De la recherche sur les usages des TIC à la communauté virtuelle : réflexions à partir d un texte de Josiane JOUET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De la recherche sur les usages des TIC à la communauté virtuelle : réflexions à partir d un texte de Josiane JOUET"

Transcription

1 Estelle Biolchini (Grenoble) et Ken Lohento (Paris) Séminaire GPB Automne 2002 De la recherche sur les usages des TIC à la communauté virtuelle : réflexions à partir d un texte de Josiane JOUET Article : «Retour critique sur la sociologie des usages», Josiane Jouët, Revue RESEAUX n 100, Josiane Jouët (1948- ) est docteur en sociologie. Elle est professeur à l Institut Français de Presse (rattaché à l'université Paris II) et son champ de recherche est celui desusages des technologies de l'information et de la communication (TIC). I - Cadrage conceptuel Dans cet article de synthèse sur la sociologie des usages et son apport au champ de la communication, Josiane Jouët ne prend en compte que les travaux francophones, mettant en évidence le peu d'influence des travaux anglo-saxons (le courant des "usages et gratifications" et l'école culturaliste) sur les études d'usage des TIC en France. D'autre part, elle insiste sur la part majoritaire des travaux émanant de sociologues et d experts et sur le retrait, jusqu au début des années 1990, des chercheurs des sciences de la communication sur les études d'usages (à quelques exceptions près, elle cite notamment les chercheurs du GRESEC). Josiane Jouët propose ensuite des élèments de définition dans le cadre de cette synthèse sur les études d usage des technologies de l'information et de la communication. Dans les TIC sont englobés des objets interactifs ou numériques, comme le Minitel (début de la télématique), le CDROM, le téléphone portable ou Internet. Elle exclut les études d usage relatives aux médias de masse (comme la télé), au magnétoscope ou au téléphone fixe, objets qui "ne relèvent pas de la sphère des TIC" (p 490)

2 Il nous a semblé difficile de comprendre exactement les critères de sélection des objets de communication entrant ou non dans la sphère des TIC. Cela étant, J. Jouët revient sur la scission entre les travaux sur les TIC et ceux sur les médias de masse, et plaide pour un rapprochement de deux (p 515). Dans un autre article de synthèse sur les études d'usage, Pierre Chambat (1994), précise que la sociologie des usages n'est pas une sous-discipline reconnue de la sociologie mais qu'elle est une préocuppation qui traverse trois disciplines : la sociologie de la technique, la sociologie de a communication et la sociologie des modes de vie. II - Genèse et évolution de la sociologie des usages Genèse et évolution de la sociologie des usages (1) Contexte actuel: écueils à éviter L après 1968 : Courant de l autonomie sociale Sociologie des Usages À partir de 1990 : Usages des TIC dans l entreprise. Travaux sur les usages en SIC se développent A partir de 1980 : Etudes sur la télématique (Minitel). De Certeau, «Arts de faire. L invention du quotidien» Après 1985 : prise en compte de l objet lui même dans la construction des usages Expansion des TIC Séminaire GBP3 Automne 2002 La sociologie des usages en France apparaît au début des années 1980 avec les nombreuses études sur le Minitel. Mais Josiane Jouët revient à "l'après 68", période où la société française connaît de nombreuses transformations (touchant la famille, le travail, les loisirs ), pour comprendre la genèse de la sociologie des usages. Des tendances fortes sont mises à jour par les sociologues, notamment la montée de l'individualisme et une volonté d'affranchissement des différentes formes de domination. "Les sociologues étudient la façon dont les TIC - 2 -

3 s'insèrent dans la dynamique des pratiques d'autonomie analysées dans d'autres secteurs de l'action sociale". Quand, au début des années 1980, les études sur le minitel montrent que les usages préconisés par les concepteurs sont contournés, le courant de l'autonomie sociale est alors conforté. C'est aussi à cette époque qu'est publié "Arts de faire. L'invention du quotidien" de Michel de Certeau, qui met en évidence les ruses et les tactiques des usagers dans la manière d'employer les produits imposés par un ordre économique dominant, "autant de formes de microresistances à l'imposition de normes" (p 496). Josiane Jouët aboutit alors au constat suivant: "le pratiquant actif est bien le premier modèle dégagé par la sociologie des usages" (p 496). Les travaux des chercheurs prennent donc bien en compte le cadre social dans la formation des usages des techniques, parfois jusqu'à placer l'usager à parité avec le concepteur (Perriault). Pourtant, Josiane Jouët souligne que la plasticité des usages n apparaît pas infinie et Serge Proulx (2001) rappelle que le concepteur à plusieurs stratégies à mettre en oeuvre pour imposer le "bon usage" de la technique. D'autre part, après 1985, sans pour autant faire preuve de déterminisme technique, des travaux montrent l'influence de l'objet dans la formation des usages, "la matérialité de l'objet infiltre les pratiques". L'utilisation de la technique nécessite d'acquérir un certain nombre de savoirfaire, d'habiletés. Josiane Jouët précise que "les valeurs de rationnalité et de performance de la technique imprègnent les usages fonctionnels mais aussi ludiques des TIC" (p 497). Les travaux en sociologie de l'innovation ou en éthnométhodologie mettent en évidence les va-et-vient entre usager et concepteur ou encore la "solidarité entre l'homme et la machine". A partir de 1990, les études d'usages des TIC dans la sphère professionnelle se développent. C est aussi à cette époque que les chercheurs des sciences de l'information et de la communication (SIC) investissent le champ de la sociologie des usages et multiplient les études, ce qui ne manque pas d alerter Josiane Jouët sur les dérives possible

4 En effet, à l'heure de la "maturité", la sociologie des usages ne doit cependant pas tomber dans certains écueils : l'éclatement des objets de recherche (sans capitalisation des recherches antérieures), la montée de l empirisme ( nouveau contexte de financement, travaux en sic), l'approche communicationnelle, non transdisciplinaire. III - Les apports de la sociologie des usages au champ de la communication A p p o rts au champ de la communication (1) S oc io logie d es usages C ha m p de la c ommunication 1.G én éalogie 2.A pp ro p riation 4.R ap po rt social 3.L ien social S é m in aire GBP3 Automne 2002 A partir de ces quatre entrées, Josiane Jouët reprend les résultats de la recherche sur les usages ces vingt dernières années. La généalogie des usages est un moyen de dégager des observations récurrentes, sur divers objets de communication et sur le temps long. Le courant d histoire socio-technique donne les élèments de compréhension suivant : Les usages se greffent sur le passé, autour de techniques et de pratiques antérieures. Le corollaire de cette observation est qu il y a filiation et hybridation interne des moyens de communication (exemple que nous propose J. Jouët : «l conjugue l écrit de - 4 -

5 l échange épistolaire et le langage parlé du téléphone, la rapidité des télécommunications et le différé de la correspondance postale» ). Il y a une inertie du corps social qui freine le processus d innovation (il est ainsi nécessaire de prendre en compte de phénomènes générationnels dans l acculturation technique 1 ). Pourtant, au cours des dernières années, plusieurs facteurs concourent à une accéleration de la diffusion des outils de communication. D une part, les discours de promotion de ces outils se multplient. D autre part, ils sont généralement imposés aux salariés dans la sphère professionnel. Enfin, certains outils trouvent des niches d usage et s intègrent naturellement aux modes de vie (p500). L'inscription sociale des TIC se réalise en 4 phases: adoption, découverte, apprentissage et banalisation (ou rejet). Les objets de communication sont porteurs d un imaginaire, de représentations et de valeurs qui leur donnent une dimension symbolique, suscitant l adoption et la formation des premiers usages (p501) mais aussi un désenchantement de la technique, étape marquant le passage au statut d objet ordinaire. La deuxième entrée que Josiane Jouët utilise pour éclairer le champ des usages est celui du processus d appropriation social des technologies de communication. L appropriation d une TIC revêt une dimension cognitive et empirique. La formation des usages est concomitante à l acquisition de savoir-faire, d'habiletés. L usage des TIC est empreinte d une rationnalité technique qui imprégnent les procès de communication. L appropriation se cristallise dans les modes d utilisation d une technique, les usages réels n étant pas toujours ceux préconisés (voir plus haut). L appropriation des TIC se réalise à des fins d émancipation, d accomplissement ou de sociabilité, assoicant à la fois une dimension subjective (acte de se constituer un «soi») et collective 2. A chaque fois, l usage des TIC participent aux processus d évolution de l individu où singularité et appartenance à un corps social se jouent. Le troisième axe d analyse des usages est celui de l élaboration du lien social à travers les nouveaux collectifs et la redéfinition des formes de l échange social (échanges collectif ou interpersonnel) où se croisent stratégie de distinction, de marquage social ou de démarquage social (p505). 1 CHAMBAT (1994), p L émancipation de l individu se réalise par rapport à sa famille par exemple. L accomplissement dans le travail peut se faire en référence à ses collègues

6 De nombreux travaux s intéressent à la création du lien social en ligne, montrant que «la seule médiation de la technique paraît souvent impuissante à créer du lien social qui soit se ressource dans des réseaux sociaux préconstruits, soit est activé par le rôle régulateur et catalyseur joué par les modérateurs / leaders» (p507). Ce qui amène Josiane Jouët à poser la question suivante, notamment après avoir étudié une communauté en ligne, les Axiens : les relations établies en ligne sont-elles empreintes d artificialité? Quoiqu il en soit, ces relations sont complexes à analyser du fait de la multiplicité des supports de communication. Dernière entrée proposée par Josiane Jouët pour dégager les apports de la soiologie des usages au champ de la communication : l intégration des usages dans les rapports sociaux, qui constituent la matrice de leur production (p507). Josiane Jouët rappelle que l usage est apréhendé par tous les chercheurs comme un construit social, en relation avec l évolution des modes de vie, de la famille et de l entreprise. Les mobiles, les formes d usages et le sens accordé à la pratique se ressourcent dans le corps social 3. Cependant, la présence des technologies de l information et de la communication n est pas neutre et peut remettre en cause «l ordre établi» dans différents domaine (professionnel, familial, public ), car «les rapports sociaux sont aussi construits par les pratiques de communication» (p509). IV - DE LA COMMUNAUTE VIRTUELLE Comme l a montré Josiane Jouët, la recherche sur les usages porte aussi sur les rapports sociaux et la création de lien social sur les réseaux électroniques. Elle l affirme à la page 506, «l identification du cadre socio-technique étudie l interrelation qui se noue entre le dispositif technique et les formes de l échange social». Nous avons ici pris le parti de vous proposer notre compréhension de quelques problématiques soulevées par ces échanges virtuels, en cinq points, bien qu on puisse discuter de ce sujet sous plusieurs autres angles. Nous traitons le sujet en grands traits, n ayant pas le temps ici de bien les étayer. La question définitionnelle Le concept de «communauté virtuelle» n est pas facile à déchiffrer. Serge Proulx et Guillaume Latzko-toth, dans un article intitulé «La virtualité comme catégorie pour penser le social : l usage de la notion de communauté virtuelle», constatent d abord que les termes 3 JOUET J. (1993) - 6 -

7 «communauté» et «virtuel» apparaissent polysémiques, avec des définitions et des acceptations paraissant souvent même contradictoires. Le virtuel peut bien être une représentation idéale, parfaite du réel, une fausseté utopique, comme une hybridation de ce ces deux concepts. La «communauté» peut être juste un public, comme un réseau social constitué. De là la difficulté de la définition de ce concept imposé par les techniciens, la presse et les politiciens. Selon Proulx et Latzko-Toth, on parlait de communautés virtuelles, même avant l avènement de l internet (public de la radio, de la télévision, etc). Sherry Turkle, professeur de sociologie au MIT affirme «la communauté ne peut exister avec le transitoire. C est pour cela que je ne suis pas intéressée aux chat-rooms, où le va et vient ne laisse pas de traces». Elle dit aussi : «les communautés virtuelles peuvent être comme des bars, des bistrots, des cafés. Elles n ont pas l intimité de la famille, ni l anonymat de la rue. Elles se positionnent entre le privé et le public (source : «Aux frontières du virtuel et du réel» : entretien avec Sherry Turkle sur l impact social des nouvelles formes de communication en-ligne, Federico Casalegno, Société, N 68, 2002/2). Pour poursuivre notre réflexion, concevons le concept de la communauté virtuelle comme l entité constituée par un groupe formellement constitué ou non, collaborant ou échangeant à distance grâce à l internet : liste GPB, groupes de discussions Yahoo, International Association for the Advancement of Curriculum Sciences etc..). La communauté virtuelle comme espace public de mobilisation Les communautés virtuelles apparaissent quelquefois des espaces publics de mobilisation, à l échelle locale, nationale ou internationale (Eric Georges, «De l utilisation d internet comme outil de mobilisation : les cas d ATTAC et de SalAMI»). Des réseaux constitués échangent donc à travers le réseau pour défendre une cause (société civile internationale). Toutes les ressources de l internet sont dès lors mises à contribution ( , listes de discussion, espace web) avec des réunions physiques à l occasion. Certains des résultats de ces mobilisations internationales ont été l abandon du projet d Accord Multilatéral sur l investissement (AMI), la médiatisation internationale de la cause des indiens zapatistes, organisations de forums sociaux mondiaux (Porto-Alegre, Florence, etc). Il faut préciser que dans ces différents cas, les communautés virtuelles ont seulement constitué des adjuvants, parfois décisifs certes

8 Les communautés virtuelles comme alternative économique pour les échanges entre entités L organisation de concertation à l échelle régionale ou continentale, ou même au sein d un pays peut se révéler coûteuse, surtout pour les pays en développement. On peut se demander si les communautés virtuelles, sous leur forme élémentaire de liste de discussion, ne semblent-ils pas pouvoir constituer une alternative à la multiplication de ces rencontres physique? On serait tenté de répondre par l affirmative lorsque l on se serait assuré que les acteurs concernés peuvent trouver la possibilité de se connecter à l internet et lorsqu il s agit surtout de réseaux formellement constitués avec des acteurs non étrangers l un à l autre. La création de connaissances sur les communautés virtuelles Les communautés virtuelles mettant en œuvre la production de contributions en réseau, on peut se demander si elles ne peuvent pas favoriser une création de connaissances en leur sein. Il conviendrait d abord de distinguer ici connaissance et information. La création de connaissance ne pourrait avoir lieu que dans le cadre d une démarche organisée, structurée. Cette création de connaissances peut-elle intervenir dans le cadre d une communauté non formellement constituée? De plus, on peut s interroger sur la qualité, la représentativité et l objectivité de ces connaissances, même si elles étaient créées, lorsque l on sait que dans la plupart des communautés en ligne, seule une minorité s exprime effectivement (problématique de la prise de parole sur les réseaux virtuels), du fait de contraintes technologiques ou personnelles. La question de l identité sur les communautés virtuelles La participation aux communautés virtuelles (chat, liste de discussion, forum, etc) requiert presque toujours l identification de l internaute. Dans la plupart des cas, on donne souvent des pseudonymes ou de fausses identités, car le caractère distant de la communication, la facilité de contact multiforme, et la non identification visuelle des correspondants( dans la plupart des cas) incitent à la prudence, à l anonymat. Comme l affirme Jouët dans le cas du minitel, «l écran du Minitel remplit une double fonction. C est un bouclier qui encourage l anonymat et l emprunt de pseudonymes (on se protège). Mais l écran est aussi un miroir où se projettent les fantasmes et le narcissisme» (Voir Pratiques de communication et figures de médiation)

9 Toutefois cet anonymat peut être source de conflits ou causer des difficultés dans la relation virtuelle. Sur des chats par exemple, une même personne peut vous contacter sous plusieurs pseudonymes ; une même personne peut réagir sur un sujet sous plusieurs pseudonymes, et brouiller les pistes en changeant de postes d accès si nécessaire ; l on ne peut jamais être sûr de l auteur d un message, puisque la sécurité des boites aux lettres par exemple n est jamais assurée, etc. L intervention sur l espace public électronique peut ainsi se trouver confrontée à d importantes difficultés. Signalons que sur proposition américaine, une démarche est actuellement en cours au comité international de normalisation (ISO) afin de doter les participants des plateformes d éducation en ligne d identifiants numériques humains, pouvant être assimilée à un numéro de sécurité sociale virtuel. Cette démarche qui peut paraître suspecte pour la protection de l espace privé, suscite beaucoup d inquiétudes notamment au niveau des experts français des comités de normalisation. Pour plus d information lire Les identifiants numériques humains : élément pour un débat public par Jacques Perriault, Michel Arnaud, Brigitte Juanals, in La gouvernance d internet, sous la direction de Françoise Massit et Richard Delmas, Les Cahiers du Numérique, vol 3, n 2, 2002). Quelques questions que nous pouvons soumettre à l auditoire : que peut-on appeler communauté virtuelle? Peut-il y avoir communauté virtuelle autour d un groupe non formellement constitué (exemple des groupes chattant sur l espace chat de Yahoo, Voila, Caramail)? GPB3 est-il une communauté virtuelle? Quelles sont donc les capacités de mobilisation et la pertinence des communautés virtuelles, notamment pour la société civile? Que pensez-vous de l anonymat sur les espaces virtuels électroniques? - 9 -

10 V - Bibliographie: CASALEGNO F. (2002), «Aux frontières du virtuel et du réel : entretien avec Sherry Turkle sur l impact social des nouvelles formes de communication en-ligne), Société, N 68. CHAMBAT P.(1994) «Usages des technologies de l information et de la communication (TIC) : évolution des problématiques», Technologies de l information et société, vol. 6, n 3. FLICHY P. (1985) «Communication : progrès technique et développement des usages», Réseaux, n 24. GALIBERT O. (2001), «La marchandisation des communautés virtuelles en question», Actes des journées d études ORG & CO, Communication organisante et oragnisation communicante, Castres, SFSIC. GEORGES E., «De l utilisation d internet comme outil de mobilisation : les cas d ATTAC et de SalAMI». JOUET J. (1989), «Une communauté télématique : Les Axiens», Réseaux, n 38. JOUET J. (1993), «Pratiques de communication, figures de la médiation», Réseaux, n 60. MALLEIN P., TOUSSAINT Y. (1994) «L intégration sociale des technologies d information et de communication : une sociologie des usages», Technologies de l information et société, vol. 6, n 4. MIEGE(2000) Les industries du contenu face à l'ordre informationnel,grenoble, Presses Universitaires de Grenoble. PERRIAULT J. (1989), La logique de l usage. Essai sur les machines à communiquer, Flammarion. PROULX S. (2001) «Usages des technologies d information et de communication : reconsidérer le champ d étude?», Actes du XII congrès national des sciences de l information et de la communication, Emergences et continuité dans les recherches en information et communication, UNESCO (Paris), SFSIC. PROULX S., LATZKO-TOTH G. «La virtualité comme catégorie pour penser le social : l usage de la notion de communauté virtuelle», site Web du Groupe de Recherche sur les médias (GRM)

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Rennes, les 9, 10 et 11 mars 2016.

Rennes, les 9, 10 et 11 mars 2016. APPEL À COMMUNICATIONS pour le colloque Trente ans de recherches sur les communications organisationnelles en France Quels bilans des recherches sur les pratiques d information - communication organisationnelles?

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet Projet PHARES Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet L.Brami, S.Damart, M. Detchessahar, M. Devigne, J. Habib, F. Kletz, C. Krohmer. Document joint à l avenant au contrat

Plus en détail

DIPLÔME D'UNIVERSITÉ "CHEF DE PROJET APPRENTISSAGE ET FORMATION EN LIGNE" D.U. CAFEL. Formation Ouverte À Distance Durée : 385 heures

DIPLÔME D'UNIVERSITÉ CHEF DE PROJET APPRENTISSAGE ET FORMATION EN LIGNE D.U. CAFEL. Formation Ouverte À Distance Durée : 385 heures DIPLÔME D'UNIVERSITÉ "CHEF DE PROJET APPRENTISSAGE ET FORMATION EN LIGNE" D.U. CAFEL Formation Ouverte À Distance Durée : 385 heures 1 Public Formateurs, enseignants, responsables pédagogiques, responsables

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

LES USAGES DES TECHNOLOGIES NUMERIQUES : DES EXPERIENCES INTERACTIVES EN CONTEXTE MUSEAL

LES USAGES DES TECHNOLOGIES NUMERIQUES : DES EXPERIENCES INTERACTIVES EN CONTEXTE MUSEAL LES USAGES DES TECHNOLOGIES NUMERIQUES : DES EXPERIENCES INTERACTIVES EN CONTEXTE MUSEAL Plaine Commune, déjeuner de la technologie - 13 décembre 2011 Geneviève Vidal, LabSic Université Paris 13 Nathalie

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

Dossier numérique et évaluation des compétences.

Dossier numérique et évaluation des compétences. Dossier numérique et évaluation des compétences. Les usages du DNC pour la formation, l évaluation, la validation et la certification de compétences Emmanuel LE CLAINCHE Responsable de formation à Isfec

Plus en détail

LA COMMUNICATION FINANCIERE

LA COMMUNICATION FINANCIERE LA COMMUNICATION FINANCIERE La communication financière s adresse ou se fait à l intention d entreprises cotées en bourse. Une action est un produit. A ce titre, elle a besoin de communication. I- FONDEMENTS

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Bureau des étudiants VERSION IFP

Bureau des étudiants VERSION IFP Bureau des étudiants VI VERSION IFP l Institut Français de Presse & Version IFP L Institut Français de Presse est une institution pionnière dans la formation au monde des médias. Depuis près de 80 ans,

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité dans le cadre du 12 e Congrès national de Metropolis Immigration

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Sciences Po Bordeaux et l Institut des Sciences de l Information et de la Communication présentent : Le forum CPP. Le WEB ADMINISTRATIF en France

Sciences Po Bordeaux et l Institut des Sciences de l Information et de la Communication présentent : Le forum CPP. Le WEB ADMINISTRATIF en France DOSSIER DE PRESSE Sciences Po Bordeaux et l Institut des Sciences de l Information et de la Communication présentent : Le forum CPP Le WEB ADMINISTRATIF en France rapport 2008 18 mars 2008 18h30/21h Club

Plus en détail

Sommaire. Le dispositif... 2. Les manches... 2. Le groupe de préparation... 2. Contact... 2. Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème...

Sommaire. Le dispositif... 2. Les manches... 2. Le groupe de préparation... 2. Contact... 2. Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème... Sommaire Le dispositif... 2 Les manches... 2 Le groupe de préparation... 2 Contact... 2 Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème... 3 Adhésion des élèves au projet... 5 Dévolution des épreuves

Plus en détail

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage «La façon de nous voyons les choses est la source de la façon dont nous pensons et de la façon dont nous agissons Jamais nous

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Communication publique, communication politique

Communication publique, communication politique Master Retic Master CPI Communication publique, communication politique B. Lafon, 2013-2014 1. La consubstantialité communication politique 2. Les sources des pratiques professionnelles en communication

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique?

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Conférences ATEMIS L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Tommaso Pardi sociologue GERPISA, ENS-Cachan Sandro De Gasparo ergonome ATEMIS ESCP - Paris, le 2 avril 2015 L'usine du futur

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Huot. Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p.

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Huot. Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p. Compte rendu Ouvrage recensé : Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p. par François Huot Nouvelles pratiques sociales, vol. 18, n 2, 2006, p. 234-237. Pour citer ce compte rendu,

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

Pour une culture du savoir

Pour une culture du savoir Pour une culture du savoir Mémoire présenté à la ville de Montréal sur la proposition de Politique de développement culturel pour la ville de Montréal par Science pour Tous et la Société pour la promotion

Plus en détail

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE.

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. Cette épreuve permet de valider les compétences C1, C2, C3 et T2 du référentiel au travers de la démarche de projet 15 que le candidat aura mis en œuvre.

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES LE SIM CONCEPT OBJECTIFS CIBLES MAINDES S.I BNSL SIM EN CHIFFRES. Salon de l Informatique et du Multimédia

TABLE DES MATIÈRES LE SIM CONCEPT OBJECTIFS CIBLES MAINDES S.I BNSL SIM EN CHIFFRES. Salon de l Informatique et du Multimédia TABLE DES MATIÈRES LE SIM CONCEPT OBJECTIFS CIBLES MAINDES S.I BNSL SIM EN CHIFFRES 1 er Edition du 20 au 21 mars 2015 2 Les technologies de l information et de la communication (TIC) constituent de nos

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne Janvier 2011

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne Janvier 2011 IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne 1 ères Rencontres Régionales Européennes L innovation dans les politiques et pratiques de l intervention sociale en Europe Appel à communication Dans ce contexte

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Compte-rendu de l atelier 6 : Nouveaux clusters numériques Journée contributive n 1 : Croissance, innovation,

Plus en détail

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education

Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education CENTRES REGIONAUX DES METIERS DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION Module des Technologies de l'information et de la Communication en Education Unité Centrale de la Formation des Cadres Juillet 2012 Introduction

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Conclusion. Les spécificités des associations de jeunes, dirigées par des jeunes. par des jeunes

Conclusion. Les spécificités des associations de jeunes, dirigées par des jeunes. par des jeunes Conclusion Les spécificités des associations de jeunes, dirigées par des jeunes Conclusion du rapport d enquête - Les spécificités des associations de jeunes, dirigées par des jeunes Alors que nous posions

Plus en détail

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité

Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité Service d accompagnement pédagogique de l Université Sorbonne Paris Cité CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

Appel à candidature 2015

Appel à candidature 2015 Dossier de candidature 2015 résidence de création au Cube independent art room CANDIDATURE Appel à candidature 2015 Résidence de création à l espace d art Le Cube independent art room Rabat Depuis avril

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

DROITS ET RESPONSABILITES. On a tous des droits en ligne. Respect!

DROITS ET RESPONSABILITES. On a tous des droits en ligne. Respect! Fiche atelier DROITS ET RESPONSABILITES On a tous des droits en ligne. Respect! Objectif Que peut-on faire, que doit-on faire, que devrait-on faire en ligne? En quoi suis-je protégé, responsable? Que dit

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : Transformation numérique de l action publique Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Synthèse de l atelier 5 : La souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION D IDC

DOCUMENT D INFORMATION D IDC DOCUMENT D INFORMATION D IDC Comment Big Data transforme la protection et le stockage des données Août 2012 Écrit par Carla Arend Sponsorisé par CommVault Introduction : Comment Big Data transforme le

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

Plan de la leçon QU EST-CE QUE LA FOAD II. LES ACTEURS DE LA FOAD III. LES MODALITES ET L ACCOMPAGNEMENT EN FOAD

Plan de la leçon QU EST-CE QUE LA FOAD II. LES ACTEURS DE LA FOAD III. LES MODALITES ET L ACCOMPAGNEMENT EN FOAD Plan de la leçon I. QU EST-CE QUE LA FOAD II. LES ACTEURS DE LA FOAD III. LES MODALITES ET L ACCOMPAGNEMENT EN FOAD IV. LE CHANGEMENT DE PARADIGME EDUCATIF V. LES DIFFERENTS CONCEPTS DE LA FOAD VI. LES

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

GED: Gestion Electronique de Document (Support de cours) R. MAHMOUDI (mahmoudr@esiee.fr) www.research-ace.net/~mahmoudi 1 Gestion Electronique de Documents Plan du cours - Introduction générale - Spécificités

Plus en détail

Activité collaborative en ligne. Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé

Activité collaborative en ligne. Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé Activité collaborative en ligne Isabelle GRAND, IAE/IUP Santé Objectifs et contexte Construire un cours de management d'équipe et communication MASTER 1 Management du Social et de la Santé Dispositif à

Plus en détail

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain)

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) PRÉSENTATION PROGRAMMATION DU FORUM Le leadership et la mobilisation

Plus en détail

Activité 1. Temps 1 Lectures. Objectifs. Modalités de fonctionnement. Modalités d encadrement

Activité 1. Temps 1 Lectures. Objectifs. Modalités de fonctionnement. Modalités d encadrement Temps 1 Lectures Activité 1 Objectifs Lors de cette première activité, nous vous demandons de prendre connaissance des textes que nous avons sélectionnés et qui constituent le cadre de référence de ce

Plus en détail

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Document de Présentation Dakar, le 12 Novembre 2014 Présentation faite par Jean Louis PORTELLA Copyright VIZEUM M.C 1 L innovation

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme RÈGLES DU JEU C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme Présentation et règles du jeu de cartes «La cohésion sociale au cœur du développement durable» Un jeu pour travailler ensemble sur

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sciences et technologies, œuvres de culture Mémoire présenté par Septembre 2006 Sciences et technologies, œuvres de culture Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Plus en détail

Historique. l'organisation internationale de la Francophonie.

Historique. l'organisation internationale de la Francophonie. Historique La réalisation du site Franc-parler.org a été commandée suite au rapport remis en décembre 1998 par le député Patrick Bloche au Premier ministre Lionel Jospin - Le désir de France : La présence

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits AEFTI I. Fiche technique Domaine : Thème(s) abordé(s) Public visé Objectifs poursuivis Méthode(s) mise(s) en œuvre Co-construction

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Fiche informative sur l'action

Fiche informative sur l'action Fiche informative sur l'action Titre de l'action : Construire un projet personnel et professionnel d orientation au collège : livret d accompagnement à l orientation des classes de Quatrième et Troisième

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance

Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance Présenter des portraits régionaux de la formation ouverte et à distance «La fonction d observatoire d Algora a fait l objet ces dernières années de différentes réflexions qui ont conduit en particulier

Plus en détail

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE 60 PROPOSITIONS POUR DEVELOPPER DES USAGES INNOVANTS DES RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE DANS LES ADMINISTRATIONS Piloté par le secrétariat général pour la modernisation de l action publique (SGMAP) et la

Plus en détail

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD «Impacts de la pratique de la reconnaissance au travail sur la santé des salariés» Jean-Marie GOBBI La reconnaissance, une préoccupation actuelle Le contexte social Montée de l individualisme Effritement

Plus en détail

Créez vos propres. réseaux sociaux privatifs. Dossier de presse

Créez vos propres. réseaux sociaux privatifs. Dossier de presse Créez vos propres réseaux sociaux privatifs Dossier de presse 2 Whaller, le réseau privatisé : «Du père de famille qui veut protéger ses enfants à la multinationale qui souhaite créer une communauté avec

Plus en détail

TELEVISION ET INTERNET DANS UN CONTEXTE D'INNOVATION : VERS L'INTERMEDIALITE.

TELEVISION ET INTERNET DANS UN CONTEXTE D'INNOVATION : VERS L'INTERMEDIALITE. TELEVISION ET INTERNET DANS UN CONTEXTE D'INNOVATION : VERS L'INTERMEDIALITE. DES DISPOSITIFS AUX CONCEPTIONS D'USAGES EN LIGNE A L'HEURE DU NUMERIQUE HERTZIEN PLAN OBJETS - CORPUS METHODES APPUIS THEORIQUES

Plus en détail

Management opérationnel. Communication Négociation. Gestion de projet. Animation d équipe. Karin Bouin - Dirigeante BKonseil

Management opérationnel. Communication Négociation. Gestion de projet. Animation d équipe. Karin Bouin - Dirigeante BKonseil Management opérationnel Communication Négociation Gestion de projet Animation d équipe Karin Bouin - Dirigeante BKonseil Déroulement Qui suis- je? Le réseau Impulsion Consulting Que puis- je apporter?

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Tuteurs à distance : vers une professionnalisation?

Tuteurs à distance : vers une professionnalisation? Tuteurs à distance : vers une professionnalisation? Viviane GLIKMAN Enseignant-chercheur en sciences de l éducation viviane.g1@free.fr QUATRE IDÉES-FORCE L importance de la fonction tutorale La situation

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

FICHES TECHNIQUES Ecole numérique... 2. L utilisation d Internet et des réseaux sociaux... 3

FICHES TECHNIQUES Ecole numérique... 2. L utilisation d Internet et des réseaux sociaux... 3 FICHES TECHNIQUES Ecole numérique... 2 L utilisation d Internet et des réseaux sociaux... 3 L acte d apprendre basé sur le principe de classe inversée... 4 Ecole numérique et connectivisme... 5 CENTRE

Plus en détail

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Qwam Content Intelligence Denis Guedez Consultant Qwam Content Intelligence

Plus en détail

Communication Concepts/ Méthodes/Outils

Communication Concepts/ Méthodes/Outils Mohammed DAOUDI Communication MASTER RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Communication Concepts/ Méthodes/Outils Enseignant responsable de la matière Mohammed DAOUDI Maitre-assistant assistant «A» Année

Plus en détail

Partie II: GRH et Management Organisationnel

Partie II: GRH et Management Organisationnel Partie II: GRH et Management Organisationnel 1 Il y a des managers : Directifs / Participatifs / Laxistes Temps 1 Participatif Autoritaire Laissezfaire Entretien 40% 31 29 In situ 33% 34 31 Temps 2 après

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College

La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College La création d un environnement virtuel pour l apprentissage au Loyalist College L occasion d innover Le Loyalist College, situé à Belleville, crée depuis 2006 des simulations pour l apprentissage en utilisant

Plus en détail