Vers des communautés éducatives inclusives : Résultats d un Programme virtuel de formation et de soutien en éducation inclusive - PVFSÉI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers des communautés éducatives inclusives : Résultats d un Programme virtuel de formation et de soutien en éducation inclusive - PVFSÉI"

Transcription

1 b Vers des communautés éducatives inclusives : Résultats d un Programme virtuel de formation et de soutien en éducation inclusive - PVFSÉI Groupe de Recherche en Éducation des Communautés Inclusives au Préscolaire GRECIP

2

3 Vers des communautés éducatives inclusives : Résultats d un Programme virtuel de formation et de soutien en éducation inclusive Rapport de recherche André C. Moreau Université du Québec en Outaouais Claire Maltais Université d Ottawa Yves Herry Univiersité d Ottawa Groupe de Recherche en Éducation des Communautés Inclusives au Préscolaire GRECIP

4 Pour tout renseignement concernant cette recherche et le PVFSÉI s adresser à : GRÉCIP André C. Moreau Université du Québec en Outaouais 283, boul. Alexandre-Taché, C.P. 1250, succursale Hull, Gatineau, Québec Canada, J8X 3X7 Courriel : Téléphone : poste poste 4454 Télécopieur : Pour consulter et obtenir le Programme virtuel - PVFSÉI : GRECIP Département des sciences de l éducation Université du Québec en Outaouais 283, boul. Alexandre-Taché, C.P 1250, succursale Hull, Gatineau, Québec Canada, J8X 3X7 Site Web du programme de formation : Dépôt légal Bibliothèque nationale du Canada Bibliothèque nationale du Québec ISBN GRECIP Groupe de recherche en éducation des communautés inclusives au préscolaire Toute reproduction est interdite sans l autorisation expresse de GRECIP. Décembre 2004

5 LES REMERCIEMENTS Le Groupe de recherche en éducation des communautés inclusives au préscolaire (GRECIP) a réalisé cette recherche grâce au soutien financier du ministère du Développement des ressources humaines du Canada dans le cadre de sa politique de soutien aux communautés. Nous remercions tout particulièrement les personnes responsables du Programme de partenariats pour le développement social pour leur assistance financière à la réalisation de cette recherche. Il faut aussi souligner la contribution de l Université du Québec en Outaouais (UQO) et, spécifiquement la collaboration des membres du personnel de l administration et du service de l informatique pour leur soutien à la réalisation d un tel projet. À toutes ces personnes, nous disons «Merci». Un tel projet n aurait pas pu voir le jour et se réaliser sans la collaboration des organismes qui, par leur confiance, nous ont appuyés dans notre démarche. Nous désirons remercier, particulièrement, les partenaires présents dès le début de ce projet. Il s agit des organismes suivants : Conseil des écoles catholiques de langue française du Centre-Est d Ottawa-Carleton Services à l enfance GRANDIR ensemble, Ontario Association des éducateurs et éducatrices francophones des services à l enfance de l Ontario (AÉFSEO) Fédération canadienne des services de garde à l enfance Pavillon du Parc, Réseau des services pour les personnes vivant avec une déficience intellectuelle. Une recherche qui innove ne peut pas se réaliser sans l implication active et l engagement de ses participants : les parents, les intervenantes et les gestionnaires. Nous remercions ces personnes ainsi que tous ceux qui ont fait connaître le projet aux membres de leur association ou des regroupements des services de garde canadiens. Enfin, nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont contribué aux différentes étapes du projet : à la conception ou à la réalisation de cette recherche. André C. Moreau Responsable du groupe de recherche GRECIP Professeur chercheur Université du Québec en Outaouais

6 Cette recherche a été réalisée par : Le Groupe de recherche en éducation des communautés inclusives au préscolaire - GRÉCIP André C. Moreau, Professeur chercheur, Faculté des sciences de l éducation, Université du Québec en Outaouais (chercheur principal, gestionnaire du projet) Claire Maltais Professeur chercheur, Faculté d éducation, Université d Ottawa Yves Herry Vice-doyen, Recherche et développement professionnel, Faculté d éducation, Université d Ottawa Les collaborateurs sur le plan de la recherche et de la production des documents pédagogiques virtuels : Linda Gagnon Assistante à la recherche : gestion et production Nancy Larouche Assistante à la recherche : gestion et production Charles-Ludovic Espérance Révision linguistique lab)idéeclic! : Édition électronique du site Web / cédérom de formation PVFSÉI Cette recherche a été subventionnée par : Le Ministère du Développement des ressources humaines du Canada (2001). «Programme de partenariats en développement social». Numéro de projet : /064 Pour tout renseignement concernant le contenu de cette publication ou pour consulter et obtenir le programme virtuel - PVFSÉI : GRECIP Université du Québec en Outaouais 283, boul. Alexandre-Taché, C.P 1250, succ. Hull, Gatineau, Québec Canada, J8X 3X7 Courriel : Téléphone : poste : 4454 Télécopieur : Le site Web du programme virtuel de formation : Les avertissements : Le contenu de cette publication reflète les opinons de ses auteurs et n engage aucunement la responsabilité de l organisme subventionnaire. L utilisation du féminin pour désigner les personnes qui œuvrent dans les services de garde reflète la réalité de ces milieux où les postes sont, en majorité, occupés par des femmes. En outre, le féminin est utilisé dans ce document pour respecter cette réalité. La référence suggérée pour ce rapport : Moreau, A. C., Maltais, C. et Herry, Y. (2004). Vers des communautés éducatives inclusives : Résultats d un Programme virtuel de formation et de soutien en éducation inclusive, Rapport de recherche. Gatineau : GRECIP- Université du Québec en Outaouais. ISBN :

7 LA TABLE DES MATIÈRES LE RÉSUMÉ L INTRODUCTION... 1 CHAPITRE 1 LA PROBLÉMATIQUE DE RECHERCHE L introduction Le contexte de la recherche L éducation inclusive La problématique Les questions de recherche CHAPITRE 2 LES CONCEPTS THÉORIQUES Les concepts théoriques La synthèse d une approche écosystémique Les concepts de représentation et d attitude Les communautés éducatives : les adultes comme apprenants Les environnements d apprentissage virtuel /en ligne En bref. 27 CHAPITRE 3 LA RECENSION DES ÉCRITS La recension des écrits La stratégie de recherche documentaire La précision des principaux termes ou expressions Les écrits incontournables de cette recension des écrits Les modèles de services spécialisés d une éducation inclusive Les conditions d inclusion Les écrits scientifiques sur les attitudes, les représentations et la formation Les écrits scientifiques sur les programmes virtuels de formation continue La conclusion 43 CHAPITRE 4 LES OBJECTIFS DE RECHERCHE Les objectifs de recherche Les objectifs spécifiques Les aspects novatrices de la recherche. 46 CHAPITRE 5 LA MÉTHODOLOGIE La méthodologie de recherche Le protocole La démarche Les méthodes de sélection des répondants et des participants Les méthodes de collecte des données et les instruments Le Programme virtuel de formation et de soutien en éducation inclusive Le plan d analyse des données TABLE DES MATIÈRES (Moreau, Maltais et Herry, 2004)

8 CHAPITRE 6 LES RÉSULTATS Les résultats et l analyse des données Les attitudes, les représentations et les besoins perçus de formation Les résultats avant et après la formation virtuelle Les données qualitatives de l appréciation du PVFSEI La synthèse et les recommandations. 90 LA CONCLUSION La synthèse Les pistes de recherche Les limites de la recherche LES RÉFÉRENCES 103 LES ANNEXES 111 TABLE DES MATIÈRES (Moreau, Maltais et Herry, 2004) ii

9 LES FIGURES ET LES TABLEAUX La liste des figures Figure 2.1 : Les composantes d un environnement d apprentissage en ligne. 27 Figure 2.2 : Les composantes de l environnement virtuel à l étude : relation entre l apprenant et l objet d apprentissage PVFSEI. Figure 5.1 : Illustration de la barre du menu principale (haut de page). 62 Figure 5.2 : Illustration d un menu secondaire. 62 Figure 5.3 : L environnement d apprentissage en ligne et la catégorisation Figure 5.4 : Les liens entre activités, catégorisation et processus (inspiré de Garrison et Anderson, 2003). Figure 6.1 : Niveau de facilité à inclure des enfants ayant des besoins particuliers : répartition des parents (pourcentage en fonction des choix de réponses (N=79). Figure 6.2 : Degré de préparation des services de garde à inclure des enfants ayant des besoins particuliers. Répartition des parents (pourcentage) en fonction des quatre choix de réponses (N=73). Figure 6.3 : Degré de facilité à inclure des enfants ayant des besoins spéciaux : moyennes obtenues par les répondantes selon les catégories de déficience ou handicap (1=très difficile; 4= très facile) (milieux de garde N=100). Figure 6.4 : Votre formation vous prépare-t-elle à inclure des enfants ayant des besoins particuliers? Moyennes des sous-questions de catégories de déficience obtenues par les répondantes. Figure 6.5 : Niveau de facilité à inclure des enfants ayant des besoins particuliers tel qu exprimé par le personnel des services de garde avant et après la formation virtuelle en éducation inclusive (N= 21). Figure 6.6 : Niveau de préparation du personnel des services de garde à accueillir des enfants ayant des besoins particuliers avant et après la formation virtuelle (N=21). Figure 6.7 : Le pourcentage des fréquences d unités identifiant les thèmes/les rubriques les plus intéressantes. Figure 6.8 : Le pourcentage de la fréquence des unités identifiant les rubriques/les thèmes les plus utiles. Figure 6.9 : Illustration des résultats qualitatifs de l appréciation verbale du PVFSEI et du perfectionnement. Figure 6.10 : Les pourcentages des commentaires (unités) selon les rubriques et les catégories FIGURES ET TABLEAUX (Moreau, Maltais et Herry, 2004)

10 La liste des tableaux Tableau 3.1 : Synthèse des obstacles et facteurs de réussite (inspiré de Buysse et al. 1998; Irwin et al., 2004; Lieber et al., 2000; Saint-Pierre, 2004) 36 Tableau 5.1 : Phases de recherche et calendrier. 48 Tableau 5.2 : Nombre d adresses, par provinces et par territoires, des services de garde de langue française. 50 Tableau 5.3 : Caractéristiques des répondants aux questionnaires en ligne. 51 Tableau 5.4 : Nombre de participants au PVFSEI par grandes régions du pays. 52 Tableau 5.5 : Contenu des questionnaires - les questionnaires et les catégories de questions. 54 Tableau 6.1 : Test-t pairé - comparaison entre les niveaux de facilité à inclure des enfants à besoins spéciaux tels qu'exprimés par le personnel des services de garde 76 avant et après la formation virtuelle (N=21). Tableau 6.2 : Test-t pairé : comparaison entre le niveau de préparation du personnel des services de garde à accueillir un enfant ayant des besoins particuliers avant et 78 après la formation virtuelle (N=21). Tableau 6.3 : Contenus de formation utiles à la réussite de l'inclusion identifiés par le personnel des services de garde avant et après la formation virtuelle. 79 FIGURES ET TABLEAUX (Moreau, Maltais et Herry, 2004) v

11 LE RÉSUMÉ D une part, cette recherche vise à dresser un portrait des attitudes, des représentations et des besoins de communautés éducatives au préscolaire relativement à l accueil et au soutien des enfants ayant des besoins particuliers en services de garde : éducation inclusive. D autre part, elle s intéresse à promouvoir l éducation inclusive sous l angle de la formation et du perfectionnement des personnes intervenant dans les communautés préscolaires canadiennes françaises : parents, intervenantes et gestionnaires. Pour réaliser cet objectif, le protocole de recherche a consisté, d'abord, à évaluer les besoins en perfectionnement, puis à développer un programme virtuel de formation et de soutien en éducation inclusive - PVFSÉI, à réaliser une formation et enfin, à en évaluer les impacts immédiats sur les attitudes, les représentations, les besoins de formation et les apprentissages (en cours de formation et un mois après la formation - post test). Tous les services de garde canadiens français ayant un courriel inscrit dans les répertoires ont été sollicités à répondre aux questionnaires en ligne (un pour les parents et un pour le personnel). Sur un nombre de 598 courriels répertoriés, 181 répondants (100 intervenantes et 81 parents) ont rempli l un des questionnaires. Sur ce nombre, 46 personnes ont participé à la formation virtuelle en éducation inclusive. Entre autres, les résultats suggèrent que, les 21 professionnels des services de garde présentent une attitude plus positive à l égard de l accueil et du soutien des enfants ayant des besoins particuliers après avoir réalisé la formation virtuelle. Ces intervenantes et ces gestionnaires perçoivent posséder un niveau plus élevé de préparation à accueillir cette clientèle. Bref, ces professionnelles se disent plus confiantes et affichent, de façon significative, un changement d attitudes. Cette recherche a permis d apporter des améliorations au PVFSÉI et d enrichir le contenu de formation. Ce programme est maintenant disponible sur un site Internet : RÉSUMÉ (Moreau, Maltais et Herry, 2004)

12 RÉSUMÉ (Moreau, Maltais et Herry, 2004)

13 L INTRODUCTION La présente recherche vise d abord à dresser un portrait des attitudes, des représentations et des besoins en formation/perfectionnement des communautés au préscolaire canadiennes à l égard de l accueil et du soutien des enfants ayant des besoins particuliers : éducation inclusive. Une deuxième activité de recherche consiste à concevoir et à faire l essai d un programme virtuel de perfectionnement en éducation inclusive. Enfin, l évaluation des impacts immédiats d un perfectionnement à distance/virtuelle sur les attitudes, les représentions et les besoins en formation ainsi que sur les apprentissages complète cette démarche. La problématique de la recherche s inscrit dans une perspective plus large d amélioration de la qualité des services éducatifs au préscolaire. Au Canada, les familles, à l ensemble des territoires du pays, ont accès à des services de garde pour leur enfant dès le plus tendre enfance et dès le début de la scolarisation de ces derniers (prématernelle, maternelle et garderie en milieu scolaire). Le gouvernement fédéral verse des subventions aux provinces et aux territoires qui eux ont la responsabilité de développer les structures de services : politiques, règlements et systèmes de services. Pour les parents d enfant ayant une déficience ou un handicap, l accès à ces services est tributaire des ressources disponibles dans les milieux. Les services de garde peuvent leur en refuser l accès pour cause d absence ou d insuffisance des ressources nécessaires. Or, dans plusieurs régions du pays, l intégration des enfants ayant un handicap représente, pour les parents, une source de soucis. Ils font souvent face à une situation d absence de services ou, dans le cas contraire, doivent investir plus d énergie que tout autre parent pour trouver le service de garde qui accueillera son enfant et qui répondra à ses besoins. Depuis les 20 dernières années, malgré les efforts déployés par les gouvernements pour développer des services de garde accessibles à tous les enfants sur l ensemble du territoire canadien, il reste que pour le personnel de ces services, ils s estiment peu préparés et ne voient pas d avantage à accueillir les enfants ayant une déficience ou un handicap. Plusieurs facteurs limitent l accès aux services dont, entre autres, le manque de soutien extérieur, de soutien en formation, de soutien financier, de ressources éducatives ou de personnel formé pour accueillir ces enfants. Aussi, l inclusion des enfants différents reste-telle un défi pour un grand nombre de milieux de garde? L inclusion de ces enfants nécessite, entre autres, des adaptations appropriées, une collaboration des parents, un travail de partenariat entre les professionnels de la santé, de l éducation et du service de garde et un personnel sensibilisé et ayant une formation appropriée pour accueillir et soutenir l inclusion harmonieuse de l enfant ayant une déficience ou un handicap. Les recherches dans le domaine de l intégration en services préscolaires de l enfant en difficulté soulignent l importance de la formation des intervenantes comme facteur facilitant l inclusion de ces enfants. À titre d exemple, les recherches corrélatives mettent en valeur les liens positifs entre les services de garde qui accueillent des enfants ayant une déficience ou un handicap, le personnel ayant une formation spécialisée et le sentiment de compétence. Brièvement, ces études suggèrent que plus le personnel a une formation spécifique et axée sur le développement et l inclusion des enfants ayant des besoins particuliers, plus ces personnes présentent un niveau élevé de sentiment de compétence à accueillir et à intervenir auprès de cette clientèle. Plusieurs travaux de recherche mettent en lumière l importance de soutenir le perfectionnement du personnel pour assurer la qualité des services et favoriser une intégration harmonieuse des enfants ayant des besoins particuliers. Dans ce contexte, la présente recherche vise la mise à profit des nouvelles technologies de l information et des communications TIC. Principalement, les outils liés à Internet sont employés pour offrir un soutien en perfectionnement en éducation inclusive auprès des communautés éducatives du préscolaire. La mise à jour des données sur les perceptions et les besoins de formation en éducation inclusive, le développement d un INTRODUCTION (Moreau, Maltais et Herry, 2004)

14 programme virtuel de formation et de soutien en éducation inclusive - PVFSÉI et enfin, l appréciation et la validation d un tel programme auprès de communautés éducatives du préscolaire résument les activités réalisées dans le cadre de ce projet. Les chapitres du présent rapport décrivent en détail ces activités. Le premier chapitre présente les principaux éléments du contexte de la recherche. Le texte reprend les thèmes essentiels dont le contexte de recherche, l éducation inclusive, la problématique et les questions de recherche. Le deuxième chapitre résume les concepts théoriques qui structurent la présente démarche de recherche. Les concepts tels que l approche écosystémique, les représentations et les attitudes, les communautés éducatives et les communautés d adultes apprenants et enfin, les concepts de perfectionnement à distance et d environnement d apprentissage virtuel sont développés. Le troisième chapitre fait le point sur les travaux de recherche dans le domaine de l inclusion des enfants en difficulté en services préscolaires : services de garde. Les principaux renseignements issus des recensions antérieures d écrits et de recherches dans le domaine sont résumés. Le quatrième chapitre présente succinctement les objectifs de la recherche. Le cinquième chapitre décrit de façon détaillée les différentes composantes de la méthodologie de la recherche. Il s agit du protocole, de la démarche, des méthodes de sélection des répondants et des participants, des méthodes de collectes des données et des instruments, du Programme virtuel de formation et de soutien en éducation inclusive et du plan d analyse des données. Le chapitre six présente les résultats et l analyse des données. Dans un premier temps, il y a la description du portrait des répondants aux questionnaires en ligne sur les attitudes, les représentations et les besoins perçus de formation en éducation inclusive. Puis, sont présentés les résultats sur les attitudes, les représentations et les besoins en formation avant et après la formation virtuelle. Enfin, les données qualitatives collectées lors de la formation PVFSÉI (apprentissage et appréciation) sont analysées. Une synthèse et des recommandations terminent ce chapitre. Dans la conclusion, les auteurs soulèvent les principaux résultats de cette recherche. Ils mentionnent les principales limites de la démarche de recherche. Les pistes de recherches ultérieures sont abordées. INTRODUCTION (Moreau, Maltais et Herry, 2004) 2

15 CHAPITRE 1 LA PROBLÉMATIQUE DE RECHERCHE 1. L INTRODUCTION Un enfant ayant des besoins particuliers en raison de difficultés ou d un handicap doit surmonter de multiples défis pour apprendre, se développer et s adapter à sa communauté. Une communauté éducative inclusive vise le développement de services publics qui va audelà du maintien de l enfant dans son milieu naturel de vie. L inclusion comme valeur éducative fait la promotion de l autonomie et de l autodétermination des personnes ayant des incapacités ou des difficultés par une participation pleine et entière aux activités de leur milieu de vie que ce soit des activités scolaires, parascolaires ou de loisirs offertes dans les services de garde ou dans le voisinage. Le présent projet de recherche, parrainé par l UQO, vise : a) l enrichissement des connaissances en matière des pratiques et des stratégies favorisant l apprentissage à l inclusion chez les enfants ayant des besoins particuliers; b) l innovation en matière de soutien aux personnes qui œuvrent auprès de l enfant : dans ce projet, il s agit des activités de perfectionnement pour les parents, les intervenantes 1 et les gestionnaires des services de garde; c) le développement de perceptions éducatives positives à l égard de l inclusion chez les Canadiennes et les Canadiens qui œuvrent auprès des enfants différents. Ce projet s appuie sur la prémisse que les activités éducatives appropriées suscitent rapidement chez l enfant ayant des besoins particuliers des apprentissages, des attitudes et des manifestations positives d adaptation positives, qui à leur tour, deviennent des indices que les adultes concernés percevront comme des succès. L interaction entre les 1 La vaste majorité des personnes qui travaillent en milieu préscolaire, service de garde ou maternelle, sont des femmes; ce qui explique le choix d utiliser le féminin dans le texte. PROBLÉMATIQUE (Moreau, Maltais et Herry, 2004) aspects suivants crée une dynamique de réussite : environnement approprié, apprentissage et perception de l adulte. L amélioration des interactions éducatives représente le but de la recherche. La présente recherche s inscrit dans la foulée des travaux antérieurs réalisés auprès des parents et des intervenantes des services préscolaires (Boudreault et Moreau, 1999, 2000, et Boudreault, Moreau, et Kalubi, 2001). Des rencontres et des échanges avec des partenaires des milieux préscolaires pancanadiens ont permis de comprendre rapidement les principaux facteurs qui entrent jeu et qui limitent ou empêchent l inclusion des enfants ayant des besoins particuliers. Il s agit, entre autres, de facteurs contextuels comme le manque de places en milieu de garde et de facteurs structurels comme l absence ou l insuffisance de mesures pour assurer une formation ou un perfectionnement portant sur les pratiques éducatives efficaces adaptées aux besoins des diverses clientèles. Ces facteurs suscitent des peurs, des craintes chez les parents et les intervenantes qui, par rapport à l accueil d un enfant différent, adoptent des attitudes ou des stratégies parfois peu adéquates aux situations. Ces méconnaissances et inquiétudes empêchent ces personnes de créer des conditions éducatives favorables au développement et aux apprentissages de l enfant. À long terme, ces obstacles engendrent pour les enfants ayant des besoins particuliers des situations d exclusion. La présente proposition de recherche s inscrit dans plusieurs axes du programme de partenariats en développement social tel que précisé dans le guide d appel spécial de propositions pour la prestation de services dans «l apprentissage et la garde des jeunes enfants» (Développement des ressources humaines Canada, 2001 : 6). Ce projet se situe dans le domaine du développement deuxième volet de l appel d offre qui vise l évaluation, le développement et la diffusion de pratiques éducatives inclusives d enfants ayant des besoins particuliers de 0 à 5 ans.

16 Également, dans la perspective de valoriser l apprentissage et l inclusion en milieu préscolaire, il apparaît urgent d évaluer les pratiques ou les stratégies éducatives et d offrir de nouvelles possibilités de perfectionnement aux personnes qui interviennent directement auprès de ce groupe d enfants. La promotion de l éducation inclusive, en ce qui a trait aussi bien aux politiques fédérales et provinciales en matière de services de garde qu à l applications de ces politiques auprès des clientèles d enfants ayant des besoins particuliers, se situe au cœur des préoccupations des parents et de leurs partenaires des différents niveaux de systèmes des services. Trois aspects importants guident l action des chercheurs : (a) ceux liés à l amélioration des apprentissages et de l inclusion des enfants ayant des besoins particuliers, (b) ceux liés à l importance de développer et de diffuser des nouvelles connaissances et (c) ceux liés à l urgence d offrir de nouvelles possibilités de perfectionnement aux groupes de personnes œuvrant auprès de l enfant : parents, intervenantes et responsables des services. Les sections suivantes présentent le contexte de recherche. Suivra la présentation de l approche éducative : l éducation inclusive. Pour terminer, l élucidation de la problématique et les perspectives de recherche terminent ce chapitre. 1.1 Le contexte de la recherche Au Canada, au niveau structurel, l accueil en services éducatifs des enfants ayant des besoins particuliers relève de la volonté des milieux. Les orientations politiques prônent l intégration des enfants ayant un handicap ou une déficience dans les services de garde dans la mesure où les ressources disponibles le permettent. La législation écarte toute possibilité de discrimination. Dans ce contexte, un enfant peut, certes, se voir refuser l accès, mais seulement en raison du manque de ressources ou de soutien. En périodes de difficultés économiques, comme celle des années 1990, les enfants à risque ou ayant un handicap sont les plus vulnérables et peuvent souffrir des réductions budgétaires ou du sous financement (Irwin, Lero et Brophy, 2000). Dans ce contexte, il est impératif de situer l enfant au centre de nos préoccupations. Les sections suivantes présentent l enfant différent et les réseaux de personnes qui le soutiennent dans son développement : ses parents et les services de garde ainsi que les autres instances L enfant ayant des besoins particuliers : «l enfant différent» Dans la présente recherche, il est de première importance de parler, d abord, des enfants et plus spécifiquement de ceux ayant des besoins particuliers. Les expressions «enfant différent ou enfant ayant des besoins particuliers» sont utilisées comme synonymes. Elles désignent les enfants bénéficiant ou nécessitant un plan de services ou un plan d intervention, les enfants dits à risque et ceux ayant une déficience connue. Les déficiences peuvent être de différents ordres : organique, physique, sensorielle, psychopathologique, neurologique, intellectuelle ou langagière. Ce sont précisément les enfants qui bénéficient de mesures de soutien dans le cadre d un plan d intervention ou qui rencontrent les critères diagnostiques définis par leur province ou leur territoire. La caractéristique commune de ces enfants ayant des besoins particuliers réside dans leur difficulté à s intégrer dans les milieux éducatifs dès la petite enfance. En contexte de communauté éducative ou en contexte pédagogique, l expression «d enfant différent» convient davantage; cette expression risque de susciter chez les personnes des attitudes positives ou neutres Les parents Que ce soit auprès des services de garde, des services de réadaptation ou des services scolaires, les parents doivent consacrer beaucoup d énergie à revendiquer leurs droits à des services les plus susceptibles de favoriser le développement de leur enfant. Il arrive parfois que l accès à ces services soit refusé à leur enfant en raison de leur différence 2. Dans d autres situations, les parents déploient beaucoup d efforts pour que 2 Voir à ce sujet les conclusions et les recommandations des études de Goelman et ses collègues, 2000, ainsi que les résultats des travaux de Boudreault et Moreau, 2000 et Moreau et Boudreault, PROBLÉMATIQUE (Moreau, Maltais et Herry, 2004) 4

17 leur enfant puisse recevoir les services adaptés dans le milieu de garde. Ầ titre d exemple, les résultats des questionnaires et des rencontres d un forum pancanadien portant sur les besoins des parents et leurs partenaires des services préscolaires font ressortir que plus l enfant présente un haut niveau de besoins plus les parents doivent faire des efforts pour trouver le service de garde qui lui convient (Boudreault et Moreau, 2002). De ce point de vue, l inclusion en services de garde de ces enfants est considérée comme compromise. Cette situation fragilise les parents dans leur rôle de premier intervenant auprès de leur enfant. Les parents vivant avec un enfant différent sont ceux qui militent le plus pour réclamer des services inclusifs puisqu ils souhaitent que leur enfant participe aux mêmes activités que ses pairs du même âge tout en faisant l objet de mesures de soutien adaptées à ses besoins (Boudreault et Moreau, 2002). Il ne fait aucun doute que leur volonté est de chercher à favoriser l inclusion de leur enfant et de s assurer que leur enfant puisse se développer dans son milieu naturel comme tout autre enfant. Les récentes études en matière de services à l enfance conduites par différentes instances politiques, des organismes publics et du milieu de la recherche tendent à reconnaître le rôle d éducateur des parents. Les études menées, au cours des dix dernières années, par Bouchard et ses collègues, sur la famille, particulièrement celles traitant de l appropriation des savoirs, montrent l influence que les parents peuvent avoir sur l éducation de leur enfant (voir par exemple : Bouchard et Archambeault, 1991; Bouchard, Pelchat, Boudreault, et Lalonde-Gratton, 1994; Bouchard, Pelchat, et Boudreault, 1996; Bouchard, Pelchat, et Sorel, 1998 ; Sorel, Bouclier, Bouchard, et Kalubi, 2000). Malgré cette reconnaissance, davantage d efforts doivent être déployés pour assurer une participation pleine et entière des parents au développement de leur enfant, même si celuici présente des difficultés d adaptation sociale ou scolaire. Dans cette perspective, les chercheurs interpellent les différents acteurs et les incitent à conjuguer leurs efforts pour concevoir, évaluer et implanter des pratiques éducatives qui aident les parents à surmonter les difficultés rencontrées dans leur adaptation, l appropriation des savoirs éducatifs, leur implication comme partenaires aux décisions éducatives de leur enfant ainsi que leur compétence à collaborer et à communiquer avec les acteurs des réseaux. Pour bien comprendre la nature de ces derniers travaux, nous disons que la problématique réside dans la difficulté pour les parents d adapter leurs pratiques éducatives en réponse aux besoins de l enfant différent tout en s efforçant d établir des relations avec les intervenantes et les professionnels (Sorel, Bouclier, Bouchard, et Kalubi, 2000 : ). Toutefois, en essayant d apprendre à adapter leurs pratiques éducatives, les parents vivent une relation asymétrique avec les savoirs et les pouvoirs professionnels. Ainsi, ils demeurent, le plus souvent, dépendants des décisions des professionnels et évitent les confrontations avec ces derniers (Sorel, Bouclier, Bouchard, et Kalubi, 2000; Lévesque, Herry, Leduc, et Maltais, 2000). Cette problématique constitue une de nos principales préoccupations comme chercheurs. Le soutien en formation aux parents est au centre de notre démarche Les services de garde et les autres instances Au Canada, les services de garde sont très diversifiés (Geolman, Doherty, Lero, LaGrange, et Tougas, 2000 : 82). Les politiques fédérales et provinciales tendent à favoriser l inclusion des enfants ayant des besoins particuliers dans les services préscolaires et ce, le plus tôt possible dans le développement de l enfant. Elles privilégient donc les modalités de services de type inclusif. En effet, le nombre de places en services de garde au Canada a augmenté d environ 6 %, soit près de places par année au cours des dernières années (Ministère du Développement des ressources humaines Canada, 1997 : 3 et 9). Plusieurs programmes préconisent l inclusion 3 des enfants ayant des besoins particuliers et guident les contextes d interventions éducatives. Les milieux de garde 3 Le terme «inclusion» est pris dans son sens large tel que souligné par Boudreault, Kalubi, Sorel, Beaupré, et Bouchard, PROBLÉMATIQUE (Moreau, Maltais et Herry, 2004) 5

18 reconnaissent les valeurs de la philosophie associée à l inclusion. Les programmes financiers sont définis et bien implantés. Par contre, les programmes d interventions éducatives et sociales inclusives n existent pas dans les services préscolaires. Actuellement, les acteurs improvisent les interventions d inclusion selon leur connaissance et leur vécu. L inclusion comme pratique éducative est à l étape «d expériences individuelles» 4. À l échelle du Canada, le changement de pratiques éducatives doit dépasser cette étape. L éducation inclusive doit constituer une valeur sociale qui consolidera en système les politiques, l organisation des services et les pratiques éducatives partageant la même orientation. Il est impératif de créer une synergie pancanadienne pour l émergence d un nouveau paradigme éducatif qui viserait davantage à promouvoir et à développer des pratiques éducatives inclusives (Boudreault, Kalubi, Bouchard, et Beaupré 1998). Le présent projet s inscrit dans cette optique Des communautés éducatives à construire L expression «communauté éducative» désigne ici un environnement éducatif comme les centres de la petite enfance, les services de garde ou la maternelle où les personnes partagent un objectif commun, celui de développer un milieu inclusif pour tous les enfants. Spécifiquement, une communauté éducative renvoie, dans le cadre de cette recherche, à une communauté de praticiens apprenants qui, par des échanges de perspectives, de réflexions ou de points de vue différents construisent du sens qui est réinvesti dans des pratiques ou des interventions. L une des principales fonctions des communautés de praticiens apprenants prend naissance dans le désir commun des participants d amorcer des changements dans les pratiques existantes (améliorer les pratiques). Pour certains auteurs, il s agit de communauté de pratique ou d apprentissage qui réfère à des organisations, qui dépassent les structures physiques et géographiques. La communauté 4 Voir les données de l étude de Lieber, Hanson, Beckman, Odom, Sandall, Schwartz, Horn, et Wolery, 2000 qui décrivent les initiatives d inclusion dans 16 programmes de quatre grandes régions aux Etats-Unis. de pratique offrent des occasions de collaboration qui invitent à la réflexion et à la recherche de sens dans le dialogue (Englert et Tarrant, 1995; Marshall et Hatcher, 1996; Wesley et Buysse, 2001; Westheimer, et Kahne, 1993). En somme, pour ces auteurs la communauté de pratique aide à développer des outils communs, un langage, des rôles, des inférences ainsi qu une vision du monde à partager. Les membres d une communauté de pratique peuvent être des personnes ayant des vécus ou des traits différents, mais ils partagent une finalité commune soit d offrir un service éducatif de qualité à tous les enfants sans distinction. Une autre caractéristique importante des communautés réside dans le partage des connaissances et des pratiques émergentes par le dialogue. Les communautés de pratique visent à contourner les différents obstacles rencontrés par les professionnels dont l isolement, le manque de collégialité, le peu de collaboration entre les organismes ou les différents groupes de personnes : parents, intervenantes, chercheurs Dans le cadre de cette recherche, il s agit de stimuler la création de communautés éducatives de praticiens apprenants intéressés à réfléchir à partir d activités de perfectionnement en ligne, sur leurs pratiques d intégration d un enfant ayant des besoins particuliers dans leur milieu. Les participants comprennent les parents, les intervenantes et les gestionnaires des services préscolaires. 1.2 L éducation inclusive Lorsqu il s agit des écrits scientifiques sur l éducation inclusive, plusieurs concepts peuvent être associé dont la normalisation, l intégration sociale ou l intégration totale et le mainstreaming. Dans un contexte canadien, le terme inclusion/éducation inclusive renvoie à un concept multidimensionnel référant aux situations sociales d exclusions ou d inclusion. L inclusion est étroitement liée aux concepts de «L équité», de «La cohésion sociale» et de «La condition sociale de la personne». L inclusion est défini dans les lois canadiennes et québécoises (MacKay, Piper et Kim, 2004) et qui intègre plusieurs dimensions : sociale, culturelle, économique, juridique et politique. À titre d exemple, le Canada a pris de nombreux engagements sur la scène internationale des droits de la personne, aux termes du Pacte international relatif aux droits civils et politiques PROBLÉMATIQUE (Moreau, Maltais et Herry, 2004) 6

19 et du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Le Canada a une obligation légale envers la communauté internationale de remplir ses engagements, à l égard de la condition sociale dont l inclusion des personnes, en vertu des Pactes. De même, notre Constitution renferme une vaste disposition sur l'égalité pour la protection des droits de la personne. «Nous soutenons qu'il est possible d'envisager «la condition sociale» comme un motif analogue à celui de l'article 15 de la Charte, ne pas l'inclure, pourrait être jugée anticonstitutionnelle» (MacKay, Piper et Kim, 2004 : 1). Historiquement, les autres concepts utilisés dans les articles scientifiques, dont l intégration sociale, sont spécifiques à une approche philosophique développée dans une perspective de services scolaires ou de services rééducatifs. L intégration, le mainstreaming et, plus récemment, la valorisation des rôles sociaux s inscrivent dans ce courant philosophique de pratiques éducatives visant à atténuer «la ségrégation ou l exclusion». L approche de l intégration scolaire s appuie sur des prémisses, entre autres, chaque élève ayant un handicap ou une déficience a des besoins particuliers. Cette condition nécessite une planification individualisée des services éducatifs. Cette approche a donné lieu à différentes organisations de services éducatifs, du plus au moins, «restrictifs» (voir le texte de Doré, 1998). Cette recherche s éloigne de l intégration sociale, courant philosophie spécifique aux systèmes scolaires. Cette approche renvoie au modèle d organisation de services spécialisés : modèle en cascade. L inclusion s inscrit dans un corpus de la condition sociale d inclusion de la personne, d équité et de cohésion sociale. L inclusion reflète davantage une orientation canadienne plus englobante. En contexte de services éducatifs, l approche éducative inclusive réaffirme l orientation de la participation sociale de l enfant ayant une déficience ou un handicap et de sa famille dans toutes les sphères de la vie. Dans une perspective d équité et de cohésion sociale, l éducation inclusive vise à assurer des services éducatifs et rééducatifs qui permettent le développement optimal de ces enfants. L éducation inclusive implique la mise en place de conditions éducatives favorisant les interactions sociales positives afin de susciter le développement d apprentissages et de compétences permettant une participation sociale optimale de ses membres. Stainback et Stainback (1990, p. 15) font partie des premiers auteurs à présenter une définition de l inclusion. Ces auteurs insistaient sur l aspect de la participation aux activités régulières d un groupe ou de la classe. Dans cette voie, Ryndak, Jackson, et Boillingsley (2000) font l analyse des définitions répertoriées dans la nomenclature. Kontos, Moore et Giorgett (1998) parlent de l inclusion dans le sens d une approche mixte qui vise le regroupement des services éducatifs spécialisés aux programmes réguliers de services préscolaires permettant le travail en groupe. Dans leur définition, ces auteurs insistent sur l accessibilité aux services préscolaires pour tous les enfants afin d éviter la ségrégation en raison, entre autres, du manque de ressources. Irwin, Lero et Brophy (2000, 2004) font la synthèse de différentes définitions de l éducation inclusive. Ces auteurs soulèvent une volonté d offrir des services non discriminants : «Inclusion, as a value, supports the right of all children, regardless of their divers abilities, to participate actively in natural settings within their communities. A natural setting is one in which the child would spend time had he or she not had a disability.» (2000,p.5) Les auteurs utilisent le terme «inclusion» pour désigner le travail multidisciplinaire où le personnel de différents services travaillent ensemble pour assurer un service éducatif qui répond aux besoins des enfants. Les auteurs font le constat que le contexte éducatif actuel ne permet pas de répondre aux besoins des enfants ou n est pas de qualité suffisante. Pour eux, l éducation inclusion sollicite diverses dimensions : sociale, politique, administrative, éducative et ressources humaines. Ces dimensions sont intrinsèquement reliées. Elles doivent s harmoniser pour assurer une réussite de l inclusion des enfants. Parfois les notions d intégration, de «mainstreaming» et d inclusion sont utilisées comme synonymes. Pour certains auteurs, ces termes sont différents. Dans un contexte pancanandien, la définition retenue de PROBLÉMATIQUE (Moreau, Maltais et Herry, 2004) 7

20 l éducation inclusive réfère à un concept multidimensionnel intégrant quatre aspects : (1) l éducation inclusive réfère à une participation active des jeunes enfants ayant des besoins particuliers aux programmes de leur groupe de pairs dans les mêmes lieux, (2) l éducation inclusive fournit le soutien éducatif nécessaire à l atteinte des objectifs précisés par les parents et l équipe de professionnels, (3) ces services sont fournis dans une dynamique de collaboration entres les professionnels de disciplines différentes et (4) les résultats de l éducation inclusive sont évalués, entre autres, sur les progrès de l enfant face aux objectifs fixés (Odom, Peck, Hanson, Beckman, Kaiser, Lieber, Brown, Horn et Schwartz, 1996). En outre, malgré l importance des recherches effectuées dans le domaine, il n existe pas d unanimité dans la définition de l éducation inclusive. Néanmoins, ces définitions s appuient, principalement, sur les lois ou les politiques gouvernementales qui précisent les structures organisationnelles de services éducatifs. Par exemple, l expression «inclusion totale» désigne l éducation de tous dans les activités de groupes réguliers. Dans la pratique, les politiques canadiennes et l organisation des services éducatifs dans les différents milieux utilisent davantage la notion de «milieu le moins restrictif». Cette conception laisse place à différentes modalités organisationnelles : groupe naturel et petit groupe ou groupe restreint. Dans le contexte d une communauté éducative (parents, intervenantes et gestionnaires), l éducation inclusive tente de dépasser les perspectives politique, juridique et organisationnelle. L éducation inclusive désigne la mise en commun des forces, des qualités ou des compétences des personnes d une communauté. Cette dynamique relationnelle vise à assurer à l enfant ayant des besoins particuliers le développement de son plein potentiel et à lui permettre de faire les apprentissages nécessaires à son autonomie. Pour l enfant ayant des besoins particuliers, l éducation inclusive privilégie l accès aux activités de la vie quotidienne : activités de loisirs, milieu de garde et école. L éducation de nos enfants, c est la responsabilité de toute une communauté éducative. Cette communauté désigne un groupe, la classe, le service de garde ou l école. Dans d autres contextes, elle réfère à une communauté élargie comme la famille et son entourage : voisins et professionnels qui œuvrent dans les services éducatifs (services de garde, services scolaires, services de loisirs, services de santé, services de transport ). La communauté éducative inclusive est la cible de notre action. L éducation inclusive représente, dans une majorité de situations, le gage de succès de l intégration et de l adaptation sociale des enfants avec ou sans handicap. Dans son sens élargi, l éducation inclusive offre différentes perspectives selon les personnes L éducation inclusive pour un enfant Pour l enfant, l éducation inclusive désigne tout ce que le milieu lui réserve comme richesse en matière d interactions sociales et de relations humaines. Elle peut être comparée à «l héritage» offert par son milieu familial, culturel et social. À sa naissance, l enfant hérite de la richesse et de l engagement de ses proches à son égard. Ensemble, ils évoluent dans les mêmes espaces physiques et sociaux comme le milieu familial, le voisinage et les milieux éducatifs (service de garde, école). Or, pour assurer sa survie et son développement, l enfant a besoin d être accueilli et accepté. Il doit pouvoir créer des liens d attachement avec sa famille et avec ses proches de telle sorte qu il puisse bénéficier, dans son entourage, de tout le soutien nécessaire à son développement, à ses apprentissages et à son autodétermination. C est dans ce contexte que l expression «milieu naturel» trouve tout son sens. En sa qualité d héritier, l enfant a le droit de bénéficier des privilèges que lui réserve ce titre, c est, en ce qui le concerne, une question de survie et de développement. L enfant est un être d interactions et de communication constamment en quête de connaissances. Il développe ses connaissances sensorimotrices, affectives, cognitives, sociales et adaptatives par des interactions constantes avec son milieu. Ses premières années de vie lui permettent de s approprier une connaissance du monde et de consolider ses capacités adaptatives par de multiples tentatives, par des difficultés vécues parfois comme des échecs et surtout par des réussites. Il fera sienne les expériences que lui offre son milieu de vie. PROBLÉMATIQUE (Moreau, Maltais et Herry, 2004) 8

21 Pour l enfant, l éducation inclusive donne un sens à ce qu il apprend à reconnaître comme important dans ses interactions avec le monde : les personnes, les objets, les situations. Dans la panoplie d éléments propres aux interactions, les relations privilégiées avec les personnes signifiantes constituent l un des aspects importants pour l enfant. La valeur attribuée à ses relations et aux personnes de son entourage lui permettra de développer ses compétences. L éducation inclusive présente l enfant sous l angle de l héritage familial, culturel et social en interaction avec ses milieux de vie. Elle considère les milieux de vie (famille, service de garde et école) comme les lieux privilégiés du développement, des apprentissages et de l adaptation. L enfant développe mieux ses capacités à s adapter s il se trouve en situations réelles pour apprendre. À cause de ses difficultés, de ses limites ou parfois de son handicap, l enfant ayant des besoins particuliers devra relever des défis qu il est appelé à vivre comme des «conflits adaptatifs». Pour survivre et s adapter, l enfant ayant des besoins particuliers devra investir beaucoup plus d énergie et d efforts pour surmonter des événements de la vie qui, pour lui, équivalent à des obstacles à franchir alors que, aux yeux de la plupart des enfants, ces événements sont tout à fait banals et naturels. Le défi pour l enfant ayant des besoins particuliers est de présenter des attitudes et des comportements adaptatifs positifs; l éducation inclusive peut l aider à y arriver L éducation inclusive pour un parent Pour un parent, parler d éducation inclusive est l occasion de se questionner comme individu, comme partenaire et comme parent sur ses croyances et ses idées. Nos valeurs déterminent nos attitudes, nos actions et nos pratiques. L éducation inclusive comme valeur représente l idéal qui guide le parent dans ses attitudes, ses choix et ses actions éducatives auprès de son enfant. En général, la venue d un enfant se planifie; elle est l expression du désir, d une part comme couple, de s actualiser dans une famille et, d autre part comme individu, d enrichir sa vie affective. L éducation inclusive, comme valeur éducative, équivaut à faire, de façon inconditionnelle, partie intégrante des milieux de vie la famille, le service de garde, l école, les loisirs, etc. D une manière symbolique et implicite, chaque parent fait ce choix pour l enfant avant même que ce dernier n arrive au monde. Pour un parent d enfant ayant des besoins particuliers, les difficultés présentées sont perçues comme des étapes de vie. Ces étapes heurtent le parent dans son idéal de l enfant désiré (Lamarche, 1987 ; Bhérer, 1993; Pelchat, 1992). Les résultats des études sur l adaptation familiale considèrent que plus l écart est grand entre la perception de l enfant désiré et la réalité du nouveau-né, plus considérable sera l adaptation des parents. Cette réalité exige des parents de comprendre les difficultés de l enfant, d ajuster ses rôles et sa pédagogie et de chercher des services à différents niveaux : en santé, en services sociaux et en éducation (services de garde et services scolaires). Pour ce parent, l éducation inclusive exprime sa volonté de persévérer dans son choix de vie et de contribuer au développement de son enfant malgré les difficultés. Pour réussir, le parent a besoin de développer un réseau social de personnes qui partagent cette valeur et qui le soutiennent. Le parent se présente comme un acteur principal dans la promotion de «l inclusion». En somme, l éducation inclusive pour les parents se définit comme l importance, pour eux, de développer des liens et de jouer un rôle dans le développement de leur enfant. Pour une famille, l éducation inclusive est possible dans la mesure où les parents peuvent s adapter à la réalité de leur enfant. Ils apprennent à développer une pédagogie parentale différente et adaptée aux besoins de leur enfant L éducation inclusive pour une intervenante Les intervenantes, en milieu préscolaire, jouent un rôle de premier plan auprès de l enfant. Ce statut privilégié leur confère des fonctions similaires à celles d un parent sans pour autant s y substituer (Palacio-Quintin et Coderre, 1999). C est dans la complémentarité, et non dans un esprit de compétition, que les intervenantes vont poursuivre ce que les parents auront amorcé comme éducation. Comme le parent, elles doivent créer des liens d attachement avec PROBLÉMATIQUE (Moreau, Maltais et Herry, 2004) 9

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants POLITIQUE POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE DATE : 26 mars 2014 SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants DESTINATAIRES : À toute la communauté

Plus en détail

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage L association québécoise des troubles d apprentissage (AQETA) profite du déclenchement de la campagne électorale provinciale pour rappeler aux partis politiques l importance de la question des troubles

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011.

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011. POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS AVEC DES BESOINS PARTICULIERS OU HANDICAPÉS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA GRANDE OURSE INTÉGRATION D ENFANTS À BESOINS PARTICULIERS Le centre de la petite enfance La

Plus en détail

POLITIQUE D INCLUSIO N DES

POLITIQUE D INCLUSIO N DES C E N T R E D E L A P E T I T E E N F A N C E L E S B O U R G E O N S - S O L E I L POLITIQUE D INCLUSIO N DES ENFANTS AYA NT DES BE SOINS PARTICULIERS É LA BORÉ PAR M ARIE JOSÉE LE LIÈVRE E T SOPHIE LE

Plus en détail

Tableau de bord de l expédition

Tableau de bord de l expédition 2003-2006 Octobre 2004 COMMISSION SCOLAIRE DES HAUTS-BOIS-DE L OUTAOUAIS UNE GRANDE EXPÉDITION 2003-2006 INTRODUCTION GÉNÉRALE 2003-2006 Quelques constats préliminaires Le taux de redoublement a diminué

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2013

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2013 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2013 Étant donné que le gouvernement du Québec a prolongé son plan d action sur le développement durable de deux ans, le Plan d action de développement durable

Plus en détail

Solidaires face à la violence faite aux femmes

Solidaires face à la violence faite aux femmes Solidaires face à la violence faite aux femmes Femmes de la francophonie en contexte minoritaire : Solidaires face à la violence faite aux femmes Alliance de la francophonie canadienne Table des matières

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Document d information. La formation à distance en alphabétisation : pour le développement d une approche hybride

Document d information. La formation à distance en alphabétisation : pour le développement d une approche hybride Document d information La formation à distance en alphabétisation : pour le développement d une approche hybride 2008-2009 Document d information La formation à distance en alphabétisation : pour le développement

Plus en détail

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers

Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Politique d inclusion des enfants ayant des besoins particuliers Mars 2011 Table des matières Présentation du milieu 3 But de la politique d inclusion 3 Définition de la clientèle 3 Objectifs spécifiques

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec

Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec Avis de la Fédération des commissions scolaires du Québec dans le cadre de la consultation de la Commission des relations avec le citoyen sur le deuxième plan d action gouvernemental pour l égalité entre

Plus en détail

La santé des francophones en situation minoritaire : un urgent besoin de plus d informations pour offrir de meilleurs services

La santé des francophones en situation minoritaire : un urgent besoin de plus d informations pour offrir de meilleurs services La santé des francophones en situation minoritaire : un urgent besoin de plus d informations pour offrir de meilleurs services SOMMAIRE Consortium national de formation en santé Société Santé en français

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034)

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) 4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) Processus de consultation dépôts: CCG - 15 février 2011 CPC - 17 février 2011 Conseil des commissaires - 22 février 2011 La présente politique s

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION

POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION POLITIQUE LINGUISTIQUE COLLÈGE DE L ASSOMPTION 2013-2014 TABLE DES MATIÈRES 1. Préambule... 3 2. Politique linguistique : définition et contenu... 4 2.1. Définition d une politique linguistique... 4 2.2.

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA. Note explicative (s'il y a lieu)

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA. Note explicative (s'il y a lieu) Page 1 de 9 COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA Note explicative (s'il y a lieu) Code : P 17 RF Rés. : CC-1041 Date : Le 18 avril 2006 Page : 1 de 9 POLITIQUE RELATIVE AUX CONTRIBUTIONS FINANCIÈRES EXIGÉES

Plus en détail

Les parents, de grands observateurs

Les parents, de grands observateurs La dernière semaine du mois d août marque la rentrée des classes de près d un million d élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire au Québec. De ce nombre, environ 160 000 enfants ont des besoins

Plus en détail

NOTRE PROJET ÉDUCATIF

NOTRE PROJET ÉDUCATIF NOTRE PROJET ÉDUCATIF du collège constituant de Terrebonne le 22 novembre 04 TABLE DES MATIÈRES DES VALEURS COMMUNES À PARTAGER...1 1. LE DÉVELOPPEMENT INTELLECTUEL...3 1.1 Acquérir une culture générale

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Plan d entreprise 2011-2016 RÉSUMÉ. Corporate Plan Summary 2011 16 2

Plan d entreprise 2011-2016 RÉSUMÉ. Corporate Plan Summary 2011 16 2 Plan d entreprise 2011-2016 RÉSUMÉ Corporate Plan Summary 2011 16 2 Plan d entreprise 2011-2016 Résumé 350 rue Albert CP 1047 Ottawa ON K1P 5V8 1-800-263-5588 ou 613-566-4414 info@conseildesarts.ca conseildesarts.ca

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Stratégie de participation Jeunesse

Stratégie de participation Jeunesse Stratégie de participation Jeunesse Contexte La Stratégie de participation Jeunesse repose sur le Colloque jeunesse de la Croix-Rouge canadienne, qui a eu lieu à St. John s, à Terre-Neuve, du 14 au 17

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées

Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées Bilan des réalisations 2014 à l égard des personnes handicapées Contexte Le bilan des réalisations à l égard des personnes handicapées présente les engagements de la Société de l assurance automobile du

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves POLITIQUE DE L'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS POLITIQUE

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Le sous-financement chronique de notre éducation est une stratégie pour forcer l intégration avec les

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX AVRIL 2005 Note au lecteur : Le texte en caractères blancs indique les modifications apportées

Plus en détail

PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION

PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION Énoncé de position PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION POSITION DE L AIIC La profession infirmière 1 joue un rôle essentiel dans tous les aspects de la gestion des urgences,

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences Animation pédagogique Mise en œuvre du LPC 87 Un principe majeur! L école maternelle n est pas un palier du socle commun de connaissances

Plus en détail

Soyez déjà assurés de notre totale collaboration pour que l implantation de ce nouveau plan d action en santé mentale soit une réussite.

Soyez déjà assurés de notre totale collaboration pour que l implantation de ce nouveau plan d action en santé mentale soit une réussite. COMMENTAIRES DE L ORDRE DES CONSEILLERS ET CONSEILLÈRES D ORIENTATION ET DES PSYCHOÉDUCATEURS ET PSYCHOÉDUCATRICES DU QUÉBEC SUITE À LA CONSULTATION DU MSSS SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2005-2008

Plus en détail

Plan d action 2008-2010 Attirer, encadrer et favoriser la réussite des étudiants en sciences informatiques

Plan d action 2008-2010 Attirer, encadrer et favoriser la réussite des étudiants en sciences informatiques Plan d action 2008-2010 Attirer, encadrer et favoriser la réussite des étudiants en sciences informatiques Proposé par : Les directeurs des départements de sciences informatiques des universités québécoises

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Association médicale canadienne Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes

Plus en détail

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département d éducation et pédagogie UQAM

Plus en détail

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de

C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de C est quoi un centre d apprentissage Les centres d apprentissage sont des lieux d exploration et de manipulation qui visent l acquisition de connaissances, la pratique d habilités ou le développement d

Plus en détail

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE NÉGOCIATION D ENTENTES INTERNATIONALES DE RECONNAISSANCE MUTUELLE Définition des principaux aspects à prendre en considération Cette section définit et interprète les principaux aspects à prendre en considération

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Les offres de services spécialisés

Les offres de services spécialisés Les offres de services spécialisés Le contexte et les enjeux, incluant les offres de services spécialisés aux familles et aux proches, aux partenaires ainsi que notre engagement dans la collectivité. PAVILLON

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Intensification de l anglais Pistes de réflexion et modèles proposés

Intensification de l anglais Pistes de réflexion et modèles proposés Intensification de l anglais Pistes de réflexion et modèles proposés Introduction «Le développement et l expérimentation de l enseignement de l anglais intensif de l anglais, langue seconde, au Québec

Plus en détail

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Édition Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Direction de l organisation des services,

Plus en détail

Programme de prévention 2014 2018 Consolider, Concerter, Agir.

Programme de prévention 2014 2018 Consolider, Concerter, Agir. Programme de prévention 2014 2018 Consolider, Concerter, Agir. 10 décembre 2013 1. Mise en contexte... 3 2. Prévention à la Commission des normes du travail... 4 2.1 Un modèle basé sur trois axes... 4

Plus en détail

Politique d aménagement linguistique de l Ontario pour l éducation postsecondaire et la formation en langue française

Politique d aménagement linguistique de l Ontario pour l éducation postsecondaire et la formation en langue française Politique d aménagement linguistique de l Ontario pour l éducation postsecondaire et la formation en langue française 2011 Message du ministre L Ontario a besoin d un système d éducation postsecondaire

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

La place du patrimoine scolaire dans la politique du patrimoine de la Ville de Montréal

La place du patrimoine scolaire dans la politique du patrimoine de la Ville de Montréal La place du patrimoine scolaire dans la politique du patrimoine de la Ville de Montréal Mémoire soumis par : La Commission scolaire de Montréal (CSDM) dans le cadre de la consultation publique de la Ville

Plus en détail

SITE WEB INTERACTIF DES INDICATEURS DE PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ RAPPORT SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE

SITE WEB INTERACTIF DES INDICATEURS DE PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ RAPPORT SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE SITE WEB INTERACTIF DES INDICATEURS DE PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ RAPPORT SUR LA CONSULTATION PUBLIQUE PAGES TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 1 CONSULTATION EN LIGNE ET EN PERSONNE : PRINCIPALES CONSTATATIONS

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

Les bibliothèques et les centres de documentation de l'enseignement tertiaire

Les bibliothèques et les centres de documentation de l'enseignement tertiaire Réunion d'experts sur Les bibliothèques et les centres de documentation de l'enseignement tertiaire organisée par le Programme pour la construction et l'équipement de l'éducation et le Programme pour la

Plus en détail

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Des indicateurs de qualité à l intention des professionnels et des gestionnaires

Plus en détail

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement.

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Automne 2014 MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES FORMATRICES Réjeanne Bouchard Guylaine Cloutier

Plus en détail

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable Robert Lauzon, directeur Bureau de coordination du développement durable Association québécoise de vérification environnementale

Plus en détail

Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010

Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010 Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010 1. Finance et investissement Mettre en place des mesures fiscales et réglementaires qui tiennent compte du genre pour canaliser

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Fiche entreprise : E10

Fiche entreprise : E10 Fiche entreprise : E10 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est le directeur de la mutuelle de formation 1 dans le secteur des entreprises adaptées dont 95 % gèrent

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Article. Myriam Odyssée Amenanka Asezo. Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 6, n 2, 2000, p. 221-225.

Article. Myriam Odyssée Amenanka Asezo. Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 6, n 2, 2000, p. 221-225. Article «S alphabétiser en français dans un milieu anglophone : défi à relever pour l intégration des francophones analphabètes sur le marché de l emploi de Toronto» Myriam Odyssée Amenanka Asezo Reflets

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FORMATION ET DES COLLÈGES ET UNIVERSITÉS

MINISTÈRE DE LA FORMATION ET DES COLLÈGES ET UNIVERSITÉS MINISTÈRE DE LA FORMATION ET DES COLLÈGES ET UNIVERSITÉS Plan d accessibilité 2004-2005 Table des matières Page Introduction 2 Message de la ministre de la Formation et des Collèges et Universités 3 Rapport

Plus en détail