L AILE G, UNE RUCHE UN SEUL MOT D ORDRE : OR-GA-NI-SA-TION! LE MESS CHANGE DE CHAPELLE TRAVAIL SOUS HAUTE TENSION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L AILE G, UNE RUCHE UN SEUL MOT D ORDRE : OR-GA-NI-SA-TION! LE MESS CHANGE DE CHAPELLE TRAVAIL SOUS HAUTE TENSION"

Transcription

1 N 05 PERIODIQUE D INFORMATION OCTOBRE 2010 L AILE G, UNE RUCHE UN SEUL MOT D ORDRE : OR-GA-NI-SA-TION! DEMENAGEMENT DU RESTAURANT LE MESS CHANGE DE CHAPELLE INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES ET ÉLECTROMÉCANIQUES TRAVAIL SOUS HAUTE TENSION NOS VALEURS C ' E S T V O U S!

2 2 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH OCTOBRE 2010 OCTOBRE 2010 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH 3 Derrière ses murs tout neufs, l aile G bourdonne telle une véritable ruche. Et chaque jour, il faut coordonner les mouvements de toutes les abeilles qui virevoltent dans ses différents étages, installant du matériel par-ci, habillant les couloirs par-là. Cette organisation titanesque fait parfois fi gure de casse-tête, étant donné que certains services comme le restaurant, l économat et la pharmacie ne peuvent stopper leurs activités malgré les déménagements. Chaque semaine, le staff travaux fait donc le point sur les tâches à accomplir et coordonne les différents intervenants. Parmi ceux-ci, les entreprises Close et Nizet, incontournables dans leurs secteurs respectifs, sont des alliés de choix puisque, grâce à elles, la CMSE sera équipée du nectar de la technologie. Bonne lecture! 8 10 BUILDING EST FINANCÉ GRÂCE AU SOUTIEN DE SES GÉNÉREUX SPONSORS. AU MENU 04 AILE G : LA SUITE 05 ECONOMAT ET PHARMACIE : ÇA DÉMÉNAGE! 06 ECRANS TV, ÉCRAN TOTAL 06 PLUS D ESPACE POUR LA SANTÉ 06 ATTENTE APAISANTE 07 ON VOUS EXPLIQUE 08 LE MESS CHANGE DE CHAPELLE 10 LA RUCHE 13 LE GRAND PENSE-BÊTE DE L AILE G 14 UNE JOURNÉE URÉNERGIE 15 ON CONSULTE À ERPENT 16 TRAVAIL SOUS HAUTE TENSION 18 LES MAÎTRES DE L AIR 16

3 4 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH OCTOBRE 2010 OCTOBRE 2010 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH 5 ECONOMAT ET PHARMACIE : ÇA DÉMÉNAGE! Les deux services, qui ont investi l aile G, se sont lancés dans une véritable course contre-la-montre pour rester accessibles au maximum. Ce fut également l occasion de faire un peu de rangement dans les armoires et de réorganiser le travail dans des locaux plus spacieux et plus ergonomiques. En ce mois de juin, deux services essentiels au bon fonctionnement de la CMSE ont investi leurs nouveaux locaux de l aile G. Un véritable défi pour les membres du personnel de l économat et de la pharmacie qui ont, non sans quelques contorsions, réussi ce challenge tout en restant accessibles au maximum. Ce déménagement nous a permis de réorganiser les produits de façon plus cohérente et je tiens à remercier les services technique et entretien qui ont réalisé de véritables prouesses, explique Alain Smal, chef du Service Achats. Nous bénéfi cions de locaux trois fois plus vastes, ce qui a permis de centraliser les stocks éparpillés un peu partout dans l hôpital. Cela permettra un gain de temps lors de la réception des marchandises et leur transfert. Désormais, l économat bénéficiera d un poste central avec une permanence. AILE G : LA SUITE La pharmacie, elle, ne pouvait pas se permettre de baisser le volet ou de rendre indisponibles ses armoires d urgence. Le 12 juin, les horaires de garde ont donc été restreints. Il faut dire que la tâche était colossale. Tout le matériel médical, tous les médicaments ont été réétiquetés, signale Philippe Sevrin, Pharmacien en chef. Les armoires ont été déménagées tiroir par tiroir vers nos locaux de l aile G, trois fois plus grands que les actuels. En outre, nous avons dû faire face à certaines contraintes, notamment lors du déplacement des chambres froides et congélateurs qui doivent être éteints 24 heures à l avance. Et on ne parle pas des palettes de perfusion à réorganiser, de la lourdeur des deux coffres à stupéfiants ou des archives qu il a fallu trier auparavant. Pour la conditionneuse, l étuve et les flux laminaires, une aide extérieure a en outre été nécessaire. Mais ce déménagement aura permis à notre pharmacie de s adapter à des normes plus strictes. Mission accomplie! MALGRÉ UNE IMPORTANTE CHARGE DE TRAVAIL, RÉCLAMANT UNE PARFAITE COORDINATION DE TOUS LES ACTEURS, L AILE G POURSUIT SON ÉDIFICATION AU RYTHME PRÉVU. Les travaux se poursuivent sans relâche au sein de l aile G où fourmillent les différents corps de métier : on soude, on fore, on cloue, on peint, sans discontinuer pour coller au calendrier serré. Un challenge qui s avère parfois un véritable casse-tête organisationnel pour permettre les premiers déménagements sans interrompre sur le chantier les activités quotidiennes. Comme prévu au planning, les déménagements de la pharmacie et de l économat (voir cidessus) se sont effectués également dans les temps, ce qui a permis le démarrage des travaux de gros œuvre de seconde phase (finalisation de la cour couverte et de la nouvelle galerie vers la maternité). Les travaux dans les autres étages sont également en bonne voie. On fi nalise le bloc opératoire situé sur deux niveaux (2ème et 3ème). Sur place, on peut aussi apprécier la complexité des installations techniques situées au niveau 3. GPS et casque de sécurité sont de mise lors de la visite de l étage technique! Et on a démarré les fi nitions dans les niveaux 1 (urgences et USI) et 0 (imagerie). Enfi n, la phase de réception des travaux a commencé, notamment dans les étages d hospitalisation (4,5 et 6). Une procédure qui s effectue au fur et à mesure et niveau par niveau, pour gagner du temps. Les bureaux d études procèdent avec les responsables de la clinique à la réception des finitions (parachèvement) et des installations techniques. Des organismes agréés vérifi ent aussi la conformité des systèmes électriques, de la détection incendie ou de l alimentation en gaz. Et la pression des flux dans le local cytostatique de la pharmacie a été mesurée par une société spécialisée. Les ingénieurs et techniciens des différents bureaux d études s attachent ainsi à passer au peigne fi n les travaux, inspectant les moindres détails de finition et leur conformité, vérifi ant notamment chacune des prises de courant pour s assurer de leur bon fonctionnement et de leur bonne localisation.

4 6 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH OCTOBRE 2010 OCTOBRE 2010 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH 7 ECRANS TV, ÉCRAN TOTAL Les aménagements, rendus notamment possibles grâce à l aide de l asbl Solidarité Saint-François, se terminent peu à peu au sein du Foyer Saint-François qui accueille les soins palliatifs et d accompagnement de fi n de vie. Les mains courantes viennent d être installées dans tous les couloirs afi n de faciliter les déplacements des malades. Le système anti-intrusion, composé essentiellement de caméras munies d un système de lecture à distance depuis la clinique, renforcera quant à lui la sécurité des patients. Dans un souci de confort, ceux-ci bénéfi cieront des dernières technologies en matière de loisirs audiovisuels. Désormais, les chambres sont équipées de téléviseurs à écran plat, avec lecteur DVD incorporé pouvant lire de multiples formats. Enfi n, les protections solaires viendront bientôt garnir les vérandas, évitant ainsi les vilaines surprises que réservent notamment les rayons ultraviolets sur les peaux les plus sensibles. Tout a donc été pensé pour amenuiser les souffrances des malades et leur rendre moins pénible l ultime période de leur existence. ATTENTE APAISANTE Chaleureuses, acidulées, joyeuses : tous ces adjectifs s identifi eront dans les prochains mois aux salles d attente de notre clinique. Ingrid Lipschitz, la décoratrice d intérieur, a une nouvelle fois fait preuve d imagination pour redonner une identité à ces nombreux locaux autrefois impersonnels et froids. Outre les coloris qui rappelleront ceux de l aile G, les salles d attente rénovées seront débarrassés de leurs encombrants et deviendront facilement identifi ables par les patients qui pourront se repérer selon les couleurs et une signalétique plus claire. Désormais certains de se trouver au bon endroit, les malades seront ainsi libérés d un stress supplémentaire. Autrefois austères, ces lieux deviendront des espaces de bien-être chaleureux où les quelques minutes d attente seront synonymes de plaisir. PLUS D ESPACE POUR LA SANTÉ Prévu dans le courant de l année 2011, un nouvel espace pluridisciplinaire verra le jour à Saint-Jean de Dieu. Dans ces locaux fl ambants neufs de 460 mètres carrés s installeront plusieurs services de revalidation où seront notamment accueillis les patients de l algologie, de la clinique de l obésité, de la pneumologie et de l oncologie. Un véritable plus pour les personnes souffrant du cancer et participant au programme de réadaptation Vivalia. Cet espace santé devrait en outre améliorer la qualité de travail de certaines disciplines, en particulier les kinésithérapeutes et autres médecins du sport qui attendent l inauguration avec impatience. Les travaux débuteront dans les mois à venir.. Par ir J.-F. Istasse. ARANTIE DÉCENNALE. Beaucoup de personnes pensent G qu un entrepreneur est responsable de tous ses travaux pendant 10 ans. Il n en est rien. La garantie décennale ne concerne que la stabilité et l étanchéité des ouvrages et les désordres qui rendent le bâtiment impropre à sa destination. En résumé et pour faire court, c est le gros-œuvre fermé et étanche qui est essentiellement concerné. Les parachèvements ne sont couverts que pendant la période entre la réception provisoire et la réception défi nitive. Pour les installations techniques, c est souvent la garantie des cants qui est prise en compte (1 an pour une chaudière, par exemple). fabri- Pour des châssis, des problèmes de manque d étanchéité à l air et à la pluie sont pris en charge par la garantie décennale. Mais pas des problèmes de stabilité de peinture. Faire appel à la garantie décennale ne peut se faire que devant un Tribunal. Cela prend beaucoup de temps et d énergie et coûte souvent très cher. Et il faut être conscient qu après la réception défi nitive (+/- 1 an après la fi n des travaux), et la libération du cautionnement, il ne vous reste plus qu à espérer un jugement favorable et la solvabilité de votre entrepreneur Le domaine de la construction est très technique et spécialisé. Déterminer l origine d un dommage et en établir les responsabilités ne sont pas choses aisées. Souvent, il faut passer par le Tribunal pour désigner un expert. Alors? Garantie décennale : leurre ou réalité? A vous de voir les défauts avant qu il ne soit trop tard! CAUTIONNEMENT. Il s agit d une garantie fi nancière fi xée généralement à 5% du montant des travaux. Cette procédure est imposée par la législation des marchés publics. Elle est appliquée aussi dans le privé : plutôt que le client ne retienne 5% sur chacune de leurs factures, les entrepreneurs préfèrent constituer un cautionnement auprès d un organisme agréé. Cela leur coûte moins cher. Le cautionnement est libérable pour moitié à la réception provisoire, et pour moitié à la réception définitive.

5 8 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH OCTOBRE 2010 OCTOBRE 2010 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH 9 STEAK À LA CARTE Chaque jour, le restaurant de la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth doit fournir environ 360 repas. Un débit gargantuesque, qui nécessite une organisation parfaite. LE MESS CHANGE DE CHAPELLE Le restaurant provisoire va s installer dans les sous-sols du bloc maternité pour permettre l extension du bloc opératoire dans l aile D. Il sera certes un peu plus exigu mais fournira toujours d excellents repas chauds et froids. Or, l intermède du mess provisoire va chambouler toutes les habitudes, obligeant le personnel à s adapter pour permettre d offrir la même variété de plats. Le plus diffi cile sera de conserver le steak à la carte, explique Valérie Alloin, chef des Services hôteliers de la CMSE. Il sera en effet impossible de cuire sur place. Toutefois, les cuisines sont plus proches, ce qui permettra d instaurer des navettes. Il faudra donc tester cette manière de fonctionner en live. Le même problème se pose avec les frites, mais l approvisionnement depuis les cuisines reste faisable. Lors des premiers voyages des dessertes, le couloir risque sans doute d être le théâtre d embouteillages. Mais tous les efforts seront réalisés par le personnel hôtelier pour éviter les accidents. L aménagement de l aile G ressemble parfois à un grand jeu de chaises musicales où le déménagement d un secteur permet l installation d un autre et vice-versa. Ainsi, l extension du bloc opératoire au deuxième étage de l aile D, à l emplacement de l actuel restaurant, doit absolument se réaliser dans la foulée de son pendant de l aile G. Ce qui implique que le «mess» de la CMSE doive absolument chercher asile ailleurs. Et justement, l économat situé dans le sous-sol du bloc M déménage en ce mois de juin. C est donc là que s installera notre cantine provisoire. Tout a été prévu pour rentabiliser au mieux cette surface qui fournira tout de même l équivalent de 90 places assises. L objectif reste de conserver le même type de services, ainsi que la qualité et la variété des repas chauds et froids fournis au personnel et aux visiteurs, explique Cécile Collart. Le restaurant provisoire aura en tous cas l avantage d être plus proche des cuisines. La sandwicherie sera quant à elle délocalisée au rez-de-chaussée de l aile A, très facile d accès. Bien entendu, cet emménagement temporaire nécessitera quelques rénovations, qui seront effectuées en pensant déjà aux vestiaires, amenés à s y établir dans le futur. Le sol sera donc remplacé et les murs repeints pour transformer le tout en un espace accueillant. Pas la peine donc d en faire tout un plat! Le maximum sera en effet réalisé pour que cet intermède de 18 mois soit le plus agréable possible, avant l emménagement dans un espace de 180 places. Excusez du peu... Le restaurant provisoire aura l avantage d être plus proche des cuisines.

6 10 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH OCTOBRE 2010 OCTOBRE 2010 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH 11 LA RUCHE L ambitieux projet de l aile G est sur les rails mais implique forcément une coordination parfaite entre les différents acteurs du chantier. Une masse d informations colossale qu il faut gérer quotidiennement. Avec un seul mot d ordre : or-ga-ni-sa-tion! Voilà quelques mois que ce grand édifice s élève au cœur de l enceinte de la CMSE. L aile G, symbole du développement de notre Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth, se construit peu à peu, avec en point de mire l année BOURDONNEMENT Pour les visiteurs et le personnel, ce chantier pourrait sembler banal. Et pourtant, c est une véritable ruche qui bourdonne sans discontinuer. L aile G est une énorme machine avec une pléiade d intervenants qu il faut coordonner, lance Jean-François Istasse. Cela implique la gestion d une masse colossale d infos qu il faut considérer en temps réel, avec des mises au point perpétuelles. Pour preuve, le moindre centimètre carré d espace coûte cher sur le bureau de M. Istasse qui conserve quelque 200 classeurs, 1000 plans et dessins, documents divers et 80 plannings remis à jour. Sans parler du suivi administratif des projets rentrés à la Région Wallonne. A cela, ajoutons encore les disques durs au bord de l implosion, vu la quantité de mails déjà échangés (8.700) et les 50 dossiers PowerPoint qu ils contiennent. Etant donné le nombre d intervenants, nous organisons des réunions de chantier hebdomadaires, poursuit Jean-François Istasse. Techniciens, ingénieurs, directeurs de projets : au total, une bonne quinzaine de personnes prennent place autour de la table. ACTION, RÉACTION La masse de travail implique donc une préparation minutieuse. Mais bien entendu, le cahier de charges sans défaut n existe pas. Régulièrement, des imprévus surviennent et des travaux supplémentaires doivent être envisagés. Le suivi budgétaire est primordial. Il faut pouvoir réagir rapidement sans exploser les coûts ou allonger inutilement les délais. A l heure actuelle, nous en sommes à plus de 238 décomptes, ajoute Jean-François Istasse. A côté des travaux en cours, il faut encore penser aux équipements qui viendront garnir la future aile G. Des dossiers pour le matériel informatique, le mobilier non fi xe, le nursing, la signalétique ou encore le petit matériel médical sont donc déposés auprès de la Région Wallonne. Dans cette optique, les chefs de service sont mis à contribution et créent des groupes de travail en interne afi n d élaborer des cahiers de charge qui sont ensuite confi és au bureau d études en vue d une relecture. Enfi n, les travaux satellites doivent être intégrés dans le planning général, déjà surchargé. C est actuellement le cas pour le déménagement du restaurant vers les sous-sol de la maternité qui permettra de libérer le 2e étage et l extension du bloc opératoire. LA VIE NE S ARRÊTE PAS Au sein de cette fourmilière, les services techniques sont continuellement mis à contribution.

7 12 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH OCTOBRE 2010 OCTOBRE 2010 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH 13 Il faut raccorder les sondes de température au réseau, brancher l informatique, installer la signalétique provisoire et aider aux déménagements, en travaillant le week-end pour perturber au minimum le train-train de la clinique, raconte Hugues Burton, qui gère une équipe d une bonne vingtaine de techniciens. Parmi ceux-ci, on retrouve 2 électromécaniciens, 4 électriciens, 2 chauffagistes, 2 menuisiers, 3 peintres, 4 biotechniciens, 4 personnes des abords et 5 agents de sécurité qui effectuent déjà des rondes dans la nouvelle aile. DES INSTALLATIONS SOPHISTIQUÉES La CMSE cherchant à rester à la pointe de la technologie, les installations mises en place sont particulièrement sophistiquées. C est pourquoi des formations sont organisées pour apprendre ces nouvelles techniques. L écolage est particulièrement important afi n que les dépannages s effectuent rapidement, surtout lorsqu il y a des imprévus et qu il faut s adapter au cahier de charges, enchaîne Hugues Burton. L aile G monopolise nos équipes, mais la vie ne s arrête pas à cause d elle. Les activités se poursuivent dans le reste de la clinique, avec les aléas et les pannes que l on peut imaginer. Dans la mesure du possible, on tente de répondre du tac au tac aux différentes demandes. Plus les mois passent, plus le chantier avance et plus le rythme s accentue. Le défi est de taille, mais l organisation mise en place, accentuée par une excellente communication entre les intervenants, conduit l aile G vers l apothéose. LE GRAND ORCHESTRE Composé de la direction du Département logistique, de la direction du Département de Projets, du responsable des constructions et du responsable du service technique, le staff travaux se réunit tous les mardis pour faire - notamment! - le point sur l aile G. Histoire d assurer un suivi ininterrompu et de ne rien laisser au hasard Un chantier colossal comme celui de l aile G ne se règle pas en deux coups de cuiller à pot. Il nécessite au contraire une attention de tous les instants, une erreur pouvant induire des retards conséquents, et donc une perte fi nancière. Chaque mardi aprèsmidi, le staff travaux se réunit donc pour faire le point sur l avancement des projets. Ce quatuor, qui débat souvent plus de 4 heures par réunion, est composé de Cécile Collart, Sophie Leruth, Hugues Burton et Jean-François Istasse. Notre ordre du jour est un référentiel qui reprend toutes les tâches, tous les projets à accomplir, explique Cécile Collart. Ceux-ci sont numérotés et leur état d avancement est précisé, tout comme le nom de leur responsable, qui est forcément l un de nous quatre. Et à Jean-François Istasse de poursuivre : Ce référentiel est une sorte de grand pense-bête qui permet un suivi plus pointu. Grâce à cela, nous nous répartissons les tâches en défi nissant les priorités et en se fi xant des ultimatums. On se souvient aussi des dossiers que l on avait temporairement mis de côté. Il faut dire qu il y en a une septantaine au total! Décomptes des travaux imprévus, suivi du cahier des charges et des appels d offres publics : les devoirs ne manquent pas pour le staff travaux. Or, celui-ci ne gère pas que l aile G, mais supervise également la réaffectation des bâtiments existants, ce qui nécessite souvent de grandes capacités d organisation et une préparation pointue. Le déménagement d un service implique souvent le déplacement d un autre : une sorte de jeu des chaises musicales avec la contrainte d un timing serré. Enfi n, et ce n est pas négligeable, le staff traite les projets satellites, tels que l Espace Santé ou la Maison d Erpent. Le condensé des débats est transmis au comité de direction, le jeudi suivant, afi n de maintenir un bon niveau d information sur les avancées, et plus rarement, les éventuelles complications.

8 14 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH OCTOBRE 2010 OCTOBRE 2010 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH 15 UNE JOURNÉE URENERGIE C est désormais une certitude : le personnel de la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth ne manque pas d énergie... mais fait tout pour l économiser. Le 24 juin dernier, plusieurs stands avaient ainsi pris possession du hall d entrée, à l occasion de la grande journée consacrée à l énergie. Une exposition didactique regorgeant de conseils et d applications ludiques. Ainsi, la Région wallonne avait mis à disposition un guichet où un spécialiste a pu fournir tous les renseignements relatifs aux nouvelles primes octroyées par le gouvernement depuis le 1er mai. Plus loin, un panneau photovoltaïque raccordé directement à une lampe permettait d observer de visu l infl uence de la lumière du jour. Et si cette démonstration ne vous avait pas encore convaincu, la société Nizet, l un de nos partenaires dans la construction de l aile G, faisait encore plus fort en proposant un lien direct avec l une de ses plus vastes installations photovoltaïques. Les visiteurs pouvaient donc observer «en live» le gain d énergie réalisé grâce à cette technologie verte. Le distributeur Electrabel, qui occupait également un stand didactique, fournissait quant à lui divers petits conseils permettant d épargner de l argent (éteindre les appareils en veille, utiliser des ampoules économiques, etc.). Les plus malins auront immanquablement retenu la leçon et auront peut-être remporté les lots de notre grand concours énergie à savoir divers appareils de mesure et des lampes LED. La CMSE vient encore d accroître son patrimoine immobilier. Cette fois, c est à Erpent qu elle a acquis une bâtisse en parfait état, édifiée sur un terrain de 12 ares, afin d y développer une polyclinique dédiée essentiellement à la consultation. ON CONSULTE À ERPENT Développer une polyclinique extra-muros répond à un besoin institutionnel et à la demande de différents services tels que notamment, la gynécologie, la radiologie, la chirurgie plastique, la clinique de l obésité et l orthopédie, explique Cécile Collart. Cette externalisation permettra un accueil plus personnalisé et plus discret des patients, ce qui n est pas négligeable pour des spécialités telles que la chirurgie plastique ou la clinique de l obésité. Ancien bâtiment témoin s étendant sur deux fois 160 mètres carrés, la Maison d Erpent a été conçue en matériaux nobles tels que la pierre de France. Elle dispose d un parking de plusieurs places ainsi que d une salle d attente, d un local d accueil et d une kitchenette. Médicalement parlant, on y trouvera également une salle de radiologie, un centre de prélèvement sanguin pour le laboratoire et bien entendu, six cabinets de consultation. L objectif est d occuper la Maison d Erpent au maximum, poursuit Cécile Collart. Ce qui permettra de développer en amont les activités ambulatoires. Cette nouvelle polyclinique qui sera opérationnelle prochainement, est très facile d accès puisqu elle est proche de la Nationale 4. Elle se situe en outre dans un quartier en pleine expansion... comme notre clinique. L externalisation de plusieurs types de consultations s est réalisée en concertation avec plusieurs services. Mais cette nouvelle offre, plus personnalisée, possède également une dimension stratégique. Le projet de la Maison d Erpent est en développement depuis plus d un an, explique Christian Wolfs, Directeur médical. Vu sa situation géographique, elle devrait permettre à terme d intéresser des patients originaires de l Est de la province de Namur et du Nord de la province du Luxembourg. Ce qui est loin d être négligeable. Au projet initial qui ne concernait que les consultations sont venus s ajouter deux éléments notoires, à savoir l installation d un laboratoire de prélèvements sanguins et un service d imagerie médicale. Deux ajouts qui nécessiteront bien entendu des travaux supplémentaires. «Avec la Maison d Erpent, la CMSE va exporter avantageusement son image, poursuit Christian Wolfs. Et on espère qu il y aura d autres projets du genre, sur d autres secteurs géographiques.

9 16 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH OCTOBRE 2010 OCTOBRE 2010 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH 17 TRAVAIL SOUS HAUTE TENSION Spécialisée dans les installations électriques et électromécaniques, la S.A. Nizet Entreprises se charge d équiper l aile G de la CMSE, depuis la cabine à haute tension jusqu aux bras articulés des 196 chambres d hôpital. MEMBRE DU PÔLE MULTITECHNIQUE DE CFE, NIZET ENTREPRISES S.A. EST L UN DES PLUS IMPORTANTS PARTENAIRES DE LA CMSE SUR LE CHANTIER DE SA FUTURE AILE G. 43,8 MILLIONS DE CA Créée en 1972 par Joseph Nizet, cette société s est développée au fil des ans en se spécialisant dans les installations électriques, les tableaux basse-tension et les cabines hautetension. Depuis lors, elle a encore étendu sa gamme de services vers les équipements de téléphonie et d informatique, ainsi qu en matière d énergies renouvelables. C est ainsi qu en 2009, Nizet Entreprises affichait un chiffre d affaires de 43,8 millions d euros et employait 171 personnes. Bref, une fi rme incontournable sur le marché belge du secteur tertiaire, ce qui lui a d ailleurs valu d installer le nouvel éclairage de l Atomium en 2005 et de rafler de nombreux marchés dans l équipement du secteur hospitalier (Erasme, Saint-Michel, Edith Cavell, etc.). A LA POINTE A l issue d un marché public, c est en toute confiance que la CMSE lui a confi é la partie électrique du chantier de l aile G. Nous installons tout depuis la cabine à haute tension jusqu aux bras articulés, explique Michel Hubert, Responsable d affaires chez Nizet Entreprises. La Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth se positionne vraiment à la pointe en matière de confort du patient. Ces bras articulés, montés dans les 196 chambres des étages d hospitalisation, sont de véritables petites bornes multimédias qui permettent au patient, via un écran individuel, d avoir accès au téléphone, à l informatique et à la TV sans bouger de son lit. VISUALISATION MULTIMÉDIA Sur ce chantier global évalué à 2,9 millions d euros, Nizet Entreprises se charge également des installations électriques du service radiologie, des soins intensifs, des urgences et des 12 salles d opération où la visualisation multimédia sera désormais envisageable. Les infi rmières ne seront pas en reste puisque des interphones, placés dans chaque chambre, se substitueront aux traditionnels boutons d appel et permettront une communication directe avec les patients. Enfi n, il convient de signaler que la clinique a opté pour le placement d un câblage en cuivre et en fi bre optique de très haut débit (10 gigas) pour son système informatique, poursuit Michel Hubert. Encore une fois, la CMSE se place parmi les hôpitaux les plus avancés technologiquement. DANS LES TEMPS Depuis avril 2009, ce sont ainsi entre 20 et 25 personnes de Nizet Entreprises qui travaillent d arrachepied sur le chantier de l aile G, sous la surveillance de conducteurs ultraqualifi és. Rompue à ce genre d exercice, la société suit pour l instant le timing prévu à l origine. Comme quoi, travailler sous tension est loin d être insurmontable...

10 18 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH OCTOBRE 2010 OCTOBRE 2010 CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH 19 LES MAÎTRES DE L AIR Spécialiste de la ventilation, du chauffage et du génie climatique, le groupe Close a relevé le challenge de l aile G de notre hôpital. Un chantier de 5 millions d euros, primordial pour le fonctionnement futur de la CMSE. C est en 1932 que Victor Close s est établi à Aywaille comme plombierchauffagiste. De père en fi ls, l entreprise s est développée, diversifi ant ses activités et s adaptant toujours aux avancées technologiques pour rester à la pointe du secteur. Septante-huit ans plus tard, la petite société familiale est devenue un grand groupe de renommée internationale, affi chant un chiffre d affaires de plus de 50 millions d euros et employant plus de 400 personnes dans ses différentes fi liales. A son palmarès, on peut épingler, entre autres, la construction de la plus grande station solaire de Belgique à ce jour. Devenu maître du traitement de l air, le groupe Close est un véritable orfèvre en matière de chauffage, de ventilation et de génie climatique. La pose de plafonds froids, le gainage, la fi ltration et l installation d armoires électriques n ont plus de secrets pour ses ouvriers qualifiés, chapeautés par des ingénieurs ultracompétents. Notre aile G est donc entre de bonnes mains. La tâche du groupe Close au sein de la CMSE ne s assimile toutefois pas à une promenade de santé. A notre échelle, il s agit d un chantier d une importance certaine, d un montant de 5 millions d euros, confi e Didier Gelinne, Responsable de projets chez Close. Mais nous sommes rôdés à ce type de défi puisque nous avons équipés environ trois quarts des hôpitaux wallons. Filtration Chez nous, le groupe Close s occupe notamment d équiper les douze nouvelles salles d opération. Nous y installons des plafonds munis de fi ltres absolus dont les fl ux laminaires sont dirigés vers les patients, poursuit Didier Gelinne. Ceux-ci ont la particularité de retenir 99,97% des particules, ce qui permet de conserver une pureté parfaite de l air, primordiale dans les milieux aseptisés comme les blocs opératoires. Les urgences, les soins intensifs, la pharmacie nécessitent eux aussi une filtration plus poussée, ce que le groupe Close a forcément pris en compte. A certains étages de l aile G, on peaufine déjà les détails. Mais le chantier, d une durée de 18 mois, est loin d être terminé. ILS SOUFFLENT LE CHAUD ET LE FROID D ores et déjà, le groupe Close a complété la production de chaleur au sein de la clinique en ajoutant deux nouvelles chaudières de 600 KW aux deux préexistantes. Des sousstations d eau chaude ont également été installées. Côté froid, signalons le montage, au septième étage, de deux compresseurs de 500 KW qui se chargeront de la production d eau glacée. En milieu hospitalier, la qualité de l air est une donnée tout aussi fondamentale que sa température. Le groupe Close s occupe donc de ventiler, climatiser et fi ltrer l atmosphère ambiante des différents étages. Chose peu courante : toutes les chambres des trois niveaux d hospitalisation seront climatisées. Et pour assurer ce service, un local technique a été installé au troisième étage, à mi-hauteur du bâtiment. C est là que se trouvent une cinquantaine de groupes de traitement d air, véritables poumons de l hôpital. BUILDING EST UNE PUBLICATION PÉRIODIQUE DE LA CLINIQUE ET MATERNITÉ SAINTE-ELISABETH 15 place Louise Godin, 5000 Namur +32 (0) Editeur responsable C. André Coordination B. Vallée Comité de rédaction H. Burton C. Collart F. Dubois J-F. Istasse S. Leruth B. Vallée Rédaction F. Dubois J-F. Istasse Ont participé à ce numéro V. Alloin M. Demanet D. Gelinne M. Hubert B. Libert I. Lipschitz P. Sevrin A. Smal C. Wolfs Mise en page, photos et illustrations B. Vallée Impression Imprimerie Bietlot Vous souhaitez contacter l équipe rédactionnelle? par mail : par courrier : 15 place L. Godin, 5000 Namur par téléphone : (Benjamin Vallée, Chargé de communication) Téléchargez Building sur

11 NOS VALEURS C ' E S T V O U S!

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES

RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE DOSSIER DE PRESSE RENOVATION ET EXTENSION DES URGENCES Conférence de Presse JANVIER 2008 CONTACT PRESSE Anne-Laure Vautier Tel : 04 42 43 20 11 - E-mail

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE

Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE Un communiqué de presse de Fribourg, le 26 août 2010 "Open Days Rénover selon MINERGIE " Rénovation de bâtiments : Efficacité énergétique et confort grâce à MINERGIE Bon nombre de propriétaires se contentent

Plus en détail

TSARAFo - Aide pour Madagascar asbl est née d une idée commune de plusieurs acteurs de santé à laquelle se sont associés plusieurs donnateurs

TSARAFo - Aide pour Madagascar asbl est née d une idée commune de plusieurs acteurs de santé à laquelle se sont associés plusieurs donnateurs TSARAFo - Aide pour Madagascar asbl est née d une idée commune de plusieurs acteurs de santé à laquelle se sont associés plusieurs donnateurs Le CHRR Philibert TSIRANANA se trouve à Fort-Dauphin (Tolagnaro),

Plus en détail

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Sommaire Le circuit Patient Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Le circuit Logistique Plan de la visite du circuit Logistique p 12 & 13 Présentation du

Plus en détail

Bruynzeel dévoile les solutions d agencement de demain sur Bureaux Expo. Solution d Agencement Mobile Multifonctions Spacefulness TM

Bruynzeel dévoile les solutions d agencement de demain sur Bureaux Expo. Solution d Agencement Mobile Multifonctions Spacefulness TM Dossier de Presse Mars 2015 Bruynzeel dévoile les solutions d agencement de demain sur Bureaux Expo Solution d Agencement Mobile Multifonctions Spacefulness TM Parc des Forges - Green Access H21 13 rue

Plus en détail

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS 4 th EUROPEAN CONFERENCE ON HEALTHCARE ENGINEERING 51 è JOURNEES D ETUDES ET DE FORMATION IFH 30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS Peut-on externaliser la maintenance des bâtiments et infrastructures techniques

Plus en détail

Conseil opérationnel aux entreprises et aux professions juridiques, du conseil et de la finance

Conseil opérationnel aux entreprises et aux professions juridiques, du conseil et de la finance Conseil opérationnel aux entreprises et aux professions juridiques, du conseil et de la finance PROJET IMMOBILIER ET RECHERCHE DE LOCAUX DEMENAGEMENT ET INSTALLATION TRAVAUX D AMENAGEMENT ET DE RENOVATION

Plus en détail

Nous souhaitons réaliser des travaux d aménagement et de décoration dans notre bâtiment.

Nous souhaitons réaliser des travaux d aménagement et de décoration dans notre bâtiment. CONSULTATION DANS LE CADRE DE L AMENAGEMENT DE LA SALLE DE REUNION DU 1 ER ETAGE AU CTIG (INRA DE JOUY EN JOSAS) 1 OBJET DE LA MISSION Nous souhaitons réaliser des travaux d aménagement et de décoration

Plus en détail

Hager innove pour. l efficacité énergétique

Hager innove pour. l efficacité énergétique Hager innove pour l efficacité énergétique Le groupe Hager développe et commercialise des solutions accompagnées de multiples services pour la distribution sécurisée et intelligente de l énergie électrique

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS!

SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS! SECRET PROFESSIONNEL ET DEVOIR DE DISCRÉTION : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS! ET SI LE PATIENT, C ÉTAIT VOUS? Brochure d information Rubrique 1 Secret professionnel et devoir de discrétion : pourquoi? Le

Plus en détail

Service Logistique. 1 Service Logistique

Service Logistique. 1 Service Logistique Service Logistique 1 Service Logistique Service Logistique 2 1 PRÉSENTATION A. Missions Directie Generaal 1) Soutien 2) Innovation et changement Le service Logistique offre un soutien logistique aux directions

Plus en détail

Étude de cas : Services financiers le Choix du Président

Étude de cas : Services financiers le Choix du Président Étude de cas : Services financiers le Choix du Président Bureau Intérieur par Staples MC arrive à la rescousse des services financiers du Choix du Président Les services financiers du Choix du Président,

Plus en détail

Le pour et le contre. Avantages de la location. Avantages de la construction. Inconvénients de la location

Le pour et le contre. Avantages de la location. Avantages de la construction. Inconvénients de la location 1Louer, construire, acheter ou rénover? Quelle est la situation la plus intéressante: louer, construire, acheter ou rénover? Le choix est toujours d ordre personnel mais une comparaison approfondie des

Plus en détail

AGENT D ENTRETIEN DU BÂTIMENT ROME I1203 Vous exercez à l intérieur des bâtiments qu occupe ou qu administre l employeur (copropriété, maisons de retraite, centre de loisirs ). Vous assurez donc des fonctions

Plus en détail

Plus de compétences pour votre avenir

Plus de compétences pour votre avenir AGENT D ENTRETIEN DU BÂTIMENT ROME I1203 L agent d entretien du bâtiment exerce à l intérieur des bâtiments qu occupe ou administre l employeur (copropriété, maisons de retraite, centre de loisirs ). Il

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

Apprendre un métier et

Apprendre un métier et Technicien en Installation des Equipements Electriques et Electroniques Ref : 0701309 Mon métier : je réalise des installations électriques, je mets en service et assure la maintenance de ces installations.

Plus en détail

Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs

Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs Date : 09-03- 2015 Lieu : Maison des Sports d Aquitaine Ouverture Jean- Claude Labadie, Marc Le Mercier Jean- Claude Labadie tient

Plus en détail

12 ème Comptoir Région Oron du 15 au 19 avril 2015 à Oron-la-Ville. Règlement et informations

12 ème Comptoir Région Oron du 15 au 19 avril 2015 à Oron-la-Ville. Règlement et informations Règlement et informations Article 1 ORGANISATION ET BUTS 1.1 Le Comptoir Région Oron est organisé tous les 2 ans au courant du mois d avril à la salle polyvalente et sous-cantine à Oron-la-Ville. 1.2 Horaires

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 APPLIQUABLE POUR LES PERMIS DE CONSTRUIRE DEPOSES A PARTIR DU 1 er JANVIER 2013. A compter du 1 er janvier 2013, seules les maisons répondant à la Réglementation Thermique

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Entreprise : SOGEA Bretagne / GTB Construction. Projet : Construction de l hôpital du SCORFF de Lorient

Entreprise : SOGEA Bretagne / GTB Construction. Projet : Construction de l hôpital du SCORFF de Lorient Entreprise : SOGEA Bretagne / GTB Construction Projet : Construction de l hôpital du SCORFF de Lorient Introduction Ce mardi 20 Octobre 2009, nous avons eu la chance de visiter le chantier de l hôpital

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN LYCEE TECHNIQUE POUR PROFESSIONS DE SANTE A LUXEMBOURG

CONSTRUCTION D UN LYCEE TECHNIQUE POUR PROFESSIONS DE SANTE A LUXEMBOURG MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSTRUCTION D UN LYCEE TECHNIQUE POUR PROFESSIONS DE SANTE A LUXEMBOURG CONFERENCE DE PRESSE 5 mars

Plus en détail

La sécurité au cœur de GrDF

La sécurité au cœur de GrDF La sécurité au cœur de GrDF Sommaire : I. La sécurité chez GrDF : un engagement de chaque instant II. En amont II.1. Sécuriser les travaux réalisés en sous-sol II.2. Sensibiliser et former les professionnels

Plus en détail

Aménagement de votre stand

Aménagement de votre stand Aménagement de votre stand Les étapes de préparation de l aménagement de votre stand 1 ère étape : votre numérotation Foire de Paris vous communique votre numéro de stand avec l implantation de votre stand.

Plus en détail

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL Document préparé par : Edgard Nassif, M.D., MBA Présentateur

Plus en détail

Communauté de Communes du Pays de Livarot

Communauté de Communes du Pays de Livarot Rue des Frères Lumière 14120 MONDEVILLE 02 31 35 64 35 02 31 35 64 36 Email : contact@inea-be.com Communauté de Communes du Pays de Livarot Aménagement de l ancienne usine Leroy en un Pôle de Santé Libéral

Plus en détail

Classe aquatique mobile

Classe aquatique mobile Classe aquatique mobile Ecole de natation itinérante «La piscine itinérante n est pas seulement une «solution» pour résoudre le problème de l éducation aquatique dans les régions dépourvues d infrastructures

Plus en détail

Athénée de Luxembourg Structure temporaire

Athénée de Luxembourg Structure temporaire Athénée de Luxembourg Structure temporaire DOSSIER DE PRESSE 26 mai 2011 1/9 Contexte Le bâtiment de l Athénée de Luxembourg sur le campus Geesseknaeppchen datant des années soixante, nécessite des travaux

Plus en détail

Dossier de presse. Solar Decathlon 2014 à Versailles. Paris, le 15 octobre 2012

Dossier de presse. Solar Decathlon 2014 à Versailles. Paris, le 15 octobre 2012 Dossier de presse Solar Decathlon 2014 à Versailles Paris, le 15 octobre 2012 Contact presse : Marielle Chaumien - marielle.chaumien@developpement-durable.gouv.fr - 01 40 81 15 96 www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS ÉTUDE DE CAS GROUPE CGI INC. Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. est l une des plus grandes firmes internationales indépendantes à œuvrer dans le secteur des technologies de l information et des processus

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot

Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot DOSSIER DE PRESSE Lancement évènementiel des travaux de modernisation de l hôpital Edouard Herriot 1. Demain, un hôpital restructuré pour mieux accueillir et mieux soigner 2. 2014 2018 : réorganiser le

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges Invitation à soumissionner n PTD/10/056 Annexe I Cahier des charges Sommaire : I II III IV Introduction générale Descriptif des bâtiments à libérer (P&G et CAM) Descriptif du bâtiment à occuper (Nouveau

Plus en détail

Activités essentielles :

Activités essentielles : Localisation du poste : Université du Littoral Côte d Opale L opérateur logistique exécute un ensemble de tâches qui concourent au bon fonctionnement d un site dans les domaines suivants : entretien, prévention,

Plus en détail

François Bausch. Ministre du Développement durable. et des Infrastructures

François Bausch. Ministre du Développement durable. et des Infrastructures 1 2 3 Préface Depuis des décennies, le secteur des professions de santé est en plein essor et le nombre d élèves qui s intéressent à une formation dans ce domaine en évolution permanente. Ainsi, un agrandissement

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

Hôpital Civil Marie Curie

Hôpital Civil Marie Curie Hôpital Civil Marie Curie Hall d entrée L entrée côté chaussée de Bruxelles, uniquement réservée aux piétons et aux usagers du métro, et l entrée côté nord venant des parkings, qui sera l entrée la plus

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

brochure Produit Rideaux d'air Viento Une foule d'avantages pour votre entrée

brochure Produit Rideaux d'air Viento Une foule d'avantages pour votre entrée brochure Produit Rideaux d'air Viento Une foule d'avantages pour votre entrée Codification Viento L. A 1 U 2. 1 0 0 Rideaux d air Série Taille Exécution Nombre de rangs Equipement électrique Type de vannes

Plus en détail

DAX HABITAT 25.26.27. Avril 2014 LE BOIS SALON DOSSIER DE PRESSE. salle du Jaï Alaï. Pôle vivre avec MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION

DAX HABITAT 25.26.27. Avril 2014 LE BOIS SALON DOSSIER DE PRESSE. salle du Jaï Alaï. Pôle vivre avec MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION SALON HABITAT EXPO Pôle & vivre avec LE BOIS MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION HABITAT & RÉNOVATION BOIS & ÉCO-HABITAT AMÉNAGEMENTS INT. & EXT. 25.26.27 Avril 2014 salle du Jaï Alaï DOSSIER DE PRESSE Alliance

Plus en détail

Comment améliorer la performance de la paie?

Comment améliorer la performance de la paie? Comment améliorer la performance de la paie? La performance est aujourd hui un enjeu majeur des cabinets Le 67 e Congrès de l ordre des experts-comptables, qui s est tenu à Paris début octobre, a mis en

Plus en détail

NOTICE D ACCESSIBILITE

NOTICE D ACCESSIBILITE PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE

DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE CONSTRUCTION D UNE SECTION D ÉDUCATION MOTRICE AU COLLEGE DU MARAIS DE CAUFFRY UN PROJET RARE EN FRANCE La rentrée scolaire 2015-2016 sera marquée par la construction d un bâtiment destiné

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE DEMAIN

LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE DEMAIN CONSTRUCTION RENOVATION EQUIPEMENTS PUBLICS ARCHITECTURE - SECURITE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 14 février 2010 LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Concrétiser votre projet...

Concrétiser votre projet... CONSTRUIRE AU CONGO (De PONTON à BRAZZA) Concrétiser votre projet... IL arrive dans l existence des événements tellement forts qu ils déterminent à eux seuls l avenir, la réussite, l épanouissement de

Plus en détail

Créateurs d espace et de lumière

Créateurs d espace et de lumière Vérandas Pergolas Stores véranda Mono pente Rayonnante Soleil Toutes formes Toutes formes Véranda Autres CONCEPT est une marque déposée appartenant à la société SweCard International SA Son concept, création

Plus en détail

E NTREPRISES C O O P É R A T I V E S QUADRIPLUS GROUPE : LA FORCE D UN RÉSEAU DE COMPÉTENCES

E NTREPRISES C O O P É R A T I V E S QUADRIPLUS GROUPE : LA FORCE D UN RÉSEAU DE COMPÉTENCES E NTREPRISES C O O P É R A T I V E S QUADRIPLUS GROUPE : LA FORCE D UN RÉSEAU DE COMPÉTENCES L ENGAGEMENT D UN GROUPE COOPÉRATIF ANIMER UN RÉSEAU EN INGÉNIERIE DU BÂTIMENT QUADRIPLUS GROUPE met à la disposition

Plus en détail

Pour construire et rénover en toute sécurité. Pack je construis, je rénove. L assurance indispensable pour votre chantier

Pour construire et rénover en toute sécurité. Pack je construis, je rénove. L assurance indispensable pour votre chantier Pour construire et rénover en toute sécurité Pack je construis, je rénove L assurance indispensable pour votre chantier Avantage supplémentaire pour les nouvelles constructions Votre assurance Incendie

Plus en détail

Rapport d inspection CHSCT

Rapport d inspection CHSCT Rapport d inspection CHSCT Agence concernée: Strasbourg-Meinau Date de l inspection : 10/07/2014 Participants : Damien ZAGALA (CFTC), Gilles ALLARD (CFDT), Zohra DOUAIR (UNSA), Hervé STOLTZ (FO) L'agence

Plus en détail

Donnez du sens à vos réunions

Donnez du sens à vos réunions Donnez du sens à vos réunions Patrick Machuron Directeur d Epicurem, J ai créé EPICUREM pour apporter de la valeur ajoutée aux réunions professionnelles. Grâce à la mise en place d équipements et de prestations

Plus en détail

Notre expérience en effi cacité énergétique

Notre expérience en effi cacité énergétique ContratdePerformanceEnergÉtique ContratdePerformanceEnergÉtique Les bâtiments existants représentent 30 à 40 % de la consommation énergétique en France Notre expérience en effi cacité énergétique Grâce

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

FICHE II. 4 Création d une maison multiservices à Hamme-Mille

FICHE II. 4 Création d une maison multiservices à Hamme-Mille DESCRIPTION DU PROJET Le projet prévoit l aménagement d une maison multiservices dont une partie constituerait en la mise en place d une structure d accueil des personnes âgées adaptée à l échelle communale

Plus en détail

LMNP PARIS. Maisons-Laffitte (78) Censi-bouvard / CLASSIQUE

LMNP PARIS. Maisons-Laffitte (78) Censi-bouvard / CLASSIQUE LMNP Censi-bouvard / CLASSIQUE PARIS Maisons-Laffitte (78) MAISONS-LAFFITTE A seulement quelques kilomètres à l ouest de Paris, dans le département des Yvelines, Maisons-Laffitte jouit d une situation

Plus en détail

Prix de vente : 287 000 Euros

Prix de vente : 287 000 Euros Visite du bien : 630208 Localisation : Saint-Caprais Ville proche : Bourges à 12 Km Autoroute : A71 à 12 Km Aéroport : Bourges Des prestations de qualité pour cette bâtisse cossue refaite à neuf en 2009,

Plus en détail

RECRUTE. UN MENUISIER (Poste à 100%)

RECRUTE. UN MENUISIER (Poste à 100%) RECRUTE UN MENUISIER (Poste à 100%) POLE TRAVAUX ACHATS - LOGISTIQUE Renseignement à : Monsieur Jean-François COLLOMBET Ingénieur Services Techniques et Sécurité Pôle Travaux Achats Logistique 04.70.97.13.38

Plus en détail

Niko Mysterious L art de disparaître. Illuminating ideas.

Niko Mysterious L art de disparaître. Illuminating ideas. Niko Mysterious L art de disparaître Illuminating ideas. Niko Mysterious incarne un tout nouveau concept parmi l appareillage électrique de Niko. L interrupteur de cette série est monté dans le plan du

Plus en détail

Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi. Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer

Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi. Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer e au chaude ener gie renouvel able chauffage Pompes à chaleur Vous y gagnez, la planète aussi Des solutions pour économiser DE l énergie dans votre foyer STIEBEL ELTRON. Des systèmes pour un bilan énergétique

Plus en détail

UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes

UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes UN PROJET MULTIMÉDIA avec les classes 702A et 712B et le logiciel MISTRALMOVIE, au Cycle d Orientation des Grandes-Communes Buts Mise en place d une période de révision d allemand en fin de 7e année sous

Plus en détail

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Résidences Services Seniors DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Paris, le 11 avril 2014 Le groupe DOMITYS, leader des Résidences Services Seniors Nouvelle Génération, est le premier

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

GUIDE DU CLIENT SALLE ALPHONSE-DESJARDINS

GUIDE DU CLIENT SALLE ALPHONSE-DESJARDINS GUIDE DU CLIENT SALLE ALPHONSE-DESJARDINS INFORMATION AUX CLIENTS SALLE ALPHONSE-DESJARDINS COORDONNATRICE AUX ÉVÉNEMENTS Dès la signature de votre contrat, la coordonnatrice aux événements du Centre Caztel

Plus en détail

GRANDE FETE DE LA CONSTRUCTION

GRANDE FETE DE LA CONSTRUCTION GRANDE FETE DE LA CONSTRUCTION Samedi 4 mai 2013 De 11h30 à 18h00 A partir de 19h00 Challenge construction par équipes Site X-CAPE de Martué Gala du 75e anniversaire Halle aux foires de Libramont chauffagistes,

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Avant de commencer Que vous ayez décidé de la construire vous-même ou de faire appel à un professionnel, ne vous lancez pas dans un projet de construction de véranda sans vous

Plus en détail

FICHE METIER. «Technicien de maintenance vidéo» Technicien de maintenance audiovisuel APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Technicien de maintenance vidéo» Technicien de maintenance audiovisuel APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Technicien de maintenance vidéo Version 1 «Technicien de maintenance vidéo» APPELLATION(S) DU METIER Technicien de maintenance audiovisuel DEFINITION DU METIER Le technicien de maintenance est en charge

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

Règlement de maison. Visites

Règlement de maison. Visites Règlement de maison Les résidents jouissent d une liberté d action dans la mesure où elle n entrave pas celle des autres pensionnaires et dans les limites du présent règlement. Visites Les pensionnaires

Plus en détail

La Mutualité Socialiste du Luxembourg a 100 ans *****

La Mutualité Socialiste du Luxembourg a 100 ans ***** La Mutualité Socialiste du Luxembourg a ***** Quelles missions? (1) Depuis toujours, l homme cherche à se protéger de ce qui menace son existence, en particulier la maladie. Au fil des années, la Mutualité

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Statistique des permis de bâtir

Statistique des permis de bâtir Rue de Louvain 44-1000 Bruxelles tél. : 02/548. 62. 58 Statistique des permis de bâtir Modèle II Bâtiments destinés exclusivement ou principalement à un autre usage que l habitation Dans ces bâtiments,

Plus en détail

RÉSIDENCES MÉDICALISÉES NOBLE AGE

RÉSIDENCES MÉDICALISÉES NOBLE AGE RÉSIDENCES MÉDICALISÉES NOBLE AGE La vie, notre bien le plus précieux, nous mène d étape en étape vers le grand âge. Chaque période nous apporte son quotidien de joie, de bonheur, de confiance et d espoir.

Plus en détail

NFO-490400-NIR-1301. Notice d installation Rapide

NFO-490400-NIR-1301. Notice d installation Rapide NFO-490400-NIR-1301 Notice d installation Rapide Composition du kit Enregistreur Numérique avec disque dur 500 go intégré souris télécommande x 2 x 2 caméra dôme intérieure / extérieure caméra dôme intérieure

Plus en détail

ÉLECTRICIEN CHEF DE CHANTIER

ÉLECTRICIEN CHEF DE CHANTIER Directive Formation continue professionnelle ÉLECTRICIEN CHEF DE CHANTIER Edition 2013 260-F Editeur : USIE 2 Edition 2013 2013330WL Table des matières 1 Objectifs 5 2 Matières de la formation 6 2.1 Courant

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE KARL STORZ S INSTALLE À LA POLYCLINIQUE BORDEAUX RIVE DROITE

LA TECHNOLOGIE KARL STORZ S INSTALLE À LA POLYCLINIQUE BORDEAUX RIVE DROITE LA TECHNOLOGIE KARL STORZ S INSTALLE À LA POLYCLINIQUE BORDEAUX RIVE DROITE L entreprise allemande KARL STORZ équipe le nouveau bloc opératoire de la Polyclinique Bordeaux Rive Droite : technologie, innovation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CHANTIER CLIMATISATION. Objet du document

CAHIER DES CHARGES CHANTIER CLIMATISATION. Objet du document Type de document : CDC Cahier des charges auteur HC Objet du document Cahier des charges pour la modification de l installation climatisation et chauffage touchant aux trois niveaux de CAP SCIENCES. 1

Plus en détail

Réseau multimédia Alvidis automatique. Communiquez en toute liberté

Réseau multimédia Alvidis automatique. Communiquez en toute liberté Réseau multimédia Alvidis automatique Communiquez en toute liberté Accessibles sur toutes vos prises RJ 45 Téléphone TV * TV, téléphone et internet par câble ** Equipements multimédias *** * TV hertzienne,

Plus en détail

CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES

CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES L ensemble des règles définies ci-après constitue le Règlement Intérieur du Centre nécessaire à sa bonne marche et à la satisfaction

Plus en détail

COMPARATEUR DÉCENNALE

COMPARATEUR DÉCENNALE COMPARATEUR DÉCENNALE Bien Choisir Votre Assurance Décennale http://www.comparateurdecennale.com 1 À PROPOS DE COMPARATEUR DECENNALE Le Comparateur décennale offre un service GRATUIT de comparaison d'assurances

Plus en détail

Prenez la main sur votre espace de travail et maitrisez le stockage

Prenez la main sur votre espace de travail et maitrisez le stockage Prenez la main sur votre espace de travail et maitrisez le stockage DÉFENSE ET SÉCURITÉ Un bon ordonnancement mène à la réussite Qu elles soient de terre, marines ou aériennes, les forces armées d aujourd

Plus en détail

Nouveau Siège de la Banque Populaire de l Ouest DOSSIER DE PRESSE. VISITE DE CHANTIER Parc Edonia - Groupe LAMOTTE

Nouveau Siège de la Banque Populaire de l Ouest DOSSIER DE PRESSE. VISITE DE CHANTIER Parc Edonia - Groupe LAMOTTE Nouveau Siège de la Banque Populaire de l Ouest DOSSIER DE PRESSE VISITE DE CHANTIER Parc Edonia - Groupe LAMOTTE Juillet 2014 1 FUTUR SIEGE DE LA BANQUE POPULAIRE DE L OUEST : DERNIERE LIGNE DROITE POUR

Plus en détail

ARCHITECTURE [ ARCHITECTURE ]

ARCHITECTURE [ ARCHITECTURE ] ARCHITECTURE [ ARCHITECTURE ] UNE FAÇADE EMBLÉMATIQUE D UN NOUVEAU PAYSAGE URBAIN Dans l influence immédiate du quartier de La Défense, West Plaza dévoile des lignes pures et une architecture transparente

Plus en détail

2ème partie: Les démolitions

2ème partie: Les démolitions 2ème partie: Les démolitions 211 démolitions sont prévues entre 2009 et 2011 Le bâtiment J situé au 11, 13, 15 rue D.Papin Le bâtiment K situé au 2,4,6,8,10 rue C. Ader Le bâtiment H situé au 7,9,11 rue

Plus en détail

Réouverture du bâtiment principal des Archives nationales. Concert d André Mergenthaler

Réouverture du bâtiment principal des Archives nationales. Concert d André Mergenthaler Dossier de presse Réouverture du bâtiment principal des Archives nationales Concert d André Mergenthaler Photo en bas: (C) Andrés Lejona Jeudi, le 2 octobre 2014 à 18h30 aux Archives nationales Plateau

Plus en détail

www.centralfirm-btp.com Bâtiments Génie Civil & Environnement Travaux Hydrauliques Voiries & Réseaux Divers Promotion Immobilière SIEGE SOCIAL

www.centralfirm-btp.com Bâtiments Génie Civil & Environnement Travaux Hydrauliques Voiries & Réseaux Divers Promotion Immobilière SIEGE SOCIAL SIEGE SOCIAL Hamdallaye, Commune de Ratoma BP : 6070 Conakry (Guinée) Tél : +224 62 99 99 19 E-mail: info@centralfirm-btp.com Site web: www.centralfirm-btp.com www.centralfirm-btp.com Bâtiments Génie Civil

Plus en détail

Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux. Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S.

Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux. Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S. Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S. Petit rappel: qu est-ce qu un aménageur? Un aménageur est une société, publique ou privée,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Prix de vente : 450 000 Euros

Prix de vente : 450 000 Euros Visite du bien : 0720114 Localisation : Marcols-les-Eaux Ville proche : Aubenas Autoroute : A7 à 60 Km Aéroport : Lyon à 180 Km Un ancien Moulinage du 18ème Siècle aménagé pour une exploitation touristique

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V 36. boulevard Saint-Marcel 75005 PARIS JANVIER 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

PARC Olympique Lyonnais

PARC Olympique Lyonnais PARC Olympique Lyonnais Le mot du président Mieux vous accueillir les soirs de matchs, vous proposer des prestations personnalisées et des solutions BtoB innovantes : c est la ligne de conduite que j ai

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVEAU PARKING DE L HÔPITAL NORD 3 OCTOBRE 2011-HÔPITAL NORD

DOSSIER DE PRESSE NOUVEAU PARKING DE L HÔPITAL NORD 3 OCTOBRE 2011-HÔPITAL NORD DOSSIER DE PRESSE NOUVEAU PARKING DE L HÔPITAL NORD 3 OCTOBRE 2011-HÔPITAL NORD Contact : Service communication APHM -Tél : 04 91 38 29 72 courriel : communication@ap-hm.fr Page 1 Hôpital Nord : un nouveau

Plus en détail