Programme de prévention Consolider, Concerter, Agir.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme de prévention 2014 2018 Consolider, Concerter, Agir."

Transcription

1 Programme de prévention Consolider, Concerter, Agir. 10 décembre 2013

2 1. Mise en contexte Prévention à la Commission des normes du travail Un modèle basé sur trois axes Principes directeurs Déployer les activités de manière cohérente et concertée Promouvoir le respect des normes ciblées Mettre à profit les partenaires et les relayeurs d information Prioriser les secteurs à risque et les clientèles vulnérables Consolider et diversifier les sources de données Limiter le risque de nouvelles infractions ou de récidives S adapter à la conjoncture ou aux tendances Moduler les interventions en fonction des réalités régionales Priorités organisationnelles en matière de prévention Les priorités établies en fonction du profil des clientèles Les priorités établies en fonction de secteurs d activité à risque Les priorités établies en fonction de normes ciblées Les priorités établies en fonction de la conjoncture Mise en œuvre du programme de prévention L élaboration des plans d action annuels Suivi et évaluation ANNEXE A Sources d information Page 2 sur 13

3 1. Mise en contexte À deux reprises, en 2004 et 2010, la Commission des normes du travail a réalisé une vaste enquête auprès de salariés non syndiqués du Québec dans le but de mesurer le taux de respect de la Loi sur les normes du travail. Successivement, les résultats ont révélé qu environ 60 % des salariés québécois étaient touchés par au moins une infraction à la loi dans leur milieu de travail. Lorsque l on considère que, dans le cadre de ses activités, la Commission traite annuellement environ plaintes, dont la grande majorité provient de salariés qui ne sont plus en emploi, ces résultats mettent en relief la différence importante qui existe entre le nombre d infractions effectivement commises et le nombre de plaintes déposées. Devant ce constat, la Commission a reconnu au cours des dernières années qu il lui fallait élargir et diversifier ses modes d intervention traditionnels pour réduire de façon significative le volume des infractions à la loi. Elle a donc choisi de passer d un mode curatif de ses interventions à un mode préventif, en misant sur la concertation et la cohérence organisationnelles, pour agir sur les causes des infractions plutôt que sur leurs effets. Dans le cadre de son Plan stratégique , la Commission a été en mesure d intégrer la prévention à l ensemble de ses activités, notamment en se dotant d une politique et en établissant ses priorités d action dans un programme de prévention s étalant sur trois ans. Aujourd hui, afin de consolider son approche et de tenir compte de l expérience acquise au cours des dernières années, la Commission estime qu il est pertinent d actualiser les composantes de son programme de prévention. Page 3 sur 13

4 2. Prévention à la Commission des normes du travail Dans la poursuite de sa mission, la Commission met de l avant des actions efficientes pour sensibiliser et informer les salariés et les employeurs. Les premiers, afin qu ils puissent exercer leurs droits, de préférence lorsqu ils sont en emploi; les seconds, pour qu ils respectent leurs obligations en tant que premiers responsables de l application des normes du travail dans leur entreprise. Rappelons d ailleurs la définition retenue par la politique de la prévention : «Un ensemble de stratégies et d actions réalisées au bénéfice de la population, des salariés et des employeurs visant à améliorer la connaissance des normes du travail, à éviter le risque et l étendue des infractions en cette matière et, au besoin, à en limiter les conséquences, le tout dans la perspective d une plus grande responsabilisation des acteurs concernés, au regard de leurs droits et de leurs obligations». 2.1 Un modèle basé sur trois axes La Commission s est dotée d un modèle de prévention axé sur une approche globale de ses interventions. Elle se donne notamment le pouvoir d agir avant le dépôt d une plainte, puis, à chacune des phases de l intervention, afin d éviter le risque d infraction, d éviter le dommage causé par une infraction ou d en limiter les conséquences et, enfin, de restreindre les possibilités de récidive. Dans cette perspective, les interventions de prévention se déclinent selon trois axes regroupant différentes stratégies. L axe de la prévention primaire, qui vise à éviter le risque ou les infractions, notamment par : une sensibilisation et une information proactives, ciblées en fonction des clientèles et des problématiques auxquelles la Commission a donné priorité ; le recours à des canaux de communication rejoignant efficacement les clientèles ciblées ou, le cas échéant, la population en général; l établissement de partenariats stratégiques ; des activités de recherche et d analyse de données de gestion visant à documenter les diverses problématiques reliées à l application des normes du travail. Page 4 sur 13

5 L axe de la prévention secondaire, qui vise à éviter le dommage causé par une infraction, notamment par : des actions visant à accroître la responsabilisation des employeurs et l implication des salariés dans la résolution de leurs litiges; des activités de surveillance ; le développement ou la consolidation d actions préventives de type primaire dès le premier contact avec la Commission ou au moment du traitement d une plainte. L axe de la prévention tertiaire, qui a pour but de limiter le risque de nouvelles infractions ou de récidive, notamment par : des actions dissuasives et de réparation ; le développement ou la consolidation d actions préventives de type primaire et secondaire dans les activités et les pratiques juridiques. Ainsi, selon qu elles se présentent en amont ou en aval du traitement d une plainte, les activités de prévention se déploient dans les axes de la prévention primaire, secondaire ou tertiaire. Intégration de l approche de prévention Primaire Secondaire Tertiaire Recherche et vigie Interventions de Poursuites civiles Communications conformité Recours Partenariats Traitement des plaintes Poursuites pénales Renseignements avant intervention Séances d information juridique Séminaires Interventions préventives Outils web 3. Principes directeurs La Commission est animée par huit principes directeurs qui guident la mise en œuvre de son programme de prévention. 3.1 Déployer les activités de manière cohérente et concertée L efficacité des activités préventives mises de l avant par la Commission est tributaire d une action concertée et cohérente de tous les intervenants. Cette concertation doit se manifester à toutes les étapes de la mise en œuvre de son programme de prévention; de la planification des activités, à la rétroaction auprès des clientèles ciblées. Page 5 sur 13

6 3.2 Promouvoir le respect des normes ciblées La Commission met de l avant divers moyens visant à promouvoir le respect de normes qu elle considère particulièrement à risque. Cette promotion peut se traduire par des activités de type primaire ayant pour but d informer et de sensibiliser, mais peut également impliquer la mise en œuvre d actions dissuasives tel le recours à des poursuites pénales dès qu une infraction est constatée à l égard d une norme ciblée. 3.3 Mettre à profit les partenaires et les relayeurs d information Par le biais d ententes qu elle conclue avec différents groupes représentatifs de salariés ou d employeurs, la Commission s adjoint la collaboration de relayeurs qui contribuent à diffuser son message de manière efficiente auprès de leurs clientèles. S inscrivant dans une démarche de responsabilisation, ces ententes visent à ce que les partenaires deviennent des acteurs de la prévention dans leurs milieux respectifs. 3.4 Prioriser les secteurs à risque et les clientèles vulnérables Compte tenu des ressources limitées dont elle dispose, considérant le volume d infractions à la loi, la Commission identifie des priorités visant certaines catégories bien précises de salariés, d employeurs et de secteurs d activité. 3.5 Consolider et diversifier les sources de données Les travaux de recherche et d analyse de données visant à documenter les problématiques d application de la loi ont une incidence directe sur le choix des stratégies et la pertinence des interventions à réaliser. Pour être en mesure d orienter adéquatement les choix organisationnels et les activités de prévention, il est nécessaire d exploiter et de mettre à profit l ensemble des sources d information dont dispose la Commission, qu elles soient internes ou externes. 3.6 Limiter le risque de nouvelles infractions ou de récidives Conformément à l axe tertiaire de son modèle de prévention, la Commission met de l avant des actions dissuasives qui visent à limiter le risque de nouvelles infractions ou de récidives. Ces actions se traduisent principalement par des interventions pénales. 3.7 S adapter à la conjoncture ou aux tendances Au delà des priorités organisationnelles établies, la Commission doit également considérer les divers éléments de conjoncture qui, annuellement, peuvent l inciter à diriger ses efforts de prévention vers des secteurs d activités ou des clientèles qui n étaient pas priorisés initialement par le programme. Ces éléments nouveaux peuvent Page 6 sur 13

7 notamment découler d une exigence gouvernementale, de l entrée en vigueur de nouvelles dispositions législatives, d un événement d actualité, d une opportunité majeure ou de résultats de travaux de recherche. 3.8 Moduler les interventions en fonction des réalités régionales La Commission peut moduler le déploiement de ses activités de prévention en fonction des réalités socio économiques des différentes régions. 4. Priorités organisationnelles en matière de prévention Diverses sources d information, tant internes qu externes, ont permis d identifier les priorités organisationnelles devant constituer les assises du programme de prévention de la Commission 1. Ces priorités s articulent en fonction : Du profil des clientèles employeurs et salariés ; De secteurs d activité à risque ; De normes ciblées. 4.1 Les priorités établies en fonction du profil des clientèles Les employeurs et salariés suivants présentent un profil qui les rend davantage susceptibles d enfreindre la loi ou d être victimes d une infraction. Employeurs Profil Nouveaux employeurs Description Employeurs ayant débuté en affaires, ou ayant des salariés à leur emploi, depuis moins de deux ans. Employeurs ayant reçu un avis d infraction Employeurs susceptibles d être en infraction à l égard de plusieurs salariés Employeurs ayant recours à des agences de placement de Employeurs ayant été mis en demeure de se conformer à la loi au cours de l année précédente à la suite de la constatation d une infraction administrative. Employeurs signalés dans le cadre d une dénonciation ou d une plainte et dont l historique laisse présumer qu ils pourraient être en infraction à l égard de plusieurs salariés de leur entreprise. Employeurs qui requièrent les services d agences de placement de personnel afin de pourvoir à leurs 1 L annexe A présente brièvement ces sources Page 7 sur 13

8 Employeurs Profil personnel Employeurs à risque au regard du harcèlement psychologique Description besoins de main d œuvre temporaire. Dix ans après l entrée en vigueur des dispositions visant à contrer le harcèlement psychologique au travail, des études font valoir que le phénomène est encore présent au sein de nombreuses entreprises. Salariés Profil Jeunes Travailleurs saisonniers Travailleurs rémunérés au pourboire ou à commission Personnes en situation d insertion au travail Description Jeunes de 15 à 24 ans, étudiants ou salariés ayant récemment intégré le marché du travail à temps partiel ou à temps complet. Salariés œuvrant au sein d entreprises dont la nature des activités ne permet pas de travailler toute l année. Ce profil comprend les travailleurs agricoles, notamment les migrants. Salariés recevant habituellement des pourboires et travaillant dans la restauration ou dans des établissements d hébergement. Salariés recevant généralement leur rémunération sous la forme d un pourcentage des ventes réalisées pour l entreprise. Salariés travaillant notamment au sein d entreprises d insertion en emploi ou personnes participant à des programmes de francisation ou bénéficiant de services dédiées à l'insertion socioprofessionnelle. 4.2 Les priorités établies en fonction de secteurs d activité à risque Selon le cas, ces secteurs d activité peuvent se démarquer par des taux d infraction élevés, un volume de plainte important, une forte proportion de salariés rémunérés au salaire minimum ou autour du salaire minimum, une forte présence de jeunes, une faible syndicalisation, une prévalence du travail atypique ou un roulement élevé de personnel. Secteurs Hébergement et restauration Caractéristiques Ce secteur se distingue par une main d œuvre Page 8 sur 13

9 Secteurs Commerce de détail Soins de santé, soins personnels et assistance sociale Caractéristiques généralement jeune et le travail à temps partiel y est largement répandu. Plus de deux salariés sur trois issus de ce secteur d activité seraient victimes d une ou de plusieurs infractions à la Loi sur les normes du travail Ce secteur d activité emploie un fort contingent de jeunes et se distingue par un roulement de personnel particulièrement élevé. On y dénote également une présence marquée d emplois atypiques ainsi qu un faible taux de syndicalisation. Le secteur de la santé et de l assistance sociale regroupe plus de 13 % de l emploi total au Québec et constitue l un des secteurs les plus à risque au regard du harcèlement psychologique. Certains types d infractions sont par ailleurs significativement plus élevés chez les salariés offrant des soins personnels. 4.3 Les priorités établies en fonction de normes ciblées Étant particulièrement risque, les normes suivantes sont priorisées pour faire l objet d activités de prévention. Normes Normes entraînant automatiquement une poursuite pénale en cas d infraction. Caractéristiques Il s agit des trois normes qui, en cas d infraction, ne requièrent aucune gradation de mesure et enclenchent automatiquement une poursuite pénale de la part de la Commission : La remise d un bulletin de paie; La tenue d un registre des salaires; Les heures supplémentaires, soit la rémunération adéquate des heures travaillées au delà de la semaine normale, lorsque vérifiable au registre des salaires ou au bulletin de paie. En plus de ces trois normes, soulignons qu un employeur qui refuse de collaborer avec la Commission s expose également à une poursuite pénale immédiate. Page 9 sur 13

10 4.4 Les priorités établies en fonction de la conjoncture Les plans d action annuels doivent tenir compte des divers éléments de conjoncture qui peuvent justifier le déploiement d activités de prévention vers des secteurs ou des clientèles qui ne sont pas spécifiquement identifiés au programme. Par exemple, les travaux reliés à certaines cibles du Plan stratégique , comme la mise à jour des données sur le taux de respect de la loi ou la documentation du profil des travailleurs de l économie du savoir, pourraient générer des constats incitant la Commission à intervenir au sein de nouveaux secteurs d activités. 5. Mise en œuvre du programme de prévention Le programme de prévention s actualise à travers la mise en œuvre des plans d action annuels. En fonction des priorités identifiées au programme, les plans d action précisent les activités à réaliser, désignent les acteurs concernés, établissent les cibles et déterminent les échéanciers de réalisation. Parce qu elle interpelle l ensemble de l organisation, la mise en œuvre du programme de prévention implique donc une cohérence organisationnelle. Celle ci doit se manifester par un partage des responsabilités et des engagements communs. 5.1 L élaboration des plans d action annuels 2 De façon globale, la planification annuelle des activités de prévention et les étapes relatives au déploiement des interventions, s opèrent de façon concertée, selon les étapes suivantes : 1. À partir du programme de prévention, déterminer les priorités organisationnelles à retenir pour l année ; 2. Procéder à l analyse des sources de données (internes et externes) afin, notamment, de préciser, parmi les secteurs d activités à risque, les catégories d employeurs qui devraient être ciblés ; 3. Définir des stratégies et des types d intervention ; 4. Définir les rôles et les responsabilités de chacun des intervenants ; 5. Déterminer les cibles ; 6. Établir un calendrier de réalisation. 2 Les rôles et responsabilités des divers intervenants sont précisés au sein de la Politique de la prévention. Page 10 sur 13

11 6. Suivi et évaluation Les plans d action annuels découlant du programme de prévention font l objet d un suivi interne permettant à l organisation d être informée périodiquement de l évolution de la mise en œuvre des actions préventives et, le cas échéant, d intervenir rapidement pour corriger le tir. Par ailleurs, un processus d évaluation du programme de prévention est aussi prévu à son échéance. Son objectif est de questionner les façons de faire en matière de prévention et, le cas échéant, d apporter les adaptations nécessaires. Page 11 sur 13

12 ANNEXE A Sources d information Le choix des priorités organisationnelles identifiées par le programme de prévention s appuie sur diverses sources d information, tant internes qu externes. Parmi celles ci, on compte notamment : L enquête sur le taux de respect de la loi 3 : Menée en 2010 auprès d un échantillon de salariés, cette enquête avait pour objectif d évaluer les taux d infraction liés à certaines normes du travail et d identifier les caractéristiques des salariés pour qui ces dispositions étaient le plus souvent enfreintes. Elle a donc permis d établir des indicateurs fiables quant aux secteurs et aux clientèles à risque ; L Enquête québécoise sur des conditions de travail, d emploi, de santé et de sécurité du travail 4 : Réalisée auprès d un échantillon de salariés, cette enquête a permis de brosser un portrait des conditions de travail et de SST des travailleurs québécois. Elle examine spécifiquement la question de la violence au travail, notamment sous l angle du harcèlement psychologique ; Les sondages de satisfaction réalisés auprès de la clientèle : S inscrivant dans un processus d amélioration continue des services de la Commission, ces sondages ont permis de recueillir des commentaires pertinents de la part de salariés ou d employeurs ; Les plaintes reçues à la Commission : L analyse des plaintes permet d identifier les secteurs d activité qui génèrent davantage de plaintes, ainsi que les différentes normes concernées par celles ci. Cette analyse contribue à orienter les interventions de prévention vers les secteurs et clientèles potentiellement à risque ; Les consultations internes et externes. Deux rencontres de consultations ont été tenues regroupant des inspecteurs enquêteurs, des préposés aux renseignements et des responsables aux opérations. En raison de leurs contacts directs avec la clientèle et des connaissances qu ils ont acquises sur le terrain, les membres du personnel de première ligne ont contribué de façon substantielle à définir les orientations de la Commission à l égard de la prévention. Parallèlement, la Table d action de prévention a également été mise à contribution pour définir les problématiques d application de la loi et échanger sur les défis rencontrés sur le terrain. En complément, une ressource universitaire a été sollicitée pour alimenter davantage la réflexion de la Commission à l égard des éléments à prioriser au programme de prévention ; 3 COMMISSION DES NORMES DU TRAVAIL (2011), Profil des salariés non syndiqués et assujettis à la Loi sur les normes du travail et application de certaines dispositions de la loi, Édition 2010, Québec : Commission des normes du travail, 57 p. 4 IRSST, Enquête québécoise des conditions de travail, d'emploi et de SST (EQCOTESST) Sommaire, 2011, 49 p. Page 12 sur 13

13 L expérience acquise par la Commission au fil des années : Depuis le virage amorcé en 2008, l intégration progressive de la prévention dans les pratiques de la Commission a contribué à bâtir des assises solides sur lesquelles l organisme peut aujourd hui consolider son action. Page 13 sur 13

Politique de surveillance de l application de la loi. Commission des normes du travail

Politique de surveillance de l application de la loi. Commission des normes du travail Politique de surveillance de l application de la loi Commission des normes du travail Date de la dernière modification : décembre 2009 Remplacement Cette politique remplace la Politique de surveillance

Plus en détail

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL POLITIQUE POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL # 61-03 Adoption le 14 juin 2005 Amendement le Mise en vigueur le 14 juin 2005 Résolution # C.C.-1865-06-05 Autorisation Susan

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec par Patrick Bourassa * Ministère du Travail 4 avril 2006 * Patrick Bourassa était affecté, lors de la période de rédaction,

Plus en détail

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique

Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Politique institutionnelle pour un milieu d étude et de travail exempt de harcèlement psychologique Adoptée par le Conseil d administration Le 6 décembre 2011 1. PRINCIPES ET VALEURS Le Cégep de Saint-Jérôme

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS ET LE PLAN DE RÉUSSITE DU CENTRE 2013-2018 Adoptés par les membres du conseil d établissement à leur réunion du 3 avril 2013 Table des matières Contexte et enjeux... 3 Des

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07

(P)-RM-2006-07. Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006. Amendement : Section 07 (P)-RM-2006-07 Santé et sécurité au travail Adoptée : Le 28 novembre 2006(CC-2006-481) En vigueur : Le 28 novembre 2006 Amendement : Politique de santé et sécurité au travail 1. But de la politique La

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Responsabiliser les propriétaires Impliquer les locataires Objectifs Le Plan d action de lutte à l insalubrité des logements de la Ville de

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I.

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I. Août 2005 F COMITÉ FINANCIER Cent dixième session Rome, 19 23 septembre 2005 Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines I. Résumé 1. Le présent document a pour

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

MANUEL DE GESTION. OBJET : Politique de développement des ressources humaines NUMÉRO : 3400-451-05

MANUEL DE GESTION. OBJET : Politique de développement des ressources humaines NUMÉRO : 3400-451-05 1. OBJECTIF Promouvoir le développement professionnel et personnel pour que chacun contribue à l atteinte des objectifs organisationnels, à l amélioration continue de la qualité et de l efficacité des

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes.

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes. POLITIQUE N O : DSA-RH-219-13-11 Page 1 TITRE Politique cadre relative à la santé globale et au mieux-être au travail. Cette politique réfère aux processus organisationnels du CQA : nos 8 et 9 : Titre

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) POLITIQUE N O 2 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) Modifiée le 12 mai 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration :optée lu conseil d administration :

Plus en détail

Rapport de planification stratégique

Rapport de planification stratégique Comité sectoriel de la main-d œuvre du commerce de l alimentation Rapport de planification stratégique Décembre 2009 Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie du caoutchouc du Québec 2035, avenue

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION

POLITIQUE DE DÉNONCIATION POLITIQUE DE DÉNONCIATION APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 11 DÉCEMBRE 2013 APPROUVÉE PAR LE COMITÉ D AUDIT LE 25 MARS 2014 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012 1 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012 Mise à jour le 10 juillet 2015 M:\07 RESSOURCES IMMOBILIERES\07-4000 Administration\07-4050

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 1 En tant que pionnier en matière d alphabétisation au Canada, nous rejoindrons plus d apprenants d ici 2014 en faisant preuve de leadership. Nous atteindrons

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES 1. Constitution MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Est constitué un comité du conseil d administration appelé comité des ressources humaines. (art. 13.3) 2. Composition Le comité est composé des

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. 16 février 2006

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. 16 février 2006 Le plan d intervention au service de la réussite de l élève 16 février 2006 Services éducatifs 1 La nature du plan d intervention Le plan d intervention a pour objectif d aider l élève qui, parce qu il

Plus en détail

Au cœur de l action, un acteur de premier plan

Au cœur de l action, un acteur de premier plan PLAN D ACTION DE L ANNÉE 2009-2010 Au cœur de l action, un acteur de premier plan Août 2009 Les priorités et orientations du VRRHU pour l année 2009-2010 qui s inscrivent dans le cadre du Plan stratégique

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015

Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015 Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015 Plan d accessibilité dans le cadre de la LAPHO Introduction La Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario vise l élaboration,

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

POLITIQUE 7-05 TITRE: POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE 7-05 TITRE: POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE 7-05 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL SOURCE Service des ressources humaines CIBLE Tout le personnel TITRE: POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES SECTEUR RÉSOLUTION CC040615-17 DATE D'ÉMISSION OBJET:

Plus en détail

Objet : Procédure d application du règlement sur l usage du tabac au CSSSNL Adopté le : 28 juin 2006 Adopté par : Comité de direction

Objet : Procédure d application du règlement sur l usage du tabac au CSSSNL Adopté le : 28 juin 2006 Adopté par : Comité de direction Page 1 de 5 Code :CD-18.1-2006 DOCUMENT DE GESTION Type de document : Procédure Révision prévue : Mai 2007 Adopté le : 28 juin 2006 Adopté par : Comité de direction Entré en vigueur le : 29 juin 2006 Révisé

Plus en détail

Harcèlement psychologique en milieu de travail syndiqué

Harcèlement psychologique en milieu de travail syndiqué Harcèlement psychologique en milieu de travail syndiqué Point de vue syndical sur l application des lois Michelle Desfonds Marie-Claude Morin Communication présentée à la 6e Conférence internationale sur

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS

ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS AVIS N O 1 ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS ADOPTÉ À L UNANIMITÉ PAR LE COMITÉ NATIONAL D ÉTHIQUE SUR LE VIEILLISSEMENT SÉANCE DU 29 JUIN 2015 SOMMAIRE

Plus en détail

Procréation assistée Canada

Procréation assistée Canada Procréation assistée Canada 2010-2011 Partie III: Rapport sur les plans et les priorités L honorable Leona Aglukkag Ministre de la Santé Table des matières Message de la ministre... 3 Message de la présidente...

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Le ministère du Développement durable, a pour mission d assurer la protection de l environnement, des écosystèmes naturels et de la biodiversité. Le Ministère doit contribuer au bien-être des générations

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

Planification FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES. Activité :

Planification FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES. Activité : Planification Activité : FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES Les directrices et directeurs d école peuvent se servir de la présente liste de contrôle pour vérifier si les ressources

Plus en détail

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Services de conseil en gestion Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Le 25 septembre 2009 KPMG LLP 160 rue Elgin, Suite 2000

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Modèle de questionnaire visant à faire un diagnostic sur les pratiques de gestion en ressources humaines (outil #14)

Modèle de questionnaire visant à faire un diagnostic sur les pratiques de gestion en ressources humaines (outil #14) Chapitre 4 31 mars 2004 Modèle de questionnaire visant à faire un diagnostic sur les pratiques de gestion en ressources humaines (outil #14) PRÉPARÉ PAR : DATE : 2 Chapitre 4 Modèle de rapport diagnostic

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE (ONGLET 37) Processus de consultation Comité de la politique linguistique 16 mars 2010 Comité de consultatif de gestion 23 mars 2011 Comité de parents 28 mars 2011 Comité de participation

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES

UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES UTILISATION DES CARTES DE CRÉDIT PROFESSIONNELLES PRINCIPE : L utilisation des cartes de crédit professionnelles devrait renforcer l efficacité en simplifiant l acquisition, la réception et le paiement

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

Une mutuelle de formation est un regroupement

Une mutuelle de formation est un regroupement MISSION DU COMITÉ SECTORIEL DE MAIN- D OEUVRE DE L ÉCO NOMIE SOCIALE ET DE L ACTION COMMUNAU- TAIRE Créé en 1997, le comité sectoriel de maind oeuvre de l sociale et de l action communautaire (CSMO-ÉSAC)

Plus en détail

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DÉAQ-03 POLITIQUE FAVORISANT UN CLIMAT DE TRAVAIL SAIN ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

ENGAGEMENTS DE L ENSEIGNE CONCERNANT L OUVERTURE DOMINICALE

ENGAGEMENTS DE L ENSEIGNE CONCERNANT L OUVERTURE DOMINICALE ENGAGEMENTS DE L ENSEIGNE CONCERNANT L OUVERTURE DOMINICALE En contrepartie de l ouverture de l Emplacement le dimanche, l Enseigne s engage à développer sur le long terme une politique d embauche qui

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit!

Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit! Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit! Actio Ressources Humaines vous offre des solutions pratiques, adaptées à votre organisation et une gamme complète

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int.

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. planification et examen Plan de la présentation Introduction Contexte

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège.

CAHIER DE GESTION. La communauté collégiale et les personnes fréquentant les établissements et/ou les installations du Collège. CAHIER DE GESTION POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL COTE 36-00-01.01 OBJET La présente politique vise à préciser et à faire connaître les objectifs et les champs d application privilégiés

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail