Principe de moindre

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

BACCALAURÉAT BLANC 2013

BACCALAURÉAT BLANC 2013 BACCALAURÉAT BLANC 203 Série S Corrigé Exercice. a) On traduit les données de l énoncé et on représente la situation par un arbre pondéré. PF ) = 2, PF 2) = 3, P F ) = 5 00 = 20, P F 2 ) =,5 00 = 3 3,5,

Plus en détail

Connaître les variations des fonctions polynômes de degré 2 (monotonie, extremum) et la propriété de symétrie de leurs courbes.

Connaître les variations des fonctions polynômes de degré 2 (monotonie, extremum) et la propriété de symétrie de leurs courbes. www.mathsenligne.com 2N3 - FONCTION CARRE ET SECOND DEGRE COURS (1/6) CONTENUS CAPACITES ATTENDUES COMMENTAIRES Expressions algébriques Transformations d expressions algébriques en vue d une résolution

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. a) x arctan x. a) x x x b) x (ch x) x c) x ln x [ttp://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 205 Enoncés Dérivation Dérivabilité Eercice [ 0354 ] [Correction] Étudier la dérivabilité des fonctions suivantes : a) 2 3 b) 2 ) arccos 2 ) Eercice 2

Plus en détail

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6 Table des matières -1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes.......................................... 5 2 Anneaux.......................................... 5 3 Corps...........................................

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité?

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité? Université Paris Dauphine DEMIE e année Algèbre linéaire 3 Examen - septembre 01 Le sujet comporte pages. L épreuve dure heures. Les documents, calculatrices et téléphones portables sont interdits. Question

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

ESPACES VECTORIELS ET APPLICATIONS LINÉAIRES

ESPACES VECTORIELS ET APPLICATIONS LINÉAIRES 30-9- 2010 J.F.C. p. 1 ESPACES VECTORIELS ET APPLICATIONS LINÉAIRES Exercice 1 Intersection d hyperplans. E est un espace vectoriel de dimension n sur K (n [2, + [). Q1. Montrer que si F et G sont deux

Plus en détail

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé Université Pierre et Marie Curie Licence Sciences et Technologies MIME L énoncé est repris sur fond mauve. En prune : des commentaires. Examen de l UE LM15 Janvier 007 Corrigé Commentaires généraux barème

Plus en détail

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels.

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. Lycée Louis le grand Année scolaire 2007/2008 Mathématiques Supérieure MPSI Semaine 12 11 mai 2009 1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. On note K le corps R ou C. 1.1 Axiomes d espace vectoriel.

Plus en détail