Analyse des stratégies de communication et de coopération utilisées par le médecin dans douze consultations médicales de routine 21

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse des stratégies de communication et de coopération utilisées par le médecin dans douze consultations médicales de routine 21"

Transcription

1 Analyse des stratégies de communication et de coopération utilisées par le médecin dans douze consultations médicales de routine 21 Michèle-Isis Brouillet et Marie-Yolande Bujold Université du Québec à Montréal RÉSUMÉ À partir d une analyse de la communication patient/médecin dans douze consultations médicales de routine, le présent article vise à identifier les stratégies de communication utilisées par des médecins et la présence de la coopération dans leurs dialogues. Les résultats de l étude montrent que les stratégies de communication les plus utilisées sont l information (52%) et la facilitation (49%), que la stratégie la moins utilisée est l entretien (0.6%) et qu il y a peu de coopération dans les douze cas étudiés car un seul dialogue franchit le seuil requis de 35 %. Le manque de mobilité dans l utilisation des stratégies peut expliquer l état de la coopération présente dans l étude et jouer un rôle important dans l intégration de changements d habitude de vie ou autres consignes présentées au patient par le médecin. CONTEXTE Dans le domaine de la santé, on constate des changements majeurs affectant la communication médicale aussi bien pour les patients que pour les médecins. Par exemple, on constate une attitude plus active des patients dans l affirmation de leurs besoins lors des interactions avec les médecins (Wiles et Higgins, 1996; Stewart et Weston : voir Stewart, Brown, Weston, Mc Whinney, McWillam Freeman,1995). On remarque également la présence d un problème de communication joint à la présence d une erreur technique, c est-à-dire une 21 Nous remercions l Équipe de recherche en médecine familiale de la Cité de la Santé de Laval pour avoir contribué au financement de la recherche et, plus particulièrement, le Dr Marie-Thérèse Lussier qui a accepté qu une étude secondaire puisse être menée à partir de la recherche qu elle avait réalisée sur la détresse psychologique en médecine générale.

2 80 Analyse des stratégies de communication et de coopération négligence ou une erreur médicale reliée à l expertise du médecin, dans plusieurs des poursuites contre les médecins soit à peu près 70 % (Beckman, Markakis, Suchman et Frankel, 1994; Levinson, Roter, Mulloly, Dull et Frankel,1997). Les problèmes de communication demeurent une source importante d insatisfaction des patients selon des enquêtes menées aux États-Unis (Finocchio et al., 1995) et au Québec (Robert, 1999). La récurrence de cette insatisfaction suscite l intérêt d explorer les recherches menées sur ce sujet. Dans le cadre d une recherche plus large portant sur la fréquence, le contenu, les stratégies utilisées par des médecins généralistes (Beaudoin, Lussier, Gagnon, Brouillet et Lalande, 1999), notre étude a analysé les stratégies de communication naturellement utilisées par les médecins, dans le but de connaître si celles-ci pouvaient favoriser la présence de la coopération telle que proposée par St- Arnaud. Notre recherche participe ainsi à l amélioration des communications professionnelles des médecins généralistes en proposant une méthode pour l analyse des stratégies de communication lors de leurs consultations de routine. La recherche s inscrit également dans une démarche de connaissance des conditions de communication permettant de faciliter l adhésion des patients à des prescriptions médicales vitales pour leur bien être. Que l on pense aux problèmes cardiovasculaires, aux problèmes d obésité ou de consommation de cigarettes. RECENSION DES ÉCRITS Depuis 1990 il y a eu un effort important de recherches au sujet de la communication patient/médecin (Simpson, Buckman, Stewart, Maguire, Lipkin, Novack et Till, 1991; Northouse et Northouse, 1992; Chugh et Lockyer, 1995; Boon et Stewart,1998). L une des directions de recherche propose une série de modèles de communication clinique (Health Beliefs Model, le Reinforcement Expectancy Theory, le Tri-Function Model of the medical interview) pour encadrer la communication dans les relations de soins (Suchman, Markakis, Beckman et Frankel, 1997; Morgan et Winter, 1996). Ainsi, l introduction de la méthode du patient centered medicine amène une transformation de la vision traditionnelle de la consultation médicale. En effet, l approche traditionnelle vise à interpréter les signes et les symptômes du patient en terme de pathologie physique alors que, dans la méthode centrée sur le patient, le médecin vise à comprendre les idées, les sentiments et les valeurs du patient par le biais de l utilisation de techniques de communication (McWhinney, 1989). La définition suivante de la relation patient/médecin illustre ce changement : Une relation négociée dans laquelle

3 Analyse des stratégies de communication et de coopération 81 chacun des acteurs a l opportunité d influencer la relation (Wiles et Higgins, 1996; p.351). Cette relation a pour objet de définir un problème, d établir les objectifs d un traitement et d identifier les rôles qui seront tenus par le médecin et le patient à l intérieur de cette relation (Stewart, 1995). Dans le champ des communications interpersonnelles plusieurs approches permettent de se centrer sur la complexité du dialogue médical en tenant compte à la fois du contexte du dialogue étudié, des interactions mêmes et du milieu naturel des échanges (Bateson, 1972; Goffman, 1974; Cosnier, Grosjean et Lacoste, 1993). Winkin (1981) propose même une métaphore pour illustrer la spécificité de la rétroaction 22, concept essentiel à toute théorie de la communication, il s agit de la métaphore de l orchestre; la communication y est conçue comme un système à multiples canaux auquel l acteur social participe à tout instant. En sa qualité de membre d une certaine culture, il fait partie de la communication, comme le musicien fait partie de l orchestre. La consultation médicale est un lieu qui peut répondre à cette métaphore dans la mesure ou l accent est mis sur la circularité des échanges a contrario du modèle de la théorie classique de la communication qui est un modèle linéaire. En effet, il y a bien deux acteurs sociaux qui participent, tant au plan du contenu qu à celui de la relation, à l atteinte d une cible commune par les échanges qu ils entretiennent et ce, en tenant compte des différents contextes qui encadrent la relation médicale. On ne parle pas ici de situations d urgence mais de situations où il y a une consultation pour un bilan de santé ou pour un suivi régulier, que ce soit en cabinet privé ou dans une clinique. De plus, la spécificité de la consultation médicale doit être prise en compte. La consultation vise le partage d information et la facilitation des effets thérapeutiques, elle se déroule au moins en trois temps : l anamnèse qui ouvre l entrevue en cueillant les faits concernant l histoire médicale du patient et la définition du problème; l examen physique qui permet de tester la définition du problème, et la conclusion qui inclut l annonce du diagnostic, la négociation du plan de traitement (prescription), la planification du suivi et la fermeture. C est dans ce contexte précis de la pratique professionnelle 22 La notion de feed-back (ou rétroaction) provient de la cybernétique; d abord appliqué à la machine, le concept s est étendu aux interactions humaines. Littéralement, il s agit d un retour d information à la source émettrice, ce qui permet de corriger l acte suivant selon le sens désiré ou le besoin. Dans un échange entre un émetteur et un récepteur, l envoi d un message initial est suivi d une réponse du récepteur qui constitue un second message dont une partie sera une rétroaction au message initial. Ainsi chaque interlocuteur exerce un contrôle sur l autre par la rétroaction.

4 82 Analyse des stratégies de communication et de coopération en médecine familiale que se situe notre étude. Souvent, à l étape du diagnostic et de la prescription, le médecin se trouve dans la situation où la réussite des soins exige la participation active du patient. Ainsi, le médecin a besoin en quelque sorte de la coopération de celui-ci pour atteindre son objectif clinique. Dans cette optique, des chercheurs dans le domaine de la santé ont tenté récemment de développer la notion de compétence dans la communication patient/médecin en s appuyant sur les méthodes centrées sur le patient (Stewart, 1995), sur la communication relationnelle (O Hair, 1989; Cecil Wigginton, 1998) et sur la compétence d action (Hellstrom, 1998). C est la voie que nous allons suivre, car la compétence d action permet de recadrer les recherches. Dans le champ des communications interpersonnelles les travaux d Argyris (1962) et ceux d Argyris et Schön (1974) vont permettre de poursuivre le développement de cette piste de recherche qui vise l efficacité de l action par une meilleure maîtrise des stratégies communicationnelles présentes lors des consultations médicales considérées ici comme des dialogues (Roter et Frankel, 1992; Abramovitch et Schartz, 1996). Peu d'auteurs ont utilisé la science action (Argyris, Putman et McLain Smith, 1985; St-Arnaud, 1995) pour mener des recherches sur les stratégies de communication des médecins dans leurs échanges avec leurs patients. Dans le cadre de cette approche, la compétence communicationnelle ne consiste pas à ne pas faire d erreurs mais plutôt à les corriger rapidement, dans le feu de l action. En effet, il est possible de corriger in vivo l'effet de la communication sur le patient et d'orienter ainsi le dialogue vers l'efficacité et la satisfaction, aussi bien au sujet des prescriptions qu'au plan de la communication avec ce patient. Cette manière de procéder s'appelle la praxéologie (St-Arnaud) et repose sur une vision de la coopération avec le patient où les habiletés interpersonnelles du médecin jouent un rôle crucial. La praxéologie est une démarche structurée visant à rendre l'action consciente, autonome et efficace (St- Arnaud, p. 19). Son but est de fournir à tout professionnel des moyens d'améliorer sa pratique quotidienne en faisant l analyse de ses dialogues. L originalité de notre étude consiste à utiliser cette grille d analyse comme méthode de recherche. À notre connaissance, c est la première fois que la grille d analyse d un dialogue élaboré par St-Arnaud (1995) est utilisée comme méthode d analyse des consultations médicales.

5 Analyse des stratégies de communication et de coopération 83 LE MODÈLE DE LA COMMUNICATION COMME CADRE DE RÉFÉRENCE Ce modèle descriptif de la communication repose sur quatre fonctions auxquelles sont associées quatre stratégies : la réception, la facilitation, l entretien et l information. Ainsi tous les comportements d un acteur, dans un dialogue, sont considérés comme des façons d exercer ces différentes fonctions (St- Arnaud, 1995, p. 89). Par exemple, le médecin exerce la fonction de réception par son comportement non verbal lorsqu il écoute le patient. Si le médecin amène le patient à lui fournir des renseignements, il exerce alors la fonction de facilitation. Lorsque le médecin donne des indications sur ce qui se passe entre lui et le patient, il utilise la fonction d entretien et il utilise la fonction d information quand il fournit des avis concernant l objet de la rencontre. L ensemble des moyens mis en œuvre pour exercer une fonction donnée forme la stratégie liée à cette fonction. La stratégie de facilitation joue un rôle majeur car elle suscite la participation. Elle temporise les moments de désaccords qui peuvent survenir entre le médecin et le patient au cours des échanges. Elle se fait par une écoute active et recherche cinq classes d'information: la verbalisation générale (F); la verbalisation de faits (f); la verbalisation des ressentis (a); la verbalisation des idées (r) et la verbalisations des intentions (i). Tableau 1 Stratégies de communication Reception (R) L'écoute contribue à créer un climat de confiance, où l'interlocuteur est encouragé à fournir l'information nécessaire à l'atteinte des buts poursuivis. Facilitation (F) Le praticien intervient verbalement pour encourager l'interlocuteur à introduire de nouvelles informations dans le système même si l'objectif est toujours de recevoir de l'information. Entretien (Er) Le praticien se préoccupe de la façon de procéder ou de communiquer. Il est alors centré sur le processus de communication plutôt que sur le contenu informationnel. Information (Ic) Le praticien insère lui-même du contenu dans la conversation. Ce contenu peut aussi bien être une opinion (personnelle ou pratique) qu'un argument ou des connaissances personnelles.

6 84 Analyse des stratégies de communication et de coopération LA COOPÉRATION ET LA RÈGLE DE L ALTERNANCE Dans la structure de service, le patient est reconnu comme ayant une certaine compétence par rapport à la communication en cours et au sujet de la raison de sa visite. Toutefois, cette compétence est limitée puisqu il a besoin du médecin pour que son but soit atteint. Quant à la structure de coopération, elle implique que le médecin attribue au patient une part de compétence égale à la sienne sur le processus de communication et au sujet du but visé. Le médecin reconnaît alors la nécessité d une interdépendance et d une influence réciproque pour parvenir aux fins de la consultation. De fait, plusieurs professionnels entretiennent des relations de service avec leurs clients sauf que dans le cas des professionnels de la santé, le but de la relation (guérison, soulagement) n'est pas extérieur au client. Trop souvent ces professionnels oublient qu'ils n'ont pas le contrôle sur la dimension relationnelle de la communication puisque celle-ci est un processus de mise en commun (Brouillet, Richard et Lussier, 1999; du Pré et Beck, 1997). En principe, le médecin devrait amener le patient à atteindre le but qu'il s'est défini (par exemple : arrêter de fumer) et à devenir plus autonome dans l application des consignes médicales associées au but fixé. Pour St-Arnaud (1995), dans une telle situation, on aurait avantage à instaurer une structure de coopération. Un des éléments essentiels à une relation satisfaisante dans le cadre d une structure de coopération est la recherche de la mise en place d'une relation coopérative: plus on traite le client comme un partenaire, plus on est efficace sur le plan pratique. Une action est jugée efficace lorsque l effet visé par l acteur est produit et peut être observé dans le comportement verbal et non verbal de son interlocuteur et lorsqu il ne se produit aucun effet secondaire indésirable du point de vue de l acteur (St- Arnaud, 1995). Cinq règles permettent d'établir et de maintenir une structure de coopération dans une communication: le partenariat, l'alternance, la concertation, la non-ingérence et la responsabilisation. Le partenariat signifie qu on cherche et poursuit un intérêt commun dans l'interaction; l alternance correspond à un changement fréquent de canal de communication en fonction des stratégies de communication poursuivies; la concertation équivaut à la gestion du processus de communication en annonçant ses intentions et en donnant de l'information sur le processus; la non-ingérence suppose qu on reconnaisse les limites de son pouvoir personnel tout en n'interférant pas avec le pouvoir de son interlocuteur; la responsabilisation implique qu on traite son interlocuteur comme un être unique capable de faire des choix personnels.

7 Analyse des stratégies de communication et de coopération 85 Chacune de ces règles apporte une contribution qui permet au médecin d instaurer la coopération au cours de ses échanges avec le patient. C est par une écoute active et un questionnement ouvert que le médecin établit progressivement les limites des champs de compétence interpersonnelle, le sien et celui du patient. Il exerce alors la règle de la non-ingérence et ouvre ainsi sur une action plus efficace. Il y aurait un lien de corrélation positif entre une action efficace et la coopération: une relation établie sur un mode coopératif où l'acteur reconnaît le champ de compétence de son interlocuteur permet à l'acteur d'influencer davantage en faisant appel à un choix personnel de la part de l'interlocuteur plutôt qu'en voulant gagner à tout prix et avoir raison (St- Arnaud, 1995, p.140). Nous remarquons que cette dernière attitude pourrait provoquer de l entêtement et de la perte de temps. Dans le cadre de la présente étude, notre analyse porte plus spécifiquement sur la règle de l alternance puisqu elle est le pivot de la coopération. La règle de l'alternance invite le médecin à utiliser toutes les stratégies de communication surtout en présence de passivité ou de désaccord de la part du patient. Il y aura plus de coopération si les échanges portant sur le contenu ou sur la fonction d'entretien sont suivies d'une information utilisant la stratégie de facilitation. On calcule le degré d'alternance (%) en considérant le nombre de passages d une stratégie donnée à la stratégie de facilitation, divisé par le nombre total des interventions codées (voir règle de l alternance, p.13). On parle de coopération quand le degré d'alternance se situe à un pourcentage d au moins 35%. L'analyse des stratégies de communication permet de dégager la manière dont la stratégie de facilitation a joué son rôle dans la mise en place de la coopération. Nous poursuivons les trois objectifs suivants dans l analyse des consultations médicales de routine:1) dégager les stratégies de communication; 2) identifier le degré d alternance dans les dialogues et 3) connaître l état coopératif de ces mêmes dialogues.

8 86 Analyse des stratégies de communication et de coopération MÉTHODOLOGIE Contexte et sélection des cas Les données de l étude exploratoire actuelle proviennent d une recherche réalisée entre portant sur la détection de la détresse psychologique en médecine générale. Cette recherche a été menée dans la grande région de Montréal auprès de quinze cliniques de médecine familiale; quarante médecins de famille y ont participé. Les médecins et patients ont consenti à prendre part à la recherche et à permettre l utilisation des données de recherche dans le cadre d autres études sur la communication patient/médecin. Les enregistrements sonores, les informations sur les consultations médicales et au sujet des participants de la recherche sont extraits de la recherche principale. Cent quarante huit consultations, dont la raison principale de la visite est un bilan de santé ou un examen annuel, ont fait l objet d une seconde étude abordant la prévention des maladies reliées aux habitudes et styles de vie (Beaudoin et al.,1999). C est dans le cadre de cette recherche que notre étude s inscrit. Le critère de sélection principal des sujets est la raison de la visite, c est-à-dire une consultation de routine ou un bilan de santé. Douze (12) dialogues répondaient à ce critère d inclusion et également à la règle de Laserwitz (1968). Selon la règle de Laserwitz, nous devons prendre un dixième de la population; sur 148 consultations, nous avions donc retenu 15 cas. Toutefois, 3 d entre eux étaient incomplets et l enregistrement de mauvaise qualité; nous les avons retirés. Au total, 58 % des patients invoquent une visite de routine, 17 % notent des problèmes de santé, 17 % déclarent un problème de santé strictement physique et 8% soulignent des symptômes pouvant varier en fonction de leur état psychologique. Le profil socio-démographique des patients du corpus à l étude présente une plus forte proportion de femmes (67 %) que d hommes (33 %) avec un âge moyen de 38 ans. Seulement 33 % des personnes rencontrées vivent présentement en couple et 50 % déclarent un revenu annuel moyen de moins de $ pour l ensemble du ménage; 33 % des patients détiennent un diplôme secondaire, 25 % détiennent un diplôme collégial et autant un diplôme universitaire. Finalement, le profil général des médecins du corpus est de sexe masculin dans une proportion de 58 % avec un âge moyen de 38 ans.

9 Analyse des stratégies de communication et de coopération 87 Codage et analyse À la suite de la transcription des enregistrements audio, nous avons transposé les dialogues dans une banque de données 23 spécialement conçue pour réduire les manipulations lors du codage. Les manipulations sont réduites car la banque délimite des champs exclusifs pour classer les stratégies et coder la présence de l alternance (voir tableau 2). Tableau 2 Exemple de dialogue et de codification des messages Énoncés du médecin Code Alternance Énoncés du patient C'est ça. Mais jusqu'à date, en tout cas, je pense que ce n'est pas difficile. Ic Non? C'est surtout, des fois, le caractère qui change un peu. Ça ne vous fait pas mal? F2* 3 Non. Je vais vous laisser vous rhabiller et puis après, on vous pèsera. Er* 3 Je ne mets pas mes bottes? Ce serait mieux pas de bottes Ic Je ne les mettrai pas tout de suite.. F2* Début de la facilitation Er* Fin de la facilitation 23 Banque de données Praxéo.mdb construite par André Dolbec (1998). C est en cliquant que l on déplace les sections de texte à analyser. Par exemple, on retrouve un numéro d identification pour le dialogue analysé, le texte du médecin qui correspond à tout ce que le médecin dit au cours d une même séquence (énoncé du médecin et énoncé du patient). La zone de texte a deux fonctions : c est là où on peut lire la séquence dans son intégralité et c est là où on sélectionne et copie le texte à analyser. Il y a cinq zones de texte possible pour un même énoncé et une liste de codes pour choisir la stratégie qui s applique. Lorsque le médecin fait une alternance, on clique sur la case et une coche apparaît permettant ainsi le calcul de l alternance. Document inédit. Montréal.

10 88 Analyse des stratégies de communication et de coopération Toute analyse suppose un certain découpage de l'interaction. L'unité d analyse choisie ici est chaque message de chacun des interlocuteurs. Au total, les douze dialogues ont donné 1299 séquences de dialogues codifiées (énoncé du médecin - Md /énoncé du patient -Pt). Nous avons donc codifié les quatre stratégies utilisées par les médecins. Compte tenu de la spécificité du dialogue médical, qui présente trois moments ayant des objectifs différents à rencontrer, nous avons découpé l analyse en tenant compte de la période de l anamnèse, de l examen et de la conclusion (synthèse du diagnostic et du plan de traitement). Le codage se réalise en cinq étapes. Premièrement, les énoncés du médecin sont codés selon les stratégies utilisées au tableau 1. Seule la présence explicite de la stratégie est codée et non pas son effet ou son interprétation. Deuxièmement, les énoncés du médecin utilisant la stratégie de facilitation sont classés en cinq catégories possibles : une verbalisation générale, des faits, des idées, des ressentis, des intentions. Troisièmement, pour mieux identifier la stratégie de réception du médecin, les messages du patient sont codés et identifiés en quatre classes: les faits, les intentions, le mode rationnel, le mode affectif. Quatrièmement, le nombre d'entrées et de sorties de la stratégie de facilitation est calculé pour mesurer le degré d'alternance dans le dialogue étudié. À titre d illustration du codage, le tableau 2 présente un extrait d un dialogue qui montre l alternance. Nous tenons à souligner que pour le médecin, la règle de l alternance consiste à changer de stratégie, c est-à-dire de passer d une stratégie de facilitation à une stratégie d information ou à une stratégie d entretien et vice versa. La crédibilité des résultats La crédibilité des résultats d une étude comportant un petit nombre de cas restreint la possibilité de généraliser. Un tel corpus empirique permet cependant de porter un nouveau regard sur des aspects difficiles de l'analyse d un phénomène donné à cause de la complexité et du dynamisme des variables à l'étude. Selon St- Arnaud, la validité d une démarche de recherche repose aussi sur la vérification dans l action et non seulement en s appuyant sur le savoir disciplinaire. On parle alors de validité écologique. Ce type de validité est présent ici dans la mesure où le matériel analysé provient du milieu naturel des consultations médicales. Nous avons également utilisé une procédure de triangulation comme le proposent des auteurs en méthodologie qualitative (Denzin et Lincoln, 1994; Lincoln et Guba 1985). La triangulation choisie se fait par un double codage systématique des douze dialogues après que les deux codeurs aient suivi une formation et

11 Analyse des stratégies de communication et de coopération 89 appliqué le même protocole de codage au matériel. Finalement l indice de fidélité obtenu est le suivant: un coefficient Kappa 24 inter-juges de 75 %. La moyenne de 60 % est habituellement acceptable dans ce genre d analyse. RÉSULTATS Le tableau 3 présente le résultat obtenu de la fréquence d utilisation des stratégies de communication pour chaque dialogue. Ainsi, les stratégies d information sont les plus utilisées avec une moyenne de 52 %; celles de la facilitation suivent avec une moyenne de 49 %. Les deux autres catégories obtiennent des moyennes en deçà de 5 % : la stratégie de l entretien recueille 0.6 % et la catégorie autres obtient 3 %. Dans la présente recherche, nous avons décidé au départ de ne pas tenir compte de la stratégie de réception puisque nous n étions pas en mesure de vérifier les intentions des médecins et de ne pas discuter de la catégorie autres qui représentait le bruit et les rires. La stratégie de facilitation permet au médecin de questionner la personne afin d obtenir de nouvelles informations. Cette stratégie se décompose en cinq catégories possibles d information: la verbalisation générale, les faits, les idées, les ressentis et les intentions. Le tableau 4 permet d observer que l information axée sur des faits est de loin la plus présente avec 29 %; vient ensuite la verbalisation générale avec 11 %, les ressentis avec 3 % et les idées ainsi que les intentions avec une fréquence d apparition très faible de 1 % 25. Voyons maintenant la stratégie d information. Il s agit de donner de l information sur le contenu et de traiter l objet de la rencontre. Pour cette stratégie, on retrouve dans la plupart des cas, des avis professionnels ou des réponses aux questions sollicitées par le patient comme dans l exemple suivant : Mais je ne pense pas dans ton cas que ce soit une chute de pression. Dans le sens que la manière dont tu me décris, ça peut être des vertiges positionnels dans ton Selon Kappa, the index of hoise for measurement of observer aggreement in nominal or existential scales is the K(kappa) statistic, which corrects for aggreements expected by chance. ( ) Kappa is ordinarily used to measure concordance between two observers (Kramer et Feinstein, 1981). Les calculs ont été effectués par l ordinateur; celui-ci ayant arrondi à la hausse ou à la baisse les résultats peuvent afficher de légères différences sur l ensemble des données entre les tableaux 3 et 4.

12 90 Analyse des stratégies de communication et de coopération cas. Nous constatons que le recours à cette stratégie est présent dans les trois moments du dialogue médical. Bien que l observation ne soit pas homogène, plusieurs des dialogues laissent paraître une fréquence plus élevée de la stratégie d information dans leur dernière partie. Tableau 3 Fréquence d utilisation des stratégies de communication No. d entrevue Stratégies Facilitation Entretien Information Autres 1 52 % 0 % 49 % 0 % 2 50 % 0 % 48 % 4 % 3 63 % 2 % 37 % 0 % 4 41 % 0 % 64 % 0 % 5 44 % 0 % 54 % 3 % 6 46 % 1 % 51 % 4 % 7 31 % 0 % 69 % 3 % 8 60 % 0 % 40 % 0 % 9 55 % 0 % 43 % 4 % % 1 % 55 % 6 % % 2 % 40 % 4 % % 0 % 74 % 3 % Total 49 % 0,6 % 52 % 3 %

13 Analyse des stratégies de communication et de coopération 91 La stratégie d entretien concerne le climat relationnel. Lorsque le partenaire d une communication utilise la stratégie d entretien, cela signifie qu il s intéresse à la relation et non uniquement au contenu de la communication ( Wasserman, Inui et Thomas, 1983; Bateson, 1972; Brouillet et Deaudelin, 1994). Cette stratégie ouvre la possibilité de réguler la dimension relationnelle de la communication en permettant une métacommunication. Il s agit d une communication sur la communication qui joue un rôle important dans l établissement du partenariat et dans l équilibre du pouvoir malgré l asymétrie de la consultation médicale. Nous avons retenu l exemple suivant pour l illustrer: Si je comprends bien, tu venais pour un examen général. On s'était vu. Nous tenons à souligner que cette stratégie est quasi absente (0.6%) dans les dialogues analysés. Tableau 4 Stratégie de facilitation No. d'entrevue Verbalisation Générale Faits Idées Ressentis Intentions 1 23 % 25 % 1 % 1 % 2 % 2 14 % 29 % 3 % 6 % 1 % 3 15 % 29 % 1 % 3 % 1 % 4 3 % 28 % 3 % 6 % 1 % 5 11 % 28 % 1 % 1 % 1 % 6 4 % 39 % 0 % 2 % 2 % 7 7 % 19 % 1 % 3 % 1 % 8 29 % 25 % 2 % 3 % 1 % 9 8 % 45 % 1 % 0 % 0 % 10 8 % 24 % 1 % 6 % 3 % 11 5 % 43 % 2 % 4 % 1 % 12 3 % 19 % 0 % 0 % 2 %

14 92 Analyse des stratégies de communication et de coopération Total 11 % 3 % La règle de l alternance invite le médecin à utiliser toutes les stratégies de communication à sa disposition. On l obtient en indiquant d abord les données d utilisation de la stratégie de facilitation (début et fin) et en appliquant ensuite la formule suivante : Nombre d entrées et de sorties de la facilitation Nombre d interventions codées alternance La coopération émerge si nous avons un degré d alternance se situant près de 40 % (St- Arnaud, 1995, p.107). Il s agit d un ordre de grandeur 26. Nous verrons maintenant l état coopératif des dialogues analysés en mettant en évidence les composantes de la stratégie de facilitation et le degré d alternance. Le tableau suivant nous montre qu un seul dialogue passe le seuil requis démontrant la présence de coopération (35 %). Pour les onze autres dialogues, le pourcentage d alternance moyen est de 33 %. DISCUSSION La stratégie de facilitation Le premier constat qui se dégage des résultats de l étude est le manque de diversification dans l utilisation des stratégies de communication. Par exemple, les médecins ont surtout utilisé les stratégies de facilitation et d information quel que soit le moment de la consultation. Les résultats des douze dialogues démontrent que la stratégie de facilitation est au deuxième rang des stratégies les plus utilisées par les médecins avec une moyenne de 47 %. Malgré cela, il y a une faiblesse du degré d alternance obtenu dans le calcul menant à l identification de la présence de la coopération. Ce résultat est dû au fait que les médecins changeaient rarement leur stratégie et, lorsqu ils en changeaient, ils passaient encore de la facilitation centrée sur des faits à la stratégie d information; ceci ne facilite pas la mobilité pour la mise en place de la coopération telle que définie par St- Arnaud. 26 Lors d une rencontre avec Yves St- Arnaud nous avons clarifié que l entrée dans le mode coopération se situe entre 35% et 40%.

15 Analyse des stratégies de communication et de coopération 93 Le phénomène peut s expliquer par la spécificité de la consultation médicale. En effet, celle-ci se déroule en trois moments qui répondent à une logique professionnelle précise : la recherche de l information sur les différents systèmes afin d établir un diagnostic et un plan de traitement et ce, souvent dans un laps de temps très court ( en moyenne 27 minutes). Donc les médecins se doivent d aller chercher un maximum d informations factuelles dans un minimum de temps. Ceci a pour effet de contaminer l utilisation de la stratégie de facilitation dans son sens communicationnel, soit une recherche de message d information nouvelle nourrissant le but de la consultation et la relation en cours. Tableau 5 Degré d alternance No.d entrevue % d alternance Coopération 1 35 % 2 36 % 3 43 % M 4 36 % 5 28 % 6 28 % 7 33 % 8 24 % 9 36 % % % % Total 33 % 1 M Seul un dialogue surpasse le seuil de 35 %.

16 94 Analyse des stratégies de communication et de coopération On se rappelle que la dimension relationnelle repose sur la reconnaissance du champ de compétence interpersonnelle qui favorise le partenariat. Or la répartition du genre de facilitation utilisé par les médecins montre que la facilitation est axée sur la cueillette de faits (moyenne de 29 %) au détriment de la cueillette des idées (moyenne de 1 %) ou des intentions (moyenne de 1%) ou encore des ressentis (moyenne de 3 %). Quant à la verbalisation générale, elle atteint une moyenne de 11 %. Pourtant, lors de l enquête de 1999 (Robert), les médecins reconnaissent que les problèmes de communication sont leur première difficulté. De plus, nos résultats vont dans le même sens que les recherches d Arborelius et Bremberg (1994) ainsi que celles de Waitzkin et Britt (1993) qui démontrent le peu d attention portée par les médecins au point de vue des patients et à leur contexte de vie personnelle ou professionnelle. Par exemple, Arborelius et Bremberg rapportent qu une seule intervention conseil sur les 46 consultations a été classée comme intervention centrée sur le client. Or la manière dont le médecin décode les messages du patient peut lui servir à orienter sa sollicitation d information vers un contenu plus axé sur les aspects contextuels ou vécus par le patient. En agissant ainsi et en respectant ses contraintes de temps, le médecin manifeste un intérêt pour la dimension relationnelle de la communication avec son patient et s assure ainsi que le patient se conforme plus facilement au traitement qu il propose (Robert, 1999). Finalement ces résultats nous montrent la nécessité de poursuivre des recherches concernant les classes d information incluses dans la stratégie de facilitation pour clarifier le rôle qu elles peuvent jouer dans la présence de la coopération à l intérieur de la communication patient/médecin. Demander de l information la stratégie de communication la plus utilisée Le deuxième constat de notre étude met en lumière la présence élevée de la stratégie d information à deux moments précis de la consultation tout en ayant un degré d alternance différent pour ceux-ci. En effet, lors de l anamnèse, le degré d alternance est élevé alors qu au moment de la conclusion, le degré d alternance est plus faible. Une raison possible de la présence de l alternance élevée dans le premier moment de la consultation peut s expliquer ainsi : les passages de la stratégie d information à la stratégie de facilitation sont plus fréquents car les médecins font la revue des systèmes afin d établir leur diagnostic. D ailleurs, l étude de Beaudoin et al. (1999) qui analysait les moments de la consultation et

17 Analyse des stratégies de communication et de coopération 95 les stratégies de communication utilisées par les médecins, relève le point suivant : on peut penser qu une certaine cohérence dans le contenu de la discussion et le besoin de ' boucler le sujet ' incite les médecins à donner un conseil dès que le besoin devient apparent, d où un plus grand nombre de conseils au premier moment de la rencontre. Par contre, le fait de donner des conseils à ce moment où l évaluation du patient n est pas complétée entraîne que ces conseils deviennent hors cible. Il en est de même pour la période de l examen (Beaudoin et al.,1999; Russell et Roter, 1993). Dans notre étude, l utilisation de la stratégie d information se fait tout au long de la consultation et semble être plus fréquente durant la conclusion. Toutefois, ce résultat diffère des études menées auprès d échantillons plus larges (Russell et Roter,1993 ; Arborelius et Bremberg, 1994). Donc, les moments de la consultation auraient une incidence sur les stratégies de communication utilisées. Certaines stratégies seraient plus utiles à un moment donné pour favoriser une meilleure atteinte des objectifs de la consultation. Ce constat est important car il nous donne une autre piste à explorer pour mieux répondre aux objectifs cliniques. Dans l étude de Beaudoin (1999), trois modèles, reconnus comme valables pour aider les patients à adopter ou maintenir de saines habitudes de vie, ont servi à élaborer une grille d analyse des stratégies éducatives des médecins lors de consultations de routines. Ces modèles (Health Belief Model, Social Learning Theory, Transtheoritical Model of Health on Behavioral Change) précisent que l ancrage d un traitement ou un changement d habitude a plus de chance de se faire si les médecins utilisent des stratégies de communication et d éducation qui mettent l emphase sur les dimensions contextuelles et expérientielles liées au changement souhaité. Ceci confirme un des apports de Bateson (1972) qui insiste sur l importance du cadre relationnel de la communication et de l apprentissage pour l intégration du contenu de la communication (Brouillet et Deaudelin, 1994). Ces études et notre cadre de référence nous incitent à proposer une hypothèse que nous aimerions investiguer plus à fond dans une prochaine recherche : une plus grande utilisation des stratégies de facilitation et d entretien, ou une plus grande mobilité dans l alternance des stratégies de communication lors de la conclusion de la consultation médicale devrait augmenter les possibilités d adhésion du patient, chaque fois que celle-ci fait partie de la solution.

18 96 Analyse des stratégies de communication et de coopération La stratégie d entretien est quasi-absente Le troisième constat concerne la stratégie d entretien avec une moyenne de 0.6%. Il s agit de la stratégie la moins employée par les médecins dans la présente recherche. Ce résultat s explique par la singularité de cette stratégie qui est centrée sur le processus de communication plutôt que d être centrée sur le contenu des échanges. La régulation d une communication repose sur des ajustements qui sont des rétroactions permettant de maintenir un équilibre relationnel satisfaisant. C est par l entremise de la stratégie d entretien et de la méta communication que s opère la régulation. Ainsi, il est possible d éviter des désaccords ou des situations de passivité lors des consultations médicales (du Pré et Beck, 1997; Gallois et Watson, 1998). On se souvient que le médecin amorce la mise en place de la règle du partenariat en étant capable de se situer dans une position de reconnaissance du champ de compétence du patient, pour l élaboration et le maintien de la relation qu ils établissent ensemble. On doit garder à l esprit que la participation du patient est primordiale car c est le seul moyen d actualiser le changement d habitude ou le traitement (Stewart et al., 1995; Wiles et Higgins, 1996). Les résultats au sujet de cette stratégie nous incitent à croire qu une meilleure connaissance de l approche systémique des relations humaines (Bateson, 1972) et du rôle de la dimension relationnelle dans la dynamique des dialogues médicaux serait utile pour aider les médecins à résoudre des situations difficiles de communication (O Hair, 1989; Cecil Wigginton, 1998). Présence de la coopération dans les dialogues étudiés Notre étude révèle qu un seul dialogue atteste avec 43 % la présence de la coopération dans une communication, alors que la moyenne des onze autres dialogues se situe à 33 %. On peut donc dire que les médecins de cette étude semblent se rapprocher des conditions d une coopération. On se rappelle que la coopération se définit à partir de trois éléments (poursuivre des buts communs, reconnaître le champ de compétence de l autre et partager le pouvoir en fonction des champs de compétence de chacun) et qu elle repose sur l utilisation alternée de la stratégie d information ou d entretien et de la stratégie de facilitation (St-Arnaud, 1995). Or, pour la stratégie d entretien, les résultats démontrent le peu de place qui est faite à la reconnaissance de compétence du patient et au partage du pouvoir. Ce résultat corrobore d autres études dans le domaine de la promotion de la santé qui

19 Analyse des stratégies de communication et de coopération 97 signalent que la stratégie la plus utilisée par les médecins consiste à condamner le comportement à risque et à exhorter au changement (Stratégie éducative selon Arborelius et Bremberg,1994). De plus, la cueillette de renseignements portant sur les idées, les sentiments et valeurs du patient est très peu présente dans les résultats de notre recherche (voir tableau 3) ce qui va dans le sens de l étude de Waitzkin et Britt (1993) : les aspects contextuels demeurent des caractéristiques largement marginales du discours en dépit de leur pertinence pour la prévention. L adhésion du patient à un plan de traitement repose souvent sur des raisons du cœur et non sur des arguments de raison. D autres études mettent également l accent sur le rôle essentiel d une bonne relation entre le patient et le médecin; celle-ci affecte la santé du patient, favorise sa prise en charge du problème et sa conformité à la mise en place du traitement ou du changement d habitude de vie (Robert, 1999). À la lumière de nos résultats et de ceux des recherches citées, nous constatons la nécessité de prévoir des stratégies de communication facilitant la mise en place de l information préventive ou du traitement dans les consultations médicales. C est dans ce contexte que la coopération apparaît comme une clé pour que les techniques de communication employées par les médecins trouvent leur pleine efficacité. CONCLUSION Cet article retrace en partie les démarches entreprises pour mener une analyse des stratégies de communication et de la présence de la coopération dans douze dialogues médicaux. Nous avons abordé trois objectifs : le premier visait à dégager les stratégies de communication lors de consultations médicales de routine; le second cherchait à identifier le degré d alternance des consultations étudiées et le dernier voulait connaître l état coopératif des dialogues étudiés. L analyse s appuie sur les travaux de St-Arnaud (1995), qui s inspire des démarches de Schön et Argyris (1974) sur la science action. Nous avons utilisé la grille d analyse d autoformation comme méthode de recherche appliquée aux consultations médicales de routine en ciblant particulièrement les stratégies de communication des médecins. Il nous a fallu développer un protocole de recherche pour assurer la scientificité de la démarche. Nous avons d abord codifié 1299 séquences de dialogues et, ensuite, nous avons analysé le tout en utilisant un double codage à l aveugle confirmé par un Kappa inter-juges de 75%. Nous pouvons dire que dans le contexte de l étude et compte tenu du petit nombre de cas, nous avons trouvé des résultats intéressants qui ouvrent de nouvelles pistes

20 98 Analyse des stratégies de communication et de coopération de recherches. La première piste de recherche consisterait à reprendre la même démarche avec un échantillon plus grand afin de corroborer les résultats obtenus avec l étude de cas présentée ici. La seconde piste pourrait mettre l accent sur les différentes catégories de la stratégie de facilitation pour clarifier le rôle qu elles peuvent jouer dans le transfert de l information préventive auprès du patient. La troisième piste mettrait le focus sur la mobilité dans l utilisation des stratégies de communication et l augmentation du degré d alternance pour l émergence de la coopération. La quatrième piste pourrait étudier la coopération et les stratégies selon les moments de la consultation ou encore selon les moments jugés critiques par les médecins. Notre étude comporte des limites qu il faut souligner. La première touche le petit nombre de cas analysés et restreint les généralisations possibles. Certains critères non contrôlés peuvent aussi avoir eu des effets sur les résultats : par exemple, la connaissance du patient par le médecin, le nombre d années d expérience de la pratique médicale, la durée de la consultation. La durée moyenne des consultations de routine étudiées est de vingt-sept minutes, ce qui est peu pour favoriser l émergence d un mode coopératif tel que défini par St-Arnaud (1995). Une autre limite a trait au genre du médecin. En effet, certaines recherches citées précédemment montrent que les femmes médecins accordent plus de temps à la consultation médicale et utilisent des stratégies plus centrées sur le contexte personnel des patients. Quant au transfert des connaissances de l étude, deux aspects émergent. On pense ici à l aspect formation, tant pour les résidents en médecine familiale que pour les praticiens en formation continue. Ceci peut s appliquer pour tous les professionnels de la santé. En effet, apprendre à s ajuster en cours de communication avec ses patients, connaître les stratégies de communication utiles à l établissement de la coopération dans le dialogue médical, développer de la mobilité dans l utilisation des stratégies et utiliser la stratégie d entretien pour réguler ses communications nous apparaissent des atouts pour favoriser une relation médicale efficace et satisfaisante pour les médecins et les patients. Quant à l aspect recherche, nous pourrions continuer de miser sur l originalité d une approche qui présente une double finalité : favoriser l efficacité des praticiens d une part et développer une recherche appliquée qui tienne compte de la complexité de la communication patient/médecin d autre part.

21 Analyse des stratégies de communication et de coopération 99 Références ABRAMOVITCH, H., et E. Schartz (1996). Three stages of medical dialogue. Theoretical Medicine, 17, ARBORELIUS, E., et S. Bremberg. (1994). Prevention in practice. How do general practitioners discuss life-style issues with their patients? Patient Education and Counseling, 23, ARGYRIS C. (1962). Interpersonal competence and organizational Effectiveness, Homewood, Illinois: Dorsey Press. ARGYRIS C. et D. A. Schön (1974). Theory in practice: Increasing professional effectiveness. San Francisco: Jossey-Bass. ARGYRIS, C., R. Putman, R. et D. McLain Smith (1985). Action Science. San Francisco: Jossey-Bass. BATESON, G. (1972). Steps to an ecology of mind. New York: Ballantine. BEAUDOIN, C. et al. (1999). Prévention des maladies reliées aux habitudes de vie: fréquence, contenu et stratégies des interventions des médecins généralistes consultés pour un examen général. Rapport de recherche à la Régie régionale de la santé et des services sociaux de Laval, Québec. BECKMAN, H. et al. (1994). The doctor-patient relationship and malpractice. Lessons from plaintiff depositions. Archives of Internal Medicine, 154, June 27, BOON, H., et M. Stewart (1998). Patient-physician communication assessment instruments: 1986 to 1996 in review. Patient Education and Counseling, 35, BROUILLET, M. I., C. Richard et M. T. Lussier (1999). La praxéologie, une manière de devenir efficace en communication. Le médecin du Québec, 34(7), BROUILLET, M. I., et Deaudelin, C. (1994). Étude écosystémique d un entretien de supervision de stage. Revue des Sciences de l Éducation, XX(3), CECIL WIGGINTON, D. (1998). Relational control patterns in physician-patient clinical encounters: Continuing the conversation. Health Communication, 10(2), CHUGH, U., et J. Lockyer (1995). Étude documentaire traitant des caractéristiques liées à la pratique et des rencontres médecin- patient. Enseignement médical permanent, Faculté de médecine, Université de Calgary. COSNIER, J., M. Grosjean, et M. Lacoste (1993). Soins et communication: Approches interactionnistes des relations de soins. Lyon: Presses de l'université de Lyon. DENZIN, N. K, et Y. S. Lincoln, Y. S. (Eds) (1994). Handbook of qualitative research. Thousand Oaks, CA: Sage.

22 100 Analyse des stratégies de communication et de coopération DU PRÉ, A., et C. S. Beck (1997). How can I put this? Exaggerated self-disparagement as alignment strategy during problematic disclosures by patients to doctors. Qualitative Health Research, 7(4), DOLBEC, A. (1998). Banque de données Praxéo.mdb. Document inédit, Montréal. FINOCCHIO, L. J. et al.. (1995). Professional competencies in the changing health care system: Physicians view on the importance and adequacy of formal training in medical school. Academic Medicine, 70(11), GALLOIS, C., et B. Watson (1998). Nurturing communication by health professionals toward patients: A communication accommodation theory approach. Health Communication, 10(4), GOFFMAN, E. (1974). Frame analysis. Boston, MA: Northeastern University Press. HELLSTROM, O. (1998). Dialogue medicine: A health-liberating attitude in general practice. Patient Education and Counseling, 35. KRAMER, M. S., et Feinstein, A. R. (1981). The biostatistics of concordance. Clinical Pharmacology et Therapeutics, 29(1), LASERWITZ, B. (1968). Sampling theory and procedures, in H. M. Blalock Jr., et A. B. Blalock, Methodology in social research, New York, McGraw Hill, LEVINSON, W., Roter, D., Mulloly, J. P., Dull, V., et Frankel, R. (1997). Physician-patient communication. The relationship with malpractice claims among primary care physicians and surgeons. JAMA, 277(7), LINCOLN, Y. S., et Guba, E. G. (1985). Naturalistic inquiry. Beverly Hills, CA: Sage Publications. MCWHINNEY, I. (1989). The need for a transformed clinical method. In M. Stewart, et D. Roter, Communicating with medical patients. Newbury Park, London, New Delhi: Sage Publications. MORGAN, R. E. et R. J. Winter (1996). Teaching communication skills. Archives of Pediatric and Adolescent Medicine, 150 (June), NORTHOUSE, P. J. et L. L. Northouse (1992). Health communication: Strategies for health professionals. (2nd ed.). Connecticut: Appleton and Lange. O HAIR, D. (1989). Dimensions of relational communication and control during physicianpatient interactions. Health Communication, I(2), ROBERT, V. (1999). Les Québécois sont-ils bien traités par leur médecin? In Châtelaine: Sondage Crop, L actualité médicale, Châtelaine, TVA, (janvier). ROTER, D., et R. Frankel (1992). Quantitative and qualitative approaches to the evaluation of the medical dialogue. Social Science and Medicine, 34(10),

Objectifs d apprentissage

Objectifs d apprentissage Formation continue OIIQ 2010-2011 9 novembre 2010 Sylvie Gendron, Ph.D. Faculté des sciences infirmières Université de Montréal Objectifs d apprentissage Différencier les finalités de chacune de cinq approches

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Colloque international : les patients dans l'écosystème de santé Enjeux d'information et questions de communication

Colloque international : les patients dans l'écosystème de santé Enjeux d'information et questions de communication Colloque international : les patients dans l'écosystème de santé Enjeux d'information et questions de communication Organisé par l Institut des sciences de la communication La recherche d information santéhors

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Carole Dupré, Ann Ménard et Danielle Sylvestre, enseignantes-chercheuses en éducation à l enfance au Cégep Marie-Victorin

Carole Dupré, Ann Ménard et Danielle Sylvestre, enseignantes-chercheuses en éducation à l enfance au Cégep Marie-Victorin ARTICLE DE VULGARISATION DES RÉSULTATS DE LA RECHERCHE Documenter le quotidien d un groupe d enfants Carole Dupré, Ann Ménard et Danielle Sylvestre, enseignantes-chercheuses en éducation à l enfance au

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

EXCLUSION ET PÉRIODE PROBATOIRE

EXCLUSION ET PÉRIODE PROBATOIRE EXCLUSION ET PÉRIODE PROBATOIRE Vous venez de prendre connaissance de vos résultats de la session et on vous annonce que vous êtes exclue ou exclu de votre programme d études! Ceci indique que vous ne

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Automne 2013 À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Par Giselle Boisvert, conseillère pédagogique, Commission scolaire de Montréal Les données de la troisième

Plus en détail

Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient

Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient Contrat mutuel patient-professionnel : Les mots qui nous lient Marie-Thérèse Lussier MD, MSc Claude Richard PhD 5 e rendez-vous de la gestion des maladies chroniques Montréal, 2 octobre 2014 Plan Introduction

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Cet article provient de la banque des meilleures pratiques de la Fondation européenne de la qualité. Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Introduction Le taux de recommandation net est-il

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Laurence Touré Juin 2010

Laurence Touré Juin 2010 Laurence Touré Juin 2010 Introduction Enquêtes quantitatives, quantitatives, mixtes Protocole d une recherche qualitative Définition de la population d enquête Méthodes d enquête qualitatives La technique

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI APPROUVÉ PAR : COMMISSION DES ÉTUDES RÉS. : CE-360-3601 12-12-00 EN VIGUEUR : 12-12-00

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI APPROUVÉ PAR : COMMISSION DES ÉTUDES RÉS. : CE-360-3601 12-12-00 EN VIGUEUR : 12-12-00 TITRE : POLITIQUE DE RECONNAISSANCE DE LA PARTICIPATION ÉTUDIANTE AUX ACTIVITÉS UNIVERSITAIRES CODE : APPROUVÉ PAR : COMMISSION DES ÉTUDES RÉS. : CE-360-3601 12-12-00 EN VIGUEUR : 12-12-00 MODIFICATIONS

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline Langue anglaise et communication Compétence 4SA1 Communiquer en anglais avec une certaine aisance. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités Objectif Énoncé de la compétence Standard

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

ANGLAIS, LANGUE SECONDE

ANGLAIS, LANGUE SECONDE ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS 1999 Quebec ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Présentation en soutien au webinaire réalisé dans le cadre de la Semaine québécoise des adultes en formation

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans?

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? L évaluation formative d une intervention interdisciplinaire

Plus en détail

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014 MATINEE RH CCI 18 30 octobre 2014 2 Qu est-ce que c est? Pourquoi le faire? 3 Qu est-ce c est? C est un outil de management et de gestion des ressources humaines C est un moment de dialogue privilégié

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Faculté des sciences de l activité physique SCÉNARIO D ACCOMPAGNEMENT POUR LES PERSONNES SUPERVISEURES STAGES DE 3 E ET 4 E ANNÉE EN MILIEU SCOLAIRE

Faculté des sciences de l activité physique SCÉNARIO D ACCOMPAGNEMENT POUR LES PERSONNES SUPERVISEURES STAGES DE 3 E ET 4 E ANNÉE EN MILIEU SCOLAIRE Faculté des sciences de l activité physique SCÉNARIO D ACCOMPAGNEMENT POUR LES PERSONNES SUPERVISEURES STAGES DE 3 E ET 4 E ANNÉE EN MILIEU SCOLAIRE GÉNÉRALITÉS Malgré que le contexte de réalisation diffère

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It?

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Karl F. MacDorman 1 The Uncanny Valley : Le terme d Uncanny Valley a été défini par Masahiro Mori, chercheur

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Objectifs - Plan. Identifier quelques concepts concernant debriefing et feed back. Définir la place de l émotionnel dans la simulation

Objectifs - Plan. Identifier quelques concepts concernant debriefing et feed back. Définir la place de l émotionnel dans la simulation COMMENT FAIRE UN BON DEBRIEFING? Tony Hosmans Master/DEA Sciences de la Santé Publique DAR CHU-Université de Liège Centre de Compétence et de Formation en Aide Médicale Urgente (CeCoFAMU) Objectifs - Plan

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005 Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel Partie I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Section Initiative Description

Plus en détail

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION Lorsque nous pensons à la séduction et aux premières rencontres amoureuses des adolescents, nous souhaitons pour eux qu ils apprennent

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

«Autoroute de l information : moyen de communication pour les femmes»

«Autoroute de l information : moyen de communication pour les femmes» Article «Autoroute de l information : moyen de communication pour les femmes» Denise Lemire Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 3, n 2, 1997, p. 278-282. Pour citer cet article,

Plus en détail

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011 AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE COLLOQUE EXPOSITION LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE 4 OCTOBRE 2011 De la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 FAITS SAILLANTS

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation des sexologues

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation des sexologues Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation des sexologues NOTE IMPORTANTE Conformément à l alinéa 2 de l article 12 des Lettres patentes constituant l Ordre professionnel des sexologues

Plus en détail

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Sondage Viavoice pour le Groupe Pasteur Mutualité VIAVOICE «Mieux comprendre l opinion pour agir» Études et conseil en opinions 9 rue Huysmans

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

Tremplin DEC (081.06)

Tremplin DEC (081.06) GUIIDE DE PRÉSENTATIION Tremplin DEC (081.06) P UBLICATION RÉALISÉE PAR LA DIRECTION DES ÉTUDES DU CÉGEP DE SAINT-FÉLICIEN Conception et réalisation Louise Bolduc, conseillère pédagogique Collaboration

Plus en détail

Contexte. Problèmes posés

Contexte. Problèmes posés CONCEPTION ET EVALUATION D UN COURS EN LIGNE DESTINE A AMELIORER LES COMPETENCES DE FUTURS ENSEIGNANTS EN EDUCATION PHYSIQUE A L ANALYSE DE TACHES. DES SAVOIRS TECHNIQUES AUX COMPETENCES PEDAGOGIQUES Catherine

Plus en détail