Procédés de traitement des dispositifs médicaux PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Procédés de traitement des dispositifs médicaux PROFESSIONNELS DE SANTÉ"

Transcription

1 Procédés de traitement des dispositifs médicaux PROFESSIONNELS DE SANTÉ

2 Contexte HAD = alternative à l hospitalisation (article R du CSP) Eviter une hospitalisation à temps complet ou en diminuer la durée Assurer au domicile, des soins médicaux et paramédicaux continus et coordonnés Patient souffrant de polypathologies, soumis à des soins lourds, techniques et répétés 3 facteurs de risques : Etat du patient ; environnement de soins ; acte de soins Statut infectieux du patient : infecté? Colonisé? Inconnu? Programme national de prévention des IN Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

3 Prévention des risques Risque de transmission croisée : lourdeur des pathologies, dispositifs invasifs, fréquence des soins pratiques Risque infectieux et HAD? Equipes HAD, professionnels extérieurs véhiculent les agents infectieux d un domicile a l autre, famille, visiteurs. ❶ Application des précautions standards ❷ Application des précautions complémentaires Identification des risques et observance des pratiques Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

4 Enquête nationale de prévalence ENP 2012 : 1 ière Enquête Nationale de Prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en établissements d hospitalisation à domicile (HAD), France, mai-juin (179 HAD // patients) Prévalence globale des patients infectés 6,8% (un patient sur 15 environ) et prévalence des infections nosocomiales de 7,1% 56% des IN ont été importées d'un autre établissement (prévalence des IN importées de 3,9%) et 35,5% acquises en HAD (prévalence des IN découvertes au cours de la prise en charge au domicile de 2,5%). 3 principaux MO mis en évidence (à plus de 51,8% en part relative) : Staphylococcus aureus (dont 28% résistants a la méticilline -SARM), Escherichia coli (dont 22% résistants aux céphalosporines de 3 ème génération) Pseudomonas aeruginosa (dont 35% résistants aux céphalosporines de 3 ème génération) Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

5 Risques Microorganismes et survie : Situations à risques : Bactéries, BMR / BHR : Enterococcus spp. (y compris VRE), Staphylococcus aureus (y compris MRSA), Streptococcus pyogenes Acinetobacter spp., Escherichia coli, Klebsiella spp., Pseudomonas aeruginosa 1 mois et plus Clostridium difficile 1 à 5 mois Risque de contact ou de projection avec du sang, des liquides biologiques, des sécrétions ou excrétions et pour tout contact avec une peau lésée ou une muqueuse, Patients porteurs de bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Virus Rotavirus jusqu à 1 mois Norovirus jusqu à 7 jours VRS, rhinovirus jusqu à 7 jours Herpes virus jusqu à 8 semaines Limiter la transmission des virus et agents pathogènes en période saisonnière, Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

6 Classification de Spaulding Destination du matériel Classement du matériel Niveau de risque infectieux Niveau de traitement requis Introduction dans le système vasculaire ou dans une cavité ou tissu stérile quelle que soit la voie d abord Exemples : instruments chirurgicaux, implants, pinces à biopsie, arthroscopes, petite instrumentation pour pansement Critique Haut risque Stérilisation ou usage unique stérile à défaut Désinfection de haut niveau * En contact avec muqueuse, ou peau lésée superficiellement Exemples : gastroscopes, colonoscopes Semi-Critique Risque médian Désinfection de niveau intermédiaire En contact avec la peau intacte du patient ou sans contact avec le patient (DM non-invasifs et surfaces) Non critique Risque bas Désinfection de bas niveau Exemples : tensiomètres, lits Source : Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France, Guide de bonnes pratiques de désinfection des dispositifs médicaux, 1998 Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

7 Niveau de désinfection Résistance des micro-organismes à la désinfection Niveaux de traitements requis Spores bactériennes Stérilisation / Désinfection de haut niveau Mycobactéries (M. terrae, M. avium) Désinfection de niveau intermédiaire Petit virus et virus non lipidiques Fungi Bactéries végétatives Désinfection de bas niveau Virus de taille moyenne et virus lipidiques Source : Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France, Guide de bonnes pratiques de désinfection des dispositifs médicaux, 1998 Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

8 Protocole de nettoyage et désinfection Au domicile du patient Information patient / famille à propos des précautions standards Nettoyage et désinfection des surfaces en présence de produits biologiques Environnement proche du patient, nettoyage désinfection 1 fois par jour Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

9 Protocole de nettoyage et désinfection Par le prestataire de service de location Objectif : Sécurisation des flux Nettoyage Désinfection Stockage Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

10 Protocole de nettoyage et désinfection Par le prestataire de service de location Véhicule de transport : Séparation zone sale / zone propre Nettoyage à minima quotidien des surfaces internes DSVA des surfaces chaque fin de service Zone de nettoyage : Nettoyage et désinfection par essuyage humide des surfaces des DM Zone de désinfection : Désinfection avec système de DSVA Large spectre Protection du matériel nettoyé et désinfecté Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

11 Produits associés Réglementation Biocides (Règlement CE N 528/2012) Groupe 1 : désinfectants TP1 : Produits biocides destinés à l hygiène humaine TP2 : Désinfectants pour surfaces matériaux, équipements, mobiliers TP3 : Produits biocides destinés à l hygiène vétérinaire TP4 : Désinfectants pour les surfaces en contact avec les denrées alimentaires et les aliments pour animaux TP5 : Eau potable Dispositifs médicaux (Directive 93/42/CE) Dispositifs médicaux de classe IIa Dispositifs médicaux non invasifs (ex : stéthoscope, thermomètre frontal, tensiomètre, sonde d échographie ) Dispositifs médicaux de classe IIb Dispositifs médicaux invasifs (ex : instrumentation, endoscope, sonde d échographie endocavitaire, thermomètre.) Biocide Désinfection de surfaces et matériel TP2 et/ou TP4 Dispositif médical Désinfectant de DM IIa ou IIb Double statut Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

12 Structure des normes européennes EN Application des normes européennes sur les antiseptiques et désinfectants chimiques EN Préservation des microorganismes utilisés pour la détermination de l activité bactéricide, mycobactéricide, sporicide et fongicide Norme de phase 1 : Essais de suspension quantitatif Médecine humaine Médecine vétérinaire Industrie, collectivité Norme de phase 2 / Étape 1 : Tests de suspension dans des conditions représentatives de l usage Norme de phase 2 / Étape 2 : Tests simulant les conditions pratiques d usage Norme de phase 3 : Essais de terrain dans des conditions pratiques Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

13 Produits associés Hygiène des mains Lavage des mains Savon doux Cosmétique Désinfection hygiénique des mains Produit hydroalcoolique Biocide de type 1 Souches Bactérie Levure Fonge Mycobact. Virus Spores bact. P2 / étap1 P2 / étap2 EN EN 1500 EN EN Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

14 Produits associés Sols et surfaces X X X X X Bactérie Levure Fonge Mycobactérie Virus Spore bact. Détergent désinfectant surfaces hautes EN EN (EN 16615) EN (EN 16615) Détergent désinfectant sols EN EN EN Désinfection des surfaces par voie aérienne EN NF T NF T NF T EN NF T EN NF T EN NF T Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

15 Produits associés Traitement DM par trempage Pré-désinfection Rinçage Désinfection Rinçage Bas niveau (prédésinfectant) Bactérie Levure Fonge Mycobactérie Virus Spore bact. EN EN EN Niveau intermédiaire (désinfectant) EN EN EN EN EN EN EN Haut niveau (désinfectant) EN EN EN EN EN EN EN EN Selon EN Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

16 Nécessaires aux utilisateurs Un langage commun entre le demandeur du produit et son fournisseur Besoins et attentes du demandeur en terme d efficacité Normes européennes Solution pertinente du fournisseur Choix produit éclairé et comparaison des efficacités produits : Temps de contact Concentration Niveau des substances interférentes Version de la norme Température de test Souches représentatives Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

17 Merci pour votre attention Des questions? Contexte Risques Traitement DM Protocole Produits Conclusion

LES DÉSINFECTANTS. Journée de formation des correspondants en hygiène 24 novembre Anne Brunon Catie Crépiat

LES DÉSINFECTANTS. Journée de formation des correspondants en hygiène 24 novembre Anne Brunon Catie Crépiat LES DÉSINFECTANTS Journée de formation des correspondants en hygiène 24 novembre 2016 Anne Brunon Catie Crépiat Désinfection(AFNOR, NF T 72 101, 1981) = opération au résultat momentané, permettant d éliminer

Plus en détail

Révisions et Applications

Révisions et Applications LES NORMES D ÉVALUATION D ACTIVITÉ DES DÉSINFECTANTS DOMAINE MÉDICAL SOLS ET SURFACES Révisions et Applications 21 Mai 2015 POITIERS - mai 2015 JC-CP/Anios Normes générales EN 12353: Préservation des microorganismes

Plus en détail

Normes d évaluation d activité des produits désinfectants. Domaine hospitalier et paramédical Environnement et matériel

Normes d évaluation d activité des produits désinfectants. Domaine hospitalier et paramédical Environnement et matériel Normes d évaluation d activité des produits désinfectants Domaine hospitalier et paramédical Environnement et matériel Noël LECERF noellecerf@hotmail.fr 1 DEFINITION DES TERMES NETTOYAGE Opération qui

Plus en détail

Prof. Oumar KANE CHNU Fann Dakar Sénégal. 1er Séminaire Mamadou GUEYE

Prof. Oumar KANE CHNU Fann Dakar Sénégal. 1er Séminaire Mamadou GUEYE Asepsie et Stérilisation Prof. Oumar KANE CHNU Fann Dakar Sénégal Introduction La sécurité des patients et du personnel vis à vis du risque infectieux est une exigence essentielle pour toute structure

Plus en détail

La pré-désinfection des Dispositifs Médicaux [DM] Septembre 2016 DES pharmacie hospitalière Pré-désinfection

La pré-désinfection des Dispositifs Médicaux [DM] Septembre 2016 DES pharmacie hospitalière Pré-désinfection La pré-désinfection des Dispositifs Médicaux [DM] Références [1] réglementations/ recommandations Code de la santé publique Article L5126-5 La PUI est chargée notamment : d assurer, dans le respect des

Plus en détail

Choisir un produit désinfectant pour l entretien des locaux

Choisir un produit désinfectant pour l entretien des locaux Choisir un produit désinfectant pour l entretien des locaux Laurence Badrikian Service Hygiène Hospitalière CHU Clermont-Ferrand 1 Définition des besoins Quels produits? - un détergent (pour l alternance

Plus en détail

Exemple de compte-rendu des résultats :

Exemple de compte-rendu des résultats : Evaluation de la maîtrise de la diffusion des bactéries multi-résistantes* dans les établissements de santé. * Staphylococcus aureus résistants à la méticilline, Enterobacteries productrice de béta-lactamase

Plus en détail

Qu est ce qu un dispositif médical?

Qu est ce qu un dispositif médical? Le traitement des dispositifs médicaux Qu est ce qu un dispositif médical? Tout instrument, équipement, matière, produit, destiné par le fabricant à être utilisé chez l homme à des fins médicales: de prévention,

Plus en détail

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 PRECAUTIONS STANDARD BON USAGE DES GANTS Isabelle RABERIN - Infirmière hygiéniste Stéphanie GUINAND

Plus en détail

Désinfection des sondes d échographie par rayonnements UV-C

Désinfection des sondes d échographie par rayonnements UV-C Désinfection des sondes d échographie par rayonnements UV-C Par le Dr. Pierre-Yves Allouch, Chef de Service Hygiène hospitalière, CH de Versailles Avec la participation du Dr. Guillaume Kac, Médecin Hygiéniste,

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

Evaluation de le désinfection de haut niveau au CHU de Rabat (INO)

Evaluation de le désinfection de haut niveau au CHU de Rabat (INO) Pôle Pharmacie Evaluation de le désinfection de haut niveau au CHU de Rabat (INO) Dr F Z Fadhil Responsable de l unité de stérilisation Institut National d Oncologie - Rabat 2ème Journée Nationale sur

Plus en détail

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène Les précautions complémentaires d hygiène Transmission

Plus en détail

Maîtriser la désinfection du matériel

Maîtriser la désinfection du matériel HYGIENE ET PRÉVENTION DES INFECTIONS DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SOINS POUR PERSONNES AGÉES LES BONNES PRATIQUES D HYGIENE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SOINS POUR PERSONNES AGÉES 2.4 Maîtriser la du matériel

Plus en détail

Introduction. Quel matériel? Instrumentation chirurgicale, Garrot, haricot, plateau

Introduction. Quel matériel? Instrumentation chirurgicale, Garrot, haricot, plateau Traitement du matériel réutilisable Correspondants en Hygiène Septembre 2014 Anne-Céline BALLET 1 Introduction La sécurité des patients et du personnel vis à vis du risque infectieux est une exigence essentielle

Plus en détail

Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs)

Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs) Prévalence des infections nosocomiales, France, 2006 (résultats définitifs) Institut de veille sanitaire (InVS), pour le Réseau d alerte, d investigation et de surveillance des infections nosocomiales

Plus en détail

SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS

SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS SYNTHESE HYGIENEINFECTIOLOGIE LES INFECTIONS AUX SOINS INFECTION ASSOCIÉE AUX SOINS (IAS) Infection qui survient : au cours ou au décours d une prise en charge diagnostique, thérapeutique, palliative,

Plus en détail

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016 BMR, BHRe Mesures d hygiène et de protection renforcées Les recommandations Lundi 11 février 2016 Béatrice HEDOUX QUEAU Cadre Hygiéniste, UHLIN Louis Mourier BMR / BHRe Des mesures adaptées - Densité de

Plus en détail

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES, LES NOUVEAUTÉS, SPÉCIFICITÉS EN CANCEROLOGIE ET HEMATOLOGIE (isolement protecteur). Soirée thématique régionale ONCOLIE 25 juin 2015 Véronique DENIZOT

Plus en détail

MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT

MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT en établissements de santé Selon les recommandations 2009 de la SFHH «Prévention de la transmission croisée

Plus en détail

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes Prise en charge du patient à risque particulier au bloc opératoire (BMR ectoparasites tuberculose pulmonaire Clostridium difficile) Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie

Plus en détail

Infections nosocomiales. Hygiène hospitalière. Dispositifs médicaux et linges

Infections nosocomiales. Hygiène hospitalière. Dispositifs médicaux et linges INTRODUCTION Infections nosocomiales Hygiène hospitalière Hygiène du personnel : protégé : lavage des mains Environnement eau, air, locaux habillage Dispositifs médicaux et linges REGLEMENTATION LOI du

Plus en détail

Niveaux de risques et procédures de traitement des dispositifs médicaux. C. Leroyer DU HH, avril 2015

Niveaux de risques et procédures de traitement des dispositifs médicaux. C. Leroyer DU HH, avril 2015 Niveaux de risques et procédures de traitement des dispositifs médicaux C. Leroyer DU HH, avril 2015 Définition du Dispositif Médical (1) : C.S.P. Art. L.5211-1 «Tout instrument, équipement, matière, produit,

Plus en détail

Les moyens de lutte contre l infection

Les moyens de lutte contre l infection 29 septembre 2011 Les moyens de lutte contre l infection Pré-désinfection Nettoyage Stérilisation Jennifer Grangé, pharmacien, hôpital Charles Foix INTRODUCTION Infections nosocomiales Hygiène hospitalière

Plus en détail

Les désinfectants. Journée de formation des correspondants en hygiène. 30 janvier Dr Agathe Mattei

Les désinfectants. Journée de formation des correspondants en hygiène. 30 janvier Dr Agathe Mattei Les désinfectants Journée de formation des correspondants en hygiène 30 janvier 2014 Dr Agathe Mattei Définitions Désinfection (AFNOR, NF T 72 101, 1981) «Opération au résultat momentané, permettant d

Plus en détail

ENTRETIEN DU MATERIEL D'ENDOSCOPIE 4.08

ENTRETIEN DU MATERIEL D'ENDOSCOPIE 4.08 ENTRETIEN DU MATERIEL D'ENDOSCOPIE 4.08 Objectifs L entretien du matériel endoscopique consiste à pré-désinfecter, nettoyer puis désinfecter tous les dispositifs médicaux utilisés dans un acte d endoscopie.

Plus en détail

L hygiène des mains. Danielle Velardo Cadre de santé Hygiéniste IGR Septembre 2007

L hygiène des mains. Danielle Velardo Cadre de santé Hygiéniste IGR Septembre 2007 L hygiène des mains Danielle Velardo Cadre de santé Hygiéniste IGR Septembre 2007 Introduction De nombreux auteurs ont prouvé qu une large proportion d infections nosocomiales sont d origine manuportée.

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

La chaîne de transmission des micro-organismes

La chaîne de transmission des micro-organismes Les agents infectieux Les agents infectieux conventionnels (ATC) La chaîne de des micro-s Les bactéries Les virus les champignons microscopiques Les parasites IADE-Octobre 2011 1 Les agents transmissibles

Plus en détail

ACTIVITE ANTIMICROBIENNE DU PROCEDE DE DESINFECTION SANIVAP VALIDATION SCIENTIFIQUE EN LABORATOIRE

ACTIVITE ANTIMICROBIENNE DU PROCEDE DE DESINFECTION SANIVAP VALIDATION SCIENTIFIQUE EN LABORATOIRE ACTIVITE ANTIMICROBIENNE DU PROCEDE DE DESINFECTION SANIVAP VALIDATION SCIENTIFIQUE EN LABORATOIRE Dr. M. RICHARD (MARSEILLE) SANIVAP 3000 SANIVAP 1000 SANIVAP 2000 SOMMAIRE Efficacité du procédé SaniVap

Plus en détail

Procédé de désinfection des surfaces

Procédé de désinfection des surfaces SURFACE désinfection Procédé de désinfection des surfaces par voie aérienne Contrôle de la contamination, sécurité des soins Pourquoi une Désinfection des Surfaces par Voie Aérienne (DSVA)? Stopper le

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

Rappel des fondamentaux

Rappel des fondamentaux Rappel des fondamentaux 08/09/09 Mme Tur Hygiène I. Introduction II. Réponses aux questions d hygiène I. Introduction Chaque année 10 000 personnes meurent des suites d une infection nosocomiale contractée

Plus en détail

Classification en Suisse des produits désinfectants et antiseptiques. Hans H. Siegrist

Classification en Suisse des produits désinfectants et antiseptiques. Hans H. Siegrist Classification en Suisse des produits désinfectants et antiseptiques Hans H. Siegrist Désinfection Destruction de toute forme de vie microbienne comprise dans le spectre d activité du désinfectant bactéricide

Plus en détail

LE MATERIEL DE SOINS EN EHPAD?

LE MATERIEL DE SOINS EN EHPAD? LE MATERIEL DE SOINS EN EHPAD? l entretien de la planification à la traçabilité Journée de prévention du risque infectieux RHONE-ALPES 17 JUIN 2014 EMH Groupe ACPPA: Dr C. ALVAN - M. BONNAND Pharmacien

Plus en détail

Le risque infectieux La colonisation, l infection Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Le risque infectieux La colonisation, l infection Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Le risque infectieux La colonisation, l infection Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Corinne FREMOND-LEJEUNE Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009

Plus en détail

Hygiène des mains et port de gants

Hygiène des mains et port de gants Hygiène des mains et port de gants Dr Agnès VINCENT 2 e Journée de Prévention du Risque Infectieux en FAM, MAS et IME 2 Octobre 2014 -Lyon Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales

Plus en détail

17/11/2012. Atelier. Traitement des dispositifs médicaux. Atelier. Classer le matériel ci-dessous dans une des 4 catégories de risque *

17/11/2012. Atelier. Traitement des dispositifs médicaux. Atelier. Classer le matériel ci-dessous dans une des 4 catégories de risque * Traitement des dispositifs médicaux Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Atelier Atelier Joseph HAJJAR - Cécile MOURLAN Classer le matériel ci-dessous dans une des 4 catégories de risque

Plus en détail

CHUM-USPIN-EOHH-Juillet 2017-IDEH-K.BOZOUKLIAN

CHUM-USPIN-EOHH-Juillet 2017-IDEH-K.BOZOUKLIAN 1 GÉNÉRALITÉS (1) La peau normale est colonisée par des bactéries: 10 14 bactéries/être humains = 100 000 000 000 000 c est-à-dire 10 fois plus que le nombre de cellules humaines = RÔLE BARRIÈRE MAJEUR

Plus en détail

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire

Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc opératoire 32èmes Journées d Etude et de Perfectionnement de l UNAIBODE, Lyon, mai 2015 Bactéries Hautement Résistantes et Bactéries multirésistantes aux antibiotiques Place des Précautions Complémentaires au bloc

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX

ENTRETIEN DES LOCAUX Définition du bio nettoyage Procédé destiné à réduire la contamination biologique des surfaces 3 actions: Nettoyage Rinçage pour évacuer les salissures et les produits de nettoyage utilisés Application

Plus en détail

Qu est-ce qu une BMR?

Qu est-ce qu une BMR? QUE FAIRE LORS D UNE DÉCOUVERTE D UN RÉSIDENT BMR? Yann Ollivier IDE hygiéniste ARLIN Nord Pas de Calais Qu est-ce qu une BMR? Une bactérie est multirésistante lorsqu elle n est plus sensible qu à un petit

Plus en détail

MORBIDITÉ ET MORTALITÉ DES INFECTIONS À BACTÉRIES MULTI- RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES EN FRANCE EN 2012 : Etude Burden-BMR

MORBIDITÉ ET MORTALITÉ DES INFECTIONS À BACTÉRIES MULTI- RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES EN FRANCE EN 2012 : Etude Burden-BMR MORBIDITÉ ET MORTALITÉ DES INFECTIONS À BACTÉRIES MULTI- RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES EN FRANCE EN 2012 : Etude Burden-BMR Dr Mélanie COLOMB-COTINAT Direction des Maladies Infectieuses Sante publique

Plus en détail

Précautions Standard Précautions contact et respiratoires en EPHAD

Précautions Standard Précautions contact et respiratoires en EPHAD Précautions Standard Précautions contact et respiratoires en EPHAD 1ére journée sur le risque infectieux en EHPAD dans la région Ile de France Jeudi 7 mai 2009 CCLIN Paris Nord Marie Christine Bertrand

Plus en détail

Dr Justine MILLON. Auteur:

Dr Justine MILLON. Auteur: Epidémiologie des bactéries multirésistantes aux antibiotiques au Centre Hospitalier Régional Félix-Guyon de Saint Denis de la Réunion en 2009 et Etude des connaissances et des pratiques des médecins généralistes

Plus en détail

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Historique Depuis l antiquité «mise en quarantaine» des patients contagieux pour éviter les épidémies

Plus en détail

Le risque infectieux

Le risque infectieux Le risque infectieux I- Définitions Risque : probabilité de survenue d un événement indésirable causant un préjudice au patient, au soignant, au visiteur. Contamination : processus entraînant la présence

Plus en détail

P3- dimaquart PLUS. Description. Qualités. Propriétés. Désinfectant liquide pour les Industries Agroalimentaires. Caractéristiques Physico-chimiques

P3- dimaquart PLUS. Description. Qualités. Propriétés. Désinfectant liquide pour les Industries Agroalimentaires. Caractéristiques Physico-chimiques P3- dimaquart PLUS Description Désinfectant liquide pour les Industries Agroalimentaires. Qualités Le P3-dimaquart PLUS est un désinfectant puissant sur le matériel préalablement nettoyé. Il est exempt

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013

LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013 LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013 PLAN A CONCEPTION DES LOCAUX B ENTRETIEN DES LOCAUX 1. ENTRETIEN DES SOLS ET SURFACES 2. ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS

Plus en détail

Corinne Tamames Cadre de santé expert en hygiène

Corinne Tamames Cadre de santé expert en hygiène Corinne Tamames Cadre de santé expert en hygiène Quel matériel utiliser? Si possible préférer l usage unique: Signalé par le symbole: Ne pas réutiliser Ne pas faire de procédure d entretien Matériel réutilisable:

Plus en détail

Les antiseptiques et les désinfectants

Les antiseptiques et les désinfectants Les antiseptiques et les désinfectants Olivier Castel Réunion de coordination-etablissements Médico-sociaux Poitou-Charentes 16 avril 2015 Définitions des antiseptiques ANTISEPTIQUE «Produit destiné à

Plus en détail

de prévalence des infections nosocomiales et des traitements

de prévalence des infections nosocomiales et des traitements Enquête nationale de prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en établissement de santé France, mai - juin 2012 Les principaux chiffres clés En 2012, l enquête nationale

Plus en détail

ALSA DES + ALSA DES + est un détergent désinfectant au large spectre d efficacité. Activité contre Virus et Spores. Ingrédients: Propriétés:

ALSA DES + ALSA DES + est un détergent désinfectant au large spectre d efficacité. Activité contre Virus et Spores. Ingrédients: Propriétés: ALSA DES + ALSA DES + est un détergent désinfectant au large spectre d efficacité. Activité contre Virus et Spores ALSA DES + est une formulation ne contenant pas d aldéhydes et possédant une très haute

Plus en détail

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015 Gestion des excréta Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS 20 mars 2015 Les excréta : c est quoi? Les excréta : (Mot latin n. m. pl.xixème siècle. participe passé de excernere (voir Excrément) excrementum)

Plus en détail

Risques Infectieux liés aux excreta. Journée Vendéenne d Hygiène Jeudi 16 juin 2016 S.FOUCAULT,L.GUERIN-Réseau ECLIN H.LOIZEAU-Réseau CLIN D REVE

Risques Infectieux liés aux excreta. Journée Vendéenne d Hygiène Jeudi 16 juin 2016 S.FOUCAULT,L.GUERIN-Réseau ECLIN H.LOIZEAU-Réseau CLIN D REVE Risques Infectieux liés aux excreta Journée Vendéenne d Hygiène Jeudi 16 juin 2016 S.FOUCAULT,L.GUERIN-Réseau ECLIN H.LOIZEAU-Réseau CLIN D REVE Définition Quel choix de matériels pour la gestion des excreta?

Plus en détail

Antiseptiques. Antiseptiques et Désinfectants

Antiseptiques. Antiseptiques et Désinfectants Antiseptiques et Désinfectants Antiseptiques Définition A l origine: substance capable de lutter contre l infection, en détruisant ou en masquant les odeurs 1750: Pringle : antiseptique 1950: American

Plus en détail

Le bionettoyage. 10 mars Journée de formation Société Suisse de Stérilisation Hospitalière. Jacqueline Huard. 3M Healthcare

Le bionettoyage. 10 mars Journée de formation Société Suisse de Stérilisation Hospitalière. Jacqueline Huard. 3M Healthcare 3M Healthcare Journée de formation Société Suisse de Stérilisation Hospitalière Jacqueline Huard Le bionettoyage 10 mars 2009 3M 2007. All Rights Reserved. AU SECOURS!!! Qu est-ce que le bionettoyage?

Plus en détail

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains : La place des solutions hydro-alccoliques 1 «Outil de contact» Outil de travail Richesse en germes Vecteur d infections Transmission

Plus en détail

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé Règles d hygiène Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques Objectifs du soin Appliquer les bonnes pratiques afin de réduire le risque infectieux

Plus en détail

Laboratoire de microbiologie, CHR Orléans

Laboratoire de microbiologie, CHR Orléans Ecologie Bactérienne et Nosocomialité Dr Laurent tbret Laboratoire de microbiologie, CHR Orléans INTRODUCTION Flore cutané Flore ORL 10 13 Cellules 10 14 à 10 15 Bactéries Flore digestive i Flore génitale

Plus en détail

les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires

les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires Formation Diplôme d Etat d Infirmier(e) Unité d Enseignement 2.10 S1 Infectiologie et Hygiène Faculté de Versailles Saint-Quentin en Yvelines Dr Isabelle

Plus en détail

Hygiène en anesthésie échoguidée. D i J h Denis Jochum Hôpital Albert Schweitzer - Colmar

Hygiène en anesthésie échoguidée. D i J h Denis Jochum Hôpital Albert Schweitzer - Colmar Hygiène en anesthésie échoguidée D i J h Denis Jochum Hôpital Albert Schweitzer - Colmar Risques infectieux et bloc périnerveux Colonisation entre 23 et 57 % des cathéters périnerveux Infection localisée

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Journées médecins coordonnateurs et cadres des EHPAD 2010 ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr Niveau 1: Le risque

Plus en détail

Infections Nosocomiales : un problème d actualité. O. Traoré Hygiène Hospitalière CHU Clermont-Fd 21/11/2014

Infections Nosocomiales : un problème d actualité. O. Traoré Hygiène Hospitalière CHU Clermont-Fd 21/11/2014 Infections Nosocomiales : un problème d actualité O. Traoré Hygiène Hospitalière CHU Clermont-Fd 21/11/2014 Infections Nosocomiales / Infections Associées aux Soins: définitions Evolution : IN (acquise

Plus en détail

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Accident d exposition au sang Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 1 - GÉNÉRALITÉS : MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG Tout microbe présent

Plus en détail

Chapitre «Hygiène au cabinet»

Chapitre «Hygiène au cabinet» Chapitre «Hygiène au cabinet» Thème 1 : Les précautions «standard» Objectif : Assurer la protection du praticien et du patient. HYG 1.1 : Dans le cadre de soins, les ongles de tout intervenant (le praticien

Plus en détail

Sensibilisation à la prévention des. Infections Nosocomiales

Sensibilisation à la prévention des. Infections Nosocomiales Sensibilisation à la prévention des Sensibilisation aux Infections Nosocomiales Infections Nosocomiales Définitions Quelques chiffres Mécanismes d acquisition Règles d hygiène de base Stage d initiation

Plus en détail

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES M. MARTEAU IDE Hygiéniste - CH Fontainebleau Septembre 2014 M.MARTEAU IDE hygiéniste février 2014 1 DEFINITION Ensemble des mesures destinées à faire barrière à la transmission

Plus en détail

Programme de microbiologie générale et appliquée

Programme de microbiologie générale et appliquée Programme de microbiologie générale et appliquée Connaissances Indicateurs d'évaluation 1. STRUCTURE ET MULTIPLICATION DES MICRO-ORGANISMES 1.1 Diversité du monde microbien : Algues, protozoaires, champignons

Plus en détail

Organisation de la lutte contre les infections liées aux soins 10/01/2017 CFPBNA P. COUGOUL

Organisation de la lutte contre les infections liées aux soins 10/01/2017 CFPBNA P. COUGOUL Organisation de la lutte contre les infections liées aux soins 1 DEFINITION L infection associée aux soins (IAS) englobe tout événement infectieux en rapport plus ou moins proche avec un processus, une

Plus en détail

L automate qui respecte la chaîne de stérilisation de votre instrumentation dynamique. Nous inventons, vous réussissez!

L automate qui respecte la chaîne de stérilisation de votre instrumentation dynamique. Nous inventons, vous réussissez! L automate qui respecte la chaîne de stérilisation de votre instrumentation dynamique Nous inventons, vous réussissez! Êtes-vous sûr d être conforme à la réglementation? LE RISQUE INFECTIEUX EN CABINET

Plus en détail

Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR)

Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR) Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR) APHAL Mardi 15 septembre 2015 Dr E. POIRIER ARLIN Lorraine La résistance aux antibiotiques o existait bien avant leur utilisation chez l

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE Professeur Michel Drancourt Laboratoire de Microbiologie-Hygiène Hôpital de la Timone Michel.Drancourt@univmed.fr http://www.mediterranee-infection.com/

Plus en détail

Les bactéries multi-résistantes aux antibiotiques

Les bactéries multi-résistantes aux antibiotiques Les bactéries multi-résistantes aux antibiotiques Bruno GRANDBASTIEN CHRU de Lille Faculté de Médecine «Henri Warembourg» Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Lille 04/2009-1 Pourquoi s y intéresser?

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 22 novembre 2012 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Prévention primo-secondaire

Plus en détail

GILBERTSCRUB, SOLUTION MOUSSANTE DESINFECTANTE, 125 & 500 ml

GILBERTSCRUB, SOLUTION MOUSSANTE DESINFECTANTE, 125 & 500 ml Fiche technique : Gilbertscrub, solution moussante désinfectante page 1 GILBERTSCRUB, SOLUTION MOUSSANTE DESINFECTANTE, 125 & 500 ml DESCRIPTION Le produit «GILBERTSCRUB, solution moussante désinfectante»

Plus en détail

Maisons-Alfort, le 04 MAI 2015 AVIS. produit biocide, DEPTACID BD.

Maisons-Alfort, le 04 MAI 2015 AVIS. produit biocide, DEPTACID BD. Maisons-Alfort, le 04 MAI 2015 LE DIRECTEUR GENERAL AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la première demande d autorisation transitoire

Plus en détail

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe QUESTIONS HYGIENE Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe Question 10: Dans un service un patient est porteur de la gale, des précautions

Plus en détail

HYGIÈNE DES MAINS. Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016

HYGIÈNE DES MAINS. Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016 HYGIÈNE DES MAINS Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016 DÉFINITIONS Hygiène: Ensemble des règles et pratiques relatives à la santé (Petit Larousse) L hygiène hospitalière concerne la lutte

Plus en détail

Les nouvelles précautions complémentaires CONTACT

Les nouvelles précautions complémentaires CONTACT V5 du 14/03/2011 Les nouvelles précautions complémentaires CONTACT C Équipe Opérationnelle d Hygiène Service d Hygiène Hospitalière Nouvelles précautions complémentaires CONTACT Indications majoritaires

Plus en détail

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité Journée de formation hygiène Colines St-Brévin les Pins 26 janvier 2016 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Arlin Ile-de-France

Plus en détail

INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE?

INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE? INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE? Journée régionale sur l infection du pied diabétique 1er juin 2007 Anne Vachée Fédération de biologie CH de Roubaix

Plus en détail

UE 2.10 S1 : INFECTIOLOGIE, HYGIENE GLOSSAIRE

UE 2.10 S1 : INFECTIOLOGIE, HYGIENE GLOSSAIRE Instituts de Formation en Soins Infirmiers HOPITAL DE RANGUEIL 1, Avenue Jean-Poulhès TSA 50032 31059 TOULOUSE Cedex 05 61 32 25 45 05 61 32 22 78 05 61 32 20 62 CENTRE HOSPITALIER GERARD MARCHANT 134,

Plus en détail

PROCEDURE D ENTRETIEN DE LA SONDE ECHOGRAPHIQUE

PROCEDURE D ENTRETIEN DE LA SONDE ECHOGRAPHIQUE 1/7 OBJET Décontamination, détergence et désinfection de la sonde échographique DOMAINE D APPLICATION Services de radiologie et de réanimation dans le cadre des patients non à risque et des actes non à

Plus en détail

Hygiène des mains et prévention du risque infectieux

Hygiène des mains et prévention du risque infectieux JOURNEE DE FORMATION DU PRINTEMPS DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE Jeudi 2 avril 2015 Hygiène des mains et prévention du risque infectieux Sandrine BIANGOMA, PH hygiène Monique BRUN, cadre hygiène

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS)

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) IN / IAS Hospitalisation Absente à l admission Délai 48h après l admission Délai > période d incubation Exemple : légionnellose 10 jours

Plus en détail

LES VOIES DE TRANSMISSION DES INFECTIONS

LES VOIES DE TRANSMISSION DES INFECTIONS LES VOIES DE TRANSMISSION DES INFECTIONS 1 MICRO ORGANIMES (1) LA DOSE INFECTIEUSE Dépend : du nombre de micro-organismes présents de l espèce du micro-organisme de l hôte lui-même du mode de transmission

Plus en détail

COMMENT (BIEN ) CHOISIR SES PRODUITS POUR SON ÉTABLISSEMENT? Laurence Badrikian CHU Clermont-Ferrand

COMMENT (BIEN ) CHOISIR SES PRODUITS POUR SON ÉTABLISSEMENT? Laurence Badrikian CHU Clermont-Ferrand COMMENT (BIEN ) CHOISIR SES PRODUITS POUR SON ÉTABLISSEMENT? Laurence Badrikian CHU Clermont-Ferrand Définir les catégories de produits Détergents Détergents-désinfectants DEFINIR Désinfectants du matériel

Plus en détail

Fiche d information (grand public)

Fiche d information (grand public) Fiche d information (grand public) Définitions Qu est-ce qu un antibiotique? Les antibiotiques, également appelés médicaments antimicrobiens, sont des médicaments capables d'inhiber la croissance des bactéries

Plus en détail

3. Les infections nosocomiales

3. Les infections nosocomiales 3. Les infections nosocomiales 3.1. Fréquence des infections nosocomiales Parmi les patients, 21 010 avaient une ou plusieurs infections nosocomiales le jour de l enquête soit un taux de prévalence de

Plus en détail

Peut-on recommander l eau du robinet pour la détersion d une plaie? Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris

Peut-on recommander l eau du robinet pour la détersion d une plaie? Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Peut-on recommander l eau du robinet pour la détersion d une plaie? Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les plaies chroniques plaies ouvertes évoluant depuis plusieurs semaines

Plus en détail

Enquête nationale de prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux, 2012

Enquête nationale de prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux, 2012 Enquête nationale de prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux, 212 Résultats nationaux et de l inter région Ouest Nadine GARREAU, Anne INGELS, Sophie GLORION et Pascal

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsable des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Hygiène des mains. Equipe Opérationelle d Hygiène

Hygiène des mains. Equipe Opérationelle d Hygiène Hygiène des mains Equipe Opérationelle d Hygiène La flore cutanée La flore résidente : Flore permanente, stable chez un même individu, sans danger pour un individu sain. Utile rôle de barrière en s opposant

Plus en détail

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir Annexe 2 - GEA Annexe n 2-1 MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées Objectif Prévenir ou contrôler une

Plus en détail

DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Degus Patricia/CSS/Service d'hygiène/2012 1 DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX DEGUS Patricia CSS en Hygiène hospitalière Service d Hygiène Degus Patricia/CSS/Service d'hygiène/2012 2 Les textes réglementaires(1)

Plus en détail