Mesures de risque de marché

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesures de risque de marché"

Transcription

1 Mesures de risque de marché Cours de la chaire Risques Financiers de la fondation du Risque Cours de Master 2ème année, Master Recherche Probabilités et Applications (Université Paris 6 et Ecole Polytechnique) Master Recherche Mathématiques et Applications (Université Marne La Vallée et ENPC) Thomas GUIBERT 30 Janvier 2013

2 SOMMAIRE Introduction Définition et typologie des risques DEFINITION ET TYPOLOGIE DES RISQUES FOCUS SUR LES RISQUES DE MARCHE : ORGANISATION TYPE D UNE DIRECTION DES RISQUES DE MARCHE La réglementation bancaire LES OBJECTIFS ET LES DIFFÉRENTS INTERVENANTS UN PEU D HISTOIRE : FOCUS SUR LE COMITE DE BALE UN PEU D HISTOIRE : FOCUS SUR BALE ET LES RISQUES DE MARCHE Les mesures de risque de marché INTRODUCTION LES SENSIBILITÉS LA VALUE AT RISK (VAR) L EXPECTED SHORTFALL (ES) LES STRESS TESTS (SCÉNARIOS DE CRISE) LA STRESSED VAR (SVAR) L INCREMENTAL RISK CHARGE (IRC) LA COMPREHENSIVE RISK MEASURE (CRM) SYNTHESE Le lien entre les mesures de risque de marché et le capital réglementaire Synthèse et conclusion 2

3 INTRODUCTION 3

4 CHAPITRE 01 DEFINITION ET TYPOLOGIE DES RISQUES 4

5 Définition et typologie des risques (1/3) Définition des risques Les banques sont exposées à des risques inhérents à leurs activités. Le risque est associé à la notion d incertitude mais également aux pertes qu il peut engendrer. Les mesures de risque ont pour objectif de quantifier ces pertes, selon les types de risque. Risque de crédit (y compris le risque pays) Risque que l emprunteur (un particulier, une entreprise, un émetteur ou un Etat) ne rembourse pas sa dette aux échéances fixées. Le risque de crédit inclut le risque de contrepartie afférent aux opérations de marché. Cas pratiques : - Monsieur X a contracté un emprunt auprès de sa banque pour acheter un appartement. Monsieur X perd son emploi et n est plus en mesure de payer ses mensualités aux échéances fixées. - Crise sur les emprunts russes 1998: spéculation sur les titres de créances négociables. L Etat russe se déclare en cessation de paiement en août Risque de marché Risque de pertes résultant de l évolution des prix du marché (cours des actions, des matières premières, des devises et des taux d intérêt). Cas pratiques : - Flash crash du 6 mai 2010, Etats-Unis : un fonds a vendu une quantité inhabituelle de contrats sur S&P500, les transactions haute fréquence ont réagi de manière agressive. 5

6 Définition et typologie des risques (2/3) Risque opérationnel Risque de pertes résultant d une inadaptation ou d une défaillance imputable à des procédures, personnels et systèmes internes ou à des événements extérieurs. Cas pratiques : - Des traders ont pris des positions spéculatives massives, en dehors de leurs attributions et non couvertes. Ils ont réussi à les dissimuler à leurs hiérarchies et aux systèmes de contrôle des banques. Cela a notamment été le cas des banques suivantes: la Barings ( GUSD), la Société Générale ( GEUR) et UBS ( GUSD). - L affaire Madoff : il s agit d une escroquerie connue sous le nom de «chaine de Ponzi». Madoff proposait des rendements très élevés, mais en fait payait les intérêts des premiers investisseurs avec le capital apporté par les derniers entrés. Risque de non-conformité Risque de sanction ou de perte financière découlant du non-respect de la réglementation bancaire et financière ou des règles internes. Cas pratiques : - Etablissement de crédit A, avertissement et sanction pécuniaire de 800KEUR, nov./déc Selon l article 1 du règlement 97-02, les dispositifs de contrôle interne d une banque doivent être adaptés à la nature et au volume de ses activités, à sa taille et aux risques auxquels elle est exposée. Une mission d inspection de la Commission bancaire a montré que l établissement A n avait pas fait évoluer l architecture de son dispositif de surveillance des risques au même rythme que la complexité de ses opérations de marché. - «La banque britannique accepte de payer 1,9 milliard de dollars (1,5 milliards d euros) pour clore les poursuites engagées par les autorités américaines dans une affaire de blanchiment d'argent sale appartenant notamment à des cartels de la drogue. «HSBC a conclu un accord avec les autorités américaines dans le cadre d'enquêtes concernant des infractions aux lois sur les sanctions (frappant certaines entités criminelles ou assimilées) et la lutte contre le blanchiment d'argent», a précisé la banque dans un communiqué.» Source : Les Echos - 11/12/2012 6

7 Définition et typologie des risques (3/3) Risque de liquidité Risque que la banque ne puisse pas faire face à ses flux de trésorerie à un coût raisonnable. Cas pratique : - Crise des subprimes en 2007: nationalisation de Northern Rock, solvable mais investi dans des crédits hypothécaires non liquides. Risque structurel de taux d intérêt et de change Risque de pertes ou de dépréciations sur les actifs en cas de variation sur les taux d intérêt et de change. Risque stratégique Risque inhérent à la stratégie choisie ou résultant de l incapacité à mettre en œuvre cette stratégie. Risque de réputation Risque résultant d une perception négative de la part des clients, des contreparties, des actionnaires, des investisseurs ou des régulateurs qui peut affecter défavorablement la capacité d une banque à maintenir ou engager des relations d affaires et la continuité de l accès aux sources de financement. Risque environnemental et social Risque résultant d une prise en compte inadéquate des enjeux relatifs à la Responsabilité Sociale et Environnementale des Entreprises. Il est à considérer dans les relations du secteur de la Finance avec toutes ses parties prenantes : les clients, mais aussi les collaborateurs, les actionnaires, les fournisseurs et la société civile. 7

8 Focus sur les risques de marché : organisation type d une Direction des Risques de Marché Organisation type d une Direction des Risques de Marché Rôles et expertise des différentes fonctions par rapport aux mesures de risque de marché Directeur des Risques de Marché Analytics Marché Méthodologies des mesures de risque de marché Validation des modèles de pricing Gestion de projets Production des indicateurs Gestion des Risques de Marché Rôle Définition des méthodologies, choix de modélisation Validation indépendante des mesures de risque de marché Gestion de projets, implémentation, etc. Tests d impacts, analyse quotidienne des indicateurs Utilisation des indicateurs au quotidien dans la gestion des risques Expertise Expertise quantitative (modèles de pricing) Expertise Système d Information (implémentation IT, production, etc.) Expertise métier (marché et produits) 8

9 CHAPITRE 02 LA REGLEMENTATION BANCAIRE 9

10 La réglementation bancaire les objectifs et les différents intervenants La réglementation bancaire a notamment pour objectifs : Adapter ou améliorer les règles de fonctionnement et ainsi participer à la modernisation et la stabilité du secteur bancaire, Limiter la prise de risques excessive, Prévenir le risque systémique, Assurer aux clients une information de qualité. G20 FSB Comité de Bâle Parlement européen Conseil européen Commission européenne ABE (Autorité Bancaire Européenne) Parlement français ACP (Autorité de contrôle prudentiel) CRBF (Comité de la réglementation bancaire) AMF (Autorité des marchés financiers) Réglementation prudentielle supranationale Le G20 fixe les orientations prioritaires. Le Financial Stability Board (FSB ou Comité de stabilité financière) les décline opérationnellement et émet des recommandations. Le Comité de Bâle publie des recommandations, sous l égide de la BRI (Banque des Règlements Internationaux). Convergence européenne Les instances européennes transposent ces recommandations en droit européen (directives). Ces recommandations ont abouti, par exemple, à l'adoption de la Directive CRD (Capital Requirement Directive). Au niveau national, implémentation des dispositions communautaires et des lois nationales. Source: document interne Société Générale. 10

11 La réglementation bancaire un peu d histoire : focus sur le Comité de Bâle Les «Principes fondamentaux pour un contrôle bancaire efficace» publiés par le Comité de Bâle constituent le standard le plus important dans le domaine de la réglementation et du contrôle bancaire. Ces principes définissent le cadre d ensemble du contrôle bancaire et couvrent : L agrément des établissements, La réglementation prudentielle, Les techniques de contrôle, Les prérogatives des autorités. Les dates clés Dans la pratique : les étapes clés: - Publication d un document consultatif par le Comité de Bâle et réalisation d études d impacts, - Lobbying et réponses des banques, - Publication d un document final intégrant ou non les retours des banques, - Phase d implémentation avec réalisation d études d impacts complémentaires, - Présentation d un dossier de demande de validation de l utilisation des modèles internes par les banques à leur régulateur (ACP en France), - Mission de validation de l ACP sur place, - Rapport de l ACP, avec recommandations à mettre en œuvre selon un calendrier fixé Création Publication Publication Consultation des accords d amendements sur les Bâle 2 Bâle 2.5 Bâle 3 Bâle 4? du Comité de Bâle I relatifs au risque accords de de Bâle de marché Bâle 2 Les recommandations de Bâle 2 s articulent autour de 3 piliers : Pilier 1 : exigences minimales de fonds propres - Exigences de fonds propres minimales afin de couvrir les risques de marché, de crédit et opérationnels. Pilier 2 : processus de surveillance prudentielle - Principes de la surveillance prudentielle afin de garantir que le capital est suffisant afin de couvrir les risques encourus. Pilier 3 : discipline de marché - Des règles de transparence sont établies quant à la discipline de marché et l information mise à la disposition du public. 11

12 La réglementation bancaire un peu d histoire : focus sur Bâle et les risques de marché (1/2) Focus sur les textes de Bâle relatifs aux risques de marché : Bâle 2 Consultation juin 1999 / Document final 2004 / Implémentation fin VaR et méthode standard avec limitation des bénéfices liés au netting. Bâle 2.5 Consultation janvier 2009 / Document final juillet 2009 / Implémentation fin Renforcement du cadre de Bâle II et objectif affiché d augmenter le capital du portefeuille de trading. - Réduction de la pro-cyclicité des exigences de fonds propres. - Prise en compte de facteurs de risque autres que marché sur le trading book : le risque de crédit. - Le dispositif de Bâle II (VaR et méthode standard) est complété par de nouveaux éléments : Les modèles internes : la VaR est complétée par 3 nouvelles mesures de risque de marché : la VaR stressée, l Incremental Risk Charge (IRC) et la Comprehensive Risk Measure (CRM); La méthode standard (taux, change, equity et matières premières) est complétée par une charge en capital en méthode pour les positions de Titrisations, similaire à celle du banking book (ce qui adresse les arbitrages entre trading et banking). Bâle 4? Fundamental Review of the Trading Book Consultation de mai à septembre 2012 /? - Adresser les faiblesses mises en évidence par la crise, définir un cadre réglementaire unifié (en opposition au patchwork post Bâle 2.5) qui puisse être appliqué à toutes les banques et qui permette les comparaisons entre banques. - Le Comité de Bâle propose notamment: L utilisation d une mesure d Expected Shortfall calculée sur une période stressée, à la place des VaR et VaR stressée. La prise en compte d horizons de liquidité différenciés ainsi que la limitation des bénéfices de diversification et de hedge. La possibilité de réintégrer dans ce cadre unifié les risques de crédit actuellement captés par les mesures IRC et CRM. La mise en place d un calcul en méthode standard qui pourrait servir de floor pour le capital réglementaire. 12

13 La réglementation bancaire un peu d histoire : focus sur Bâle et les risques de marché (2/2) De Bâle 2 à Bâle 2.5 puis Bâle 4? Bâle 2 Bâle 2.5 Bâle 4? VaR VaR Expected Shortfall Modèles internes VaR spécifique VaR stressée IRC - période stressée - horizons de liquidité - limitation diversification - réintégration IRC/CRM CRM - floor en standard Méthode standard Méthode standard (IR, FX, EQ et CTY) Méthode standard (IR, FX, EQ et CTY) Méthode standard Titrisation Méthode standard (IR, FX, EQ et CTY) Méthode standard Titrisation temps 13

14 CHAPITRE 03 LES MESURES DE RISQUE DE MARCHE 14

15 CHAPITRE 03 Introduction 15

16 Les mesures de risque de marché introduction (1/4) La valorisation d un portefeuille de trading fait apparaître une dépendance aux : Eléments contractuels : nominal, qualité de la contrepartie, clauses particulières, etc. Eléments liés à son nom : qualité de crédit propre, accès à la liquidité (coût de refinancement), etc. Paramètres de marché explicites : cours des actions, taux de swaps, etc. Paramètres de marché implicites : volatilités, etc. Paramètres de marché plus exotiques : corrélations, etc. Paramètres de modèles : paramètres numériques (liés au calibrage des modèles), etc. De la mesure à l analyse des risques de marché Etapes préalables - Analyse économique des risques encourus - Identification des facteurs de risque - Collecte des données Etapes de modélisation - Modélisation des facteurs de risque - Lien entre facteurs de risque et valeur du portefeuille - Evaluation de la distribution de P&L du portefeuille - Evaluation de la robustesse des modèles (backtesting) Etapes d analyse, de synthèse et de pilotage du risque - Calcul des indicateurs de risque - Analyse du risque ex-ante - Suivi et pilotage du risque Dans la pratique : On considère une option sur un indice Equity dont le prix dépend de plusieurs paramètres : P(S, K, r, T, σ, d, q) - Eléments contractuels : strike K, maturité T, etc. - Paramètres de marché explicites : cours de l indice sous-jacent, taux d intérêt utilisé pour actualiser les flux, - Paramètres de marché implicites : la nappe de volatilités (à la monnaie et smile), les dividendes et repos, - Paramètres de marché plus exotiques : les corrélations dans le cas de produits multi sous-jacents, - Paramètres de modèles : selon le modèle de pricing utilisé (Black & Scholes, volatilité locale, volatilité stochastique). 16

17 Les mesures de risque de marché introduction (2/4) Etapes préalables Analyse économique des risques encourus sur le portefeuille de négociation - Actions & indices : les cours des actions et indices, leurs volatilités (à la monnaie et smile), les dividendes, etc. - Taux : les taux de swaps, les taux Trésor, les volatilités des taux, etc. - Change : les taux de change, les volatilités des taux de change, etc. - Crédit : les spreads de crédit, les volatilités, etc. - Matières premières : les cours des matières premières, leurs volatilités, etc. Dans la pratique : Dans le cas de l option sur indice Equity précédente, quels facteurs de risque retenir parmi l ensemble des paramètres de marché? spots, taux, volatilités, dividendes, repos, corrélations, etc. Identification des facteurs de risques: quelques exemples de changements de dynamiques Impacts de la faillite de Lehman sur l indice S&P500 Source : La formation des prix sur le marché des CDS : les enseignements de la crise souveraine ( ) - Christophe Bonnet - AMF, janvier 2012 Crise souveraine : élargissement des spreads de CDS 17

18 Les mesures de risque de marché introduction (3/4) Etapes préalables Identification des facteurs de risques: quelques exemples de changements de dynamiques Risque spécifique (ou idiosyncratique) : variations du cours d une action en raison d événements qui sont propres à l entreprise indépendamment des phénomènes qui affectent l ensemble des actions (le marché). Collecte des données 18

19 Les mesures de risque de marché introduction (4/4) Etapes de modélisation Modélisation des facteurs de risque Lien entre les facteurs de risque et la valeur du portefeuille Evaluation de la loi de probabilité des portefeuilles Evaluation de la robustesse des modèles (backtesting) Choix de mesures afin de gérer les risques de marché - Modélisation non probabiliste Expositions en nominal Sensibilités du portefeuille aux paramètres de marché - Modélisation probabiliste VaR Expected Shortfall Scénarios de stress Stressed VaR IRC CRM Etapes d analyse, de synthèse et de pilotage du risque Calcul d indicateurs de risque Analyse du risque ex-ante Suivi et pilotage du risque 19

20 CHAPITRE 03 Les sensibilités 20

21 Les mesures de risque de marché les sensibilités Définition Les sensibilités permettent de mesurer la variation du prix d un produit financier suite à la variation d un paramètre de marché. Mathématiquement, les sensibilités correspondent aux dérivées partielles du prix par rapport à un ou plusieurs paramètres de marché. Les sensibilités sont appelées les «grecques». Quelques exemples de sensibilités Risque de modèle : selon le modèle de pricing utilisé afin de valoriser un produit financier, des prix différents peuvent être obtenus. Les sensibilités aux différents paramètres de marché peuvent également avoir des valeurs différentes. dp Delta : sensibilité du prix du produit dérivé par rapport au cours du sous-jacent = ds dp Vega : sensibilité du prix du produit dérivé par rapport à la volatilité implicite v = dσ Rho : sensibilité du prix du produit dérivé par rapport à une variation des taux d intérêt ρ = Thêta : sensibilité du prix du produit dérivé à l écoulement du temps Gamma : sensibilité du delta par rapport au cours du sous-jacent Utilisation Les sensibilités sont utilisées par les traders afin de gérer leurs positions ainsi que les risk managers. Les sensibilités sont reportées au responsable du trading, au responsable des risques, etc. Elles sont utilisées afin de décomposer et d expliquer les variations du prix P: ds ds dσ dp = Γ + v + ρ dr +... S S σ 2 θ = dp dt 2 d P Dans la pratique : les sensibilités sont calculées en appliquant un choc sur le paramètre de marché : Γ = Δ= 1+1%),,,,,, ),,,,,, ) 1% ds 2 dp dr 21

22 CHAPITRE 03 La Value at Risk 22

23 Les mesures de risque de marché la Value at Risk définition (1/2) Définition La VaR est définie comme la perte potentielle maximale pouvant survenir pour un niveau de confiance donné et pour un horizon temporel fixé. Mathématiquement, la VaR est définie comme le quantile de la distribution des gains et pertes pour le niveau de confiance fixé. Dans la pratique : si la VaR d un portefeuille de trading est de 10 MEUR au seuil de 99% à un horizon1 jour, alors il y a 99% de chances que la perte subie n excède pas 10 MEUR à 1 jour. La VaR correspond à un montant de pertes; elle est fonction de trois paramètres : - La distribution des gains et pertes du portefeuille (positions et facteurs de risque) - Le niveau de confiance Plus le niveau de confiance est élevé, plus la VaR est élevée. Lorsque le niveau de confiance augmente, le nombre d occurrences au-delà de la VaR diminue, ce qui réduit la qualité de la mesure. La VaR est utile tant qu elle peut être vérifiée, i.e. que l on backteste le modèle en vérifiant si la fréquence des pertes observées dépasse le niveau de confiance. Une valeur trop élevée du quantile, à 99.99% par exemple, conduirait à un dépassement tous les 10,000 jours de trading, soit tous les 40 ans. - L horizon temporel Plus l horizon temporel est long, plus la VaR est élevée. L horizon temporel est défini en fonction de l horizon de gestion. Il est dicté par la profondeur des données de marché et les régulateurs. Dans la pratique : le changement d horizon temporel est réalisé à partir de la racine carrée du temps. Le passage d une VaR à 1 jour à une VaR à 10 jours se fait : VaR(10 j,99%) = VaR(1 j,99%) 10 VaR 23

24 Les mesures de risque de marché la Value at Risk définition (2/2) Un peu d histoire La VaR a été popularisée par JP Morgan, elle est largement acceptée par les banques depuis La VaR a été adoptée par les accords de Bâle en La VaR est utilisée En tant que mesure de risque de marché, Mais aussi pour le calcul du capital réglementaire. Dans la pratique : La réglementation impose, pour le calcul du capital réglementaire : - Un seuil de confiance de 99%, de sorte que la perte observée ne devrait excéder statistiquement la VaR dans 1% des cas seulement; - Un horizon temporel de 10 jours, qui suppose que toutes les positions peuvent être liquidées ou couvertes sur cette durée. Les éléments d un système de VaR Les positions du portefeuille - Collecte des positions et identification des paramètres de marché. Les facteurs de risque - Choix des facteurs de risque (sous-ensemble des paramètres de marché). - Choix de la modélisation des facteurs de risque. - Collecte des données de marché. La méthode d estimation de la VaR - L approche paramétrique. - Les simulations historiques. - Les simulations Monte Carlo. Positions du portefeuille de négociation Facteurs de risque Méthode d estimation de la VaR Niveau de confiance Horizon temporel 24

25 Les mesures de risque de marché la Value at Risk méthode paramétrique (1/5) L estimation de la VaR par la méthode paramétrique (variance-covariance) repose sur l hypothèse que la loi jointe des facteurs de risque suit une loi théorique. Les propriétés de cette loi théorique sont alors utilisées pour estimer le quantile de la distribution de probabilité des gains et pertes du portefeuille et donc la VaR. Dans la pratique : estimation de la VaR d un portefeuille par la méthode paramétrique Présentation du modèle linéaire approche delta normale * - Les facteurs de risque suivent une distribution normale. - Le risque du portefeuille est linéaire par rapport aux facteurs de risque. - Cette méthode consiste à représenter la distribution des profits et des pertes potentielles selon une fonction de densité d une loi normale centrée réduite. La connaissance de la fonction de répartition permet déduire la VaR. La VaR du portefeuille est déterminée par la volatilité des facteurs de risque. Illustration : cas d une position de 500,000 actions sur le titre A (cours : 10 EUR) - On fait l hypothèse que la moyenne des rendements des cours de l action est nulle et que la volatilité annuelle est de 20%. - Soit un portefeuille composé de 500,000 actions sur le titre A coté à 10 EUR. - La valeur initiale du portefeuille est donc de 5 MEUR. - La volatilité à 10 jours est égale à 3.98% - La VaR à 99% à horizon 10 jours est de 0.46 MEUR. 10 = %,10 )=3.98% Niveau de confiance Centilede la loi normale 99% ,5% 1,96 95% 1.64 * L approche delta normale peut être étendue, il s agit alors de l approche delta-gamma. 25

26 Les mesures de risque de marché la Value at Risk méthode de simulation historique (2/5) L estimation de la VaR par la méthode de simulation historique consiste à déterminer la distribution de probabilité des gains et pertes du portefeuille à partir des variations quotidiennes des paramètres de marché pertinents (les facteurs de risque) sur une période de temps donnée. Dans la pratique : estimation de la VaR d un portefeuille par la méthode de simulation historique Les facteurs de risque - Choix des facteurs de risque parmi l ensemble des paramètres de marché, - Choix de la longueur de la période des scénarios historiques (en pratique de 1 à 2 ans, soit de 250 à 500 scénarios), - Constitution d une base de données des observations historiques des facteurs de risque, - Fréquence de mise à jour de la période historique (de quotidienne à mensuelle), - Choix de la modélisation des scénarios à appliquer à ces facteurs de risque et de l horizon temporel, - Génération de scénarios pour l ensemble des facteurs de risque. Les approximations de modèles de pricing et de méthodes numériques - Choix des approximations en adéquation avec la précision requise par la mesure. Détermination de la distribution des gains et pertes du portefeuille - Les facteurs de risque sont choqués puis l ensemble des positions revalorisées, sous chacun des scénarios historiques. - On obtient ainsi autant de prix choqués du portefeuille que de scénarios, puis par différence avec la valeur initiale du portefeuille, on obtient la distribution des gains et pertes du portefeuille. Détermination du quantile à 99% de la distribution des gains et pertes du portefeuille - Le quantile à 99% est déterminé à partir de la distribution des gains et pertes du portefeuille. Changement d horizon temporel : de 1 jour à 10 jours - Le quantile à 99% à 1 jour est ramené à un quantile à 99% à 10 jours; en règle générale en utilisant la racine carrée du temps. 26

27 Les mesures de risque de marché la Value at Risk méthode de simulation historique (3/5) Illustration : cas d une option sur l indice DJ Eurostoxx 50, de prix P(S, K, r, T, σ, d, q) Les facteurs de risque - Choix des facteurs de risque : cours de l indice, taux d intérêt et volatilités à la monnaie. - Choix de la longueur des scénarios historiques : 300 scénarios. - Choix de la modélisation des scénarios : Cours de l indice : chocs relatifs, Taux d intérêt : chocs absolus, Volatilités à la monnaie : chocs relatifs. - Choix de l horizon temporel : 1 jour. Les approximations de modèles de pricing et de méthodes numériques - Choix des approximations : aucune, revalorisation complète. Détermination de la distribution des gains et pertes du portefeuille - Les facteurs de risque sont choqués puis l ensemble des positions revalorisées, sous chacun des scénarios historiques. - On obtient ainsi autant de prix choqués du portefeuille que de scénarios, puis par différence avec la valeur initiale du portefeuille (100 MEUR), on obtient la distribution des gains et pertes du portefeuille. Détermination du quantile à 99% - Le quantile à 99% est déterminé VaR = 3 e pire perte sur les 300 scénarios à partir de la distribution des gains et pertes du portefeuille. Changement d horizon temporel : de 1 jour à 10 jours - Le quantile à 99% à 1 jour est ramené à un quantile à 99% à 10 jours; en règle générale en utilisant la racine carrée du temps. 27

28 Les mesures de risque de marché la Value at Risk méthode Monte Carlo (4/5) L estimation de la VaR par la méthode de simulations Monte Carlo consiste à estimer la distribution de probabilité des gains et pertes du portefeuille à partir d un grand nombre de simulations des comportements futurs possibles des facteurs de risque. Dans la pratique : estimation de la VaR d un portefeuille par la méthode de Monte Carlo Les facteurs de risque - Spécification de la distribution jointe des facteurs de risque (en pratique, la loi normale est utilisée), - Simulation d un très grand nombre de scénarios de variations possibles des facteurs de risque à partir de cette loi (en pratique, 10,000 simulations au minimum). Le nombre de tirages conditionne la précision de la mesure du quantile. Les approximations de modèles de pricing et de méthodes numériques - La méthode Monte Carlo faisant appel à un très grand nombre de simulations des évolutions possibles des facteurs de risque, l utilisation de la revalorisation complète de l ensemble du portefeuille pour chacun de ces scénarios est inenvisageable pour des raisons de contraintes de temps/calculateurs. Dans la pratique, les impacts P&L sont calculés par les sensibilités. ds ds dσ dp = Γ v ρ dr... S S σ Détermination de la distribution des gains et pertes du portefeuille - La distribution des gains et pertes du portefeuille est obtenue en appliquant les scénarios de déformation des facteurs de risque simulés par la méthode Monte Carlo aux sensibilités du portefeuille. Détermination du quantile à 99% de la distribution des gains et pertes du portefeuille - Le quantile à 99% est déterminé à partir de la distribution des gains et pertes du portefeuille. 2 28

29 Les mesures de risque de marché la Value at Risk méthode Monte Carlo (5/5) Illustration : cas d une position de 500,000 actions sur le titre A (cours : 10 EUR) Les facteurs de risque - Spécification de la distribution des facteurs de risque : cours de l action 2 ds( t) = µ S( t) dt + σ S( t) dw ( t) S( t t) S( t)exp ( σ + = µ ) t + σε t 2 - Les moyenne et écart-type sont estimés sur données historiques. - Nombre de scénarios : 10,000 - Choix de l horizon temporel : 1 jour (10 jours). Les approximations de pricing et de méthodes numériques - Choix des approximations : la revalorisation complète étant impossible, les impacts P&L sont calculés par les sensibilités. - Dans le cas d une action, la question ne se pose pas. La valeur initiale du portefeuille est de 5 MEUR (500,000 x 10). Détermination de la distribution des gains et pertes du portefeuille - La distribution des gains et pertes du portefeuille est obtenue en appliquant les scénarios de déformation des facteurs de risque simulés par la méthode Monte Carlo aux sensibilités du portefeuille. - On obtient ainsi autant de prix choqués du portefeuille que de scénarios, puis par différence avec la valeur initiale du portefeuille (100 MEUR), on obtient la distribution des gains et pertes du portefeuille. Détermination du quantile à 99% - La VaR correspond au quantile à 99% (100 e pire sur 10,000), ie -595KEUR. - Le choix de l horizon temporel se fait lors de la simulation des scénarios. 29

30 Les mesures de risque de marché la Value at Risk le backtesting (1/3) Définition Le backtesting de la VaR a comme double objectif de : - Valider l adéquation du modèle statistiquement, en vérifiant si le degré de couverture observé empiriquement correspond au niveau de confiance théorique de 99%. Pour ce faire, on compte le nombre de dépassements de backtesting, i.e. le nombre de fois où la perte observée dépasse la VaR. - Valider le modèle de VaR en tant que mesure de capital réglementaire. La VaR permet-elle d allouer des exigences de fonds propres suffisantes afin de couvrir les pertes observées? Le backtesting n est donc pas une mesure de risque de marché, mais une procédure statistique permettant de juger, a posteriori, de la qualité du modèle de VaR. Utilisation Le nombre de dépassements de backtesting observés sur l année glissante intervient directement dans la détermination des exigences de fonds propres réglementaires (cf. chapitre 4). La fréquence des dépassements et leur amplitude renseignent également sur la qualité du modèle de VaR. Le backtesting peut permettre d identifier les facteurs de risque qu il pourrait être nécessaire d intégrer dans le modèle de VaR. En effet, un nombre trop important de dépassements peut être expliqué par la non prise en compte d un risque important pour le portefeuille sur lequel la VaR est calculée. Illustration 2 dépassements sur l année glissante : - 22/03/2012 :. P&L = -9.6MEUR. VaR = -8.8MEUR - 23/06/2012 :. P&L = -9.1MEUR. VaR = -7.2MEUR Mesures de risque de marché Source: données simulées. 30

31 Les mesures de risque de marché la Value at Risk le backtesting (2/3) Utilisation du backtesting de la VaR pour déterminer les exigences de fonds propres Les exigences de fonds propres liées à la VaR sont calculées à partir de la formule suivante : où m représente le coefficient multiplicateur permettant de convertir la mesure de risque de marché (VaR) en capital réglementaire. Le coefficient multiplicateur se décompose de la façon suivante : m = 3 + m Banque + FC Backtesting - Le coefficient multiplicateur est attribué à chaque banque par l ACP en fonction de la qualité de son système de gestion des risques, avec un minimum de 3. - Le minimum de 3 est majoré par un coefficient additionnel, spécifique à chaque Banque (m Banque ). - Enfin, un facteur complémentaire variant entre 0 et 1 est ajouté, en fonction du nombre des dépassements de backtesting. Illustration Banque A 60 m K VaR = 10 max VaRt 1, VaRt i 1 60 i= 1 - La VaR moyenne de la banque A sur le trimestre est de 10 MEUR. - Lors de la validation de son modèle de VaR par l ACP, la banque A a obtenu un multiplicateur de 4 (3+1). - Sur l année glissante, 6 dépassements de backtesting ont été observés. Le coefficient multiplicateur total est donc de 4,5 ( ,5). Le capital réglementaire lié à la VaR est de 142 MEUR. Banque B - La VaR moyenne de la banque B sur le trimestre est également de 10 MEUR. - Lors de la validation de son modèle de VaR par l ACP, la banque B a obtenu - un multiplicateur de 3,5 (3 + 0,5). - Sur l année glissante, seuls 2 dépassements de backtesting ont été observés. Le coefficient multiplicateur total est donc de 3,5 (3 + 0,5 + 0). Le capital réglementaire lié à la VaR est de 111 MEUR. Nombre de dépassements Facteur complémentaire Moins de ,4 6 0,5 7 0,65 8 0,75 9 0,85 10 ou plus 1 Pour un même montant de VaR, la banque A alloue 32 MEUR de capital en plus que la banque B. La qualité du modèle de VaR est donc primordiale non seulement pour la mesure des risques mais aussi pour le capital! 31

32 Les mesures de risque de marché la Value at Risk le backtesting (3/3) Credit Suisse First Boston (2000) Les pertes sont rares et toujours très inférieures à la VaR (en MUSD). Deutsche Bank (2000) Les résultats quotidiens sont quasiment systématiquement positifs (en MEUR). La distribution des gains et pertes ex-post est très différente de la distribution ex-ante. ABN Amro (2000) Surestimation de la VaR, qui est largement supérieure aux pertes observées (en MEUR). Source: exemples tirés du support de Jean-Paul Laurent. 32

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise Conférence PRMIA Revue Fondamentale du Trading Book Quel trading pour les années à venir Paris,

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Les options Plan Les options standards (options de 1 ère génération) Les produits de base: calls

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire ISFA - B&W Deloitte Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université Claude Bernard Lyon 1 laurent.jeanpaul@free.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

Examen de Gestion des Risques Financiers

Examen de Gestion des Risques Financiers Examen de Gestion des Risques Financiers Thierry Roncalli 4 janvier 2012 Merci de rédiger entièrement vos réponses. 1 Les réglementations Bâle II et Bâle III 1. Quelles sont les principales différences

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

Département des Risques

Département des Risques DOCUMENTATION RELATIVE AU PILIER 3 DE LA REGLEMENTATION BALE II SOMMAIRE 1- Présentation 2- Politique de gestion des risques 3- Fonds propres 4- Adéquation des fonds propres 5- Risques de contrepartie

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT ESILV UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT Vivien BRUNEL 05/12/2014 1 AGENDA INTRODUCTION LE TRANSFERT DU RISQUE DE CREDIT A. DERIVES DE CREDIT B. TITRISATION LA CRISE DES SUBPRIMES ET SES PROLONGEMENTS

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Les produits structurés après la crise Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Sommaire Introduction Besoins en placement: un peu d histoire Les produits structurés Fonctionnement Le zéro

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Examen Mesures de Risque de Marché

Examen Mesures de Risque de Marché ESILV 2012 D. Herlemont Mesures de Risque de Marché I Examen Mesures de Risque de Marché Durée: 2 heures. Documents non autorisés et calculatrices simples autorisées. 2 pt 1. On se propose d effectuer

Plus en détail

Value at Risk - étude de cas

Value at Risk - étude de cas Value at Risk - étude de cas Daniel Herlemont 17 juin 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 La Value at Risk 1 2.1 La VaR historique................................. 2 2.2 La VaR normale..................................

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Le risque de contrepartie

Le risque de contrepartie Le risque de contrepartie Gérer les risques en temps de crise 20/06/2012 Idriss Tchapda Djamen Sommaire Exécutif n Le risque de contrepartie reçoit une attention considérable de la part des régulateurs

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

Les options : Lien entre les paramètres de pricing et les grecs

Les options : Lien entre les paramètres de pricing et les grecs Cette page est soutenue par ALGOFI Cabinet de conseil, d ingénierie financière et dépositaire de systèmes d information financiers. Par Ingefi, le Pôle Métier Ingénierie Financière d Algofi. ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

L exposition au risque de contrepartie sous Bâle III. Focus sur EEPE & CVA. Éclairage, par Harwell Management

L exposition au risque de contrepartie sous Bâle III. Focus sur EEPE & CVA. Éclairage, par Harwell Management L exposition au risque de sous Bâle III Focus sur EEPE & CVA Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises L exposition au risque de sous Bâle III Focus sur EEPE & CVA En quelques mots

Plus en détail

Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés. Bauer & Isidor Shteto, CACIB, séances 6 8)

Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés. Bauer & Isidor Shteto, CACIB, séances 6 8) Plan du cours 1 Introduction, mesure de risques (P. Tankov, UPD, séances 1 3) Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés 2 Réglementation (M. Benlaribi, Deloitte,

Plus en détail

L essentiel des marchés financiers

L essentiel des marchés financiers Éric Chardoillet Marc Salvat Henri Tournyol du Clos L essentiel des marchés financiers Front office, post-marché et gestion des risques, 2010 ISBN : 978-2-212-54674-3 Table des matières Introduction...

Plus en détail

LES PRODUITS STRUCTURÉS

LES PRODUITS STRUCTURÉS DécryptEco LES PRODUITS STRUCTURÉS DE LA CONCEPTION À L UTILISATION Nicolas Commerot Responsable offre de marché et négociation SG Private Banking, Pierre Von Pine Directeur marketing Produits structurés

Plus en détail

Formation «Bâle II, Pilier 2 : ICAAP, stress tests»

Formation «Bâle II, Pilier 2 : ICAAP, stress tests» Formation «Bâle II, Pilier 2 : ICAAP, stress tests» RÉFÉRENCE : 405 1. Objectif général Avoir une vision d ensemble du pilier 2 de Bâle II et de ses impacts. Acquérir un niveau d expertise permettant de

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Equinox-Cognizant Contexte Vers une harmonisation des méthodes de calcul de RWA à

Plus en détail

Les nouveaux instruments financiers

Les nouveaux instruments financiers Les nouveaux instruments financiers 8 février 2005 Jean-Paul Laurent Professeur à l ISFA, Université Lyon 1 «Imaginons que nous puissions introduire dans le système économique toutes les institutions possibles

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

ESSEC. Cours FING31259 Management bancaire. Séance 1 Le r isque de mar chés

ESSEC. Cours FING31259 Management bancaire. Séance 1 Le r isque de mar chés ESSEC Cours FING31259 Management bancaire Séance 1 Le r isque de mar chés Plan Les activités de marché Les opérations de marché Le risque de marché Le cadre réglementaire Méthode forfaitaire et méthode

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti»

Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Correction de l exercice 2 du cours Gestion de patrimoine : «Analyse d un produit structuré à capital garanti» Question 1 : représenter graphiquement le taux de rentabilité du produit à capital garanti

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

2- Comment les traders gèrent les risques

2- Comment les traders gèrent les risques 2- Comment les traders gèrent les risques front office middle office back office trading échange d'actifs financiers contrôle des risques, calcul du capital requis enregistrement des opérations traitement

Plus en détail

Valorisation des instruments complexes

Valorisation des instruments complexes Valorisation des instruments complexes Contrainte réglementaire ou opportunité: le retour d expérience d une société de gestion Mars 2 0 1 2 p0 P0 Préambule: le fondement réglementaire pour les sociétés

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2013-2014 Université Paris 8 Table des matières

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés.

Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés. Gestion Actif-Passif De Arrow à Enron : 50 ans de produits dérivés. Jean-Paul Laurent Professeur à l ISFA, Université Lyon 1 Consultant scientifique, BNP PARIBAS! «Imaginons que nous puissions introduire

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

Risk Adjusted Return On Capital

Risk Adjusted Return On Capital Master gestion des risques Abdelkader Bousabaa 19 Novembre 2008 Historique Définition Historique Charles S. Sanford (Bankers Trust) Développement tardif en France État des lieux Historique Définition Définition

Plus en détail

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012 18 Bd Montmartre 75009 Paris - Tél : 01 42 68 86 00 SINFONI Optima Fonds diversifié de droit français 1er juin 2012 «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Daniel Herlemont 1 Introduction L objectif de ce projet est d examiner la couverture delta-gamma neutre d un portefeuille d options digitales Asset-Or-Nothing

Plus en détail

Gouvernance et contrôle interne Table ronde

Gouvernance et contrôle interne Table ronde Gouvernance et contrôle interne Table ronde Conférence ASSFOR 10 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Couverture : Protéger des créances ou des dettes (commerciales ou financières) contre le risque de variation

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

Delta couverture de produits dérivés en Finance. ESILV Ingénierie Financière S8 Cours du 24 avril 2012 Partie 2 Marie Bernhart

Delta couverture de produits dérivés en Finance. ESILV Ingénierie Financière S8 Cours du 24 avril 2012 Partie 2 Marie Bernhart Delta couverture de produits dérivés en Finance ESILV Ingénierie Financière S8 Cours du 24 avril 2012 Partie 2 Marie Bernhart Plan de la présentation Couverture de produits dérivés en Finance Principe

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES 1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES Objectifs du chapitre : à la fin de ce chapitre, vous devrez savoir... expliquer ce qu est un «risque» différencier les techniques fondamentales (éviter/prévenir/absorber/transférer)

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Options et Volatilité (introduction)

Options et Volatilité (introduction) SECONDE PARTIE Options et Volatilité (introduction) Avril 2013 Licence Paris Dauphine 2013 SECONDE PARTIE Philippe GIORDAN Head of Investment Consulting +377 92 16 55 65 philippe.giordan@kblmonaco.com

Plus en détail

Les options classiques

Les options classiques Les options classiques des options sur contrat : 1) Spéculation : Les options sur contrat est un remarquable instrument de spéculation permettant de spéculer sur la hausse ou la baisse du prix du contrat

Plus en détail

DESS INGENIERIE FINANCIERE

DESS INGENIERIE FINANCIERE DESS INGENIERIE FINANCIERE Mercredi 27 mars 2005 Philippe TESTIER - CFCM Brest 1 SOMMAIRE Le Change au comptant (spot) ; Le Change à Terme (termes secs, swaps de change) ; Les Options de Change ; Les Options

Plus en détail

INTRODUCTION : EDP ET FINANCE.

INTRODUCTION : EDP ET FINANCE. INTRODUCTION : EDP ET FINANCE. Alexandre Popier Université du Maine, Le Mans A. Popier (Le Mans) EDP et finance. 1 / 16 PLAN DU COURS 1 MODÈLE ET ÉQUATION DE BLACK SCHOLES 2 QUELQUES EXTENSIONS A. Popier

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Valorisation d es des options Novembre 2007

Valorisation d es des options Novembre 2007 Valorisation des options Novembre 2007 Plan Rappels Relations de prix Le modèle binomial Le modèle de Black-Scholes Les grecques Page 2 Rappels (1) Définition Une option est un contrat financier qui confère

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

Gestion des Risques Financiers

Gestion des Risques Financiers Gestion des Risques Financiers Thierry Roncalli 9 janvier 2008 Merci de rédiger entièrement vos réponses. 1 La réglementation Bâle II 1. Quelles sont les principales diérences entre l'accord originel de

Plus en détail

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos?

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos? Equity First une gamme d invest First une gamme d investisseme une gamme d investissements in ga d investissements intelligents Eq intelligents Equity First une gam Equity First une gamme d invest First

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Comment utiliser les modèles mathématiques pour concevoir les stress tests?

Comment utiliser les modèles mathématiques pour concevoir les stress tests? Comment utiliser les modèles mathématiques pour concevoir les stress tests? Idriss Tchapda-Djamen 18 décembre 2015 Sommaire Exécutif 1. Les stress tests ont pris une importance depuis la dernière crise

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

La réforme de l organisation prudentielle

La réforme de l organisation prudentielle Réglementation 7 La réforme de l organisation prudentielle La mise en place de ces dispositifs prudentiels a incontestablement amélioré la sécurité du système financier. Il ne permet cependant plus aujourd

Plus en détail

Exercice 2 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché»

Exercice 2 du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché» Exercice du cours Management Bancaire : «Calcul de la VaR d une position de marché» La réglementation bancaire impose aux banques de maintenir un niveau de capital minimum pour absorber les pertes dues

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

En route vers Bâle III

En route vers Bâle III Sommaire Rappel de la réglementation Bâle II Un contexte de crise Présentation de la réforme Le volet liquidité Exemples d interventions Rappel de la réglementation Bâle II 3 piliers Pilier I : l'exigence

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

La mobilisation des ressources à l AFD

La mobilisation des ressources à l AFD 13/11/2013 La mobilisation des ressources à l AFD Soumana ALOU HAROUNA Sommaire 1 ) L AFD en quelques mots p. 4-5 Rôle Missions Champs géographique 2 ) L activité de l AFD... p. 7-9 Les niveaux d engagements

Plus en détail

Comptes et plans d épargne-logement

Comptes et plans d épargne-logement Page 1 of 6 Alerte Banques n 2 - avril 2006 ARCHIVES I IMPRIMER Comptes et plans d épargne-logement L avis du CNC relatif à la comptabilisation des CEL et PEL pose le principe suivant : les conséquences

Plus en détail

Analyse et Contrôle des Risques Financiers

Analyse et Contrôle des Risques Financiers Analyse et Contrôle des Risques Financiers MASTÈRE SCIENTIFIQUE École Supérieure d Ingénieurs Léonard de Vinci Analyste et contrôleur des risques financiers : une profession d avenir www.esilv.fr L Analyse

Plus en détail