I roots _ laser. _Endodontie assistée par laser

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I roots _ laser. _Endodontie assistée par laser"

Transcription

1 I roots _ laser Le laser en endodontie (Partie II) Auteurs_ Pr Giovanni Olivi, Pr Rolando Crippa, Pr Giuseppe Laria, Pr Vasilios Kaitsas, Dr Enrico Divito et Pr Stefano Benedicenti, Italie et États-Unis Fig. 5 Fig. 5_Position de la fibre optique du laser émettant dans le proche infrarouge à 1 mm de l apex, et pénétration différente de la paroi dentinaire par le laser Nd:YAG et la diode laser 810 nm (à droite). Fig. 6_Tube à tir radial pour laser Er,Cr:YSGG. Fig. 7_Effets thermiques indésirables pendant le mouvement de retrait de la fibre optique d un laser Nd:YAG dans un canal sec. Le contact avec la paroi dentinaire peut causer des brûlures. Fig. 8_Effets thermiques indésirables : pendant le mouvement de retrait d un tube pour laser Er,Cr:YSGG utilisé selon une technique traditionnelle, le tube mis en contact avec la paroi dentinaire sèche est responsable de brûlures, de saillies et d un transport des canaux. _Après avoir expliqué les principes physiques fondamentaux du laser et ses effets sur les bactéries et les surfaces dentinaires, la seconde partie de cet article porte sur l analyse de quelques recherches parmi les plus importantes, publiées dans la littérature internationale actuelle. Elle examine également les nouvelles lignes directrices concernant l utilisation du laser, comme source d activation de produits chimiques d irrigation. _Endodontie assistée par laser Préparation de la cavité d accès La cavité d accès peut être préparée directement avec les lasers Erbium, qui sont capables d éliminer l émail et la dentine. Dans ce cas, il est recommandé d utiliser un embout constitué d un tube court (4 à 6 mm) en quartz, d un diamètre de 600 à 800 µm, afin de disposer d une énergie et d une puissance plus élevées. C est une technique dont l importance ne doit pas être sous-estimée. En raison de son affinité pour les tissus les plus riches en eau (la pulpe et les tissus carieux), le laser permet d accéder à la chambre pulpaire avec un minimum de traumatisme (grâce à sa sélectivité). Simultanément, il est possible d éliminer les débris bactériens et de décontaminer le tissu pulpaire. Après la réduction des populations bactériennes, l accès aux entrées canalaires peut être efficacement préparé, sans trans - position des micro-organismes, des toxines et des débris, en direction apicale durant la procédure. Chen et al. ont démontré que les bactéries sont tuées pendant la préparation cavitaire jusqu à une profondeur de 300 à 400 µm, sous la surface exposée au rayonnement. 20 De plus, les lasers Erbium se révèlent utiles pour éliminer les pulpolithes et rechercher les canaux calcifiés. Préparation et mise en forme des canaux La préparation des canaux avec des instruments en nickel-titane (NiTi), reste à l heure actuelle la norme de référence en endodontie. En effet, malgré l effet ablatif bien connu des lasers Erbium (2 780 et nm) sur les tissus durs, leur efficacité pour préparer les canaux radiculaires se révèle insuffisante pour le moment, et ne satisfait pas aux critères Fig. 6 Fig. 7 Fig I Le magazine 3_2013

2 roots _ laser I Figs. 9 & 10_Images SEM de la dentine exposée au laser Nd:YAG (à sec, 1,5 W, 15 Hz). À noter : les importantes surfaces de fonte dentinaire et les bulles. (Figures 9 16 reproduites avec l aimable autorisation du Pr Vasilios Kaitsas, université Aristote de Thessalonique, Grèce.) Fig. 9 Fig. 10 endodontiques atteints par la technologie nickeltitane (NiTi) Les lasers Erbium-Chrome:YSGG (Er,Cr:YSGG) et Erbium:YAG (Er:YAG) ont toutefois reçu l approbation de la FDA (le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques) pour le nettoyage, la mise en forme et l élargissement des canaux. Selon quelques études, ces pro - cédures ont pu être efficacement réalisées avec ces types de laser. Shoji et al. ont utilisé un laser Er:YAG équipé d un tube de forme conique, à émission à la fois latérale (80 %) et frontale (20 %), pour élargir et nettoyer les canaux (10 à 40 mj et 10 Hz). Ils ont obtenu des surfaces dentinaires plus propres par comparaison avec les techniques classiques à instruments rotatifs. 24 Dans une étude préliminaire sur les effets d un laser Er:YAG équipé d une microsonde de 200 à 400 µm à émission radiale, Kesler et al. ont conclu que le dispositif permettait un élargissement et une mise en forme beaucoup plus rapides et efficaces que la méthode traditionnelle. Les examens des photos prises au microscope électronique à balayage (SEM) ont révélé une surface dentinaire uniformément propre sur le haut de la partie co - ronaire, caractérisée par une absence de débris pulpaires et un nettoyage très satisfaisant des cana licules dentinaires. 25 Chen a décrit des études cliniques utilisant uniquement un laser Er,Cr:YSGG, le premier laser à avoir obtenu l agrément de la FDA, pour le traitement endodontique complet (élargissement, nettoyage et décontamination), pour effectuer une préparation corono-apicale avec une série de tubes successifs de 400, 320 et 200 µm et des réglages de 1,5 W et 20 Hz (en présence d une pulvérisation air/eau de 35/25 %). 26,27 Stabholz et al. ont présenté des résultats positifs d un traitement entièrement réalisé au moyen d un laser Er:YAG, et de microsondes endodontiques à émission latérale. 28,29 Ali et al., Matsuoka et al., ainsi que Jahan et al. se sont servis d un laser Er, Cr:YSGG pour préparer des canaux droits et courbés. Mais dans ces cas, les résultats du groupe expérimental étaient plus mauvais que ceux du groupe témoin. L utilisation du laser Er,Cr:YSGG avec des tubes de 200 à 320 µm, à des réglages de 2 W et 20 Hz, pour le traitement de canaux tant droits que courbés, les a menés à conclure que le rayonnement laser permet de préparer ce type de canaux jusqu à une courbure maximale de 10, mais qu il provoque des effets secondaires dans les canaux plus fortement courbés, notamment des perforations, des brûlures et un transport du canal Inamoto et al. ont étudié la capacité de coupe et les effets morphologiques du rayonnement laser Er:YAG in vitro, à 30 mj - 10 et 25 Hz, avec une vitesse de retrait du tube, réglée à 1 et 2 mm/seconde. Les résultats ont de nouveau été favorables. 30 Minas et al. ont également rapporté des résultats positifs avec le laser Er,Cr:YSGG à 1,50 W, 1,75 W et 2,0 W, 20 Hz, en présence d une pulvérisation d eau. 31 Les surfaces préparées avec le laser Erbium étaient bien nettoyées et exemptes de boue den - tinaire, mais présentaient souvent des saillies, des irrégularités et des éléments calcinés, associés au risque de perforations ou de transport apical. Fig. 11 Fig. 12 Figs. 11 & 12_Images SEM de la dentine exposée à la diode laser 810 nm (à sec, 1,5 W, 15 Hz) avec 50 % de temps de pause/temps de tir (ton-toff) et fibre optique de 200 µm, montrant des signes d effets thermiques, avec détachement et boue dentinaire. Le magazine 3_2013 I 35

3 I roots _ laser Figs. 13 & 14_Images SEM de la dentine exposée au laser Er,Cr:YSGG (1,0 W, 20 Hz, 1 mm de l apex), pulvérisation inactivée et canal irrigué avec une solution physiologique, montrant des signes de boue dentinaire et de dommage thermique. Figs. 15 & 16_Images SEM de la dentine exposée au laser Er,Cr:YSGG (1,5 W, 20 Hz) avec pulvérisation air/eau à 45/35 %. Les canalicules dentinaires sont ouverts sans signe de boue dentinaire. À noter : le schéma caractéristique de l ablation par laser, tout à la fois sur la dentine organique et inorganique. Fig. 13 Fig. 14 Fig. 15 Fig. 16 En effet, la mise en forme du canal par le laser Erbium est encore actuellement une procédure compliquée, qui ne peut être réalisée que dans des canaux droits de grand diamètre, sans aucun avantage particulier. Décontamination du système endodontique Les études sur la décontamination canalaire se limitent à l action des produits chimiques d irrigation (hypochlorite de sodium [NaClO]), fréquemment utilisés en endodontie et associés à des agents chélatants, aux fins d un meilleur nettoyage des canalicules dentinaires (acide citrique et acide éthylène diamine tétraacétique [EDTA]). L une de ces études a été menée par Berutti et al., qui ont démontré le pouvoir décontaminant de NaClO sur la paroi radiculaire, jusqu à une pro - fondeur de 130 µm. 32 À l origine, l introduction des lasers en endodontie visait principalement un renforcement de la décontamination du système endodontique. 2 7 Toutes les longueurs d onde ont une action bactéricide élevée, en raison de leur effet thermique. À différentes puissances et différents pouvoirs de pénétration des parois dentinaires, elles induisent d importantes modifications structurelles dans les cellules bactériennes. La membrane cellulaire est la première atteinte par un changement du gradient osmotique, qui mène à un gonflement et la mort des cellules. 16,34 Décontamination par le laser émettant dans le proche infrarouge La décontamination canalaire réalisée au moyen d un laser émettant dans le proche infrarouge, nécessite une préparation des canaux selon les mo - dalités classiques (préparation apicale avec lime ISO 25/30), étant donné que cette longueur d onde ne présente aucune affinité pour le tissu dur et n a donc pas d effet ablatif. L exposition au rayonnement suit la préparation endodontique classique, et sert de moyen de décontamination final du système endodontique avant l obturation. Une fibre optique de 200 µm de diamètre est placée à 1 mm de l apex, puis retirée avec un mouvement hélicoïdal en di - rection coronaire (le retrait étant effectué en cinq à dix secondes selon les techniques). Aujourd hui, il est conseillé d accomplir cette procédure dans un canal rempli d un produit d irrigation endodontique (de préférence, l EDTA ou l acide citrique; sinon du NaClO), afin de réduire les effets thermiques in - désirables sur la morphologie. 9,35 38 Un modèle expérimental a permis à Schoop et al. de démontrer que la manière avec laquelle les lasers diffusent leur énergie et pénètrent dans les parois dentinaires, les rend physiquement plus efficaces que les systèmes classiques d irrigation chimique, pour décontaminer ces parois. 8 Le laser au néodyme: YAG (Nd:YAG ; nm) a permis de réduire la population bactérienne de 85 % à une profondeur de 1 mm, par rapport à la diode laser (810 nm), dont 36 I Le magazine 3_2013

4 roots _ laser I le passage n a mené qu à une réduction de 63 % à 750 µm ou moins. Cette nette différence du pouvoir de pénétration est due à l affinité faible et variable de ces longueurs d onde pour le tissu dur. La nonuniformité de la capacité de diffusion permet à la lumière pénétrant dans le tissu d atteindre les bactéries et de les détruire par le biais des effets thermiques (Fig. 5). Beaucoup d autres études microbiologiques ont confirmé la puissante action bactéricide de la diode laser et du laser Nd:YAG, capables d éliminer jusqu à 100 % de la charge bactérienne dans le canal principal Une étude in vitro réalisée par Benedicenti et al., a indiqué que l utilisation de la diode laser de 810 nm associée à des solutions d irrigation à base d agents chélatants, tels que l acide citrique et l EDTA, menait à une réduction plus ou moins absolue de l espèce E. faecalis (99,9 %) dans le système endodontique. 9 Décontamination par un laser émettant dans le moyen infrarouge Vu sa faible efficacité pour la préparation et la mise en forme des canaux, l utilisation du laser Erbium pour la décontamination endodontique requiert une préparation canalaire par des techniques classiques, notamment une préparation de l apex au moyen d instruments ISO 25/30. Le dernier passage avec le laser n est possible que si le dispositif est équipé de longs tubes très fins (200 et 320 µm). Ceux-ci sont disponibles pour divers lasers Erbium et permettent d atteindre plus facilement la longueur de travail (1 mm à partir de l apex). Cette technique utilise classiquement un mouvement hélicoïdal lors du retrait du tube (sur un intervalle de cinq à dix secondes). Le passage du laser est répété trois à quatre fois selon la procédure, en alternant le rayonnement avec une irrigation par des produits chimiques (NaClO et/ou EDTA), pour maintenir l humidité du canal. Pendant la procédure, le système de pulvérisation intégré est fermé. La décontamination tridimensionnelle du système endodontique par le laser Erbium, n est pas encore comparable à celle des lasers émettant dans le proche infrarouge. L énergie thermique générée par ce type de laser est en fait essentiellement absorbée à la surface (haute affinité pour le tissu dentinaire riche en eau), où l effet bactéricide sur E. coli (bactérie à Gram négatif), et E. faecalis (bactérie à Gram positif) est le plus élevé. Moritz et al. ont obtenu une éradication presque totale (99,64 %) de ces bactéries, avec un réglage de 1,5 W. 44 Toutefois, ces systèmes n ont aucune action bactéricide en profondeur dans les canaux latéraux, car les tests sur la paroi radiculaire montrent qu ils n y pénètrent pas au-delà de 300 µm. 8 D autres études ont examiné le pouvoir de décontamination du laser Er,Cr:YSGG dans les canaux préparés de manière traditionnelle. L utilisation d une basse puissance (0,5 W, 10 Hz, 50 mj, en présence d une pulvérisation air/eau de l ordre de 20 %) a permis l élimination totale des bactéries. Cependant, le laser Er,Cr:YSGG a réalisé de meilleurs résultats, avec 77 % de réduction à 1 W et 96 % à 1,5 W. 42 Un nouveau domaine de recherche est celui de la capacité du laser Erbium à éliminer le biofilm bac - térien du tiers apical. 46 Une étude in vitro récente a davantage validé la capacité du laser Er:YAG à éliminer le biofilm endodontique de nombreuses espèces bactériennes (notamment A. naeslundii, E. faecalis, L. casei, P. acnes, F. nucleatum, P. gingivalis ou P. nigrescens). Les résultats ont indiqué une con - Fig. 17 Fig. 17_Position de la fibre optique et d un tube de laser émettant dans le proche et moyen infrarouge, à 1 mm de l apex. Selon la technique LAI, l extrémité doit se trouver dans le tiers moyen du canal, à environ 5 mm de l apex (à droite). Figs _Tube pour technique PIPS, à tir radial, en quartz, 400 µm. Les 3 derniers millimètres ont été dénudés du revêtement de protection externe, afin d augmentation la dispersion latérale d énergie. Fig. 18 Fig. 19 Fig. 20 Le magazine 3_2013 I 37

5 I roots _ laser Fig. 21 Fig. 22 Fig. 23 Figs _Images SEM de la dentine exposée à un tube à tir radial, 20 et 50 mj, 10 Hz pendant 20 et 40 secondes, respectivement, dans un canal irrigué avec de l EDTA. On observe un nettoyage visible des débris, de la boue dentinaire de la dentine et de la structure du collagène. (Figures reproduites avec l aimable autorisation du Dr Enrico Divito, États-Unis.) sidérable réduction des cellules bactériennes et une désagrégation du biofilm, la seule exception étant le biofilm formé par L. casei. 47 Les études menées actuellement évaluent l efficacité d une nouvelle technique laser qui fait intervenir une conception récente de tube nu, conique et à émission radiale. L objectif est d éliminer non seulement la boue dentinaire mais aussi le biofilm bactérien, 13 et les résultats sont très encourageants. Les lasers Erbium équipés de tubes à «tir frontal» émission de lumière à l extrémité du tube ont un faible pouvoir de pénétration latérale dans la paroi dentinaire. L utilisation d un tube à émission radiale avec le laser Er,Cr:YSGG a été proposée en 2007, et Gordon et al. ainsi que Schoop et al., ont étudié les effets de ce système sur la morphologie et la décontamination (Fig. 6) La première étude utilisait un tube de 200 µm de diamètre à émission radiale, avec et sans pulvérisation air/eau (34 et 28 %), à 10 et 20 mj, 20 Hz (0,2 et 0,4 W, respectivement). La durée du rayonnement variait de 15 secondes à deux minutes. La meilleure action bactéricide a été obtenue à la puissance maximale (0,4 W), avec un temps d exposition prolongé, en mode sec sans pulvérisation d eau. Elle correspondait à 99,71 % d élimination de la population bactérienne. Le rayonnement de durée et de puissance minimales (15 secondes et 0,2 W) avec pulvérisation d eau, a permis d obtenir 94,7 % de réduction. 48 La seconde étude portait sur un tube de 300 µm de diamètre et deux paramètres différents d émission laser (1 et 1,5 W, 20 Hz). Le protocole d essai consistait en cinq passages d une durée de cinq secondes, chacun interrompu par un temps de refroidissement de 20 secondes. Le niveau de dé - contamination obtenu a été extrêmement élevé, avec des différences sensibles entre 1 et 1,5 W, et une hausse thermique comprise entre 2,7 et 3,2 C. 49 Le même groupe, basé à Vienne, a étudié d autres paramètres (0,6 et 0,9 W) qui ont conduit à une hausse thermique très bien maîtrisée de 1,3 et 1,6 C respectivement, indiquant un effet bactéricide important sur E. coli et E. faecalis. 50 La nécessité de faire intervenir l effet thermique pour détruire les cellules bactériennes, entraîne toutefois des modifications de la dentine et du parodonte. Il importe d évaluer les paramètres les plus favorables et d explorer de nouvelles techniques, qui réduisent à un minimum les effets thermiques indésirables, que les lasers induisent sur les structures tissulaires dures et molles. Effets morphologiques sur la surface dentinaire De nombreuses études se sont penchées sur les effets morphologiques du rayonnement laser sur les parois radiculaires, en évaluant les effets collatéraux de la décontamination et du nettoyage des canaux radiculaires par différents lasers. Lorsqu ils sont utilisés à sec, les lasers émettant dans le proche et le moyen infrarouge produisent des effets thermiques caractéristiques (Figs. 7 et 8). 51 Les lasers émettant dans le proche infrarouge provoquent des modi - fications morphologiques caractéristiques de la paroi dentinaire : la boue dentinaire n est que partiellement éliminée et les canalicules dentinaires sont fermés, surtout en raison de la fonte des structures dentinaires inorganiques. La présence de bulles de recristallisation et de fêlures est manifeste (Figs. 9-12) L eau présente dans les solutions d irrigation limite l interaction thermique du faisceau laser sur la paroi dentinaire, mais parallèlement, elle peut avoir une action spécifique (désinfection ou ché - lation), en raison de sa thermo-activation par un laser émettant dans le proche infrarouge, ou de sa vaporisation directe par un laser émettant dans le moyen infrarouge (cible chromophore). L exposition au rayonnement laser dans le proche infrarouge diode (2,5 W, 15 Hz) et Nd:YAG (1,5 W, 100 mj, 15 Hz) après l utilisation d une solution d irrigation, crée un meilleur schéma dentinaire, 38 I Le magazine 3_2013

6 roots _ laser I Fig. 24 Fig. 25 Fig. 26 similaire à celui qui est obtenu avec un agent d irrigation employé seul. En présence de NaClO ou de chlorhexidine, le rayonnement laser conduit à une morphologie de canalicules dentinaires fermés contenant une boue dentinaire, mais la surface de fonte est réduite par comparaison avec la carbonisation résultant de l exposition à sec. Les meilleurs résultats ont été obtenus lors d un rayonnement suivi d une irrigation avec de l EDTA, qui a nettoyé les surfaces de la boue dentinaire, ouvert les canalicules den - tinaires et causé moins de signes observables de dommages thermiques Dans la conclusion de leurs études sur le laser Erbium, Yamazaki et al., ainsi que Kimura et al., ont souligné le besoin d eau pour éviter les effets morphologiques indésirables, manifestement présents lors d une exposition aux lasers Erbium dans des conditions sèches. 56,57 Utilisés de cette manière, les lasers Erbium donnent lieu à des signes d ablation et de dommages thermiques, sous l effet de la puissance utilisée. On observe des traces visibles de fêlures, de fonte superficielle de certaines surfaces et de vapori - sation de la boue dentinaire. L exposition de la dentine au rayonnement du laser Erbium en présence d eau, crée un schéma caractéristique. Le dommage thermique est réduit et les canalicules dentinaires sont ouverts au sommet des espaces péricanaliculaires, plus calcifiés et moins ablatés. La dentine intercanaliculaire, plus riche en eau, est davantage éliminée. La boue den - tinaire est vaporisée par le rayonnement des lasers Erbium et généralement absente Shoop et al. ont réalisé une étude in vitro des variations de température à la surface radiculaire. Ils ont trouvé que les niveaux énergétiques normalisés (100 mj, 15 Hz, 1,5 W), produisent une élévation thermique de 3,5 C seulement, à la surface du parodonte. Moritz a déclaré que ces paramètres étaient un moyen efficace de nettoyer et de décontaminer les canaux, et les a proposés comme norme internationale d utilisation du laser Erbium en endodontie (Figs ). 14,16 Même avec les lasers Erbium, il est conseillé d utiliser des solutions d irrigation, sinon il est possible d utiliser le NaClO et l EDTA pendant la phase finale du traitement endodontique assisté par laser, et d obtenir un schéma dentinaire avec peu d effets thermiques. Ceci ouvre la voie d un nouveau domaine de recherche en endodontie assistée par laser. Diverses techniques ont été proposées, telles que l irrigation activée par laser (LAI) et le flux photoacoustique induit par l absorption de photons (PIPS). Phénomènes photothermiques et photomécaniques de l élimination de la boue dentinaire George et al. ont publié la première étude sur l activation laser des liquides d irrigation, introduits à l intérieur du canal radiculaire en vue d augmenter leur efficacité. Dans cette étude, des tubes de deux systèmes laser (Er:YAG et Er,Cr:YSGG, tubes de 400 µm de diamètre, extrémités plates et coniques), dont le revêtement externe de protection mécanique avait été supprimé chimiquement, ont été utilisés pour accroître la diffusion latérale de l énergie. Le protocole de l étude consistait à tester le rayonnement laser sur des canaux radiculaires dont l espace interne avait été préparé avec une Fig. 27a Fig. 27c Fig. 27b Fig. 27d Fig. 24_Images SEM de la dentine radiculaire recouverte d un biofilm bactérien de E. faecalis, avant le rayonnement laser. Figs. 25 & 26_Images SEM de la dentine radiculaire recouverte d un biofilm bactérien de E. faecalis, après le rayonnement laser Er:YAG (20 mj, 15 Hz, tube pour PIPS) avec irrigation (EDTA). On observe une destruction et un détachement du biofilm bactérien et sa totale vaporisation du canal radiculaire principal et des canaux latéraux. (Figures 25 29d reproduites avec l aimable autorisation des Drs Enrico Divito et David Jaramillo, États-Unis.) Figs. 27a d_images au microscope confocal de la dentine du canal radiculaire recouverte d un biofilm (a). Cliché en lumière fluorescente du biofilm bactérien (en vert ; b). Signal autofluorecent de la dentine (en rouge ; c). Cliché 3D en surimpression (d). Le magazine 3_2013 I 39

7 I roots _ laser Figs. 28a d_images au microscope confocal de la dentine des canaux latéraux recouverte d un biofilm (a). Cliché en lumière fluorescente du biofilm bactérien (en vert ; b). Signal autofluorecent de la dentine (en rouge ; c). Cliché 3D en surimpression (d). Figs. 29a d_images au microscope confocal de la dentine (a). Signal autofluorescent sans signe de bactéries (b et c). Cliché 3D en surimpression (d). Fig. 28a Fig. 28b Fig. 28c Fig. 28d Fig. 29a Fig. 29b Fig. 29c Fig. 29d couche dense de boue dentinaire développée expérimentalement. La comparaison des résultats obtenus dans les groupes exposés au laser avec ceux des groupes non exposés, a permis de conclure que l activation laser de solutions d irrigation (EDTA associé au cétrimide, ou EDTAC, en particulier) permet un meilleur nettoyage et une élimination plus complète de la boue, des surfaces dentinaires. 65 Une étude ultérieure a indiqué que cette technique, appliquée à une puissance de 1 et 0,75 W, occasionne une élévation de tempé - rature de 2,5 C seulement, sans atteinte des structures parodontales. 66 Blanken et De Moor ont également étudié les effets de l activation de solutions d irrigation par le laser. Ils les ont com parés avec l irrigation conventionnelle (CI) et l irrigation passive aux ultrasons (PUI). Dans cette étude, un tube endodontique (200 µm de diamètre, extrémité plate), maintenu à 5 mm de l apex, a été utilisé pour effectuer quatre passages du laser Er,Cr:YSGG, en présence de NaClO à 2,5 %, chacun d une durée de cinq secondes, à 75 mj, 20 Hz, 1,5 W. L élimination de la boue dentinaire par cette technique a produit des résultats bien meilleurs que les deux autres méthodes. 67 L étude photo - micrographique de l essai semble indiquer que le laser provoque un déplacement très rapide des liquides par un effet de cavitation. La dilatation et la contraction successive des solutions d irrigation (sous l effet thermique) génère un effet de cavitation secondaire sur les liquides intracanalaires. Il n a pas été nécessaire d imprimer un mouvement ascendant et descendant du tube dans le canal, mais de le maintenir suffisamment stable dans le tiers moyen, à 5 mm de l apex. 68 Ce concept simplifie fortement la technique laser, sans le besoin d atteindre l apex et de négocier les courbes radiculaires (Fig. 17a). De Moor et al. ont comparé les techniques LAI et PUI et ont conclu que l utilisation du laser, en présence de durées d irrigation plus courtes (quatre irrigations de cinq secondes), donne des résultats comparables à ceux de la technique par ultrasons, où les temps d irrigation sont plus longs (trois fois 20 secondes). 69 De Groot et al. ont également confirmé l efficacité de la technique LAI et les résultats plus avantageux par rapport à la technique PUI. Les auteurs ont mis l accent sur le concept de flux, résultant de l effondrement des molécules d eau dans les solutions d irrigation utilisées. 70 Hmud et al. ont examiné la possibilité d utiliser les lasers émettant dans le proche infrarouge (940 et 980 nm) avec un embout de 200 µm, pour activer les solutions d irrigation à des puissances de 4 W et 10 Hz, et 2,5 W et 25 Hz, respectivement. Vu le manque d affinité entre ces longueurs d onde et l eau, il a été nécessaire d utiliser des puissances plus élevées qui, via l effet thermique et la cavitation, ont provoqué des mouvements liquidiens dans le canal radiculaire, ce qui a accru la capacité d élimination des débris et de la boue dentinaire. 71 Au cours d une étude ultérieure, les auteurs ont également vérifié la sécurité d emploi de ces puissances plus élevées, lesquelles ont causé une hausse de température de 30 C dans la solution d irrigation intracanalaire, alors qu elle n a été que de 4 C sur la surface radiculaire externe. L étude a conclu que l irrigation activée par les lasers émettant dans le proche infrarouge, est très efficace pour minimiser les effets thermiques sur la dentine et le cément radiculaire. 72 Une étude réalisée récemment par Macedo et al. portait sur le rôle d activation fondamental d un puissant modulateur de la vitesse de réaction de NaClO. Durant une pause de trois minutes, la consommation du chlore disponible a considérablement augmenté après la technique LAI, par rapport à PUI ou CI I Le magazine 3_2013

8 roots _ laser I Flux photo-acoustique induit par l absorption de photons (PIPS) La technique PIPS présuppose l utilisation du laser Erbium (Powerlase AT/HT et LightWalker AT, tous deux de Fotona) et son interaction avec des solutions d irrigation (EDTA ou eau distillée). 13 La technique fait intervenir un mécanisme différent de la technique LAI précédemment citée. Elle exploite les phénomènes photoacoustiques et pho - tomécaniques exclusivement, lesquels découlent de l utilisation de l énergie subablative de 20 mj à 15 Hz, avec des impulsions de 50 µs uniquement. Avec une puissance moyenne de seulement 0,3 W, chaque impulsion interagit avec les molécules d eau à une puissance de crête de 400 W, ce qui provoque une dilatation et des «ondes de choc» successives, et la formation d un puissant flux de liquides à l intérieur du canal, sans générer les effets thermiques indésirables observés avec d autres techniques. L étude de thermocouples appliqués au tiers radiculaire apical, a indiqué une élévation thermique de 1,2 C après 20 secondes, et de 1,5 C après 40 secondes de rayonnement continu. Un autre grand avantage découle de l insertion du tube dans la chambre pulpaire, qui se limite à l entrée du canal radiculaire uniquement et évite la pénétration toujours problématique du tube dans le canal ou jusqu à 1 mm de l apex, comme le requièrent les autres techniques (LAI et CI). On utilise à cet effet des tubes de conception récente (12 mm de long, 300 à 400 µm de diamètre et extrémités «nues et à émission radiale»). Les 3 derniers millimètres sont dépourvus de revêtement de protection, afin de favoriser une émission énergétique latérale plus importante par rapport au tube à émission frontale. Ce mode d émission améliore l utilisation de l énergie du laser lorsque, à des niveaux subablatifs, un faisceau ayant une puissance de crête très élevée pour chaque impulsion de 50 µs (400 W) génère de puissantes «ondes de choc» dans les solutions d irrigation, et produit un effet mécanique manifeste et significatif sur la paroi dentinaire (Figs ). Les études indiquent que l élimination de la boue dentinaire est supérieure à celle des groupes témoins où seuls de l EDTA ou de l eau distillée a été utilisé. Les échantillons traités par laser et EDTA pendant 20 et 40 secondes présentent une élimination totale de la boue dentinaire et des canalicules dentinaires (score de1, selon Hulsmann) ainsi qu une absence d effets thermiques indésirables, caractéristiques des parois dentinaires traitées par les techniques laser classiques. Observé à un fort grossissement, la structure du collagène reste intacte, ce qui semble indiquer un traitement endodontique très peu traumatisant (Figs ). Le Medical Dental Advanced Technologies Group, en collaboration avec l école Arizona School of Dentistry and Oral Health (A. T. Still University), l école Arthur A. Dugoni School of Dentistry (University of the Pacific), l université de Gênes et l université Loma Linda School of Dentistry, cherche actuellement à déterminer les effets de cette technique de décontamination du canal radiculaire et de l élimination du biofilm bactérien dans ce canal. Les résultats dont on dispose sont très encourageants (Figs ). _Discussion et conclusion La technologie laser utilisée en endodontie au cours des 20 dernières années a fortement évolué. Ses perfectionnements ont introduit les fibres optiques et tubes endodontiques, dont le calibre et la souplesse permettent de les insérer jusqu à 1 mm de l apex. La recherche menée au cours des dernières années s est orientée vers l élaboration de technologies (impulsions courtes, tubes nus et à «tir radial») et de techniques (LAI et PIPS), susceptibles de simplifier l utilisation du laser en endodontie, et de minimiser les effets thermiques indésirables sur les parois dentinaires, grâce à l utilisation d une puissance plus faible en présence de produits chimiques d irrigation. Il s est avéré que l EDTA est la meilleure solution en technique LAI, qui active le liquide et augmente l efficacité de son agent chélatant, ainsi que le nettoyage de la boue dentinaire. L utilisation de NaClO augmente l effet décontaminant. La technique PIPS atténue quant à elle les effets thermiques et permet d obtenir une puissante activité bacté - ricide et de nettoyage, grâce à son flux de liquides induit par l énergie photonique du laser. D autres études sont nécessaire pour valider l aspect innovateur de ces techniques (LAI et PIPS) en endodontie moderne._ Note de la rédaction : une liste complète des références est disponible auprès de l éditeur. La partie I de cet article a été publiée dans le magazine DT Study Club, Vol. 1, No. 2. _contact Pr Giovanni Olivi, InLaser Rome Advanced Center for Esthetic and Laser Dentistry Piazza F. Cucchi, 3, Rome Italie Tél. : Le magazine Le magazine 3_2013 I 41

The World s Endodontics Newspaper Édition Française

The World s Endodontics Newspaper Édition Française ENDO TRIBUNE The World s Endodontics Newspaper Édition Française FÉVRIER 2015 Vol. 7, No. 2 www.dental-tribune.fr PLANÈTE DENTAIRE Le développement technique dans le domaine de l endodontie est aujourd

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Nouveauté. BT-Race. Biologique et conservateur

Nouveauté. BT-Race. Biologique et conservateur Nouveauté BT-Race Biologique et conservateur Séquence BT-Race Cette séquence permet de traiter la grande majorité des canaux avec seulement 3 instruments, dans le respect absolu des concepts biologiques

Plus en détail

ANATOMIC. XP-endo Finisher. nettoyage optimal avec préservation de la dentine

ANATOMIC. XP-endo Finisher. nettoyage optimal avec préservation de la dentine ANATOMIC F I N I SHER FR XP-endo Finisher nettoyage optimal avec préservation de la dentine Le problème La complexité des canaux radiculaires Le système de canal radiculaire est très complexe : il peut

Plus en détail

Revo-S Prendre le problème à la racine! Votre spécialiste endo

Revo-S Prendre le problème à la racine! Votre spécialiste endo Revo-S Prendre le problème à la racine! Votre spécialiste endo Revo-S 04 Introduction 06 SC1 SC2 SU 12 AS30 AS35 AS40 18 Obturation Revo-S P. 4-17 Publicité + protocole opératoire 0459 Année apposition

Plus en détail

SIROLaser. SIROLaser. une nouvelle référence dans le traitement au laser. Instruments

SIROLaser. SIROLaser. une nouvelle référence dans le traitement au laser. Instruments SIROLaser Instruments SIROLaser une nouvelle référence dans le traitement au laser. SIROLaser le laser à diode compact de Sirona. Nouveau dans la gamme des instruments! SIROLaser est le laser à diode compact

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

Pourquoi le Lokki YAP 1341 nm pulsé?

Pourquoi le Lokki YAP 1341 nm pulsé? Pourquoi le Lokki YAP 1341 nm pulsé? Technologie exclusive «Made in France» Le LOKKI YAP au quotidien Facilité de prise en main. Facilité d utilisation. Fiabilité assurée. Rentabilité prouvée par gain

Plus en détail

Français * Fluorescence révélée. Traitement accéléré.

Français * Fluorescence révélée. Traitement accéléré. Français * Fluorescence révélée. Traitement accéléré. un protocole par FLUORESCENCE inédit Un réel atout pour le praticien et le patient (2) ACTEON est le premier à proposer un protocole de prophylaxie

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Laser combiné à l eau pour un usinage sans dommage. Delphine Perrottet Synova SA, Ecublens, Suisse

Laser combiné à l eau pour un usinage sans dommage. Delphine Perrottet Synova SA, Ecublens, Suisse Laser combiné à l eau pour un usinage sans dommage Delphine Perrottet Synova SA, Ecublens, Suisse Principe du laser guidé par jet d eau Laser Avantages: Lentille de focalisation Le jet d eau agit comme

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

la technique adhés Comment améliorer Clinique

la technique adhés Comment améliorer Clinique Clinique Comment améliorer la technique adhés Les principaux développements dans ce domaine ont été réalisés ces dernières années au niveau des matériaux d obturation et des systèmes adhésifs, assurant

Plus en détail

Anatomie du canal radiculaire de la première molaire mandibulaire définitive

Anatomie du canal radiculaire de la première molaire mandibulaire définitive Anatomie du canal radiculaire de la première molaire mandibulaire définitive Implications et recommandations cliniques Auteurs_Dr Carlos Heilborn, Paraguay ; Dr Oliver Valencia de Pablo & Dr Roberto Estevez,

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

Le traitement endodontique :

Le traitement endodontique : ENDO... AUTREMENT Le traitement endodontique : l essentiel Mots-clés > Endodontie > Anesthésie > Mise en forme > Obturation > Coordination et rédaction : Stéphane SIMON (Rouen) Dans cette rubrique intitulée

Plus en détail

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS LES LASERS Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome, faire preuve d'initiative. S'impliquer. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité.

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

ADIPOCYTE ET LASER. Dominique Boineau Bordeaux

ADIPOCYTE ET LASER. Dominique Boineau Bordeaux ADIPOCYTE ET LASER Dominique Boineau Bordeaux L adipocyte Cellule vivante Contient plus de 80% d eau Lieu de stockage des triglycérides Principale réserve d énergie Véritable glande endocrine capable de

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8 Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8 A Le cisplatine.... 8 A.I Découverte de l activité anti-tumorale du cisplatine... 8 A.II Activité

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

Les plans d organisation cellulaire

Les plans d organisation cellulaire FICHE I 1 Les plans d organisation cellulaire La cellule, unité structurale et fonctionnelle du vivant Tous les êtres vivants sont constitués d unités invisibles à l œil nu : les cellules. Cette notion

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

Traitement d un granulome apical sur un implant par laser Erbium YAG

Traitement d un granulome apical sur un implant par laser Erbium YAG Traitement d un granulome apical sur un implant par Erbium YAG Auteur_Dr David Guex, France Fig. 1_Pourquoi l erbium? Fig. 2_Pénétration tissulaire thermique. Fig. 3_Vaporisation explosive. Fig. 4_Effet

Plus en détail

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Grégory Genta Jouve Spectrométrie de masse appliquée aux Substances Naturelles Sommaire Introduction Homogénéisation Les différents types d extraction

Plus en détail

PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan

PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan DUCLOT Julie, SERRE Manon, GIBERT Philippe Service d Odontologie, C.H.R.U. Montpellier Département de Parodontologie

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - IV

Les LASERS et leurs applications - IV Les LASERS et leurs applications - IV Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

NOTE D APPLICATIONS AN141010. Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault

NOTE D APPLICATIONS AN141010. Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault SCIENSORIA NOTE D APPLICATIONS AN141010 Mesure de l épaisseur des parois métalliques épaisses par la méthode des courants de Foucault 1 Introduction Pour la mesure des épaisseurs métalliques, les méthodes

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques Activité 42 : Découvrir des facteurs d érosion de la roche 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Géologie externe ; évolution des paysages Notions. contenus Compétences Exemples d activités

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS

APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE. Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS APPLICATIONS DE LA MICROSCOPIE CONFOCALE A L ENDOSCOPIE DIGESTIVE Thierry BARRIOZ CHU de POITIERS 3 L endomicroscopie confocale est une nouvelle technique d endoscopie diagnostique, faisant partie des

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Recommandations de maintenance et instructions de montage pour chaînes plates à charnières dans les fours industriels

Recommandations de maintenance et instructions de montage pour chaînes plates à charnières dans les fours industriels dans les fours industriels Page 1 de 5 1. A la livraison des, les chaînes d entraînement sont pourvues d une protection anticorrosion appliquée par un procédé d immersion à chaud. 2. Avant la mise en service

Plus en détail

SOLUTIONS TRAITEMENTENDODONTIQUE

SOLUTIONS TRAITEMENTENDODONTIQUE CHIRURGIEN DENTISTE LABORATOIRE SPECIALISTE ENDODONTIE 3 1 SOLUTIONS TRAITEMENTENDODONTIQUE cas cliniques Cas N 1 Deuxième molaire maxillaire nécessitant un traitement endodontique suite à une pulpite.

Plus en détail

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons Principe de la microscopie par absorption biphotonique L optique non-linéaire ou 1 photon + 1 photon = 1photon! Principe de la fluorescence Absorption Emission e 1 > e 2 λ 1 < λ 2 e 2 = hν 2 e 1 = hν 1

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Régulation précédente de la puissance des installations

Régulation précédente de la puissance des installations Régulation par vitesse variable de la puissance de compresseurs à vis d installations frigorifiques ABB Refrigeration AB a développé un nouvel entraînement pour installations frigorifiques. Il s agit d

Plus en détail

Chromatographie gazeuse

Chromatographie gazeuse 2012 Chromatographie gazeuse Assisstant : Bastien NEEL Group 1 : Romain LAVERRIERE (romainl0@etu.unige.ch) Tatiana PACHOVA (pachova0@etu.unige.ch) Table of content: 1 Résumé... 3 2 Introduction... 3 3

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Optez pour une meilleure préparation canalaire avec la technologie Adaptive.

Optez pour une meilleure préparation canalaire avec la technologie Adaptive. Optez pour une meilleure préparation canalaire avec la technologie Adaptive. La préparation d un canal est souvent une opération complexe pour le dentiste. Le mouvement technologique Adaptive relève cependant

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?...

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Diffraction Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Doc. 1. Classes d un laser : Selon la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

La rollei RETRO 80s, un film unique avec une finesse de grain extrême.

La rollei RETRO 80s, un film unique avec une finesse de grain extrême. La rollei RETRO 80s, un film unique avec une finesse de grain extrême. Aurélien LE DUC,11 avenue du Pont Neuf, 87260 Pierre Buffière, France +33 6 48 07 38 10 aurelien.le-duc@neuf.fr http://www.labo-argentique.com

Plus en détail

Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique

Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique Ce livre blanc examine les résultats de 19 mois d'essai comparatif interlaboratoires entrepris pour vérifier l'état actuel

Plus en détail

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Antoine BOUBAULT Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Introduction Contexte Sortie fluide Récepteur (Matériaux absorbeurs) Entrée fluide Héliostats (Matériaux réflecteurs) Accroissement la durée de vie des matériaux

Plus en détail

Exemples de textes explicatifs

Exemples de textes explicatifs Exemples de textes explicatifs 1. Lis le texte explicatif suivant et, avec tes camarades, réponds aux questions portant sur les caractéristiques de ce type de texte. Pourquoi il nous faut notre dose quotidienne

Plus en détail

Technologies des réseaux tout optique

Technologies des réseaux tout optique École Nationale des Sciences Appliquées Tétouan- Génie des Systèmes de Télécommunications et Réseaux GSTR3 Module: Complément Télécoms Technologies des réseaux tout optique Pr. Mounir Arioua m.arioua@ieee.org

Plus en détail

Rapport d Expertise. LED Horticoles Agrotek. Juillet 2015

Rapport d Expertise. LED Horticoles Agrotek. Juillet 2015 Rapport d Expertise LED Horticoles Agrotek Juillet 2015 Présentation Contexte et problématique: Les LED Horticoles proposent un très bon éclairement rapporté à leur consommation électrique. Elles ont vocation

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Des résultats d essai montrent qu il est possible d obtenir des performances notablement plus élevées

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Créateur de la Cosmétique Végétale ANTI-FATIGUE. Marque déposée par Yves Rocher

Créateur de la Cosmétique Végétale ANTI-FATIGUE. Marque déposée par Yves Rocher Créateur de la Cosmétique Végétale Dossier scientifique ANTI-FATIGUE Le facteur perçu par les femmes N 1: la FATIGUE. La Recherche en Cosmétique Végétale Yves Rocher a mis en lumière l importance d une

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Repère : SESSION 2008 Durée : 3 H Page : 0/7 Coefficient : 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/7 Coefficient : 2

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT

MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT MANUEL D UTILISATION CUISEUR ÉLECTRIQUE MULTIFONCTIONS PRESTO PAN Lisez attentivement ce mode d'emploi avant d'utiliser l'appareil et conservez-le pour un usage ultérieur. POUR USAGE DOMESTIQUE UNIQUEMENT

Plus en détail

Techniques de traite recommandées par le NMC

Techniques de traite recommandées par le NMC A global organization for mastitis control and milk quality Une organisation mondiale pour le contrôle de la mammite et la qualité du lait Techniques de traite recommandées par le NMC Des techniques de

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTRÔLES SITE DE MONTPELLIER-VENDARGUES

DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTRÔLES SITE DE MONTPELLIER-VENDARGUES DIRECTION DES LABORATOIRES ET DES CONTRÔLES SITE DE MONTPELLIER-VENDARGUES Contrôles en laboratoire de produits d entretien des lentilles oculaires de contact 2005-2006 Produits contrôlés Dans le cadre

Plus en détail

Changements morphologiques du tissu dentaire dur préparé par laser Er:YAG

Changements morphologiques du tissu dentaire dur préparé par laser Er:YAG Changements morphologiques du tissu dentaire dur préparé par Er:YAG Auteurs_Dr Snejana Ts. Tsanova & Dr Georgi T. Tomov, Bulgarie Fig. 1a Figs. 1a c_dents extraites présentant des lésions carieuses. 12

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts Cours I. Modélisation d un œil : 1. Schéma de l œil et vision : L œil est un récepteur de lumière sensible aux radiations lumineuses

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS.

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS. Chez Gentec-EO, depuis plus de 40 ans, nous comprenons que l essence même de notre métier est l exactitude. Il n existe pas de demi-mesure : nos appareils mesurent avec exactitude ou ils ne mesurent pas

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

Séchage des salles et vide sanitaire

Séchage des salles et vide sanitaire Séchage des salles et vide sanitaire L intérêt du vide sanitaire et sa durée sont aujourd hui controversés. Son rôle est de détruire les micro-organismes persistant après la désinfection en les plaçant

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Annals of the University of Craiova, Electrical Engineering series, No. 30, 006 MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Daniela POPESCU,

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Guide pratique de la rénovation de façades

Guide pratique de la rénovation de façades Guide pratique de la rénovation de façades Pierre, béton, brique Alexandre CAUSSARIEU Thomas GAUMART Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11624-1 Laser Brique : encroûtements noirs Pierre : encroûtements

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

Utilisation de l application. Introduction à asa-control. Connexion à l application. Plus facile que tu ne le penses.

Utilisation de l application. Introduction à asa-control. Connexion à l application. Plus facile que tu ne le penses. asa-control Introduction à asa-control Utilisation de l application Plus facile que tu ne le penses. Tu travailles avec la souris et effectues toujours les mêmes étapes. Connexion à l application Choisis

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.30/2002/27 23 août 2002 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres Mise en oeuvre Si vous travaillez avec du carton multijet et que vous l utilisez correctement, vous verrez qu il s agit d un matériau très accommodant. Sa construction multijet est à la base des nombreuses

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

1. Contention des dents 33 à 43 (pas de préparation disponible sur le modèle)

1. Contention des dents 33 à 43 (pas de préparation disponible sur le modèle) Kit d essai GrandTEC Chère utilisatrice, Cher utilisateur, Le présent kit d essai vous permet de tester sur un modèle, avant l application clinique, l utilisation des bandes en fibres de verre imprégnées

Plus en détail

Christian LEBARD François ZUCCARELLI. Paris

Christian LEBARD François ZUCCARELLI. Paris MOTORISATION de la TRACTION LORS DE LA DESTRUCTION GRANDE VEINE SAPHENE PAR LASER Christian LEBARD François ZUCCARELLI Hôpital St Joseph Clinique du Parc Monceau Paris 1 Points communs des tt endoveineux

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail