infection par le VIH et

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "infection par le VIH et"

Transcription

1 Je comprends le lien entre infection par le VIH et lymphome Les lymphomes sont des cancers qui touchent le système lymphatique. Leur fréquence augmente en cas d infection par le VIH. Ils nécessitent une prise en charge spécifique, en plus du traitement antirétroviral. Qu'est-ce qu'un lymphome? Un lymphome est une tumeur du système lymphatique. Celui-ci est constitué de vaisseaux lymphatiques, le plus souvent accolés aux vaisseaux sanguins, qui véhiculent notamment des lymphocytes, cellules immunitaires qui jouent un rôle-clé dans la défense de l'organisme. Le système lymphatique comporte également des ganglions au niveau du cou, des aisselles, de l'aine, dans le médiastin (au milieu du thorax) ou encore dans l'abdomen. Ces ganglions assurent la filtration de la lymphe et des lymphocytes.

2 Quels sont les différents types de lymphomes? Il existe une trentaine de lymphomes que l on classe en deux grandes familles : les lymphomes hodgkiniens (maladie de Hodgkin) et les lymphomes non hodgkiniens (LNH). Les symptômes sont similaires. Seul l'examen d un ganglion lymphatique (biopsie et analyse) est capable de préciser le type exact de lymphome, qui dépend de la nature des cellules à l origine du cancer. Les lymphomes malins non hodgkiniens sont cinq fois plus fréquents que la maladie de Hodgkin. S agit-il d affections fréquentes? Dans la population générale, ce type de cancer concerne environ 16 personnes sur , majoritairement des hommes. Il se déclenche vers l âge de 60 ans et sa fréquence augmente avec l âge. Un lymphome a plus de risque d'apparaître chez une personne contaminée par le VIH. On estime que près de 10 % des patients séropositifs développeront à terme un lymphome, soit un risque 200 fois plus élevé comparativement à une personne non infectée. Les lymphomes les plus courants en cas d infection par le VIH sont les lymphomes diffus à grandes cellules B, les lymphomes de Burkitt et les lymphomes primitifs du système nerveux central. Comment s explique l apparition d un lymphome au cours de l infection par le VIH?

3 L origine exacte des lymphomes n est pas connue. Cependant, ces cancers sont plus fréquents chez les personnes dont le systèmeimmunitaire est déficient, notamment les patients atteints de maladie auto-immune ou qui sont immunodéprimés (à cause d'une infection par le virus du sida, ou parce qu'on leur a prescrit un traitement immunodépresseur, pour prévenir le risque de rejet à la suite d'une greffe d'organe). Lors d une infection par le VIH, c est la baisse de l immunité qui explique le risque accru de lymphome, surtout si le taux de cellules CD4 est bas. Les lymphocytes CD4 organisent la réponse du système immunitaire. Lorsque leur taux passe sous le seuil de 500/mm3, l apparition de cancers, dont les lymphomes, est significativement plus fréquente. Quels signes doivent m alerter? La survenue d un lymphome se traduit le plus souvent par une augmentation du volume d un ou de plusieurs ganglions. En cas de lymphome extra-ganglionnaire, les symptômes varient selon la partie du corps où se développe la tumeur. D autres symptômes sont fréquemment associés à la survenue d un lymphome : fatigue, fièvre persistante, sueurs nocturnes et perte de poids inexpliquée. Quels examens complémentaires me seront proposés le cas échéant? Un certain nombre d examens sont indispensables : bilan radiologique, scanner, IRM (Imagerie par Résonance Magnétique), endoscopie digestive ou pulmonaire, biopsie (prélèvement d une lésion et analyse par un laboratoire spécialisé). Ils permettent de confirmer la présence d un lymphome, d identifier son type et de préciser son extension.

4 À l issue de ce bilan, une prise en charge vous sera proposée. Quelles sont les spécificités de traitement du lymphome, en cas d infection par le VIH? La priorité est de faire remonter puis de maintenir votre taux de CD4 au-dessus du seuil de 500/mm3 et de maintenir votre charge virale VIH indétectable. L observance de votre traitement antirétroviral est bien entendu indispensable. Des contrôles réguliers seront planifiés avec votre médecin référent. Le traitement de chaque lymphome est personnalisé. Une chimiothérapie sous perfusion sera envisagée après avis médical en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP), parfois associée à un traitement spécifique de type anticorps monoclonal. Ce type d anticorps cible des cellules ou des molécules précises. Son utilisation dans le traitement des lymphomes tend à se développer. Dans certains cas, en particulier lors de rechutes, il est nécessaire de réaliser un traitement intensif associé à une autogreffe de moelle osseuse. Cette technique consiste à recueillir et à conserver (en la congelant) une poche de vos propres cellules, issues de la moelle osseuse, et de vous réinjecter celles-ci en cas de besoin. Chez les personnes porteuses du VIH, les modalités de prise en charge d un lymphome sont comparables à celles des autres patients. Des ajustements sont effectués en fonction de l évolution de l infection et du taux de CD4. La prise en charge des lymphomes chez le patient infecté par le VIH s effectue dans des services hospitaliers dédiés qui bénéficient d une bonne

5 expérience dans cette maladie : centres oncohématologiques de référence ou services prenant en charge des patients porteurs du VIH, avec une forte expérience de ce type de cancer. De nouvelles techniques d imagerie médicale comme le TEP-scanner se développent dans les structures spécialisées. Elles facilitent le diagnostic et l évaluation de la réponse à la chimiothérapie.

Le cancer du sein. Page 1/4 - Le cancer du sein. 08/10/2015 - Par INCA. Page 1 / 10

Le cancer du sein. Page 1/4 - Le cancer du sein. 08/10/2015 - Par INCA. Page 1 / 10 08/10/2015 - Par INCA Le cancer du sein En France, le cancer du sein est la première cause de mortalité chez les femmes de 35 à 55 ans. Du diagnostic aux traitements, ce dossier vous permet de tout savoir

Plus en détail

«la rhinotrachéite infectieuse»

«la rhinotrachéite infectieuse» Fiche technique n 4 2 ème édition L herpèsvirose féline, «la rhinotrachéite infectieuse» L herpèsvirus félin (agent de la rhinotrachéite infectieuse féline) fait partie des agents impliqués dans le syndrome

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN : Diagnostic, classification internationale à. visée pronostique, évolution et principes du traitement

MALADIE DE HODGKIN : Diagnostic, classification internationale à. visée pronostique, évolution et principes du traitement MALADIE DE HODGKIN : Diagnostic, classification internationale à visée pronostique, évolution et principes du traitement Pr Gilles SALLES Service d Hématologie, Centre Hospitalier Lyon-Sud, 69495 Pierre-Bénite

Plus en détail

D après la communication orale de J. Timmerman, abstract 010, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon

D après la communication orale de J. Timmerman, abstract 010, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon Nivolumab chez les patients en rechute ou réfractaire dans les pathologies lymphoïdes et les lymphomes hodgkinien Mise à jour des résultats de l étude de phase 1 (CA209-039) D après la communication orale

Plus en détail

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Fiche technique n 14 2 ème édition Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Le syndrome de l'immunodéficience féline est communément appelé le «SIDA du chat». Il se transmet entre

Plus en détail

PATHOLOGIES DU TISSU LYMPHOÏDE

PATHOLOGIES DU TISSU LYMPHOÏDE ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE PATHOLOGIES DU TISSU LYMPHOÏDE I - RAPPEL SUR LES TISSUS LYMPHOÏDES Les cellules effectrices sont les lymphocytes. Deux grandes familles : Lymphocytes T Lymphocytes B 1) LYMPHOCYTES

Plus en détail

Item 84 Infection par l herpès virus

Item 84 Infection par l herpès virus o Item 84 Infection par l herpès virus Objectifs pédagogiques Nationaux Préciser les complications de la maladie herpétique chez la femme enceinte, le nouveau-né et l atopique. CEN Connaissances requises

Plus en détail

Soutenez notre projet pilote DIAVINA :

Soutenez notre projet pilote DIAVINA : Soutenez notre projet pilote DIAVINA : Survie des mères et nourrissons exposés au virus du sida Phase pilote en Guinée 2016-2018 Un projet soutenu par Le Saviez-vous? Aujourd hui en France, une femme enceinte

Plus en détail

LE CANCER DU PANCREAS

LE CANCER DU PANCREAS LE CANCER DU PANCREAS Docteur Nicolas Williet, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Ce document est destiné

Plus en détail

Diagnostic et Surveillance

Diagnostic et Surveillance Imagerie morphologique et TEP des Lymphomes : Diagnostic et Surveillance Benoît Dupas et Françoise Kraeber-Bodéré - NANTES Rencontres APRAMEN Mardi 9 décembre 2008 La question : utilité de l imagerie morphologique

Plus en détail

Le diabète. Qu est- ce que le

Le diabète. Qu est- ce que le Le diabète Le diabète est une maladie insidieuse et sournoise. La plupart des personnes qui entendent le mot diabète pensent tout de suite aux conséquences négatives que le diabète non contrôlé apporte.

Plus en détail

Cancers des glandes salivaires

Cancers des glandes salivaires Cancers des glandes salivaires ASPECTS GENERAUX Ces tumeurs intéressent les glandes salivaires principales (parotides, glandes sousmandibulaires et sub-linguales) ou accessoires réparties dans la muqueuse

Plus en détail

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010 2009 2013 Mesure 19 SOINS ET vie des malades Le traitement du cancer mars 2010 dans les établissements de santé en France en 2010 868 établissements de santé sont désormais autorisés à traiter les malades

Plus en détail

Les Français, l information santé. et la peur de la maladie

Les Français, l information santé. et la peur de la maladie Les Français, l information santé Les Français, l information santé et la peur de la maladie, Etude Ifop / Capital Image et la peur de la maladie Etude Ifop/Capital Image L information santé, la peur de

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Hématopoïèse Mode d'action et toxicité de la chimiothérapie Résumé : Les leucémies aiguës sont des affections

Plus en détail

Baccalauréat technologique annale zéro

Baccalauréat technologique annale zéro éduscol Baccalauréat technologique Enseignement de Chimie, Biochimie, Sciences du Vivant Baccalauréat technologique annale zéro Annale zéro : Sciences et technologies de laboratoire Durée de la sous-épreuve

Plus en détail

CIM 10 - LIBELLÉ DIAGNOSTIC CANCER

CIM 10 - LIBELLÉ DIAGNOSTIC CANCER C260 C269 C390 C399 C400 C401 C402 C403 C408 C409 C410 C411 C412 C413 C414 C418 C419 C430 C431 C432 C433 C434 C435 C436 C437 C438 C439 C440 C441 C442 C443 C444 C445 C446 C447 C448 C449 C457 C459 C460 C461

Plus en détail

L imagerie médicale au service des thérapies innovantes

L imagerie médicale au service des thérapies innovantes L imagerie médicale au service des thérapies innovantes 02 DÉVELOPPER ET ÉVALUER DE NOUVELLES STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES : GÉNIQUE, CELLULAIRE, CHIRURGICALE, MÉDICAMENTEUSE Un ensemble de compétences MIRCen

Plus en détail

Dossier. Question 1. Question 2 Que comporte le traitement spécifique de cette patiente?

Dossier. Question 1. Question 2 Que comporte le traitement spécifique de cette patiente? Dossier 1 Madame V, 60 ans est suivie depuis peu pour un cancer pulmonaire à petites cellules sans aucun signe de complications diagnostiqué lors d un bilan réalisé pour asthénie persistante. Il s agit

Plus en détail

L IPILIMUMAB POUR TRAITER LES RECHUTES RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES D UN ESSAI DE POST- ALLOGREFFE: PHASE I/IB

L IPILIMUMAB POUR TRAITER LES RECHUTES RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES D UN ESSAI DE POST- ALLOGREFFE: PHASE I/IB L IPILIMUMAB POUR TRAITER LES RECHUTES POST- ALLOGREFFE: RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES D UN ESSAI DE PHASE I/IB D après la communication orale de M.S. Davids, abstract #O141 EBMT 2015 22-25 Mars 2015 Rédigé

Plus en détail

COURS IFSBM Programme 2013-2014

COURS IFSBM Programme 2013-2014 2013-2014 Renseignements/Inscriptions: Mme A. SCHMAUCH, IFBM, Institut G. Roussy Tél 01 42 11 48 30. Email annette.schmauch@gustaveroussy.fr Du 30 septembre au 4 octobre 2013 Nombre d'heures : 30 (du lundi

Plus en détail

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2?

Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Echec immunologique des anti-rétroviraux: que proposer après l interleukine 2? Pierre-Marie Roger Service d Infectiologie, Nice Journées Nationales d Infectiologie 2005 Le pronostic dépend du statut immunitaire

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Les aphtes sont des lésions ou ulcérations superficielles de la peau, non contagieuses ni infectieuses. La plupart du temps situés au niveau de la muqueuse buccale, les aphtes

Plus en détail

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR Groupe de cancers du tissu lymphoïde Le plus grand groupe des hémopathies 5% des cancers de l adulte On distingue les LNH et MDH Grand bénéfice des

Plus en détail

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES

SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES SYNDROME DE RESTAURATION IMMUNITAIRE (IRIS) AU COURS DE PATHOLOGIES INFECTIEUSES Tuberculose, VIH, autres immunodéprimés Dr Nathalie De Castro Maladies Infectieuses Cas 1 VIH, 40 CD4 : mise sous ARV au

Plus en détail

Cinétique des marqueurs viraux VIH

Cinétique des marqueurs viraux VIH Vous êtes amenés à voir en consultation un patient de 36 ans pour la découverte d une séropositivité pour le VIH1 dépistée à l occasion d un dossier pour prêt bancaire. 1. Décrivez brièvement l histoire

Plus en détail

Les lymphomes Chapitre 10 Cancérologie - Hématologie

Les lymphomes Chapitre 10 Cancérologie - Hématologie Les lymphomes Chapitre 10 Cancérologie - Hématologie Les lymphomes sont des proliférations cellulaires malignes (ou cancers) des organes lymphoïdes secondaires, principalement au niveau des ganglions lymphatiques.

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et

Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et inégalités en français. Il a fait l objet d une grande attention,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du

Plus en détail

Prévenir... l excès de cholestérol

Prévenir... l excès de cholestérol Prévenir... l excès de cholestérol 11 Apprenons à connaître cet ennemi : le cholestérol... Qu est-ce que c est? C est une graisse naturelle, indispensable à l organisme. En particulier, c est un constituant

Plus en détail

Informations destinées aux patients. Métastases osseuses

Informations destinées aux patients. Métastases osseuses Informations destinées aux patients Métastases osseuses Comment maintenir des os solides toute notre vie? Notre squelette est sollicité durant toute notre vie. Pour faire face à ces sollicitations, les

Plus en détail

Tumeurs primitives du médiastin. Jean-Pierre Bergerat Service d Hématologie et d Oncologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Tumeurs primitives du médiastin. Jean-Pierre Bergerat Service d Hématologie et d Oncologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Tumeurs primitives du médiastin Jean-Pierre Bergerat Service d Hématologie et d Oncologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 7 mars 2009 Tumeurs du médiastin Médiastin antérieur Médiastin moyen Médiastin

Plus en détail

Épidémiologie et pronostic des différents cancers de l enfant

Épidémiologie et pronostic des différents cancers de l enfant Épidémiologie et pronostic des différents cancers de l enfant Docteur P. BOUTARD Onco-Hématologie Pédiatrique CHU CAEN Source des données Données nationales pour les moins de 15 ans - registre national

Plus en détail

Comprendre le lymphome hodgkinien

Comprendre le lymphome hodgkinien Comprendre le lymphome hodgkinien Un guide d information pour les patients et leurs proches Sommaire p Comprendre le cancer page 4 p Comprendre le lymphome hodgkinien page 8 p Le diagnostic du lymphome

Plus en détail

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=-

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- I- STATISTIQUES DU CONCOURS : 1-1 Nombre de postes, de candidats

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

homme 32ans, baisse de l état général (-5 kg en 3 mois),épigastralgies et diarrhée sécrétoire résistant aux traitements. hypothèses diagnostiques

homme 32ans, baisse de l état général (-5 kg en 3 mois),épigastralgies et diarrhée sécrétoire résistant aux traitements. hypothèses diagnostiques homme 32ans, baisse de l état général (-5 kg en 3 mois),épigastralgies et diarrhée sécrétoire résistant aux traitements. hypothèses diagnostiques gastropathies à gros plis -lymphome -maladie de Ménétrier

Plus en détail

Tableau I : Classification TNM de la population toutes localisations confondues N N0 N1 N2A N2B N2C N3

Tableau I : Classification TNM de la population toutes localisations confondues N N0 N1 N2A N2B N2C N3 INTRODUCTION Depuis les années 80 et les travaux d'al-sarraf(1), la chimiothérapie d'induction à base de sels de platine s'est progressivement généralisée dans le traitement des cancers de la tête et du

Plus en détail

Technique d imagerie interventionnelle

Technique d imagerie interventionnelle Faculté de médecine de Montpellier-Nîmes DCEM 1 1 er trimestre 2006/2007 Généralités : Technique d imagerie interventionnelle Dr Benoît L'imagerie a évolué du stade diagnostique au stade interventionnel.

Plus en détail

Douleurs. abdominale est. Diagno-photo. Quel est le diagnostic? Quel est le traitement?

Douleurs. abdominale est. Diagno-photo. Quel est le diagnostic? Quel est le traitement? 1 Douleurs abdominales Copyright Vente et distribution commerciale interdites Une patiente de 58 ans en détresse respiratoire et sans antécédent particulier est admise d urgence. Elle est rapidement intubée

Plus en détail

L andrologie est la partie de la médecine qui étudie l appareil génital de l homme. Le

L andrologie est la partie de la médecine qui étudie l appareil génital de l homme. Le APPAREIL GENITAL MASCULIN L andrologie est la partie de la médecine qui étudie l appareil génital de l homme. Le médecin andrologue est le spécialiste de l andrologie. Les principaux organes de l appareil

Plus en détail

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES DEFINITION Molécules chimiquement définies ou non Synthétisées par le tissu tumoral

Plus en détail

- Les marqueurs en TEP

- Les marqueurs en TEP TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS Remarque : ce cours est un complément du poly Introduction : La TEP est une technique de médecine nucléaire récente : technique de diagnostic, de lutte et de suivi

Plus en détail

Journée de formation et assemblée générale 11 mars 2008. Pierre Vanderavero

Journée de formation et assemblée générale 11 mars 2008. Pierre Vanderavero Journée de formation et assemblée générale 11 mars 2008 Pierre Vanderavero Travaux en milieu hospitalier Prévention et mesure pratique sur le terrain Les infections nosocomiales liées à des travaux de

Plus en détail

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier Intérêt de l épreuve d effort musculaire dans le dépistage de la cytopathie mitochondriale chez des patients traités par inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH: étude pilote de 43

Plus en détail

Sémiologie pancréatique

Sémiologie pancréatique Sémiologie pancréatique Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Pancréas Sémiologie Examens complémentaires:

Plus en détail

Syndrome Pied Main Bouche à Singapour. Situation au 20 Mai 2008

Syndrome Pied Main Bouche à Singapour. Situation au 20 Mai 2008 Syndrome Pied Main Bouche à Singapour Situation au 20 Mai 2008 Avant-propos Toutes les informations données ici sur Singapour sont celles du MOH En italique et entre crochets figurent des précisions ou

Plus en détail

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes

Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Microbiologie Chapitre 5 : La sexualité des bactéries, transferts horizontaux de gènes Partie 2 : La transduction I. Les vecteurs de la transduction : les bactériophages La transduction est un phénomène

Plus en détail

H.Hadj Kacem, B. Benayada, J. Azizi Alaoui, R. Latib, I.Chami, M.N.Boujida, L.Jroundi Service de radiologie l institut national de l oncologie, CHU

H.Hadj Kacem, B. Benayada, J. Azizi Alaoui, R. Latib, I.Chami, M.N.Boujida, L.Jroundi Service de radiologie l institut national de l oncologie, CHU Comment faire le suivi en TDM des lymphomes traités? H.Hadj Kacem, B. Benayada, J. Azizi Alaoui, R. Latib, I.Chami, M.N.Boujida, L.Jroundi Service de radiologie l institut national de l oncologie, CHU

Plus en détail

Quels sont les traitements du diabète de type 2?

Quels sont les traitements du diabète de type 2? Quels sont les traitements du diabète de type 2? Le diabète est une maladie dont la prise en charge est globale. Elle ne consiste pas seulement à normaliser la glycémie, mais aussi à diminuer les facteurs

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Septembre 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus I.Généralités: Il existe 3 sous familles d herpès virus : Sous famille Espèce Alpha-herpesvirinae Herpès simplex type 1 HHV1 Herpès simplex type 2 Varicelle-Zona

Plus en détail

Groupe hétérogène sur les plans

Groupe hétérogène sur les plans Lymphomes B à petites cellules Groupe hétérogène sur les plans clinique morphologique, immunohistochimique cytogénétique et moléculaire Nécessité d obtenir du matériel adéquat pour un diagnostic précis

Plus en détail

La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination

La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination La réponse immunitaire anti-papillomavirus : infection, vaccination Conflits d intérêt : Invitation à un congrès, missions d expertise (GSK) AT & IBV Invitation à un congrès, réunion scientifique (SPMSD)

Plus en détail

Quels sont les effets des PE chez l Homme? Le d un épidémiologiste

Quels sont les effets des PE chez l Homme? Le d un épidémiologiste Quels sont les effets des PE chez l Homme? Le d un épidémiologiste Luc MULTIGNER Inserm U1085 IRSET Rennes & Pointe à Pitre Congrès Annuel de la Société Française de Toxicologie Evaluation du Risque des

Plus en détail

Pourquoi voulons-nous trouver les premiers changements dans les cerveaux MH?

Pourquoi voulons-nous trouver les premiers changements dans les cerveaux MH? Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. L'agréable vérité : les cerveaux MH utilisent le sucre

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 1 Généralités (1) Risque accru d infections et notamment infections sévères Risque de survenue de maladie vaccinale si vaccins vivants : Contre-indiqués

Plus en détail

Sommaire. L épidémie. La lutte contre l épidémie

Sommaire. L épidémie. La lutte contre l épidémie Sommaire L épidémie Une nouvelle maladie Repères chronologiques Le virus de l immunodéficience humaine Le sida L épidémie dans le monde Cas de sida déclarés Estimation du nombre de personnes atteintes

Plus en détail

Avis 8 janvier 2014. LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER. Gemfibrozil

Avis 8 janvier 2014. LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER. Gemfibrozil COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 janvier 2014 LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER DCI Code ATC (2013) Motif de l examen Liste concernée Indication(s)

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

LE CANCER. Il s agit d une division incontrôlée, la cellule est transformée et il y a une prolifération clonale.

LE CANCER. Il s agit d une division incontrôlée, la cellule est transformée et il y a une prolifération clonale. LE CANCER 1. CANCER La prolifération tumorale est à l origine de tumeur dont le pronostic dépend notamment de critères histologiques. Chaque cellule tumorale se divise de façon infinie. On dit que la cellule

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de la vessie

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de la vessie GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de la vessie Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer de la

Plus en détail

Médecine Nucléaire Radioprotection

Médecine Nucléaire Radioprotection Médecine Nucléaire Radioprotection Bardia Farman Physicien Médical Hôpital La Timone Marseille 1 Médecine Nucléaire Le service ayant le droit de détenir et de délivrer des sources non scellées Secteurs

Plus en détail

Lignes directrices concernant les paramètres relatifs à la transfusion de plaquettes pour les patients pédiatriques en hématologie oncologie

Lignes directrices concernant les paramètres relatifs à la transfusion de plaquettes pour les patients pédiatriques en hématologie oncologie Lignes directrices concernant les paramètres relatifs à la transfusion de plaquettes pour les patients pédiatriques en hématologie oncologie Guide de référence rapide Comité des lignes directrices du Réseau

Plus en détail

3 théories classiques du Libre échange CHAPITRE 10 LE FONDEMENT DES ECHANGES INTERNATIONAUX

3 théories classiques du Libre échange CHAPITRE 10 LE FONDEMENT DES ECHANGES INTERNATIONAUX CHAPITRE 10 LE FONDEMENT DES ECHANGES INTERNATIONAUX Le libre échange - Définition : politique qui préconise la suppression des entraves aux échanges internationaux. - Pour les libéraux, l objectif du

Plus en détail

Anatomie et pathologie des ganglions du médiastin. Pr Marc RIQUET Service de Chirurgie Thoracique Hôpital Européen Georges Pompidou

Anatomie et pathologie des ganglions du médiastin. Pr Marc RIQUET Service de Chirurgie Thoracique Hôpital Européen Georges Pompidou Anatomie et pathologie des ganglions du médiastin Pr Marc RIQUET Service de Chirurgie Thoracique Hôpital Européen Georges Pompidou Anatomie Rouvière 1929 Naruke 1978 N2 (n=64) Mountain 1997 Rusch 2009

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Roche obtient l homologation par la FDA de l association Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer avancé du col de l utérus

Roche obtient l homologation par la FDA de l association Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer avancé du col de l utérus Communiqué de presse Bâle, 15 août 2014 Roche obtient l homologation par la FDA de l association Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer avancé du col de l utérus Avastin est le premier

Plus en détail

Séance 4: Analyse Factorielle des Correspondances Multiples

Séance 4: Analyse Factorielle des Correspondances Multiples Séance 4: Analyse Factorielle des Correspondances Multiples Révisions Laboratoire de Statistique et Probabilités UMR 5583 CNRS-UPS www.lsp.ups-tlse.fr/gadat Quatrième partie IV Analyse Factorielle des

Plus en détail

Aspect Tomodensitométrique des adénocarcinomes bronchiques mutés pour l EGFR. Dr Marie-Laure Chabi, Dr C Bordonne, Dr A Lupo (Hôpital Cochin, Paris)

Aspect Tomodensitométrique des adénocarcinomes bronchiques mutés pour l EGFR. Dr Marie-Laure Chabi, Dr C Bordonne, Dr A Lupo (Hôpital Cochin, Paris) Aspect Tomodensitométrique des adénocarcinomes bronchiques mutés pour l EGFR Dr Marie-Laure Chabi, Dr C Bordonne, Dr A Lupo (Hôpital Cochin, Paris) Introduction Introduction Le cancer du poumon représente

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz

Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain. 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Agir aujourd hui pour prévenir les maladies de demain 10 juin 2008 Centre International des Congrès à Metz Point sur le cancer de la vessie : dépistage précoce et santé au travail Dr Maria GONZALEZ Centre

Plus en détail

Qu est-ce qu un facteur de risque?

Qu est-ce qu un facteur de risque? Edito Cette enquête est le fruit d une collaboration exemplaire de l Union Régionale des Médecins Libéraux et de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Corse. Elle témoigne de la volonté

Plus en détail

Epidémiologie des cancers chez les sujets âgés. Dr L. Daubisse-Marliac Registre des Cancers du Tarn

Epidémiologie des cancers chez les sujets âgés. Dr L. Daubisse-Marliac Registre des Cancers du Tarn Epidémiologie des cancers chez les sujets âgés Dr L. Daubisse-Marliac Registre des Cancers du Tarn DU Oncogériatrie 15/10/2015 1 Incidence et mortalité : estimations 2012 Sources Cas : registres de cancer

Plus en détail

ASS Transparent 1. Dr Grazia Nicoloso di Faveri

ASS Transparent 1. Dr Grazia Nicoloso di Faveri ASS Transparent 1 Dr Grazia Nicoloso di Faveri Transfusion CRS Suisse 1 BIENVENUE Service de transfusion sanguine et cellules souches du sang Lausanne, le 14 mai 2011 > 2 NOUVELLE IMAGE Fusion du Service

Plus en détail

Les signes cliniques qui peuvent amener à la découverte d une tumeur du rein sont :

Les signes cliniques qui peuvent amener à la découverte d une tumeur du rein sont : Le cancer du rein Les tumeurs du rein comprennent les kystes, les tumeurs bénignes et les cancers. Ils se voient aussi bien chez l homme que chez la femme, en général aux alentours de la soixantaine et

Plus en détail

DiagEBV, projet d innovation thérapeutique labellisé par le pôle Alsace BioValley, crée des emplois et participe au progrès médical

DiagEBV, projet d innovation thérapeutique labellisé par le pôle Alsace BioValley, crée des emplois et participe au progrès médical DiagEBV, projet d innovation thérapeutique labellisé par le pôle Alsace BioValley, crée des emplois et participe au progrès médical Les partenariats unissant industriels pharmaceutiques et laboratoires

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 octobre 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 08/01/2007 par arrêté du 23/12/2008. RHINADVIL, comprimé enrobé Boîte

Plus en détail

Description du cancer colorectal

Description du cancer colorectal Description du cancer colorectal Le cancer colorectal est un cancer siégeant dans la région du côlon et du rectum (partie terminale du colon) caractérisé par une prolifération anormale de cellules dans

Plus en détail

Les leucémies de l enfant

Les leucémies de l enfant A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

Rappels. Fascia de Gerota

Rappels. Fascia de Gerota Le cancer du rein Rappels Rappels Fascia de Gerota Epidémiologie Incidence : Monde en 2012 : 14.5 / 100 000 personnes-années (poumon 51, prostate 99) chez l homme et 5.8/100 000 chez la femme France en

Plus en détail

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats La Transfusion en France 3 millions de produits sanguins transfusés chaque année À 500 000 receveurs 1,5 millions de donneurs

Plus en détail

Programme de formation et inter-formation sur l initiation du diagnostic de lymphome en médecine générale

Programme de formation et inter-formation sur l initiation du diagnostic de lymphome en médecine générale Programme de formation et inter-formation sur l initiation du diagnostic de lymphome en médecine générale 2012 Partenariat SFMG et association de patients France Lymphome Espoir (FLE) Avec le soutien de

Plus en détail

L Entérite Catarrhale Epizootique (ECE)

L Entérite Catarrhale Epizootique (ECE) L Entérite Catarrhale Epizootique (ECE) Définition Entérite : affection de l intestin Catarrhale : inflammation d une muqueuse Epizootique : mal épidémique spécifique aux animaux L ECE est une maladie

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION PRESCRIPTEUR D ACIDE ZOLÉDRONIQUE DANS LE TRAITEMENT DE L OSTÉOPOROSE

GUIDE D INFORMATION PRESCRIPTEUR D ACIDE ZOLÉDRONIQUE DANS LE TRAITEMENT DE L OSTÉOPOROSE GUIDE D INFORMATION PRESCRIPTEUR D ACIDE ZOLÉDRONIQUE DANS LE TRAITEMENT DE L OSTÉOPOROSE Ce document s inscrit dans le cadre du Plan de Gestion des Risques des spécialités acide zolédronique 5 mg. Pour

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»?

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? D. GEDOUIN Rennes, le 12 juin2015 CAS CLINIQUE Madame L Paulette, née le 23/04/1929 (86 ans), ancienne

Plus en détail

Guide général pour l administration de Nplate à domicile

Guide général pour l administration de Nplate à domicile Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Nplate de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Un guide d information pour les patients et leurs proches

Un guide d information pour les patients et leurs proches Un guide d information pour les patients et leurs proches Comprendre les lymphomes du manteau Métabolismes Hormones Diabètes et Nutrition Sous l égide de Document réalisé en partenariat avec Comprendre

Plus en détail

CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Cystectomie

CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Cystectomie CONSENTEMENT ECLAIRE version 1.1 (2011) Cystectomie Cher patient, Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association of Urology (BAU) avec l aide du Groupement des unions professionnelles

Plus en détail

Cancers secondaires. Cancers secondaires. Information pour survivants d un cancer pédiatrique. Fiche no 2. 1 888 939-3333 cancer.

Cancers secondaires. Cancers secondaires. Information pour survivants d un cancer pédiatrique. Fiche no 2. 1 888 939-3333 cancer. Les survivants au cancer chez l'enfant risquent davantage d'être atteints d'un cancer secondaire. Les données actuelles laissent entendre que le risque de développement d'un cancer secondaire chez les

Plus en détail

lyondellbasell.com Le Cancer de la Prostate

lyondellbasell.com Le Cancer de la Prostate Le Cancer de la Prostate Le Cancer de la Prostate Au cours de sa vie, statistiquement, environ 1 homme sur 7 sera concerné par le cancer de la prostate. Vous connaissez probablement quelqu'un dans votre

Plus en détail

Vaccination du voyageur infecté par le VIH

Vaccination du voyageur infecté par le VIH Vaccination du voyageur infecté par le VIH Dr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris X ème Congrès National de la S.F.L.S 29 octobre 2009 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL Vaccination

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.2

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.2 Le présent document a été rédigé dans un but informatif par le CNIPT. Toutes les positions, informations et données présentées sont censées être exactes et précises, mais ne comportent ni garantie ni responsabilité,

Plus en détail

RECONSTRUCTION ITERATIVE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR. Journées FRANCO-MAURICIENNES 2003

RECONSTRUCTION ITERATIVE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR. Journées FRANCO-MAURICIENNES 2003 RECONSTRUCTION ITERATIVE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR Journées FRANCO-MAURICIENNES 2003 ECHEC DU TRANSPLANT Pas de définition communément admise: douleur, raideur, récidive de la laxité Laxité supérieure

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail