Sommaire. 1 Épreuve 1 (SE 11) 2 Épreuve 2. 3 Épreuve 3. 4 Thèmes transversaux d actualité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. 1 Épreuve 1 (SE 11) 2 Épreuve 2. 3 Épreuve 3. 4 Thèmes transversaux d actualité"

Transcription

1 Sommaire 1 Épreuve 1 (SE 11) Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7 Chapitre 8 Chapitre 9 L implantation des produits L état marchand des produits La gestion des produits La gestion des stocks Les écarts d inventaire L attractivité d une unité commerciale La comparaison des objectifs aux réalisations Le développement de la satisfaction et de la fidélisation de la clientèle La mesure de la fidélisation et de la satisfaction de la clientèle c 2 Épreuve 2 Chapitre 14 Chapitre 15 Chapitre 16 Le marchandisage de séduction Les achats d impulsion La préparation de l action promotionnelle L information de la clientèle sur une action promotionnelle La mise en œuvre d une action promotionnelle Les performances commerciales des promotions et animations L offre commerciale Chapitre 10 Chapitre 11 Chapitre 12 Chapitre 13 3 Épreuve 3 Chapitre 17 Chapitre 18 Chapitre 19 Chapitre 20 L identification de la clientèle L analyse transactionnelle et la programmation neurolinguistique dans la prise en charge du client Les facteurs d ambiance L hygiène et la sécurité Thèmes transversaux d actualité Chapitre 21 Chapitre 22 Le développement durable Le commerce équitable

2 q LES ACHATS D IMPULSION ans le cadre de votre période de formation en entreprise, vous travaillez au rayon Hygiènebeauté de l hypermarché Carrefour à Épernay dans la Marne. Monsieur Emmanuel LEDUC, manager du rayon, est votre tuteur. D Le secteur Soins du corps se relâche, le marché se tasse. Monsieur LEDUC souhaite donc vous mettre à contribution pour développer les ventes de ce secteur, notamment en favorisant les achats d impulsion. A 13, quai de la Marne ÉPERNAY IDENTIFIER LES PRODUITS À VALORISER c à consulter DOCUMENTS b et C À quelques mois de l été, Monsieur LEDUC vous demande de réfléchir aux produits à mettre en avant et aux techniques à utiliser pour augmenter les ventes en déclenchant des achats d impulsion. Après avoir identifié les produits Soins du corps à mettre en avant, intéressez-vous au segment des produits solaires en analysant tout particulièrement ce marché. Tirez les conclusions nécessaires au choix des produits à privilégier. DYNAMISER LE RAYON à consulter DOCUMENTS D à G Vous souhaitez valoriser votre rayon d une façon plus originale ; à cette fin, vous étudiez divers documents recueillis dans la presse professionnelle. Donnez les raisons pour lesquelles les animations semblent un point intéressant à développer en précisant les différentes retombées attendues par le point de vente ; puis précisez les conditions de réussite d une telle opération. Après avoir rappelé la méthode appliquée par L Oréal, donnez des exemples d applications pour votre rayon Produits solaires. Indiquez les emplacements possibles pour mettre en œuvre votre animation et établissez la liste des différents supports d animation envisageables en matière de PLV/ILV pour votre rayon Produits solaires. C ANALYSER DE NOUVEAUX CONCEPTS : «MARKETING SENSORIEL» ET «PLV NUMÉRIQUE» à consulter DOCUMENTS H et I Votre tuteur s interroge sur l opportunité de développer d autres techniques pour favoriser les achats d impulsion ; il est particulièrement intéressé par les dernières tendances du marketing sensoriel, de la PLV numérique Il vous demande de travailler sur ce thème. Après avoir rappelé le principe du marketing sensoriel et précisé la façon dont celui-ci agit sur le client, précisez les objectifs attendus par les enseignes dans l utilisation de ces techniques en indiquant les limites d un tel système. Proposez à votre tuteur une identité olfactive et une identité sonore pour votre rayon Produits solaires. Complétez vos propositions en donnant des applications possibles dans l univers Hygiène-beauté pour la PLV numérique, tout en précisant les objectifs attendus par l enseigne. 89 B

3 DOCUMENT B SOINS DU CORPS «Si nous ne sommes pas les seuls à lancer ce produit, nous nous estimons parfaitement légitimes pour le faire en tant que leader de la protection solaire», souligne pour sa part Jean-Luc Foucher- Créteau, directeur général de Garnier. Ces hydratants «bonne mine» ont d ores et déjà le mérite d animer un peu plus la famille de l hydratation corporelle, qui reste le segment principal du marché et le seul à véritablement progresser. Près de 60 % des volumes de soins vendus sont des hydratants. L HYDRATATION A BONNE MINE Les amincissants en forme Même si le marché donne des signes de vague à l âme, les femmes sont toujours chaque année plus nombreuses à acheter des soins qui chouchoutent leur corps. ACNielsen a ainsi recensé près de 7,2 millions d acheteuses l an dernier, soit 5,78 % de plus qu en 2004 (cumul annuel mobile à septembre 2005). Ce sont toujours les ans qui forment la tranche de population la plus concernée (30,6 %), bien qu en légère baisse de 0,5 %. La croissance des achats est à mettre au crédit des moins de 35 ans (25,1 %, + 1,7 %) et des ans (25,3 %, + 1,6 %). Plus précisément, on constate que les femmes ont augmenté de 9,28 % leurs achats d amincissants et de 6 % ceux de soins hydratants. C est l hydratation de la peau qui draine le plus grand nombre d acheteuses (5 millions) et ce de manière équilibrée entre les tranches d âges : 25,4 % pour les moins de 35 ans, 29,4 % pour les ans, 24,3 % pour les ans, 20,9 % pour les plus de 65 ans. Mais la progression est le fait des femmes de moins de 35 ans (+ 4 %) et de ans (+ 1,2 %). Par ailleurs, 1,6 million de femmes ont cédé aux sirènes de l amincissement en 2005, surtout les ans (35,3 %, + 2,1 %) et les ans (26,7 %, + 1,8 %). C est un peu moins que les 1,7 million qui ont acheté un lait raffermissant, mais la tendance est en légère baisse ( 0,3 %). Quant aux soins exfoliants, ils ne concernent toujours qu une petite fraction de la gent féminine : acheteuses, soit 31,21 % de moins qu en Bien gérer la saisonnalité «Le ralentissement du marché oblige d autant plus les magasins à suivre l évolution des assortiments qu il est essentiellement dû à une remise à niveau des amincissants, une catégorie de produits dont les ventes s échelonnent principalement entre avril et juillet», assure Christophe Calvel, directeur du category management chez Beiersdorf. Pour ces produits saisonniers, et comme il le fait déjà pour les solaires ou certains premiers soins, le groupe propose aux distributeurs un cadencier (boxes, barquettes, présentoirs) dédié aux amincissants. «C est un bon palliatif pour ne pas déstructurer le rayon», estime Christophe Calvel. Un rayon construit selon une logique de soins de la peau et implanté par sous-catégories : corps, crèmes multi-usages, baumes pour les lèvres, soins des mains et des pieds. «Nous conseillons d essayer d implanter les autobronzants dans un rayon solaire permanent et, si ce n est pas possible, dans le soin du corps», précise Christophe Calvel. Pour le groupe, l organisation générale du rayon se fait de haut en bas, les produits plus basiques (crèmes multiusages ) figurant en bas et les soins experts, à forte valeur ajoutée, en haut. Numéro un du marché et chantre de l hydratation, Nivea Body s attaque aux peaux sensibles avec le lait hydratant Sensitive qui, comme le soin du visage du même nom, combat les tiraillements, picotements et rougeurs de la peau. Il fera d ailleurs l objet d opérations menées en synergie avec Nivea Visage Sensitive. Dove, elle, s en tiendra aux peaux normales, avec un lait hydratant fraîcheur en phase avec la saison estivale. Points de vente,n 976, 3 avril

4 LES ACHATS D IMPULSION q DOCUMENT C LE MARCHÉ DES PRODUITS SOLAIRES Les protecteurs anti-uv en hausse Il y va un peu en matière de protection solaire comme en hygiène bucco-dentaire : dans les deux cas, il existe un net décalage entre les déclarations des Français et leur comportement réel. Partant d une étude qui estimait que 37 % de la population n utilisent toujours pas de produit solaire à chaque exposition, Nivea Sun a voulu en savoir plus en allant sur le terrain. «Nous irons sur 300 plages, en juillet et août, observer les vacanciers à partir d un protocole conçu par le professeur Jean-François Doré de l Inserm, explique Jochen Mielk, chef de produit. Cette opération sera menée avec La sécurité solaire, avec laquelle nous avons renouvelé notre partenariat.» Cette enquête s insère dans une campagne de communication globale baptisée «Vivre un soleil intelligent». Elle illustre le renforcement de l engagement des marques de produits solaires qui se manifeste dans l ensemble des circuits, de la pharmacie avec Vichy jusqu à l institut avec Esthederm. Le discours destiné à convaincre les Français de se protéger des méfaits du soleil se matérialise par des lancements de produits aux formules renforcées pour faire barrière aux UV. La plupart répondent aux nouvelles normes de l accord européen Colipa qui limite la haute protection à un facteur de protection solaire (FPS ou SPF pour Sun protection factor) de 50+ et non plus 60 comme avant. Les deux premières marques du marché, Garnier Ambre Solaire (37,7 % en valeur en 2005) et Nivea Sun (30,6 %), insistent sur cette haute protection, la première avec un lait et une crème FPS 50+ UV Sensitive destinées aux peaux intolérantes au soleil, la seconde avec un spray FPS 50+ tous types de peau. Très haute protection Ces deux marques élargissent aussi leur gamme enfant. Celle de Garnier compte une 3 e référence avec le spray FPS 40, tandis que le nouveau spray color FPS 50+ de Nivea Sun porte l offre à 7 produits pour le bébé et l enfant, soit la plus large du marché. Chaque produit enfant de la marque est vendu avec un tatouage dont le motif change de couleur selon l exposition de la peau au soleil. Fidèle à son positionnement de spécialiste de l antivieillissement, L Oréal Paris Solar Expertise innove en direction de l adulte. La 3 e marque du marché (16,9 %) affiche sa protection anti-uva par un LA PROTECTION EN TÊTE DES VENTES Belle saison 2005 pour le marché dont les ventes ont progressé de 8,2 % en volume et 6,2 % en valeur. Les ventes de produits protecteurs ont augmenté de 6,2 % en volume et 8,4 % en valeur, grâce aux indices moyens et hauts. Les soins à appliquer après l exposition doivent encore convaincre (+ 2,3 % des ventes en volume). Protection solaire Autobronzants Après-soleils 10 Produits solaires Part de marché volume (en %) ,4 69,1 17, ,6 11, , Total (en milliers d unités) Part de marché valeur (en %) ,2 15,8 10,1 14, , ,4 Total (en k ) 75,6 Source : IRI, cumul annuel mobile à janvier 2006 nouveau système de repère (+++), indiqué sur les packs. Elle revient aussi avec un lait brumisateur SPF 30 et une crème visage anti-ride et tache solaire SPF 30. Ce renforcement de la haute protection fait encore monter d un cran la concurrence qui oppose les GMS aux pharmacies et parapharmacies. De Vichy à Roc en passant par Avène, les marques de l officine font une fois encore solidement front. Cette concurrence a commencé dans les autobronzants. En GMS, on assiste à l installation des lin- 91

5 gettes qui dopent la part de marché volume du segment (+ 20,5 %), mais entraînent une baisse en valeur ( 6 %) due au faible prix unitaire. Nivea Sun s y met avec Good bye l hiver, une référence visage et corps proposée dans un pack promotionnel (5 lingettes + 1 gratuite). Surfant sur la vague de la praticité d application, Sublim Bronze de L Oréal Paris lance un gant autobronzant et Garnier Ambre Solaire, initiateur du segment, l institut bronzeur, un kit composé d un gommage préparateur et d un soin autobronzant, «destiné aux femmes expertes qui prennent déjà soin de leur bronzage en institut», précise Pénélope Giraud, chef de groupe. Points de vente,n 977, 17 avril DOCUMENT C SUITE DOCUMENT D DES ANIMATIONS TERRAIN PROCHES DU CLIENT Alors que «proximité» redevient le maître mot des hypers et supermarchés en mal de compétitivité, les animations en magasin pourraient trouver un nouveau souffle, car les clients sont en attente de conseils personnalisés. La crise est passée par là et chacun de dénicher l achat malin ou le cadeau tout droit sorti d un magasin de hard discount. Les Français réclament de la proximité, ils veulent du contact et des bonnes affaires. En ce sens, les animations en magasins correspondent bien à leurs aspirations. Le tout étant de trouver «la» bonne idée d opération selon les objectifs de la marque. Bien adaptées, les animations permettraient de réaliser entre 20 et 30 % de chiffre d affaires additionnel. Il faut réhumaniser la relation au client Le rayon de l hygiène-beauté, plus que d autres, nécessite une mise en scène, mais aussi un accompagnement des consommateurs qui hésitent entre une crème et une autre ou ne savent pas comment réussir leur coloration. Spécialisée dans l animation commerciale, la société Circular réalise chaque année quelque journées d opérations beauté en partenariat avec de grands noms comme Nivea, Johnson & Johnson, L Oréal ou Carrefour. «On attend de ce rayon plus DOCUMENT E LES ACHATS D IMPULSION Les commentaires de L Oréal Paris Étape 1 : capter l attention Une valorisation haut de gamme via les codes couleurs du sélectif et du luxe, un design tendance et 92 de visibilité, du plaisir et du rêve mais aussi des conseils d experts, de l information sur les produits.» En avril dernier, Carrefour a ainsi ouvert tous ses magasins à une opération Relookage. En prenant rendez-vous, les clientes pouvaient être maquillées et coiffées gratuitement. Opération multimarque, elle a permis à environ femmes de changer de tête chez Carrefour, un peu comme si elles allaient dans un salon de coiffure ou un institut de beauté. Assez différente, une animation «Pantène» a donné l occasion aux clients d obtenir un diagnostique capillaire assorti d une recommandation personnalisée. «Ces interventions événementielles se traduisent systématiquement par l achat d au moins deux produits par personne diagnostiquée», affirme Delphine Foucaud. Pour l avenir, il reste énormément d animations à inventer pour séduire en direct les consommateurs. Les cibles ne manquent pas, comme les seniors, les hommes ou les adolescents ; pas plus que les thèmes : comment se coiffer soi-même avec sprays et gels, se maquiller pour le soir ou se brosser correctement les dents. LSA,n 1 936, 19 janvier des visuels d égéries glamour surprennent la consommatrice. Le cœur du meuble, doté d un écran télé qui propose des astuces maquillage, est un véritable aspirateur du regard.

6 LES ACHATS D IMPULSION q Étape 2 : faire rêver Les conseils de maquillage de James Kaliardos, maquilleur créateur professionnel de L Oréal Paris, appliqués aux égéries glamour, permettent d oser de nouvelles tendances. Étape 3 : transformer le rêve en acte d achat Des idées plein la tête, la consommatrice personnalise ses envies selon les couleurs ou son type de peau avec l atelier maquillage. Cet atelier propose un large éventail de factices, de touches teintes et de DOCUMENT E SUITE conseils par segment, à partir de gestes nouveaux et ludiques. Étape 4 : repérer les produits Grâce à une segmentation verticale reprise par des codes couleurs, la consommatrice identifie rapidement le segment qu elle recherche. L étiquetage prix unique clarifie la vision de l offre et permet en un coup d œil de comparer les prix. L espace nouveauté, au centre du meuble, théâtralise pour favoriser l impulsion. Points de vente,n 962, 5 septembre DOCUMENT F ANIMATION : SORTEZ DE L ORDINAIRE DOCUMENT G FAIRE VIVRE SA PUBLICITÉ DANS LES MAGASINS Lever Fabergé organise des combats de kung-fu Pour soutenir le lancement de son nouveau déodorant Axe Unlimited, Lever Fabergé s est lancé dans une série d animations événementielles au cours du mois d avril 2005 dans des hypermarchés Carrefour, Leclerc et Auchan. L objectif : faire découvrir et vendre les produits à une cible masculine et jeune. L agence Ubiquité, chargée de l opération, a choisi de recréer l univers des arts martiaux avec une théâtralisation du produit dans les points de vente. Cette mise en scène a été réalisée au sein de rayons aux couleurs du produit (mobiles au plafond, ballons gonflables, dalles personnalisées au sol). Des professionnels des fédérations d arts martiaux ont réalisé des démonstrations de kung-fu et de karaté en journée continue dans une centaine de points de vente. Des hôtesses distribuaient en même temps des bons de réduction sur l ensemble de la gamme Axe (déodorants et gels douches), ainsi que des jeux à gratter pour gagner des séances de découvertes des arts martiaux, des DVD, de petits tatouages effaçables et autres dotations. Sur place, les clients pouvaient profiter de mini-initiations à l issue des combats. «Nos hôtesses animaient également une borne de parfums où les clients pouvaient sentir les huit fragrances Axe, raconte Laura Zuili, en charge de l opération chez Ubiquité. Toutes ces animations conjuguées ont engendré des retombées bien supérieures à une animation classique.» «L objectif premier d une animation dans un point de vente est de rendre la marque et le produit plus proches des consommateurs», souligne Danièle Rapoport. Ces derniers ont, en effet, besoin de s approprier les innovations des industriels. Ils ne se contentent pas seulement d un simple discours marketing de la marque, mais expriment le besoin de toucher de près la réalité du produit. D où l intérêt des animations en point de vente. «Le client se sent alors considéré en tant qu individu et pas simplement comme consommateur, poursuit l expert. D autant plus que les grandes surfaces sont le plus souvent fréquentées par obligation. L animation permet de renverser la tendance et de créer de l envie et du plaisir.» Tout lieu de vente doit aspirer à être un véritable lieu de vie. Il le devient grâce à l animation. Action Commerciale n 254, 1 juillet Car les consommateurs ont changé. Ils comparent et s interrogent. Pour se décider, ils ont besoin d être conseillés et accompagnés. Le succès des opérations de «relooking» coiffure et maquillage mis en place dans le cadre de l opération beauté de Carrefour du 12 au 23 avril en est la preuve. «Encore faut-il s assurer que le discours des personnes qui vont parler aux consommateurs soit en phase avec les exigences et les valeurs de la marque», insiste Delphine Foucaud. D où l importance de bien recruter et former ses hôtesses. Chez Baccardi, les animatrices régulières sont privilégiées, et motivées grâce à des points cadeaux ou des 93

7 primes. Les conseillères bien formées seront aussi plus susceptibles de générer des ventes additionnelles en travaillant la mixité des achats. Les animations conseils représentent enfin un excellent média pour faire connaître les innovations aux clients. «Dans le maquillage, 40 % du chiffre d affaires est réalisé sur des produits qui ont moins de deux ans d existence. La présentation des innovations au public constitue donc le deuxième objectif prioritaire de nos animations juste derrière la dynamisation des achats», explique Christophe Calvel, directeur category management de Beiersdorf. Un objectif partagé par Axe, qui a choisi de faire connaître son nouveau parfum Axe Unlimited et les huit fragrances de la marque à travers des bornes olfactives dans le cadre de son animation Axe Dojos proposée dans 300 points de vente en mars. S assurer d une bonne communication au préalable est un autre gage de réussite. «La politique de l enseigne en matière de prospectus sera importante pour maximiser l impact», estime Christophe Calvel. Mais pas seulement. La marque Axe a, elle, choisi de faire vivre sa nouvelle publicité dans les points de vente. «Tout le mois de février, des démonstrations de kung fu ou de karaté sur les plus gros magasins ont repris le combat homme-femme de la publicité inspirée de Tigre et Dragon», explique Alexis Waganay, responsable des marques Axe et Brut de Fabergé. Des synergies que l on retrouve chez Lavazza avec la gueule du tigre de la campagne d affichage et la campagne presse reprise sur la PLV. Pour s assurer du bon déroulé des opérations, rien de mieux que des visites mystère. Pour les animations Beautiful Days en 2003 et en 2004 de Dim, 50 % des points de ventes ont été contrôlés. Avec des résultats encourageants. L opération s est soldée par un chiffre d affaires additionnel de 29 % par rapport à une opération classique. Même satisfaction pour la marque Nivea. Les podiums de la marque ont permis de gagner 1,9 point de part de marché et généré une hausse de 29 % sur la catégorie. Quant à Axe, elle revendique une part de marché historique de 9,9 % à la suite de ces opérations. Avant Bien sélectionner les objectifs prioritaires. Choisir la meilleure saison en fonction des spécificités du marché. Choisir les points de vente en fonction des retours terrain et des bases de données. Opter pour un événement qui se démarque véritablement et qui apporte une valeur ajoutée au point de vente (chiffre d affaires développé ou trafic supplémentaire). Proposer des offres réellement attractives, notamment en termes de prix, pour susciter l intérêt des consommateurs. Pendant Vérifier la bonne mise en place de la PLV : elle doit être simple à installer et ne doit pas gêner les autres rayons. DOCUMENT H DOCUMENT g SUITE MARKETING SENSORIEL Une note de personnalisation Les enseignes estiment toujours que le prix n est pas le seul facteur différenciant. L acte d achat peut aussi être soutenu par des procédés qui s adressent à Travailler la dimension émotionnelle en intégrant du ludique, des cadeaux, des nouveautés, des échantillons. Proposer une valeur ajoutée éducative aux consommateurs grâce à des conseils et de l information. S assurer d un bon relais en prospectus et dans les médias pour accroître la visibilité de l opération. Privilégier les animatrices fidélisées et formées au produit. Après Vérifier la qualité d exécution de l animation, grâce à des visites mystère. Mesurer l impact de l animation sur la part de marché et sur la catégorie. Renouveler le concept d année en année. LSA,n 1 910, 9 juin l un de nos cinq sens, notamment grâce à des diffuseurs de fragrances et des systèmes de sonorisation. 94

8 LES ACHATS D IMPULSION q «Nous savons que les marques et les enseignes gagnantes travaillent également sur l émotionnel via tout ou partie de nos sens, confie Kalya Ousmane, client service director à l institut d études Millward Brown. Nous savons qu ils contribuent à la fidélité aux marques et aux enseignes.» Elles ont recours au marketing olfactif essentiellement pour soutenir des opérations de théâtralisation, plus rarement pour créer une identité olfactive ou une ambiance olfactive permanente dans des rayons. Pour preuve : Prolitec a tenté de travailler à de multiples reprises avec Carrefour au niveau de ses rayons pet food, parapharmacie et cave à vins, mais ses projets sont encore dans les tiroirs L olfactif dope l achat d impulsion Seuls les secteurs du luxe, de la parfumerie et du textile s appuient véritablement sur un marketing olfactif permanent. «Dans les enseignes alimentaires, nous travaillons surtout à la neutralisation des odeurs», reconnaît Aurélie Duclos, responsable du pôle marketing sensoriel chez Mood Media, spécialiste des solutions marketing et technologiques dédiées aux magasins. Des fragrances qui n ont rien à voir avec celles que l on peut trouver dans les opérations de théâtralisation. Dans ces dernières, les odeurs évoquent des produits exposés ou commercialisés lors d animations ou de fêtes calendaires. Midis est ainsi intervenu dans un hypermarché pour soutenir les ventes de chocolats à l occasion des fêtes pascales. «Nous avons diffusé une odeur de chocolat dans l allée centrale où se trouvaient les produits théâtralisés, précise Vincent Pujo, directeur marketing de ce fournisseur de contenus audio, vidéo et olfactifs. Notre solution a permis d augmenter les ventes de 15 à 20 %. Même si l objectif reste la fidélisation client.» Les enseignes alimentaires ne sont pas les seules intéressées. Ainsi, Conforama a récemment réalisé un test dans son magasin de Balma (31) et Leroy Merlin a régulièrement recours au marketing olfactif pour promouvoir une partie de son référencement. «Nous avons constaté dans le magasin d électroménager que la perception d une senteur incitait le client à revenir et que l animation olfactive d un rayon dopait l achat d impulsion, nous avons mesuré des différentiels d impact pouvant aller de 6 à 20 points selon que les clients avaient été ou non exposés aux senteurs. Avec Leroy Merlin, nous avons travaillé sur une fragrance destinée à mettre en avant son rayon ébénisterie.» Pour ce faire, Air Berger s est appuyée sur des diffuseurs autonomes. Les compresseurs des systèmes de climatisation sont en effet difficilement maîtrisables lorsqu il s agit de diffuser des fragrances sur de grandes surfaces. Mercialys en a fait l expérience dans une quinzaine de ses centres commerciaux. «Nous avons réalisé un test et constaté qu il était difficile de maîtriser ce type de solution sur de grandes superficies, confie Nathalie Raillard, responsable de la communication de la foncière du groupe Casino. Nous avons remarqué qu il est très difficile de trouver le bon dosage, certaines fragrances s étant parfois déplacées dans les hypermarchés et ayant été ressenties comme une agression par certains clients.» 72 % Il s agit de la part de nos émotions provoquées par ce que nous sentons, les marques investissant quasiment toutes dans ce que nous voyons et entendons. À noter que les sens des enfants sont beaucoup plus développés (200 %) que ceux de leurs parents. 40 % C est le taux d amélioration de notre humeur quand on est exposé à une odeur positive, le sens de l odorat nous affectant émotionnellement plus que n importe quel autre sens à 75 %. Étude Brand Sense de l institut d études Millward Brown. Personnalisation sonore Elle permet non seulement de diffuser un programme correspondant au profil de la clientèle, mais aussi d éviter les désagréments liés aux connexions sur de simples stations radios (diffusion d un message publicitaire d un concurrent, par exemple). [ ] «La personnalisation permet d affirmer le positionnement de marque et de communiquer au niveau national, régional ou individuellement sur chaque site», souligne Vincent Pujo. Mais les enseignes tendent aussi à entrecouper régulièrement leurs programmes de messages promotionnels ou institutionnels commandés par leurs réseaux. Les enseignes spécialisées sont plus en avance Les distributeurs qui sont le plus en avance en matière de marketing sonore restent les enseignes spécialisées, ces dernières misant aussi beaucoup plus sur la personnalisation sonore et le zoning musical. Yves Rocher diffuse ainsi un programme dit «pétillant» dans sa zone marchande et un autre dénommé «relaxant» dans sa zone de soins, programmes conçus tous deux par Mood Media. Et les réalisations ou projets en cours impliquant des enseignes spécialisées sont légion chez les Canalmusic, Sixième Son, Musique & Enseigne, Labmusic Expansion et autres DMX Music. [ ] De son côté Truffaut envisage de déployer peu à peu les zones sonores définies pour l un de ses futurs magasins par Labmusic Expansion. «Nous 95

9 avons distingué quatre zones», expose Pascal Rivaton, gérant de la société. «Nous avons créé une identité sonore générale, une ambiance nature pour les zones plantes vertes, une aquatique destinée aux rayons aquariums et une ambiance restant à préciser au niveau des zones bureaux et réserves.» Clear Channel France et JCDecaux Airport déploient l affichage olfactif Associer une affiche à une fragrance est possible depuis plus de deux ans chez Clear Channel France. Deux de ses réseaux d affichage sont en effet équipés de diffuseurs fournis par Prolitec. «Ils couvrent les centres commerciaux et les gares et essentiellement implantées dans les zones d attente et les lieux de passage.» Et leur efficacité ne semble plus à démontrer. «Lors d une campagne réalisée pour la lessive Super Croix Fleur Blanche, les ventes dans les centres commerciaux dotés de faces olfactives ont été supérieures d un tiers à celles enregistrées dans ceux dotés de faces traditionnelles», assure la directrice. Pourtant, Clear Channel France ne réalisera que six opérations d affichage olfactif par an, l opérateur souhaitant conserver le caractère événementiel de cette forme de communication. A l instar de l un de ses concurrents, JCDecaux, qui vient de démarrer sa première campagne d affichage olfactif via l une de ses filiales. «Elle repose sur la diffusion du parfum Silver Black d Azzaro dans deux terminaux des aéroports de Paris, précise Sandrine Mettetal, directeur marketing de JCDecaux Airport France. Nous privilégions le surmesure en matière d affichage olfactif.» Point de vente, n 968, 28 novembre DOCUMENT g SUITE DOCUMENT I PLV ILV NUMÉRIQUE Le Leclerc de Romilly-sur-Seine animé par des écrans plats Ouvert début mars, l hypermarché Leclerc (8 000 m2) de Romilly-sur-Seine (Aube) est animé par 16 écrans de tailles et technologies différentes. «Ils nous permettent de réaliser de la communication institutionnelle et d optimiser le temps d attente client», commente Alexandre Merle, directeur de cette infrastructure «dépendant» de la centrale Scapest [ndlr : les écrans sont situés à l entrée du magasin, mais également au rayon parfumerie, dans l espace culturel et l agence de voyages, les technologies utilisées allant des dalles acryliques aux écrans plasmas et LCD]. «Ils diffusent essentiellement des clips et des programmes conçus et produits par notre partenaire spécialiste des médias sensoriels Midis.» Le responsable peut toutefois intervenir sur ce média audiovisuel. Il s apprête ainsi à diffuser dans son espace parfumerie des clips nouveautés produits de différents grands parfumeurs, la gestion de programme pouvant être assurée en temps réel par Midis via une ligne ADSL. «Nous avons aussi mis en avant le catalogue fêtant le 30e anniversaire de notre centrale régionale, poursuit 96 Alexandre Merle. Nous avons par ailleurs préféré acquérir les écrans plutôt que les louer.» La solution lui revient à 700 par mois «Nous la commercialisons en général via un abonnement incluant le logiciel, la base de données et le matériel, conclut Vincent Pujo, directeur marketing de Midis. Nous avons déjà enregistré une demidouzaine de demandes d informations complémentaires émanant d hypermarchés Leclerc.» Point de vente, n 955, 25 avril 2005.

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité!

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! La franchise DIA, deux opportunités Pour parfaire votre parcours d intégration dans le réseau, vous rejoindrez un centre de formation

Plus en détail

Le concept. Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être

Le concept. Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être Le concept Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être 1 Séduction, Evasion et Performance sont réunis dans un cadre haut de gamme pour accueillir aussi bien les femmes

Plus en détail

N 1 d e la parfumerie en franchise PARFUMERIE INSTITUT DE BEAUTÉ PARAPHARMACIE

N 1 d e la parfumerie en franchise PARFUMERIE INSTITUT DE BEAUTÉ PARAPHARMACIE N 1 d e la parfumerie en franchise PARFUMERIE INSTITUT DE BEAUTÉ PARAPHARMACIE Une histoire simple ET vraie Parfumeurs commerçants et passionnés. Philippe Georges, racontez-nous votre Success Story! C

Plus en détail

Comment développer l attractivité d un commerce multiservices?

Comment développer l attractivité d un commerce multiservices? Comment développer l attractivité d un commerce multiservices? L attractivité pour un commerce multiservices : Comment la déterminer? Quel sens lui donner? Quel sens donnez-vous au mot ATTRACTIVITE, dans

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Compétences et savoir-faire Savoirs associés

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Compétences et savoir-faire Savoirs associés ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Compétences et savoir-faire Savoirs associés UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION CAP Employé de vente spécialisé

Plus en détail

Solution médias/hors médias intégrée permettant à la marque d accompagner le consommateur du domicile jusqu à l acte d achat

Solution médias/hors médias intégrée permettant à la marque d accompagner le consommateur du domicile jusqu à l acte d achat Solution médias/hors médias intégrée permettant à la marque d accompagner le consommateur du domicile jusqu à l acte d achat Domicile Point de vente Solution Quadriplay 1. «HYPERAFFICHAGE» Affichage Mobile

Plus en détail

Noël. + de fréquentation. + de communication

Noël. + de fréquentation. + de communication GUIDE DE NOËL GROUPE PROGMAG - ZA de Clairac - 260 rue St-Exupéry - 26760 Beaumont les Valence Téléphone : +33 4 75 780 780 - Fax : +33 4 75 780 781 Email : progmag@progmag.com Site : www.progmag.com Les

Plus en détail

Sia Conseil. Les Drive : situation et perspectives. Avril 2012. Votre contact

Sia Conseil. Les Drive : situation et perspectives. Avril 2012. Votre contact Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-conseil.com Paris Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï Sia Conseil Avril 2012 Votre contact

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010

Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010 Etude de marché «Les produits cosmétiques en Tunisie» Octobre 2010 1 TBC Partners est un nouvel acteur dans le domaine des enquêtes et des études de marché. Notre équipe est composée de chercheurs et de

Plus en détail

COMMUNICATION. Le cinéma partenaire de vos communications. Kinepolis, bien plus qu'un cinéma. .biz. Informations sur www.kinepolis

COMMUNICATION. Le cinéma partenaire de vos communications. Kinepolis, bien plus qu'un cinéma. .biz. Informations sur www.kinepolis COMMUNICATION Le cinéma partenaire de vos communications Informations sur www.kinepolis Kinepolis, la solution pour vos communications Kinepolis, ce sont des cinémas à fort trafic, leaders incontestés

Plus en détail

JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente. JOUR 3 : prospection et fidélisation

JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente. JOUR 3 : prospection et fidélisation 1 MARKETING JOUR 3 AGENDA 2 JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente JOUR 2 : la présentation des produits JOUR 3 : prospection et fidélisation JOUR 3 : prospection et fidélisation

Plus en détail

Agence de communication Evénementielle

Agence de communication Evénementielle Agence de communication Evénementielle L AGENCE Corp est née d un simple constat : nous ne sommes plus uniquement des consommateurs mais aussi des publics. Le brand content a réinventé le discours de la

Plus en détail

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting)

Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think Consulting) الشراكة المؤسسة الا نتاجیة وقطاع التوزیع الواسع( بین التجزي ة) تجارة Partenariat Producteur Grande Distribution Sofiane Messalta Maitre Assistant (Université Sétif 1) Farid Alleg Consultant ( Pro-Think

Plus en détail

Fiche Synthétique. Marketing. Mesure de l utilité des points de contact Secteur «Soins des cheveux»

Fiche Synthétique. Marketing. Mesure de l utilité des points de contact Secteur «Soins des cheveux» Fiche Synthétique Marketing Mesure de l utilité des points de contact Secteur «Soins des cheveux» Mars 2014 1 1. Objectifs Déterminer les meilleures occasions de contact entre les marques du secteur des

Plus en détail

FORMATION EN ENTREPRISE - 1 ère ANNÉE

FORMATION EN ENTREPRISE - 1 ère ANNÉE FORMATION EN ENTREPRISE - 1 ère ANNÉE TRAVAUX PERSONNELS ÉLÈVE ENTREPRISE SERVANT DE BASE D'OBSERVATION CONTENU DES TRAVAUX Organiser l'offre «produits» Approvisionner, réassortir Prévenir et gérer les

Plus en détail

1 PARTENAIRE, 4 SOLUTIONS

1 PARTENAIRE, 4 SOLUTIONS 1 PARTENAIRE, 4 SOLUTIONS MEDIA KIT 2015 1 - Le salon en ligne www.europeansourcing.com 2 - Les rencontres professionnelles Premium Sourcing 3 - Tendance Objet : le référent pour les acheteurs finaux 4

Plus en détail

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com

IUT Info-Com 2 ème année LE MARKETING DIRECT. Sandrine Michel. Formation 2012. sandrine.michel@gmail.com Sandrine Michel 1 LE MARKETING DIRECT Formation 2012 sandrine.michel@gmail.com Objectifs : Comprendre ce qu est le marketing direct Comprendre comment il s inscrit dans le secteur de la communication Connaître

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles Témoignage utilisateur Groupe HG Automobiles www.hgauto.fr Equipé du DMS Sage icar, V12Web, pilote Module financement Kevin Ginisty Directeur Groupe Novembre 2012 En bref Le Groupe HG Automobiles distribue

Plus en détail

B R O C H U RE FORMAT I O N PRÊT-A-PORTER & ACCESSOIRES

B R O C H U RE FORMAT I O N PRÊT-A-PORTER & ACCESSOIRES B R O C H U RE FORMAT I O N PRÊT-A-PORTER & ACCESSOIRES CONTACT Tél. 06 78 91 88 99 Fax. 04 84 50 39 89 contact@stylescence-formation.com W W W. S T Y L E S C E N C E - F O R M A T I O N. C O M - S I R

Plus en détail

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus dans une entreprise

Plus en détail

RETAIL & SERVICES. CONTACT Tél. 06 78 91 88 99 Fax. 04 84 50 39 89 contact@stylescence-formation.com. Révélateur de ressources

RETAIL & SERVICES. CONTACT Tél. 06 78 91 88 99 Fax. 04 84 50 39 89 contact@stylescence-formation.com. Révélateur de ressources B R O C H U RE FORMAT I O N CONTACT Tél. 06 78 91 88 99 Fax. 04 84 50 39 89 contact@stylescence-formation.com W W W. S T Y L E S C E N C E - F O R M A T I O N. C O M - S I R E T 5 3 0 5 4 7 4 4 7 0 0 0

Plus en détail

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr

Une présence nationale pour un impact local & VOUS. www.groupon.fr Une présence nationale pour un impact local 2015 & VOUS Avez-vous déjà entendu parler d une campagne publicitaire qui ne nécéssite aucune dépense ou investissement préalable? Avez-vous déjà entendu parler

Plus en détail

RÉUSSIR VOTRE SALON. 2012 Encourage inc.

RÉUSSIR VOTRE SALON. 2012 Encourage inc. RÉUSSIR VOTRE SALON 2012 Encourage inc. OPTIMISEZ VOTRE PARTICIPATION À UN SALON Réussir votre salon, c est non seulement réserver un emplacement et monter un kiosque mais c est aussi, et surtout, bien

Plus en détail

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente

Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente Le consommateur devient un Promo sapiens : une plus grande conscience des prix lorsqu il y a beaucoup de promotions sur le point de vente La communication en magasin purement tournée vers la promotion

Plus en détail

Optimiser l efficacité promo les options à privilégier. 31 mars 2011 Matthieu JOLLY

Optimiser l efficacité promo les options à privilégier. 31 mars 2011 Matthieu JOLLY Optimiser l efficacité promo les options à privilégier 31 mars 2011 Matthieu JOLLY Un institut indépendant Avec la confiance de 3 enseignes pour analyser leurs données clients 5 ans d expérience Plus de

Plus en détail

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches (CQPI) «Vente

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

ETUDE DE CAS Marketing relationnel pour l Avent avec Fotokasten

ETUDE DE CAS Marketing relationnel pour l Avent avec Fotokasten ETUDE DE CAS Marketing relationnel pour l Avent avec Fotokasten ENTREPRISE fotokasten SITE WEB www.fotokasten.de DOMAINE Commerce de détail / Édition de photos CAMPAGNE Jeu concours de l Avent Client Fotokasten

Plus en détail

BEAUTE & COSMETIQUES

BEAUTE & COSMETIQUES B R O C H U RE FORMAT I O N CONTACT Tél. 06 78 91 88 99 Fax. 04 84 50 39 89 contact@stylescence-formation.com W W W. S T Y L E S C E N C E - F O R M A T I O N. C O M - S I R E T 5 3 0 5 4 7 4 4 7 0 0 0

Plus en détail

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4 BAC PRO Rôle, objectifs et moyens d action d un point de vente 1 FICHE Être capable de Définir et comprendre le rôle et les objectifs d un point de vente. Identifier comment le magasin peut atteindre ses

Plus en détail

Référentiel d activités et de compétences

Référentiel d activités et de compétences Branche professionnelle des commerces et services de l Audiovisuel, de l Electronique et de l Equipement Ménager CQP «Vendeur(se) - conseil en téléphonie et/ou électroménager et/ou multimédia» Référentiel

Plus en détail

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION : LE MARCHE MONDIAL DES PRODUITS DE BEAUTE...11

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION : LE MARCHE MONDIAL DES PRODUITS DE BEAUTE...11 Page 7 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION : LE MARCHE MONDIAL DES PRODUITS DE BEAUTE...11 1.1 UN MARCHÉ EN CROISSANCE FORTE ET REGULIÈRE, TIRÉ PAR LES PAYS ÉMERGENTS. 11 1.2 LES PRINCIPALES TENDANCES DU MARCHÉ...

Plus en détail

PARTENARIATS MARKETING

PARTENARIATS MARKETING LE MEILLEUR CHOIX ENVIRONNEMENTAL EN PRODUITS DE LA MER PARTENARIATS MARKETING Valorisez vos produits labellisés MSC auprès des consommateurs 1 er août 2012 Léo-Paul Ridet Léo-Paul Ridet 1 Guider le consommateur

Plus en détail

La Cote des Montres au cœur du marché horloger

La Cote des Montres au cœur du marché horloger La Cote des Montres au cœur du marché horloger Premier showroom horloger sur Internet, lacotedesmontres.com est devenu le rendez-vous incontournable des hommes et des femmes sensibles aux modes, des amateurs

Plus en détail

Création b-flower Paris Nantes- Sophia Antipolis 01 49 69 47 00

Création b-flower Paris Nantes- Sophia Antipolis 01 49 69 47 00 A partir du moment où vous avez fait le choix de commercialiser vos produits et services via un réseau de distribution la performance de votre entreprise dépend de celle de vos revendeurs. Dans un contexte

Plus en détail

LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE

LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE I. Introduction On estime à plus de 385 milliards d euros le budget publicitaire mondial, dont 11 milliards pour la France, Procter and Gamble, le plus grand annonceur au

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE

LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE Programmes de fidélisation : vous faites les règles Une solution entièrement configurable rend l expérience de fidélisation plus facile

Plus en détail

Il y a l'art et la maniere de se faire remarquer

Il y a l'art et la maniere de se faire remarquer se noyer dans la masse sortir du lot Votre partenaire marketing et communication Il y a l'art et la maniere de se faire remarquer Le monde de la communication a subi d importantes mutations ces dernières

Plus en détail

BIEN ACCUEILLIR LE CLIENT EN MAGASIN

BIEN ACCUEILLIR LE CLIENT EN MAGASIN GD 01 BIEN ACCUEILLIR LE CLIENT EN MAGASIN Durée : 7 heures 990 HT / jour Dates : à définir en 2012 Maîtriser les techniques d accueil Etre capable de mettre en place de nouveaux comportements visant à

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

1 partenaire, 4 solutions

1 partenaire, 4 solutions 1 partenaire, 4 solutions 1 - Le salon en ligne www.europeansourcing.com 2 - Les rencontres professionnelles Premium Sourcing 3 - Tendance Objet : le référent pour les acheteurs finaux 4 - EuropeanTool

Plus en détail

Décision n 15-DCC-01 du 19 Janvier 2015 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Bourjois par la société Coty Inc

Décision n 15-DCC-01 du 19 Janvier 2015 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Bourjois par la société Coty Inc RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-01 du 19 Janvier 2015 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Bourjois par la société Coty Inc L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

EDITO. Dans ce numéro JOURNAL INTERNE

EDITO. Dans ce numéro JOURNAL INTERNE Journal Interne Avril 2015 EDITO Le travail en équipe est une préoccupation majeure car il est la garantie d une performance collective, d une atmosphère positive et à titre individuel d une relation au

Plus en détail

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 PLAN DE COMMUNICATION APRÉS-LIFE Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 Sensibilisation au recyclage des produits usagés SECTION I: APERCU DU PROJET LE PROJET Le projet COLLECT+ est mené par l un des leaders

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes CLEAR CHANNEL MONITOR ou L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes Mieux comprendre le média, réussir vos campagnes! Fort de partenaires référents dans

Plus en détail

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente.

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente. LES PANELS DE DISTRIBUTEURS. Le fonctionnement et l utilisation des données. Définition Un panel est une étude permanente de recueil d informations (achat, vente, lecture, TV, radio etc.) auprès d un échantillon

Plus en détail

DOSSIER D ANIMATION Terminale Bac Pro Commerce

DOSSIER D ANIMATION Terminale Bac Pro Commerce E11 DOSSIER D ANIMATION Terminale Bac Pro Commerce Coefficient 4 Les élèves effectuent une animation en magasin durant leur premier stage de terminale. A leur retour au lycée ils travaillent sur leur dossier

Plus en détail

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE 800 HT/jour Prendre conscience de l'importance et des enjeux d'un accueil physique et téléphonique de qualité Maîtriser les techniques de communication pour optimiser

Plus en détail

STRATEGIE MARKETING A COUT «0» «Small is beautifull!»

STRATEGIE MARKETING A COUT «0» «Small is beautifull!» STRATEGIE MARKETING A COUT «0» «Small is beautifull!» Sommaire 2 Introduction Concepts: Valoriser la relation client Valoriser votre entreprise Valoriser le produit Connaître vos clients Pourquoi? Comment?

Plus en détail

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS Communiquer en entreprise Votre guide SMS Pourquoi le SMS est-il si efficace? Quelque soit l activité de votre entreprise il est important que vous puissiez communiquer efficacement avec vos clients, fournisseurs

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

20 ans d expertise dans le domaine de la Direction du Développement Marketing & Commercial d entreprises en France et à l étranger

20 ans d expertise dans le domaine de la Direction du Développement Marketing & Commercial d entreprises en France et à l étranger 1 Michel Amossé 20 ans d expertise dans le domaine de la Direction du Développement Marketing & Commercial d entreprises en France et à l étranger Directeur Commercial & Marketing, de sociétés implantées

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI. Manager son merchandising

PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI. Manager son merchandising PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI Manager son merchandising Manager son merchandising > Sommaire Rappel des objectifs du merchandising Satisfaire les clients Contribuer à la rentabilité Comment atteindre

Plus en détail

SOMMAIRE. 3 L Alternative. 4 Notre Expertise. 5 Notre Mission. 6 Notre Processus. 7 Notre Univers.

SOMMAIRE. 3 L Alternative. 4 Notre Expertise. 5 Notre Mission. 6 Notre Processus. 7 Notre Univers. SOMMAIRE. 3 L Alternative. 4 Notre Expertise. 5 Notre Mission. 6 Notre Processus. 7 Notre Univers. L Alternative. Véritable «OVNI» créée en 2011, Street Jam est une agence de marketing alternatif dont

Plus en détail

Comparateur de prix et Guide de voyages

Comparateur de prix et Guide de voyages Comparateur de prix et Guide de voyages Dossier de Presse Septembre 2009 CONTACT PRESSE Agence Valeur D image Solenn PETITJEAN 04.76.70.93.54-06.24.75.20.82 s.petitjean@valeurdimage.com 3 Historique de

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

FORMATION CONTINUE 2015-2016. Accélérateur de compétences commerciales

FORMATION CONTINUE 2015-2016. Accélérateur de compétences commerciales FORMATION CONTINUE 2015-2016 Accélérateur de compétences commerciales LA VENTE AU COEUR DE NOS FORMATIONS Sup de V, l école supérieure de vente de la CCI Paris Ile-de-France, est une école d excellence

Plus en détail

Vente. Formations 2009. www.ifpa-formation.com. Développement personnel. Ressources humaines. Management. Bureautique. Santé social.

Vente. Formations 2009. www.ifpa-formation.com. Développement personnel. Ressources humaines. Management. Bureautique. Santé social. Développement personnel Ressources humaines Management Bureautique Formations 2009 Vente Santé social Hygiène Linguistique professionnelle Langues vivantes étrangères Tél. : 03 85 42 44 98 www.ifpa-formation.com

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en conception de dispositif e-commerce gestion de l animation commerciale.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en conception de dispositif e-commerce gestion de l animation commerciale. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Comment soutenir la créativité des éditeurs? Quelles solutions sont mises en œuvre pour maximiser les chances de succès?

Comment soutenir la créativité des éditeurs? Quelles solutions sont mises en œuvre pour maximiser les chances de succès? Intervenants Marjorie BONCOUR, Responsable Clientèle Eric TSUROUPA, Directeur Marketing et du Développement des Services Comment soutenir la créativité des éditeurs? Quelles solutions sont mises en œuvre

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E1 ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE SOUS-ÉPREUVE E11

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E1 ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE SOUS-ÉPREUVE E11 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E1 ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE SOUS-ÉPREUVE E11 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE Le corrigé comporte 17 pages CORRIGÉ

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES achat animation fidèlisation shopping CENTRES COMMERCIAUX & DE MARQUES VILLAGES trafic Partenaire des Centres Commerciaux La promesse d un centre de vie Aujourd hui, les centres commerciaux évoluent dans

Plus en détail

Dossier de presse juin 2012

Dossier de presse juin 2012 Dossier de presse juin 2012 VISUALCOM - SARL RIDET. 1 041 839.001 8 RUE DU DR JEAN RICHARD 98800 NOUMEA CEDEX. Tel. +687 27 22 84 WWW.VISUALCOM.NC Sommaire 1 VisualCom 1.1 Les créateurs 1.2 Nos métiers

Plus en détail

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION»

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» SESSION 2002 EPREUVE PORTANT SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PEDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion commerciale Durée

Plus en détail

Oser se différencier et innover!

Oser se différencier et innover! Conquérir une nouvelle clientèle via le web! Oser se différencier et innover! Jeudi 21 juin 17h30 18h30 à BRIANCON James Lefèvre Agence WEB SENSO à Chorges Les clés pour conquérir sur le web 2 Les 7 aspects

Plus en détail

Le déroulement de l animation

Le déroulement de l animation 10020_GererAnimer_p076p087 Page 83 Vendredi, 12. août 2005 9:00 09 Le déroulement de l animation DOSSIER 15 Correspondance référentiel Dossier Page livre élève Compétences professionnelles Savoirs associés

Plus en détail

Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix.

Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix. Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix. Pourquoi BSI? Parce que nous savons reconnaître une bonne ISO 9001 quand nous en voyons une. Nous pouvons vous aider à avoir

Plus en détail

REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES

REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES REFERENTIEL D PROFESSIONNELLES Brevet professionnel Esthétique/Cosmétique-Parfumerie 3 Le titulaire du brevet professionnel esthétique/cosmétique - parfumerie est un technicien hautement qualifié qui exerce

Plus en détail

Croissance des ventes encourageante au premier trimestre

Croissance des ventes encourageante au premier trimestre Croissance des ventes encourageante au premier trimestre CA TTC T1 2011 : + 3,9% à taux de changes courants, +2,1% à taux de changes constants + 0,6% en comparable hors essence, ajusté de l effet calendaire

Plus en détail

PLAN DE FORMATION BAC PRO COMMERCE 3 ANS LYCEE JEAN CAILLAUD SESSION 2011/2014 SECONDE PROFESSIONNELLE COMMERCE

PLAN DE FORMATION BAC PRO COMMERCE 3 ANS LYCEE JEAN CAILLAUD SESSION 2011/2014 SECONDE PROFESSIONNELLE COMMERCE PLAN DE FORMATION BAC PRO COMMERCE 3 ANS LYCEE JEAN CAILLAUD SESSION 2011/2014 SECONDE PROFESSIONNELLE COMMERCE Professeur numéro 1 : C.1. Animer/ C.2.Gérer + Économie/Droit (8 heures classe entière) Monsieur

Plus en détail

Chapitre 21 Les objectifs de la distribution et le rôle du réseau I. Les finalités de la distribution

Chapitre 21 Les objectifs de la distribution et le rôle du réseau I. Les finalités de la distribution I. Les finalités de la distribution 1. La maîtrise des flux La mise à disposition des produits au consommateur final est réalisée par un enchaînement d opérations qui se matérialisent par des flux. Schématiquement,

Plus en détail

Métro Cash and Carry France

Métro Cash and Carry France Métro Cash and Carry France Présentation de l unité commerciale Les quatre enseignes du groupe Métro Grossiste alimentaire CA 2010: 33 milliards d euros CA Metro Groupe: 68 milliards d euros Commerce électronique

Plus en détail

Valérie Laplaine Groupe Casino. *** La charte PNNS pour un distributeur

Valérie Laplaine Groupe Casino. *** La charte PNNS pour un distributeur Valérie Laplaine Groupe Casino *** La charte PNNS pour un distributeur La nutrition : un engagement fort du Groupe Casino Présentation du groupe La politique nutritionnelle du Groupe Une démarche ambitieuse

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS 2014

CATALOGUE FORMATIONS 2014 CATALOGUE FORMATIONS 2014 Notre savoir-faire : - Analyse de marché et plan d actions - Clients mystères - Audit force de vente - Veille concurrentielle - Formation, accompagnement commercial - Préparation

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

PROGRAMMES FORMATIONS

PROGRAMMES FORMATIONS PROGRAMMES FORMATIONS LES FORMATIONS INSTRUCTEURS 26 LES MILLS EST LA SEULE SOCIÉTÉ AU MONDE QUI MESURE LA QUALITÉ D ENSEIGNEMENT DES COURS EN INVESTISSANT DANS LA FORMATION DES INSTRUCTEURS PAGE _05 Modules

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Liste de l ensemble des actions proposées lors de l atelier 4, classées par thème :

Liste de l ensemble des actions proposées lors de l atelier 4, classées par thème : LES ATELIERS DU TOURISME DU TERRITOIRE DE BELFORT 12 avril 2012, l ATRIA, Belfort Atelier 4 La communication et la commercialisation du territoire Animateur : Emilie LUA MaHoC Rapporteur : xxx Thème de

Plus en détail

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs

Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs Cinq grandes tendances de la consommation digitale : défis et opportunités pour les distributeurs 20 Juin 2012 CONFIDENTIEL ET PROPRIÉTÉ DE McKINSEY & COMPANY Toute utilisation de ce support, ainsi que

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com

DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com 1 La 1 ère Edition du Salon du Web et de l Intelligence Economique, c est : Un RDV pour analyser l impact du Web sur l économie

Plus en détail

A. EN AMONT DE LA COMMUNICATION, LA STRATEGIE COMMERCIALE

A. EN AMONT DE LA COMMUNICATION, LA STRATEGIE COMMERCIALE CONSEILS MARKETING Quelques astuces pour dynamiser les ventes Pour aller plus loin dans la création de messages propres à l officine et leur donner plus d impact A. EN AMONT DE LA COMMUNICATION, LA STRATEGIE

Plus en détail

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013 Dossier de Presse 10 Octobre 2013 Contacts : Anne-Sophie DUPIRE - Responsable Communication Lucie PORREAUX - Chargée des Relations Presse Tel : 0 328 328 000 - anne-sophie.dupire@sarbacane.com Tel : 0

Plus en détail

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête

Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Des chiffres pour comprendre : les investissements dédiés à la Conquête Afin de mieux comprendre les enjeux liés à la conquête, il est souhaitable de connaître l importance des dépenses réalisées en la

Plus en détail

communication Votre vitrine web avec Axofi Communication Présentation de votre vitrine web accèssible sur le site de l association

communication Votre vitrine web avec Axofi Communication Présentation de votre vitrine web accèssible sur le site de l association communication Votre vitrine web avec Axofi Communication Présentation de votre vitrine web accèssible sur le site de l association ,, Véritable partenaire du commerce de proximité, nous vous accompagnons

Plus en détail

Portez les valeurs de votre marque à travers des contenus informatifs, ludiques ou utiles. Nos solutions «brand content» associées à nos marques

Portez les valeurs de votre marque à travers des contenus informatifs, ludiques ou utiles. Nos solutions «brand content» associées à nos marques Portez les valeurs de votre marque à travers des contenus informatifs, ludiques ou utiles. Nos solutions «brand content» associées à nos marques média Mettre en avant ses offres B TO B : l exemple de AIR

Plus en détail