STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE SOMMAIRE"

Transcription

1 STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE Professeur M. Ramdane Mostefaoui Séquence 1 : Le concept de stratégie Objectif général : - Objectifs intermédiaires : - - SOMMAIRE

2 1. DEFINITION 2. LE CONTENU 3. LES DIFFERENTES CATEGORIES DE STRATEGIES INTRODUCTION Après avoir défini le concept de stratégie, nous verrons dans un deuxième point les questions auxquelles il permet de répondre pour terminer, dans un troisième point, par la présentation des différentes catégories de stratégie SECTION 1. DEFINITION Le concept de stratégie vient du verbe grec «stratego». Appliqué au domaine militaire à l origine, il veut dire planifier la destruction de ses ennemis par un usage efficace des ressources disponibles. Il désigne l art de conduire les troupes et les ruses qui permettent de les porter à la victoire face à l ennemi. Des gestionnaires ont tenté de transposer les principes qui soustendent cet art militaire à leur domaine ; ainsi, parlera-t-on de gestion stratégique sans qu une formulation du concept fasse vraiment l unanimité. Pour Chandler («Strategy and structure», MIT Press, 1962), la stratégie est «la détermination

3 des buts et objectifs à long terme d une entreprise et le choix des actions et de l allocation des ressources nécessaires pour les atteindre». Henry Mintzberg distingue notamment les connotations d usage courant suivantes : - plan ou programme d action consciemment défini ; - manœuvre ou stratagème, impliquant l idée de calcul, de ruse ; - ensemble de comportements cohérents dans le temps ; - position ou localisation d une organisation dans son environnement et perspective ou façon de le percevoir. D autres auteurs encore fondent la délimitation du stratégique et du non stratégique, en rattachant par exemple à la 1 ère catégorie tout ce qui se rapporte à la définition du cadre de fonctionnement de l entreprise, à ses choix fondamentaux quant à son insertion optimale dans son environnement ; c est-à-dire, son positionnement, ses options produits/marchés. Sont considérés a contrario comme non stratégiques les décisions ne relevant pas de cette catégorie. En matière d analyse de décision, Ansoff considère que le problème de l entreprise est de donner au processus de transformation de ses ressources l orientation qui lui permet d atteindre au mieux ses objectifs. D après cet auteur, ce processus met en évidence 3 catégories de décision :

4 1) Des décisions stratégiques, c est-à-dire celles portant spécialement sur le choix des produits à fabriquer, des technologies à mobiliser et des marchés à servir? De ce point de vue, la stratégie est en quelque sorte à la quête du meilleur mode de couplage de l entreprise avec son environnement. 2) Des décisions administratives, décisions normalisant l utilisation des ressources, de sorte à obtenir les meilleurs résultats possibles compte tenu de la situation. Résultats «meilleurs» du point de vue des évaluateurs ou des gardiens des normes bien sûr, car la notion du bon (exemple : «bonne» gestion), est une notion relative qu il conviendrait de rapporter à des positions d acteur dans un système d appréciation ; système d évaluation mobilisant des critères préalablement définis comme par exemple des taux de marge, la part de marché, etc. Ces décisions règlementent les procédures et les méthodes de travail en précisant les tâches, les liaisons fonctionnelles et les liaisons hiérarchiques. 3) Décisions opérationnelles, décisions portant sur les prix de vente, les programmes de production ou de stockage des matières premières et de manière plus générale sur toute décision planifiant des actions découlant de décisions stratégiques. Ansoff souligne que ces décisions sont complémentaires et interdépendantes. D autres acteurs tel Musche préfèrent opposer décisions stratégiques qu ils définissent à peu de chose près comme Ansoff aux décisions tactiques et mécaniques, lesquelles découleraient des 1eres et qui devraient normalement en respecter les orientations ; ceci sous-tend l idée de hiérarchie et de cohérence.

5 Une autre typologie des décisions ressort des travaux de Miles etsnow (Organisational strategy, structure and processus. MCGRAW HILL. 1978) qui élaborent une grille à 3 niveaux fondamentaux en fonction de la nature des problèmes posés aux dirigeants : 1) des problèmes de nature entrepeneuriale, problèmes portant sur le choix ou la délimitation des domaines d activité de l entreprise ou de ses marchés ; 2) des problèmes dit d engineering, problèmes appelant des recherches de solution de type technique rendant opérationnelles des décisions stratégiques ; solutions pouvant correspondre à des choix d une technologie de production ou de canaux de distribution particuliers ; ou encore à des choix de système d information ou de contrôle portant sur les processus concernant cette technologie. 3) Des problèmes dits administratifs qui portent sur la mise au point de procédures de nature à permettre la concrétisation des opérations et la résolution des problèmes qui en découlent. Il conviendrait de faire remarquer, pour prendre un peu de distance par rapport à ces typologies, à cette façon de hiérarchiser les décisions, que ce sont souvent les petits détails qui font échouer les grandes idées. Par exemple, les décisions stratégiques qui se sont avérées les plus efficaces, sont souvent celles qui ont été précédées de mesures de catégorie dite «administrative» appropriées. Ceci invite à appréhender le processus décisionnel dans sa globalité

6 et à ne pas négliger les «petites» décisions administratives. D autres auteurs comme DECLERCK (Méthode de direction générale, Editions Hommes et techniques, 1983) établissent une distinction en opposant les activités qui les sous-tendent. Ils retiennent 2 catégories : A) les activités de type «opérations», activités courantes, répétitives, facilement contrôlables par des procédures standards par les responsables chargés du contrôle ; B) les activités de type «projet», activités non répétitives, soumises à des facteurs non totalement contrôlables. En combinant cette grille à la matrice d Ansoff (tableau 1), on obtiendrait une autre typologie : Tableau 1 - Matrice d'ansoff Produits Actuels Nouveaux Marchés Actuels (1) Pénétration de marché (position existante) = opération (2) Expansion par produit = projet

7 Nouveaux (3) Expansion par marché = (4) Diversification = projet projet D après cette combinaison, on peut dire que : - l option (1), (pénétration de marché), correspond à une opération ; - l option (4) et les options (2) et (3) constituent des projets. De façon plus générale, on dira qu une entreprise fonctionne sur le mode opérationnel tant que son action vise à exploiter une position existante étant donné ses produits, ses marchés et les technologies mobilisées ; a contrario, elle fonctionne sur le mode «projet» dès qu elle commence à établir de nouvelles positions produit/marché/technologie. La difficulté inhérente au 2 ème cas de figure découle du fait qu il faudrait construire et mobiliser des structures organisationnelles appropriées, compte tenu de la situation spécifique de l entreprise. La gestion prévisionnelle des opérations est maîtrisable par des méthodes logico- mathématiques alors que la gestion par projet constitue un mode beaucoup plus complexe, plus ambigu, reposant davantage sur le jugement et l intuition des dirigeants. Dans les entreprises

8 cohabitent souvent ces 2 modes gestionnaires ; ils posent naturellement des problèmes délicats particulièrement en matière de répartition des ressources entre les différentes composantes En outre, les projets sont appelés normalement à se transformer en activités opérationnelles rentables et cette transformation pose évidemment d autres problèmes ; dont celui du remplacement de l entrepreneur, personnage audacieux et innovateur, par un gestionnaire, plutôt technicien Declerck (ouvrage sus cité) conceptualise la cohabitation de ces 2 modes gestionnaires (opérationnel et par projet) dans les entreprises sous le vocable de gestion intégrative. POUR CONCLURE SUR CETTE PREMIERE SECTION, j ajouterai que : Aujourd hui peu d acteurs s accordent avec la conception initiale du concept de stratégie réduit au domaine des relatons de l organisation avec son environnement. Plus généralement, la stratégie consiste à la fois en un choix de positionnement externe et d agencement organisationnel interne ; ce qui naturellement posera les problèmes d interdépendance et d ajustement entre ces deux dimensions. - Par agencement organisationnel, il faut entendre la structuration des activités, c est-à-dire le mode de départementalisation de l entreprise, les principes fondamentaux d organisation et de division du travail, la place et la hiérarchie des organes les uns par rapport aux autres, les principes régissant le système de contrôle et de sanction récompense des acteurs, la

9 culture d entreprise, etc. - Par positionnement externe, il faut entendre le triplet produit/marché/technologie. Au-delà de ce qui vient d être dit, on pourrait ajouter que la stratégie a aussi pour rôle d aider à donner du sens à ce qu fait l entreprise, à ce que font ses membres. Elle remplit ainsi une fonction symbolique qui permet d indiquer la direction à suivre, de canaliser les efforts et de coordonner les actions, car d après la formule de Sénèque, «il n y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il veut aller». Fonction symbolique qui suppose l élucidation des processus de légitimation en œuvre au sein de l entreprise et qui concerne principalement la fonction GRH > Qu est-ce qui est légitime et qu est-ce qui ne l est pas? Qu est-ce qui compte pour les différentes catégories socioprofessionnelles? Et qu est-ce qui compte pour les différents partenaires sociaux? SECTION 2 : LE CONTENU Définir la stratégie de l entreprise consiste pour ses dirigeants à répondre aux questions du type : pourquoi? quoi? et comment? de l activité de l entreprise. 1) LE POURQUOI? Cette question sous-tend la définition de la mission ou de la vocation de l entreprise. Par mission, il faut entendre la façon selon laquelle les dirigeants répondent aux interrogations suivantes :

10 que sommes-nous? Que voulons-nous être? Quelle est notre affaire? Dans quelle activité nous situons-nous? Que devrait-elle être? Les réponses apportées à ces questions donnent une ligne directrice à l entreprise et sont susceptibles de déterminer les choix et les comportements ultérieurs de ses dirigeants. L énonciation de la mission ou de la vocation consiste à expliciter ce qu est l entreprise et ce à quoi elle aspire ; cette tâche importante qui revient au dirigeants orientera durablement les efforts et la destinée de l entreprise. Cette définition de la mission ne devrait pas être trop large ni trop étroite pour ne pas réduire ses vertus opératoires en tant qu instrument d orientation des efforts. Certains auteurs recommandent aux responsables d entreprise de rédiger sous forme de charte ou de déclaration le contenu de la mission de l entreprise. Ces auteurs estiment que cette pratique présente l avantage de fournir un ensemble de points de repères aux participants. Ainsi, certaines chartes incluent 6 points définissant la mission : philosophie, image externe, définition de soi-même, champ d action, technologie, condition de survie. Les énoncés s apparentent à des déclarations générales plutôt qu à des programmes d action précis. Ils ne visent pas à définir des objectifs spécifiques, mais à tracer une orientation générale pour guider l entreprise. 2) LE QUOI? Après avoir défini la mission, il conviendrait, pour les dirigeants de préciser les buts et les objectifs que l entreprise cherche à accomplir. Cela permet de donner une certaine image interne externe de l entreprise tout en orientant les actions de ses membres et de ses

11 partenaires vers la réalisation des fins postulées. La différence entre buts et objectifs : Les buts sont des intentions exprimées dans des termes plus larges que les objectifs ; des aspirations fondamentales qui sous-tendent l action sur un horizon temporel non fixé de manière précise ; des ambitions toujours à poursuivre et donc jamais satisfaites. Il s agit par exemple d être reconnu comme leader dans l exploitation d une technologie avancée. Un but constitue un défi permanent. Les objectifs constituent des intentions plus précises ; des résultats postulés en termes quantitatifs et que l entreprise se propose d atteindre à une échéance déterminée ; par exemple, l augmentation du chiffre d affaires de x euros dans une année, ou la croissance de la part de marché de y % en Asie en deux années. Les objectifs sont plus facilement mesurables et l on peut évaluer plus aisément leur degré de réalisation que les buts. Ils ont pour fonction de guider l action et de permettre le contrôle des performances des acteurs (exemple : la DPO > appréciée souvent par les spécialistes de la GRH et cela dans la mesure où cet outil de gestion permet d influer sur les comportements des acteurs au travail...la carotte et le bâton!!!). Bien évidemment, les buts et objectifs officiels poursuivis effectivement par l entreprise sont une combinaison des buts et objectifs des dirigeants des personnels (exemple : meilleurs salaires), des actionnaires (dividendes élevés), des clients (prix et qualité des produits). Les buts

12 et objectifs officiels poursuivis sont des résultantes, des produits de négociations et de conflits entre différents partenaires sociaux. Par ailleurs, il conviendrait de souligner la différence entre les objectifs déclarés, affichés (officiels) et les objectifs réellement poursuivis par les acteurs. Les observations empiriques dans les organisations montrent que les comportements postulés (prescrits) par les dirigeants diffèrent des comportements effectifs des membres de ces organisations (problème de régulation et contrôle de gestion), d une part ; et les comportements affichés par les dirigeants diffèrent souvent de leurs pratiques effectives d autre part. Le concept d hypocrisie organisationnelle avancé par Brunsson (dans The organization of hypocrisy, Wiley, 1989) permet d éclairer le fossé existant entre le discours des acteurs (notion d objectifs affichés) et leurs pratiques effectives ( objectifs réellement poursuivis) 3) COMMENT? Cette question sous-tend la notion de politiques et de méthodes d action concrètes à adopter pour réaliser les objectifs postulés. Elle soulève le problème des attitudes à tenir à l égard des différentes catégories d acteurs avec lesquelles l entreprise entretient des relations : clients, fournisseurs, Etat(s), salariés, banques, associations de consommateurs, etc. Ainsi, on parlera de politique commerciale en ce qui concerne les conduites à tenir par rapport à la clientèle ; de politiques des achats s agissant des relations avec les fournisseurs.

13 La question «comment» sous-tend encore la notion de politiques générales (c est-àdire fondamentales pour la réalisation des objectifs postulés) et celle de politiques plus détaillées (= s appliquant à des actions spécifiques) poursuivies par des composantes de l entreprise. La représentation donne l image d une pyramide de politiques allant des politiques générales jusqu aux procédures officielles et règles détaillant la façon dont doivent être réalisées les tâches (consignes des tâches). Cet ensemble constitue le système de régulation formel pour la prise de décision (niveau de politique général = dirigeants et niveau de politique détaillé : mise en œuvre par les exécutants). Voir ouvrage d Alain Henry à propos de la question de l élaboration des procédures dans les entreprises paru aux Editions d Organisation en SECTION 3 : LES DIFFERENTES CATEGORIES DE STRATEGIES De nombreux spécialistes en stratégie s accordent pour distinguer 3 niveaux d analyse en la matière : 1) Des stratégies d entreprise ou stratégies primaires ; 2) Des stratégies d activité ; 3) Des stratégies fonctionnelles ; 1) Les stratégies d entreprise ou stratégies primaires Elles correspondent au choix du triplet produit/marché/technologie. Dans cette représentation, la stratégie d entreprise correspond au niveau de la hiérarchie le

14 plus élevé dans la définition de la mission des buts et des objectifs de l entreprise. Sur le plan méthodologique, la définition de la stratégie d entreprise passe par le diagnostic d un environnement général composé de multiples environnements et traversé de tendances économiques, politiques et technologiques (voir plus loin les méthodes d analyse de portefeuilles). 2) Les stratégies d activité ou stratégie secondaire La stratégie d entreprise ayant défini le choix du ou des domaines d activité, la stratégie d activité permet de répondre à la question de savoir «comment agir dans les domaines choisis?». A ce stade, les finalités s expriment en termes précis et il convient de spécifier les objectifs à poursuivre, les actions à entreprendre et les résultats chiffrés attendus des composantes de l organisation. Ces objectifs peuvent être fixés par rapport à l expérience du passé ou par référence aux performances réalisées en des domaines comparables par les concurrents ; il convient de noter ici que la comparaison aux concurrents crée des enjeux et permet de motiver les troupes Chaque composante tiendra compte de son contexte particulier (concurrence, clientèle, fournisseurs, etc.) et devrait au préalable faire un diagnostic pour déterminer en accord avec la DG la stratégie secondaire à adopter. Pour PORTER, le caractère adapté ou non adapté des stratégies secondaires est souvent l élément le plus déterminant dans l échec ou la réussite des politiques primaires. Michel Berry dirait que ce sont souvent les petits détails qui font échouer

15 les grandes idées. La notion de stratégie d activité englobe celles de «missions stratégiques», «d armes concurrentielles» et de «stratégies génériques». a) Les missions stratégiques Elles constituent une manière d exprimer des objectifs prioritaires ou l orientation générale des efforts à mettre en œuvre pour atteindre une situation désirée. Certains auteurs (comme Herbert, par exemple) les classent en 4 catégories suivant la nature de la stratégie postulée : - la stratégie de développement qui consiste en la recherche de gains à long terme, par la conquête de parts de marché jusqu à une position de leader. Cette stratégie nécessite des compétences technologiques, des capacités financières et commerciales pour dominer les concurrents et saisir les opportunités qui en résultent. - la stratégie de stabilisation ou recherche de maintien de la position concurrentielle déjà acquise et des résultats correspondant (exemple : maîtrise des coûts ou encore défense de la marque) - la stratégie de relance, consistant à arrêter une dérive et à retrouver une position plus favorable à long terme, notamment en gagnant de nouvelles parts de marché. - la stratégie de rentabilisation ; démarche consistant à rentabiliser au maximum une activité, un produit, avant son élimination pour cause d obsolescence ou risque d accentuation intenable des pressions concurrentielles.

16 b) La notion d armes concurrentielles Elle renvoie à celles de prix, de qualité, de services offerts à la clientèle (exemple : service après vente), ainsi qu à celle d innovation technologique, et cela en se situant par rappot aaux principaux concurrents. c) Les stratégies génériques Porter a proposé une typologie fondée sur le croisement de l axe des armes concurrentielles et l axe de l étendue de marché pour décrire 4 stratégies dites «génériques» (tableau 2), c est-àdire applicables dans de multiples contextes : - la domination par les coûts - la différenciation - la focalisation - focalisation et différenciation Tableau 2 - Stratégies portériennes Armes concurrentielles Coûts les plus faibles Facteurs autres que les coûts étendue du marché visé Large domination par les coûts (1) différenciation (2) Etroite focalisation et domination par les coûts (3) focalisation et différenciation (4)

17 Le processus qui consiste à concentrer les efforts tendant à appliquer l une des 2 premières stratégies (domination par les coûts et différenciation) sur un segment précis du marché et non sur le marché dans sa globalité. - la différenciation = ce qui différencie, c est-à-dire ce qui permet de distinguer le produit des produits concurrents et qui vise à créer quelque chose qui soit ressenti et perçu comme unique au niveau de l ensemble du secteur et cela, dans le but de fidéliser les clients. 4) Les stratégies fonctionnelles Les stratégies fonctionnelles, encore appelées stratégies de ressources concernent les fonctions de l entreprise (Production, Finance, Vente, Ressources Humaines, Recherche et Développement, etc.) Ces stratégies traduisent les choix majeurs quant à l obtention, l agencement et la gestion des ressources de l organisation. Exemple, en matière de GRH : la politique de recrutement, de formation et de recyclage des cadres ; Exemple en matière de production : choix des investissements pour la constitution de l outil de production et capacité de production des sites, localisation des installations.

18 CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE SITOGRAPHIE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

ajustement Audit des cadres ERM

ajustement Audit des cadres ERM Alex andra Psic a, cmc RESPONSABLE DE DIRECTION INTERIS CONSULTING INC. D ANS L ABSOLU, LE CADRE DE MANAGEMENT DES RISQUES DE l entreprise (ERM) doit être suffisamment adapté à ses objectifs, à ses risques

Plus en détail

UE Marketing Stratégique

UE Marketing Stratégique UE Marketing Stratégique Modèles et Méthodes du Marketing Stratégique Les différents modèles et méthodes en Marketing Stratégique Introduction Analyse des besoins (du marché de référence) Analyse d attractivité

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE

STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE STRATEGIE ET POLITIQUE GENERALE DE L'ENTREPRISE Professeur M. Ramdane Mostefaoui ramdane.mostefaoui@upicardie.fr Séquence 5 : Les orientations stratégiques : concept et mise en oeuvre Objectif général

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

Audit stratégique. Démarche méthodologique

Audit stratégique. Démarche méthodologique Audit stratégique Démarche méthodologique La méthode ANALYSE DE L ENVIRONNEMENT Identifier les opportunités et menaces DIAGNOSTIC DE L ENTREPRISE Identifier les forces et faiblesses POSITIONNEMENT STRATEGIQUE

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés :

Ø Dans un plan marketing deux types d objectifs doivent être fixés : 2- La démarche du plan marketing Le plan marketing traduit la stratégie marketing choisie par la firme pour atteindre les objectifs fixés pour un couple produit-marché (ou pour un DAS). Il doit être en

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE JACKY BOUDEVILLE PROFESSEUR ESCP EUROPE CONSULTANT ADMINISTRATEUR DE SOCIETES PLAN D INTERVENTION UN TITRE

Plus en détail

Gestion de projet : la rentabilité doit-elle tuer l innovation?

Gestion de projet : la rentabilité doit-elle tuer l innovation? Gestion de projet : la rentabilité doit-elle tuer l innovation? Introduction Dans la grande et célèbre Ephèse de la Grèce antique, il existe selon Vitruve (Livre X de l Architecture, 1 er siècle av. J.C.)

Plus en détail

Catalogue de Formation Chambre de Commerce Algéro-Allemande AHK Algérie

Catalogue de Formation Chambre de Commerce Algéro-Allemande AHK Algérie Catalogue de Formation Chambre de Commerce Algéro-Allemande AHK Algérie Formation 2014 0 L AHK Algérie, votre partenaire en matière de formation Afin de mieux répondre á vos besoins en matière de formation

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

Les outils classiques de diagnostic stratégique

Les outils classiques de diagnostic stratégique Chapitre I Les outils classiques de diagnostic stratégique Ce chapitre présentera les principaux outils de diagnostic stratégique dans l optique d aider le lecteur à la compréhension et à la manipulation

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 7 Management. 2 e ÉDITION. Jean-François Soutenain Christophe Torset. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 7 Management 2 e ÉDITION Jean-François Soutenain Christophe Torset Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Optimisation des processus aspects socio-organisationnels. organisationnels. Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001

Optimisation des processus aspects socio-organisationnels. organisationnels. Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001 Optimisation des processus aspects socio-organisationnels organisationnels Annie CORNET Professeur adjoint Management HEC février 2001 Optimisation des processus! Au centre de multiples projets de changement:

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

Guide pratique du Recrutement

Guide pratique du Recrutement Guide pratique du Recrutement Réussir vos s en 6 étapes Janvier 2015 Avant-propos... 2 Comment utiliser ce guide méthodologique du?... 2 Etape 1 - Identification en... 3 1. Définir les besoins spécifiques

Plus en détail

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Histoire-Géographie Analyse économique Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Michel Claessens Professeur de Marketing, groupe ESC Nantes Atlantique. Les firmes évoluent dans un environnement

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR 7 ECONOMIE ORIENTATION D' ETUDES : TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE Outils pédagogiques construits selon l approche FORMATION EN COURS DE par les compétences

Plus en détail

MBA L ESSENTIEL DU MANAGEMENT PAR LES MEILLEURS PROFESSEURS. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3014-5

MBA L ESSENTIEL DU MANAGEMENT PAR LES MEILLEURS PROFESSEURS. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3014-5 MBA L ESSENTIEL DU MANAGEMENT PAR LES MEILLEURS PROFESSEURS, 2005 ISBN : 2-7081-3014-5 Table des matières Introduction... 7 En résumé un MBA, qu est-ce?... 7 Quelques éléments critiques sur les programmes

Plus en détail

VENDRE : LES 7 REFLEXES GAGNANTS

VENDRE : LES 7 REFLEXES GAGNANTS LA PROSPECTION TELEPHONIQUE S approprier les nouvelles s et outils pour rendre sa prospection téléphonique plus efficace Renforcer sa compétence de prise de rendez-vous par téléphone Etre capable de maintenir

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

agiles Les services et les processus Retours d expérience basés sur ITIL v3 études, développement & intégration

agiles Les services et les processus Retours d expérience basés sur ITIL v3 études, développement & intégration études, développement & intégration Les services agiles et les processus Retours d expérience basés sur ITIL v3 Thierry Chamfrault Claude Durand Préface de Georges Epinette Table des matières Préface.....................................................................

Plus en détail

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel PRATIQUES EVALUATIVES ENSEIGNANTES ET SOCLE COMMUN DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES : PRATIQUES EFFICACES? PRATIQUES INNOVANTES? Sandra Safourcade, université de Rennes 2, centre de recherche sur l

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE

LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE LA DÉMARCHE STRATÉGIQUE La stratégie est une anticipation lucide, la tactique est une réactivité habile. 1 La Stratégie Est la détermination des buts et objectifs à long terme d'une entreprise et le choix

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010 Français Original: anglais CCM/MSP/2010/WP.3 Première Assemblée des États parties Vientiane (République démocratique populaire lao) 9-12 novembre

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Les PME et l externalisation de la Paie. Livre Blanc 2012-2013

Les PME et l externalisation de la Paie. Livre Blanc 2012-2013 Les PME et l externalisation de la Paie Livre Blanc 2012-2013 Eriaxis-FocusPaie, 2012 Préambule La rémunération est à la fois le levier privilégié des dirigeants pour motiver et fidéliser leurs salariés,

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Introduction Terminale STMG Sciences de gestion Gestion et finance L évolution de STG vers STMG, du programme de Comptabilité et Finance d Entreprise

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

COMPRENDRE LE ROLE STRATEGIQUE DES ACHATS DANS LES PROCESSUS QUALITE

COMPRENDRE LE ROLE STRATEGIQUE DES ACHATS DANS LES PROCESSUS QUALITE COMPRENDRE LE ROLE STRATEGIQUE DES ACHATS DANS LES PROCESSUS QUALITE R&D ACHATS QUALITE 27 septembre 2012 Fabian MATHURIN Consultant en management des achats fmathurin@achat-performance.com 1 EVOLUTION

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT A LA GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) PARTIE 1 : GUIDE GENERAL

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT A LA GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) PARTIE 1 : GUIDE GENERAL GUIDE D ACCOMPAGNEMENT A LA GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) PARTIE 1 : GUIDE GENERAL MODE D EMPLOI DU GUIDE D ACCOMPAGNEMENT A LA GPEC Le présent GUIDE D ACCOMPAGNEMENT A

Plus en détail

GUIDE EN ENTREPRENEURIAT

GUIDE EN ENTREPRENEURIAT PLACE À LA JEUNESSE GUIDE EN ENTREPRENEURIAT Le document présent vous présente un aperçu général de ce qu est l entreprenariat. Certaines autres notions seront nécessaires à la complétion du cas académique

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Ingénierie, design et communication COM-21573

Ingénierie, design et communication COM-21573 Notes de cours Module 1 La gestion de projets d ingénierie Édition Hiver07 FSG 2007 Ingénierie, design et communication Daniel Dupuis Faculté des sciences et de génie Université Laval Faculté des sciences

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mai 2009. La valeur acquise simplifiée : adapter la gestion de la valeur acquise à tous les projets

Livre Blanc Oracle Mai 2009. La valeur acquise simplifiée : adapter la gestion de la valeur acquise à tous les projets Livre Blanc Oracle Mai 2009 La valeur acquise simplifiée : adapter la gestion de la valeur acquise à tous les projets Préambule...1 Introduction...1 La valeur acquise...2 Étape 1 : Définir l étendue du

Plus en détail

CENTRE SECTORIEL DE FORMATION AUX METIERS DU TERTIAIRE Hammam-Lif

CENTRE SECTORIEL DE FORMATION AUX METIERS DU TERTIAIRE Hammam-Lif REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI AGENCE TUNISIENNE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CENTRE SECTORIEL DE FORMATION AUX METIERS DU TERTIAIRE Hammam-Lif Livret

Plus en détail

CDC 14 Pack vendre +

CDC 14 Pack vendre + CDC 14 Pack vendre + COMPOSITION DU PACK : Durée : 100 heures, soit 91 heures en collectif et 9 heures en accompagnement individuel. TC 14/1 - Faire connaître son entreprise : 14 heures Objectifs : choisir

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B É t u d e WHY CONSULTING Performance Commerciale en B2B La performance commerciale d une entreprise est un sujet complexe qui emprunte des chemins différents selon les organisations et les marchés, car

Plus en détail

Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron

Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron Document1 - Un SI est composé de 2 sous-systèmes : Document2 Les ERP Un point sur l ERP Gaëlle Maindron Définir l Entreprise Resources Planning mieux connu sous le nom d ERP Cette solution informatique

Plus en détail

1 Introduction à la stratégie 1

1 Introduction à la stratégie 1 Table des matières Liste des illustrations Liste des controverses académiques Liste des schémas et tableaux Crédits photographiques Stratégique : mode d emploi Préface Les auteurs XVII XIX XX XXIII XXIV

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

MATURITÉ MARKETING Comment interpréter vos résultats

MATURITÉ MARKETING Comment interpréter vos résultats MATURITÉ MARKETING Comment interpréter vos résultats Introduction L année dernière, votre entreprise a répondu à un sondage portant sur la «Maturité marketing» et les résultats, contenus dans le courriel

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Lignes directives de la JICA pour l évaluation des projets ~ Méthode pratique d évaluation des projets ~

Lignes directives de la JICA pour l évaluation des projets ~ Méthode pratique d évaluation des projets ~ Lignes directives de la JICA pour l évaluation des projets ~ Méthode pratique d évaluation des projets ~ Septembre 2004 Bureau des évaluations, Département de la planification et de la coordination Agence

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 48 L évaluation du projet d alternance travail-études 1 permet de mesurer le degré d atteinte des résultats attendus et de cibler des actions en vue d

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

Management par objectifs (MPO): définition, programme MPO, définition des objectifs des collaborateurs

Management par objectifs (MPO): définition, programme MPO, définition des objectifs des collaborateurs MERCREDI 20 OCOTBRE 2010 MNG 100/ CHAPITRE 4 1 ère ère année francophone LA PLANIFICATION STRATEGIQUE Mme. Zineb El Hammoumi SOMMAIRE Définition Avantages et inconvénients Types de plans Phases de planification

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Caractéristiques. Conditions de mise en œuvre. Avantages. - Doivent faire l objet d une réflexion stratégique pluriannuelle et concertée ;

Caractéristiques. Conditions de mise en œuvre. Avantages. - Doivent faire l objet d une réflexion stratégique pluriannuelle et concertée ; DEFINIR LES OBJECTIFS STRATEGIQUES ET OPERATIONNELS La stratégie retenue par la collectivité doit être présentée de manière synthétique en structurant autour de quelques orientations les objectifs qui

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur gestion active DOC-2008-14

Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur gestion active DOC-2008-14 Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur Textes de référence : articles L. 214-20, L. 214-24-55, R. 214-19 II et R. 214-32-28 II du code monétaire et financier 1. Principes caractéristiques

Plus en détail

LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION

LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION Un texte d accompagnement au séminaire de la FORRES 2006 Guy Pelletier, Professeur Université de Sherbrooke Il n y a pas d ascension dans l exercice

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

ATELIERS THEMATIQUES COMMERCES UNIONS COMMERCIALES ATELIER CONDUITE DE REUNION DECIDER - CONVAINCRE MOBILISER

ATELIERS THEMATIQUES COMMERCES UNIONS COMMERCIALES ATELIER CONDUITE DE REUNION DECIDER - CONVAINCRE MOBILISER ATELIERS THEMATIQUES COMMERCES UNIONS COMMERCIALES ATELIER CONDUITE DE REUNION DECIDER - CONVAINCRE MOBILISER Siège social 82, bis av. des Mimosas - 64700 HENDAYE Tél. 05 59 85 28 59 - Fax : 05 59 201

Plus en détail

Management Development International Institute

Management Development International Institute Comprendre l'environnement et élaborer la stratégie Connaître et utiliser les principaux outils et méthodes d'analyse stratégique et de prospective, Comprendre et évaluer le contexte culturel, économique

Plus en détail

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE.

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE. POUR FAVORISER LA RÉUSSITE DE VOTRE PROJET ASSOCIATIF, IL EST INDISPENSABLE D ÉLABORER UNE STRATÉGIE. L URIOPSS DES PAYS DE LA LOIRE VOUS PROPOSE UN GUIDE D ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE ASSOCIATIVE QUI

Plus en détail

STRUCTURES ET ORGANISATION DE L ENTREPRISE. 23 mars 2006 Eric GODELIER HSS2

STRUCTURES ET ORGANISATION DE L ENTREPRISE. 23 mars 2006 Eric GODELIER HSS2 STRUCTURES ET ORGANISATION DE L ENTREPRISE 23 mars 2006 Eric GODELIER HSS2 INTRODUCTION «L organisation» et la «structure» : des notions mobilisées par de nombreuses sciences (Sciences de la vie et de

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Matrice produit/marché d Ansoff

Matrice produit/marché d Ansoff 1 Matrice produit/marché d Ansoff Le modèle en bref La matrice d Ansoff propose une manière logique de déterminer l ampleur et l orientation du développement stratégique de l entreprise sur le marché.

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Management des unités commerciales

Brevet de technicien supérieur Management des unités commerciales Brevet de technicien supérieur Management des unités commerciales page 1 SOMMAIRE ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles 5 Référentiel de certification 17 Tableau de passage des fonctions

Plus en détail

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE ÉTAPE 1 Cerner le projet C est le premier temps du projet : il permet d identifier une situation-problème qui questionne et nécessite la mise en œuvre d une réponse. Le projet peut

Plus en détail

Conseil, Formation, Coaching Communication & Performances Commerciales

Conseil, Formation, Coaching Communication & Performances Commerciales MOBILISATEUR DE RESSOURCES & DE COMPETENCES Communication Conseil, Formation, Coaching Communication & Performances Commerciales COMMUNICATION PERFORMANCES COMMERCIALES FORMATION COACHING LA DEMARCHE:

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

INDUSTRIE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise ORIENTATION D'ETUDES :

INDUSTRIE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise ORIENTATION D'ETUDES : 1 Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX)

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Un meilleur gouvernement : avec nos partenaires, pour les Canadiens Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Publié par : Politiques de gestion des cadres supérieurs

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

I. Mercatique et stratégie

I. Mercatique et stratégie 02. LE DIAGNOSTIC 1 I. Mercatique et stratégie A. Stratégie générale Selon Chandler, «la stratégie consiste à déterminer les objectifs et les buts fondamentaux à long terme d une organisation, puis à choisir

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

L audit de communication interne

L audit de communication interne A faire suivre à : retour à : L audit de Problématique La décision de lancer un audit répond à une volonté politique. Celle-ci s inscrit souvent dans le cadre d une conjoncture spécifique : restructuration

Plus en détail

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Sébastien Pasquet, Responsable de missions Le CRM (Customer Relationship Management) s est développé depuis 10 ans essentiellement par l intégration

Plus en détail

Stress et Management Droits et devoirs du manager. Inter- Entreprises

Stress et Management Droits et devoirs du manager. Inter- Entreprises Management motivationnel Stress et Management Droits et devoirs du manager CATALOGUE Formations Inter- Entreprises Cabinet de Conseil et de Formation en Motivation et Développement de la Performance CRECI

Plus en détail