N François Séners. N Ministre de l équipement. 3 ème et 8 ème sous-sections Séance du 18 mai 2005 Lecture du 29 juin Conclusions.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 262328 François Séners. N 262507 Ministre de l équipement. 3 ème et 8 ème sous-sections Séance du 18 mai 2005 Lecture du 29 juin 2005. Conclusions."

Transcription

1 N François Séners Sté SEMMARIS Commissaire du gouvernement N Ministre de l équipement 3 ème et 8 ème sous-sections Séance du 18 mai 2005 Lecture du 29 juin 2005 Conclusions. Le préfet du Val de Marne a délivré le 14 mars 2000 un permis de construire à la Sté d économie mixte d aménagement et de gestion du marché d intérêt national (MIN) de Rungis, en vue de la construction de quatre grands entrepôts représentant une SHON globale de près de m 2. Ces entrepôts doivent être édifiés sur des terrains situés dans le prolongement des installations existantes du marché de Rungis, à cheval sur le territoire des communes de Chevilly-Larue, Fresnes et Rungis. Les terrains d assiette constituent, dans un environnement très urbanisé, un espace de 12 hectares non encore construits, bordés par les voies autoroutières A 6 et A 86 et une route départementale à grande circulation. Le permis a été attaqué par l association des riverains de la voie des Laitières et plusieurs voisins. Le tribunal administratif de Melun a jugé que de nombreux moyens soulevés n étaient pas fondé, mais il a accueilli celui qui était tiré de l insuffisance de l aménagement de la desserte routière d accès aux entrepôts. Considérant que le permis de construire était, pour ce motif, entaché d erreur manifeste d appréciation, il l a annulé le 19 juillet En appel, la cour administrative d appel de Paris a infirmé le 1 er octobre 2003 l analyse des premiers juges s agissant de l insuffisance des voies d accès ; mais elle a confirmé l annulation du permis en retenant deux autres illégalités tenant, l une, à l absence d engagement du bénéficiaire sur le respect des règles d accessibilité aux personnes handicapées, l autre, à trois insuffisances de l étude d impact. Vous êtes saisis, contre cet arrêt, de deux pourvois en cassation convergents ; le premier est présenté par la SEMMARIS, le second par le ministre de l équipement. Ils soulèvent des moyens très proches et vous pourrez les joindre pour statuer par une seule décision. I- Il vous faut, avant toute chose, examiner s il y a lieu de statuer sur le pourvoi. Les défendeurs font observer qu après l annulation du permis de construire par le tribunal administratif, le préfet du Val de Marne a délivré le 4 novembre 2002 un nouveau permis de construire à la SEMMARIS, portant sur les mêmes entrepôts. Ce nouveau permis a lui même été attaqué devant le juge administratif et, par une décision du 9 juillet 2003 (n , Association des riverains de la voie des laitières et autres), vous avez prononcé sa suspension en application de l article L du code de justice administrative. Après votre décision, fondée sur le caractère sérieux de l absence de l agrément administratif préalable requis en région Ile-de-France, le préfet a délivré le 20 octobre 2003 un troisième permis de construire à la SEMMARIS. 1

2 En vertu d une jurisprudence aujourd hui bien établie et revenant sur une ligne antérieure, la délivrance par l autorité administrative d un nouveau permis de construire ayant le même objet qu un permis antérieur, au même bénéficiaire 1, est regardée comme retirant implicitement mais nécessairement ce premier permis (V., notamment, CE 3 février 1982, SCI Résidence de St Mandé, Tp. 793; 30 avril 1993, Commune d Arcangues, Tp. 964). Il est par ailleurs acquis qu il y a non lieu si, avant que le juge n ait statué, l acte attaqué est rapporté par l autorité compétente et si le retrait ainsi opéré a acquis un caractère définitif faute d être critiqué dans le délai de recours contentieux (19 avril 2000, Borusz, p. 157, abjurant 6 juillet 1992, Stephan, Tp. 1225). Vous avez déjà eu l occasion de combiner ces deux jurisprudences en statuant sur des requêtes dirigées contre des permis ayant été implicitement retirés par la délivrances de nouvelles autorisations de construire. La ligne que vous avez adoptée est fixée par deux décisions successives mentionnées aux tables : la décision du 31 mars 1999, Vicqueneau et autres (Tp. 958, 1079 et 1083) et la décision du 14 janvier 2005, Ville de Paris (n , à mentionner aux Tables), auxquelles il faut ajouter une décision non fichée, Michelland, du 7 juillet 1999 (n ). Vous avez jugé, dans le plus récent de ces trois arrêts, que lorsque l administration a délivré, postérieurement à l introduction d un pourvoi en cassation, un nouveau permis de construire se substituant à un permis précédent annulé par les juges du fond, le nouveau permis rapporte le permis litigieux et, lorsque ce retrait est devenu définitif, il prive d objet les conclusions du pourvoi. Selon l analyse qui en est faite pour le recueil Lebon, cette décision entend confirmer l arrêt Vicqueneau en explicitant sa portée : l arrêt Vicqueneau ne précisait pas explicitement que le non lieu devait être prononcé alors même que le nouveau permis avait été délivré à la suite de l annulation du précédent par le juge administratif, mais tel était effectivement le contexte dans lequel il avait été rendu. L arrêt Ville de Paris tranche explicitement ce point et sera, pour ce motif, mentionné aux Tables du Lebon. Si vous deviez vous en tenir à ces précédents, il faudrait, au cas particulier, prononcer un non lieu : le deuxième permis de construire, délivré à la SEMMARIS après l annulation du premier, a bien été attaqué, mais pas en tant qu il retirait le permis initial. Cette décision implicite de retrait est donc devenue définitive et, par suite, il n y a plus lieu de statuer sur la légalité du premier permis. Vous pourriez cependant hésiter à prolonger cette lignée jurisprudentielle. Elle est en contradiction avec l arrêt Borusz du 19 avril 2000 qui n admet le non lieu que dans le cas où le retrait est intervenu avant que le juge administratif n ait statué. Or l arrêt Borusz, publié au recueil Lebon, est postérieur à l arrêt Vicqueneau et, s il n a pas été rendu dans une affaire de permis de construire, il applique fidèlement la ligne fixée par une jurisprudence de Section du 13 décembre 1974, Min. de l aménagement du territoire et de l équipement c/ Melle Gratet du Bouchage (Rec. p. 630) précisément applicable aux permis de construire : la Section y a jugé que l octroi d un nouveau permis ne rendait pas sans objet le recours dirigé contre le permis initial lorsque le nouveau permis a été délivré, en cours d instance, après l annulation contentieuse du premier. Cet arrêt n est pas très explicite sur les motifs que la Section a entendu faire prévaloir, mais les conclusions du commissaire du gouvernement établissent que le Conseil d Etat a entendu confirmer la ligne fixée par son arrêt du 28 janvier 1972, Ministre de l équipement c/ Assoc. pour l intérêt de la résidence à Ecully et M. Ceyte (p. 96), aux termes duquel le recours dirigé 1 Pour un bénéficiaire différent, V. CE 16 janvier 2002, Mme Portelli et Mme Escribano-Arrondel c/ commune de St Leula-Forêt, n

3 contre le premier permis conserve son objet dans l hypothèse où il a été remplacé par une second permis délivré après son annulation dès lors que le retrait administratif «n a en rien modifié l état du droit résultant du jugement du tribunal administratif». Cette dernière analyse juridique est d une parfaite rigueur : dès lors que le juge administratif a annulé, avec effet rétroactif, un permis de construire illégal, ce même permis ne peut plus, en bonne logique juridique, être retiré par son auteur. Les arrêts Vicqueneau, rendu aux conclusions contraires d Agnès Daussun, et Ville de Paris rompent avec cette logique et ont, d ailleurs, été critiqués par la doctrine (V., en particulier, les observations au BJDU 4/99 p. 271 et celles du Pr. Gilli à l AJDA 1999 p. 744). Ils ont, semble-t-il, été rendus de façon délibérée, même si l on peut s étonner qu aucune des deux affaires n ait été portée devant la Section du contentieux qui avait fermement pris parti en C est probablement parce que les sous-sections réunies ont entendu se borner à tirer les conséquences ultimes de la jurisprudence, née au début des années 1980, selon laquelle la délivrance d un permis de construire qui se substitue à un permis précédent est regardée comme comportant nécessairement décision de retrait du permis initial. Les arrêts Vicqueneau et Ville de Paris en déduisent qu il y a lieu de prendre acte de ce retrait implicite mais nécessaire alors même que le juge administratif avait lui même, par une décision d annulation, fait disparaître rétroactivement ce permis, en neutralisant, en quelque sorte les effets rétroactifs de l annulation prononcée par le juge. La position est pragmatique, mais elle ne satisfait ni la logique ni les intérêts des bénéficiaires de permis de construire. Ces derniers perdent en effet, avec cette jurisprudence, la possibilité de poursuivre en appel ou en cassation le procès administratif relatif à la légalité du premier permis qui leur a été délivré et qui, le plus souvent, est pour eux le plus avantageux. La position adoptée depuis 1999 est également difficilement compatible avec la construction jurisprudentielle en vertu de laquelle l annulation d un acte administratif qui s est substitué à un acte antérieur peut faire revivre ce dernier. Le présent litige vous donne donc l occasion de clarifier la situation, soit en validant cette ligne et en confirmant l abandon de la jurisprudence de Section Min. de l aménagement du territoire et de l équipement c/ Melle Gratet du Bouchage, soit, au contraire, en revenant à cette jurisprudence en jugeant que si la délivrance d un nouveau permis après annulation contentieuse du permis antérieur crée une nouvelle situation de droit, elle n a pas pour effet de retirer un acte qui a déjà disparu de l ordonnancement juridique du fait de son annulation par le juge. Vous estimerez peut-être souhaitable de renvoyer la question à la Section du contentieux. Dans le cas inverse, la clarté du fichage de votre récente décision Ville de Paris nous conduit, à ce stade, à considérer qu elle exprime l état de votre jurisprudence et à vous inviter, pour ce motif, à juger qu il n y a plus lieu de statuer sur les deux pourvois. II- Dans l hypothèse ou vous décideriez néanmoins d examiner le bien fondé de ces pourvois, nous évoquons les moyens qu ils soulèvent. Les requérants invoquent une contradiction de motifs de la cour et plusieurs dénaturations des faits. La contradiction de motifs nous paraît inexistante. Il est reproché à la cour d avoir, d une part, jugé, contrairement au tribunal administratif, que le préfet du Val-de- Marne n avait pas commis d erreur manifeste d appréciation s agissant des effets du trafic routier induit par le projet et d avoir, d autre part, considéré qu une des insuffisances de 3

4 l étude d impact tenait à l appréciation des conséquences de ce même trafic routier. Il n y a là aucune contradiction : la censure n a porté que sur un vice de forme, ce qui ne faisait nullement obstacle à ce que, sur le fond, l illégalité alléguée soit écartée. Les autres moyens retiennent plus l attention. La dénaturation des faits s agissant du non respect des dispositions de l article R du code de l urbanisme n est guère douteuse. En vertu de cet article, lorsque les travaux projetés concernent, comme en l espèce, des locaux autres que les établissements recevant du public et soumis aux règles d accessibilité aux personnes handicapées en application de l article L du code de la construction et de l habitation, le dossier de la demande de permis de construire doit être complété par l engagement du demandeur et, le cas échéant, de l architecte, de respecter ces règles. Cet engagement doit, en outre, être assorti d une notice décrivant les caractéristiques générales des locaux au regard des règles d accessibilité aux handicapés. La cour a jugé, en l espèce, que l engagement faisait défaut et que son absence ne pouvait être palliée par la présentation de la notice exigée par la réglementation, dès lors que cette notice ne comportait pas la signature du demandeur mais uniquement celle de l architecte. Il ressort de l examen des pièces soumises aux juges du fond que la cour s est trompée sur ce dernier point : la notice qui était jointe à la demande de permis et qui répondait aux prescriptions, était signée non seulement par l architecte du projet mais également par le PDG de la SEMMARIS. D autre part, ce même PDG a signé, sur la demande de permis de construire, un engagement à respecter «les règles générales de construction prescrites par les textes pris en application des articles L et suivant du code de la construction et de l habitation». Ces règles générales sont énoncées aux articles L à L et comprennent donc celles des articles L et 8 relatives à l accessibilité des handicapés. Il était donc impossible de considérer, en l espèce, sans dénaturer les pièces du dossier, que la SEMMARIS n avait pas respecté les prescriptions de l article R du code de l urbanisme. Cette dénaturation ne suffit pas à entraîner l annulation de l arrêt attaqué puisque la cour a jugé que le permis de construire était entaché d une seconde illégalité tenant à trois insuffisances de l étude d impact environnementale. Les requérants soutiennent qu en relevant ces insuffisances la cour aurait encore dénaturé les faits et méconnu la portée des textes. Selon l article 2 du décret du 12 octobre 1977, l étude d impact, rendue nécessaire par l article R du code de l urbanisme, doit analyser l état initial du site, les effets directs et indirects du projet sur l environnement, les raisons pour lesquelles, parmi les partis envisagés, le projet présenté a été retenu ainsi que les mesures envisagées pour limiter les nuisances. La cour a jugé, en l espèce, que l étude d impact effectuée par la SEMMARIS n avait pas analysé les risques pour la sécurité publique susceptibles de résulter de l encombrement de la voie d accès aux entrepôts, qu elle n était pas suffisamment précise sur les méthodes qui ont conduit à l évaluation des nuisances sonores et, enfin, qu elle ne comportait aucun élément d analyse des effets du projet sur la conservation des éventuels vestiges archéologiques. La cour a incontestablement fait preuve, sur ces points, d une particulière rigueur. Le tribunal administratif avait écarté toutes les insuffisances invoquées et on peut 4

5 noter que, saisis en juillet 2003, en référé, du 2 ème permis de construire délivré sur le fondement de la même étude d impact, vous n aviez pas eu de doute sur la régularité de celle-ci. Toujours est-il que, si vous exercez un contrôle d erreur de droit sur les critères d appréciation de la régularité des études d impact, vous laissez les juges du fond apprécier souverainement le caractère suffisant des analyses présentées dans ces études (22 octobre 1999, Sté Arrow, Tp. 900). Il faut donc, pour censurer en l espèce l appréciation de la cour, relever une triple dénaturation. Une telle constance dans l erreur n est pas banale et vous hésiterez probablement à en faire le constat en l espèce. Pour autant, les appréciations de la cour sont contestables. Contrairement à ce qui a été jugé en premier lieu, l étude d impact comporte des analyses sur les conséquences de l accroissement du trafic routier induit par le projet. Cet accroissement est chiffré et l étude, qui renvoie à une enquête de circulation faite par la DDE et à la concertation engagée entre la SEM, le département et les communes, justifie pages 54 et 55 les aménagements retenus. Juger, comme l a fait la cour, que cette partie de l étude est insuffisante du seul fait qu elle a omis de préciser quels seraient les risques pour la sécurité publique de l aménagement d un péage d accès au site à proximité d un rond point sur la voie publique départementale est excessif et pourrait être regardé comme une dénaturation des faits. Il est excessif aussi, à nos yeux, d avoir regardé l étude d impact comme insuffisante s agissant des nuisances sonores, du seul fait qu elle a omis de préciser de façon détaillée les méthodes utilisées pour déterminer la variation du niveau sonore. L étude consacre six pages à cette question et présente, en particulier, des analyses des nuisances actuelles, qui sont évidemment considérables dans un environnement situé au centre de plusieurs axes autoroutiers et urbains à grande circulation. L étude conclut à une absence d incidence sensible de la circulation supplémentaire induite par le projet et du fonctionnement propre des installations et présente, comme l exigent les textes, les mesures envisagées pour réduire les nuisances sonores. Pouvait-on raisonnablement exiger plus de précision? Il n est pas très raisonnable non plus d avoir reproché à l étude d impact d avoir passé sous silence les mesures destinées à préserver les éventuels vestiges archéologiques présents sur le site. Le fait que l avis du conservateur régional de l archéologie indiquait, à titre de précaution, que le terrain d assiette était susceptible de contenir de tels vestiges n imposait pas nécessairement à la SEM d évoquer cette hypothèse dans son étude d impact. Les effets du projet sur le patrimoine archéologique entrent bien dans le champ de l étude d impact (cf CE 10 décembre 2000, Commune de Queven, n ), mais le contenu de l étude doit, aux termes de l article 2 du décret du 12 octobre 1977, «être en relation avec l importance des travaux et aménagements projetés et avec leurs incidences prévisibles sur l environnement». Il est difficile d affirmer qu il était prévisible que des travaux de constructions de hangars ne nécessitant que de modestes fondations, sur des terrains plats ne nécessitant pas eux-mêmes de travaux de terrassement, puissent mettre à jour des vestiges archéologiques. III- Vous pourriez, pour ces motifs, reprocher à la cour d avoir dénaturé les faits en jugeant que l étude d impact était insuffisante. Vous annuleriez alors l arrêt attaqué et statueriez sur la requête d appel après application de l article L du CJA. 5

6 L irrégularité du jugement de première instance est inexistante mais nous pensons, en revanche, qu il y aurait lieu, comme l avait fait la cour, d infirmer l analyse des juges de première instance sur l erreur manifeste d appréciation qui aurait été commise par le préfet s agissant de la sécurité des accès routiers au site : les pièces du dossier dont vous disposez conduisent, au contraire, à juger que le projet comporte des aménagements des accès qui, eu égard au trafic escompté, sont de nature à assurer la sécurité de la circulation sur l ensemble des voies publiques concernées. Si vous partagiez cette appréciation, il vous faudrait examiner par la voie de l effet dévolutif de l appel, comme l avait fait la cour, les nombreux autres moyens invoqués à l encontre du permis de construire. Pour les motifs précédemment développés, il faudrait écarter la méconnaissance de l article R du code de l urbanisme et l insuffisance de l étude d impact. Plusieurs autres moyens pourraient également être rapidement écartés, en reprenant les motifs de la cour auxquels notre collègue Stéphane Austry avait déjà souscrit en concluant devant vous en juin 2003 : - Les statuts de la SEMMARIS et le décret du 27 avril 1965 donnent à cette société qualité pour présenter une demande de permis de construire à l intérieur du périmètre du MIN et les terrains d assiette des hangars se situent bien dans ce périmètre. - Contrairement à ce qui est soutenu, la plan de masse et les autres plans et documents graphiques joints à la demande de permis de construire apportent les précisions exigées par les textes. - Il est exact que l agrément délivré par le comité de décentralisation, rendu nécessaire par l article L du code de l urbanisme, n a été produit qu en cours d instruction de la demande de permis, alors que l article R du code de l urbanisme prévoit qu il doit être joint à la demande de permis. Mais ce retard nous paraît sans incidence sur la légalité du permis dès lors que l autorité compétente a été à même d avoir connaissance de cette pièce avant la fin de l instruction du dossier. - Enfin, les dispositions de l article L du code de l urbanisme qui imposent une concertation préalable pour les projets d aménagement des communes n étaient pas applicables en l espèce, dès lors que le projet en cause n est pas une opération d aménagement réalisée par les communes ou pour leur compte. La contestation de la régularité du déroulement de l enquête publique soulève une petite difficulté. Elle ne porte ni sur le respect des règles d affichage de l arrêté d ouverture de l enquête (l affichage a bien été fait sur la voie publique), ni sur la régularité de la période estivale- de mise à disposition du public du dossier d enquête (V. CE 27 février 1970, Chenu et a., p. 148). La difficulté a trait aux modalités de publication dans la presse de l avis d enquête publique. Le décret du 13 avril 1985 imposait, en l espèce, deux publications consécutives par le préfet dans deux journaux régionaux ou locaux diffusés dans le département du Val-de-Marne. Ces publications ont été faites, selon les modalités exigées, d une part dans l édition départementale du Parisien, d autre part, dans La Croix. Le premier de ces organes de presse répond incontestablement aux critères fixés par la réglementation, mais La Croix n est certainement pas un journal régional ou local. Vous avez cependant déjà admis, dans le cas particulier de l Ile-de-France qui compte, en dehors 6

7 des éditions locales du Parisien, peu de journaux locaux, que la publication puisse se faire dans un organe de presse nationale largement diffusé dans la région (cf Ass. 3 mars 1993, Commune de St Germain-en-Laye et a., p. 54). Vous avez validé, dans ce précédent, une publication effectuée dans le Parisien et le Quotidien de Paris, en relevant que ce dernier était surtout lu en région parisienne et qu il n existait pas, dans le département des Hautsde-Seine qui était concerné, d autre journal local justifiant d une diffusion suffisante. La situation est assez proche en l espèce, mais il y a tout de même deux différences. D une part La Croix est un quotidien dont la diffusion en région parisienne est très certainement moins large que ne l était celle du Quotidien de Paris, d autre part il existe deux hebdomadaires locaux dans le Val de Marne, Echo 94 et Echo 93- Val de Marne. Aucune pièce du dossier ne permet cependant de considérer que ces hebdomadaires sont diffusés dans l ensemble du département et, notamment, dans les trois communes dont il s agit. En pareil cas, vous avez déjà jugé qu il convenait de préférer une publication dans un journal national diffusé dans l ensemble des communes concernées (15 mai 1987, Ville de Levallois-Perret c/ Mmes Levy et Caen, Tp. 772, prolongeant 21 novembre 1980, Sté d exploitation des sablières modernes, p. 440). Nous pensons, dès lors, que vous pourriez valider le choix effectué en l espèce par le préfet du Val de Marne, le quotidien La Croix étant diffusé dans les trois communes concernées. S agissant de la légalité interne du permis de construire, il n y a pas de méconnaissance des règles de constructibilité limitée fixées par l article L du code de l urbanisme : le secteur en cause n est certes pas couvert par un ou plusieurs POS/PLU, mais il s agit manifestement d un espace déjà urbanisé des trois communes. Il est, d autre part, impossible d admettre, dans le contexte économique et urbanistique de l affaire, que l agrément délivré par le comité de décentralisation en application de l article L du code de l urbanisme serait entaché d erreur manifeste d appréciation. L étude d impact et les autres pièces figurant au dossier ne permettent pas non plus de considérer que le préfet aurait entaché la délivrance du permis de construire d erreurs manifestes d appréciation au regard des règles restrictives fixées par les articles R et suivants du code de l urbanisme. Vous pourriez être conduits, pour ces motifs, si vous ne prononciez pas un non lieu, à annuler l arrêt attaqué, le jugement de première instance et à rejeter la demande d annulation du permis de construire. Cela vous permettrait d accorder à la SEMMARIS les frais irrépétibles qu elle demande. Mais, pour les motifs précédemment développés, nous concluons, en l état de la jurisprudence, à ce que les deux pourvois ont perdu leur objet. 7

DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME

DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME Journée ADS 11 Décembre 2007 Flash sur 3 arrêts rendus en 2007 Permis de construire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 259385 Publié au recueil Lebon 1ère et 6ème sous-sections réunies Mme Hagelsteen, président Mlle Anne Courrèges, rapporteur M. Devys, commissaire du gouvernement SCP WAQUET, FARGE, HAZAN,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 370901 ECLI:FR:CESSR:2013:370901.20131206 Inédit au recueil Lebon 7ème et 2ème sous-sections réunies Mme Laurence Marion, rapporteur M. Gilles Pellissier, rapporteur public SPINOSI ; SCP

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE

OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PROCÉDURES D EXPULSIONS OCCUPATIONS ILLICITES DE TERRAINS PAR LES GENS DU VOYAGE PRÉFET DE SEINE-ET-MARNE SOMMAIRE PROCÉDURE NORMALE DE DROIT COMMUN > La procédure juridictionnelle > La procédure administrative

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/08/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 09BX00019 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre (formation à 3) M. DE MALAFOSSE, président Mme Dominique BOULARD, rapporteur Mme DUPUY, rapporteur

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1505324 M. E M. Yann Livenais Juge des référés Ordonnance du 7 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms N 1201552 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Devillers M agistrat désigné Audience du 20 février 2013 Lecture du 27 mars 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/08/2012 COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 09LY01834 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre - formation à 3 M. FONTANELLE, président M. Pierre Yves GIVORD, rapporteur Mme SCHMERBER, rapporteur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 370797 ECLI:FR:CESJS:2015:370797.20151102 Inédit au recueil Lebon 8ème SSJS M. Etienne de Lageneste, rapporteur Mme Nathalie Escaut, rapporteur public SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET, avocat(s)

Plus en détail

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu les autres pièces du dossier ; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux FM N 366290 ASSOCIATION NATIONALE DES CONSEILS FINANCIERS (ANACOFI) et autres M. Olivier Japiot Rapporteur Mme Marie-Astrid Nicolazo de Barmon Rapporteur public REPUBLIQUE

Plus en détail

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL DE MARSEILLE N 13MA01787 COMMUNE DE SAINT-GUIRAUD M. Argoud Rapporteur M. Roux Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La cour administrative d'appel

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 08LY02748 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président M. Philippe ARBARETAZ, rapporteur Mme GONDOUIN, rapporteur public POUJADE, avocat(s)

Plus en détail

Affaire : Préfet de la Côte d Or c/ Société d'entraide et d'action psychologique (SEDAP)

Affaire : Préfet de la Côte d Or c/ Société d'entraide et d'action psychologique (SEDAP) 1 REPUBLIQUE FRANCAISE COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.94.036 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : M. BONNET Commissaire du gouvernement : Mme CHEMLA Séance du

Plus en détail

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Le caractère exécutoire des décisions prises par le maire sur les demandes d autorisation d urbanisme, la transmission au préfet de ces décisions et le contrôle de légalité. Francis Polizzi, Sous-directeur

Plus en détail

- de mettre à la charge de l Etat une somme de 3 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

- de mettre à la charge de l Etat une somme de 3 000 euros au titre de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1300640 ASSOCIATION DES PROPRIETAIRES DU HAVRE et M. Jean-Pierre Devanne Mme Picquet Rapporteur M. Lesigne Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE 1 REPUBLIQUE FRANCAISE COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.98.038 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme DESCOURS-GATIN Commissaire du gouvernement : Mme ESCAUT

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 331669 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président Mme Anissia Morel, rapporteur Mme Sophie-Justine Lieber, rapporteur public

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nancy N 11NC00159 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre - formation à 3 M. COMMENVILLE, président Mme Catherine FISCHER-HIRTZ, rapporteur M. FERAL, rapporteur public SAGET,

Plus en détail

Droit de l urbanisme

Droit de l urbanisme Master 1 DROIT/AES Examens du 1 er semestre 2014/2015 Session 1 Droit de l urbanisme David GILLIG QUESTIONS A CHOIX MULTIPLES Veuillez répondre aux questions ci-dessous en utilisant la grille qui vous

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2 Loïc POUPOT Avocat TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS NOUVELLES OBSERVATIONS EN DEMANDE N 2 POUR : - L association «SAUVONS LE GRAND ECRAN», - Madame Marie-Brigitte ANDREI, - Monsieur Patrick PAWELSKI Ayant

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon)

Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) 1 TC Aff 3958 Mutuelle Eovi Usmar services et soins c/ Centre hospitalier de Roanne (Renvoi du TA de Lyon) Rapp. Y. Maunand Séance du 7 juillet 2014 La question de compétence qui vous a été renvoyée par

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 11VE01445 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre Mme COROUGE, président Mme Elise COROUGE, rapporteur Mme COURAULT, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du

Plus en détail

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

2 ) d annuler l avis à tiers détenteur émis le 6 avril 2010 par le directeur départemental des finances publiques du Val-de-Marne ;

2 ) d annuler l avis à tiers détenteur émis le 6 avril 2010 par le directeur départemental des finances publiques du Val-de-Marne ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1301197 Société Orfedor Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun, (10 ème

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur CONSEIL D'ETAT N 315441 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur M. Mattias Guyomar Commissaire du Gouvernement Le Conseil d'etat, (Section du contentieux, 6 ème et 1 ère sous-sections

Plus en détail

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A. 2003-060 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : M. BONNET Commissaire du gouvernement : Mme CHEMLA Séance

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE

CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE J 13 1393 CONCOURS EXTERNE POUR l ACCÈS AU GRADE D INSPECTEUR DES FINANCES PUBLIQUES AFFECTÉ AU TRAITEMENT DE L INFORMATION EN QUALITÉ D ANALYSTE ANNÉE 2014 ÉPREUVE ÉCRITE D ADMISSIBILITÉ N 3 Durée : 3

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 365219 ECLI:FR:CESSR:2014:365219.20140411 Inédit au recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies Mme Maïlys Lange, rapporteur M. Frédéric Aladjidi, rapporteur public SCP COUTARD,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 350788 Publié au recueil Lebon M. Jacques Arrighi de Casanova, président M. Frédéric Dieu, rapporteur M. Nicolas Boulouis, rapporteur public SCP BORE ET SALVE DE BRUNETON ; CARBONNIER,

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 02/12/2014 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-22300 ECLI:FR:CCASS:2014:C201714 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 319103 Mentionné dans les tables du recueil Lebon M. Vigouroux, président Mme Agnès Fontana, rapporteur M. Dacosta Bertrand, commissaire du gouvernement SCP BOULLOCHE ; SCP PEIGNOT, GARREAU,

Plus en détail

Vu la procédure suivante :

Vu la procédure suivante : CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux HD N 372537 SYNDICAT MIXTE PORTS TOULON PROVENCE Mme Karin Ciavaldini Rapporteur Mme Nathalie Escaut Rapporteur public REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

Plus en détail

Comment calculer la SHON avant travaux d un bâtiment ayant connu plusieurs utilisations successives?

Comment calculer la SHON avant travaux d un bâtiment ayant connu plusieurs utilisations successives? Comment calculer la SHON avant travaux d un bâtiment ayant connu plusieurs utilisations successives? Résumé Pour déterminer les possibilités d aménagement d un bâtiment ayant connu plusieurs utilisations

Plus en détail

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu,

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu, N 22 / 2010 pénal. du 29.4.2010 Not. 889/05/CD Numéro 2744 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 12 septembre 2011, présentée pour M. I., demeurant ( ), par Me Vinay ; M. I. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 12 septembre 2011, présentée pour M. I., demeurant ( ), par Me Vinay ; M. I. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1107554 M. I. M. Gobeill Rapporteur M. Domingo Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil, (9 ème chambre),

Plus en détail

Des formulaires-types de récépissés sont disponibles en suivant ce lien : http://www2.equipement.gouv.fr/formulaires/fic_pdf/13409pcpartie1.

Des formulaires-types de récépissés sont disponibles en suivant ce lien : http://www2.equipement.gouv.fr/formulaires/fic_pdf/13409pcpartie1. 1 / 04/2014 Département Ville Urbanisme et Habitat NF/JM 07.09.242 FORMALITES A ACCOMPLIR PAR LES COMMUNES EN QUALITE DE GUICHET UNIQUE DURANT LE PREMIER MOIS A COMPTER DE LA RECEPTION D UN DOSSIER DE

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Ordonnance du 14 février 2014 LE JUGE DES RÉFÉRÉS

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015 1 Tribunal des conflits Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif Rapporteur : Y. Maunand Séance du 16 novembre 2015 Le conflit positif dont vous êtes saisi va vous conduire à vous prononcer à la fois

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

SCP Le Bret-Desaché, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Le Bret-Desaché, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 20 mars 2012 N de pourvoi: 11-11332 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Le Bret-Desaché, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE CAEN F D N 1202461 SCI DU PONT DE CABOURG M. Lauranson Rapporteur M. Cheylan Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Caen

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Quelles sont les conséquences d une mention erronée des délais de recours dans l affichage du permis de construire?

Quelles sont les conséquences d une mention erronée des délais de recours dans l affichage du permis de construire? Quelles sont les conséquences d une mention erronée des délais de recours dans l affichage du permis de construire? Règles de procédure contentieuse spéciales en matière d urbanisme Introduction de l instance

Plus en détail

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 18 alinéa (2) de la Loi nº146/1997 réglementant les taxes de justice de timbre, avec les modifications

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1302997 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG N 1302997 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ct N 1302997 Union Nationale des Etudiants de France Assemblée Générale des Etudiants de Strasbourg - UNEF M. Gros Rapporteur M. Rees Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Garreau, Bauer-Violas

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 370564 ECLI:FR:CESSR:2014:370564.20141119 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 8ème / 3ème SSR M. Jean-Marc Anton, rapporteur M. Benoît Bohnert, rapporteur public SCP DELAPORTE,

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/12/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 14 novembre 2012 N de pourvoi: 11-20391 Publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini,

Plus en détail

RECOURS CONTRE UNE DECISION DE REFUS D ADMISSION DANS UNE FILIERE APRES UN ECHEC DEFINITIF

RECOURS CONTRE UNE DECISION DE REFUS D ADMISSION DANS UNE FILIERE APRES UN ECHEC DEFINITIF Référence Titre Résumé Arrêt 2013.9 du 12 février 2014 en la cause X. contre la Direction générale de la Haute école de Genève et la Haute Ecole du paysage, d ingénierie et d architecture de Genève (HEPIA).

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne

Commentaire. Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012. Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne Commentaire Décision n 2011-224 QPC du 24 février 2012 Coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne (Validation législative de permis de construire) La Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

L APPORT DE LA LOI «MACRON» AU CONTENTIEUX DU REFUS DE PERMIS DE CONSTRUIRE

L APPORT DE LA LOI «MACRON» AU CONTENTIEUX DU REFUS DE PERMIS DE CONSTRUIRE L APPORT DE LA LOI «MACRON» AU CONTENTIEUX DU REFUS DE PERMIS DE CONSTRUIRE Le 1 er août 2014, le gouvernement a confié à monsieur Jean-Pierre DUPORT, préfet de région, la mission de définir les réformes

Plus en détail

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE Une précision liminaire : les édifices désignés comme monuments historiques dans la présente fiche sont ceux, inscrits ou classés, protégés par la loi du

Plus en détail

«Quelques Réflexions sur...»

«Quelques Réflexions sur...» Numéro 14 Mars 2007 «Quelques Réflexions sur...» La Lettre de la Société et N. Sarkozy Le décret du 5 janvier 2007 : les contours du nouveau régime juridique applicable aux autorisations d urbanisme (2

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 29/05/2013 Cour Administrative d Appel de Nancy N 12NC00126 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. LAPOUZADE, président Mme Pascale ROUSSELLE, rapporteur M. WIERNASZ, rapporteur public

Plus en détail

CONCLUSIONS. Melle C. VEROT, Commissaire du Gouvernement

CONCLUSIONS. Melle C. VEROT, Commissaire du Gouvernement N 281033 SA GUERLAIN 10 ème et 9 ème sous-sections réunies Séance du 7 mars 2008 Lecture du 11 avril 2008 CONCLUSIONS Melle C. VEROT, Commissaire du Gouvernement Pour assurer son développement en Asie,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 12NT02891 Inédit au recueil Lebon 2ème Chambre M. PEREZ, président M. Eric FRANCOIS, rapporteur M. POUGET, rapporteur public PREVOT, avocat(s) lecture du vendredi

Plus en détail

CONSEIL D ETAT SECTION DU CONTENTIEUX. REQUETE ET MEMOIRE (art. L. 2131-6 alinéa 5 du code général des collectivités territoriales)

CONSEIL D ETAT SECTION DU CONTENTIEUX. REQUETE ET MEMOIRE (art. L. 2131-6 alinéa 5 du code général des collectivités territoriales) PIWNICA & MOLINIE Avocat au Conseil d'etat et à la Cour de Cassation 62 boulevard de Courcelles 75017 PARIS Tél : 01.46.22.83.77 Fax : 01.46.22.16.66 DEFERE PREFECTORAL CONSEIL D ETAT SECTION DU CONTENTIEUX

Plus en détail

Le retrait d un permis peut-il être légalement notifié au-delà du délai de trois mois?

Le retrait d un permis peut-il être légalement notifié au-delà du délai de trois mois? Le retrait d un permis peut-il être légalement notifié au-delà du délai de trois mois? Régime d utilisation du permis Retrait du permis Légalité Condition Notification enserrée dans le délai de trois mois

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 Cette décision sera mentionnée dans les t~hl~::: dl ~0cuei! LEBON REPUBLIQUE FRANÇAISE SR SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES TRANSPORTS PUBLICS DE CANNES LE CANNET

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 26 mai 1999 N de pourvoi: 96-20299 Non publié au bulletin Rejet Président : M. BEZARD, président AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS REPUBLIQUE FRANCAISE

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 364551 ECLI:FR:CESSR:2013:364551.20130311 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Mme Laurence Marion, rapporteur M. Bertrand Dacosta, rapporteur public FOUSSARD ; SCP BOULLOCHE, avocat(s)

Plus en détail

SCP SPINOSI, SUREAU ; SCP ROCHETEAU, UZAN-SARANO, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP SPINOSI, SUREAU ; SCP ROCHETEAU, UZAN-SARANO, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 383653 ECLI:FR:CESSR:2015:383653.20150520 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies Mme Marie-Gabrielle Merloz, rapporteur Mme Marie-Astrid Nicolazo

Plus en détail

Tribunal des Conflits N 3861. Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Grenoble. M. A.-M. et autres

Tribunal des Conflits N 3861. Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Grenoble. M. A.-M. et autres Tribunal des Conflits N 3861 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Grenoble M. A.-M. et autres c/ Association communale de chasse agrée d Abondance Séance du 9 juillet 2012 Rapporteur : M. Honorat

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Vu la loi n 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d amélioration des relations entre l administration et le public ;

Vu la loi n 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d amélioration des relations entre l administration et le public ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N o 1216457/6-2 SOCIETE D'EDITION DE MEDIAPART et Mme A. Mme David Rapporteur M. Jauffret Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

L annulation partielle d une autorisation d urbanisme (note sur CE, 23 février 2011, SNC Hôtel de la Bretonnerie, req. n. 325179)

L annulation partielle d une autorisation d urbanisme (note sur CE, 23 février 2011, SNC Hôtel de la Bretonnerie, req. n. 325179) L annulation partielle d une autorisation d urbanisme (note sur CE, 23 février 2011, SNC Hôtel de la Bretonnerie, req. n. 325179) L instabilité du droit de l urbanisme (H. Jacquot, «L impossible stabilisation

Plus en détail

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 Date : Le 14 avril 2015 Numéro de dossier : AD-14-548 DIVISION D APPEL Entre: A. M. Appelant et Commission de

Plus en détail

Vu la procédure suivante :

Vu la procédure suivante : CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 372582 M. B. M. Guillaume Déderen Rapporteur REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Conseil d'etat statuant au contentieu x (Section du contentieux,

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MAI 2010 C.09.0340.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0340.F C. A., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Vu la procédure suivante :

Vu la procédure suivante : CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 385816 MINISTRE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL C/ COMITE CENTRAL D'ENTREPRISE DE LA SOCIETE HJ HEINZ FRANCE Mme

Plus en détail

Une réforme attendue

Une réforme attendue 1 Introduction Une réforme attendue 2 000 000 d actes d urbanisme par an Une législation très touffue et complexe Source d insécurité pour les porteurs de projet et les communes Critique unanime des usagers

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre commerciale Audience publique du 15 mai 2007 Rejet N de pourvoi : 06-11845 Inédit Président : M. TRICOT AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13347 11-15642 Publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Nicolaý, de Lanouvelle

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

L essentiel de l Officiel

L essentiel de l Officiel LA FIN DE L «AUTOLICENCIEMENT» Décision de la Cour de cassation Cour de cassation Chambre sociale Décisions n 01-42-335, n 01-43-578, n 01-42-679, 01-40-235, n 01.41-150 Arrêts n 1780, n 1782, n 1783,

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT

PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT PERMIS DE CONSTRUIRE ET LOTISSEMENT Le Permis de Construire (PC) et le lotissement sont deux outils de planification urbaine qui touchent plus particulièrement la construction. Ces deux outils ont émergé

Plus en détail

Jurisprudence. À quels fonctionnaires le président du conseil général peut-il déléguer sa signature? Organes des collectivités locales.

Jurisprudence. À quels fonctionnaires le président du conseil général peut-il déléguer sa signature? Organes des collectivités locales. Jurisprudence Organes des collectivités locales À quels fonctionnaires le président du conseil général peut-il déléguer sa signature? Résumé L article L. 3221-3 du code général des collectivités territoriales

Plus en détail