ETUDES DEPF. Royaume du Maroc. Direction des Études et des Prévisions Financières DEPS/SAT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDES DEPF. Royaume du Maroc. Direction des Études et des Prévisions Financières DEPS/SAT"

Transcription

1 ETUDES DEPF Royaume du Maroc Direction des Études et des Prévisions Financières DEPS/SAT Le secteur de ll offshoriing au Maroc : Leess opporrttuniittééss à ssaiissiirr danss llee marrcchéé dee ll eextteerrnalliissattiion deess sseerrviicceess ffiinancciieerrss Les perspectives d avenir des services financiers externalisés au niveau mondial offrent elles des opportunités pour le développement de ces activités au Maroc? Quel est l environnement concurrentiel du Maroc dans les services financiers externalisés? L offre offshoring Maroc est-elle pertinente par rapport au développement des services financiers délocalisés? Janvier 2011

2

3 Table des matières Préambule Contextualisation mondiale de l évolution du secteur Eclairage conceptuel de l externalisation Etat des lieux de l externalisation des services financiers au niveau mondial Potentiel mondial du BPO francophone y compris services financiers à l horizon Externalisation des services financiers en Europe : état des lieux et perspectives Les services financiers en Europe : Vers une externalisation verticale partielle forcée Principales activités des services financiers externalisées en Europe Principaux secteurs externalisés en Europe Délocalisation des activités de services financiers au Maroc Potentiel du Maroc dans la délocalisation des services financiers Analyse de l environnement du Maroc pour l activité des services financiers délocalisés Pertinence de l offre offshoring Maroc par rapport au développement de l activité des services financiers délocalisés Conclusion et recommandations... 18

4

5 Préambule Le processus d externalisation a débuté dans les années 1970 dans le secteur financier, les établissements de crédit procédant alors progressivement à l externalisation de leurs activités administratives (imprimerie et stockage des données en particulier). Au cours des deux décennies suivantes, l externalisation d activités liées au traitement de l information s est accrue en relation avec l essor des secteurs liés aux nouvelles technologies. Aujourd hui l externalisation est utilisée de façon croissante pour des opérations telles que : le développement de logiciels, les back-office, les centres d appel, la plupart des processus de paiement et de transaction Ainsi, l externalisation dans le secteur bancaire reste pour le moment confinée à des domaines clairement identifiés. Toutefois, les établissements bancaires pourraient être amenés à externaliser davantage dans le futur, notamment les activités relatives à la gestion d actifs, à l analyse financière, à la comptabilité, aux questions juridiques et aux ressources humaines. Dans la mesure où l externalisation s accompagne néanmoins de risques importants parfaitement identifiés, la majorité des banques demeurent encore aujourd hui réfractaires à l externalisation des activités relatives au cœur de métier. 3 Pour mieux appréhender le potentiel du Maroc dans l activité des services financiers délocalisés par rapport aux autres activités du secteur de l offshoring au Maroc, ce travail se propose d analyser l environnement concurrentiel du Maroc pour l activité des services financiers délocalisés et de mettre en exergue la pertinence de l offre offshoring Maroc par rapport au développement des services financiers délocalisés. Il est également question d établir un état des lieux et quelques perspectives d avenir des services financiers délocalisés au niveau mondial. 1. Contextualisation mondiale de l évolution du secteur Cette partie s attache à définir brièvement les différents concepts utilisés et à présenter les évolutions en cours et à venir du Business Process Outsourcing (BPO) en général et des services financiers externalisés en particulier. En effet, le secteur financier se trouve être aujourd hui particulièrement actif sur ces questions au niveau international. 1.1 Eclairage conceptuel de l externalisation Bien qu il existe des points communs entre ces stratégies connexes, ces concepts recouvrent cependant des réalités très diverses qu il convient de préciser dans la mesure où les logiques poursuivies ne sont pas similaires. Domestique À l étranger (Délocalisation ou Offshoring Intra-groupe Insourcing Captive offshoring Extra-groupe (Externalisation ou Outsourcing) Outsourcing Offshore outsourcing La définition de l externalisation «outsourcing» est assez proche de celle de la soustraitance puisque, dans les deux cas, le donneur d ordres confie à un prestataire externe spécialisé l entière responsabilité de la réalisation de son activité. Quant à la délocalisation «offshoring», elle implique la migration d activités vers l étranger.

6 Il s agit du transfert à l étranger, de tout ou partie de l appareil productif, en vue de réimporter sur le territoire domestique 1, les biens ou services produits à moindre coût par l intermédiaire de filiales implantées via un investissement direct à l étranger (en anglais «captive offshoring»). Dans sa conception la plus large, elle intègre également le recours à l externalisation, d un segment ou de l intégralité d une activité, à travers un contrat de soustraitance établi avec un prestataire indépendant étranger (en anglais «offshore outsourcing»). 1.2 Etat des lieux de l externalisation des services financiers au niveau mondial Selon une étude menée en 2008 par le cabinet international de conseil en stratégies de croissance «Frost & Sullivan» sur les services partagés et l'externalisation (SPE), le marché mondial des SPE est estimé à 930 milliards de dollars américains en 2006 et devrait se développer à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 15 % ( ) pour atteindre milliards de dollars américains vers la fin de l'année Externalisation des principaux secteurs au niveau mondial en 2008 (milliards de dollars américains) services financiers Technologie Industrie de soins et santé Transport et logistique Energie Bien de consommation Médias et diverstissement Source : Frost & Sullivan Les trois premiers secteurs verticaux en termes de dépenses en SPE en 2008 étaient le secteur de la banque, les services financiers et les assurances (BSFI) avec 273 milliards de dollars, le secteur technologique avec 233 milliards de dollars et l'industrie des soins de santé avec environ 130 milliards de dollars de dépenses SPE. Le secteur BFSI et le secteur technologique représentent plus de 50% du total des dépenses en SPE. 1 Si une entreprise construit une unité de production en Chine afin de fournir le marché chinois, il s agit alors d un IDE mais pas nécessairement d une délocalisation. Le point important étant de continuer à desservir les mêmes clients, et non pas de nouveaux clients.

7 Parmi les autres secteurs verticaux figurent: les transports et la logistique (113 milliards de dollars), l'énergie (84 milliards de dollars), les biens de consommation à rotation rapide (59 milliards de dollars) et le secteur des médias et du divertissement (39 milliards de dollars). Cette étude a révélé que l'inde reste la première destination pour les opérations de l externalisation des services financiers suivie par l'irlande, Singapour, la Malaisie, le Mexique, la République Tchèque, la Pologne, les Philippines et le Canada. Des destinations émergentes pour des fonctions spécialisées apparaissent également comme la Russie pour les logiciels de haute qualité et Dubaï pour les services financiers. Les facteurs clés qui déterminent le choix du lieu d'implantation sont les coûts, la disponibilité des compétences et la réglementation. Des facteurs implicites tels que le faible coût de la main d'œuvre et l'abondance de main d'œuvre qualifiée font de l'inde une destination qui vient immédiatement à l'esprit pour les investissements en matière de services financiers externalisés. Le marché indien de services financiers externalisés est en pleine consolidation et les fournisseurs prospèrent et améliorent la chaîne de valeur, et étendent leur présence sur le marché national afin de renforcer leurs capacités de prestation de service au niveau international. 5 Cependant, en raison d'un fort taux d'attrition, d'une faible infrastructure, de salaires en constante augmentation et de l'appréciation de la roupie indienne face au dollar américain, l'inde doit faire face à une menace grandissante en provenance de la Chine qui apparaît de plus en plus comme un pays attractif pour externaliser les services IT, la R&D et les services d'approvisionnement. 1.3 Potentiel mondial du BPO francophone y compris services financiers à l horizon 2013 L ampleur du BPO devrait continuer d augmenter dans les prochaines années dans une optique de recherche de performance. En effet, selon une enquête menée par le cabinet Deloitte Research, les cent premiers établissements financiers mondiaux auraient délocalisé en 2008 pour 356 milliards de dollars d activités et environ 2 millions d emplois vers les pays en développement (PED) de la zone Océan Indien, soit l équivalent de 15% de leurs coûts totaux. Ces délocalisations devraient générer une réduction des coûts opératoires de l ordre de 39%, soit une économie d environ 138 milliards de dollars pour les 100 premières institutions financières mondiales. À l horizon 2011, ces mêmes établissements auront délocalisé pour 414 milliards de dollars d activités, soit 20% de leurs coûts totaux. À cette échéance, les délocalisations devraient générer une économie d environ 153 milliards de dollars pour les institutions financières considérées. Selon les estimations de Datamonitor, le marché mondial du BPO francophone outsourcé représenterait près de 22 milliards de dollards US à l horizon 2013 dont 16% serait offshoré. Du secteur des centres d appels (CRM), présentant le potentiel outsourcé le plus important du BPO francophone de 9,1 milliards de dollars à l horizon 2013, l outsourcing s est étendu entre autres, aux secteurs des ressources humaines (RH) et de la comptabilité

8 finances (F&A) avec un potentiel respectif en 2013 de 7,5 milliards de dollars et 2,5 milliards de dollars. Les services financiers représentent le troisième potentiel du BPO francophone en 2013 avec 1,1 milliard de dollars. L externalisation tend aujourd hui à prendre de l essor au sein de l industrie des services financiers à la faveur des stratégies de recentrage sur le cœur de métier mises en place, au cours des dernières années, par les principaux établissements bancaires. Ces logiques de spécialisation, menées dans un but d efficience, se sont traduites notamment par la cession des activités non stratégiques et/ou le recours accru à l externalisation pour les activités dites «périphériques». Potentiel mondial du BPO francophone à l horizon BPO francophone* outsourcé, Mrd USD % offshoré Pdm Maroc CRM RH 9,1 7,5 Call center vont rester le plus grand potentiel BPO: 42% des flux 25 % 10 % % % F&A Achats 2,5 0,2 10 % 10 % % % Services financiers Médical Processus RH et F&A comme second potentiel 1,1 0,6 10 % 20 % % % Secteur Public 0,4 0 % % Autres processus verticaux Niches possibles sur des processus verticaux (santé) 0,3 5 % 5-10 % Total 21,7 16 %** ~46%** Incluant BPO et call center ** moyenne calculée, 10% offshoré si exclusion des call centers; pdm Maroc de 20% si exclusion des call centers Source : estimations de Datamonitor 2. Externalisation des services financiers en Europe : état des lieux et perspectives Avec certes un peu de retard sur l industrie, la délocalisation des services financiers initiée dans les pays anglo-saxons comme levier de réduction des coûts, devrait constituer dans les années à venir l un des secteurs les plus dynamiques de l offshoring en Europe. En Europe et plus particulièrement en France, la délocalisation dans le domaine de l assurance,, apparaît encore limité et la quasi-totalité des activités perçues comme «délocalisables» allant des processus de gestion des polices d assurance à la création de

9 produits 2, le paiement des indemnités, l administration des contrats, l optimisation des services administratifs et l informatique, reste conduite sur le sol français, même si l intérêt de l externalisation progresse. Cette situation tient en grande partie au manque de maturité du secteur et à son exposition encore limitée à la concurrence par rapport à celui de l industrie, et aux réglementations nationales très restrictives Les services financiers en Europe : Vers une externalisation verticale partielle forcée La banque assure trois fonctions principales : collecter des ressources aux épargnants, distribuer des crédits et enfin créer et gérer les moyens de paiements. Pour assumer ces fonctions, la banque doit disposer de moyens humains, techniques, financiers et c est pour cela que la gestion des ressources humaines occupe une place centrale dans la gestion de l entreprise bancaire au même titre que la gestion des risques ou encore la gestion commerciale. Elle génère trois catégories de services : les services de crédit, les services liés à la gestion du risque et les services liés à l intermédiation financière non bancaire. 7 En reprenant la chaîne de valeur développée par Porter, il est à constater que la chaîne de valeur des banques est traditionnellement organisée autour de plusieurs activités. Mais globalement deux types d activités sont à distinguer (Lamarque E., 1999) : les activités primaires et les activités de soutien. Les premières comprennent, les activités de back office (la gestion des moyens de paiement, le traitement administratif des opérations bancaires), la conception des produits et des services : une distinction est faite entre les produits directement liés à la collecte de l épargne (les crédits) ou non (les assurances) et le marketing et la vente : commercialisation des produits financiers, politique de communication et diversification des canaux de distribution. Figure1 : chaîne de valeur de la banque commerciale Activités de soutien Infrastructure de la banque Gestion des risques Développement technologique Ressources humaines Activités primaires Logistique interne Collecte de fonds Conception de produits et de services Marketingvente Services associés aux produits et relation de la clientèle Les secondes activités de soutien sont représentées par la gestion des risques. Il s agit du risque de non remboursement lors de la vente de produits financiers mais aussi des risques liés à la phase de conception des produits, au suivi de la relation client ou encore aux traitements administratifs des dossiers clients. 2 Rentes viagères, supports des produits d assurance-vie et d assurance santé 3 La convention collective de la banque est encore plus protectrice que celle de l assurance puisqu elle interdit l externalisation de certaines activités touchant les transactions financières associées au compte client.

10 Le poids de ces différentes activités varie selon les banques mais la gestion des risques et de la distribution apparaît comme des activités clés de leur chaîne de valeur par rapport aux autres activités. Les activités de back office représentent un centre de coûts pour les banques qui cherchent à en réduire le poids notamment en externalisant les fonctions administratives comme par exemple la banque Natexis-Banques Populaires qui s est spécialisée dans ces activités (la conservation des titres, le système interbancaire de télécompensation). Ce choix reflète la nécessité de détenir un savoir-faire particulier pour bénéficier d économies d échelle. Aussi, lorsque cette activité n est pas optimisée dans une banque, elle est externalisée afin d alléger les coûts mais ce processus ne peut être fait que dans le respect des règles prudentielles et règlementaires. Figure2 : Logique financière du processus d externalisation 8 Identifier les coûts d un processus Ressources internes Coûts internes Coûts de soustraitance Accroître la rentabilité de la banque Mieux utiliser le potentiel humain Réduire les coûts internes Réduire les coûts externes Identifier les activités non externalisables Identifier les activités génératrices de coûts pouvant être externalisées A travers cette figure, l amélioration de la rentabilité bancaire passe par la recherche d une meilleure utilisation du potentiel humain et une réduction des coûts internes mais aussi externes. Cette recherche de rentabilité passe également par la distinction entre ce qui peut être externalisable de ce qui ne peut pas l être. Cette évolution a eu pour conséquence la mise à plat de l activité de la banque, son métier et l instauration d une analyse processuelle axée sur les activités créatrices de valeur de celles qui le sont moins ou pas du tout. A travers la chaîne de valeur, les activités de la banque (essentiellement la banque commerciale) peuvent apparaître à la fois liées en matière relationnelle mais également spécifique car le caractère multi métier de la prestation est fortement présent. 2.2 Principales activités des services financiers externalisées en Europe Conformément à la tendance générale, l externalisation dans le secteur bancaire concerne essentiellement les activités non stratégiques, et en particulier les fonctions dites «de support», le cœur de métier des banques européennes restant presque exclusivement traité en interne. Les fonctions «comptabilité» et «ressources humaines» sont même considérées, par certaines banques, comme faisant partie de ce périmètre. Sur ce dernier point, il semble néanmoins que les mentalités évoluent.

11 Le secteur de l offshoring au Maroc : Niveau d externalisation des principales fonctions de support en Europe 9 Source : Banque Centrale Européenne (2008) Les activités de support externalisées concernent pour l essentiel la fonction «informatique» (matériel informatique, logiciels informatiqu ues et maintenance). D autres activités, plus spécifiques, sont aussi assez largement confiées à des prestataires extérieurs. Il s agit des centres d appel, du traitement des chèques ou encore des transactions par carte de crédit. 2.3 Principaux secteurs externalisés en Europe Bien que son développement ait été quelque peu tardif, l utilisation des stratégies d externalisation n est plus aujourd hui une exception dans le paysage bancaire et financier européen, et il connaît même des taux de croissance tout à fait exceptionnels depuis quelques années. Sur la période , les établissementss bancaires et les compagnies d assurance se montrent en effet particulièrement dynamiques avec des taux de croissance annuelle du volume des activités externalisées proche de 15%. Cette stratégie devrait encore s accélérer sous l effet de la réforme du ratio international de solvabilité dit «Bâle II» 4. 4 Bâle II s inscrit dans une démarche mondiale de réglementation de la profession bancaire. L objectif est de prévenir les faillites par une meilleure adéquation entre fonds propres et risques encourus. Les normes de Bâle II devraient remplacer les normes mises en place par Bâle I en 1988 et visent notamment la mise en place du ratio McDonough le nouveau ratio de solvabilité destiné à remplacer le ratio Cooke.

12 Le secteur de l offshoring au Maroc : Principaux secteurs ayant recours à l'externalisation en Europe 10 Source : CNUCED et Roland Berger Deux caractéristiques majeures prédisposaient le secteur bancaire à recourir de façon massive à l externalisation. D une part, les banques tendent à être plus fortement intégrées verticalement que la plupart des autres secteurs d activités. Ainsi, les établissements bancaires allemands produisent eux-mêmes 80% de leurs produits et services, contre seulement 25% dans l industrie automobile allemande. La structure même de la production bancaire rend donc le potentiel sectoriel d externalisation tout à fait considérable. D autre part, compte tenu de ses activités mêmes, la banque est amenée à traiter une très grande quantité d informations. De ce fait, l industrie bancaire se trouve être une industrie très intensive en nouvelles technologies, et elle le sera davantage à l avenir en raison notamment de la part croissante des paiements par carte de crédit plutôt que par chèque ou espèces, mais aussi du développement de la banque à distance, partie intégrante de ce que l on appelle la «banque multicanal» associant les guichets, la banque par Internet et les centres d appel. Le secteur bancaire est l un de ceux pour lesquels les dépensess en investissement technologique (IT) sont parmi les plus élevées, et cela pour quelques années encore. Dès lors, on comprend aisément qu il s agit là d un gisement potentiel d économies de toute première importance.

13 Le secteur de l offshoring au Maroc : Part des entreprisess ayant recours à la délocalisation d'activités en Europe (En % du secteur considéré) 11 Source : Deutsche Bank research Tout comme l externalisation est une tendance de fond dans l industrie des services financiers, les délocalisationss constituent également une autre tendance sectorielle majeure pour les années à venir. Bien que la plupart des secteurs soient concernés, le secteur bancaire, et d une façon plus large le secteur financier, se classe une nouvelle fois parmi les plus actifs en la matière. 3. Délocalisation des activités de services financiers au Maroc Les services financiers délocalisés au Maroc sont identifiés parmi les activités d offshoring à fort potentiel de développement par le programme Emergence en Cette activité n est qu à ses débuts au Maroc. 3.1 Potentiel du Maroc dans la délocalisation des services financiers Après avoir fait ses preuves dans les centres d appels (CRM), le Maroc met en place les conditions nécessaires au développement des métiers du BPO et de l ITO. L offre ITO étant en stagnation du fait du réservoir limité de ressources qualifiées, le BPO particulièrement le CRM représente le potentiel le plus important pour le Maroc en En effet, selon Datamonitor, le chiffre d affaires potentiel de ce secteur est de 12,6 milliards de dirhams dont 87% concerne le marché francophone. Le nombre d emplois potentiel du secteur est estimé à près de emplois dont sur le marché francophone.

14 Potentiel du Maroc dans le BPO francophone offshoré Chiffre d affaires potentiel du Maroc dans le BPO francophone en 2013 (milliards de dirhams) Emplois (milliers) CRM RH F&A Achats 10,9 Processus RH et F&A comme second potentiel, encore peu développés au Maroc 1,1 Part encore importante des Call center dans le secteur mais évolution en faveur du BPO attendue à long terme 0,3 ~ ,5-2,5 ~0,2 12 Services financiers Médical Segment des services financiers comme troisième potentiel, encore peu développés au Maroc 0,2 0,3 ~1 1-1,5 Secteur Public Niches possibles sur des processus verticaux (Santé) peu développés au Maroc ~0 0 Autres processus verticaux ~0 ~0,1 Total BPO 12, Source : estimations de Datamonitor Par ailleurs, l offshoring des activités des ressources humaines et de la comptabilitéfinance orienté principalement vers le marché francophone sont considérés comme second potentiel pour le Maroc avec respectivement 1,1 milliard de dirhams et 0,3 milliard de dirhams de chiffre d affaires à l horizon Dans cette activité, le Maroc présente des atouts dans la tenue des différentes comptabilités, grâce notamment aux normes comptables IFRS applicables dans notre pays. Quant aux services financiers délocalisés (traitement de back-office bancaire, sinistres & réclamations d assurances), encore peu développés au Maroc, le potentiel du Maroc sur le marché francophone représente 0,2 milliard de dirhams de CA et emplois à l horizon Ce chiffre d affaires ne représente que 1,7% du potentiel BPO global du Maroc, contre 64% pour les CRM. Il est important de signaler que le marché francophone pour les services financiers délocalisés n est pas développé contrairement au marché anglophone mais l intérêt de l externalisation progresse.

15 3.2 Analyse de l environnement du Maroc pour l activité des services financiers délocalisés L analyse du micro environnement du Maroc, par application du modèle de Porter, passe principalement par l analyse de ses concurrents (directs et indirects) dans le marché de l offshore des services financiers. Les concurrents directs du Maroc sont ceux qui ciblent le même marché que le Maroc, soient les pays francophones. Parmi ces pays, sont positionnés la Roumanie et la Tunisie. D après la source Offshore Développement : La Roumanie domine le marché de l externalisation en Europe de l Est et en Europe Centrale. Il s agit d un pays assez proche de la France du point de vue culturel et géographique et dont le gouvernement est particulièrement entreprenant pour le développement du secteur de l externalisation. La Roumanie est également dotée d infrastructures de communication satisfaisantes. Mais c est principalement son potentiel humain hautement qualifié et à bas salaires qui fait de la Roumanie l un des principaux concurrents du Maroc. 13 La Tunisie, située à proximité de l Europe, est un acteur qui s impose de plus en plus sur le marché de l externalisation grâce à un gouvernement qui met en œuvre de nombreux moyens pour développer et promouvoir son offre d externalisation. La Tunisie dispose par ailleurs d un nombre important de ressources qualifiées, mais à rebours du Maroc, les infrastructures tunisiennes sont quelque peu insuffisantes en particulier dans le domaine des télécommunications. L Ile Maurice est, quant à elle, un pays disposant d excellentes infrastructures et de ressources de qualité dans le domaine de l informatique avec près de personnes formées par an. Il s agit d un pays qui maîtrise aussi bien l anglais que le français, ce qui lui confère un atout considérable. L éloignement géographique de l île Maurice des principaux pays francophones est cependant un facteur qui ne permet pas à l île de se placer sur le créneau du Nearshore, à l inverse du Maroc. Quant aux concurrents indirects, ils ont pour cible des marchés autres que francophones, à savoir par exemple, anglophones ou hispanophones. Il s agit principalement de : L Inde, leader dans le domaine de l externalisation. Le pays propose depuis une vingtaine d années des ressources hautement qualifiées. Initialement le coût de main d œuvre y était très avantageux mais la tendance s inverse petit à petit avec une main d œuvre aujourd hui très sollicitée, ce qui engendre un turnover important (40 à 45%) et une inflation des salaires. Le développement de logiciels, et plus récemment, les activités de back-office et de centres d appel, sont principalement à l origine du succès rapide de l Inde dans l industrie des services financiers. Même si toutes les activités du secteur financier ne sont pas délocalisables, les banques et les compagnies d assurances projettent à présent de transférer des fonctions comme le développement d applications, l encodage et la programmation, la comptabilité, les ressources humaines ainsi que le traitement et l administration de certaines opérations (par exemple de paiement).

16 La Chine, pays aux ressources humaines abondantes, qualifiées et à un prix compétitif. Le système éducatif est de qualité et le gouvernement a mis en place des mesures pour accélérer le développement des NTIC. La Russie où les activités de recherche et développement sont très développées. Elle présente de nombreux avantages comme destination Offshore dans le domaine des NTIC et offre des ressources très qualifiées. Positionnement du Maroc comparativement à un échantillon de pays, en prenant en compte certains indicateurs relatifs aux NTIC 14 I1 I2 I3 I4 I5 I6 Chine Roumanie Russie Maroc Tunisie Iles Maurice Inde Tunisie Inde Maroc Iles Maurice Roumanie Chine Russie Tunisie Inde Chine Maroc Roumanie Russie Iles Maurice Tunisie Inde Maroc Chine Iles Maurice Russie Roumanie Tunisie Chine Inde Roumanie Russie Maroc Iles Maurice Tunisie Iles Maurice Inde Maroc Chine Roumanie Russie ème I1 : Salaire et productivité I2 : IDE et transfert de technologie I3 : Disponibilité de scientifiques et d'ingénieurs I4 : Qualité des écoles de gestion I5 : Qualité de l'enseignement des mathématiques et des sciences I6 : Disponibilité des services financiers Les entrants potentiels Source : Rapport 2010 du World Economique Forum Les acteurs susceptibles de faire leur entrée potentielle sur le marché de l externalisation des services financiers sont principalement les pays anglophones et francophones proposant une offre d externalisation récente ou souhaitant pénétrer sur ce marché dans un futur proche. Il s agit essentiellement de pays émergents misant sur l avantage des coûts de main d œuvre à un prix compétitif.

17 Deux types de pays représentent des entrants potentiels. Il s agit : Des pays appelés «émergents» comme le Vietnam avec un salaire débutant de 300$ et où 9000 ingénieurs sont formés chaque année. La Bulgarie et la Moldavie font également partie de ces pays où le salaire débutant tourne autour de Des pays dits «débutants» à l instar de l Ukraine (salaire débutant proche de 500$) où les compétences hautement qualifiées sont particulièrement appréciables pour les projets internet à forte dimension technique. A l ombre des nouveaux entrants, l Algérie, un nouvel acteur francophone développe également depuis quelque temps le secteur des NTIC. Ce pays ne représente pas une menace importante à court terme pour le Maroc à cause, en partie, d une stabilité politique toujours fragile. Il n en demeure pas moins qu une politique bien menée et une offre algérienne clairement définie pourrait placer l Algérie au rang des concurrents du Maroc à terme. 15 Le Maroc est confronté à une concurrence bien ancrée sur le marché de l Offshore des services financiers. La Tunisie pourrait constituer une menace concurrentielle dans les services financiers externalisés, et ce, pour son vivier de compétences scientifiques et d ingénieurs (classement 7 ème /139 pays) et pour sa qualité de l enseignement des mathématiques et des sciences (8 ème /139 pays) qui dépasse celle du Maroc selon le rapport du World Economique Forum relatif au positionnement d un échantillon de 139 pays en matière des NTIC. Cependant, la politique volontariste pour le développement du secteur déployée par le Maroc, à travers la mise en place d un cadre plus incitatif (création de P2I, Plan de formation ciblé, Plan d incitations plus agressif, ), permettra d affronter cette menace concurrentielle. Ceci se confirme davantage par l attractivité du Maroc de grands groupes de renommé internationale dans le secteur (Cap Gemini, Atos, SQLI, Sopra, Iliad, AXA, WebHelp, ) et l amélioration de la performance du secteur et son positionnement dans la cartographie mondiale des pays les plus compétitifs en matière d offshoring dressé par AT Kearney en Sur 50 pays concernés par le classement d AT Kearney, le Maroc est passé du 36 ème rang au 30 ème, juste derrière les Emirats-Arabes-Unis et loin devant l Afrique du Sud qui dégringole de huit places au 39 ème rang. 3.3 Pertinence de l offre offshoring Maroc par rapport au développement de l activité des services financiers délocalisés Le Maroc a identifié l offshoring comme un secteur à fort potentiel et comme un véritable moteur de croissance pour l économie du pays. Dans ce sens, le Maroc a lancé en 2005 une offre Maroc ayant pour objectif d atteindre une contribution de 15 milliards de dirhams et emplois à l horizon Cette offre se base sur le développement dynamique du secteur autour de trois volets à savoir un cadre incitatif attractif portant sur l impôt sur le revenu effectif, plafonné à 20% et l exonération de l IS pendant les 5 premières années; un dispositif de développement des ressources humaines qualifiées (aide directe à la formation pour les entreprises) et une offre d infrastructure et de services aux investisseurs aux meilleurs standards, à travers le développement de 6 zones offshoring dédiées.

18 Réalisations de l offre offshoring Maroc Depuis le lancement de l offre Maroc, le Maroc a amélioré le positionnement du secteur de l offshoring et par conséquent son apparition pour la première fois dans le classement 2009 "AT Kearney global services location index et son entré dans le Top 30 de l Offshoring. Plusieurs réalisations ont été enregistrées dans le secteur à fin Il s agit de : L accélération du rythme de mise en place des locaux prêts à l emploi dédiés au secteur de l Offshoring. L installation de 54 entreprises dont 14 à Rabat Technopolis. L installation de 17 entreprises françaises, spécialisées dans les systèmes informatiques (SSII), Ces entreprises représentent environ 47% du chiffre d'affaires des cinquante entreprises françaises les plus importantes. L encouragement d un certain nombre de grandes entreprises du domaine du BPO pour s installer au Maroc : installation des sociétés TELEPERFORMANCE et GENPACT, qui sont des centres d'appels de premier plan et à très forte valeur ajoutée. La signature de mémorandums d'accord entre l'etat et 4 sociétés internationales : Genpact, EDS-CDG IT BULL TELEPERFORMANCE. La création d environ 6000 emplois en 2009 (un taux de croissance de 17% par rapport à 2008). La préparation d'un plan de promotion et de commercialisation adapté aux marchés français et espagnol. La promotion de l Offre Maroc dans plusieurs manifestations : événement Eductour organisé par Casanearshore, Steria Medshore, les journées de l industrie, Impacts de l offre offshoring Maroc sur le développement de l activité des services financiers L offre Maroc pour les métiers du BPO, notamment pour l activité des services financiers, vient d être renforcée avec l adoption en janvier 2009 de la loi n relatif à la protection des données personnelles. Cette loi constitue un avantage compétitif par rapport à ses concurrents et un atout dans le sens où elle donne une crédibilité plus importante au Maroc. Les P2I, avec les mesures incitatives qu elles offrent, ont encouragé l installation des sociétés de services financiers de premier plan, comme AXA assurance, qui a porté le nombre de ses employés en 2009 à 380 personnes, sachant qu elle recrutera 800 personnes à fin L offre Maroc cible principalement les donneurs d ordres de l Europe francophone. Certes, ce marché est encore émergent dans la délocalisation des services financiers et reste porteur pour le Maroc avec un potentiel de 0,2 milliard de dirhams de chiffre d affaires et de emplois en Toutefois, sur fond de crise à moyen terme et étant donné la promotion active et le lobbying agressif de pays concurrents, le Maroc devrait examiner ces acquis et redéfinir sa stratégie de promotion et de développement à l export pour l activité des services financiers délocalisés en tirant profit du potentiel de développement du marché européen francophone et hispanophone et en ciblant de nouveaux marchés notamment anglophone, pour qui cette 16

19 pratique est largement répondue (USA et Royaume Uni). L orientation vers le marché anglophone ne sera pas handicapée par le facteur langue, en se référant aux enseignements tirés de l expérience des institutions financières les plus performantes en matière d offshoring 5. En effet, la performance dans l offshoring des services financiers requiert un choix d activité qui se prête à l offshore et qui ne soit pas impactée par la langue ou par des affinités culturelles. L offre marocaine pour les services financiers reste cependant amputée d une composante stratégique pour son développement, à savoir celle de la formation. Le Maroc souffre en effet d une capacité de formation insuffisante puisqu il ne produit que 1,43 ingénieurs pour habitants face à des concurrents tunisiens et européens de l Est qui en forment respectivement 2,5 et 6 pour habitants. Pour palier à cet handicap majeur, la stratégie marocaine a prévu un plan national fort ambitieux pour la formation de ingénieurs à horizon Le Maroc se doit ainsi de réussir à multiplier le nombre de ses compétences qualifiées s il veut faire face à une concurrence mondiale très intense menée par les pays de l Est - Roumanie en tête - sur le marché francophone et par l Inde sur le marché anglophone. D autres menaces, fortement corrélées au manque de ressources humaines, sont également à prendre en compte. Il s agit notamment et principalement de l inflation salariale dans l hypothèse d un manque grandissant de profiles de ressources humaines requis pour le développement du secteur qui risquerait d impacter l attractivité du Maroc dans le domaine des services financiers délocalisés Etude de Deloitte Research Global Financial Industry Offshoring Survey, Realising value from offshoring, octobre 2007.

20 Conclusion et recommandations L étude de la délocalisation des services financiers paraît être particulièrement éclairante et riche d enseignements. En particulier, quatre constats peuvent être formulés à partir de cette note. Tout d abord, les délocalisations des services financiers sont des tendances stratégiques de fond qui touchent aujourd hui, à un rythme très soutenu, l ensemble des pays industrialisés dans des proportions qui restent cependant différentes. Ensuite, après avoir concerné des fonctions plutôt basiques, les activités à forte valeur ajoutée semblent être de plus en plus impliquées. En outre, il existe une forte concurrence entre les pays qui accueillent ces délocalisations en particulier l Inde, la Roumanie et la Tunisie. 18 Enfin, ces phénomènes s inscrivent, plus globalement, dans une tendance plus profonde d importantes mutations des modes organisationnels des firmes en réponse à de nouveaux défis. En effet, face à un environnement en perpétuel changement (mondialisation, évolutions technologiques, ), les entreprises se trouvent être confrontées à un besoin vital de réactivité et de flexibilité. Par ailleurs, en raison des exigences accrues en matière de coût et de rentabilité au sein d un marché de plus en plus concurrentiel, les entreprises se doivent de mener des stratégies de recentrage vers le cœur de métier afin de gagner en efficacité et en compétitivité. Pour toutes ces raisons, il apparaît que les délocalisations dans les services financiers ne sauraient être réduites à de simples phénomènes de «mode». À ce propos, les études menées jusqu ici vont clairement dans ce sens puisque, dans l ensemble, les entreprises semblent être très largement satisfaites des résultats obtenus, qu il s agisse en matière de réduction des coûts ou encore d amélioration de la qualité du service. C est pourquoi, la plupart des firmes ayant déjà délocalisé certaines de leurs activités envisagent de le faire à nouveau, créant ainsi une nouvelle dynamique. Il paraît évident que ces phénomènes provoqueront de profondes mutations dans le secteur des services financiers au cours des prochaines années, et cette transformation ne fait que commencer dans certains pays européens notamment la France. Cette transformation pourrait profiter au Maroc à condition de pallier le manque de ressources humaines qui reste le principal handicap de l offre Maroc offshoring. Le Maroc pourrait dans ce sens, pour palier le manque de ressources humaines, procéder à une réorientation du potentiel humain œuvrant dans les centres d appel vers les activités des services financiers moyennant des cycles de formation dans le domaine. Aussi, le Maroc pourrait mettre en place un contrat rémunérateur pour les étudiants «contrat d apprentissage» qui, au-delà du fait d être une source de revenus pour les étudiants, est une formule idoine pour permettre aux futurs diplômés de se frotter aux réalités et aux attentes du marché de l emploi tout en affinant leurs bases théoriques. L orientation des lycéens et étudiants est également une formule qui permettrait de réduire le décalage entre l offre et la demande d emploi dans le secteur, à travers des cellules d orientation efficientes à disposition des lycéens et dans tous les établissements d enseignement supérieur. Améliorer l efficacité de ces cellules d orientation pourrait passer par l implication des cadres de l ANAPEC qui restent les personnes les plus compétentes et les plus à même d orienter les jeunes vers des formations plus proches de l emploi.

E T X ER E N R AL A ISA S T A I T ON O N : O UTIL

E T X ER E N R AL A ISA S T A I T ON O N : O UTIL EXTERNALISATION : OUTIL STRATEGIQUE A MADAGASCAR FIM 2012 Externalisation : un intérêt grandissant Définition de l'externalisation ou outsourcing Opérations par lesquelles, une entreprise confie à ses

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

«Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc»

«Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc» Royaume du Maroc Premier Ministre Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications «Du développement des centres d appels à l émergence du BPO au Maroc» Synthèse des résultats de l étude réalisée

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Conférence CONECT du 24 janvier 2014. CAP TB 2012. Tous droits réservés

Conférence CONECT du 24 janvier 2014. CAP TB 2012. Tous droits réservés Conférence CONECT du 24 janvier 2014 CAP TB 2012. Tous droits réservés Présentation du Président Directeur Général Pascal COCHARD Après avoir été auditeur interne chez ARTHUR ANDERSEN, Pascal COCHARD entre

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Optimisez vos ressources maîtrisez vos coûts

Optimisez vos ressources maîtrisez vos coûts Optimisez vos ressources maîtrisez vos coûts Depuis sa création en 2004, Accolade se positionne comme un pure player offshore. Spécialiste incontesté sur son cœur de métier, Accolade privilégie les activités

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution

L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France. Atelier Solution L externalisation un vecteur de développement du cabinet BPO Services France Intervenants : Régis BIZIEN, EC et CAC Cabinet MBV, Paris Christophe BERNARD, Consultant NSG Phase 2 Brice BLAZY, Directeur

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

TELESERVICES ET APE. Par: Abdoulaye Ndiaye AGIR Promouvoir Consultant/Chercheur ILEAP abndiaye@gmail.com

TELESERVICES ET APE. Par: Abdoulaye Ndiaye AGIR Promouvoir Consultant/Chercheur ILEAP abndiaye@gmail.com BNETD ILEAP/JEICP TELESERVICES ET APE Par: Abdoulaye Ndiaye AGIR Promouvoir Consultant/Chercheur ILEAP abndiaye@gmail.com Atelier sur Le rôle des négociations commerciales et des groupements de fournisseurs

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum

Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Global Competitiveness Report 2008-2009: Le Luxembourg parvient à maintenir sa position compétitive selon le World Economic Forum Selon le rapport annuel établi pour l année 2008-2009 par le World Economic

Plus en détail

Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires. 1. Introduction

Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires. 1. Introduction Vers un Nouveau Mode Opératoire des Systèmes Bancaires 1. Introduction Augmenter les revenus et réduire les coûts opérationnels représentent pour toute société deux moyens d augmenter leur profitabilité.

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

La relation clients à distance

La relation clients à distance La relation clients à distance Évolution du nombre de centres de contacts en France 3500 3400 3300 3200 3100 3000 2900 2800 2700 3500 3300 3100 3000 2002 2003 2004 2005 (source Cesmo) Évolution du nombre

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4 RAPPEL DU CONTEXTE 2 Le défi du renforcement des compétences 2 Un partenariat avec l OFPPT 3 Une meilleure adéquation entre la formation et les besoins de l entreprise 3 UN PLAN DE FORMATION ADAPTE 4 Une

Plus en détail

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 0 1 SOMMAIRE Les opportunités du 12 ème plan quinquennal pour les entreprises françaises La situation des PME françaises en

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Etude de cas Atos Secteur des services informatique

Etude de cas Atos Secteur des services informatique EPT203 Stratégies et marchés Etude de cas Atos Secteur des services informatique Réalisé par Mohamed Amine EL AFRIT Encadré par Miriam ZOUARI www.mohamedelafrit.com/ept203 Février 2015 Sommaire 1. Présentation

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Conférence IDC Ernst & Young Thierry Muller, Associé «Technologies, management et

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Symposium IGSI 24 Mai 2007

Symposium IGSI 24 Mai 2007 Symposium IGSI 24 Mai 2007 In et Out sourcing : approche de la gestion des compétences Denis Torregrossa ESSILOR EN BREF N 1 mondial de l optique ophtalmique 2,7 milliards de CA en 2006 28 000 collaborateurs

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce Etude réalisée pour le compte de la Fédération des Entreprises de Vente A Distance (FEVAD) Synthèse des résultats L emploi dans la VAD et

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING Consulting DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING Un véritable expert pour réussir votre développement international Développement International Consulting / SAS / Siège :70, rue LAURISTON, 75116 PARIS

Plus en détail

Déclaration de politique générale

Déclaration de politique générale Chambre de commerce internationale L organisation mondiale des entreprises Déclaration de politique générale Recommandations de politique générale d ICC sur la délocalisation de l informatique Rédigées

Plus en détail

Présentation de l entreprise

Présentation de l entreprise Présentation de l entreprise L investissement des collectivités locales : un enjeu national «L investissement des collectivités locales est nécessaire à l avenir économique et à la cohésion sociale du

Plus en détail

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc?

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Au cours de la dernière décennie, la politique des grands chantiers initiée et conduite par SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI que dieu l assiste a permis de développer

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC L emploi L emploi est une forme d insertion sociale, un levier qui permet l amélioration des conditions de vie. L emploi est un paramètre révélateur dans l évaluation

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Sommaire Préambule - Kickstarter dépasse le milliard de dollars collectés - Mouvement de fonds ou épiphénomène? - Un ensemble d opportunités et d enjeux pour les différents acteurs

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

2008 : CHRONIQUE d une croissance annoncée

2008 : CHRONIQUE d une croissance annoncée 2008 : CHRONIQUE d une croissance annoncée DIGITAS FRANCE : Synergie des métiers Research / UBE Website test Pré-test de campagne Post-test de campagne Profiling / Typologie Scoring Ateliers utilisateurs

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE Recrutement d un expert en communication institutionnelle Page 1 TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE 1. CADRE GENERAL DU PROGRAMME Le Programme d Appui au Commerce

Plus en détail

www.capsiraj.com Le GROUPE CAPSIRAJ leader marocain opérant dans divers domaines

www.capsiraj.com Le GROUPE CAPSIRAJ leader marocain opérant dans divers domaines www.capsiraj.com Le GROUPE CAPSIRAJ leader marocain opérant dans divers domaines Business Process Outsourcing (BPO) Conseil en Management et Organisation Ingénierie Informatique Formation et Coaching Agence

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

CCE DE STERIA. Réponse à appel d offre Mission concentration. Juillet 2014

CCE DE STERIA. Réponse à appel d offre Mission concentration. Juillet 2014 CCE DE STERIA Réponse à appel d offre Mission concentration Juillet 2014 Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél. : 01 40 26 47 38 www.sextant-expertise.fr Société inscrite à l ordre

Plus en détail

Sopra Group Carte de visite

Sopra Group Carte de visite Sopra Group Carte de visite La mise à jour des chiffres clés se fait après chaque publication Groupe Version à utiliser avec Office 2003 Laurent COUSSONNET Directeur T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

ANIMA Réseau Euroméditerranéen d Agences de Promotion des Investissements Euromediterranean Network of Investment Promotion Agencies

ANIMA Réseau Euroméditerranéen d Agences de Promotion des Investissements Euromediterranean Network of Investment Promotion Agencies Marketing Territorial & Promotion de l Investissement Introduction Séminaire Offres territoriales Bénédict de Saint-Laurent, AFII Juin 2003 ANIMA Réseau Euroméditerranéen d Agences de Promotion des Investissements

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

Les concepts clés : 1- Présentation du secteur offshoring au maroc :

Les concepts clés : 1- Présentation du secteur offshoring au maroc : Déclenchées dans les années 60, principalement par les firmes transnationales, les délocalisations se sont développées d'abord dans les secteurs des produits de grande consommation, demandant une forte

Plus en détail